Tablette tactile au service des seniors

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tablette tactile au service des seniors"

Transcription

1 Evaluation qualitative des usages Tablette tactile au service des seniors 21/11/y 9:06 am 1

2 Evaluation qualitative Alliage Table des matières 1.! Rappel&du&protocole&d analyse... 6! 2.! La&méthodologie... 6! Rédaction!d un!guide!d entretien!auprès!de!6!catégories!d acteurs!:...7! Les!critères!et!les!indicateurs!d évaluation!qualitatifs...7! Chapitre&1&L ANALYSE... 10! Analyse!synthétique!par!critère/indicateur...10! LES&SENIORS... 10! I.! CRITÈRE&REPRÉSENTATIONS&:&Analyse&de&la&valeur&d expérience,&motivationnelle&et&de& l intention&d usage... 11! L EXPÉRIENCE...11! LES!MOTIVATIONS...11! LES!ATTENTES,!INTENTIONS!d USAGE...12! II.! CRITÈRE&UTILISATIONS&:&Observation&de&l usage&et&son&intégration&à&un&continuum&des& pratiques&par&rapport&:&à&l accompagnement&réalisé,&aux&types&d usages&et&de&pratiques,&à& la&fréquence&et&à&la&durée&d utilisation... 13! L ACCOMPAGNEMENT...13! LES!PRATIQUES...13! LES!USAGES...14! LA!DURÉE,!LA!FRÉQUENCE...15! III.! CRITÈRE&SATISFACTIONS&:&Évaluation&de&la&satisfaction&psychologique,&socioculturelle& et&technique&du&sujet&dans&son&rapport&à&l outil&et&aux&usages&réalisés... 16! LA!SATISFACTION!PSYCHOLOGIQUE...16! LA!SATISFACTION!CULTURELLE,!RELATIONNELLE...16! LA!SATISFACTION!TECHNIQUE...17! IV.! CRITÈRES&FREINS,&FRUSTATIONS,&RÉSISTANCES&:&Identification&des&freins&et& résistances&limitant&l acceptabilité&entre&les&représentations&initiales&et&l usage... 18! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Financiers!Z!coût,!achat,!financement...18! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Culturels!Z!éducation,!instruction,!compréhension...18! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Organisationnels!!Gestion!du!projet,!coordination...19! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Techniques!Z!dysfonctionnements...20! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Résistances!Z!au!changement,!à!l évolution,!à!l adaptation...21! V.! CRITÈRE&CHANGEMENTS&:&Perception&des&effets&liés&à&l usage&sur&3&critères&:&la& confiance&en&soi,&le&mode&de&vie&et&la&relation&aux&autres&à&partir&de&l usage&réalisé... 22! LA!CONFIANCE...22! LE!MODE!DE!VIE...22! LES!RELATIONS!AUX!AUTRES...22! 21/11/y 9:06 am 2

3 VI.! CRITÈRE&AVENIR&:&Capacité&du&sujet&à&formuler&le&devenir&de&l utilisation&en&termes&de& projection&dans&l'usage,&l'apprentissage&et&l'organisation... 24! LA!PROJECTION!DANS!L APPRENTISSAGE...24! LA!PROJECTION!DANS!LES!USAGES...24! LA!PROJECTION!DANS!L ORGANISATION...25! Analyse!synthétique!par!critère/indicateur...26! AIDANTS&(NATURELS&et&PROFESSIONNELS)&FORMATEURS&RESPONSABLES&DE&STRUCTURES& ÉLUS... 26! I.! CRITÈRE&REPRÉSENTATIONS&:&Analyse&de&la&valeur&d expérience,&motivationnelle&et&de& l intention&d usage... 27! L EXPÉRIENCE...27! AIDANTS2NATURELS...27! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/FORMATEURS/ÉLUS/AIDANTS2PROFESSIONNELS...27! LES!MOTIVATIONS...27! AIDANTS2NATURELS/AIDANTS2PROFESSIONNELS...27! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS/FORMATEURS...27! LES!ATTENTES...28! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS/AIDANTS2PROFESSIONNELS...28! AIDANTS2NATURELS...28! II.! CRITÈRE&UTILISATIONS&:&Observation&de&l usage&et&son&intégration&à&un&continuum&des& pratiques&par&rapport&:&à&l accompagnement&réalisé,&aux&types&d usages&et&de&pratiques,&à& la&fréquence&et&à&la&durée&d utilisation... 29! L ACCOMPAGNEMENT...29! AIDANTS!NATURELS...29! FORMATEURS/AIDANTS!PROFESSIONNELS...29! ÉLUS...29! LES!PRATIQUES...30! AIDANTS!NATURELS/ÉLUS...30! FORMATEURS/AIDANTS!PROFESSIONNELS...30! LES!USAGES...30! AIDANTS!NATURELS/AIDANTS!PROFESSIONNELS/RESPONSABLES!DE!STRUCTURES...30! III.! CRITÈRE&SATISFACTIONS&:&évaluation&de&la&satisfaction&psychologique,&socioculturelle& et&technique&du&sujet&dans&son&rapport&à&l outil&et&aux&usages&réalisés... 31! LA!SATISFACTION!PSYCHOLOGIQUE...31! AIDANTS2NATURELS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES...31! LA!SATISFACTION!CULTURELLE!ET!RELATIONNELLE...31! ÉLUS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES...31! AIDANTS2NATURELS...31! AIDANTS2PROFESSIONNELS...31! LA!SATISFACTION!TECHNIQUE...32! AIDANTS2NATURELS/AIDANTS2PROFESSIONNELS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS...32! IV.! CRITÈRES&FREINS,&FRUSTATIONS,&RÉSISTANCES&:&Identification&des&freins&et& résistances&limitant&l acceptabilité&entre&les&représentations&initiales&et&l usage... 33! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Financiers!Z!coût,!achat,!financement...33! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS...33! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Culturels!Z!éducation,!instruction,!compréhension...33! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/AIDANTS2NATURELS/AIDANTS2PROFESSIONNELS...33! ÉLUS/FORMATEURS...34! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Organisationnels!!Gestion!du!projet,!coordination...34! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS...34! 21/11/y 9:06 am 3

4 AIDANTS2PROFESSIONNELS...34! FORMATEURS...35! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Techniques!Z!dysfonctionnements...35! FORMATEURS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/AIDANTS2PROFESSIONNELS/AIDANTS2 NATURELS/ÉLUS...35! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Résistances!Z!au!changement,!à!l évolution,!à!l adaptation...36! AIDANTS2PROFESSIONNELS/AIDANTS2NATURELS/ÉLUS...36! V.! CRITÈRE&CHANGEMENTS&:&Perception&des&effets&liés&à&l usage&sur&3&critères&:&la& confiance&en&soi,&le&mode&de&vie&et&la&relation&aux&autres&à&partir&de&l usage&réalisé... 37! LA!CONFIANCE...37! FORMATEURS/AIDANTS2PROFESSIONNELS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS...37! LE!MODE!DE!VIE...37! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/AIDANTS2NATURELS/FORMATEURS...37! LA!RELATION!AUX!AUTRES...37! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/AIDANTS2PROFESSIONNELS...37! VI.! CRITÈRE&AVENIR&:&Capacité&du&sujet&à&formuler&le&devenir&de&l utilisation&en&termes&de& projection&dans&l'usage,&l'apprentissage&et&l'organisation... 38! LA!PROJECTION!DANS!l APPRENTISSAGE...38! ÉLUS/FORMATEURS...38! AIDANTS2NATURELS/2AIDANTS2PROFESSIONNELS...38! LA!PROJECTION!DANS!l USAGE...38! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS/FORMATEURS/AIDANTS2PROFESSIONNELS/AIDANTS2 NATURELS...38! LA!PROJECTION!DANS!l ORGANISATION...39! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES...39! Synthèse!générale...40! Synthèse&générale&du&critère&REPRÉSENTATIONS... 40! 1.! POUR!les!SENIORS!et!les!AIDANTS...40! 2.! POUR!les!AIDANTS!NATURELS...40! 3.! POUR!les!ÉLUS...41! 4.! POUR!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES!et!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS...41! 5.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES...41! Synthèse&générale&du&critère&UTILISATIONS... 42! 1.! POUR!les!SENIORS...42! 2.! POUR!les!AIDANTS!NATURELS!et!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES...42! 3.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS,!les!FORMATEURS!et!les!ÉLUS...43! 4.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES,...44! Synthèse&générale&du&critère&SATISFACTIONS... 45! 1.! POUR!les!SENIORS...45! 2.! POUR!les!AIDANTS!NATURELS...45! 3.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS...45! 4.! POUR!les!RESPONSABLES!de!STRUCTURES!et!les!ÉLUS...45! 5.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES,...46! Synthèse&générale&du&critère&FREINS/FRUSTATIONS/RÉSISTANCES... 47! 1.! POUR!les!SENIORS!et!les!AIDANTS!NATURELS...47! 2.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS,!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES,!les!ÉLUS!et!les! FORMATEURS...48! 3.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES...49! Synthèse&générale&du&critère&CHANGEMENTS... 50! 21/11/y 9:06 am 4

5 1.! POUR!les!SENIORS...50! 2.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS,!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES!et!les!ÉLUS...50! 3.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES!...51! Synthèse&générale&du&critère&AVENIR... 51! 1.! POUR!les!SENIORS...51! 2.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS,!les!AIDANTS!NATURELS,!les!RESPONSABLES!DE! STRUCTURES,!les!ÉLUS!et!LES!FORMATEURS...51! 3.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES...52! Chapitre&2&SYNTHÈSE&GÉNÉRALE... 53! 1.! POUR!les!SENIORS...53! 2.! POUR!les!AIDANTS!NATURELS...54! 3.! POUR!les!FORMATEURS!et!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS...55! 4.! POUR!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES!et!les!ÉLUS...55! Chapitre&3&LES&RECOMMANDATIONS... 57! Recommandation!1...57! Recommandation!2...57! Recommandation!3...58! Recommandation!4...58! 21/11/y 9:06 am 5

6 PRÉAMBULE Le présent rapport concerne l analyse qualitative réalisée en fin d expérimentation auprès des seniors, des aidants naturels et professionnels, des représentants de structures et de collectivités territoriales engagés dans le projet. Etapes dans la production du rapport final, les analyses devront être confrontées, selon un processus de triangulation, aux données et analyses quantitatives. 1. Rappel&du&protocole&d analyse L analyse des processus de conception et de mise en usage du dispositif sociotechnique Alliage est conduite (cf. figure 1) : temporellement à trois stades du projet : lors de la conception (ante), lors de l utilisation (in itinere) et en fin de période expérimentale (post) à trois niveaux : celui de l utilisateur (micro), celui des collectifs d acteurs (meso) et celui organisationnel et territorial (macro). MACRO! Analyse!au! niveau!du! territoire,!des! élus! Analyse Ante, In itinere, Post MESO! Analyse!au! niveau!des! porteurs!du! projet,!des! professionnels! MICRO! Analyse!au! niveau!des! utilisateurs!et! des!aidants! Figure 1 : les étapes et niveaux d analyse 2. La&méthodologie& Au plan méthodologique, plusieurs guides d entretien ont été conçus sur la base d un cadre de référence théorique centré sur l acceptation socio-technique des technologies et adressés aux différents acteurs engagés sur les différents terrains de l expérimentation. Les entretiens ont été réalisés sur la période de mai à octobre 2014, auprès de 22 personnes. Ils ont porté sur le vécu de l expérimentation, cherchant par les questions posées à accéder aux attentes initiales et au vécu des différents acteurs qui ont contribué à cette collecte de données. 21/11/y 9:06 am 6

7 Rédaction&d un&guide&d entretien&auprès&de&6&catégories&d acteurs&:&& MICRO : vision utilisateurs - Seniors - Aidants naturels MESO : vision du collectif - Formateurs - Aidants professionnels - Responsables de structures MACRO : vision territoriale - Élus locaux Les&critères&et&les&indicateurs&d évaluation&qualitatifs&& NIVEAU CRITÈRE REPRÉSENTATIONS QUESTIONS ANTE MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Expériences» : vécu par rapport à la technologie Indicateur «Motivations» : intrinsèques et extrinsèques à l'entrée dans l'expérimentation Indicateur «Intentions d usage» : projections sur l'objet technique de son utilisabilité Avez-vous déjà mené ce type d expérimentation avant Alliage? Quelles étaient vos motivations? Quelles étaient vos attentes? NIVEAU CRITÈRE UTILISATIONS QUESTIONS IN ITINERE MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Accompagnement à l utilisation» : évaluation de la formation, de l aide et du soutien proposés par les utilisateurs entre eux, par les formateurs, par les aidants Indicateur «Pratiques» : évaluation des types de pratiques réalisées : individuelles, interpersonnelles, collectives Indicateur «Description des usages» : sur la tablette et par rapport à l application Alliage Indicateur «Fréquence durée» : analyse de la temporalité, perception du temps passé Comment s est passé l accompagnement à l utilisation? Expliquer les pratiques types réalisées sur la tablette et sur Alliage. Expliquer les usages types réalisés sur la tablette et sur Alliage. Expliquer la fréquence d utilisation et la durée. NIVEAU CRITÈRE SATISFACTIONS QUESTIONS 21/11/y 9:06 am 7

8 MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) NIVEAU MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Satisfaction psychologique» : par rapport à soi Indicateur «Satisfaction socioculturelle» : par rapport aux autres Indicateur «Satisfaction technique» : par rapport à l outil CRITÈRES FREINS/ FRUSTRATIONS/RÉSISTANCES Indicateur «Freins Financiers» : coût, achat, financement Indicateur «Freins Culturels» : éducation, instruction, compréhension Indicateur «Freins Organisationnels» : gestion du projet, coordination Indicateur «Freins Techniques» : dysfonctionnements Indicateur «Résistances» : au changement, à l évolution, à l adaptation Quels bénéfices psychologiques tirezvous de l usage? Quels bénéfices culturels et relationnels tirez-vous de l usage? Quelles fonctionnalités vous ont satisfait? QUESTIONS Quels sont les freins relevés dans l usage? Quelles sont les résistances remarquées dans l usage? NIVEAU CRITÈRE CHANGEMENTS QUESTIONS POST MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Confiance en soi, assurance» : transformations identitaires Indicateur «Mode de vie» : transformation dans les comportements et gestion de la vie quotidienne Indicateur «Relations aux autres» : Transformations dans la sociabilité L utilisation a t-elle eu un effet sur la confiance en soi? L utilisation a-t-elle eu un effet sur le mode de vie? L utilisation a-t-elle eu un effet sur la relation aux autres? 21/11/y 9:06 am 8

9 NIVEAU CRITERE AVENIR QUESTIONS MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Projection dans l apprentissage» : évolution des compétences Indicateur «Projection dans l usage» : évolution des fonctionnalités, du potentiel d utilisation Indicateur «Projection dans l organisation» : mise en œuvre des actions pour engager sa réalisation Souhaitez-vous continuer l utilisation de la tablette et d Alliage et quels sont vos projets après l expérimentation? Les entretiens, d une durée de 20 à 35 minutes, ont été enregistrés avec l autorisation des personnes puis transcrits afin d en faciliter le traitement. Le logiciel d'aide à la recherche par méthodes qualitatives et mixtes N-Vivo a été retenu pour identifier les verbatim constituant le corpus d analyse. Ce dernier permet à l analyste de sélectionner et catégoriser par critère et par indicateurs les éléments textuels reconnus comme pertinents au regard du protocole de recherche. L analyse est découpée en trois niveaux afin de mieux prendre en compte le processus de mise en usage avant, pendant et après l expérimentation (ante, in itinere, post) et selon l échelle de positionnement des acteurs dans le projet : micro, meso, macro. L analyse est ensuite réalisée pour chacun des indicateurs définis dans le protocole, et par chaque catégorie d acteurs, ce qui permet d identifier les éléments spécifiques à chacune d elle et ce qui est commun à l ensemble des acteurs engagés dans l expérimentation. Une synthèse est ensuite proposée pour chacun des critères. 21/11/y 9:06 am 9

10 Chapitre&1 L ANALYSE& Analyse&synthétique&par& critère/indicateur& LES&SENIORS& 21/11/y 9:06 am 10

11 ! I. CRITÈRE&REPRÉSENTATIONS&:&Analyse&de&la&valeur& d expérience,&motivationnelle&et&de&l intention&d usage& L EXPÉRIENCE& Le discours des seniors est en adéquation avec les critères d inclusion portant notamment sur leur degré de motivation initiale et leur niveau d expérience antérieure dans l usage des TIC. Pour tous, l utilisation de la tablette tactile est un outil totalement nouveau, une véritable découverte. L expérience des seniors vis-àvis de l usage des technologies de l information et de la communication est centrée sur l utilisation de l ordinateur. Ainsi, 7 seniors sur 14 font référence à cet équipement avec une appropriation technique restreinte en raison d une utilisation ponctuelle. Le degré de familiarisation et de pratique de l objet technique induit pour certains seniors une véritable situation anxiogène telle qu ils l expriment dans leurs propos : Je commence à avoir des bouffées de chaleur. Je ne sais pas pourquoi. Ça m impressionne / J en étais malade. C est pour ça que j ai gardé un mauvais souvenir. Leur rapport à la tablette ne semble pas être corrélé à leurs pratiques antérieures. C est davantage leur statut social actuel, la représentation sociale du retraité qu ils incarnent et qu ils véhiculent de manière plus ou moins consciente, qui définit leur rapport à l objet technique. LES&MOTIVATIONS&& Deux types de motivations sont représentés dans les discours des seniors : les motivations intrinsèques relevant de la sphère psychologique et cognitive du sujet (rapport au vieillissement, relation à la nouveauté, désir d apprendre). Ce rapport au vieillissement explicite la recherche du maintien et de l entretien d une autonomie, de leur capacité à «pouvoir agir», maîtrisant par cela leur degré d interdépendance. les motivations extrinsèques relevant du champ social, de l estime de soi dans le regard d autrui (regard des autres, influence des tiers). En ce sens, les relations à l âge, aux capacités cognitives et au handicap sont largement exprimées (Je ne voulais pas être complètement en marge et complètement perdue / Il y a une date limite où il faut y rentrer pour s en servir / Je me suis dit, je suis handicapée et je vais y arriver). L utilité perçue dans l utilisation à la fois de l objet tablette et des services proposés relève d une valeur communicationnelle. Les seniors projettent dans cette utilisation la potentialisation de nouvelles relations, adressant à cet objet une fonction de sociabilisation (Je me suis dis que ça allait faire une occasion de se faire de nouvelles relations / Skype m a vraiment motivée / Ça peut faire un contact alors c est bien / Ça permet de discuter entre nous, avoir un contact plus ludique, plus intime/ D une certaine manière entrer en relation avec le reste du monde pour ne pas être totalement isolée chez soi). 21/11/y 9:06 am 11

12 Cette valeur communicationnelle s articule principalement autour de l accès aux échanges (valeur relationnelle) et à l information (valeur de documentation, d actualités, de renseignements) en réponse au besoin de maintenir la relation et de lutter contre l isolement social, affectif, psychologique, cognitif. Cela se retrouve notamment dans les familles de mots «Skype», «Tweet», avec les expressions «être en relation avec, faire de nouvelles relations» pour évoquer l accès aux échanges et avec le champ lexical «Internet» «Me tenir un peu plus au courant», «radio», «sud-ouest» pour exprimer l accès à l information. L autre valeur clé de l accessibilité tient dans le rapport entretenu avec l outil technique dans ses représentations. La valeur est ici technologique. Elle se caractérise par le désir des seniors à s approprier l objet technique (Ça m intéressait de voir ce que c était une tablette / Mon Dieu qu est-ce que ça doit être bien / c était le côté mobile / c est marrant / un contact plus ludique). Il devient dans les représentations, l objet d apprentissage (désir d apprendre à s en servir : J ai voulu essayer / Ça m intéressait de voir / Ça me permettrait d être un petit peu plus intelligente ) ou l objet technique de médiation (négociation à la relation : Ça permet de discuter entre nous, avoir un contact plus ludique, plus intime / Parce que toute ma famille est déjà depuis très très longtemps branchée sur Internet). Les motivations extrinsèques sont ici identifiées par le cadre social de la personne. Il est évoqué ici à travers l entourage familial qui agit en qualité de prescripteur implicite (Parce que toute ma famille est déjà depuis très très longtemps branchée sur Internet / J ai voulu essayer mais avec mon fils qui me pousse un petit peu, ma petite-fille un peu aussi / J ai ma fille qui est à la Guadeloupe), ou relationnel générique (On est venu me le proposer / Ils ont insisté pour me la faire prendre / On m a dit que je devais le faire que j étais capable de le faire). & LES&ATTENTES,&INTENTIONS&d USAGE& L intention d usage des seniors renvoie plus à une curiosité générale qu à un usage bien identifié ou une pratique formalisée, ce qui s explique par le fait qu ils ne connaissent pas cet objet et les services associés et ne peuvent par conséquent inférer des utilisations. Cette situation génère des attentes singulières de la part des seniors : J imaginais qu on allait nous apprendre à se servir de l outil, là c était une tablette / J attendais de savoir ce que c était qu une tablette / Apparemment ce n est pas tout à fait comme un ordinateur.) que sur les fonctionnalités et les potentialités d usages (Une certaine forme de curiosité concernant la facilité qu on a pour trouver des renseignements par Google / Une certaine manière d entrer en relation avec le reste du monde / Je voulais essaye). Lorsque ces fonctionnalités sont relevées, elles renvoient aux motivations d échange et de recherche d information. 21/11/y 9:06 am 12

13 II. CRITÈRE&UTILISATIONS&:&Observation&de&l usage&et&son& intégration&à&un&continuum&des&pratiques&par&rapport&:&à& l accompagnement&réalisé,&aux&types&d usages&et&de& pratiques,&à&la&fréquence&et&à&la&durée&d utilisation& L ACCOMPAGNEMENT& La notion d accompagnement est essentielle et récurrente dans l ensemble des discours des seniors. Celle-ci revêt différentes formes : - contenance et rassurance, sécurisation par rapport à des handicaps physiques et/ou cognitifs (Parce que je n entends pas bien et mon cerveau parce qu il est déficient / J ai besoin de quelqu un pour me rassurer), - médiation cognitive traduite par l enseignement et l apprentissage fondés sur la démonstration et l exécution (elle m apprend bien, elle me montre / C était elle qui me la faisait marcher. Elle me l écrivait sur cahier, même Angelina m avait fait un petit schéma), - alternance et mixité entre des temps individuel et collectif Entre pairs (On se donne des conseils / Il y en a toujours une qui pose des questions et on retient, ça nous aide, ça nous fait retenir / Qu avec mon ami c est pas pareil, il me dit de ne pas m énerver), Avec les formateurs (Les cours sont bien / En groupe, il y en a une qui mobilise plus longtemps), Avec les aidants naturels (J ai le bonheur d avoir quelqu un pour m expliquer / La famille m ayant beaucoup tarabusté, ils ont été mes professeurs merveilleux / quelqu un qui s y connaît davantage avec toute la patience nécessaire, comment faire). Cet accompagnement formel et/ou informel est perçu comme indispensable par les seniors qui pressentent en son absence un fort risque d abandon : Quelqu un qui n aurait personne, elle aurait tout abandonné / Si j avais été seule je crois que je n aurais pas eu la patience d aller jusqu au bout / Moi toute seule non. LES&PRATIQUES& Les pratiques des seniors sont initialement orientées par leur sentiment de recherche de maîtrise de l objet tablette (C est à moi / Je suis à la barre toute seule / C est personnel). Ce rapport intime à l objet se retrouve dans les pratiques informationnelles qui valorisent une pratique individuelle d accès à l information, sans réelle volonté d interagir avec un tiers (Je regardais les nouvelles, je regarde sur Twitter / Je vois sur les journaux). La relation à l autre, médiatisée par la tablette, s inscrit principalement dans la sphère intime, personnelle, composée essentiellement d amis et de la famille. Il s agit plus de continuer, de maintenir, de pérenniser le lien avec la vie réelle dans les échanges numériques et de sauvegarder des moments passés (photos, vidéos) qu engager de nouvelles rencontres (On s envoie des photos / Entre nous, entre les personnes qui sont inscrites / Ma petite-fille ( ) je l ai prise en vidéo / Entre personnes qui 21/11/y 9:06 am 13

14 sont inscrites). Il s agit d un renforcement de liens sociaux préalablement construits. Un sentiment de pudeur, la quête de confidentialité influent sur les pratiques : Je m écarte parce que sinon tout le monde le voit / Je ne connais pas ces personnes. LES&USAGES& Les tendances relevant de pratiques plutôt personnelles et informationnelles trouvent leur corolaire dans la retranscription des discours décrivant les usages réalisés par les seniors. De manière spontanée, les seniors expriment conjointement : - Des usages liés à la consultation d informations à travers l accès aux médias n engageant pas d interactions particulières. D ailleurs, la description qui en est faite se matérialise par l emploi des verbes «je lis», «je vois», «je regarde», «j écoute». La récurrence observée dans l analyse du discours se retrouve dans l analyse des traces numériques en termes de clics de consultations (la rubrique «informations» sur Alliage représente 34,1 % de la navigation réalisée). L information consultée est avant tout locale avec la lecture de la presse quotidienne (Sud-Ouest). Cette tendance se confirme dans les statistiques de navigation (Dans la rubrique «informations», l icône «Presse» représente 10,8 % des 34,1 % de clics réalisés). L accès aux autres médias (radio/télévision) reste minime (3,8 %) malgré un bouquet d offres représentant le paysage audiovisuel et radiophonique français. Sans doute est-ce lié à la permanence d habitus antérieurs d écoute radiophonique et de visionnement télévisuel. - Des usages liés à la recherche d informations via des moteurs de recherche sur Internet, soit 18 % du total des clics (J ai fait des recherches sur Google / Chercher de l information), notamment des contenus multimédias (Youtube aussi pour les chansons / Il y a aussi les vidéos que je peux voir sur Youtube). - Des usages liés aux jeux traduisant également ce «rapport intime» à la tablette dans sa fonction ludique et distractive. En termes de connexion, rubrique intitulée «Culture et Distractions» est la troisième la plus consultée (14,9 %) après l onglet «Personnel» (47,9 %) et «Informations» (34,1 %) (Je fais des jeux / Il y a des jeux sur lesquels je vais souvent / J allais un peu sur Alliage, je faisais la belote / J y vais pas mal pour les messages et les jeux). Les jeux sont davantage utilisés (solitaire 785 clics ; Belote 423 clics ; mots fléchés 159 clics). Viennent ensuite des usages à vocation culturelle et pratique avec des recherches sur wikipédia (104 clics) et sur marmiton (96 clics). Les pratiques communicationnelles entretenues avec la sphère sociale de proximité initient des usages de la tablette tels qu en atteste l utilisation de la messagerie (Pour moi c est recevoir mes messages / Je communique avec mon amie essentiellement / Je vais sur Internet sur Orange / J utilise les mails / J y vais pas mal pour les messages / Je lis la messagerie). L analyse quantitative 1 confirme cette pratique : la messagerie représente 23,1 % de la rubrique «Personnel» (47,9 % au total). 1 Cf. rapport quantitatif d évaluation des usages p.xx à xx du livre blanc. 21/11/y 9:06 am 14

15 Les échanges ouverts et collectifs via l usage du Twitt-Alliage (21,5 % des connexions) sont davantage des activités de lecture que des actes de production communicationnelle (Je ne tweete plus / Je vais sur Twitter, j ai envoyé un message avanthier / Je vais voir les tweets, pour tweeter, les lire). Probablement en raison de leur faible connaissance initiale de ces objets, les seniors relie la tablette à Alliage et quittent très rarement l environnement proposé pour aller consulter des applications on-line en dehors du périmètre défini par l expérimentation. Dès lors que le processus d habilitation est engagé, les seniors développent d autres usages (Ma tablette elle ne ressemble pas exactement, tout à fait et uniquement à Alliage. Je m en sers aussi comme une tablette que j aurais achetée et que j aurais installée à ma manière). LA&DURÉE,&LA&FRÉQUENCE& Lorsque l usage est institué, la fréquence d utilisation est régulière (Tous les jours / Un peu tous les jours / Je ne passe pas une journée sans m en servir / Presque tous les jours) avec une certaine ritualité dans la journée (Tous les matins / Le matin avant 9h / L aprèsmidi / Le soir / C est une habitude). Cette dernière est souvent associée au temps libre soit comme usage palliatif à une inactivité (Quand j ai un moment de libre) soit comme un usage programmé et planifié (Je n attends pas les informations). Dans les deux cas, ces pratiques s intègre dans une temporalité dédiée à la distraction et à la détente. 21/11/y 9:06 am 15

16 III. CRITÈRE&SATISFACTIONS&:&Évaluation&de&la&satisfaction& psychologique,&socioculturelle&et&technique&du&sujet&dans& son&rapport&à&l outil&et&aux&usages&réalisés.&& LA&SATISFACTION&PSYCHOLOGIQUE& De manière générale, les seniors expriment un bénéfice psychologique lié à l usage d Alliage surtout en termes d accompagnement présentiel. La grande personnification de l objet, au point d apparaître comme un «compagnon» du quotidien (Vous avez l impression d avoir quelqu un à côté de vous / Ça me parle / C est une présence / Je l aime bien) permet de rompre l impression d isolement, de solitude et d agir incontestablement sur leur bien-être psychologique (La tablette des fois me console parce que ça m amuse / Ça me redonnait le moral / Je crois que j aurais déprimé / Elle m a suivie partout / Je la prends sur le fauteuil le soir / J étais contente). L autre élément de satisfaction tient au caractère exceptionnel ressenti, à la valeur de rareté, soit en termes d effet de l usage sur les capacités cognitives (Un outil de rééducation / J en connais un peu plus), soit dans l accès même à la technologie (On n avait pas les moyens d avoir des objets semblables dans les mains parce que c est quand même un luxe / Ce n est pas à la portée de tout le monde d avoir une tablette) au point de revendiquer une certaine fierté personnelle d appartenir à un groupe privilégié, exprimant une valeur d estime et de rareté qui contribue à donner sens à leur dynamique d appropriation (Je suis la seule de cet âge, alors malgré tout j ai une fierté quand même). LA&SATISFACTION&CULTURELLE,&RELATIONNELLE& C est dans l aptitude à comprendre et à utiliser l information en vue d atteindre des buts personnels et d étendre ses connaissances et ses capacités, que le senior exprime le plus de satisfaction (Ça m a permis de chercher, rechercher, découvrir des choses / Apprendre et comprendre / De connaître des trucs / Ça apporte une ouverture d esprit). En cela, l usage est source de littératie informationnelle 2 c est-à-dire d une «acculturation» dont la finalité vise une capacité à réussir, à maîtriser les usages (J avais réussi une fois ou deux à avoir mon compte), pour soi ou pour être «connecté» avec le monde (Ça me permet aussi de communiquer avec les personnes qui sont comme moi / Une ouverture sur le monde). 2 littératie est «l aptitude à comprendre et à utiliser l information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités.» (Rapport OCDE du 14 juin 2000 : La littératie à l ère de l information). 21/11/y 9:06 am 16

17 LA&SATISFACTION&TECHNIQUE& La satisfaction technique d usage de la tablette et de l application Alliage valorise deux fonctions clés dans l ensemble des discours : - la connectivité qui assure, via Internet, une liaison rapide (En un rien de temps, on est sur Skype / On a des réponses à tout / aller rapidement vers une demande / un projet) et une simultanéité entre la demande et la réponse (La recherche sur Internet, dès qu on a un souci on tape que ce soit dans le jardinage, la cuisine, on a des réponses à tout) ; - les qualités ergonomiques, et plus particulièrement, les affordances 3 des applications, qui assurent une simplification dans l exécution d une tâche en comparaison d une utilisation similaire avec d autres outils (C est vraiment simple / Ça s allume plus facilement / Un programme raccourci mais qui lui donne tout / C est plus facile que sur un appareil photo) ou une praticité supérieure grâce à ses capacités techniques (C est plus malléable. Vous partez avec, vous bougez / C est très pratique sur la tablette / C est vrai qu elle est fonctionnelle). 3 Les forts degrés d affordance d Alliage résultent de la démarche de co-design réalisée au début du projet. 21/11/y 9:06 am 17

18 IV. CRITÈRES&FREINS,&FRUSTATIONS,&RÉSISTANCES&:& Identification&des&freins&et&résistances&limitant& l acceptabilité&entre&les&représentations&initiales&et& l usage&& FREINS/FRUSTRATIONS&:&Financiers&f&coût,&achat,&financement&& Le frein financier s inscrit dans une projection post-expérimentation de la valeur matérielle (valeur d échange) liée à l usage de la tablette/alliage en termes d investissement pour accéder aux ressources humaines (Moi je préfère l accompagnement individuel. Pour moi ce serait beaucoup mieux mais il me faut les sous pour payer) ou aux services numériques (Ça m aurait plu. Mais financièrement Internet ) L expression des obstacles financiers se centre prioritairement sur la question de l abonnement Internet et sur l accompagnement formatif individuel. L analyse des verbatims montre que plus la valeur matérielle est grande pour l utilisateur (Autrement ma tablette j y tiens) plus l expression du frein financier prend sens dans la projection d usage post-expérimentation (Parce que ce n est pas bon marché les heures). FREINS/FRUSTRATIONS&:&Culturels&f&éducation,&instruction,&compréhension& Trois grands freins culturels ressortent du discours des seniors : - Leur niveau d instruction initiale lié notamment à leur parcours et leur niveau scolaire (J ai jamais été à l école premièrement / Mon instruction est quand même limitée / Je n ai pas fait d étude). Selon eux, ce niveau impacte leurs compétences en termes de savoir et de savoir-faire et freine l appropriation d une «culture» numérique, la compréhension du langage informatique en termes d interfaces, d actions et de navigation (Il y a tout un tas de petites icônes, je ne sais pas ce que ça veut dire / Je ne suis pas très apte à comprendre très facilement toute cette technique moderne, c est un peu du chinois pour moi / C était très compliqué pour moi car il y avait trop de choses, il aurait fallu faire une tablette exprès sur les seniors / Ça va tellement vite, je ne vois pas bien les trucs vous savez? / J ai fait une fausse manœuvre qui m a conduit vers un autre programme qui ne m intéresse pas et je ne sais pas m en sortir) au sens sémiologique (c est-à-dire de la compréhension des signes), comme dans l aptitude à traduire l action à réaliser dans une autre langue que la langue maternelle, notamment en anglais (Moi je n ai pas fait d anglais, je suis hermétique / Il y avait des mots anglais, que je ne comprenais pas, je n ai pas fait d étude). 21/11/y 9:06 am 18

19 - Leur âge est selon eux vecteur d une rupture générationnelle avec les «digital natives» c est-à-dire les générations nées avec les technologies de l information et de la communication (Je ne sais pas faire comme les gamins, toucher sur tout pour trouver / C est un autre siècle / Je suis restée à l époque d avant guerre / Ce n est peut-être pas de mon âge). En conséquence, ils considèrent leur âge comme un handicap pour mobiliser les savoir-faire et favoriser les apprentissages, notamment en raison de la baisse de leurs facultés mémorielles ou fonctionnelles (J ai une mémoire je crois qui est un peu défaillante. Ce n est pas facile d apprendre / J y arrive mais après je ne mémorise pas comment j ai fait pour arriver à naviguer / J ai pas de mémoire, dans ma tête y a rien / Il faut me répéter souvent les choses / Quand on est une personne âgée on n a pas les mêmes façons de voir ni les mêmes réflexes / J arrête, j avais mal aux yeux). De ce fait, ces obstacles entraînent une certaine rétivité non par manque de motivation mais plus par crainte de mal faire ou peur de l inconnu, de la nouveauté (J ai fait une fausse manœuvre / Donc je peux me tromper / Je ne sais pas trop ce que c est / Donc je me cadre à certaines choses simplement). La perception d utilisatbilité de l objet technique par les séniors est faible. Ils ne se sentent pas en complète capacité à faire usage avec aisance de cet objet et des services numériques. - Le manque d une formalisation écrite et physique entrave la compréhension et l utilisation par les seniors. Le besoin d un accompagnement dans la formation et d une mise à disposition de supports écrits (J aurais bien aimé qu il y ait toutes ses explications point par point / Des conseils, nous apprendre à nous en servir. On nous a montré mais en 5 minutes. Il fallait prendre des notes / Nous n avons pas été formés / C est le manque d informations informatiques, il aurait fallu commencer par une petite notion informatique) formalisent le besoin d une pédagogie fondée sur la transmission des savoirs par une entité matérielle (guide d utilisation) ou humaine (formateur) au senior «élève». FREINS/FRUSTRATIONS&:&Organisationnels& &Gestion&du&projet,&coordination& Deux grands freins organisationnels sont repérés par les seniors, l un lié à la gestion du projet inscrit dans une temporalité, une planification, l autre lié à l articulation entre les différents acteurs du projet. L évocation des dysfonctionnements renvoie au maintien de l auto-engagement des acteurs en fonction d une certaine temporalité accordée au projet (Je n ai pas toujours le temps / Des fois je ne la regarde pas parce que je n ai pas le temps / J allais à la médiathèque au départ mais le jour ne me convenait pas) ou à la planification, la progression nécessaire permettant la mise en usage, considérée comme non opérationnelle aussi bien en termes de calendrier d actions (Pas de continuité / Pas eu de suivi après / On a tardé pour certains services, ça m aurait intéressé) qu en termes de mise à disposition d offres et de services (On nous avait parlé du service avec la superette pour commander des courses et finalement on l a pas eu / Tant que la tablette ne 21/11/y 9:06 am 19

20 nous appartient pas on va doucement / On devait avoir la montre, on ne l a pas encore, le podomètre non plus). La deuxième raison évoquée est étroitement liée aux modalités de gouvernance du projet où le positionnement du senior en tant que partie prenante dans la construction de l application a été vécu comme un élément déstabilisant (On a démarré avec nous et ils ont avancé leur projet avec nous. Ce qui a été dur c est qu à chaque fois ils changeaient Alliage ça changeait, ce n était plus pareil, il fallait tout recommencer alors c était plus dur / Avec tous les changements, il y a eu un moment difficile). De même, l absence de clarification du rôle et des missions entre les différents acteurs a été source d incertitudes (La Médiathèque voulait nous proposer des choses mais ils ne savaient pas s ils empiétaient sur Aquinetic / Il n y a pas eu assez de communication je trouve / Elle ne pouvait pas aller trop loin non plus parce qu il ne fallait pas empiéter sur Aquinetic). Les conditions de l expérimentation n ont pas facilité l installation d un climat de sécurisation et de confiance propice à un étayage des seniors dans leurs apprentissages. La double déstabilisation induite à la fois par l entrée dans l expérimentation et l évolution de certaines composantes de l application est un facteur de fragilisation de l engagement des seniors dans le processus d appropriation. FREINS/FRUSTRATIONS&:&Techniques&f&dysfonctionnements& Les freins et frustrations tiennent compte des obstacles intrinsèques liés à l objet. Ainsi la maniabilité, la flexibilité et la mobilité de l outil tablette donnent l impression d une certaine fragilité et limitent l utilisation de certains seniors (C est hyper fragile, il faut faire attention). Sans doute est-ce lié à la perception des conséquences d une dégradation ou d un bris de la tablette, quand bien même cela serait involontaire. Les problèmes de connectivité sont une des sources d insatisfaction les plus représentatives. Ils justifient les sentiments d agacement voire d abandon de la part des seniors (Quand ça ne marche pas ça m énerve / Ça peut tomber en panne. Ce matin elle ne s allume pas, pourquoi, je ne sais pas. Elle a chargé toute la nuit / Chez moi je n ai pas d accès à Internet, je ne peux rien faire / Avec ma tablette je ne peux faire que des jeux car je ne suis pas reliée à une box / Parce que je ne pouvais pas sans Internet. Je ne pouvais pas avoir accès à mon compte bancaire, je ne pouvais pas avoir accès à mes copines, je ne pouvais pas envoyer de messages). La faible perception d utilisabilité extrinsèque de l objet pour laquelle le caractère tactile des écrans dans les fonctions d agrandissement/rétrécissement et de navigation sont sources d inconfort lors de l activité du senior constitue un véritable frein (Si on frôle quelque chose, une application et bien la page change / Quelquefois c est dur car c est écrit petit / L histoire du tactile, de développer ou de rétrécir, ça c est un jeu d enfant pour les enfants mais pas pour moi). Pour les seniors n ayant pas contribué à la démarche de co-design la perception visuo-spatiale de l interface leur permet difficilement d anticiper les usages et engendre le sentiment d une organisation d informations complexes (C était très compliqué pour moi car il y avait trop de choses / Ce sont des manipulations ordinaires normalement mais j ai un peu de mal) nécessitant un effort cognitif particulier pour 21/11/y 9:06 am 20

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Retour d expérimentation sur l utilisation d une tablette tactile à destination des seniors

Retour d expérimentation sur l utilisation d une tablette tactile à destination des seniors 13 e séminaire Retour d expérimentation sur l utilisation d une tablette tactile à destination des seniors Géraldine GOULINET FITE, Laboratoire MICA, Programme RAUDIN Université Bordeaux Montaigne Le contexte

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES Notice d accompagnement Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Avec sauvegardez sans y penser, partagez et bougez, vos données vous suivent! Retrouvez tous vos services du cloud pro en cliquant ici.

Avec sauvegardez sans y penser, partagez et bougez, vos données vous suivent! Retrouvez tous vos services du cloud pro en cliquant ici. Avec sauvegardez sans y penser, partagez et bougez, vos données vous suivent! Retrouvez tous vos services du cloud pro en cliquant ici. SUGARSYNC VOUS ACCOMPAGNE À TOUT MOMENT DANS LA GESTION DE VOS DONNÉES

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Guide de l étudiant Mon cours en ligne. 27 juin 2015 Institut Français d Espagne Innovation pédagogique et multimédia Institut français de Madrid

Guide de l étudiant Mon cours en ligne. 27 juin 2015 Institut Français d Espagne Innovation pédagogique et multimédia Institut français de Madrid Guide de l étudiant Mon cours en ligne 27 juin 2015 Institut Français d Espagne Innovation pédagogique et multimédia Institut français de Madrid Ce guide vous accompagnera tout au long de votre formation.

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande Vieillir et s épanouir en Pays de Redon AIDER UN PROCHE ÂGÉ Charteterritoriale En France, 3,4 millions de personnes apportent un soutien à un proche âgé. La présence d un aidant constitue souvent une condition

Plus en détail

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme?

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Je m appelle Julie Remfort et je travaille au Ministère des Finances à Paris. Quel métier faites-vous

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

facebook un monde à connaître.

facebook un monde à connaître. facebook un monde à connaître. Par Yves DUPRAZ / DCLIC.NET ANT PROPOS Comment lire cette brochure? Le contenu de cette brochure peut être parcouru de trois façons différentes. La première Vous pouvez consulter

Plus en détail

Bande dessinée IMG2 Cahier du participant

Bande dessinée IMG2 Cahier du participant Bande dessinée IMG2 Cahier du participant Formation continue dans un contexte d apprentissage en ligne pour l intégration des TIC dans le domaine des arts. Bonne pratic! Description du cours Titre du cours

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Nathalie Crouzet sans taboo Réussir sa compta avec Ciel Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Avant-propos La comptabilité est pour certains une véritable bête noire, qu il est soit disant difficile,

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

Atelier d animation «Le respect sur le terrain et sur Internet»

Atelier d animation «Le respect sur le terrain et sur Internet» Temps estimé: 20 min Intégré à la séance d entraînement GUIDE PRATIQUE POUR LES EDUCATEURS Atelier d animation «Le respect sur le terrain et sur Internet» 1 ATELIER D ANIMATION ENGAGEMENT CITOYEN Cet atelier

Plus en détail

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des TRANSCRIPTION -- BALADO # 7 Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants d immersion en français, produite par des professeurs de l Institut des langues

Plus en détail

Manuel d utilisation de Form@Greta

Manuel d utilisation de Form@Greta Manuel d utilisation de Form@Greta Février 2014 Version apprenant Auriane Busson Greta-numerique@ac-caen.fr Sommaire 1. Qu est-ce que Form@Greta?... 2 2. S identifier sur la plateforme... 3 3. Espace d

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Entretien 1 : Yvan Quelle est votre tranche d âge Celle de vos parents et grands-parents Yvan : < 60 ans, Mère : environ 50 ans, Grand-mère : environ 80 ans Combien

Plus en détail

Envoyez de vraies cartes postales personnalisées

Envoyez de vraies cartes postales personnalisées La Poste, http://www.laposte.fr/, aime les nouvelles technologies et offre de plus en plus de nouveaux services en ligne afin de faciliter les démarches de ses clients. C est ainsi que la lettre recommandée

Plus en détail

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL

APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL APPRENTISSAGE EN SITUATION DE TRAVAIL ET PRATIQUES DE TUTORAT Démarche d accompagnement des entreprises 1 2 Un outil de diagnostic flash Un guide d accompagnement au montage de projet 1 Tutorat et apprentissage

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant.

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Il existe un chemin plus rapide vers le succès Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Rejoignez Worldwide Leaders Worldwide Leaders Coaching Candidature Renseignez

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Créer un compte personnel ou professionnel Facebook

Créer un compte personnel ou professionnel Facebook Créer un compte personnel ou professionnel Facebook Introduction: Facebook est un réseau social populaire gratuit qui permet d être en lien avec ses amis, partager des centres d intérêts, créer des évènements

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

Compagnonnage en milieu de travail

Compagnonnage en milieu de travail Programme d apprentissage en milieu de travail Compagnonnage en milieu de travail Outil de référence pour compagne et compagnon Technicien et technicienne de véhicules récréatifs Note Dans le but d alléger

Plus en détail

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice.

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice. Académie de Dijon LETTRES TICE Lire, écrire, publier à l aide d internet Récit d expérience d une aventure éditoriale http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Lire, écrire, publier à l aide

Plus en détail

Kiosque Famille. Guide d utilisation

Kiosque Famille. Guide d utilisation Kiosque Famille Guide d utilisation Kiosque famille : pari gagné! Nous nous étions engagés à ce que le portail internet dédié à la réservation des activités de vos enfants soit opérationnel début 2015.

Plus en détail

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle

Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Club thérapeutique et Groupe d Entraide Mutuelle Aurélien Troisœufs, doctorant en anthropologie Bonjour. Je m appelle Aurélien Troisoeufs. Je suis doctorant en anthropologie au laboratoire du CERMES 3

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

L alphabétisation après le livre

L alphabétisation après le livre Edito L alphabétisation après le livre Dans le cadre de l étude sur l impact de l alphabétisation que nous avons menée en 2010 1, nous avions par Catherine STERCQ notamment questionné les apprenants sur

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous

PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous POURQUOI? COMMENT? comparatif 2008/2015 PROGRAMME DE L ECOLE MATERNELLE L école maternelle : un cycle unique fondamental pour la réussite de tous Explorer le monde du vivant, des objets et de la matière

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Comment paramétrer correctement son compte Facebook pour pouvoir protéger un maximum ses données et sa vie privée.

Comment paramétrer correctement son compte Facebook pour pouvoir protéger un maximum ses données et sa vie privée. Comment paramétrer correctement son compte Facebook pour pouvoir protéger un maximum ses données et sa vie privée. Tutoriel réalisé par Mme Boquié. Sommaire Contrôler ses traces volontaires...p3 A Pour

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010

Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Retour d expérience d équipe innovante accompagnée par la MEIP 2009/2010 Coordonnées de l établissement Lycée Joseph Desfontaines 2 rue Guillotière 79500 MELLE Tél. : 05.49.27.00.88 - fax : 05.49.27.91.06

Plus en détail

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? EN PROLOGUE Les personnes âgées qui doivent arrêter de conduire vivent

Plus en détail

1 re. Se documenter automatiquement grâce aux réseaux sociaux. séquence pédagogique L1.2 L1.4 L2.2 L4.2. 3 e trimestre. Consigne 1

1 re. Se documenter automatiquement grâce aux réseaux sociaux. séquence pédagogique L1.2 L1.4 L2.2 L4.2. 3 e trimestre. Consigne 1 Se documenter automatiquement grâce aux réseaux sociaux Nom :... Prénom :... Date :... Validez les items du B2i! L1.2 L1.4 L2.2 L4.2 PAYS DE LA LOIRE Consigne 1 (Travail en groupe possible) De plus en

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps)

PREMIÈRE SECTION. Sensibilisation à la démarche d apprentissage. La préparation (1 er temps) PREMIÈRE SECTION Sensibilisation à la démarche d apprentissage La préparation (1 er temps) Motivation à l apprentissage Activation des connaissances antérieures Exploration de l objet d apprentissage La

Plus en détail

Présentation de l e-learning outil de formation à distance

Présentation de l e-learning outil de formation à distance Présentation de l e-learning outil de formation à distance Outil créé par la FFJDA destiné à la formation des futurs enseignants de judo Guide d utilisation e-learning déc. 2012 1. Présentation Ejudo est

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

Les Google Nexus 7 et 10 sont de véritables couteaux suisses. Calculette, gestionnaire. S organiser au quotidien

Les Google Nexus 7 et 10 sont de véritables couteaux suisses. Calculette, gestionnaire. S organiser au quotidien S organiser au quotidien Les Google Nexus 7 et 10 sont de véritables couteaux suisses. Calculette, gestionnaire de tâches, chronomètre, horloge mondiale, prévisions météo, cartographie, stockage elles

Plus en détail

MANAGEMENT OPERATIONNEL RESSOURCES ET PEDAGOGIE

MANAGEMENT OPERATIONNEL RESSOURCES ET PEDAGOGIE CPNEFP Branche Mutualité MANAGEMENT OPERATIONNEL RESSOURCES ET PEDAGOGIE Dédié au Développement du Capital Humain, Ressources et Pédagogie intervient depuis 25 ans dans le domaine du Management, de la

Plus en détail

Apprendre Twitter à l école maternelle.

Apprendre Twitter à l école maternelle. Apprendre Twitter à l école maternelle. Source : http://fragmentsdeclasse.blogspot.fr/2011/12/apprendre-twitter-lecole-maternelle.html Apprendre les réseaux sociaux à l école maternelle. Ces derniers mois

Plus en détail

Découvrir GMail Agenda et Photo+

Découvrir GMail Agenda et Photo+ Découvrir GMail Agenda et Photo+ Cela devient une évidence pour tous ceux équipés d une connexion internet, chaque jour, nous allons vérifier notre messagerie, comme d autres attendent le passage du facteur.

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Aider les enseignants en formation à établir un plan d action

Aider les enseignants en formation à établir un plan d action Aider les enseignants en formation à établir un plan d action La préparation TESSA devrait toujours permettre aux enseignants en formation de faire l expérience des activités TESSA d'une manière pratique

Plus en détail

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement.

J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. J aime bien la lecture. Quand je prends Taoki, j arrive bien à lire et ma mère elle me gronde même pas! Il faut apprendre tout doucement. On réfléchit, on a les mots dans sa tête, on les lit à l école

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document Leçon 7... Facebook, le réseau social sur internet Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations de base pour l enseignant Pourquoi?

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE

FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE FORMALISEZ VOTRE IDÉE DE CRÉATION D'ENTREPRISE Vous avez une ou plusieurs idées? Vous voulez en parler avec d autres personnes pour avoir leur avis? Vous devez donc formaliser cette idée pour pouvoir l

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo VIDEO, autres modules, ressources et questions à poser sur http://vivredesonblog.com/formation par Ling-en Hsia Dans cette toute première partie,

Plus en détail

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0

Katja Ingman. Être pro en anglais. Sous la direction de Marie Berchoud. Groupe Eyrolles, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Katja Ingman Être pro en anglais Sous la direction de Marie Berchoud, 2009 ISBN : 978-2-212-54352-0 Fiche 1 Grow Your English : autoévaluation et plan d action Passez à l action : définissez votre objectif,

Plus en détail

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye

Les médias sociaux : Facebook et Linkedin. Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Les médias sociaux : Facebook et Linkedin Réalisé en janvier 2012 Par Mamadou Ndiaye Avant de commencer Veuillez S.V.P. tester votre matériel audio en utilisant l assistant d installation audio. Plan Qu

Plus en détail

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT

PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT PRATIQUES LANGAGIERES EDUCATIVES EFFICIENTES DANS LE DIALOGUE ENTRE ADULTE ET ENFANT L enfant a besoin d apprendre, et, en premier lieu, d apprendre à parler pour échanger et vivre en société. Ce sont

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail