Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt EURALILLE Site Internet :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr"

Transcription

1 Recommandations pour l identification de consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hôpital de jour dans le cadre des missions régionales de l UCOG et des filières gériatriques. Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt EURALILLE Site Internet :

2 TEXTES REGLEMENTAIRES ET RECOMMANDATIONS NATIONALES DE REFERENCE : - Instruction DGOS/R/2010/201 du 15 juin 2010 relative aux conditions de facturation d'un groupe homogène de séjour (GHS) pour les prises en charge hospitalières de moins d'une journée ainsi que pour les prises en charge dans une unité d hospitalisation de courte durée (UHCD). - Circulaire DHOS/02 n du 28 mars 2007 relative à la filière de soins gériatriques - Décret n du 21 mars 2007 relatif aux conditions d implantation applicables à l activité de soins de traitement du cancer et modifiant le code de la santé publique. - Arrêté du 29 mars 2007 fixant les seuils d activité minimale annuelle applicables à l activité de soins de traitement du cancer. - Circulaire DHOS/SDO no du 22 février 2005 relative à l organisation des soins en cancérologie. 2

3 I. LES OBJECTIFS DE LA DEMARCHE EN ONCOGERIATRIE La prise en charge des patients âgés atteints de cancer est une priorité nationale, clairement identifiée dans les 3 Plans Cancer. Le premier Plan cancer en 2003 faisait état d un accès aux soins tardifs et d une sous-médicalisation des patients âgés atteints de cancer. La nécessité d une convergence des compétences en cancérologie et en gériatrie a été mise en évidence afin de permettre à tous les patients âgés atteints de cancer de bénéficier d un traitement de qualité les maintenant dans leur cadre de vie, sans retentissement sur leur autonomie. La mesure 38 du Plan cancer est ainsi rédigée : «Mieux adapter les modes de prise en charge et les traitements aux spécificités des personnes âgées». Le Plan cancer et le Plan Cancer ont réaffirmé la nécessité de maintenir la dynamique et de poursuivre les efforts dans ce domaine afin d améliorer la prise en charge des personnes âgées atteintes de cancer. Deux appels d offres de l INCa ont permis, en 2005 puis en 2011, de développer des Unités de Coordination en OncoGériatrie (UCOG). Dans la région Nord Pas-de-Calais, l UCOG a été mise en place par le GCS «C2RC» (groupement qui associe le CHRU et le CLCC Oscar Lambret). L oncogériatrie n est pas une nouvelle discipline mais repose sur une mutualisation des compétences en oncologie et en gériatrie afin : - de remédier à la sous médicalisation ou au retard d accès au soin, - de proposer aux patients âgés atteints de cancer le traitement le plus approprié en tenant compte du bénéfice/risque et de la qualité de vie. Les UCOG ont pour missions de : - diffuser des recommandations de bonnes pratiques en oncogériatrie ; - favoriser la recherche clinique en oncogériatrie ; - favoriser la formation en oncogériatrie de tous les professionnels ; - informer les patients, leurs familles et le grand public des progrès dans la prise en charge des cancers y compris chez la personne âgée. Ainsi, une des missions dévolues aux UCOG est d assurer la diffusion de la pratique oncogériatrique au niveau régional. Dans la Région Nord Pas-de-Calais, cette démarche se fait en lien avec l Agence Régionale de Santé et le Réseau Régional de Cancérologie. II. DES BESOINS SANITAIRES IDENTIFIES DANS LES ORIENTATIONS DU PRS Le cancer représente une pathologie fréquente chez les personnes âgées. Ainsi, tous sexes confondus, près d un tiers des cancers sont diagnostiqués après l âge de 75 ans (17,8% d hommes et 14% de femmes). On estime qu en 2050, près de la moitié des cas de cancers surviendront après 75 ans. Chez les hommes, sur nouveaux cas de cancers estimés en 2011, près de surviennent chez les ans et environ chez les plus de 85 ans. Chez les femmes, sur cas incidents estimés en 2011, apparaissent dans la classe d âge ans et près de après 85 ans. 3

4 Par ailleurs en 2011 dans la région Nord-Pas-de-Calais, parmi les décès des personnes de 75 ans et plus, décès sont attribués à des cancers (44,6% des décès par cancers de la région) (données CepiDC-INSERM). La prise en compte des problématiques spécifiques des personnes âgées telles que celle du cancer, est inscrite dans le Projet Régional de Santé (PRS) élaboré par l ARS. Les orientations stratégiques du PRS visent à mieux organiser la prise en charge dans le cadre de parcours coordonnés adaptés aux différentes catégories de la population. Ainsi, en matière de réponse aux besoins des personnes âgées atteintes de cancer, la priorité est donnée dans : - Le volet gériatrie du SROS-PRS à travers l objectif 4.8 «Développer des partenariats spécialisés et/ou formations pour améliorer les prises en charge avec des référents pour la filière gérontologique de secteur». Il est précisé que les acteurs devront «coopérer dans chaque zone de proximité avec les acteurs de l oncologie et former au moins un gériatre dans le cadre de la filière à l oncogériatrie». - Le volet Cancer du SROS-PRS à travers l objectif visant à promouvoir les bonnes pratiques permettant de garantir à tout patient atteint de cancer, quel que soit l âge, un traitement adapté. III. ENJEUX ET OBJECTIFS DU PROJET La prise en charge oncogériatrique coordonnée nécessite la mise en commun des expertises des oncologues et des gériatres pour améliorer et maintenir la qualité de vie des patients âgés atteints de cancer, au travers de 4 actions : 1/ Le repérage des patients âgés atteints de cancer fragiles nécessitant une évaluation spécifique ; 2/ Un accès à une évaluation ou une prise en charge oncogériatrique aux différentes étapes du parcours de soins selon des critères d indication définis par l UCOG ; 3/ La prise en compte des résultats de l évaluation oncogériatrique lors de la présentation du dossier en RCP ; 4/ Le soutien de l UCOG du C2RC aux équipes de proximité ; l UCOG assurant également le recours régional pour les situations les plus complexes. Ainsi, la prise en charge oncogériatrique repose sur la réalisation d une évaluation médicale globale des patients âgés atteints de cancer afin de proposer le traitement oncologique le plus adapté prenant en compte le bénéfice risque et la qualité de vie. Cette prise en charge spécifique s adresse aux patients à partir de 75 ans. Plusieurs types d évaluation du patient âgé atteint de cancer peuvent être réalisés à des temps différents du parcours des personnes âgées et selon des modalités différentes : - par l oncologue pour repérer la fragilité grâce à un outil simple dénommé «G8» 1 ; - dans le cadre d une consultation gériatrique externe ou au lit du patient ; - dans le cadre d un suivi en consultation ou à distance par téléphone ; 1 Grille Oncodage ou G8 : outil de dépistage de la fragilité des personnes âgées de 75 ans et plus atteintes de cancer, INCa

5 - en hospitalisation de jour pour les cas plus complexes. Le déploiement de l oncogériatrie implique donc la formalisation d une approche graduée et décloisonnée entre l oncologue et le gériatre. Afin de conforter le maillage territorial garantissant aux personnes âgées atteintes de cancer un accès équitable à des soins de qualité, l ARS souhaite, en lien avec l UCOG et le Réseau Régional de Cancérologie, identifier des consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hospitalisation de jour. Le but du présent appel à candidatures est de structurer le maillage territorial de l UCOG en identifiant des consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hospitalisation de jour. Les candidatures devront répondre au cahier des charges défini par l ARS. IV. CARACTERISTIQUES DU PROJET 1) Public visé Les consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en HDJ concernent les patients de 75 ans et plus, adressés par un oncologue ou un gériatre suite à un repérage de leur fragilité grâce à l outil G8, nécessitant une réflexion interdisciplinaire sur la balance bénéfice/risque des thérapeutiques. 2) Territoire d intervention Une consultation interdisciplinaire d évaluation oncogériatrique en HDJ maximum à l échelle d un Centre de Coordination en Cancérologie (3C) est attendue. La consultation est conditionnée par : - Un adossement à une filière gériatrique d établissements ; - Un rattachement à un 3C. 3) Porteur Sont ciblés, les établissements de santé ayant au moins une autorisation d activité de traitement du cancer et disposant d un hôpital de jour de médecine avec des prises en charge gériatriques. 5

6 4) Organisation et fonctionnement L organisation des consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en HDJ repose sur un binôme de référents gériatre/oncologue (ou cancérologue) volontaires pour mettre en place une offre de soins en oncogériatrie à l échelle d un 3C et doit reposer sur les conditions suivantes : Les compétences médicales requises L équipe sera coordonnée par un binôme référent oncologue gériatre. Le gériatre devra être titulaire d un DU d oncogériatrie, ou avoir une expérience d au moins 3 ans en oncogériatrie, ou s engager à se former. Les modalités de réalisation de consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique Les consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique doivent être réalisées en hôpital de jour selon des critères d inclusion définis par l UCOG et le Réseau Régional de Cancérologie. Organisation de l HDJ La réalisation de l hospitalisation de jour est coordonnée par le gériatre référent, aidé d un infirmier formé à la gériatrie et en lien avec l oncologue. L HDJ traduira l interdisciplinarité de la prise en charge. Les évaluations comprennent dans une même journée l intervention d au moins trois professionnels de compétences différentes, le gériatre formé ou ayant une expérience en oncogériatrie et deux autres professionnels paramédicaux hors IDE. L assistant de service social est préconisé en sus des 3 autres professionnels. Le compte-rendu de l HDJ sera constitué par la synthèse de l avis de l ensemble des intervenants ayant rencontré le patient (et son ou ses aidants). Ce compte-rendu devra être transmis au médecin «adresseur», au médecin en charge de la présentation du dossier en RCP et au médecin traitant. Le gériatre s engage à participer à la RCP au besoin. Les critères d admission des patients en HDJ patient âgé de 75 ans et plus, atteint de cancer ; adressé par un oncologue, un spécialiste compétent en cancérologie ou un gériatre ; avec une demande justifiée : patient avec un score G8 < 14 (score de fragilité validé en oncogériatrie) et/ou relevant prise en charge complexe en oncologie 2. Contenu de l évaluation gériatrique L évaluation en HDJ est une évaluation gériatrique approfondie, ciblant notamment : les comorbidités et syndromes gériatriques, 2 Grille Oncodage ou G8 : outil de dépistage de la fragilité des personnes âgées de 75 ans et plus atteintes de cancer 6

7 les traitements habituels reçus par le patient, le contexte social, l autonomie, la mobilité, l équilibre et la marche, les fonctions sensorielles (vue, audition), la douleur, l état nutritionnel, les fonctions cognitives, l état thymique. Suivi des patients Les équipes candidates s engagent à utiliser le dossier médical commun mis en place dans le cadre d un groupe de travail régional. Le suivi des patients qui le nécessitent se fera soit en consultation soit dans le cadre d un suivi téléphonique. 5) Les coopérations et partenariats Les missions régionales et engagements de l UCOG du C2RC L UCOG Nord-Pas-de-Calais regroupe des compétences gériatriques et oncogériatriques permettant d assurer une continuité des réponses de recours au service des établissements périphériques et évitant la rupture du parcours de la personne ou son attente. Les missions de l UCOG labellisées par l INCa sont : - Accompagner les équipes de territoire précédemment décrites et animer un groupe de réflexion régionale ; - Assurer les missions de recours : deuxième avis pour les cas complexes, - Proposer et animer des actions de formation médicale et non médicale ; - Mettre en place et alimenter l observatoire régional ; - Développer la recherche clinique et épidémiologique au niveau régional ; à ce titre l UCOG s engage à informer les équipes territoriales des essais et/ou études ouvertes afin de favoriser l accès des patients âgés atteints de cancer aux essais thérapeutiques et la participation des équipes territoriales à la recherche en oncogériatrie ; - Produire un rapport d activité annuel à l ARS et à l INCa. Les engagements de l établissement porteur de l HDJ Au niveau territorial, l établissement porteur s engage à assurer le lien avec les différentes RCP pour la prise en compte des évaluations gériatriques. Au niveau régional, l établissement s engage à : - Participer à l observatoire régional mis en place par l UCOG, sur la base des données contenues dans le dossier médical régional commun ; - Participer aux réunions régionales animées par l UCOG ; - Etre inscrit dans le groupe professionnel thématique oncogériatrie coordonné par le Réseau régional de cancérologie ONCO Nord-Pas-de-Calais ; - Produire un rapport d activité annuel transmis à l UCOG sur l ensemble des activités y compris les modalités de suivi (consultation et/ou suivi téléphonique) 7

8 - Participer aux dynamiques territoriales mises en place par l UCOG sur leur territoire d intervention. Les liens avec les partenaires L hospitalisation de jour pour la réalisation d évaluations interdisciplinaires en oncogériatrie constitue un des modes d entrée dans la filière gériatrique. Cela signifie que chaque patient évalué pourra se voir proposer selon les données de l évaluation gériatrique une orientation vers d autres dispositifs de la filière gériatrique (consultation/hospitalisation) au besoin, en privilégiant une prise en charge de proximité. Les praticiens exerçant dans les établissements autorisés en cancérologie dans le périmètre du 3C seront sensibilisés à l utilisation de l outil G8, auront à disposition les coordonnées pour solliciter un avis gériatrique (consultation) et les modalités de demande d évaluation interdisciplinaire oncogériatrique en hospitalisation de jour. 6) Capacité de mise en œuvre Le projet devra être mis en œuvre au cours de l année La montée en charge de l activité devra se faire dans un délai maximum de deux ans pour atteindre au minimum 50 évaluations. 7) Modalités d autorisation, d évaluation et de suivi La consultation interdisciplinaire d évaluation oncogériatrique sera identifiée suite à une visite sur place de l ARS et de l UCOG avant sa mise en œuvre. L identification de la consultation sera inscrite dans le CPOM de l établissement. Le porteur devra adresser un rapport d activité, défini en annexe, à l UCOG. L UCOG fera une synthèse par territoire de santé et régionale des données qu il transmettra à l ARS annuellement, ainsi qu à l INCa. 8

9 ANNEXE 1 : LES INDICATEURS Il est demandé aux référents de renseigner un minimum d indicateurs. Ceux-ci seront ultérieurement complétés et formalisés par l UCOG et le Réseau régional de cancérologie. A titre indicatif, il sera demandé à minima : - Nombre de patients ayant bénéficié d une consultation interdisciplinaire d évaluation oncogériatrique - Origine de l adressage : o Interne : établissement de rattachement du binôme o Externe : adressage du patient par un établissement extérieur en précisant son appartenance géographique (établissement appartenant au 3C ou non) - Nombre de consultations réalisées - Nombre d HDJ réalisées - Répartition des patients selon le score G8 (cf annexe 3) 9

10 ANNEXE 2 : LISTE DES DOCUMENTS DEVANT ETRE TRANSMIS PAR LE PROMOTEUR a) Documents permettant l identification du candidat, notamment un exemplaire de ses statuts s il s agit d une personne morale de droit privé, b) Autorisations de l établissement à l activité d hospitalisation de jour de médecine et/ou de cancérologie, c) Diplômes des médecins responsables, attestation de formation complémentaire du médecin gériatre référent ou expériences en oncogériatrie. 10

