La souveraineté numérique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La souveraineté numérique"

Transcription

1 Notes de lecture La souveraineté numérique Pierre Bellanger Édition Stock, janvier 2014 Avant de commencer la lecture de La souveraineté numérique, il est important de rappeler que Pierre Bellanger, son auteur, est le fondateur et le directeur général de Skyrock, première radio libre de France fondée en Il a également été à l origine de «Skyblog», désormais renommé «Skyrock blog», qu il décrit lui-même comme la plus grande plateforme de blog francophone au monde. Le sujet central du livre traite des liens entre souveraineté et pouvoir dans l ère numérique et l auteur rappellera à l envi combien il reste important pour les pouvoirs actuels de veiller à ce que les données des citoyens de leur pays ne soient pas exploitées d une façon ou d une autre par des conglomérats d entreprises américaines. Dès les premières lignes de son ouvrage, le ton est donné : «Confrontée à la révolution de l Internet, la France a renoncé à maîtriser son destin sur les réseaux informatiques. Notre pays a livré sa souveraineté numérique sans débat et sans combat.» L ennemi est rapidement dévoilé : les États-Unis. Ainsi le contrat de lecture est clair : la France et l Europe de façon générale n ont pas assez défendu leur liberté et leur droit de propriété sur les données personnelles. En transférant massivement ces dernières sur le continent nordaméricain, nous aurions délaissé volontairement une partie de notre pouvoir d autant que selon l auteur, il n y a pas de souveraineté sans puissance. Sa réflexion est savamment construite autour de ce qu il appelle «les résologiciels». Il en décrit d ailleurs les impacts sur différents secteurs de l économie tels que l automobile ou de la vie quotidienne comme la santé ou l agro-alimentaire mais également l identité ou la monnaie. Il passe ensuite à une seconde partie qu il nomme «la tempête à venir» dans laquelle il traite du pillage des données par les États-Unis. Il décrit enfin 12 priorités pour se sortir de cette situation et termine sa réflexion par une rapide conclusion, titrée sans surprise «conclusion pour un état d urgence». Les mots choisis laissent peu de doute sur le ton alarmiste de l ouvrage. Interfaces numériques. Volume 3 n 1/2014

2 < 180 > Interfaces numériques n 1/2014 Au-delà des enjeux de l Internet et de dépendance entre les états, c est autour de ce fameux néologisme du «résogiciel» que l auteur a construit la première partie de son ouvrage. Ce néologisme qu il a lui-même inventé et qu il définit, dans une tribune publiée dans Libération le 16 juin 2013 intitulé «La guerre des réseaux est déclarée» comme étant «ces logiciels (qui) intègrent à leur dynamique : terminaux, système d exploitation, services et serveurs, jusqu aux infrastructures de télécommunications». Le résogiciel contrôle en un système unifié les services, les réseaux et les terminaux. Sa rentabilité est assurée par son service principal initial : la publicité pour Google, le commerce pour Amazon ou la vente de terminaux pour Apple. Selon lui, cela ne fait aucun doute : ces résogiciels sont le futur de nos industries et de nos systèmes économiques. La valeur est passée des performances des machines à la performance des logiciels qu elles possèdent ou peuvent faire tourner. Ensuite, s il apparaît difficile de contester qu Internet est une initiative américaine militaire, M. Bellanger souligne qu elle est, depuis, restée sous son influence et que, par extension, elle est désormais une «extension virtuelle des États-Unis sous leur domination absolue». Il compare celle-ci à l «empire maritime britannique de jadis». Néanmoins, il faut rester vigilant en ayant en mémoire qu il dirige un réseau social de premier ordre (Skyblog), qui ne peut néanmoins pas rivaliser avec les conglomérats mondiaux que sont Facebook ou Twitter par sa limite propre à son essence : c est un réseau social destiné à un public francophone. Ce sont donc aussi ses intérêts directs qui ont pu être remis en cause par cette mondialisation de l Internet et par cette domination américaine. Assez sombre et virulent dans son discours, il admet cependant que l on ne doit pas remettre en cause l «extraordinaire utilité sociale» du réseau. Sauvés. Le premier exemple concret qu il utilise pour démontrer la puissance de ces logiciels devenus réseaux est l exemple du secteur automobile. S il ne fait aucun doute que la voiture de demain est un véhicule connecté et doté d une intelligence artificielle supérieure, M. Bellanger limite cette dernière par un problème majeur : «si votre ordinateur automobile se plante, votre pronostic vital est engagé». Une vraie question sociétale se pose ici du statut que l on veut bien accorder à la machine et la confiance qu on met dans l électronique dénuée d intelligence humaine. Selon lui, ensuite, le conducteur ne voudra pas avoir à s adapter à un nouveau modèle d interface, et c est ici l avantage de géants du secteur comme Apple ou Samsung qui disposent d interfaces dont les utilisateurs et les conducteurs ont l habitude et utilisent déjà de façon quotidienne et sans effort. Au-delà de l automobile en tant que véhicule, le résogiciel aura également bientôt la capacité de réguler le trafic. Entre autres, il pourra influer sur la durée d un feu de circulation, qui, aujourd hui n est pas

3 Notes de lecture < 181 > dépendante de la circulation réelle. C est une nouvelle signalisation, cette fois, dynamique qui à moyen terme viendra remplacer les panneaux que l on connaît et réagira à l environnement et au trafic. Parmi les nombreux autres exemples mis en avant par l auteur, on trouve également l agro-alimentaire. Ici, selon lui, les résogiciels réduiront l humain à une «succession de décisions prévisibles». Tel un robot, l humain ne sera plus qu une bouche qu il s agira de nourrir et tout pourra être calculé en fonction de ses futurs désirs que l on s obstinera à prévoir le plus en amont possible. Cette absence de capacité de jugement et de décision de la part de l humain mise ici en avant est, bien sûr, effrayante et représente un risque de dérive réel. Ce qu il dit en précisant cela c est que nous tendons vers une société où l humain serait réglé comme un algorithme et relégué donc au statut de robot. Pierre Bellanger poursuit sa réflexion en mettant en avant une opposition entre l influence américaine et la soumission européenne. Selon ce dernier, et bien qu il soit conscient que «l affaire Snowden» a su réveiller les esprits, la route reste encore longue. Au cœur des craintes, se tient la manipulation des données. Pour cela, il gradue les éléments-clés de cette manipulation en partant de ce qu il estime être le plus simple : envoyer un à partir de votre boîte mail personnelle jusqu à une étape plus complexe d ajout d un fichier sur le disque dur d autrui sans qu il en ait conscience. Pour lui, il n y a ensuite qu un pas pour que «demain, une pièce de véhicule ou d avion ( ) pourra être imperceptiblement tordue pour provoquer ensuite une panne ou un accident.» Ce risque, aussi réel qu effrayant d une réalité facilement modifiable à l envi sans qu un contrôle ne puisse repérer la transformation est celle que semble nous prévoir M. Bellanger pendant tout son livre. Ce blâme presque permanent est à relativiser tant on peut y cerner de la part de l auteur une compréhension fine des enjeux providentiels permis par ces résogiciels, dont il veut prendre le contrôle. La sortie de ce livre intervient au moment où sort au cinéma le nouveau film de Spike Jones, «Her» dans lequel un être humain entretient une relation amoureuse avec une interface vocale «humanoïde» capable de sentiments. Le film laisse à voir une nouvelle forme d interaction hommes-machines. Ainsi, et bien que le personnage principal dispose toujours d un ordinateur de bureau comme on peut en trouver aujourd hui, son téléphone et sa tablette sont plus intégrées que jamais à l humain et semblent invisibles car incorporés au réel. Cette vision du futur, dominé par les nouvelles technologies et une industrialisation croissance de notre rapport aux autres fait émerger une dichotomie d opinion mêlée d appréhension et de hâte. À cela, il est important, en effet que ce genre de livres puisse alerter l opinion sur les possibles dérives.

4 < 182 > Interfaces numériques n 1/2014 Ce qu on peut retenir de cet ouvrage est le fort transfert de valeur vers le résogiciel potentiellement duplicable pour chaque pan de la société. Cela doit être vu comme une potentialité de hausse de la productivité et des économies d échelle incomparables. Par ailleurs, nous devons continuer de chercher à maîtriser «l information sur soi», car elle est au cœur de la souveraineté individuelle et nous l avons abandonnée. Nous avons, sans les lire, accepté d un clic des dizaines de contrats. Ce renoncement aux droits fondamentaux met chacun, et au final le pays, dans un état de vulnérabilité. La guerre des réseaux est, néanmoins, aussi une chance. Cette adversité absolue nous sublime. Elle appelle, non pas le repli mais le génie. Le moment est venu de combattre pour reprendre notre place et de construire ensemble le futur dont nous voulons. BENOÎT DROUILLAT Président des Designers Interactifs Contre le colonialisme numérique. Manifeste pour continuer à lire Roberto Casati Paris, Albin Michel, 2013 Le message de Roberto Casati se veut clair : il faut protéger la lecture approfondie, ne pas se laisser envahir par les écrans à tout moment de la journée. Il faut résister au «colonialisme numérique». Pourquoi un titre à contre-courant des tendances actuelles? Parce que pour l auteur, le livre et les pratiques qui l accompagnent, sont un écosystème à préserver en raison de leurs valeurs cognitives, sociales et culturelles. Le remettre en cause avec des technologies numériques, ce n est donc pas simplement remplacer un support, mais bien bouleverser un ordre établi. Et cette thèse nous est expliquée tout le long de l ouvrage. Il commence par comparer dans le premier chapitre le livre numérique, et plus précisément la lecture sur tablette ipad avec le livre papier, parce que celle-là est considérée comme le parangon du colonialisme numérique. En effet, cette tablette réunit de multiples fonctionnalités, dont la possibilité de lire des livres électroniques. Or, c est bien cela qui pose problème selon l auteur, parce que l attention du lecteur, sollicitée par autre chose en permanence, est perturbée là où le livre papier ne propose qu une seule chose : la lecture, ce qui permet de rentrer dans la lecture approfondie. L auteur prend les caractéristiques du livre papier, souvent décrites comme des limites, et les

5 Notes de lecture < 183 > tournent à son avantage en plaidant pour une défense institutionnelle du livre, notamment en ce qui concerne l école. Ce point, développé dans un deuxième chapitre, précise que la bataille de l attention en cours est un enjeu trop important pour être laissé aux seuls industriels. Deux visées se rencontrent : celle de la lecture approfondie et celle des supports numériques. Pour R. Casati, il est évident que l école doit rester low-tech et tout faire pour sauvegarder la lecture approfondie. Parce que son éthique demande au lecteur une assiduité et une concentration qui ne se retrouvent pas sur ipad. D où la nécessité de designer l espace et le temps éducatifs pour qu ils s adaptent au monde de la lecture. En revanche, le support tablette numérique entraîne trop de distractions, selon l auteur, ce qui devient problématique dans le cadre scolaire. Cela, d autant plus que les élèves ne maîtrisent pas les outils numériques, comme le troisième chapitre du livre le rappelle. Les digital natives ne sont qu un mythe, d après Roberto Casati, tout comme l idée d une intelligence numérique. Il faut apprendre aux élèves à maîtriser les supports numériques, et à en faire un usage raisonné. Mais pour cela, il faut d abord apprendre aux élèves à réfléchir, à structurer leur pensée. C est justement ce que l école veut offrir, en donnant un point de vue différent sur les informations, qui sont, désormais, trouvables n importe où. Parce que les supports numériques, pour l auteur, ne remplaceront jamais la relation avec un enseignant. Il prend donc le livre et l école comme deux éléments-clés de la résistance au numérique. Cette résistance est, selon lui, nécessaire si l on ne veut pas plonger dans une société de la trace, où toutes nos activités (politiques, économiques, sociales, culturelles) seraient enregistrées et traitées par algorithmes pour donner des profils types d utilisateurs, comme il l envisage dans le quatrième chapitre avec d autres dérives. Résister doit permettre aux usagers de s emparer des TIC pour les détourner, pour inventer de nouveaux usages qui diffèrent de ceux pensés par les concepteurs. Remettre du hasard dans les programmations informatiques, en faisant des recherches aléatoires, afin de ne pas s enfermer dans les systèmes de recommandations des moteurs de recherche, telle est une des pistes laissée par l auteur dans le dernier chapitre de l ouvrage. Cette réflexion a le mérite de redonner sa place à la lecture approfondie, et d expliquer en quoi cette pratique a son importance, encore aujourd hui. Elle permet aussi de démonter un certain nombre de mythes (les digital natives, les avantages révolutionnaires du numérique éducatif ). En revanche, il nous semble que l idéal de l école défendu ici part du postulat que tous les élèves sont passionnés par les études, et que c est le devoir de l institution de les encourager dans cette voie. Or, c est un mythe qui favorise une vision élitiste de

6 < 184 > Interfaces numériques n 1/2014 la société, où seuls les meilleurs élèves réussissent dans les études. Il faut admettre qu il n y a pas qu un seul type d école, ni un seul type d élèves, et encore moins un seul type de réussite scolaire. S il faut raison garder quant à l usage des supports numériques, il ne faut sans doute pas lutter contre des mythes avec d autres mythes. ANNE-SOPHIE BELLAIR CeReS Université de Limoges Looking for Information: A Survey of Research on Information Seeking, Needs and Behavior (3 e édition) Donald O. Case Emerald Group, 2012 Chercher la définition du mot colifichet, suivre les conseils d un jardinier pour soigner une plante malade, percevoir le parfum sucré d une crème brûlée, s informer en vue de l acquisition d une nouvelle maison, toutes ces activités, bien que radicalement distinctes, présentent pourtant des similitudes pour les chercheurs versés dans l étude des comportements informationnels (Information Behavior). Donald O. Case, dans son ouvrage Looking for Information : A Survey of Research on Information Seeking, Needs and Behavior, collige l ensemble des contenus disciplinaires relatifs à cette branche des sciences de l information. En 2002, Case publie la première édition de cet ouvrage, lequel se voit attribuer le Best Information Science Book Award (décerné par l Association for Information Science and Technology). Probablement dû à l état lacunaire des écrits scientifiques synthétisant les connaissances d alors relatives à l étude des comportements informationnels, l ouvrage s impose rapidement comme une référence indispensable pour les étudiants et les chercheurs intéressés par ces problématiques. En 2007, Case publie une deuxième édition de son ouvrage, édition qui lui permet de faire état de nouvelles recherches dans ce champ d études alors en plein essor. Cinq ans plus tard, ce professeur du College of Communication and Information de l Université du Kentucky revient avec une 3 e édition qui comporte quelques changements appréciables, mais surtout de nombreuses mises à jour. Tout comme les éditions précédentes, l ouvrage se présente en 5 parties regroupant au total 13 chapitres. Outre le changement d éditeur d Academic Press à Emerald group, l ouvrage inclut aussi plusieurs nouveaux concepts et exemples. Case précise qu il a particulièrement enrichi et réorganisé les chapitres traitant des théories et des modèles de recherche d information

7 Notes de lecture < 185 > (partie 3). Il mentionne aussi, avoir retiré une centaine de références et en avoir ajouté 350 nouvelles, un total d environ références. La première partie de l ouvrage introduit quelques notions élémentaires relatives à l étude des comportements informationnels. Outre la définition des éléments terminologiques de base et la présentation des concepts fondamentaux, le premier chapitre insiste particulièrement sur le rôle de premier plan joué par l humain, véritable point focal de ce champ d études. Case formule par ailleurs quelques observations liminaires, lesquelles offrent au lecteur une bonne entrée en matière. Il présente notamment 10 mythes initialement relevés et commentés par Dervin (1976) qui entourent les comportements informationnels (ex. : il est toujours avantageux d avoir plus d information, l information ne s acquiert qu à partir de sources formelles [livres, encyclopédies, etc.], l information peut être transmise hors de son contexte). Enfin, le second et dernier chapitre de cette partie présente six scénarios (acheter un produit, trouver une information à la bibliothèque, gager sur une course de chevaux, trouver une loi, etc.) illustrant une variété de comportements informationnels. Grâce à eux, l auteur met en relief la diversité des contextes d études de ce champ tout en présentant aux lecteurs un certain nombre de concepts-clés explicités ultérieurement dans l ouvrage. La 2 e partie identifie, présente puis explique à des degrés d exhaustivité variables les concepts fondamentaux au cœur de l étude des comportements informationnels. Dans un premier temps, l auteur s attarde sur la notion d information. Comme le terme est largement employé, autant dans le langage commun que dans le langage spécialisé et scientifique, et ce, depuis plusieurs siècles, il ne se laisse pas aisément définir. En effet, aucune définition ne semble à ce jour faire l unanimité. Par ailleurs, les définitions abondent. Tantôt très pointues ou plutôt sommaires, tantôt claires ou plutôt vagues voire absconses, les diverses définitions de l information se déclinent en une variété de traits et de critères définitoires divers et parfois contradictoires. Ainsi, après avoir énuméré, exposé, expliqué et comparé les multiples conceptions de l information, l auteur relève un ensemble de divergences qui opposent les définitions actuelles. À défaut d un réel consensus, l auteur pose, en guise de conclusion, six postulats qu il considère essentiels à l élaboration d une conception universelle de l information. Dans un deuxième temps, Case approfondit les notions de besoins informationnels et de recherche d information (information seeking). Pour terminer, l auteur introduit et présente, plus brièvement, d autres concepts centraux tels que la prise de décision, la sérendipité, la surcharge, l anxiété et la pauvreté informationnelles, etc. Case consacre le premier chapitre de la 3 e partie aux modèles de recherche d information. Il présente et explique principalement les modèles

8 < 186 > Interfaces numériques n 1/2014 prédominants dans ce champ d études, à savoir les modèles de Krikelas, d Ellis, de Kuhlthau, de Leckie, de Byström et Järvelin, de Savolainen, de Johnson ainsi que les deux modèles de Wilson. Le chapitre est clôt par une brève présentation d autres modèles présentant des caractéristiques particulières tels que ceux consacrés exclusivement au domaine de la santé. Les métathéories, les paradigmes et les principales théories formant les assises de ce champ d études font l objet du second chapitre. Case résume notamment, sous la forme d un tableau condensé, une vingtaine de théories et de concepts centraux employés dans l étude des comportements informationnels, tout en précisant les publications clés où ces théories sont présentées ou utilisées. En plus de cette recension théorique, ce chapitre vise aussi à établir des relations entre les diverses traditions de recherche dans ce champ d études. L auteur consacre les deux dernières parties de l ouvrage aux méthodologies employées pour l étude des comportements informationnels ainsi qu aux résultats de recherche des thèmes les plus étudiés. La partie 4 présente d abord diverses considérations fondamentales pour l établissement d une démarche de recherche de qualité. L auteur aborde ensuite les méthodes d enquêtes employées régulièrement par les chercheurs de ce champ d études et appuie chacune d elles par un exemple. La 5 e et dernière partie présente une revue des écrits relatifs à la recherche dans ce champ d études. Case trace d abord un historique des écrits puis propose une estimation de la taille de la recherche dans ce champ d études. Il présente ensuite les thèmes les plus abordés par la recherche à l heure actuelle. Pour ce faire, il divise ces thèmes selon trois catégories, à savoir la profession (journaliste, avocat, chercheur, etc.), le rôle social (citoyen, consommateur, patient, etc.) et le groupe démographique (âge, minorité ethnolinguistique, etc.). Par ailleurs, Case illustre chaque catégorie à l aide d au moins un exemple issu de la recherche dans ce champ d études. Pour terminer, l ouvrage comporte deux appendices. Le premier présente un glossaire où les quelque 75 termes-clés employés dans l ouvrage sont définis et brièvement expliqués. Le second dresse une liste d une cinquantaine de questions et de réflexions, suivant les chapitres, au regard du contenu de l ouvrage (ex. : Quelle quantité d information rencontrons-nous chaque jour? Une image vaut-elle réellement 1000 mots? L information peut-elle être considérée comme un besoin?). Le regard synthétique posé par l auteur tout au long de l ouvrage fournit une vision d ensemble nécessaire à une compréhension globale des concepts et de la recherche relatifs à ce champ d études. Malgré la charge informationnelle plus lourde de certaines parties (notamment les chapitres abordant les notions d information, de besoins informationnels et de recherche d information), potentiellement laborieuse pour des lecteurs néophytes, l ouvrage reste

9 Notes de lecture < 187 > globalement accessible notamment en raison de sa structure claire et de son organisation logique. Ainsi, si cet ouvrage s adresse aux chercheurs et aux étudiants en sciences de l information (et dans des disciplines connexes), les trois premières parties fourniront aussi à nombre de professionnels d horizons variés (santé, éducation, design, vente, etc.), un bagage théorique qui pourra se révéler déterminant à plusieurs égards. En effet, une compréhension plus fine des activités et des pratiques informationnelles de leurs destinataires, que ce soit à titre de client, d utilisateur, d acheteur, de patient, de bénéficiaire, etc., leur offrira sans contredit des savoirs non négligeables pour faire face aux problématiques informationnelles complexes de leurs domaines respectifs. Référence bibliographique Dervin B. (1976). Strategies for dealing with human information needs: Information or communication? Journal of Broadcasting, 20(3), p ISABELLE SPERANO École de design, Université Laval La fin du cinéma? Un média en crise à l ère du numérique André Gaudreault et Philippe Marion Paris, Armand Colin, 2013 La fin du cinéma? Voilà la question que posent André Gaudreault et Philippe Marion dans leur dernier ouvrage écrit en collaboration. Il s agit d un parcours de réflexion sur le cinéma pour sensibiliser le lecteur sur les traces visibles ou invisibles des transformations socioculturelles d un média à travers les «zones de turbulence» (p. 201) 1. Le cinéma est désormais partout et nulle part. Dans l ère du numérique, le cinéma peut devenir la préoccupation de plusieurs catégories d individus engagés dans des activités quotidiennes ou professionnelles. Ce média est aussi l association de ce qui pourrait être appelé cinéma-création, cinéma-réception et cinéma-médiation. Cette perspective est sous-jacente à la réflexion des auteurs pour «positionner» le 7 e art «au carrefour de la technologie, de l industrie, de 1. Notons au passage la possibilité d une lecture interactive du livre et la forme épistolaire signifiante. Dans le site «du livre», disponible à l adresse finducinema.com, le spectateur peut obtenir des informations supplémentaires sur les questions abordées dans le livre. Concernant la forme, il s agit de citer au début de chaque chapitre les avis divergents des cinéastes, critiques, journalistes, théoriciens, historiens du cinéma, etc. Ainsi, les auteurs déduisent le paradoxe entre deux idées, justifiées chacune dans une perspective différente de l autre.

10 < 188 > Interfaces numériques n 1/2014 l art, de l éducation et du spectacle populaire» (p. 22). Néanmoins, cette distinction n empêche pas les auteurs de pointer le chevauchement et l entrecroisement entre chacune de ces trois dimensions. Ce qui nous semble passionnant dans ce développement de réflexion est la description critique d une crise susceptible à la fois de fragiliser ce média et, paradoxalement de le renforcer. Autrement dit, les techniques numériques pourraient-elles tuer le cinéma tout en le ressuscitant grâce à de nouvelles performances technologiques et numériques? Là réside la question centrale du livre. Ne serait-ce pas par cette ambivalence critique que les auteurs réussissent à gagner ce défi de transmettre à leurs lecteurs les spécificités d une ère de transition et de mutation? Mort, résurrection ou transformation d une forme d expression audiovisuelle dominante au XX e siècle? Pour les auteurs, il s agit des mort(s) du cinéma. Ils rappellent que ce n est pas la première fois que cette question se pose pour ce média 2. Si la discussion autour des morts du cinéma ne constitue pas en soi l originalité de ce livre, les auteurs parviennent à convaincre que cette discussion a comme objectif de mettre en évidence que le cinéma ne cesserait jamais de se voir déclarer morts! (p. 43) et qu il faudrait accepter que comme il y a eu le cinéma du XX e siècle, il y aura le cinéma de XXI e (p. 17). Afin de mieux illustrer cette idée, les auteurs ont repéré huit «morts» pour le cinéma dans un «ordre chronologique croissant» : 1. «Média-mort-né» (p. 22), 2. «Le modèle dominant jusqu aux années » (p. 43), 3. «Cinématographe» (p. 53), 4. «L avènement du parlant» (p. 51), 5. «L arrivée massive de la télévision» (p. 45), 6. «Généralisation du magnétoscope» (p. 48), 7. «Zapette», (p. 42), 8. «Le numérique» (Ibid.). Après avoir explicité les périodes historiques durant lesquelles ce média a connu des transformations, traduites par sa mort, les auteurs se focalisent sur la dernière transformation survenue avec le numérique : le cinéma à l épreuve d une «diégétisation généralisée» (p. 63). 2. Les différentes appellations des auteurs quant au cinéma témoignent aussi de cette transformation invisible : «cinéma-média», «cinéma-forme», «cinéma-medium», «cinéma-industrie», «cinéma-divertissement», «cinéma interactif», «cinéma linéaire», «film-de-cinéma», «cinéma-hybride», «cinéma extensible», «cinéma-de-salle», etc.

11 Notes de lecture < 189 > Que font exactement les techniques numériques au cinéma? Une illustration à ce sujet est le trucage. «La capture numérique», «la synthèse d image» et «le compositing» (p. 83) étant trois phases du processus de genèse d un film, les techniques numériques permettent de transformer le film en un objet de bricolage, plus facilement manipulable. Ce qui participe naturellement à la «désacralisation» (p. 208) des films. Par conséquent, le film n est plus une «œuvre intouchable» (Ibid.), comme il l a été avant le numérique. Cependant, la référence à la «liberté très contrôlée» de Forestier 3, nous semble éclairante à ce sujet : il s agit «d une sorte de partage de contrôle dans la façon de consommer nos images animées». Le spectateur n est pas le roi-absolu du cinéma-création mais il peut y contribuer, ce qui débouche sur un autre processus, celui de la recréation pratique des films par les spectateurs. 4 Une autre question discutée dans le cadre de la réception filmique s inscrit dans le débat contemporain de la multivalence des salles de cinéma. Cette question invite le lecteur à réfléchir sur la définition du cinéma associé à son contexte de visionnement. Serait-il possible de concevoir le cinéma sans une salle de cinéma? Serait-il acceptable d utiliser les salles de cinéma pour montrer autre chose que les films, en l occurrence les théâtres ou opéras filmés? Pour «les tenants de la tradition cinéphile» (p. 122), d une part le cinéma n a pas de sens sans qu il y ait une projection dans une salle de cinéma, d autre part, un document audiovisuel comme opéra filmé qui est projeté dans les salles de cinéma n est pas du cinéma mais du «hors-film» (p. 197). C est ainsi que les auteurs posent la question de la distinction entre le «filmage» et le «tournage». L «effet Aufhebhung» (p. 122) explicite cette distinction : «le filmage (la captation, l enregistrement) se mue en tournage, et le travail du filmeur ajoute un je-ne-sais-quoi aux images enregistrées» (p. 142) 5. En suivant ce débat, on pourrait se demander en quoi les interactions entre deux 3. Laurent Forestier, (2010). «Le DVD nouveau jouet optique?», dans Francesco Casetti, Jane Gaines et Valentina Re (dir.) In the Very Beginning, at the Very End Theories in Perspective, Udine, Forum, p Cela nous amène à réfléchir sur les deux attitudes du spectateur d aujourd hui engendrées par le numérique : l attitude documentariste et l attitude manipulatrice. Le spectateur «produit» son propre film en bricolant les morceaux audiovisuels des films de l histoire du cinéma. Ce qui transforme le cinéma-création au cinéma-recréation. Pour ces deux attitudes, nous nous inspirons de la proposition de Pierluigi Basso quant à la restauration filmique. Le chercheur propose deux attitudes controversées dans la pratique de restauration des films anciens : le film comme «le document» ou comme «un projet esthétique». À ce sujet, voir P. Basso Fossali, (2012), «À nous la philologie. L implémentation numérique du cinéma et l identité filmique dans l horizon théorique de Gérard Genette», Cinéma & Cie, vol. XII, no. 18, Spring, p L exemple de Cendrillon de Rudolf Noureev enregistré pour le cinéma L Ex-Centris, permet d approfondir cette distinction (p. 126).

12 < 190 > Interfaces numériques n 1/2014 formes d expressions culturelles mettent en évidence les jeux de la valorisation ou la dévalorisation d une pratique artistique par l autre? 6 D autre part la discussion sur le contexte plus élargi du visionnement des films (de la salle du cinéma aux multiples écrans portables personnels et partagés), sensibilise le lecteur sur les limites et le pouvoir d un média qui, semble-t-il, s auto-revalorise par les multiples propositions d usages individuels et collectifs. Par conséquent, on rejoint l hypothèse de la double naissance de cinéma et ses trois régimes déterminants : 1. «Apparition d un procédé technologique», 2. «Émergence d un dispositif médiatique», 3. «Avènement d une institution médiatique». (p. 154). À partir de ce modèle, l idée de «troisième naissance du cinéma» est défendue. Comme le suggèrent les auteurs, «la vie d un média est faite de continuités, mais aussi de discontinuités» (p. 171). Pour finir, dans la dernière partie de l ouvrage, la question de la «nouvelle culture visuelle» (p. 211) se pose compte tenu des évolutions technologiques. Les auteurs expliquent la technique de motion capture (p. 225) et la version améliorée de celle-ci, performance capture qui consiste en la saisie des mouvements, voire des attitudes expressives d un corps réel (l acteur) pour l intégrer dans un décor numérique. En étudiant l exemple de l adaptation des bandes-dessinées des Aventures de Tintin d Hergé par S. Spielberg et P. Jackson (p. 229), on en conclut que l objectif est de montrer la contribution de la technologie de production d image pour l adaptation de cette bande-dessinée, «réputée impossible» (p. 230). L originalité des réalisateurs utilisant cette technologie pour cette adaptation consiste à «intégrer l esprit [du] système graphico-narratif [vraisemblable] dans son univers filmique homochrone [ ] et d obtenir une cohérence anima-réaliste supposée être l équivalent filmique de la cohérence graphico-narrative hergéenne» (p. 234). Plusieurs autres questions comme «la temporalité des captations (restitution photoréaliste classique ou digitale)», «l incarnation photoréaliste d un acteur», la «dissociation mimétique», les «mutations radicales du profilmique» concernant cette adaptation ainsi que d autres discussions sur l effet novelty (au sujet du film L écume des jours sorti en 2013) sont évoquées et invitent le lecteur à réfléchir sur la crise identitaire du cinéma (p ). Enfin, les auteurs soutiennent la proposition d un nouveau concept, celui d «animages» 7 (p. 211) issu de la technologie motion capture. Celui-ci 6. Se pose ainsi la question de l «intermédiarité» discutée au dernier chapitre. 7. Rappelons la note explicative des auteurs : «ce concept a été initialement proposé par André Gaudreault dans le cadre de sa présentation du débat «Technologie et idéologie : 40 ans plus tard» au colloque «Impact des innovations technologiques sur la théorie et l historiographie du cinéma, Cinémathèque québécoise, Montréal, novembre Inédit» (p. 225).

13 Notes de lecture < 191 > caractérise un type particulier d image qui représente notre nouvelle culture visuelle ainsi que l emprise de l animation dans le cinéma d aujourd hui, animatic spirit (p. 225). Ce concept ouvre des perspectives de recherche sur «les usages sociaux évolutifs» qui, comme le précisent les auteurs en conclusion, «sculptent l identité de tous nos médias, y compris le cinéma (sans guillemets de distanciation, ni point d interrogation)» (p. 256). SHIMA SHIRKHODAEI Projet ARC COMMON, Université de Liège HCI Theory. Classical, Modern, and Contemporary Yvonne Rogers Morgan & Claypool, 2012 Née au début des années 1980, la notion d interaction humain-machine (IHM) est passée d un petit mouvement porté par un petit groupe d irréductibles à une véritable discipline dont les acteurs d aujourd hui ont de l influence marquée dans tous les domaines, à peu près partout dans le monde. La montée fulgurante des technologies depuis trois décennies et la variété de leur développement ont contribué à complexifier l objet d étude initial la «simple» interface au point de toucher à toutes les facettes technologiques de nos sociétés. L IHM est devenue une discipline de recherche éclatée et presque indéfinissable. Aujourd hui, des chercheurs et des praticiens de tout horizon s en revendiquent (It seems anything goes and anyone can join in, p. xii) et y ajoutent de la complexité tant les problématiques étudiées de l exploration spatiale à la promotion de la paix sur la Terre couvrent l ensemble du spectre des activités humaines. Si, pour mieux comprendre l état des lieux, les synthèses et rétrospectives de nature technologique ne sont pas rares dans la littérature du domaine (pensons à Grudin 2012 comme exemple phare 8 ), les synthèses de nature théorique restent certes moins fréquentes tant la tâche semble difficile et le recul, peu aisé à prendre. Yvonne Rogers propose une synthèse de l état des lieux en matière théorique dans cet ouvrage de 2012 publié chez Morgan & Claypool dans la collection Synthesis Lectures on Human-Centered Informatics. Le texte de Rogers 8. Grudin J. (2012). Introduction. A moving target: The evolution of human-computer interaction, dans JACKO, J. A. (dir.), The human-computer interaction handbook. Fundamentals, evolving technologies, and emerging applications, 3 e édition, Boca Raton (FL), CRC Press, p. xxvii-lxi.

14 < 192 > Interfaces numériques n 1/2014 poursuit en quelque sorte sa réflexion initiée en 2004 dans l Annual Review of Information Science and Technology ( New theoretical approaches for humancomputer interaction ). Si l exercice se veut complexe, l objectif de l ouvrage est cependant très clair : examiner comment, d hier à aujourd hui, les développements théoriques en IHM ont contribué à modeler la discipline. En quelques années à peine, l IHM est passée d un paradigme simple et défini (connaître son utilisateur, dans le but d améliorer une interface) à un paradigme plus ambitieux et dont l objet n est pas toujours aisément saisissable (avoir de l impact, pour changer/améliorer le monde). Cet élargissement disciplinaire et cette croissance effrénés se sont produits en si peu de temps qu il semble difficile d imaginer qu une ou des théories fortes ont pu prendre racine et ainsi contribuer à stabiliser ou à structurer le domaine. Pour Rogers, cette situation aurait même entraîné une perte de consensus général à propos des objectifs de l IHM et des divers cadres de «contrôle» (théoriques et méthodologiques) auxquels recourir pour valider la production et la réflexion du domaine. Dès l introduction de ce court texte de quatre-vingt sept pages (sans le décompte des pages liminaires et de la bibliographie), Rogers expose la variété des modalités théoriques utilisées au fil des ans en IHM : paradigme, approche/perspective théorique, théorie en soi, modèle, cadre conceptuel, etc. Si, à l époque de ce qu on appelle généralement la première vague (wave) de l IHM, les cadres théoriques usuels provenaient surtout de la psychologie cognitive, on a par la suite très largement emprunté à la psychologie sociale ainsi qu aux théories de l organisation, notamment pour mieux comprendre les espaces de travail humain et le travail collaboratif (deuxième vague). L éclectisme théorique caractéristique de ces deux périodes a entraîné, selon Rogers, un affaiblissement général de l IHM, notamment parce que les concepts théoriques qu on y amenait étaient validés ou générés par une approche scientifique qui allait vite montrer ses limites. C est en grande partie le constat de cette limitation qui va enclencher l apparition du paradigme ethnographique en IHM, en pure réaction à l approche scientifique, moins souple lorsqu il est question de s attaquer à des problèmes mal définis (ill-defined au sens de N. Cross). Outre l intérêt pour la critique générale de l épistémologie de l IHM, l ouvrage de Rogers mérite une lecture attentive pour la part belle qu elle fait à l exposé des théories ayant jalonné le domaine au fil des trois dernières décennies. Sur le modèle de l histoire de l art, Rogers découpe la chronologie des théories de l IHM en trois périodes : périodes classique (chapitre 4), moderne (chapitre 5) et contemporaine (chapitre 6). Une discussion de quelques pages (chapitre 7) et un résumé général (chapitre 8) sur lesquels nous ne reviendrons pas complètent l ouvrage.

15 Notes de lecture < 193 > La période classique correspond à ce que nous avons évoqué plus haut soit, globalement, l omniprésence de la psychologie cognitive au début des années 1980, et il est intéressant d y découvrir le mouvement épistémologique qu y perçoit Rogers. Trois approches se succèdent selon elle. D abord, l approche qu elle nomme body of knowledge, caractérisée par l emprunt direct (et sans adaptation) de concepts en provenance de la psychologie cognitive. Le plus populaire d entre eux est très certainement le principe du «7 magique +/- 2», relatif aux limites de la mémoire de travail. Ensuite, les acteurs de l IHM de la première vague ont opté pour l emprunt de théories complètes en lien avec certains aspects de l interface. Ici, c est principalement le modèle cognitif du traitement de l information qui intéresse l IHM, notamment pour décrire certains mécanismes de la mémorisation et de l apprentissage. Enfin, l auteur explique que les modèles cognitifs se sont imposés à la fin de cette période (jusqu au début des années 1990), modèles parmi lesquels on retrouve le célèbre GOMS (Goals, Operators, Methods and Selection rules). Ce modèle et ses dérivés permettaient (avec un succès fort variable) de prédire et d analyser les tâches cognitives de l utilisateur. Le mécontentement à l égard du «cognitivisme» et du «scientisme» ambiants en IHM amène alors les chercheurs à s intéresser à une nouvelle gamme de théories mettant cette fois davantage en lumière les aspects sociaux et environnementaux de l interaction et, surtout, les besoins de l utilisateur. Les apports de la psychologie cognitive ne sont pas rejetés pour autant mais sont plutôt recadrés, relativisés. C est la période moderne de la théorie en IHM selon Rogers, et elle sera intensive jusqu au début des années Les chercheurs exploreront des approches plus «ouvertes» de la cognition, comme la cognition externe ou distribuée ou encore l approche écologique (importée par Norman depuis les travaux de Gibson). En rupture plus marquée avec les sciences cognitives, certains embrasseront complètement les approches sociales, parmi lesquelles on compte plus spécifiquement l ethnométhodologie, la théorie de l activité et tout le cadre du CSCW (Computer-Supported Cooperative Work). En plus de ces approches très typées, la période moderne se caractérise aussi par l élaboration de théories hybrides ou encore de théories issues de l observation directe de données empiriques. Quant à elle, la période contemporaine est caractérisée par un foisonnement théorique sans précédent. Cette fois-ci, la rupture est totale. Ce sont les valeurs qui prennent place au cœur des préoccupations des chercheurs et non plus les «simples» besoins ponctuels liés à l utilisation d une technologie donnée. Le foisonnement est tel que Rogers choisit plutôt d énumérer des cas emblématiques de théories qui inondent la recherche en IHM depuis le milieu des années 2000 et les regroupe en quatre «tournants» majeurs pour faciliter

16 < 194 > Interfaces numériques n 1/2014 leur présentation (design, culture, to the wild, embodiement). Le tournant design marque la volonté de la communauté de chercheurs en IHM à comprendre le design en lui-même, ses processus et sa valeur intrinsèque. On délaisse le régime normatif et le régime prescriptif de l intervention plus traditionnelle pour s intéresser plus finement à l interaction avec la technologie prise comme phénomène social. Le tournant culture reprend l idée des cultural studies où la condition humaine devient le point focal de l investigation alors que le tournant to the wild marque l intérêt pour les contextes pris dans le feu roulant de la vie quotidienne (everyday life) où il n est plus tant question de proposer des solutions à un problème mais plutôt de créer des possibilités d actions autour ou découlant d une situation. Enfin, le tournant embodiement, essentiellement dérivé de l œuvre de Paul Dourish (Where the action is, MIT Press, 2001), tente de comprendre l interaction des dimensions sociale et physique du corps dans un contexte plus global d interaction avec le monde (dans lequel se trouve, notamment, des interfaces). ÉRIC KAVANAGH École de design, Université Laval

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013

Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Compte-rendu de la rencontre «Etre parent avec une tablette numérique» - le 9 avril 2013 Introduction de Claire Hédin-Vignaud, responsable de la Médiathèque Markoff : Rappel des motivations qui ont amené

Plus en détail

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur 1 Avant-propos Les données sont partout. Leur utilisation est au cœur des stratégies des grandes entreprises du numérique qui se déploient aujourd hui dans nombre de secteurs traditionnels. Elles sont

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD...

Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD... Learning Centres et nouvelles pratiques numériques : usages mobiles, BYOD... Journée d étude Mercredi 26 novembre 2014 Les Learning Centres, un modèle de bibliothèque à interroger : du terrain à la recherche

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques.

Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Le projet Créadona : un exemple de support éditorial pour l éducation aux supports médiatiques. Anne-Sophie Bellair et Nicole Pignier, Université de Limoges Le projet présenté ici, Créadona, est un exemple

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1

Chronique Assurances et gestion des risques. sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Chronique Assurances et gestion des risques sous la responsabilité de Gilles Bernier 1 Puisque ce numéro de la Revue, tout comme celui de janvier 2004, est consacré à l assurance automobile, j ai choisi

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Un point de vue technique sur la loi Internet et création

Un point de vue technique sur la loi Internet et création Un point de vue technique sur la loi Internet et création Fabrice Le Fessant Expert des systèmes distribués et des réseaux pair-à-pair Chercheur à l INRIA Saclay - Île-de-France (Institut National de Recherche

Plus en détail

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Autour de l utilisation des téléphones portables Les jeunes ont, de manière générale, leur 1 er portable dès l entrée en 6 ème. 2 risques

Plus en détail

TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE.

TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE. N 332 - RANUCCI Jean Francis 1 TRAVAIL AUTOUR D ESPACES DE TRAVAIL COLLABORATIF DANS LE CADRE DE L UTILISATION D ORDINATEURS PORTABLES AU COLLÈGE. Introduction Etude empirique de l apport de l usage des

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la direction de projets audiovisuels Le master Création, Production, Images. Cinéma interactif et transmédia de l Institut

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com L indemnisation des risques liés au travail Colloque Sinistres du 10 Mars 2011 Le 10 Mars 2011, à l initiative

Plus en détail

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE Table Ronde : L'ACTIVITÉ DE PUBLICATION DU JEUNE CHERCHEUR La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne 13 décembre 2013 Bibliothèque de Paris MINES ParisTech Aboubekeur ZINEDDINE

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative.

un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. L association présente un projet pédagogique, écologique, technologique et sportif élaboré par des enseignants pour la communauté éducative. SOMMAIRE La présentation de l aventure Le schéma du projet Nos

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques POYET Françoise, (7095) Introduction Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques Depuis quelques années, on assiste à une stabilisation informatique des Technologies de l Information et de la

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

Pourquoi disposer d un site Internet mobile n est qu un début

Pourquoi disposer d un site Internet mobile n est qu un début Edition Spéciale 2 Intelligence Applied 1 Avoir un site «responsive design» ou adapté aux mobiles constitue un grand pas en avant. Il ne doit cependant pas être considéré comme le substitut à une véritable

Plus en détail

Le modèle d affaires de l entreprise numérique

Le modèle d affaires de l entreprise numérique Le modèle d affaires de l entreprise numérique Aujourd hui, il est pratiquement impossible de concevoir un modèle d affaires sans y intégrer une vision numérique. Un modèle d affaires numérique permet

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour l affichage de la liste, un formulaire de sortie WEB_Liste associé à la table des [Films] ;

Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour l affichage de la liste, un formulaire de sortie WEB_Liste associé à la table des [Films] ; De la base 4D au site Web 20 Conception des formulaires Web Trois nouveaux formulaires sont donc nécessaires : Pour le dialogue, un formulaire WEB_Trouver associé à la table des [Paramètres] ; Pour l affichage

Plus en détail

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT

Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT NOTE DE LECTURE Le téléphone public, cent ans d usages et de techniques de Fanny CARMAGNAT par André TURCOTTE «Pourquoi s intéresser au téléphone public?» En posant cette question dès le début de son livre,

Plus en détail

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com

Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana. www.numerikdays.com Le 26 mars 2015 Palais des Congrès de Madiana www.numerikdays.com 1. Le constat 2. Les «NumerikDays» à l initiative du CNID 3. Nos ambitions 4. Une nouvelle façon d apprendre «Innovation pédagogique» 5.

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Une stratégie efficace et pragmatique pour les

Une stratégie efficace et pragmatique pour les Cercle Leprince-Ringuet www.cerclelpr.fr Think tank du Corps des Mines sur le Numérique Une stratégie efficace et pragmatique pour les Objets Connectés Industriels en Europe Auteurs Daniel NABET Président

Plus en détail

Elaboration du plan France Numérique 2020

Elaboration du plan France Numérique 2020 Paris, le 30 septembre 2011 Elaboration du plan France Numérique 2020 Réponse de l ARPP à la consultation publique Organisme de régulation professionnelle de la publicité en France, l Autorité de Régulation

Plus en détail

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises

REGARDS SUR LES PME N 21. La défaillance des entreprises Étude sur données françaises entre 2000 et 2010 Sommaire Préface Sommaire 6 L ÉTUDE Introduction 11 I. LA FAILLITE DES ENTREPRISES, UN ENJEU JURIDIQUE 15 1. Du Code de commerce à la liquidation judiciaire,

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne

LECTURE CRITIQUE. Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne LECTURE CRITIQUE Accompagner les enseignants et formateurs dans la conception d une formation en ligne Christian Ernst E-learning. Conception et mise en œuvre d un enseignement en ligne Guide pratique

Plus en détail

PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS

PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS PROFESSEUR DES ÉCOLES PRÉPARER SA CLASSE EN QUELQUES CLICS Éric SEGOUIN Denis BASCANS Une méthode et un outil d aide à la conception et à la programmation de séquences d enseignement pour l école primaire

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL

L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL Online Intelligence Solutions L ATTRIBUTION EN MARKETING DIGITAL Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A Propos de Jacques Warren Jacques Warren évolue en marketing digital depuis 1996, se concentrant

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 CREER, INNOVER

Plan de formation 2nd degré 2015 2016 CREER, INNOVER Plan de formation 2nd degré 2015 2016 La carte heuristique, un outil au service des apprentissages PN009406 Les cartes heuristiques sont un réel outil pour apprendre à apprendre, et s avèrent un atout

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing. Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia

Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing. Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia Assurer l avenir de votre activité grâce à l open marketing Par David Mennie, Senior Director, Product Marketing, Acquia Table des matières Le Marketing à l ère de l ouverture 3 L émergence du marketeur

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LA CULTURE AUTREMENT. Pour diffusion immédiate

COMMUNIQUÉ LA CULTURE AUTREMENT. Pour diffusion immédiate COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Télé-Québec lance une plateforme culturelle sur le Web La Fabrique culturelle : le seul espace public collectif dédié à la culture au Québec 11 mars 2014 Montréal La

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37.

Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37. Contact presse : Émilie LEDUC Attachée de presse du Conseil général d Indre-et-Loire Tél. : 06 88 60 78 74 / 02 47 31 43 21 eleduc@cg37.fr La forteresse royale de Chinon, propriété du Conseil général d

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe.

4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. 4.3 L exploitation d un document vidéo. Outils pour la classe. Utiliser un document vidéo en classe de langue ce n est pas regarder ensemble la télévision mais le visionner en organisant sa découverte

Plus en détail

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse La Nouvelle Controverse Pour sortir de l impasse controverse_001-176.indd 3 06/01/14 11:23 «La voie prise depuis deux siècles ne peut que conduire à une impasse tragique». Hans Jonas Le Principe Responsabilité.

Plus en détail

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers

Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Maps Tableau de bord avec MindManager et Power Markers Nick Duffill, Harport Consulting traduction Martine Jésus Qu est-ce exactement qu une map tableau de bord? Qu est-ce qu une map tableau de bord? N

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique. La commercialisation du livre dans l univers numérique

Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique. La commercialisation du livre dans l univers numérique Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique 21 octobre 2010 - Institut océanographique de Paris La commercialisation du livre dans l univers numérique IV. Webmarketing et outils sociaux

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 5 : Souveraineté numérique Thème de la journée contributive : Transformation numérique

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

D ordre personnel et social, méthodologique, intellectuel, de la communication

D ordre personnel et social, méthodologique, intellectuel, de la communication Activité : La sculpture au temps du Moyen-Âge Période : Moyen-Âge Technique : sculpture Cycle : 1 re année du 3 e cycle Site Web : www.cslaval.qc.ca/lignedutemps But du projet de la ligne du temps virtuelle

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail