Rapport trimestriel - Classe P & I

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport trimestriel - Classe P & I"

Transcription

1 Rapport trimestriel - Classe P & I Fondation Pictet de libre passage (2 e Pilier) Mars 2016

2 LPP/BVG-Short-Mid Term Bonds Commentaire du gérant Evolution du marché Le premier trimestre s'est montré très volatil. En effet, les marchés se sont redressés suite au premier relèvement de taux par la Fed depuis Ils anticipaient d'importantes mesures d assouplissement lancées par la BCE, qui se sont finalement concrétisées sous forme d'un énorme paquet. Depuis lors, les marchés sont restés stables et semblent chercher la direction à prendre. La BNS, qui n'a pas réagi à la décision de la BCE, a vu sa devise se maintenir dans sa fourchette. Les données conjoncturelles contrastées en provenance des Etats-Unis et d'europe ont contribué à un climat mitigé. En Suisse, les prix à la consommation se sont améliorés, mais ont continué d'évoluer en territoire négatif, l IPC du mois de février ressortant à -0,8% en glissement annuel. Au quatrième trimestre, le PIB suisse s'est révélé supérieur aux attentes, progressant de 0,4% en variation annuelle, tandis que le taux de chômage restait inchangé, à 3,4% en février. La BNS n'a pas modifié la fourchette d encadrement de son principal taux directeur et a souligné que les taux négatifs devraient le rester dans un avenir proche. Elle a répété que le franc suisse demeurait surévalué et qu elle continuerait d intervenir sur les marchés des changes. Les taux ont évolué à la baisse durant le trimestre, le taux des emprunts de la Confédération à 10 ans passant de -0,06% à un point bas historique de -0,44%, avant de se rétablir à -0,33% fin mars. Les écarts de crédit sont globalement restés inchangés, à l'exception de quelques titres. Sur le marché primaire, AMGEN a levé pour la premier fois 700 millions de francs suisses en une tranche. Analyse des performances Le portefeuille a enregistré une performance quelque peu négative par rapport à celle de son indice de référence au cours du premier trimestre La performance des paris sur la duration est ressortie légèrement positive, avec un faible recul du crédit suite à des changements de «spread» défavorables à certains titres. Evolution portefeuille Le portefeuille a fait l'objet de quelques remboursements durant la période. Nous avons donc profité de cette opportunité pour céder quelques emprunts chers ou pour réduire des positions existantes. Ainsi, nous avons vendu des titres tels qu ABB, Adecco, emprunts de Pologne, ou que Bank of Communications, Credit Suisse, Mondelez, Philipp Morris, SK Telecom, Toyota, Westpac et Zürich Insurance, et avons renforcé nos surpondérations de Bell, Galenica, Gas Natural, GS, Lonza, Rabobank, Reed Elsevier, SPS et d Enel. A l'instar du mois précédent, nous avons effectué quelques transactions pour profiter des rendements tirés des arbitrages entre mêmes émetteurs (America Movil, Roche et la Centrale d émission des lettres de gage des banques cantonales suisses et la Banque des Lettres de Gage d Etablissements suisses de Crédit hypothécaire). Dans l'ensemble, nous avons conservé un positionnement long sur le crédit. Sur le marché primaire, nous avons participé aux nouvelles émissions de la banque cantonale de Bâle-Campagne et de Mondelez. Quant à la duration, nous avons conservé une position courte vis-à-vis des échéances de 1 à 3 ans de la courbe en francs suisses, partiellement neutralisée par une position longue vis-à-vis des échéances de 3 à 5 ans de la courbe. En janvier, nous avons clôturé la position en vue d'un aplatissement de la courbe des emprunts d'etat américain de 2 à 5 ans. Il en a résulté un renforcement de l exposition aux signatures AAA/AA, au détriment des signatures A. Au plan sectoriel, les principales surpondérations portent toujours sur la consommation non cyclique et les services publics, et les sous-pondérations sur les emprunts d'etat, les lettres de gage et les obligations souveraines. Perspectives du marché En Suisse, les perspectives économiques restent contrastées, mais plus favorables qu il y a un an, grâce au raffermissement de l euro face à la devise helvétique. La croissance devrait rebondir à partir du niveau de 1% enregistré en Malheureusement, la BNS a revu ses prévisions de croissance à la baisse, anticipant désormais une évolution du PIB dans une fourchette de 1% à 1,5% pour En matière d'inflation, elle a également révisé à la baisse ses perspectives, qui s'établissent à -0,8% pour 2016, à 0,1% pour 2017 et à 0,9% pour Le baromètre conjoncturel du KOF s'est inscrit bien au-dessus du seuil de 100, à 102,5. L institut établi à Zurich a revu légèrement à la baisse ses prévisions et table sur une croissance du PIB suisse de 1,0% cette année et de 2,0% en L économie suisse devrait poursuivre son expansion en l'absence de nouvelle appréciation de la monnaie suisse. L institut prévoit également une légère augmentation du chômage à 3,6% d'ici Dans le même temps, des menaces continuent de peser sur les marchés émergents, dont la croissance pourrait stagner, et les incertitudes persistent quant à l'efficacité des politiques monétaires. Le faible niveau de l inflation au sein de la plupart des économies développées renforce ces craintes. Enfin, et compte tenu du niveau du taux de change EUR/CHF, la BNS ne devrait pas surprendre les marchés comme elle a pu le faire l an dernier. De même, la BCE ne devrait pas adopter une politique plus expansionniste au prochain trimestre. De ce fait et compte tenu du niveau actuellement faible des taux courts, la courbe des taux évoluera conjointement avec les taux longs, qui devraient se situer dans une fourchette de 20 à 30 points de base. Stratégie du portefeuille Ces prochaines semaines, nous conserverons des positions longues dans le crédit, essentiellement par l intermédiaire d émetteurs domestiques dont les niveaux de «spread» sont attractifs. Par ailleurs, nous suivrons de près les positions en valeurs individuelles dans la mesure où la faible liquidité du marché et un sentiment mitigé pourraient entraîner un creusement marqué des écarts. Dans ce contexte, la sous-pondération des émissions des marchés émergents sera maintenue. Dans le sillage de la stratégie adoptée en 2015, nous continuerons d optimiser le portefeuille et cèderons les obligations à échéance courte qui présentent des rendements très négatifs. Nous réinvestirons les produits de ces cessions dans des émissions à plus longue échéance et aux rendements supérieurs, essentiellement du même émetteur. En matière de duration, nous conservons une position courte sur les échéances de 1 à 3 ans de la courbe en francs suisses, que nous pourrions totalement neutraliser avec une position longue à 5 ans. Enfin, nous surveillerons de près le niveau des liquidités pour le maintenir aussi faible que possible. 1 LPP/BVG-Short-Mid Term Bonds Fin mars 2016

3 2 LPP/BVG Short Mid Term Bonds Fin mars 2016

4 3 LPP/BVG Short Mid Term Bonds Fin mars 2016

5 LPP/BVG-10 Commentaire du gérant Evolution du marché La période sous revue s est avérée contrastée en termes de performances pour la gestion diversifiée, avec une progression de 0,3% de l indice de référence Pictet LPP25 et un recul de 0,9% du LPP40. Ces chiffres masquent néanmoins des fluctuations extrêmes en matière de volatilité sur les marchés financiers, survenues notamment durant la première moitié du trimestre, particulièrement difficile pour les actifs risqués. Au cours de la seconde moitié du trimestre, les investisseurs ont bénéficié d un environnement de marché plus clément, stimulé par la relance des programmes de reflation des principales banques centrales, ce qui a permis de compenser une partie des pertes précédentes. Il en a résulté une nette sous-performance du marché actions suisse (SPI: -8,6%) par rapport aux marchés développés pris dans leur ensemble (MSCI World en CHF: -4,4%). La nervosité qui a sévi sur les marchés financiers a profité aux obligations souveraines, les investisseurs étant en quête de sécurité. De ce fait, les obligations suisses ont fortement rebondi (SBI AAA-BBB: +2,3%), restant toutefois légèrement en retrait par rapport à la dette souveraine des pays développés (Citigroup WGBI en CHF: +2,7%). Le franc suisse, traditionnellement considéré comme une monnaie refuge, ne s est toutefois guère apprécié, malgré la tourmente qui a secoué les marchés financiers mondiaux. Il est resté relativement stable face à l euro, évoluant autour de 1,10 (USD/CHF: -4,1%; JPY/CHF: +2,5%; EUR/CHF: +0,5%; GBP/CHF: -6,3%). A l exception notable de l immobilier suisse (SXI Real Estate: +3,8%) et de l or (S&P GSCI Gold: +11,7%), les placements alternatifs ont affiché des performances décevantes (HFRX couvert en CHF: -2,5%; S&P GSCI: -6,5%). Analyse des performances Au 1 er trimestre, le portefeuille a enregistré un rendement négatif, tant en termes absolus que relatifs. La surpondération des actions a constitué le principal facteur de contre-performance. Le 2 e grand facteur de contreperformance a été l allocation régionale privilégiant l Europe et le Japon en matière d exposition aux devises. Or ces deux zones ont sous-performé le marché mondial, laissant même la 1 re place des marchés développés (en CHF) aux Etats-Unis (sous-pondérés). S agissant de la sélection, nous avons profité légèrement de l exposition à notre produit PI Global Quality. Notre troisième handicap majeur a été l importante sous-pondération des obligations suisses. Une fois encore, celles-ci ont fortement progressé ce trimestre, avec en corollaire des rendements quasiment nuls pour l ensemble du marché obligataire helvétique. Par ailleurs, l exposition aux stratégies obligations absolues a sousperformé les obligations suisses depuis le début de l année. Nos autres thématiques obligataires se sont traduites par des résultats contrastés. L exposition au «high yield» américain lequel a sensiblement sous-performé les obligations monde a eu un impact négatif, tandis que l allocation en dette émergente surperformait légèrement. Nous restons convaincus que les classes d actifs obligataires offrent des rendements additionnels intéressants par rapport à la dette souveraine internationale. L exposition relative aux devises a également connu des résultats contrastés. S agissant des produits alternatifs, le tableau a été hétérogène, avec une performance positive de l allocation en immobilier suisse, tandis que l exposition aux hedge funds affichait en moyenne un résultat légèrement négatif. En ce qui concerne les changes, la légère sous-pondération du dollar américain nous a été favorable, mais nous avons pâti de la surpondération du yen et de la souspondération de l euro. Evolution portefeuille Au premier trimestre 2016, nous avons continué de surpondérer les actions. A la mi-mars, nous avons décidé de réduire cette surpondération de moitié, estimant que la reprise survendue était pratiquement achevée. Nous avons terminé le trimestre sur une allocation en actions presque inchangée par rapport à celle de fin S agissant de l allocation régionale, nous avons continué de privilégier le Japon et l Europe, tout en réduisant légèrement cette dernière en mars. Nous avons conservé la sous-pondération des Etats-Unis et accru légèrement l exposition aux marchés émergents. Durant le trimestre, nous avons également renforcé l exposition à nos fonds PI Global Megatrend Selection et PI Global Quality. S agissant des obligations, nous avons conservé une forte souspondération des titres suisses et maintenu l allocation obligataire à rendement plus élevé comme la dette «high yield» (américaine et européenne) et émergente (monnaies fortes et locales). En ce qui concerne les obligations américaines, nous avons conservé l exposition thématique aux obligations indexées sur l inflation (TIPS), qui bénéficient de la récente augmentation des taux de point mort à long terme. Nous n avons pratiquement pas modifié l exposition au fonds thématique obligataire à rendement absolu. S agissant des produits alternatifs, nous avons renforcé l exposition à l immobilier suisse et conservé une large allocation en hedge funds, dont la performance d ensemble a été mauvaise au cours du trimestre. Sur le front des devises, nous avons conservé une légère souspondération du dollar et de l euro, ainsi qu une position légèrement longue en yens. Perspectives du marché Au terme du premier trimestre, notre approche des actions est neutre. Nos indicateurs de cycle économique pointent vers une croissance modeste tant pour les économies développées qu émergentes, les Etats-Unis et la Chine étant les pays les plus aptes à surprendre positivement. Nous n anticipons pas de récession aux Etats-Unis. Notre indicateur de liquidité s est globalement amélioré, le ralentissement de la croissance économique incitant certaines banques centrales à encore plus de générosité. L Europe et le Japon s activent à dégager la voie à cette approche accommodante en prolongeant leurs programmes d assouplissement quantitatif et en maintenant les taux d intérêt à des plus bas historiques. A court terme, cet indicateur ne semble toutefois pas avoir atteint son niveau maximum. Aux Etats-Unis, il est cependant possible que la Fed décide de mettre fin à ses mesures de relance monétaire à un moment inopportun, ce qui risquerait d être préjudiciable à la conjoncture mondiale. S agissant des valorisations, les actifs risqués semblent toujours plus intéressants que les obligations, mais les rebonds des actions ces dernières semaines ont tiré les valorisations vers des plus hauts historiques en termes absolus. Les titres des marchés développés, qui se négocient à environ 16x les bénéfices estimés, sont valorisés tout en haut de leur fourchette, hors bulles de marché. Qui plus est, les prévisions de hausse des profits tendent à être revues à la baisse dans toutes les régions. Enfin, notre indicateur de sentiment délivre un message neutre. La récente envolée des actions a contribué à dissiper le pessimisme qui s était emparé du marché fin février. Stratégie du portefeuille Après la récente contre-offensive réussie des actifs risqués, nous pensons qu il est temps de ramener à neutre notre exposition au risque. L aide attendue des banques centrales a été au rendez-vous, seul le Japon ayant déçu. Notre analyse de sentiment nous a également permis de bénéficier du rebond à partir d un niveau de survente. Lors de la réunion de notre comité d investissement, fin mars, nous avons décidé d adopter une approche neutre des actions et de mettre fin à la sous-pondération des obligations monde. La sous-pondération des obligations suisses à été maintenue, car les rendements actuels et les niveaux de duration n offrent aucune protection aux investisseurs. S agissant des obligations monde, nous conserverons nos thématiques «high yield» américain et dette émergente qui offrent un surcroît de rendement par rapport aux obligations de base. Quant aux obligations en euros, nous continuons de privilégier l Italie et l Espagne au détriment des grands pays, ainsi que la dette souveraine par rapport à la dette «investment grade». De plus, nous conserverons notre diversification vers les stratégies obligataires non traditionnelles, axées sur le rendement absolu. Aux Etats-Unis, les TIPS nous semblent toujours plus intéressants que les obligations souveraines. Concernant les actions, il n y a pas eu de modifications majeures. Nous restons «long» en Europe et au Japon, car nous pensons que les conditions sont désormais réunies pour que la BoJ passe à l action dans les prochaines semaines. S agissant des produits alternatifs, l immobilier helvétique devrait continuer d offrir une bonne solution de diversification par rapport à notre exposition aux obligations suisses, de même que nos investissements dans des fonds de rendement absolu comme Alphanatics. En matière de devises, nous maintiendrons notre sous-pondération du dollar et de l euro. 4 LPP/BVG-10 Fin mars 2016

6 5 LPP/BVG-10 Fin mars 2016

7 6 LPP/BVG-10 Fin mars 2016

8 LPP/BVG-25 Commentaire du gérant Evolution du marché La période sous revue s est avérée contrastée en termes de performances pour la gestion diversifiée, avec une progression de 0,3% de l indice de référence Pictet LPP25 et un recul de 0,9% du LPP40. Ces chiffres masquent néanmoins des fluctuations extrêmes en matière de volatilité sur les marchés financiers, survenues notamment durant la première moitié du trimestre, particulièrement difficile pour les actifs risqués. Au cours de la seconde moitié du trimestre, les investisseurs ont bénéficié d un environnement de marché plus clément, stimulé par la relance des programmes de reflation des principales banques centrales, ce qui a permis de compenser une partie des pertes précédentes. Il en a résulté une nette sous-performance du marché actions suisse (SPI: -8,6%) par rapport aux marchés développés pris dans leur ensemble (MSCI World en CHF: -4,4%). La nervosité qui a sévi sur les marchés financiers a profité aux obligations souveraines, les investisseurs étant en quête de sécurité. De ce fait, les obligations suisses ont fortement rebondi (SBI AAA-BBB: +2,3%), restant toutefois légèrement en retrait par rapport à la dette souveraine des pays développés (Citigroup WGBI en CHF: +2,7%). Le franc suisse, traditionnellement considéré comme une monnaie refuge, ne s est toutefois guère apprécié, malgré la tourmente qui a secoué les marchés financiers mondiaux. Il est resté relativement stable face à l euro, évoluant autour de 1.10 (USD/CHF: -4,1%; JPY/CHF: +2,5%; EUR/CHF: +0,5%; GBP/CHF: -6,3%). A l exception notable de l immobilier suisse (SXI Real Estate: +3,8%) et de l or (S&P GSCI Gold: +11,7%), les placements alternatifs ont affiché des performances décevantes (HFRX couvert en CHF: -2,5%; S&P GSCI: -6,5%). Analyse des performances Au premier trimestre, le portefeuille a enregistré un rendement négatif, tant en termes absolus que relatifs. La surpondération des actions a constitué le principal facteur de contre-performance, suivi de l allocation régionale privilégiant l Europe et le Japon en matière d exposition aux devises. Or ces deux zones ont sous-performé le marché mondial, laissant même la première place des marchés développés (en CHF) aux Etats-Unis (souspondérés). S agissant de la sélection, nous avons profité légèrement de l exposition à notre produit PI Global Quality. Notre troisième handicap majeur a été l importante sous-pondération des obligations suisses. Une fois encore, celles-ci ont fortement progressé ce trimestre, avec en corollaire des rendements quasiment nuls pour l ensemble du marché obligataire helvétique. Par ailleurs, l exposition aux stratégies obligations absolues a sousperformé les obligations suisses depuis le début de l année. Nos autres thématiques obligataires se sont traduites par des résultats contrastés. L exposition au «high yield» américain lequel a sensiblement sous-performé les obligations monde a eu un impact négatif, tandis que l allocation en dette émergente surperformait légèrement. Nous restons convaincus que les classes d actifs obligataires offrent des rendements additionnels intéressants par rapport à la dette souveraine internationale. L exposition relative aux devises a également connu des résultats contrastés. S agissant des produits alternatifs, le tableau a été hétérogène, avec une performance positive de l allocation en immobilier suisse, tandis que l exposition aux hedge funds affichait en moyenne un résultat légèrement négatif. En ce qui concerne les changes, la légère sous-pondération du dollar américain nous a été favorable, mais nous avons pâti de la surpondération du yen et de la sous-pondération de l euro. Evolution portefeuille Au premier trimestre 2016, nous avons continué de surpondérer les actions. A la mi-mars, nous avons décidé de réduire cette surpondération de moitié, estimant que la reprise survendue était pratiquement achevée. Nous avons terminé le trimestre sur une allocation en actions presque inchangée par rapport à celle de fin S agissant de l allocation régionale, nous avons continué de privilégier le Japon et l Europe, tout en réduisant légèrement cette dernière en mars. Nous avons conservé la sous-pondération des Etats-Unis et accru légèrement l exposition aux marchés émergents. Durant le trimestre, nous avons également renforcé l exposition à nos fonds PI Global Megatrend Selection et PI Global Quality. S agissant des obligations, nous avons conservé une forte souspondération des titres suisses et maintenu l allocation obligataire à rendement plus élevé comme la dette «high yield» (américaine et européenne) et émergente (monnaies fortes et locales). En ce qui concerne les obligations américaines, nous avons conservé l exposition thématique aux obligations indexées sur l inflation (TIPS), qui bénéficient de la récente augmentation des taux de point mort à long terme. Nous n avons pratiquement pas modifié l exposition au fonds thématique obligataire à rendement absolu. S agissant des produits alternatifs, nous avons renforcé l exposition à l immobilier suisse et conservé une large allocation en hedge funds, dont la performance d ensemble a été mauvaise au cours du trimestre. Sur le front des devises, nous avons conservé une légère sous-pondération du dollar et de l euro, ainsi qu une position légèrement longue en yens. Perspectives du marché Au terme du premier trimestre, notre approche des actions est neutre. Nos indicateurs de cycle économique pointent vers une croissance modeste tant pour les économies développées qu émergentes, les Etats-Unis et la Chine étant les pays les plus aptes à surprendre positivement. Nous n anticipons pas de récession aux Etats-Unis. Notre indicateur de liquidité s est globalement amélioré, le ralentissement de la croissance économique incitant certaines banques centrales à encore plus de générosité. L Europe et le Japon s activent à dégager la voie à cette approche accommodante en prolongeant leurs programmes d assouplissement quantitatif et en maintenant les taux d intérêt à des plus bas historiques. A court terme, cet indicateur ne semble toutefois pas avoir atteint son niveau maximum. Aux Etats-Unis, il est cependant possible que la Fed décide de mettre fin à ses mesures de relance monétaire à un moment inopportun, ce qui risquerait d être préjudiciable à la conjoncture mondiale. S agissant des valorisations, les actifs risqués semblent toujours plus intéressants que les obligations, mais les rebonds des actions ces dernières semaines ont tiré les valorisations vers des plus hauts historiques en termes absolus. Les titres des marchés développés, qui se négocient à environ 16x les bénéfices estimés, sont valorisés tout en haut de leur fourchette, hors bulles de marché. Qui plus est, les prévisions de hausse des profits tendent à être revues à la baisse dans toutes les régions. Enfin, notre indicateur de sentiment délivre un message neutre. La récente envolée des actions a contribué à dissiper le pessimisme qui s était emparé du marché fin février. Stratégie du portefeuille Après la récente contre-offensive réussie des actifs risqués, nous pensons qu il est temps de ramener à neutre notre exposition au risque. L aide attendue des banques centrales a été au rendez-vous, seul le Japon ayant déçu. Notre analyse de sentiment nous a également permis de bénéficier du rebond à partir d un niveau de survente. Lors de la réunion de notre comité d investissement, fin mars, nous avons décidé d adopter une approche neutre des actions et de mettre fin à la sous-pondération des obligations monde. La sous-pondération des obligations suisses a été maintenue, car les rendements actuels et les niveaux de duration n offrent aucune protection aux investisseurs. S agissant des obligations monde, nous conserverons nos thématiques «high yield» américain et dette émergente qui offrent un surcroît de rendement par rapport aux obligations de base. Quant aux obligations en euros, nous continuons de privilégier l Italie et l Espagne au détriment des grands pays, ainsi que la dette souveraine par rapport à la dette «investment grade». De plus, nous conserverons notre diversification vers les stratégies obligataires non traditionnelles, axées sur le rendement absolu. Aux Etats-Unis, les TIPS nous semblent toujours plus intéressants que les obligations souveraines. Concernant les actions, il n y a pas eu de modifications majeures. Nous restons «long» en Europe et au Japon, car nous pensons que les conditions sont désormais réunies pour que la BoJ passe à l action dans les prochaines semaines. S agissant des produits alternatifs, l immobilier helvétique devrait continuer d offrir une bonne solution de diversification par rapport à notre exposition aux obligations suisses, de même que nos investissements dans des fonds de rendement absolu comme Alphanatics. En matière de devises, nous maintiendrons notre sous-pondération du dollar et de l euro. 7 LPP/BVG-25 Fin mars 2016

9 8 LPP/BVG-25 Fin mars 2016

10 9 LPP/BVG-25 Fin mars 2016

11 LPP/BVG-40 Commentaire du gérant Evolution du marché La période sous revue s est avérée contrastée en termes de performances pour la gestion diversifiée, avec une progression de 0,3% de l indice de référence Pictet LPP25 et un recul de 0,9% du LPP40. Ces chiffres masquent néanmoins des fluctuations extrêmes en matière de volatilité sur les marchés financiers, survenues notamment durant la première moitié du trimestre, particulièrement difficile pour les actifs risqués. Au cours de la seconde moitié du trimestre, les investisseurs ont bénéficié d un environnement de marché plus clément, stimulé par la relance des programmes de reflation des principales banques centrales, ce qui a permis de compenser une partie des pertes précédentes. Il en a résulté une nette sous-performance du marché actions suisse (SPI: -8,6%) par rapport aux marchés développés pris dans leur ensemble (MSCI World en CHF: -4,4%). La nervosité qui a sévi sur les marchés financiers a profité aux obligations souveraines, les investisseurs étant en quête de sécurité. De ce fait, les obligations suisses ont fortement rebondi (SBI AAA-BBB: +2,3%), restant toutefois légèrement en retrait par rapport à la dette souveraine des pays développés (Citigroup WGBI en CHF: +2,7%). Le franc suisse, traditionnellement considéré comme une monnaie refuge, ne s est toutefois guère apprécié, malgré la tourmente qui a secoué les marchés financiers mondiaux. Il est resté relativement stable face à l euro, évoluant autour de 1,10 (USD/CHF: -4,1%; JPY/CHF: +2,5%; EUR/CHF: +0,5%; GBP/CHF: -6,3%). A l exception notable de l immobilier suisse (SXI Real Estate: +3,8%) et de l or (S&P GSCI Gold: +11,7%), les placements alternatifs ont affiché des performances décevantes (HFRX couvert en CHF: -2,5%; S&P GSCI: -6,5%). Analyse des performances Au premier trimestre, le portefeuille a enregistré un rendement négatif, tant en termes absolus que relatifs. La surpondération des actions a constitué le principal facteur de contre-performance, suivi de l allocation régionale privilégiant l Europe et le Japon en matière d exposition aux devises. Or ces deux zones ont sous-performé le marché mondial, laissant même la première place des marchés développés (en CHF) aux Etats-Unis (sous-pondérés). S agissant de la sélection, nous avons profité légèrement de l exposition à notre produit PI Global Quality. Notre troisième handicap majeur a été l importante sous-pondération des obligations suisses. Une fois encore, celles-ci ont fortement progressé ce trimestre, avec en corollaire des rendements quasiment nuls pour l ensemble du marché obligataire helvétique. Par ailleurs, l exposition aux stratégies obligations absolues a sous-performé les obligations suisses depuis le début de l année. Nos autres thématiques obligataires se sont traduites par des résultats contrastés. L exposition au «high yield» américain lequel a sensiblement sous-performé les obligations monde a eu un impact négatif, tandis que l allocation en dette émergente surperformait légèrement. Nous restons convaincus que les classes d actifs obligataires offrent des rendements additionnels intéressants par rapport à la dette souveraine internationale. L exposition relative aux devises a également connu des résultats contrastés. S agissant des produits alternatifs, le tableau a été hétérogène, avec une performance positive de l allocation en immobilier suisse, tandis que l exposition aux hedge funds affichait en moyenne un résultat légèrement négatif. En ce qui concerne les changes, la légère sous-pondération du dollar américain nous a été favorable, mais nous avons pâti de la surpondération du yen et de la sous-pondération de l euro. Evolution portefeuille Au premier trimestre 2016, nous avons continué de surpondérer les actions. A la mi-mars, nous avons décidé de réduire cette surpondération de moitié, estimant que la reprise survendue était pratiquement achevée. Nous avons terminé le trimestre sur une allocation en actions presque inchangée par rapport à celle de fin S agissant de l allocation régionale, nous avons continué de privilégier le Japon et l Europe, tout en réduisant légèrement cette dernière en mars. Nous avons conservé la sous-pondération des Etats-Unis et accru légèrement l exposition aux marchés émergents. Durant le trimestre, nous avons également renforcé l exposition à nos fonds PI Global Megatrend Selection et PI Global Quality. S agissant des obligations, nous avons conservé une forte sous-pondération des titres suisses et maintenu l allocation obligataire à rendement plus élevé comme la dette «high yield» (américaine et européenne) et émergente (monnaies fortes et locales). En ce qui concerne les obligations américaines, nous avons conservé l exposition thématique aux obligations indexées sur l inflation (TIPS), qui bénéficient de la récente augmentation des taux de point mort à long terme. Nous n avons pratiquement pas modifié l exposition au fonds thématique obligataire à rendement absolu. S agissant des produits alternatifs, nous avons renforcé l exposition à l immobilier suisse et conservé une large allocation en hedge funds, dont la performance d ensemble a été mauvaise au cours du trimestre. Sur le front des devises, nous avons conservé une légère sous-pondération du dollar et de l euro, ainsi qu une position légèrement longue en yens. Perspectives du marché Au terme du premier trimestre, notre approche des actions est neutre. Nos indicateurs de cycle économique pointent vers une croissance modeste tant pour les économies développées qu émergentes, les Etats-Unis et la Chine étant les pays les plus aptes à surprendre positivement. Nous n anticipons pas de récession aux Etats-Unis. Notre indicateur de liquidité s est globalement amélioré, le ralentissement de la croissance économique incitant certaines banques centrales à encore plus de générosité. L Europe et le Japon s activent à dégager la voie à cette approche accommodante en prolongeant leur programmes d assouplissement quantitatif et en maintenant les taux d intérêt à des plus bas historiques. A court terme, cet indicateur ne semble toutefois pas avoir atteint son niveau maximum. Aux Etats-Unis, il est cependant possible que la Fed décide de mettre fin à ses mesures de relance monétaire à un moment inopportun, ce qui risquerait d être préjudiciable à la conjoncture mondiale. S agissant des valorisations, les actifs risqués semblent toujours plus intéressants que les obligations, mais les rebonds des actions ces dernières semaines ont tiré les valorisations vers des plus hauts historiques en termes absolus. Les titres des marchés développés, qui se négocient à environ 16x les bénéfices estimés, sont valorisés tout en haut de leur fourchette, hors bulles de marché. Qui plus est, les prévisions de hausse des profits tendent à être revues à la baisse dans toutes les régions. Enfin, notre indicateur de sentiment délivre un message neutre. La récente envolée des actions a contribué à dissiper le pessimisme qui s était emparé du marché fin février. Stratégie du portefeuille Après la récente contre-offensive réussie des actifs risqués, nous pensons qu il est temps de ramener à neutre notre exposition au risque. L aide attendue des banques centrales a été au rendez-vous, seul le Japon ayant déçu. Notre analyse de sentiment nous a également permis de bénéficier du rebond à partir d un niveau de survente. Lors de la réunion de notre comité d investissement, fin mars, nous avons décidé d adopter une approche neutre des actions et de mettre fin à la sous-pondération des obligations monde. La sous-pondération des obligations suisses à été maintenue, car les rendements actuels et les niveaux de duration n offrent aucune protection aux investisseurs. S agissant des obligations monde, nous conserverons nos thématiques «high yield» américain et dette émergente qui offrent un surcroît de rendement par rapport aux obligations de base. Quant aux obligations en euros, nous continuons de privilégier l Italie et l Espagne au détriment des grands pays, ainsi que la dette souveraine par rapport à la dette «investment grade». De plus, nous conserverons notre diversification vers les stratégies obligataires non traditionnelles, axées sur le rendement absolu. Aux Etats-Unis, les TIPS nous semblent toujours plus intéressants que les obligations souveraines. Concernant les actions, il n y a pas eu de modifications majeures. Nous restons «long» en Europe et au Japon, car nous pensons que les conditions sont désormais réunies pour que la BoJ passe à l action dans les prochaines semaines. S agissant des produits alternatifs, l immobilier helvétique devrait continuer d offrir une bonne solution de diversification par rapport à notre exposition aux obligations suisses, de même que nos investissements dans des fonds de rendement absolu comme Alphanatics. En matière de devises, nous maintiendrons notre sous-pondération du dollar et de l euro. 10 LPP/BVG-40 Fin mars 2016

12 11 LPP/BVG-40 Fin mars 2016

13 12 LPP/BVG-40 Fin mars 2016

14 FPLP2RA P&I FRA 0316 Pour plus d informations, veuillez contacter: Fondation Pictet de libre passage (2 e Pilier) Route des Acacias Genève 73 Téléphone Fax

Rapport trimestriel - Classe P

Rapport trimestriel - Classe P Rapport trimestriel - Classe P Fondation Pictet en faveur de la prévoyance individuelle (3 e Pilier A) Mars 2016 LPP/BVG-Short-Mid Term Bonds Commentaire du gérant Evolution du marché Le premier trimestre

Plus en détail

Il faut malgré la crise européenne de la dette préférer les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat

Il faut malgré la crise européenne de la dette préférer les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

COMMENTAIRES AU 31 MARS 2016

COMMENTAIRES AU 31 MARS 2016 Performance des indices de référence des marchés ($ CA) 1 18,1% FTSE TMX Canada Univers 13% 12, FTSE TMX Canada Long Terme 3% 4,5% 4,5% 2, 2, 1, 1, 5, 8,3% 2,1% 8,3% S&P/TSX Plafonné S&P 500 ($ CA) - -1,

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Stratégie de placement Février 2015 Résumé La reprise économique mondiale modérée devrait se poursuivre en 2015. Elle s accompagne cependant de nombreux facteurs d incertitudes politiques et économiques.

Plus en détail

Editorial. Mai 2008. Chère assurée, cher assuré, Dans ce 7 e bulletin vous trouverez les informations suivantes:

Editorial. Mai 2008. Chère assurée, cher assuré, Dans ce 7 e bulletin vous trouverez les informations suivantes: Mai 2008 Bulletin N o 7 Fonds de prévoyance de l association vaudoise des organismes privés pour enfants, adolescents et adultes en difficulté et de l association vaudoise des travailleurs de l éducation

Plus en détail

Eco Mois. La récession se renforce en mars dans les pays de l Eurozone. avril-13

Eco Mois. La récession se renforce en mars dans les pays de l Eurozone. avril-13 Une publication de TRADING Central page 1 / 5 Evolution des marchés sur un mois glissant Indices Dernier Var % Cac 40 3769.36 ì +1.25 Euro STOXX 50 2650.85 ì +0.66 Dax 7881.55 ì +1.81 FTSE 100 6487.65

Plus en détail

Mars 2016. Le marché suisse de l immobilier 1H16

Mars 2016. Le marché suisse de l immobilier 1H16 Mars 206 Le marché suisse de l immobilier H6 Environnement macroéconomique Le creux de la vague semble dépassé et une légère accélération de la croissance est attendue pour 206. Cette tendance devrait

Plus en détail

Fonds mondial équilibré Mackenzie Ivy Série A

Fonds mondial équilibré Mackenzie Ivy Série A Fonds mondial équilibré Mackenzie Ivy Série A Mackenzie COMMENTAIRE 4T-2015 Sommaire du rendement Durant le quatrième trimestre 2015, le fonds a affiché un rendement de 4,5 % contre 7,7 % pour son indice

Plus en détail

Contexte de marché au 31 mars 2010

Contexte de marché au 31 mars 2010 DeriveXperts Spécialiste de la valorisation indépendante des produits structurés Contexte de marché au 31 mars 2010 La reprise des marchés engagée au cours de l année 2009 s est poursuivie au premier trimestre

Plus en détail

Le marché des capitaux suisse Pierre Sauvagnat Chef du département Marchés Financiers et Trésorerie

Le marché des capitaux suisse Pierre Sauvagnat Chef du département Marchés Financiers et Trésorerie Le marché des capitaux suisse Pierre Sauvagnat Chef du département Marchés Financiers et Trésorerie Organisation de la présentation 1. La structure du marché des capitaux Le marché des capitaux suisse

Plus en détail

Prévisions conjoncturelles 2007/2008

Prévisions conjoncturelles 2007/2008 Croisé automne 2006 Prévisions conjoncturelles 2007/2008 www.kof.ethz.ch Situation économique en Suisse Situation économique en Suisse Conjoncture favorable et croissance soutenue Progression dynamique

Plus en détail

CAAM LDI INFLATION LT

CAAM LDI INFLATION LT FCP du Crédit Agricole Asset Management Société de gestion : CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Gestionnaire comptable par délégation : CACEIS FASTNET FRANCE Dépositaire : CACEIS BANK FRANCE Commissaire

Plus en détail

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108)

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108) BONDPARTNERS S.A. Avenue de l Elysée 22-24 Case postale / CH-1001 Lausanne Tél. 021 613 43 43 / fax: 021 617 97 15 Web: wwwbpl-bondpartners.ch Lausanne, le 13 mars 2014 CP/HP/c-presse.doc/cp COMMUNIQUE

Plus en détail

Perspectives économiques et stratégie d investissement pour le quatrième trimestre 2013

Perspectives économiques et stratégie d investissement pour le quatrième trimestre 2013 Communiqué de presse Paris, le 14 novembre 2013 Perspectives économiques et stratégie d investissement pour le quatrième trimestre 2013 Les marchés bénéficient de liquidités abondantes et de la croissance

Plus en détail

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ Analyses du Lundi 19 Octobre 2015 Les marchés d'actions devraient peu évoluer à l'ouverture Devises L'euro s'inscrit en

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 13 OCTOBRE 2015 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE L activité mondiale ne montre pas de signe d effondrement. Malgré les inquiétudes et le recul de ces derniers mois

Plus en détail

LCL DYNAM 6 MOIS. Informations semestrielles au 29 juin 2007. FCP du Crédit Agricole Asset Management

LCL DYNAM 6 MOIS. Informations semestrielles au 29 juin 2007. FCP du Crédit Agricole Asset Management FCP du Crédit Agricole Asset Management Société de gestion : CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Sous délégataire de gestion comptable en titre: CACEIS FASTNET Dépositaire : CACEIS BANK FRANCE Commissaire

Plus en détail

Webconférence «Les indicateurs économiques qui influencent la bourse»

Webconférence «Les indicateurs économiques qui influencent la bourse» Webconférence «Les indicateurs économiques qui influencent la bourse» 1 Recommandations pratiques Pensez à bien régler le son de votre ordinateur Eteignez vos portables En cas de souci technique, vous

Plus en détail

La Lettre chartiste mensuelle

La Lettre chartiste mensuelle La Lettre chartiste mensuelle Achevée de rédiger le 22 avril 2016, par Arnaud Sauvage Sommaire Synthèse 1 Indices actions Europe, US et Chine 2 Spread indices actions 5 Secteurs européens 6 Indices d aversion

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Janvier Mars 2016

www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Janvier Mars 2016 www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine Janvier Mars 2016 All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Dans le 1er trimestre volatil de 2016, la Gestion de Patrimoine

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? Nous pensons que les investisseurs en actions, s ils

Plus en détail

Résultats du Forum de l investissement d Allianz Global Investors

Résultats du Forum de l investissement d Allianz Global Investors Forum de l'investissement Résultats du Forum de l investissement d Allianz Global Investors Comprendre. Agir. À l occasion de notre dernier Forum semi-annuel de l investissement, les experts d Allianz

Plus en détail

NOTRE SCENARIO. Reflation progressive. juin Conjoncture économique Conjoncture financière. Clémentine Cazalets - Philippe Brossard

NOTRE SCENARIO. Reflation progressive. juin Conjoncture économique Conjoncture financière. Clémentine Cazalets - Philippe Brossard NOTRE SCENARIO Reflation progressive Conjoncture économique Conjoncture financière juin 2017 Clémentine Cazalets - Philippe Brossard Synthèse Reflation progressive 1. L inflation accélère dans les pays

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1 er trimestre 2016

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1 er trimestre 2016 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1 er trimestre 216 1 er trimestre 216:,49 % Début d année décevant, avec une lueur d espoir en mars La quote-part des actions suisses a atteint un nouveau

Plus en détail

OPCVM de droit français SEEYOND FLEXIBLE LT. au 31 mars 2015

OPCVM de droit français SEEYOND FLEXIBLE LT. au 31 mars 2015 OPCVM de droit français SEEYOND FLEXIBLE LT RAPPORT ANNUEL au 31 mars 2015 Société de Gestion : Natixis Asset Management Dépositaire : Caceis Bank France Commissaire aux comptes : PriceWaterhouseCoopers

Plus en détail

Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne

Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne RECHERCHE ÉCONOMIQUE 11 mai 16 Johannes Gareis Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne L expérience montre qu en Europe, l adoption de taux d intérêt directeurs

Plus en détail

2011-2012 Perspectives économiques

2011-2012 Perspectives économiques 2011-2012 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

J.P. Morgan Asset Management : Solutions multi-actifs. Restez investi, restez diversifié Maintenir le cap, même en cas d imprévu

J.P. Morgan Asset Management : Solutions multi-actifs. Restez investi, restez diversifié Maintenir le cap, même en cas d imprévu J.P. Morgan Asset Management : Solutions multi-actifs Restez investi, restez diversifié Maintenir le cap, même en cas d imprévu Dans un incertain, les dépôts bancaires peuvent constituer une solution sécurisante

Plus en détail

ROUTE DU LAC 2 1094 PAUDEX. RAPPORT de GESTION

ROUTE DU LAC 2 1094 PAUDEX. RAPPORT de GESTION ROUTE DU LAC 2 1094 PAUDEX RAPPORT de GESTION 2012 TABLE DES MATIERES Pages Chiffres clés 1 Editorial 2 Rapport annuel 3 Bilan 9 Compte d exploitation 10 Rapport de vérification de l organe de révision

Plus en détail

EVOLUTION DES MARCHES EN NOVEMBRE 2009

EVOLUTION DES MARCHES EN NOVEMBRE 2009 EVOLUTION DES MARCHES EN NOVEMBRE 2009 Bourses Les marchés actions sont parvenus à résister à un flux de nouvelles économiques qui devient un peu moins porteur au fil des semaines (même si certaines données

Plus en détail

2017 : Bonne année? Décryptage de l économie et des marchés

2017 : Bonne année? Décryptage de l économie et des marchés 2017 : Bonne année? Décryptage de l économie et des marchés 17 Janvier 2017 Plan Contexte 2016-2017 Taux 2017 Actions 2017 Diversification Synthèse et conclusion 2 Contexte 2016-2017 3 2016-2017 : Difficulté

Plus en détail

Le Point. sur la situation économique et financière du québec

Le Point. sur la situation économique et financière du québec Le Point sur la situation économique et financière du québec Printemps 2013 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé, fabriqué au Québec, contenant 100 % de fibres postconsommation et

Plus en détail

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré FICHE PAYS ESPAGNE : UNE BATAILLE PERDUE D AVANCE? Département analyse et prévision L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré tous les efforts en termes de finances publiques et de réformes

Plus en détail

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine

Taux de change. Calendrier des évènements de la semaine Rendez-vous sur le nouveau réseau social de Trading d'etoro : openbook.etoro.com Les actifs plus risqués ont mal performé cette semaine, les investisseurs s'étant retirés des marchés action et de matière

Plus en détail

Les faits. Bien que déstabilisante à court terme, la baisse récente des prix du pétrole devrait donner un coup d'accélérateur à la croissance en 2015

Les faits. Bien que déstabilisante à court terme, la baisse récente des prix du pétrole devrait donner un coup d'accélérateur à la croissance en 2015 Bien que déstabilisante à court terme, la baisse récente des prix du pétrole devrait donner un coup d'accélérateur à la croissance en 2015 Bien qu'une combinaison de facteurs ait contribué aux importants

Plus en détail

Vers l union de stabilité L état de la zone euro

Vers l union de stabilité L état de la zone euro Des chiffres et des faits 06.09.2013 Vers l union de stabilité L état de la zone euro L euro : une monnaie stable Grâce à notre monnaie unique, les prix sont moins sujets à des fluctuations qu à l époque

Plus en détail

L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour /06/2015

L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour /06/2015 L économie guyanaise en 2014 & les perspectives pour 2015 Deux ouvrages complémentaires Bilan économique INSEE Rapport IEDOM pour une analyse de la situation économique et financière de la Guyane en 2014

Plus en détail

au troisième trimestre de 2000

au troisième trimestre de 2000 Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au troisième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques: En l an 2000, la croissance devrait dépasser 4 % Page

Plus en détail

Au cours des neuf premiers mois de 2014, SCOR enregistre un résultat net de EUR 377 millions, en hausse de 25 %

Au cours des neuf premiers mois de 2014, SCOR enregistre un résultat net de EUR 377 millions, en hausse de 25 % (p.1/10) Au cours des neuf premiers, SCOR enregistre un résultat net de EUR 377 millions, en hausse de 25 % Au cours des neuf premiers, SCOR enregistre de bons résultats financiers ainsi que de solides

Plus en détail

PERSPECTIVES ALLOCATION

PERSPECTIVES ALLOCATION PERSPECTIVES ALLOCATION Autopsie d un mois d octobre meurtrier Raphaël Gallardo Stratégiste Pôle Investissement et solutions clients L es marchés financiers ont connu un accès de faiblesse en octobre,

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE NOVEMBRE 2015

NOTE DE CONJONCTURE NOVEMBRE 2015 NOTE DE CONJONCTURE NOVEMBRE 2015 Les mois se suivent et se ressemblent. En l absence de repères économiques clairs, les marchés ne savent quelle direction prendre. L OMNIPRÉSENCE DES BANQUES CENTRALES

Plus en détail

Lettre trimestrielle Q2-2015

Lettre trimestrielle Q2-2015 Lettre trimestrielle Q2-2015 Geneviève Blouin, CFA, CMT Keith Porter, ASIP 300 St-Sacrement Suite 423 Montréal, Québec H2Y 1X4 www.altervest.ca (514) 448-4029 Chers investisseurs, Dormir en paix.. Je vous

Plus en détail

F L A S H N O T E

F L A S H N O T E F L A S H N O T E 18.11.2016 CARMIGNAC PATRIMOINE : TRUMP... ET APRÈS? 18.11.2016 Malgré des années d assouplissement quantitatif et de taux d intérêt plus bas que jamais, les politiques monétaires ne

Plus en détail

La Lettre AGRI RETRAITE ACTIVE Janvier 2014

La Lettre AGRI RETRAITE ACTIVE Janvier 2014 La Lettre AGRI RETRAITE ACTIVE Janvier 2014 01 Les marchés 02 Votre contrat 03 Fiscalité 04 Zoom C ette édition annuelle de votre lettre d information vous présente tout d abord l actualité financière

Plus en détail

Communiqué aux médias

Communiqué aux médias Communiqué aux médias BASF : augmentation du résultat et des volumes dans les activités chimiques Chiffre d affaires de 14,0 milliards d euros (- 20 %) 27 octobre 2016 P335/16 Jennifer Moore-Braun Téléphone

Plus en détail

Orientations stratégiques

Orientations stratégiques Orientations stratégiques 11 avril 2016 En synthèse Les efforts des Banques centrales ont provoqué un rebond significatif des marchés d actions. Il faudra néanmoins du temps pour que l amélioration des

Plus en détail

LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME

LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME LOCATION AUTOMOBILE À COURT TERME 32 D IETEREN - RAPPORT ANNUEL 2006 AVIS EUROPE plc PLUS DE 3.600 STATIONS EN EUROPE, EN AFRIQUE, AU MOYEN-ORIENT ET EN ASIE, AU SERVICE DE PLUS DE 5 MILLIONS DE CLIENTS

Plus en détail

23 avril 2009 - N -196

23 avril 2009 - N -196 avril 9 - N -9 La différence essentielle entre la crise de - et la crise de 7-9 : dans la seconde, la transmission de la crise à tous les marchés financiers Le point de départ des deux crises est le même

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1 er trimestre 2017

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1 er trimestre 2017 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 1 er trimestre 217 217 (à ce jour): 2,76% 1 er trimestre 217: 2,76% Début d année à un plus haut historique pour l indice des caisses de pension Part

Plus en détail

Rapport sur la politique monétaire

Rapport sur la politique monétaire Rapport sur la politique monétaire Octobre 2015 Timothy Lane Sous-gouverneur Banque du Canada Faits saillants L inflation mesurée par l IPC global demeure près de la limite inférieure de la fourchette

Plus en détail

Foire aux questions T1 2007

Foire aux questions T1 2007 Foire aux questions T1 2007 1. Pourquoi n avez-vous pas fractionné vos actions? Nous nous penchons régulièrement sur toutes les questions liées au capital, y compris les fractionnements d actions. Tel

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Un retournement cyclique aux Etats-Unis dû à l épuisement des opportunités d investissement efficaces? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Un retournement cyclique aux Etats-Unis dû à l épuisement des opportunités d investissement efficaces? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 7 janvier 1 N Un retournement cyclique aux Etats-Unis dû à l épuisement des opportunités d investissement efficaces? Un affaiblissement cyclique (il ne s agit pas nécessairement

Plus en détail

Rapport sur la situation économique de l industrie des machines, des équipements électriques et des métaux: 1 er semestre et 2 ème trimestre 2016

Rapport sur la situation économique de l industrie des machines, des équipements électriques et des métaux: 1 er semestre et 2 ème trimestre 2016 Rapport sur la situation économique de l industrie des machines, des : 1 er semestre et 2 ème trimestre 2016 L industrie MEM : Creux de la vague passé - Suite au net recul des entrées de commandes en 2015,

Plus en détail

Nota Autocancelable Protección Eurostoxx

Nota Autocancelable Protección Eurostoxx Nota Autocancelable Protección Eurostoxx Investir sur les marchés actions européens représente une bonne alternative en ce moment 1 Investissez dans l un des principaux indices boursiers européens : l

Plus en détail

BILLET ÉCONOMIQUE. Perspectives économiques mondiales pour 2016

BILLET ÉCONOMIQUE. Perspectives économiques mondiales pour 2016 BILLET ÉCONOMIQUE janvier 2016 Perspectives économiques mondiales pour 2016 Les principaux moteurs de l économie mondiale en 2015 continueront de modeler le contexte macroéconomique en 2016 et ultérieurement.

Plus en détail

Peut-on craindre une nouvelle hausse brutale des taux d intérêt?

Peut-on craindre une nouvelle hausse brutale des taux d intérêt? Peut-on craindre une nouvelle hausse brutale des taux d intérêt? Actualités : Au printemps dernier, le taux d intérêt 10 ans allemand (le Bund) a plongé à son plus bas historique, soutenu par la politique

Plus en détail

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS PROBLÈMES STRUCTURELS RECHERCHE ÉCONOMIQUE mars 15 N 18 Y-a-t-il un problème si les taux d intérêt sont négatifs? De plus en plus de taux d intérêt à ans, à 5 ans sont devenus négatifs. Ceci génère une

Plus en détail

LA PERFORMANCE AU SERVICE DE VOS VALEURS

LA PERFORMANCE AU SERVICE DE VOS VALEURS LA PERFORMANCE AU SERVICE DE VOS VALEURS INDICATEURS BOURSIERS Au 09/06/2014 2 APPÉTIT AU RISQUE TRÈS ÉLEVÉ 11,6 3 ÉCRASEMENT DES SPREADS Indice Markit itraxx Europe Crossover 4 TOUJOURS PLUS BAS 2,7%

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 8 août 4 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 4 SOLIDES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 4 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT NET : 4 MILLIONS D EUROS, BÉNÉFICIANT D ÉLÉMENTS

Plus en détail

Perspectives 2016 : de la volatilité à l horizon!

Perspectives 2016 : de la volatilité à l horizon! Perspectives 2016 : de la volatilité à l horizon! 27 novembre 2015 Comprendre : Synthèse L année 2016 ne devrait pas différer significativement de l année 2015 en termes d opportunités et de risques. La

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002 La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 22 Après une année 21 record en termes d activité, le montant des émissions brutes d obligations internationales libellées en euros a reculé,

Plus en détail

Les Webinaires Cortal Consors

Les Webinaires Cortal Consors Les Webinaires Cortal Consors Des formations gratuites! Échangez en direct avec des experts Un large choix de formations Accessibles et interactives Tout au long de l'année La conjoncture économique et

Plus en détail

Solde public et dette publique : Banque de France Indicateurs conjoncturels 3 octobre (en % du PIB)

Solde public et dette publique : Banque de France Indicateurs conjoncturels 3 octobre (en % du PIB) Indicateurs conjoncturels france 3 octobre 2014 Les données sont brutes sauf mention contraire. Celles publiées durant la dernière semaine sont en bleu. Abréviations utilisées : cjo : données corrigées

Plus en détail

Analyse de la dette 'toxique' Faits nouveaux depuis fin décembre 2010

Analyse de la dette 'toxique' Faits nouveaux depuis fin décembre 2010 Analyse de la dette 'toxique' N 15 : 2 ème trimestre 2011, valorisations au 31 mars 2011 Contexte Le SIDRU, syndicat intercommunal qui gère nos ordures, a mis en place des opérations financières appelées

Plus en détail

Russie. Service Economique Régional de Moscou

Russie. Service Economique Régional de Moscou Russie Service Economique Régional de Moscou 9 Russie I. Ralentissement structurel depuis l été 2012 II. Récession en 2015 accentuée par la baisse du prix du pétrole III. Stabilisation à un point bas en

Plus en détail

Indicateurs conjoncturels france

Indicateurs conjoncturels france Indicateurs conjoncturels france 26 septembre 2014 Les données sont brutes sauf mention contraire. Celles publiées durant la dernière semaine sont en bleu. Abréviations utilisées : cjo : données corrigées

Plus en détail

NOTRE SCENARIO Philippe Brossard

NOTRE SCENARIO Philippe Brossard NOTRE SCENARIO Accélération de l'inflation en Europe et aux Etats-Unis Conjoncture économique Conjoncture financière octobre 2016 Philippe Brossard Synthèse Accélération de l'inflation en Europe et aux

Plus en détail

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada. Principaux événements

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada. Principaux événements mai-11 sept.-11 mai-12 sept.-12 mai-13 sept.-13 mai-14 sept.-14 PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux événements Les ventes d habitations au

Plus en détail

LPP 25 andante. Rapport trimestriel au 31. décembre Photo:auteur de détails:r_k_b by Tobias Bräuning pixelio.de

LPP 25 andante. Rapport trimestriel au 31. décembre Photo:auteur de détails:r_k_b by Tobias Bräuning pixelio.de Rapport trimestriel au 31. décembre 2016 Photo:auteur de détails:r_k_b by Tobias Bräuning pixelio.de Décembre 2016 Allocation des actifs 40.0% 35.0% Portefeuille Indice réf.* Limite 30.0% 25.0% 20.0% 15.0%

Plus en détail

Foire aux questions 1 er trimestre de 2006

Foire aux questions 1 er trimestre de 2006 Foire aux questions 1 er trimestre de 2006 1. Y a-t-il eu des éléments exceptionnels ou des éléments non récurrents dans vos résultats du 1 er trimestre? Non. Les bons résultats du 1 er trimestre sont

Plus en détail

Assemblée Générale du 3 mai 2016. Questions écrites posées au Conseil d administration

Assemblée Générale du 3 mai 2016. Questions écrites posées au Conseil d administration Assemblée Générale du 3 mai 2016 Questions écrites posées au Conseil d administration Pour mémoire, les questions écrites, pour être recevables, doivent être adressées au Président-Directeur Général et

Plus en détail

La planche à billet américaine

La planche à billet américaine ŒKONOMIA Analyse du 5 novembre 2010 La planche à billet américaine La naissance du QE Christophe Brochard Conseil en investissements financiers agréé Conseil en gestion de patrimoine certifié CGPC 14 rue

Plus en détail

REVUE DE PRESSE IMMOBILIER : LES TROIS VILLES À SURVEILLER EN ER TRIMESTRE

REVUE DE PRESSE IMMOBILIER : LES TROIS VILLES À SURVEILLER EN ER TRIMESTRE 1 ER TRIMESTRE REVUE DE PRESSE LES ECHOS LE 30 JANVIER IMMOBILIER : LES TROIS VILLES À SURVEILLER EN NÎMES, METZ ET LE MANS CARACOLENT EN TÊTE DES VILLES OÙ LES PRIX ONT LE PLUS PROGRESSÉ EN 2016. CETTE

Plus en détail

Stratégie d investissement

Stratégie d investissement Stratégie d investissement Société Générale Private Banking Lettre de la Stratégie d investissement Février-Mars 2011 - N 41 Editorial L année 2011 a commencé sur une note positive avec des marchés résolument

Plus en détail

NOTRE SCENARIO Philippe Brossard

NOTRE SCENARIO Philippe Brossard NOTRE SCENARIO Accélération de l'inflation en Europe et aux Etats-Unis Conjoncture économique Conjoncture financière janvier 2017 Philippe Brossard Synthèse Accélération de l'inflation en Europe et aux

Plus en détail

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 16,6 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs Industrie La production industrielle a légèrement fléchi en avril. Les commandes ont été nourries par le secteur des matériels

Plus en détail

AVIS IMPORTANT AUX GESTIONNAIRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET AUX COURTIERS

AVIS IMPORTANT AUX GESTIONNAIRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET AUX COURTIERS DIRECTIVES D APPLICATION FACULTATIVE CONCERNANT LA CLASSIFICATION DU RISQUE DE VOLATILITÉ À L INTENTION DES GESTIONNAIRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF juillet 2015 Données mises à jour au 31 décembre

Plus en détail

Indicateurs conjoncturels france

Indicateurs conjoncturels france Indicateurs conjoncturels france 9 mai 2014 Les données sont brutes sauf mention contraire. Celles publiées durant la dernière semaine sont en bleu. Abréviations utilisées : cjo : données corrigées des

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Année 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Année 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Année 215) Banque Centrale de Tunisie Janvier 216 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Le Fonds Monétaire International (FMI) a révisé, le mois courant, à la baisse

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 3 juin 1 N 7 Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître Les marchés financiers ont été structurés depuis plus de 35 ans par deux évolutions (nous

Plus en détail

L INFLATION EN ZONE EURO DE NOUVEAU EN TERRITOIRE NEGATIF. Perf. Depuis le 31/12/15 ECONOMIE. Depuis le 31/12/15. Perf. Depuis le 31/12/15 MARCHÉS

L INFLATION EN ZONE EURO DE NOUVEAU EN TERRITOIRE NEGATIF. Perf. Depuis le 31/12/15 ECONOMIE. Depuis le 31/12/15. Perf. Depuis le 31/12/15 MARCHÉS Edition du 7 mars 2016 Actualités du 29 février au 4 mars 2016 L INFLATION EN ZONE EURO DE NOUVEAU EN TERRITOIRE NEGATIF Marchés Actions 04/03/16 CAC 40 4459 3,4% 5,5% -3,8% Eurostoxx 50* 3038 3,7% 4,6%

Plus en détail

RS FINANCE BULLETIN FINANCIER

RS FINANCE BULLETIN FINANCIER Publication financière trimestrielle N 3 - Janvier 2011 Chères lectrices, chers lecteurs, vous avez entre les mains le bulletin Financier n 3. VOTRE RÉUSSITE FINANCIÈRE, ENSEMBLE OFFRONS-LUI UN AVENIR

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015

NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015 FEC Fédération des Entreprises du Congo DEPARTEMENT DES ETUDES, FORMATION ET DOCUMENTATION «Division des Etudes» NOTE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE : Ier trimestre 2015 1 2 3 4 5 3,5 5,8 6,6 7,8 5,6 6,3 6,2

Plus en détail

Le dilemme politique de la SNB (Banque nationale suisse) et ce que cela signifie pour le Danemark

Le dilemme politique de la SNB (Banque nationale suisse) et ce que cela signifie pour le Danemark RECHERCHE ÉCONOMIQUE 12 février 21 - N 11 Johannes Gareis et Sylvia Hubar Le dilemme politique de la SNB (Banque nationale suisse) et ce que cela signifie pour le Danemark Le 1 janvier, la Banque nationale

Plus en détail

Tendances conjoncturelles, hiver 2015/2016

Tendances conjoncturelles, hiver 2015/2016 Tendances conjoncturelles, hiver 2015/2016 (données et informations incluses jusqu à mi-décembre 2015) Survol Après avoir stagné durant tout le premier semestre, le PIB de la Suisse affichait une croissance

Plus en détail

Secteur de la construction Québec Perspectives 2005 1

Secteur de la construction Québec Perspectives 2005 1 L OBSERVATEUR SECTORIEL Secteur de la construction Décembre 2004 Secteur de la construction Québec Perspectives 2005 1 1 Résumé des conférences annuelles de la S.C.H.L. et de la Commission de la construction

Plus en détail

OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500. Analyses du Mercredi 08 Juillet 2015

OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500. Analyses du Mercredi 08 Juillet 2015 EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 Analyses du Mercredi 08 Juillet 2015 Devises L'euro dispose d'un potentiel de hausse limité face au dollar mercredi, après avoir reculé

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 octobre 2017 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 octobre 2017 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 octobre 2017 Marie-Pierre Fleury Sommaire Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement

Plus en détail

Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 2011 mais moins favorables en 2012

Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 2011 mais moins favorables en 2012 Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 211 mais moins favorables en 212 Jean Luc CAYSSIALS Direction des Entreprises Observatoire des entreprises L analyse porte sur la situation

Plus en détail

Conjoncture romande et suisse Prévisions jusqu au quatrième trimestre 2011

Conjoncture romande et suisse Prévisions jusqu au quatrième trimestre 2011 Conjoncture romande et suisse Prévisions jusqu au quatrième trimestre 2011 n 64 Septembre 2011 Bouleversements et croissance Après un courte stabilisation du baromètre au dernier bulletin, l'indice conjoncturel

Plus en détail

Certificat Vontobel. Hedge Funds. Votre accès aux Hedge Funds négociable tous les jours en bourse. Vontobel Derivative Products

Certificat Vontobel. Hedge Funds. Votre accès aux Hedge Funds négociable tous les jours en bourse. Vontobel Derivative Products Certificat Vontobel Hedge Funds Votre accès aux Hedge Funds négociable tous les jours en bourse Vontobel Derivative Products Certificat Vontobel 1 Sommaire Qu est-ce qu un Hedge Funds? 2 Votre idée Utiliser

Plus en détail

IMMO DIVERSIFICATION

IMMO DIVERSIFICATION DOCUMENT TRIMESTRIEL D INFORMATION AU 31 DECEMBRE 2013 Société de Placement à Prépondérance Immobilière à Capital Variable Agréée par l Autorité des Marchés Financiers le 30 avril 2013 sous le n SPI20130009

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juillet 2013 898 SYNTHESE En 2012, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca est resté quasi-stable, passant de

Plus en détail

Newsletter Juin 2013

Newsletter Juin 2013 Newsletter Juin 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement - 18 juin 2013... 5 Revue

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE LA BANQUE CIBC ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2007

COMMUNIQUÉ DE PRESSE LA BANQUE CIBC ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2007 COMMUNIQUÉ DE PRESSE LA BANQUE CIBC ANNONCE SES RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE ET DE L EXERCICE 2007 Les états financiers consolidés annuels vérifiés de 2007 de la Banque CIBC et le rapport de gestion

Plus en détail

Les perspectives annuelles 2015

Les perspectives annuelles 2015 Les perspectives annuelles 2015 TENDANCES RÉCENTES des dépenses de communication des annonceurs Dans un contexte économique peu porteur, les dépenses de communication des annonceurs au premier semestre

Plus en détail

RAPPORT HEBDOMA DAIRE

RAPPORT HEBDOMA DAIRE RAPPORT HEBDOMA DAIRE LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE RAPPORT HEBDOMADAIRE - Survol RAPPORT HEBDOMADAIRE p3 p4 p5 p6 p7 Marchés FX Disclaimer La déflagration Brexit - Peter Rosenstreich Quel

Plus en détail

Prévision de l évolution des taux juillet 2017 : la léthargie du marché des taux se prolonge

Prévision de l évolution des taux juillet 2017 : la léthargie du marché des taux se prolonge Prévision de l évolution des taux juillet 2017 : la léthargie du marché des taux se prolonge La fatigue estivale se prolonge en juin. Les tableaux des taux montrent très peu de variations. Les quelques

Plus en détail