Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants:

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants:"

Transcription

1 MESURES QUI DOIVENT ETRE PRISES AU NIVEAU JURIDIQUE POUR ASSURER LE FINANCEMENT DES PROJETS D'INFRASTRUCTURE ET PAR CONSEQUENT LE SUCCES DU SYSTEME DE CONCESSION. Le premier point que je veux souligner c est la grande expérience de notre pays dans le secteur des concessions qui a conduit aux sociétés espagnoles á une position de leadership mondial, de telle sorte que le magazine américain (Public Work Financing ) qui analyse les infrastructures de transports dans le monde en construction et / ou exploitation place quatre entreprises espagnoles membres de SEOPAN parmi les dix meilleurs classées : ACS / Iridium, FCC / Global Vía, Abertis, Ferrovial / Cintra. En deuxième lieu je voudrais constater que l'application du modèle de concession espagnol a été satisfaisante pendant plus de 30 ans. Néanmoins aujourd'hui le modèle doit s adapter aux circonstances de notre réalité et aux exigences des entités financières. Le système de concession actuel présente des imperfections qu il faut résoudre pour continuer á attirer le capital privé et de développer des concessions d infrastructure dans l avenir. C'est la raison pour laquelle il est essentiel de le modifier afin de parvenir à un cadre réglementaire clair et transparent, qui doit être permanent et homogène. Dans le cas contraire on peut courir le risque de cessation de l exécution de projets d'infrastructures. Les principaux points qui devraient être tenus en compte sont les suivants: 1.- SECURITE JURIDIQUE- Si nous devons identifier un élément essentiel dans l'intérêt des investisseurs privés et financiers des projets de PPP, cet élément serait la sécurité juridique, et cela dans tous les aspects et phases de l attribution du marché. La sécurité juridique bien entendue comme l'existence d'un ensemble de règles claires, précises et prévisibles dans son application. À cet égard, Les appels d offres doivent développer autant que possible des aspects essentiels tels que la réglementation du droit de maintenir l équilibre économique du contrat de concession ou les conséquences économiques d'une résiliation anticipée du contrat. Le principe du maintien de l'équilibre économique et financier du contrat est un élément essentiel pour tout investisseur (fond investissement, autres financiers) dans un projet de partenariat public-privé. 1

2 Le traitement de ce principe dans la loi espagnole et nôtre jurisprudence ne peut pas être défectueux, mais serait, à notre avis, susceptible d amélioration, au moins en termes de qualité et de prévisibilité dans son application. De plus, la modification de la règlementation dans cette matière, pourrait être entendue par le marché comme un facteur important dans la consolidation de la sécurité juridique dans le système du partenariat public- privé. 2.- IL EST NECESSAIRE DE MAXIMISER LES CONTROLES POUR AMELIORER LA QUALITÉ DES PROJETS ET SOUMETTRE LEUR REALISATION A UNE PHASE D'INFORMATION PUBLIQUE AVEC LES OPERATEURS CONCERNES. Du point de vue du droit comparé, la vitesse avec laquelle l'appel d'offres et de l'attribution de projets de partenariat public-privé ont été menés en Espagne dans les dernières 10 années est étonnante. On peut dire qu à moyen terme cette vitesse produit 2 effets qui peuvent éventuellement être négatifs pour le bon déroulement du système : a) Parfois les projets sont attribués sans avoir obtenu un degré suffisant de maturité, et par conséquent, il faut modifier le contrat de forme anticipée. b) Ces changements produisent souvent des problèmes de sécurité juridique (les potentielles contestations du contrat), des difficultés pour rétablir l'équilibre économique du contrat et, surtout (en particulier dans la situation actuelle du marché du crédit), des difficultés pour le financement de ces modifications. La vitesse dans la procédure d'appel d'offres implique dans un certain nombre de cas, un obstacle majeur pour la participation des investisseurs institutionnels comme les fonds d investissements, les fonds de retraites et les institutions financières, même si elles ne sont pas espagnoles. Il serait donc recommandable de traiter la phase de préparation des contrats avec plus de rigueur et d'exhaustivité et, dans la pratique, prolonger les délais de présentation des offres (au moins dans les projets les plus importants et les plus complexes) si l on veut attirer l intérêt des institutions comme les fonds d investissements aux marchés publics, aussi dans le but d éviter la pénurie offre financière à cause du manque de temps pour approuver une structure financière satisfaisante de la concession. On doit encourager les contrôles de qualité des projets pour assurer une définition plus précise, et la disposition d une période suffisante d information publique pour 2

3 permettre aux parties intéressées la possibilité de faire des observations. Cela faciliterait l'attraction des investisseurs privés. 3.- APPLIQUER LA PROCEDURE DE "DIALOGUE COMPETITIF " DE LA LOI. Dans les contrats techniques complexes ou quand il est évident que l Administration n'est pas capable de définir le contrat par sa complexité, la participation des soumissionnaires et des financiers à la conception du projet, est un élément très important pour sa mise en œuvre correcte. La procédure de dialogue compétitif est celle qui s adapte le mieux aux besoins des projets complexes de Partenariat Public Privé, (complexité pour des raisons techniques, juridiques ou économiques et financières). Le dialogue compétitif est une procédure appropriée pour résoudre la complexité dans le cadre des soumissions publiques, parce qu elle permet à la Administration de profiter des contributions des soumissionnaires pour une meilleure définition du projet. 4-. ON DOIT ADAPTER LA LEGISLATION POUR ELIMINER LES OBSTACLES ACTUELS PAR RAPPORT A L ACCREDITATION DES CAPACITES ECONOMIQUES ET FINANCIERES DES FONDS D'INVESTISSEMENTS. Il serait souhaitable de procéder à une réforme législative pour essayer d'intégrer les caractéristiques des fonds d'investissements par rapport à sa capacité économique et financière. Au moment de fixer les conditions relatives aux capacités économique et financière, les appels d offres, doivent tenir en compte ces entités et pour cela régler les conditions de la solvabilité économique, financière, technique de sorte qu elles ne deviennent pas des obstacles injustifiés pour les fonds d'investissements. 5-. AFIN D'ASSURER LA SECURITE JURIDIQUE, NECESSAIRE POUR ATTIRER LES INVESTISSEURS PRIVES, IL EST NECESSAIRE DE REGLEMENTER LA REPARTITION DES RISQUES DE MANIERE PLUS EFFICACE ET EQUITABLE ENTRE L AMINISTRATION ET LE CONCESSIONAIRE La distribution des risques entre l Administration publique et le concessionnaire devrait être réglée dans les appels d offres, avec une précision absolue, de sorte que chacun puisse gérer les risques de sa gestion (dont il est capable). 3

4 Ainsi les risques causés par les pouvoirs publics (dans les différents niveaux espagnols: central, régions, municipalités, parfois contradictoires) ne seront pas transférés au concessionnaire, ni ceux qui sont en dehors de la gestion d entreprise comme le risque d'expropriation et de clôture (accord final) du financement. Les critères généraux pour la répartition des risques entre les parties Une répartition appropriée des risques entre le gouvernement et son homologue du secteur privé est indispensable pour attirer les investisseurs privés. On peut distinguer les risques suivants: a) Les risques qui proviennent du domaine de l'administration ou, plus largement, des pouvoirs publics : il semble raisonnable que le concessionnaire ne puisse pas être affecté par des risques qui ont son origine dans l Administration (" ius variandi"). Si on vise à établir un cadre juridique qui garantit aux investisseurs une sécurité juridique suffisante (et juste ), la loi devrait préciser que le concessionnaire ne peut pas être affecté par les dangers créés par d'autres autorités et, plus généralement, par des pouvoirs publics (y compris donc le législateur et le risque réglementaire dans son ensemble) de sorte qu il serait nécessaire de proclamer clairement le droit à la pleine restauration de l'équilibre économique du contrat par rapport à ces risques, "la doctrine du factum principis". b) Le Risque d'expropriation, ou plus précisément, sa mauvaise gestion, a été un problème majeur pour certains grands projets de concession et il n est pas exagéré de dire qu'il a été un élément de méfiance pour le système de concession espagnol à l'étranger. A notre avis, il est clair qui s agit d un risque avec origine dans le domaine de l'administration et, par conséquent, ne doit pas et ne peut pas être transféré au concessionnaire, parce que: (i) Ce n est pas un risque lié à la construction, puis que l'expropriation ne fait pas partie de celle-ci, mais il s agit d une opération conceptuellement précédente. (ii) Le concessionnaire n'a pas le contrôle de la procédure d'expropriation ni de la fixation d'une indemnité équitable lorsqu'il n'y a pas d'accord avec des expropriés. Cette indemnisation est fixée par l'administration ou par les tribunaux lorsque la fixation faite par l Administration est déclarée contraire au droit. 4

5 Pour éliminer l'alarme que ce risque à soulever parmi les investisseurs et les financiers, il serait recommandable que la documentation contractuelle pour des futurs projets indique clairement l attribution à l Administration de la gestion du risque d expropriation. Ainsi, ces documents doivent clairement prévoir au moins: (i) le droit du concessionnaire à une indemnité pour les dépassements de coûts d'expropriation ; et (ii) l'inclusion des coûts réels de l expropriation au sein de l exigence de responsabilité patrimoniale de l'administration publique. c) Les conditions actuelles des marchés financiers ont octroyé une grande importance au risque de clôture (accord final) du financement. Actuellement il y a un certain risque qu une fois le contrat signé avec l Administration, le concessionnaire ne soit pas capable d obtenir le financement nécessaire, ou de le faire seulement dans des conditions qui modifient considérablement les estimations du plan économique et financier présenté au moment de l offre, ce qui peut produire un contrat économiquement non viable. On pourrait éviter ce problème de la manière suivante : (i) Que l Administration prenne en charge le risque de financement, au moins dans certains projets. (ii) En fixer parmi les conditions des appels d offre que la clôture (accord final) du financement aura lieu au moment de la signature du contrat. (iii) Prévoir que l'incapacité d'obtenir un financement pour des raisons indépendantes du concessionnaire soie considérée comme un motif de résiliation du contrat de concession. Dans ce cas, il y aura un remboursement de garanties au concessionnaire, une rémunération raisonnable au titre des travaux effectués GENERALISER LA PRATIQUE DE L'ARBITRAGE. L usage de un système de résolution de conflits rapide et efficace, serait un encouragement important pour l'investissement de fonds privés dans le financement de projets d infrastructure. 5

6 Conclusion finale Le besoin de définir plus clairement les modalités particulières de chaque contrat dans la documentation contractuelle. L inclusion de la perspective des fonds d investissements dans toutes les phases du contrat. L'importance de l'opinion des entreprises sur la scène de la conception du projet L'utilisation la plus efficace possible des procédures telles que le dialogue compétitif. La répartition et modulation plus réaliste et efficace des risques entre Administration et concessionnaire. Hector Aguirre Département Juridique SEOPAN

PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER

PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER PLANIFIER LA RELÈVE DU LEADERSHIP INFIRMIER Besoins Les infirmières d aujourd hui doivent planifier longtemps à l avance la nouvelle génération de chefs de file de la profession. C est d autant plus important

Plus en détail

ETUDE DE RÉGULATION LOTS 1 ET 2 ARREC. Meilleures pratiques contractuelles. 3 et 4 avril 2013

ETUDE DE RÉGULATION LOTS 1 ET 2 ARREC. Meilleures pratiques contractuelles. 3 et 4 avril 2013 ETUDE DE RÉGULATION LOTS 1 ET 2 ARREC Meilleures pratiques contractuelles 3 et 4 avril 2013 1 NOUS AVONS VU Introduction générale - principes des contrats d échange d électricité Rappel des dispositions

Plus en détail

LE CADRE STRATÉGIQUE DU SECTEUR DU BTP EN ESPAGNE. Juan-Pablo Martínez-Molina École nationale des ponts et chaussées

LE CADRE STRATÉGIQUE DU SECTEUR DU BTP EN ESPAGNE. Juan-Pablo Martínez-Molina École nationale des ponts et chaussées LE CADRE STRATÉGIQUE DU SECTEUR DU BTP EN ESPAGNE Juan-Pablo Martínez-Molina École nationale des ponts et chaussées Plan Origine, évolution et situation actuelle Les 6 «majors» Les stratégies des entreprises

Plus en détail

DROIT PUBLIC. Commission ouverte

DROIT PUBLIC. Commission ouverte Commission ouverte DROIT PUBLIC Responsables : Françoise SARTORIO et Gabriel BENESTY SOUS-COMMISSION OBSERVATOIRE L exigence de consultations juridiques et/ou cas pratiques divers lors de la remise d offres

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=-

Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- Rapport du président du jury Concours d entrée au cycle de formation des élèves-attachés d administration hospitalière Année 2011 -=-=-=-=-=- I- STATISTIQUES DU CONCOURS : 1-1 Nombre de postes, de candidats

Plus en détail

TETRALERT - ENTREPRISE RÉFORME ENVISAGÉE DE LA DIRECTIVE SUR LES DROITS DES ACTIONNAIRES

TETRALERT - ENTREPRISE RÉFORME ENVISAGÉE DE LA DIRECTIVE SUR LES DROITS DES ACTIONNAIRES TETRALERT - ENTREPRISE RÉFORME ENVISAGÉE DE LA DIRECTIVE SUR LES DROITS DES ACTIONNAIRES 1. Introduction 2. La directive 2007/36/CE Le 9 avril 2014, la Commission européenne a transmis au Parlement européen

Plus en détail

Partenariats public-privé (PPP) dans le secteur routier /

Partenariats public-privé (PPP) dans le secteur routier / Partenariats public-privé (PPP) dans le secteur routier / Peter Brocklebank, Directeur associé, LeighFisher Forum sur les politiques de transport en Afrique 11 décembre 2013 Plan de la présentation Objectifs

Plus en détail

CODE DES BONNES PRATIQUES POUR L INFORMATION, LA PARTICIPATION ET LA TRANSPARENCE DANS LA GOUVERNANCE DE L INTERNET

CODE DES BONNES PRATIQUES POUR L INFORMATION, LA PARTICIPATION ET LA TRANSPARENCE DANS LA GOUVERNANCE DE L INTERNET CODE DES BONNES PRATIQUES POUR L INFORMATION, LA PARTICIPATION ET LA TRANSPARENCE DANS LA GOUVERNANCE DE L INTERNET Version 1.1, juin 2010 1 1 Cette première version du Code a été formulée en 2009 et incorpore

Plus en détail

9798/15 der/er/ms 1 DGD 1C

9798/15 der/er/ms 1 DGD 1C Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 10 juin 2015 (OR. en) 9798/15 JAI 442 COSI 67 NOTE Origine: Destinataire: Objet: la présidence Conseil Projet de conclusions du Conseil sur la stratégie de sécurité

Plus en détail

Supprimer la dernière phrase

Supprimer la dernière phrase DECRET N 85-397 DU 3 AVRIL 1985 RELATIF A L'EXERCICE DU DROIT SYNDICAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Modifié par : - Décret n 85-1230 du 23 novembre 1985 (J.O. du 24 novembre 1985) ; - Décret

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS Bureau (N de Fax direct +41 22 730 57 85) Circulaire administrative CA/67 2 juin 1999 Aux Administrations des Etats Membres de l'uit et aux Membres du Secteur

Plus en détail

Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes

Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes L essentiel N 96 - MARCHES n 25 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 15 septembre 2015 ISSN 1769-4000 LOI MACRON Marchés passés par les concessionnaires d autoroutes Dans le cadre du plan de

Plus en détail

CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47

CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47 CHARTE DEONTOLOGIQUE etic 47 Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) et ses acteurs sur le lot et Garonne (47), sont souvent mal identifiés par les entreprises

Plus en détail

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement

Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement Directives concernant une définition statistique de l emploi dans le secteur de l environnement La dix neuvième conférence internationale des statisticiens(nes) du travail (CIST), Reconnaissant que la

Plus en détail

Consultation prébudgétaire de 2016

Consultation prébudgétaire de 2016 Consultation prébudgétaire de 2016 Priorités de l Association canadienne de l immeuble pour le budget fédéral de 2016 Monsieur le Ministre, L Association canadienne de l immeuble (ACI), qui représente

Plus en détail

INFRASTRUCTURES DE RECHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES (I.R.V.E.) Compétence exercée par le Syndicat d Energie de l Oise

INFRASTRUCTURES DE RECHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES (I.R.V.E.) Compétence exercée par le Syndicat d Energie de l Oise INFRASTRUCTURES DE RECHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES (I.R.V.E.) Compétence exercée par le Syndicat d Energie de l Oise CONDITIONS ADMINISTRATIVES, TECHNIQUES ET FINANCIERES

Plus en détail

Voir section historique si la case est cochée

Voir section historique si la case est cochée Page 1 sur 5 1. Objet Le but de la présente politique est de tracer les principes directeurs qui s'appliquent au placement des portefeuilles nominatifs et, par conséquent, de déterminer les modalités de

Plus en détail

Le transport et la distribution de la presse par La Poste (1) qu'il faut unir, mais sans les confondre avec les aides à la presse.

Le transport et la distribution de la presse par La Poste (1) qu'il faut unir, mais sans les confondre avec les aides à la presse. Le transport et la distribution de la presse par La Poste (1) La liberté d'écrire n'a de réalité que si elle est accompagnée de la liberté de lire. Concernant la presse, La Poste est l'opérateur, principal

Plus en détail

Politique relative aux achats et aux contrats. Date : 9 décembre BDC Politique relative aux achats et aux contrats 1

Politique relative aux achats et aux contrats. Date : 9 décembre BDC Politique relative aux achats et aux contrats 1 Politique relative aux achats et aux contrats Date : 9 décembre 2015 BDC Politique relative aux achats et aux contrats 1 TITRE POLITIQUE RELATIVE AUX ACHATS ET AUX CONTRATS APPROUVÉE PAR Conseil d Administration

Plus en détail

Responsabilité liée à la résiliation d une assurance complémentaire

Responsabilité liée à la résiliation d une assurance complémentaire Responsabilité liée à la résiliation d une assurance complémentaire Situation: Suite à la décision de l autorité tutélaire du 2.6.2010, un nouveau tuteur a été nommé pour une pupille. Le tuteur précédent

Plus en détail

Circulaire du 2 novembre 2010

Circulaire du 2 novembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTSF1024195C Circulaire du 2 novembre 2010 Relative aux modalités d accueil des élèves de l enseignement secondaire

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers

Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers La responsabilité de l intégrité et de l objectivité des états financiers ci-joints pour l

Plus en détail

LES OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT PRÉSENTÉES PAR LA NOUVELLE LOI SUR LES PPP

LES OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT PRÉSENTÉES PAR LA NOUVELLE LOI SUR LES PPP LES OPPORTUNITÉS D INVESTISSEMENT PRÉSENTÉES PAR LA NOUVELLE LOI SUR LES PPP ATEF MAJDOUB DIRECTEUR GENERAL DE L UNITÉ DE SUIVI DES CONCESSIONS Partenariat Tuniso-Allemand de l énergie 09-02-2016 Poids

Plus en détail

TRAVAIL SÉCURITAIRE NB PROFIL DU POSTE. Membre du conseil d administration Le 18 novembre 2010 TITRE DU POSTE : DATE D APPROBATION : AUTORITÉ

TRAVAIL SÉCURITAIRE NB PROFIL DU POSTE. Membre du conseil d administration Le 18 novembre 2010 TITRE DU POSTE : DATE D APPROBATION : AUTORITÉ TRAVAIL SÉCURITAIRE NB PROFIL DU POSTE TITRE DU POSTE : DATE D APPROBATION : Membre du conseil d administration Le 18 novembre 2010 TRAVAIL SÉCURITAIRE NB Travail sécuritaire NB est un organisme public

Plus en détail

«Les aspects de droit international privé et de règlement des différends liés aux accords transnationaux d entreprise»

«Les aspects de droit international privé et de règlement des différends liés aux accords transnationaux d entreprise» «Les aspects de droit international privé et de règlement des différends liés aux accords transnationaux d entreprise» Résumé de l étude finale (original en anglais) Aukje van Hoek & Frank Hendrickx Avec

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA RÉMUNÉRATION. HECLA MINING COMPANY 19 août 2014

CHARTE DU COMITÉ DE LA RÉMUNÉRATION. HECLA MINING COMPANY 19 août 2014 CHARTE DU COMITÉ DE LA RÉMUNÉRATION HECLA MINING COMPANY 19 août 2014 OBJET Le Comité de la rémunération (le «Comité») a pour principales fonctions (1) de s acquitter des responsabilités du Conseil d administration

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services

COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale Marché intérieur et Services POLITIQUE DES MARCHÉS PUBLICS FICHE EXPLICATIVE DIALOGUE COMPETITIF - DIRECTIVE CLASSIQUE 1 1. Introduction En réponse au constat que

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES PER20-DA PERSONNEL Supervision et évaluation de l enseignement

RECUEIL DES POLITIQUES PER20-DA PERSONNEL Supervision et évaluation de l enseignement RÉSOLUTION 226-00 154-04 262-07 Date d adoption : 4 juillet 2000, 29 juin 2004, 18 septembre 2007 En vigueur : 5 juillet 2000, 30 juin 2004, 19 septembre 2007 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES 1.

Plus en détail

QUESTION 92 A. Conditions de l'usage pour l'acquisition et le maintien de la marque enregistrée

QUESTION 92 A. Conditions de l'usage pour l'acquisition et le maintien de la marque enregistrée QUESTION 92 A Conditions de l'usage pour l'acquisition et le maintien de la marque enregistrée Annuaire 1988/II, pages 192-197 Comité Exécutif de Sydney, 10-15 avril 1988 Q92A QUESTION Q92A Conditions

Plus en détail

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président PARTENARIAT EUROMED DOC. DE SÉANCE N : 203/08 [FR] EN DATE DU : 03.07.2008 ORIGINE : GSC 7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008 Conclusions du Président La 7ème

Plus en détail

RECOURS COLLECTIF PORTANT SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES

RECOURS COLLECTIF PORTANT SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES RECOURS COLLECTIF PORTANT SUR LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES FULAWKA c. BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE AVIS D AUDITION EN VUE DE L APPROBATION DU RÈGLEMENT RÉVISÉ PROPOSÉ L AUDIENCE SUR L APPROBATION AURA LIEU

Plus en détail

Position de l ADC sur Le contrôle de l exposition aux rayons X en dentisterie

Position de l ADC sur Le contrôle de l exposition aux rayons X en dentisterie Le contrôle de l exposition aux rayons X en dentisterie Introduction Comme les normes régissant la construction et le fonctionnement des appareils de radiographie relèvent de l autorité du gouvernement

Plus en détail

LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE. Généralités Règles communes à toutes les délégations

LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE. Généralités Règles communes à toutes les délégations LES ARRÊTÉS de DÉLÉGATIONS de FONCTIONS et de SIGNATURES du MAIRE Fiche 2 Base réglementaire : (voir annexe fiche 2) Délégations aux adjoints et conseillers municipaux : o CGCT : article L. 2122-18 Délégations

Plus en détail

Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013

Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013 Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013 Bureau du vérificateur général du Canada N o de catalogue FA1-14/1-2013F-PDF

Plus en détail

La loi suisse sur le principe de la transparence dans l administration

La loi suisse sur le principe de la transparence dans l administration Reto Ammann Conseiller juridique auprès du Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) La loi suisse sur le principe de la transparence dans l administration L accès aux documents

Plus en détail

CAE INC. COMPOSITION ET RESPONSABILITÉS DU

CAE INC. COMPOSITION ET RESPONSABILITÉS DU COMPOSITION ET QUORUM Le comité des ressources humaines (le «comité») de CAE inc. (l «entreprise») doit comprendre au moins quatre administrateurs, dont l un doit être le président du comité. Tous les

Plus en détail

Initiative parlementaire Divorce sur demande unilatérale. Période de séparation

Initiative parlementaire Divorce sur demande unilatérale. Période de séparation ad 01.408 Initiative parlementaire Divorce sur demande unilatérale. Période de séparation Rapport de la Commission des affaires juridiques du Conseil national du 29 avril 2003 Avis du Conseil fédéral du

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION DES PARENTS D ÉLÈVES DE L ÉTABLISSEMENT LIBERTÉ

STATUTS DE L'ASSOCIATION DES PARENTS D ÉLÈVES DE L ÉTABLISSEMENT LIBERTÉ Association des Parents d'élèves de l Etablissement Liberté B.P. 910 Bamako MALI : 44.98.01.80 - : 44.98.01.97 : apeel@libertebko.org - : www.libertebko.org STATUTS DE L'ASSOCIATION DES PARENTS D ÉLÈVES

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE/RÉEXAMEN DE LA STRATÉGIE D'ENSEMBLE ET SITUATION GÉNÉRALE CONCERNANT LES PRIX UNESCO. Résumé

MISE EN ŒUVRE/RÉEXAMEN DE LA STRATÉGIE D'ENSEMBLE ET SITUATION GÉNÉRALE CONCERNANT LES PRIX UNESCO. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dixième session 190 EX/17 190 EX/17 PARIS, le 24 septembre 2012 Original anglais Point 17 de l'ordre du jour provisoire MISE EN ŒUVRE/RÉEXAMEN DE LA STRATÉGIE D'ENSEMBLE

Plus en détail

C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S

C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S 6 Le B.O. N 7 C A R R I È R E S J U R I D I Q U E S S O M M A I R E AVANT-PROPOS 1- Objectifs 2- Débouchés professionnels 3- Structure de la formation proposée 4- Organisation des études PROGRAMME A- MATIÈRES

Plus en détail

Conditions commerciales du service AFRIKPAY

Conditions commerciales du service AFRIKPAY Parc le repiquet, 3 ème étage immeuble SGBC B.P: 35439, Yaoundé-Cameroun Tél: (237) 33 01 51 07 Site web: www.afrikpay.com E-mail: contact@afrikpay.com Conditions commerciales du service AFRIKPAY 1. OBJET

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Objectifs MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Innovation, des Sciences

Plus en détail

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD).

1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1. DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR 1.1. La présente politique prend effet le (date établie avec l autorisation du CHD). 1.2. La présente politique remplace la Politique du CNRC relative aux conflits d intérêts

Plus en détail

Pratique de la Confédération en matière de gestion de la Poste, des CFF et de Swisscom

Pratique de la Confédération en matière de gestion de la Poste, des CFF et de Swisscom Pratique de la Confédération en matière de gestion de la Poste, des CFF et de Swisscom Rapport de la Commission de gestion du Conseil national du 8 mai 2012 2012-1243 7905 Index des abréviations AFF Administration

Plus en détail

Mettre ensemble tous les acteurs

Mettre ensemble tous les acteurs Mettre ensemble tous les acteurs Réponse à l Examen du soutien fédéral de la recherche-développement Ingénieurs Canada* Février 2011 *Ingénieurs Canada est le nom commercial utilisé par le Conseil canadien

Plus en détail

ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT CHEVRONNÉ

ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT CHEVRONNÉ DIRECTIVE ADMINISTRATIVE En vigueur le : 20 mai 2003 Domaine : PERSONNEL Révisée le : 16 mai 2012 ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT CHEVRONNÉ Au sein du Conseil scolaire catholique MonAvenir, la réussite

Plus en détail

Produit Hearth. Systèmes de Certification pour la sécurité & règles d'octroi, Le maintien, la certification extension, suspension et de retrait

Produit Hearth. Systèmes de Certification pour la sécurité & règles d'octroi, Le maintien, la certification extension, suspension et de retrait Produit Hearth Systèmes de Certification pour la sécurité & règles d'octroi, Le maintien, la certification extension, suspension et de retrait Aperçu OMNI-Test Laboratories, Inc (O-TL) évalue et certifie

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES INTERVALLE DE PLEINE CONCURRENCE JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur juridique et

Plus en détail

A. Le rôle de l avocat

A. Le rôle de l avocat Le harcèlement moral vise avant tout à détruire la victime et à lui ôter toute capacité de réaction. Isolée, discréditée, elle n aura souvent plus la capacité d agir. Emprisonnée dans un mécanisme de culpabilisation,

Plus en détail

Présentation des compléments apportés au DPG dans sa version du 22 décembre 2014

Présentation des compléments apportés au DPG dans sa version du 22 décembre 2014 MISE EN ŒUVRE DES TITRES I ET III DU DECRET N 2012-1246 RELATIF A LA GESTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE PUBLIQUE(GBCP) DANS LES ORGANISMES Dossier de prescriptions générales Présentation des compléments apportés

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE POLITIQUE SUR LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 16 FÉVRIER 2015 Politique sur la protection de la vie privée (adoptée 2015-02) Page 1 de 14 TABLE DES MATIÈRES TABLE

Plus en détail

CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE

CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA CONSERVATION DES ESPÈCES MIGRATRICES APPARTENANT À LA FAUNE SAUVAGE CONFÉRENCE DES PARTIES - CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS Introduction 1. Suite à la dixième

Plus en détail

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER SERVICE UNIQUE RESPONSABLE.. CONVENTION N Portant attribution d une subvention FEDER au titre du Programme

Plus en détail

Emissions de CO2 des véhicules légers

Emissions de CO2 des véhicules légers Projet No 85/2011-1 14 octobre 2011 Emissions de CO2 des véhicules légers Texte du projet Projet de loi portant exécution du règlement (UE) No 510/2011 du Parlement européen et du Conseil du 11 mai 2011

Plus en détail

ACCORD DU 13 JUIN 2012

ACCORD DU 13 JUIN 2012 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3212 Accords nationaux ENTREPRISES DE TRAVAIL TEMPORAIRE Personnels intérimaires

Plus en détail

Dates de l'approbation du Plan des Marchés par la Banque Pour Consultants 2

Dates de l'approbation du Plan des Marchés par la Banque Pour Consultants 2 Dates de l'approbation du des Marchés par la Banque Pour Consultants 2 Approbation initiale Mise-à-jour losure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized

Plus en détail

INSPECTION ACAD MIQUE DU NORD Division de la scolarité Bureau de la vie scolaire

INSPECTION ACAD MIQUE DU NORD Division de la scolarité Bureau de la vie scolaire INSPECTION ACAD MIQUE DU NORD Division de la scolarité Bureau de la vie scolaire Contrôle de l'assiduité des élèves soumis à l'obligation scolaire L'obligation scolaire "L'instruction est obligatoire pour

Plus en détail

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE

CCITT E.140 SERVICE TÉLÉPHONIQUE AVEC OPÉRATRICE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE MOBILE UNION INTERNATIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CCITT E.140 COMITÉ CONSULTATIF (08/92) INTERNATIONAL TÉLÉGRAPHIQUE ET TÉLÉPHONIQUE RÉSEAU TÉLÉPHONIQUE ET RNIS EXPLOITATION, NUMÉROTAGE, ACHEMINEMENT ET SERVICE

Plus en détail

Transition from the informal to the formal economy

Transition from the informal to the formal economy Transition from the informal to the formal economy La transition de l économie informelle vers l économie formelle Transición de la economía informal a la formal Transition MESURES INCITATIVES, from the

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA

GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA Mise en place en mai 2006 Révision en date du 31 mars 2012 telle qu adoptée par l

Plus en détail

Appel à concurrence pour le remplacement des luminaires des bureaux de l'immeuble fonctionnel de l'agence Principale de la BCEAO à Dakar

Appel à concurrence pour le remplacement des luminaires des bureaux de l'immeuble fonctionnel de l'agence Principale de la BCEAO à Dakar Direction Nationale pour le Sénégal Agence Principale de Dakar Service de l'administration et du Patrimoine Appel à concurrence pour le remplacement des luminaires des bureaux de l'immeuble fonctionnel

Plus en détail

Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016

Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016 Délégation de pouvoirs Rapport d audit final Rapport n o 22/16 30 mars 2016 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Distribution: Restreinte EB 2006/88/R septembre 2006 Original: Anglais Point 14 d) de l'ordre du jour Français

Distribution: Restreinte EB 2006/88/R septembre 2006 Original: Anglais Point 14 d) de l'ordre du jour Français Distribution: Restreinte EB 2006/88/R.32 14 septembre 2006 Original: Anglais Point 14 d) de l'ordre du jour Français a FIDA Conseil d administration Quatre-vingt-huitième session Rome, 13-14 septembre

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt

Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt Avis n 2016-004 du 13 janvier 2016 portant sur le projet d ordonnance relative aux gares routières et emplacements d arrêt L Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (ci-après l Autorité),

Plus en détail

Conclusions et Recommandations. Adoptées par la Commission spéciale

Conclusions et Recommandations. Adoptées par la Commission spéciale Commission spéciale sur le fonctionnement pratique de la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale (17-25 juin 2010) Conclusions

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet

La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet La distinction entre l accident du travail et l accident de trajet Accident du travail ou de trajet : la santé du salarié peut, du fait ou à l occasion de son travail, se trouver altérée. Il bénéficie

Plus en détail

Charte du contrôle de l ACP secteur assurance

Charte du contrôle de l ACP secteur assurance Juin 2010 Charte du contrôle de l ACP secteur assurance Instituée par l ordonnance n 2010-76 du 21 janvier 2010, l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) est une autorité administrative indépendante adossée

Plus en détail

NOTE GÉNÉRALE N

NOTE GÉNÉRALE N a NOTE GÉNÉRALE N 2017-79 Décision du 12 juin 2017 Décision n 2017-79 du 12 juin 2017 portant délégation de pouvoirs de la Présidente-Directrice générale de la RATP par intérim au Directeur du Département

Plus en détail

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 01/2009/CM/UEMOA PORTANT CODE DE TRANSPARENCE DANS LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES AU SEIN DE

Plus en détail

CAHIER DES DISPOSITIONS DE L'APPEL A CONCURRENCE

CAHIER DES DISPOSITIONS DE L'APPEL A CONCURRENCE Direction Nationale pour le Sénégal Agence Auxiliaire de Kaolack Appel à concurrence n K01-2017-02 pour la fourniture d'un véhicule blindé de type 4x4 à l'agence Auxiliaire de la BCEAO à Kaolack CAHIER

Plus en détail

EDPS - European Data Protection Supervisor CEPD - Contrôleur européen de la protection des données

EDPS - European Data Protection Supervisor CEPD - Contrôleur européen de la protection des données EDPS - European Data Protection Supervisor CEPD - Contrôleur européen de la protection des données Avis sur la notification d'un contrôle préalable reçue à propos du dossier "Manager Desktop" de la Banque

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2015

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2015 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2015 13 novembre

Plus en détail

PRESTATIONS D ACCUEIL PHYSIQUE & TELEPHONIQUE (Lot 1) ET PRESTATIONS D ASSISTANCE AUX SERVICES GENERAUX & GESTION COURRIER (Lot 2).

PRESTATIONS D ACCUEIL PHYSIQUE & TELEPHONIQUE (Lot 1) ET PRESTATIONS D ASSISTANCE AUX SERVICES GENERAUX & GESTION COURRIER (Lot 2). BANQUE DE DEVELOPPEMENT DU CONSEIL DE L EUROPE AVIS DE MARCHE --- APPEL A CANDIDATURES N CEB/HDS/GFS/2014/01 PRESTATIONS D ACCUEIL PHYSIQUE & TELEPHONIQUE (Lot 1) ET PRESTATIONS D ASSISTANCE AUX SERVICES

Plus en détail

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV)

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV) Comité de Protection des Personnes Catégorie de recherche : REGION I.. Numèro CPP de la recherche : Un protocole du promoteur x adresse., présenté par le Dr, Service de.., CHU de. N identification : 2015-..

Plus en détail

Modèle provisoire de classification FONCTION «GESTION IMMOBILIÈRE»

Modèle provisoire de classification FONCTION «GESTION IMMOBILIÈRE» Modèle provisoire de classification FONCTION «GESTION IMMOBILIÈRE» La présente structure modèle de classification des documents traite de la fonction «gestion immobilière», des étapes du processus opérationnel

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CTI(2)/L.1 Conseil économique et social Distr. : Limitée 11 avril 2011 Français Original : Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité du commerce

Plus en détail

"Services": les services définis sur le site Internet ou dans les présentes Conditions;

Services: les services définis sur le site Internet ou dans les présentes Conditions; Conditions générales services en ligne OBPI A. GENERALITES 1. Définitions Au sens des présentes conditions générales, on entend par : " Compte Mon OBPI": l environnement accessible pour les titulaires

Plus en détail

PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS

PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS La commande publique est en France l un des champs privilégiés d expérimentation de la dématérialisation des échanges, de l utilisation des procédés

Plus en détail

Projet de loi n o 70 Loi modifiant la Loi sur les mines

Projet de loi n o 70 Loi modifiant la Loi sur les mines Projet de loi n o 70 Loi modifiant la Loi sur les mines Présentation à l Assemblée nationale le 5 décembre 2013 Adoption le 9 décembre 2013 Sanction le 10 décembre 2013 FORUM RÉGIONAL 20 mars 2014 Plan

Plus en détail

CQP-ih Exploitant en restauration I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :...

CQP-ih Exploitant en restauration I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. Nom :... Prénom :. Adresse :... Code Postal :.. Ville :... Téléphone : Fax :... CQP-ih Exploitant en restauration I - IDENTIFICATION DU DEMANDEUR DOSSIER D EVALUATION pour la professionnalisation des salariés (hors contrat de professionnalisation) Nom :... Prénom : Adresse :......

Plus en détail

Catalogue de formation

Catalogue de formation Catalogue de formation Ce catalogue identifie toutes les capsules de formation disponibles. Annuellement, le comité directeur des approvisionnements recommande à la direction de SigmaSanté les priorités

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

Cour du travail de Bruxelles

Cour du travail de Bruxelles Numéro du répertoire Expédition Délivrée à 2014 / Date du prononcé 20 novembre 2014 Numéro du rôle le JGR 2014/AB/18 Cour du travail de Bruxelles huitième chambre Arrêt Cour du travail de Bruxelles 2014/AB/18

Plus en détail

Workshop on the Role of Public Private Partnerships for the Development of the Tourism

Workshop on the Role of Public Private Partnerships for the Development of the Tourism Workshop on the Role of Public Private Partnerships for the Development of the Tourism Partenariat public privé au Maroc Working Session 4: Tourism PPPs in Practice: Success Stories From the OIC. Ankara

Plus en détail

DÉCLARATION DE LA BARBADE. Nous, États participant à la Conférence mondiale sur le développement durable des petits États insulaires en développement,

DÉCLARATION DE LA BARBADE. Nous, États participant à la Conférence mondiale sur le développement durable des petits États insulaires en développement, DÉCLARATION DE LA BARBADE (downloaded from http://www.un.org on 31-07-2012) Nous, États participant à la Conférence mondiale sur le développement durable des petits États insulaires en développement, Réunis

Plus en détail

éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Déclaration d'helsinki de L'AMM - Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande, Juin 1964 et amendée

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PLANIFICATION ET PROPOSITION POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME DE PLANIFICATION POUR L INFRASTRUCTURE ROUTIÈRE

DIAGNOSTIC DE PLANIFICATION ET PROPOSITION POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME DE PLANIFICATION POUR L INFRASTRUCTURE ROUTIÈRE Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) DIAGNOSTIC DE PLANIFICATION ET PROPOSITION POUR LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME DE PLANIFICATION POUR L INFRASTRUCTURE ROUTIÈRE JUIN 2015

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE PREAMBULE Les Conseillers en Investissements Financiers (ci-après «CIF» ou «Conseillers») adhérents de l ACIFTE sont des personnes qui exercent, à titre principal, auprès d entreprises,

Plus en détail

ACCORD-CADRE RELATIF À L'ENVIRONNEMENT DU MERCOSUR

ACCORD-CADRE RELATIF À L'ENVIRONNEMENT DU MERCOSUR [TRANSLATION - TRADUCTION] ACCORD-CADRE RELATIF À L'ENVIRONNEMENT DU MERCOSUR PRÉAMBULE La République d'argentine, la République fédérative du Brésil, la République du Paraguay et la République orientale

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : IUT Evry Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Métiers du tourisme : commercialisation des produits touristiques Numéro d accréditation : 20150302 Régime : [FI/FA/FC]

Plus en détail

, AVIS À MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT

, AVIS À MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT , AVIS À MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Immeuble du Centre de commerce International d Abidjan CCIA Avenue Jean-Paul II 01 BP 1387, Abidjan 01 Côte d'ivoire Téléphone : +225

Plus en détail

BAROMÈTRE DE SATISFACTION INTERNE I N T E R P O L S Y N T H È S E S U C C I N C T E

BAROMÈTRE DE SATISFACTION INTERNE I N T E R P O L S Y N T H È S E S U C C I N C T E BAROMÈTRE DE SATISFACTION INTERNE I N T E R P O L S Y N T H È S E S U C C I N C T E P E O P L E V O X D É C E M B R E 2 0 1 3 RAPPEL DES OBJECTIFS Dans le cadre d une démarche d écoute et d amélioration

Plus en détail

CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM

CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM CHARTE POUR LE RECRUTEMENT ET LE SUIVI DES PERSONNELS CONTRACTUELS (CDD) A L INSERM Objectifs et champ d application de la charte L Inserm a souhaité se doter d une charte recensant les bonnes pratiques

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS ANNEXE 2015-CA619-04.08.02-R6676 CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS Adopté le 7 décembre 2015. Table des matières 1.0 Préambule... 1 2.0 Objectifs et portée... 1 2.1 Objectifs... 1 2.2 Portée...

Plus en détail

Aperçu des subventions

Aperçu des subventions Aperçu des subventions Loi sur la garde d enfants 31(1) Le ministre peut, sous réserve des règlements, autoriser l octroi de subventions : (b) aux individus qui tiennent des garderies collectives ou familiales

Plus en détail

Processus de vente. Déroulement et documents. Contenu

Processus de vente. Déroulement et documents. Contenu Déroulement et documents Le processus de vente est un déroulement clé dans une opération. Il est divisé en différentes étapes, qui seront accompagnées de divers documents. Contenu Vue d'ensemble du processus

Plus en détail