Charte Réseau de santé Epsilon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Charte Réseau de santé Epsilon"

Transcription

1 EPSILON Réseau de coordination à domicile Gérontologie - Soins de support - Soins palliatifs Charte Réseau de santé Epsilon Quatrième version créée du fait du déménagement en mars 2012, faisant suite : - A la troisième version créée du fait de la modification de l objet de l association en Assemblée Générale Extraordinaire le 5 mai à la deuxième version : réalisée en 2005 suite à la demande de la MRS dans l avenant à la Convention DRDR du 12/04/ à la première version créée en 2001 lors de la création du réseau Réseau de coordination à Domicile Gérontologie - Soins de support Soins palliatifs 2, avenue du Maréchal Franchet d Espérey, Versailles Version du 21 mars

2 La présente charte est destinée à l ensemble des intervenants impliqués dans la prise en charge d un patient inclus dans le réseau de santé EPSILON. Elle est en lien directe avec la convention constitutive et le livret d informations au patient. Préambule Le réseau EPSILON est un réseau de santé tel que défini aux articles L et suivants du Code de la santé publique. Il est porté par l association Loi 1901 du même nom. L objectif du réseau EPSILON est de favoriser, à domicile et dans les autres lieux de vie (Foyer logement, EHPAD), l accompagnement médical, psychologique et social de personnes en situation de vulnérabilité à un moment de leur vie et demeurant dans le bassin de vie dit du «Grand Versailles». Ce réseau s'adresse : - Aux personnes souffrant d une maladie grave et évolutive et désirant rester au domicile, quelque soit leur âge ; - Aux personnes âgées nécessitant un accompagnement pour leur maintien à domicile - aux professionnels de santé libéraux, aux établissements hospitaliers publics ou privés, aux structures d hébergement sanitaire et social, souhaitant : o respecter la volonté de retour ou du maintien au domicile de leurs patients dans l esprit d une continuité des soins. o se former à la gérontologie, aux soins palliatifs et au traitement de la douleur Modalités d inclusion dans le réseau : - L accord du patient (ou d un membre de son entourage ou personne de confiance) - L accord du médecin traitant - Une résidence sur le territoire dit du «Grand Versailles» 1 La charte a pour objectif : - d informer les professionnels de santé et les structures concernées des objectifs et du fonctionnement du réseau ; - de préciser les engagements du réseau ; - de préciser les engagements de ses signataires. Les membres du réseau EPSILON ont pris connaissance du contenu de cette charte et y adhèrent. Sur simple demande, le livret d informations, la convention constitutive et les procédures formalisées du réseau lui seront remis. Le signataire s engage à exercer une activité au sein du Réseau EPSILON qui soit en accord avec les modalités de fonctionnement présentées dans cette charte. Par ailleurs, il s'engage à respecter les principes éthiques du Réseau. 1 Pour la gérontologie, le réseau n intervient pas sur les communes déjà couvertes par un autre réseau Version du 21 mars

3 Article 1 : Principes éthiques Le réseau EPSILON s appuie sur les quatre principes qui définissent l Ethique d une manière générale et, encore plus particulièrement dans le cas de prises en charge de personnes âgées ou handicapées (in «Alzheimer : vous avez dit démence?», F. Blanchard, G. Chemla, R. Daval, D. Martz, I. Morrone, J-L Novella, E. Quignard, Ed. Le Bord de l Eau) o humanité et dignité o principe de solidarité o principe d équité et de justice o principe d autonomie et de liberté Par ailleurs, EPSILON adopte les définitions et les principes éthiques de la Société Française de Gériatrie et de Gérontologie ainsi que ceux de la Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs. D après les statuts de cette dernière, «Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne atteinte d une maladie grave évolutive ou terminale. Leur objectif est de soulager les douleurs physiques ainsi que les autres symptômes et de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle. Les soins palliatifs et l accompagnement sont interdisciplinaires. Ils s adressent au malade en tant que personne, à sa famille et à ses proches, à domicile ou en institution. La formation et le soutien des soignants et des bénévoles font partie de cette démarche. Les soins palliatifs et l accompagnement considèrent le malade comme un être vivant et la mort comme un processus naturel. Ceux qui les dispensent cherchent à éviter les investigations et les traitements déraisonnables. Ils se refusent à provoquer intentionnellement la mort. Ils s efforcent de préserver la meilleure qualité de vie possible jusqu au décès et proposent un soutien aux proches en deuil. Ils s emploient par leur pratique clinique, leur enseignement et leurs travaux de recherche, à ce que ces principes puissent être appliqués.» Par ailleurs, en ce qui concerne les soins de support, ils sont définis dans la circulaire n DHOS/SDO/2005/101 du 22 février 2005 relative à l organisation des soins en cancérologie et dans l annexe 4 associée, comme suit : «Le plan cancer prévoit le développement des soins de support en complémentarité, en particulier, avec les programmes nationaux soins palliatifs et douleur. Cette dimension est intégrée dans les projets de service et d établissement ainsi que dans le projet médical de territoire et devra s appuyer sur les acteurs, institutions et dispositifs existants.[ ] Les soins de support ne sont pas une nouvelle spécialité mais se définissent comme une organisation coordonnée de différentes compétences impliquées conjointement aux soins spécifiques oncologiques dans la prise en charge des malades. [ ] Pendant la maladie et lors de ses suites, en complément des traitements spécifiques du cancer, les soins de support répondent à des besoins qui concernent principalement la prise en compte de : la douleur, la fatigue, les problèmes nutritionnels, les troubles digestifs, les troubles respiratoires et génito-urinaires, les troubles moteurs et les handicaps, les problèmes ondologiques, les difficultés sociales, la souffrance psychique, les perturbations de l image corporelle et d accompagnement de vie, des patients ainsi que de leur entourage. Les soins palliatifs, tels que définis par la loi, intègrent totalement la problématique des soins de support». Le réseau a aussi pour objectif de soulager les patients atteints de maladies chroniques qui présentent des douleurs, des symptômes difficiles à soulager ou dont le pronostic vital est engagé. Version du 21 mars

4 Article 2 : Modalités d accès et de sortie du réseau Modalités d accès et de sortie pour le patient Le réseau EPSILON garantit au patient le libre choix d accepter de bénéficier des services du réseau ou de s en retirer. L équipe de coordination du réseau remet au patient un document d information. Le réseau considère que le patient est inclus dans le réseau lorsqu il (ou un membre de son entourage ou sa personne de confiance) a : - pris connaissance du document d information, - signé l acte de consentement éclairé Le réseau ne demande aucune contribution financière au patient ni à sa famille. La sortie du patient du réseau se fait à l occasion : - d un décès ; - d un déménagement ; - d une demande formelle de sortie ; - d une stabilisation de l'état général ; L hospitalisation ne signifie pas obligatoirement une sortie du réseau. Modalités d accès et de sortie pour les intervenants - Tout intervenant (personne physique) est considéré comme membre du réseau lorsqu il a signé la présente charte, généralement lors de la première prise en charge commune ; ce statut reste valable jusqu à dénonciation par le professionnel ou le réseau. Le professionnel devient un «membre actif» à chaque fois qu il inclut un patient dont il a la charge. - Les personnes morales (établissements, organismes de santé, ) deviennent membres en signant la convention constitutive et une convention de partenariat à laquelle sera jointe la présente charte. De plus, tout intervenant sort du réseau lorsqu il en fait la demande par écrit au réseau, ou qu il cesse son activité, ou qu il déménage. Il est exclu du réseau s il ne respecte pas la présente charte. (pour ces sorties, voir les modalités précises dans l article 5 de la Convention constitutive) Article 3 : Rôles et obligations des intervenants dans la prise en charge Le réseau, suivant les besoins du patient nouvellement inclus, peut proposer l intervention de professionnels en complément de ceux déjà en place, pour favoriser la prise en charge à domicile. Ces professionnels, quels qu ils soient, s engagent à : - dispenser des soins de qualité dans le respect des protocoles de soins élaborés par le réseau et des règles de déontologie propres à chaque profession. - participer, suivant les besoins du patient, aux réunions de coordination, - participer, suivant les besoins, aux formations proposées par le réseau, - participer, suivant les besoins, aux procédures d évaluation du réseau tel que le précise l article 6 de la présente charte. Version du 21 mars

5 En particulier, Les médecins traitants : Le médecin traitant fait appel au réseau et lui demande lorsqu il le juge souhaitable : - d évaluer la faisabilité du maintien au domicile ; - de définir ou de l assister dans la définition du projet de soins pour le patient. Lorsque l équipe de coordination du réseau estime que le patient peut être inclus, le médecin traitant doit donner son accord avant l inclusion formelle du patient. Le médecin traitant assure la prise en charge (à domicile), jusqu à son terme, des patients dont il a la responsabilité dans le respect et l éthique du réseau. Il : - définit le projet de soins pour le patient en coordination avec l équipe du réseau ; - pourra choisir, selon les situations de réunir l équipe soignante mobile ; - remplit le dossier de liaison et d'évaluation inter-disciplinaire qui est laissé chez le patient après l inclusion Dans ce cadre, le médecin traitant s engage à : - donner toutes les informations nécessaires à l organisation de la prise en charge du patient à domicile ; - prescrire le matériel et les soins nécessaires selon le consensus interprofessionnel de l'association (dans la mesure du possible) dans l'objectif de soin de qualité au juste prix ; - collaborer avec les structures mises en place par le réseau visant à assurer la permanence des soins ; - informer le réseau EPSILON en cas d indisponibilité ou de vacances ; Les gériatres Il s agit des gériatres du réseau ou de la filière. Dans le cas d une prise en charge du patient à domicile, ces professionnels peuvent faire partie intégrante de l équipe mobile. Ils/elles : - interviennent auprès du patient après accord du médecin traitant - réalisent une évaluation gérontologique qui aboutit à des recommandations et à l élaboration d un plan de soins - Transmettent les évaluations et recommandations, le plan de soins au médecin traitant, aux Coordinations gérontologiques et aux membres concernés de la filière Les infirmiers/ères, les kinésithérapeutes Dans le cas d une prise en charge du patient à domicile, ces professionnels peuvent faire partie intégrante de l équipe mobile. Ils/elles : - interviennent auprès du patient sur prescription du médecin traitant - remplissent le dossier de liaison et d'évaluation inter-disciplinaire laissé chez le patient après la réunion d inclusion ; Dans ce cadre, ces professionnels s engage à : - travailler en coordination avec l équipe du réseau - informer le réseau EPSILON en cas d indisponibilité ou de vacances Les psychologues Dans le cadre de la prise en charge d un patient ou de son entourage par le réseau, le psychologue devient partie intégrante de l équipe mobile et participe à la prise en charge globale. Version du 21 mars

6 Dans ce cadre le psychologue peut : - intervenir auprès du patient - intervenir auprès d un membre de l entourage, au cours de la prise en charge ou dans le cadre d un suivi de deuil - collaborer avec le psychologue coordinateur - être sollicité pour participer aux réunions de coordination Les professionnels des établissements de soins Dans le cadre de la prise en charge d un patient par le réseau, une coordination se doit d être assurée avec les professionnels des établissements de soins, qui : - informeront, au plus tôt, le réseau de toute sortie de l établissement d un patient (déjà inclus ou à inclure) - transmettront les informations nécessaires pour favoriser le retour et la suite de sa prise en charge à domicile Le réseau, quant à lui, - interviendra dans l établissement de soins, si besoin, pour réaliser une évaluation visant à préparer l éventuel retour à domicile d un patient, - transmettra suivant les besoins, les informations nécessaires lors de l hospitalisation du patient, - Interviendra, suivant les demandes des établissements, pour assurer des temps de formation ou des groupes de parole auprès des professionnels. Les établissements de soins ont la possibilité de signer la convention constitutive du réseau et une convention précisant les modalités du partenariat (la présente charte sera jointe), impliquant ainsi leur adhésion au réseau. Par ailleurs, des recommandations de bonnes pratiques ont été élaborées et validées au niveau régional par la FNEHAD (délégation Ile de France) et la RESPALIF. Le réseau EPSILON et les structures HAD intervenant sur son territoire s engagent à respecter ces recommandations autant que faire ce peut. Le réseau EPSILON travaille avec la Filière Gériatrique de Versailles, labellisée par l ARH Ile de France en 2009, portée par la Clinique Médicale de la Porte Verte et le Centre Hospitalier de Versailles. Ce travail en collaboration permet de favoriser la mise en place d une prise en charge adaptée des personnes âgées fragiles, incluant une évaluation gériatrique et contribue alors à une meilleure organisation locale. Les professionnels des EHPAD Dans le cas où le patient inclus dans le réseau vit en EHPAD, la coordination se doit d être assurée entre le médecin traitant, l équipe du réseau et l équipe de l EHPAD. La prise en charge, le rôle et les obligations de chacun seront les mêmes que pour un patient vivant à domicile. Les EHPAD ont la possibilité de signer une convention précisant les modalités du partenariat, impliquant ainsi leur adhésion au réseau et le respect à la présente charte ainsi qu à la convention constitutive. Les autres intervenants D autres personnes ou structures (SSIAD, structures d auxiliaires de vie, bénévoles d accompagnement, ) peuvent être amenées à intervenir auprès des patients suite à la demande du réseau. Dans ce cas, une coordination avec le réseau se mettra en place. Ils Version du 21 mars

7 s engagent tous, quel que soit leur statut, à respecter les règles d éthique, de déontologie et de fonctionnement du réseau. Article 4 : Modalités de coordination et de pilotage La coordination et le pilotage du réseau sont assurés par une équipe composée de médecins, d infirmières, d une psychologue, d une directrice, d une chargée de projet et d une secrétaire. Pour les soins palliatifs, l équipe est salariée du réseau. En ce qui concerne l Equipe Mobile Gériatrique, elle est mise à disposition par la Clinique Médicale de la Porte Verte et le Centre Hospitalier de Versailles. Les engagements du réseau 1. Le réseau assure le libre accès de chaque professionnel aux informations nécessaires à l optimisation de ses pratiques ; 2. Le réseau ne favorise aucun professionnel par rapport à un autre ; 3. Le réseau fait bénéficier chaque professionnel de santé des accords que le réseau pourrait contracter avec les différents organismes de prise en charge ; 4. Le réseau peut rémunérer, par délégation de l Agence Régionale de Santé, et sur un budget spécifique qu elle lui alloue, les actes dérogatoires, réunions d inclusion et de concertation de certains professionnels libéraux membres du réseau. Le rôle du réseau Le réseau a pour vocation : l'accompagnement des personnes en situation de fragilité, des personnes malades, des personnes âgées, des personnes dépendantes, des personnes handicapées et de leur entourage, la coordination et la formation de l ensemble des professionnels intervenants autour de la personne, la promotion de toute forme de coopérations pour la recherche du bien-être de la personne fragile, l éducation sanitaire du patient, la coordination de soins de support en ville, l évaluation et la prévention de la douleur, la recherche en s appuyant sur les principes fondamentaux définis par les sociétés savantes (Société Française d Accompagnement et de soins Palliatifs, Société Française de Gériatrie et de Gérontologie, notamment), toute action en matière de coordination, d accompagnement, de continuité des soins, de prévention, de formation visant à améliorer la prise en charge. Dans tous les cas, le Réseau reste disponible pour le patient, son entourage et les différents intervenants via une astreinte téléphonique 24h sur 24, 7 jours sur Le réseau facilite la coordination des intervenants au domicile Dans ce cadre, le rôle du réseau est de : Version du 21 mars

8 - organiser la réunion d évaluation initiale (médico-psycho-sociale) au domicile du patient ; - organiser les réunions de suivi du patient ; - organiser la réunion de bilan ; - informer le médecin du suivi et de la bonne qualité des soins donnés au malade ; - assurer la continuité des informations et des conseils aux différents intervenants sur demande du médecin traitant ; - mettre à disposition au domicile un dossier patient, dans le respect du secret professionnel et des règles déontologiques propres à chaque profession et le tenir à jour. 2 Le réseau permet une meilleure continuité des soins Dans ce cadre, le rôle du réseau est de : - répondre 7 jours sur 7 et 24 h sur 24 aux professionnels de santé en cas de difficultés de prise en charge du patient ; - trouver d'autres intervenants sur demande des professionnels ; - aider le pharmacien dans la prise en charge du patient en : anticipant autant que possible et en n agissant pas dans la précipitation faxant les ordonnances le conseillant sur le stock de certains produits à prévoir pour cette prise en charge - aider le biologiste dans la prise en charge du patient en : anticipant autant que possible et en n agissant pas dans la précipitation faxant les ordonnances si possible avant 17 h la veille - aider dans la recherche de lits dans les Unités de Soins Palliatifs (USP), ou dans les services spécialisés des hôpitaux de la région ayant signé une convention avec EPSILON - aider à rechercher des lits de répit ou d évaluation 3 Le réseau permet une amélioration des pratiques Dans ce cadre, le rôle du réseau est de : - organiser des cycles de formation pour tous les intervenants ; - mettre en place et diffuser des protocoles de soins ; - permettre le recours à un soutien psychologique pour les professionnels de santé sous forme de groupe de paroles ou d'entretiens individuels. 4 Le réseau assiste l entourage du patient Dans ce cadre, le rôle du réseau est de proposer : - la mise à disposition d une équipe de bénévoles ; - une aide à la recherche d une aide-ménagère, d une aide-soignante ou d une auxiliaire de vie et d un Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) ; - une aide à la famille sur le plan administratif et matériel par la mise en relation avec des services compétents ; - un soutien psychologique aux patients et familles, au cours de la prise en charge ou dans le cadre du suivi de deuil, faisant suite à une évaluation par le psychologue coordonnateur de l équipe du réseau. Version du 21 mars

9 Article 5 : Modalités de partage de l information Afin d optimiser et de favoriser les échanges, la concertation et le partage de l information entre les différents intervenants dans la prise en charge du patient et de son entourage, et dans le respect de la législation applicable au secret professionnel, au secret médical et également des règles déontologiques propres à chacun des acteurs, le réseau EPSILON a recours à : - la mise en place et utilisation d un système d information dont le fonctionnement général est décrit dans la convention constitutive du réseau, article 9 - l organisation de réunions de coordination permettant toute information ou cooptation utile avec les professionnels assurant la prise en charge du patient et de son entourage. Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, le patient bénéficie d un droit d accès et de rectification aux informations qui le concerne, qu il peut exercer en s adressant au réseau Epsilon. Il peut également, pour des motifs légitimes, s opposer au traitement des données le concernant. Article 6 : Démarche qualité Le réseau Epsilon met en place une démarche d amélioration continue de la qualité permettant : - d assurer la qualité des soins délivrés aux patients (évaluer la satisfaction du patient et/ou son entourage) - de prendre en compte les attentes des professionnels de santé et autres partenaires (évaluer leur satisfaction) - d impliquer ses intervenants dans les démarches d évaluation et d amélioration des pratiques professionnelles - de mesurer la dynamique et le niveau de qualité, dans le but : - de donner une place prépondérante au service rendu dans le respect des bonnes pratiques - d explorer les domaines clé et les interfaces de la prise en charge - de rechercher l efficacité et l efficience Article 7 : Litiges En cas de non respect de la charte par le professionnel de santé, le Conseil d Administration du réseau EPSILON s efforce de trouver des solutions conformes aux engagements du signataire. En cas de manquements répétés (par exemple, non-respect des principes éthiques du Réseau), le signataire peut être exclu par lettre recommandée avec accusé de réception. L exclusion prend effet dès la réception de la lettre. Version du 21 mars

10 DOCUMENT D ADHESION A REMPLIR PAR LE SIGNATAIRE DE LA CHARTE Les signataires de la charte s'engagent également à ne pas utiliser leur participation directe ou indirecte à l'activité du réseau à des fins de promotion et de publicité. Le bénéfice des financements prévus à l'article D est subordonné au respect de cette règle. Nom du Réseau Epsilon : E P S I L O N... Numéro d identification du réseau : Cachet du réseau : Le professionnel adresse dans les 5 jours le document d'adhésion au promoteur du réseau Identification du professionnel de santé : Nom... Prénom... N identification (ADELI)... N SIRET... Adresse Lieu d'exercice... Déclare adhérer à la charte du réseau et en respecter les dispositions. Cachet du professionnel : Date Signature Accusé de réception du promoteur du réseau : Adhésion N... enregistrée le Adhésion non enregistré motif Version du 21 mars

CONVENTION CONSTITUTIVE

CONVENTION CONSTITUTIVE CONVENTION CONSTITUTIVE Entre les établissements signataires Vu les textes législatifs suivants : La loi du 9 juin 1999 visait à garantir l accès aux soins palliatifs pour tous et introduisait l existence

Plus en détail

Convention constitutive du RSVA

Convention constitutive du RSVA RÉSEAU DE SERVICES POUR UNE VIE AUTONOME Convention constitutive du RSVA Vu le code de la santé publique. Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système

Plus en détail

Dans le désir d une collaboration efficace, l équipe de RESOAPD 43 est à votre disposition pour toute demande complémentaire.

Dans le désir d une collaboration efficace, l équipe de RESOAPD 43 est à votre disposition pour toute demande complémentaire. Bâtiment Azur I - 1 rue de Dunkerque - 43000 Puy en Velay Tél. : 04.71.04.73.20 Mail : resopad@nerim.net - Web : www.resopad43.org N IDENTIFIANT RESEAU : 960830107 DOSSIER ADHESION MEDECIN Madame, Monsieur,

Plus en détail

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS Vous avez dit Soins Palliatifs Définitions Thérèse VANIER en 1976 «C est tout ce qui reste à faire quand il n y a plus

Plus en détail

Auprès des professionnels :

Auprès des professionnels : CHARTE PARTENARIALE Historique : En 2004, un diagnostic de territoire réalisé sur la Communauté de Communes d Erdre et Gesvres avait mis en évidence la présence de nombreux services à destination des personnes

Plus en détail

Quel Accompagnement dans l Indre?

Quel Accompagnement dans l Indre? Quel Accompagnement dans l Indre? Définition des Soins Palliatifs Selon la Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP) Les Soins Palliatifs sont des soins actifs dans une approche

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale Tél 04 66 68 30 01 Fax 04 66 68 34 00 www.chu-nimes.fr

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

Soins Oncologiques de Support

Soins Oncologiques de Support Soins Oncologiques de Support DEFINITIONS et CONCEPTS PROPOSITIONS D ORGANISATION Novembre 2005 CA GRASSPHO NOV 05 1 DEFINITIONS CA GRASSPHO NOV 05 2 SOINS CURATIFS «Les soins curatifs cherchent à guérir

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr Recommandations pour l identification de consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hôpital de jour dans le cadre des missions régionales de l UCOG et des filières gériatriques.

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015

LES SOINS PALLIATIFS. Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 LES SOINS PALLIATIFS Laure Windelschmidt IDE EMSP Août 2015 Un peu d histoire En Occident, l accompagnement du mourant est longtemps resté une pratique familiale et/ou une pratique religieuse. Quant à

Plus en détail

SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE. Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005

SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE. Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005 SOINS DE SUPPORT SOINS PALLIATIFS DEMARCHE PALLIATIVE EN ONCO HEMATOLOGIE Ph. COLOMBAT Tours 11 mars 2005 DEMARCHE PALLIATIVE DEMARCHE PALLIATIVE DEFINITION «Asseoir et développer les Soins Palliatifs

Plus en détail

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales :

Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : CHARTE DU RÉSEAU I PREAMBULE Le réseau gérontologique du Nyonsais-Baronnies vise à promouvoir, dans des conditions sanitaires et sociales optimales : Le maintien à domicile le plus longtemps possible des

Plus en détail

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse

Docteur Sandrine JUNQUA. Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Approche palliative et Qualité de vie Docteur Sandrine JUNQUA Équipe Mobile Douleur Soins Palliatifs Soins de Support CHU Toulouse Soins de support «l ensemble des soins et soutiens nécessaires aux personnes

Plus en détail

Soins palliatifs Définitions et concepts

Soins palliatifs Définitions et concepts LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Les concepts A1 Soins palliatifs Définitions et concepts 1 Soins curatifs destinés à

Plus en détail

LA DÉMARCHE PALLIATIVE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT CANCÉREUX

LA DÉMARCHE PALLIATIVE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT CANCÉREUX LA DÉMARCHE PALLIATIVE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT CANCÉREUX Journée des 3C - 16 juin 2015 Dr F.Gauquelin; C.Roy Soins Palliatifs : quelles représentations? 3 expressions 3 notions Monsieur X

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RÉSEAU LE PALLIUM

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RÉSEAU LE PALLIUM CONVENTION CONSTITUTIVE DU RÉSEAU LE PALLIUM Réseau de Santé LE PALLIUM I.P.S. 3 place de la Mairie 78190 Trappes - 01.30.13.06.33 Fax. 01.30.13.06.39 Mail : reseau.lepallium@lepallium.fr - N SIRET 428

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8

2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc... 5. 3. La gouvernance du contrat local de santé du Médoc... 8 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour réduire les inégalités d accès aux soins... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé du Médoc...

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE

SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE SOINS PALLIATIFS EN PRATIQUE Cours IFSI 3 ème année Module Soins Palliatifs, Accompagnement et Fin de Vie UMASP. Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Les soins palliatifs C est quoi??? Éléments de définition

Plus en détail

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel

Soins palliatifs. Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Soins palliatifs Formation ONCO 93-7/10/2009 Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel Plan Définitions Loi leonetti Structures en soins palliatifs Réseau Arc en Ciel Introduction Le terme «palliatif» recouvre

Plus en détail

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique.

Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Soins de support dans les services d oncologie cervico-thoracique. Dr N. SAFFON Equipe Résonance CHU Toulouse Soins Oncologiques de Support DHOS, juin 2004 : «l ensemble des soins et soutiens nécessaires

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille. Livret d accueil

Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille. Livret d accueil Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille Livret d accueil Livret d accueil Equipe Mobile 1 Livret d accueil Sommaire Introduction ----------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir

Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir Préserver son autonomie : comprendre, anticiper et choisir Comment être aidé lorsque l on aide? Besoin de répit? Certaines structures accueillent de façon temporaire les personnes dépendantes. Elles permettent

Plus en détail

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier

Les Soins Palliatifs Et la personne âgée. Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Les Soins Palliatifs Et la personne âgée Dr.Nathalie DENIS Praticien Hospitalier Introduction: -Pour la personne malade âgée en fin de vie, la mort reste une épreuve de séparation difficile -Si la mort

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE HOSPITALISATION A DOMICILE Journée du RFClin et CCLIN-Est : prévention du risque infectieux en HAD, Besançon, 8 octobre 2013 MATHIEU Carine Directrice HAD39 Déléguée Régionale FNEHAD 1 Modalités d organisation

Plus en détail

Un aperçu historique des soins palliatifs en France et enjeux pour aujourd hui

Un aperçu historique des soins palliatifs en France et enjeux pour aujourd hui Diplôme Universitaire de soins palliatifs CEM/FLM, Lille le 24 janvier 2013 Un aperçu historique des soins palliatifs en France et enjeux pour aujourd hui Pr Jacquemin Dominique Centre d éthique médicale

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES

«Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES «Le maintien à domicile en fin de vie : une histoire d implication» Dr Marie-Hélène DELANGLE Nelly LOQUET, Infirmière COMPAS NANTES Lieux de décès en France Loi du 9 Juin 1999 : «Toute personne malade

Plus en détail

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20...

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20... D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C Etabli à.., le 20... NOM : Prénom : Ce document comprend 4 parties : - 1. Objet et Durée du Document Individuel de Prise en

Plus en détail

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine 20 novembre 2015 Journée Nationale de la SFAP sur les Réseaux L avenir des soins palliatifs à domicile, quelle offre de

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) adresse : code postal et ville : Présidé par Représenté par Ci-après dénommé «SSIAD» d une part, ET L Hospitalisation à

Plus en détail

CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN

CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN CHARTE DU RÉSEAU VERVIÉTOIS D INTERVENANTS EN MATIÈRE D ASSUÉTUDES EN MILIEU SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE, (CONVENTION DE PARTENARIAT) 1. PRESENTATION DU RESEAU VERVIETOIS ET DE SES OBJECTIFS Le réseau Verviétois

Plus en détail

Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles

Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins palliatifs Évaluation des pratiques professionnelles Définition de l EPP Analyse de la pratique professionnelle destinée à identifier des écarts

Plus en détail

Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie

Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie LES SOINS PALLIATIFS EN ÉTABLISSEMENTS DE SOINS ET D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES OU HANDICAPÉES, ET À DOMICILE Organisation B5 Réflexions sur la sédation en phase terminale en gériatrie 1 Définition

Plus en détail

en France, qui peut en faire quoi?

en France, qui peut en faire quoi? Données de Santé : en France, qui peut en faire quoi? n 1 PLAN 1/ Les données de santé Qu est est-ce que c est c? 2/ Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 3/ L utilisation L des données

Plus en détail

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU DE SANTE DU ROANNAIS

CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU DE SANTE DU ROANNAIS CONVENTION CONSTITUTIVE DU RESEAU DE SANTE DU ROANNAIS Préambule Le Réseau de Santé du Roannais est un réseau de santé territorial, issu en mars 2012 de la «fusion création» entre le Réseau Gérontologique

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU CRA MIDI-PYRENEES Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 1/11 Centre Ressources Autisme Midi-Pyrénées p. 2/11 REFERENCES Loi n 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l action

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

FICHE SIGNALETIQUE : 2-STRUCTURE : Généralités.

FICHE SIGNALETIQUE : 2-STRUCTURE : Généralités. FICHE SIGNALETIQUE : Pour remplir les champs libres : «double clic» puis remplir «Texte par défaut». Pour cocher une case : «double clic» puis «case activée». Il sera nécessaire de faire signer l autorisation

Plus en détail

ASP-Yvelines PROJET ASSOCIATIF. Période

ASP-Yvelines PROJET ASSOCIATIF. Période ASP-Yvelines PROJET ASSOCIATIF Période 2016 2018 L objectif de l association Le contexte général de l évolution des soins palliatifs en France Le projet pour la mission Accompagnement Le projet pour la

Plus en détail

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV»

«LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» «LE PARCOURS DE LA FORMATION JALMALV» Textes élaborés par la Commission Formation en coordination avec la Commission Bénévolat Mars 1999 à 2002 LA FORMATION : principes généraux - Septembre 2000 Présentation

Plus en détail

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION

ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION ANNEXE 5 SOINS PALLIATIFS CRITERES DE DECISION 1 Critères de décision pour le contrôle du GHM 23Z02Z (soins ) correspondant aux GHS 7956 7957 7958 Exposé de la situation Les soins sont inscrits dans les

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile HOSPITALISATION A DOMICILE (H.A.D.) Soins palliatifs à domicile Hospitalisation à domicile Dates clés 1945 : Naissance du concept d HAD aux USA 1957: Création du 1 er Ets d HAD en France 1973 : Création

Plus en détail

Demande d enregistrement (personne morale)

Demande d enregistrement (personne morale) DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI DE NORMANDIE Intervenant en Prévention des Risques Professionnels I P R P externe [loi n 2011-867 du

Plus en détail

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service.

Le présent document doit être remis aux personnes accueillies et aux familles conjointement avec le livret d accueil de l établissement ou service. Ce document présente le texte de l arrêté interministériel du 8 septembre 2003 (texte publié au Journal Officiel), qui constitue la Charte des droits et libertés de la personne accueillie dans les établissements

Plus en détail

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE S.S.I.A.D 59 RUE ARISTIDE BRIAND 27120 PACY SUR EURE 06.29.73.27.06 Page 1/5 Le Service de Soins Infirmiers A Domicile (SSIAD),

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE?

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? 13/11/2013 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» -statuts déposés en 2009 Président

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64.

LIVRET D ACCUEIL C.S.A.P.A L ASTROLABE. Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie. Tel : 02.98.62.64.02. Fax : 02.98.62.64. LIVRET D ACCUEIL Centre de Soins d'accompagnement et de Prévention en Addictologie C.S.A.P.A L ASTROLABE 74, rue de Brest B.P. 97237 29 672 MORLAIX CEDEX Tel : 02.98.62.64.02 Fax : 02.98.62.64.77 Mail

Plus en détail

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE?

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? Marie Josée Augé-Caumon Conseiller USPO 1 ACCÈS DE TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ Article 36 I. Les articles

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

ASP fondatrice documents administratifs - Parrainage LE PARRAINAGE

ASP fondatrice documents administratifs - Parrainage LE PARRAINAGE LE PARRAINAGE DEFINITION Le parrainage d'une durée de 10 à 12 semaines, est un temps de «compagnonnage» du nouveau bénévole dans ses premiers accompagnements. C est un temps d apprentissage de la pratique

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau Qualité et sécurité des soins Personne chargée du dossier : Julie Azard tél. :

Plus en détail

LES SOINS PALLIATIFS

LES SOINS PALLIATIFS LES SOINS PALLIATIFS LOI N 99-477 DU 9 JUIN 1999 VISANT A GARANTIR LE DROIT D ACCES AUX SOINS PALLIATIFS LOI N 2002-303 DU 4 MARS 2002 RELATIVE AUX DROITS DES MALADES ET A LA QUALITE DU SYSTEME DE SANTE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins. Sous-direction de l organisation et du système de soins

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins. Sous-direction de l organisation et du système de soins SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE MALADIE DES TRAVAILLEURS SALARIÉS Direction de l hospitalisation et de l organisation

Plus en détail

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP

CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP CHARTE D ACCUEIL PETITE ENFANCE HANDICAP Perspectives et protocole d accueil des enfants en situation de handicap dans les établissements de la petite enfance Document à enrichir par vos observations et

Plus en détail

CONCOURS GENERAL SESSION 2009

CONCOURS GENERAL SESSION 2009 CONCOURS GENERAL SESSION 2009 Epreuve d admission Partie écrite : Durée : 2 heures Le Centre hospitalier du Val d Ariège (CHVA) est inscrit dans un réseau local de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS «GRAINE DE FRANCHISE» Edition 2016

REGLEMENT DU CONCOURS «GRAINE DE FRANCHISE» Edition 2016 REGLEMENT DU CONCOURS «GRAINE DE FRANCHISE» Edition ALPHYR, Société par Actions Simplifiée au capital de 307.500.00, RCS Paris 512 098 468, dont le siège est 41 avenue de Villiers - 75017 Paris (ci-après

Plus en détail

Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente

Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente Le mot du Directeur La présentation du service Les droits des usagers Le fonctionnement du service Les personnes à contacter

Plus en détail

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Les Rencontres Inter-Régionales de l'asip Santé Jeudi 10 février 2011 Introduction L existence du SI

Plus en détail

Bilan de l axe 1 Développement des soins palliatifs et de l accompagnement à domicile ou dans le lieu de vie habituel. Dr.

Bilan de l axe 1 Développement des soins palliatifs et de l accompagnement à domicile ou dans le lieu de vie habituel. Dr. Bilan de l axe 1 Développement des soins palliatifs et de l accompagnement à domicile ou dans le lieu de vie habituel. Dr. Régis AUBRY Pour développer d les soins palliatifs et l accompagnement l à domicile,

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins. Sous-direction de l organisation et du système de soins

Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins. Sous-direction de l organisation et du système de soins Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de l organisation et du système de soins Bureau des réseaux, complémentarités et recomposition des activités de soins (O3) Caisse

Plus en détail

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez.

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. - 2 - Madame, Monsieur, Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. Le Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) a pour objectif.

Plus en détail

CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées. Préambule : Article 1 - Principes éthiques, finalités et objectifs du réseau :

CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées. Préambule : Article 1 - Principes éthiques, finalités et objectifs du réseau : CHARTE D ADHESION Réseau de Santé en Gérontologie des 7 Vallées Préambule : Un réseau de santé a pour objet de favoriser l accès aux soins, la coordination, la continuité ou l interdisciplinarité des prises

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014

Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie. Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Le Plan Cancer 3 et Les Soins de Support en Cancérologie Florian Scotté Hôpital Européen Georges Pompidou - Oncologie Médicale Caen 20 juin 2014 Définition des Soins de Support Oncologiques Ensemble des

Plus en détail

PARIS HEALTHCARE WEEK

PARIS HEALTHCARE WEEK PARIS HEALTHCARE WEEK 17 MAI 2017 Agora : «Au secours! Mon patient est en HAD!» Dispenser des soins complexes au domicile : quelle coopération entre les infirmiers libéraux et les établissements d hospitalisation

Plus en détail

Bernard WARY Service Régional de Soins Palliatifs CHR Metz-thionville

Bernard WARY Service Régional de Soins Palliatifs CHR Metz-thionville Bernard WARY Service Régional de Soins Palliatifs CHR Metz-thionville Si l on n a pas attendu les soins palliatifs pour s occuper des «mourants» (Hôtels Dieu du 18 ème siècle ), cela ne fait que 45 ans

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-BRIEUC ---------- CENTRE GERIATRIQUE DES CAPUCINS 17 Rue des Capucins 22027 SAINT-BRIEUC cedex1 Tel : 02 96 01 77 69_02 96 01 71 23 FAX :02 96 01 73 14 accueil-jour-geriatrique@ch-stbrieuc.fr

Plus en détail

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement

Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement Charte de confiance et d engagement dans la Rénovation Globale Performante pour les artisans et entreprises prêts à travailler en groupement Enjeux énergétiques de l habitat - Le secteur du bâtiment est

Plus en détail

Subvention pour l acquisition de matériels identifiés dans un plan d actions contre les TMS

Subvention pour l acquisition de matériels identifiés dans un plan d actions contre les TMS CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «TMS Pros Action» (Arrêté du 9 décembre 2010 relatif aux incitations financières) Subvention pour l acquisition de matériels

Plus en détail

Livret d accueil EHPAD Les Abiès

Livret d accueil EHPAD Les Abiès Charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante Livret d accueil EHPAD Les Abiès Résidence les Abiès 6 bis Place de l Eglise 79240 L ABSIE Tel : 05 49 95 33 60 Fax : 05 49 95 33 59 mail :

Plus en détail

Livret d accueil de l usager

Livret d accueil de l usager Livret d accueil de l usager Service de Soins Infirmiers A Domicile E.H.P.A.D La Sofiéta 2424, Bd Edouard VII 06230 Villefranche-sur-Mer Téléphone : 04.93.01.66.24 ssiad@ehpadvillef.com Livret d accueil

Plus en détail

LE CONTRAT DE PRISE EN CHARGE

LE CONTRAT DE PRISE EN CHARGE SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE LE CONTRAT DE PRISE EN CHARGE Réactualisé le 22 juillet 2016 et présenté au Conseil de la Vie Sociale du 11 octobre 2016, au Comité Technique d Etablissement du 13

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

confort : Missions et critères

confort : Missions et critères Service de soins palliatifs et de confort : Missions et critères d admission 1. Missions Le service de soins palliatifs et de confort ou Unité résidentielle de Soins Palliatifs (USP) de la clinique du

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE Vu les articles R. 6121-4-1 et D. 6124-311 du code de la santé publique, Vu l'article R.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 26 juin 2012 relatif à l autorisation d animer les stages de sensibilisation à la sécurité routière NOR : INTS1226881A Publics

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :...

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :... RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... PREAMBULE En vertu du décret n 2003-1095 du 14/11/2003, le règlement

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation à domicile en 2013 Assemblée Générale 2014 Pays d Artois sommaire Définition de l hospitalisation à domicile 2 Les chiffres clés de l

Plus en détail

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR Plan Cancer Circulaire d organisation des soins en cancérologie Place du réseau ONCOLOR Les principes d une d prise en charge de qualité! Un accès rapide au diagnostic! L information du patient et son

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE CAISSE NATIONALE D'ASSURANCE MALADIE DES TRAVAILLEURS SALARIES

MINISTERE DE LA SANTE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE CAISSE NATIONALE D'ASSURANCE MALADIE DES TRAVAILLEURS SALARIES MINISTERE DE LA SANTE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE CAISSE NATIONALE D'ASSURANCE MALADIE DES TRAVAILLEURS SALARIES DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous

Plus en détail

Demande d inclusion Réseau Onco 94 Ouest cancérologie, gérontologie, soins palliatifs

Demande d inclusion Réseau Onco 94 Ouest cancérologie, gérontologie, soins palliatifs Demande d inclusion Réseau Onco 94 Ouest cancérologie, gérontologie, soins palliatifs Madame,Monsieur, Vous souhaitez faire une demande d inclusion au Réseau ONCO 94 Ouest. Notre équipe de coordination

Plus en détail

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013

La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Réunions départementales ARS / EHPAD octobre 2013 La mise en œuvre du parcours des personnes âgées point de situation octobre 2013 Mme Nathalie PASQUIER en Saône et Loire Le PRS et les parcours : enjeux

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau qualité et sécurité des soins

Plus en détail

Portraits-croisés de l'infirmièr(e) en soins palliatifs

Portraits-croisés de l'infirmièr(e) en soins palliatifs Publié le 16 Mai 2014 à 15h43 identifier les personnes ressources, faire connaître la spécificité et la complémentarité des professions en soins palliatifs, informer et rester en lien avec le conseil d'administration

Plus en détail

Vu la proposition du Dr, chef de pole de et après avis du Président de la CME en date du

Vu la proposition du Dr, chef de pole de et après avis du Président de la CME en date du CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN CENTRE HOSPITALIER ELABORE PAR LA FEDERATION HOSPITALIERE DE FRANCE ET LE CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES MEDECINS Vu - Le

Plus en détail