Entrer dans l'assurance, choix ou hasard?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Entrer dans l'assurance, choix ou hasard?"

Transcription

1 Atelier 19 Entrer dans l'assurance, choix ou hasard? Président : Thierry DEREZ, directeur général de GMF assurances Intervenants : Thierry CHERIER, délégué général Paris Grande-Couronne de La Mondiale, Catherine LEROY, directeur des ressources humaines de PFA, Gérard LOBJEOIS, chargé de mission auprès de l'observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance, Bruno RITCHIE, responsable du département risques spatiaux des AGF Introduction de Thierry DEREZ Le sujet de notre atelier «Entrer dans l'assurance, choix ou hasard?» est inhabituel dans cette enceinte. Il sent la philosophie, la métaphysique, la psychologie et peut-être même l'existentialisme. On sait que l'existentialisme est un humanisme depuis que Sartre nous l'a révélé. Bref, je ne veux pas vous inquiéter, mais ce sujet sent le piège. Cela posé, rendu à ce degré d'incertitude, je pense qu'il n'est pas inutile d'appeler un philosophe au secours. On pense à Pascal, qui a beaucoup fait pour les assureurs, qui est là pour mettre du baume sur nos doutes, un peu l'assureur et pourquoi pas le réassureur de nos esprits. Rassurez-vous, Pascal a répondu, il a dit : «La chose la plus importante du monde dans la vie est le choix du métier, le hasard en dispose.» La réponse est nette mais nous satisfait-elle? Pas complètement, j'en ai l'espoir. Nous avons besoin de croire que nous ne sommes pas pour rien dans notre vie, que notre volonté a été un peu faite. Pour ce qui me concerne, je m'en rapporterai à votre appréciation. Je me souviens de mes jeux d'enfant. Mes camarades, eux, rêvaient qu'ils gouvernaient des galions, qu'ils sauvaient des belles enlevées par les barbaresques, qu'ils combattaient sur tous les océans. Moi, j'étais là, au port, au poste, j'attendais, me rongeant les sangs, me demandant si une avarie, un piratage et, pourquoi pas? un naufrage allaient ruiner des espoirs chimériques. L'assurance me fascinait tellement que, quelques années plus tard, en cours de latin, j'ai répondu au professeur qui m'interrogeait que SPQR signifiait «Sinistre et prime quantifiable rapidement». Il a soutenu, avec beaucoup d'entêtement, que ce n'était pas vrai. A la fin de mes études, caractérisé par la timidité qui est celle des assureurs en général et des courtiers en particulier, je n'ai jamais osé frapper à l'huis de ces grands immeubles où les sociétés d'assurances installent leurs sièges sociaux. Je rejoignis donc un monde chaleureux, un monde transparent, dont le fonctionnement est connu de tous : je suis devenu avocat. Vous vous en doutez, en devenant avocat, je nourrissais l'espoir de plaider un jour pour une société d'assurances, sans aller jusqu'à des sociétés d'assurances. Non, rien à faire, j'ai plaidé pour une multitude de gens qui faisaient tous 1

2 les métiers, du plus beau au plus vieux métier du monde. D'assureur, point. Pourtant, je savais, parce que je lisais des recueils de jurisprudences, que les assureurs étaient des consommateurs de droit, je savais aussi qu'ils participaient à des audiences. Une fois même, j'ai croisé le représentant d'un assureur dans une salle de référé. Et puis, un samedi après-midi, en novembre 1993, une voix me dit : «Vous connaissez la GMF? J'ai entrepris de la redresser, il me faut un avocat.» Cette voix était celle de M. Christian Sastre. Quelques minutes plus tard, nimbé d'azur, il m'apparaissait dans mon bureau. C'était parti. Pendant une année, j'ai travaillé près de lui à la réalisation de ce qui est un grand projet. Plus encore que la fréquence et la difficulté des épreuves que nous avons traversées, je crois, faisant référence à Proust, que c'est la consanguinité de nos âmes qui nous a rapprochés. Après un an de collaboration, il m'a proposé d'intégrer le groupe et de devenir directeur général de la GMF. J'ai accepté, essentiellement en raison de la personnalité de M. Christian Sastre ; j'ai accepté aussi parce que je pensais, et je pense toujours, que l'assurance a un avenir si elle sait évoluer et se remettre en question. L'assurance a un avenir si elle sait évoluer et se remettre en question Un constat : la mauvaise image de marque de l'assurance Les hommes, c'est un cliché, ont besoin de sécurité. Il me paraît d'évidence qu'il appartient aux assureurs d'y répondre, mais cela suppose une pratique qui soit moins poussiéreuse. Il faut non seulement chasser une image courtelinesque qui nous accable souvent, mais aussi faire que l'éviction de cette image soit connue du public. Cela ne sera réussi, à mon sens, que si nous accordons une attention particulière à l'être humain. Quand j'ai quitté la profession d'avocat pour devenir assureur, j'ai franchi victorieusement un cran dans l'estime des Français. Les assureurs sont en gros à la 177 e place parmi les professions. Je ne parle même pas du rêve qui consisterait à se situer à hauteur des infirmières, des pompiers et des chirurgiens. Mais, sans parler de professions aussi renommées que celles-là, les assureurs ne sont suivis que par les huissiers, les avocats et les employés des pompes funèbres. On peut lire les choses de façon plus stimulante en disant que la marge de progrès est grande. Pour ma part, ayant franchi un seul cran, d'avocat à assureur, je ressentais une profonde satisfaction. Mais pensons-nous sérieusement qu'à partir d'une image comme celle-là, qui est finalement le reflet de ce que les Français appréhendent de l'assurance, nous puissions avoir une capacité d'attraction dans notre activité? Une piste peut-être nous est ouverte. Il y a un secteur dans notre activité où nous sommes très populaires : l'assistance. L'assistance n'est pas seulement la capacité d'intervenir au moment où le sinistre se produit, c'est aussi et surtout un moment de réconfort apporté à l'assuré. Il y a là une dimension de rapidité mais aussi d'humanité, qui est peut-être un des leviers qui permettra à l'assurance de se débarrasser de son image poussiéreuse et négative. L'assurance étend le champ du possible A titre personnel, l'assurance m'a séduit par le caractère illimité de ses interventions, de son champ d'action. On a tous un peu besoin d'absolu et c'est vrai que l'assurance, présente dans toute activité humaine, offre quelques satisfactions et quelques apaisements à ce besoin. L'assurance étend le champ du possible pour l'humanité. On l'a 2

3 vécu il y a quelques siècles avec la navigation, on le vit aujourd'hui à travers la conquête de l'espace. L'assurance étend aussi le champ du possible pour l'individu. Je ne parle pas seulement des assurances obligatoires, je parle aussi des assurances qui permettent à des gens, pour autant qu'ils aient le sens des responsabilités, d'accomplir certaines pratiques sportives qui seraient rendues beaucoup plus difficiles si l'assurance n'existait pas. L'assurance n'est pas spectaculaire L'assurance pâtit sans doute de ne pas être une activité spectaculaire. Elle est de second rang. Or, que nous le voulions ou non, nous vivons dans une société qui est celle du spectacle. Un livre a même été intitulé La Société du spectacle, dénonçant quelques-uns des travers les plus durs et les plus ridicules de cette société. L'assurance, faute d'être spectaculaire, ne paraît pas très attrayante. Les Français méconnaissent les grands mécanismes économiques Ce caractère peu attrayant de l'assurance se combine en France avec une certaine méconnaissance des grands mécanismes économiques. Quand nous observons au-delà des frontières et que nous tournons notre regard notamment vers le monde anglo-saxon, nous nous apercevons que l'attention portée aux mécanismes de l'assurance, que ce soit dans les ouvrages théoriques, dans les écrits de vulgarisation ou encore dans les paroles des hommes politiques, y est incomparablement plus importante qu'en France. La raison tient sans doute à ce que Max Weber a isolé de l'éthique protestante et de l'esprit du capitalisme. Il demeure que, très certainement, nous avons, quant au discours et à la valorisation de l'activité de l'assurance en France, beaucoup d'idées à emprunter à cette connaissance des mécanismes économiques. Une éducation économique qui fera des citoyens plus responsables et plus attentifs à leurs intérêts ne peut être que souhaitable. Bien entendu, il y a un corollaire. A partir du moment où l'assurance, débarrassée de ses vieux habits, intégrera de façon normale et définitive le périmètre de l'économie, elle sera jugée sur des critères économiques. Ces derniers incluront notamment la productivité. L'éventail des métiers que l'on rencontre dans notre secteur est extrêmement vaste. Chacun collabore dans les groupes d'assurances en fonction de sa formation et de sa spécialité. Cela signifie que, pour une question telle que celle qui nous est posée, il est difficile de raisonner de façon trop schématique, trop linéaire ou trop normative. Favoriser les échanges dynamiques entre l'assurance et les autres secteurs Actuellement, la question qui nous est posée est considérablement faussée par le phénomène du chômage. Nous n'avons pas besoin de faire beaucoup d'efforts, la demande est telle que toute remise en question est presque superflue si l'on raisonne à court terme. Mais l'assurance ne doit pas raisonner à court terme et nous devons faire en sorte que, lorsque la demande aura retrouvé un équilibre, nous puissions, nous assureurs, être choisis. Je pense qu'il n'y a pas de plus grand honneur que d'être choisi et je souhaite donc mettre tout en œuvre pour que les entreprises d'assurances soient en situation d'être choisies par ceux qui veulent y entrer. L'énoncé du sujet dit «entrer dans l'assurance». Je ne sais pas si on entre dans l'assurance au sens où on l'entend quand on pense à entrer dans les ordres ou à entrer dans la carrière militaire. J'ai davantage le sentiment et le ministre de l'education 3

4 nationale, M. Claude Allègre, l'a dit récemment que dorénavant une personne, au cours de son existence professionnelle, sera très certainement amenée à changer plusieurs fois de métier. Je pense que la problématique doit être posée non pas en termes de carrière, ce qui d'ailleurs nous fait retomber dans un travers courtelinesque, mais en termes de dynamique. Il faut que les flux de personnes irriguent l'assurance, et pas nécessairement avec la vocation d'y rester pendant toute leur carrière. Il faut qu'il y ait des échanges dynamiques entre l'assurance et les autres secteurs. Si la FFSA nous a proposé de parler devant vous, c'est bien évidemment que nous avons connu chacun d'autres activités. Je vais maintenant céder la parole à Mme Catherine Leroy, qui vous dira quel a été son parcours professionnel avant d'entrer dans l'assurance. Je vous dirai simplement que, si moi j'étais prédestiné à faire de l'assurance, elle rêvait d'être égyptologue! Intervention de Catherine LEROY De la métallurgie à l'assurance Contrairement à mon voisin, j'ai fait, pendant une première partie de mon existence, une course-poursuite avec les assurances sans savoir si elles arriveraient à me rattraper ou non. Pendant mes études juridiques, j'ai, tout à fait par hasard, choisi le droit des assurances au moment de la licence. Cette première expérience du monde des assurances n'a pas suffi à me convaincre, puisque, lorsque le père de mon meilleur ami de l'époque m'a proposé de devenir agent général, j'ai pris la fuite à toutes jambes. Comme quoi tout le monde peut se tromper! Je suis entrée dans un secteur très différent de l'assurance, celui de la grosse métallurgie puis de la sidérurgie, secteur féminin comme chacun sait, mais qui a tout l'attrait d'un secteur où le dialogue est vivifiant! Lorsque je suis entrée dans la sidérurgie, vers 1985, c'était un monde qui vivait sous l'emprise du passé, extrêmement traditionnel, hiérarchique, technicien toute ressemblance avec un autre monde ne serait que pure coïncidence C'est un monde qui a évolué avec une rapidité stupéfiante (en sept à dix ans), sur le plan technique et sur le plan humain. Une fois que cette évolution a été faite, j'ai trouvé que mon travail avait moins d'intérêt. Je voulais construire. J'ai alors regardé autour de moi les secteurs où une personne qui voulait construire avait sa place. Dans l'industrie, une grande partie de ce travail avait déjà été fait. Dans l'education nationale, il y avait beaucoup à faire, trop pour moi. A force de chercher, j'ai trouvé le secteur des assurances. Cela a été le coup de foudre a posteriori. Je me suis dit que c'était un monde passionnant, dans lequel il y avait énormément de choses à faire en termes de ressources humaines et qui avait la volonté de les faire. Je suis donc entrée dans ce monde des assurances, qui a beaucoup de points communs avec celui de l'industrie lourde d'où je venais, ce que j'ai dû expliquer aux personnes qui m'ont recrutée et qui doutaient de ma connaissance du tertiaire. On m'a fait confiance. Il y a trois ans que je suis là et pour l'instant ça va. 4

5 L'assurance est un monde d'avenir Pour moi, la question «Choix ou hasard?» a une réponse très claire : j'ai fait un choix tout à fait volontaire. Je crois qu'il y a aujourd'hui beaucoup de raisons de choisir le monde des assurances, parce que justement c'est un monde en très forte évolution. Le secteur de l'assurance est un monde d'avenir s'il se transforme beaucoup et s'il fait confiance à ses hommes, ce qui n'a pas toujours été le cas. C'est un monde d'avenir parce qu'il s'inscrit parfaitement dans nos évolutions sociétales. Ce n'est plus le monde de l'assurance obligatoire, fermé. En revanche, il y a énormément de domaines où notre imagination d'assureur peut nous amener à intervenir. L'espérance de vie étant de plus en plus élevée, nous avons un rôle important à jouer, et difficile parfois à expliquer au public, dans le domaine de l'assurance de l'ensemble des risques de la vie courante. Notre gros problème sera plutôt de les vendre, en raison de notre image d'assureurs de l'obligatoire, donc de casse-pieds qui forcent à acheter un produit dont on n'a pas spécialement envie. Nous devons également revoir notre rapport avec les clients. Lorsque l'on est jeune, ou moins jeune, et que l'on a une certaine idée du service au client, on a sa place dans les assurances parce que ce sont des idées relativement neuves auxquelles nous devons, nous, gens des ressources humaines, habituer les gens. Ce n'est pas une idée naturelle dans un service sinistres, par exemple, de répondre à un client au bout du fil en s'intéressant à lui. La réaction est plutôt : «Qu'est-ce qu'il vient, celui-là, me déranger, alors que je suis tranquillement en train de régler des dossiers sur le papier?» Je caricature un peu, mais ce n'est pas totalement faux. Le rôle des jeunes, qui trouvent que l'attention aux clients est naturelle, est très positif pour faire bouger les habitudes et les mentalités. Pourquoi ai-je refusé, à la fin de mes études, d'entrer dans l'assurance? Parce que cela me semblait un monde hyper-hiérarchisé, sans responsabilité, ennuyeux. Cette perspective ne m'attirait pas du tout, malgré les congés nombreux et la retraite assurée. Aujourd'hui, tout cela a profondément changé. Pour un jeune, entrer dans l'assurance est une perspective réellement motivante. Il faut que nous arrivions à parler aux jeunes, à les en convaincre. C'est un peu pour cela que nous sommes là aujourd'hui. Thierry DEREZ : Vous avez compris à travers les explications de Mme Catherine Leroy que ses rêves d'égyptologie n'avaient rien à voir avec le caractère poussiéreux qu'on pouvait trouver dans certaines archives de sociétés d'assurances. Maintenant, c'est un garçon qui voulait être pilote de chasse qui va vous parler de ce qui l'a amené à intégrer le monde de l'assurance. Intervention de Thierry CHERIER Commercial en assurances : un choix atypique Le moins que l'on puisse dire, en effet, est que je n'avais pas de vocation particulière à entrer dans l'assurance. J'en avais même tellement peu que, lorsque j'ai annoncé ma décision à mon père, agent général, je n'ai pas vraiment été soutenu, pour ne pas dire le 5

6 contraire. Pour autant, j'ai fait ce choix alors que les fonctions commerciales n'avaient pas encore acquis leurs lettres de noblesse. A cette époque, bon nombre de sociétés d'assurances, conscientes de ces difficultés, optaient pour des systèmes d'annonces anonymes et organisaient des entretiens collectifs de préembauche. En règle générale, elles se gardaient bien de convoquer les candidats dans les locaux de l'entreprise, elles préféraient des lieux complètement neutres. Lorsqu'en fin de présentation les intervenants des sociétés d'assurances expliquaient aux candidats qu'il s'agissait d'entrer dans un réseau salarié d'une société d'assurances et d'y exercer une fonction commerciale, la moitié, voire les deux tiers de la salle se dirigeaient précipitamment vers la sortie. Cela vous donne une idée assez précise de l'image de cette profession. En France, les vendeurs ne sont pas tellement appréciés ni reconnus. La combinaison vente et assurances constitue un mélange détonant où les images négatives des deux professions se cumulent. Pourtant, j'ai fait ce choix car j'ai rencontré un homme qui a su me convaincre et me présenter le métier de commercial en assurances de personnes sous un jour nouveau. Un métier qui a profondément évolué et qui mérite d'accueillir de jeunes diplômés Je crois que je suis le plus ancien assureur à cette tribune puisque je travaille depuis quinze ans dans ce secteur. J'ai pu mesurer, au cours de cette longue période, la profonde évolution de ce métier, qui, je crois, mérite aujourd'hui d'accueillir de jeunes diplômés. A l'heure actuelle, c'est un métier très intéressant et qui, comme le disaient les deux intervenants précédents, offre de réelles perspectives d'avenir. Pourquoi? Parce que le rôle de l'assureur de personnes a énormément évolué, en raison de la fin de l'etat providence, des difficultés des systèmes de retraite obligatoire, etc. Les gens qui nous rejoignent maintenant ont la chance de découvrir un métier qui s'est largement complexifié, dans lequel les enjeux sont beaucoup plus importants que dans le passé et où ils vont pouvoir se réaliser, et ce à tous les niveaux. Le métier des conseillers commerciaux s'est considérablement enrichi grâce au développement de la fonction de conseil. Dans l'assurance, le conseil est très important, dans la mesure où l'environnement juridique, fiscal et social s'est compliqué au cours des dernières années et où les dispositions fiscales offertes aux assurés potentiels sont de plus en plus nombreuses. Cette complexification du métier de conseiller commercial attire de plus en plus de gens issus de l'enseignement supérieur. Par ailleurs, les possibilités d'évolution de carrière sont extrêmement favorables, puisque à ceux qui le souhaitent et qui en ont les compétences l'occasion est offerte d'évoluer vers des fonctions de management et de construire une carrière d'organisateur au sens large inspecteur ou responsable de région pour éventuellement aboutir à des responsabilités de management d'équipe relativement importantes. Ce métier est donc très enrichissant. Mais de gros progrès restent à faire en termes de communication pour valoriser la fonction des commerciaux. Thierry DEREZ : M. Gérard Lobjeois, lui, voulait être cuisinier. Vous avez la parole. 6

7 Intervention de Gérard LOBJEOIS L'assurance pour moi : un hasard Dans mon choix du secteur de l'assurance se combinent le hasard et la nécessité. Je travaille depuis trente-sept ans dans ce secteur et j'y suis entré tout à fait par hasard. Issu d'une famille ouvrière et orphelin de père, j'ai dû travailler dès l'âge de 16 ans. J'avais alors le choix entre le Comptoir national d'escompte de Paris, devenu la BNP, et le Phénix, devenu les AGF. Au cours de ma carrière professionnelle, j'ai eu des activités de représentation qui m'ont conduit à siéger dans de nombreux organismes professionnels. Je suis passé du Conseil national des assurances au Conseil économique et social et j'occupe aujourd'hui une fonction de chargé de mission auprès de l'observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance. La rénovation de l'image de notre profession Je rappelle que l'observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance a un rôle de veille sociale. C'est une association loi de 1901 issue de la FFSA et du Gema, et dont la création s'inscrit dans le cadre de la rénovation des conventions collectives nationales de l'assurance pour dépoussiérer l'image de notre métier et donner une vision dynamique et ouverte sur l'extérieur de l'évolution de notre profession. On peut considérer que, pendant très longtemps, le hasard était l'élément fondamental de l'entrée dans notre profession, avec notamment la tradition de la transmission de père en fils des agents généraux. On assiste actuellement à une rénovation de l'image de notre profession, qui s'est ouverte sur le monde extérieur. Certains dirigeants de sociétés d'assurances ont fait la Une des journaux économiques, la publicité grand public (à la télévision notamment) est devenue plus active dans un contexte de concurrence accrue. Récemment, dans les assises des métiers, il est apparu que les jeunes étudiants s'intéressaient de plus en plus aux métiers de l'assurance. Il faut cependant relativiser, car la pression du chômage explique aussi, en partie, l'attrait nouveau des métiers de l'assurance. L'adéquation entre les formations et la capacité d'absorption de nos entreprises Nous devons faire attention à l'adéquation entre les formations et la capacité d'absorption de nos entreprises. Actuellement, le problème est à la fois quantitatif et qualitatif. Les problèmes quantitatifs Les effectifs administratifs diminuent régulièrement, les effectifs commerciaux progressent légèrement, ce qui fait que, globalement, la population des commerciaux devient plus importante mais sur une assiette restreinte. A partir de là, il faut prendre garde à ce que les éléments quantitatifs ne suscitent pas une formation que nous ne serions pas capables d'absorber dans nos métiers. Chaque année, 300 à 400 jeunes suivent les cours en vue du BTS. Avons-nous la capacité de les absorber? En l'état, on peut dire que oui. Mais ces embauches se feront-elles par lissage social de la sortie des effectifs antérieurs ou par substitution? C'est une interrogation sociale. 7

8 Les problèmes qualitatifs On constate aussi que, au cours des dernières années, 40 à 50 % des embauches annuelles ont concerné des fonctions non spécifiques à l'assurance (marketing, informatique, communication, études et conseil, gestion et organisation). Depuis maintenant deux ans, une partie de ces tâches est externalisée et on observe un recentrage sur le métier. Le recrutement se trouve donc modifié par rapport aux formations initiales des jeunes qui se présentent. Cette année, sur une population de personnes, c'est-à-dire environ 90 à 92 % des effectifs théoriques rattachés à la FFSA et au Gema, ont été embauchées et sont encore en place au 15 décembre personnes, soit 8,31 % des effectifs totaux. La moitié des embauches ont concerné des commerciaux (4 577 personnes, soit 50,7 % des embauches de 1997), essentiellement dans les réseaux salariés (3 498 personnes sur 4 577). Mais une nouvelle catégorie émerge dans les commerciaux : la vente assise au guichet. Chez les commerciaux, le turnover est très élevé : il représente 32 % de la population des personnes et 50,7 % des recrutements ; c'est un problème sur lequel nous devons nous interroger. La seconde grande famille qui se développe beaucoup est celle de la gestion de contrats. Elle représente 16,5 % des embauches : l'écart est donc important avec les commerciaux. Les autres familles ne représentent chacune qu'entre 2 et 5 % des embauches. Phénomène nouveau également, on voit se développer depuis cette année le recrutement à caractère polyvalent. Il s'agit d'un recrutement de diplômés de grandes écoles qui se fait sans précision de carrière. Ces jeunes diplômés sont appelés à avoir une mobilité à l'intérieur de la société en fonction de leur formation initiale et des expériences acquises au fur et à mesure de leur vie professionnelle. Monsieur Thierry DEREZ : Nous allons écouter maintenant un enfant de la conquête de l'espace. Monsieur Bruno Ritchie, vous avez construit des fusées avant de les assurer. Intervention de Bruno RITCHIE Les personnes dans la salle qui ont déjà eu une expérience professionnelle ont pu constater le cloisonnement important entre les différents domaines de l'industrie et des services en France. Il est assez rare de changer de secteur une fois que l'on a commencé sa carrière dans un secteur donné. Aujourd'hui, pour des jeunes qui entament leur vie professionnelle, le problème n'est pas de faire carrière dans un secteur, mais plutôt d'être extrêmement mobile et de capitaliser des expériences acquises dans un secteur industriel donné. Le thème de cet atelier «Entrer dans l'assurance, choix ou hasard?» va m'amener à parler de mon cas personnel et de certains de mes pairs qui travaillent dans le secteur des risques industriels dans le cadre d'une association récemment créée sous l'égide de la FFSA, l'association des souscripteurs internationaux de Paris, dont j'assure la présidence. Cette association a pour vocation de développer la notoriété de la place de Paris dans le secteur de l'assurance des risques industriels. 8

9 De l'industrie spatiale à l'assurance des risques spatiaux Avant de m'occuper d'assurance spatiale, je m'occupais de technique spatiale. J'ai eu l'occasion de mener plusieurs activités dans l'industrie spatiale, que ce soit des essais de satellites, des opérations de lancement en Guyane, des opérations de suivi des performances d'ariane 4 ou même de la conception sur Ariane 5. Après quelques années d'expérience, je suis retourné à l'école, dans une perspective de mobilité. Je suis allé faire un MBA, une formation complémentaire à la gestion. La combinaison de mon expérience technique en tant qu'ingénieur et de ce MBA m'a assez naturellement ouvert les portes du secteur de l'assurance dans le domaine des risques spatiaux. Des relations très fortes entre les grands industriels et l'assurance des risques d'entreprises Le secteur de l'assurance est de plus en plus un accompagnateur des grands projets industriels et du développement de l'industrie en France. En fait, il existe des relations extrêmement poussées entre les grands industriels et l'assurance des risques d'entreprises. L'assurance des risques d'entreprises, ce sont les différentes couvertures que l'on peut proposer à un industriel, que ce soit dans la protection de ses actifs (incendie, pertes d'exploitation), dans le cadre de la mise en cause de sa responsabilité (responsabilité civile exploitation, responsabilité civile professionnelle, etc.), dans celui des montages de ses différents projets. En effet, les financiers qui soutiennent les grands projets industriels imposent de plus en plus des garanties et le transfert absolu du risque en dehors de la structure qu'ils financent. C'est une tendance importante dans l'industrie, qui vise à faire intervenir les assureurs de risques d'entreprises très en amont dans les projets pour assurer aux banquiers in fine la garantie que la dette sera correctement servie et que le risque porté par l'industriel sera réduit, en principe, au simple risque commercial, qui n'est pas assurable au sens classique du terme. Les relations entre l'industrie et l'assurance se développent considérablement. Dans ce cadre, le souscripteur est un acteur important. C'est la fonction que j'occupe actuellement aux AGF, l'acte de souscription étant d'accepter ce transfert de risque de l'industrie à l'assurance. Cela passe par un certain nombre d'étapes, qui sont presque les mêmes dans tous les domaines de l'assurance des risques d'entreprises : l'analyse du risque, la vérification de son assurabilité, sa quantification et la détermination de son niveau de rémunération, la mise en place du contrat. Cette activité de souscription est intimement liée à la connaissance que l'on peut avoir du secteur industriel en question. C'est la raison pour laquelle on assiste à un transfert croissant de personnes de l'industrie vers l'assurance des risques industriels. Cela permet de dire que, dans le choix de l'assurance, la place du hasard n'est pas si importante. Les sociétés d'assurances recherchent des personnes qui connaissent bien le secteur industriel dans lequel elles veulent se développer. Sur les 70 personnes adhérentes de l'association des souscripteurs internationaux de Paris, il est intéressant de constater qu'il y a deux types de populations : l'une qui a une expérience professionnelle préalable et l'autre qui n'en a pas et qui, visiblement, a choisi l'assurance comme domaine d'intervention presque naturel. Si l'on s'intéresse aux formations initiales, on s'aperçoit que les personnes qui avaient une expérience professionnelle préalable sont finalement les personnes de formation technique. Ce n'est pas étonnant : quand on fait des études dans une école d'ingénieurs, ce n'est pas pour 9

10 aller travailler dans une société d'assurances. Mais on s'aperçoit qu'assez vite beaucoup de jeunes professionnels comprennent la demande exprimée par les sociétés d'assurances et, par curiosité ou par goût, décident d'aller travailler dans ces sociétés. Je crois donc que rares sont les personnes qui entrent dans le secteur de l'assurance par vocation. Mais il y a des interconnexions de plus en plus importantes entre l'industrie et l'assurance, qui font que des professionnels sont appelés à passer par l'assurance au moins quelques années dans leur carrière. Dernière remarque, j'ai l'impression que, dans les écoles aujourd'hui, le secteur de l'assurance souffre d'un déficit d'image. Ainsi, les personnes qui ont fait le MBA avec moi ont été peu nombreuses à vouloir ensuite travailler dans l'assurance. Cette image me semble liée à un défaut de formation aux techniques, voire aux mécanismes de l'assurance dans les écoles. Thierry DEREZ : Je voudrais vous rappeler que «hasard» est un mot d'origine arabe, qui désignait un jeu de dés particulier. Le mot est apparu en France au XII e siècle et l'académie française l'a homologué dès sa création. Il y a des cas d'intégration plus faciles que d'autres. Débat De la salle : Comment la profession se fait-elle connaître des jeunes? De la salle : Je suis enseignante à l'iut de Paris. Alors que nous avons six départements spécialisés dans le tertiaire, je ne crois pas que vous soyez un jour venus présenter l'éventail des métiers de l'assurance à nos étudiants. Ceux-ci ne vous connaissent pas très bien, aussi ne sont-ils pas très demandeurs de stages dans vos entreprises, à tort manifestement. Solange BRIET 1 : Notre profession a le sentiment de mener une action continue et assez dynamique auprès des jeunes dans deux directions. Premièrement, nous essayons de faire connaître l'assurance et ses mécanismes de base aux jeunes qui sont actuellement étudiants et qui ne se destinent pas forcément à être des assureurs. Nous pensons, comme M. Bruno Ritchie, qu'une connaissance des bases de notre métier peut aider les jeunes, et leur famille éventuellement, à avoir une image plus positive de la profession et que, peut-être, ces jeunes, au cours de leur carrière, seront amenés à travailler dans l'assurance même si ce n'est pas leur premier choix. Deuxièmement, nous menons des actions de communication auprès des jeunes qui se destinent aux métiers de l'assurance. Nous réalisons des outils pédagogiques et nous participons à tous les Salons étudiants (Salon de l'étudiant, Sésame des métiers, 1. Directeur adjoint des affaires sociales à la FFSA. 10

11 Aventure des métiers, Sésame des bacheliers, etc.) à Paris et dans un certain nombre de villes de province. Nous accueillons sur nos stands les étudiants, les professeurs, les chargés d'orientation. Nous diffusons des fiches de présentation des métiers de l'assurance à plus de exemplaires chaque année et des brochures plus complètes qui présentent l'assurance, ses métiers et ses formations. Nous avons conscience que ces outils de communication ont besoin d'être sérieusement rénovés et nous sommes en train de les revoir complètement. A l'heure actuelle, nous concevons un CD-Rom qui sera diffusé largement dans les Salons, les universités, etc. Il présente, en plus d'une information sur les métiers, des témoignages concrets de professionnels de l'assurance. Il sera complété par des fiches plus détaillées sur les métiers spécifiques de l'assurance. Nous apportons par ailleurs notre soutien à toutes les opérations carrières réalisées en France chaque année par des écoles, des lycées, des communes, en envoyant aux organisateurs de ces manifestations le matériel nécessaire. Sans doute reste-t-il encore beaucoup de choses à faire, mais vos suggestions seront naturellement les bienvenues. De la salle : Ce matin, un représentant d'axa a dit que son groupe embauchait surtout dans les métiers de l'informatique. Or ces métiers n'apparaissent pas du tout dans les évolutions de l'observatoire. Pourquoi? Gérard LOBJEOIS : Les métiers de l'informatique apparaissent dans nos statistiques. Cette année, elle a représenté 5,9 % des embauches. Cette famille de métiers arrive en quatrième position, très loin derrière les commerciaux. Mais, si l'on faisait une dichotomie entre administratifs et commerciaux, on retrouverait une part qui représente entre 12 et 13 % des embauches de l'exercice. Ce problème va faire l'objet d'une étude de la part de l'observatoire, vraisemblablement l'année prochaine. Pour l'informatique, le problème est double : il y a la mise en place de l'euro et le passage à l'an Les entreprises effectivement, depuis trois ou quatre mois, s'orientent vers l'informatique. Mais vont-elles recourir à des embauches en interne ou faire appel à la sous-traitance? L'augmentation des besoins dans le secteur informatique est-elle temporaire ou définitive? Alexis LEHMANN 2 : Je suis entré dans l'assurance il y a quinze ans. Depuis, nous avons réalisé des progrès, mais modestes. J'ai été moi aussi rebuté, d'abord, par notre terminologie anxiogène (les sinistres, les constats, les polices, les inspecteurs, etc.). Par ailleurs, nos bons consommateurs sont ceux qui ne consomment jamais, ce qui, pour un homme de marketing, est un peu déroutant! Cela suppose un marketing relationnel particulier. Je crois effectivement qu'il faut rappeler la formidable utilité de notre profession. Quand on dévisse en montagne, on pense peut-être d'abord à Dieu, si l'on y croit, à sa femme et à ses enfants, si on en a, mais tout de suite après on pense à l'assurance. C'est donc un appel que je vous lance à tous : aidez-nous à évoluer un peu. 2. Président-directeur général de La Strasbourgeoise. 11

12 De la salle : Je m'occupe d'une grande école qui s'appelle l'ensae et qui forme des actuaires. Comment abordez-vous le problème de l'internationalisation des métiers de cadre? Catherine LEROY : Les sociétés pétrolières, par exemple, dont un volant important de personnes vont et viennent dans les différentes filiales, savent gérer ce genre de problèmes. Les entreprises qui ont peu l'occasion de faire bouger des cadres d'un pays à l'autre ne savent pas bien le faire. Le problème est simple à poser, mais difficile à résoudre. Pour ce qui concerne la société dans laquelle je travaille, nous avons, au sein du groupe Athena, quelques filiales étrangères, pour lesquelles nous avons fait bouger des gens. C'était à chaque fois une première. Et je crois que cela est vrai pour toutes les opérations de ce type. Nous ne savons pas les gérer parce que les cas sont trop limités. Bruno RITCHIE : En revanche, en ce qui concerne les risques d'entreprises, on a de plus en plus une vocation presque naturelle à être internationaux. En tout cas, aux AGF, de réels efforts ont été entrepris pour faire tourner les cadres qui s'occupent des risques d'entreprises entre les différentes filiales, entre les différentes plates-formes que nous avons dans le monde. Gérard LOBJEOIS : On voit quand même de plus en plus se créer des structures ad hoc pour la gestion internationale. Justement, dans les profils des polyvalents généralistes qui vont s'inscrire dans la mobilité interne et que l'on appelle les «hauts potentiels» cette dimension internationale fait partie des réflexions. Certaines entreprises considèrent que, avant de se fixer dans une branche particulière, le passage par un poste international est nécessaire dans l'évolution de la carrière. De la salle : J'ai une expérience de cinq ans dans l'assurance, mais de vingt-cinq ans dans l'industrie et le commerce. Quand je suis entré dans ce secteur, des consultants spécialisés en assurances m'ont certifié que je n'y resterais pas parce que je serais rejeté. Thierry DEREZ : Vous nous donnerez les noms tout à l'heure! De la salle : Ils ont été absorbés depuis! Au cours des cinq dernières années, j'ai pu constater que la profession de l'assurance sortait de son immobilisme. En revanche, je n'ai pas encore trouvé, en particulier dans la démarche commerciale, la dynamique que je connaissais dans la distribution. La vitesse de réaction n'est toujours pas au rendezvous. Le métier ne la facilite pas, je suis d'accord, mais la démarche commerciale n'est pas encore assimilée. On en reste à une démarche technique. On parle de contrats avant de parler de clients. Cela dit, les choses sont en train de changer. 12

13 Thierry DEREZ : Je pense que la difficulté à adopter une démarche véritablement commerciale tient à la prégnance des assurances à caractère obligatoire. Cela crée une forme d'inertie à laquelle on ne pourra remédier que par une forte poussée. Cela prend du temps. Mais je trouve salutaire que, globalement, il y ait une prise de conscience que l'assurance n'est pas uniquement l'assurance obligatoire. De la salle : Avez-vous intégré dans vos chiffres la bancassurance? Gérard LOBJEOIS : Les chiffres que j'ai présentés proviennent de toutes les entreprises adhérentes de la FFSA et du Gema. Les filiales de banques qui ressortissent au Code des assurances en font partie, bien évidemment. De la salle : Vous avez parlé de l'image de l'assurance, je vous rejoins tout à fait làdessus. Mais vous vous adressez à des jeunes, et je crois que le grand déficit de l'assurance se situe chez eux. Les sociétés d'assurances ont beaucoup à faire pour rendre leurs métiers attrayants pour des jeunes qui entrent dans la vie active. Thierry DEREZ : Comme l'a rappelé M. Gérard Lobjeois, l'assurance n'a eu recours à la publicité que depuis peu. Elle a vécu pendant de très nombreuses années à l'abri de la communication. Tout à l'heure, je parlais à dessein de «la société du spectacle». Celleci est d'abord une société de communication. Globalement, la communication de l'assurance a été relativement modeste. Le paradoxe aujourd'hui, c'est que les OPA font beaucoup plus pour la connaissance des marques et des logos des sociétés d'assurances que plusieurs années de communication. C'est quand même une inversion de l'ordre normal des choses Nous devons, nous assureurs, maîtriser la communication qui nous concerne, et ne pas la laisser aux mains d'intervenants extérieurs. Nous avons un effort à faire sur ce point. En conclusion, je livrerai à votre sagacité un proverbe qui s'applique au choix. «Il faut être enclume ou marteau», dit la sagesse des nations. Et elle ajoute aussitôt : «Entre l'enclume et le marteau, il ne faut pas mettre le doigt.» Compte rendu réalisé par la société Hors Ligne

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970.

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Madame Formentini, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

La communauté AGEFA. Sixième étude : Les jeunes et leur projet professionnel. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris.

La communauté AGEFA. Sixième étude : Les jeunes et leur projet professionnel. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris. La communauté AGEFA Sixième étude : Les jeunes et leur projet professionnel OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. pour Laurent Bernelas Tel : 01 78 94 89 87 lbernelas@opinion-way.com Note méthodologique

Plus en détail

La Banque et l Assurance

La Banque et l Assurance GACO 1 Groupe B La Banque et l Assurance Dossier Métier PPP Guillerm Floriane et Le Bail Emilie 04/11/2013 Nous partons de concepts assez larges, en effet la banque et l'assurance regroupent de nombreux

Plus en détail

Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale

Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale Questionnaire pour les étudiants en 5ème ou 6ème année ou les internes en biologie médicale Partie A - Votre profil Q01. Vous êtes? 001. Une femme 002. Un homme Q02. Agé(e) de : ans Q03. De quelle faculté

Plus en détail

Enquête sur l orientation des étudiants

Enquête sur l orientation des étudiants Enquête sur l orientation des étudiants Les principaux enseignements de l enquête Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas, Directeur du département Corporate et Management lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

RESPONSABLE MARKETING

RESPONSABLE MARKETING LES VIDÉOS LESMÉTIERS.NET : ÉCONOMIE - GESTION - FINANCE RESPONSABLE MARKETING Production exécutive : Prod interactive GIP CARIF Île-de-France, 2006 Durée : 02 min 35 s L'enseignement de découverte professionnelle

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

LA SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

LA SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION LA SÉRIE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION Les sciences de gestion, une matière de plus en plus reconnue Une place qui a profondément évolué dans l enseignement supérieur : Université,

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Baromètre BCG "Femmes et Conseil" BCG Women. 26 Février 2015

Baromètre BCG Femmes et Conseil BCG Women. 26 Février 2015 Baromètre BCG "Femmes et Conseil" BCG Women 26 Février 2015 Contexte et méthodologie Tous les ans, le BCG invite les femmes souhaitant postuler dans le conseil à venir découvrir le métier et partager la

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID

INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID INTERVIEW : RENCONTRE AVEC SOLID Eskimon 29 octobre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 3 1 Introduction Figure 1.1 Solid Salut Solid! Il parait que tu exerces dans un domaine finalement peu connu,

Plus en détail

Retours sur la formation Licence informatique 2014-2015

Retours sur la formation Licence informatique 2014-2015 Retours sur la formation Licence informatique 2014-2015 La formation est intéressante, j'ai apprécié surtout les retours d'expérience mais un peu moins les interventions universitaires qui ressemblaient

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Membres du PIF : DE BAZELAIRE Marc DUCASSE Marie-Laure GRIMAL Clément LAFFAYE Nicolas PAILLASSA David Marraine : Madame Danielle ANDREU (professeur à l'enseeiht)

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES?

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? Que dit exactement la Loi Lagarde? Publiée en juillet 2010, et entrée en vigueur le 2 septembre 2010, la loi Lagarde prévoit des obligations

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Etude de cas. Politique de communication interne. Master RH formation continue. Sophie BRIGNANO 31, rue Montcalm 75018 Paris 06.65.25.65.

Etude de cas. Politique de communication interne. Master RH formation continue. Sophie BRIGNANO 31, rue Montcalm 75018 Paris 06.65.25.65. Master RH formation continue Politique de communication interne Etude de cas Sophie BRIGNANO 31, rue Montcalm 75018 Paris 06.65.25.65.22 sophiebrignano-masterrh@yahoo.fr 1 Société T Vous venez d intégrer

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT

BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT BUREAU D'AUDIENCES PUBLIQUES SUR L'ENVIRONNEMENT ÉTAIENT PRÉSENTS: Mme GISÈLE GALLICHAN, présidente M. JOHN HAEMMERLI, commissaire AUDIENCE PUBLIQUE SUR LE PROJET D AGRANDISSEMENT DU LIEU D ENFOUISSEMENT

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

GUIDE POUR AGIR. Comment FAIRE. des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES. Avec le soutien du Fonds social européen

GUIDE POUR AGIR. Comment FAIRE. des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES. Avec le soutien du Fonds social européen GUIDE POUR AGIR Comment FAIRE des candidatures SPONTANÉES JE DÉMARCHE LES ENTREPRISES Avec le soutien du Fonds social européen Pourquoi faire des candidatures spontanées? Tous les emplois créés, tous les

Plus en détail

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE LES WAPITIS DEVENEZ AMBASSADEURS POUR WAX www.wax-science.fr wapitis@wax-science.org POURQUOI DES WAPITIS? FORMER LA FUTURE GÉNÉRATION COMBATTRE LES STÉRÉOTYPES FAIRE PASSER

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris.

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris. La communauté AGEFA Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. pour Laurent Bernelas Tel : 01 78 94 89 87 lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

UNE INSPECTION DU 3ème TYPE

UNE INSPECTION DU 3ème TYPE UNE INSPECTION DU 3ème TYPE Déroulé de la situation 1 Envoi d'avis d'inspection de l'ien à mon encontre 2 Retour de courrier de ma part refusant dorénavant l'inspection avec le courrier argumenté joint

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

TEL AND COM RECRUTE 35 CONSEILLERS COMMERCIAUX ET 6 RESPONSABLES DE MAGASIN [REGION ILE DE France]

TEL AND COM RECRUTE 35 CONSEILLERS COMMERCIAUX ET 6 RESPONSABLES DE MAGASIN [REGION ILE DE France] COMMUNIQUE CAMPAGNE DE RECRUTEMENT VIA LE CABINET ALPHEA CONSEIL TEL AND COM RECRUTE 35 CONSEILLERS COMMERCIAUX ET 6 RESPONSABLES DE MAGASIN [REGION ILE DE France] Sous l impulsion du Cabinet Alphéa Conseil,

Plus en détail

ADULTERES.ORG EDITO. ZOOM : Témoignages. Magazine extra-conjugal

ADULTERES.ORG EDITO. ZOOM : Témoignages. Magazine extra-conjugal ADULTERES.ORG EDITO Magazine extra-conjugal Les sites adultères contre la morale? Est-il moral de proposer des services qui facilitent l'infidélité? Une approche dédramatisée de l'infidélité Pour une vision

Plus en détail

Mesdames Messieurs, ***********

Mesdames Messieurs, *********** Mesdames Messieurs, J'ai le plaisir, une nouvelle fois de faire le bilan de l'activité de l'observatoire Jurassien des Enfants Victimes de maltraitance, dans le cadre de notre Assemblée Générale annuelle.

Plus en détail

BTS NRC. Trouver son stage en entreprise

BTS NRC. Trouver son stage en entreprise BTS NRC Trouver son stage en entreprise Comment trouver un stage? htp://fr.wikihow.com/trouver-un-stage Un stage est un bon moyen de vous faire ouvrir des portes et d'acquérir de l'expérience sur un poste

Plus en détail

La reprise et la transmission d'entreprises

La reprise et la transmission d'entreprises CSOEC ACFCI APCE Conseil Supérieur de l Ordre Assemblée des Chambres Françaises Agence Pour la des Experts-Comptables de Commerce et d Industrie Création d Entreprises La reprise et la transmission d'entreprises

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

«LA GAZETTE DU CONTRÔLÉ»

«LA GAZETTE DU CONTRÔLÉ» «LA GAZETTE DU CONTRÔLÉ» N 2 La capacité professionnelle des salariés en relation avec la clientèle Paris, le 16 juillet 2014 Chère Madame, Cher Monsieur, Cher Adhérent, Parmi les missions dévolues à l

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP

CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP Dossier n 5 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CONDUCTRICE DE TRAVAUX BTP Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Sabine, Conductrice de travaux dans le BTP dans le 9 ème

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Connaissance du CPF. Février 2015. Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay. Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10

Connaissance du CPF. Février 2015. Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay. Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10 Connaissance du CPF Février 2015 Etude exclusive du FAFSEA confiée à OpinionWay Sabine Defrémont, FAFSEA, 01 70 38 38 10 OpinionWay, 15 place OpinionWay de la République, pour le FAFSEA 75003 Paris. -

Plus en détail

Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise?

Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise? Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise? Une étude réalisée par OpinionWay àl occasion du 6 ème Salon des Entrepreneurs Lyon Rhône-Alpes (17 & 18 juin 2009 - Palais des Congrès

Plus en détail

La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi des personnes handicapées Comment recruter à bac+2?

La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi des personnes handicapées Comment recruter à bac+2? La MSA Picardie élabore une stratégie de recrutement avec les acteurs régionaux de l'emploi d Fin 2008, l'organisme de protection sociale picard se fixe pour objectif de recruter 15 travailleurs handicapés

Plus en détail

Pharmaciens de moins de 35 ans

Pharmaciens de moins de 35 ans Partie 1 - Votre profil et votre parcours Q01. Vous êtes? 001. Une femme 002. Un homme Q02. Agé(e) de : ans Q03. Dans quelle ville exercez-vous votre activité? Pharmaciens de moins de 35 ans Q03.1. Ville

Plus en détail

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI

Témoignage de Jean-François Baudrais, franchisé WSI (adsbygoogle = window.adsbygoogle []).push({}); franchisé WSI Témoignage d'un Témoignage d'un franchisé Midas Témoignages de franchisés Autosmart Témoignages de franchisés La Mie Câline Témoignages franchisé

Plus en détail

Conseils pour votre recherche d entreprise

Conseils pour votre recherche d entreprise Conseils pour votre recherche d entreprise BPC-ESC Freyming BPC-ESC Metz 2 rue de Savoie 57800 FREYMING-MERLEBACH 03 87 94 54 98 06 19 73 07 63 www.bpc-esc.com contact@bpc-esc.fr Suivez notre page :Bpc-esc

Plus en détail

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique

Thèmes et situations : Personnel et législation sociale dans l entreprise. Fiche pédagogique Ressources pour les enseignants et les formateurs en français des affaires Activité pour la classe : DFA1 Crédit : Joelle Bonenfant, Jean Lacroix Thèmes et situations : Personnel et législation sociale

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil Janvier 2010

Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil Janvier 2010 CENTRE DES JEUNES, DES DIRIGEANTS ET DES ACT EURS DE L'ECONOMIE SOCIALE Auto-diagnostic discriminations et diversité : Que nous disent les utilisateurs? Présentation des statistiques d'utilisation de l'outil

Plus en détail

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation.

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15 Projet personnel personnalisé Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Introduction : Dans le cadre du projet personnel, notre groupe s'est intéressé

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE

Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE SYNTHESE Enquête de satisfaction CIL PASS-ASSISTANCE Mars 2011 Service CIL PASS-ASSISTANCE Avril 2011 Action Logement Les entreprises s engagent avec les salariés 1 Données de l enquête Enquête de type

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

Apprendrelaphotonumerique.com

Apprendrelaphotonumerique.com Le guide pour apprendre la photo facilement 1) Je me présente J'étais vraiment nul en photo. Pourtant, tout petit déjà, je savais que c'était ça que je voulais faire. J'étais tellement mauvais que je refusais

Plus en détail

1) En quoi ce cours vous donne-t-il une nouvelle compréhension du business en général? et plus largement de la société?

1) En quoi ce cours vous donne-t-il une nouvelle compréhension du business en général? et plus largement de la société? LEARNING-LOG 1) En quoi ce cours vous donne-t-il une nouvelle compréhension du business en général? et plus largement de la société? Raphaëla : Ce cours nous a permis de nous pencher sur un sujet qui est

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Vague 4 Mai 2011 Synthèse Occurrence est certifiée ISO 9001:2000 depuis 2004 Sommaire Page

Plus en détail

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base. Finance - Comptabilité Gestion Fiscalité Conseil 19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.net Cadres supérieurs

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire.

M. DESCHAMPS Yvon, rapporteur : Avis favorable de la Commission, Monsieur le Maire. 2004/3431 - Garantie sollicitée à 50 % par le Centre Hospitalier Saint Joseph Saint Luc dans le cadre du réaménagement de sa dette pour un montant total de 62.929.277,36 et pour trois emprunts complémentaires

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale

Haute Ecole Libre de Louvain-en-Hainaut - Partager des pratiques en formation initiale Le sondage du jour Type d outil : Activité rituelle permettant de valoriser les relations et de susciter des activités dénombrement au départ du nombre d'élèves de la classe. Auteur(s) : Pauline Gobert

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

SIGNATURE DU PACTE D AVENIR. Maison des Safer PARIS 12 mars 2015. Emmanuel HYEST Président de la FNSafer

SIGNATURE DU PACTE D AVENIR. Maison des Safer PARIS 12 mars 2015. Emmanuel HYEST Président de la FNSafer SIGNATURE DU PACTE D AVENIR Maison des Safer PARIS 12 mars 2015 Emmanuel HYEST Président de la FNSafer Monsieur le Ministre Monsieur le Président, Madame la Directrice, Monsieur le Directeur, Mesdames

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

L, une filière d excellence

L, une filière d excellence lycée Marcelin Berthelot L, une filière d excellence «Je voudrais faire «Sciences Po», des études de droit, une école de commerce, ai-je intérêt à faire une 1 ère L?» La voie littéraire permet aujourd

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents

Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Petit guide du stage de 3 ème à usage des parents Pourquoi un stage? Sensibiliser les élèves au monde du travail : Aimer le monde du travail. Souvent, nos enfants n ont qu une idée très partielle de ce

Plus en détail

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence.

Alors, ce matin je répondrai à ces allégations et ce, dans la plus grande transparence. Notes pour une déclaration de M. Marc Gascon, maire de la Ville de Saint-Jérôme et président de l Union des municipalités du Québec, concernant les questions d éthique et d intégrité Jeudi 11 novembre

Plus en détail

1. INDICATIONS GÉNÉRALES

1. INDICATIONS GÉNÉRALES La soutenance orale de mémoire 1.Indications générales...1 2.L'exposé oral...2 2.1 Présenter le thème de votre mémoire et la population cible (utiliser le "je" au DE)...2 2.2 Motivation pour ce thème :...2

Plus en détail

Les Français et les notes à l école

Les Français et les notes à l école Les Français et les notes à l école Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94 90 19 jgoarant@opinion-way.com

Plus en détail

Jeu questionnaire Es-tu prêt(e) pour le secondaire? Ma future école

Jeu questionnaire Es-tu prêt(e) pour le secondaire? Ma future école Est-ce que je suis prêt ou prête? C est sûrement une des questions que tu te poses! Voici une activité qui te permettra de savoir où tu en es dans ton cheminement. Ma future école Je connais le nom de

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN

ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN ENTRETIEN AVEC JUSTINE ET DAMIEN Damien et Justine, étudiants en Master IIA (promotion 2011) nous livrent ci-dessous leurs points de vue respectifs sur la formation et plus particulièrement sur le TP-Projet,

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

ESSEC MS MARKETING MANAGEMENT. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006

ESSEC MS MARKETING MANAGEMENT. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006 ESSEC Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS Monographie MS MARKETING MANAGEMENT Mars 2006 Sommaire I. Objectifs de l étude II. Résultats Détaillés 1) Motivations à faire le MS

Plus en détail