l Enass Ecole nationale d assurances

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "l Enass Ecole nationale d assurances"

Transcription

1 l Enass Ecole nationale d assurances «Activité, métier, profession : quelle place pour les Tarificateurs de Risques Aggravés en (ré)assurance de personnes en France? Identité, reconnaissance et avenir d un métier sans diplôme.» Eve-Laure TASCON

2 REMERCIEMENTS Les interviewés pour le précieux temps accordé et leur apport à la réflexion, par ordre de rencontre : Michelle Fablet, André Loye, Olivier Dessus, Philippe Aussel, Romain Durand, Didier Leman, Pierre-Yves Le Corre, Jean Lalili, Sandrine Murillon, Véronique Sagot, Michèle Porta, Michelle Robiolle, Béatrice Mesnil, Anne-Marie Cona, Laurence Vignon, Dr. Jacques-Louis Boucher, Colin Kearney, Dr. Catherine Tchoreloff. Les 220 participants au sondage pour leur contribution à dresser un profil du tarificateur en 2012 et la motivation engendrée par le nombre de réponses. Norbert Girard, Secrétaire général de l Observatoire de l évolution des métiers de l assurance (OEMA), précieux tuteur, pour son apport méthodologique et son aide tout au long du projet. Les membres du conseil de l Association Française des Souscripteurs de Risques Aggravés (AFSRA) pour leur soutien et leur engagement dans la cause qu ils poursuivent. Mes collaborateurs et responsable pour m avoir permis de réaliser cette formation MBA Manager de l assurance et avoir respecté les absences liées. Mes plus proches collaborateurs pour leur soutien inconditionnel. Mes relecteurs pour la pression infligée par les délais très courts. Mes proches : amis et parents pour les moments de dégustation et de récréation. Mes livres et romans (hors de l assurance) qui patientent depuis presque 2 ans dans ma bibliothèque sacrifiés sur l autel du MBA. Une pensée toute particulière pour une amie, très courageuse, ainsi que des remerciements pour ses encouragements et sa compréhension devant mon manque de disponibilité. Christian, ses adorables monstres (Rémi et Alice) et leurs trésors de patience pendant toute la formation et la rédaction de cette thèse professionnelle. p. 2 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

3 RESUME La sélection des risques en assurance de personnes consiste, au moment de l adhésion, en une évaluation du risque. C est une activité complexe visant à déterminer pour chaque proposant, si son état de santé, sa profession, ses loisirs ou moyens de transport, ses lieux de séjour ou de résidence, et parfois même sa situation financière, induisent un sur-risque à couvrir par rapport à un individu moyen de même âge (défini comme le risque standard par l actuaire), et au regard des définitions du contrat. Le cas échéant, il conviendra d apprécier précisément ce sur-risque, de définir son assurabilité et les conditions d acceptation nécessaires à sa couverture ainsi qu à l équilibre du contrat. L examen des situations d exercice de la sélection des risques sur le marché français, montre une grande variété de définition, d organisation, trop disparates pour donner l image d équité chère aux associations de consommateurs. Au sein des professionnels de la sélection, le tarificateur se distingue : ni médecin ni actuaire, il assume la responsabilité de la souscription des risques souvent très complexes, ceux pour lesquels les enjeux sont autant techniques que commerciaux. En France, le tarificateur, d apparition relativement récente, est en plein développement mais peine à être reconnu. Le métier est pourtant au carrefour des principales mutations et évolutions du secteur de l assurance : - La révolution des outils informatiques, - L orientation clients, - Les contraintes règlementaires. Les problématiques d acceptabilité sociale de la sélection rejoignent celles d identité et d organisation du métier de tarificateur, empêchant son enracinement et sa reconnaissance. Pour y remédier, plusieurs pistes se combinent : - La construction d une identité professionnelle et d un métier ancré autour de valeurs éthiques fortes, d un parcours de formation qualifiant et un exercice de la sélection au quotidien qui répondent aux règles de l art, - Une nécessaire prise de conscience de ses rôles d assistance sociale aux risques aggravés, de garant d un traitement équitable et professionnel du dossier d assurance et d accompagnement du client au plus près de ses besoins et attentes, - Et une mobilisation des acteurs dans la revendication de cette identité, dans la promotion interne (auprès de leur hiérarchie et partenaires) et externe (auprès des institutions représentatives) de leur travail pour convaincre de leur légitimité et expertise en matière de sélection. La professionnalisation du métier de tarificateur est l assurance d un traitement de qualité pour les proposants et d une conformité aux diverses législations. C est aussi la mise à disposition de ressources compétentes en sélection des risques aggravés, à même d aider les entreprises du secteur, à franchir les nombreux défis de la souscription (dématérialisation, télé-sélection, modèle prédictif, etc.). MOTS-CLES Risques Aggravés ; Risques non standards ; Sélection des risques ; Sélection médicale ; Tarificateur ; Souscripteur médical ; Souscripteur de risques aggravés ; (Ré)assurance de personnes ; Reconnaissance d un métier ; Identité professionnelle Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 3

4 EXECUTIVE SUMMARY Life Underwriting is, at the time of application, an assessment of risk. This is a complex activity to determine for each applicant, if his/her state of health, occupation, leisure or means of transport, country of residence, and sometimes their financial situation, lead to a substandard risk compared to an average person of the same age (defined as a standard risk by the actuary), along with the definitions of the contract. Where appropriate, the substandard risk should be appreciated precisely, define the insurability and the necessary acceptance conditions for its coverage as well as the balance of the contract. The examination of exercising situations of risk selection in the French market shows a variety of definitions, organization, too widespread to give the perception of fairness demanded by consumer associations. A professional in the selection of risk, known as the underwriter exists. Considered neither as a Doctor nor an Actuary, the underwriter is responsible for the underwriting which is often very complex, for which the stakes are both technical and commercial. In France, the underwriter is considered as a relatively recent appearance and is currently in full development but with difficulty to be recognized. But the profession is at the crossroads of major changes and developments in the insurance industry: - The revolution of underwriting tools, - Customer orientation, - Regulatory constraints. The issues of social responsibility linked to selection influence the identity and the organization of the role of the underwriter, preventing its recognition and growth. To remedy this, we need to combine several factors: - The construction of identity and a business anchored around strong ethical values with a training exercise for underwriting on a daily basis that meet the rules of the art, - A necessary awareness of the roles of social assistance linked to increased risks which guarantees a fair and professional insurance decision and therefore supports the customers needs and expectations, - The mobilization of players in the identity and promotion (with their superiors and partners) and externally (with representative institutions) of their work to convince their legitimacy and expertise in the art of underwriting. Professionalization of the underwriter is the assurance of quality, fair treatment for applicants and compliance with various laws. It is also the provision of appropriate resources in substandard underwriting enabling companies to overcome the many challenges of underwriting (including electronic, tele-underwriting, predictive modeling, etc.). KEY WORDS Substandard Risks; Life Underwriting; Medical Underwriting; Life Underwriter; Medical Underwriter; Life Insurance & Reinsurance; Recognition of an Occupation; Identity of an Occupation p. 4 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

5 SOMMAIRE Introduction... 7 I. Le tarificateur origines et état des lieux d une activité mal définie, peu connue, dans un secteur en déficit d image a. Les origines : d où vient le tarificateur de risques aggravés? b. Une première tentative de délimitation et caractérisation de l activité : des situations d exercice très disparates aujourd hui c. Les relations avec ses pairs et ses partenaires : une interdépendance essentielle Conclusion de la partie I : II. Face a un environnement en pleine mutation, l indispensable adaptation du tarificateur aux prochains défis a. Un secteur de l assurance en pleine mutation b. La remise en cause du «Right to Underwrite» c. L épineuse question du traitement des données Conclusion de la partie II : III. Manuel de survie à l attention du tarificateur : d une activité peu organisée à un métier doté d une acceptabilité sociale a. Le constat d une situation qui amène des critiques b. La revendication d une identité professionnelle spécifique et la définition des rôles c. La cartographie des savoir-faire spécifiques d. L accès au marché du travail et le parcours de qualification e. La mobilisation et la participation active aux évolutions et orientations de la sélection Conclusion de la partie III Conclusion Entretiens Bibliographie Annexe 1 - Script du Sondage «Le métier de Souscripteur de Risques Aggravés» Annexe 2 - Détail des résultats du sondage Annexe 3 - Fiche «Souscription des risques non standard» de l OEMA Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 5

6 p. 6 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

7 INTRODUCTION En Europe, la règlementation des dix dernières années a été fortement marquée par la lutte contre les discriminations. (Legal Aspects of Life Without Sex EU gender Directive SCOR 23/10/12) L arrêt Test-Achats de la CJUE du 1er mars 2011 a mis fin à la dérogation accordée aux assureurs d utiliser le genre comme élément de distinction des primes d assurance, laissant le secteur de l assurance dans la crainte, par extension, de la fin de la sélection des risques. En France, les actualités ayant des implications sur la souscription ne manquent pas : - Le projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires 1, prolongement de la loi Lagarde, contient un article relatif à l assurance emprunteur (article 18). La loi Lagarde du 1er juillet 2010 a participé au développement de deux types de contrats : ceux dits «défensifs» des bancassureurs et ceux individualisés des compagnies d assurance et courtiers ; tous deux caractérisés par un tarif plus intéressant et une sélection à l entrée plus fine que les produits «groupe emprunteur» bancaires. - La réforme de la dépendance se prépare et tout laisse penser que la solidarité publique ne sera pas suffisante pour en supporter le poids. Les compagnies d assurance, mutuelles et institutions de prévoyance auront donc leur carte à jouer, notamment au travers de produits dédiés : certaines ont déjà récemment revu ou créé les leurs : Crédit Agricole Assurances, Malakoff Médéric, MGEN 2. 1 Projet n 566 enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 décembre Dépendance : les assureurs veulent trouver leur place Le Figaro 11/03/2013. Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 7

8 - La Convention AERAS 3, révisée une première fois en 2011 pour améliorer l accès à l assurance emprunteur des personnes présentant un risque aggravé de santé sera à nouveau rediscutée en Quel que soit le produit concerné en assurance de personnes, la compagnie a besoin de connaître les risques qu elle fait entrer dans son portefeuille, pour s assurer qu elle pourra faire face aux sinistres. La sélection consiste, parmi les risques se présentant à la souscription individuelle, à trier, à identifier chaque profil, à écarter ceux inassurables et déterminer les conditions de couverture de ceux acceptables. L équilibre technique du contrat d assurance, entre l engagement de l assuré - le versement de la prime - et celui de l assureur - le règlement du sinistre -, n est possible que si l assuré paie la prime correspondant au risque qu il représente. Elle renvoie à l assurabilité des risques dits «aggravés» : les proposants à l assurance présentant, par rapport à un risque dit «normal» de même âge, une aggravation de leur risque : - médical (ex : diabète, antécédent de cancer, maladie cardio-vasculaire, etc.), - professionnel (ex : pompier, guide de haute-montagne, etc.), - sportif (ex : parachutisme, boxe thaï, etc.), - de séjours (ex : expatriation dans un pays du Golfe, etc.), - financier (ex : capital assuré important). Ils constituent une population très spécifique. Leur adhésion est étudiée sur la base d une analyse personnalisée. Mon histoire avec les risques aggravés a débuté il y a 13 ans presque jour pour jour. Arrivant sur Paris et cherchant un travail «alimentaire», la première mission que l agence d intérim, spécialisée dans la Banque et l Assurance, me proposa fut celle de «Tarificateur» chez SCOR : peu de détails me furent donnés sur le contenu et les objectifs d une mission présentée comme assez «atypique», croisant différents domaines d expertise. Le tarificateur est celui qui étudie les risques aggravés. Il doit pour cela maîtriser un ensemble de connaissances très variées (assurances, médical, géopolitique, analyse financière, activités professionnelles et de loisir, législation, commercial, etc.), faire preuve d un esprit synthétique et d une ouverture à la recherche des solutions les plus adaptées au client final de l assureur ou intermédiaire d assurance - le proposant - ou à la compagnie «cédante» avec qui le réassureur partage le risque. Le métier est passionnant, on y entre par hasard ou opportunité plus que par vocation, on y reste pour l intérêt de la matière plus que pour le statut ou l appât du gain. Les tarificateurs ou souscripteurs de risques aggravés mettent en œuvre, au quotidien, des compétences techniques certaines, travaillent en partenariat étroit avec les autres départements dans des conditions de travail parfois difficiles (pression des délais, impératifs de productivité, utilisation d outils, etc.). Depuis une dizaine d années, l activité de souscription des risques aggravés est en plein développement en France, grâce notamment à l essor du contrat emprunteur. Son apprentissage, en l absence de diplôme dédié, se fait sur le terrain des dossiers ; la variété des domaines impliqués, 3 Convention s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Cf. II-b-ii p. 8 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

9 des contrats ou produits soumis à la sélection, des garanties étudiées, des cas rencontrés, en fait une activité unique, d une richesse incroyable pour les tarificateurs. Peu organisée, elle regroupe une grande diversité de situations, de grandes disparités et peine à être reconnue. Devenue responsable du Département Sélection des risques et Sinistres de SCOR Global Life en 2006, j ai l occasion d encadrer désormais une trentaine de professionnels de la sélection et de travailler quotidiennement sur les problématiques de cette activité. Se pencher sur la sélection des risques revient à s intéresser à tout ce que l industrie de l assurance de personnes a d innovant, d intéressant, de contraignant aussi ; le tarificateur est au carrefour de toutes les problématiques actuelles : - Un contexte règlementaire se complexifiant, - La relation client au centre des préoccupations, - Des évolutions technologiques imposant sans cesse une adaptation aux nouveaux outils et moyens de communication. Pour le grand public, peu sensibilisé à l assurance et ses mécanismes, la sélection des risques est associée à peu de choses ou à une mauvaise expérience : une formalité administrative lourde et incontournable ; une discrimination injuste pour les plus malchanceux. Les assurés ont donc besoin de professionnels à même d élaborer une réponse adaptée à leur profil de risque ou une alternative à une situation d exclusion ou de refus lorsqu ils présentent une aggravation de leur risque. Pour mener, au quotidien, une analyse de pointe sur chaque dossier et aboutir à des solutions d assurance sur-mesure pour les proposants les plus aggravés, les entreprises du secteur cherchent à recruter, faire monter en compétences, reconnaître et conserver un personnel spécialiste de la sélection des risques. Elles rencontrent cependant des difficultés pour : - Identifier des profils de candidats «tarificateurs en devenir» ou «tarificateurs expérimentés», - Bâtir un parcours d intégration, de formation et d évolution internes, en l absence de diplôme ou éducation spécifique, - Motiver, reconnaître et conserver leurs collaborateurs devenus qualifiés. Les organisations professionnelles, pour répondre aux obligations règlementaires et attirer des profils susceptibles de devenir des professionnels compétents de la sélection, feraient face à la difficulté de promouvoir une activité qui a plutôt mauvaise presse. Les tarificateurs, enfin, souhaiteraient être reconnus en tant qu experts, véritables professionnels mais tardent à obtenir un statut en adéquation avec leurs responsabilités. Dans un contexte de profonde mutation du secteur de l assurance, il paraît urgent, sur le marché français, d établir l activité de souscription des risques aggravés en véritable métier pour aider les tarificateurs à franchir cette étape décisive de leur évolution. J ai donc choisi, pour ma thèse professionnelle, de m intéresser à la problématique suivante : «Activité, métier, profession : quelle place pour les Tarificateurs de Risques Aggravés en Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 9

10 (ré)assurance de personnes en France? Identité, reconnaissance et avenir d un métier sans diplôme». Cette problématique recouvre un ensemble de questions, parmi lesquelles : - Où la sélection des risques et le tarificateur trouvent-ils leurs origines? Comment est exercée, sur le marché français, la sélection des risques? - Comment le tarificateur se définit-il? Quelle est sa finalité? Où commencent et s arrêtent son travail, ses missions? Quelles sont ses relations, avec ses partenaires et ses outils? - Qu est-ce qui a empêché cette activité de s organiser en métier? Quels sont les freins à la reconnaissance du tarificateur? Est-ce sa nature, un exercice mal maitrisé, un problème de légitimité face aux médecins conseil, l impact d un environnement trop contraignant ou d outils menaçants, un futur peu prometteur pour ses acteurs? - L encadrement de l activité des tarificateurs dans un métier est-il la solution? Quelles en sont les éléments, les étapes, les outils? Quelles sont les autres pistes? Au cœur de mes recherches, la souscription des risques aggravés et ses problématiques assurantielles mais également les dimensions sociologique, économique, technologique, management des ressources humaines. Je serai amenée à m intéresser à la sélection des risques, sa définition, son essor, ses contraintes, les manières de l exercer, son évolution, pour mieux comprendre les problématiques de ses acteurs, les tarificateurs, leur identité, reconnaissance et avenir. Sur le marché français, la sélection présente un certain nombre de spécificités. Il est facile et rapide, au contact d un tarificateur anglais ou américain, de s apercevoir que la place qu il occupe au sein de son entreprise et de son industrie, n est pas comparable à celle du tarificateur français : il ne jouit pas de la même reconnaissance. Les maladies des proposants présentant un profil de risque aggravé et leurs dossiers d assurance, ne sont pourtant pas si différents. Par contre, la dimension et la légitimité du tarificateur à l étranger sont tout autre, l international permettra la comparaison. L objectif de cette thèse consiste donc à se pencher sur la sélection des risques sur le marché français du point de vue des tarificateurs, ceux qui la pratiquent sur le terrain des dossiers, pour : - Mettre à plat leurs conditions d exercice de cette activité, - Comprendre un peu mieux l environnement dans lequel ils évoluent et les grandes tendances, - Proposer des pistes pour permettre l ancrage des tarificateurs et de la sélection des risques. En terme de méthodologie, je m appliquerai dans un premier temps à comprendre l activité de souscription des risques aggravés dans ses moindres aspects par un état des lieux rigoureux : des débuts de la sélection des risques au détail de sa pratique actuelle (partie I). Je m intéresserai ensuite à l environnement complexe dans lequel le tarificateur évolue, aux perspectives d évolution que génèrent un environnement en pleine mutation (règlementaire, technologique, etc.) (Partie II). Enfin, pour mieux définir les pistes et actions à conduire, je mesurerai l écart qui sépare cette activité d un véritable métier pour (Partie III). p. 10 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

11 I. LE TARIFICATEUR ORIGINES ET ETAT DES LIEUX D UNE ACTIVITE MAL DEFINIE, PEU CONNUE, DANS UN SECTEUR EN DEFICIT D IMAGE «Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines.» Marcus Garvey Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 11

12 Avant de s interroger sur la reconnaissance du tarificateur, il est nécessaire de se pencher sur ses origines, de comprendre comment l activité s est développée, comment elle se pratique aujourd hui sur le marché français pour tenter d en élaborer une définition la plus juste. a. Les origines : d où vient le tarificateur de risques aggravés? Nous évoquerons les débuts de la sélection médicale et de l assurance des risques aggravés à la sélection des risques réalisée aujourd hui par les souscripteurs de risques aggravés. i. La naissance de la médecine d assurance et de la sélection médicale Quelques dates fondatrices 1693 Edmund Halley, astronome, découvre une ville en Silésie où les naissances et les décès sont scrupuleusement référencés et publie la première table de mortalité. 4 Le XVIIIe siècle est marqué par : - L apparition des premières tables d extinction (ancêtres des tables de mortalité). En France ce sont celles de (De)Parcieux, de Duvillard et de Buffon. - L évolution de la statistique : naissance des tables de probabilité de la vie humaine, l'espérance de vie de Bernouilli, le calcul de la durée moyenne de la vie par Laplace. - La création des premières Compagnies d Assurance sur la vie («l Amicable society», la Société d Assurance anglaise pour veuves et orphelins, etc.) - Un regain d intérêt pour les problèmes de longévité. L «Equitable Society for Assurances on lives and survivorships» introduit, en Angleterre, (la variation du tarif en fonction de l âge :) le principe de la prime déterminée par les tables de mortalité via le calcul des probabilités, toujours en vigueur aujourd hui Charles Brand développe la première table à partir des données d assureurs, pour pallier aux inconvénients et limites des données des registres d état civil Les registres de naissances et décès deviennent obligatoires en Angleterre ; l élaboration de la première table de mortalité anglaise suivra en Les compagnies américaines commencent à répertorier la taille et le poids de leurs populations pour en tirer des tables d expérience. 7 4 R.D.C Brackenridge / R.S.Croxson / B. R. Mackenzie Brackenridge s Medical Selection of Life Risks - Fifth Edition Cf. La médecine d assurance sur la vie Facteurs biologiques, médicaux et sociaux de la Mortalité et de la longévité Henri Stévenin Masson & Cie, Cf. Article de N. Potsel-Vinay - Médecine/sciences 2000 ; 16 : Facteurs de risques la contribution méconnue des premiers médecins d assurance sur la vie. 7 Entretien de D. Leman p. 12 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

13 Jusqu au XXème siècle : absence de sélection rationnelle Il n y a que peu à pas de bases techniques à l appui : les risques aggravés sont refusés, l acceptation des risques normaux ou simples repose sur peu de critères. Au XVIIIe siècle Il est difficile de dater précisément les débuts de la sélection médicale. En 1705, l Amicable Society à Londres, sélectionnait déjà ses risques : le proposant à l assurance se présentait devant les dirigeants de la compagnie pour attester de sa bonne santé ou procurait des témoignages écrits 8. Avec les premières Compagnies d Assurance sur la vie, apparaît la notion «d apparence de bonne santé» ou «bonne santé apparente» comme critère d entrée. En 1725, la Société d Assurance anglaise pour veuves et orphelins retient également le critère «variole» et augmente la prime des proposants ne l ayant pas eu. La notion de proposition d assurance signée par le candidat apparaît avec l Equitable (Londres, 1762), premier élément concret de sélection. Elle est associée au contrôle de l antécédent de petite vérole comme préalable à l assurance ; la surprime est utilisée. Par contre, jusque-là, aucun lien n est fait entre la prime et l âge du proposant à l assurance. L Equitable semble avoir été la première compagnie à faire le lien, faisant varier la prime avec l âge. Les principes et critères de sélection de l époque sont très simplifiés : ni trop jeune, ni trop vieux, une preuve d identité, la vérole, un examen médical pour l alcoolisme, la syphilis, «l emprise du diable» Au début du XIXe siècle Les banquiers commencent à entrevoir les bénéfices de l assurance des seuls candidats sains et les sélectionnent par un serment de bonne santé. Les compagnies font ensuite intervenir un médecin chargé de contrôler l'état de santé des proposants. La prise en compte des facteurs de risque et la sélection médicale apparaissent ; les assureurs commencent à personnaliser leurs contrats et à en exclure les proposants ayant une «tare» physique ou hérédité. Le médecin-conseil, «homme de l'art», participe au processus de sélection par la voie d'attestation de l'état de santé (général, vaccins et petit vérole) du candidat avec le médecin traitant 9. Les prémices des bases techniques voient le jour à partir de 1824 et la Medical Clerical and General créée par le Dr Pinckard qui impose aux proposants à l assurance un examen par 2 des médecins de la compagnie. La surprime pour les risques aggravés est unique : 30% et l expérience porteuse puisqu elle permet à Medical, Clerical and General, en comparant la sinistralité sur les risques aggravés et celle sur les risques normaux, de rectifier le tir (recadrage des règles de sélection) et d améliorer sa sinistralité sur les risques aggravés. 8 Cf. Les Risques Aggravés en Assurance sur la vie Fascicule I Etienne de Dardel Services techniques de la Suisse de Réassurance, avec le concours du Bureau de Tarification de Risques Aggravés (BTRA) 9 Cf. Article de N. Potsel-Vinay - Médecine/sciences 2000 ; 16 : Facteurs de risques la contribution méconnue des premiers médecins d assurance sur la vie. Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 13

14 L apparition des réseaux de médecins examinateurs de compagnie en Europe (en Allemagne avec la Gotha en 1839) puis en Amérique pour parer aux difficultés rencontrées avec les médecins de famille des proposants est une évolution importante. L expérience clinique des médecins d assurance et l état de santé des candidats deviennent prépondérantes dans la sélection des risques mais celle-ci ne repose toujours pas sur des bases techniques : les mauvais risques ou ceux douteux continuent à être refusés. Peu de compagnies s essaient à l acceptation de risques aggravés ou de façon empirique. La fin du siècle et le début du suivant sont marqués par le regroupement des médecins conseil en associations : - The Association of Life Insurance Medical Directors of America en 1889, devenue l AAIM (the American Academy Insurance Medicine) en 1991, - The Assurance Medical Society en Angleterre en 1893, - l Association Internationale de Médecins Experts des Compagnies d Assurance (AIMECA) en 1901, devenue ICLAM en 1931 ; à l origine de l organisation du premier congrès de l International Committee for Insurance Medicine (ICLAM) à Bruxelles en 1899, - The Association of Life Insurance Medical Directors en ii. La sélection moderne et ses outils A partir du XXème siècle : la sélection rationnelle La fin du XIXème siècle est marquée par l apparition de la méthode numérique, à l initiative d un médecin conseil (Dr Rogers) et d un actuaire (Dr Hunter) de la New York Life Insurance Company sur la base de statistiques de mortalité de proposants refusés. Ils développent un système de tarification numérique, avec débits et crédits 10. La compagnie put assurer ainsi les risques aggravés et proposer les bases techniques d une sélection rationnelle, qui a évolué mais continue à être utilisée de nos jours. L Actuarial Society of America a œuvré à l établissement de statistiques et d études importantes, tandis qu en Europe, différents assureurs (De Hoop en Hollande, la Sveridge en Suède, Die Hilfe en Allemagne, la Dana au Danemark, la Norske Folk en Norvège, la Varma en Finlande, le Consortio Italiano en Italie) et réassureurs (la Compagnie Suisse de Réassurances et la Münchener Rück) travaillaient à l établissement de bases techniques solides sur la sélection et tarification des risques aggravés. En 1950, certaines compagnies européennes s en tiennent encore à refuser les risques aggravés ou non standards. 10 Présentation «Cooperation between medical directors, underwriters & actuaries» du Dr Peter Miller de Swiss Re Life & health lors du congrès de l ICLAM de mai 2007 p. 14 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

15 Les premiers outils de sélection En 1951, lorsqu Henri Stevenin publie son ouvrage «La médecine d assurance sur la vie» 11, il existe dans de nombreux pays des ouvrages de référence rassemblant les connaissances nécessaires à la pratique de la médecine d assurance, et notamment le pronostic à long terme des maladies. En France, il semble être le premier à rassembler les connaissances nécessaires à son exercice. On note déjà la référence à la Suisse de Réassurance et au BTRA 12 : une partie a nécessité les compétences actuarielles (la mortalité et sa mesure) de son Chef actuaire. Les autres sources citées sont américaines, européennes et concernent des ouvrages et rapports de congrès internationaux de Médecine d Assurances. L étude de Framingham et les ouvrages qui en ont découlé A la fin de la guerre, en 1952, les Etats-Unis décident de mener une enquête épidémiologique dans la ville de Framingham, Massachussetts : tout le village est «placé sous observation» pendant 20 ans durant lesquels des mesures et enregistrements de leurs taille/poids, leur pression artérielle, leur consommation de tabac, leurs antécédents, différents dosages sanguins (glycémie, cholestérol, etc.) sont réalisés. Des mesures de l espérance de vie ont lieu sur ces critères. En 1972, sans arrêter l étude, les premiers résultats sont tirés : la pression artérielle, le cholestérol, le tabac influent sur l espérance de vie. On en déduit Les chiffres de mortalité réelle par rapport à la mortalité attendue (table de mortalité) permettent d en déduire les effets du tabac, du surpoids, de l HTA, etc. Les assureurs se saisissent de ces études qui leur fournissent de très riches informations. M. Edward A. Lew, A.M, F.S.A. et Jerzy Gajewski, M.D., Ph.D. s emparent de ces résultats pour en faire un ouvrage «Medical Risks Trends in Mortality by Age and Time Elapsed», soutenus par the Association of Life Insurance Medical Directors of America and The Society of Actuaries. Ces 2 chercheurs, l un médecin, l autre actuaire, ont rassemblé et organisé les résultats de l étude Framingham pour en permettre une lecture, une vulgarisation et une utilisation par l assurance. Le manuel répertorie les principales affections 13. Ce manuel croise différents critères parmi lesquels l hypertension artérielle, l hypercholestérolémie, le tabagisme, l âge, etc. Ces manuels devaient être rendus compréhensibles, adaptés à l assurance décès, ses garanties et à une utilisation par des non-médecins. Le professeur Brackenridge, médecin anglais qui travaillait à rendre les études compréhensibles par le monde de l assurance, élabore un manuel généraliste sur toutes les affections : le Brackenridge s Medical Selection of Life Risks 14. Il décrit les éléments et critères de sélection et de tarification, les causes, les traitements et leurs effets. «C est le passage de la bible au manuel de tarification qui explique la pathologie, les études afférentes, comment tarifer les risques» La médecine d assurance sur la vie Facteurs biologiques, médicaux et sociaux de la Mortalité et de la longévité Henri Stévenin Masson & Cie, Bureau de Tarification des Risques Aggravés 13 Ex : l hypertension artérielle : en fonction de l âge, du degré de l affection, du nombre de personnes atteintes, du nombre de décès par rapport à ce qu on estimait être la personne normale, une surmortalité est déduite. De même, pour le critère fumeur/non-fumeur. Pour une personne de moins de 45 ans, la table de mortalité indique que l on devrait avoir X décès ; or chez le fumeur, on en a Y ; la différence correspond à la surmortalité observée. 14 La cinquième édition est parue en 2006 Ed Palgrave - Macmillan 15 Entretien de D. Leman 29/11/12 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 15

16 Les réassureurs ont été les suivants à s intéresser à cette étude entre autres, à les adapter pour concevoir leur propre manuel : le manuel bleu de la Swiss de Réassurance, par exemple. L évolution des instruments et des méthodes de sélection L examen médical, limité jusque-là au contrôle des taille/poids, de la tension artérielle et de certaines maladies infectieuses, se complète de tests sanguins, de radiographies et autres examens au fur et à mesure des progrès de la médecine. C est seulement à la fin du siècle et pour les capitaux souscrits les plus élevés, qu interviendront les échographies et dopplers. Une des premières méthodes de tarification utilisées est le vieillissement. Il consiste à vieillir le candidat à l assurance du nombre d années correspondant au sur-risque estimé. Aujourd hui, cette méthode n a plus cours et a cédé la place à la surmortalité (exprimée en pourcentage du risque normal) ou extramortalité (exprimée en pour millage du capital sous risque) ou encore aux classes de risques pour couvrir le sur-risque supposé. iii. Les acteurs de la sélection des risques sur le marché français Après les actuaires et les médecins conseil, apparaissent les tarificateurs. Au départ, les médecins conseil apprécient le risque médical et les tarificateurs, les aspects nonmédicaux de la sélection des risques : la profession, les activités de loisirs, les séjours ou résidence, les transports, la sélection financière. Avec le développement de la sélection, du nombre de dossiers à traiter et des outils de tarification, est venue la nécessité de confier à des «nonmédecins» une partie de la sélection des risques. L expérience et la montée en compétences des tarificateurs dans les compagnies leur permettent aujourd hui de pouvoir apprécier de nombreux risques, parmi les plus complexes ; l appui des médecins conseil assurant le nécessaire soutien sur les risques de pointe. Les assureurs et réassureurs face à la sélection L essor de la sélection Les années 80 en France sont celles des grands bouleversements. Chaque réassureur commence à distribuer son manuel. Exemple : le 1 er manuel de Skandia paraît en 1976 : le Life Underwriting manual précise pour chaque garantie (décès, PA : «personal accident», exonération de primes), la conduite à tenir en matière de sélection 16. C est l époque de la vulgarisation de la sélection à destination des tarificateurs : ils ne sont pas médecins, ne savent pas soigner mais savent quels sont les éléments clefs qui permettent de sélectionner les risques en assurance de personnes. Rapidement les non-médecins sont envoyés en formation, auprès de réassureurs la plupart du temps, en Angleterre parfois. Les médecins des compagnies de réassurance forment leurs clients car il n existe pas en France d études diplômantes comme en Angleterre et aux Etats-Unis. Les rédacteurs de contrats deviennent progressivement des tarificateurs ou souscripteurs de Risques Aggravés (RA). 16 Entretien de D. Leman 29/11/12 p. 16 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

17 Sur le marché français, l acteur principal est la Swiss de Réassurance avec le Bureau de Tarification des Risques Aggravés 17. Son expérience sur l assurance des risques les plus aggravés, son manuel bleu, son école en font rapidement la référence. En 1976, le BTRA étudie entre 30 et dossiers par an : les équipes des compagnies d assurance, peu formées à la sélection des risques complexes se limitaient pour la plupart à effectuer un tri entre les dossiers simples ou acceptations immédiates et les dossiers comprenant des anomalies ou risques à étudier, envoyés au réassureur pour traitement. A partir de 1978, la Swiss de Réassurance change de stratégie et décide de former le personnel des compagnies à l étude des risques aggravés. Des séminaires et évènements avec les responsables des cédantes sont organisés avec pour objectif l initiation à la sélection des risques et l apprentissage de ses principes. Le barème de tarification (émanation d une filiale américaine) est traduit en plusieurs langues dont le français pour être distribué aux compagnies et clients. Cela eut pour conséquence de diminuer le nombre de dossiers soumis au BTRA pour étude, lui permettant de se concentrer sur les risques les plus complexes tandis que les compagnies étaient plus réactives vis-à-vis de leurs clients finaux. Certains réassureurs, ne disposant pas de version française de leur manuel, ni d école, renvoient vers la Compagnie Suisse de Réassurance (devenue Swiss Re) et mettent à disposition de leurs clients le manuel bleu. La Compagnie Suisse de Réassurance avec le BTRA est leader du marché français sur les risques aggravés et semble pratiquer la politique de l ouverture à l époque. Ses seuls concurrents sont la SCOR et la SAFR (devenue Partner Ré) mais cette dernière lui sous-traite l étude des dossiers risques aggravés ; la Munich Re n était quasi pas implanté en vie. Au début des années 90, on assiste à un tournant dans l industrie de la sélection des risques avec l apparition de réassureurs tels qu Hannover Re, Frankona Ré, la prise d autonomie de Partner Ré, le développement de SCOR. La Compagnie Suisse de Réassurance voit ses concurrents se multiplier et intervenir sur le marché de la souscription des risques aggravés. Dans le même temps, le BTRA, jusque-là responsable des opérations et de l assistance technique, devient une succursale de Swiss Re. L évolution du secteur et de la bancassurance, les conventions des séropositifs en 1991, Belorgey en 2001 et AERAS en 2006 modifient le paysage et le marché des risques aggravés. Dans les années 2000, RGA s implante en France. Bientôt les politiques de sélection se diversifient. D une seule politique - celle de la Compagnie Suisse de Réassurance - uniformisée et homogène sur le marché, les politiques se différencient, fonction des réassureurs qui ont, à leur tour, élaboré leurs propres outils en version française. En effet, la masse d études existantes, leurs interprétations épidémiologiques très différentes et des intérêts, expériences et appétences variables des acteurs génèrent des politiques de sélection variables. La sélection des risques n est pas une science exacte. 17 Créé en 1927, référence jusqu au milieu des années 1990, le Bureau de Tarification des Risques Aggravés (BTRA) était une SARL comptant 2 clients principaux la Swiss de Réassurance et la SAFR à Paris pour les marchés français et belge. Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 17

18 En dehors des réassureurs, quelques assureurs anglo-saxons tels que Legal & General, GE Capital, Eagle star, GE Frankona Re servent également de référence en matière de sélection des risques individuels. Et aujourd hui? Comment est pratiquée la sélection des risques? Et par qui? p. 18 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

19 b. Une première tentative de délimitation et caractérisation de l activité : des situations d exercice très disparates aujourd hui Pour le grand public dont l image de l assurance se limite souvent à la Multi Risque Habitation, l assurance auto, et quelques autres, la sélection des risques en assurance de personnes et le métier de tarificateur restent méconnus. Au sein même du secteur, il est souvent nécessaire d expliquer cette activité pourtant essentielle. L inventaire des situations d exercice de la sélection des risques permet au travers de ses missions et finalités, des outils utilisés et des spécificités du marché français, d en dessiner les principaux contours. i. Une définition par la formulation de la finalité du métier et ses missions En préambule à notre réflexion sur la reconnaissance du métier de tarificateur, il s avère indispensable de poser les notions principales : - l activité : la sélection des risques en assurance de personnes ; - le cœur de l activité : les risques aggravés ; - les professionnels qui pratiquent cette activité : les tarificateurs. En matière de sélection des risques, nous reviendrons plus tard sur la problématique de discrimination qui y est associée 18 et nous nous attacherons, dans cette partie, à définir la finalité de l œuvre du tarificateur. Jean Lalili, ancien responsable du Bureau de Tarification des Risques Aggravés (BTRA) définit ainsi l office du tarificateur : «Dans le cadre de la politique de souscription de l entreprise, déterminer les conditions de couverture ou le refus de souscription des propositions d assurance de personnes lorsqu elles sont susceptibles de ne pas correspondre, par une aggravation dans des domaines multiples (santé, profession, sport, etc.), au risque considéré comme standard». La finalité du métier de tarificateur est donc l appréciation d un risque individuel 19, au moment de l adhésion et plus particulièrement lors de l étape de sélection des risques. Elle requiert, à la fois : - D écarter certains risques : o Hors périmètre du produit d assurance, o Hors de l appétence de l assureur / réassureur, o Ceux inassurables, - De proposer une solution d assurance : o sur-mesure, o aux proposants présentant une aggravation de leur risque. Cet objectif commun aux tarificateurs renvoie aux notions de risque normal et de risque aggravé. 18 Cf. II-b-i 19 Au sens d une étude personnalisée d un cas, indifféremment du produit individuel ou collectif dont il s agit. Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013 p. 19

20 Le risque normal «correspond aux expériences de la Compagnie» 20, i.e. aux tables de mortalité des actuaires, comprenant une sinistralité attendue, détaillée par âge. Le risque, anciennement dit «taré» ou «anormal», devenu «aggravé» ou «non standard» s en écarte : un proposant à l assurance qui présente une aggravation par rapport au risque normal, moyen d un individu de même âge, dont la probabilité de décès, d incapacité, d invalidité (fonction de la garantie étudiée) est accrue du fait de son état de santé (antécédents, maladies et troubles actuels, habitude de vie : tabac, alcool, drogue), sa profession, son activité sportive, son pays de résidence ou de villégiature, son moyen de transport, les montants souscrits. Le site officiel de la Convention AERAS (S Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) décrit : «On parle généralement de «risque aggravé» quand le risque de voir se produire l'événement garanti (invalidité ou décès) pour une personne déterminée est statistiquement supérieur à celui d'une population de référence.» 21 Les risques dont l aggravation n est pas médicale sont souvent appelés «Risques spéciaux» en assurance de personnes. L assureur ne couvrira ces risques aggravés que sous réserve de conditions d acceptations modifiées (exclusion, surprimes de toute ou partie des garanties) pour ne pas fausser ses prévisions et définitions de primes, menacer l équilibre de son portefeuille et les résultats du contrat pour les autres assurés. Il n existe cependant pas, pour chaque maladie, profession ou autre risque, de critère unanime pour en apprécier l assurabilité sur tout le marché ; aucune limite n est imposée au risque normal ou à la définition d un risque aggravé mais apparaît une zone grise plus ou moins large, fonction de l expertise de la cellule médicale, de l appétence de la compagnie pour les risques complexes, de l expérience des médecins et tarificateurs, des statistiques et de la politique de souscription de chaque entité. Peut-on donc associer à chaque anomalie ou aggravation dans un dossier une sur-tarification en tant que risque aggravé. Ce n est pas aussi simple puisque les risques les plus complexes n amènent pas systématiquement de conditions d acceptation spéciales et certains risques sont régulièrement, au terme de leur étude, considérés comme normaux. Le tarificateur intervient à ce moment précis pour analyser le risque ; son cœur d activité, les risques aggravés 22 : à chaque fois que la demande d adhésion d un proposant à l assurance présentera une ou plusieurs anomalies et requerra l analyse d un professionnel, elle sera soumise à un tarificateur et/ou médecin conseil. La difficulté d appréciation peut venir de la multiplicité des connaissances à maîtriser, de la complexité à en déduire le pronostic, de la rareté de l affection (maladie orpheline) limitant les statistiques disponibles. 20 Cf. Les Risques Aggravés en Assurance sur la vie Fascicule I Etienne de Dardel Services techniques de la Suisse de Réassurance, avec le concours du Bureau de Tarification de Risques Aggravés (BTRA) Pour plus de 65% des sondés, les risques aggravés représentent leur cœur d activité. Cf. Résultats du sondage E.L. Tascon mené en décembre 2012, I-b-ii p. 20 Eve-Laure Tascon MBA ENASS 2011/2013

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé»

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» Comité consultatif du secteur financier Paris, mardi 18 novembre 2008 Assurance emprunteur

Plus en détail

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs

Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Gender Directive Impacts opérationnels pour les assureurs Conférence ActuariaCnam Présentation 3 1 / 0 5 / 2 0 1 2 Julien Chartier, Actuaire Manager AGENDA Introduction Partie 1 - L arrêt «Test-Achats»

Plus en détail

Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009. Bonne foi et assurance

Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009. Bonne foi et assurance Cycle Risques, assurances, responsabilités 2008-2009 Bonne foi et assurance Cour de Cassation Paris 19 juin 2008 Conséquences pour l'industrie de l'assurance des restrictions d'information concernant le

Plus en détail

Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays.

Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays. Synthèse : analyse comparative des pratiques assurantielles dans cinq pays. La situation en matière de pratique assurantielle dans les 5 pays ciblés par l étude (Royaume-Uni, Italie, Allemagne, Danemark

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix. particuliers professionnels professionnels entreprises. entreprises

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix. particuliers professionnels professionnels entreprises. entreprises particuliers professionnels professionnels entreprises entreprises L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix document non contractuel à caractère publicitaire. les garanties peuvent donner

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix particuliers PROFESSIONNELS professionnels entreprises entreprises GÉNÉRATION RESPONSABLE Être un assureur responsable, c est donner à chacun les moyens de faire les bons choix pour protéger ce qui lui

Plus en détail

ACCES AUX ASSURANCES. - Assurance de prêt immobilier - Assurance de crédit professionnel - Assurance de crédit à la consommation

ACCES AUX ASSURANCES. - Assurance de prêt immobilier - Assurance de crédit professionnel - Assurance de crédit à la consommation ACCES AUX ASSURANCES Dominique Thirry, juriste spécialisée en droit de la santé, Juris Santé Séverine Levrat, juriste spécialisée en droit de la santé et droit des assurances, Juris Santé Jean-Luc Bonnay,

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

L opération d assurance

L opération d assurance Fiche 1 L opération d assurance I. Distinctions II. La mutualisation III. La sélection des risques Définition Opération d assurance : opération par laquelle un assureur organise en une mutualité une multitude

Plus en détail

EMPRUNTÉA. tarifs -15. baisse de. j ai trouvé

EMPRUNTÉA. tarifs -15. baisse de. j ai trouvé j ai trouvé L ASSURANCE de prêt QUI MANQUAIT aux PROJETs IMMOBILIERs de mes clients baisse de tarifs -15 jusqu à % www.sollyazarpro.com EMPRUNTÉA L assurance de prêt souple et compétitive, conçue pour

Plus en détail

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création.

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création. Assurance emprunteur Depuis 2004, le CCSF accorde une attention particulière au sujet de l assurance emprunteur afin que le consommateur puisse disposer de l information la plus pertinente possible et

Plus en détail

l Enass Ecole nationale d assurances

l Enass Ecole nationale d assurances l Enass Ecole nationale d assurances Les Sinistres Corporels : Analyser, Maîtriser et Manager leur Démesure, un Enjeu de Gouvernance Marie-Bénédicte TRAWALÉ www.enass.fr Remerciements Je remercie Pierre

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE ANNEXE 1 CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LA COLLECTE ET L UTILISATION DE DONNEES RELATIVES A L ETAT DE SANTE EN VUE DE LA SOUSCRIPTION OU L EXECUTION D UN CONTRAT D ASSURANCE Les organismes d assurance

Plus en détail

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne

Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Appel d offres pour l élaboration des tables de mortalité de l industrie canadienne Document 205103 OBJET : Élaboration des tables de mortalité de l industrie pour l assurance-vie individuelle grande branche

Plus en détail

LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES

LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES LE RÉASSUREUR DES MUTUELLES Mission : la des mutuelles MutRé a pour mission de conforter le développement des mutuelles et des acteurs de l économie sociale en leur proposant : des couvertures de réassurance

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

Assurabilité des risques aggravés

Assurabilité des risques aggravés Assurabilité des risques aggravés L assurance de l emprunteur contre les risques de décès, d invalidité, d incapacité de travail et éventuellement de perte d emploi est généralement une condition nécessaire

Plus en détail

Exposé présenté par Assia Billig à l occasion du 30 e Congrès international des actuaires. 31 mars 2014, Washington (É.-U.) 1

Exposé présenté par Assia Billig à l occasion du 30 e Congrès international des actuaires. 31 mars 2014, Washington (É.-U.) 1 Pourquoi les actuaires s intéressent aux questions démographiques et pourquoi il faut les écouter Groupe de travail de l AAI sur les enjeux de la population Exposé présenté par Assia Billig à l occasion

Plus en détail

CONVENTION AERAS CONTEXTE. IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8

CONVENTION AERAS CONTEXTE. IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8 IRE Informations et Relations extérieures Avril 2015 version 8 CONVENTION AERAS Mise en place en janvier 2007 et révisée en 2011, la Convention AERAS vise à élargir l accès à l assurance et au crédit des

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance Auteur Laure de Montesquieu Responsable Centre

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

ASSURANCE DE PRÊT. Le guide de l assuré

ASSURANCE DE PRÊT. Le guide de l assuré ASSURANCE DE PRÊT Le guide de l assuré 2015 SERVICE ASSURANCES MEILLEURTAUX.COM Immeuble Le Colbert - Cours du Commandant Fratacci - 76600 Le Havre 0826 826 222 (Service 0,15 / min + prix appel) Fax :

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Gestion du risque opérationnel

Gestion du risque opérationnel Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Gestion du risque opérationnel Le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire a récemment entamé des travaux relatifs au risque opérationnel, dont la gestion tend à

Plus en détail

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance OCTOBRE 2009 Recommandation

Plus en détail

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE

COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE COMMENT PRENDRE EN COMPTE LA COMPETENCE PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE DANS LES PORTFOLIOS EUROPEENS DES LANGUES Francis Goullier Portfolio européen des langues Maquettes et ressources 1 Comment prendre

Plus en détail

Mémo 5 - Outil de navigation professionnelle

Mémo 5 - Outil de navigation professionnelle Mémo 5 - Outil de navigation professionnelle L objet de ce memo est de préciser : La structure de l outil Le préalable La première partie : questionnaires et success stories La deuxième partie : préciser

Plus en détail

Titelstijl van model bewerken

Titelstijl van model bewerken Financial Risks & A.R.T. Financial Risks & A.R.T. Continuity is delivering long term stability FRONTING FOR REINSURANCE CAPTIVES 1-10-2014 1 Louis Michel Ernould 31/03/2014 1. Financial Risks & A.R.T.

Plus en détail

L assurance-emprunteur : une étape cruciale dans le processus de reprise. 26 Mai 2014

L assurance-emprunteur : une étape cruciale dans le processus de reprise. 26 Mai 2014 L assurance-emprunteur : une étape cruciale dans le processus de reprise 26 Mai 2014 Qui sommes-nous? La compagnie Metlife: une présence en France depuis plus de 40 ans, plus de 60 Inspecteurs spécialisés

Plus en détail

Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles

Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles 1 Avec 742 367 permis B délivrés en France en 2011, le permis de conduire est le premier examen en France par son nombre de candidats. Le permis

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: Recommandation de la Commission COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 14.7.2014 SWD(2014) 233 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Recommandation de la Commission

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LE CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU

PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LE CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1 PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LE CRITÈRE D EXONÉRATION DES POLICES D ASSURANCE-VIE LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) Le paragraphe 148(2) de la Loi de l impôt sur le revenu est modifié par adjonction,

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Le secteur de la Recherche scientifique et de la biotechnologie connaît un fort dynamisme, attesté par

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

Séminaire Innovation - 17 septembre 2009

Séminaire Innovation - 17 septembre 2009 Séminaire Innovation - 17 septembre 2009 Spécial «Risques d Entreprises» Downgrade Termination et Long Term Agreement : Jusqu où l assuré peut-il se protéger? Laurence Delacourt Jean-Luc Mousset Abel Morieux

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE AVERTISSEMENT : La souscription réalisée par une personne domiciliée hors de France ou par un ressortissant d un Etat autre que la France sur le territoire national

Plus en détail

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE NOS ATOUTS UN PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ POUR VOTRE GESTION ASSURANTIELLE CANDRIAM

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

Mieux comprendre l assurance avec Generali

Mieux comprendre l assurance avec Generali Mieux comprendre l assurance avec Generali Prévoyance : mieux comprendre ce qu il se passe en cas d invalidité Dans une précédente parution, nous avons abordé le thème de la prévoyance individuelle en

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois)

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Tout d abord, je voulais remercier Monsieur Marique de m avoir invité à donner mon point de vue lors de la table ronde

Plus en détail

Conférence Sup de Ré 2013

Conférence Sup de Ré 2013 Conférence Sup de Ré 2013 Assureurs & Réassureurs de Personnes : Nous n assurons que l Homme et c est déjà beaucoup! Mardi 1 er octobre 2012 Auditorium de la F.F.S.A. Déroulé de la soirée Présentation

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Royaume du Maroc. Économie et des Finances. des Finances. Contrôle Interne. Tanger 23 avril 2009

Royaume du Maroc. Économie et des Finances. des Finances. Contrôle Interne. Tanger 23 avril 2009 Royaume du Maroc Ministère de l Él Économie et des Finances Inspection Générale G des Finances Contrôle Interne Tanger 23 avril 2009 Chafik AZEBA Inspecteur des Finances de Grade Exceptionnel PLAN Définition

Plus en détail

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats?

Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance. Quelles relations entre le RM et les achats? SESSION 1 Jeudi 7 février : 9h - 10h30 Atelier A 08 : Rôle du département Achat dans les souscriptions d'assurance Quelles relations entre le RM et les achats? 1 Intervenants Eunyoung PARK Directeur des

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate News From Aon Contact Presse : Agence Ketchum Pleon Pierre Ananou / Laurène Wale / Elsa Portal Tél : 01 56 02 35 04 / 01 53 32 56 30 / 01 53 32 64 66 Mail : pierre.ananou@pleon.com / laurene.wale@ketchum.fr

Plus en détail

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques

QBE France. Votre partenaire en gestion de risques QBE France Votre partenaire en gestion de risques QBE, un savoir-faire reconnu et des équipes professionnelles à l écoute des entreprises et des courtiers QBE, un leader mondial de l assurance et de la

Plus en détail

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique

L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique L actuariat et les nouveaux horizons de l assurance en Afrique Application à l assurance vie Février 2014, version 1.1 Aymric Kamega, Actuaire Directeur associé, PRIM ACT aymric.kamega@primact.fr www.primact.fr

Plus en détail

DÉCOUVREZ DEPUIS PLUS DE 25 ANS, NOTRE AMBITION : CHANGER L IMAGE DE L ASSURANCE EN LA SIMPLIFIANT NOS COLLABORATEURS NOS MÉTIERS ET NOS ATOUTS

DÉCOUVREZ DEPUIS PLUS DE 25 ANS, NOTRE AMBITION : CHANGER L IMAGE DE L ASSURANCE EN LA SIMPLIFIANT NOS COLLABORATEURS NOS MÉTIERS ET NOS ATOUTS ET ATOUTS DÉCOUVREZ DEPUIS PLUS DE 25 ANS, NOTRE AMBITION : CHANGER L IMAGE DE L ASSURANCE EN LA SIMPLIFIANT ET ATOUTS APRIL, UN GROUPE INTERNATIONAL DE SERVICES EN ASSURANCES PRÉSENCE DANS 34 PAYS 20

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Savoie Mont Blanc - USMB. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Savoie Mont Blanc - USMB. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit privé Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

AERAS. La convention. en10 points-clés. Crédit

AERAS. La convention. en10 points-clés. Crédit Crédit La convention AERAS en10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

La Convention AERAS (S Assurer et Emprunter avec un Risque Aggrave de Sante )

La Convention AERAS (S Assurer et Emprunter avec un Risque Aggrave de Sante ) La Convention AERAS (S Assurer et Emprunter avec un Risque Aggrave de Sante ) L assurance emprunteur vous protège, vous et votre famille : en cas de décès, d accident ou de maladie, elle prend en charge

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Études sur la traduction et le multilinguisme

Études sur la traduction et le multilinguisme Études sur la traduction et le multilinguisme Contrôle de la qualité de documents dans les administrations publiques et les organisations internationales Résumé 2/2013 Traduction Europe Direct est un service

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Des dirigeants qui se déclarent en meilleure santé que les salariés

Des dirigeants qui se déclarent en meilleure santé que les salariés Communiqué de presse Paris, le 26 mai 2015 Malakoff Médéric lance le premier Baromètre de la Santé des Dirigeants 79 % des dirigeants de TPE/PME estiment être en bonne ou en très bonne santé. 38 % d entre

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Société : Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec Date du profil : janvier 2011 Mandat de la

Plus en détail

GPEC et management par les compétences. Catherine Voynnet Fourboul

GPEC et management par les compétences. Catherine Voynnet Fourboul GPEC et management par les compétences Catherine Voynnet Fourboul Conception de la GPRH Gestion prévisionnelle des ressources humaines Situation d emploi Objectifs centraux Théorie sousjacente Instruments

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

Table des matières LIVRE 1. Préface. Les comptes annuels

Table des matières LIVRE 1. Préface. Les comptes annuels Table des matières LIVRE 1 Préface Les comptes annuels Bilan actif A. Capital souscrit non versé A.I Capital souscrit non appelé A.II Capital souscrit appelé et non versé B. Frais d établissement C. Actif

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012

Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 Réalités de l outsourcing/bpo bancaire : indicateurs, performances, stratégies. Présentation et sommaire détaillé de l étude Juillet 2012 http://scoreadvisor.com De quoi parle-t-on précisément? Une fonction

Plus en détail

Postes diplomatiques et consulaires

Postes diplomatiques et consulaires Postes diplomatiques et consulaires La Cour des comptes a réalisé un audit de la gestion financière des moyens dont les quelque 140 postes diplomatiques et consulaires belges disposent. À cette occasion,

Plus en détail

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Introduction Pourquoi cette consultation? Les systèmes de santé

Plus en détail

Assurance de Prêt Prévoir La meilleure protection pour votre projet immobilier

Assurance de Prêt Prévoir La meilleure protection pour votre projet immobilier Assurance de Prêt Prévoir La meilleure protection pour votre projet immobilier ENTRE NOUS C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Pourquoi souscrire une assurance de prêt? Lorsque vous contractez un emprunt auprès

Plus en détail

Devenir partenaire du Lloyd s

Devenir partenaire du Lloyd s Devenir partenaire du Lloyd s Gloria Rolland, Responsable du développement et des relations de marché, Lloyd s France Au coeur du Lloyd s: rencontre avec le marché - Paris, le 28 mai 2015 Lloyd s 1 Introduction

Plus en détail

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005

SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES. Situation Liminaire Exercice 2005 SECTEUR MAROCAIN DES ASSURANCES Situation Liminaire Exercice 2005 Mars 2006 FAITS MARQUANTS 2005 Campagne de Communication sur les délais de recouvrement des primes Suite à l entrée en vigueur des nouvelles

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Panorama du marché chinois de l assurance et de la réassurance

Panorama du marché chinois de l assurance et de la réassurance Panorama du marché chinois de l assurance et de la réassurance 中 国 保 险 和 再 保 险 市 场 概 况 Conférence Annuelle de PLURI ELLES 14 octobre 2014 à La FFSA Zeying ZHAO-PEUILLET Adjoint au COO, SCOR Global Life

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

4 bis rue Jules Favre B.P. 41028 37010 TOURS cedex 1 Tél. : 02 47 47 20 45 Fax : 02 47 66 41 54. Août 2013. Prix : 40

4 bis rue Jules Favre B.P. 41028 37010 TOURS cedex 1 Tél. : 02 47 47 20 45 Fax : 02 47 66 41 54. Août 2013. Prix : 40 4 bis rue Jules Favre B.P. 41028 37010 TOURS cedex 1 Tél. : 02 47 47 20 45 Fax : 02 47 66 41 54 Août 2013 Prix : 40 1 SOMMAIRE CHAMP DE L ETUDE ET METHODOLOGIE 4 INTRODUCTION 8 SYNTHESE 9 PARTIE I 11 Les

Plus en détail