L emploi dans le secteur de l assurance en Introduction Comparaison entre les pays de l Europe des 15 03

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L emploi dans le secteur de l assurance en 2006. Introduction 02. 1. Comparaison entre les pays de l Europe des 15 03"

Transcription

1 ssur N 40 Bulletin hebdomadaire du 13/12/2007 L emploi dans le secteur de l assurance en 2006 Introduction Comparaison entre les pays de l Europe des Le marche belge de l assurance L emploi dans les entreprises d assurances Tendances Analyses des tendances 3.3. Chiffres-clés 3.4. Analyses des chiffres-clés par catégorie 3.5 Entrées et sorties 3.6. Structure du secteur 3.7. Contrats à durée déterminée 4. Tableaux chiffrés Profil des travailleurs présents le 31 décembre Profil des travailleurs engagés et ayant quitté en Prospective 19 Edition spéciale Série statistiques

2 02 Introduction Assuralia consacre une grande attention à l exploitation des données sur le personnel occupé dans le secteur Assuralia constitue et exploite des bases de données sur l état des ressources humaines dans le secteur de l assurance : une base de données sur l emploi alimentée depuis le début des années 1990 par une enquête annuelle, permettant de recueillir des renseignements individualisés et anonymes sur l ensemble des travailleurs occupés dans le secteur et sur les mouvements des effectifs du secteur; l étude portant sur les familles de métiers afin de dresser l inventaire des fonctions et des métiers du secteur de l assurance et de créer un instrument de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ; des enquêtes sur le niveau de rémunération dans le secteur de l assurance, menées en collaboration avec des partenaires externes, permettent à chaque entreprise d évaluer les fonctions critiques de sa politique salariale à la lumière des données du marché. La présente édition de la série spéciale d Assurinfo est le résultat du traitement de la banque de données Emploi alimentée chaque année par Assuralia et qui suit de près l évolution de l emploi et celle des flux de personnels occupés dans le secteur. Dans cette publication, nous reprenons une cartographie de l emploi dans les entreprises d assurances. Nous présentons également les différents acteurs qui constituent avec les entreprises d assurances le décor du secteur de l assurance et donnons un aperçu des principaux chiffresclés qui caractérisent l emploi dans les entreprises d assurances. La première partie de l étude est consacrée à une comparaison des chiffres de l emploi entre les pays des l Europe des 15. La seconde partie vise à situer les entreprises d assurances dans le marché plus large de l assurance comprenant les intermédiaires, les courtiers, les agents Suit une analyse des chiffres de l emploi 2006 dans les entreprises d assurances au sens strict et les principales tendances relevées entre 2000 et Les tableaux chiffrés sont inclus dans le chapitre suivant. Nous terminons par développer quelques réflexions prospectives quant à l évolution des métiers de l assurance dans la cinquième et dernière partie de ce numéro spécial d Assurinfo. Par le biais de ce dossier, Assuralia espère pouvoir mieux faire comprendre les nombreuses facettes de l emploi dans les entreprises d assurances.

3 1. Comparaison entre les pays de l Europe des Pays de l Europe des 15 Employés 1 Nombre Taux de croissance 2 DE Germany ,3% GB United Kingdom ,7% FR France ,0% ES Spain NL The Netherlands IT Italy AT Austria ,1% BE Belgium ,0% SE Sweden ,1% IE Ireland ,0% DK Denmark ,3% PT Portugal ,0% FI Finland ,4% GR Greece ,3% LU Luxembourg ,8% Source : CEA et Assuralia ,4% Les chiffres fournis sont issus du rapport CEA Statistics European Insurance in Figures 2007 n 31. Ils sont basés sur des données calculées au 31 décembre et fournies par les fédérations patronales nationales. Le mouvement de décroissance de l emploi au niveau européen, amorcé et constant depuis 2002, est commenté dans le rapport comme suit : This trend is the result of the combination of several factors, i.e. the high level of competition within the industry, the rising concentration as well as the growing externalisation of services. At the country level, it should be noted that in general the big market players saw a decrease while the smaller ones, which are still developing, saw their workforce increasing. It can also be stressed that the delocalisation of the insurance industry out of Europe remains currently limited and has sometimes given place to relocation within Europe for some companies. 1 Notons que la part des agents salariés d entreprises d assurances peut varier très fort d un pays européen à l autre. En Belgique, celle-ci se réduit à une portion congrue. 2 Taux de croissance calculé par rapport aux données de l année Excepté les chiffres de l Italie, de l Espagne et des Pays-Bas qui correspondent à des données de l année 2005.

4 04 2. Le marché belge de l assurance Les entreprises d assurances ne sont pas seules à occuper le marché belge de l assurance. Celui-ci comprend également d autres entreprises ou indépendants qui adressent également leurs services aux particuliers et aux entreprises d assurances. La répartition des +/ professionnels de l assurance s effectue comme suit : Au total environ personnes forment l ensemble du marché belge de l assurance. Il s agit de travailleurs occupés dans des entreprises d'assurances, des agences ou dans le courtage 4 : le personnel occupé dans les entreprises d assurances qui relèvent de la compétence de la Commission paritaire ; les intermédiaires (agents et courtiers) qui sont généralement indépendants ; le personnel occupé dans les bureaux de courtage ou les agences d'assurances 6,7 ; Les entreprises d assurances qui ne relèvent pas de la compétence de la Commission paritaire 306, occupent selon les estimations une cinquantaine de personnes. 8 Source : ONSS-INASTI-Assuralia Chiffres 2006 Le nombre d emplois qu offre l industrie de l assurance, considérée au sens large, représente 2% du nombre total de travailleurs employés dans le secteur privé. 4 L'assurance fournit cependant du travail à d'autres catégories de personnes dont le nombre précis est inconnu : - les personnes qui effectuent des opérations d'assurance, mais qui travaillent dans une banque ("bancassurance"). Ces personnes relèvent de la Commission paritaire n 310 : Assuralia ne dispose pas de chiffres détaillés à cet égard. - le personnel travaillant pour le secteur par le biais de l'outsourcing comme les gestionnaires financiers externes, les sociétés spécialisées dans la gestion de sinistres pour compte d'autrui, les informaticiens, les services de catering, les entreprises de nettoyage, ; - enfin, l'assurance fait appel à de nombreux mandataires dans le cadre de missions d'expertise, tant à la souscription que lors du règlement de sinistres. 5 Les travailleurs des entreprises d assurances constituent le cœur même de l étude d Assuralia (et ce à partir du point 3). 6 Ces entreprises relèvent de la Commission paritaire n Les agences qui représentent des compagnies étrangères en Belgique (agents généraux ou "underwriters"), relèvent également de cette catégorie. 8 Pour mémoire, Fortis Banque Assurances relevait jusqu au 30 juin 2006 de la compétence de la Commission paritaire des institutions publiques de crédit.

5 3. L emploi dans les entreprises d assurances Tendances Le nombre de travailleurs diminue En 2006, personnes ont été engagées sous CDI ; tandis que personnes ont quitté une entreprise d assurance dans le courant de l année Au 31 décembre 2006, les entreprises d assurances employaient personnes sous contrat de travail à durée indéterminée (CDI). Ce chiffre correspond à une diminution de 1% par rapport à Les répercussions de la crise financière et économique des années sont marquantes dans les graphiques 3. Toujours plus de travailleurs à temps partiel! 2. Les engagements sont en hausse, les départs se stabilisent En 2006, 22,1% de travailleurs avaient opté pour un temps partiel Les statistiques reprises dans le présent chapitre concernent uniquement le personnel occupé dans les entreprises d'assurances qui tombent dans le champ d application de la Commission paritaire 306. Cette Commission paritaire a été créée par arrêté royal du 9 février 1971 qui décrit son champ d'application comme suit : "Les compagnies d'assurances à prime fixe et les compagnies d'assurances mutuelles, tant les sièges de compagnies étrangères établis en Belgique que les compagnies belges". 10 Il est possible qu un certain nombre de travailleurs soit réengagé dans une autre entreprise d assurances, cf. analyses infra. 11 Qu il s agisse d un contrat de travail à temps partiel ou d une forme de crédit-temps (réduction des prestations à mi-temps ou d 1/5).

6 06 4. Les travailleurs sont de plus en plus âgés 2. Les engagements sont en hausse, les départs se stabilisent analyse Une réaction des entreprises face à la crise financière de a été de ralentir les engagements. Depuis 2004, ceux-ci sont repartis à la hausse. Dans le même temps, le nombre de personnes ayant quitté une entreprise a sensiblement augmenté durant ces deux années de crise. En 2006, l âge moyen des travailleurs occupés est de 42 ans et 11 mois Analyses des tendances 1. Le nombre de travailleurs diminue analyse Depuis 2000, le niveau de l emploi ne cesse de diminuer. L une des explications pourrait-elle se trouver dans les mouvements de fusions absorptions? Entre 2000 et 2006, une série d entreprises 12 ont connu un, voire plusieurs, mouvement(s) de fusion ou d absorptions. L emploi de ces entreprises représentait en personnes alors qu en 2006 elles ne comptabilisent plus que travailleurs. Cette diminution de travailleurs représente 87% (!) de la réduction totale du marché pour ces mêmes années. L effet cumulé de ces deux mouvements a contribué à faire chuter le niveau de l emploi. 3. Toujours plus de travailleurs à temps partiel! analyse Les régimes à temps partiel ont le vent en poupe et de plus en plus d hommes y ont recours également (vu que le mouvement de féminisation est inférieur à la croissance du temps partiel). 13 Les études montrent que le régime à temps partiel correspond dans une grande majorité de cas à un libre choix par les personnes. Cette volonté correspond sans aucun doute à la recherche d un équilibre entre vie privée et activités professionnelles. 4. Les travailleurs sont de plus en plus âgés analyse Le secteur de l assurance vieillit : l âge moyen frôle, en effet, les 43 ans et la pyramide des âges indique clairement que le secteur a intérêt à se préoccuper de la gestion des compétences dans une optique prévisionnelle. En outre, un salarié sur trois atteindra l âge de 60 ans d ici 2015, dont près de 30% de cadres. 12 Dont AXA Belgium, AGF (devenu Allianz), Assubel, Apra,,CGU, Dexia, Delta Lloyd, De Vaderlandsche, DVV, Fortis AG, Fortis Bank, Fortis Insurance Belgium, ING Insurance Belgium, Mauretus, Naviga, P&V, RVS, Vivium, Winterthur, Zurich, 13 Cf. les profils par catégorie, point 3.4.

7 07 Ce phénomène du vieillissement est également soutenu par un constat : l âge moyen des personnes qui quittent l entreprise (41 ans et 9 mois) est inférieur à l âge moyen des personnes en place dans l entreprise (42 ans et 11 mois), ce qui accélère mécaniquement le vieillissement. Si le secteur engage naturellement des jeunes (âge moyen de 32 ans et 11 mois), leur nombre est insuffisant pour inverser la tendance. En effet, l âge moyen des travailleurs des entreprises d assurances augmente de 3,5 mois chaque année! Cela signifie que : Par rapport à la population totale des travailleurs en CDI, la tranche des ans représente 17% de la population (8% de femmes et de 9% d hommes). La tranche ans représente 13,5% (dont presque 8% de femmes et 5,5% d hommes) Afin d interpréter correctement ce graphique, il faut comprendre que la totalité des hommes et des femmes représentés en pour cent constituent la totalité (100%) des travailleurs sous CDI au 31 décembre > <20 0 Une proportion importante de la population dans les entreprises se situe au-delà de 45 ans. Par comparaison, cette concentration est d ailleurs plus importante dans notre secteur qu au niveau interprofessionnel.

8 Chiffres-clés a. CDD, CDI et FTE Photo du nombre de CDI au : Tps plein Tps partiel Total Hommes Femmes Total Nombre de contrats à durée temporaire conclus pendant l année : Nombre moyen 16 de travailleurs et d équivalent temps plein (nommé FTE 17 ) : Total (CDI+CDD) Tps plein tps partiel FTE L emploi exprimé en équivalent temps plein diminue plus rapidement que l emploi exprimé en nombre de CDI : une diminution de 9,6% des FTE pour une diminution de 7,6% des CDI. L explication provient incontestablement de l augmentation du nombre de temps partiel (cf. point b). Type de contrat Hommes Femmes Totaux Durée déterminée Etudiants b. Evolution Nombre de CDI Femmes 48,2% 51,1% + Temps partiel 15,2% 22,1% ++ FTE Répartition par catégorie exécution 61,0% 61,5% = cadre 25,3% 27,9% + direction 2,7% 3,9% + inspecteurs 7,0% 5,7% - agents 2,6% 0,4% - ouvriers 1,4% 0,6% - Age moyen 41 ans et 2 mois 42 ans et 11 mois + Ancienneté moyenne 15 ans 16 ans et 4 mois + Formation universitaire et supérieure 51,4% 60,2% Les nombres cités sont des chiffres absolus, non ramenés à un équivalent temps plein et représentant la situation de l emploi au 31 décembre. 15 Nous commentons ces contrats à durée temporaire au point 3.7. de la présente étude. 16 Quel que soit le type de contrat de travail : soit de durée indéterminée, soit de durée déterminée. 17 Pour Full Time Equivalent.

9 Analyses des chiffres-clés par catégorie Selon la convention collective de travail sectorielle 18, le personnel des entreprises d assurances se répartit entre 6 catégories (classées par ordre d importance numérique) 19 : le personnel d'exécution (5 sous-catégories), les cadres (3 sous-catégories), les inspecteurs (4 sous-catégories), les agents salariés (par opposition aux agents indépendants), les membres de la direction et les ouvriers. 20 a. Evolution entre 2000 et 2006 quant aux catégories professionnelles : Le nombre de cadres (de 25,3% à 27,9%) et de personnel de direction (de 2,7% à 3,9%) est en hausse. La proportion de personnel exécutif est relativement stable sur 7 ans, contrairement à ce que l on pourrait penser (61 par rapport à 61,5%) ; La part des fonctions commerciales régresse (7 à 5,7% pour les inspecteurs ; de 2,6% à 0,4% pour les agents). b. Evolution quant à la féminisation du personnel en place % travailleurs féminins Personnel d'exécution 62,0 63,2 Cadres 32,7 38,0 Inspecteurs 5,6 10,1 Direction 12,8 20,2 Malgré le fait que les entreprises recrutent plus d hommes, le secteur se féminise. Ceci résulte en partie du fait qu hommes et femmes ont des comportements différents quant à leur carrière : l homme privilégie le turn-over (le profil-type de la personne qui quitte une entreprise est un homme 21 ), les femmes sont plus fidèles à leur entreprise Les femmes ont dépassé le cap des 50% depuis l année 2003 et l on peut dès lors émettre l hypothèse réaliste que, dans l assurance, la part du travail féminin continuera d aller croissant dans les années à venir. Actuellement, presque 4 cadres sur 10 sont des femmes (28% en 1996, 38% en 2006), la parité hommes-femmes approche à petit pas chez les cadres. Au niveau de la direction : 1 directeur sur 5 est une femme. En outre, dans le cadre de la gestion de la diversité, le mouvement de féminisation est soutenu par des projets internes aux entreprises qui préparent et favorisent la promotion des femmes à des postes à responsabilité CCT du relatives aux conditions de travail et de rémunération, arrêté royal du 13 février 1980, Moniteur belge du 4 juin La reprise d'une personne dans l'une ou l'autre catégorie se fait sur la base non pas du diplôme, mais de la fonction exercée. La CCT énumère ces fonctions et les répartit en différentes catégories. 20 La suite de l'analyse porte sur les catégories à l'exception faite de la catégorie des agents et des ouvriers qui sont devenues très minoritaires, cf. chiffres absolus au point Cf. infra point Pour info, cf. la diversité vit dans les entreprises, article de l exergue d Assurinfo n 36 du 15 novembre 2007.

10 10 c. Evolution quant au diplôme le plus fréquemment rencontré 23 Niveau de formation le plus courant Personnel d'exécution Secondaire : 38,3% Supérieur : 40,3% Cadres Universitaire : 45,9% 24 Universitaire : 46,7% 25 Inspecteurs Universitaire: 33,4% Supérieur : 36,6% Direction Universitaire: 80,6% Universitaire : 72,3% Au total en 2006, 60,2% des travailleurs possédaient un diplôme d études supérieures ou universitaire. Le taux des possesseurs d un niveau élevé de formation (études supérieures pour le personnel exécutif, universitaire pour les cadres) se renforce, notamment en raison des départs à la pension ou à la prépension de personnes moins diplômées et remplacées par des personnes disposant d une formation de départ plus élevée. Cette tendance est plus marquée pour le personnel d exécution et les inspecteurs que pour les cadres. Toutefois, le mouvement constaté au niveau de la direction est surprenant. d. Evolution quant à la proportion de régimes temps partiel 26 Temps partiel Hommes Femmes Hommes Femmes Personnel d exécution 3,5% 32,6% 8,9% 42,8% Cadres 2,0% 14,8% 3,9% 24,4% Inspecteurs 1,3% 3,3% 1,1% 4,9% Direction 4,0% 13,8% 2,9% 6,9% Même si le temps partiel reste très majoritairement utilisé par les femmes, les hommes semblent progressivement y avoir recours (près de 9% des hommes sont à temps partiel pour le personnel d exécution). Une femme cadre sur 4 travaille à temps partiel. En tous les cas, le temps partiel a le vent en poupe 27, à l exception des fonctions de direction 23 Les niveaux de formation se répartissent comme suit : - études universitaires ou supérieures de type long (= université ) ; - études supérieures de type court, par exemple graduat, régendat, candidature (= supérieur ) ; - études secondaires supérieures (= secondaire ) ; - études secondaires inférieures (= inférieur ). 24 Université + supérieur en 2000 : 76%. 25 Université + supérieur en 2006 : 80,3%. 26 Qu il s agisse d un contrat de travail dont le régime est temps partiel ou d une réduction des prestations sous forme de crédit-temps. 27 Cf. infra point 3.2.

11 Entrées et sorties a. Chiffres et évolution Le nombre total des travailleurs présents au 31 décembre 2006 résulte de la différence entre le nombre d engagements (+) et le nombre de départs (-) durant l année. Au 31 décembre 2006, les entreprises d assurances employaient personnes sous contrat de travail à durée indéterminée (CDI). Ce chiffre correspond à une diminution de 1% par rapport à Présents au 31/12/2005 Entrées en 2006 Sorties en 2006 Présents au 31/12/ Evolution = - b. Profil-type des personnes recrutées et ayant quitté l entreprise Le profil type d une personne engagée en 2006 correspond à : un homme cadre (catégorie barémique C1) d environ 33 ans. Le profil type d un employé qui quitte une entreprise d assurance dans le courant de l année 2006 est également un homme cadre (catégorie barémique C1) d environ 43 ans et d une ancienneté de 13 ans Structure du secteur a. Evolution quant à la taille des entreprises et au personnel occupé Quelque 120 entreprises d assurances sont actives sur le marché belge. Trois-quarts environ de ces entreprises occupent du personnel. Le quart restant est actif sur le marché belge de l assurance, mais n occupe pas du personnel. 29 Si la grande majorité des travailleurs est occupée dans des entreprises occupant plus de 500 personnes (70%) ; en revanche, cette proportion diminue légèrement en 6 ans alors que la part des entreprises comprise entre 150 et 500 travailleurs s accroit sensiblement (presque 20%) Taille de l'entreprise Nombre d'entreprises % de l'emploi total Nombre d'entreprises % de l'emploi total < 50 travailleurs 60 4,1 41 2, travailleurs 30 10,7 20 7, travailleurs 12 13, ,5 > 500 travailleurs 14 72, ,2 28 Cf. analyse au point 3.4 a. 29 Il s agit le plus souvent d'entreprises d'assurances étrangères pour lesquelles les grandes agences interviennent comme représentant légal. La Commission paritaire 307 est compétente pour ces agences ou souscripteurs.

12 12 b. Le top 20 des groupes en matière d emploi Groupe Nombre de Secteur Encaiss. Encaiss. Total travailleurs (%) non-vie Vie encaiss. 1 AXA ,4 16,6% 12,7% 13,9% 2 Fortis ,4 16,0% 26,5% 23,3% 3 Ethias ,0 13,2% 13,1% 13,1% 4 KBC ,4 9,2% 14,6% 12,9% 5 Winterthur ,9 6,5% 1,4% 2,9% 6 ING ,4 3,5% 6,7% 5,8% 7 AGF ,8 3,5% 2,9% 3,1% 8 Dexia ,7 4,1% 9,8% 8,0% 9 P&V 861 3,6 3,8% 1,1% 1,9% 10 Mercator 732 3,1 3,7% 0,6% 1,6% 11 Generali 634 2,7 2,0% 1,5% 1,6% 12 Federale 620 2,6 2,0% 0,5% 1,0% 13 Ergo 584 2,5 3,6% 0,9% 1,8% 14 Atradius 481 2,0 0,8% 0,0% 0,2% 15 Swiss Life 342 1,4 0,6% 2,0% 1,6% 16 Delta Lloyd 262 1,1 0,0% 1,7% 1,2% 17 Mensura 201 0,8 1,6% 0,0% 0,5% 18 Euler Hermes 201 0,8 0,6% 0,0% 0,2% 19 Argenta 184 0,8 0,8% 0,9% 0,9% 20 Inter Partner Assistance 165 0,7 0,3% 0,0% 0,1% TOTAL ,2 L hypothèse selon laquelle la branche non-vie est plus labour intensive (pour un même niveau de prime, la branche non vie nécessite davantage d emploi) se vérifie en général. Les entreprises d assurances ont de moins en moins recours à des CDD : le recours à des CDD durant l année, entre 2000 et 2006, a diminué d environ 40% Contrats à durée déterminée a. Chiffres et évolution Type de contrat Nbre total de Hommes Femmes 2006 travailleurs Durée déterminée Etudiants

13 13 b. Causes du recours à des contrats à durée déterminée Les contrats à durée déterminée sont généralement conclus pour le remplacement de travailleurs qui bénéficient d'un congé parental ou d'un crédit-temps. Les sociétés d assistance emploient de nombreux CDD principalement en période de vacances (14,2% du nombre total de travailleurs sous CDD contre 1,8% du nombre total de travailleurs sous CDI). c. Le profil-type des travailleurs sous contrats à durée déterminée 2006 % femmes âge niveau de formation % moyen le plus courant temps partiel Durée déterminée 58,4 28 ans et 4 mois supérieur : 60,2% 15,1 Etudiants 56,3 20 ans et 6 mois - - d. 150 contrats jeunes de plus L accord prévoit le recrutement de 150 jeunes demandeurs d emploi dans le cadre de contrat à durée temporaire (un an ou 6 mois). Les employeurs s engagent également à leur fournir une formation complémentaire, pendant les heures de travail, d'au moins trois mois. L Accord prévoit pour la première fois que conformément à l accord interprofessionnel , les employeurs s engagent à ce que 75 demandeurs d emploi (sur les 150) proviennent des groupes cibles tels que prévus dans l accord interprofessionnel. Les groupes cibles visés dans l AIP sont : les personnes handicapées, les jeunes peu scolarisés, les jeunes travailleurs indépendamment de leur origine L accent est également porté, dans l Accord interprofessionnel , sur l égalité des chances entre hommes et femmes. A l issue du contrat conclu dans le cadre de ce plan, les employeurs examineront positivement la possibilité d engager le jeune travailleur via un CDD, un CDI ou éventuellement une convention de premier emploi. Le recrutement de ces 150 jeunes demandeurs d emploi constitue un engagement pris par Assuralia au nom de l ensemble des entreprises d assurances. 30 Conclu le 4 octobre Point d ancrage 4 : diversité et non-discrimination.

14 14 4. Tableaux chiffrés Profil des travailleurs présents le 31 décembre 2006 Hommes Femmes Total Nombre de travailleurs dont temps partiel EMPLOYES - PERSONNEL D EXECUTION 1ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie A e catégorie B TOTAL CADRES Catégorie Catégorie Catégorie TOTAL INSPECTEURS 1ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie TOTAL AGENTS Agents Agents généraux TOTAL DIRECTION TOTAL OUVRIERS TOTAL Âge 43 ans et 7 mois 41 ans et 4 mois 42 ans et 11 mois Ancienneté 15 ans et 3 mois 15 ans et 5 mois 15 ans et 4 mois 32 Cette partie concerne exclusivement les CDI.

15 Profil des travailleurs engagés et ayant quitté en 2006 a. Chiffres absolus Engagés en 2006 Hommes Femmes Total Nombre de travailleurs dont temps partiel EMPLOYES - PERSONNEL D EXECUTION 1ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie A e catégorie B TOTAL CADRES Catégorie Catégorie Catégorie TOTAL INSPECTEURS 1ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie TOTAL AGENTS Agents Agents généraux TOTAL DIRECTION TOTAL OUVRIERS TOTAL Âge 33 ans et 6 mois 32 ans et 2 mois 32 ans et 11 mois

16 16 Ayant quitté en 2006 Hommes Femmes Total Nombre de travailleurs dont temps partiel EMPLOYES - PERSONNEL D EXECUTION 1ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie A e catégorie B TOTAL CADRES Catégorie Catégorie Catégorie TOTAL INSPECTEURS 1ère catégorie e catégorie e catégorie e catégorie TOTAL AGENTS Agents Agents généraux TOTAL DIRECTION TOTAL OUVRIERS TOTAL Âge 42 ans et 7 mois 40 ans et 7 mois 41 ans et 9 mois Ancienneté 12 ans et 7 mois 13 ans et 9 mois 13 ans et 1 mois

17 17 b. Analyses des mouvements entrées-sorties Le secteur engage des jeunes (âge moyen : 33 ans presque) mais également des travailleurs expérimentés (14,2% des engagés ont plus de 50 ans). L âge moyen des travailleurs qui quittent l entreprise (41 ans et 9 mois) est inférieur à l âge moyen des personnes en place (42 ans et 11 mois) ce qui renforce l effet du vieillissement. 33 > <20 0 Les raisons des départs sont les suivantes : Hommes Femmes Total - rupture avec indemnité rupture sans indemnité pension prépension démission donnée décès TOTAL Cf. Point 3.2.

18 18 Raisons des départs des moins de 35 ans et des plus de 50 ans. Moins de 35 ans Plus de 50 ans Licenciement (Pré)Pension Démission Schématiquement : > <20 0 Moins de 35 ans : davantage de démissions, en particulier pour les hommes ; ans : plus de licenciements ; Plus de 50 ans : davantage de (pré)pensions (abandon sur le marché du travail).

19 5. Prospective 19 Un regard sur le passé permet rapidement de s en rendre compte : les métiers de l assurance ont nettement évolué ces trente dernières d années, certainement plus qu en un siècle. Les métiers d hier ne sont plus ceux d aujourd hui Les fonctions de steno-dactylo, ou même de docu men - taliste, sont dépassées par la technologie de plus en plus évoluée, sans parler des fonctions quasi oubliées de confectionneurs ou de perforateurs 34. A l inverse, de nouvelles fonctions, inconnues il y a dix ans, ont pris toute leur importance : audit, buisness analyst, compliance officer, gestionnaire de projet Ces considérations ont d ailleurs invité les partenaires sociaux à actualiser la classification actuelle datant de 1979 sur laquelle se base les barèmes minimas sectoriels et leur progression. Les activités au sein des entreprises se sont transformées radicalement sur le fond, la forme, les techniques,... Ces réflexions ont forcément eu (et conserveront) un impact sur la politique des ressources humaines quant au personnel occupé et les recrutements en cours. Il est dorénavant essentiel de posséder une analyse correcte des métiers, des compétences, des formations et des besoins en renouvellement des effectifs. Pour cette raison, les entreprises se préoccupent de plus en plus d une gestion prévisionnelle et Assuralia a développé son étude familles de métiers. L'environnement économique, commercial et concurrentiel conduit actuellement les entreprises d assurances à chercher à innover dans leurs produits en diversifiant l offre, tout en améliorant la qualité des services rendus. Par ailleurs, l organisation des structures internes et des processus est d avantage rationalisée afin de mieux maîtriser les coûts. Ces tendances poursuivront encore leur chemin dans la réalité des entreprises. Les métiers d aujourd hui ne seront pas forcément ceux de demain Ce mouvement de transformation des activités et métiers d assurances est continuellement en marche. Le contexte dans lequel s inscrit le travail des professionnels de l assurance est de plus en plus diversifié et complexe. Les facteurs environnementaux en sont directement la cause. Ces facteurs environnementaux impactant la stratégie et les activités des entreprises sont de quatre ordres : 1.ECONOMIQUES (mondialisation, concurrence, influence des actionnaires ). Ex : Développement de produits innovateurs, Concentration sur le core business, voire exter nali - sation d activités. 2.TECHNOLOGIQUES (technologies de l information et de la communication). Ex : Politique du no paper (scanning des dossiers), Communication massive par s, Liaison électronique Accidents du travail (LEA-EVA) (informatisation des flux électroniques et des échanges avec la Banque-Carrefour de la Sécurité Sociale), PC-banking (gestion des contrats d assurance et des sinistres par PC via code d accès sécurisé ). 3.SOCIETAUX (démographie, modes de vie, besoins de consommation ) : Ex : Multiplication des produits liés aux pensions du deuxième et troisième pilier Extension des produits liés à l assistance (situations de crise, aide aux seniors ) 34 Dont la trace persiste dans la CCT sectorielle du relatives aux conditions de travail et de rémunération (arrêté royal du 13 février 1980, Moniteur belge du 4 juin 1980). Confectionneur : employés chargés de transcrire sur des imprimés les textes et chiffres qui leur sont précisés verbalement ou par écrit (sur fiches, registres, lettres, plaques adresses, polices, etc...) ; Perforateurs et/ou vérificateurs aux machines à statistiques occupés aux perforatrices et/ou vérificatrices des cartes des machines à statistiques.

20 4.REGLEMENTAIRES (cadre juridique, fiscal, belge et européen ). Ex : Evolution et complexification régulière et constante de la législation belge et européenne (ex. : vie privée, loi sur les pensions complémentaires, corporate governance, anti-discrimination, pacte de solidarité entre les générations, ), Augmentation des contraintes dans un souci d information et de transparence vis-à-vis du public et dans un souci de contrôle vis-à-vis des autorités (CBFA), L impact fondamental de Solvency 2 et des nouvelles normes comptables dans les entreprises. Ça balance dans les assurances Le tout pour les entreprises est de s adapter aux changements tant sur le plan stratégique que social dans un souci de performance et de maîtrise des coûts. Sur le plan social, ces réflexions accentuent d autant plus l importance à accorder à la gestion des compétences et à la formation tout au long de la vie des collaborateurs. La nécessité de s orienter vers une gestion prévisionnelle de l emploi a amené les partenaires sociaux à décider de créer un observatoire paritaire sur l évolution des métiers de l assurance dans une vision prospective. design : spin ASSURINFO est réservé aux membres d Assuralia. Son contenu est en principe confidentiel. La partie documentaire d ASSURINFO comporte des informations d origines diverses, dont une revue de presse. Assuralia s en fait l écho à titre strictement documentaire, ce qui veut dire qu elle ne les cautionne pas pour autant.

Série statistique. L emploi dans le secteur de l assurance en 2013

Série statistique. L emploi dans le secteur de l assurance en 2013 N 25 Bulletin hebdomadaire du 10 juillet 2014 Série statistique L emploi dans le secteur de l assurance en 2013 Introduction... 2 1. Le marché belge de l assurance... 3 2. L emploi dans les entreprises

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

effectif engagé dans les liens d un contrat de travail, exprimé en équivalent temps plein, au 30 juin de l année précédente, multiplié par 4.

effectif engagé dans les liens d un contrat de travail, exprimé en équivalent temps plein, au 30 juin de l année précédente, multiplié par 4. CCT MISE A JOUR 1 ER mars 2014 COMMISSION PARITAIRE DES ENTREPRISES D ASSURANCES (CP 306) CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL DU 13 FEVRIER 2014 RELATIVE A L ACCORD SECTORIEL 2013-2014 1 1. Champ d application

Plus en détail

L'EMPLOI DANS LES ENTREPRISES D'ASSURANCES EN 1998

L'EMPLOI DANS LES ENTREPRISES D'ASSURANCES EN 1998 L'EMPLOI DANS LES ENTREPRISES D'ASSURANCES EN 1998 1. Introduction 2. Domaine de l analyse 1. Périmètre de l analyse 2. Type de contrat de travail Contrat de travail à durée indéterminée Autres contrats

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Le droit au crédit-temps

Le droit au crédit-temps Le droit au crédit-temps Le 28 décembre 2011 a été publié au Moniteur belge l Arrêté royal qui a modifié le régime du crédit-temps, et plus particulièrement les conditions d octroi des allocations d interruption

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Financials 08/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement

La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement La prolongation des mesures anti-crise et la protection complémentaire des ouvriers en cas de licenciement Les dispositions des mesures anti-crise sont valables jusqu au 31 décembre 2010. A. Les mesures

Plus en détail

d éviter de se trouver confrontés à l avenir à la nécessité de revoir l ensemble du système de structure salariale. 2 Cf. article 3 b).

d éviter de se trouver confrontés à l avenir à la nécessité de revoir l ensemble du système de structure salariale. 2 Cf. article 3 b). Barèmes CCT 5.05.2008 modifiée 4.05.2009 Convention collective de travail du 5 mai 2008 (modifiée par la convention collective de travail du 4 coefficient d expérience remplaçant le critère des inspecteurs

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé 56 Partie I Données de cadrage Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : évolution des effectifs de personnel médical et

Plus en détail

Dispositions diverses entre 1988 et 2004 : Augmentations barémiques et primes liées aux accords sectoriels

Dispositions diverses entre 1988 et 2004 : Augmentations barémiques et primes liées aux accords sectoriels CCT I1A Dispositions diverses entre 1988 et 2004 : Augmentations barémiques et primes liées aux accords sectoriels 1. Accord 2003-2004 1 Prime unique Principe : Les employeurs octroient aux travailleurs

Plus en détail

FORMATION AU MANAGEMENT SOCIAL EN CP 329 2011-2012

FORMATION AU MANAGEMENT SOCIAL EN CP 329 2011-2012 FORMATION AU MANAGEMENT SOCIAL EN CP 329 2011-2012 PROGRAMME Introduction CCT et Présentation des modules Lundi 7 novembre 2011 Module 1 - Règlement de travail Lundis 28 novembre & 5 décembre 2011 Module

Plus en détail

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 11, novembre 2012 www.ftu.be/ep L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Une analyse des

Plus en détail

Evolution des allocataires de 50 ans ou plus

Evolution des allocataires de 50 ans ou plus Evolution des allocataires de 50 ans ou plus Table des matières : 1. Synthèse... 2 2. Evolution globale... 5 2.1 Augmentation du nombre de chômeurs complets et de prépensionnés de 50 ans et +... 5 2.2

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2011 BNP PARIBAS S.A. 2011 SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi

FICHES THÉMATIQUES. Dynamique de l emploi FICHES THÉMATIQUES Dynamique de l emploi 2.1 Mouvements de main-d œuvre Pour un effectif de salariés en début d année, les établissements de salariés ou plus ont recruté en moyenne 42,5 salariés en 26.

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

Entreprise en restructuration

Entreprise en restructuration Communiqué de presse Bruxelles, le 1 er août 2009 Le portail www.restructurations.be : un bon outil, tant pour les travailleurs que les employeurs La Vice-Première ministre et ministre de l Emploi, Joëlle

Plus en détail

Que valons-nous? DIP Total Reward

Que valons-nous? DIP Total Reward QUE VALONS-NOUS? Que valons-nous? Les managers RH sont de véritables équilibristes. Vous ne voulez pas voir vos collaborateurs passer à la concurrence. Donc, vous voulez les rémunérer correctement et équitablement.

Plus en détail

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Document d études. direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Document d études direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 166 Novembre 2011 EMPLOI DES JEUNES Synthèse des principales données relatives à l emploi des jeunes et

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets dentaires - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des «cabinets dentaires» (NAF 851E). Elles sont

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A.

BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A. BILAN SOCIAL 2012 BNP PARIBAS S.A. SOMMAIRE 1 EMPLOI 11 EFFECTIFS p 2 12 PERSONNEL EXTÉRIEUR p 8 13 EMBAUCHES AU COURS DE L ANNÉE CONSIDÉRÉE p 9 14 DÉPARTS p 10 15 PROMOTIONS ET AUGMENTATIONS p 11 16

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire

Avoirs dormants. L assureur réveille le bénéficiaire Avoirs dormants L assureur réveille le bénéficiaire 2 Avoirs dormants Table des matières Table des matières... 2 1 Introduction... 3 1.1 Avoirs dormants... 3 1.2 Nouvelle législation... 3 2 Procédures

Plus en détail

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais Commission Paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013 traduction du texte original rédigé et signé

Plus en détail

L Association des Femmes Diplômées d Expertise Comptable Administrateurs (AFECA) et ses co-présidentes Marie-Ange Andrieux et Françoise Berthon

L Association des Femmes Diplômées d Expertise Comptable Administrateurs (AFECA) et ses co-présidentes Marie-Ange Andrieux et Françoise Berthon LA PLACE DES ADMINISTRATRICES AU SEIN DES SOCIÉTÉS COTÉES SUR EURONEXT PARIS AU 30 JUIN 2013 Diplômées d'expertise Comptable Administrateurs L Association des Femmes Diplômées d Expertise Comptable Administrateurs

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

ACCORD SUR LA NON DISCRIMINATION PAR L AGE ET L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BANQUE

ACCORD SUR LA NON DISCRIMINATION PAR L AGE ET L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BANQUE ACCORD SUR LA NON DISCRIMINATION PAR L AGE ET L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BANQUE Préambule La profession bancaire s est toujours attachée au respect et à l effectivité des principes de nondiscrimination

Plus en détail

ASSURANCE-VIE : QUELS TAUX GARANTIS?

ASSURANCE-VIE : QUELS TAUX GARANTIS? La lettre de Lettre N 111 - mars 2008 ASSURANCE-VIE : QUELS TAUX GARANTIS? Positionnement sur le marché Selon le dernier rapport annuel d Assuralia, l assurance-vie a affiché, en 2007, un encaissement

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

Loi relative à la Sécurisation de l emploi

Loi relative à la Sécurisation de l emploi Synthèse Loi relative à la Sécurisation de l emploi 1 Santé et prévoyance (incapacité de travail, invalidité, décès) => Généralisation de la couverture complémentaire santé => Généralisation de la couverture

Plus en détail

1. Contexte de la gestion

1. Contexte de la gestion 1. Contexte de la gestion La Gestion peut se représenter sous plusieurs chaînes d activité mettant en jeu, du point de vue de l Observatoire, un certain nombre de métiers regroupés autour d une même finalité

Plus en détail

Défis et perspectives pour nos pensions. Professeur Pierre DEVOLDER Institut de Statistique, Bio statistique et sciences actuarielles UCL

Défis et perspectives pour nos pensions. Professeur Pierre DEVOLDER Institut de Statistique, Bio statistique et sciences actuarielles UCL Défis et perspectives pour nos pensions Professeur Pierre DEVOLDER Institut de Statistique, Bio statistique et sciences actuarielles UCL Forum BNB, le 13 mai 2014 Agenda Introduction générale 1. Le défi

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Crédit photo : Reza Estakhrian/Stone Déterminer la couverture d un risque, cerner les besoins des assurés et y répondre sont des opérations complexes et en grande partie immatérielles qui font de l assurance

Plus en détail

AGENCES ET DE TOURISME

AGENCES ET DE TOURISME AGENCES DE VOYAGES ET DE TOURISME Convention collective nationale N 3061 12 mars 1993 IDCC 412 CONVENTION COLLECTIVE LES 10 POINTS ESSENTIELS Mai 2013 SOMMAIRE 1 Le champ d application 3 2 Le salaire 4

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise?

Comment. construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi. Quel est cet outil? Quand utiliser l outil? Pourquoi cet outil? Qui l utilise? Comment construire ses indicateurs sociaux? Mode d emploi Quel est cet outil? Cet outil propose d établir des indicateurs concernant des problématiques sociales que vous rencontrez couramment et certaines

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 12 JUIN 2015 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE EN 2014? Au 30 juin 2014, avant l entrée en vigueur de la convention d assurance chômage de mai

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Les 13 chapitres de la Convention Collective Nationale du Sport

Les 13 chapitres de la Convention Collective Nationale du Sport Les 13 chapitres de la Convention Collective Nationale du Sport Ch.1 - Champs d application «La CC du sport règle ( ) les relations entre les employeurs et les salariés des entreprises exerçant leur activité

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

REGISTR.'ÉNRE6l5ïft. 0 8-11- 2007 NR

REGISTR.'ÉNRE6l5ïft. 0 8-11- 2007 NR 1 6-10- 2007 REGISTR.'ÉNRE6l5ïft. 0 8-11- 2007 NR Commission paritaire pour employés des carrières de porphyre du canton de Lessines, de Bierghes-lez- Hal et de Quenast Convention collective de travail

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

Top Rendement Invest 1

Top Rendement Invest 1 Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement Invest 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier

Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Les salariés de l économie sociale : un profil particulier Avec près de 220 000 contrats en 2006, l économie sociale régionale rassemble plus de 11% des contrats de l ensemble du secteur privé et semi-public.

Plus en détail

UCANSS. Protocole d'accord relatif au contrat de génération

UCANSS. Protocole d'accord relatif au contrat de génération UCANSS Protocole d'accord relatif au contrat de génération Entre, d une part, - l Union des caisses nationales de sécurité sociale, représentée par son directeur, Didier Malric, dûment mandaté à cet effet

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/099 DELIBERATION N 08/028 DU 3 JUIN 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À L ASBL

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

1. Embaucher davantage de jeunes

1. Embaucher davantage de jeunes 11 octobre 2005 Le contrat de solidarité entre générations La présente synthèse est établie sur base de la note du Gouvernement fédéral du 11 octobre 2005. Elle reprend de manière succincte les différentes

Plus en détail

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois

FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois Observatoire bruxellois de l Emploi Avril 2014 FOCUS Aperçu de la situation des travailleurs «seniors» sur le marché de l emploi bruxellois 1. Introduction : contexte et tendances générales Depuis maintenant

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés.

Le portage salarial. Cette ordonnance fixe les conditions de recours au portage et précise les principes applicables aux salariés portés. les infos DAS - n 075 24 juin 2015 Le portage salarial A la suite de l ordonnance du 2 avril 2015 1 qui donne un nouveau fondement juridique au portage salarial, il nous a paru nécessaire de faire le point

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Jusqu à la fin des années 90, la majorité

Jusqu à la fin des années 90, la majorité ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 00.10 MARS En quinze ans, le nombre de chercheurs en entreprise (en personnes physiques) a fortement augmenté : 78

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

Réduction individuelle et temporaire des prestations

Réduction individuelle et temporaire des prestations L adaptation temporaire du temps de travail de crise Mesure : Il s agit d une réduction collective du temps de travail s appliquant à l ensemble des travailleurs de l entreprise ou à une catégorie spécifique

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations!

Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations! Ouvriers/ employés : éliminer les discriminations! 1 HOMMES / FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes que les femmes. 2 Ouvriers/employés:

Plus en détail

N 2015-XX. Les études de l emploi cadre

N 2015-XX. Les études de l emploi cadre DOCUMENT SOUS EMBARGO JUSQU AU 4 MARS À 00 h 01 LES ÉCARTS DE SALAIRE HOMMES-FEMMES ÉDITION 2015 Les études de l emploi cadre N 2015-XX Mars 2015 Composantes de la rémunération des cadres Méthode employée

Plus en détail

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011

AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE AVENANT DU 3 NOVEMBRE 2011 À L ACCORD DU 10 JUIN 2011 RELATIF

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

Convention collective de travail relative à la sécurité d emploi, coordonnée le 6 décembre 2010 1

Convention collective de travail relative à la sécurité d emploi, coordonnée le 6 décembre 2010 1 Sécurité d emploi 6.12.2010 COMMISSION PARITAIRE DES ENTREPRISES D ASSURANCES Convention collective de travail relative à la sécurité d emploi, coordonnée le 6 décembre 2010 1 Commentaire préalable La

Plus en détail

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Introduction ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Depuis janvier 2013, les budgets de production des films éligibles sont saisis dans la base de données

Plus en détail

Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail

Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail INTRODUCTION : I Généralité 1 2 3 4 5 Le personnel Le salaire et les éléments de salaire Les contrats de travail La durée de travail et les jours ouvrables La rupture du contrat de travail Le traitement

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité du portage salarial et s applique aux personnes titulaires d un contrat de travail en

Plus en détail

Rapport S 2.9-L «Effectif du personnel - Entité luxembourgeoise»

Rapport S 2.9-L «Effectif du personnel - Entité luxembourgeoise» Rapport S 2.9-L «Effectif du personnel - Entité luxembourgeoise» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Population déclarante... 3 1.2 Périodicité et délai de communication... 3

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs-vie dans le 2 e pilier

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs-vie dans le 2 e pilier Berne, octobre 2014 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs-vie dans le 2 e pilier Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Tableau de vue d'ensemble :

Plus en détail

I - Législation du travail :

I - Législation du travail : POLYNESIE FRANCAISE Les dispositions en matière de droit du travail, protection sociale et fiscalité sont différentes de celles en vigueur en Métropole. I - Législation du travail : Autorisation de séjour

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2015 Table des matières Introduction... 4 Le rapport 2015... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Face aux enjeux de restructuration du secteur, quelles sont les perspectives d évolution pour les Centres de Contacts?» Présenté par Laurent Uberti (SP2C) et Eric

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Branche professionnelle des entreprises de courtage d'assurances et/ou de réassurance Commission paritaire nationale pour l'emploi 26 septembre 2013

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

GPEC & Formation. Module 3 Les dispositifs

GPEC & Formation. Module 3 Les dispositifs GPEC & Formation Module 3 Les dispositifs La traduction de la réflexion GPEC A Stratégie B Emplois / Métiers Effectif Carrière Compétences C Quantitatif Qualitatif D Mobilités Formation Géographiques Professionnelles

Plus en détail

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes

Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes Numéro 153 : novembre 2013 Des facteurs persistants d inégalité salariale femmes-hommes En Midi-Pyrénées, le revenu annuel net des femmes salariées est inférieur de 28 % à celui des hommes en 2010. Elles

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT GUIDE PRATIQUE

LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT GUIDE PRATIQUE SIMPLIFIER LA FORMATION FACILITER L EMPLOI Convention Collective Nationale de l Import-Export (CCN N 3100) LES MESURES SENIORS DISPOSITIONS DE L ACCORD RELATIF À L EMPLOI DES SENIORS DANS L IMPORT-EXPORT

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 03.09.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, septembre 2009 Modèles

Plus en détail

Observatoire Landais de l aide à domicile

Observatoire Landais de l aide à domicile Observatoire Landais de l aide à domicile Bulletin n 5 Avril 2014 Analyse de L aide à domicile sur le territoire Landais entre 2010 et 2012 La DREES 1 estime que les dépenses liées à la dépendance en 2011,

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2013 Table des matières Le rapport 2013... 5 1. Différences salariales générales... 7 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51

Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 N 3 10 juin 2005 Formation REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Service emploi & formation Catherine Le Goff E-mail : legoff@fin.fr Tél. : 05 46 50 60 51 Les Flash-infos sont disponibles sur le site

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

D I R E C T I O N D E S RESSOURCES HUMAINES

D I R E C T I O N D E S RESSOURCES HUMAINES D I R E C T I O N D E S RESSOURCES HUMAINES BILAN SOCIAL EXERCICE 22 Place de l O.I.T. Colobane BP. 102 Dakar Sénégal Tél. (221) 889 19 89 Ninéa 20219210C0 1 AVANT PROPOS Outil de gestion prévisionnelle

Plus en détail

RAPPORT DE BRANCHE 2009

RAPPORT DE BRANCHE 2009 RAPPORT DE BRANCHE 2009 Commerce de détail de l Horlogerie-Bijouterie Convention Collective Nationale n 3240 Données 2008 2 SOMMAIRE SOMMAIRE-I Perimetre de l étude SOMMAIRE...3 Précisions méthodologiques...5

Plus en détail