11 ANNEXE 3 : OUTIL G8 Date de dépistage : /--/--/----/ Nom : Date de naissance : /--/--/----/ Pathologie : Lieu : Effectué par (fonction) : Prénom : Items Réponses possibles (score) Score A Le patient présente-t-il une perte d appétit? A-t-il mangé moins ces 3 derniers mois par manque d appétit, problèmes digestifs, difficultés de mastication ou de déglutition? 0 : anorexie sévère 1 : anorexie modérée 2 : pas d anorexie B Perte récente de poids (< 3 mois). 0 : perte de poids > 3 kg 1 : ne sait pas 2 : perte de poids entre 1 et 3kg 3 : pas de perte de poids C Motricité. 0 : Du lit au fauteuil 1 : Autonome à l intérieur 2 : sort du domicile E Problèmes neuro-psychologiques 0 : démence ou dépression sévère 1 : démence ou dépression modérée 2 : pas de problème psychologique F Indice de masse corporelle 0 : IMC < 18,5 1 : 18,5 IMC < 21 2 : 21 IMC < 23 3 : IMC 23 H Prend plus de 3 médicaments 0 : oui 1 : non P Le patient se sent-il en meilleur ou moins bonne santé que la plupart des personnes de son âge Age 0 : moins bonne 0.5 : ne sait pas 1 : aussi bonne 2 : meilleure 0 : > 85 ans 1 : ans 2 : < 80 ans SCORE TOTAL 0 17 Un score 14 révèle une vulnérabilité ou une fragilité gériatrique devant conduire à une consultation adaptée 11

Activité et perspectives. AOG* * du Centre. C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue

Activité et perspectives. AOG* * du Centre. C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue Oncogériatrie en région r Centre. Activité et perspectives. AOG* * du Centre C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue * Antenne d Oncogériatrie cancer, âge

Plus en détail

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010 2009 2013 Mesure 19 SOINS ET vie des malades Le traitement du cancer mars 2010 dans les établissements de santé en France en 2010 868 établissements de santé sont désormais autorisés à traiter les malades

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau R4 Cécile Balandier Tél.

Plus en détail

Oncogériatrie de l UPCOG à l UCOG. Dr Sophie Abadie-Lacourtoisie 14 décembre 2012

Oncogériatrie de l UPCOG à l UCOG. Dr Sophie Abadie-Lacourtoisie 14 décembre 2012 Oncogériatrie de l UPCOG à l UCOG Dr Sophie Abadie-Lacourtoisie 14 décembre 2012 Historique et missions: de l UPCOG à l UCOG Création le 26 décembre 2007 d un souhait commun de 3 équipes : Nantes, Angers,

Plus en détail

Charte Réseau de santé Epsilon

Charte Réseau de santé Epsilon EPSILON Réseau de coordination à domicile Gérontologie - Soins de support - Soins palliatifs Charte Réseau de santé Epsilon Quatrième version créée du fait du déménagement en mars 2012, faisant suite :

Plus en détail

DEMARCHE DE LABELLISATION REGIONALE DES UNITES HOSPITALIERES DE PRISE EN CHARGE DE L OBESITE

DEMARCHE DE LABELLISATION REGIONALE DES UNITES HOSPITALIERES DE PRISE EN CHARGE DE L OBESITE DEMARCHE DE LABELLISATION REGIONALE DES UNITES HOSPITALIERES DE PRISE EN CHARGE DE L OBESITE Cette démarche de labellisation régionale doit être distinguée de la reconnaissance nationale des centres de

Plus en détail

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Les Rencontres Inter-Régionales de l'asip Santé Jeudi 10 février 2011 Introduction L existence du SI

Plus en détail

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) :

STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : STRUCTURES D ETUDE ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHRONIQUE (SDC) : DEMANDE DE LABELLISATION L instruction DGOS / PF2/2011/188 du 19 mai 2011 actualise le cahier des charges défini par la circulaire du

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ÂGES ATTEINTS DE CANCER QUELLE AMBITION? QUELS PROJETS?

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ÂGES ATTEINTS DE CANCER QUELLE AMBITION? QUELS PROJETS? PRISE EN CHARGE DES PATIENTS ÂGES ATTEINTS DE CANCER QUELLE AMBITION? «Structurer la filière de soins Oncogériatrique en Midi-Pyrénées» QUELS PROJETS? Dr Laurent BALARDY Pôle gérontologique des Hôpitaux

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre. Actualités en Oncogériatrie

Cliquez pour modifier le style du titre. Actualités en Oncogériatrie Cliquez pour modifier le style du titre Actualités en Oncogériatrie En Midi Pyrénées 12 Avril 2011 1 Cliquez pour modifier Principales style actualités du titre Appel à projet INCa «Déploiement national

Plus en détail

Leur mission première est l organisation de

Leur mission première est l organisation de Missions des 3C Leur mission première est l organisation de Réunions de Concertation Pluridisciplinaire Dispositif dannonce d annonce Plan Personnalisé de Soins Promotionde la recherche clinique Soins

Plus en détail

L Oncogériatrie en région. Un exemple en PACA et en Corse

L Oncogériatrie en région. Un exemple en PACA et en Corse L Oncogériatrie en région Un exemple en PACA et en Corse Le contexte national AAP INCa mars 2011 : Déploiement national UCOG PACA : 2 UCOG UCOG PACA-Ouest : CLCC et CHU de Marseille UCOG PACA-Est : CLCC

Plus en détail

Actualités du RRC ONCAUVERGNE

Actualités du RRC ONCAUVERGNE Actualités du RRC ONCAUVERGNE 17 Mars 2015 Professeur Jacques-Olivier BAY Président du RRC ONCAUVERGNE Organisation des soins Coordination des soins en cancérologie Le pré requis indispensable à la qualité

Plus en détail

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV)

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV) Comité de Protection des Personnes Catégorie de recherche : REGION I.. Numèro CPP de la recherche : Un protocole du promoteur x adresse., présenté par le Dr, Service de.., CHU de. N identification : 2015-..

Plus en détail

Règlement de consultation pour la réalisation d une œuvre artistique 1% CULTUREL

Règlement de consultation pour la réalisation d une œuvre artistique 1% CULTUREL Règlement de consultation pour la réalisation d une œuvre artistique 1% CULTUREL COLLEGE JEAN MALRIEU MARSEILLE 13005 Maître d Ouvrage : CONSEIL GENERAL DES BOUCHES DU RHONE Direction de l Architecture

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

Reconnaissance des réseaux régionaux de cancérologie

Reconnaissance des réseaux régionaux de cancérologie Reconnaissance des réseaux régionaux de cancérologie 1 er congrès national des réseaux de cancérologie Vichy le 1er octobre 2010 Fondamentaux de l organisation l de la cancérologie en réseau r régionalr

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ SECRÉTARIAT D ÉTAT À LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Note

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010

Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 Nouvelle procédure d autorisation par appel à projet Dossier de presse 30 juillet 2010 1 Sommaire Une réforme pour qui? Une réforme pour quoi? Objectifs et bénéfices attendus - Répondre plus rapidement

Plus en détail

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES «Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES Lieux de décès en France Loi du 9 Juin 1999 : «Toute personne malade

Plus en détail

ECOLE D INFIRMIER(S) ANESTHESISTE(S) Prénom NOM : Promotion : Lieu de Stage : Du : au : Date de l évaluation mi-stage :

ECOLE D INFIRMIER(S) ANESTHESISTE(S) Prénom NOM : Promotion : Lieu de Stage : Du : au : Date de l évaluation mi-stage : ECOLE D INFIRMIER(S) ANESTHESISTE(S) Prénom NOM : Promotion : Lieu de Stage : Du : au : Date de l évaluation mi-stage : Date de l évaluation de fin de stage : Evaluation réalisée en présence de l étudiant

Plus en détail

EVALUATION DE L UTILISATION DE LA GRILLE G8

EVALUATION DE L UTILISATION DE LA GRILLE G8 EVALUATION DE L UTILISATION DE LA GRILLE G8 EN CANCÉROLOGIE ET DU RECOURS AUX ÉVALUATIONS ONCOGÉRIATRIQUES Une démarche participative pour sensibiliser les professionnels à l oncogériatrie V. Bourcy Dr

Plus en détail

AUDIT REGIONAL DES PRATIQUES EN CANCEROLOGIE NORD PAS DE CALAIS 2013

AUDIT REGIONAL DES PRATIQUES EN CANCEROLOGIE NORD PAS DE CALAIS 2013 AUDIT REGIONAL DES PRATIQUES EN CANCEROLOGIE NORD PAS DE CALAIS 2013 SOMMAIRE METHODOLOGIE... 1 DONNEES REGIONALES ANNEE 2013... 4 1. Caractéristiques du séjour patient... 5 2. Réunion de Concertation

Plus en détail

Règlement d'admission

Règlement d'admission Règlement d'admission concernant la formation d'éducateur spécialisé 1. Définition de la profession et du contexte de l intervention des éducateurs spécialisés Selon l arrêté du 20 Juin 2007 relatif au

Plus en détail

Enregistrement PM5 EN Charte de fonctionnement du centre de coordination en cancérologie Constellation TABLE DES MATIERES 2 PREAMBULE 3

Enregistrement PM5 EN Charte de fonctionnement du centre de coordination en cancérologie Constellation TABLE DES MATIERES 2 PREAMBULE 3 Page : 2 / 9 Table des matières TABLE DES MATIERES 2 PREAMBULE 3 FORME ET MEMBRES DU 3C CONSTELLATION 3 LE 3C EN SYNTHESE 4 FORMALISATION DU 3C 5 MISSIONS DU 3C 5 FONCTIONNEMENT DU 3C 6 A. ARTICULATION3C

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau qualité

Plus en détail

Parcours du patient. Diagnostic (cliniques, cabinets libéraux : généralistes,

Parcours du patient. Diagnostic (cliniques, cabinets libéraux : généralistes, Réseau Onc Oriant Réseau de Cancérologie Territoire de Santé n 3 Juin 25 Parcours du patient Diagnostic (cliniques, cabinets libéraux : généralistes, spécialistes.) RCP Dispositif autour de l'annonce Traitement

Plus en détail

Animateur/Coordinateur de réseaux

Animateur/Coordinateur de réseaux CAHIER DES CHARGES Animateur/Coordinateur de réseaux Dossier suivi par : Annabelle Antal Adresses de retour de la proposition avant le vendredi 8 mars 2013 à 16 heures - Envoi par courrier : Centre INRA

Plus en détail

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie

L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du. patient en Cancérologie L IDE pivot : le fil rouge dans le parcours personnalisé du patient en Cancérologie Nicole Gérentes, Cécile Migala, Patrice Moreau, Véronique Tarit IDE pivots de l Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert Centre de Coordination en Cancérologie d Hématologie Région Limousin INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie une liaison entre la ville et l hôpital Katia Aubert ORGANISATION DE LA CANCEROLOGIE

Plus en détail

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE

DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT DE LA DÉNUTRITION CHEZ L ADULTE EN CANCÉROLOGIE Marie-Noëlle Lombarte. Diététicienne CHU Besançon Service de Radiothérapie-Oncologie médicale/gastroentérologie-nutrition Référent

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-BRIEUC ---------- CENTRE GERIATRIQUE DES CAPUCINS 17 Rue des Capucins 22027 SAINT-BRIEUC cedex1 Tel : 02 96 01 77 69_02 96 01 71 23 FAX :02 96 01 73 14 accueil-jour-geriatrique@ch-stbrieuc.fr

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT

ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ONCOGÉRIATRIQUE PAR LES RÉSEAUX GÉRONTOLOGIQUES DU DÉPARTEMENT DE LA VIENNE COORDINATION DE LA PRISE EN CHARGE EN ONCOGERIATRIE CNRC J-L PEFFERKORN - 2 octobre 2014 LES RESEAUX

Plus en détail

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR Plan Cancer Circulaire d organisation des soins en cancérologie Place du réseau ONCOLOR Les principes d une d prise en charge de qualité! Un accès rapide au diagnostic! L information du patient et son

Plus en détail

Formation PNNS. de formateurs. istna. Organisée par le

Formation PNNS. de formateurs. istna. Organisée par le Formation de formateurs PNNS Organisée par le istna Publics visés Les publics visés en priorité par les formations sont : Les professionnels de la nutrition et de l activité physique, intervenant comme

Plus en détail

Guide de la rotation de gériatrie - Guide du stagiaire -

Guide de la rotation de gériatrie - Guide du stagiaire - Guide de la rotation de gériatrie - Guide du stagiaire - Attentes du stagiaire pour cette rotation 1- Travail interdisciplinaire L interdisciplinarité est la pierre angulaire des soins et services en gériatrie.

Plus en détail

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès aux soins... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE

CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE 1- Contexte et enjeux des Plateformes Territoriales d Appui (PTA) La loi n 2016-41 du 26 janvier 2016 de

Plus en détail

PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne

PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne PRESENTATION DE LA STRUCTURE -Cadre réglementaire - Missions de l Equipe Mobile Gériatrique Le cadre réglementaire Circulaire DHOS

Plus en détail

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION 1 Critères de décision pour le contrôle du GHM 23Z02Z (soins ) correspondant aux GHS 7956 7957 7958 Exposé de la situation Les soins sont inscrits dans les

Plus en détail

Auprès des professionnels :

Auprès des professionnels : CHARTE PARTENARIALE Historique : En 2004, un diagnostic de territoire réalisé sur la Communauté de Communes d Erdre et Gesvres avait mis en évidence la présence de nombreux services à destination des personnes

Plus en détail

Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins. Sous-direction de l organisation et du système de soins

Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins. Sous-direction de l organisation et du système de soins Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation et du système de soins Bureau des réseaux, complémentarités et recomposition des activités de soins (O3) Caisse

Plus en détail

ACCORD DU 12 JANVIER 2015

ACCORD DU 12 JANVIER 2015 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3245 Convention collective nationale IDCC : 1501. RESTAURATION RAPIDE ACCORD

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

1 an après. Optimiser les LISP la démarche de l ARS Bourgogne COMITE REGIONAL SOINS PALLIATFS BOURGOGNE

1 an après. Optimiser les LISP la démarche de l ARS Bourgogne COMITE REGIONAL SOINS PALLIATFS BOURGOGNE COMITE REGIONAL SOINS PALLIATFS BOURGOGNE 2 ème journée d information et de réflexion sur les LISP 3 février 2015 Optimiser les LISP la démarche de l ARS Bourgogne 1 an après 2 3 Optimiser les LISP en

Plus en détail

CERTIFICAT DE CAPACITE POUR EFFECTUER DES PRELEVEMENTS SANGUINS

CERTIFICAT DE CAPACITE POUR EFFECTUER DES PRELEVEMENTS SANGUINS BOURGOGNE DIRECTION DE L OFFRE DE SOINS ET DE L AUTONOMIE Département Personnels et Professionnels de Santé Affaire suivie par : Maryline LECHIEN Courriel : ARS-DOSA-PROFSANTE @ars.sante.fr Téléphone :

Plus en détail

IDE en OncoGériatrie. Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN. 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014

IDE en OncoGériatrie. Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN. 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014 IDE en OncoGériatrie Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014 1. Présentation 2. IDE en Consultation d OncoGériatrie 3. IDE

Plus en détail

Guide d'aide et de remplissage V01 Mise à jour du : 05/02/2013. Guide : - Aide sur le déroulement de l'évaluation interne en EHPAD

Guide d'aide et de remplissage V01 Mise à jour du : 05/02/2013. Guide : - Aide sur le déroulement de l'évaluation interne en EHPAD Guide : - Aide sur le déroulement de l'évaluation interne en EHPAD - Remplissage du référentiel d'evaluation dans les EHPAD Lorrains Qualilor Santé, groupe de travail REEL SOMMAIRE AVANT PROPOS... 2 INTRODUCTION...

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014.

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Basse-Normandie Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Situation en Basse Normandie dans le cadre de la circulaire n DGOS/R4/2013/398 du 4 décembre 2013 relative au positionnement

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2016. Date de clôture : 7 juillet 2016 BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION

APPEL A PROJETS 2016. Date de clôture : 7 juillet 2016 BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION APPEL A PROJETS 2016 Date de clôture : 7 juillet 2016 CAHIER DES CHARGES BILAN DIAGNOSTIC ET ACCES A LA FORMATION Direction de la Vie Sociale (DVS) Service Insertion

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de la cohésion sociale Sous direction de l autonomie des personnes handicapées et des personnes âgées Bureau des services et des établissements

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation à domicile en 2013 Assemblée Générale 2014 Pays d Artois sommaire Définition de l hospitalisation à domicile 2 Les chiffres clés de l

Plus en détail

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Le vieillissement de la population et la forte augmentation de l incidence de la plupart des cancers au-delà de 65 ans font de la prise en

Plus en détail

MARCHÉ DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES. Mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour la réalisation d Agendas

MARCHÉ DE SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES. Mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour la réalisation d Agendas MARCHÉ DE SERVICES CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES Conformément aux dispositions du décret n 2005-1742 du 30/12/05 pris en application de l Ordonnance N 2005-649 du 06/06/05 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

Feuille de route régionale. Plan Cancer III

Feuille de route régionale. Plan Cancer III Feuille de route régionale Plan Cancer III 9 ème colloque Inter 3C des 3C 9 et 10 Marseille 6 novembre 2015 Action 2.1 : Garantir aux patients, avec l appui du médecin généraliste ou de l équipe de premier

Plus en détail

Paris, le 15 mai 2013

Paris, le 15 mai 2013 MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE LA REFORME DE L ETAT, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction du budget 2BPSS n 13-3621 -------- Direction générale de l administration

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais

Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais Cadre de missions des réseaux de santé gérontologiques Nord Pas de Calais Référence : - circulaire DHOS/O3/CNAM n 2007-88 du 2 mars 2007 r elative aux orientations de la DHOS et de la CNAMTS en matière

Plus en détail

CONCOURS GENERAL SESSION 2009

CONCOURS GENERAL SESSION 2009 CONCOURS GENERAL SESSION 2009 Epreuve d admission Partie écrite : Durée : 2 heures Le Centre hospitalier du Val d Ariège (CHVA) est inscrit dans un réseau local de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE PROCEDURE n 01 ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE Rédigé le : 05 janvier 2009 par : Gilles NALLET Modifié le : 13 janvier 2010 Validé le : 13 janvier 2010 par

Plus en détail

L Agence de la Biomédecine

L Agence de la Biomédecine L Agence de la Biomédecine Organisation, missions et AMP Françoise MERLET Agence de la biomédecine francoise.merlet@biomedecine.fr Loi de bioéthique du 06 août 2004 l Agence de la biomédecine Une nouvelle

Plus en détail

Vu le code de la santé publique et notamment ses articles L , L IV, L et R I 6,

Vu le code de la santé publique et notamment ses articles L , L IV, L et R I 6, Convention d association «de l article L. 6132-1 III du Code de la santé publique» entre l AP-HP au titre du CH et U d Ile de France, et l établissement support du GHT (modèle type) entre L Assistance

Plus en détail

Dans le désir d une collaboration efficace, l équipe de RESOAPD 43 est à votre disposition pour toute demande complémentaire.

Dans le désir d une collaboration efficace, l équipe de RESOAPD 43 est à votre disposition pour toute demande complémentaire. Bâtiment Azur I - 1 rue de Dunkerque - 43000 Puy en Velay Tél. : 04.71.04.73.20 Mail : resopad@nerim.net - Web : www.resopad43.org N IDENTIFIANT RESEAU : 960830107 DOSSIER ADHESION MEDECIN Madame, Monsieur,

Plus en détail

Déclinaison du plan national «pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement de fin de vie»

Déclinaison du plan national «pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement de fin de vie» Déclinaison du plan national 2015-2018 «pour le développement des soins palliatifs et l accompagnement de fin de vie» Mercredi 16 septembre 2016 Rencontre ministère Dr Morel Président du comité de pilotage

Plus en détail

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement Enjeux énergétiques de l habitat - Le secteur du bâtiment est

Plus en détail

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique.

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Dr N. SAFFON Equipe Résonance CHU Toulouse Soins Oncologiques de Support DHOS, juin 2004 : «l ensemble des soins et soutiens nécessaires

Plus en détail

Plénière «Relation Ville-Hôpital» Problématique

Plénière «Relation Ville-Hôpital» Problématique Conférence des Réseaux Régionaux de Cancérologie (CRRC) Plénière «Relation Ville-Hôpital» Problématique Eric Bauvin ACORESCA 18, rue Paul Farrando 31100 Toulouse Tél : 06 87 04 67 93 Courriel : président@acoresca.org

Plus en détail

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT UNSA-territoriaux 21, rue Jules Ferry 93 177 Bagnolet Cedex elections@unsa-territoriaux.org 06 17 43 57 96 Circulaire électorale n 9 Le CHSCT Nous avons moins de trois semaines pour faire en sorte que

Plus en détail

LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat

LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat LES SOS ET LEUR COORDINATION Ph Colombat 1/ Les soins oncologiques de support 1-1 la définition Elle a été donnée dans la circulaire DHOS/SDO/201/101 du 22 février 2005 du plan Cancer 1 : «l ensemble des

Plus en détail

Céline TURIN (IDEonco-gériatrie) Dr Nabil ZERHOUNI (Gériatre) Clinique Universitaire de Médecine Gériatrique CHU Grenoble

Céline TURIN (IDEonco-gériatrie) Dr Nabil ZERHOUNI (Gériatre) Clinique Universitaire de Médecine Gériatrique CHU Grenoble Céline TURIN (IDEonco-gériatrie) Dr Nabil ZERHOUNI (Gériatre) Clinique Universitaire de Médecine Gériatrique CHU Grenoble Age et incidence du cancer 60 % des cancers surviennent chez des patients âgés

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination»

Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» 79 Axe prioritaire 3 Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion Objectif thématique 9 : «Promouvoir l inclusion sociale et lutter contre la pauvreté et toute forme de discrimination» Priorité

Plus en détail

CONVENTION. Conclue entre :

CONVENTION. Conclue entre : CONVENTION de financement et de partenariat entre la Caisse Primaire d'assurance Maladie et le Département pour assurer la prise en charge, par l Assurance Maladie, des actes médicaux réalisés par le service

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

ONCOPL, le Réseau Régional de Cancérologie des Pays de la Loire Fabienne Empereur, médecin coordonnateur ONCOPL

ONCOPL, le Réseau Régional de Cancérologie des Pays de la Loire Fabienne Empereur, médecin coordonnateur ONCOPL ONCOPL, le Réseau Régional de Cancérologie des Pays de la Loire Fabienne Empereur, médecin coordonnateur ONCOPL mardi 4 novembre 2014 1 Missions des RRC «Garantir, à tous les patients atteints de cancer

Plus en détail

ACCORD DU 13 JUIN 2012

ACCORD DU 13 JUIN 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3212 Accords nationaux ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE Personnels intérimaires

Plus en détail

OFFRE DE RECRUTEMENT N 011/2016

OFFRE DE RECRUTEMENT N 011/2016 OFFRE DE RECRUTEMENT N 011/2016 Fonction : Consultant (M/F) Formation «AMPUTATION» 1. Fiche signalétique de la mission Titre étude/recherche : FORMATION DES KINESITHERAPEUTES, DES MEDECINS ET DES INFIRMIERS

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION HDJ

DOSSIER D INSCRIPTION HDJ DOSSIER D INSCRIPTION HDJ Fiche de renseignements administratifs page 1 Fiche d Activités physiques et loisirs page 2 Contrat Education nutritionnelle pages 1 à 2 Dossier médical (à remplir par les parents)

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL DEPARTEMENT COMMUNICATION INFORMATION ET DEBAT PUBLIC UNITE INFORMATION EDITION

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

APPEL A PROJETS 27 octobre 2017

APPEL A PROJETS 27 octobre 2017 - - Accompagner le développement des démarches innovantes menées par les établissements de santé de la région Ile-de-France pour faciliter le virage ambulatoire en médecine APPEL A PROJETS Date limite

Plus en détail

Cahier des charges de suivi de la Permanence des Soins en Etablissements de Santé (PDSES)

Cahier des charges de suivi de la Permanence des Soins en Etablissements de Santé (PDSES) Cahier des charges de suivi de la Permanence des Soins en Etablissements de Santé (PDSES) 1) Objet du cahier des charges : Ce cahier des charges a pour objet de définir les engagements auxquels souscriront

Plus en détail

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale

Réunion du GT CSFPE réforme territoriale MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Réunion du GT CSFPE réforme territoriale L accompagnement RH de la réforme 16 juin 2015 1 Ordre du jour 1. Point d actualité et retour sur les

Plus en détail

COMPTE RENDU COMITÉ D EXPERTS MÉTIER VILLE HOPITAL 09-04-13. INSTITUT GERNEZ RIEUX Tableau de présence :

COMPTE RENDU COMITÉ D EXPERTS MÉTIER VILLE HOPITAL 09-04-13. INSTITUT GERNEZ RIEUX Tableau de présence : COMPTE RENDU COMITÉ D EXPERTS MÉTIER VILLE HOPITAL 09-04-13. INSTITUT GERNEZ RIEUX Tableau de présence : Dr ABBIOUI Soffia Médecin Généraliste ONCO NPDC Dr BAELEN TECHER Cécile Médecin soins palliatifs

Plus en détail

Soins Oncologiques de Support

Soins Oncologiques de Support Soins Oncologiques de Support DEFINITIONS et CONCEPTS PROPOSITIONS D ORGANISATION Novembre 2005 CA GRASSPHO NOV 05 1 DEFINITIONS CA GRASSPHO NOV 05 2 SOINS CURATIFS «Les soins curatifs cherchent à guérir

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D AZUR DIRECCTE PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR POLE ENTREPRISES, EMPLOI ET ECONOMIE SERVICE DES ENTREPRISES DEPARTEMENT REDRESSEMENT ECONOMIQUE Marseille, le 19 avril

Plus en détail

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur NOR : MTSA0755914A

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur NOR : MTSA0755914A Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur NOR : MTSA0755914A La garde des sceaux, ministre de la justice, le ministre du travail, des relations sociales et de la solidarité,

Plus en détail

Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO

Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO 1 Claire QUEVAL cadre de santé Monaco Age Oncologie 19/20 mars 2015 CALIPSSO - 3C Hôpital Henri Mondor 2 Des problèmes fréquents Fréquence

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2015-2016 Alexandra CURT - Claire EMERIT - Estelle GARCIA Formatrices Sylvie CLARY - Directrice L équipe

Plus en détail

DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT

DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT Organismes publics CONTACTS Adresser tous courriers à Monsieur le Président de la Région Languedoc-Roussillon A l attention de la Direction de l Environnement Hôtel de Région

Plus en détail

CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE

CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE CULTURE EUROREGION DEUX APPELS A CANDIDATURES EN 2012 : AXE 1 : APPEL A PROJETS STRUCTURANTS AXE 2 : BOURSES A LA MOBILITE I - CONTEXTE Les membres de l Eurorégion Pyrénées-Méditerranée souhaitent valoriser

Plus en détail