Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13"

Transcription

1 Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Pascale GARNIER est docteur en sociologie, professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13. Ses recherches privilégient une sociologie pragmatique des débats et des pratiques relatifs aux enfants et à leur éducation. Elles sont particulièrement attentives aux classements d'âge qu'ils mettent en jeu, en tant que manières de construire des différences d'âge, des représentations politiques et cognitives des enfants, et des dynamiques temporelles. Les thèmes d'investigation portent sur les pratiques et les objets destinés aux enfants, notamment les activités corporelles et/ou sportives, le travail en partenariat autour et à travers l'école maternelle et élémentaire (parents, professionnels, personnels scolaires), s'inscrivant dans des politiques et des transformations du système éducatif. (Source: Le sujet sur lequel nous nous intéressons c est les babytablettes, c est-àdire les tablettes dédiées spécialement aux bébés. Encore faut-il définir ce qu est un bébé. Justement, nous on s intéresse à la tranche 0-4ans. Ici, par exemple vous avez, une babytablette, un jouet dédié pour les enfants. Vous allez trop vite là (rires) C est vrai? Non, non, non, ce n est pas au niveau du débit vocal c est au niveau du quand vous dites «c est un jouet»! Ah oui! Parce que je ne veux pas donner plus d informations que ça : c est une tablette pour les enfants, là ce serait plus général, c est vrai! Et donc c est un objet qui va avoir de nouveaux usages dans nos sociétés, et on étudie les problématiques liées à cet objet. Donc déjà je voulais savoir, si vous en tant que sociologue, si je vous dit par exemple «enfant et technologie», déjà par exemple, sans forcement parler des babytablettes, qu est ce que cela vous évoque? Juste pour avoir une idée générale puis ensuite aborder cet objet plus précisément. Alors Ca évoque beaucoup de choses. Vous avez dit bébé et technologie? Oui En fait, on va dire au moins trois niveaux : le bébé, la technologie et le lien entre les deux, c est-à-dire comment on fait ce couplage entre d un côté un enfant ou un individu, on ne sait même pas qui c est, et puis de l autre côté un objet particulier. Donc comment mettre ensemble à la fois l objet et on va dire une déclinaison de certaines qualités ou absence de qualités d ailleurs, qui seraient imparties, propres, inhérentes à la personne à laquelle on associe l objet.

2 Est ce que ces derniers temps vous avez vu ces notions de technologies qui ont eu un essor, en lien avec le bébé? Oui c est sûr que moi quand j ai commencé à travailler sur la question des apprentissages précoces, qu est ce que j avais pris comme exemple à l époque dans mon article. J en avais pris deux : l exemple des bébés nageurs, donc là c est très intéressant puisque c est la question du corps est ce qu il sont capables de nager ou pas? et donc en posant cette question là, est-ce qu ils sont capables de nager ou pas? on se pose tout de suite la question «mais ça veut dire quoi nager, est-ce que c est la même natation que l adulte? Est-ce qu ils sont capables de faire de la brasse, du dos crawlé, etc?» Donc vous voyez quand vous dites «on s intéresse sur ce qu est le bébé», on s intéresse du même coup à la technologie: qu est ce que c est que la technologie? Donc pour revenir au travail que j ai fait donc au début des années 90, donc ça remonte à 20 ans, j avais pris deux exemples : le bébé nageur, parce que c est effectivement le corps de l enfant qui est immédiatement en jeu, ce qu on verra aussi d ailleurs avec les tablettes : quelles sont les capacités de manipulations, visuelles, et puis les capacités cognitives etc? Et puis j avais pris aussi l exemple de la lecture, puisque c est à partir des années 80 surtout que ce sont développées beaucoup d actions en faveur des bébés. En particulier, le travail de Silvie Reina On ne lit pas tout seul, où il y a des images de livres pou les enfants, sans texte. J avais pris cet exemple de la littérature, le contact avec le livre qu est ce que ça veut dire lire? Vous voyez, on a le même problème qu il s agisse des bébés nageurs ou des bébés lecteurs on a exactement le même problème c est-à-dire : qu est ce que ça veut dire nager? Qu est-ce que ça veut dire lire? Donc c est tout un travail, je dirai de réflexion, d acquis, de recherches scientifiques qui font avancer les les comment dire, cette découverte, cette invention, (un parti pris épistémologique entre l idée de découverte et l idée d invention). Donc voilà il y a les deux exemples complètement différents dans le champ social, dans le champ culturel on va dire, d un côté la natation, de l autre côté les bébés lecteurs et en fait on s aperçoit que globalement, ils posent le même type de problème, et là avec les babytablettes c est le même problème. C est-à-dire? Comment on va construire une babytablette qui va aller avec l individu auquel on l associe? D accord. Mais quand vous dites «comment» ça veut dire par exemple, «quelles applications mettre dans la babytablettes?» ou ca ne va pas jusque là? Par exemple pour le livre, c est un livre sans texte, donc il est adapté et c est qu on a bien répondu aux Oui, oui, voilà il y a tout un processus d adaptation sur à la fois la tablette mais aussi avec le bébé ; c est les deux qu on va mettre ensemble, donc le bébé ne reste pas indemne, ni la tablette. Oui, c est le lien entre les deux

3 C est ca qu il est très important de voir. Pareil pour la lecture : quand on dit que les bébés sont capables de lire il faut y mettre un intérêt a ce quelles enfants lisent des le plus jeune âge. Voilà une photo d un bébé qui nage que j avais montré lors d une conférence. ( ) Et par rapport à la lecture donc? Alors la lecture c est pareil : lire c est construire un rapport de sens avec un contenu. C est aussi tout l aspect manipulation du livre, le fait d avoir des effets avec le livre, tout la matérialité du livre devient importante, la qualité des images, l absence d images, le symbolisme, etc tout devient extrêmement visuel et non plus dans la lecture on va dire avec des lettres, du déchiffrage Oui donc c est un travail visuel Oui c est ce qu on appelle maintenant la lecture d images. Donc maintenant si on veut faire le même travail d adaptation de la technologie au bébé, quel serait là la définition, pour vous, de la technologie pour un bébé? Ce serait la même définition que pour les adultes finalement parce que les adultes aussi maintenant cette définition de la natation comme capacité à s adapter au milieu aquatique, elle n était pas propre au bébé, elle était je dirais on est passé de quelque chose qui était privatif : là je nage, là je nage pas, et donc il y a une sorte de limite d âge, avant on ne peut pas nager, globalement c était 6 ans, ou même la lecture, c était 6 ans, on est allé vers la toute petite enfance, même 0, ou même avant pour la natation car il nageait dans le ventre de sa mère, enfin c est une argumentation scientifique. Donc on est passé d une limite d âge très fixe 6 ans à disons une sorte de continuum des capacités aquatiques entre 0 à on va dire 100 ans, 12à pour les plus vieux. Pareil pour la technologie la technologie, ce n est pas spécifique aux enfants. Par contre il va falloir adapter spécifiquement les objets technologiques aux enfants. Souvent ceux qui se situent à 6 ans et plus, ils sont très à l aise avec les technologies, ils maitrisent bien, ils utilisent les objets de leur parent. Mais nous ce qui nous interpelle c est voilà un bébé de 0 à 4 ans qui voilà manipule les technologies, qui est face à un écran tactile et qui sait faire plein de choses. Vous parlez de continuum donc peut-être que voilà il n y a plus de limite Il n y a pas de limite justement. Il y a à chaque fois des compétences différentes, des objets différents mais je dirais la définition même maintenant, elle est commune à tous les âges. La définition de la technologie en l occurrence comme

4 savoir technique, la connaissance d un savoir technique, le logos et la techné, n est pas spécifique ni à l enfant non à l adulte. Donc cela n a rien à voir avec la tranche d âge, mais après on revient toujours à l adaptation puisqu on ne présente pas les mêmes objets techniques à un enfant ou à un parent. Oui, et je pense que ce qui est intéressant, par rapport au travail de Bruno Latour sur l anthropologie et la définition des sciences. Pour lui, une cale, un morceau de bois, c est de la technique. La technologie est un savoir de la technique. Même marcher, en reprenant Marcel Mauss, c est de la technique. Et la technique du corps correspond à notre façon de se tenir, de tenir un stylo. Chez Mauss c est très culturel. Et c est pour ça que cette définition couvre tous les âges finalement. Par contre effectivement une connaissance des techniques va faire l objet d une institutionnalisation, on va avoir des connaissances techniques à enseigner. Mais au départ la technique c est le fait de produire des artéfacts dans une culture humaine. Après ce qui est intéressant c est vrai que la technique, souvent elle a été pensée à partir de la science, c est-à-dire on a des sciences et on a des applications. Par exemple, le savoir de l atome, on a le savoir nucléaire. Alors que le mouvement dans les sciences sociales va être de dire la technique c est aussi la culture et la vie ordinaire. Même les chimpanzés ont recours à des ressources pour casser des noix, mais n ont pas un savoir de la technique. C est vraiment ce qui différencie les hommes des animaux : développer des techniques. La définition contemporaine très large de la technique est non plus seulement l application de la science. La problématique des babytablettes donc pourrait être vue d un aspect anthropologie, sociologie Toute façon d un point de vue scientifique, les connaissances techniques pour la babytablette sont les mêmes que pour la tablette pour adulte. Mais la question est d un point de vue culturel Alors vous voyez il y a plusieurs problèmes, il y a le problème de coupler au niveau compétence de l enfant. A partir du moment où on redéfinit la natation, on redéfinit les compétences de l enfant. C est-à-dire que l enfant a des compétences biologiques, motrices, cognitifs : appuyer, mettre en rapport des informations, des relations de cause à effet. C est un apprentissage par test Oui, par essai erreur, tout à fait. Vous voyez ca c est le premier volet du couplage, c est-à-dire, on a un objet il faut les compétences qui vont avec. La première chose c est de trouver les compétences, les identités même et les objets qui vont avec, donc c est un travail d adaptation mutuelle. Ce n est pas seulement l objet qui est adapté, vous voyez J insiste bien moi en tant que sociologue sur le fait qu on crée l enfant qui va avec.

5 On crée l enfant qui va avec? Oui. On crée des compétences, on lui donne des compétences. Est-ce que quand on lui donne ces compétences, est-ce juste par insertion de cet objet dans le marché : est-ce que c est passif ou actif cette institution des compétences? On ne lui demande pas des compétences comme ça mais en lui donnant un objet qu il peut manipuler, il va effectivement manipuler et s approprier l objet. Il va révéler des compétences. Par exemple, avant les années 60, il n y avait pas de bébés dans les piscines. Là maintenant on se dit tous les bébés sont potentiellement des bébés nageurs. On a donc révélé des compétences. On ne peut pas créer non plus l enfant toute pièce. Oui donc il faut bien étudier préalablement les compétences de l enfant. Il faut surtout étudier le rapport entre les deux. Et c est là qu on change de registre, là on était sur le pôle des compétences, et on change avec le pôle je dirais moral : Qu est-ce qui est bon? Il ne suffit pas qu il y ait des compétences, mais moralement est ce que c est bien? Et vous en tant que sociologue, moralement, est-ce que vous pouvez juger d un tel objet s il est bon ou pas? parce que c est le progrès de la société aussi Alors, oui oui La question va se poser à différents moments de la trajectoire de l objet. Quand on est au moment de l invention de l objet il va y a voir ce qu on appelle une mise à l épreuve qui concerne par exemple là sur les bébés nageurs : il ne suffit pas de dire qu il y avait des compétences aquatiques, mais il fallait véritablement les mettre dans une piscine, donc au départ quand on ne sait pas ceux dont les enfants sont capables, il y a un problème éthique : jusqu où on peut mettre à l épreuve l enfant? La question des bébés nageurs exacerbe les questions de mise à l épreuve. Il y a tout de suite le problème d expérimentation et de domination de l adulte parce que c ets l adulte qui met l enfant à l épreuve et donc aussi d enjeu moral, jusqu où on peut mettre à l épreuve l enfant sans le détruire? donc sur les tablettes, à mon avis, cette question de l invention se pose quand même. Oui alors, elle ne présente pas les mêmes dangers que pour l expérimentation des bébés nageurs mais elle contient d autres dangers Voilà, une fois qu on est après l invention, il y a la diffusion, où les logiques marchandes interviennent. Ils ne font pas ça gratuitement. A partir de là, cela devient un objet public qui suscite un débat public. Mais avant cette étape où cela devient public, d où vient à l idée, pour l adulte, d imposer cela à l enfant? L adulte veut un bébé-adulte?

6 C est toujours complexe, parce qu il y a beaucoup d enjeux dans cette mise à l épreuve. Apres il faut voir qui est vraiment à l origine de cette invention. Là dans le cas des bébés nageurs, clairement, ce sont des professionnels de la natation. Il y avait implicitement l idée que : plus on nage tôt plus on sera des champions. Voilà donc c est exactement ce qu il se passe avec les babytablettes. Plus tôt il utilisera les technologies, et plus facile seront ces capacités plus tard, il y a aussi des applications pour les mathématiques. Toujours la question du qui? quels sont es acteurs qui ont intérêt à et quels discours de justifications? Oui clairement l avis des fabricants n est pas le même Il faut voir aussi que le discours de justification est un objet de lutte. Au départ les techniciens de la natation ont pour objectif de former l élite sportive des nageurs de demain et toute de suite il y a eu opposition : pas question de fabriquer ça, l important c est l épanouissement de l enfant, la relation parentenfant à travers le milieu aquatique, la maîtrise du corps, la confiance en soi, un discours plus centré sur le devenir de l enfant et une justification centrée sur le présent mais aussi sur la relation parent-enfant. Il peut aussi y avoir lutte interne dans les discours de justifications. C est incroyable puisqu on peut réellement faire un parallèle avec la controverse des babytablettes parce que la relation parent-enfant est aussi utilisée comme discours de justification. Certains psychologues affirment que mettre un enfant devant l isole et il n y a plus d aspect émotif. Donc là on revient au fait qu une fois que ça devient un objet public ; la question de si c est bien ou pas? les questions de devenir sont donc liées aux questions morales. Le discours de justifications c est du positif, après il faut regarder les discours critiques. Et a chaque fois il y a la question des épreuves. Quelles épreuves on met en place pour dire que les babytablettes c est mauvais? On met des électrodes pour dire que ce n est pas bon pour le cerveau? Ce sont souvent les scientifiques qui sont convoqués. Les scientifiques font un peu le rôle d arbitre. Même s il n y a pas de réponse à la question : bon ou pas bon? Mais ils font autorité. Les babytablettes c est relativement nouveau donc Oui 2010 Je dirai sur le domaine de la petite enfance que peut-être que les objets on n en parlera pas dans 10 ans, mais ca va être lancé sur un autre objet Télévision à la babytablette par exemple

7 Chaque nouvelle technologie suscite un débat Et cela suscite également des comparaisons entre les différentes technologies Voilà exactement, on remobilise les affaires précédentes pour trouver les argumentations. Argumenter dans un champ de force c est essayer d examiner ces discours de justifications ou/et de critique mais aussi regarder les épreuves. Par exemple d ici deux ans, ^rendre un corpus d enfants qui manipulent les tablettes depuis deux ans et puis on regardera leur performance en lecture par exemple. Il y a la question du bébé puis après les questions qui s écartent à chaque fois, par exemple, mettre les tablettes au collège Les débats sur les enfants changent d objet, tablette télévision, poney, mais en même temps les débats changent d objet et en même temps les débats disséminent, ils touchent plus de choses. On parle de la tablette et puis tout de suite on va parler de l éducation des parents. Au départ le dévat est très circonscrit aux enfants, puisla question de l enfant, ensuite, vous avez cité l exemple de l école, il y aura les questions des différences sociales, politiques, économiques, Problème juridique par exemple? Oui, avec la question de l internet Quand le débat dissémine, on ne sait pas jusqu où il peut s arrêter. D accord donc d un côté on va d un objet à un autre et d un autre côté, on passe d un débat à l autre. Oui. Donc après ce qui est intéressant pour le sociologue c est d entrer dans l objet lui même. Oui par exemple, chaque fabricant adopte sa philosophie de tablette il choisit les applications qu il commercialise. Oui, il y a ca mais aussi tout le design de l objet. Vous connaissez la notion d affordance? Non Affordance = qu est ce que l objet permet? Qui est ce que ca intéresse : les ingénieurs, les fabricants, le marketing, les parents? Qui est mobilisé dans ces discours? Les scientifiques cités par les fabricants par exemple. Il y a des gens qui sont en position de force : par exemple Olivier Houdé a une parole qui pèse, les acteurs plus ou moins hors champ

8 Et la question est : qui est légitime pour tenir un discours de critique ou de justification? Les parents par exemple ont tout à fait une légitimité Oui voilà, la question c est de reconstruire cet espace de ce couplage bébétablettes. Le sociologue se situe en extériorité par rapport au débat. Il regarde la trajectoire de la controverse, les acteurs, puis le «qui est légitime?» n est pas forcément figé. Il évolue au cours de la controverse. En ayant regardé l évolution du débat, on s est rendu compte qu il y a eu l étape où les enfants manipulaient les objets de leurs parents puis après on a décidé de créer des tablettes pour enfant. Les parents ont donc eu un rôle important lors de «l invention». Oui, on passe de quelque chose de «fortuit» à quelque chose qui devient un objet de commercialisation. Et les parents se sont donc crée eux même un nouveau rôle? A surveiller et à accompagner? Tout à l heure vous disiez on crée un nouveau bébé mais on crée alors aussi un nouveau parent Oui, oui, tout à fait. Elle donne des nouveau rôles aux parents mais plus décisivement elle crée des compétences, elle les reconnaît elle les institue. Il y avait des pratiques informelles, non reconnues dans l espace public. Les parents n ont pas attendu la commercialisation. Là on travaille avec des jeunes enfants de 2-3 ans avec des appareils photo enfants, et on travaille spécifiquement avec des kidizoom. Et le fait de le faire dans un recherche, on est dans une sphère publique, alors qu on s aperçoit que certains enfants ont déjà une expérience forte. Et donc créer des tablettes pour enfants, ça infantilise d une certaine manière, ca recrée une catégorie pour enfants. Est-ce que créer ce nouveau type d objets ça ne catégorise pas, ça ne brise pas ce continuum? Infantiliser créer tout en une nouvelle catégorie? au lieu de créer un enfant dans le monde adulte, on le remet dans une catégorie «pour enfants»? Oui oui c est une bonne question, parce que en fait c est double, d un côté ça infantilise, con le voit bien avec les couleurs, les dispositifs, c est du «pour» enfants, donc on infantilise, mais en même temps c est l inverse puisqu on aurait jamais donné un appareil photo à un enfant par exemple, ou même une tablette. Ce n est plus pour les adultes a partir de tel ou tel âge C est un peu paradoxal

9 Oui ca va dans les deux sens. Il n y a pas de choses totalement réservées aux adultes, il y a un mouvement d égalisation, et aussi d adaptation : «pour» l enfant. Je voulais savoir, comme c est un débat très récent, quel angle apporte un sociologue, a-t-il un avis pour ou contre à avoir?où est sa place? En fait cela dépend des sociologues. Moi si j avais a travailler la dessus, je me mettrais à l extérieur, de la même façon que j ai étudié le bébé nageur. Ce n est pas ma position, mais ça pourrait pour d autres, par exemple pour les sociologues très médiatisés. Dans un sens c est assez décevant, parce que je n ai pas d avis à donner aux parents. On peut aussi bien analyser le discours des parents, et les fabricants font une analyse des usages. Un sociologue peut analyser les stratégies marketing. La notion d edutainment. L argumentation d apprentissage et de jeu : le coté fun et le coté travail. Et après il faut voir ce qu en font les parents et les enfants, et éviter un discours simpliste.

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

Entretien avec Richard Silver

Entretien avec Richard Silver Entretien avec Richard Silver par Claude Larivière et Sarah Boucher-Guévremont 1. Richard Silver, vous combinez deux domaines de formation professionnelle, le droit et le travail social. Pour plusieurs

Plus en détail

USAIN BOLT. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1...

USAIN BOLT. Table des matières. Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Juin 2012. Fiche professeur... 2. Fiche élève 1... USAIN BOLT Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève 1... 5 Fiche élève 2... 6 Narration de séances et productions d élèves... 7 1 Fiche professeur USAIN BOLT Niveaux et objectifs pédagogiques

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Définition intuitive. Qu est ce que ça signifie pour les acteurs?

Définition intuitive. Qu est ce que ça signifie pour les acteurs? Les pratiques de partenariats interdisciplinaires: vers une (re)connaissance mutuelle Journées du CISME - 21 octobre 2010 Définition intuitive Qu est-ce qu un partenariat pluridisciplinaire? Un processus

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation.

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. «Réformes : la France doit accélérer le rythme»

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. «Réformes : la France doit accélérer le rythme» Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France «Réformes : la France doit accélérer le rythme» Europe 1 Jean-Pierre Elkabbach 16 janvier 2014 Jean-Pierre Elkabbach : Bonjour Christian

Plus en détail

Développement. l enfant

Développement. l enfant Développement de l enfant No : 1 Vinaigre ou miel : Dans ce livre, il plaide en faveur de méthodes actives et positives qui favorisent chez l enfant la confiance, l estime de soi et le sentiment de compétence.

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités. BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS SESSION 2015 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Toutes spécialités BREVET DES MÉTIERS D ART Toutes spécialités ÉPREUVE DE FRANÇAIS - ÉPREUVE DU MERCREDI 17 JUIN 2015 - (L usage du dictionnaire et de la calculatrice

Plus en détail

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Katja Ingman Être pro en anglais Sous la direction de Marie Berchoud, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Fiche 1 Grow Your English : autoévaluation et plan d action Passez à l action : définissez votre objectif,

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement

Partie IV. Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Partie IV Responsabilité humaine En termes de santé et d environnement Forum santé et environnement 24/11 et 25/11 Pour chaque intervention, notez ce que vous avez retenu. Les addictions : Le don d organes

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

TWITTER IS THE BUZZ BUILDER FRENCH TRANSLATION

TWITTER IS THE BUZZ BUILDER FRENCH TRANSLATION TWITTER IS THE BUZZ BUILDER FRENCH TRANSLATION Annemarie Cross: Et maintenant ce signal très spécial et ce pour 10 épisodes. Une série très spéciale pour vous, coachs et consultants qui nous écoutez durant

Plus en détail

Éducatives Familiales

Éducatives Familiales Éducatives Familiales FICHE 6 : UN EXEMPLE, LE JEU DU MEMORY Type de jeu / description Jeu de mémoire (discrimination visuelle) 2 à 4 joueurs Choisir une thématique (Memory de la forêt, des animaux, de

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

les perceptions communes de la profession

les perceptions communes de la profession les perceptions communes de la profession d avocat, nourries par les multiples séries télévisées ou par l omniprésence médiatique des «ténors du barreau», ne permettent pas de comprendre les «misères de

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce

Cours de Mathématiques Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Les objectifs en mathématiques au lycée et à l école de commerce Objectifs L enseignement des mathématiques contribue à former un être humain méthodique, inventif et critique, doué de la faculté de raisonner

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

qu il y ait une très grande cohérence entre les différentes politiques publiques. Les orientations régionales peuvent aussi permettre de rechercher

qu il y ait une très grande cohérence entre les différentes politiques publiques. Les orientations régionales peuvent aussi permettre de rechercher Gestion de la faune sauvage et amélioration de la qualité des habitats. Dominique STEVENS (Délégué régional Poitou-Charentes ONCFS ) et Pascal DOUTAU ( F D C de Charente) : Dominique STEVENS : Nous allons

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

MAITRISE DE SOI ÉCOLE SECONDAIRE PREMIER ET DEUXIÈME CYCLES

MAITRISE DE SOI ÉCOLE SECONDAIRE PREMIER ET DEUXIÈME CYCLES MAITRISE DE SOI ÉCOLE SECONDAIRE PREMIER ET DEUXIÈME CYCLES Les élèves ayant des troubles d apprentissage ou un trouble du déficit de l attention avec hyperactivité (TDA/H) ont souvent de la difficulté

Plus en détail

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage»

Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Les règles de métier et «l Aide en Cours de Stage» Pour en savoir davantage : Bruno, E., Chaliès S., Euzet, J.P., Méard, J. (2007). Les règles de métier à l épreuve de la pratique de classe, l exemple

Plus en détail

Construire un référentiel de communication avec les élèves

Construire un référentiel de communication avec les élèves Construire un référentiel de communication avec les élèves Oser entrer en communication : Ø Communiquer avec les adultes et avec les autres enfants par le langage, en se faisant comprendre Ø S exprimer

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Aider les enseignants en formation à établir un plan d action

Aider les enseignants en formation à établir un plan d action Aider les enseignants en formation à établir un plan d action La préparation TESSA devrait toujours permettre aux enseignants en formation de faire l expérience des activités TESSA d'une manière pratique

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Français Arts visuels. «La chambre de Van Gogh et la lettre à Théo»

Français Arts visuels. «La chambre de Van Gogh et la lettre à Théo» Français Arts visuels «La chambre de Van Gogh et la lettre à Théo» Paul Arène Aix-en-Provence Classe de Yannick Magnier MS / GS DELFINO Amélie D INNOCENZO Mylène DI MINO Marion 1 LE PROJET Nous avons travaillé

Plus en détail

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France)

IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007. ENFA de Toulouse-Auzeville (France) IX èmes journées internationales d étude - CRCIE et CRIE- Sherbrooke, 15-16 octobre 2007 ENFA de Toulouse-Auzeville (France) Notre projet général Les pratiques d enseignement, centre de nos recherches

Plus en détail

Apprendrelaphotonumerique.com

Apprendrelaphotonumerique.com Le guide pour apprendre la photo facilement 1) Je me présente J'étais vraiment nul en photo. Pourtant, tout petit déjà, je savais que c'était ça que je voulais faire. J'étais tellement mauvais que je refusais

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

SEMINAIRE 2000 2001. Gestion des connaissances et aide à la décision

SEMINAIRE 2000 2001. Gestion des connaissances et aide à la décision SEMINAIRE 2000 2001 Gestion des connaissances et aide à la décision Exposé de Richard Collin : Connaissances, compétences et technologies. Pourquoi l homme est la mesure de toute information? Richard Collin

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE :

LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE : LE VOL DU P.C. FEUILLES DE PASSATION NOM : PRENOM : DDN : DATE DE L EXAMEN : AGE : Observations : Attention : toutes les consignes peuvent être adaptées dans leur formulation, pour permettre au sujet qui

Plus en détail

À PROPOS DU SITE SÉSAMATH LA «CAVERNE D'ALI BABA» DES MATHS AU COLLÈGE

À PROPOS DU SITE SÉSAMATH LA «CAVERNE D'ALI BABA» DES MATHS AU COLLÈGE 189 À PROPOS DU SITE «SÉSAMATH» LA «CAVERNE D'ALI BABA» DES MATHS AU COLLÈGE On a souvent dit, du professeur, qu il était seul, seul face à ses élèves. Et comment nier cette évidence : en dernier recours,

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

Guide à la rédaction du rapport d activité du Cafipemf

Guide à la rédaction du rapport d activité du Cafipemf Guide à la rédaction du rapport d activité du Cafipemf 1 Rappel des textes officiels Réf. : BOEN n 30 du 23 juillet 2015 (arrêté du 20/07/15 et circulaire 2015-109 du 21/07/15) http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?pid_bo=32781

Plus en détail

LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES

LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES Maryse HESSE Identifiant n 7062 Formateur-animateur Mission insertion Rectorat rubrique recherche n 105 LES IMPACTS DE L EVALUATION SCOLAIRE SUR LES ELEVES L évaluation scolaire évoque le contrôle, la

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage.

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Le concept choisi ici comme exemple est une figure arbitrairement définie, appelée «WEZ», reprise d une expérience de Smoke cité dans un

Plus en détail

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation»

Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Résultats du sondage effectué des «Discussions du Manitoba sur l éducation» Tableau 1 : Sujets abordés Sujets (n = 3 220) n Innovation et qualité dans l apprentissage des jeunes enfants 2 775 86 Aider

Plus en détail

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel

Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Des solutions de croissance pour les PME du logiciel Maillage 3D adapté à l écoulement d air à l arrière d un avion supersonique Vous êtes dirigeant de PME de la filière logicielle et conscient que l innovation

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas

GRF dyslexie 2010/2012. Lecture pas à pas La compréhension en lecture, SILVA Fanny Compréhension 29 Lecture pas à pas 1. Description de l expérience : Suite aux deux hypothèses à vérifier énoncées dans notre préambule, j ai proposé d organiser

Plus en détail

L alphabétisation après le livre

L alphabétisation après le livre Edito L alphabétisation après le livre Dans le cadre de l étude sur l impact de l alphabétisation que nous avons menée en 2010 1, nous avions par Catherine STERCQ notamment questionné les apprenants sur

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Concours externe du Capeps et Cafep - Capeps

Concours externe du Capeps et Cafep - Capeps A. Épreuves écrites d'admissibilité I. Dissertation portant sur les fondements sociohistoriques et épistémologiques de l'éducation physique et des activités physiques, sportives et artistiques (APSA) L'épreuve

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Guide. «Pourquoi Définir. Votre Client Idéal?»

Guide. «Pourquoi Définir. Votre Client Idéal?» Guide «Pourquoi Définir Votre Client Idéal?» Comme Coach Vie Professionnelle, beaucoup de mes clients sont Entrepreneur(e)s, ont une activité en tant qu indépendant ; d autres travaillent sur un projet

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG 1 Calendrier de réalisation de l étude Phases de travail Axes de travail Dates limites Travail à effectuer Collecter des informations sur Phase 1 : les organisations

Plus en détail

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique arrêté du 6 décembre 2012 série sciences et technologies du management et de la gestion STMG nom de l'élève prénoms date de naissance nom et

Plus en détail

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE

COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE COMMENT ENSEIGNER LE LANGAGE ORAL À L ÉCOLE MATERNELLE? EN PARTICULIER LE VOCABULAIRE I. RETOUR SUR LA CONFÉRENCE DE VIVIANE BOUYSSE (le 11 février à Montfort) I.I LANGUE ET LANGAGE À L ÉCOLE 1) Distinguer

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Abteilung für schulische Evaluation

Abteilung für schulische Evaluation Questionnaire pour les parents type d enseignement de votre enfant/vos enfants: (si vous avez plusieurs enfants dans cette école, remplissez svp pour l enfant aîné) école fondamentale: école maternelle

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert

Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert Demand Aide individuelle Action communautaire Demande Constats Non-mandat Actions et réflexions Secret professionnel Améliorer l environnement social Gratuit

Plus en détail

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE 1- Cohérence de l élaboration du projet Activité 1.6 VISÉES ET INTENTIONS ÉDUCATIVES DU COURS Connaissance de soi, de son potentiel et de ses modes d actualisation connaissance de ses talents, de ses qualités,

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire»

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Horaires et Programmes EPS à l école primaire BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Les programmes 2008 s appuient sur le Socle commun de connaissances

Plus en détail

Séance construction 04/11/04/Armelle

Séance construction 04/11/04/Armelle Séance construction 04/11/04/Armel consigne 1. P Vous alr jouer avec jeu de construction petit ingénieur mais cette fois-ci on va compliquer un petit peu s choses, Johanna, vous me regardez là, A. on va

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Les techniques de l interview 16/06/06

Les techniques de l interview 16/06/06 Les techniques de l interview Avant l'interview Gérer la demande d un journaliste Un journaliste vous contacte ne pas traiter la demande du journaliste en temps réel demander ses coordonnées, ses délais,

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé D.Jaillon Groupecapp-coaching.fr 1 Dominique Jaillon - Sociologue, Superviseur, Coach - Past-Président de la Société Française de Coaching - Directeur

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques

é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques é d u c a t i on n a t i o n a l e ÉVALUATIONS NATIONALES CM2 Des résultats aux perspectives pédagogiques Evaluation des des élèves en CM2 Constats et perspectives pédagogiques pour les écoles de l Hérault

Plus en détail

Préparez votre débat

Préparez votre débat Préparez votre débat L enjeu éducatif d un débat sur des questions portant sur le changement climatique est principalement de permettre : - d éveiller l intérêt des élèves sur le sujet en laissant la pensée,

Plus en détail