Investir dans notre avenir commun

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investir dans notre avenir commun"

Transcription

1 L Europe en mouvement Investir dans notre avenir commun Le budget de l Union européenne Union européenne

2 Vous trouverez la présente brochure ainsi que d autres publications, claires et concises, sur l Union européenne à l adresse suivante: ec.europa.eu/publications Commission européenne Direction générale de la communication Unité «Publications» B-1049 Bruxelles Manuscrit terminé en novembre 2006 Illustration de couverture: Workbook Stock/Van Parys Media Une fiche bibliographique figure à la fin de la publication. Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 2007 ISBN Communautés européennes, 2007 Reproduction autorisée Printed in Belgium IMPRIMÉ SUR PAPIER BLANCHI SANS CHLORE

3 Investir dans notre avenir commun Le budget de l Union européenne

4 Table des matières Construire notre avenir commun 3 Éliminer les obstacles 5 Faire la différence 7 Compétitivité et cohésion 9 Comment fonctionne le budget de l Union européenne 12 L importance de la recherche 15 Préserver notre environnement naturel 17 Les citoyens européens 19 Des responsabilités à l échelle mondiale 21 Pour en savoir plus 22 2

5 Construire notre avenir commun L Union européenne (UE) influe sur notre quotidien d une manière qui nous semble désormais naturelle: billets d avion à prix réduits, communications téléphoniques à moindre coût, diminution du prix des voitures, absence de frontières sur la majeure partie du continent européen. Grâce à l Union européenne, nous bénéficions aussi d un environnement plus propre, d aliments plus sûrs, du droit aux soins de santé lorsque nous voyageons et d une monnaie unique partagée par près de deux tiers des citoyens européens. Beaucoup de ces réalisations sont le fruit des économies d échelle et d une plus grande efficacité, rendues possibles par la mise en commun des ressources dans le but de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité et de préserver notre mode de vie ainsi que celui des générations futures. Le budget de l Union européenne finance la construction de routes, de voies ferrées, de ponts, d aéroports, de voies navigables, de lignes électriques et de conduites pour d autres ressources énergétiques. Il promeut la société de l information ainsi que la diversité culturelle et linguistique. Il soutient l organisation de formations pour les chômeurs et la création d emplois. Il combat la discrimination et défend la cause des personnes handicapées. Il maintient les économies rurales en vie. Il finance des activités de recherche relatives aux maladies infantiles, aux milieux naturels, aux produits chimiques dangereux, à la sécurité alimentaire, à des véhicules plus écologiques, aux nouvelles sources d énergie et à la sécurité maritime. Il favorise les échanges d étudiants et de jeunes. Il encourage la rénovation urbaine, la création et la croissance des petites entreprises. Il finance des actions de maintien de la paix, d aide humanitaire et de sécurisation des frontières. Il permet de tisser des relations plus étroites avec les voisins du sud et de l est et contribue au développement du tiers-monde. Les fonds ainsi dépensés par l Union européenne, qui représentent quelque 270 euros par citoyen et par an, ou environ 1 % de la richesse nationale de l Union, constituent un investissement très productif dans notre avenir. La Slovénie est le premier pays à avoir utilisé des pièces en euros montrant l Union européenne élargie. ECB 3

6 Investir dans notre avenir commun Faciliter le passage à une électronique sans plomb L Union européenne restreint fortement l utilisation du plomb dans les équipements électroniques. Elle mène en effet une politique de normes environnementales élevées qui assure une protection identique à tous les citoyens et des conditions de concurrence égales pour toutes les entreprises européennes. Afin d aider les producteurs à concevoir et à tester des méthodes sans plomb, l institut allemand Fraunhofer Institute for Silicon Technology a mis à profit les fonds alloués par le programme communautaire LIFE (l Instrument financier pour l environnement) en faveur des projets environnementaux pour organiser des démonstrations et des formations sur la soudure et l assemblage sans plomb. La soudure sans plomb respecte les normes élevées de l Union européenne en matière d environnement. Ce programme est particulièrement utile pour les petites et moyennes entreprises qui produisent des systèmes électroniques, car il leur permet de passer à un mode de production sans plomb et de former leur personnel aux nouvelles méthodes de production sans diminuer leur productivité. Les entreprises peuvent comparer leurs propres produits et échantillons à l institut avant de décider l adoption d un nouveau procédé. Aider les petites et moyennes entreprises est une priorité pour l Union européenne, car elles représentent plus de 90 % des entreprises européennes. En leur facilitant la vie, l Union espère accroître leur compétitivité, créer de l emploi et générer de la croissance. 4

7 Éliminer les obstacles Là où les frontières dressent encore des barrières, la meilleure façon de les éliminer est d agir conjointement à l échelle de l Union européenne. Ce principe s applique dans des domaines aussi variés que les normes nationales relatives aux produits, les réseaux de transport, la recherche et la criminalité. L instauration d un espace européen unique de la recherche ou d un mandat d arrêt européen s avère plus efficace qu une coopération ponctuelle entre une poignée de pays. La plupart du temps, ces politiques concernent aussi les pays voisins de l Union, mais celle-ci doit avant tout être capable de s entendre sur une politique unique et, pour ce faire, il lui faut reconnaître l existence d un intérêt commun à tirer le meilleur parti de la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux ainsi que des valeurs sociales et culturelles communes, dans le respect de la diversité culturelle. Avant que l Union n agisse, cependant, nos représentants élus au Parlement européen et le Conseil de ministres étudient minutieusement les motivations et les coûts des actions envisagées. Ils partent du principe qu une dépense au titre du budget européen ne se justifie que si elle est plus rentable qu une dépense nationale. Peeter Viisimaa/iStockphoto Trains à Tallinn un des arrêts de la ligne ferroviaire de la Baltique qui, grâce à des fonds européens, reliera bientôt Helsinki à Berlin. 5

8 Investir dans notre avenir commun Maintenir les communautés rurales en vie Pendant des siècles, l île de Grimsay, située entre North Uist et Benbecula, dans les Hébrides extérieures (Écosse), a vécu de l industrie de la pêche, qui elle-même dépendait des constructeurs locaux de bateaux. Toutefois, la construction navale était en train de disparaître, jusqu à ce que des fonds soient débloqués au titre du programme communautaire Leader+, qui aide les communautés rurales à améliorer leur qualité de vie et à développer leur économie. Les fonds ont permis la mise sur pied du projet de formation du Grimsay Boatshed Trust, dont l intitulé («An t-ionnsachadh Og») s inspire d un vieux proverbe gaélique selon lequel pour bien apprendre, il faut apprendre jeune. Le projet a financé l apprentissage d un jeune autochtone, Cailean MacAulay, auprès d un constructeur de bateaux expérimenté, et Cailean transmet maintenant son savoir à des élèves de l école secondaire qui fréquentent le nouveau centre de construction navale du Boatshed. En effet, le Boatshed a créé, à l intention des élèves de l école secondaire, une nouvelle formation de deux ans en construction navale traditionnelle, au terme de laquelle ils obtiennent un titre reconnu en construction navale le premier du genre en Écosse. Le directeur du Boatshed, Ronald Maclean, se réjouit de cette formation. «Elle préserve un pan important de l héritage de l île, donne l occasion à des jeunes d apprendre un savoir-faire traditionnel tout à fait pertinent dans le monde d aujourd hui et rend en même temps service à la communauté locale. Nous aimons travailler avec les jeunes parce qu ils font preuve de beaucoup d enthousiasme. La construction de bateaux leur fournit quelque chose dans lequel ils peuvent réellement s investir et améliore leurs compétences et leur concentration.» Transmission du savoirfaire traditionnel de la construction navale à la jeune génération. Western Isles, Skye & Lochalsh Leader+ 6

9 Faire la différence Les ressources budgétaires de l Union européenne sont utilisées pour générer des résultats tangibles, notamment dans les domaines suivants: la croissance et l emploi, en investissant pour rendre l Union plus compétitive et réduire les disparités économiques et sociales; une meilleure préservation et gestion des ressources naturelles; l amélioration de la qualité de vie de tous les citoyens européens; le renforcement de la position de l Union sur la scène internationale, avec une prise de responsabilités au niveau mondial. Toutefois, les objectifs de croissance et d emploi, qui justifient la plus grande part des dépenses, ne sont pas de simples formalités. Aujourd hui, les économies prospères se distinguent par leur capacité d innovation et d exploitation des connaissances, mais de nombreuses économies européennes affichent encore des résultats médiocres en la matière. L Union doit devenir plus compétitive pour créer de la croissance et de l emploi. En même temps, elle défend le principe fondamental de la solidarité avec tous ses citoyens. En d autres termes, les bénéfices d une croissance et d une création d emplois accrues, ainsi que les avantages du niveau élevé de santé publique et de protection de l environnement, doivent être répartis aussi équitablement que possible. Dépenses de l Union européenne pour la période % Citoyenneté, liberté, sécurité et justice 43 % Préservation et gestion des ressources naturelles 44 % Croissance durable et emploi 6 % L Union européenne en tant qu acteur sur la scène internationale 6 % Autres dépenses, dont l administration 7

10 Investir dans notre avenir commun La haute technologie dans les pas de Nicéphore Les origines de la photographie remontent aux travaux d un Français nommé Joseph Nicéphore Niépce, dans les années Niépce est né en 1765 à Chalon-sur-Saône (France). Plus de deux siècles plus tard, cette ville se positionne à nouveau à l avant-garde de l innovation en matière de technologie de l imagerie, avec l aide du Fonds européen de développement régional. Le Fonds a en effet financé pour moitié la Nicéphore Cité, parc technologique dont la principale mission est de soutenir les entreprises dans le développement de technologies numériques de l image et du son, y compris leurs modalités d application dans les industries traditionnelles. L objectif est de faire de ce parc technologique le point de ralliement d une série d industries de haute technologie de la région, œuvrant dans des secteurs aussi variés que l automobile, l aviation, le patrimoine culturel, la médecine, l audiovisuel et les jeux vidéo. Les petites entreprises peuvent tester leurs idées au parc de la Nicéphore Cité, pour ensuite se lancer avec l aide d un programme de soutien au démarrage d entreprises. Elles sont également épaulées pour le brevetage de leurs inventions et la recherche de partenaires en vue de les valoriser. Le projet a tout de suite remporté un vif succès: il a attiré plusieurs petites entreprises dans la région, qui ont créé de nouveaux emplois. Ces entreprises vont, par exemple, d une compagnie qui a implanté son centre européen d archivage photos dans la région de Chalon à une firme qui fournit des équipements de sonorisation pour les festivals de musique. Le Fonds européen de développement régional propose un cofinancement pour la mise en place d infrastructures, la création d emplois et le maintien de l emploi, le développement local ainsi que les petites et moyennes entreprises. Les régions dont le développement économique est inférieur à la moyenne sont au centre de cette politique de soutien. 8

11 Compétitivité et cohésion La compétitivité et la cohésion sont les pierres angulaires des programmes de dépenses de l Union européenne. C est pourquoi le budget consacré à ces domaines pour la période a augmenté de 23 % par rapport au montant dépensé au cours des sept années précédentes. Le développement régional et social se taille la part du lion dans le budget de 431 milliards d euros consacré à la compétitivité et à la cohésion. Le Fonds européen de développement régional oriente son action vers le développement économique, la plupart des fonds servant à améliorer les infrastructures dans les régions les plus défavorisées d un point de vue économique. Le Fonds social, en revanche, investit dans le capital humain. Il fournit des fonds pour améliorer la productivité, les conditions de travail et les compétences, là où les besoins sont les plus criants. Il promeut aussi l égalité des chances. Il existe également un Fonds de cohésion, qui investit exclusivement dans les régions les plus pauvres, en particulier dans des projets relatifs aux transports, à l énergie et aux infrastructures environnementales. À Riga, les fonds européens jouent un rôle décisif dans l amélioration des infrastructures. DG REGIO 9

12 Investir dans notre avenir commun Offrir une seconde chance aux jeunes Le programme Youthreach, qui bénéficie d un financement considérable de la part du Fonds social européen, offre une seconde chance de scolarisation aux jeunes Irlandais qui ont quitté l école prématurément sans aucune qualification ou avec peu de qualifications. «Ces jeunes sont les plus vulnérables du marché du travail», explique Dermot Stokes, coordinateur national du programme Youthreach au ministère de l éducation et des sciences (Dublin). «Ils ont cinq fois plus de risque de se retrouver au chômage que ceux titulaires d un certificat de fin d études scolaires.» Près d un jeune Irlandais sur cinq quitte l école sans diplôme. Youthreach propose une combinaison d enseignement général, de formation professionnelle et d expérience professionnelle aux jeunes âgés de 15 à 20 ans qui n ont pas saisi leur première chance à l école. Le programme offre, par exemple, des possibilités de formation à temps partiel pour ceux qui ont trouvé un emploi mais souhaitent néanmoins améliorer leur éducation, ainsi que des services de garde d enfants pour ceux qui sont déjà parents. Quelque 30 % des jeunes femmes qui participent au programme sont des mères célibataires. Youthreach inclut aussi des services d orientation, de conseils et d assistance psychologique, étant donné que de nombreux participants sont issus de familles à problèmes, ont déjà eu des démêlés avec la justice ou sont toxicomanes. L Irlande compte plus de 90 centres Youthreach, principalement dans les régions très défavorisées. «Nous nous attachons à développer la confiance de ces jeunes en eux-mêmes ainsi que leur sens identitaire, à les rendre fiers de leurs capacités et de leur travail. Nous nous concentrons sur ce qu ils sont capables de faire, et non sur leurs erreurs passées», explique D. Stokes. «Nous leur demandons quels sont à leur avis leurs points forts et comment nous pouvons les aider à les exploiter au maximum, quels sont leurs points faibles et comment nous pouvons les aider à y remédier.» Les participants peuvent choisir entre un éventail de possibilités de formations professionnelles, de la photographie au sport, en passant par la coiffure et l informatique. Toutefois, le développement des compétences en matière de technologie de l information fait partie intégrante de toutes les formations, car ces compétences sont perçues aujourd hui comme une nécessité sociale et économique. Chaque centre possède sont propre site internet. Le taux de réussite est élevé: au terme d un programme Youthreach, les trois quarts des participants poursuivent une formation sous une forme ou une autre. 10

13 Lutter contre la discrimination Quelque Espagnols sont d origine rom. Ils constituent une des plus importantes minorités ethniques d Espagne, même si leurs racines sociales et culturelles sont très variées. Depuis de nombreuses années, ils sont confrontés aux préjugés et aux stéréotypes sociaux dans leur recherche d emploi ainsi que dans l accès aux services sociaux et à la justice. Si l on note une amélioration, une action plus énergique semble néanmoins appropriée. Les fonds alloués par le Fonds social européen ont contribué à transformer ce qui avait démarré à Madrid comme un petit projet pilote à la fin de la dernière décennie en un programme, d une portée pratiquement nationale, de création de possibilités d emploi et de lutte contre les préjugés. Le programme compte aujourd hui 54 centres pour l emploi dans 13 des 17 régions d Espagne et mobilise un réseau de 40 organisations non gouvernementales et projets de coopération internationale couvrant 12 pays. Plus de Rom ont bénéficié d une assistance au titre du programme Acceder, géré par la Fundación Secretariado Gitano FSG (fondation pour les gitans). Ce programme aide les Rom à acquérir des compétences professionnelles, à trouver des emplois et des logements et fournit des services d éducation et de santé. Plus de la moitié des Rom qui bénéficient du soutien d Acceder ont moins de 30 ans. La lutte contre les préjugés et les idées préconçues sur les Rom fait partie du programme et s inscrit aussi dans le combat plus large de l Union européenne contre toutes les formes de discrimination. Pour éviter de restreindre la question à la recherche d emplois et à l amélioration des compétences des Rom, la campagne «Vos préjugés sont la voix des autres: faites-vous votre propre opinion!» cherchait à promouvoir la reconnaissance de la culture rom et de la place de ce peuple dans la société sur la base de faits et non de mythes urbains. Vos préjugés sont la voix des autres campagne antidiscrimination financée par l Union européenne. 11

14 Comment fonctionne le Qui décide du montant des dépenses L Union européenne ne dépense pas son argent facilement. Le processus annuel d examen approfondi des programmes de dépenses débute chaque printemps, au moment où la Commission européenne formule ses propositions pour l année suivante. Les propositions de la Commission sont débattues au Parlement européen et au Conseil de ministres de l Union européenne, qui négocient ensuite entre eux les éventuels aménagements nécessaires, avant que le budget soit définitivement adopté en décembre de chaque année. Le Parlement a le dernier mot sur un peu plus de la moitié des articles de dépense. Cela inclut la plupart des dépenses en faveur des régions moins prospères et de l environnement ainsi que les investissements dans le capital humain et dans les programmes de recherche et d éducation. Les ministres ont en revanche le dernier mot sur la plupart des dépenses liées à l agriculture, au domaine de la justice, de la liberté, de la citoyenneté et de la sécurité. Même dans ce cas, le budget n est adopté que si la majorité des membres du Parlement européen approuve la totalité du budget et si trois cinquièmes des suffrages exprimés le soutiennent. Indépendamment des désaccords pouvant survenir au cours du processus, le résultat final sera un budget en équilibre. Les déficits ne sont pas autorisés. Plafond budgétaire (en Mrd EUR) Évolution du b Reflétant la croissance économique et l é péenne a augmenté en valeur absolue. En de l Union, il est resté pratiquement stab national brut (RNB). Chaque budget annuel s inscrit dans un plan de dépenses à longue échéance appelé «cadre financier». Il s agit d un cadre septennal, couvrant actuellement la période Il permet à l Union européenne de planifier des programmes de dépenses pour plusieurs années à la fois, de manière concrète. D où vient l argent Le budget de l Union européenne s appuie principalement sur trois «ressources propres». Une large part (près des trois quarts) de ces fonds provient des contributions versées par les États membres en fonction de leur prospé- 12

15 budget de l Union européenne udget dans le temps ,4 1,2 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 Plafond budgétaire (en % de la richesse nationale RNB) largissement, le budget de l Union eurorevanche, en pourcentage de la richesse le, tournant autour de 1 % du revenu rité nationale, mesurée par le produit intérieur brut (PIB). Le principe de base qui sous-tend le calcul des contributions nationales est celui de la solidarité et de la capacité de paiement. Des ajustements ont toutefois lieu si ce principe fait peser une charge excessive sur certains États membres. Le reste de l argent provient des droits de douanes et des prélèvements agricoles (une forme de taxe à l importation sur les produits agricoles) ainsi que d un pourcentage fixe des sommes prélevées par les États membres sous forme de taxe sur la valeur ajoutée (TVA). On ne peut pas distinguer l État d origine de ces sources de revenus; en effet, grâce au marché unique européen, l argent peut être perçu dans une région de l Union tout à fait différente de celle où l activité commerciale qui a généré le revenu s est déroulée: ainsi, des biens sur lesquels une taxe à l importation est perçue à La Valette (Malte) peuvent être destinés à un consommateur de Pécs, en Hongrie. Les mécanismes de contrôle Les pays de l Union ne signent pas un chèque en blanc. Non seulement les programmes annuels de dépenses sont minutieusement examinés lors du processus de fixation du budget annuel, mais la Commission européenne, qui administre le budget, doit en définitive justifier devant le Parlement européen la façon dont l argent est dépensé chaque année. Par ailleurs, il existe de nombreux mécanismes de contrôle à différents stades du processus. Les dépenses sont soumises à des audits internes et à des évaluations externes afin de tirer les enseignements pour l avenir des affectations passées; elles font l objet de rapports de la Cour des comptes l organe de contrôle de l Union, qui travaille en toute indépendance et d enquêtes de l Office européen de lutte antifraude (OLAF), également indépendant, si des irrégularités sont constatées en définitive. L OLAF se penche sur les dépenses irrégulières. Il travaille aussi avec ses homologues dans les États membres pour lutter contre la contrebande aux frais du budget communautaire. La contrebande échappe en effet aux droits à l importation une composante clé des revenus de l Union européenne. 13

16 Investir dans notre avenir commun Les femmes, les jeunes et les sciences la situation en Europe centrale Si jamais vous vous êtes demandé: pourquoi les femmes sont largement représentées dans l enseignement supérieur mais accèdent rarement à des positions élevées, comment combiner la parentalité avec une carrière scientifique, ce que les jeunes scientifiques gagnent ou perdent à la mobilité, quel rapport existe entre la mobilité et le genre, quel héritage le socialisme d État en Europe centrale a laissé aux femmes et aux jeunes dans le domaine des sciences, alors vous vous posez les mêmes questions que le Central European Centre for Women and Youth in Science (Centre d Europe centrale pour les femmes et les jeunes dans le domaine de la science), implanté à Prague. Le centre reçoit des fonds de l Union européenne pour un programme triennal destiné à renforcer le rôle des femmes et des jeunes dans les sciences, et en particulier dans les programmes de recherche financés par l Union. Les promoteurs du projet ont le sentiment que, en dépit, ou même à cause, de la politique d égalité de traitement du socialisme d État, la répartition traditionnelle des rôles et du travail, tant à l intérieur qu à l extérieur du cadre familial, n a pas évolué. En conséquence, nombre de scientifiques de sexe féminin (et aussi de sexe masculin) ne disposent pas des réseaux, des compétences et de la confiance en soi nécessaires pour participer à des projets de recherche internationaux. Ceux qui reviennent de l étranger sont parfois confrontés à un sentiment d hostilité envers les jeunes scientifiques aux compétences plus nouvelles. Il y a des exceptions, «mais aussi longtemps que la marginalisation voire la discrimination toucheront certains scientifiques, il faudra agir», explique Marcela Linková, qui coordonne le projet pour l Institut de sociologie et l Académie des sciences de la République tchèque. L Institut national de la recherche agronomique en France, l Agenzia per la Promozione della Ricerca Europea en Italie, la Bucharest Polytechnic University en Roumanie, le Jozef Stefan Institute en Slovénie, l Institute of Philosophy of the Slovak Academy of Sciences en Slovaquie et la Hungarian Science and Technology Foundation en Hongrie participent aussi au projet. 14

17 L importance de la recherche Parmi les nombreux programmes de l Union européenne qui visent à accroître la compétitivité de l Europe, le programme de recherche est le plus vaste. L Union a compris l importance particulière que revêtent la recherche et l innovation pour la création d emplois et la croissance ainsi que pour la compatibilité du développement économique avec la préservation de l environnement et a donc augmenté le budget de la recherche pour la période de 75 % par rapport à la période Les programmes de recherche financés par l Union européenne ne sont pas abstraits. Ils apportent les connaissances nécessaires pour rendre plus efficace la mise en œuvre des politiques communautaires dans des domaines tels que la santé, la protection des consommateurs, l énergie, l environnement, l aide au développement, l agriculture et la pêche, la biotechnologie, l information et la communication. L Union européenne finance aussi des programmes destinés à garantir des chances égales pour tous les scientifiques et à supprimer les obstacles à la mobilité. Au-delà de la révolution de la téléphonie mobile Les projets technologiques de grande envergure constituent un bon exemple de domaine où l investissement à l échelle de l Union européenne s avère plus rentable que les investissements morcelés. Souvent, la mise en commun des ressources est la seule solution financièrement réaliste. Galileo illustre bien ce principe. Il incarne la prochaine génération de systèmes de navigation par satellite un système «made in Europe» qui sera utilisé pour toute une série d applications, de la gestion plus efficace du trafic à la recherche et au sauvetage en mer. Cette avancée technologique devrait révolutionner la société comme l a fait auparavant la téléphonie mobile et pourrait créer emplois hautement qualifiés dans les prochaines années. Fruit d une collaboration entre l Union européenne et son Agence spatiale européenne, dont le siège administratif est situé à Toulouse (France) et dont le centre opérationnel se trouve à Londres, Galileo s appuiera essentiellement sur l expertise d entreprises françaises, allemandes, italiennes, espagnoles et britanniques. Galileo de la haute technologie «made in Europe». farm 15

18 Investir dans notre avenir commun De nouvelles options pour l industrie sucrière européenne L industrie sucrière européenne a besoin d idées nouvelles pour sa technologie de production, son ingénierie et sa gestion alors qu elle entame une restructuration rendue nécessaire par les réformes et les réductions de prix entrées en vigueur le 1 er juillet La question est cruciale pour la Pologne, troisième plus grand producteur de sucre de l Union européenne. L université polytechnique de Varsovie, de son campus à Płock, mène donc un projet de recherche sur l utilisation de technologies innovantes en vue d améliorer la qualité et la sécurité des produits prêts à la consommation et des produits semi-préparés à base de sucre. Les réformes de 2006 ont réduit de 36 % le prix minimal garanti du sucre de betterave de l Union européenne. Elles ont ouvert le marché européen au sucre provenant des pays en développement, où l industrie sucrière se fonde davantage sur le sucre de canne, transformant ainsi l Union, traditionnellement exportatrice de sucre, en une région importatrice de cette denrée. Les producteurs qui quittent le secteur du sucre reçoivent des compensations et des incitations financières, mais l industrie restante devra quand même devenir plus compétitive et chercher de nouveaux débouchés pour ses produits. Connu sous le nom de «TOSSIE» («Towards sustainable sugar industry in Europe» «Vers une industrie sucrière européenne viable»), ce projet dirigé par la Pologne exploitera les résultats des précédents travaux de recherche financés par l Union européenne concernant de nouveaux procédés de fabrication, la réduction des incidences sur l environnement et l application de la biotechnologie aux produits dérivés du sucre. Il se penchera aussi sur la façon de maximiser l emploi des matières premières et des ressources telles que l énergie et l eau. Le but ultime est de concevoir une stratégie pour se doter d un secteur sucrier compétitif et respectueux de l environnement et de créer une plate-forme technologique pour cette industrie. L Union européenne prend en charge la totalité des coûts du projet, qui associe aussi l université de Graz en Autriche, l université de Maribor en Slovénie, l université de Ferrare en Italie, ainsi que des groupes technologiques et des entreprises de transformation du sucre au Danemark, en Allemagne, en Italie et en Pologne. ANIN Les chercheurs polonais se mobilisent pour éviter que l industrie sucrière ne devienne un dinosaure. 16

19 Préserver notre environnement naturel Aujourd hui, les citoyens européens réclament des aliments sûrs et de qualité, produits sans générer de déchets superflus, ainsi qu un environnement sain. Dans nos mers, la raréfaction du poisson nous confronte à des problèmes de taille. Les fonds alloués à la préservation de notre environnement naturel couvrent dès lors un large éventail de programmes. Ils soutiennent, par exemple, l établissement d économies rurales compétitives et florissantes, le secteur de la pêche, qui doit s adapter à l appauvrissement des stocks de poisson, ainsi que les programmes environnementaux. Ces programmes environnementaux encouragent la prise en compte de l environ nement dans tous les projets politiques et complètent l investis - sement relatif à l environ nement dans d autres domaines, tels que la politique régionale et de cohésion, l agriculture et le développement rural, la pêche, les relations extérieures, la protection civile et la recherche. Cependant, la politique agricole commune est aujourd hui très différente de l image que beaucoup ont gardée d elle, comme une source d excédents indépendante de la demande ou un moyen d importer des denrées à moindre coût. Les réformes en cours veillent à assurer une approche plus équilibrée, ménageant plus de place à la sécurité et à la qualité des aliments, au bien-être des animaux et aux besoins de la communauté rurale dans son ensemble. L UE aide les communautés rurales à vivre avec leur temps. La plupart des fonds destinés à la préservation de notre environnement naturel vont aux agriculteurs, d une part parce que la politique agricole commune est la plus intégrée de toutes les politiques communautaires et l une des plus anciennes et, d autre part, parce que les agriculteurs jouent un rôle fondamental dans l approvisionnement en produits alimentaires de base et le maintien du paysage tel que nous le connaissons. Science Photo Library/Van Parys Media 17

20 Investir dans notre avenir commun Plus de sécurité grâce aux technologies les plus modernes La lutte contre la criminalité dans une Europe sans frontières devient de plus en plus difficile, vu notamment la multiplication des crimes et les proportions encyclopédiques que peuvent atteindre les dossiers de preuves dans les affaires criminelles complexes. Pour que la justice soit efficace, les juges et la police doivent pouvoir échanger des informations de manière rapide et sûre, tant à l échelle nationale qu internationale. Une plus grande efficacité dans l échange d informations réduira les «temps morts» des enquêtes et des procès, passés à attendre les informations, les preuves et les témoins. Le projet «Secure-Justice», financé par l Union européenne et coordonné par une société italienne, vise à simplifier la vie des juges et des policiers en proposant un système d échange électronique sécurisé d informations relatives aux crimes, en particulier au cours des phases d investigation et du procès même. Ces informations peuvent prendre la forme de preuves écrites, mais aussi de vidéoconférences, en vue par exemple d obtenir une interprétation ou de permettre aux témoins qui nécessitent une protection ou veulent conserver l anonymat de témoigner à distance. Le projet expérimente les techniques les plus avancées de protection de l information, dont la biométrie, la cryptographie et les filigranes numériques. L authentification biométrique peut servir, par exemple, à identifier à distance des utilisateurs, tels que des témoins. Grâce à la cryptographie, juges et policiers pourront communiquer sur de longues distances en toute sécurité, avec la certitude qu aucun criminel ne s introduira dans leur système. Les filigranes numériques garantiront l authenticité des documents. Le projet associe six partenaires italiens, dont le ministère italien de la justice, ainsi que des entreprises, des universités et des organismes publics britanniques, danois, espagnols, français, grecs, néerlandais, norvégiens, polonais et suisses. Le système sera testé dans les salles d audience de Varèse, en Italie, et de Wrocław, en Pologne, ainsi que par des enquêteurs aux îles Canaries (Espagne). 18

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Fonds social européen Investir dans les ressources humaines

Fonds social européen Investir dans les ressources humaines Fonds social européen Investir dans les ressources humaines Commission européenne Cette publication est disponible dans toutes les langues officielles de l Union européenne (UE). Ni la Commission européenne

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale Les nouvelles opportunités d Interreg III A Coopération transfrontalière Provinces, départements et cantons dans les zones de frontière contiguës Création de pôles socio-écomiques transfrontaliers Italie

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DRJSCS-MP Janvier 2012 ecdc.europa.eu L UNION EUROPEENNE (UE) et le CONSEIL DE L EUROPE (COE) UNION EUROPEENNE Supranational 27 Etats membres Bruxelles, Luxembourg Strasbourg

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

Fonds FEDER-INTERREG. Julie MENARD. CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation

Fonds FEDER-INTERREG. Julie MENARD. CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation Fonds FEDER-INTERREG Julie MENARD CNRS - Délégation Normandie (DR19) Service Partenariat et Valorisation Fonds FEDER - INTERREG Politique de cohésion et fonds européens structurels et d investissement

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels COMMISSION EUROPEENNE COMMUNIQUE DE PRESSE pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels Bruxelles, le 23 novembre 2011 Jusqu à cinq millions de personnes (soit presque deux fois plus qu actuellement)

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 21 2. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES La gestion des ressources humaines a pour objectif de mettre l institution en mesure de réaliser au mieux ses choix stratégiques dans un environnement en mutation.

Plus en détail

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir

Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Améliorer les soins de santé, Assurer notre avenir Mémoire prébudgétaire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Association des infirmières et infirmiers du Canada www.cna-aiic.ca

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche

FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche FONDS DE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES EN ÉCONOMIE SOCIALE (FDEÉS) Politique d investissement du CLD Robert-Cliche SOUTIEN FINANCIER AUX ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE Le dynamisme des communautés du territoire

Plus en détail

MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE

MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE MINISTERES AMOUR CONCRET et FAIM DANS LE MONDE PAGE DE GARDE DU FORMULAIRE DE DEMANDE NOM DE LA JURIDICTION : TITRE DU PROGRAMME : CITE/VILLAGE : ETAT/ PROVINCE/PAYS : DIRECTEUR DU PROGRAMME : ADRESSE

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

s investir pour la relève

s investir pour la relève s investir pour la relève campagne majeure de financement 2009-2013 objectif : 2 000 000 $ S investir pour la relève Mot de la présidente de campagne En Estrie, les étudiants ont la chance de recevoir

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa Nous sommes là pour vous aider Déclaration en vue de la répartition entre les parents des trimestres d assurance retraite attribués pour chaque enfant né ou adopté Cette notice a été réalisée pour vous

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE»

PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» PRESENTATION SYNTHETIQUE DE L ENQUETE «COOPERATION DECENTRALISEE & BIODIVERSITE» L ENQUETE EN LIGNE Lien d accès : https://fr.surveymonkey.com/s/enqueteuicncoopdecbiodiv Mot de passe : enqueteuicn Réponse

Plus en détail

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE SERVICES DE L ÉDUCATION DES ADULTES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Numéro du document : 0608-14 Adoptée par la résolution : 347 0608 En date du : 17 juin

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables

WT35 Les filières et systèmes agroalimentaires durables Session 1 La vision chinoise Approche du problème : une approche holistique pour résoudre la question multidimensionnelle que pose l association du développement durable et des concepts de chaînes d approvisionnement

Plus en détail

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers PROFIL DE LA SOCIÉTÉ Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers BIENVENUE Notre priorité est de comprendre les problèmes et les besoins de nos clients Merci d avoir pris le temps

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Securex : L humain avant tout

Securex : L humain avant tout Securex : L humain avant tout Qui sommes-nous? Spécialistes des ressources humaines, nous sommes à vos côtés pour vous conseiller et ce, quelles que soient les questions que vous vous posez en la matière.

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE La recherche européenne en action LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE (7 e PC) Placer la recherche européenne au premier plan Définir un nouveau standard pour la recherche européenne Le septième programme-cadre

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7

Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 Cadre complet de mieux-être en milieu travail Présenté par : Marilyn Babineau, Réseau de santé Horizon Isabelle Duguay, Réseau de santé Vitalité Le 7 novembre 2012 Cadre de mieux-être en Le cadre de notre

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1)

Lignes Directrices. Date limite de dépôt de candidature: 20 octobre 2012-12:00 (GMT +1) Formation et mise en réseau en marketing, distribution, financement et media numériques pour producteurs méditerranéens de documentaires et de longmétrages Lignes Directrices Date limite de dépôt de candidature:

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies.

Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Préoccupé par la sécurité routière? ISO 39001 vous aidera à sauver des vies. Vous êtes entre de bonnes mains avec BSI. Notre gamme de solutions efficaces de gestion des risques permettra à votre organisation

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Le Gabon est un pays d Afrique Centrale, peuplé d environ deux millions d habitants. A cause de ses nombreuses

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1

CONTEXTE. Union des Tunisiens de Québec Page 1 CONTEXTE L Union des Tunisiens de Québec (UTQ), et en présence du Consul de la Tunisie à Montréal, a organisé le 18 février 2012 le premier forum sur les préoccupations de la communauté tunisienne de la

Plus en détail