Démonstration Nouvelles Technologies. B.Teboul : médecin J. Piano : neuropsychologue L. Boscher : ergothérapeute A. Derreumaux : ingénieur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Démonstration Nouvelles Technologies. B.Teboul : médecin J. Piano : neuropsychologue L. Boscher : ergothérapeute A. Derreumaux : ingénieur"

Transcription

1 Démonstration Nouvelles Technologies B.Teboul : médecin J. Piano : neuropsychologue L. Boscher : ergothérapeute A. Derreumaux : ingénieur 24/11/2011 1

2 Sommaire 1. Définitions et buts 2. CIU-Santé et CMRR 3. Gérontechnologies et DTA a. Aides cognitives b. Aides au contact social c. Sécurité d. Robots e. Informations et soutien f. Evaluation clinique 4. Expérimentations CHU de Nice 5. Vidéos et Démonstrations 2

3 Définitions et Buts Gérontechnologies Systèmes Techniques Evolués qui vont aider la personne âgée et/ou soit un proche, soit un professionnel, dans la réalisation des activités de la vie quotidienne TIC Technologies de l'information et de la Communication Prise en charge DTA La Qualité de Vie & Longévité Veille Sanitaire 3

4 Les GT, Les TIC et la Santé : Technologies Nouvelles & Santé Amélioration - Modalités - du Soin par la télémédecine, la robotique de la Qualité de Vie par l'aide au maintien à domicile (domotique, bâtiment intelligent, lien virtuel, alerte) des Connaissances Médicales par la qualité des transferts d'informations, par de nouveaux outils de formation (simulation) de la Coordination autour du patient aide aux Réseaux Objectifs Nécessitant un Vrai Modèle Economique & une Réelle Politique de Santé CNR-SDA 4

5 Projet CIU-Santé : Consortium «Gérontechnologies & Télémédecine» Processus d'innovation, d'expérimentation et d'évaluation - Idée, Prototype, Solution, Expérimentation, Résultats - Plateforme Partenariale Veille Cartographie des compétences Génération d'idées Gestion de projet Plateforme Habitat Technologie ambiante Domotique Intégration et infrastructure Interopérabilité Services Plateforme Patient Capteurs portés Actimétrie Physiologie Mobilité Interopérabilité Services Consortium CIU Santé : Pôle SCS - CHU de Nice - UNSA / Faculté de médecine SAGEM - MOVEA CEA - ACTIS INRIA CSTB 5

6 CMRR / CoBTek Centre Mémoire de Ressources et de Recherche Cognition Behaviour Technology Unité du CHU de Nice Missions : Soins Enseignement Recherche Animation de réseaux Unité de Recherche mixte UNSA - INRIA Missions: Connaissances Stratégies TIC Dic et Prise en Charge Cogn. DTA Autonomie des Sujets Agés 6

7 L'utilisation des Gérontechnologies dans la maladie d Alzheimer Aides cognitives Aides au contact social Sécurité Robots Information et soutien Évaluation clinique Autonomie Stimulation Évaluation régulière Évaluation objective 7

8 Aides cognitives Rappel de prise de médicaments, Rappel de rendez-vous, Organisation Pilulier Intelligent DOmedic Agenda Électronique Forget-me-not 8

9 Aides cognitives Stimulation cognitive Réalité Virtuelle et Rééducation Fonctionnelle Nintendo Wii Mémorisation, Planification et Exécution de tâches Réserve Cognitive et Plasticité Cérébrale Capacités dans les Activités Quotidiennes 9

10 Aides cognitives Stimulation cognitive Auto-évaluation sur Tablette Tactile Programmes de Stimulation Cognitive Informatisée Test Mémoire Questionnaires Comportement Motivation Dépression Informations Selon résultats Conseils RDV au CMRR Tester régulièrement 10

11 Aides au Contact Social Communication (Téléphone, Visiocommunications) Téléphone simplifié 1 touche, centre d appels Bazile Telecom Ordinateur, TV, téléphone, tablette avec système de visioconférence Skype 11

12 Sécurité - Mobilité Géolocalisation Montre ou boitier GPS Suivi des déplacements Telespazio Capteurs de chute Bracelet, capteur porté (accéléromètres) Perte de verticalité VigiSense 12

13 Sécurité - Santé Capteurs de Paramètres Biologiques Possibilité de mesurer : ECG Glycémie Oxymétrie Pouls Verylife Capteurs d Activité Motrice Actimètres : en bracelet, au buste ou à la ceinture Mesure l Activité Comportementale Movea 13

14 Sécurité Habitat intelligent Capteurs de Présence, de Mouvement et d Utilisation Capteurs Infra-Rouge (présence) Coussins Détecteurs (lit / fauteuil) Capteurs & Actionneurs Domotiques Ouvertures Portes / Fenêtres / Placards Robinets Appareils ménagers Éclairage 14

15 Robots Robots sociaux Le Robot Social : stimulant émotionnel, mais aussi de l'interactivité, de la communication et du renforcement psychologique utile à la mobilité Le robot phoque PARO rend plus actifs les patients Alzheimer Le chien AIBO amélioration de la qualité de vie Le chat NeCoRo qui diminue les états d'agitation 15

16 Robots Robots assistants Le Robot Assistant muni de caméra, d'écran tactile à l'étude et déjà opérationnels moyens de Contrôle et de Surveillance Le robot KOMPAÏ mais il est peu compliant Le robot PEARL : rappel des tâches, liste de courses exercice de stimulation cognitive, Aide à conduire la personne à son RDV Le Robot d'assistance Ménagère Aspirateurs automatique : peu décrits, fort utiles ROOMBA, SAMSUNG 16

17 Information et Soutien Éducation Thérapeutique Soutien et Partage entre Aidants Site web, Forum sur internet, elearning Supervision des Aidants ~6H/Jour d Assistance par Aidants Naturels TV, Téléphone, Téléassistance 17

18 Évaluation clinique Outils Praticiens Tests physiques (SPPB, VMB) plus précis grâce aux accéléromètres Questionnaires plus pratiques grâce aux tablettes tactiles Évaluation Écologique Évaluation Comportementale objective grâce au scoring automatique 18

19 Place & Limites des Gérontechnologies Pertinence & Acceptation de la Technologie : Simplicité d Utilisation, Fiabilité Aspects Emotionnels Utilité dans la Vie Quotidienne Capacités d Apprentissage Réticences des Aidants, Liberté, Sécurité Patients Non Substitution à l Aide Traditionnelle Financement Intérêt de la Recherche (Pb Collusion), de la Concertation avec les Industriels, de l Innovation Pluridisciplinaire 19

20 Évaluation de la mobilité Utilisation de GPS 20

21 Projet GPS (CHU de Nice 2009) Cartographie précise des déplacements Système de Géolocalisation = Outil d'audit (166 déplacements) Outil de participation active Intérêt Détection précoce des : Vulnérabilités Facteurs Environnementaux Aggravants Correction et Prévention personnalisées 21

22 Évaluation de la mobilité Risques de Chute Rollator équipé de Capteurs Réalité Virtuelle 22

23 Les risques de chute La chute accidentelle: Est le fait de tomber au sol de manière inopinée, non contrôlée par la volonté. Les chutes dues à une perte de connaissance, à la survenue d 'un AVC ou des accidents majeurs extrinséques sont exclues de cette définition déf donnée par la SFDRMG en collaboration avec l'has en

24 Les risques de chute Les causes: Facteurs intrinsèques médicaments maladies (notamment les démences) Facteurs extrinsèques comportementaux environnementaux Souvent multifactorielles 24

25 Les risques de chute Les conséquences Décès Fractures (notamment de hanche) Impact psychologique Cercle vicieux de la chute Perte de l 'autonomie Institutionnalisation 25

26 Les risques de chute Prévention: Aménagement de l'environnement Correction d'éventuels troubles visuels Limitation de médicaments Mais aussi: Rééducation de l'équilibre et de la marche Apprentissage de l'usage approprié des matériels d'assistance 26

27 Un outil d'évaluation de la mobilité : le Rollator équipé ANG Light (technologie développée à l'inria Sophia Antipolis) 27

28 Protocole d'évaluation de l'ang Objectif: Évaluer la marche avec un rollator équipé de capteurs. Le Rollator ANG Light: rollator du commerce accéléromètres au niveau des roues arrières ordinateur qui enregistre les données 28

29 Protocole d'évaluation de l'ang Critères d 'inclusion: Patient âgé de 55 ans et plus Patient ne présentant pas de troubles locomoteurs Patient n'ayant pas de troubles cognitifs global Patient ne présentant pas d 'apathie Critères de non inclusion: Patient ayant un handicap moteur 29

30 Protocole d'évaluation de l'ang Méthode: Réalisation de 2 parcours de marche, avec et sans Rollator. L'un en rectiligne, l'autre avec un angle droit et un demi-tour. Parcours chronométrés 30

31 Protocole d'évaluation de l'ang Résultats: La vitesse de marche La trajectoire effectuée Les accélérations Le nombre de pas 31

32 Exemples de données collectées Déviation de la trajectoire Accélération et nombre de pas 32

33 Évaluation de l'ang : vidéo Vidéo 33

34 L 'ANG II Rollator du commerce motorisé avec différents capteurs. Objectifs: aide à la motricité aide à la navigation aide aux transferts Mais aussi: GPS / GSM Télécommande à distance 34

35 Réalité Virtuelle (Serious Game) Utilisation de consoles de jeu pour la rééducation 35

36 Protocole Kinect / Wii Objectif: Évaluer l'efficacité de deux consoles de jeux grand public dans la rééducation des troubles de l'équilibre et de la marche chez des personnes âgées ayant une maladie d'alzheimer ou une pathologie apparentée. 36

37 Protocole Kinect / Wii Méthode: Essai clinique prospectif, multicentrique, international, randomisé 3 groupes de patients suivis 4 fois par semaine (120h) pendant 6 semaines soit en kiné soit en utilisant des jeux Kinect soit en utilisant des jeux Wii 4 évaluations neuropsychologiques et motrices 37

38 Protocole Kinect / Wii Critères d'inclusion des patients : Patients capables de comprendre des ordres complexes Patients ayant une démence de type Alzheimer ou une maladie apparentée (MCI, vasculaire et mixte) MMSE compris entre 16 et 26 Patients âgés de 60 ans et plus 38

39 Protocole Kinect / Wii Critères de non-inclusion : Les autres causes de démence, les pathologies psychiatriques et syndromes comportementaux Patients ne pouvant pas marcher sans aide (tierce personne ou aide de marche) Patients ayant des troubles sévères de l'attention, de la vue ou de l'ouïe empêchant le bon déroulement de la prise en charge. 39

40 Rééducation : kiné Exercices de pratique courante Guide de rééducation kiné pour assurer la reproductibilité inter-centre Exemple : rééducation des paramètres spatiaux de la marche 40

41 Rééducation : jeux vidéo Sélection de jeux adaptés à la population Exemple avec la Xbox: Fuites Rééducation de l'équilibre et de la marche Permet de travailler l'initiation du pas et la stabilisation de l'équilibre 41

42 Rééducation : jeux vidéo Sélection de jeux adaptés à la population Exemple avec la Wii Board: le ski Rééducation de l'équilibre avec transfert des appuis 42

43 Vidéo Vidéo 43

44 Évaluation objective des troubles du comportement dans la maladie d Alzheimer 44

45 La maladie d'alzheimer La maladie d'alzheimer (ou syndromes apparentés) se caractérise par : des troubles cognitifs mémoire, langage, attention ) très fréquemment associés à des troubles du comportement agitation, opposition, désinhibition, apathie 45

46 L apathie L'apathie, est un des symptômes comportementaux les plus fréquents au cours de la maladie d'alzheimer. (prévalence proche de 60%) Définition : Troubles des comportements et activités cognitives orientés vers un but, à savoir une perte des comportements auto-initiés et en réponse à une sollicitation extérieure, ainsi qu'une perte de spontanéité et de réactivité aux évènements extérieurs 46

47 L apathie La présence d'apathie est associée à une augmentation du risque de conversion MCI maladie d'alzheimer une institutionnalisation plus précoce des patients au stade démentiel, un déclin fonctionnel avec perte d'autonomie plus rapide une augmentation de la prescription de médicaments psychotropes 47

48 Évaluation de l Apathie en pratique quotidienne Echelles neuropsychiatriques Sous la forme de questionnaires (ex: l'inventaire Apathie) Basés sur les informations recueillies auprès du patient et de son accompagnant, ainsi que sur l'impression clinique de l'évaluateur. Pb n 1 = évaluation subjective 48

49 Évaluation subjective Alternative? recours aux nouvelles technologies Exemple : l actigraphie enregistre l'activité motrice Applications pratiques de l'actigraphie : l'évaluation des troubles comportementaux de l'hyperactivité, chez l'enfant chez le patient dément effet sédatif de certaines drogues dépistage de certains troubles du sommeil 49

50 Lien entre Actigraphie et Apathie Une de nos études a montré que les patients «Alzheimer» apathiques ont : une activité motrice < aux sujets sans apathie (David, Rivet et al ; David, Mulin et al. soumis) lors d'évaluations réalisés : sur de courtes durées (1h d'enregistrement) sur des périodes de 24h (pendant 7 jours consécutifs). 50

51 Tracé de l Activité Motrice MMA basse MMA intermédiaire MMA haute Variations de l'activité motrice moyenne (MMA) au cours d'un enregistrement de 75 minutes pour 3 patients différents, avec de haut en bas : apathie sévère, apathie légère, absence d'apathie. 51

52 Suite de l étude Pb n 2 : la technique d'enregistrement actigraphique ne permet pas de détecter le type d'activité motrice réalisée notamment le fait qu'une activité soit ou non orientée vers un but, comme définie dans les critères de l'apathie Utilisation complémentaire et conjointe d'un enregistrement vidéo But : vérifier la concordance entre des valeurs actigraphiques d'activités locomotrices et le caractère «orienté vers un but» des niveaux d'activité. 52

53 Étude «Apathie, Actigraphie et Reconnaissance Vidéo» Objectifs à moyen terme : d'enrichir la démarche clinique en proposant une évaluation plus précise, car qualitative à long terme, et d'un point de vue pratique : de favoriser l'adaptation des patients aux activités de la vie quotidienne 53

54 Scénario Scénario : (1 heure) Séquence totalement dirigée chronométrée, basée sur une batterie courte de performances physiques ; Séquence semi-dirigée chaque participant doit réaliser une série de tâches prédéfinies; Séquence libre différentes activités proposées, sans qu'aucune consigne ne soit donnée quant aux actions à réaliser A la fin de la séquence libre, la séquence totalement dirigée est à nouveau demandée au sujet afin de tester la reproductibilité des mesures. 54

55 Reconnaissance Vidéo Mesure de la vitesse de marche Reconnaissance des activités effectuées (technologie développée à l'inria Sophia Antipolis) 55

56 Matériel utilisé 56

57 Actiwatch (Mini-Mitter) Mesure de l'activité motrice Porté au poignet Autonomie d'une semaine Précision à 1 minute 57

58 MotionPod (Movea) Mesure de l'activité motrice + Évaluation de la posture Porté sur le buste ou à la ceinture Autonomie de 12 heures Doit rester à proximité de l'ordinateur (~15m) Précision à 1 seconde 58

59 Capteur Verylife Mesure de l'activité motrice + Rythme cardiaque (indicateur de stress) + Température Porté (collé) sur le buste Autonomie de 12 heures Précision à 1 seconde + courbe ECG 59

60 Traitement de la vidéo (INRIA) Mesure de la vitesse de marche Détection des postures Détection des activités réalisées vis-à-vis du scénario 60

61 Traitement de la vidéo L algorithme détermine : 1. La position de la personne dans la pièce à partir de zones prédéfinies (modélisation de la pièce à-priori) 2. La posture de la personne (debout, assis, marche, ) L activité effectuée (lecture du journal, préparation du goûter, ) 61

62 Traitement de la vidéo (INRIA) Vidéo 62

63 Les habitats intelligents 63

64 Schéma Fonctionnel d un Habitat Intelligent Un BUT : offrir des Services Contextuels aux occupants de l Habitat Intelligent. Quatre Étapes nécessaires : 1. Capture des Données 2. Analyse des Données choix judicieux des mécanismes de capture de données 3. Action Services Utilisation de ces informations pour fournir des services 4. Adaptation Prise en compte des interventions réalisées pour les futures prises de décision. Approche Logique (a) et Approche Physique (b ) Préférable... 64

65 Projet GERHOME Technologies domotiques intelligentes Objectifs : Autonomie Confort de vie Sécurité Surveillance et assistance à domicile Équipes collaboratives : Médicale : évaluation gérontologique standardisée de 14 volontaires sains Technique : capteurs et caméras (technologie développée au CSTB Sophia Antipolis) 65

66 Chambres d'hôpital équipées en TIC Deux chambres d'un service gériatrique de l'hôpital de Cimiez équipées d'un système de capteurs permettant de suivre les activités du patient. Profil des patients du service : âge > 75 ans en SSR Capteurs de présence, de mouvement et d'utilisation 66

67 Analyses des données des capteurs de présence et d'utilisation 67

68 Projet SIGAAL Services Inter Générationnels pour l'assistance aux Ainés dans leur Logement Maintenir voire renforcer le Lien Social des personnes âgées et détecter des Fragilités naissantes chez ce type de population Étude des outils interactifs de veille utiles à Sécuriser les personnes âgées vivant à domicile, en vue du développement d'une offre de services 68

69 Projet SIGAAL Étude sur 10 mois à domicile, pour définir des profils d'habitude de vie & des facteurs prédictifs d'évolution de la santé Sécurisation au domicile Sentiment de solitude Surveillance des pathologies à risque Suivi des rythmes de vie Étude de la mobilité à domicile Stratégie de prévention Veille sanitaire à distance 69

70 SIGAAL : Activités suivies au sein de l habitat intelligent Heure du lever - Heure du coucher Temps total passé au lit - Temps total passé au fauteuil Temps passé dans chaque pièce : salon, chambre, cuisine, salle de bain Temps total passé à l intérieur et à l extérieur de l appartement Nombre de sorties de l appartement Utilisation des WC : nombre d utilisations La toilette (heure de début et durée) / analyse de différents capteurs : ouverture de la porte de la salle de bain (SDB) présence dans la SDB - utilisation de la douche ou du lavabo Les repas / analyse de différents capteurs : ouverture de la porte de la cuisine, présence dans la cuisine utilisation de la plaque - ouverture du frigidaire L enregistrement s effectuera de manière continue sur une période de 10 mois : Histogramme de distribution, moyenne et intervalle de confiance. 70

71 SIGAAL : Algorithmes de Détection de Situations à Risque Les données obtenues nous permettront d étudier s il est possible de créer des Routines Logiques de Détection de Situations à Risque Apparition dune Perte d Autonomie : diminution de mobilité apparition d un confinement domiciliaire difficulté pour l hygiène corporelle (Capteurs de Toilette, Capteurs d Odeur ) difficulté pour la préparation des repas Détection d une Situation Clinique Pathologique : évaluation de la chute (Capteurs qualitatifs de sons, Ultra-Sons ) déambulation nocturne (Capteurs Thermiques ) Détection d un Accident Domestique : oubli des plaques de cuisson détection de fuite d eau 71

72 Architecture du système SIGAAL Réseau IP Transmetteur Centrale Capteurs GSM 72

73 Répartition des Principaux Capteurs au sein du Logement 73

74 Merci de votre attention! 74

Contexte. Page 2. 6 juin 2008 Journée PERSAN Projet GERHOME

Contexte. Page 2. 6 juin 2008 Journée PERSAN Projet GERHOME Journée PERSAN Projet GERHOME 4 juin 2008 Projet GERHOME Projet financé dans le cadre du «soutien aux équipes médicales et scientifiques du département dans le domaine de la santé et de la lutte contre

Plus en détail

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours

10/04/2014. Atelier 2 Stéphane Belin. secours Atelier 2 Stéphane Belin secours 1 La personne âgée: Contexte sociétal Augmentation des P.A. d ici à 2050 : + 62,3 % pour les > de 60 ans. + 149,9 % pour les > de 80 ans Au cours des 15 prochaines années

Plus en détail

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie

Capteurs pour la santé et l autonomie. Nouvelles approches technologiques. pour le suivi sur les lieux de vie Capteurs pour la santé et l autonomie Nouvelles approches technologiques pour le suivi sur les lieux de vie Santé : nécessité de nouvelles approches Le nouveau contexte créé par les technologies de l information

Plus en détail

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» :

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : 1 Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : Recherche et Développement dans le domaine de l utilisation des Nouvelles

Plus en détail

Le SQUARE DES AGES, un nouveau concept d habitat sénior

Le SQUARE DES AGES, un nouveau concept d habitat sénior Un habitat adapté, évolutif et intégrant les technologies de l information et de la communication pour l autonomie tout au long de la vie. Espace d accueil, d information et de conseils en aides techniques

Plus en détail

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès

Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014. Alice ROUYER LISST Université Toulouse II Le Mirail/ Jean Jaurès Alice ROUYER REHAL, 10 juillet 2014 L habitat intelligent : pourquoi? Quel contexte? Deux processus congruents : le vieillissement démographique la prolifération des dispositifs intelligents dans notre

Plus en détail

Alzheimer et domicile

Alzheimer et domicile Alzheimer et domicile Gwenaëlle REBOURS Anne MARCILLE, ergothérapeutes 14 décembre Juvisy sur Orge Mission Générale de l ergothérapeute - Réaliser des activités de rééducation, de réadaptation et de réinsertion

Plus en détail

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile Christelle ROULET Chargée de mission Conseil général Pôle PA-PH Évelyne SANCIER Directrice de SIRMAD téléassistance Définition

Plus en détail

L ASSOCIATION MEDeTIC

L ASSOCIATION MEDeTIC L ASSOCIATION MEDeTIC MEDECINE ET DEVELOPPEMENT DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION L Association MEDeTIC établit des pratiques de soins et des programmes de santé destinés à la population

Plus en détail

QUELS OUTILS SONT UTILISES POUR LES ACTIVITES DE REHABILITATION EN ESAD

QUELS OUTILS SONT UTILISES POUR LES ACTIVITES DE REHABILITATION EN ESAD QUELS OUTILS SONT UTILISES POUR LES ACTIVITES DE REHABILITATION EN ESAD UN TRAVAIL D ÉQUIPE 14.04.14 E. Orer, ergothérapeute M.Delhaye, ASG C.Germonprez, ASG M.Ladeiro, ASG POURQUOI CRÉER, ADAPTER OU PERSONNALISER

Plus en détail

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée.

Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. Education thérapeutique des aidants informels de patients atteints d une maladie d Alzheimer ou maladie apparentée. L e r é s e a u d e s a n t é Symbiose : Léna Po u l a i n, P i e r r e Pitsaer, F r

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel. Nov 14

Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel. Nov 14 Roger, 72 ans, Fan de skateboard adore échanger avec son petit fils tous les week-ends. Yves Morel Nov 14 BAZILE AU SERVICE DES SENIORS Bazile a développé un positionnement unique d opérateur téléphonique

Plus en détail

LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices»

LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices» LES NOUVEAUX SERVICES «De la téléalarme sociale à la téléassistance multiservices» Dr Christophe Boutineau Secrétaire Général AFRATA Président Filassistance Services (Groupe CNP Assurances / CDC) «Profession:

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations Initiation à l ergonomie Toute personne désirant découvrir les bases de l ergonomie et de la prévention de la santé au travail - Connaître les différents axes et champs de l ergonomie

Plus en détail

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD:

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: ALERTES Association Departementale Loi 1901 regroupe les différents acteurs intervenant en gérontologie

Plus en détail

Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers

Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers Kinésithérapie en Gériatrie Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers Pathologies fréquentes en rééducation Chutes ( traumatismes,fractures,régression psychomotrice)

Plus en détail

Evaluer et aménager le domicile de personnes âgées à risques de chutes. Nathanaëlle Lagadec ergothérapeute Hôpital Pitié-Salpêtrière 08 décembre 2007

Evaluer et aménager le domicile de personnes âgées à risques de chutes. Nathanaëlle Lagadec ergothérapeute Hôpital Pitié-Salpêtrière 08 décembre 2007 Evaluer et aménager le domicile de personnes âgées à risques de chutes Nathanaëlle Lagadec ergothérapeute Hôpital Pitié-Salpêtrière 08 décembre 2007 Plan Généralités L évaluation des risques de chutes

Plus en détail

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr.

ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE. Tél : 05.56.01.91.91 Fax : 05.57.87.59.08 Mail : accueil@asad-bordeaux.fr. ASSOCIATION DE SERVICES D AIDE A DOMICILE ASAD de BORDEAUX 74 Cours Saint-Louis BP 60053 33028 Bordeaux Cedex Horaires d ouverture Du Lundi au Vendredi de 8h30 à 18h Site internet : www.asad-bordeaux.fr

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

Assistance à la personne au sein d établissement spécialisé ou à domicile

Assistance à la personne au sein d établissement spécialisé ou à domicile Assistance à la personne au sein d établissement spécialisé ou à domicile Mai Nguyen ** D. Duhaut* A. Thépaut** Equipe IHSEV, Lab- STICC * Université de Bretagne Sud **Télécom Bretagne Quelques projets

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Asbl Educasanté Fédération Wallonie- Bruxelles martine.bantuelle @educasante.org Luxembourg, 23 novembre 2012 1 Priorité santé sur fond démographique

Plus en détail

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services.

Mettre en place de plateformes inter-opérables mutualisées d informations et de services. 7 points pour garantir un bel avenir de la e-santé en France... by Morgan - Dimanche, janvier 30, 2011 http://www.jaibobola.fr/2011/01/avenir-de-la-e-sante-en-france.html La Recherche et le développement

Plus en détail

NEO Centrale d appel à domicile

NEO Centrale d appel à domicile NEO Centrale d appel à domicile NEO est l élément central pour le maintien à domicile. Tous les équipements y sont reliés, et lui transmettemt les alarmes. NEO envoie les données à la Helpline qui les

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

Silver Economy en Aquitaine

Silver Economy en Aquitaine Silver Economy en Aquitaine 10 décembre 2013, Conseil régional d Aquitaine Qu est-ce que la Silver Economy? La Silver Economy: une filière pour répondre aux besoins liés à l avancée en âge En 2030 : 20

Plus en détail

SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER

SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER SOUTIEN et MAINTIEN à DOMICILE AM DUROCHER DEFINITION Démarche dynamique permettant à la personne âgée de continuer à mener la vie qu elle souhaite grâce à des aides. Le soutien à domicile l analyse de

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT

EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT EDUCATION THERAPEUTIQUE A L'AUTO SONDAGE INTERMITTENT Fiche descriptive d un programme d éducation thérapeutique à l auto-sondage intermittent Thème du programme: l amélioration et la conservation de son

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME

POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME POLE GERONTOLOGIQUE DU RIOU BLANC + LIVRET D ACCUEIL EHPAD PUBLIC AUTONOME Les Résidences Un Pôle Gérontologique proposant une prise en charge adaptée aux différentes pathologies 2 Le Pôle gérontologique

Plus en détail

Rôles et Limites des UCC

Rôles et Limites des UCC Rôles et Limites des UCC Lille - Journée Mondiale Alzheimer 2015 Dr Jean ROCHE CHRU de Lille jean.roche@chru-lille.fr Origine des troubles du comportement dans les M.A.M.A. Facteurs Psychologiques Facteurs

Plus en détail

A quels besoins répondent les bâtiments intelligents?

A quels besoins répondent les bâtiments intelligents? Le Bâtiment Intelligent A quels besoins répondent les bâtiments intelligents? Un exemple d application : Le Service GERHOME Carte d identité du projet GERHOME Nom du projet GERHOME : GERontology at HOME

Plus en détail

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010

Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé «Innovation pour l autonomie» Présentation des lauréats de l appel à projets 2010 Démarche TIC & Santé, l innovation pour l autonomie Le contexte global de la démarche TIC & Santé

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité

Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Parcours de santé des personnes âgées en situation de fragilité Personnes âgées en risque de perte d autonomie (PAERPA) Claude JEANDEL Pôle de gérontologie CHU Montpellier Université Montpellier Inserm

Plus en détail

L ERGOTHERAPIE EN GERIATRIE Dr S.FARDJAD, Praticien Hospitalier Service de MPR du Professeur J-M.GRACIES CHU Mondor-Chenevier DEFINITION Thérapie utilisant comme moyen l activité (du grec «ergon»): - l

Plus en détail

D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T. Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile

D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T. Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile D O M A S A N T É, U N S E R V I C E I N N O VA N T Innovation dans la prise en charge globale de la personne dépendante à domicile SPPASAD Offre de service Globale pour assurer le maintien à domicile

Plus en détail

Projet d Etablissement

Projet d Etablissement Référence : AAD / AUTR / 013 Projet d Etablissement UNITE ALZHEIMER SECURISEE Version 1 Jeudi 04 avril 2013 Rédacteur : Mr Alonso Validation : Mr ALONSO PROJET D ETABLISSEMENT UNITE ALZHEIMER SECURISEE

Plus en détail

Prévention des accidents de la vie courante chez la personne âgée

Prévention des accidents de la vie courante chez la personne âgée Prévention des accidents de la vie courante chez la personne âgée aménagements, conseils, aides-techniques Fanny DOURTHE Gestionnaire de cas Ergothérapeute Conseil Général de l'yonne Sommaire Accidents

Plus en détail

Téléphonie et Télématique au service de la surveillance de paramètres médicaux au domicile

Téléphonie et Télématique au service de la surveillance de paramètres médicaux au domicile Téléphonie et Télématique au service de la surveillance de paramètres médicaux au domicile M.D Jean-Michel Souclier *La téléphonie est un système de télécommunication qui a pour but la transmission de

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE

DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE Actes d ergothérapie et de psychomotricité susceptibles d être réalisés pour la réadaptation à domicile des personnes souffrant de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Habitat et vieillissement La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Diagnostic autonomie et vieillissement Colloque FREGIF Paris Page 1 Le CSTB : au service la qualité et de la sécurité de la

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Catalogue des Sujets de PFE 2015

Catalogue des Sujets de PFE 2015 Catalogue des Sujets de PFE 2015 P é p i n i è r e d e n t r e p r i s e S o f t T e c h T e c h n o p o l e d e S o u s s e R o u t e d e l a C e i n t u r e, B P : 2 4 S o u s s e 4 0 5 9 - T u n i s

Plus en détail

Dossier médico-social en ligne

Dossier médico-social en ligne Réseau d Aide au diagnostic, à la Prise en charge des Détériorations cognitives et de Maladies neurologiques chroniques en Franche-Comté et au niveau National Dossier médico-social en ligne Une équité

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

Hôpitaux pour personnes âgées en France

Hôpitaux pour personnes âgées en France Hôpitaux pour personnes âgées en France Evelyne GAUSSENS Directrice générale Hôpital Gériatrique «Les Magnolias» Ballainvilliers,Île de France, France Relever le «défi du vieillissement», c est avant tout

Plus en détail

en EHPAD : aujourd hui et demain :

en EHPAD : aujourd hui et demain : Place des Gérontechnologies en EHPAD : aujourd hui et demain : Dr A. Piau 1, S. Bismuth 2, P. Rumeau 1, Pr F. Nourhashémi 1 1- Gérontopôle, CHUT 2- Département de médecine générale, CHUT Définitions Gerontechnology

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

APPEL D URGENCE SYSTÈMES D ALARMES TUNSTALL. Tunstall AG, Alte Lyss-Strasse 12, 3270 Aarberg, Tel. 026 493 43 46, www.tunstall.ch, info@tunstall.

APPEL D URGENCE SYSTÈMES D ALARMES TUNSTALL. Tunstall AG, Alte Lyss-Strasse 12, 3270 Aarberg, Tel. 026 493 43 46, www.tunstall.ch, info@tunstall. APPEL D URGENCE SYSTÈMES D ALARMES TUNSTALL Société Le groupe Tunstall, avec siège en Angleterre, jouit d'une longue activité couronnée de succès dans le domaine des appels d'urgence et de communication.

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR

Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR Le Résident au sein d'un EHPAD porteur d'un PASA ou d'une UHR L'exemple des résidences Docteur Linda BENATTAR Directrice médicale Orpea Maison de la Chimie 15 avril 2010 CONSTAT : avant les PASA / UHR

Plus en détail

L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé

L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé L apport des technologies pour la détection de la fragilité et la prévention de la dépendance chez le sujet âgé Eric Campo Journée découverte "De la détection de la fragilité à la dépendance : les apports

Plus en détail

Plate-forme collaborative Page 1

Plate-forme collaborative Page 1 MARS 2013 Plate-forme collaborative Page 1 Lieu de coordination associant les acteurs du champ sanitaire et social du territoire Monts et Barrages, dans le but d assurer aux personnes prises en charge

Plus en détail

Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE

Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE Enquête sur la pratique de la conduite automobile des personnes âgées vulnérables sur le territoire de DIEPPE Dr I.DEVOUEIZE, EMG CH DIEPPE Dr I.DEVOUEIZE, EMG CH DIEPPE Mme M. LASTECOUERES, coord. Réseau

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014

Le programme OMAGE dans une logique de parcours. Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Le programme OMAGE dans une logique de parcours Sylvie LEGRAIN Pascale Saint - Gaudens AFDET 13 février 2014 Quelques chiffres Les 75+ : 57% ont une ALD 33% sont hospitalisés dans l année, dont 40% en

Plus en détail

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs Edito Depuis la création de notre organisme de formation en 2011, 350 personnes ont bénéficié de notre pédagogie innovante : Scènésens. Les stagiaires ont montré à la fois les besoins et les intérêts de

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR

LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR LE PREMIER ACHAT PUBLIC CONJOINT D INNOVATION À L ÉCHELLE EUROPÉENNE EN FAVEUR DU BIEN VIEILLIR LE SYSTÈME DE DÉTECTION DES CHUTES VAC En associant un capteur optique à un software, le système breveté

Plus en détail

Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie. PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie

Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie. PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie Présentation de l étude ESTIMA en Haute- Savoie PAR Nicole Vidal, Médecin Départemental chargée de la Gérontologie Expérimentation ESTIMA de géolocalisation des malades d Alzheimer fait partie du projet

Plus en détail

La revalidation du patient cérébrolésé: une prise en charge pluridisciplinaire. Michel Ruche

La revalidation du patient cérébrolésé: une prise en charge pluridisciplinaire. Michel Ruche La revalidation du patient cérébrolésé: une prise en charge pluridisciplinaire Michel Ruche Admission en centre de revalidation neurologique Préalable : Demande d admission avec un formulaire spécifique

Plus en détail

Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée

Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée Comment améliorer l efficience L enjeu de la télémédecine pour la prise en charge à domicile Dr Sylvie Royant-Parola Présidente du Réseau Morphée Coordinatrice

Plus en détail

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards Table des matières Code et titre de compétence Page 01UJ Analyser la fonction de travail...3 AE3A Analyser

Plus en détail

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées

Cahier des charges définissant : 1. Les Pôles d Activités et de Soins Adaptés 2. Les Unités d Hébergement Renforcées DIRECTION GENERALE DE L ACTION SOCIALE CAHIER DES CHARGES RELATIF AUX PASA ET UHR POUR UNE PRISE EN CHARGE ADAPTEE EN EHPAD ET EN USLD DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D ALZHEIMER OU D UNE MALADIE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D ERGOTHÉRAPEUTE Référentiel d activités L ergothérapeute est un professionnel de santé. L ergothérapie s exerce dans les secteurs sanitaire et social et se fonde sur le lien qui

Plus en détail

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché

La chute à domicile. Protocole d évaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute du marché Evaluation expérimentale des performances de détecteurs de chute Bien vivre à domicile!... Pour la détection et l alerte en cas de chute Protocole La chute à domicile Protocole d évaluation expérimentale

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Nouvelles Technologies d investigation de surveillance du patient dont Télétransmission

Nouvelles Technologies d investigation de surveillance du patient dont Télétransmission Plateforme Médicalisée 24/7 de Services Santé et Télémédecine M.D Jean-Michel Souclier H2AD propose des solutions entièrement sécurisées permettant le maintien et le retour àdomiciledes personnes fragiles:

Plus en détail

MPR et Maladies neuromusculaires

MPR et Maladies neuromusculaires MPR et Maladies neuromusculaires DES de MPR - Séminaire Nerf-Muscle MERCREDI 14 Mars 2012 Salle des congrès- Pôle Recherche Faculté de Médecine Lille Aurélie BETTRANCOURT ergothérapeute Centre de référence

Plus en détail

DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce

DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce DU MOUVEMENT CONTRE LES CHUTES, QUELLE PRISE EN CHARGE EN EHPAD? Expérience chiffrée sur les ateliers équilibre, marche et gym douce EPMS EBREUIL - VAL de SIOULE EHPAD - UPHV - FOYER de VIE 14, rue des

Plus en détail

D.E D.S.E.S.S.,.S., CCPE CCPE

D.E D.S.E.S.S.,.S., CCPE CCPE L'ergonomie à la Grande Bibliothèque, l'importance de comprendre le travail pour un aménagement sain et fonctionnel Patrick Vincent, ergonome certifié Présenté par : Patrick Vincent D.E.S.S., CCPE Ergonome

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles

Présentation de l outil. En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Présentation de l outil En collaboration avec : Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles Constats La dépression est très fréquente chez la personne âgée, mais négligée, méconnue

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Documentation Matrox Imaging

Documentation Matrox Imaging Sommaire Dans le domaine de la vision industrielle et des systèmes d inspection optique automatisés, les caméras intelligentes obtiennent beaucoup d attention. En fait, elles sont souvent présentées à

Plus en détail

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX 1 LES DEMENCES : GÉNERALITÉS Démences vieillissement normal Vieillissement normal :

Plus en détail

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON?

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? «PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? Le décret télémédecine du 19 octobre 2010 fixe déjà certaines modalités de mise en

Plus en détail

PUY-DE-DÔME. Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques

PUY-DE-DÔME. Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques PUY-DE-DÔME Guide de prescription des véhicules pour handicapés physiques Caisse Primaire d Assurance Maladie du Puy-de-Dôme Service du contrôle médical juillet 2009 Introduction Pourquoi un guide d aide

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Création de centres d expertise nationaux

Création de centres d expertise nationaux Création de centres d expertise nationaux la CNSA soutien la création de centres d expertise nationaux associant dans un même projet chercheurs, entreprises et professionnels de la compensation du handicap

Plus en détail

TASDA : Technopôle Alpes Santé à Domicile et Autonomie

TASDA : Technopôle Alpes Santé à Domicile et Autonomie TASDA : Technopôle Alpes Santé à Domicile et Autonomie CNR Santé - 28 juin 2011 CNR Santé - Atelier - 28 juin 2011 1 TASDA Qu est-ce que le TASDA? Association loi 1901 créée le 04/12/2009 Porteurs-fondateurs

Plus en détail

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE

DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE RESIDENCE HOSPITALIERE DE LA WEISS Définition validée par : Date et Signature : F18 DEFINITION DE FONCTION : MASSEUR - KINESITHERAPEUTE 1. IDENTIFICATION DE LA FONCTION Intitulé exact de la fonction :

Plus en détail