Portrait statistique et prospectif des cabinets vétérinaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Portrait statistique et prospectif des cabinets vétérinaires"

Transcription

1 Portrait statistique et prospectif des cabinets vétérinaires Observatoire des métiers des Professions Libérales rue Kléber LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél Fax e.mail :

2

3 SOMMAIRE 1. Introduction 5 Introduction au secteur des cabinets vétérinaires 5 Finalités 5 Méthodologie 6 Structure du rapport 6 Les partenaires de l étude 7 Glossaire 7 2. Portrait statistique 8 Les cabinets et l activité vétérinaires 8 Nombre et évolution récente 8 Répartition des vétérinaires et cabinets selon l'activité 9 Répartition des cabinets selon la taille 10 Création de cabinets vétérinaires 11 Répartition du chiffre d affaires (CA) selon la taille 12 Evolution du nombre d animaux domestiques 13 Répartition géographique des cabinets vétérinaires 14 Ages des chefs d entreprises vétérinaires (en 2007) 15 Les vétérinaires inscrits à l ordre 17 Les ASV 18 Les effectifs 19 Total personnes physiques 19 Total salariés 19 Salariés ETP et évolution 20 Répartition des salariés selon la taille des cabinets vétérinaires 20 Evolution du nombre d établissements et salariés personnes physiques 22 Regroupement ou émiettement : divergence statistique? 23 Répartition hommes / femmes 24 Répartition des salariés par tranche d âges 25 Temps complet 26 La formation 27 Mobilisation de la formation 27 Taux d'accès à la formation 28 Poste occupé par les stagiaires de la formation continue 28 Stagiaires selon les âges 29 Motivation des employeurs pour former leurs salariés 29 Répartition des engagements 30 Durée des stages 30 Thèmes de formation des vétérinaires libéraux 31 Thèmes de formation des vétérinaires salariés 31 Thèmes de formation des salariés non vétérinaires 32 Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 2 sur 57

4 3. Les facteurs d évolution 33 Economie 33 Bref retour historique 33 Evolution des "3 marchés" 33 Activité rurale 34 Assurance des animaux domestiques 34 Rentabilité des actes et tarification 34 Eléments de la dynamique économique des cabinets 35 Réglementaire 35 Directive services 35 Evolution de l offre 36 Evolution des prestations de soin/service/produit 36 Spécialisation 37 Social 37 Salariat 37 Féminisation 37 Modification des cultures métier 37 Augmentation du nombre de vétérinaires diplômés 38 Organisation du travail 38 Délégation des actes de soins 38 Evolution des fonctions «traditionnelles» d'auxiliaires 38 Evolution des fonctions non-médicales d'auxiliaires 39 Evolution des fonctions organisationnelles d'auxiliaires 40 Parcours d'auxiliaires 40 Permanence et continuité des soins 41 Formation 41 La formation des auxiliaires 41 Formation initiale/continue du vétérinaire a la fonction de chef d'entreprise 42 Moyens pour la formation continue (auxiliaires, vétérinaires salariés et vétérinaires libéraux) Scénarios 44 Introduction aux choix des scénarios 44 Diagnostic 45 Démographie 45 Economie 45 Technologie 45 Réglementaire 45 Culturel 45 SCENARIO 1 : «des évolutions en pente douce dans un contexte fragilisé» 46 L'offre quantitative de soins vétérinaires : une croissance plus rapide que la demande 46 L'évolution qualitative : une amélioration continue de la prise en charge de la santé animale 46 Enjeux, risques, opportunités 46 Impacts RH 46 Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 3 sur 57

5 SCENARIO 2 : des évolutions annoncées mais non maîtrisées, source potentielle de fortes transformations 48 La directive services : de l'ouverture à la dérégulation 48 La délégation de soin : perte possible de prérogatives 48 La distribution du médicament : une potentialité de restriction de cette activité 49 Enjeux, risques, opportunités et impacts RH 49 Impacts RH Pour conclure Annexes 52 L équipe Pollen conseil 52 Groupe technique 52 Contributions et entretiens 52 Sources et documents 53 Pour aller plus loin 53 Etude qualitative, quantitative et expertise 53 Nombre de diplômés vétérinaires 54 Métier de «patron» vétérinaire en cabinet 54 Evolution du nombre d entreprises selon la taille 54 Collaborateur libéral 55 Temps partiel et temps de travail 55 Impact de la qualification des personnels 55 La description du métier d ASV, source GIPSA 55 Les missions d'un auxiliaire vétérinaire 55 Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire 56 Auxiliaire Vétérinaire Qualifié 57 Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 4 sur 57

6

7 1. Introduction Introduction au secteur des cabinets vétérinaires L exercice libéral de la profession vétérinaire est l objet du présent portrait. Pour ce rapport, on utilisera le terme de «cabinet vétérinaire» de façon générique, pour désigner l ensemble des modalités d exercice des praticiens libéraux. Le secteur des vétérinaires de profession libérale se compose d'activités et de situations juridiques différentes. Ainsi, l'on doit distinguer l'activité canine (orientée animaux de compagnie) de l'activité rurale (orientée animaux de rente), de l'activité mixte ou encore de l activité équine. Par ailleurs, on distingue vétérinaires, cabinets vétérinaires, cliniques vétérinaires ou encore plus récemment centres hospitaliers vétérinaires (d autres dénominations sont envisagées dans le cadre de la directive services). Sur le plan de l'emploi, on distingue : le personnel non vétérinaire, les vétérinaires salariés, les vétérinaires non-salariés. Les deux premières catégories relèvent de l'opca PL (Organisme Paritaire Collecteur Agréé des Professions Libérales) qui collecte et mutualise les fonds de la formation et de l OMPL. La troisième catégorie relève du FIF-PL pour la gestion des fonds de la formation continue. Si l'objet du présent portrait est de présenter la branche et ses évolutions, puis d envisager des préconisations concernant les cabinets et leurs salariés au regard de la prospective, l'analyse de la dynamique du secteur doit prendre en considération, peu ou prou, l'activité vétérinaire dans sa globalité, non-salariés inclus. Finalités Le présent portrait de branche vise à: actualiser les données statistiques de la branche des cabinets vétérinaires publiées dans les éditions précédentes des portraits, proposer une vision prospective des évolutions du secteur et des impacts sur l'emploi et la formation. Les données chiffrées présentées dans le présent portrait statistique et prospectif concernent les entreprises libérales du secteur des "vétérinaires" (NAF 852Z). Elles sont issues de plusieurs sources présentées en annexe. Le présent portrait prend appui sur les éditions précédentes en les complétant et en cherchant à mettre en relief les évolutions observables par comparaison de deux données de références ou plus. La prospective est centrée sur le champ emploi-formation, elle n a pas pour ambition d approfondir toutes les dimensions de la profession. Les lecteurs visés sont aussi bien les professionnels de la branche (vétérinaire ou non), ses acteurs (centres de formation, décideurs, acteurs de l orientation ) que les nonprofessionnels, en particulier, les jeunes et moins jeunes qui envisagent d intégrer la profession et ses formations. Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 5 sur 57

8 Méthodologie Les données quantitatives exploitées ou mises à jour sont complétées par une analyse prospective qui prend appui : sur une analyse documentaire et statistique ; sur des contributions d experts ; sur quelques entretiens terrain et experts ; sur des groupes de travail. Ce travail d analyse prospective débouche sur l'identification de facteurs importants pour l'évolution de la branche et de ses emplois. Leur analyse permet de construire des scénarios d'évolution qui sont un outil de travail et d aide à la décision pour accompagner les évolutions possibles. La diversité des situations et des modes de recensement statistique n'est pas sans impact sur les données et autorise quelques divergences de chiffres ; au-delà de ces divergences «comptables», ce qui importe, c'est la convergence des évolutions observables. Rappelons : que le présent portrait de branche porte exclusivement sur l exercice libéral de la profession vétérinaire (soit de l ordre des trois-quarts des diplômes vétérinaires en exercice professionnel) 1 ; qu il est centré sur la problématique emploi-formation ; que son approche globalisante sous-valorise les particularismes liés à la rurale et à l équine pour valoriser les tendances de fond de l exercice aujourd hui majoritaire, c est-à-dire canin. Structure du rapport Après cette introduction, la partie 2 présente le portrait statistique de la profession ; les données sont présentées, autant que possible, en comparant plusieurs années pour pouvoir identifier des évolutions, la partie 3 liste les facteurs d'évolution, la partie 4 propose à partir d'un diagnostic, deux scénarios complémentaires. Ils sont positionnés comme des outils d'analyse et d'aide à la décision davantage que comme portrait probable de l'avenir. la partie 5 énonce des pistes d étude et d'action pour aller plus loin. En annexe, sont présentés les sources mobilisées, les documents exploités et les personnes ou entreprises rencontrées. 1 On dénombre 78% de praticiens libéraux et salariés en cabinet, 9% dans le privé et 13% dans le public Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 6 sur 57

9 Les partenaires de l étude L OMPL est l initiateur et le financeur de cette étude. Il est l Observatoire prospectif des métiers et des qualifications des professions libérales desquelles relèvent la branche des cabinets vétérinaires. Une des missions est de répondre aux demandes d études des CPNEFP (Commission Paritaire Nationale de l Emploi et de la Formation Professionnelle) sur l emploi et ses évolutions. L étude a été pilotée par l OMPL et un groupe technique désignée par la CPNEFP de la branche professionnelle des cabinets vétérinaires. La CPNEFP a en charge les politiques de formation continue de la branche. L étude a été réalisée par Pollen Conseil selon la méthodologie présentée ci-dessus. Glossaire Cabinet (vétérinaire) : ce terme est ici utilisé de façon générique comme synonyme d entreprise vétérinaire. Au sens restrictif du terme, un cabinet vétérinaire est en fait un lieu de consultation qui ne dispose pas de salle d opération contrairement à une clinique vétérinaire. Auxiliaire : ce terme est ici employé de façon générique pour désigner le personnel non-vétérinaire y compris les personnels dédiés aux tâches de secrétariat. ASV : ce terme désigne les auxiliaires vétérinaires «Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire» dont la qualification professionnelle reconnue (titre homologué du Gipsa) confère un classement en catégorie 5 de la convention collective. Il est quelques fois employé de façon extensive dans certains écrits de la profession pour désigner les auxiliaires en général. Collaborateur : ce terme est utilisé ici pour désigner toute personne travaillant pour un cabinet vétérinaire, salarié ou non salarié, vétérinaire ou non vétérinaire. Collaborateur libéral : il s agit d un nouveau statut juridique (social et fiscal) qui permet à un vétérinaire d exercer sous statut libéral et donc ne relevant pas du droit du travail (salarié) mais de dispositions spécifiques. Ce statut existe depuis 2006 ; jusqu alors, était sous statut libéral uniquement le vétérinaire «propriétaire» ou associé de l entreprise. Il est une alternative au statut de vétérinaire salarié (pour les jeunes débutants notamment mais sans exclusive). Stagiaire : le terme de stagiaire désigne ici un(e) salarié(e) pendant qu il participe à une action de formation relevant des fonds de la formation continue gérés par l OPCA PL pour la branche vétérinaire. Le stagiaire effectue traditionnellement ce qu on appelle un stage de formation mais ce terme s applique également aux personnes passant un diplôme ou une qualification dans le cadre des fonds OPCA PL dits de professionnalisation. Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 7 sur 57

10 2. Portrait statistique Les cabinets et l activité vétérinaires Nombre et évolution récente Nombre d'entreprises libérales avec salariés Source OPCA PL Soit +9,8 % / 2005 Source OPCA PL Source OPCA PL On dénombre cabinets vétérinaires avec salariés en Ce chiffre est en augmentation de près de 10% par rapport à Cette évolution est assez importante sans pouvoir, en fonction des données disponibles, estimer avec précision sa réelle ampleur. S agit-il véritablement d une tendance de fond ou d une variation sur courte période, voire d un biais statistique (partiel)? En effet, on observe la création de cabinets filiales qui offre une explication (partielle) à cette augmentation. La suite du portrait nous permettra d approfondir cette évolution en la rapprochant de celle du nombre de salariés (cf. page 23 : Regroupement ou émiettement). Nombre d'entreprises libérales Total Source DCASPL 2 année 2007 (Source CSO ) Entreprises avec salariés Source DCASPL année 2007 Entreprises sans salarié Source DCASPL année (6.415) Les données DCASPL sont concordantes avec celles de l OPCA PL et du CSO. Elles permettent d estimer le nombre de cabinets vétérinaires sans salarié à soit 30% du nombre total des cabinets. 2 DCASPL : Direction du Commerce, de l Artisanat, des Services et des Professions Libérales. 3 CSO : Conseil supérieur de l Ordre Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 8 sur 57

11 Répartition des vétérinaires et cabinets selon l'activité Source CSO 2009 Cette répartition montre une évolution qui n est pas récente et qui se prolonge, à savoir : le développement de l activité dite canine (animaux de compagnie) ; le développement de l activité dite canine dans les cabinets orientés animaux de rente (mixte) ; le retrait (relatif) de l activité d animaux de rente ; le développement de l activité équine en parallèle du développement de l équitation de masse. D'après les répondants à l'enquête de branche SNVEL (Syndicat National des Vétérinaires d Exercice Libéral) , le chiffre d'affaires se répartissait selon les différentes prestations ainsi : 4 Il est à noter que cette enquête citée plusieurs fois dans cette étude repose sur un questionnaire administré auprès d un échantillon non redressé donc non représentatif statistiquement de la profession. Cela ne met pas en cause sa qualité mais son niveau réel de précision et de représentativité qui ne sont pas connus. L exploitation doit être faite avec une certaine prudence, c est pour cela que nous l utilisons essentiellement comme donnée complémentaire. Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 9 sur 57

12 Médecine et chirurgie Ventes de médicaments Vente d'aliments Prophylaxie d'etat Autres Cabinets canins 63% 22% 13% 1% 1% Cabinets mixtes 42% 41% 7% 9% 1% Autres cabinets (activité rurale ou équine ou industrielle) 36% 47% 2% 12% 3% ENSEMBLE 55% 30% 10% 4% 1% Répartition des cabinets selon la taille Répartition des entreprises selon la taille salariale 40% 35% 39% 33% 30% 27% 22% 23% 20% 10% 0% 12% 9% 1 sal. 2 sal. 3 à 5 sal. 6 à 10 sal. Plus de 10 sal. 1% 1% Source OPCA PL, traitement Pollen Conseil Ces données portent sur tous les salariés (vétérinaires ou non-vétérinaires). Il n est pas tenu compte dans cette catégorisation des vétérinaires non salariés de ces entreprises, ni des entreprises vétérinaires sans salarié. En 2009, les cabinets de 1 et 2 salariés représentent 58% des cabinets vétérinaires (ayant des salariés). Ils ne représentaient que 49% des cabinets en La croissance de cette catégorie de cabinets (1 ou 2 salariés) va de pair avec une baisse en % et en nombre réel des cabinets de 3 et plus. L hypothèse explicative (en l absence de biais ponctuel ou structurel) est l installation avec ouverture de cabinet par de jeunes vétérinaires. S agit-il de cabinet de taille réduite pour l exercice en libéral à temps réduit? S agit-il de vétérinaires diplômés qui ne trouvent pas un statut satisfaisant d associé ou de salariés? S agit-il d une réorganisation des structures juridiques qui amène à la création de plusieurs entités là où une seule existait, analyse que l'on pourrait déduire du repli (en nombre) des gros cabinets qui en soi ne s'explique guère et que est contredit par d autres sources. (cf. page 23 : Regroupement ou émiettement) Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 10 sur 57

13 Source OPCA PL, traitement Pollen Conseil 1 sal. 2 sal. 3 à 5 sal. 6 à 10 sal. Plus de 10 sal. TOTAL Nombre de cabinets vétérinaires % de cabinets % 23% 33% 9% 1% 100% Nombre de cabinets vétérinaires % de cabinets % 22% 39% 12% 1% 100% Evolution en % du nombre de cabinets entre 2005 et % +18% -7% -20% -27% +10% Création de cabinets vétérinaires 700 Nombre de créations d'entreprises libérales cabinets vétérinaires en métropole Source DCASPL, traitement Pollen conseil Il s agit ici de toutes les créations. Cette donnée n étant pas un solde, elle ne prend pas en compte les fermetures d entreprise. Elle ne permet pas de distinguer les déménagements de cabinet avec fermeture puis réouverture. Pour les cabinets vétérinaires, on constate un quasi doublement des créations d'entreprises libérales entre 1999 et Cette progression est nettement plus importante que celle constatée dans les autres secteurs. Si la progression est généralisée, elle n'est que de +53% tout secteur confondu et +66% pour les seules entreprises libérales. Un cinquième des répondants à l'enquête branche SNVEL 2008 avaient créé leur cabinet au cours des quatre années précédant l enquête, ce qui tend à confirmer cette croissance du nombre de cabinets. Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 11 sur 57

14 Croissance Création d'entreprises 2008/ % 89% 80% 66% 60% 53% 40% 20% 0% Libérales ICS Cabinets vétérinaires Source DCASPL, traitement Pollen conseil (ICS : industrie commerce service) Répartition du chiffre d affaires (CA) selon la taille Selon la DCASPL, le chiffre d'affaires des cabinets vétérinaires (avec ou sans salarié) est de l'ordre de 2,4 milliards d'euros en 2007 ce qui correspond à euros environ par cabinet sur cette même base. Toujours selon les données DCASPL, entre 2004 et 2007, la croissance moyenne (en euros courants, donc inflation comprise) des cabinets vétérinaires est de +13% pour +4% pour les entreprises liées à la santé. 82% du chiffre d'affaires de la profession sont réalisés par les cabinets de 1 à 9 salariés, tandis que le poids économique cumulé des cabinets de 0 salarié et de plus de 10 salariés est de 17%. Cette répartition montre que l activité vétérinaire (en raison des contraintes diverses, notamment économiques, réglementaires et historiques) est marginale dans les toutes petites structures (malgré leur nombre) et les plus grosses. Malgré tout, par rapport à 2004, nous pouvons observer une baisse en pourcentage de chiffre d affaires total des cabinets de 0 salarié et de 1 à 3 salariés (43% contre 49%) et une hausse des cabinets de 4 à 9 salariés et de 10 à 19 salariés (54% contre 48%). Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 12 sur 57

15 Répartition du CA selon la taille 100% 7% 6% 23% 16% 75% 50% 25% 0% 42% 37% 42% 6% 9% 8% 2% 2% 7% Cabinets vétérinaires (2004) Cabinets vétérinaires (2007) 28% 45% 34% Activités liées à la santé 20% 25% 11% 28% Ensemble des entreprises libérales 0 salarié 1 à 3 salariés 4 à 9 salariés 10 à 19 salariés 20 salariés et plus Source DCASPL, traitement Pollen conseil Il apparaît qu'il y a simultanément une augmentation en nombre des toutes petites structures et un renforcement économique des moyennes structures ( 4 salariés) et plus. Soulignons que les données DCASPL sont celles de 2007 tandis que l augmentation de cabinets mentionnée plus haut est très récente. Le poids économique des cabinets vétérinaires sans salarié reste deux à trois fois inférieur à celui des entreprises des activités liées à la santé et de l'ensemble des entreprises libérales. Cela est lié à la difficulté relative d exercice en solo de l'activité de vétérinaire praticien. Ainsi, et à titre d exemple et d illustration, il n est guère possible au vétérinaire en consultation de répondre au téléphone et aux sollicitations des nouveaux arrivants à l inverse d un expert comptable travaillant sur un dossier. Nous devons ajouter que ces chiffres ne prennent pas en compte les effets récents de la crise économique. Nous ne pouvons mesurer au regard des données disponibles son impact ni à court terme, ni à moyen terme (est-elle conjoncturelle ou entraine-t-elle une évolution négative structurelle?). Néanmoins, on peut craindre qu'elle mette en «valeur» le nombre croissant de vétérinaires diplômés : si, jusqu alors, l augmentation du nombre de vétérinaires diplômés a été absorbée sans difficulté majeure, une crise économique sectorielle marquée pourrait rendre problématique ce phénomène. Evolution du nombre d animaux domestiques L activité vétérinaire tient à l évolution du nombre d animaux, des actes vétérinaires par animal et des besoins de soins selon la race. Pour ce qui relève de l évolution du nombre d animaux, si l on fait référence à l étude de la FACCO 5 (Chambre syndicale des Fabricants d aliments préparés pour Chiens, Chats, Oiseaux et autres Animaux domestiques), les données chiffrées de 2008 sont les suivantes : 5 enquête par sondage sur échantillon représentatif Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 13 sur 57

16 «La population de chiens avec 7,8 millions poursuit sa décroissance (-3,3% versus 2006) alors que la population de chats est en nette augmentation. Ils sont aujourd hui 10,7 millions (+6,5% versus 2006) à partager la vie de famille.». 51,2% des foyers français possèdent un animal familier. Seuls 6 les Etats-Unis (63%), les Pays- Bas et le Danemark (58%) connaissent une proportion plus élevée parmi les grands pays comparables. Ajoutons que si l activité vétérinaire est liée à l évolution du nombre d animaux domestiques, la réalité est plus complexe. En effet, plus encore, l impact sur l activité vétérinaire tient à la nature des animaux et à leur médicalisation potentielle. Ainsi, à titre d illustration, les poissons rouges ne font pas partie des animaux de compagnie recevant des soins vétérinaires. Répartition géographique des cabinets vétérinaires Source CSO, traitement Pollen Conseil 6 Mission économique de Bruxelles 2006 Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 14 sur 57

17 Le nombre de vétérinaires par région pour habitants 4,00 3,50 3,00 2,50 2,00 1,55 1,59 1,72 1,90 2,17 2,30 2,32 2,37 2,45 2,49 2,50 2,53 2,56 2,95 3,06 3,29 3,34 3,45 3,74 3,87 2,40 1,50 1,00 0,50 0,00 Source CSO et INSEE, traitement Pollen Conseil Idéalement, la répartition des vétérinaires serait à observer en fonction, non du nombre d habitants mais du nombre d animaux en distinguant «d élevage» et «de compagnie». Les informations correspondantes, par ailleurs difficiles à extraire, ne sont pas traitées dans le cadre de ce portrait emploi-formation. Aussi, le tableau ci-dessus est une indication à interpréter avec prudence. Ages des chefs d entreprises vétérinaires (en 2007) 2007 Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 15 sur 57

18 Pour les entreprises individuelles libérales du secteur vétérinaire, en comparaison de 2006, on constate un vieillissement des employeurs de 1,3 an pour les femmes et pour les hommes avec un âge moyen de 46,4 ans. Il est à noter également que: le nombre de femmes chef d entreprise de moins de 30 ans dépasse le nombre d'hommes, ce qui est nouveau mais prolonge et accentue une tendance déjà observée ; en 2002, les femmes chef d entreprise étaient un cinquième des effectifs vétérinaires chefs d entreprise (selon les données DCASPL), en 2007, elles représentent un quart de ces effectifs ; le nombre des plus de 60 ans, qui reste faible, tend à croître notablement ; (d'après les éléments à disposition et en l'absence d'accès aux données sources), on peut estimer l'augmentation à un tiers environ ; le nombre total d'employeurs pour la tranche des moins de 35 ans est en retrait, de plus de 10% environ. Pour l'ensemble des entreprises individuelles libérales, les chefs d'entreprises femmes représentent 40,1 % pour 24% chez les vétérinaires, avec un âge moyen (légèrement supérieur) de 46 ans ; les chefs d'entreprise hommes représentent 59,9 % avec un âge moyen (légèrement supérieur) de 50,8 ans. Le taux de féminisation des chefs d'entreprises vétérinaires est moins important que dans la catégorie des salariés mais continue de croître. On constate depuis plusieurs années un recul de l âge de l installation en libéral, ce qui est conforme aux données récentes ci-dessus. L'estimation du nombre d'employeurs de plus de 60 ans (cf. données et graphique ci-dessus) ne laisse pas présager une vague de transmissions des cabinets qui nécessite une attention particulière au regard des enjeux emploi-formation. Si l augmentation des départs à la retraite peut avoir un impact localement par une redistribution de la clientèle en conséquence d une non-vente de structure individuelle (fermeture qui n est pas sans poser de problème individuel) et nationalement sur les cotisants des caisses de retraite, son niveau pressenti ne devrait pas faire peser de risque majeur global sur l ensemble de la profession en termes de pérennité des emplois et des structures. Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 16 sur 57

19 Les vétérinaires inscrits à l ordre Nombre de vétérinaires inscrits à l Ordre en 2009 : (dont en cabinets vétérinaires) Sexe ratio : environ 60 % d hommes et 40 % de femmes. Source CSO 2009 Nationalité : 88 % française ; 9,4 % belge ; 2,4 % autres nationalités européennes. Nouveaux inscrits à l Ordre : 740 dont presque 65 % de femmes. En 2008, on comptait 789 nouveaux inscrits dont 63 % de femmes. 588 vétérinaires qui étaient inscrits à l Ordre en 2008 ne le sont plus en 2009 (omission temporaire, retraite, décès ). Si on peut estimer sur ces bases à 150/200 l'augmentation annuelle moyenne des vétérinaires inscrits à l'ordre sur les deux dernières années, les données de l Ordre permettent en fait d identifier 663 vétérinaires supplémentaires (solde net) entre 2009 et 2008 exerçant comme praticien en cabinet. Ces 663 vétérinaires correspondent à une croissance de près de 5% du nombre des vétérinaires libéraux environ, augmentation que l'on peut mettre en rapport avec la croissance de l'activité vétérinaire. En 2009, 39% des nouveaux inscrits à l Ordre étaient diplômés d écoles non-françaises 7. Pour la plupart, il s agit de Français ayant suivi des études à l étranger. Au total, l Ordre dénombre 9% de Belges et 3% autres nationalités sur l ensemble des inscrits. Si la Belgique a pris des mesures pour limiter l accès de sa formation aux étudiants français, on ne peut anticiper les transferts possibles vers d autres pays comme l Italie, l Espagne, la Roumanie. 7 Source CSO 2009 : 29,5% de Belgique et 9,5% d autres pays. Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 17 sur 57

20 Sur 10 ans, les chiffres de la CARPV (Caisse Autonome de Retraite et de Prévoyance des Vétérinaires) donnent une augmentation de 19% des vétérinaires (cotisants) de statut libéral (non salarié) ; pour les toutes dernières années, on compte de l'ordre de 450 nouveaux arrivants et 200 passages à la retraite. Si on se fonde sur l enquête de branche SNVEL 1998, il est fait mention de vétérinaires praticiens en cabinet. Sur cette base, en 11 ans, on dénombre une augmentation de 24% du nombre des vétérinaires exerçant en cabinet. Ce chiffre est à surveiller. Il y a un risque que le nombre de nouveaux vétérinaires exerçant en profession libérale, en raison de la possibilité offerte de faire ses études hors de France, soit durablement supérieur à la croissance de l activité. Toute chose égale par ailleurs, c est-à-dire que les nouveaux vétérinaires voudraient et travailleraient autant que leurs ainés, cette croissance de leur nombre entrainera(it) une chute des revenus individuels (croissance négative du CA par diplômé). On peut poser comme hypothèse que cette chute potentielle d'activité par diplômé ne serait 9 pas également répartie et qu on pourrait observer une paupérisation d un groupe de vétérinaires dont la caractéristique serait leur impossibilité à s installer soit en créant, soit en reprenant une clientèle. Enfin, sur le plan salarial, précisons que d'après les répondants à l'étude de branche SNVEL 2008, 88% des vétérinaires salariés se répartissent dans les échelons 2, 3 et 4 qui en comptent 5. Les ASV Les personnels non vétérinaires sont classés dans cinq catégories définies par la convention collective : 1. Personnel de nettoyage et d'entretien des locaux. 2. Personnel d'accueil et de secrétariat. 3. Auxiliaire Vétérinaire (assure des soins aux animaux, sans être titulaire d'une formation homologuée). 4. Auxiliaire Vétérinaire Qualifié (AVQ). 5. Auxiliaire Spécialisé Vétérinaire (ASV). Il n existe qu une seule formation reconnue, celle du GIPSA, titre homologué par le ministère du Travail. Cette formation et uniquement cette formation qui comprend deux niveaux permet le classement en catégorie 4 et 5. En 2009, le GIPSA a délivré 428 titres, dont : 343 titres d ASV, 119 en VAE, 74 en contrat d apprentissage, 199 en contrat de professionnalisation. 8 Donnée à valider, le mode d identification peut avoir été différent. 9 Une certaine paupérisation est déjà observable (recul des revenus), mais son analyse renvoie temps partiel subi ou choisi, c est-à-dire à un exercice à temps partiel par choix sur lequel nous n avons pas de données exploitées ici. Version finale octobre 2010 Etude réalisée par POLLEN Conseil Page 18 sur 57

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d expertises en automobile - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d expertises en

Plus en détail

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes

Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des Experts comptables et Commissaires aux comptes Quadrat-Études 45 rue de Lyon, Paris 12 ème Contact : Laurent POUQUET Tél : 17551427-6 82 69 25 94 laurent.pouquet@quadrat-etudes.fr Portrait statistique des salariés de la branche professionnelle des

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

Fleuristes, Vente et services des Animaux Familiers

Fleuristes, Vente et services des Animaux Familiers RAPPORT DE BRANCHE 2012 Fleuristes, Vente et services des Familiers Réalisation : Cédric Tranchant MOF FNFF - PRODAF - UNSSAC 17 rue Janssen 75019 Paris Page 1 Champ d'application de la convention collective

Plus en détail

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération

Panorama de branche. Industries et commerce de la récupération Panorama de branche Industries et commerce de la récupération Industries et commerce de la récupération Avant-propos méthodologique La partie «données économiques» prend en compte l ensemble du secteur

Plus en détail

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012

12ème. *Source : Centre d Analyse Stratégique «Les secteurs de la nouvelle croissance : une projection à l horizon 2030», Rapport n 48, janvier 2012 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2013-T1 2013-T2 2013-T3 2013-T4 2014-T1 2014-T2 2014-T3 2014-T4 Fiche Synthèse Sectorielle juillet 2015 Activités juridiques, comptables,

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011

Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011 LA PROFESSION D AIDE-SOIGNANT EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 191 Mai 2011 OPEQ Chambre de Commerce et d'industrie de région Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MÉDICALE. Portrait statistique

ÉTUDE. SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MÉDICALE. Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Santé LABORATOIRES DE BIOLOGIE MÉDICALE Portrait statistique 02 ÉTUDE - juillet 2012 Sommaire 03 Principaux enseignements 05 Étude initiée par la CPNEFP 05 Finalités 05 Méthodologie 07 Introduction

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

SUP-VETO 18 place St Marc - 76 000 Rouen 02 35 70 02 02

SUP-VETO 18 place St Marc - 76 000 Rouen 02 35 70 02 02 SUP-VETO 18 place St Marc - 76 000 Rouen 02 35 70 02 02 vous forme opératoire vétérinaire et de «secrétaire médical(e) vétérinaire. à votre futur métier à l issue de vos études. EDITO «L assistant(e) vétérinaire

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Professions de la photographie

Professions de la photographie DONNÉES 200 & REPÈRES TENDANCES Professions de la photographie 0267 SOMMAIRE DONNÉES ÉCONOMIQUES...................................... 4 Dénombrement des entreprises................................ 4 Dénombrement

Plus en détail

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Ucanss Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Potocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Plus en détail

INFIRMIER LIBÉRAL. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

INFIRMIER LIBÉRAL. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 INFIRMIER LIBÉRAL SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 5 L'ACTIVITÉ DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'INFIRMIER LIBÉRAL... 10

Plus en détail

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité

Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Pour une politique volontariste de l emploi et de la formation dans les associations de solidarité Dans le champ de l action sociale, médico-sociale et de la santé, le secteur associatif représente environ

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus

Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus Communiqué de presse 2 ème édition du Baromètre Appel Médical des salaires de la santé Les infirmiers anesthésistes ont les plus hauts salaires, les préparateurs en pharmacie, ceux qui progressent le plus

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse

Document interactif Ctrl+Clic pour accéder au dispositif désiré. Les fiches outils du Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Les diisposiittiiffs llégaux au serrviice de lla fforrmattiion prroffessiionnelllle conttiinue De nos jours, les entreprises et leurs collaborateurs doivent entrer

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

POUR 2010, cap sur les compétences. L info du mois. Editorial. LETTRE MENSUELLE N 75 Novembre - Décembre 2009

POUR 2010, cap sur les compétences. L info du mois. Editorial. LETTRE MENSUELLE N 75 Novembre - Décembre 2009 ZITOUN LETTRE MENSUELLE N 75 Novembre - Décembre 2009 L info du mois > EDITORIAL Pour 2010, Cap sur les compétences > Loi sur la formation professionnelle > La portabilité du DIF > L emploi des seniors

Plus en détail

AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE

AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE AVENANT A L ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ENTRE : La FPI (Fédération des Promoteurs Immobiliers de France), représentée par son Président ET : La Fédération CFTC - CSFV, représentée par La Fédération

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers.

Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Retentissement de la réforme de l'ircantec 2008 sur la retraite des Praticiens Hospitaliers. Dr Raphaël BRIOT ; Dr Jean GARRIC Syndicat National des Praticiens Hospitaliers d'anesthésie-réanimation RÉSUMÉ

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 2 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES

PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES PRIX DE CESSION DES 100 DERNIERES TRANSACTIONS DE CABINETS DENTAIRES étudiées par Interfimo Edition de janvier 2015 disponible sur www.interfimo.fr Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle,

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Crédit photo : Reza Estakhrian/Stone Déterminer la couverture d un risque, cerner les besoins des assurés et y répondre sont des opérations complexes et en grande partie immatérielles qui font de l assurance

Plus en détail

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Note de synthèse relative à la formation pharmaceutique continue en Présenta Plus de 150 000 personnes travaillent dans les 23 006 pharmacies d'officine

Plus en détail

Ce qu attendent les employeurs et les salariés de la complémentaire santé d entreprise

Ce qu attendent les employeurs et les salariés de la complémentaire santé d entreprise Centre de Recherche pour l Étude et l Observation des Conditions de vie CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Jeudi 12 février 2009 Ce qu attendent les employeurs et les de la complémentaire

Plus en détail

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région

ÉDITORIAL. Chiffres Clés. 29% des emplois. 11% des établissements employeurs de la région ÉDITORIAL Les mutations environnementales, économiques et sociales n ont de cesse et depuis quelques années nous ressentons que cette vitesse d évolution tend à devenir exponentielle Que sera demain? Cette

Plus en détail

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix

Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Personnes âgées dépendantes : bâtir le scénario du libre choix Présentation du second rapport de la mission «Prospective des équipements et services pour les personnes âgées dépendantes» D un rapport à

Plus en détail

Portrait économique du secteur des activités immobilières

Portrait économique du secteur des activités immobilières Portrait économique du secteur des activités immobilières Branche professionnelle de l immobilier Service Observatoires AGEFOS PME 187, quai de Valmy 75010 PARIS agefos-pme.com Portrait économique de la

Plus en détail

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E

Les missions. des experts. au service des comités d entreprise et des CHSCT. Version actualisée de la L.S.E Les missions des experts Version actualisée de la L.S.E Juin 2014 Nos agréments et certifications Ordre des experts-comptables : nous sommes inscrits à l ordre des experts-comptables. : nous sommes agréés

Plus en détail

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors

Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Diagnostic portant sur la situation de l emploi des jeunes et des seniors Branche professionnelle des entreprises du froid et connexes Commission Mixte Paritaire 19 septembre 2013 Service Observatoires

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Démographie des personnels infirmiers en santé au travail

Démographie des personnels infirmiers en santé au travail Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle du Centre Démographie des personnels infirmiers en santé au travail Résultats nationaux juin 2008 DIRECTION RÉGIONALE DU TRAVAIL,

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé. Mardi 26 novembre 2013

La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé. Mardi 26 novembre 2013 La Formation Professionnelle au service de l emploi partagé Mardi 26 novembre 2013 1 SOMMAIRE 1- Présentation UNIFORMATION p.3 2- Le système de la Formation Professionnelle Continue (FPC) p.8 3- Les obligations

Plus en détail

Sentence arbitrale sur la formation professionnelle dans les Caisses d'epargne et de Prévoyance du 28.04.97

Sentence arbitrale sur la formation professionnelle dans les Caisses d'epargne et de Prévoyance du 28.04.97 Sentence arbitrale sur la formation professionnelle dans les Caisses d'epargne et de Prévoyance du 28.04.97 Les dispositions du statut du personnel des Caisses d'epargne et de Prévoyance relatives à la

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants

La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants Emploi... La Silver Normandie : une filière et des secteurs innovants La Basse-Normandie, première Silver région inaugurée en France, en janvier 2014, figure parmi les 7 régions françaises les plus attractives

Plus en détail

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES

EMPLOYES PERSONNEL DE MAITRISE CADRES CONVENTION COLLECTIVE INTERREGIONALE DES COMMERCES DE QUINCAILLERIE, FOURNITURES INDUSTRIELLES, FERS, METAUX ET EQUIPEMENT DE LA MAISON Accord du 7 octobre 1999 modifié par avenants du 9 octobre 2002 et

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels

Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels Loi n 2011-893 du 28 Juillet pour le développement de l alternance et la sécurisation des parcours professionnels La loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 comporte différentes mesures visant notamment à développer

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Les titres (TH) inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles

Les titres (TH) inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles Les titres (TH) inscrits au Répertoire national des certifications professionnelles La Certification Professionnelle regroupe les diplômes à finalités professionnelles délivrés par l Etat, les titres élaborés

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

Emploi et Formation Secteur Publicité

Emploi et Formation Secteur Publicité Rapport statistique Emploi et Formation Secteur Publicité 2009-2010 AFDAS / R&D - Septembre 2012 Sommaire 1. DONNEES SUR L EMPLOI 3 1.1. POINT METHODOLOGIQUE ET PRECAUTIONS D USAGE 4 1.2. LES ENTREPRISES

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre :

Vous nous indiquez que les médecins se voient proposer des événements à médicl:iliser et, dans ce cadre : Urssaf de Paris-région parisienne \\_. U R S S A F DE PARIS REGION PARISIENNE Docteur Notre référence : DIRECTION DES AFFAIRES JURIDIQUES TEL: 01.56 93 67 24 446/06 PRIMB Montreuil, le 0 7 JUIN 2006 Docteur,

Plus en détail

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi?

Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? Emploi 3 Comment les entreprises anticipent-elles le vieillissement de l emploi? François Brunet* Inévitablement les générations nombreuses du baby-boom nées entre 1946 et 1973 s approchent de l âge légal

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès

Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès Numéro 11 Les Certificats de Qualifications Professionnelles de la branche : un franc succès Décembre 2011 La lettre de l bservatoire de l emploi et des métiers en mutualité Editorial La fin de l année

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques

Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques DOSSIER DE PRESSE Point presse du 2 juillet 2013 ANNEXES Rappels sur les missions, l évolution des populations couvertes et les engagements stratégiques www.rsi.fr Une mission : assurer la protection sociale

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance

Prévoyance collective, assurance santé et dépendance Juin 2012 Prévoyance collective, assurance santé et dépendance La Comarep vient de publier un état des lieux de la protection sociale complémentaire des branches à fin 2011. C est l occasion d en tirer

Plus en détail

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat?

Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quels sont les bénéficiaires de ce contrat? Quelles employeurs peuvent bénéficier de ce dispositif? Forme et contenu du contrat Rémunération minimale du salarié Formation Avantages pour l'employeur Comment

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE ASSURER LE REMBOURSEMENT DE VOS DÉPENSES PRÉVOIR LE REMBOURSEMENT DE SES DÉPENSES DE

Plus en détail

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé

Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé Panorama d une filière d excellence : les industries et technologies de santé D après les données du Contrat d étude prospective des Industries de Santé 2012 les chiffres clés u Près de 200 000 salariés,

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail