Démonstration Nouvelles Technologies. B.Teboul : médecin J. Piano : neuropsychologue L. Boscher : ergothérapeute A. Derreumaux : ingénieur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démonstration Nouvelles Technologies. B.Teboul : médecin J. Piano : neuropsychologue L. Boscher : ergothérapeute A. Derreumaux : ingénieur"

Transcription

1 Démonstration Nouvelles Technologies B.Teboul : médecin J. Piano : neuropsychologue L. Boscher : ergothérapeute A. Derreumaux : ingénieur 24/11/2011 1

2 Sommaire 1. Définitions et buts 2. CIU-Santé et CMRR 3. Gérontechnologies et DTA a. Aides cognitives b. Aides au contact social c. Sécurité d. Robots e. Informations et soutien f. Evaluation clinique 4. Expérimentations CHU de Nice 5. Vidéos et Démonstrations 2

3 Définitions et Buts Gérontechnologies Systèmes Techniques Evolués qui vont aider la personne âgée et/ou soit un proche, soit un professionnel, dans la réalisation des activités de la vie quotidienne TIC Technologies de l'information et de la Communication Prise en charge DTA La Qualité de Vie & Longévité Veille Sanitaire 3

4 Les GT, Les TIC et la Santé : Technologies Nouvelles & Santé Amélioration - Modalités - du Soin par la télémédecine, la robotique de la Qualité de Vie par l'aide au maintien à domicile (domotique, bâtiment intelligent, lien virtuel, alerte) des Connaissances Médicales par la qualité des transferts d'informations, par de nouveaux outils de formation (simulation) de la Coordination autour du patient aide aux Réseaux Objectifs Nécessitant un Vrai Modèle Economique & une Réelle Politique de Santé CNR-SDA 4

5 Projet CIU-Santé : Consortium «Gérontechnologies & Télémédecine» Processus d'innovation, d'expérimentation et d'évaluation - Idée, Prototype, Solution, Expérimentation, Résultats - Plateforme Partenariale Veille Cartographie des compétences Génération d'idées Gestion de projet Plateforme Habitat Technologie ambiante Domotique Intégration et infrastructure Interopérabilité Services Plateforme Patient Capteurs portés Actimétrie Physiologie Mobilité Interopérabilité Services Consortium CIU Santé : Pôle SCS - CHU de Nice - UNSA / Faculté de médecine SAGEM - MOVEA CEA - ACTIS INRIA CSTB 5

6 CMRR / CoBTek Centre Mémoire de Ressources et de Recherche Cognition Behaviour Technology Unité du CHU de Nice Missions : Soins Enseignement Recherche Animation de réseaux Unité de Recherche mixte UNSA - INRIA Missions: Connaissances Stratégies TIC Dic et Prise en Charge Cogn. DTA Autonomie des Sujets Agés 6

7 L'utilisation des Gérontechnologies dans la maladie d Alzheimer Aides cognitives Aides au contact social Sécurité Robots Information et soutien Évaluation clinique Autonomie Stimulation Évaluation régulière Évaluation objective 7

8 Aides cognitives Rappel de prise de médicaments, Rappel de rendez-vous, Organisation Pilulier Intelligent DOmedic Agenda Électronique Forget-me-not 8

9 Aides cognitives Stimulation cognitive Réalité Virtuelle et Rééducation Fonctionnelle Nintendo Wii Mémorisation, Planification et Exécution de tâches Réserve Cognitive et Plasticité Cérébrale Capacités dans les Activités Quotidiennes 9

10 Aides cognitives Stimulation cognitive Auto-évaluation sur Tablette Tactile Programmes de Stimulation Cognitive Informatisée Test Mémoire Questionnaires Comportement Motivation Dépression Informations Selon résultats Conseils RDV au CMRR Tester régulièrement 10

11 Aides au Contact Social Communication (Téléphone, Visiocommunications) Téléphone simplifié 1 touche, centre d appels Bazile Telecom Ordinateur, TV, téléphone, tablette avec système de visioconférence Skype 11

12 Sécurité - Mobilité Géolocalisation Montre ou boitier GPS Suivi des déplacements Telespazio Capteurs de chute Bracelet, capteur porté (accéléromètres) Perte de verticalité VigiSense 12

13 Sécurité - Santé Capteurs de Paramètres Biologiques Possibilité de mesurer : ECG Glycémie Oxymétrie Pouls Verylife Capteurs d Activité Motrice Actimètres : en bracelet, au buste ou à la ceinture Mesure l Activité Comportementale Movea 13

14 Sécurité Habitat intelligent Capteurs de Présence, de Mouvement et d Utilisation Capteurs Infra-Rouge (présence) Coussins Détecteurs (lit / fauteuil) Capteurs & Actionneurs Domotiques Ouvertures Portes / Fenêtres / Placards Robinets Appareils ménagers Éclairage 14

15 Robots Robots sociaux Le Robot Social : stimulant émotionnel, mais aussi de l'interactivité, de la communication et du renforcement psychologique utile à la mobilité Le robot phoque PARO rend plus actifs les patients Alzheimer Le chien AIBO amélioration de la qualité de vie Le chat NeCoRo qui diminue les états d'agitation 15

16 Robots Robots assistants Le Robot Assistant muni de caméra, d'écran tactile à l'étude et déjà opérationnels moyens de Contrôle et de Surveillance Le robot KOMPAÏ mais il est peu compliant Le robot PEARL : rappel des tâches, liste de courses exercice de stimulation cognitive, Aide à conduire la personne à son RDV Le Robot d'assistance Ménagère Aspirateurs automatique : peu décrits, fort utiles ROOMBA, SAMSUNG 16

17 Information et Soutien Éducation Thérapeutique Soutien et Partage entre Aidants Site web, Forum sur internet, elearning Supervision des Aidants ~6H/Jour d Assistance par Aidants Naturels TV, Téléphone, Téléassistance 17

18 Évaluation clinique Outils Praticiens Tests physiques (SPPB, VMB) plus précis grâce aux accéléromètres Questionnaires plus pratiques grâce aux tablettes tactiles Évaluation Écologique Évaluation Comportementale objective grâce au scoring automatique 18

19 Place & Limites des Gérontechnologies Pertinence & Acceptation de la Technologie : Simplicité d Utilisation, Fiabilité Aspects Emotionnels Utilité dans la Vie Quotidienne Capacités d Apprentissage Réticences des Aidants, Liberté, Sécurité Patients Non Substitution à l Aide Traditionnelle Financement Intérêt de la Recherche (Pb Collusion), de la Concertation avec les Industriels, de l Innovation Pluridisciplinaire 19

20 Évaluation de la mobilité Utilisation de GPS 20

21 Projet GPS (CHU de Nice 2009) Cartographie précise des déplacements Système de Géolocalisation = Outil d'audit (166 déplacements) Outil de participation active Intérêt Détection précoce des : Vulnérabilités Facteurs Environnementaux Aggravants Correction et Prévention personnalisées 21

22 Évaluation de la mobilité Risques de Chute Rollator équipé de Capteurs Réalité Virtuelle 22

23 Les risques de chute La chute accidentelle: Est le fait de tomber au sol de manière inopinée, non contrôlée par la volonté. Les chutes dues à une perte de connaissance, à la survenue d 'un AVC ou des accidents majeurs extrinséques sont exclues de cette définition déf donnée par la SFDRMG en collaboration avec l'has en

24 Les risques de chute Les causes: Facteurs intrinsèques médicaments maladies (notamment les démences) Facteurs extrinsèques comportementaux environnementaux Souvent multifactorielles 24

25 Les risques de chute Les conséquences Décès Fractures (notamment de hanche) Impact psychologique Cercle vicieux de la chute Perte de l 'autonomie Institutionnalisation 25

26 Les risques de chute Prévention: Aménagement de l'environnement Correction d'éventuels troubles visuels Limitation de médicaments Mais aussi: Rééducation de l'équilibre et de la marche Apprentissage de l'usage approprié des matériels d'assistance 26

27 Un outil d'évaluation de la mobilité : le Rollator équipé ANG Light (technologie développée à l'inria Sophia Antipolis) 27

28 Protocole d'évaluation de l'ang Objectif: Évaluer la marche avec un rollator équipé de capteurs. Le Rollator ANG Light: rollator du commerce accéléromètres au niveau des roues arrières ordinateur qui enregistre les données 28

29 Protocole d'évaluation de l'ang Critères d 'inclusion: Patient âgé de 55 ans et plus Patient ne présentant pas de troubles locomoteurs Patient n'ayant pas de troubles cognitifs global Patient ne présentant pas d 'apathie Critères de non inclusion: Patient ayant un handicap moteur 29

30 Protocole d'évaluation de l'ang Méthode: Réalisation de 2 parcours de marche, avec et sans Rollator. L'un en rectiligne, l'autre avec un angle droit et un demi-tour. Parcours chronométrés 30

31 Protocole d'évaluation de l'ang Résultats: La vitesse de marche La trajectoire effectuée Les accélérations Le nombre de pas 31

32 Exemples de données collectées Déviation de la trajectoire Accélération et nombre de pas 32

33 Évaluation de l'ang : vidéo Vidéo 33

34 L 'ANG II Rollator du commerce motorisé avec différents capteurs. Objectifs: aide à la motricité aide à la navigation aide aux transferts Mais aussi: GPS / GSM Télécommande à distance 34

35 Réalité Virtuelle (Serious Game) Utilisation de consoles de jeu pour la rééducation 35

36 Protocole Kinect / Wii Objectif: Évaluer l'efficacité de deux consoles de jeux grand public dans la rééducation des troubles de l'équilibre et de la marche chez des personnes âgées ayant une maladie d'alzheimer ou une pathologie apparentée. 36

37 Protocole Kinect / Wii Méthode: Essai clinique prospectif, multicentrique, international, randomisé 3 groupes de patients suivis 4 fois par semaine (120h) pendant 6 semaines soit en kiné soit en utilisant des jeux Kinect soit en utilisant des jeux Wii 4 évaluations neuropsychologiques et motrices 37

38 Protocole Kinect / Wii Critères d'inclusion des patients : Patients capables de comprendre des ordres complexes Patients ayant une démence de type Alzheimer ou une maladie apparentée (MCI, vasculaire et mixte) MMSE compris entre 16 et 26 Patients âgés de 60 ans et plus 38

39 Protocole Kinect / Wii Critères de non-inclusion : Les autres causes de démence, les pathologies psychiatriques et syndromes comportementaux Patients ne pouvant pas marcher sans aide (tierce personne ou aide de marche) Patients ayant des troubles sévères de l'attention, de la vue ou de l'ouïe empêchant le bon déroulement de la prise en charge. 39

40 Rééducation : kiné Exercices de pratique courante Guide de rééducation kiné pour assurer la reproductibilité inter-centre Exemple : rééducation des paramètres spatiaux de la marche 40

41 Rééducation : jeux vidéo Sélection de jeux adaptés à la population Exemple avec la Xbox: Fuites Rééducation de l'équilibre et de la marche Permet de travailler l'initiation du pas et la stabilisation de l'équilibre 41

42 Rééducation : jeux vidéo Sélection de jeux adaptés à la population Exemple avec la Wii Board: le ski Rééducation de l'équilibre avec transfert des appuis 42

43 Vidéo Vidéo 43

44 Évaluation objective des troubles du comportement dans la maladie d Alzheimer 44

45 La maladie d'alzheimer La maladie d'alzheimer (ou syndromes apparentés) se caractérise par : des troubles cognitifs mémoire, langage, attention ) très fréquemment associés à des troubles du comportement agitation, opposition, désinhibition, apathie 45

46 L apathie L'apathie, est un des symptômes comportementaux les plus fréquents au cours de la maladie d'alzheimer. (prévalence proche de 60%) Définition : Troubles des comportements et activités cognitives orientés vers un but, à savoir une perte des comportements auto-initiés et en réponse à une sollicitation extérieure, ainsi qu'une perte de spontanéité et de réactivité aux évènements extérieurs 46

47 L apathie La présence d'apathie est associée à une augmentation du risque de conversion MCI maladie d'alzheimer une institutionnalisation plus précoce des patients au stade démentiel, un déclin fonctionnel avec perte d'autonomie plus rapide une augmentation de la prescription de médicaments psychotropes 47

48 Évaluation de l Apathie en pratique quotidienne Echelles neuropsychiatriques Sous la forme de questionnaires (ex: l'inventaire Apathie) Basés sur les informations recueillies auprès du patient et de son accompagnant, ainsi que sur l'impression clinique de l'évaluateur. Pb n 1 = évaluation subjective 48

49 Évaluation subjective Alternative? recours aux nouvelles technologies Exemple : l actigraphie enregistre l'activité motrice Applications pratiques de l'actigraphie : l'évaluation des troubles comportementaux de l'hyperactivité, chez l'enfant chez le patient dément effet sédatif de certaines drogues dépistage de certains troubles du sommeil 49

50 Lien entre Actigraphie et Apathie Une de nos études a montré que les patients «Alzheimer» apathiques ont : une activité motrice < aux sujets sans apathie (David, Rivet et al ; David, Mulin et al. soumis) lors d'évaluations réalisés : sur de courtes durées (1h d'enregistrement) sur des périodes de 24h (pendant 7 jours consécutifs). 50

51 Tracé de l Activité Motrice MMA basse MMA intermédiaire MMA haute Variations de l'activité motrice moyenne (MMA) au cours d'un enregistrement de 75 minutes pour 3 patients différents, avec de haut en bas : apathie sévère, apathie légère, absence d'apathie. 51

52 Suite de l étude Pb n 2 : la technique d'enregistrement actigraphique ne permet pas de détecter le type d'activité motrice réalisée notamment le fait qu'une activité soit ou non orientée vers un but, comme définie dans les critères de l'apathie Utilisation complémentaire et conjointe d'un enregistrement vidéo But : vérifier la concordance entre des valeurs actigraphiques d'activités locomotrices et le caractère «orienté vers un but» des niveaux d'activité. 52

53 Étude «Apathie, Actigraphie et Reconnaissance Vidéo» Objectifs à moyen terme : d'enrichir la démarche clinique en proposant une évaluation plus précise, car qualitative à long terme, et d'un point de vue pratique : de favoriser l'adaptation des patients aux activités de la vie quotidienne 53

54 Scénario Scénario : (1 heure) Séquence totalement dirigée chronométrée, basée sur une batterie courte de performances physiques ; Séquence semi-dirigée chaque participant doit réaliser une série de tâches prédéfinies; Séquence libre différentes activités proposées, sans qu'aucune consigne ne soit donnée quant aux actions à réaliser A la fin de la séquence libre, la séquence totalement dirigée est à nouveau demandée au sujet afin de tester la reproductibilité des mesures. 54

55 Reconnaissance Vidéo Mesure de la vitesse de marche Reconnaissance des activités effectuées (technologie développée à l'inria Sophia Antipolis) 55

56 Matériel utilisé 56

57 Actiwatch (Mini-Mitter) Mesure de l'activité motrice Porté au poignet Autonomie d'une semaine Précision à 1 minute 57

58 MotionPod (Movea) Mesure de l'activité motrice + Évaluation de la posture Porté sur le buste ou à la ceinture Autonomie de 12 heures Doit rester à proximité de l'ordinateur (~15m) Précision à 1 seconde 58

59 Capteur Verylife Mesure de l'activité motrice + Rythme cardiaque (indicateur de stress) + Température Porté (collé) sur le buste Autonomie de 12 heures Précision à 1 seconde + courbe ECG 59

60 Traitement de la vidéo (INRIA) Mesure de la vitesse de marche Détection des postures Détection des activités réalisées vis-à-vis du scénario 60

61 Traitement de la vidéo L algorithme détermine : 1. La position de la personne dans la pièce à partir de zones prédéfinies (modélisation de la pièce à-priori) 2. La posture de la personne (debout, assis, marche, ) L activité effectuée (lecture du journal, préparation du goûter, ) 61

62 Traitement de la vidéo (INRIA) Vidéo 62

63 Les habitats intelligents 63

64 Schéma Fonctionnel d un Habitat Intelligent Un BUT : offrir des Services Contextuels aux occupants de l Habitat Intelligent. Quatre Étapes nécessaires : 1. Capture des Données 2. Analyse des Données choix judicieux des mécanismes de capture de données 3. Action Services Utilisation de ces informations pour fournir des services 4. Adaptation Prise en compte des interventions réalisées pour les futures prises de décision. Approche Logique (a) et Approche Physique (b ) Préférable... 64

65 Projet GERHOME Technologies domotiques intelligentes Objectifs : Autonomie Confort de vie Sécurité Surveillance et assistance à domicile Équipes collaboratives : Médicale : évaluation gérontologique standardisée de 14 volontaires sains Technique : capteurs et caméras (technologie développée au CSTB Sophia Antipolis) 65

66 Chambres d'hôpital équipées en TIC Deux chambres d'un service gériatrique de l'hôpital de Cimiez équipées d'un système de capteurs permettant de suivre les activités du patient. Profil des patients du service : âge > 75 ans en SSR Capteurs de présence, de mouvement et d'utilisation 66

67 Analyses des données des capteurs de présence et d'utilisation 67

68 Projet SIGAAL Services Inter Générationnels pour l'assistance aux Ainés dans leur Logement Maintenir voire renforcer le Lien Social des personnes âgées et détecter des Fragilités naissantes chez ce type de population Étude des outils interactifs de veille utiles à Sécuriser les personnes âgées vivant à domicile, en vue du développement d'une offre de services 68

69 Projet SIGAAL Étude sur 10 mois à domicile, pour définir des profils d'habitude de vie & des facteurs prédictifs d'évolution de la santé Sécurisation au domicile Sentiment de solitude Surveillance des pathologies à risque Suivi des rythmes de vie Étude de la mobilité à domicile Stratégie de prévention Veille sanitaire à distance 69

70 SIGAAL : Activités suivies au sein de l habitat intelligent Heure du lever - Heure du coucher Temps total passé au lit - Temps total passé au fauteuil Temps passé dans chaque pièce : salon, chambre, cuisine, salle de bain Temps total passé à l intérieur et à l extérieur de l appartement Nombre de sorties de l appartement Utilisation des WC : nombre d utilisations La toilette (heure de début et durée) / analyse de différents capteurs : ouverture de la porte de la salle de bain (SDB) présence dans la SDB - utilisation de la douche ou du lavabo Les repas / analyse de différents capteurs : ouverture de la porte de la cuisine, présence dans la cuisine utilisation de la plaque - ouverture du frigidaire L enregistrement s effectuera de manière continue sur une période de 10 mois : Histogramme de distribution, moyenne et intervalle de confiance. 70

71 SIGAAL : Algorithmes de Détection de Situations à Risque Les données obtenues nous permettront d étudier s il est possible de créer des Routines Logiques de Détection de Situations à Risque Apparition dune Perte d Autonomie : diminution de mobilité apparition d un confinement domiciliaire difficulté pour l hygiène corporelle (Capteurs de Toilette, Capteurs d Odeur ) difficulté pour la préparation des repas Détection d une Situation Clinique Pathologique : évaluation de la chute (Capteurs qualitatifs de sons, Ultra-Sons ) déambulation nocturne (Capteurs Thermiques ) Détection d un Accident Domestique : oubli des plaques de cuisson détection de fuite d eau 71

72 Architecture du système SIGAAL Réseau IP Transmetteur Centrale Capteurs GSM 72

73 Répartition des Principaux Capteurs au sein du Logement 73

74 Merci de votre attention! 74

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé, l innovation pour l autonomie Le contexte global de la démarche TIC & Santé

Plus en détail

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie Capteurs pour la santé et l autonomie Nouvelles approches technologiques pour le suivi sur les lieux de vie Santé : nécessité de nouvelles approches Le nouveau contexte créé par les technologies de l information

Plus en détail

L ERGOTHERAPIE EN GERIATRIE Dr S.FARDJAD, Praticien Hospitalier Service de MPR du Professeur J-M.GRACIES CHU Mondor-Chenevier DEFINITION Thérapie utilisant comme moyen l activité (du grec «ergon»): - l

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses réflexion Gérontechnologies et société Cécile Cridelich Alain Franco z Les gérontechnologies, concept datant des années 1990 allient, gérontologie et technologie z Elles ont un rôle bien défini dans notre

Plus en détail

NEO Centrale d appel à domicile

NEO Centrale d appel à domicile NEO Centrale d appel à domicile NEO est l élément central pour le maintien à domicile. Tous les équipements y sont reliés, et lui transmettemt les alarmes. NEO envoie les données à la Helpline qui les

Plus en détail

LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR

LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR LE SYSTÈME DE DÉTECTION DES CHUTES VAC En associant un capteur optique à un software, le système breveté

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Les Gérontechnologies au service des soignants. Jean-Pascal CASANOVA ergothérapeute

Les Gérontechnologies au service des soignants. Jean-Pascal CASANOVA ergothérapeute Les Gérontechnologies au service des soignants Jean-Pascal CASANOVA ergothérapeute L ergothérapie et les Gérontechnologies Les nouvelles technologies sont depuis longtemps préconisées par les ergothérapeutes

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES

NOUVELLES TECHNOLOGIES NOUVELLES TECHNOLOGIES INTERET DANS LA PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES OU A RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE Dr V. CRESSOT Pôle de Gérontologie clinique CHU de Bordeaux 1 INTRODUCTION Augmentation

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

QUELS OUTILS SONT UTILISES POUR LES ACTIVITES DE REHABILITATION EN ESAD

QUELS OUTILS SONT UTILISES POUR LES ACTIVITES DE REHABILITATION EN ESAD QUELS OUTILS SONT UTILISES POUR LES ACTIVITES DE REHABILITATION EN ESAD UN TRAVAIL D ÉQUIPE 14.04.14 E. Orer, ergothérapeute M.Delhaye, ASG C.Germonprez, ASG M.Ladeiro, ASG POURQUOI CRÉER, ADAPTER OU PERSONNALISER

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives

Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives Rencontres INRIA Industrie : les Sciences du Numérique au Service de la Santé à Domicile et de l'autonomie Santé à domicile et autonomie : Contexte, enjeux, perspectives Jacques Duchêne, Université de

Plus en détail

Le SQUARE DES AGES, un nouveau concept d habitat sénior

Le SQUARE DES AGES, un nouveau concept d habitat sénior Un habitat adapté, évolutif et intégrant les technologies de l information et de la communication pour l autonomie tout au long de la vie. Espace d accueil, d information et de conseils en aides techniques

Plus en détail

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile

Formations Sanitaires et Sociales. Petite enfance Gérontologie Aide à domicile Formations Sanitaires et Sociales Petite enfance Gérontologie Aide à domicile SOMMAIRE Formations communes aux secteurs : petite enfance, gérontologie et aide à domicile Page 4 Formations relatives au

Plus en détail

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan:

Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique. Plan: Apathie, profil actimétrique nocturne et gènes de l horloge biologique CMRR Nice Emmanuel Mulin mulin.e@chu-nice.fr Plan: Préambule Apathie et maladie d Alzheimer Sommeil et maladie d Alzheimer Données

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA

Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA Maltraitance Technophobie Technophilie Technopénie Pr Robert Moulias Commission Age Droits Liberté Fédération 39 77 contre la Maltraitance (ex ALMA et HABEO) 1 RAPPEL Vieillesse ne signifie pas : - DEPENDANCE

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

Évaluation sur simulateur de conduite des personnes cérébrolésées : une pratique clinique

Évaluation sur simulateur de conduite des personnes cérébrolésées : une pratique clinique Évaluation sur simulateur de conduite des personnes cérébrolésées : une pratique clinique Dr Denis Boiteux ; Yves Prudent ; Guillaume Lefèbvre ; Florence Duprey - Hôpital La Musse La tâche de conduite

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

E-SENIORS ANR. Journée d information SANTE & AUTONOMIE. 7 septembre 2009 PARIS

E-SENIORS ANR. Journée d information SANTE & AUTONOMIE. 7 septembre 2009 PARIS E-SENIORS ANR Journée d information SANTE & AUTONOMIE 7 septembre 2009 PARIS E SENIORS Paris 2009 1 E-SENIORS Seniors, handicapés et TIC Lutter contre : l e exclusion la fracture numérique l illectronisme

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle

Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle Recherche sur les appartements intelligents destinés aux personnes présentant une déficience intellectuelle Dany Lussier-Desrochers Université du Québec à Trois-Rivières Rencontres Franco-Québécoises 21

Plus en détail

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes

Permis de conduire et maladie d Alzheimer. Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Permis de conduire et maladie d Alzheimer Denise STRUBEL Service de Gérontologie et Prévention du Vieillissement CHU Nîmes Introduction Conduite automobile : Tâche complexe à forte exigence cognitive Liberté

Plus en détail

Moteur de recherche : Daniel Goutaine Page d'accueil Rubrique : contentions

Moteur de recherche : Daniel Goutaine Page d'accueil Rubrique : contentions Les contentions Moteur de recherche : Daniel Goutaine Page d'accueil Rubrique : contentions Les contentions Quatre types de contentions : - physiques (ou mécaniques) : au fauteuil ou au lit du résident,

Plus en détail

La conduite automobile chez les sujets âgés

La conduite automobile chez les sujets âgés La conduite automobile chez les sujets âgés Des conducteurs de plus en plus âgés Le taux de motorisation des ménages augmente 30% en 1960 80% actuellement En 1960: 10% des conducteurs avaient plus de 60

Plus en détail

Catalogue des Sujets de PFE 2015

Catalogue des Sujets de PFE 2015 Catalogue des Sujets de PFE 2015 P é p i n i è r e d e n t r e p r i s e S o f t T e c h T e c h n o p o l e d e S o u s s e R o u t e d e l a C e i n t u r e, B P : 2 4 S o u s s e 4 0 5 9 - T u n i s

Plus en détail

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX 15 Les solutions pour la maison L un des enjeux majeurs du maintien à domicile est la garantie, pour la personne en situation de dépendance

Plus en détail

WORKSHOP IA 2014-6 NOVEMBRE 2014 INSTITUT CLAUDE POMPIDOU - NICE - FRANCE. www.innovation-alzheimer.fr

WORKSHOP IA 2014-6 NOVEMBRE 2014 INSTITUT CLAUDE POMPIDOU - NICE - FRANCE. www.innovation-alzheimer.fr WORKSHOP IA 2014-6 NOVEMBRE 2014 INSTITUT CLAUDE POMPIDOU - NICE - FRANCE Depuis 2012, le workshop annuel de l'association Innovation Alzheimer a pour objectif de proposer des recommandations pour l'utilisation

Plus en détail

MPR et Maladies neuromusculaires

MPR et Maladies neuromusculaires MPR et Maladies neuromusculaires DES de MPR - Séminaire Nerf-Muscle MERCREDI 14 Mars 2012 Salle des congrès- Pôle Recherche Faculté de Médecine Lille Aurélie BETTRANCOURT ergothérapeute Centre de référence

Plus en détail

CHUTES DE LA PERSONNE AGEE. «Protection Escaliers motorisée»

CHUTES DE LA PERSONNE AGEE. «Protection Escaliers motorisée» CHUTES DE LA PERSONNE AGEE «Protection Escaliers motorisée» Ehpad «Les Magnans» St Martin de Valgagues Dr Sylvie Andre Allheilig Médecin coordonnateur La Chute n est pas une «Fatalité» L âge, la poly morbidité

Plus en détail

TIC et Santé à domicile

TIC et Santé à domicile TIC et Santé à domicile Opportunités européennes à l horizon 2015-2020 Présentation Mars 2012 Etude multi clients réalisée par le cabinet CODA Strategies CODA STRATEGIES 4 rue Galvani 75838 Paris Cedex

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

L ENTREPRENEURIAT INNOVANT DE LA SILVER ÉCONOMIE, LES VOIES NOUVELLES DES ROBOTS SOCIAUX D ASSISTANCE

L ENTREPRENEURIAT INNOVANT DE LA SILVER ÉCONOMIE, LES VOIES NOUVELLES DES ROBOTS SOCIAUX D ASSISTANCE L ENTREPRENEURIAT INNOVANT DE LA SILVER ÉCONOMIE, LES VOIES NOUVELLES DES ROBOTS SOCIAUX D ASSISTANCE Sophie Boutillier Dimitri Uzunidis Clersé (UMR-CNRS, 8019) Université Lille Nord de France Réseau de

Plus en détail

VIVAGO WELLNESS DOSSIER DE PRESSE

VIVAGO WELLNESS DOSSIER DE PRESSE VIVAGO WELLNESS DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : 01.43.03.03.67 Didier Jardin 06.60.32.56.87 Olivier Bessières 06.65.51.32.99 Documentations et photographies disponibles sur demande. Espace Presse sur

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

L approche éthique en gérontechnologie

L approche éthique en gérontechnologie Colloque européen L art de vieillir chez soi Guéret 29 septembre Technologies et vieillissement: Jusqu où ne pas aller trop loin? L approche éthique en gérontechnologie Gérard Cornet; Alain Franco, Vincent

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE

CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE CHAPITRE XI : TROUBLES DE LA MARCHE ET DE L EQUILIBRE. CHUTES CHEZ LE SUJET AGE I- Sémiologie des troubles de la marche A- Anamnèse B- Analyse catégorielle C- Analyse sémiologique II- Epidémiologie des

Plus en détail

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT :

DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : CSSS 044M C.P. Livre blanc L'autonomie pour tous DE LA MAISON À L HÉBERGEMENT : ENTOURER LA PERSONNE ÂGÉE ET LES PROCHES AIDANTS, ADAPTER LES PRATIQUES Mémoire présenté à la Commission de la santé et des

Plus en détail

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires?

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Monique Ferry MD; PhD Valence - Paris Agrumes /Montpellier 10/12/08 Le vieillissement n est pas une pathologie, mais il fait naître des besoins

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

MATÉRIEL MÉDICAL ORTHOPÉDIE SANTÉ BIEN-ÊTRE CONFORT

MATÉRIEL MÉDICAL ORTHOPÉDIE SANTÉ BIEN-ÊTRE CONFORT MATÉRIEL MÉDICAL ORTHOPÉDIE SANTÉ BIEN-ÊTRE CONFORT Le meilleur pour votre santé à domicile RETROUVEZ VOTRE MAGASIN : 265 route de La Ciotat - 13400 Aubagne Confort et bien-être RÉÉDUCATION ET DÉTENTE

Plus en détail

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP)

Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute, APHP) Dr Anne-Claire D APOLITO (APHP) Organisation française et réflexions d un Groupe d Etude et de Recherche pour la Conduite Automobile des personnes en situation de Handicap d Ile-de-France (GERCAH-IDF) Angèle MASSONNEAU (ergothérapeute,

Plus en détail

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire

TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire TIC pour la santé et l'autonomie : évaluation des services rendus et modèles économiques, une approche nécessairement pluridisciplinaire Telecom Bretagne, Institut Telecom M@rsouin, CREM Myriam.legoff@telecom-bretagne.eu

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Système intégré. Prévenir, aider et sécuriser.

Système intégré. Prévenir, aider et sécuriser. Système intégré. Prévenir, aider et sécuriser. IST International Security Technology Une technologie avancée au service de votre bien-être IST International Security Technology est une entreprise finlandaise

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS Débuté le Terminé le. FICHE ADMINISTRATIVE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Téléphone. ADRESSE...... N SS / / / / / // ENTOURAGE-PERSONNE RESSOURCE NOM QUALITE..TEL...

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT Jacques Butel - Nadiat Donnat - Jeanne Forestier - Céliane Héliot - Anne Claire Rae Forum prévention des chutes 2010 DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT 1 Recueil données Formulaire de signalement

Plus en détail

FORUM EHPAD PREVENTION DES CHUTES 2013. Définition de la chute

FORUM EHPAD PREVENTION DES CHUTES 2013. Définition de la chute FORUM EHPAD PREVENTION DES CHUTES 2013 Définition de la chute 1 Plan Une chuteuse.. 1 ère partie: PEC initiale du chuteur: Place du soignant Place du gériatre Place de kinésithérapeute 2ème partie : Prévention

Plus en détail

GCS e-santé ARCHIPEL. Présentation du SI régional de télésurveillance. 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1

GCS e-santé ARCHIPEL. Présentation du SI régional de télésurveillance. 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1 GCS e-santé ARCHIPEL Présentation du SI régional de télésurveillance 26/06/2015 Système d'information régional de télésurveillance 1 UNE SOLUTION GLOBALE la santé connectée aux services des patients 26/06/2015

Plus en détail

LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA

LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA LES CYCLES DE CONFERENCE DU THINK TANK G-NOVA 15 janvier 2015 COMPTE RENDU A L UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS DU JEUDI 15 JANVIER 2015 A SOPHIA ANTIPOLIS MIAGE NICE Conférence animé par Monsieur Stéphane

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6

en avant-première Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 en avant-première dossier de presse - mai 2014 Une solution de sol intelligent et connecté au service de la santé et du bien-être *une expérience unique du revêtement de sol 1/6 La «Silver Economy» (économie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique»

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique» DOSSIER DE PRESSE Une nouvelle activité vient de voir le jour «Le BTP Gériatrique» Adapt 06 est une société de travaux tout corps d état, spécialisée dans l adaptation des logements pour les personnes

Plus en détail

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES

PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES MEDRIA ELEVAGE PLAN LA SOCIÉTÉ MEDRIA LA DÉMARCHE MEDRIA LA PLATEFORME MEDRIA LE VEL'PHONE LE HEATPHONE L'INTERFACE DAILY WEB SERVICES LA SOCIÉTÉ MEDRIA Société créée en 2004 40 salariés Des investissements

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE. SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen

REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE. SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen REVOLUTION NUMERIQUE EN SANTE ou LA SANTE CONNECTEE SME NEUCHATEL 18 JUIN 2014 Ph de Lorme CHU Rouen ENJEUX DE LA FRANCE NUMERIQUE Renforcer la compétitivité de l économie française grâce au N. Permettre

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450 COMPLÉMENT AUTONOMIE Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. Capital 1 er équipement à partir de 750 Rente mensuelle jusqu à 450 * Dans les limites et conditions de la notice d information

Plus en détail

Dr Marie-Anne Dumont

Dr Marie-Anne Dumont Dr Marie-Anne Dumont Bulles d espace «La vieillesse est une période inévitable et naturelle de la vie humaine caractérisée par une baisse des fonctions physiques, de la perte du rôle social joué comme

Plus en détail

Etablissements de prise en charge des seniors

Etablissements de prise en charge des seniors Etablissements de prise en charge des seniors Claudine Fabre I. Introduction Qui est vieux? Dans le langage courant, le terme de personnes âgées sousentend un individu retraité ou > 65 ans Sous cette étiquette

Plus en détail

Infirmière en pratique avancée option gérontologie

Infirmière en pratique avancée option gérontologie Infirmière en pratique avancée option gérontologie BARRIERE-ARNOUX CÉCILE INFIRMIÈRE-SOPHROLOGUE LIBÉRALE CANDIDATE AU MASTER 2 SCIENCES CLINIQUES INFIRMIÈRES OPTION GÉRONTOLOGIE ANFIIDE 11 ET 12 OCTOBRE

Plus en détail

CONFORT. à domicile. Votre

CONFORT. à domicile. Votre Cachet du pharmacien ACCOMPAGNEMENT Les anticoagulants oraux - Votre confort à domicile Le désir de grossesse - Le diabète - La pharmacie @ domicile Votre santé en tête-à-tête - Le suivi de votre traitement

Plus en détail

DE LA NUMÉRISATION DES ACTIONS PHYSIQUES DES UTILISATEURS VERS LA CONCEPTION D INTERFACE AVEC LA KINECT

DE LA NUMÉRISATION DES ACTIONS PHYSIQUES DES UTILISATEURS VERS LA CONCEPTION D INTERFACE AVEC LA KINECT DE LA NUMÉRISATION DES ACTIONS PHYSIQUES DES UTILISATEURS VERS LA CONCEPTION D INTERFACE AVEC LA KINECT Doctorant Laboratoire G-SCOP VEYTIZOU Julien Julien.Veytizou@grenoble-inp.fr Qui suis-je? Projet

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

PUY-DE-DÔME. Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques

PUY-DE-DÔME. Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques PUY-DE-DÔME Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques Caisse Primaire d Assurance Maladie du Puy-de-Dôme Service du contrôle médical juillet 2009 Introduction Pourquoi un guide d aide

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Ministère des affaires sociales et de la santé DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE D. 312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION

REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION REGARDS PLURIPROFESSIONNELS AUTOUR DE L ALIMENTATION DE LA PERSONNE AGEE EN INSTITUTION 7 DECEMBRE 2012 Evaluation de l état nutritionnel des résidents EHPAD Les 5 sens à Landouge EHPAD Le Cantou de Condat

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

II.3 - AIDES TECHNIQUES (Fiche 3)

II.3 - AIDES TECHNIQUES (Fiche 3) II.3 - AIDES TECHNIQUES () SITES DE VIE AUTONOME (SIVA) Les sites de vie autonome sont des lieux uniques d accueil et de traitement des demandes de personnes handicapées portant sur les aides techniques

Plus en détail

FIT / IoT-LAB Une plateforme expérimentale sur l'internet des Objets. Fête de la Science 11 Octobre 2013

FIT / IoT-LAB Une plateforme expérimentale sur l'internet des Objets. Fête de la Science 11 Octobre 2013 FIT / IoT-LAB Une plateforme expérimentale sur l'internet des Objets Fête de la Science 11 Octobre 2013 Plan Introduction : C'est quoi l'internet des Objets? Technologie : Comment ça marche? La plateforme

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE Académies : Martinique Guadeloupe Session : ETABLISSEMENT... EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE NOM Prénom EVALUATION EN CENTRE Situation Pratique (45 min maximum) DATE. SITUATION SE DEROULANT

Plus en détail