Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13"

Transcription

1 Interview avec Pascale Garnier, docteur en sociologie et professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Pascale GARNIER est docteur en sociologie, professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13. Ses recherches privilégient une sociologie pragmatique des débats et des pratiques relatifs aux enfants et à leur éducation. Elles sont particulièrement attentives aux classements d'âge qu'ils mettent en jeu, en tant que manières de construire des différences d'âge, des représentations politiques et cognitives des enfants, et des dynamiques temporelles. Les thèmes d'investigation portent sur les pratiques et les objets destinés aux enfants, notamment les activités corporelles et/ou sportives, le travail en partenariat autour et à travers l'école maternelle et élémentaire (parents, professionnels, personnels scolaires), s'inscrivant dans des politiques et des transformations du système éducatif. (Source: Le sujet sur lequel nous nous intéressons c est les babytablettes, c est-àdire les tablettes dédiées spécialement aux bébés. Encore faut-il définir ce qu est un bébé. Justement, nous on s intéresse à la tranche 0-4ans. Ici, par exemple vous avez, une babytablette, un jouet dédié pour les enfants. Vous allez trop vite là (rires) C est vrai? Non, non, non, ce n est pas au niveau du débit vocal c est au niveau du quand vous dites «c est un jouet»! Ah oui! Parce que je ne veux pas donner plus d informations que ça : c est une tablette pour les enfants, là ce serait plus général, c est vrai! Et donc c est un objet qui va avoir de nouveaux usages dans nos sociétés, et on étudie les problématiques liées à cet objet. Donc déjà je voulais savoir, si vous en tant que sociologue, si je vous dit par exemple «enfant et technologie», déjà par exemple, sans forcement parler des babytablettes, qu est ce que cela vous évoque? Juste pour avoir une idée générale puis ensuite aborder cet objet plus précisément. Alors Ca évoque beaucoup de choses. Vous avez dit bébé et technologie? Oui En fait, on va dire au moins trois niveaux : le bébé, la technologie et le lien entre les deux, c est-à-dire comment on fait ce couplage entre d un côté un enfant ou un individu, on ne sait même pas qui c est, et puis de l autre côté un objet particulier. Donc comment mettre ensemble à la fois l objet et on va dire une déclinaison de certaines qualités ou absence de qualités d ailleurs, qui seraient imparties, propres, inhérentes à la personne à laquelle on associe l objet.

2 Est ce que ces derniers temps vous avez vu ces notions de technologies qui ont eu un essor, en lien avec le bébé? Oui c est sûr que moi quand j ai commencé à travailler sur la question des apprentissages précoces, qu est ce que j avais pris comme exemple à l époque dans mon article. J en avais pris deux : l exemple des bébés nageurs, donc là c est très intéressant puisque c est la question du corps est ce qu il sont capables de nager ou pas? et donc en posant cette question là, est-ce qu ils sont capables de nager ou pas? on se pose tout de suite la question «mais ça veut dire quoi nager, est-ce que c est la même natation que l adulte? Est-ce qu ils sont capables de faire de la brasse, du dos crawlé, etc?» Donc vous voyez quand vous dites «on s intéresse sur ce qu est le bébé», on s intéresse du même coup à la technologie: qu est ce que c est que la technologie? Donc pour revenir au travail que j ai fait donc au début des années 90, donc ça remonte à 20 ans, j avais pris deux exemples : le bébé nageur, parce que c est effectivement le corps de l enfant qui est immédiatement en jeu, ce qu on verra aussi d ailleurs avec les tablettes : quelles sont les capacités de manipulations, visuelles, et puis les capacités cognitives etc? Et puis j avais pris aussi l exemple de la lecture, puisque c est à partir des années 80 surtout que ce sont développées beaucoup d actions en faveur des bébés. En particulier, le travail de Silvie Reina On ne lit pas tout seul, où il y a des images de livres pou les enfants, sans texte. J avais pris cet exemple de la littérature, le contact avec le livre qu est ce que ça veut dire lire? Vous voyez, on a le même problème qu il s agisse des bébés nageurs ou des bébés lecteurs on a exactement le même problème c est-à-dire : qu est ce que ça veut dire nager? Qu est-ce que ça veut dire lire? Donc c est tout un travail, je dirai de réflexion, d acquis, de recherches scientifiques qui font avancer les les comment dire, cette découverte, cette invention, (un parti pris épistémologique entre l idée de découverte et l idée d invention). Donc voilà il y a les deux exemples complètement différents dans le champ social, dans le champ culturel on va dire, d un côté la natation, de l autre côté les bébés lecteurs et en fait on s aperçoit que globalement, ils posent le même type de problème, et là avec les babytablettes c est le même problème. C est-à-dire? Comment on va construire une babytablette qui va aller avec l individu auquel on l associe? D accord. Mais quand vous dites «comment» ça veut dire par exemple, «quelles applications mettre dans la babytablettes?» ou ca ne va pas jusque là? Par exemple pour le livre, c est un livre sans texte, donc il est adapté et c est qu on a bien répondu aux Oui, oui, voilà il y a tout un processus d adaptation sur à la fois la tablette mais aussi avec le bébé ; c est les deux qu on va mettre ensemble, donc le bébé ne reste pas indemne, ni la tablette. Oui, c est le lien entre les deux

3 C est ca qu il est très important de voir. Pareil pour la lecture : quand on dit que les bébés sont capables de lire il faut y mettre un intérêt a ce quelles enfants lisent des le plus jeune âge. Voilà une photo d un bébé qui nage que j avais montré lors d une conférence. ( ) Et par rapport à la lecture donc? Alors la lecture c est pareil : lire c est construire un rapport de sens avec un contenu. C est aussi tout l aspect manipulation du livre, le fait d avoir des effets avec le livre, tout la matérialité du livre devient importante, la qualité des images, l absence d images, le symbolisme, etc tout devient extrêmement visuel et non plus dans la lecture on va dire avec des lettres, du déchiffrage Oui donc c est un travail visuel Oui c est ce qu on appelle maintenant la lecture d images. Donc maintenant si on veut faire le même travail d adaptation de la technologie au bébé, quel serait là la définition, pour vous, de la technologie pour un bébé? Ce serait la même définition que pour les adultes finalement parce que les adultes aussi maintenant cette définition de la natation comme capacité à s adapter au milieu aquatique, elle n était pas propre au bébé, elle était je dirais on est passé de quelque chose qui était privatif : là je nage, là je nage pas, et donc il y a une sorte de limite d âge, avant on ne peut pas nager, globalement c était 6 ans, ou même la lecture, c était 6 ans, on est allé vers la toute petite enfance, même 0, ou même avant pour la natation car il nageait dans le ventre de sa mère, enfin c est une argumentation scientifique. Donc on est passé d une limite d âge très fixe 6 ans à disons une sorte de continuum des capacités aquatiques entre 0 à on va dire 100 ans, 12à pour les plus vieux. Pareil pour la technologie la technologie, ce n est pas spécifique aux enfants. Par contre il va falloir adapter spécifiquement les objets technologiques aux enfants. Souvent ceux qui se situent à 6 ans et plus, ils sont très à l aise avec les technologies, ils maitrisent bien, ils utilisent les objets de leur parent. Mais nous ce qui nous interpelle c est voilà un bébé de 0 à 4 ans qui voilà manipule les technologies, qui est face à un écran tactile et qui sait faire plein de choses. Vous parlez de continuum donc peut-être que voilà il n y a plus de limite Il n y a pas de limite justement. Il y a à chaque fois des compétences différentes, des objets différents mais je dirais la définition même maintenant, elle est commune à tous les âges. La définition de la technologie en l occurrence comme

4 savoir technique, la connaissance d un savoir technique, le logos et la techné, n est pas spécifique ni à l enfant non à l adulte. Donc cela n a rien à voir avec la tranche d âge, mais après on revient toujours à l adaptation puisqu on ne présente pas les mêmes objets techniques à un enfant ou à un parent. Oui, et je pense que ce qui est intéressant, par rapport au travail de Bruno Latour sur l anthropologie et la définition des sciences. Pour lui, une cale, un morceau de bois, c est de la technique. La technologie est un savoir de la technique. Même marcher, en reprenant Marcel Mauss, c est de la technique. Et la technique du corps correspond à notre façon de se tenir, de tenir un stylo. Chez Mauss c est très culturel. Et c est pour ça que cette définition couvre tous les âges finalement. Par contre effectivement une connaissance des techniques va faire l objet d une institutionnalisation, on va avoir des connaissances techniques à enseigner. Mais au départ la technique c est le fait de produire des artéfacts dans une culture humaine. Après ce qui est intéressant c est vrai que la technique, souvent elle a été pensée à partir de la science, c est-à-dire on a des sciences et on a des applications. Par exemple, le savoir de l atome, on a le savoir nucléaire. Alors que le mouvement dans les sciences sociales va être de dire la technique c est aussi la culture et la vie ordinaire. Même les chimpanzés ont recours à des ressources pour casser des noix, mais n ont pas un savoir de la technique. C est vraiment ce qui différencie les hommes des animaux : développer des techniques. La définition contemporaine très large de la technique est non plus seulement l application de la science. La problématique des babytablettes donc pourrait être vue d un aspect anthropologie, sociologie Toute façon d un point de vue scientifique, les connaissances techniques pour la babytablette sont les mêmes que pour la tablette pour adulte. Mais la question est d un point de vue culturel Alors vous voyez il y a plusieurs problèmes, il y a le problème de coupler au niveau compétence de l enfant. A partir du moment où on redéfinit la natation, on redéfinit les compétences de l enfant. C est-à-dire que l enfant a des compétences biologiques, motrices, cognitifs : appuyer, mettre en rapport des informations, des relations de cause à effet. C est un apprentissage par test Oui, par essai erreur, tout à fait. Vous voyez ca c est le premier volet du couplage, c est-à-dire, on a un objet il faut les compétences qui vont avec. La première chose c est de trouver les compétences, les identités même et les objets qui vont avec, donc c est un travail d adaptation mutuelle. Ce n est pas seulement l objet qui est adapté, vous voyez J insiste bien moi en tant que sociologue sur le fait qu on crée l enfant qui va avec.

5 On crée l enfant qui va avec? Oui. On crée des compétences, on lui donne des compétences. Est-ce que quand on lui donne ces compétences, est-ce juste par insertion de cet objet dans le marché : est-ce que c est passif ou actif cette institution des compétences? On ne lui demande pas des compétences comme ça mais en lui donnant un objet qu il peut manipuler, il va effectivement manipuler et s approprier l objet. Il va révéler des compétences. Par exemple, avant les années 60, il n y avait pas de bébés dans les piscines. Là maintenant on se dit tous les bébés sont potentiellement des bébés nageurs. On a donc révélé des compétences. On ne peut pas créer non plus l enfant toute pièce. Oui donc il faut bien étudier préalablement les compétences de l enfant. Il faut surtout étudier le rapport entre les deux. Et c est là qu on change de registre, là on était sur le pôle des compétences, et on change avec le pôle je dirais moral : Qu est-ce qui est bon? Il ne suffit pas qu il y ait des compétences, mais moralement est ce que c est bien? Et vous en tant que sociologue, moralement, est-ce que vous pouvez juger d un tel objet s il est bon ou pas? parce que c est le progrès de la société aussi Alors, oui oui La question va se poser à différents moments de la trajectoire de l objet. Quand on est au moment de l invention de l objet il va y a voir ce qu on appelle une mise à l épreuve qui concerne par exemple là sur les bébés nageurs : il ne suffit pas de dire qu il y avait des compétences aquatiques, mais il fallait véritablement les mettre dans une piscine, donc au départ quand on ne sait pas ceux dont les enfants sont capables, il y a un problème éthique : jusqu où on peut mettre à l épreuve l enfant? La question des bébés nageurs exacerbe les questions de mise à l épreuve. Il y a tout de suite le problème d expérimentation et de domination de l adulte parce que c ets l adulte qui met l enfant à l épreuve et donc aussi d enjeu moral, jusqu où on peut mettre à l épreuve l enfant sans le détruire? donc sur les tablettes, à mon avis, cette question de l invention se pose quand même. Oui alors, elle ne présente pas les mêmes dangers que pour l expérimentation des bébés nageurs mais elle contient d autres dangers Voilà, une fois qu on est après l invention, il y a la diffusion, où les logiques marchandes interviennent. Ils ne font pas ça gratuitement. A partir de là, cela devient un objet public qui suscite un débat public. Mais avant cette étape où cela devient public, d où vient à l idée, pour l adulte, d imposer cela à l enfant? L adulte veut un bébé-adulte?

6 C est toujours complexe, parce qu il y a beaucoup d enjeux dans cette mise à l épreuve. Apres il faut voir qui est vraiment à l origine de cette invention. Là dans le cas des bébés nageurs, clairement, ce sont des professionnels de la natation. Il y avait implicitement l idée que : plus on nage tôt plus on sera des champions. Voilà donc c est exactement ce qu il se passe avec les babytablettes. Plus tôt il utilisera les technologies, et plus facile seront ces capacités plus tard, il y a aussi des applications pour les mathématiques. Toujours la question du qui? quels sont es acteurs qui ont intérêt à et quels discours de justifications? Oui clairement l avis des fabricants n est pas le même Il faut voir aussi que le discours de justification est un objet de lutte. Au départ les techniciens de la natation ont pour objectif de former l élite sportive des nageurs de demain et toute de suite il y a eu opposition : pas question de fabriquer ça, l important c est l épanouissement de l enfant, la relation parentenfant à travers le milieu aquatique, la maîtrise du corps, la confiance en soi, un discours plus centré sur le devenir de l enfant et une justification centrée sur le présent mais aussi sur la relation parent-enfant. Il peut aussi y avoir lutte interne dans les discours de justifications. C est incroyable puisqu on peut réellement faire un parallèle avec la controverse des babytablettes parce que la relation parent-enfant est aussi utilisée comme discours de justification. Certains psychologues affirment que mettre un enfant devant l isole et il n y a plus d aspect émotif. Donc là on revient au fait qu une fois que ça devient un objet public ; la question de si c est bien ou pas? les questions de devenir sont donc liées aux questions morales. Le discours de justifications c est du positif, après il faut regarder les discours critiques. Et a chaque fois il y a la question des épreuves. Quelles épreuves on met en place pour dire que les babytablettes c est mauvais? On met des électrodes pour dire que ce n est pas bon pour le cerveau? Ce sont souvent les scientifiques qui sont convoqués. Les scientifiques font un peu le rôle d arbitre. Même s il n y a pas de réponse à la question : bon ou pas bon? Mais ils font autorité. Les babytablettes c est relativement nouveau donc Oui 2010 Je dirai sur le domaine de la petite enfance que peut-être que les objets on n en parlera pas dans 10 ans, mais ca va être lancé sur un autre objet Télévision à la babytablette par exemple

7 Chaque nouvelle technologie suscite un débat Et cela suscite également des comparaisons entre les différentes technologies Voilà exactement, on remobilise les affaires précédentes pour trouver les argumentations. Argumenter dans un champ de force c est essayer d examiner ces discours de justifications ou/et de critique mais aussi regarder les épreuves. Par exemple d ici deux ans, ^rendre un corpus d enfants qui manipulent les tablettes depuis deux ans et puis on regardera leur performance en lecture par exemple. Il y a la question du bébé puis après les questions qui s écartent à chaque fois, par exemple, mettre les tablettes au collège Les débats sur les enfants changent d objet, tablette télévision, poney, mais en même temps les débats changent d objet et en même temps les débats disséminent, ils touchent plus de choses. On parle de la tablette et puis tout de suite on va parler de l éducation des parents. Au départ le dévat est très circonscrit aux enfants, puisla question de l enfant, ensuite, vous avez cité l exemple de l école, il y aura les questions des différences sociales, politiques, économiques, Problème juridique par exemple? Oui, avec la question de l internet Quand le débat dissémine, on ne sait pas jusqu où il peut s arrêter. D accord donc d un côté on va d un objet à un autre et d un autre côté, on passe d un débat à l autre. Oui. Donc après ce qui est intéressant pour le sociologue c est d entrer dans l objet lui même. Oui par exemple, chaque fabricant adopte sa philosophie de tablette il choisit les applications qu il commercialise. Oui, il y a ca mais aussi tout le design de l objet. Vous connaissez la notion d affordance? Non Affordance = qu est ce que l objet permet? Qui est ce que ca intéresse : les ingénieurs, les fabricants, le marketing, les parents? Qui est mobilisé dans ces discours? Les scientifiques cités par les fabricants par exemple. Il y a des gens qui sont en position de force : par exemple Olivier Houdé a une parole qui pèse, les acteurs plus ou moins hors champ

8 Et la question est : qui est légitime pour tenir un discours de critique ou de justification? Les parents par exemple ont tout à fait une légitimité Oui voilà, la question c est de reconstruire cet espace de ce couplage bébétablettes. Le sociologue se situe en extériorité par rapport au débat. Il regarde la trajectoire de la controverse, les acteurs, puis le «qui est légitime?» n est pas forcément figé. Il évolue au cours de la controverse. En ayant regardé l évolution du débat, on s est rendu compte qu il y a eu l étape où les enfants manipulaient les objets de leurs parents puis après on a décidé de créer des tablettes pour enfant. Les parents ont donc eu un rôle important lors de «l invention». Oui, on passe de quelque chose de «fortuit» à quelque chose qui devient un objet de commercialisation. Et les parents se sont donc crée eux même un nouveau rôle? A surveiller et à accompagner? Tout à l heure vous disiez on crée un nouveau bébé mais on crée alors aussi un nouveau parent Oui, oui, tout à fait. Elle donne des nouveau rôles aux parents mais plus décisivement elle crée des compétences, elle les reconnaît elle les institue. Il y avait des pratiques informelles, non reconnues dans l espace public. Les parents n ont pas attendu la commercialisation. Là on travaille avec des jeunes enfants de 2-3 ans avec des appareils photo enfants, et on travaille spécifiquement avec des kidizoom. Et le fait de le faire dans un recherche, on est dans une sphère publique, alors qu on s aperçoit que certains enfants ont déjà une expérience forte. Et donc créer des tablettes pour enfants, ça infantilise d une certaine manière, ca recrée une catégorie pour enfants. Est-ce que créer ce nouveau type d objets ça ne catégorise pas, ça ne brise pas ce continuum? Infantiliser créer tout en une nouvelle catégorie? au lieu de créer un enfant dans le monde adulte, on le remet dans une catégorie «pour enfants»? Oui oui c est une bonne question, parce que en fait c est double, d un côté ça infantilise, con le voit bien avec les couleurs, les dispositifs, c est du «pour» enfants, donc on infantilise, mais en même temps c est l inverse puisqu on aurait jamais donné un appareil photo à un enfant par exemple, ou même une tablette. Ce n est plus pour les adultes a partir de tel ou tel âge C est un peu paradoxal

9 Oui ca va dans les deux sens. Il n y a pas de choses totalement réservées aux adultes, il y a un mouvement d égalisation, et aussi d adaptation : «pour» l enfant. Je voulais savoir, comme c est un débat très récent, quel angle apporte un sociologue, a-t-il un avis pour ou contre à avoir?où est sa place? En fait cela dépend des sociologues. Moi si j avais a travailler la dessus, je me mettrais à l extérieur, de la même façon que j ai étudié le bébé nageur. Ce n est pas ma position, mais ça pourrait pour d autres, par exemple pour les sociologues très médiatisés. Dans un sens c est assez décevant, parce que je n ai pas d avis à donner aux parents. On peut aussi bien analyser le discours des parents, et les fabricants font une analyse des usages. Un sociologue peut analyser les stratégies marketing. La notion d edutainment. L argumentation d apprentissage et de jeu : le coté fun et le coté travail. Et après il faut voir ce qu en font les parents et les enfants, et éviter un discours simpliste.

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire»

BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Horaires et Programmes EPS à l école primaire BO hors-série n 3 du 19 juin 2008 «Horaires et programmes d enseignement de l école primaire» Les programmes 2008 s appuient sur le Socle commun de connaissances

Plus en détail

«Construction de l identité sexuée de l enfant»

«Construction de l identité sexuée de l enfant» Transcription d extraits de la vidéo de la conférence de Véronique Rouyer, maître de conférences en psychologie du développement de l enfant et de la famille, UFR Psychologie, université de Toulouse. Site

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio

La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie et éducation Faculté des lettres et sciences humaines Espace Louis-Agassiz 1 CH-2000 Neuchâtel La transition école travail et les réseaux sociaux Monica Del Percio Institut de psychologie

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Katja Ingman Être pro en anglais Sous la direction de Marie Berchoud, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Fiche 1 Grow Your English : autoévaluation et plan d action Passez à l action : définissez votre objectif,

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

La place des seniors dans le bénévolat

La place des seniors dans le bénévolat La place des seniors dans le bénévolat On sait que les seniors jouent un rôle très important dans le bénévolat, notamment en qualité d élus aux seins des associations, bénéficiant de l expérience qu ils

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Introduction de Claire Hédin-Vignaud, responsable de la Médiathèque Markoff : Rappel des motivations qui ont amené

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

CONCLUSION. Echanges I QU EST II - EXISTE-T-IL IL UN ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF JUSTE FAVORISANT LE DEVELOPPEMENT DE L ENFANT L L ADOLESCENT?

CONCLUSION. Echanges I QU EST II - EXISTE-T-IL IL UN ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF JUSTE FAVORISANT LE DEVELOPPEMENT DE L ENFANT L L ADOLESCENT? I QU EST EST-CE QUI NOUS ATTIRE VERS LES «ECRANS»? II - EXISTE-T-IL IL UN ACCOMPAGNEMENT EDUCATIF JUSTE FAVORISANT LE DEVELOPPEMENT DE L ENFANT L ET DE L ADOLESCENT? III - QUELS SONT LES DANGERS POTENTIELS?

Plus en détail

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART première partie Alessandra Guerra En France il y a des jugements sur la question psychothérapiepsychanalyse J ai entendu

Plus en détail

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage.

Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Annexe 3. Le concept : exemple d une situation d apprentissage. Le concept choisi ici comme exemple est une figure arbitrairement définie, appelée «WEZ», reprise d une expérience de Smoke cité dans un

Plus en détail

LE COLLEGE FRANCOIS VILLON. 18 Rue COURENCQ 13011 MARSEILLE http://www.clg-villon.ac-aix-marseille.fr

LE COLLEGE FRANCOIS VILLON. 18 Rue COURENCQ 13011 MARSEILLE http://www.clg-villon.ac-aix-marseille.fr LE COLLEGE FRANCOIS VILLON 18 Rue COURENCQ 13011 MARSEILLE http://www.clg-villon.ac-aix-marseille.fr Un environnement agréable Le collège est tout proche du Bd St Marcel, au calme, à l écart de la circulation.

Plus en détail

Réformedes. rythmes, quel. temps pour. Rythmes scolaires : plus de 80% de participation au questionnaire diffusé par la Ville

Réformedes. rythmes, quel. temps pour. Rythmes scolaires : plus de 80% de participation au questionnaire diffusé par la Ville La réforme nationale des rythmes scolaires pour les enfants des écoles publiques maternelles et écoles publiques élémentaires entrera en vigueur à Seclin en septembre 2014. Afin de bâtir un Projet Éducatif

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Consolidation de fondamentaux

Consolidation de fondamentaux Consolidation de fondamentaux Point de vue communicationnel sur le réel Consolidation - Stéphanie MARTY - 2009/2010 1 Question 31 31. Que signifie «avoir un point de vue communicationnel sur le réel»?

Plus en détail

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH

Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges. Ordinaires & ASH Exemples de différenciations pédagogiques en classe. Elémentaires Collèges Ordinaires & ASH PRESENTATION ESPRIT DES OUTILS PRESENTES L objectif de cette plaquette est de proposer des tours de mains aux

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture

Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Combien vaut VRAIMENT votre vieille voiture Ou Comment j ai appris par hasard que ma voiture avait été revendue 32 FOIS PLUS CHER que le montant de ma reprise! AVERTISSEMENT Cette fiche pratique n a qu

Plus en détail

L IDEOLOGIE DU DON EDITION CREAXION

L IDEOLOGIE DU DON EDITION CREAXION Pr. Albert JACQUARD Directeur de Recherche de l Institut National d Études Démographiques - Génétique des Populations Je voudrais insister ce matin devant vous, sur le danger d utiliser certains mots.

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Interaction Personne-Machine

Interaction Personne-Machine Interaction Personne-Machine Techniques d Interaction 1 Techniques d Interaction La mise en place d interactions peut se faire dans une démarche organisée, dans laquelle on s appuie sur trois niveaux bien

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert

Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert Demand Aide individuelle Action communautaire Demande Constats Non-mandat Actions et réflexions Secret professionnel Améliorer l environnement social Gratuit

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Et avant, c était comment?

Et avant, c était comment? 3 Et avant, c était comment? Objectifs de l unité Tâche La première partie de l évaluation comprend une tâche, QUELS CHANGEMENTS!, divisée en quatre phases. Dans la première phase, il s agit d écouter

Plus en détail

L homme versus machine

L homme versus machine L homme versus machine 15. Juin 2015, Cedres réflexions Espaces des Terreaux Défense de l homme, par Wulfram Gerstner (EPFL) Je pense donc je suis! Cela me plait de commencer ma défense de l homme avec

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

CHARTE DES PROGRAMMES

CHARTE DES PROGRAMMES CHARTE DES PROGRAMMES Charte relative à l élaboration, à la mise en œuvre et au suivi des programmes d enseignement ainsi qu aux modalités d évaluation des élèves dans l enseignement scolaire CONSEIL SUPÉRIEUR

Plus en détail

Institut des Humanités de Paris. «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012

Institut des Humanités de Paris. «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012 Institut des Humanités de Paris «Réinventer les Humanités» Compte-rendu du séminaire du Vendredi 23 mars 2012 Humanités/Sciences «Humanités scientifiques» (Enregistrement sur le site (provisoire) de l

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr

LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr LYCEE GRANDMONT Avenue de Sévigné 37000 TOURS Tel : 02.47.48.78.78 Fax : 02.47.48.78.79 Site : www.grandmont.fr Dans un parc de 17 ha 2160 élèves 560 internes 9 sections post-bac 21 classes de terminale

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

L élaboration de la fiche de poste

L élaboration de la fiche de poste L élaboration de la fiche de poste 1 Guide pratique pour l élaboration de la fiche de poste Christine SCHMELTZ-OSCABY 40 Allée Ikinoak - 64210 Guethary tél.: 06 07 51 95 97 E-mail :chrischmeltz@yahoo.fr

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Entretien 1 : Yvan Quelle est votre tranche d âge Celle de vos parents et grands-parents Yvan : < 60 ans, Mère : environ 50 ans, Grand-mère : environ 80 ans Combien

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité

Normes de référence. Comparaison. Commande cognitive Sentiments épistémiques Incarnés dépendants de l activité Séminaire Sciences Cognitives et Education 20 Novembre 2012 Collège de France L importance de la Métacognition: Joëlle Proust Institut Jean-Nicod, Paris jproust@ehess.fr http://joelleproust.org.fr Plan

Plus en détail

L'ordinateur oblige à l'autonomie?

L'ordinateur oblige à l'autonomie? L'ordinateur oblige à l'autonomie?!!pas d'autonomie, pas de séance d'informatique...!!les logiciels interactifs permettent d alterner avec la liaison frontale professeur élèves!!mémoire PE2 : Debernardi,

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

Programmation découverte du monde (autre que mathématiques):

Programmation découverte du monde (autre que mathématiques): Programmation découverte du monde (autre que mathématiques): Période 2: Apprenons à toucher! Compétence MA01 : Reconnaître, nommer,décrire, comparer, ranger et classer des matières, des objets selon leur

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Méthodologie de l exposé

Méthodologie de l exposé CHAPITRE 1 Méthodologie de l exposé >1. Préparation de l exposé L exposé est un moment fort de l épreuve d admission au concours d entrée en institut de formation d aides-soignants ou d auxiliaires de

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI)

EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) EVALUATION DU DISPOSITIF DEPARTEMENTAL EDUCATIF DE FORMATION ET D INSERTION (D 2 EFI) Note méthodologique relative à l outil de suivi en continu du projet de formation et du projet professionnel La direction

Plus en détail

TUTORIEL HABITATION. Ce petit tutoriel va vous permettre de vous familiariser avec le module habitation.

TUTORIEL HABITATION. Ce petit tutoriel va vous permettre de vous familiariser avec le module habitation. TUTORIEL HABITATION Ce petit tutoriel va vous permettre de vous familiariser avec le module habitation. Service Informatique 26/08/2010 Bienvenue sur ce tutoriel concernant le module habitation, si vous

Plus en détail

Trousse pour Ados de Sensibilisation à la Maltraitance des Personnes Âgées

Trousse pour Ados de Sensibilisation à la Maltraitance des Personnes Âgées Trousse pour Ados de Sensibilisation à la Maltraitance des Personnes Âgées INTRODUCTION SUR LE PROJET ET LE GROUPE Le Projet Histoire de la Journée Mondiale de Lutte contre la Maltraitance des Personnes

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt?

R : Oui, j ai un peu d expérience. Y : Et pourquoi vous faites des MOOCs, c est pour quel intérêt? Y : Cette année, je suis le cours ETIC de sujet MOOC, donc mon prof m a recommandé de vous contacter pour une interview, parce que vous avez fait beaucoup de MOOCs. R : Oui, j ai un peu d expérience. Y

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROJET (maximum 1600 caractères)

PRÉSENTATION DU PROJET (maximum 1600 caractères) Titre de l ouvrage Sous-titre de l ouvrage IMPORTANT : Date de dépôt du manuscrit PRÉSENTATION DU PROJET (maximum 1600 caractères) LE OU LES AUTEURS (OU CODIRECTEURS DE L OUVRAGE) Nom et prénom Date de

Plus en détail

Exercices de dénombrement

Exercices de dénombrement Exercices de dénombrement Exercice En turbo Pascal, un entier relatif (type integer) est codé sur 6 bits. Cela signifie que l'on réserve 6 cases mémoires contenant des "0" ou des "" pour écrire un entier.

Plus en détail

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA

ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE D APPRENTISSAGE TIC PÉDAGOGIE APPRENTISSAGE ENA Chantale Desrosiers Conseillère pédagogique TIC - Répondante REPTIC Personne-ressource à Performa Ce document présente au personnel

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 2 Jeunesse et sports Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

D où viennent nos émotions

D où viennent nos émotions D où viennent nos émotions Il y a des émotions qui sont vraiment désagréables : l anxiété, la culpabilité, la colère, les grosses rages qui nous réveillent la nuit, la dépression, la tristesse, la peur,

Plus en détail

réapprendre! Donnons la parole à ceux qui ont osé

réapprendre! Donnons la parole à ceux qui ont osé Donnons la parole à ceux qui ont osé réapprendre! Stigmatiser l illettrisme, sans jamais stigmatiser les personnes 2 500 000 personnes se trouvent en situation d illettrisme EN FRANCE. L illettrisme est

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

Manuel des utilisateurs extranat Natation course Compe titions en ligne

Manuel des utilisateurs extranat Natation course Compe titions en ligne Manuel des utilisateurs extranat Natation course Compe titions en ligne À l attention des organisateurs et gestionnaires de compétitions Gestion du document N de version du document Date N de version de

Plus en détail

PNL ET MAGIE D autres secrets

PNL ET MAGIE D autres secrets PNL ET MAGIE D autres secrets Benoit CAMPANA Collection Mathieu Bich Présente Droits réservés pour tous pays Certificat de dépôt N D255-461 2009 Benoit Campana 2010 Createx NOTE DE L EDITEUR J ai découvert

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Réussir son affiliation Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 1 Comprendre que tout est marketing de rentrer dans le détail, il nous a semblé

Plus en détail

AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site

AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Bien architecturer une application REST

Bien architecturer une application REST Olivier Gutknecht Bien architecturer une application REST Avec la contribution de Jean Zundel Ce livre traite exactement du sujet suivant : comment faire pour que les services web et les programmes qui

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception

Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception Annexes Tests perceptifs Transcription orthographique des quatre vingt quatre énoncés du test de perception [Dans les interventions longues, les séquences enregistrées et audibles pour les auditeurs, sont

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Programme d E.P.S. de l Ecole

Programme d E.P.S. de l Ecole Programme d E.P.S. de l Ecole Primaire CONNAISSANCE DU MILIEU SCOLAIRE Ecu 1.2.3.4 F.S.S.E.P LILLE 2 L.MICHEL-connaissance des milieux FSSEP Université Lille 2 1 SOMMAIRE PRESENTATION DU Eduscol.education.fr

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

L ECOLE DE L ARNAQUE

L ECOLE DE L ARNAQUE L ECOLE DE L ARNAQUE Vous avez tous eu des projets de rénovation ou des projets d améliorations de votre habitation! Voici toutes les techniques de vente, les secrets des commerciaux, les pièges à éviter

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Conseil général du Lot. Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire.

Conseil général du Lot. Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire. Conseil général du Lot é t e r p o La pr chez l enfant s n a 6 à 0 de Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire. La propreté, cela ne s apprend pas! Maman, je vais certainement te surprendre,

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

DIPLÔME APPROFONDI DE LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME APPROFONDI DE LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME APPROFONDI DE LANGUE FRANÇAISE Niveau C2 du Cadre européen commun de référence pour les langues NATURE DES ÉPREUVES DURÉE NOTE SUR 1 2 Compréhension et production orales Epreuve en trois parties

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail