Hebdomadaire. méditer^. (Déclaration de Théo Lefèvre) Voir page 3 l'editorial d'andré Genot TOND ATS UR ANDRE RBNARD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hebdomadaire. méditer^. (Déclaration de Théo Lefèvre) Voir page 3 l'editorial d'andré Genot TOND ATS UR ANDRE RBNARD"

Transcription

1 TOND ATS UR ANDRE RBNARD Hebdomadaire 5' année N pages TELEPHONE (Liège)] (10 lignes) 55, rue de la Régence LIEGE C.C.P PRIX 3 FRANCS 1 L'Union fait la Force, mieux que ne pourrait la faire l'unité (Jules Désirée) méditer^. 15 H' (Déclaration de Théo Lefèvre) Voir page 3 l'editorial d'andré Genot

2 COMBAT PAGE 2 COMiAT PAGI 3 Au cours de mes notes précédentes, je crois avoir montré, par des extraits des bonnes feuilles électorales, ce que les trois partis traditionnels voudraient comme prochaine législature. En deux mots, rappelons les traits principaux :. Statut dégradant de minorité protégée pour la Wallonie.» Maintien de l'annexion des Fouron au Limbourg. Rejet du référendum, parce que TROP démocratique. < Pacte militaire visant à la croissance des dépenses militaires. ~ Politique des revenus. Maintien au travail des pensionnes. Armée de métier. «Relèvement assuré des pensions (de à fr.). Tout cela est, évidemment, le fruit des cogitation des faiseurs de programmes, qui ignorent les Wallons et leurs aspirations. Les diverses propagandes préélectorales ne manquent évidemment pas d'intérê, car on finit par se demander si ce ne sont pas les partis eux-mêmes qui se font des procès d'intention. Mais continuons nos lectures. Yves LANDEN. L'égalité pour les indépendants On connaît le thème qui a mobilisé avec efficacité le mouvement paysan : parité des revenus agricoles... Ce thème a été repris par les indépendants sous la.forme de parité sociale. Suivant les «auteurs» ou... les interlocuteurs, la parité sociale signifie l'égalité des avantages sociaux entre indépendants et salariés ou l'égalité de l'intervention budgétaire de l'etat dans les allocations de sécurité sociale. Ceci n'est pas très précis non plus. S'agit-il de calculer la somme globale, la somme par prestations ou la dépense par individu? Cette extraordinaire Imprécision joue d'ailleurs à l'avantage des indépendants on s'en doute tout comme l'imprécision à propos de la parité agricole a joué en faveur des agriculteurs.. Ce qui est plus extraordinaire encore c'est que les trois partis traditionnels promettent l'égalité «sociale» aux indépendants aucun de ces partis ne précise d'ailleurs ce qu'il entend par là ils affirment un. principe et puis ils passent à des propositions concrètes. C'est ainsi que le P. S. B. proclame : Egalisation progressive des avantages sociaux des indépendants vis-à-vis des salariés. A quoi le P. S. C. fait écho : // faut réaliser un véritable statut social des indépendants. Le P. L. P., de son côté, propose : Le plan d'égalisation sociale pour les travailleurs indépendants: Si la parité sociale à accorder aux indépendants était une chose si facile à définir, les trois partis devraient proposer les mêmes choses "concrètes..or, cç n'est pas ce.qu'ils font. Qui paiera? II est aisé de déclarer à la TV que les indépendants doivent jouir - des mêmes avantages sociaux que les assujettis. Toute subtilité mise à part, ce qui retient l'attention des travailleurs indépendants,, c'est la fixation en francs des avantages sociaux dont ils bénéficieront dans les années à venir. Il est aisé, comme tous les partis l'ont fait jusqu'à présent, de leur promettre du beurre alors qu'lis recevront peut-être du sirop. Pour toucher des allocations sociales identiques à celles des salariés et des appointés, il NOTES DE-LECTURE] (PRE-) ELECTORALES faut effectuer d'importants versements. Ceux réclamés aux indépendants sont de loin inférieurs à ceux réclamés aux assujettis. Dès lors, pourquoi se lancer dans la démagogie alors que la stricte honnêteté politique exige que l'on parle très clairement à toutes les couches sociales et plus particulièrement aux indépendants. Réduire la durée du travail? A cet égard, tous les partis s'affirment pour une augmentation des heures de loisirs, mais d'une façon très vague. Le P. S. B., comme on le sait, fait promesse cependant dans ses discours et pamphlets électoraux de nous accorder (mais pour quand?) la quatrième semaine de congé et les 40 heures hebdomadaires. Ce slogan avancé à plusieurs reprises par des orateurs du P. S. B. a quelque peu surpris. En réalité, le texte du programme électoral est beaucoup plus nuancé. Qu'on en juge! Au cours de la prochaine législature, le P. S. B. entend poser le problème de la réduction du temps de travail ainsi que celui de l'extension et de l'amélioration du régime des vacances annuelles. Sur le plan européen, le P. S. B. s'engage à soutenir le programme revendicatif de la C. /. 5. L. Durée du travail de 40 heures ~ Quatrième semaine de congé avec double pécule Garantie du salaire en cas de maladie, d'accident et d'invalidité. Quand Larock souligne parmi «les points qui portent» quarante heures de travail, quatrième semaine de congé, il joue sur la bonne foi des électeurs qui croient que le gouvernement peut réduire les heures de travail et décider de la quatrième semaine de congé, au même titre qu'il peut relever les traitements des agents de l'etat. Depuis quelques semaines nous avons attiré votre attention sur le M.P.W.'. Nous vous avons expliqué ce qu'est et ce que veut le M. P.W. Nous vous avons dit- brièvement ce que l'on. entend par fédéralisme. Aujourd'hui allons voir quelles sont les réformes que préconise le M.P.W. Le M.P.W. veut des réformes profondes : D'abord une planification de l'économie, car sans contrôle et direction des investissements, c'est la mort de la Wallonie. Il faut que les investissements soient faits en tenant compte des besoins des populations des régions et non.plus seulement, comme.c'est le cas actuelle-, ment, au gré des sociétés, financières qui- ne-. cherchent «que leur profit.à elles. Ensuite de contrôle des holdings : sans contrôle, les holdings continueront à exporter les capitaux en grande quantité dans les pays étrangers pour un profit plus grana qu'en Belgique, alors qu'en Wallonie nous avons un grand besoin d'investissements. ' -. De même, les sociétés financières continueront à peser lourdement sur tous les gouvernements qui dépendent-d'elles pour assurer l'équilibre financier. La nationalisation de l'énergie : parce que l'énergie coûte beaucoup trop cher en Belgique. En électricité, le prix du KwH est beaucoup trop élevé, les sociétés d'électricité réalisent de plantureux bénéfices. Pour ce qui est de l'énergie nucéalré, les installations productrices sont, financées pour une large part par les deniers publics. Mais quand ces usines tourneront ce seront les On se demande d'ailleurs à quoi servirai^. encore les syndicats si tel était le cas. Cette promesse est d'autant plus surprenant de la part du P. S. B. que dans le programme d'expansion accepté par le socia. liste Spinoy on recommandait explicitement de ne pas réduire la durée du travail. MAIS NOUS LES PRENDRONS Al) MOT. Et puisqu'ils nous ont promis quarante heures et quatre semaines de vacances, nous n'aurons de cesse que ces deux objectifs soient réalisés, rapidement, sans pour cela oublier a plus populaire des revendications ouvrières wallonnes, qu'aucun des trois partis nationaux n'a abordé, l'abaissement de l'âge de la pension! Des oublis... Aux métallurgistes d'athus Si aucun des trois partis traditionnels n'a abordé cette revendication populaire de l'abaissement de l'âge de la pension ils ont également oublié, comme par hasard un certain nombre de questions sur lesquelles nous voudrions pourtant bien connaître leur avis. La première de ces questions est, nous l'avons déjà dit, le problème du fédéralisme, du référendum d'initiative populaire, des Fourni et des lois linguistiques. Autre oubli assez curieux \. le Directoiie Charbonnier : qu'est-ce qu'il va devenir, et qu'est-ce que les partis proposent comme Plai de fermeture ou de maintien en activité des charbonnages wallons? Autre oubli curieux : quel sera la poli' tique à l'égard de la dénationalisation des chemins de fer? Le P. L. Pi lui au moinsest clair il est pour en passer le maximum au sectem privé. Le P. S. B., quant à lui, a soudain oublie que l'autoroute de Wallonie n'avait encore que 7 kilomètres. De même si le P. S. B. parle de renforcer la lutte contre la fraude fiscale, il ne nous dit pas ce qu'il entend par là. Ça serait pourtant bien intéressant. Depuis 4 ans qu'ils sont aui Finances, ils ont eu le temps d'y songer, non? capitalistes qui empocheront les bénéfices. : L'industrie du gaz et du pétrole doivent elles aussi être nationalisées car elles sont devenues d'utilité publique Enfin, un service national de Santé : la Wallonie est la région où le taux de mortalité est le plus élevé en Belgique. Seuls une médecine gratuite, des. soins gratuits dans.un service national de santé permettront un redressement de la situation. Les réformes de structurer sont nécessaires immédiatement. La faillite et la catastrophe pour les industries wallonnes peuvent sans doute être encore reculées pour quelque temps, mais tout délai signifie pour nos régions un déclin encore plus prononcé et.plus irréversible. Seules.lés réformes déstructuré peuvent assurer à là'-wallonie une nouvelle expansion. ' ' ' Nous'Venons de voir dans'lés grandes lignes les objectifs principaux du Mouvement Populaire Wallon.. ' Pour faire aboutir ces objectifs, il faut être groupé dans un mouvement puissant qui puisse faire pression sur tous lés milieux politiques et économiques. Et une nouvelle fois nous lançons un appel à ceux d'entre-vous qui ne sont pas encore membres du M.PiW.-de rejoindre notre mouvement. Pour ce faire, vous pouvez vous adresser aux membres du comité provisoire du M.P.W. section d'entreprise Cockerill-Athus. Ce comité provisoire, formé le 5 mai dernier, se compose comme suit : Président Audrit Joseph. Vice^présidents Bailleux Guy, Huet Roger, Venter Roger. Secrétaire ï'delcomune Robert. Trésorier : Janson Albert.... Membres : Bontemps Marcel Cuvelier Lamfoé Roland Simon Xavier Zimmer Jean. l EDITORIAL 11 semble bien que la campagne électorale aura été une des plus mornes que le" pays ait connues. Le P. S. B. et le P. S. C. se sont mis d'accord, à l'avance, en ce qui concerne la question essentielle, sur le dos de l'électeur. Le P. L. P. meurt d'envie de rentrer au gouvernement et sa pugnacité s'en ressent. L'idéal, les trois «traditionnels» en conviennent, est d'innover le moins possible. S'il n'y avait pas les lois Gilson, ce serait la parfaite idylle et le front sacré contre les mécontents. Mais cet armistice préélectoral à peine troublé par quelques coups bas, ne' doit pas faire perdre de vue la dégradation constante des relations entre les communautés, à l'heure où il est question d'un nouveau pacte constitutionnel. Cette dégradation résulte d'une évolution des rapports de force entre les partis et, au sein de chacun d'entre eux, entre leur composantes régionales. La droite flamande domine le lot. Elle s'enorgueillit d'une cohésion qui offre un contraste absolu avec les convulsions qui agitent l'aile wallonne du P. S. C. Elle domine, d'autant que faire se peut, ce parti. A tous les échelons, elle possède des hommes de valeur. Elle contrôle le Centre d'etudes avec Houben, la politique internationale avec Tindermans. De Saeger, son éminence grise, a longtemps surclassé son alter ego wallon, l'inconsistant Derbaix. Seghers est un syndicaliste d'une autre classe que le pâle Léon Servais. La prédominance du C. V. P. est telle qu'il a pu s'offrir le luxe de faire exécuter sa politique linguistique par un Gilson. Electoralement parlant, le P. S. C. flamand est en bonne posture. Il ne cache plus qu'il ait tiré le plus grand profit d'une révision de la loi fondamentale, prévue initialement pour donner, des «garanties» aux Wallons. Séparation radicale sur le plan culturel, unité intransigeante sur le plan économique, l'impérialisme flamingant peut se targuer d'un bulletin de victoire. Face à la Volksunie, le P. S. C. flamand a fait de la surenchère. Il réclame la scission complète du ministère de l'education Nationale. Il exalte l'appartenance à la grande Néerlande. Il ' entend imposer à Bruxelles sa conception du bilinguisme à une population francophone dans sa grande majorité. Par surcroît de précaution, il aligne sur ses listes électorales une brochette de flamingants notoires, tels Van Mechelen, professeur à l'université de Louvain et président de la ligue des familles nombreuses, à Turnhout Derine, du Vlaamse Volksbeweging à Anvers. Les tièdes suspects de complaisance envers les Wallons et les francophones ont été éjectés : un Van Buggenhout, un Gilles de Pélichy, un Orban. Ardente, dynamique, riche, soutenant à fond lés groupes de pression, la presse flamande de droite, l'emporte de loin, elle aussi, sur la presse On croyait bien ne plus devoir revenir, au lendemain de la guerre, sur la théorie de l'espace vital, si tragiquement illustrée par Hitler et ses séides. Que de fois, pourtant, chars, avions, canons ont porté la mort depuis IMS, au nom du droit sacré des peuples & disposer du sort des autres! Après d'autres, voici les Etats-Unis au banc des accusés. Le langage des armes relaie la diplomatie du dollar. Après l'échec contre Cuba, les troupes américaines interviennent directement au Viêt-nam et à Saint-Domingue. Le département d'etat se fait de dangereuses illusions s'il croit pouvoir figer, sur leurs positions actuelles, les rapports de force existant de par le monde. L'évolution des sociétés politiques est inéluctable et ce n'est pas la mitraille qui persuadera les peuples de s'en tenir à des institutions qui favorisent l'hégémonie mondiale des Etats-Unis. Les <( grands» doivent admettre, une fois pour toutes, que la supériorité militaire, financière et économique ne leur confère pas des privilèges régaliens sur les autres peuples. Les puissances, petites ou moyennes, se plient de bonne grâce aux exigences de l'interdépendance mais ils n'admettent pas que celle-ci, soit à sens unique, et qu'elle leur soit, au besoin, inculquée par la force. Point n'est besoin d'être gaulliste pour comprendre l'ampleur de la vague de réprobation dont les Etats-Unis sont l'objet. La note qu'ils auront à payer pour leurs interventions armées sera coûteuse. Là manière forte, au service de ce que l'on doit bien appeler l'impérialisme du dollar, leur aliénera bien des amitiés, et atteindra jusque dans ses fondements le réseau d'alliances mis sur pied par les Américains du Nord. Le néocolonialisme d'aujourd'hui ne vaut pas mieux que le colonialisme catholique wallonne, que la tournure des faits prend au dépourvu et qui croit habile de les minimiser, voire de les passer sous silence. L'aile wallonne du P. S. C, elle aussi, est prise de court par les événements. Les candidats se sont battus comme des naufragés sur un radeau. M. Harmel est un homme fini, aux dires mêmes de «La Relève». Dégoûté, M. Duvieusart s'en va. Des haines corses divisent les survivants, et les démocrates-chrétiens déclarent ouvertement qu'ils reverront, au lendemain du scrutin, leurs relations avec le P. S. C. L'homme fort du P. S. C. wallon? Le prétendu francophone Vanden Boeynants, chef de file du P. S. C. à Bruxelles, en compagnie du flamingant Van Cauwelaert... Si la faiblesse numérique des Wallons au sein du P. S. C. est une cause possible de leurs malheurs, il n'en va pas de même pour les socialistes wallons. La répartition des effectifs par région est mieux équilibrée au sein du P. S. B. L'impuissance des Wallons n'en est que plus significative. La revendication dû fédéralisme, le P. S. B. wallon n'a pas su la faire progresser d'un centimètre, bien au contraire on assiste dans ce milieu à un net recul en la matière. Flamands et Bruxellois ont étouffé le dialogue. Il suffit d'ailleurs de voir ce que devient, sous la plume d'un Pierson ou d'un Van Eynde, le point de vue wallon tout se ramène en fin de compte, à des appréhensions linguistiques. «La Libre Belgique» ne dit pas autre chose et il est navrant de voir combien la solidarité tant célébrée entre travailleurs wallons et flamands est réduite à sa plus simple expression. Les dirigeants flamands du P. S. B. ont opté, comme les catholiques wallons, pour le silence. La consigne rigoureusement respectée est de ne pas évoquer les difficultés de la Wallonie et les solutions préconisées par les travailleurs wallons pour y remédier. La Wallonie, pour eux, est une force d'appoint tout, juste bonne à jeter dans la balance pour prévenir ou désarmer les excès du cléricalisme flamingant. Quant aux dirigeants wallons du P. S. B., ils s'empêtrent dans les contradictions. Il y a quelques mois, ils vantaient encore les accords de la Table Ronde, qui devaient protéger les Wallons contre les abus de la majorité flamande. L'opinion étant de moins en moins dupe, les voici qui crient très haut et la révision de la Constitution n'est pas encore entamée!» que le fédéralisme est le seul régime convenable et que les arrangements qui seront imposés à l'électeur sont transitoires. Enfin, pour enlever à ce pénible aveu toute portée pratique, ils affirment qu'ils sont hostiles voyez les déclarations de Thône à Charleroi au référendum d'initiative par André GENOT populaire qui offre une issue légale à l'impasse actuelle! Comment voudrait-on qu'un citoyen sérieux attache dans ces conditions, le moindre prix aux déclarations de foi fédéralistes et routinières des représentants wallons du P. S. B.? Flamands et Bruxellois se contentent de faire la sourde oreille. Mais ils sont du côté du manche. Pendant que les Wallons, entre deux litanies fédéralistes, sont témoins du déclin économique de leur région. Le P. L. P. offrirait-il, au moins, en guise de compensation, le spectacle d'un parti où les Flamands sont mis au pas? La puissance de ce parti dans la région bruxelloise ne doit pas faire illusion. La marge de manœuvre de ce parti unitaire et dominé par les francophones est menue. Il ne remettra en question ni le clichagè de là frontière linguistique ni la suppression du recensement. A Ixelles, il a dû sacrifier un Janssens à l'ire de son aile flamande, pourtant très minoritaire. Son président refuse de faire droit purement ou simplement à la -volonté clairement exprimée des Fouronnais. Il se prononce pour l'extension de l'agglomération bruxelloise aux conditions de M. Gilson. Pour faire un geste en faveur des francophones des Flandres, il est prêt à soulever, à l'instar des Flamands les plus radicaux, le problème inexistant des minorités linguistiques en Wallonie. En un mot, c'est la droite flamande qui mène le jeu sur toute la ligne. Se réclamant, suivant les cas mais toujours selon son intérêt, de l'uni* tarisme ou du fédéralisme. Assuré de l'appui de la Cour et de la Banque, le puissant C. V. P. impose sans peine ses conditions aux deux autres partis dits traditionnels. Cette politique de démission portera ses fruits le 23 mai. Comme le Boerenbond, le P. S. C. flamand aura des sections en Wallonie. Le P. S. C* wallon ne fera plus le poids. Il n'évitera la déchéance qu'au prix d'un sursaut d'énergie* dont il paraît à présent dépourvu. Incapable de mettre ses actes en concordance avec ses principes d'action politique, le P. S. B. wallon ne pourra plus quel que soit le résultat du scrutin, affecter de mépriser ses concurrents qui auront mis à leur programme le fédéralisme et les réformes de structure. Les accords préfabriqués sur la révision de la Constitution ont été conclus dans une ambiance profondément détériorée. Le, moins qu'on puisse en dire est que la ratification de ces accords par la Constituante pourrait faire de la Belgique «l'homme malade» de l'ouest européen. j d'antan, mais les Etats-Unis s'y cramponnent parce qu'ils en* sont les grands bénéficiaires. L'anticommunisme n'est, chez eux, que la formulation nouvelle, modelée sur leurs intérêts, de la funeste, théorie de. l'espace vital. La brutalité avec laquelle ils l'appliquent provoquent des effets contraires à ceux qu'ils escomptent. Quand la démocratie s'inculque à coups de canons, il est inévitable que les démocrates de toute tendance se liguent contra d'aussi révoltantes méthodes d'enseignement. L'alliance atlantique était malade. L'interventionnisme américoiaf pourrait lui porter un coup mortel. Ce qui est plus grave, il risque da compromettre les essais de création de zones de désarmement régionales eth Europe, car on ne conçoit pas qu'us puissent aboutir si la guerre froide est en pleine recrudescence. Sans être le moins du monde concertées, les actions parallèles des courants «gaullistes» et celles des forces démocratiques et populaires pourraient remettre en question la politique surannée des blocs et desserrer le carcan qui enlève & l'europe toute liberté de mouvement. La loi de la jungle doit être abolie dans les rapports internationaux. Il y va du salut de l'humanité.

3 LA MARCHE DES IDEES I Théo Lefèvre, Premier ministre : «Aucun gouvernement n'a fait ' plus pour fa Flandre». (Discours de Dixmude, 29 avril) Banque de la Société Générale de, H r convient dé féliciter l'auteur pour avoir en si peu de mots exposé le grave problème qui se posé a de nombreux pays, dont hélas! le nôtre. Il est clair que l'action démagogique des dirigeants syndicaux et des politiciens qu'ils soutiennent, provoquera tôt ou tard la faillite de notre économie. Cela durera aussi longtemps qu'il restera quelque chose.desréservesaccumulées par les générations antérieures et la nôtre, mais, lorsque cellesci seront épuisées, ce sera le chaos. Naîtra vraisemblablement alors un régime autoritaire dirigé par les fauteurs dé cette situation. Les travailleurs verront alors s'abaisser de plus en plus leur niveau de vie, et disparaître une à une toutes leurs libertés..ils regretteront alors ce «régime' capitaliste» Qu ils vilipendent actuellement mais où ils pouvaient se syndiquer, se mettre en grève, rouspéter et vivre de mieux en mieux, mais ce sera trop tard : des chars, comme à Budapest, les mettront a la raison et les réduiront à l'esclavage. Messieurs, cette paraphrase de votre texte vous ne pouvez pas l'écrire et vous ne pouvez, publiquement prendre position à son sujet, mais il m'est encore.permis à moi, simple citoyen, de la prononcer. Et je le fais parce que c'est ce dont l'on devrait informer et convaincre ceux qui, de bonne loi, et mênie avec foi, suivent aveuglément des meneurs qui se servent d'eux pour des lins per- «onnelles. (Intervention d'un actionnaire à l'assemblée ordinaire) M, Neesen, directeur du Conseil économique du Limbourg L'expansion de cette province va de pair avec Pourquoi les trusts doivent baisser le prix de VOTRE électricité! Reddy Kilowatt, c'est le petit bonhomme électrique q ui est devenu le symbole publicitaire de l'électricité en Belgique. Acheté à prix d'or à une firme américaine, il n'est pas parvenu à faire baisser les prix de l'électricité belge au. niveau américain. Dans toute la propagande que les trusts d'électricité déversent sur le public, on parle toujours de la baisse du prix de l'électricité pour les consommateurs, depuis Et on ajoute quelque part en bas de page, qu'il s'agit du prix moyen. C'est là une véritable escroquerie. un mouvement démographique en hausse constante : de 1947 à nos jours, la population a augmenté de 30 pour-cent. Les perspectives en ce domaine sont très réjouissantes puisque 40 pourcent de la population n'ont pas encore atteint 20 ans 1 D'où l'intérêt particulièrement vif nourri par les Limbourgeois à l'endroit de l'avenir de leur vie économique. Pour 1970, on escompte que la province comptera une population de quelque âmes. Depuis I960,.jusqu'à la fin de 1964, le Limbourg a pu se réjouir de l'établissement, sur son territoire, de 60 nouvelles industries, ayant fourni nouveaux emplois et représentant un investissement global de quelque 10 milliards. Les deux tiers de ces entreprises sont américaines. A ce propos, l'orateur a souligné que les industriels et groupes belges ont boudé les possibilités qui leur étaient offertes au Limbourg et que l'intérêt a dû venir de l'étranger. (Conférence donnée. devant l'association! des Patrons catholiques d'anvers). < «Combat» (Paris) Une Asie entièrement «neutralisée», c'est-àdire perdue pour Washington, inquiéterait moins la Maison Blanche si elle était convaincue que sur d'autres secteurs le temps travaille pour les Etats- Unis. Mais ce n'est pas lé cas. Et le président Johnson est assez bon comptable pour s'en rendre compte en dressant le bilan des profits et pertes. L'Europe de même que l'afrique proclame vouloir suivre son propre chemin, l'amérique navigue donc vers la solitude. Mais plus les années passent et plus la conception de certains grands présidents, concernant une «forteresse Amérique» devient chimérique. '. «Le Drapeau Rouge» Le Parti communiste du Canada a défini clairement sa position. Il l'a fait plus particulièrement à son XVIIIe congrès national (Toronto, mars 1964) en posant nettement, directement la revendication d'une nouvelle Constitution, condition fondamentale d'une solution démocratique de la question nationale canadienne-française. Ce faisant, le congrès du Parti (qui a ses forces essentielles dans le Canada de langue anglaise seulement 8 délégués du Québec sur 161) a fait preuve d'un sens aigu de ses responsabilités et la position qu'il a prise est sans ambiguïté. Le problème avait été débattu largement déjà avant le congrès : un numéro spécial de < The Marxist Quarterly» (1963, n 7) y avait été consacré. Quelles sont donc les grandes lignes de la position adoptée : 1) Soutien total de la revendication de masse COMBAT PAGE Les électriciens ont obtenu d'instaurer le Tarif National Automatique, qui consiste à faire le prix du Kilowatt consommé de moins en moins cher au fur et à mesure qu'on consomme plus d'électricité. Si vous êtes «économiquement faible» et que donc vous consommez peu d'électricité, vous payerez - le Kilowatt 3 fr. 50 si vous êtes riche et que vous consommez beaucoup d'électricité, vous payerez 1 fr. 10 voire moins, votre Kilowatt d'électricité. C'est socialement scandaleux. Et la baisse du prix de l'électricité dont se vantent les électriciens, ce n'est rien d'autre (à peu de choses près) que la conséquence de l'augmentation de la consommation d'électricité. Et on ne vous parle pas des tarifs spéciaux pour les consommateurs industriels, artisans, etc.. En réalité, il faut renverser entièrement la vapeur dans ce domaine. Les petits consommateurs devraient pouvoir consommer de larges tranches d'électricité gratuitement ou presque. On a pu calculer que les considérables profits des trusts d'électricité, suffiraient à fournir gratuitement les premiers 20 kwh à tous les ménages belges. L'EQUIPE POUR UN PLAN POPULAIRE DE WALLONIE. d'une complète autodétermination 2) La nation canadienne-française doit posséder son propre Etat et régler entièrement ses propres affaires..,..,, r....,. 3) La solution la meilleure, la plus pacifique 'serait de rediscuter les termes de Vunioh èntte le Canada français et le Canada de langue anglaise sur un pied de totale égalité. Cette union est nécessaire pour mettre en échec les plans des Etats-Unis sur le Canada, assurer l'avenir des deux peuples, mais elle ne saurait être imposée au peuple canadien-français. L'omniprésence du capital et des investissements U.S., considérée comme une forme larvée de la colonisation, l'oncle Sam perd progressivement du terrain dans les pays latino-américains. Le M.O.C. du Centre Les militants du mouvement ouvrier chrétien de la région du Centre, réunis en conseil régional, ont publié un long communiqué dans lequel ils constatent notamment que le nombre d'emplois a encore diminué de au cours de la présente législature, qu'en outre, les prévisions.raisonnables laissent entrevoir une nouvelle chute de l'eniploi de quelque 4 à au cours 'des' prochaines années. Que de la sorte, quelque emplois industriels auront été perdus dans la région sur un total de et ce durant une période de dix ans. -. Ils refusent d'accepter de telles perspectives sans protester contre l'absence d'une politique évitant les dramatiques conséquences sur le plan social car certaines régions devront être décrétées régions économiquement sinistrées. En priorité, un plan, disposant d'une partie du revenu national, devrait leur être affecté. «Le Nouvel Observateur» (gauche française) Sous un gouvernement résolu, l'etat aurait tôt fait de briser cette «grève* en menaçant de se substituer aux grévistes récalcitrants et en créant ou en développant des entreprises publiques, pour prouver qu'il ne plaisante pas. Sous la Ve Képublique, rien de tel. * II faut réhabiliter le profit» (privé, bien entendu), affirme pour la seconde fois en trois mois l'hebdomadaire d'affaires déjà cité. Le ministre des Finances a entendu l'appel. Il compte mettre fin à la grève patronale en cédant progressivement aux «grévistes» et en relançant la Bourse. Mais qu'est-ce qui garantit que les investissements et les profits accrus s'achemineront là où ils sont socialement le plus nécessaires (et non pas là où ils sont les plus rentables à court terme?). * des patrons» COMBAT PAGE S ELECTIONS SYNDICALES INDUSTRIES DU ZINC Travailleurs de l'industrie de la production des métaux non-ferreux Vous avez longtemps été considérés comme étant des travailleurs de seconde catégorie. Vos conditions de vie et de travail sont difficiles étant donné le caractère particulier do votre industrie. La Fédération Syndicale des Métallurgistes de la Province de Liège a toujours lutté pour changer cet état de choses. Les objectifs qu'elle s'est assigné sont : amélioration des condition* de travail et de rémunérations et garantie de l'emploi amélioration de la Sécurité dans les domaines de la santé forte délégation syndicale pour réaliser la défense permanente de vos intérêts. Aujourd'hui, à la demande de notre Fédération, vous êtes appelés à voter pour la désignation de vos délégués d'entreprise. Nous devons vous exposer le bilan des réalisations qui sont intervenues ces derniers jours. CONDITIONS DE TRAVAIL : Rémunération et emploi 1. Salaires : dans l'ensemble augmentation de 2,50 fr. à l'heure, moyenne et indirecte. 2. Prime de fin d'année : + 20 % Vieille Montagne. A Prayon : transformation du système de prime pour égaliser avec Vieille-Montagne. 3. INSTAURATION DEFINITIVE DE LA PRIME DE PAUSE. Cette revendication était vieille de 20 ans c'est par l'effort syndical opiniâtre qu'elle a été satisfaite.. 4. Ii'EMPliOI EST GARANTI. Les conventions existantes depuis un an, viennent d'être améliorées. Voir le cas du transfert des travailleurs de Hollogne à Flône qui est réalisé sans perte d'avantages. SECURITE DES POUR LA SANTE TRAVAILLEURS Lors de l'accident survenu à Prayon et qui a entraîné la mort du Camarade NIZET, la Fédération Syndicale des Métallurgistes a pris résolument la décision de changer radicalement la situation. La conclusion d'une Convention est faite qui permet une refonte complète des services de soins à l'entreprise, qui permet la désignation et par conséquent la résiliation de tous médecins qui seraient défaillants. Cette Convention est en avance sur tout ce qui existe dans la législation sociale. On ne connaît pas d'exemple où le principe <lu Libre Choix du travailleur, quant à la personne appelée à lui donner des' soins, ait été tranché dans un sens aussi favorable à l'esprit de défense de la Sécurité de la Santé du Travailleur. Cette Convention, nous l'avons écrit publiquement, est une victoire que la Fédération Syndicale des Métallurgistes a obtenue sur l'appui donné par la grève spontanée des ouvriers de Prayon. Elle sera certainement élargie à toutes les entreprises non seulement des non-ferreux, mais de toutes les industries. Il nous plaît de reconnaître, même en cette période électorale syndicale que l'unité d'action des deux syndicats a aidé à la solution. Notre Fédération s'est assignée de faire, vous le savez, l'unité des travailleurs, il faut donc l'aider à atteindre cet objectif en la renforçant au travers des élections syndicales. Nous voulons terminer cet appel en soulignant que l'action continue sur le plan national. Des revendications plus générales y sont déposées. Il s'agit de : une meilleure réparation du préjudice subi par examen rétroactif quand les prix augmentent par une révision de la Convention liant les salaires â l'évolution de l'index des prix de détail de la réduction du temps de travail particulièrement justifiée dans l'industrie du zinc de la réalisation du double pécule pour la 3 semaine de vacances de l'octroi d'un avantage réservé aux seuls syndiqués, ce qui vient d'être réalisé dans les autres secteurs de la métallurgie c'est là une réforme qui apporte un avantage direct et affirme la force représentative du syndicat de l'élaboration de nouvelles et meilleures conventions concernant les jeunes, particulièrement dans le domaine des rémunérations. Travailleurs des métaux non-ferreux, votre délégation syndicale doit être forte. La Fédération Syndicale des Métallurgistes ' présente à vos suffrages des hommes sélectionnés pour leur expérience, leur caractère, leur compétence, leur âge et le dévouement nécessaire. Nous vous demandons de porter vos suffrages sur nos listes, sur le N 3. C'est en toute confiance que nous attendons votre verdict. Vous aurez à cœur de désigner les candidats de la LISTE N" 3 parce que vous savez que vos intérêts, vos espoirs seront mieux servis. Raymond LATIN, Secrétaire général, Fédération Syndicale des Métallurgiste» de la Province de Liège. Pour un syndicalisme de combat dans la ligne tracée par le grand leader disparu André Renard Votez 3 ". G. B. POUR LA CAMPAGNE ELECTORALE La période électorale dans laquelle nous entrons Impose aux militants wallons des tâches spéciales. Leur courage et leur ardeur doivent être mis à contribution. Car il ne. s'agit pas seulement de renouveler le Parlement et d'essayer d'en.modifier la composition, mais de profiter des circonstances pour affirmer davantage la volonté. et les sentiments du peuple wallon. Renouveler le Parlement II va de soi qu'il y a peu d'espoir d'obtenir de grands changements à cet égard. La machine politique belge est trop bien tenue par les comitards et les appareils des partis et le système électoral est trop favorable aux. listes préfabriquées pour espérer voir un nettoyage analogue à ce qui se passe dans les grandes démocraties à scrutin uninominal comme les Etats-Unis ou l'angleterre, lorsque le peuple veut renverser la vapeur. Cela ne veut pas dire qu'il ne faille pas faire tout son possible pour accumuler des voix sur le nom des candidats les moins suspects ou les plus attachés à nos idées. L'important est que les politiciens traditionnels sentent que les électeurs de Wallonie veulent une politique wallonne, c'est-à-dire tout ce qui rapproche du fédéralisme, des réformes de structure et tout ce qui peut barrer la route & l'impérialisme flamingant. Questions auxquelles les candidats doivent répondre L'électeur de 1965 ne doit pas être passif. Il ne suffit pas de bien voter, il faut participer à l'information de l'opinion publique et obliger les candidats a prendre nettement position sur toute une série de questions. La démocratie commande que le candidat ne se borne pas à exposer un programme, mais aussi qu'il réponde aux questions et aux objections de ceux dont il sollicite le suffrage. Si, au cours des meetings des candidats traditionnels, on pose certaines questions précises, on provoquera des prises de position de ceux-ci et, si l'on arrive à leur faire sentir que la salle approuve ces questions, les futurs élus sortiront des meetings, convaincus que les électeurs ne sont pas indifférents aux questions wallonnes. Il en restera quelque chose lorsqu'ils seront au Parlement. Les questions à poser sont nombreuses. Prenons-en une en exemple, la plus embarrassante : «Voterez-vous le retour des Fouron a la province de Liège?» Question à poser, à répéter, à expliquer è, la salle, et propre à mettre à nu la sincérité des candidats. C'est le genre de questions accessibles à la masse parce' qu'elles sont simples et soulèvent l'esprit de justice. Dans lé cas présent 'les électeurs sont sensibilisés sur l'intolérance avec laquelle le régime unitaire opprime quelques villages qui ont démocratiquement et incontestablement marqué leur volonté de rester du côté wallon. Mais combien d'autres questions peuvent à la fois provoquer des prises de position des candidats, sur lesquelles il- leur' sera difficile rte revenir plus tard et leur montrer que lés électeurs -sont soucieux des- intérêts wanoiùs I Questions qui permettent en même temps d'alerter les auditeurs de nos régions. Les fermetures de charbonnages sans reconversion correspon- ' dante, la liaison Escaut-Rhin,et là menace' pour nos sites ardennais, les lois Gilson à Bruxelles, la seconde langue dans l'enseignement, la route de Wallonie, la démographie déficiente et, s'il s'agit de meetings socialistes, les réformes de structure toujours promises et jamais réalisées, la reconnaissance de la Chine, la loi sur le maintien de l'ordre sont autant de points-tests sur lesquels il faut que les candidats s'expliquent et qui doivent être rappelés aux personnes qui les écoutent. ', Si' enfin, l'orateur a été ministre dans le gouvernement Lefèvre-Spaak, c'est sur l'action de ce gouvernement au point de vue,wallon qu'il faut insister afin que,.m aussi, se rende compte que nos revendications ne sont pas l'affaire 'de quelques groupes minoritaires, mais la volonté de tout un peuple résolu à retrouver les communautés qui lui,,ont été enlevées et à établir chez lui la plus large autonomie, de telle sorte qu'il, puisse réaliser, les réformes de struc» ture nécessaires à son expansion et à son progrès culturel et social. LÉ GRIGNOUX.

4 COMBAT PAGE 6 COMBAT PAGE 7. F.G.T.B. Au mois d'avril, l'index a dépassé le niveau de 123, puisqu'il atteint 123,1 contre 122,91 en mars, soit une hausse de 0,2 point. Chacun a encore en mémoire le Congrès du S février dernier au cours duquel les Jeunesses syndicales qui regroupent depuis lors les jeunes ouvriers et les jeunes employés des entreprises métallurgiques ont pris un nouveau départ. Nouveau départ disons-nous car, depuis 3 mois, les Jeunesses syndicales ont développé considérablement leurs activités. Pour mieux connaître celles-ci, nous avons interrogé Léonard Pirard qui, de tout temps, s'est préoccupé de l'accueil et de la formation des jeunes. Depuis le Congrès de février, des conseils de jeunes ont été installés dans plusieurs entreprises, notamment à la F.N., à Cockerill-Ougréc et chez Lauffer. Les conseils de jeunes, rappelons-le, sont destinés à remplacer les commissions de jeunes dont le rôle n'était que consultatif. Les conseils de jeunes reçoivent toute la documentation nécessaire concernant le problème des jeunes, leurs avis sont soumis à une assemblée générale des jeunes et les propositions qui en résultent sont étudiées au sein du Comité d'usine. Avec l'appui de la Fédération syndicale des Métallurgistes, des cahiers de revendications spécifiquement «jeunes» ont été déposés et, dès à présent, certains avantages nouveaux ont déjà été acquis. A la F.N. notamment, la direction a accepté d'octroyer des crédits d'heures aux jeunes travailleurs qui suivent des cours du soir. Rencontre de jeunes II faut songer Le samedi 10 avril, une vingtaine de jeunes métallos ont participé à la Marche Antiatomique organisée à Aix-la-Chapelle. Le l r mai, les Jeunesses syndicales ont reçu 30 jeunes métallurgistes de l'i.g.metall (D.G.B. Allemagne). Ceux-ci ont participé au Festival International du Travail organisé au Marché couvert de Droixhe. Dimanche 2 mai, les camarades G. Mathot, président du Bureau des Jeunesse syndicales et J. Dupont, délégué «Jeunes» de la F.N., sont partis pour Berlin-Est où ils ont participé à un colloque international sur la paix. En collaboration avec la Fédération des Métallurgistes, un camp permanent sera installé à Melreux entre le 10 et le 30 juillet. Les jeunes pourront y loger sous tentes et prendre les repas à l'hôtel. Le coût (frais de transport compris) s'élèvera à environ 100 francs par jour.. Signalons encore qu'il est dans l'intention des Jeunesses syndicales d'organiser, à l'automne, un colloque international sur la paix et, à plus brève échéance, un week-end d'études destiné aux membres du Comité exécutif. Enfin, en collaboration avec les Cadets, des séances de ciné-club seront organisées à Herstal. LA NAISSANCE DE «TRAIT D'UNION» C'est maintenant chose faite, les Jeunesses syndicales ont, elles aussi, leur organe de presse LEGISLATION 1) Vacances des employés débutants Les jeunes employés qui ont quitté l'école en ont droit à des vacances et a un pécule supplémentaire, calculés proportionnellement aux jours ouvrables situés entre le. 1 er janvier 1964 et la date de leur entrée en service. Ces jeunes qui prennent ces vacances supplémentaires bénéficient de lçur rémunération normale et d'un supplément égal, par mois assimilé & 1/24* de leur rémunération. Ces avantages sont subordonnés aux conditions suivantes ': " ' ' '" " être âgé de moins de 21 ans à la fin de 1964 être entré au travail (et déjà soumis à la sécurité sociale) au plus tard le dernier jour ouvrable de la période de quatre mois qui suit la date à laquelle ils ont quitté l'école (cet établissement doit être reconnu par les caisses d'allocations familiales). ^ Des dispositions semblables existent pour les jeunes ouvriers (ainsi que pour les jeunes employés ou ouvriers-apprentis). 2) L'A.M.1. et les voyages à l'étranger Si vous partez en vacances dans un pays du' Marché commun (Allemagne, France, Hollande,. Italie, Luxembourg), munissez-vous d'un document prouvant votre assujettissement à l'am.i. :. Ce document appelé c formulaire E. 6» peut Vous servir, en cas,de mala.die ou. d'accident pendant votre séjour dans ce pays, à obtenir un remboursement sur les frais encourus. Pour obtenir ce document, il suffit de le demander à votre mutualité, en présentant votre carnet de membre et en communiquant l'adresse exacte du lieu de séjour pu vous vous rendez. Le formulaire E. 6 doit être présenté à l'organisme compétent du lieu de séjour pour y obtenir les prestations prévues par les dispositions : qui paraît tous les mois (imprimé, 4 pages). Le Comité de rédaction qui se réunit chaque samedi est composé comme suit : L. Bleus (F.N.), C. Body (F.N.), L. D'Ascento (F.N.), J. Dupont (F.N.), Ch. Etoffe (Ateliers de la Meuse), Hanosset (Cockerill-Ougrée), Serge Henrard (Tubes de la Meuse), G. Maka (A.C.E.C), M. Massay (Sctca), G. Mathot (Bureau Exécutif) et L. Pirard (Bureau Exécutif). Représentation des jeunes Un Bureau Exécutif a été élu avec G. Mathot comme président, L. Pirard comme secrétaire et J. Dupont comme trésorier. Les «Jeunes» seront désormais représentés au Comité provincial des Métallurgistes par ('intermédiaires des camarades J. Dupont, S. Henrard, G. Hanosset, C. Doffe et G. Maka. La représentation des jeunes au Comité régional de la F.G.T.B. a également été confirmée. J. Dupont et G. Mathot assureront cette représentation. Les désignations pour le Conseil provincial des jeunes se feront d'ici peu. JEUNES! VOTRE AFFILIATION VOUS DONNE DES DROITS MAIS VOUS IMPOSE AUSSI DES DEVOIRS Collaborer activement à l'une ou l'autre branche du mouvement des Jeunesses syndicales. Lire la presse syndicale et en divulguer la teneur parmi les jeunes compagnons de travail. Se faire un devoir d'assister aux réunions syndicales. Porter toujours l'insigne. Recruter sans cesse de nouveaux membres. Payer régulièrement la cotisation. Pouvoir répondre loyalement et franchement de ses actes, en toutes circonstances. Placer toujours l'intérêt général au-dessus de l'intérêt particulier. Ne pas faire à autrui ce que nous redouterions qu'on nous fît. Soutenir d'une manière efficace notre mouvement syndical. (Extrait, de,, la carte d'affiliation remise..à., chaque membre des Jeunesses-syndicales.) '' légales de ce pays, soit avec les pièces justificatives, si vous avez dû payer directement, soit pour accomplir les formalités nécessaires. En cas de maladie, vous prévenez votre organisme compétent et fournissez un certificat d'incapacité de travail détaillé, en même temps que le formulaire E. 6. L'organisme en question avertira le médecinconseil de votre mutualité qui fixera la période reconnue et vous la communiquera. En cas de prolongation de maladie, un nouveau certificat devra être établi afin de procéder aux mêmes formalités. Si par hasard l'organisme, compétent refusait d'intervenir,,.il faudrait, verser les pièces justificatives à votre mutuelle. Celle-ci réclamera le remboursement à l'organisme compétent. 3) Allocation familiale de vacances Le c Moniteur. Belge»- du vendredi 23 avril 1965, publie une loi et un arrêté royal qui concernent l'octroi de l'allocation familiale de vacances. Désormais, lès allocations familiales de vacances seront payées sur la base de celles qui ont été payées au mois d'avril de l'année en cours et non plus sur la base des allocations payées durant l'année civile précédente. Cette année, le montant des allocations familiales de vacances sera donc égal au montant des allocations familiales perçu en avril Toutefois, en ce qui concerne les orphelins et les enfants d'invalides, le taux majoré spécial qui leur est accordé ne rentrera pas en ligne de compte pour le calcul du montant des allocations familiales 4e vacances.. Supposons un invalide, père de trois enfants. : le montant de l'allocation familiale de vac fices auquel il a droit sera égal au montant de l'allocation familiale qui lui aurait été payée en avril de l'année 1965 s'il n'avait pas été invalidé (taux ordinaire pour une famille de trois enfants, en tenant compte des suppléments éventuels selon l'âge). la hausse des produits alimentaires Comme les mois précédents les prix des produits alimentaires restent orientés à la hausse. Les prix du riz ont continué à augmenter à la suite des impôts indirects supplémentaires que le Marché commun a instaurés sur cette denrée. Les prix de la viande de bœuf ont encore légèrement augmenté. Le saumon, lui aussi, a fait un petit saut en avant de même que les sardines. L'huile, qui est en hausse depuis plusieurs mois, a progressé à nouveau. A la suite de.l'augmentation de 0,20 fr. au litre de lait accordée par le gouvernement contre l'avis unanime de la Commission des Prix, les prix du lait sont en hausse de 3,5 points. Pour ne pas rester en arrière les producteurs de lait en boîte ont également augmenté leurs prix. Autre conséquence désagréable pour les consommateurs de la hausse des prix du lait : pas de baisse saisonnière du prix du beurre. Chaque année, à pareille époque, on enregistrait une baisse sensible des prix du beurre. Rien à espérer de semblable cette année : les beurres continuent à se vendre de 110 à 120 fr. le kilo comme en plein hiver. Il y a aussi une légère hausse pour les prix des œufs et des pommes de terre, des bananes et des oranges, des confitures et du chocolat. Pour se consoler les ménagères ne peuvent que pointer une baisse des viandes de porc. Mais comme, malgré la baisse, les côtelettes se vendent encore de 90 à 110 fr. suivant les boucheries, les ménagères trouveront que la consolation est bien maigre. Hausse du textile et baisse du charbon Le textile et le charbon sont deux secteurs actuellement durement touchés par le tassement conjoncturel. Leurs prix varient cependant de façon toute différente. Les prix des charbons enregistrent une baisse à la suite de l'application des primes d'été. Les charbonniers tentent d'accélérer la vente de leurs stocks et de remédier à l'actuelle mévente en accordant dès maintenant des primes d'été. Par contre, s'il y a mévente et accumulation de stocks dans le- secteur textile, où le chômage a fait sa réapparition, cela n'empêche nullement les prix de monter. Les prix de presque tous les produits textiles figurant à l'index sont en hausse, de même pour les chaussures et le ressemelage. On enregistre également une hausse pour les savons, dur ou mou. Les prix du gaz sont également en hausse de même que ceux de l'électricité. Pour' les ser r vices on note là hausse des tarifs des" coiffeurs et des cinémas.. Et 9a réadaptation des barèmes fiscaux? Au début de l'année les barèmes fiscaux ont été réadaptés à l'index 121. Les deux ministres des Finances savaient très bien qu'en 1965 l'index se situerait sensiblement au-dessus de 121 mais ils se sont obstinément refusé à réadapter les barèmes fiscaux en conséquence. Dès le mois de janvier l'index dépassait largement 121 puisqu'il atteignait 122,51. Voici qu'il atteint 123,11 dès le début du premier trimestre Pendant toute l'année 1965 les travailleurs vont devoir payer des impôts supplémentaires résultant de la. réadaptation de.leurs salaires à la hausse de l'index..ces hausses d'impôts sur un salaire dont lé pouvoir d'achat n'a pas, aug-. mente sont, particulièrement injustes Les ministres des Finances auraient pu les Tenir l'index a l'œil éviter en réadaptant les barèmes fiscaux à l'index 125 dès janvier ou en acceptant une liaison automatique des barèmes fiscaux à l'index. Ils ne l'ont pas voulu : cela risque de coûter plus d'un demi-milliard de francs aux travailleurs. Alerte aux agents des services publics et aux allocataires sociaux Les traitements de quelque agents des services publics et les allocations de deux millions d'allocataires sociaux (dont des centaines de milliers de pensionnés) seront augmentés de 2,5 % quand l'index atteindra 123,75 pendant deux mois consécutifs. On sait que chaque fois que l'index approche du.taux.-, pivot qui > intéresse les agents* des services publics et les allocataires sociaux-, le ministre des Affaires économiques fait pression sur l'index. «Combat», dans son numéro du 15 janvier 1965, a publié un graphique montrant de façon irréfutable que l'index était freiné par. «une main mystérieuse» chaque fois qu'il s'approche de ce taux pivot. Le graphique basé,-sur. les chiffres officiels de l'index était à ce point irréfutable que toute la presse gouvernementale l'a passé sous silence et que le ministre, mis en cause, n'a même pas osé le contester quand il a parlé à la T.V. la semaine suivante. il y a quelques mois le ministre des Affaires Economiques a pris un arrêté bloquant le prix du riz. Cet arrêté n'a pas encore arrêté la hausse du prix du riz car il prévoyait que les prix de cette denrée pouvaient être majorés des 2,50 fr. d'impôts indirects supplémentaires instaurés par le Marché Commun. Le moment est proche cependant où l'arrêté bloquera en fait les prix du riz tout juste au moment où l'index approche du taux pivot intéressant les agents des services publics et les allocataires sociaux. Il faut reconnaître que le ministre des Affaires Economiques a bien calculé, pour freiner l'index juste au moment qu'il juge opportun en prenant un arrêté plusieurs mois à l'avance. Les agents des services publics et les allocataires sociaux doivent être, dès maintenant, en état d'alerte : au cours des prochaines semaines ou des prochains mois l'actuel ministre des Affaires Economiques, ou son successeur, mettra tout en œuvre pour retarder le moment où l'index atteindra le cap de 123,75. On sait, dès maintenant, qu'au ministère des Affaires Economiques il a été décidé de retarder la hausse de certains produits jusqu'au moment où l'index aura franchi le cap des 123,75. Une fois les 123,75 atteints, on laissera filer les prix et l'index fera un nouveau bond en avant suivant une vieille technique qui a déjà coûté des centaines de millions aux agents des services publics et aux allocataires sociaux. A. a... «L'index étant proche des 123,75, taux qui intéresse lés agents des services' publics et lès allocataires sociaux, le, ministre des Affaires économiques s'efforce de le freiner au maximum...»

5 f " «Au-delà de nos personnes, je formule le vœu que soient combattus avec beaucoup plus de vigueur que hier, les fauteurs de l'entreprise destructrice de notre unité nationale. Leur impudence se renforce dans la mesure où se prolongent la passivité de la cohorte des braves gens et l'insuffisante réaction de ceux qui détiennent le pouvoir de les clouer au pilori». Les vœux de bonne année du patronat au M.P.W. : VELTER, le grand patron de Fabrimétal dans le «Bulletin de Fabrimétal» 28 décembre Les travailleurs connaissent le patronat mieux que quiconque. Les plus beaux discours sur le rôle exaltant de meneur d'hommes et de capitaine d'industries sont inutiles lorsqu'on a quotidiennement l'expérience de l'injustice de l'autorité patronale. Pourtant, il est bon, de temps en temps, d'aller voir chez ceux que nous combattons, ce qu'ils pensent d'eux-mêmes et ce qu'ils pensent des travailleurs. La mentalité ouvrière est déplorable Je l'entends encore, je le vois encore le grand bourgeois attablé à la terrasse du Métropole : «Mais non. Monsieur, les patrons d'aujourd'hui ne sont plus les esclavagistes du XIX e siècle. Aujourd'hui, tout le monde est sur le même pied, patrons et ouvriers collaborent la main dans la main et se respectent mutuellement.»? Je suis parti, hors de moi, songeant au cas de Pierre, pensionné à 35 ans pour cause de silicose au cas de Jacques, militant syndical, licencié depuis 2 ans et chômeur parce qu'il fst sur les listes noires au cas de... Mais est-ilbesoin d'allon- ger la liste? Ne suffit-il pas de laisser parler les patrons suc le vif? Les textes patronaux ci-après sont repris textuellement d'enquêtes sociologiques scientifiques ils valent mille discours écoutez-les bien. «La mentalité ouvrière est déplorable. Les travailleurs raisonnent comme si nous leur sucions le sang et ne font rien pour nous épauler. Allez donc intéresser les Esquimaux : vous réussirez plus facilement là-bas». «L'attitude des travailleurs est purement négative. Ils rechignent dès que l'on demande quelque chose qui sort de la routine. Vous parlez d'un climat propice à l'édosion d'un travail en commun comme l'idée d'intéressement l'implique.» «II est grand temps de revenir à la prise en considération du mérite, de l'honneur au travail. Toutes les solutions collectives sont à rejeter notamment les primes d'entreprise.» «II ne pourra jamais être question de lier une partie des salaires à la prospérité ou à la productivité des entreprises. L'automatisme de ces formules est nuisible : elle empêche les Directions de montrer une attitude empreinte de générosité.» «On se demande bien pourquoi il faudrait essayer d'intéresser les gens à une chose dont ils ne se soucient pas. D'ailleurs, pourquoi serions-nous dynamiques dans ce domaine, alors que l'on tue toutes nos initiatives en décrétant des salaires minima de toutes sortes... Nous sommes bien décidés à appliquer les règlements puisque c'est à quoi se réduit actuellement le rôle du chef d'entreprise.» «Par démagogie, le syndicat excite les travailleurs contre les patrons, mais il signe des conventions où il reconnaît chercher la coopération et améliorer. De qui se moquet-on? Pour l'intéressement, on repassera.» «On a trop dépeint les patrons sous un mauvais jour. Il n'est plus possible de croire à ce que contient l'intéressement comme potentialité de rapprochement. Peut-être cela peut-il être envisagé encore dans une société anonyme, mais pas chez nous où le chef d'entreprise représente quelquechose de plus concret : une personne physique et non juridique. >. «L'intéressement à h vie de l'entreprise est une belle farce. Invitez de ma part cefcr gui le prônent à venir contempler la réalité de la vie industrielle.» Je suis contre Tinté essement à la productivité et à la prospérité. Plus nous son nés larges, plus on exige de nous des largesses. Ge ne serait rien si nous avions des satisfactions en contrepartie : celle <Je se sentir progresser vers une communauté d'entreprise. (Enquête _{je l'institut de Sociologie Solvay, sur la Di laration- Commune de la Produc- tivité). paroles au Réactions purement etbales, gestes de colères, me direz-vous? Je ne crois paii s'agit simplement de patrons un peu moins polisses qw Ules autres car le texte ci-après également repris d'une eni ête scientifique, en dit beaucoup sur la mentalité patronale «L'action en vue df âvoriser les départs de certains -ouvriers se- présente souiïarforme de pressions exercées, lorsque les circonstances conjoncture" sont défavorables, en vue de susciter le dépà des ouvriers que le chef d'entreintéressants» et de réduire ainsi prise considère comme «pi le chômage, d'où l'insécuri d'emploi, des autres.» Des mesures de lie ciement pourraient certes abouction du personnel par élimina- tir au même résultat de ré tion des ouvriers les moins stimés par l'entreprise mais, en période de crise, tout licei ment risque d'avoir des conséquences néfastes sur le m des travailleurs.» Souvent, cette acti d'un membre des cadres st fois de se débarrasser d'un niser plus aisément un > équipe. En pareil cas, étanl a, à son origine, la démarche lternes, qui y voit le moyen à la mme-qu'il n'estime pas-et d'orgalement de chômage dans son inné les circonstances, les direc- tions d'entreprise, estiment, quelquefois contre leur gré, ne pas pouvoir s'opposer à leurs cadres.»» Le type de pressions exercées varie d'une entreprise à l'autre le plus souvent, celles-ci se traduisent par un durcissement de l'attitude des cadres vis-à-vis de l'intéreessé (affectation à un travail qui lui plaît moins, exercice strict des pouvoirs disciplinaires, etc.).» Les travailleurs, (Enquête de l'institut de Sociologie de Liège sur les départs volontaires d'entreprise). Mais non, je ne sollicite pas les textes. Il s'agit là d extraits de recherches sociologiques entreprises depuis plusieurs années en Belgique, enquête publiées et que tout le monde peut lire. Mais il y a des patrons qui lisent si mal. Car enfin, avouez que c'est assez énorme comme déclaration de la part de ce patronat qui respecte, dit-on, aujourd'hui la dignité des tfavailleurs. Lisez bien et retenez. «Intéresser à l'accroissement de la productivité? Qui? le travailleur? Dans la plupart des cas, c'est zéro qui lui reviendrait.» «Je veux bien partager les fruits de la productivité, mais pour partager de façon honorable et pour que cela ait un sens, il faut une contre-partie. Or, pour agir sur la qualité, par exemple, il faudrait que mes ouvriers sachent ce qu'est la porosité. Avant de parler de les intéresser, il faut leur donner les armes nécessaires.» Cette tâche de formation disent les chefs d'entreprise incombe au syndicat. Mais le résultat est loin de répondre à leurs espérances : «Les organisations syndicales ne comprennent pas leur mission actuelle : elles sont restées dans l'esprit des premières conquêtes. Elles sont peu à peu arrivées à faire des travail' leurs des parvenus, des nouveaux riches sans éducation. Maintenant que le passé se trouve derrière nous, pourquoi ne pas collaborer étroitement dans le respect des hommes. Pour atteindre ce stade, il faut que les syndicats éduquent leurs adhérents de façon à ce que patrons et ouvriers vivent ensemble le mieux possible dans le régime économique qui est celui de l'europe Occidentale. Personnellement, j'accorde de très longs prêts sans intérêts à mes ouvriers, pour" leur permettre d'acquérir une habitation cela leur apprend ce qu'est la propriété. Evidemment si les syndicats songent à une société sans capital et ne cherchent à coopérer qu'en apparence l'éducation des masses n'est pas pour demain.». «En général, les syndicats ne font pas cracher dû sang à ceux qui n'en ont pas. C'est logique. Mais on ne rencontre pas, toujours pareille logique, car sans la politique de masse, ces organisations ne sont rien. En conséquence, elles sont entraînées dans des généralisations éloignées de la vérité : elles éduquent mal. Ainsi les dirigeants savent bien qu'il y a toujours eu des régions en expansion qui ont remplacé des régions en perte de vitesse. Ne dit-on pas Bruges-Ia- Morte? Mais on fait une campagne monstre pour protester contre les fermetures d'usines». «Les journaux syndicaux entretiennent une haine dixneuvième siècle qui n'est plus de mise à l'ère des relations industrielles modernes», «Je lis fréquemment la presse syndicale et je suis frappé par le peu de tenue de ces périodiques où je me vois traité de «suppôt», de «puissance occulte», de «maquereau de l'économie», etc.. Et l'on parle d'intéresser mentalement et matériellement le travailleur à la marche de l'entreprise 1 Permettez-moi d'en douter, sur le plan psychologique tout au moins, tant que le chef d'entreprise sera ainsi systématiquement discrédité». «Les syndicats signent la Déclaration Commune sur la Productivité, mais hebdomadairement ils enfournent des slogans dans la tète des masses. Je voudrais aller plus au devant des travailleurs, mais je sens leur froideur. Les industriels qui se veulent progressistes sont des incompris.» (Enquête de l'institut de Sociologie Solvay, sur la Déclaration Commune de la Productivité). Je m'en voudrais d'assortie ces textes de commentaires... l. M. R. De Staercke, président de la F.I.B. M. P. Van der Rest, vice-président de la F.I.B. M. A. Thys, un aristocrate électriq" M. G. Velter, le duc de Fabrimétal M. J. van der Poorten : vous mangez de ses conserves M. le baron Boël : Vacier ça le connaît

6 COMBAT PAGE 10 COMBAT PAGE 11 LEGISLATION A LA C. 6. S. P. La protection de la rémunération travailleurs les institutrices maternelles réclament l'obligation scolaire à partir de 5 ans et la suppression de toute discrimination philosophique ou religieuse parmi les enfants I f - Le «Moniteur» du 30 avril publie la loi du 12 avril concernant la protection de la rémunération des travailleurs. Cette loi coordonne les dernières dispositions existant dans ce domaine, elle apporte également certaines modifications, notamment en matière de cession et de saisie de rémunération. Nous en résumons ci-après les dispositions essentielles : Champ d'application La loi du 12 avril s'applique aux travailleurs et avx employeurs. En plus des ouvriers et employés, sont assimilés aux travailleurs : les apprentis, ainsi que les personnes qui, autrement qu'en vertu d'un contrat de louage de travail, fournissent contre rémunération des prestations de travail sous l'autorité d'une autre personne : les personnes rémunérées totalement ou partiellement au pourboire ou service sont présumées.sauf preuve contraire, être des travailleurs aux termes de la loi. Celle-ci ne porte pas atteinte aux réglementations particulières plus favorables, qui sont ou seront édiotées par ou en vertu d'une autre loi à regard de certaines catégories de travailleurs. Qu'entend-t-on par rémunération Par rémunération, on entend î 1) le salaire en espèces auquel le travailleur a droit à charge de l'employeur en raison de son engagement. 2) le pourboire ou service auquel le travailleur a droit en raison de son engagement ou en vertu de l'usage 3) les avantages évaluables - en argent auxquels le travailleur a droit à charge de l'employeur en raison de son engagement. Toutefois, ne sont pas à considérer comme rémunération les indemnités, payées directement ou indirectement par l'employeur 1) comme pécule de vacances. 2) qui doivent être considérées comme un complément des indemnités dues par suite d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle 3) qui doivent être considérées comme un complément des avantages accordés pour les diverses branches de la sécurité sociale. Le paiement en nature est interdit Le paiement de la rémunération doit se faire en monnaie belge et s'effectuer de la main à la main. Toutefois, du consentement écrit du travailleur, le paiement peut se faire à l'intervention de l'administration des. postes, de l'office des chèques postaux, d'une banque ou des caisses d'épargne privées. La rémunération doit être payée de manière que le travailleur.ne soit pas obligé de se déplacer pendant un jour d'inactivité-habituelle., Le paiement de la main à la main doit, sauf accord des parties, se faire au lieu du travail ou à proximité de celui-ci. Une partie -de la rémunération peut être payée en nature lorsque ce-mode-de paiement est de pratique courante ou souhaitable en raison de la nature de Tindustrie. ou de la profession en cause. - -> Elle ne peut excéder un cinquième de la rémunération totale brute. Elle ne peut dépasser deux cinquièmes lorsque l'employeur met à la disposition du travailleur une maison ou un appartement. Elle ne peut excéder la moitié lorsqu'il s'agit des travailleurs suivants, complètement logés et nourris chez l'employeur : 1) les travailleurs domestiques 2) les concierges 3) les apprentis ou les stagiaires. 2. Peuvent seuls être fournis à titre de rémunération en nature : 1) le logement 2) le gaz, l'électricité, l'eau, le chauffage et les combustibles 3) la jouissance d'un terrain 4) la nourriture consommée sur les lieux de travail 5) les outils, le costume de service ou de travail, ainsi que leur entretien, pour autant qu'aucune disposition légale ou réglementaire n'en impose la fourniture ou l'entretien à l'employeur 6) les matières ou matériaux nécessaires au travail et dont le travailleur a la charge aux termes de son engagement ou selon l'usage. L'employeur ne peut poursuivre un but de lucre à l'occasion du paiement en nature. Quand paie-t-on les salaires La rémunération doit être payée à intervalles réguliers et au moins deux fois par mois, à seize jours d'intervalle au plus, sauf en ce qui concerne la rémunération des employés qui doit être payée au moins tous les mois. Lorsque le paiement est fait par avance, celui-ci doit correspondre approximativement" à ce qui est dû en rémunération nette. Dans le cas où la rémunération doit être payée au moins deux fois par mois, l'un des paiements doit constituer un règlement définitif de la rémunération du mois. Lorsque l'engagement prend fin, la rémunération restant due doit être payée sans délai et au plus tard à la première paie qui suit la date de la fin de l'engagement. En pareil cas, lorsque le travailleur le demande, le paiement de la rémunération restant due devra se faire à l'intervention de l'administration des postes, de l'office -des-chèques postaux ou d'une banque. La quittance pour solde de tout compte délivrée par le travailleur au moment où l'engagement prend fin, n'implique aucune renonciation à ses droits. Â qui les paie-t-on? où sont débités des boissons, des comestibles ou des marchandises quelconques, ou d'un lieu de divertissement b) au conjoint, aux enfants ou aux personnes habitant avec lui, des primes pour achats à tempérament, ' mais ne sont jamais applicables lorsqu'il s'agit de calculer le montant d'une pension alimentaire. Retenues sur les rémunérations Peuvent seuls être imputés sur la rémunération du travaileur : 1) les retenues effectuées en application de la législation fiscale, de la législation relative à la sécurité sociale et en application des conventions particulières ou collectives concernant les avantages complémentaires de sécurité sociale 2) les amendes infligées en vertu du règlement d'atelier 3) les indemnités et dommages et intérêts dus en exécution de la loi sur le contrat de travail (détérioration du matériel). 4) les avances en argent faites par l'employeur 5) le cautionnement destiné à garantir l'exécution des obligations du travailleur. Le total des retenues ne peut dépasser le cinquième de la rémunération en espèces dues à chaque paie, déduction faite des retenues effeci tuées en vertu de la législation 'fiscale' de la législation relative à la sécurité sociale et en vertu des conventions particulières ou collectives concernant les avantages complémentaires de sécurité sociale. Saisie et cession de la rémunération MAXIMUMS : La part de la rémunération qui excède francs par mois civil, peut être cédée où saisie sans limitation. La part de la rémunération supérieure à francs et n'excédant pas francs par mois civil, ne peut être cédée ni saisie pour plus de 2/5-au total.-. La part de la rémunération supérieure à francs et n'excédant pas francs par mois civil, ne peut être cédée ni saisie pour plus de 1/5 au total. La part de la rémunération qui ne dépasse pas francs par mois civil ne peut être cédée ni saisie. ', Ces l'imites s'entendent pour certaines actions par exemple, saisies sur rémunération en cas de non paiement. Traitement 1 de la sclérose en Considérant que la sclérose en plaques Elle ne vaut que pour accusé de réception. M requiert des soins spéciaux qui entraînent des jj frais tellement élevés qu'ils dépassent les possi- bilités de nombreuses familles, le ministre de la La rémunération porte intérêt de plein droit f Santé publique a fait prendre un arrêté préà dater de son exigibilité.. H = voyant l'intervention de l'etat dans les frais' de H séjour, de traitement et. de réadaptation foncj! tiorinelle des personnes atteintes' de sclérose en = plaques et qui ne disposent pas ' des ressources g, nécessaires pour supporter elles-mêmes la totas lité de ces frais. = Pour pouvoir, bénéficier de.l'intervention, le H malade doit ETRE HOSPITALISE dans un étais blissement ou un service spécialisé, agréé à cet!f effet. Même en vertu d'une procuration ou d'un mandat verbal ou écrit, général, ou spécial, rémunéré ou gratuit, il est interdit : s Le ' malade désireux de ' bénéficier ' de l'inter- M vention doit introduire une demande auprès de payer les' rémunérations : H du.ministre de la Santé. publique et de la s Famille, soit directement soit par l'intermés diaïre de l'établissement où du service qui lui a) à l'exploitant, au tenancier, au gérant ou J1 au" concessionnaire d'une cantine, d'un-local g accorde ses soins. - L'Enseignement Maternel est un enseignement très peu connu du public. C'est la raison pour laquelle une réunion spéciale s'est tenue à Charleroi, au cours de laquelle M Uo Maniet, secrétaire du Bureau Régional des Maternelles, nous a exposé i'action entreprise à Charleroi depuis trois années. La Commission des Maternelles fut créée le 13 décembre Le premier comité était composé de M" 0 Strimelle, présidente M mo A. Tibfoaùt, vice-présidente M'" Maniet, secrétaire et M mos De Nève, Duchâteau et Renaud, membres. A l'époque les «Maternelles» prévoyaient de réclamer 1' «autonomie de l'enseignement maternel et l'inspection autonome». Le 27 décembre 1961, le Bureau adressait déjà une première protestaton contre le projet de suppression des directions pour les écoles maternelles comptant moins de 300 élèves. Il alertait en outre le ministre de l'instruction Publique (M.Larock) sur les dangers présentés par le projet de confier l'inspection des classes maternelles à des Inspeotrices d'ouvrages. Le 28 février 1962, le président Léon Schmidt annonçait, suite à l'intervention des Maternelles, que la Régionale de Charleroi défendra pour l'institutrice maternelle les 100 % de l'institutrice primaire (traitement de l'institutrice maternelle enseignant au l or degré de l'école primaire. Le 21 novembre 1962, la Commission entend un exposé de M mo Tibbaut sur ses visites d'écoles maternelles en Allemagne de l'est et s'insurge contre l'admission-, dans les écoles primaires, d'enfants n'ayant pas l'âge requis. Le 19 décembre 1962, le Bureau se penche sur le problème des enfants âgés de moins de trois ans et estime que la meilleure solution serait la. suivante : créer des classes pré-gardiennes pour les enfants de 2 à 3 ans, dans le groupe scolaire, confiés à des puéricultrices. Le 27 mars 1963, la Commission étudie un règlement en vue de la création de pouponnières et adresse un avertissement aux administrations communales, contre les nominations de chefs d'écoles sans classe. Elle examine en outre la question de la dispersion des classes maternelles (exemple de Couillet). Le 8 juin 1963, les Maternelles de Charleroi examinent une nouvelle fois le problème de la scolarité prématurée et regrettent l'attitude des autorités supérieures au sujet, de leurs revendications prioritaires, visant à placer les enfants dans des conditions meilleures.... Le Congrès statutaire de la Régionale du Luxembourg de la Centrale Générale des Services Publics, réuni le 2 mai 1965, à Libramont : Dénonce la politique belliqueuse menée au Viêt-nam. Exprime les craintes que lui inspire l'extension du conflit dans ce pays. Désapprouve l'intrusion des puissances étrangères dans le règlement, du problème vietnamien. Souhaite que cessent immédiatement ces interventions extérieures et que la Eaix se rétablisse par la négociation entre le Nord et le Sud Viêt-nam conformément à la libre volonté de leurs populations. Le 18 septembre 1963, le Bureau se prononce pour une réduction des horaires dans l'enseignement normal maternel et pour la réforme des études. Il estime en outre que le diplôme d'humanités devient indispensable. A cette occasion, M"" A. Tibbaut traita de la réduction des horaires dans l'enseignement normal maternel et la réforme de' l'enseignement normal maternel M 11 * E Maniet, de l'autonomie et de l'inspection et M" 0 E. Strimelle des normes de population scolaire et des traitements. Le 6 novembre 1963, une réunion spéciale de la Commission d'etudes se tient à Bruxelles, au cours de laquelle les représentants de Charleroi font état de leurs revendications prioritaires en matière d'enseignement. Le 20 novembre 1963, une délégation de Charleroi, conduite par M" 10 Tibbaut, obtient une entrevue au Cabinet du ministère de l'education nationale et de la Culture, au cours de laquelle MM. Delbroeck et Gilmant donnèrent certaines assurances. Le 27 décembre 1963, les Maternelles organisent une séance de Ciné-Club avec la collaboration du Bureau des Jeunes, et présentent un film sur l'ecole Maternelle : «Nos" Jours Heureux.» Le 15 janvier 1964, les Maternelles tiennent une importante assemblée générale à la Maison des Huit Heures, au cours de laquelles elles votent la motion suivante : Revalorisation du diplôme de l'institutrice maternelle Réajustement de leur traitement sur celui de leurs collègues de l'enseignement primaire Opposition à une diminution d'horaires dans l'enseignement normal Réduction des normes actuelles de population Autonomie complète de l'enseignement maternel : direction et inspection Solution rapide à la présence dans les classes maternelles d'enfants de 2 à 3 ans et au départ prématuré d'enfants à l'école primaire. Le 26 février 1964, une nouvelle réunion se tient à Bruxelles, au cours de laquelle M 100 A. Tibbaut et M 11 " E. Strimelle et E. Maniet défendent le point de vue des Maternelles de Charleroi. Enfin, en décembre 1964, la Commission des Maternelles décide d'abandonner sa demande de création de classes pré-maternelles tant que l'autonomie de l'enseignement Maternel ne serait pas reconnue. LES REVENDICATIONS ACTUELLES Après le Congrès statutaire du secteur «Enseignement» de la C.G.S.P. qui s'est tenu à Bruxelles, lès revendications de la Commission des Maternelles de Charleroi sont les suivantes : La revalorisation du diplôme des institutrices maternelles Le Congrès statutaire de la Régionale du Luxembourg de la Centrale Générale des Services Publics, réuni le 2 mai 1965, à Libramont : L'alignement du barème de l'institutrice maternelle sur le barème de l'instituteur L'alignement immédiat. des moyennes de population aux normes de population scolaire admises pour l'enseignement primaire Un cadre inspectoral autonome réservé aux maternelles L'organisation de crèches situées si possible auprès des écoles maternelles. La création de classes prématernewes rattachées aux écoles maternelles et, en attendant, la prise en considération des enfants de moins de trois ans fréquentant des classes maternelles Le rétablissement des directions d'écoles autonomes L'obligation scolaire à partir de 5 ans La suppression de toute discrimination philosophique ou religieuse parmi les enfants L'étude, d'un projet de loi organique de l'enseignement maternel, etc., etc... Voilà donc un panorama de l'action de la. Commission, des Maternelles de Charleroi ainsi que leurs revendications actuelles. Sans être entrés dans tous les détails nous croyons avoir touché à tous les problèmes (nous n'avons évidemment pas mentionné TOUTES les réunions qui se sont tenues à Charleroi. Nous nous sommes tenus aux principales...) et nous espérons que les Institutrices Maternelles, obtiendront bientôt satisfaction pour la plupart de. leurs revendications, étant donné qu'elles visent à placer l'enfant de 3 à 6 ans dans les meilleures conditions de travail possible... LA COMPOSITION DU COMITE Voici la composition de la Commission des Maternelles de Charleroi: Présidente: M 1 " Emilie Strimeîle. Congrès statutaire du 2 mai 1965 Secrétaire : M 11 " Elisabeth Maniet. Membres : M mm Yvonne De Nève Alice Tibbaut-Paquet Lucy Wilmet Claire Demoustier Yvonne David-Devillers Germaine Dumarcy Michelle Guillaume Marie-Louise Saviduk Yernaux et Ariette Meunier-Dauphin. C. ROPIDAL. Approuve à l'unanimité l'action passée et vote le rapport moral présenté par le camarade Resimont. Charge ses représentants au Congrès National de s'associer à toute action en faveur de la Paix de l'expansion économique d'une politique de l'abondance. Exige dans un avenir proche des réformes de structure et en particulier celles ayant trait aux secteurs de l'énergie. des Transports du crédit des Soins de Santé. Réclame une participation améliorée du revenu national et une participation du monde du travail à la productivité générale par : adaptation des salaires et des pensions avec minimum immédiat de francs par ménage et par an réduction de la durée du travail à 40 heures en 5 jours. Dénonce l'action néfaste des néo-corporatistes, néo-poujadistes et autres groupuscules qui tentent de réduire et de désorganiser les forces vives du travail Invite les agents des services publics à rejoindre les rangs de la C. G. S. P., seule centrale capable d'assurer efficacement leur, développement personnel par une valorisation des efforts d'information et par une véritable formation militante les conduisant à assumer des responsabilités dans l'évolution économique et sociale.

7 COMBAT PAGE 12 COMBAT PAGE 13 Une page d'histoire de notre bassin charbonnier QUAND LE CHARBON WALLON ALLAIT EN FRANCE Notre patron ROSAMONDE 451 Fraîche et légère... la robe de coton. Taillée en frais coton, ou même, en mousseline, pourquoi pas, cette robe très légère sera parfaite pour les beaux jours. La jupe est froncée ou montée à la taille en plis profonds. Le corsage est bien ajusté par une découpe. Notre patron se compose de 4 pièces : 1. Milieu corsage devant (couper sur pli tissu) 2. Côté corsage devant (couper double) 3. Corsage dos (couper double) 4. Jupe (couper trois fois sur pli tissu). Disposez les différentes pièces du patron sur le tissu comme l'indique le schéma et coupez en réservant en plus coutures et ourlets. Faufilez les pinces, les découpes, les coutures côté du corsage. Essayez, rectifiez, piquez, les découpes, les coutures côté du corsage. Essayez, rectifiez, piquez. Piquez la jupe, bâtissez fronces ou plis,, montez la jupe à la taille. Piquez une fermeture éclair au milieu dos. Faites les ourlets, surfilez toutes les coutures. Existe du 42 au 48. Métrage : 3 m. 20 en 0,90 m. de large. j'ai vu pour vous Frous frous et chi chis... Puisque la mode parisienne préconise la féminité, nous retrouvons avec joie les volants, les ruches, les plissés, les détails lingerie (blouse en Arnel fleuri au B. M.). «Le modèle qui fait fureur? La robe en coton «grandmère», bordée à l'encolure, au bas des manches, parfois môme à l'ourlet, d'un volant froncé de tissu semblable. Des manches trois quarts achevées par un volant en biais, entièrement garni intérieurement de plissés de broderie anglaise blanche. Et la mousseline! Blouses à cravate ou chemisiers volantes, robes épanouies en corolles, jupes plissées... le tout en coloris frais, charmants, en imprimés de teinte pastel très printaniers! La blouse lingerie séduira toutes les jeunes. Celleci ravissante pour une jeune fille s'orne d'un plastron brodé de jours (Au Bon Marché). i,'', Le plan de fermeture dés charbonnages wal- Jons mis au point par le Directoire Charbonnier et approuvé par le gouvernement a pratiquement condamné tous les charbonnages du Centre et du Borinage ainsi qu'un nombre important de puits des bassins de Charîeroi et II fut pourtant une époque où le charbon wallon assurait non seulement le développement économique de la Belgique, mais également d'une partie de la France. Quand le «flénu» était roi Au cours dtf XVIII 8 siècle les houillères du pays de Mons constituaient un ensemble minier sans équivalent dans toute l'europe continentale, quelque 200 charbonnages, peu profonds pour la plupart, couvraient alors le Borinage. Les charbons de Mons les plus appréciés eh ce temps, les «flénus» comme on les. appelait, répondaient parfaitement aux techniques de chauffage du moment. Ces charbons ne s'agglutinent pas, ils donnent une longue flamme, ils s'embrasent vite et-permettent d'obtenir rapidement des températures élevées sans ronger les grilles ou les chaudières. Les «flénus», qui convenaient tout aussi bien aux usages domestiques qu'industriels, étaient fort recherchés et ils restèrent les rois du charbon jusqu'au milieu du XIX» sièole. En 1790 la France achetait déjà barils de charbon wallon, soit près de tonnes, qui étaient acheminés par chalands (500 à 600 bateaux par an> où par charrette. La qualité des «flénus» était tellement réputée qu'ils concurrençaient les charbons français de la Compagnie d'anzin qui réclamait des protections douanières, La Révolution française et le charbon wallon Après la Révolution française la Convention décrète la prohibition du charbon anglais ce qui favorise encore la pénétration du marché français par le charbon wallon. À l'époque nos régions sont rattachées à la France : elles le resteront de 1795 à Napoléon-décide ^de.créer une ligne de navigation intérieure capable de supporter un gros trafic entre Mons et Paris. De 1802 à 1810 fut creusé le canal de Saint- Quentin et le canal de Mons à Condé commencé en 1807 fut achevé en 1814 : à l'époque les canaux intéressant la Wallonie se développaient plus rapidement que sous les ministres actuels. Les houillères de Mons profitent au maximum de ces travaux et de la suppression des barrières douanières entre elles et le marché français. Le département de Jemappes produit, en 1807, un million de tonnes de charbon avec 400 fosses. Le charbonnage du Grand Hornu devient une affaire prospère. Les expéditions de charbon de Mons vers le Nord et l'intérieur de la France atteignent tonnes en Les patrons des houillères font des bénéfices énormes grâce à l'exploitation éhontée des mineurs. Avec la chute de l'empire et la Restauration en France, on voit réapparaître un régime douanier qui va s'efforcer de freiner l'arrivée du charbon wallon en France pour protéger les houillères du nord de la France. Il faudra cependant plus d'un demi-siècle pour faire perdre au charbon wallon la place qu'il s'était taillée sur le marché français. Cette place était importante. En 1834, sur les tonnes de charbon wallon introduites en France, près de tonnes venaient de Mons par le canal de Condé en direction des centres consommateurs du Nord et du Pas-de-Calais ou pour gagner Dunkerque, ou même pour gagner Paris et Rouen. Quelque tonnes de charbon de Charîeroi gagnaient d'autre part la région de Maubeuge par l'intermédiaire de la Sambre. L'importance des mines wallonnes pour l'approvisionnement du marché français n'échappa point aux capitalistes français : les Rothschild prirent de gros intérêts dans les charbonnages wallons. On copiait les techniques wallonnes Les ingénieurs français s'intéressèrent de fort près aux techniques industrielles appliquées dans les mines de Wallonie. Us s'inspirèrent très largement de ces techniques lors du développement des charbonnages français. Les premières cages qui remplacèrent les échelles installées dans les charbonnages de la Loire furent construites par un ingénieur français qui était venu chercher ses modèles dans des puits wallons. Dans d'autres puits français on adopta également la «Warocquère», du nom de son inventeur Warocqué, système composé de deux échelles parallèles oscillantes mues par une machine à vapeur. Les charbonnages français copièrent également le cuvelage appliqué dans les puite wallons pour éviter les inondations. C'est encore chez nous que Jes ingénieurs français de la Loire vinrent chercher les modèles des ventilateurs mécaniques qu'ils installèrent a partir de Au début, également, tout le coke de la Loire fut produit dans des fours pareils aux nôtres. Le Traité d'exploitation des mines publié à Liège en 1853 par Ppnson fut, pendant longtemps, le manuel de base de tout ingénieur des charbonnages wallons ou français. Si, sur le plan technique, les charbonnages wallons étaient en avance, sur le plan social les mineurs wallons avaient, depuis 1839, des Caisses communes de prévoyance alimentées par des prélèvements sur les salaires et des subventions des exploitants. Ces Caisses étaient gérées par des commissions mixtes de 12 membres : 6 représentants des patrons, 4 représentants des mineurs et,2 du. gouvernement. Cet embryon de sécurité sociale rudimentaire, qui ne contrebalançait évidemment pas l'exploitation éhontée des mineurs par un patronat avide de profit, constituait pourtant un progrès que réclamaient les mineurs françaçis. La constitution d'une Caisse commune de prévoyance gérée en commun par les patrons et les ouvriers fut la principale revendication avancée par les mineurs français lors de leur grande grève de 1869 où la troupe tira sur les grévistes. Le patronat français ne consentit finalement qu'à créer une Caisse de prévoyance pour le s*ul bassin de la Loire, elle fut gérée, à l'exclusion de toute participation des travailleurs, par le patronat : plusieurs puissantes sociétés refuser vt même de donner leur adhésion à cette caisse commune. Borinage : désavantagé par un avantage naturel Au cours de la révolution industrielle le commerce du charbon wallon a tracé, en quelque sorte, certaines lignes de force de l'économie française.. Les facilités d'écoulement vers la France des charbons de Mons et du Borinage permettent de comprendre le retard et la faiblesse du : développement industriel du Borinage. Par contre les bassins de Charleroi et de Liège disposant à l'origine de moins d'avantages pour l'expédition de leurs charbons sur les marchés étrangers, se sont engagés très tôt et plus complètement sur la voie de l'industrialisation. Charleroi, par exemple, ne comptait que trois machines à vapeur avant 1825 et son bassin charbonnier ne produisait que tonnes de Une dizaine d'années plus tard la banlieue de Charleroi compte de nombreux et vastes établissements industriels et son bassin charbonnier produit un million de tonnes de houille. Les capitalistes de l'époque ont vidé le Borinage de sa principale richesse, le charbon, sans industrialiser la région. Ils l'ont mis en perce comme un tonneau que l'on abandonne quand il est vide. Il faut méditer la leçon. ' Le Borinage fut à l'avant-garde de l'industrie charbonnière, il a exporté son charbon et ses techniques pour devenir ensuite un désert industriel. Aujourd'hui la Wallonie est encore une région industrialisée mais elle ne peut se laisser vider de sa substance comme on l'a fait pour le Borinage. Il lui reste comme principal atout sa maind'œuvre : il faut lui donner, en Wallonie, des emplois dignes d'elle. NOM, - Rue N* Localité.... Province Taille... Désire reoevoir le patron Rosamonde 451. A envoyer a Service Patrons, Limai - Brabant. nnniituihiiiuiifiiiuiuuttinitiiiiiimntinitttltlliitttlltlitttllil La cassonade naturelle doit son. aspect spécifique- à la fine pellicule de sirop.qui enveloppe ces cristaux de sucre. Il existe de la cassonade blonde et de la cassonade brune,' de la cassonade claire, de la foncée presque noire, de la vergeoise." Chaewne de ces variétés est aussi délicieuse que nourrissante et saine. Certains gâteaux, certains desserts sont bien UfllUlUlIlilUllIllllUUUUlUlUlllllUllUUIlIlllQliUlUIIW giiihiimniiiiiuiiiniiiiiiiiiuiiii aviez-vouà que meilleurs préparés à la. cassonade. Un gâteau préparé à la cassonade demeure frais bien plus longtemps. La cassonade peut très bien s'employer pour garnir le bord d'un verre tout comme on le givrerait au sucre cristallisé. Mouiller le bord du verre au citron et le plonger dans le sucre. Les bonnes tartines à la cassonade blonde ou brune sont un vrai régal pour vos enfants. Ne les en privez pas. Elles constituent pour eux un aliment de choix. Bientôt les fraises seront là. Saupoudrées de cassonade, elles sont exquises, tout comme d'autres fruits d'ailleurs. Ajoutée au yoghourt matinal, la cassonade lui donne un goût tout nouveau.

8 t -fil II suffit qu'il apparaisse à l'écran pour qu'on rie. Francis Blanche fait rire, mais en même temps insidieusement il inquiète. Il y a dans sa prodigieuse force comique quelque chose de tellement extravagant, de tellement insolite, qu'il en arrive parfois à provoquer une sorte de malaise. L'univers de Francis, Blanche est celui de la cocasserie grandiose, de la drôlerie poussée aux limites de l'absurdité, II est né dans un petit village basque au lendemain de la première guerre mondiale. Fils et petit-fils d'acteurs (c'est à son grand-père que l'on doit le premier grand «show» tiré du «Tour du Monde en 80 Jours», et son père devint directeur de l'alhambra), Francis Blanche est donc un véritable enfant de la balle. Elève turbulent, renvoyé. du lycée pour indiscipline, il n'en fut pas moins en son temps, le plus jeune bachelier de France (H ans). Mais la passion du théâtre fut plus forte que tout. A 17 ans, il débutait comme chansonnier à Montmartre. Il se spécialisa dans le burlesque, le «nonsensej> et devint avec Pierre Dac l'un des rois du style loufoque. Ce qu'il lança sur scène, il le continua à la radio, écrivant et'animant d'extraordinaires feuilletons «cosmico - métaphysiques 7> dont.«signé Furax > reste le plus célèbre prototype ' Bien qu'ayant tourné des quantités de films où il était toujours égal à lui-même, il dut attendre" 1959 pour devenir cette «.énorme» personnalité dont le cinéma, le théâtre, la radio, et dorénavant la télévision, ne peuvent plus se passer.. \.!.. - Cette année-là, il. tourna coup sur coup Les Motards aux côtés de Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, La plument-verte, de Claude Autant-Lara,' 1 'et surtout le fameux Babette s'en va't-en Guerre qui le rendit célèbre grâce à son interprétation de l'adjudnnt Schultz (personne n'a oublié le «Kolossal Finesse»). Depuis il a tourné une vingtaine de films en quatre ans dont : Les Pique-Assiette, L'Ours, Un Couple. Vive Henri IV vive l'amour, Les Livreurs, les Snobs, Les Menteurs, l'enlèvement des Sabines, En Plein Cirage, Clémen- Une, La Planque, Les Petits Matins, Le T Juré. Tartarin de Tarascon (qu'il réalisa luimême), L'Abominable Homme des Douanes, Un Drôle de Paroissien, Les Bricoleurs, Les Plus Belles Escroqueries du Monde, Les Tontons Flingueurs, Les Gros Bras, Les Pieds Nickelés, Les Pissenlits par la racine. Le Repas des Fauves, La Chance, Les Barbouzes, La Chasse à Homme, etc.. Cette activité cinématographique ne l'empêche pas cependant d'être sur les ondes un inlassable amuseur, d'écrire des chansons, d'inventer à longueur de temps d'incroyables canulars qu'il fait partager au public, de créer des pièces, sur des scènes parisiennes, etc.. Francis Blanche a également écrit l'argument d'un ballet «Septuor» qui est au répertoire de l'opéra de Paris depuis 10 ans et celui d'une opérette «La Belle Arabelle». 4 VOITURES 4 POSTES TV 5 FRIGOS 4 MOBILIERS etc. CÔMIAT PAGE 14 Rod Taylor, ci-dessus avec son épouse et leur petit chien «Mushie» donnera bientôt la réplique à Doris Day dans une nouvelle comédie romantique de la 20th Century Fox «Do not Disturb». Les Taylor sont les heureux parents d'une petite fille Felicia Rodrica. Le premier tour de manivelle de «Do not Disturb», en cinémascope, a eu lieu au mots de janvier, sous la direction de Ralph Levy. Le premier mai a démarré Achetez vos billets au bureau du journal «LA WALLONIE», dans les permanences syndicales ou à votre délégué ou sectionnaire Fr. le billet - 50 Fr. le carnet TIRAGE U 27 NOVEMBRE 1965 Plus de CENT LOTS, parmi lesquels : 1 Peugeot pel Kadett 1 Volkswagen 1200 G 1 Ford Anglia - 2 TV Siemens 2 TV Philips - 5 Frigos 1 Chambre à Coucher 1 Salle à Manger * 1 Salon 1 Cuisine Radios - Electrophones Appareils Electroménagers Etc.. Autorisée par la Députation permanente le 8 mars 1965 COMBAT PAGE 15 f i jumelage 1 syndical des ré» de Belgrade, Liège, Milan tes délégués des organisations syndicales de Belgrade -jiekc, Milan et Varsovie, dûment mandatés par leur Conseil 6 mia I lflb5 S >ectlf ' r6unls en iwa^èmesession à Liège le dans le cadre des contacts noués depuis 1958, ont examine les rapports économiques et. sociaux propres à chacune des régions représentées et ont dégagé tes conditions d'une action commune permanente. D'autre part, les délégations ont témoigné nue la préoccupation majeure des travailleurs qu'elles Représentent est d assurer la sauvegardé de la Paix et l'organisation! sur un pied d'égalité, de rapports réellement démcw tiques entre-tous les peuples du monde. Partie très Importante do l'opinion publique, les orgnnlsations_ des travailleurs entendent prendre toutes Ictus responsabilités et mobiliser leurs forces pour la Paix,?V?- c. onstaten t «me l'organisation des Nations unies a décide do consacrer l'année 19G5 à la commémoration de la fin de la guerre et à l'organisation de manifestations en faveur de la Paix. Elles considèrent en même temps «ÏÏMLS"** l }?n'l? r n "". ttpp " 1 constant» «'action faite au travers do I/O.N.U. visant h l'établissement de la Paix et Stigiéu^s n né f ot:latlo ns Pour résoudre les questions '» «n 10 de la guerre, la destructaoïste et l'espoir de liberté pour tous monde. «a.,j LeS - orga 2 lsa ** ns syndicales tiennent, en cette circonstance, a rendre hommage a toutes les forces actives aul ont contribué à la défaite du militarisme fasciste. C'est dans cet esprit qu'elles condamnent et continueront de le faire la tentative née dans la République fédérale allemande d'abandonner les poursuites et les pùnl- SOL? 0 "?? 1^J!rlm^ I e S" 6 "" 6 nazls et condamnent les régime de type fasciste qui, en Espagne et ^ ^ S X " * à la reconnai8 «a "^ *» "bt* En cette année 1965, vouée à l'action pour la Paix, les représentants des organisations syndicales de Belgrade, JLlege, Milan et Varsovie, sont bien forcés de constater que aes menaces inquiétantes continuent à peser sur la Paix. J.A.P Eur P e... 'es revanchards militaristes et nazis d Allemagne fédérale continuent à maintenir des revendications territoriales. La doctrine du gouvernement de la République fédérale est de réclamer sa part d'intervention dans l'armement atomique, dont le M.L.F. ne serait qu'une première étape. Une telle doctrine, si elle est appliquée, conduira il la diffusion des" armés nucléaires dans d'autres pays, réduira a néant l'espoir d'une limitation de ces armes et augmentera, par conséquent, le danger de mort atomique P ur des millions d'hommes, de femmes et d'enfants Dans le monde, les peuples hier colonisés ont accédé progressivement a l'indépendance politique, mais se trour e e e " î P ï? economi<» uement «* Politiquement par dan ff?. rs lt "J 6 guerre subsistent Les contradictions S? "* a<5s difficultés grandissantes IIIIIINIlIfllllllllllllllllllllllllll/llllIlllllllllllllim^^ mandent^ avec insistance, l'abandon des actions"miutajrbh et prescrivent, avec insistance, le respect des Tècles de négociations pour tous les conflits d'intérêts qui P^erit encore opposer les peuples. pouvons Plus des deux tiers de l'humanité continuent à vivr.e dans des conditions de sous-alimentation et ceux des ' gouvernements qui tentent d'organiser l'économieturîa S 5 SSàt. ^^"l.li^pîil^m«-^- i II se refuse prendre pour définitives les contradictions qui conduisent des spoliations de la liberté desteudlei par le recours à la force armée. peuwes H considère que c'est de l'unité «l'action, de «lus en Plus généralisée, de l'ensemble das travailleurs reunjs d SU q X r S lcseondluons certoines BelJâ.lo C T S r quen AT e!'i les dé 'éffues syndicaux des villes do d mot,' S T >» lai et l! Varsovie ont décidé de lancer des mots d'ordre d'action commune qui seront appliqués ** T2 a ÏÏÏÏ a pa J 1 l r Railleurs des quatre r"tfont * Les vendredi 7 mal, samedi 8 mal et dimanche 0 m-»j des manifestations ont eu lieu où Û fut procs : la nécessité de réduire massivement, partout les militaires et d'en affecter le produit à des fini SS^MSp^* falde éc n Mi «u «<* ^ " a ~ militaires" 011 *** exp «riences atomiques à des fins as:ement n u c e ~ i"s l^ P^udant au désarmement dans les pays d'europe comme lé prévoit le T*' ~ * **"* l'ensemble du bassn mêdï ^îsteusuïssssî? des *»»«*»* "»««<* «* la destruction des stocks de bombes atomiques existants la mise hors la loi des actes de guerre et l'obligation de recourir aux solutions négociées pour refiler les HtteïS KM qui peuvent opposer les peuples Je «cessez-le-feu» au Viêt-nam, à San D toait Immédiat des forces d'intervention la liberté absolue reconnue pour tous les s'engagent à continuer leur 1 "V" "":r. " déroulement favorable de leur colla- JïïLn, rjzm Ie? VaSte? P osslbl "t«s d'entente TI^T" i sud cales ihikihnnq communes, les quatre organisations syndireconnaissent de concert qu'il est possible,:^* asiatique, dans la république de San Domingo, les dirigeante des Etats-Unis ont pris, seuls, des ^«i o.u engager des consultations franches et Dcrtimesures menaçantes pour la Paix et la Liberté du peuple 3. en essayant ainsi d'engager la responsabilité de leurs parte- S!» Vî, <Ie twwvcr des mesures communes = naires atlantiques dont ils n'ont même pas pris l'avis, pwriw * i "p'unons efficaces qui puissent assurer en S cependant Cependant que que les les plus plus hautes hautes autorités autorités morales morales recom- recom- uwp^x durable. m " de '* profirrès soclai - Ia sécurité et 5,I»I»III-III,.IIII W,-,.IIIIIIII,,, I II»,I,I, I II,II,»I,I, M I,,II N IIII II II, II I II, I, II, I], III»^^^^^^ ^mmim^^^mmm ' i-^* "1 l*ih^hhh^h^i^ ROYAUME DE BELGIQUE MINISTERE DES FINANCES EMPRUNT ( INTERETS. 6,25 % l'an à partir du 10 mal 1065 jusqu'au 9 mai ,50 % l'an a pjirtlr du 10 vm'ai 1871, jusqu'au 9 mai 1078." ' S TITRES. Obligations au porteur ae 1.000, 5.000, , et înns i 1?!^, d,f-o 13 cou V ns d'intc-ret annuels payables le 10 mai des INSCRIPTIONS NOMINATIVES. Faculté pour les porteurs de convertir Dette bff C " lnsurlptlons Tsm^auTesclaprt: nominatives sur le Grand-Livre de la la deuxi6m <! tirage, S Une dotation annuelle de 5 % du capital nominal émis est affectée nnî,ss année 1 des H rt i S 1Intérêts e 'îîi e liî : < des 110 capitaux pr^nd cours amortis. le 10 mal1ou6 et s ' a «<:rolt chaque Ces dotations sont destinées au rachat des obligations à des cours 10 mlrïïtvanf 8 ta " X " Xé P Ur U remboursement à effectuer le Le montant de la dotation restant éventuellement disponible au 10 mars de l'une des années 1067 à 1977 est affecté au remboursement, au par"" un tfra^ê ai'so«'* W ma ' sulvant - d 'llbatioas à désigner t le 10 mal 1878 sont remboursa- hin«bles I^^. a cette p ivl. 1S date vj?n S à?2? 102 %«m? de rti, leur es avîli valeur î nominale. ' -. REMBOURSEMENT ANTICIPATIF. Faculté pour les porteurs d'obtenir le Remboursement au pair le 10 mal Ce remboursement peut être" demandé, pendant une. période.d! un mois & compter de cette date il ni sera»paa'bonifié d'intérêt pour cette période. u?,«-«tw«, uaie, " v ne.. ^ ^, rése " e la 'nculté de rembourser antlclpauvement au pair, O 4 r t e t h a? e d '' ntérét» ^ ««y» î i n, D rf B L ', B,»"' I Î T ' - ^ Paiement des" coupons et le remboursement des obligations sont effectués aux guichets du Caissier de l'etat à la Banque Nationale de Belgique, a Bruxelles éfeiv provlhce? " SOUSCRIPTION : du lundi 3 moi au mardi 18 mai 1965 II peut toutefois «tre mis fin a la souscription avant cette dernière date. PRIX D'EMISSION : 997,50 francs par obligation de francs payable intégralement en espèces au moment du dépôt de la. souscription. <tl(me* B a BO n S ru l i P i t ' < "" i J 0nt rcçuc8 san " fral»-». «Banque Nationale de Ucl. Le Ministre des Finances, A. DEQUAE. La Wallonie 3 mois 150 fr. 6 mois 300 fr. 12 mois 600 fr. Abonnez-vous en versant au C. C. P ' Journal : ' «La Wallonie» mwh 1lltlllllHBIHIIIIHIHIUUIIIl COMBAT 3 mois 25 fr. 6 mois 50 fr. T2 mois 100 fr. Âbonnez-vous en versant au i C.C. P I du Journal «La Wallonie» Uège C.G.S.P. MISE AU POINT Suite à notre article paru dans le numéro 18 de «Combat» et intitulé «Réaffiliation collective de la C.G.S.P. de Liège au M.P.W.», nous avons reçu une lettre de notre ami W. Schugens, secrétaire régional de la C.G.S.P. de Liège. Avec raison, W. Schugens nous fait remarquer que le terme réaffiliation est impropre, car la C.G.S.P. n'a fait que confirmer une affiliation existante et qui n'a jamais été interrompue. En effet, la C.G.S.P. a depuis 1961 versé régulièrement ses cotisations..voilà donc une utile mise au point qui est faite et qui répare une erreur rédactionnelle qui r effectivement, aurait pu laisser supposer,..qu'il y avait eu un hiatus dans les versements des cotisations de la G.G.S.P. an M.P.W. Sellerie BOUHON JOA. nw OMTIM lumctto UEOB - ttl U.UJ» Andtantmtnt r. Aairt Dumont Uiroqulntri* CtuuM Voyti* SpeclBlift. <U U MrrUtt* iluhliluhuuilfil iiiiiiiiiuiuuiuhauiuuuiuuiiiuii Construction et vente d* APPARTEMENTS rince Machin Quai Saint- Léonard, U a 13 Qu'ai Dove. rie (Acclimatation) Quai de Longdoc. 45 Les Entreprises Liégeoises V.HALLUT-DAMRY 84, BOU1,. 6AUVE.NIKRE. Tél , PU OU MAROHB, MEGfc). Tél Brochure illustre^ gratuite iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiniiiiiiniiiiiiiiiia PLASTIQUE ONDULE rouleaux i" choix en A partir de 125 (r. le m 3 Échantillon mr demande -k Ets VAMER QUAI DE MAESTBICHT LIEGE TéL et Editeur responsable : Société d'im. pression et d'edition, auoiéti coopé. rotlve. SS. rue d«la Régence, à Lié. ge Directeur général '. Robert LAMB1ON. U6. rue o«pla)-n«vaiut Si S

9 COMBAT PAGE 16 i ALERTE AUX FABRICATIONS METALLIQUES WALLONNES La liste des fermetures d'entreprises des fabrications métalliques en Wallonie risque d'être bientôt aussi longue, si pas plus longue, que la liste des fermetures de charbonnages wallons. La situation des fabrications métalliques en Wallonie devient de jour en jour plus inquiétante. Tel est le cri d'alarme que l'equipe pour un Plan Populaire de-wallonie lance à tous les militants wallons. Tous les recoupements que nous avons fait Indiquent la situation de plus en plus grave de l'industrie des fabrications métalliques en Wallonie. Nous avons collationné les bilans des sociétés de fabrications métalliques en Wallonie nous avons patiemment calculé tous les indices qui nous permettaient de dresser l'inventaire. Et nous pouvons aujourd'hui affirmer : les licenciements aujourd'hui connus dans plusieurs entreprises des fabrications métalliques sont précurseurs de la détérioration de cette industrie en Wallonie. Le même processus qui a abouti à Ha liquidation des charbonnages wallons est en train de se passer dans l'industrie des fabrications métalliques. Or c'est, avec la sidérurgie, d'industrie vitale de la Wallonie. Dans l'industrie manufacturière wallonne un salarié sur quatre travaille dans l'industrie des fabrications métalliques. Le cas typique du matériel roulant Le matériel roulant a été le premier signe de cette détérioration en Wallonie. L'histoire tragique de ce secteur nous la connaissons tous. Jadis de réputation mondiale lorsqu'il s'agissait de la vapeur ou des trams, dépassée par les problèmes techniques de l'électrification malgré un effort dans le domaine du diesel ce secteur, composé d'entreprises de dimensions insuffisantes à technicité insuffisante, se vit couper les crédits bancaires par les holdings le jour où des tentatives de fusion, tardives hélas!, per-' mettaient peut-être un nouveau départ. se faire qu'à condition de faire coïncider la dimension des firmes avec les nécessités techniques et les impératifs de la recherche et du renouvellement dans les produits. La suite du drame Les nouvelles étapes du drame des fabrications métalliques se déroulent sous nos yeux en Wallonie. Les entreprises de la fonderie, de la boulonnerie, des poêleries et plv généralement des produits de première transformation et peu élaborés ferment leurs portes ou poussent des cris d'alarme. Il s'agit là d'un ensemble de secteurs qui ne progresse que lentement sur le plan mondial et dans lesquels il faut être automatiser ou presque pour tenir le coup face à la concurrence. Or qui dit automation suppose des entreprises de grandes dimensions ou fortement équipées au point de vue recherche et techno* logie. Peu d'entreprises wallonnes répondent à un de ces deux critères. Elles sont donc condamnées ou à disparaître ou à vivoter en ne fournissant plus que le marché régional. Le drame c'est que le genre de secteurs occupe une part disproportionnée dans l'industrie wallonne des fabrications métalliques. Début 1964 ils représentaient emplois en Wallonie, soit plus de la moitié des emplois dans les fabrications métalliques wallonnes. En Flandre ce groupe ne représentait que emplois soit moins du quart. Les produits qui périclitent sont fabriqués en Wallonie, les produits qui progressent vite sont fabriqués en Flandre. Le cas de l'industrie automobiliste est caractéristique à cet égard. En 1963, le secteur de la construction automobile occupait personnes en Flandre et dans le Brabant (dont la grosse majorité dans l'arrondissement de Bruxelles). En Wallonie ce secteur occupait 774 personnes. Or depuis lors plusieurs entreprises nouvelles de construction automobile se sont ouvertes en Flandre. Et la seule ou quasi seule entreprise existant en Wallonie a aujourd'hui des difficultés, comme la presse l'a annoncé. Un autre genre de produits la construction éleotrique qui est également en progression rapide sur le plan mondial est également typique. En 1950, il y avait plus de Wallons que de Flamands occupés dans ce secteur. En 1963, il y avait personnes occupées dans la construction électrique en Flandre et seulement en Wallonie. Un cri d'alarme On pourrait ainsi multiplier les cas et reprendre, secteur après secteur, la situation des fabrications métalliques en Wallonie. Mais le résultat de tout cela se traduit par des chiffres d'ensemble qui montrent qu'en Wallonie on va en reculant. Alors que, dans tous les pays industrialisés, l'industrie des fabrications métalliques progresse, et en particulier par le nombre de personnes occupées, en Wallonie c'est l'inverse qui se produit. Voici, dans leur brutalité, les chiffres de l'emploi (O.N.S.S.) en fabrications métalliques Fland % Brux H-4 /o Wall »/. Total En 1950, salariés dans ce secteur du matériel roulant dont la grande majorité en Wallonie (2.800 dans le Centre, un petit peu moins dans le Brabant et à Liège). En 1963, il n'y en a plus que dont dans le Centre, dans le Brabant et moins de à Liège. Ce secteur est un symbole pour l'ensemble des fabrications métalliques wallonnes. L'effort d'adaptation et d'innovations technologiques doit se faire sinon c'est la mort. Et il ne peut L'automobile absente au rendez-vous En 15 ans l'emploi en fabrications métalliques a progressé d'un tiers en Flandre en Wallonie il a diminué de 14 /«. Et, depuis lors, le mouvement va en s'aggravant. Alors, qu'est-ce qu'il y a moyen de faire? Nous y reviendrons dans de prochains articles. L'Equipe pour un Plan. Populaire de Wallonie. Y?, iîif Certes, on fait encore de belles réalisations en Wallonie, témoin ce four automatique ou tour à programme, mais l'emploi en fabrications métalliques wallonnes n'en diminue pas moins d'une manière dramatique.

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire

Décision n 2014-246 L. Dossier documentaire Décision n 2014-246 L Nature juridique de l article L. 723-23 du code rural et de la pêche maritime Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2014 Sommaire I. Normes de référence...

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

Partie II Assurance invalidité de longue durée

Partie II Assurance invalidité de longue durée Partie II Assurance invalidité de longue durée 1. Admissibilité et date d entrée en vigueur de la garantie D'une façon générale, les employés à plein temps ou à temps partiel (c.-à-d. affectés à un poste

Plus en détail

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation)

Syndicat des Producteurs de Miel de France. STATUTS MODIFIES ( édition de janvier 2015) TITRE I (Fondation) Syndicat des Producteurs de Miel de France SPMF Siège social et administration : SPMF - Chambre d'agriculture du Gers Route de Mirande, BP 70161, 32003 AUCH CEDEX STATUTS MODIFIES ( édition de janvier

Plus en détail

Élections fédérales. Formation 101

Élections fédérales. Formation 101 Élections fédérales Formation 101 Déroulement de la formation 1- Le parlement canadien 2- Rôle du député 3- Rôle du premier ministre 4- Les enjeux locaux en lien avec les élections fédérales 5- Comment,

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE

L UNAF LA DEMI-PART FISCALE L UNAF et LA DEMI-PART FISCALE Union nationale des associations familiales 28 place Saint-Georges 75009 PARIS Tél : 01 49 95 36 00 Fax : 01 40 16 12 76 www.unaf.fr 1/11 L'UNAF et la suppression de la demi-part

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

S T A T U T S (Association loi 1901)

S T A T U T S (Association loi 1901) CERCLE DAMIEN KONDOLO (La Fraternelle de la République Démocratique du Congo en Europe) S T A T U T S (Association loi 1901) Nous, membres de diverses institutions philanthropiques, réunis en Assemblée

Plus en détail

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour.

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour. Pol Indépendance de la Belgique 1830 La Belgique est gouvernée par les libéraux et les catholiques. Il ne s agit pas encore de partis politiques mais plutôt de regroupements philosophiques. Vote censitaire

Plus en détail

STATUTS JUDO CLUB BALLENS REVISION 2006

STATUTS JUDO CLUB BALLENS REVISION 2006 STATUTS DU JUDO CLUB BALLENS REVISION 2006 - 1 - STATUTS DU JUDO CLUB BALLENS DÉNOMINATION Article 1 1.1 Nom: le Judo Club Ballens (ci-après le JCB) est régi par les présents statuts et les articles 60

Plus en détail

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal)

I. Dénomination, siege social et objectifs. Article 1 (Dénomination et cadre légal) I. Dénomination, siege social et objectifs Article 1 (Dénomination et cadre légal) Par les présents statuts, il est constitué une fédération internationale d associations dénommée EURODOC le Conseil Européen

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4

REGLEMENT INTERIEUR. Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO ARTICLE 4 REGLEMENT INTERIEUR «SERVICE INTERPROFESSIONNEL DE SANTÉ AU TRAVAIL DE LA MANCHE» Association régie par les dispositions de la loi du 1 er juillet 1901 SIÈGE SOCIAL ZA LE BOIS ARDENT 50000 SAINT LO PREAMBULE

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

EN PRATIQUE. En incapacité de travail et maintenant?

EN PRATIQUE. En incapacité de travail et maintenant? EN PRATIQUE En incapacité de travail et maintenant? Une brochure des Mutualités Libres Rue Saint-Hubert, 19-1150 Bruxelles T 02 778 92 11 - F 02 778 94 04 commu@mloz.be Photos > Isopix www.mloz.be ( )

Plus en détail

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI

TITRE II : DES ORGANES DE LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE DU MALI DECRET N 98-228/P-RM Fixant l organisation et les modalités de fonctionnement de la chambre de commerce et d industrie du Mali. Le Président de la République, Vu la Constitution ; Vu la Loi n 94-009 du

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B.

Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. Lois 30746 p.1 Décret régulant le nombre d'étudiants dans certains cursus de premier cycle de l'enseignement supérieur D. 16-06-2006 M.B. 06-07-2006 modifications : D. 25-05-07 (M.B. 01-06-07) D. 09-05-08

Plus en détail

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Chapitre 1: Dispositions générales Art. 1. Forme juridique et siège 1. La section vaudoise, membre de la Fédération suisse des aveugles

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

Si vous tombez malade peu après une autre période de maladie, s il s agit d une rechute ou d une nouvelle maladie.

Si vous tombez malade peu après une autre période de maladie, s il s agit d une rechute ou d une nouvelle maladie. FICHE INFO Attention. Suite aux décisions prises récemment dans le cadre du statut commun du travailleur, certaines dispositions seront modifiées à partir du 1 er janvier 2014. Elles portent essentiellement

Plus en détail

Statuts de la JS Suisse

Statuts de la JS Suisse Statuts de la JS Suisse Statuts modifiés à l'assemblée Annuelle de la JS Suisse du 28 et 29 mars 2015 www.jss.ch info@jss.ch 1 FORME JURIDIQUE ART. 1 Sous la détermination, Schweizerische JungsozialistInnen

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA)

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PAR : Alain Proulx, président Syndicat National des employés de l aluminium d Arvida (FSSA) et Pierre Bergeron, actuaire

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SYNTHÈSE HISTORIQUE DU VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 Par Jacques Guilmain (Membre de l'association des employés retraités de la ville de Montréal et membre du conseil d'administration

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Mr Abdeljalil ZERHOUNI SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU MAROC SUR LA COMMUNICATION DES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

Plus en détail

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015

COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 COMMENTAIRE DU FORMULAIRE DE DEMANDE 2015 Après avoir lu la circulaire, nous vous invitons à suivre le présent guide pour vous aider à remplir les différentes rubriques de votre (vos) formulaire(s) de

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES.

3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. 3 JUILLET 2005. - LOI RELATIVE AUX DROITS DES VOLONTAIRES. Version Publication au Moniteur Belge Initiale : L. du. 03/07/2005 relative aux droits des volontaires 29/08/2005. 1 ère modification : L. du.

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

Mes droits aux vacances. ... en survol

Mes droits aux vacances. ... en survol Mes droits aux vacances... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS

ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ENFANCE ET FAMILLES D'ADOPTION DE L'HERAULT Association de foyers adoptifs STATUTS ARTICLE 1 Il est formé entre ceux qui adhérent aux présents statuts, une association déclarée conformément à la loi du

Plus en détail

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP)

LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) LE PROTOCOLE D ACCORD PREELECTORAL (PAP) Le protocole d accord se négocie entre le chef d entreprise ou son représentant (dument mandaté à cet effet) et les organisations syndicales (OS) représentatives.

Plus en détail

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2013 13.043

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2013 13.043 CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2013 13.043 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d un crédit supplémentaire urgent de 8.000.000 francs destiné à financer

Plus en détail

Société française d'économie rurale

Société française d'économie rurale Article 1 : L'association dite «Société Française d'économie Rurale}} est régie par la loi du 1er juillet 1901 et par les présents statuts. Article 2 : Le siége social de la SFERest au 19 avenue du Maine,

Plus en détail

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS

UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS UTILISATION DES FONDS ET DES BIENS DES COOPERATIVES ET DES FOYERS COOPERATIFS 1) Les coopératives et les foyers ne sont pas des moyens de pallier certaines insuffisances financières ou matérielles : Ce

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version janvier 2015 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA Chef Maureen Chapman Comité des Chefs sur les revendications Mémoire prébudgétaire au Comité permanent des finances

Plus en détail

Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155;

Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155; Loi n 83-12 du 2 juillet 1983 relative à la retraite Le Président de la République, Vu la charte nationale, notamment son titre sixième V. Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155; Vu

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES

PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES Assurances Collectives Catalogue des produits 4. Expatriés 4.2 Protection sociale des expatriés PROTECTION SOCIALE DES EXPATRIES 2. Protection sociale des expatriés : Assurances à souscrire 2.1. Problématiques

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES ET RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX

LIGNES DIRECTRICES ET RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX MÉMORANDUM D11-6-5 Ottawa, le 4 janvier 1993 OBJET DISPOSITIONS RELATIVES AUX INTÉRÊTS ET AUX PÉNALITÉS : DÉTERMINATIONS, CLASSEMENTS OU APPRÉCIATIONS ET RÉVISIONS OU RÉEXAMENS ET EXONÉRATIONS DE DROITS

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

Newsletter. Actualité sociale du mois d Août. Solutions for Human Resources. Actualité sociale du mois d Août

Newsletter. Actualité sociale du mois d Août. Solutions for Human Resources. Actualité sociale du mois d Août 2011 Newsletter PERSOLIS Résidence de la Lyre, 19 1300 Wavre Tel : +32 (0)10 43 98 83 www.persolis.be «La Newsletter Persolis est diffusée avec la collaboration du Groupe S Secrétariat Social» 1 Vous connaissez

Plus en détail

SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs

SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs SNAV «les Professionnels du Voyage» Organisation nationale des Professionnels du Voyage : Producteurs Distributeurs - Réceptifs RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL EXÉCUTIF DES RÉCEPTIFS ARTICLE 1 TITRE I Définition

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE

PROTECTION SOCIALE EN FRANCE Qu est-ce que la protection sociale? PROTECTION SOCIALE EN FRANCE La protection sociale désigne tous les mécanismes de prévoyance collective, permettant aux individus de faire face aux conséquences financières

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON»

STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON» STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON» TITRE 1 : DEFINITION DE L ASSOCIATION Article 1 : Dénomination Il est fondé entre toutes les personnes morales ou physiques qui adhèrent aux présents statuts une

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art.

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art. DÉONTOLOGIE Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1 TITRE 1 ER. DISPOSITION GÉNÉRALE Article 1 er La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /...

CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /... CONVENTION DE STAGE EN ENTREPRISE EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ANNÉE SCOLAIRE... /... Concernant le stagiaire: Nom : Prénom : Adresse : Date de naissance : Nationalité : Formation : Entre: Nom et adresse complète

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Règlement intérieur de l'association internationale forêts méditerranéennes Adopté par l Assemblée Générale ordinaire du 21 mars 2015

Règlement intérieur de l'association internationale forêts méditerranéennes Adopté par l Assemblée Générale ordinaire du 21 mars 2015 AIFM/15/019 Règlement intérieur de l'association internationale forêts méditerranéennes Adopté par l Assemblée Générale ordinaire du 21 mars I. Préambule Article 1 Le présent règlement intérieur, prévu

Plus en détail

Une circulaire "Technique" sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers

Une circulaire Technique sur la syndicalisation et la trésorerie mais qui ne concerne pas que les trésoriers Paris, le10/11/2009 46, avenue d Ivry 75647 PARIS cedex 13 01 40 63 27 31 Fax: 01 40 63 29 09 Secrétariat : Claudine CAUQUIS : 01 40 63 27 10 tresor.enretraite@snes.edu Aux secrétaires et Trésoriers de

Plus en détail

CIRCULAIRE N 000333 DU 2 JUILLET 2002

CIRCULAIRE N 000333 DU 2 JUILLET 2002 Bruxelles, le 2 juillet 2002 Administration Générale des Personnels de l Enseignement Cellule des Accidents du Travail de l enseignement CIRCULAIRE N 000333 DU 2 JUILLET 2002 Objet : Accidents du travail

Plus en détail

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France

La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants des salariés aux décisions économiques en France Conférence internationale sur le modèle social européen organisée par EURISPES et la Fondation Friedrich Ebert à Rome 10-11 mai 2007 La démocratie sociale et la participation des syndicats et des représentants

Plus en détail

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse)

STATUTS. DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) STATUTS DE L UNION SUISSE DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER (USPI Suisse) Chapitre premier: Nature et buts Article 1: Dénomination et siège Les associations cantonales de gérants, courtiers et experts

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

Le conflit des retraites en France

Le conflit des retraites en France Le conflit des retraites en France Philippe Légé En 2010, la France a connu une intense lutte sociale. Le facteur qui l a déclenchée était une réforme qui, selon le Premier ministre, François Fillon, était

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/12/200 DÉLIBÉRATION N 12/053 DU 3 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA DIRECTION

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie

NOR: SPSS9510404C. (BO Affaires sociales et Santé ) Le ministre de la santé publique et de l'assurance maladie Circulaire n DSS/4B du 06 novembre 1995 relative à la protection en matière d'accidents du travail et de maladies professionnelles des assistantes maternelles et des particuliers qui hébergentà domicile

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55

MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 MÉMOIRE DE L ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SUR LE PROJET DE LOI 55 INTRODUCTION En juin 2005, le gouvernement fédéral déposait un projet de loi sur la refonte des règles sur l insolvabilité afin

Plus en détail

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs.

placement sont un élément important de la précarité du travail et une menace pour le respect des droits des travailleuses et des travailleurs. À LA DÉFENSE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS D AGENCES DE PLACEMENT TEMPORAIRE IL EST PLUS QUE TEMPS QUE LE GOUVERNEMENT PASSE À L ACTION! AIDEZ NOUS À FAIRE DES GAINS DANS CE DOSSIER PRIMORDIAL MISE

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Problématique : Existe-t-il un modèle de développement pour les pays du Sud? Page 2 Document 1 Evaluation : 1. Présentez le document.(x

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998)

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) Comme indiqué plus haut, l'ordonnance de 1828 avait organisé l'administration centrale

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

Quand arrive la retraite

Quand arrive la retraite Quand arrive la retraite Régime de rentes du Québec La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail