Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients. Complément d information exclusif pour le site Internet de"

Transcription

1 Développer un marché avec l aide d un agent manufacturier : avantages et inconvénients Complément d information exclusif pour le site Internet de Expansion PME Montérégie Est 17 août 2015

2 Le meilleur moyen pour une entreprise québécoise de vendre ses produits dans un autre pays est d y assurer sa présence. Elle peut le faire de façon directe en y affectant des représentants afin de rencontrer des clients potentiels, ou en investissant dans la création ou l achat d une filiale locale. Ces démarches étant longues et dispendieuses, la plupart des PME opteront plutôt pour un mode d entrée indirect pour se démarquer sur un nouveau marché, c estàdire qu elles feront affaire avec un intermédiaire local qui se chargera de trouver des acheteurs pour les produits exportés. L agent manufacturier est l un des types d intermédiaires les plus fréquemment utilisés. Contrairement à un distributeur, un agent n achète pas vos produits en vue de les revendre à des utilisateurs. Il en fait plutôt la promotion auprès de vos clients potentiels sur un territoire défini et est principalement rétribué par des commissions sur les ventes réalisées. Plus il génère de ventes de vos produits, plus il fait des gains. En somme, vous le payez lorsqu il vous rapporte des ventes. Il peut s avérer un partenaire fort utile pour une entreprise qui voudrait minimiser son investissement dans le développement d un nouveau marché tout en lui donnant accès à son réseau de clients potentiels. Voyons plus en détail les avantages de travailler avec un agent manufacturier mais soulignons aussi quelques mises en garde et recommandations. Avantages de l agent manufacturier Connaissance du marché : Au Québec ou dans les autres provinces, votre entreprise n a probablement pas recours à un agent puisque vous connaissez déjà assez bien le marché : vos clients actuels et potentiels, les réseaux d affaires et les associations dans votre secteur, vos compétiteurs, la réglementation affectant l offre de vos produits, la culture d affaires, etc. Sur un marché extérieur, vous n avez plus ces mêmes repères; votre entreprise «repart à zéro». Un agent manufacturier est quelqu un qui connait bien les joueurs de votre industrie sur son territoire. Il connait les attentes de vos clients potentiels et sait à qui s adresser dans les entreprises pour les convaincre d acheter vos produits. Il peut vous mettre en garde contre certains concurrents ou des normes et règles spécifiques à son pays auxquelles vous devrez vous conformer. C est donc un facilitateur qui vous permet de réduire votre désavantage initial par rapport à vos concurrents déjà bien implantés sur le marché visé. Réduction des coûts fixes : Le recours à un agent manufacturier pour développer un nouveau marché permet à une entreprise de ne pas avoir à y affecter un représentant salarié. Vous n avez donc pas à payer le salaire et les avantages sociaux (coûts fixes) d un ou plusieurs employés pour ce projet d exportation. Pendant la phase initiale du développement d affaires sur un nouveau marché, période au cours de laquelle aucune vente ou presque n est générée, cette stratégie d accès réduit les investissements requis et les risques. Il est toutefois possible qu un agent demande à un exportateur une allocation de départ (parfois appelée «frais de développement du territoire») pour entamer ses démarches et lui assurer un certain revenu pendant cette période initiale où les perspectives de ventes (et pour lui de commissions) à court terme sont faibles.

3 Exclusivité de produits : Un agent n est pas censé représenter des produits concurrents. Aucun manufacturier ne devrait travailler avec un agent qui favorise un fournisseur concurrent pour le même produit, et un agent qui tenterait de le faire risquerait d entacher sa réputation auprès des manufacturiers avec lesquels il a déjà conclu une entente. Cet avantage est la contrepartie de l exclusivité territoriale (parmi les inconvénients cidessous) : vous ne pouvez faire affaire qu avec un seul agent sur un territoire donné, mais celuici ne doit travailler que pour vos produits (dans leur catégorie). Si vous entrez en partenariat avec le «meilleur» agent sur un territoire, vous empêchez ainsi vos concurrents de recourir à ses services sur ce territoire (du moins pour la catégorie du produit représenté et pour la durée de l entente). Combinaison de produits : Un bon agent manufacturier dans votre secteur d activité fait déjà affaire avec des entreprises qui offrent des produits complémentaires aux vôtres. Il peut donc offrir vos produits parmi une gamme à des clients potentiels et les combiner à d autres pour satisfaire des clients qui auraient besoin d un ensemble de produits ou de composantes. Contrairement à un agent, une entreprise manufacturière seule n a pas accès à un portefeuille aussi diversifié de produits complémentaires pour séduire et convaincre ses clients. Inconvénients de l agent manufacturier Indépendance de l agent : Contrairement à un employé salarié, l agent travaille à son compte et avec plusieurs autres entreprises. Si les entreprises peuvent faire affaire avec les agents qu elles veulent, c est aussi vrai pour les agents. Ceuxci pourront refuser de travailler en partenariat avec un manufacturier qui exige trop de conditions, ou dont les produits s avèrent peu séduisants pour la clientèle habituelle des agents. Et même s ils acceptent de travailler avec vous, cela ne garantit en rien que vos produits bénéficieront des mêmes efforts de promotion que ce qu ils fournissent à leurs partenaires les plus payants. Pour cette raison, vous devriez toujours prévoir des limites (ou clauses de sortie) claires dans vos ententes avec des agents, telles qu une durée limitée, un territoire bien défini et des seuils de rendement (ventes minimales). Sur ce dernier point, plusieurs agents seront réticents à travailler avec des entreprises qui imposent des seuils de rendement arbitraires, parfois irréalistes, surtout lors de l introduction d un nouveau produit sur un marché. Il vaut mieux alors discuter d objectifs mutuellement satisfaisants en vue d un premier mandat que de montants minimaux de ventes. Image et première impression : Les entreprises souhaitant faire affaire avec des agents doivent garder à l esprit que ceuxci deviennent les ambassadeurs de leurs produits et de leur marque. Vous devez donc choisir des agents dont les valeurs, le comportement et les manières sont fidèles à l image que vous voulez projeter sur le marché visé.

4 Exclusivité territoriale : Les agents manufacturiers doivent protéger leur marché. En soi, ce n est pas un problème : il est normal qu il ne veuille pas que des agents concurrents lui volent des occasions de conclure des ventes (et de faire des commissions sur ces ventes) en travaillant pour le même manufacturier sur le même territoire. Par contre, l exclusivité territoriale implique que votre agent est nécessairement l intermédiaire unique de toute vente sur ce territoire ce qui inclut les transactions faites directement entre vous (le manufacturier) et votre client. Cette disposition est logique : il est fréquent que des clients passent directement leur commande chez le manufacturier après avoir été sollicités par son agent sans mentionner que l intervention de cet agent est à l origine de la commande. Il faut prendre pour acquis que toute vente sur le territoire est le fruit du travail de votre agent et que celuici mérite sa commission, peu importe le contexte de la vente. Dans plusieurs pays, la loi protège d ailleurs les agents contre les manufacturiers avec qui ils ont conclu des ententes, et qui tenteraient de les contourner en faisant directement affaire avec les clients sans leur verser de commissions. Bref, il est compliqué de changer d agent sur un territoire au cours de la durée d une entente et il est coûteux de tenter de «travailler plus fort que lui» puisqu il devra toucher sa commission sur toute vente que vous aurez conclue sur ce territoire. Fidélité des clients : Le principal atout d un agent manufacturier est son réseau d acheteurs potentiels auprès desquels il fait la promotion des produits de ses clients. S il n entretient pas d excellentes relations avec ce réseau, il perd sa pertinence aux yeux des manufacturiers qui recherchent des intermédiaires bien connectés. Son revenu dépend tout autant de ses mandats avec les manufacturiers que de sa réputation dans le réseau d acheteurs potentiels. Il considérera donc que vos clients potentiels sont avant tout ses clients. Aussi, il a tout avantage à ce que les manufacturiers demeurent captifs de son service d intermédiation auprès des clients. Cette double allégeance peut influencer vos relations avec les clients. Par exemple, un manufacturier pourrait être tenté de mettre fin à son contrat avec un agent afin de ne plus avoir à lui verser de commissions dès lors qu il a établi un niveau de ventes récurrentes acceptable avec quelques clients. Cet agent s empresserait donc de trouver d autres manufacturiers concurrents pouvant faire affaire avec les mêmes clients. En conclusion, rappelons que la relation entre un manufacturier et un agent en est une de partenariat. Elle doit être mutuellement bénéfique pour être durable. Vous devrez, en tant que manufacturier, mettre de l eau dans votre vin face aux exigences des agents tout en prenant soin de prévoir des «portes de sortie». Les meilleurs agents sont très occupés, très courtisés et sont tentés d imposer leurs conditions aux manufacturiers puisqu ils savent que tout le monde veut travailler avec eux. Mais si vous démontrez que vos produits compléteront avantageusement leur gamme, que vous les offrez à des prix compétitifs, que vous livrez à temps et gérez efficacement les retours et le service aprèsvente, et que globalement vous enrichirez leur réputation et leur compte bancaire, vous susciterez leur intérêt et bénéficierez d une position plus favorable lors de la négociation d une entente. Il importe également de bien

5 sélectionner les agents avec qui vous voulez travailler, parce que vous serez liés par contrat avec eux. Vous ne voulez pas être pris avec un mauvais agent qui nuira à votre réputation et à vos ventes potentielles sur un marché, et que vous devrez rétribuer même si vous trouvez vous- même des clients sur le territoire. Il existe plusieurs autres dimensions à la relation entre un manufacturier et un agent, notamment en matière de droit et de fiscalité. La préoccupation qui semble la plus fréquente chez les PME intéressées par ce mode d entrée sur un marché étranger est le pourcentage de commission que peut demander un agent. Il n y a pas de réponse simple à cette question, sinon que la juste marge que peut demander un agent dépend d une multitude de facteurs, incluant le type de produit, le type de clientèle ciblée, l ampleur du territoire, les investissements requis par l agent, la complexité du projet, la réputation et l expérience de l agent, les perspectives de renouvellement des commandes, etc. Certains agents demandent un pourcentage fixe et non négociable, mais la plupart moduleront leurs demandes en fonction du potentiel de ventes et du temps et des ressources qu ils prévoient engager dans le projet. Le pourcentage demandé par l agent au départ peut atteindre 20 %, mais les circonstances du produit, du marché et les responsabilités prévues dans l entente, sans oublier vos talents de négociation, pourraient faire réduire le pourcentage convenu entre 4 % et 10 %. Pour en savoir plus ou pour vous préparer à rencontrer d éventuels agents manufacturiers, n hésitez pas à communiquer avec les conseillers à l international d Expansion PME.

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures

Faits saillants. Particuliers. Entreprises. Autres mesures Faits saillants Particuliers 1. Dons de bienfaisance 2. Accélération du plan de réduction de la contribution santé en vue de son abolition en 2018 3. Réduction de 50% de la contribution additionnelle à

Plus en détail

EXEMPLE DE CONTRAT DE SOCIÉTÉ EN NOM COLLECTIF

EXEMPLE DE CONTRAT DE SOCIÉTÉ EN NOM COLLECTIF Les modalités du contrat de société, page 247 du manuel EXEMPLE DE CONTRAT DE SOCIÉTÉ EN NOM COLLECTIF Convention intervenue dans la ville et le district de Montréal, province de Québec, en date du 17

Plus en détail

Position AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers

Position AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Position AMF n 2006-23 Questions-réponses relatives au régime applicable aux conseillers en investissements financiers Textes de référence : article L. 541-1 du code monétaire et financier et articles

Plus en détail

APERÇU DU FONDS Catégorie protection accrue Yorkville série A au 7 juillet 2011

APERÇU DU FONDS Catégorie protection accrue Yorkville série A au 7 juillet 2011 Catégorie protection accrue Yorkville série A Ce document contient des renseignements essentiels sur la Catégorie protection accrue Yorkville (le «fonds»). Vous trouverez plus de détails dans le prospectus

Plus en détail

KITCHENER-WATERLOO 29 janvier 2015. #ExporterAvecSuccès

KITCHENER-WATERLOO 29 janvier 2015. #ExporterAvecSuccès KITCHENER-WATERLOO 29 janvier 2015 #ExporterAvecSuccès Restez connectés: suivez-nous sur les médias sociaux et participez à la conversation! DES OUTILS D AIDE À L EXPORTATION À VOTRE PORTÉE ÉTUDE DE CAS

Plus en détail

Bouygues Privilège (1)

Bouygues Privilège (1) Bouygues Privilège Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Durée d investissement conseillée : 8 ans (hors cas de remboursement automatique

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

GUIDE D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS Le présent guide a pour but de fixer les paramètres ainsi que les

Plus en détail

Guide des Actes de Vente et d Achat d Immobilier Résidentiel en Nouvelle-Zélande

Guide des Actes de Vente et d Achat d Immobilier Résidentiel en Nouvelle-Zélande Ce guide a été préparé et réalisé par l Autorité des Agents Immobiliers. A SAVOIR : 1. Un acte de vente et d achat est un contrat qui lie légalement les 2 parties. 2. L agent immobilier est mandaté par

Plus en détail

Nous avons créé un petit guide pour les particuliers qui donne une première approche du thème de l achat d entreprise.

Nous avons créé un petit guide pour les particuliers qui donne une première approche du thème de l achat d entreprise. Guide pour acheteurs Nous avons créé un petit guide pour les particuliers qui donne une première approche du thème de l achat d entreprise. Avez-vous l intention de posséder votre propre entreprise? L

Plus en détail

Notre promesse en matière de respect de la vie privée

Notre promesse en matière de respect de la vie privée Notre promesse en matière de respect de la vie privée Le Code de TELUS sur la protection de la vie privée contient les dix principes du code type sur la protection des renseignements personnels de l Association

Plus en détail

GUIDE ÉTUDIANT : PROCÉDURE POUR LES STAGES

GUIDE ÉTUDIANT : PROCÉDURE POUR LES STAGES GUIDE ÉTUDIANT : PROCÉDURE POUR LES STAGES INTRODUCTION Ce document s adresse aux étudiants intéressés par un stage en entreprise. Vous y trouverez de multiples informations concernant les objectifs et

Plus en détail

Elixis 3. Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro*

Elixis 3. Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro* Elixis 3 Une nouvelle potion pour vos placements À souscrire avant le 10 décembre 2009 Éligible au PEA Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro* * En cas de hausse de l indice jusqu

Plus en détail

listed products guide des Warrants Donnez du levier à votre portefeuille! en savoir plus?

listed products guide des Warrants Donnez du levier à votre portefeuille! en savoir plus? guide des Warrants Donnez du levier à votre portefeuille! instrument dérivé au sens du règlement européen 809/2004 du 29 avril 2004 produits non garantis en capital à effet de levier listed products en

Plus en détail

MISE À JOUR DE L ABC DES PERSONNES NON SYNDIQUÉES (mai 2016)

MISE À JOUR DE L ABC DES PERSONNES NON SYNDIQUÉES (mai 2016) MISE À JOUR DE L ABC DES PERSONNES NON SYNDIQUÉES (mai 2016) La Commission des normes du travail (CNT) a été fusionnée au début de l année 2016 avec la Commission de la santé et de la sécurité du travail

Plus en détail

Chapitre 14 Page 1 de 5

Chapitre 14 Page 1 de 5 PROBLÈME 14.1 Un bricoleur du dimanche qui fabrique des jouets pour les enfants a connu tellement de succès qu il considère la possibilité d ouvrir un atelier pour la fabrication en série. Il estime qu

Plus en détail

Addenda du plan d affaires 2013-2014 de Mitacs Globalink Document présenté à Industrie Canada Février 2014. 1. Introduction. 2.

Addenda du plan d affaires 2013-2014 de Mitacs Globalink Document présenté à Industrie Canada Février 2014. 1. Introduction. 2. 1. Introduction En 2009, Mitacs a ajouté Globalink à sa gamme croissante de programmes. Dans le cadre de Globalink, Mitacs invite de brillants étudiants originaires de pays désignés à venir au Canada,

Plus en détail

Votre régime, à votre façon

Votre régime, à votre façon RÉGIME D'ÉPARGNE-RETRAITE DE RSM Richter Chamberland S.E.N.C.R.L/LLP Numéro de votre groupe : G004491 Votre régime, à votre façon Voici un aperçu de votre régime enregistré d'épargneretraite collectif

Plus en détail

FONDS CIBLÉ CANADIEN PORTLAND RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS

FONDS CIBLÉ CANADIEN PORTLAND RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS conseils en placements conseils en placements RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS 31 MARS 2015 ÉQUIPE DE GESTION DU PORTEFEUILLE James Cole Premier vice-président et gestionnaire

Plus en détail

OSEZ CALCULER ET FAITES DU PROFIT

OSEZ CALCULER ET FAITES DU PROFIT OSEZ CALCULER ET FAITES DU PROFIT DENIS NOISEUX, CPA Gestion conseil / Formation 1050, rue des Patriarches, Prévost (Québec) J0R 1T0 Téléphone : 514-805-9390 Courriel : denis.noiseux@videotron.ca OBJECTIFS

Plus en détail

ACCESSJOICO.CA. 1. Pourquoi dois-je m «inscrire» au programme accessjoico pour être admissible à accumuler des points accessjoico?

ACCESSJOICO.CA. 1. Pourquoi dois-je m «inscrire» au programme accessjoico pour être admissible à accumuler des points accessjoico? ACCESSJOICO.CA Onglet du site Web: Inscription 1. Pourquoi dois-je m «inscrire» au programme accessjoico pour être admissible à accumuler des points accessjoico? Vous devez vous inscrire pour que nous

Plus en détail

Politique sur la protection des renseignements personnels

Politique sur la protection des renseignements personnels Politique sur la protection des renseignements personnels INTRODUCTION La Compagnie mutuelle d assurance Wawanesa (la «Compagnie») s engage à protéger les renseignements personnels de ses Clients. La Compagnie

Plus en détail

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes

Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Un diplôme d études secondaires équivalent pour les jeunes et les adultes Mémoire présenté au Conseil supérieur de l éducation en vue de la production d un avis sur la sanction des études secondaires en

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SECTION I - CHAPITRE 1- SERVICE SÉCURITÉ...2 SECTION II - CHAPITRE 1- LOGIQUE DE C-SURANCE.CA...4

TABLE DES MATIÈRES SECTION I - CHAPITRE 1- SERVICE SÉCURITÉ...2 SECTION II - CHAPITRE 1- LOGIQUE DE C-SURANCE.CA...4 TABLE DES MATIÈRES SECTION I - CHAPITRE 1- SERVICE SÉCURITÉ...2 Étape 1. Accéder au service :... 2 Niveaux de sécurité... 3 SECTION II - CHAPITRE 1- LOGIQUE DE C-SURANCE.CA...4 SECTION III - CHAPITRE 1-

Plus en détail

CONVENTION D UTILISATION DU SITE TRANSACTIONNEL DE SECOND CYCLE INC. («SECOND CYCLE»)

CONVENTION D UTILISATION DU SITE TRANSACTIONNEL DE SECOND CYCLE INC. («SECOND CYCLE») CONVENTION D UTILISATION DU SITE TRANSACTIONNEL DE SECOND CYCLE INC. («SECOND CYCLE») Présomption d acceptation de cette convention. Veuillez noter que votre utilisation du site Internet transactionnel

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 : la création du statut VDI. Chapitre 2 : le VDI : un statut mixte. Chapitre 3 : le VDI mode d emploi.

Sommaire. Chapitre 1 : la création du statut VDI. Chapitre 2 : le VDI : un statut mixte. Chapitre 3 : le VDI mode d emploi. Sommaire Chapitre 1 : la création du statut VDI La loi de 1993 Chapitre 2 : le VDI : un statut mixte Statut social Statut fiscal Chapitre 3 : le VDI mode d emploi Les droits et les obligations Le VDI et

Plus en détail

ASSURANCE-EMPLOI: VOS DROITS. Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail ausyndicat de l enseignement de l Estrie Mai 2012

ASSURANCE-EMPLOI: VOS DROITS. Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail ausyndicat de l enseignement de l Estrie Mai 2012 ASSURANCE-EMPLOI: VOS DROITS Par Isabelle Brière, conseillère en relations du travail ausyndicat de l enseignement de l Estrie Mai 2012 1 Mise en garde Informations et conseils généraux Les décisions appartiennent

Plus en détail

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD).

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1. DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR 1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1.2. La présente politique remplace la Politique du CNRC relative aux conflits d intérêts

Plus en détail

Service juridique juin 2013. La sécurisation du PASS-FONCIER sous forme de bail à construction et de prêt

Service juridique juin 2013. La sécurisation du PASS-FONCIER sous forme de bail à construction et de prêt La sécurisation du PASS-FONCIER sous forme de bail à construction et de prêt Le dispositif de sécurisation est précisé notamment par l arrêté du 10 août 2009 fixant les conditions des garanties de rachat

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés à la négociation des contrats à terme Clients non professionnels

Avertissement sur les risques liés à la négociation des contrats à terme Clients non professionnels Avertissement sur les risques liés à la négociation des contrats à terme Clients non professionnels 02/07/2017 Avant d utiliser un contrat à terme (produits dérivés, contrat à terme ferme ou contrat d

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour l exercice clos le 31 décembre Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport annuel

Plus en détail

Régimes d épargne et de retraite collectifs. Standard Life Express MC

Régimes d épargne et de retraite collectifs. Standard Life Express MC Régimes d épargne et de retraite collectifs Planifiez pour la vie MC Standard Life Express MC Bonjour. Messagerie texte, nouvelles éclair et opérations bancaires en ligne... pour être efficace de nos jours,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999)

MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999) MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT LOI CANADIENNE SUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT (1999) Avis à toute personne qui utilise le bromure de méthyle Les Parties au Protocole de Montréal relatif à des substances

Plus en détail

CRC 007M C.P. P.L. 60 Protection du consommateur

CRC 007M C.P. P.L. 60 Protection du consommateur CRC 007M C.P. P.L. 60 Protection du consommateur Vue d ensemble des cartes prépayées Visa Visa exploite le plus vaste réseau de paiements électroniques au détail du monde, et gère la marque de services

Plus en détail

DÉCLARATION DE RENSEIGNEMENTS ANNUELLE DU RÉGIME DE RETRAITE À COTISATION DÉTERMINÉE SIMPLIFIÉ

DÉCLARATION DE RENSEIGNEMENTS ANNUELLE DU RÉGIME DE RETRAITE À COTISATION DÉTERMINÉE SIMPLIFIÉ Bureau du surintendant Commission des pensions 401, avenue York, bureau 1004 Winnipeg (Manitoba) R3C 0P8 Téléphone : 204 945-2740 Télécopieur : 204 948-2375 DÉCLARATION DE RENSEIGNEMENTS ANNUELLE DU RÉGIME

Plus en détail

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X Prospectus simplifié : commun de placement X Présentation du fonds commun de placement 1. Dénomination : X 2. Date de constitution : xx/xx/xxxx 3. Durée d existence : durée illimitée (ou jusqu au xx/xx/xxxx)

Plus en détail

GUIDE SYNDICAL J A N V I E R 2 0 1 2. Les. droits parentaux

GUIDE SYNDICAL J A N V I E R 2 0 1 2. Les. droits parentaux GUIDE SYNDICAL J A N V I E R 2 0 1 2 Les droits parentaux Ce document est aussi disponible au www.lafae.qc.ca Une publication de la FAE. Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec ISBN

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

Si vous avez une formation et de l expérience en. Les professions en technologie des sciences appliquées et du génie au Canada INSTRUMENTATION

Si vous avez une formation et de l expérience en. Les professions en technologie des sciences appliquées et du génie au Canada INSTRUMENTATION MC Les professions en technologie des sciences appliquées et du génie au Canada Si vous avez une formation et de l expérience en sciences appliquées ou en génie, une carrière à titre de technicien ou de

Plus en détail

Un fonds qui affiche clairement la couleur! Souscrivez du jeudi 2 juillet au lundi 14 septembre 2009, avant 12 heures (1)(2)

Un fonds qui affiche clairement la couleur! Souscrivez du jeudi 2 juillet au lundi 14 septembre 2009, avant 12 heures (1)(2) Un fonds qui affiche clairement la couleur! Souscrivez du jeudi 2 juillet au lundi 14 septembre 2009, avant 12 heures (1)(2) Fonds à formule (3) à échéance au 30 septembre 2015 Un fonds qui affiche clairement

Plus en détail

La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux

La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux Davies Ward Phillips & Vineberg S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le 21 mars 2014 La CVMO propose de nouvelles règles sur la mobilisation de capitaux Le 20 mars 2014, la Commission des valeurs mobilières de l Ontario

Plus en détail

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER SERVICE UNIQUE RESPONSABLE.. CONVENTION N Portant attribution d une subvention FEDER au titre du Programme

Plus en détail

COX AUTOMOTIVETM INVESTIT DANS LES CLIENTS ET L INDUSTRIE AUTOMOBILE GRÂCE À L ACQUISITION DE DEALERTRACK, D UNE VALEUR DE 4 MILLIARDS DE DOLLARS

COX AUTOMOTIVETM INVESTIT DANS LES CLIENTS ET L INDUSTRIE AUTOMOBILE GRÂCE À L ACQUISITION DE DEALERTRACK, D UNE VALEUR DE 4 MILLIARDS DE DOLLARS COX AUTOMOTIVETM INVESTIT DANS LES CLIENTS ET L INDUSTRIE AUTOMOBILE GRÂCE À L ACQUISITION DE DEALERTRACK, D UNE VALEUR DE 4 MILLIARDS DE DOLLARS Une combinaison stratégique de deux chefs de file de l

Plus en détail

ACCORD DU 12 JANVIER 2015

ACCORD DU 12 JANVIER 2015 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3245 Convention collective nationale IDCC : 1501. RESTAURATION RAPIDE ACCORD

Plus en détail

Atelier établir un budget prévisionnel

Atelier établir un budget prévisionnel Atelier établir un budget prévisionnel SOMMAIRE Les documents utiles à la construction du budget Le compte de résultat Le suivi budgétaire La comptabilité analytique La méthodologie du budget prévisionnel

Plus en détail

Que puis-je faire si je ne peux payer mes prêts étudiants? Est-ce que je peux prononcer la faillite de mes prêts étudiants?

Que puis-je faire si je ne peux payer mes prêts étudiants? Est-ce que je peux prononcer la faillite de mes prêts étudiants? Sur la faillite March 2007 Qu est-ce qu une faillite? Que se passe-t-il si je ne peux pas payer mes dettes? Qu est-ce qu une proposition de consommateur? Quels sont les inconvénients de la faillite? Dois-je

Plus en détail

Les fonds communs de placement : la protection des épargnants au Québec

Les fonds communs de placement : la protection des épargnants au Québec Les fonds communs de placement : la protection des épargnants au Québec MÉMOIRE Présenté à la Commission des finances publiques 30 janvier 2007 Monsieur le président de la Commission des finances publiques,

Plus en détail

> Topaze Rendement Août 2012

> Topaze Rendement Août 2012 Assurance Vie & Capitalisation > Topaze Rendement Titre de créance à capital non garanti, support en unités de compte d un contrat d assurance vie, d une durée de 5 ans. Offre à durée limitée. Souscription

Plus en détail

CLIKÉO 2. OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée. Prospectus simplifié

CLIKÉO 2. OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée. Prospectus simplifié CLIKÉO 2 Éligible au PEA OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée Prospectus simplifié Le FCP CLIKÉO 2 est construit dans la perspective d un investissement

Plus en détail

Politique de Bell sur la protection de la vie privée

Politique de Bell sur la protection de la vie privée Politique de Bell sur la protection de la vie privée Dernière révision : février 2012 La Politique de Bell sur la protection de la vie privée reflète les exigences de la Loi sur la protection des renseignements

Plus en détail

Plan - Contrat de mise à disposition et d utilisation du service. Swiss Life Plus

Plan - Contrat de mise à disposition et d utilisation du service. Swiss Life Plus Plan - Contrat de mise à disposition et d utilisation du service Swiss Life Plus - Acceptation du contrat de mise à disposition et d utilisation du service Swiss Life Plus Contrat de mise à disposition

Plus en détail

Traitement au décès d actions de sociétés fermées Planification post mortem et planification reposant sur l assurance

Traitement au décès d actions de sociétés fermées Planification post mortem et planification reposant sur l assurance Traitement au décès d actions de sociétés fermées Planification post mortem et planification reposant sur l assurance Introduction Le présent bulletin Actualité fiscale traite de la planification fiscale

Plus en détail

Questions fréquemment posées (FAQ) - produits structurés (Etat au 19 décembre 2008)

Questions fréquemment posées (FAQ) - produits structurés (Etat au 19 décembre 2008) Questions fréquemment posées (FAQ) - produits structurés (Etat au 19 décembre 2008) Les exemples présentés ci-dessous correspondent à des questions concrètes adressées à la FINMA. Les réponses ont pour

Plus en détail

Numéro d enregistrement C.C.I.Oost-Brabant: 17174500 ------------------------------------------------------------------------

Numéro d enregistrement C.C.I.Oost-Brabant: 17174500 ------------------------------------------------------------------------ Conditions générales de vente et de livraison de: Europet Bernina International B.V. Energieweg 35 5422 VM GEMERT Les Pays Bas Numéro d enregistrement C.C.I.Oost-Brabant: 17174500 ------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Fiche pratique n 6 Le passage au tout numérique de la télévision et de la radio (29/10/2009)

Fiche pratique n 6 Le passage au tout numérique de la télévision et de la radio (29/10/2009) Fiche pratique n 6 Le passage au tout numérique de la télévision et de la radio (29/10/2009) La loi du 5 mars 2007 relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur

Plus en détail

Planifiez pour la vie. Votre guide de l essentiel

Planifiez pour la vie. Votre guide de l essentiel Planifiez pour la vie Votre guide de l essentiel Table des matières 02 Fixez-vous des objectifs 06 Choisissez vos placements 08 Gardez le cap Imaginez toucher un salaire sans travailler. Vous en rêvez,

Plus en détail

VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017

VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017 VOLET EXPÉRIMENTAL PROGRAMME PILOTE POUR LES PROJETS COMMERCIAUX PRINCIPES DIRECTEURS 2016-2017 TABLE DES MATIÈRES 1. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX... 1 Interprétation, application, avis de non-responsabilité

Plus en détail

La Protection Sociale Complémentaire

La Protection Sociale Complémentaire Mise à jour au 05 / 12 / 2011 La Protection Sociale Complémentaire TEXTES DE REFERENCE Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale Décret

Plus en détail

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young I. Le formidable enjeu économique de la couverture du risque climatique Comment peut-on

Plus en détail

VOS OBJECTIFS, VOS PLACEMENTS

VOS OBJECTIFS, VOS PLACEMENTS VOS OBJECTIFS, VOS PLACEMENTS La palette des placements actuellement disponibles est extrêmement vaste. Pour les choisir, nous les avons listés en fonction des objectifs d épargne que vous poursuivez.

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique

LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC. Rencontre thématique LA QUALITÉ DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR AU QUÉBEC Rencontre thématique Contribution de la Fédération des cégeps Le 30 novembre 2012 LES CÉGEPS PARTICIPENT À LA CONSTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ DU SAVOIR Au Québec,

Plus en détail

AUTOSTOXX MAI 2014. Communication à caractère promotionnel

AUTOSTOXX MAI 2014. Communication à caractère promotionnel AUTOSTOXX MAI 2014 Titre de créance présentant un risque de perte en capital (en cours de vie et à l échéance), alternatif à un placement dynamique risqué de type «actions». Émetteur : BNP Paribas Arbitrage

Plus en détail

Travaux dirigés n 3. 2. L évolution de la demande observée est donnée dans le tableau suivant :

Travaux dirigés n 3. 2. L évolution de la demande observée est donnée dans le tableau suivant : Travaux dirigés n 3 Sur$l investissement$$ Exercice'1' ' 1.Rappelerleprincipedel accélérateur.surquelleshypothèsesrepose9t9il? ' Document'en'annexe' 2.Quelssontlesdeuxfluxquiinfluencentlevolumeducapital?

Plus en détail

Parlonsaffaires. Dans ce numéro ASPECTS FISCAUX À CONSIDÉRER LE TRANSFERT D UN IMMEUBLE LOCATIF À UN ENFANT MAJEUR

Parlonsaffaires. Dans ce numéro ASPECTS FISCAUX À CONSIDÉRER LE TRANSFERT D UN IMMEUBLE LOCATIF À UN ENFANT MAJEUR Bulletin électronique pour les chefs d entreprise Septembre 2013 Parlonsaffaires Une initiative de Desjardins Entreprises Québec-Portneuf et des caisses participantes Dans ce numéro Propriétaire d un immeuble

Plus en détail

Privalto Privilège Janvier 2016

Privalto Privilège Janvier 2016 Privalto Privilège Janvier 2016 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de

Plus en détail

Accord de libre circulation nationale

Accord de libre circulation nationale Accord de libre circulation nationale Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada / Federation of Law Societies of Canada 445, boulevard Saint-Laurent, bureau 480 Montréal (Québec) H2Y 2Y7

Plus en détail

CET 006M C.P. P.L. 35 Industrie de la construction

CET 006M C.P. P.L. 35 Industrie de la construction CET 006M C.P. P.L. 35 Industrie de la construction Mémoire présenté par L Association canadienne de caution à La Commission de l économie et du travail Assemblée Nationale du Québec Sujet : Consultations

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique Sommaire 0 Préambule 1 Approche et Démarche Diagnostic stratégique 3 Scenarii d évolution 4 Positionnement cible 0 Préambule 3 Préambule L analyse stratégique repose sur

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

GESTION SPORTIVE SAISIE DE LA FEUILLE DE MATCHES

GESTION SPORTIVE SAISIE DE LA FEUILLE DE MATCHES GESTION SPORTIVE SAISIE DE LA FEUILLE DE MATCHES La saisie informatique et complète de la feuille de matches par les clubs d accueil est obligatoire. La saisie se fait par l application fédérale Gestion

Plus en détail

Conditions de l offre My Service

Conditions de l offre My Service Conditions de l offre My Service 1 Champ d application La présente description de services traite des prestations de services dénommées «My Service» de Swisscom (Suisse) SA (ci-après «Swisscom») pour les

Plus en détail

LE FACTEUR FISCAL CONTENU. Qui est considéré comme étant marié aux fins de l impôt? Comment prend fin un mariage d un point de vue fiscal?

LE FACTEUR FISCAL CONTENU. Qui est considéré comme étant marié aux fins de l impôt? Comment prend fin un mariage d un point de vue fiscal? NUMÉRO 2014-08 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL QUESTIONS FISCALES TOUCHANT LA DISSOLUTION DU MARIAGE OU DE L UNION DE FAIT Lorsqu il y a échec du mariage ou de l union de fait, plusieurs questions doivent

Plus en détail

isns La tutelle des LEGALInformation SOCIETY OF NOVA SCOTIA www.legalinfo.org La tutelle des adultes

isns La tutelle des LEGALInformation SOCIETY OF NOVA SCOTIA www.legalinfo.org La tutelle des adultes La tutelle des adultes isns Il arrive parfois que la famille et les proches d une personne aînée qui n est plus en mesure de s occuper de ses affaires optent pour un tuteur désigné. Un tuteur est une personne

Plus en détail

Améliorer et mesurer la rentabilité de votre site Internet

Améliorer et mesurer la rentabilité de votre site Internet Améliorer et mesurer la rentabilité de votre site Internet Sommaire : Première partie : Exemples de sites «trop beaux pour êtres rentables» Deuxième partie : Quels sont les coûts d un site? Comment les

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

Certificat d'assurance Assurance crédit pour les marges de crédit personnelles de CIBC

Certificat d'assurance Assurance crédit pour les marges de crédit personnelles de CIBC Certificat d'assurance Assurance crédit pour les marges de crédit personnelles de CIBC 13002F-2016/03 Page 1 de 10 Table des matières Note : Ce document est important. Veuillez le conserver dans un endroit

Plus en détail

Document de consultation publique

Document de consultation publique Document de consultation publique Rénovations et réparations domiciliaires Devis, contrats et coûts finaux Protéger les intérêts des consommateurs le 5 février 2014 Introduction Les maisons sont les plus

Plus en détail

Fiche d information. L importance de la veille économique et des études de marché

Fiche d information. L importance de la veille économique et des études de marché Fiche d information. L importance de la veille économique et des études de marché La veille économique et les études de marché ont pour but d avoir accès à des données qui facilitent les décisions commerciales.

Plus en détail

RÈGLEMENT AMIABLE (à l égard des intimés Villabar Real Estate inc., St. Clair Research Associates inc., Ronald A. Medoff et Mayer Hoffer)

RÈGLEMENT AMIABLE (à l égard des intimés Villabar Real Estate inc., St. Clair Research Associates inc., Ronald A. Medoff et Mayer Hoffer) VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES, L.N.-B. 2004, ch. S-5.5, ET DANS L'AFFAIRE DE GEORGE WAYNE MALLETT (alias Wayne Mallett), VILLABAR REAL ESTATE INC., ST. CLAIR RESEARCH ASSOCIATES INC., RONALD A.

Plus en détail

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI)

COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) Le régime qui complète le portefeuille d épargne de votre client Document du conseiller Investissement LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) Le compte d épargne

Plus en détail

Le concours débute le 6 octobre 2014 (9 h HAE) et termine le 31 décembre 2014 (23 h 59 HAE).

Le concours débute le 6 octobre 2014 (9 h HAE) et termine le 31 décembre 2014 (23 h 59 HAE). RÈGLEMENT CONCOURS «MAISON À VENDRE OU À ACHETER : CONSEILS À DONNER» Le concours «Maison à vendre ou à acheter : Conseils à donner» est organisé par la Caisse Desjardins de Gentilly-Lévrard (ci-après

Plus en détail

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC.

PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE (CANADA) INC. RAPPORT SEMESTRIEL DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS pour la période close le 30 juin 2015 Catégorie du marché monétaire Sun Life Le présent rapport

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/12 - Principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés 1 Avis du 8 septembre 2010 I. Introduction a. Absence de cadre conceptuel

Plus en détail

APERÇU DU FONDS Fonds Iman de Global, série A au 3 avril 2014

APERÇU DU FONDS Fonds Iman de Global, série A au 3 avril 2014 APERÇU DU FONDS Fonds Iman de Global, série A au 3 avril 2014 Ce document contient des renseignements essentiels sur la série A du Fonds Iman de Global que vous devriez connaître. Vous trouverez plus de

Plus en détail

LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION

LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION LE DROIT INDIVIDUEL A LA FORMATION Synthèse Le droit individuel à la formation (DIF) a pour objectif de permettre à tout salarié de se constituer un crédit d'heures de formation de 20 heures par an, cumulable

Plus en détail

TARIF D HONORAIRES DES HUISSIERS DE JUSTICE

TARIF D HONORAIRES DES HUISSIERS DE JUSTICE TARIF D HONORAIRES DES HUISSIERS DE JUSTICE SECTION I CLASSES DES PROCÉDURES Dans le présent règlement, les classes de procédures auxquelles il est référé correspondent à : CLASSE 1 CLASSE 2 i. Une procédure

Plus en détail

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne

EUROVALYS. Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne EUROVALYS Société Civile de Placement Immobilier à capital variable SCPI de murs d entreprises et de commerces principalement investie en Allemagne Diversifiez votre patrimoine en investissant indirectement

Plus en détail

Guide de l employé 2015

Guide de l employé 2015 Guide de l employé 2015 370 boul Greber, suite 205 Gatineau, Qc J8T 5R6 Tel: 819.771.0830 Fax: 819.205.2843 info@clapersonnel.ca www.clapersonnel.ca www.clapersonnel.ca 1 1 1 I l me fait plaisir en mon

Plus en détail

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée

FCPI Dividendes Plus n 2. Fonds Commun de Placement dans l Innovation. Souscription limitée FCPI Dividendes Plus n 2 Fonds Commun de Placement dans l Innovation Souscription limitée 50 % de réduction ISF ou 18 % de réduction d impôt sur le revenu en contrepartie d un risque de perte en capital

Plus en détail

DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS POUR VISER UN POTENTIEL DE PERFORMANCE

DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS POUR VISER UN POTENTIEL DE PERFORMANCE ACTIGO 90 N 2 FONDS COMMUN DE PLACEMENT OFFRANT UNE PROTECTION PARTIELLE DU CAPITAL À L ÉCHÉANCE* DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS POUR VISER UN POTENTIEL DE PERFORMANCE BANQUE & ASSURANCE * La protection

Plus en détail

Vu le Code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36-7 ;

Vu le Code des postes et télécommunications, et notamment son article L. 36-7 ; Avis n 04-368 de l Autorité de régulation des télécommunications en date du 4 mai 2004 sur la décision tarifaire de France Télécom n 2004046 relative à la commande en nombre d accès «L ADSL de» L Autorité

Plus en détail

Réformes du marché du travail et négociations entre partenaires sociaux.

Réformes du marché du travail et négociations entre partenaires sociaux. Réformes du marché du travail et négociations entre partenaires sociaux. Olivier Blanchard, 24 août 2007. Pourquoi faut-il profondément réformer le marché du travail en France? Pour trois raisons: Un taux

Plus en détail

Informations clés pour l investisseur

Informations clés pour l investisseur Informations clés pour l investisseur Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de ce Fonds. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

GRIEFS. Si vous pensez qu il faut le faire, alors faites-le!

GRIEFS. Si vous pensez qu il faut le faire, alors faites-le! GRIEFS Le grief constitue l un des outils les plus efficaces à la disposition des travailleurs et travailleuses pour protéger leurs droits. Un grief est en fait une plainte écrite contre une mesure prise

Plus en détail

Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit Opportunities et OYSTER European Fixed Income

Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit Opportunities et OYSTER European Fixed Income OYSTER (la «SICAV») Société d'investissement à capital variable Siège social: 11/13, boulevard de la Foire L-1528 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B-55.740 Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit

Plus en détail

Liste de termes et de définitions de l'assurance pour une traduction homogène

Liste de termes et de définitions de l'assurance pour une traduction homogène Terme valeur réelle Affordable Care Act frais autorisés Définition Pourcentage des coûts moyens globaux pour les prestations couvertes par un régime. Par exemple, si un régime a une valeur réelle de 70

Plus en détail

FIP DIRECTION FRANCE N 1

FIP DIRECTION FRANCE N 1 P O FIP DIRECTION FRANCE N 1 I C ISIN A : FR0013050986 France :1 ère destination touristique, 4 ème pour les revenus tirés du tourisme*... [La] part [du tourisme] dans l économie - en France, 7% du PIB

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE SOMMAIRE : PREAMBULE Article 1. PRIX ET NOMBRE DE PLACES Article 2. DISPONIBILITE ET COMMANDE Article 3. PAIEMENT Article 4. SECURISATION DES PAIEMENTS ET DES DONNEES PERSONNELLES

Plus en détail

Guide des normes de travail minimales, des retenues salariales et de l assurancechômage

Guide des normes de travail minimales, des retenues salariales et de l assurancechômage Guide des normes de travail minimales, des retenues salariales et de l assurancechômage aux États-Unis Aux États-Unis, il existe des lois définissant les normes de travail. Les normes de travail déterminent

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL PARTAGÉ

PROGRAMME DE TRAVAIL PARTAGÉ PROGRAMME DE TRAVAIL PARTAGÉ ANNEXE DES EMPLOYÉS Directives et renseignements pour les employés Cette section contient des renseignements utiles pour les employés qui souhaitent participer à un accord

Plus en détail