Tablette tactile au service des seniors

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tablette tactile au service des seniors"

Transcription

1 Evaluation qualitative des usages Tablette tactile au service des seniors 21/11/y 9:06 am 1

2 Evaluation qualitative Alliage Table des matières 1.! Rappel&du&protocole&d analyse... 6! 2.! La&méthodologie... 6! Rédaction!d un!guide!d entretien!auprès!de!6!catégories!d acteurs!:...7! Les!critères!et!les!indicateurs!d évaluation!qualitatifs...7! Chapitre&1&L ANALYSE... 10! Analyse!synthétique!par!critère/indicateur...10! LES&SENIORS... 10! I.! CRITÈRE&REPRÉSENTATIONS&:&Analyse&de&la&valeur&d expérience,&motivationnelle&et&de& l intention&d usage... 11! L EXPÉRIENCE...11! LES!MOTIVATIONS...11! LES!ATTENTES,!INTENTIONS!d USAGE...12! II.! CRITÈRE&UTILISATIONS&:&Observation&de&l usage&et&son&intégration&à&un&continuum&des& pratiques&par&rapport&:&à&l accompagnement&réalisé,&aux&types&d usages&et&de&pratiques,&à& la&fréquence&et&à&la&durée&d utilisation... 13! L ACCOMPAGNEMENT...13! LES!PRATIQUES...13! LES!USAGES...14! LA!DURÉE,!LA!FRÉQUENCE...15! III.! CRITÈRE&SATISFACTIONS&:&Évaluation&de&la&satisfaction&psychologique,&socioculturelle& et&technique&du&sujet&dans&son&rapport&à&l outil&et&aux&usages&réalisés... 16! LA!SATISFACTION!PSYCHOLOGIQUE...16! LA!SATISFACTION!CULTURELLE,!RELATIONNELLE...16! LA!SATISFACTION!TECHNIQUE...17! IV.! CRITÈRES&FREINS,&FRUSTATIONS,&RÉSISTANCES&:&Identification&des&freins&et& résistances&limitant&l acceptabilité&entre&les&représentations&initiales&et&l usage... 18! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Financiers!Z!coût,!achat,!financement...18! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Culturels!Z!éducation,!instruction,!compréhension...18! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Organisationnels!!Gestion!du!projet,!coordination...19! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Techniques!Z!dysfonctionnements...20! FREINS/FRUSTRATIONS!:!Résistances!Z!au!changement,!à!l évolution,!à!l adaptation...21! V.! CRITÈRE&CHANGEMENTS&:&Perception&des&effets&liés&à&l usage&sur&3&critères&:&la& confiance&en&soi,&le&mode&de&vie&et&la&relation&aux&autres&à&partir&de&l usage&réalisé... 22! LA!CONFIANCE...22! LE!MODE!DE!VIE...22! LES!RELATIONS!AUX!AUTRES...22! 21/11/y 9:06 am 2

3 VI.! CRITÈRE&AVENIR&:&Capacité&du&sujet&à&formuler&le&devenir&de&l utilisation&en&termes&de& projection&dans&l'usage,&l'apprentissage&et&l'organisation... 24! LA!PROJECTION!DANS!L APPRENTISSAGE...24! LA!PROJECTION!DANS!LES!USAGES...24! LA!PROJECTION!DANS!L ORGANISATION...25! Analyse!synthétique!par!critère/indicateur...26! AIDANTS&(NATURELS&et&PROFESSIONNELS)&FORMATEURS&RESPONSABLES&DE&STRUCTURES& ÉLUS... 26! I.! CRITÈRE&REPRÉSENTATIONS&:&Analyse&de&la&valeur&d expérience,&motivationnelle&et&de& l intention&d usage... 27! L EXPÉRIENCE...27! AIDANTS2NATURELS...27! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/FORMATEURS/ÉLUS/AIDANTS2PROFESSIONNELS...27! LES!MOTIVATIONS...27! AIDANTS2NATURELS/AIDANTS2PROFESSIONNELS...27! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS/FORMATEURS...27! LES!ATTENTES...28! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS/AIDANTS2PROFESSIONNELS...28! AIDANTS2NATURELS...28! II.! CRITÈRE&UTILISATIONS&:&Observation&de&l usage&et&son&intégration&à&un&continuum&des& pratiques&par&rapport&:&à&l accompagnement&réalisé,&aux&types&d usages&et&de&pratiques,&à& la&fréquence&et&à&la&durée&d utilisation... 29! L ACCOMPAGNEMENT...29! AIDANTS!NATURELS...29! FORMATEURS/AIDANTS!PROFESSIONNELS...29! ÉLUS...29! LES!PRATIQUES...30! AIDANTS!NATURELS/ÉLUS...30! FORMATEURS/AIDANTS!PROFESSIONNELS...30! LES!USAGES...30! AIDANTS!NATURELS/AIDANTS!PROFESSIONNELS/RESPONSABLES!DE!STRUCTURES...30! III.! CRITÈRE&SATISFACTIONS&:&évaluation&de&la&satisfaction&psychologique,&socioculturelle& et&technique&du&sujet&dans&son&rapport&à&l outil&et&aux&usages&réalisés... 31! LA!SATISFACTION!PSYCHOLOGIQUE...31! AIDANTS2NATURELS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES...31! LA!SATISFACTION!CULTURELLE!ET!RELATIONNELLE...31! ÉLUS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES...31! AIDANTS2NATURELS...31! AIDANTS2PROFESSIONNELS...31! LA!SATISFACTION!TECHNIQUE...32! AIDANTS2NATURELS/AIDANTS2PROFESSIONNELS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS...32! IV.! CRITÈRES&FREINS,&FRUSTATIONS,&RÉSISTANCES&:&Identification&des&freins&et& résistances&limitant&l acceptabilité&entre&les&représentations&initiales&et&l usage... 33! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Financiers!Z!coût,!achat,!financement...33! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS...33! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Culturels!Z!éducation,!instruction,!compréhension...33! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/AIDANTS2NATURELS/AIDANTS2PROFESSIONNELS...33! ÉLUS/FORMATEURS...34! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Organisationnels!!Gestion!du!projet,!coordination...34! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS...34! 21/11/y 9:06 am 3

4 AIDANTS2PROFESSIONNELS...34! FORMATEURS...35! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Techniques!Z!dysfonctionnements...35! FORMATEURS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/AIDANTS2PROFESSIONNELS/AIDANTS2 NATURELS/ÉLUS...35! LES!FREINS/FRUSTRATIONS!:!Résistances!Z!au!changement,!à!l évolution,!à!l adaptation...36! AIDANTS2PROFESSIONNELS/AIDANTS2NATURELS/ÉLUS...36! V.! CRITÈRE&CHANGEMENTS&:&Perception&des&effets&liés&à&l usage&sur&3&critères&:&la& confiance&en&soi,&le&mode&de&vie&et&la&relation&aux&autres&à&partir&de&l usage&réalisé... 37! LA!CONFIANCE...37! FORMATEURS/AIDANTS2PROFESSIONNELS/RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS...37! LE!MODE!DE!VIE...37! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/AIDANTS2NATURELS/FORMATEURS...37! LA!RELATION!AUX!AUTRES...37! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/AIDANTS2PROFESSIONNELS...37! VI.! CRITÈRE&AVENIR&:&Capacité&du&sujet&à&formuler&le&devenir&de&l utilisation&en&termes&de& projection&dans&l'usage,&l'apprentissage&et&l'organisation... 38! LA!PROJECTION!DANS!l APPRENTISSAGE...38! ÉLUS/FORMATEURS...38! AIDANTS2NATURELS/2AIDANTS2PROFESSIONNELS...38! LA!PROJECTION!DANS!l USAGE...38! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES/ÉLUS/FORMATEURS/AIDANTS2PROFESSIONNELS/AIDANTS2 NATURELS...38! LA!PROJECTION!DANS!l ORGANISATION...39! RESPONSABLES2DE2STRUCTURES...39! Synthèse!générale...40! Synthèse&générale&du&critère&REPRÉSENTATIONS... 40! 1.! POUR!les!SENIORS!et!les!AIDANTS...40! 2.! POUR!les!AIDANTS!NATURELS...40! 3.! POUR!les!ÉLUS...41! 4.! POUR!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES!et!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS...41! 5.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES...41! Synthèse&générale&du&critère&UTILISATIONS... 42! 1.! POUR!les!SENIORS...42! 2.! POUR!les!AIDANTS!NATURELS!et!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES...42! 3.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS,!les!FORMATEURS!et!les!ÉLUS...43! 4.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES,...44! Synthèse&générale&du&critère&SATISFACTIONS... 45! 1.! POUR!les!SENIORS...45! 2.! POUR!les!AIDANTS!NATURELS...45! 3.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS...45! 4.! POUR!les!RESPONSABLES!de!STRUCTURES!et!les!ÉLUS...45! 5.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES,...46! Synthèse&générale&du&critère&FREINS/FRUSTATIONS/RÉSISTANCES... 47! 1.! POUR!les!SENIORS!et!les!AIDANTS!NATURELS...47! 2.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS,!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES,!les!ÉLUS!et!les! FORMATEURS...48! 3.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES...49! Synthèse&générale&du&critère&CHANGEMENTS... 50! 21/11/y 9:06 am 4

5 1.! POUR!les!SENIORS...50! 2.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS,!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES!et!les!ÉLUS...50! 3.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES!...51! Synthèse&générale&du&critère&AVENIR... 51! 1.! POUR!les!SENIORS...51! 2.! POUR!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS,!les!AIDANTS!NATURELS,!les!RESPONSABLES!DE! STRUCTURES,!les!ÉLUS!et!LES!FORMATEURS...51! 3.! QUE!RETENIR,!LES!TENDANCES!GÉNÉRALES...52! Chapitre&2&SYNTHÈSE&GÉNÉRALE... 53! 1.! POUR!les!SENIORS...53! 2.! POUR!les!AIDANTS!NATURELS...54! 3.! POUR!les!FORMATEURS!et!les!AIDANTS!PROFESSIONNELS...55! 4.! POUR!les!RESPONSABLES!DE!STRUCTURES!et!les!ÉLUS...55! Chapitre&3&LES&RECOMMANDATIONS... 57! Recommandation!1...57! Recommandation!2...57! Recommandation!3...58! Recommandation!4...58! 21/11/y 9:06 am 5

6 PRÉAMBULE Le présent rapport concerne l analyse qualitative réalisée en fin d expérimentation auprès des seniors, des aidants naturels et professionnels, des représentants de structures et de collectivités territoriales engagés dans le projet. Etapes dans la production du rapport final, les analyses devront être confrontées, selon un processus de triangulation, aux données et analyses quantitatives. 1. Rappel&du&protocole&d analyse L analyse des processus de conception et de mise en usage du dispositif sociotechnique Alliage est conduite (cf. figure 1) : temporellement à trois stades du projet : lors de la conception (ante), lors de l utilisation (in itinere) et en fin de période expérimentale (post) à trois niveaux : celui de l utilisateur (micro), celui des collectifs d acteurs (meso) et celui organisationnel et territorial (macro). MACRO! Analyse!au! niveau!du! territoire,!des! élus! Analyse Ante, In itinere, Post MESO! Analyse!au! niveau!des! porteurs!du! projet,!des! professionnels! MICRO! Analyse!au! niveau!des! utilisateurs!et! des!aidants! Figure 1 : les étapes et niveaux d analyse 2. La&méthodologie& Au plan méthodologique, plusieurs guides d entretien ont été conçus sur la base d un cadre de référence théorique centré sur l acceptation socio-technique des technologies et adressés aux différents acteurs engagés sur les différents terrains de l expérimentation. Les entretiens ont été réalisés sur la période de mai à octobre 2014, auprès de 22 personnes. Ils ont porté sur le vécu de l expérimentation, cherchant par les questions posées à accéder aux attentes initiales et au vécu des différents acteurs qui ont contribué à cette collecte de données. 21/11/y 9:06 am 6

7 Rédaction&d un&guide&d entretien&auprès&de&6&catégories&d acteurs&:&& MICRO : vision utilisateurs - Seniors - Aidants naturels MESO : vision du collectif - Formateurs - Aidants professionnels - Responsables de structures MACRO : vision territoriale - Élus locaux Les&critères&et&les&indicateurs&d évaluation&qualitatifs&& NIVEAU CRITÈRE REPRÉSENTATIONS QUESTIONS ANTE MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Expériences» : vécu par rapport à la technologie Indicateur «Motivations» : intrinsèques et extrinsèques à l'entrée dans l'expérimentation Indicateur «Intentions d usage» : projections sur l'objet technique de son utilisabilité Avez-vous déjà mené ce type d expérimentation avant Alliage? Quelles étaient vos motivations? Quelles étaient vos attentes? NIVEAU CRITÈRE UTILISATIONS QUESTIONS IN ITINERE MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Accompagnement à l utilisation» : évaluation de la formation, de l aide et du soutien proposés par les utilisateurs entre eux, par les formateurs, par les aidants Indicateur «Pratiques» : évaluation des types de pratiques réalisées : individuelles, interpersonnelles, collectives Indicateur «Description des usages» : sur la tablette et par rapport à l application Alliage Indicateur «Fréquence durée» : analyse de la temporalité, perception du temps passé Comment s est passé l accompagnement à l utilisation? Expliquer les pratiques types réalisées sur la tablette et sur Alliage. Expliquer les usages types réalisés sur la tablette et sur Alliage. Expliquer la fréquence d utilisation et la durée. NIVEAU CRITÈRE SATISFACTIONS QUESTIONS 21/11/y 9:06 am 7

8 MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) NIVEAU MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Satisfaction psychologique» : par rapport à soi Indicateur «Satisfaction socioculturelle» : par rapport aux autres Indicateur «Satisfaction technique» : par rapport à l outil CRITÈRES FREINS/ FRUSTRATIONS/RÉSISTANCES Indicateur «Freins Financiers» : coût, achat, financement Indicateur «Freins Culturels» : éducation, instruction, compréhension Indicateur «Freins Organisationnels» : gestion du projet, coordination Indicateur «Freins Techniques» : dysfonctionnements Indicateur «Résistances» : au changement, à l évolution, à l adaptation Quels bénéfices psychologiques tirezvous de l usage? Quels bénéfices culturels et relationnels tirez-vous de l usage? Quelles fonctionnalités vous ont satisfait? QUESTIONS Quels sont les freins relevés dans l usage? Quelles sont les résistances remarquées dans l usage? NIVEAU CRITÈRE CHANGEMENTS QUESTIONS POST MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Confiance en soi, assurance» : transformations identitaires Indicateur «Mode de vie» : transformation dans les comportements et gestion de la vie quotidienne Indicateur «Relations aux autres» : Transformations dans la sociabilité L utilisation a t-elle eu un effet sur la confiance en soi? L utilisation a-t-elle eu un effet sur le mode de vie? L utilisation a-t-elle eu un effet sur la relation aux autres? 21/11/y 9:06 am 8

9 NIVEAU CRITERE AVENIR QUESTIONS MACRO Au niveau du territoire : les élus MESO Au niveau du collectif : les professionnels MICRO Au niveau des utilisateurs : (seniors et aidants) Indicateur «Projection dans l apprentissage» : évolution des compétences Indicateur «Projection dans l usage» : évolution des fonctionnalités, du potentiel d utilisation Indicateur «Projection dans l organisation» : mise en œuvre des actions pour engager sa réalisation Souhaitez-vous continuer l utilisation de la tablette et d Alliage et quels sont vos projets après l expérimentation? Les entretiens, d une durée de 20 à 35 minutes, ont été enregistrés avec l autorisation des personnes puis transcrits afin d en faciliter le traitement. Le logiciel d'aide à la recherche par méthodes qualitatives et mixtes N-Vivo a été retenu pour identifier les verbatim constituant le corpus d analyse. Ce dernier permet à l analyste de sélectionner et catégoriser par critère et par indicateurs les éléments textuels reconnus comme pertinents au regard du protocole de recherche. L analyse est découpée en trois niveaux afin de mieux prendre en compte le processus de mise en usage avant, pendant et après l expérimentation (ante, in itinere, post) et selon l échelle de positionnement des acteurs dans le projet : micro, meso, macro. L analyse est ensuite réalisée pour chacun des indicateurs définis dans le protocole, et par chaque catégorie d acteurs, ce qui permet d identifier les éléments spécifiques à chacune d elle et ce qui est commun à l ensemble des acteurs engagés dans l expérimentation. Une synthèse est ensuite proposée pour chacun des critères. 21/11/y 9:06 am 9

10 Chapitre&1 L ANALYSE& Analyse&synthétique&par& critère/indicateur& LES&SENIORS& 21/11/y 9:06 am 10

11 ! I. CRITÈRE&REPRÉSENTATIONS&:&Analyse&de&la&valeur& d expérience,&motivationnelle&et&de&l intention&d usage& L EXPÉRIENCE& Le discours des seniors est en adéquation avec les critères d inclusion portant notamment sur leur degré de motivation initiale et leur niveau d expérience antérieure dans l usage des TIC. Pour tous, l utilisation de la tablette tactile est un outil totalement nouveau, une véritable découverte. L expérience des seniors vis-àvis de l usage des technologies de l information et de la communication est centrée sur l utilisation de l ordinateur. Ainsi, 7 seniors sur 14 font référence à cet équipement avec une appropriation technique restreinte en raison d une utilisation ponctuelle. Le degré de familiarisation et de pratique de l objet technique induit pour certains seniors une véritable situation anxiogène telle qu ils l expriment dans leurs propos : Je commence à avoir des bouffées de chaleur. Je ne sais pas pourquoi. Ça m impressionne / J en étais malade. C est pour ça que j ai gardé un mauvais souvenir. Leur rapport à la tablette ne semble pas être corrélé à leurs pratiques antérieures. C est davantage leur statut social actuel, la représentation sociale du retraité qu ils incarnent et qu ils véhiculent de manière plus ou moins consciente, qui définit leur rapport à l objet technique. LES&MOTIVATIONS&& Deux types de motivations sont représentés dans les discours des seniors : les motivations intrinsèques relevant de la sphère psychologique et cognitive du sujet (rapport au vieillissement, relation à la nouveauté, désir d apprendre). Ce rapport au vieillissement explicite la recherche du maintien et de l entretien d une autonomie, de leur capacité à «pouvoir agir», maîtrisant par cela leur degré d interdépendance. les motivations extrinsèques relevant du champ social, de l estime de soi dans le regard d autrui (regard des autres, influence des tiers). En ce sens, les relations à l âge, aux capacités cognitives et au handicap sont largement exprimées (Je ne voulais pas être complètement en marge et complètement perdue / Il y a une date limite où il faut y rentrer pour s en servir / Je me suis dit, je suis handicapée et je vais y arriver). L utilité perçue dans l utilisation à la fois de l objet tablette et des services proposés relève d une valeur communicationnelle. Les seniors projettent dans cette utilisation la potentialisation de nouvelles relations, adressant à cet objet une fonction de sociabilisation (Je me suis dis que ça allait faire une occasion de se faire de nouvelles relations / Skype m a vraiment motivée / Ça peut faire un contact alors c est bien / Ça permet de discuter entre nous, avoir un contact plus ludique, plus intime/ D une certaine manière entrer en relation avec le reste du monde pour ne pas être totalement isolée chez soi). 21/11/y 9:06 am 11

12 Cette valeur communicationnelle s articule principalement autour de l accès aux échanges (valeur relationnelle) et à l information (valeur de documentation, d actualités, de renseignements) en réponse au besoin de maintenir la relation et de lutter contre l isolement social, affectif, psychologique, cognitif. Cela se retrouve notamment dans les familles de mots «Skype», «Tweet», avec les expressions «être en relation avec, faire de nouvelles relations» pour évoquer l accès aux échanges et avec le champ lexical «Internet» «Me tenir un peu plus au courant», «radio», «sud-ouest» pour exprimer l accès à l information. L autre valeur clé de l accessibilité tient dans le rapport entretenu avec l outil technique dans ses représentations. La valeur est ici technologique. Elle se caractérise par le désir des seniors à s approprier l objet technique (Ça m intéressait de voir ce que c était une tablette / Mon Dieu qu est-ce que ça doit être bien / c était le côté mobile / c est marrant / un contact plus ludique). Il devient dans les représentations, l objet d apprentissage (désir d apprendre à s en servir : J ai voulu essayer / Ça m intéressait de voir / Ça me permettrait d être un petit peu plus intelligente ) ou l objet technique de médiation (négociation à la relation : Ça permet de discuter entre nous, avoir un contact plus ludique, plus intime / Parce que toute ma famille est déjà depuis très très longtemps branchée sur Internet). Les motivations extrinsèques sont ici identifiées par le cadre social de la personne. Il est évoqué ici à travers l entourage familial qui agit en qualité de prescripteur implicite (Parce que toute ma famille est déjà depuis très très longtemps branchée sur Internet / J ai voulu essayer mais avec mon fils qui me pousse un petit peu, ma petite-fille un peu aussi / J ai ma fille qui est à la Guadeloupe), ou relationnel générique (On est venu me le proposer / Ils ont insisté pour me la faire prendre / On m a dit que je devais le faire que j étais capable de le faire). & LES&ATTENTES,&INTENTIONS&d USAGE& L intention d usage des seniors renvoie plus à une curiosité générale qu à un usage bien identifié ou une pratique formalisée, ce qui s explique par le fait qu ils ne connaissent pas cet objet et les services associés et ne peuvent par conséquent inférer des utilisations. Cette situation génère des attentes singulières de la part des seniors : J imaginais qu on allait nous apprendre à se servir de l outil, là c était une tablette / J attendais de savoir ce que c était qu une tablette / Apparemment ce n est pas tout à fait comme un ordinateur.) que sur les fonctionnalités et les potentialités d usages (Une certaine forme de curiosité concernant la facilité qu on a pour trouver des renseignements par Google / Une certaine manière d entrer en relation avec le reste du monde / Je voulais essaye). Lorsque ces fonctionnalités sont relevées, elles renvoient aux motivations d échange et de recherche d information. 21/11/y 9:06 am 12

13 II. CRITÈRE&UTILISATIONS&:&Observation&de&l usage&et&son& intégration&à&un&continuum&des&pratiques&par&rapport&:&à& l accompagnement&réalisé,&aux&types&d usages&et&de& pratiques,&à&la&fréquence&et&à&la&durée&d utilisation& L ACCOMPAGNEMENT& La notion d accompagnement est essentielle et récurrente dans l ensemble des discours des seniors. Celle-ci revêt différentes formes : - contenance et rassurance, sécurisation par rapport à des handicaps physiques et/ou cognitifs (Parce que je n entends pas bien et mon cerveau parce qu il est déficient / J ai besoin de quelqu un pour me rassurer), - médiation cognitive traduite par l enseignement et l apprentissage fondés sur la démonstration et l exécution (elle m apprend bien, elle me montre / C était elle qui me la faisait marcher. Elle me l écrivait sur cahier, même Angelina m avait fait un petit schéma), - alternance et mixité entre des temps individuel et collectif Entre pairs (On se donne des conseils / Il y en a toujours une qui pose des questions et on retient, ça nous aide, ça nous fait retenir / Qu avec mon ami c est pas pareil, il me dit de ne pas m énerver), Avec les formateurs (Les cours sont bien / En groupe, il y en a une qui mobilise plus longtemps), Avec les aidants naturels (J ai le bonheur d avoir quelqu un pour m expliquer / La famille m ayant beaucoup tarabusté, ils ont été mes professeurs merveilleux / quelqu un qui s y connaît davantage avec toute la patience nécessaire, comment faire). Cet accompagnement formel et/ou informel est perçu comme indispensable par les seniors qui pressentent en son absence un fort risque d abandon : Quelqu un qui n aurait personne, elle aurait tout abandonné / Si j avais été seule je crois que je n aurais pas eu la patience d aller jusqu au bout / Moi toute seule non. LES&PRATIQUES& Les pratiques des seniors sont initialement orientées par leur sentiment de recherche de maîtrise de l objet tablette (C est à moi / Je suis à la barre toute seule / C est personnel). Ce rapport intime à l objet se retrouve dans les pratiques informationnelles qui valorisent une pratique individuelle d accès à l information, sans réelle volonté d interagir avec un tiers (Je regardais les nouvelles, je regarde sur Twitter / Je vois sur les journaux). La relation à l autre, médiatisée par la tablette, s inscrit principalement dans la sphère intime, personnelle, composée essentiellement d amis et de la famille. Il s agit plus de continuer, de maintenir, de pérenniser le lien avec la vie réelle dans les échanges numériques et de sauvegarder des moments passés (photos, vidéos) qu engager de nouvelles rencontres (On s envoie des photos / Entre nous, entre les personnes qui sont inscrites / Ma petite-fille ( ) je l ai prise en vidéo / Entre personnes qui 21/11/y 9:06 am 13

14 sont inscrites). Il s agit d un renforcement de liens sociaux préalablement construits. Un sentiment de pudeur, la quête de confidentialité influent sur les pratiques : Je m écarte parce que sinon tout le monde le voit / Je ne connais pas ces personnes. LES&USAGES& Les tendances relevant de pratiques plutôt personnelles et informationnelles trouvent leur corolaire dans la retranscription des discours décrivant les usages réalisés par les seniors. De manière spontanée, les seniors expriment conjointement : - Des usages liés à la consultation d informations à travers l accès aux médias n engageant pas d interactions particulières. D ailleurs, la description qui en est faite se matérialise par l emploi des verbes «je lis», «je vois», «je regarde», «j écoute». La récurrence observée dans l analyse du discours se retrouve dans l analyse des traces numériques en termes de clics de consultations (la rubrique «informations» sur Alliage représente 34,1 % de la navigation réalisée). L information consultée est avant tout locale avec la lecture de la presse quotidienne (Sud-Ouest). Cette tendance se confirme dans les statistiques de navigation (Dans la rubrique «informations», l icône «Presse» représente 10,8 % des 34,1 % de clics réalisés). L accès aux autres médias (radio/télévision) reste minime (3,8 %) malgré un bouquet d offres représentant le paysage audiovisuel et radiophonique français. Sans doute est-ce lié à la permanence d habitus antérieurs d écoute radiophonique et de visionnement télévisuel. - Des usages liés à la recherche d informations via des moteurs de recherche sur Internet, soit 18 % du total des clics (J ai fait des recherches sur Google / Chercher de l information), notamment des contenus multimédias (Youtube aussi pour les chansons / Il y a aussi les vidéos que je peux voir sur Youtube). - Des usages liés aux jeux traduisant également ce «rapport intime» à la tablette dans sa fonction ludique et distractive. En termes de connexion, rubrique intitulée «Culture et Distractions» est la troisième la plus consultée (14,9 %) après l onglet «Personnel» (47,9 %) et «Informations» (34,1 %) (Je fais des jeux / Il y a des jeux sur lesquels je vais souvent / J allais un peu sur Alliage, je faisais la belote / J y vais pas mal pour les messages et les jeux). Les jeux sont davantage utilisés (solitaire 785 clics ; Belote 423 clics ; mots fléchés 159 clics). Viennent ensuite des usages à vocation culturelle et pratique avec des recherches sur wikipédia (104 clics) et sur marmiton (96 clics). Les pratiques communicationnelles entretenues avec la sphère sociale de proximité initient des usages de la tablette tels qu en atteste l utilisation de la messagerie (Pour moi c est recevoir mes messages / Je communique avec mon amie essentiellement / Je vais sur Internet sur Orange / J utilise les mails / J y vais pas mal pour les messages / Je lis la messagerie). L analyse quantitative 1 confirme cette pratique : la messagerie représente 23,1 % de la rubrique «Personnel» (47,9 % au total). 1 Cf. rapport quantitatif d évaluation des usages p.xx à xx du livre blanc. 21/11/y 9:06 am 14

15 Les échanges ouverts et collectifs via l usage du Twitt-Alliage (21,5 % des connexions) sont davantage des activités de lecture que des actes de production communicationnelle (Je ne tweete plus / Je vais sur Twitter, j ai envoyé un message avanthier / Je vais voir les tweets, pour tweeter, les lire). Probablement en raison de leur faible connaissance initiale de ces objets, les seniors relie la tablette à Alliage et quittent très rarement l environnement proposé pour aller consulter des applications on-line en dehors du périmètre défini par l expérimentation. Dès lors que le processus d habilitation est engagé, les seniors développent d autres usages (Ma tablette elle ne ressemble pas exactement, tout à fait et uniquement à Alliage. Je m en sers aussi comme une tablette que j aurais achetée et que j aurais installée à ma manière). LA&DURÉE,&LA&FRÉQUENCE& Lorsque l usage est institué, la fréquence d utilisation est régulière (Tous les jours / Un peu tous les jours / Je ne passe pas une journée sans m en servir / Presque tous les jours) avec une certaine ritualité dans la journée (Tous les matins / Le matin avant 9h / L aprèsmidi / Le soir / C est une habitude). Cette dernière est souvent associée au temps libre soit comme usage palliatif à une inactivité (Quand j ai un moment de libre) soit comme un usage programmé et planifié (Je n attends pas les informations). Dans les deux cas, ces pratiques s intègre dans une temporalité dédiée à la distraction et à la détente. 21/11/y 9:06 am 15

16 III. CRITÈRE&SATISFACTIONS&:&Évaluation&de&la&satisfaction& psychologique,&socioculturelle&et&technique&du&sujet&dans& son&rapport&à&l outil&et&aux&usages&réalisés.&& LA&SATISFACTION&PSYCHOLOGIQUE& De manière générale, les seniors expriment un bénéfice psychologique lié à l usage d Alliage surtout en termes d accompagnement présentiel. La grande personnification de l objet, au point d apparaître comme un «compagnon» du quotidien (Vous avez l impression d avoir quelqu un à côté de vous / Ça me parle / C est une présence / Je l aime bien) permet de rompre l impression d isolement, de solitude et d agir incontestablement sur leur bien-être psychologique (La tablette des fois me console parce que ça m amuse / Ça me redonnait le moral / Je crois que j aurais déprimé / Elle m a suivie partout / Je la prends sur le fauteuil le soir / J étais contente). L autre élément de satisfaction tient au caractère exceptionnel ressenti, à la valeur de rareté, soit en termes d effet de l usage sur les capacités cognitives (Un outil de rééducation / J en connais un peu plus), soit dans l accès même à la technologie (On n avait pas les moyens d avoir des objets semblables dans les mains parce que c est quand même un luxe / Ce n est pas à la portée de tout le monde d avoir une tablette) au point de revendiquer une certaine fierté personnelle d appartenir à un groupe privilégié, exprimant une valeur d estime et de rareté qui contribue à donner sens à leur dynamique d appropriation (Je suis la seule de cet âge, alors malgré tout j ai une fierté quand même). LA&SATISFACTION&CULTURELLE,&RELATIONNELLE& C est dans l aptitude à comprendre et à utiliser l information en vue d atteindre des buts personnels et d étendre ses connaissances et ses capacités, que le senior exprime le plus de satisfaction (Ça m a permis de chercher, rechercher, découvrir des choses / Apprendre et comprendre / De connaître des trucs / Ça apporte une ouverture d esprit). En cela, l usage est source de littératie informationnelle 2 c est-à-dire d une «acculturation» dont la finalité vise une capacité à réussir, à maîtriser les usages (J avais réussi une fois ou deux à avoir mon compte), pour soi ou pour être «connecté» avec le monde (Ça me permet aussi de communiquer avec les personnes qui sont comme moi / Une ouverture sur le monde). 2 littératie est «l aptitude à comprendre et à utiliser l information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités.» (Rapport OCDE du 14 juin 2000 : La littératie à l ère de l information). 21/11/y 9:06 am 16

17 LA&SATISFACTION&TECHNIQUE& La satisfaction technique d usage de la tablette et de l application Alliage valorise deux fonctions clés dans l ensemble des discours : - la connectivité qui assure, via Internet, une liaison rapide (En un rien de temps, on est sur Skype / On a des réponses à tout / aller rapidement vers une demande / un projet) et une simultanéité entre la demande et la réponse (La recherche sur Internet, dès qu on a un souci on tape que ce soit dans le jardinage, la cuisine, on a des réponses à tout) ; - les qualités ergonomiques, et plus particulièrement, les affordances 3 des applications, qui assurent une simplification dans l exécution d une tâche en comparaison d une utilisation similaire avec d autres outils (C est vraiment simple / Ça s allume plus facilement / Un programme raccourci mais qui lui donne tout / C est plus facile que sur un appareil photo) ou une praticité supérieure grâce à ses capacités techniques (C est plus malléable. Vous partez avec, vous bougez / C est très pratique sur la tablette / C est vrai qu elle est fonctionnelle). 3 Les forts degrés d affordance d Alliage résultent de la démarche de co-design réalisée au début du projet. 21/11/y 9:06 am 17

18 IV. CRITÈRES&FREINS,&FRUSTATIONS,&RÉSISTANCES&:& Identification&des&freins&et&résistances&limitant& l acceptabilité&entre&les&représentations&initiales&et& l usage&& FREINS/FRUSTRATIONS&:&Financiers&f&coût,&achat,&financement&& Le frein financier s inscrit dans une projection post-expérimentation de la valeur matérielle (valeur d échange) liée à l usage de la tablette/alliage en termes d investissement pour accéder aux ressources humaines (Moi je préfère l accompagnement individuel. Pour moi ce serait beaucoup mieux mais il me faut les sous pour payer) ou aux services numériques (Ça m aurait plu. Mais financièrement Internet ) L expression des obstacles financiers se centre prioritairement sur la question de l abonnement Internet et sur l accompagnement formatif individuel. L analyse des verbatims montre que plus la valeur matérielle est grande pour l utilisateur (Autrement ma tablette j y tiens) plus l expression du frein financier prend sens dans la projection d usage post-expérimentation (Parce que ce n est pas bon marché les heures). FREINS/FRUSTRATIONS&:&Culturels&f&éducation,&instruction,&compréhension& Trois grands freins culturels ressortent du discours des seniors : - Leur niveau d instruction initiale lié notamment à leur parcours et leur niveau scolaire (J ai jamais été à l école premièrement / Mon instruction est quand même limitée / Je n ai pas fait d étude). Selon eux, ce niveau impacte leurs compétences en termes de savoir et de savoir-faire et freine l appropriation d une «culture» numérique, la compréhension du langage informatique en termes d interfaces, d actions et de navigation (Il y a tout un tas de petites icônes, je ne sais pas ce que ça veut dire / Je ne suis pas très apte à comprendre très facilement toute cette technique moderne, c est un peu du chinois pour moi / C était très compliqué pour moi car il y avait trop de choses, il aurait fallu faire une tablette exprès sur les seniors / Ça va tellement vite, je ne vois pas bien les trucs vous savez? / J ai fait une fausse manœuvre qui m a conduit vers un autre programme qui ne m intéresse pas et je ne sais pas m en sortir) au sens sémiologique (c est-à-dire de la compréhension des signes), comme dans l aptitude à traduire l action à réaliser dans une autre langue que la langue maternelle, notamment en anglais (Moi je n ai pas fait d anglais, je suis hermétique / Il y avait des mots anglais, que je ne comprenais pas, je n ai pas fait d étude). 21/11/y 9:06 am 18

19 - Leur âge est selon eux vecteur d une rupture générationnelle avec les «digital natives» c est-à-dire les générations nées avec les technologies de l information et de la communication (Je ne sais pas faire comme les gamins, toucher sur tout pour trouver / C est un autre siècle / Je suis restée à l époque d avant guerre / Ce n est peut-être pas de mon âge). En conséquence, ils considèrent leur âge comme un handicap pour mobiliser les savoir-faire et favoriser les apprentissages, notamment en raison de la baisse de leurs facultés mémorielles ou fonctionnelles (J ai une mémoire je crois qui est un peu défaillante. Ce n est pas facile d apprendre / J y arrive mais après je ne mémorise pas comment j ai fait pour arriver à naviguer / J ai pas de mémoire, dans ma tête y a rien / Il faut me répéter souvent les choses / Quand on est une personne âgée on n a pas les mêmes façons de voir ni les mêmes réflexes / J arrête, j avais mal aux yeux). De ce fait, ces obstacles entraînent une certaine rétivité non par manque de motivation mais plus par crainte de mal faire ou peur de l inconnu, de la nouveauté (J ai fait une fausse manœuvre / Donc je peux me tromper / Je ne sais pas trop ce que c est / Donc je me cadre à certaines choses simplement). La perception d utilisatbilité de l objet technique par les séniors est faible. Ils ne se sentent pas en complète capacité à faire usage avec aisance de cet objet et des services numériques. - Le manque d une formalisation écrite et physique entrave la compréhension et l utilisation par les seniors. Le besoin d un accompagnement dans la formation et d une mise à disposition de supports écrits (J aurais bien aimé qu il y ait toutes ses explications point par point / Des conseils, nous apprendre à nous en servir. On nous a montré mais en 5 minutes. Il fallait prendre des notes / Nous n avons pas été formés / C est le manque d informations informatiques, il aurait fallu commencer par une petite notion informatique) formalisent le besoin d une pédagogie fondée sur la transmission des savoirs par une entité matérielle (guide d utilisation) ou humaine (formateur) au senior «élève». FREINS/FRUSTRATIONS&:&Organisationnels& &Gestion&du&projet,&coordination& Deux grands freins organisationnels sont repérés par les seniors, l un lié à la gestion du projet inscrit dans une temporalité, une planification, l autre lié à l articulation entre les différents acteurs du projet. L évocation des dysfonctionnements renvoie au maintien de l auto-engagement des acteurs en fonction d une certaine temporalité accordée au projet (Je n ai pas toujours le temps / Des fois je ne la regarde pas parce que je n ai pas le temps / J allais à la médiathèque au départ mais le jour ne me convenait pas) ou à la planification, la progression nécessaire permettant la mise en usage, considérée comme non opérationnelle aussi bien en termes de calendrier d actions (Pas de continuité / Pas eu de suivi après / On a tardé pour certains services, ça m aurait intéressé) qu en termes de mise à disposition d offres et de services (On nous avait parlé du service avec la superette pour commander des courses et finalement on l a pas eu / Tant que la tablette ne 21/11/y 9:06 am 19

20 nous appartient pas on va doucement / On devait avoir la montre, on ne l a pas encore, le podomètre non plus). La deuxième raison évoquée est étroitement liée aux modalités de gouvernance du projet où le positionnement du senior en tant que partie prenante dans la construction de l application a été vécu comme un élément déstabilisant (On a démarré avec nous et ils ont avancé leur projet avec nous. Ce qui a été dur c est qu à chaque fois ils changeaient Alliage ça changeait, ce n était plus pareil, il fallait tout recommencer alors c était plus dur / Avec tous les changements, il y a eu un moment difficile). De même, l absence de clarification du rôle et des missions entre les différents acteurs a été source d incertitudes (La Médiathèque voulait nous proposer des choses mais ils ne savaient pas s ils empiétaient sur Aquinetic / Il n y a pas eu assez de communication je trouve / Elle ne pouvait pas aller trop loin non plus parce qu il ne fallait pas empiéter sur Aquinetic). Les conditions de l expérimentation n ont pas facilité l installation d un climat de sécurisation et de confiance propice à un étayage des seniors dans leurs apprentissages. La double déstabilisation induite à la fois par l entrée dans l expérimentation et l évolution de certaines composantes de l application est un facteur de fragilisation de l engagement des seniors dans le processus d appropriation. FREINS/FRUSTRATIONS&:&Techniques&f&dysfonctionnements& Les freins et frustrations tiennent compte des obstacles intrinsèques liés à l objet. Ainsi la maniabilité, la flexibilité et la mobilité de l outil tablette donnent l impression d une certaine fragilité et limitent l utilisation de certains seniors (C est hyper fragile, il faut faire attention). Sans doute est-ce lié à la perception des conséquences d une dégradation ou d un bris de la tablette, quand bien même cela serait involontaire. Les problèmes de connectivité sont une des sources d insatisfaction les plus représentatives. Ils justifient les sentiments d agacement voire d abandon de la part des seniors (Quand ça ne marche pas ça m énerve / Ça peut tomber en panne. Ce matin elle ne s allume pas, pourquoi, je ne sais pas. Elle a chargé toute la nuit / Chez moi je n ai pas d accès à Internet, je ne peux rien faire / Avec ma tablette je ne peux faire que des jeux car je ne suis pas reliée à une box / Parce que je ne pouvais pas sans Internet. Je ne pouvais pas avoir accès à mon compte bancaire, je ne pouvais pas avoir accès à mes copines, je ne pouvais pas envoyer de messages). La faible perception d utilisabilité extrinsèque de l objet pour laquelle le caractère tactile des écrans dans les fonctions d agrandissement/rétrécissement et de navigation sont sources d inconfort lors de l activité du senior constitue un véritable frein (Si on frôle quelque chose, une application et bien la page change / Quelquefois c est dur car c est écrit petit / L histoire du tactile, de développer ou de rétrécir, ça c est un jeu d enfant pour les enfants mais pas pour moi). Pour les seniors n ayant pas contribué à la démarche de co-design la perception visuo-spatiale de l interface leur permet difficilement d anticiper les usages et engendre le sentiment d une organisation d informations complexes (C était très compliqué pour moi car il y avait trop de choses / Ce sont des manipulations ordinaires normalement mais j ai un peu de mal) nécessitant un effort cognitif particulier pour 21/11/y 9:06 am 20

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15

Module 1 Module 2 Module 3 10 Module 4 Module 5 Module 6 Module 7 Module 8 Module 9 Module 10 Module 11 Module 12 Module 13 Module 14 Module 15 Introduction Aujourd hui, les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes et une masse considérable d informations passe par Internet. Alors qu on parle de monde interconnecté, de vieillissement

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Le projet collaboratif 2.0

Le projet collaboratif 2.0 Florence Gicquel et Aref Jdey En collaboration avec Alpha Diallo Le projet collaboratif 2.0 Pour mobiliser la Documentation au service de l entreprise é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Les Google Nexus 7 et 10 sont de véritables couteaux suisses. Calculette, gestionnaire. S organiser au quotidien

Les Google Nexus 7 et 10 sont de véritables couteaux suisses. Calculette, gestionnaire. S organiser au quotidien S organiser au quotidien Les Google Nexus 7 et 10 sont de véritables couteaux suisses. Calculette, gestionnaire de tâches, chronomètre, horloge mondiale, prévisions météo, cartographie, stockage elles

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD...

Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD... Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD... Journée d étude Mercredi 26 novembre 2014 Les Learning Centres, un modèle de bibliothèque à interroger : du terrain à la recherche

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage

Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage Déficiences visuelles et accessibilité du patrimoine historique : synthèse des résultats du sondage D Histoires en Patrimoine J ai fondé D Histoires en Patrimoine en juillet 2013, sous le statut d autoentrepreneur.

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Entretien 1 : Yvan Quelle est votre tranche d âge Celle de vos parents et grands-parents Yvan : < 60 ans, Mère : environ 50 ans, Grand-mère : environ 80 ans Combien

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015

Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 Réforme des rythmes scolaires Projet Educatif de territoire d Evecquemont Analyse des questionnaires d évaluation parents et enfants Juin 2015 A Du PEDT au comité de suivi et d évaluation de la réforme

Plus en détail

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Maud Foerster 1, Pierre-François Coen 1 1 Service Recherche & Développement, Haute

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

N 45 Du 15 avril au 19 avril 2013

N 45 Du 15 avril au 19 avril 2013 N 45 Du 15 avril au 19 avril 2013 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE 19 avril 2013 à 10:39 par Muriel Valin Est-ce bientôt la fin de l écriture à la main? LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE

Plus en détail

La téléassistance pour le maintien à domicile :

La téléassistance pour le maintien à domicile : La téléassistance pour le maintien à domicile : Comment dépasser une logique d offre technologique et construire les usages pertinents? Florence Charue-Duboc ; Laure Amar ; Anne-France Kogan ; Nathalie

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE

Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Rapport d activité et retours d évaluations du service de coaching en ligne COACHLINE Client: entreprise du secteur privé et public Population: top management - 160 cadres dirigeants répartis en France

Plus en détail

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF

Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Etude sur les usages de la lecture de bande dessinée Numérique / izneo - Labo BnF Table des matières Contexte...1 Sélection des participants...2 Méthodologie :...5 Questionnaire :...5 Résultats concernant

Plus en détail

Référentiel de compétences

Référentiel de compétences Version du 13 Mars 2006 Page 1 Titre de Formateur-Responsable d'actions de formation (DUFRES) (Inscrit au Répertoire National des Certifications Professionnelle - niveau II) Référentiel de compétences

Plus en détail

SOMMAIRE. C2i, Certificat Informatique et Internet... 4 Qu est-ce que c est?... 4 A qui s adresse t il?... 4 Comment y accéder?...

SOMMAIRE. C2i, Certificat Informatique et Internet... 4 Qu est-ce que c est?... 4 A qui s adresse t il?... 4 Comment y accéder?... 2 SOMMAIRE C2i, Certificat Informatique et Internet... 4 Qu est-ce que c est?... 4 A qui s adresse t il?... 4 Comment y accéder?... 4 C2i en licence L1...5 Programme d enseignement - référentiels de compétences

Plus en détail

L'USAGE DES OUTILS DE WEB CONFÉRENCE POUR L'ENSEIGNEMENT A DISTANCE

L'USAGE DES OUTILS DE WEB CONFÉRENCE POUR L'ENSEIGNEMENT A DISTANCE 1 L'USAGE DES OUTILS DE WEB CONFÉRENCE POUR L'ENSEIGNEMENT A DISTANCE Karim Saikali Application avec Skype et Office Online Objectif 2 Initiation a l utilisation d outils pour l enseignement a distance

Plus en détail

Bienvenue à la formation

Bienvenue à la formation Bienvenue à la formation Environnement Alimentation Heure Ecriture Lecture Vie quotidienne Emotions Argent Informatique Poids et mesures Communication Orientation spatiale et temporelle Programme des cours

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs :

Voici une demande qui revient régulièrement lors de mes rencontres avec les employeurs : Logique dépannage La logique de dépannage dépend d une multitude d aspect, et un de ses aspects que j ai pu constater avec le temps en tant que formateur est que les techniciens industriels apprennent

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document Leçon 7... Facebook, le réseau social sur internet Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations de base pour l enseignant Pourquoi?

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

La conduite du changement Présentation du service

La conduite du changement Présentation du service La conduite du changement Présentation du service Expert en innovation Stratégie & Expertise numérique AGENDA 01 02 03 04 05 Notre vision de la conduite du changement Des compétences et un savoir-faire

Plus en détail

Découvrez Outlook.com, la nouvelle génération d e-mail!

Découvrez Outlook.com, la nouvelle génération d e-mail! Découvrez Outlook.com, la nouvelle génération d e-mail! Dossier de presse Septembre 2013 édito Lancé en août 2012, Outlook.com est le nouveau service de messagerie gratuit pour le grand public de Microsoft,

Plus en détail

Manuel d utilisation pour les formateurs

Manuel d utilisation pour les formateurs Manuel d utilisation pour les formateurs Bienvenue! Vous êtes formateur/trice d enseignants ou de formateurs, ce manuel est fait pour vous! Il a pour objectif de vous guider dans l utilisation des deux

Plus en détail

Réaliser un journal scolaire

Réaliser un journal scolaire Réaliser un journal scolaire 1/ Connaître le journal et ses contenus Pour que les élèves puissent à leur tour devenir producteurs, il faut absolument qu ils apprennent à connaître le journal et ses contenus.

Plus en détail

Service de création de site Internet

Service de création de site Internet Service de création de site Internet 1 Service de création de site Internet Présence et Action culturelles Introduction Quand l Internet fut créé dans les années 80, personne n imaginait que ce réseau

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Appel à propositions

Appel à propositions Appel à propositions Dispositif de professionnalisation des acteurs de l accueil, l information, l orientation, l emploi, la formation professionnelle initiale (par la voie de l apprentissage) et la formation

Plus en détail

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs,

MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, MARION TILLOUS. SOUTENANCE 09.07.09. Madame, messieurs, Je vous remercie de votre présence aujourd hui et de l attention que vous avez bien voulu porter à mon travail. Je remercie particulièrement Francis

Plus en détail

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des

Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des TRANSCRIPTION -- BALADO # 7 Bonjour et bienvenue à la série de balados sur les stratégies d écoute à l intention des étudiants d immersion en français, produite par des professeurs de l Institut des langues

Plus en détail

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation Cours Informatique de base INF-B101-2 Alphabétisation Présentation du cours Informatique de base «La curiosité mène à tout : parfois à écouter aux portes, parfois à découvrir l'amérique.» José Maria Eça

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Avec sauvegardez sans y penser, partagez et bougez, vos données vous suivent! Retrouvez tous vos services du cloud pro en cliquant ici.

Avec sauvegardez sans y penser, partagez et bougez, vos données vous suivent! Retrouvez tous vos services du cloud pro en cliquant ici. Avec sauvegardez sans y penser, partagez et bougez, vos données vous suivent! Retrouvez tous vos services du cloud pro en cliquant ici. SUGARSYNC VOUS ACCOMPAGNE À TOUT MOMENT DANS LA GESTION DE VOS DONNÉES

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 12 participants 18 heures de formation sur 3 jours 9 associations de 2 départements représentées (75 et 94) Evaluation orale et bilan individuel écrit effectuée en fin de

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN

V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN V1112 FIDELISER PAR LA GESTION DE LA RELATION CLIENT AU QUOTIDIEN OBJECTIF FINAL Faire prendre conscience au collaborateur des enjeux de la relation client (satisfaction, fidélisation ) pour l entreprise

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Ma Stratégie commerciale sur le Web et les réseaux communautaires. 14h00 à 15h00

Ma Stratégie commerciale sur le Web et les réseaux communautaires. 14h00 à 15h00 CONFÉRENCE 12/10/2014 Ma Stratégie commerciale sur le Web et les réseaux communautaires 14h00 à 15h00 Valérie MILWARD, Hotelrestovisio Maguette MBOW, Horeka Mickael BALONDRADE, Cap Conseils FORMATION AU

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

L importance de l'autodétermination

L importance de l'autodétermination E-SUNET NEWSLETTER 2, NOVEMBRE 2014 Réseau pour les familles de personnes handicapées par l'e-learning Le projet E-sunet a pour objectif de développer un matériel de formation en ligne pour les parents

Plus en détail

Exploiter les fonctionnalités de son compte Google

Exploiter les fonctionnalités de son compte Google Ateliers web des BM Exploiter les fonctionnalités de son compte Google Joëlle Muster Bibliothèques municipales Mai 2013 I. Fonctions de base du compte Google Table des matières I. Fonctions de base du

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org Guide à l intention des parents sur 2014 ConnectSafely.org Les adolescents canadiens aiment socialiser en ligne et surtout partager des photos. L étude réalisée par MédiaSmarts en 2014, Jeunes Canadiens

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 :

Executive Summary. Résultats clés: Performance globale au 19/05/2015 : Executive Summary Vue d'ensemble de la campagne : Margouillaprod est une société de production de films institutionnels et publicitaires, elle propose des prestations de film pour des évènements tels que

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

Des quiz en toute mobilité 3. Des quiz en toute mobilité

Des quiz en toute mobilité 3. Des quiz en toute mobilité Des quiz en toute mobilité 3 Des quiz en toute mobilité 4 Des quiz en toute mobilité Pour une pédagogie différenciée L objectif ici était de proposer un outil d évaluation accessible aux élèves en dehors

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES

LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES PASI NANCY-METZ LA TABLETTE TACTILE, UN OUTIL AU SERVICE DES SCIENCES Académie de Nancy-Metz PASI- CARDIE http://www4.ac-nancy-metz.fr/pasi/ ACTION CANDIDATE AU PRIX ACADEMIQUE DE L INNOVATION 2014 FICHE

Plus en détail

Créer un compte personnel ou professionnel Facebook

Créer un compte personnel ou professionnel Facebook Créer un compte personnel ou professionnel Facebook Introduction: Facebook est un réseau social populaire gratuit qui permet d être en lien avec ses amis, partager des centres d intérêts, créer des évènements

Plus en détail

L Edition Pilotée XL

L Edition Pilotée XL L Edition Pilotée XL Piloter son activité, une nécessité Processus décisionnel: «Exploiter les données de l entreprise dans le but de faciliter la prise de décision» Etre informé en permanence sur l état

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS INSTALLATION Une équipe d experts informatiques dédiée à votre bien-être numérique. FORMATION MAINTENANCE CATALOGUE DES FORMATIONS Retrouvez tous les avis clients sur bdom.fr B dom est une entreprise de

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

La qualité dans les organismes de formation

La qualité dans les organismes de formation Conception Henri HELL 12/2011 Présentation ISO 29990 Conception Henri HELL 30/11/2011 La qualité dans les organismes de formation Henri HELL Ingénieur d Action Régionale Auditeur QSE et automobile Délégation

Plus en détail