Manuel pratique de l éclairage. Votre ouvrage de référence compact toujours à portée de la main.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel pratique de l éclairage. Votre ouvrage de référence compact toujours à portée de la main."

Transcription

1 Manuel pratique de l éclairage Votre ouvrage de référence compact toujours à portée de la main.

2

3 Chapitre 1 Technique d éclairage Chapitre 2 Valeurs indicatives pour l éclairage intérieur et extérieur basées sur les nouvelles normes européennes Chapitre 3 Applications de l éclairage Chapitre 4 Technologie Chapitre 5 Lampes Chapitre 6 Gestion de l éclairage et appareillages Chapitre 7 Éclairage de sécurité Chapitre 8 Techniques et tables Chapitre 9 Listes de contrôle Chapitre 10 Outils de conception

4 Mentions légales : Pour toutes questions et suggestions concernant le : Zumtobel Lighting GmbH Schweizer Strasse 30 Postfach Dornbirn, AUTRICHE T +43/(0)5572/390-0 F +43/(0)5572/ e édition révisée Octobre 2013

5 Chapitre 1 Technique d éclairage La lumière, c est quoi? 6 La lumière, c est quoi? 6 Que voit l œil? 6 La lumière a un effet triple 7 Les grandeurs photométriques de base 8 Flux lumineux 9 Intensité lumineuse 9 Éclairement 9 Luminance 9 Les critères de qualité de l éclairage 10 Le bon éclairage critères de qualité classiques et nouveaux 10 Éclairement définition 10 Éblouissement limitation de l éblouissement 12 Critères de qualité 13 Valeurs limites UGR 13 Éclairements des plafonds et murs 15 Éclairage de pièces 15 Couleur de la lumière 16 Rendu des couleurs 16 Mesure de l éclairement 17 Modes d éclairage 18 Concepts d éclairage 20 Humanergy Balance 22 Évaluation globale de la qualité de lumière (ELI) 22 Calcul de l efficacité énergétique (LENI) 23 Performance visuelle 24 Aspect 24 Confort visuel 24 Vitalité 25 Individualité et flexibilité 25

6 6 La lumière, c est quoi? La lumière est la partie du rayonnement électromagnétique que nos yeux perçoivent. La plage des longueurs d onde se situe entre 380 et 780 nm. Le jour, nous voyons des couleurs, la nuit par contre uniquement des nuances de gris. La lumière, c est quoi? Que voit l œil? Longueur d onde [m] Courbe de sensibilité spectrale relative Rayonnement gamma Rayonnement X Ultraviolet Lumière 1,0 0,8 0,6 0,4 Nuit Jour Infrarouge 0, Micro-ondes TV, ondes ultracourtes Longueur d onde [nm] Ondes moyennes 10 5 Ondes radio λ Longueur d onde [nm]

7 7 La lumière a un effet triple La lumière pour les fonctions visuelles éclairage conforme aux normes de la zone de travail confortable et sans éblouissement La lumière à effet biologique soutient le rythme circadien stimule ou détend La lumière pour la perception émotionnelle un éclairage qui souligne l architecture créatrice d ambiances et élément d aménagement

8 8 Les grandeurs photométriques de base Flux lumineux intensité lumineuse éclairement luminance Flux lumineux Φ Ι = Φ Ω E = Φ A Intensité lumineuse Ι Lumen [lm] Éclairement E Candela [lm/sr]=[cd] Luminance L Lux [lm/m 2 ]=[lx] L = Ι A L cos L = E ρ* [lm/sr*m 2 ]=[cd/m 2 ] Ω = angle solide, dans lequel le flux lumineux est émis A = surface sur laquelle le flux lumineux tombe A L cos = surfaces vues de la source lumineuse ρ = facteur de réflexion de la surface = 3,14 * = pour des surfaces diffuses

9 9 Flux lumineux Le flux lumineux décrit la quantité de lumière émise par une source lumineuse. L efficacité lumineuse est le quotient du flux lumineux par la quantité d énergie électrique consommée (lm/w). Elle indique la rentabilité d une source lumineuse. Symbole : Φ Phi Unité de mesure : lm Lumen Intensité lumineuse L intensité lumineuse décrit la quantité de lumière émise dans une direction donnée. Elle est en grande partie déterminée par des éléments de guidage du flux, des réflecteurs par exemple, et est représentée par la courbe photométrique (C.P.). Symbole : Ι Unité de mesure : cd Candela Éclairement L éclairement décrit la densité du flux lumineux en un point d une surface. Il diminue avec le carré de la distance. Vous trouverez des indications sur les valeurs d éclairement dans les normes correspondantes (p. ex. EN «Éclairage des lieux de travail»). Éclairement : E(lx) = flux lumineux (lm) surface (m 2 ) Symbole : E Unité de mesure : lx Lux Luminance La Luminance est la seule grandeur photométrique perçue par l oeil humain. Elle détermine la sensation de luminosité d une surface et dépend fortement de l indice de réflexion (couleur et surface). Symbole : L Unité de mesure : cd/m 2

10 10 Les critères de qualité de l éclairage Le bon éclairage critères de qualité classiques et nouveaux Critères de qualité classiques Distribution harmonieuse des luminosités Niveau d éclairage suffisant Limitation de l éblouissement Éviter les miroitements et les reflets Bonne composition des ombres Couleur de lumière adéquate Rendu des couleurs approprié Nouveaux critères de qualité Modification des conditions de luminosité Influence individuelle Efficacité énergétique Intégration La lumière comme élément d aménagement des espaces Éclairement définition Éclairement à maintenir Ē m : la valeur en-dessous de laquelle l éclairement ne doit pas baisser dans la zone de la tâche visuelle. Zone de la tâche visuelle : les éclairements sont toujours définis pour des tâches visuelles précises et sont prévus pour la zone dans laquelle elles peuvent avoir lieu. À défaut de connaître la position exacte, la détermination se fait sur la base de la pièce entière ou d une zone de travail définie. La zone de la tâche visuelle peut être horizontale, verticale ou inclinée. Facteur de maintenance : l éclairement à maintenir s obtient en multipliant l éclairement à neuf par le facteur de maintenance. Ce dernier peut être déterminé individuellement et tient compte de la réduction du flux due à l empoussièrement et au vieillissement de l installation d éclairage et du local. Le programme de maintenance (intervalles de nettoyage de l installation et de remplacement des lampes) doit être documenté. Voir également chapitre 9 Listes de contrôle Environnement immédiat de la zone de la tâche visuelle : là, l éclairement peut être plus faible que dans la zone de la tâche visuel le (p. ex. 300 Ix contre 500 Ix).

11 11 Éclairement relatif (%) 150 Valeur à l état neuf Valeur à maintenir Durée de fonctionnement Valeur à maintenir = facteur de maintenance x valeur à l état neuf

12 12 Les critères de qualité de l éclairage Éblouissement limitation de l éblouissement Éblouissement direct Éblouissement indirect Cause Luminaires sans protection contre l éblouissement Surfaces à grande luminosité Effet Baisse de la concentration Augmentation du taux d erreurs Fatigue Remède Luminaires à luminances limitées Stores aux fenêtres Cause Surfaces réfléchissantes Mauvaise disposition des luminaires Mauvaise disposition des postes de travail Effet Baisse de la concentration Augmentation du taux d erreurs Fatigue Remède Adaptation du luminaire au (à l implantation du) poste de travail Éclairage indirect Surfaces mates

13 Critères de qualité 13 La norme européenne EN règle l éclairage des lieux de travail intérieurs. Elle prescrit l utilisation du procédé UGR unifié (unified glare rating) pour évaluer l éblouissement (psychologique). L UGR repose sur une formule de calcul de l éblouissement. Celle-ci tient compte de tous les luminaires de l installation contribuant à une sensation d éblouissement. Les valeurs UGR des luminaires sont déterminées à l aide des tables selon CIE 117. Zumtobel indique sur tous les luminaires concernés la valeur UGR respectée. Valeurs limites (UGR L ) à ne pas dépasser : Dessin technique Lire, écrire, écoles, réunions, travail sur ordinateur Industrie et artisanat Travaux grossiers dans l industrie Quais, halles Les valeurs UGR pour les activités et tâches visuelles sont établies dans la norme EN (voir tables des pages 29 39). Les valeurs de référence pour diverses tailles de local figurent sur les fiches techniques. Les valeurs UGR sont indiquées pour chaque produit dans la fiche de données photométriques. Exemple : (onglet photométrie) UGR = 8 log 0,25 ( L P ) L2 Ω 2 b (1) (2) La méthode UGR prend en compte la luminosité des murs et des plafonds (1) ainsi que tous les luminaires de l installation contribuant à l éblouissement (2). On obtient ainsi la valeur UGR.

14 14 Critères de qualité = 45 UGR L = 85 Classe de qualité A Valeurs pour un éclairement nominal (lx) de < < < < A a h s Luminance L en cd/m 2 1 La méthode d évaluation à l aide de courbes limites de luminance évalue la luminance moyenne dans une plage de 45 à 85. Avant, elle évaluait également l éblouissement d un luminaire. Les valeurs UGR sont données pour chaque produit dans la fiche de données photométriques. Exemple : (onglet photométrie) Pour les bureaux, UGR = 19 est la valeur maximale autorisée ce qui correspond à une courbe limite de luminance dans la classe de qualité visuelle 1 pour 500 lx.

15 15 Éclairement sur les murs et plafonds Des plafonds et murs non éclairés créent une impression désagréable. Des surfaces claires par contre assurent une ambiance très agréable. C est pourquoi la norme EN prescrit un éclairement de minimum 30 lx ou 50 lx* au plafond et de minimum 50 lx ou 75 lx* aux murs. Ces valeurs devraient d ailleurs être largement dépassées et comporter minimum 175 lx aux murs. * dans les bureaux, salles de cours, hôpitaux Éclairage de pièces Pour faciliter l identification des personnes et des objets dans une pièce, l éclairement cylindrique Ē Z et le modelling doivent répondre à des exigences fondamentales. Dans les salles de communication par exemple, Ē Z devrait être d au moins 150 lx. Le modelling est le rapport entre l éclairement cylindrique et horizontal en un point et devrait se situer entre 0,3 et 0,6. Ē Z

16 16 Critères de qualité Couleur de la lumière La couleur de lumière est la couleur apparente de la lumière. Température de couleur Coloration Association ww (blanc chaud) jusqu à 3300 K rougeâtre chaud nw (blanc neutre) K blanc neutre dw (blanc lumière du jour) à partir de 5300 K bleutée froid L ambiance d une pièce est non seulement déterminée par la couleur de surfaces, mais également par la couleur de la lumière! Rendu des couleurs Indice de rendu des couleurs R a Lumière du jour LED Lampe halogène Lampe fluocompacte Lampe fluorescente Lampe à vapeur de mercure haute press. Lampes aux iodures métalliques Lampe à vapeur de sodium haute press. = Interdit/n est plus recommandé selon l ordonnance CE 245/2009 (EuP) en raison de sa faible efficacité et d un rendu des couleurs insuffisant.

17 Mesure de l éclairement 17 L éclairement moyen est la valeur arithmétique moyenne des éclairements ponctuels mesurés avec un luxmètre dans des conditions précises et selon un maillage défini. Appareils de mesure : dénomination et précision L : précision maximale, limite d erreur 3 % A : grande précision, limite d erreur 5 % B : précision moyenne, limite d erreur 10 % (exigence minimale) Conditions de mesure Éviter la lumière parasite/lumière du jour (la mesurer séparément et la soustraire) Contrôler la tension réseau et la température ambiante Utiliser des lampes neuves ayant subi une période de rodage (de 100 h pour les lampes à décharge) Maillage et hauteur de mesure Les normes EN (éclairage des lieux de travail intérieurs) et EN (éclairage des installations sportives) comportent une grille de mesure qui facilite le contrôle de l installation d éclairage. Lieux de travail = 0,75 m, centres sportifs (sol) = 0,03 m Voies de circulation, escaliers, parkings (sol) = 0,03 m Éclairement cylindrique = 1,2 m Maillage de mesure : rectangles égaux Le maillage de mesure n est pas égal au quadrillage de disposition des luminaires Taille du champ de mesure Espacement 1 m 0,2 m 5 m 0,6 m 10 m 1 m 50 m 3 m 100 m 5 m

18 18 Modes d éclairage Éclairage direct Fortement orienté Forte protection contre l éblouissement sous certains angles Plafond sombre (effet de grotte) Liberté d implantation des postes de travail limitée Efficacité énergétique pour le plan de travail Éclairage indirect Distribution lumineuse diffuse La pièce gagne en hauteur Pas d éblouissement Libre disposition des postes de travail Faible efficacité énergétique

19 19 Éclairage direct-indirect Ambiance agréable Bonne acceptation par les utilisateurs Bons rapports de contraste Disposition flexible des postes de travail (composante indirecte > 60 %) Lumière douce Solution encastrée à distribution directe/indirecte Libre disposition des postes de travail Pas d éblouissement Luminances réduites sous tous les angles Ambiance proche de celle de la lumière du jour

20 20 Concepts d éclairage La définition des différentes tâches visuelles pour l étude de l éclairage d une pièce, telle que la norme la prévoit, offre de nouvelles perspectives dans la conception d éclairages. La quantité et la qualité de lumière peuvent être déterminées exactement pour chaque zone de travail. Les concepts d éclairage en fonction du poste de travail sont un outil sur mesure permettant d exploiter les possibilités élargies. Ils se répercutent aussi favorablement sur le budget, les gains réalisés pouvant alors être mis à profit pour l amélioration du confort d éclairage et de l ambiance. Fonction visuelle Les concepts d éclairage en fonction du poste de travail procurent la quantité de lumière nécessaire dans la meilleure qualité possible. L uniformité, la protection contre l éblouissement et les reflets, le rendu des contrastes et la composition des ombres sont systématiquement adaptés à la tâche à réaliser. L éclairage n est pas étudié en fonction de la pièce, mais en fonction des besoins des personnes qui l utilisent. Effet émotionnel et biologique La concentration de l éclairage sur des zones délimitées permet de réduire les coûts d investissement et d exploitation. Les moyens budgétaires ainsi libérés peuvent être utilisés pour améliorer le confort et l ambiance, avec par exemple des accents de lumière, l éclairage des murs ou des scénarios lumière animés. Efficacité énergétique optimale Les grands bâtiments renferment un énorme potentiel d optimisation énergétique. La concentration précise de l éclairage sur les différentes zones de travail (Task Areas) réduit l éclairement moyen et par conséquent les coûts énergétiques moyens. Une gestion en fonction de la lumière du jour combinée avec des détecteurs de présence augmente encore les économies possibles.

21 21 Les concepts d éclairage orientés local ne tiennent compte ni des diverses zones de travail ni des différentes tâches visuelles. Ils sont conçus en fonction de la tâche la plus complexe effectuée dans la pièce. La position du poste de travail n est pas définie, la pièce entière reçoit un éclairage uniforme de bonne qualité. L éclairage est concentré sur différentes zones de tâche visuelle et permet ainsi un aménagement lumineux diversifié de la pièce. L éclairage des murs par exemple peut rendre une pièce plus spacieuse et plus attrayante, des ambiances dynamiques augmentent la qualité visuelle.

22 22 Humanergy Balance Human aspects + Energy efficiency = Humanergy Balance Le concept de Humanergy Balance concilie les deux aspects d un éclairage et permet son évaluation : ELI, l indicateur de qualité d éclairage, tient compte de l effet physique et psychique de la lumière sur les personnes. LENI, l indicateur de l efficacité énergétique évalue les aspects économiques et écologiques de l éclairage. Évaluation globale de la qualité de lumière (ELI) L Ergonomic Lighting Indicator (ELI) permet l appréciation quantitative de la qualité de lumière à l aide de cinq critères. Les différents critères sont évalués à l aide de listes de contrôle et représentés sur un diagramme de Kiviat (diagramme en toile d araignée). La meilleure qualité se trouve dans le cercle extérieur. Exemple d évaluation ELI à l aide du diagramme en toile d araignée. Performance Sehleistung visuelle A E Individualität Individualité 4 3 und et Flexibilität flexibilité 4 5 D Vitalität Vitalité B 4 3 Aspect Erscheinungsbild 2 C Sehkomfort Confort visuel 0 60

23 Calcul de l efficacité énergétique (LENI) 23 L indicateur LENI (Lighting Energy Numeric Indicator) indique la consommation énergétique effective d une installation d éclairage et est mesuré en kwh par mètre carré et par an. LENI se détermine à partir des prescriptions de la norme EN (Performances énergétique des bâtiments exigences énergétiques pour l éclairage). Formule pour le calcul de la consommation énergétique de l éclairage LENI = (P n x F C ) x {(t D x F O x F D ) + (t N x F O )} A [kwh/(an x m²)] D lität Sans entrer dans le détail de chaque paramètre, il ressort que les facteurs importants sont : La puissance installée (P n ) Multipliée par les heures d utilisation durant la journée (t D ) et durant la nuit (t N ) Moins les facteurs ( 1) pour la commande en fonction de la lumière du jour (F D ), de la commande en fonction de la présence (F O ) et l utilisation d une commande à lumière constante (F C ) (par ex. Maintenance Control) Sehleistung La surface évaluée (A) A 2 Les 1facteurs suivants ont une influence positive sur la réduction de la consommation d énergie : 0 Commande -1 réfléchie 5 Bde l éclairage 2 4 Exploitation de la lumière Erscheinungsbild du jour 2 1Utilisation 1 de détecteurs de présence 2-2 Intégration intelligente des temps -1 d utilisation 0 Lampes efficaces Luminaires 1 et solutions lumière spécifiées, adaptées à 2l application respective Commande Cde l éclairage en niveau constant (Maintenance Sehkomfort Control) Pour LENI, il faut encore tenir compte de l énergie de charge pour l éclairage de sécurité et de l énergie de veille kwh/m 2 a Consommation en kwh/(m² an)

24 24 Calcul de l efficacité énergétique (LENI) Performance visuelle Un éclairage conforme aux normes est indispensable pour bien voir la tâche visuelle et pour pouvoir réaliser le travail. La prise en compte des caractéristiques de qualité classiques de l éclairage a une grande influence sur la réalisation de la tâche visuelle. Niveau d éclairement Uniformité d éclairement Rendu des couleurs Pas d ombres portées gênantes Restitution des contrastes Éblouissement physiologique Aspect Dans les bâtiments de prestige p. ex., l éclairage ne sert pas seulement à voir, mais a aussi une fonction décorative. La lumière peut servir à l orientation et déterminer la première impression visuelle qui fera qu une pièce est perçue comme agréable ou non. Concept architectural Concept mental Aide à l orientation Hiérarchie des perceptions Effet extérieur Matériaux Degré de protection des luminaires Protection contre les rayonnements nocifs Confort visuel L éclairage n est pas seulement nécessaire là où la tâche visuelle s effectue, mais sert également à la perception à l intérieur de la pièce. Celle-ci doit recevoir une lumière uniforme et équilibrée. Distribution harmonieuse des luminances Différences de luminances Plasticité/modelage Éblouissement psychologique Uniformité de l éclairement dans la zone périphérique de la tâche visuelle Sentiment de sécurité Lumière artificielle complétée par la lumière du jour Utilisation de ballasts sans papillotements

25 25 Vitalité La lumière influence largement notre bienêtre et notre activité. Elle a en outre une influence positive sur la santé, est capable de soutenir/d influencer des processus biologiques. Bien-être Activation et stimulation Rythme circadien Lumière proche de la lumière du jour Éviter les zones dangereuses Éviter le rayonnement thermique Champs électromagnétiques Individualité et flexibilité Des besoins visuels, des tâches visuelles et des heures d utilisation différentes requièrent une intervention individuelle sur la situation d éclairage. Des capteurs et systèmes de commande aident l utilisateur à adapter l éclairage à ses besoins. Intervention personnelle par allumage/ extinction/gradation ou régulation Choix de l ambiance lumineuse Détection de présence Commande en fonction de la lumière du jour Choix des scénarios lumière Flexibilité de réaménagement des locaux Sphère privée L utilisation des diagrammes est décrite au chapitre 9 «Listes de contrôle».

26

27 Chapitre 2 Valeurs indicatives pour l éclairage intérieur et extérieur Valeurs indicatives pour l éclairage des lieux de travail intérieurs, extérieurs et installations sportives 28 Espaces intérieurs 29 Zones de circulation et zones générales à l intérieur de bâtiments 29 Activités industrielles et artisanales 29 Bureaux 34 Espaces de vente 34 Zones publiques 34 Établissements de formation 35 Établissements de santé 36 Zone de circulation 37 Établissements sportifs 38 Lieux de travail extérieurs 40 Zones de circulations générales de lieux/postes de travail extérieurs 40 Aéroports 40 Chantiers 40 Stations-services 40 Installations industrielles et zones d entrepôt 40 Installations d extraction de gaz/de pétrole en mer 41 Parkings 41 Installations pétrochimiques et autres installations industrielles à hauts risques 41 Centrales énergétiques, électriques, à gaz et thermiques 41 Trains et tramways 42 Scieries 42

28 28 Valeurs indicatives pour l éclairage des lieux de travail intérieurs et extérieurs ainsi que d installations sportives Les tables et valeurs ont été tirées des normes européennes. «Éclairage de lieux de travail intérieurs», EN (juin 2011) «Éclairage de lieux de travail extérieurs», EN (octobre 2007) «Éclairage d installations sportives», EN (avril 2008) Les valeurs limites suivantes sont établies dans les tables : Dans la zone de la tâche visuelle, les valeurs de maintenance de l éclairement Ē m ne doivent pas se situer en dessous des valeurs définies. À défaut de connaître la situation exacte, leur détermination se fait sur la base de la pièce entière ou d une zone de travail définie. Exemple d une zone de travail au bureau : Les facteurs de maintenance peuvent être déterminés individuellement à l aide des indications du fabricant (voir également chapitre 9 Listes de contrôle). Dans le cas où vous ne disposez pas de données de maintenance individuelles, les facteurs de maintenance suivants sont recommandés comme valeurs de référence pour les technologies modernes avec une maintenance à intervalle de trois ans : 0,67 pour les ambiances propres et 0,50 pour les pièces fortement encrassées. La norme EN exige que le facteur de maintenance et le programme d entretien soient consignés par le concepteur. UGR L est la limite supérieure d éblouissement direct. L UGR obtenu dans l étude doit être inférieur. L uniformité U O est le rapport entre E min et l éclairement Ē moyen dans la zone d évaluation. Cette valeur est une valeur minimale. R a est l indice minimum de rendu des couleurs. La lampe choisie doit au minimum avoir cette valeur ou une valeur R a supérieure.

29 29 Type d intérieur, tâche visuelle ou activité Zones de circulation et zones générales à l intérieur de bâtiments Ē m UGR L U O R a Zones de circulation et zones générales à l intérieur de bâtiments Voies de circulation et couloirs (au sol) ,40 40 Escaliers, escaliers roulants, tapis roulants ,40 40 Ascenseurs, élévateurs ,40 40 Quais et zones de chargement ,40 40 Salles de repos, d installations sanitaires et de premier secours Cantines, cuisinettes ,40 80 Salles de contrôle Salles de repos ,40 80 Salles d exercices physiques ,40 80 Vestiaires, lavabos, salles de bain, toilettes ,40 80 Infirmeries ,60 80 Salles de soins médicaux ,60 90 Locaux d équipements techniques, salles d appareillage électrique ,40 60 Locaux courrier, télex, centraux téléphoniques ,60 80 Entrepôts et chambres froides Réserves et entrepôts ,40 60 Zone d emballage et d expédition ,60 60 Entrepôts à (hauts) rayonnages Zones de circulation sans circ. de personnes (au sol) 20 0,40 40 Zones de circulation avec circ. de personnes (au sol) ,40 60 Postes de conduite ,60 80 (Hauts) rayonnages 200 0,40 60 Activités industrielles et artisanales Agriculture Commande et alimentation de convoyeurs et de machines ,40 80 Étables 50 0,40 40 Étables pour animaux malades, étables de vêlage ,60 80 Préparation des aliments, chambres à lait, nettoyage des appareils ,60 60 Boulangeries Salles de préparation et de cuisson ,60 80 Finition, glaçage, décoration ,70 80 Industrie du ciment, du béton et de la brique Séchage ,40 20 Traitement de matières, travaux aux fours et mélangeurs ,40 40 Travaux mécaniques généraux ,60 80 Façonnage grossier ,60 80 Céramiques, carreaux, verre, produits verriers Séchage ,40 20 Préparation du matériel, usinage d ordre général ,60 80 Émaillage, laminage, pressage, façonnage de pièces simples, vernissage, soufflage du verre ,60 80

30 30 Espaces intérieurs Type d intérieur, tâche visuelle ou activité Céramiques, carreaux, verre, produits verriers Ē m UGR L U O R a Polissage, gravure, polissage de verre, façonnage de petites pièces, fabrication d instruments en verre ,70 80 Polissage de verre optique, cristal, polissage et gravure à la main, travail sur des pièces de taille moyenne ,70 80 Travaux délicats, p. ex. polissage de décors (polissage décoratif), peinture à la main ,70 90 Fabrication/façonnage de pierres précieuses synthétiques ,70 90 Industrie chimique, industrie du caoutchouc et des matières plastiques Installations technologiques avec commande à distance 50 0,40 20 Installations technologiques avec interventions manuelles occasionnelles ,40 40 Postes de travail occupés en permanence sur des installations technologiques ,60 80 Salles de mesures de précision, laboratoires ,60 80 Fabrication de médicaments ,60 80 Production de pneumatiques ,60 80 Test colorimétrique ,70 90 Coupe, retouches, travaux de contrôle ,70 80 Industrie électrique Fabrication de câbles et de fils ,60 80 Industrie agroalimentaire Bobinage grandes bobines ,60 80 bobines de taille moyenne ,60 80 bobines fines ,70 80 Imprégnation de bobines ,60 80 Galvanisation ,60 80 Travaux d assemblage travaux grossiers, p. ex. grands transformateurs ,60 80 travaux moyennement délicats, p. ex. panneaux de contrôle ,60 80 travaux délicats, p. ex. téléphones, radios, produits informatiques (ordinateurs) ,70 80 travaux très délicats, p. ex. appareils de mesure, circuits imprimés ,70 80 Ateliers électroniques, contrôles, ajustages ,70 80 Postes et zones de travail dans les brasseries, malteries pour le lavage, la mise en fûts, le nettoyage, le filtrage, le décorticage pour la cuisson dans les conserveries et fabriques de chocolat postes et zones de travail dans les sucreries pour le séchage et la fermentation du tabac brut, caves de fermentation ,40 80

31 31 Type d intérieur, tâche visuelle ou activité Industrie agroalimentaire Ē m UGR L U O R a Tri et lavage de produits, mouture, mixage, mélange, conditionnement ,60 80 Postes de travail et zones critiques dans les abattoirs, boucheries, laiteries, moulins, lits-filtres de raffineries de sucre ,60 80 Tri et coupe de fruits et légumes ,60 80 Production de denrées de fine épicerie, travail de cuisine, fabrication de cigares et de cigarettes ,60 80 Contrôle de verres et de bouteilles, contrôle de la production, garnissage, tri, décoration ,60 80 Laboratoires ,60 80 Contrôle colorimétrique ,70 90 Fonderies et fabrication de pièces coulées en métal Tunnels souterrains, caves, etc. accessibles 50 0,40 20 Estrades ,40 40 Préparation du sable ,40 80 Ébarbage ,40 80 Postes de travail au cubilot et au mélangeur ,40 80 Halles de coulée ,40 80 Postes de décochage ,40 80 Ateliers de moulage mécanique ,40 80 Moulage manuel et préparation des noyaux ,60 80 Ateliers de moulage sous pression ,60 80 Fabrication de maquettes ,60 80 Cosmétique/coiffure Soins capillaires ,60 90 Fabrication de bijoux Façonnage de pierres précieuses ,70 90 Fabrication d articles de joaillerie ,70 90 Horlogerie (artisanale) ,70 80 Fabrication de montres (automatique) ,60 80 Blanchisseries et nettoyage chimique Entrée des marchandises, marquage et tri ,60 80 Lavage et nettoyage chimique ,60 80 Repassage et pressing ,60 80 Contrôle et retouches ,70 80 Cuirs et maroquinerie Travaux aux cuves, tonneaux, fosses ,40 40 Raclage, refente, polissage et foulage des peaux ,40 80 Travaux de sellerie, fabrication de chaussures, piquage, couture, polissage, gaufrage, découpe, estampage ,60 80 Tri ,60 90 Teinture du cuir (mécanique) ,60 80 Contrôle de qualité ,70 80 Contrôle colorimétrique ,70 90

32 32 Espaces intérieurs Type d intérieur, tâche visuelle ou activité Ē m UGR L U O R a Cuirs et maroquinerie Cordonnerie ,60 80 Ganterie ,60 80 Usinage et transformation des métaux Forgeage sans matrice ,60 80 Papier et articles de papeterie Matriçage ,60 80 Soudage ,60 80 Travaux mécaniques grossiers et moyennement fins : tolérances 0,1 mm ,60 80 Travaux mécaniques fins, polissage : tolérances < 0,1 mm ,70 80 Traçage, contrôle ,70 80 Tréfilerie et étirage de tubes, formage à froid ,60 80 Transformation de tôles lourdes : épaisseur 5 mm ,60 80 Transformation de tôles légères : épaisseur < 5 mm ,60 80 Fabrication d outillages et de coutellerie ,70 80 Travaux d assemblage : grossiers ,60 80 moyennement fins ,60 80 fins ,60 80 très fins ,70 80 Galvanisation ,60 80 Traitement des surfaces et peinture ,70 80 Construction de moules, de gabarits, d appareils, mécanique de précision et micromécanique ,70 80 Travaux aux piles hollandaises, meuletons, dans des usines de défibrage ,40 80 Fabrication et transformation du papier, machines à papier, machines à confectionner le carton ondulé ,60 80 Travaux généraux de reliure, p. ex. plier, trier, coller, découper, gaufrer, coudre ,60 80 Centrales électriques Installations d approvisionnement en carburant 50 0,40 20 Imprimeries Chaufferies ,40 40 Salle des machines ,40 80 Pièces annexes, p. ex. salle des pompes, salles des condensateurs, etc., installations de distribution (dans des bâtiments) ,40 60 Salles de commande ,70 80 Découpe, dorure, gaufrage, gravure de clichés, travaux sur des pierres de lithographie et des planches, machines d impression, réalisation de matrices ,60 80 Tri du papier et impression à la main ,60 80 Composition, retouches, lithographie ,70 80 Contrôle couleur pour impressions polychromes ,70 90 Gravure sur acier et gravure sur cuivre ,70 80

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE»

EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE» EXIGENCES DE PERFORMANCE PHOTOMETRIQUE «CADRE REGLEMENTAIRE» PRESENTATION 1 ASPECTS LEGISLATIF, REGLEMENTAIRE ET NORMATIF -Code Général des Collectivité Territoriale (CGCT) : -Article L2212-2 «L éclairage

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE» Sources : syndicat de l éclairage et CNIDEP A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales L éclairage a pour vocation : - D assurer de bonnes conditions de travail,

Plus en détail

U7/R7 Un éclairage avancé dans un design unique

U7/R7 Un éclairage avancé dans un design unique U7/R7 U7/R7 Un éclairage avancé dans un design unique 2 ETAP U7/R7 Avec U7 et R7, faites entrer chez vous l éclairage du futur. Les luminaires utilisent la technologie LED+LENS et ont été mis au point

Plus en détail

Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur

Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur Le remplacement d un tube fluo T8 par un tube LED dans les écoles : la synthèse pour le directeur Un tube fluo de 1.500 mm et de 58 W consomme 68 W avec son ballast. Dans certains cas, il pourrait être

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Photomètre à LED blanche. Modèle LT40

MANUEL D UTILISATION. Photomètre à LED blanche. Modèle LT40 MANUEL D UTILISATION Photomètre à LED blanche Modèle LT40 Présentation Toutes nos félicitations pour votre acquisition du photomètre à LED, modèle LT40 d Extech, qui permet de mesurer l intensité lumineuse

Plus en détail

Kardó. Une combinaison infinie de lumiere

Kardó. Une combinaison infinie de lumiere Kardó Une combinaison infinie de lumiere CONCEPT Design: eer architectural design, Belgique 2 - Kardó Kardó est un système d éclairage spécial qui permet de s adapter à l architecture à travers tout le

Plus en détail

LIVIANO. Projecteur. Eco-design innovant en format compact

LIVIANO. Projecteur. Eco-design innovant en format compact LIVIANO Projecteur Eco-design innovant en format compact 4010 T-Mobile Store Berlin/D Architecte : Mutabor Design GmbH, Hambourg/D Solution lumière : projecteur LIVIANO, projecteur TEMPURA Éclairage attrayant

Plus en détail

Code du bâtiment. Code national du bâtiment - Canada 2010

Code du bâtiment. Code national du bâtiment - Canada 2010 Code du bâtiment 3.2.6. Exigences supplémentaires pour les bâtiments de grande hauteur (Voir l annexe B.) 3.2.6.1. Domaine d application 1) La présente sous-section s applique à tout bâtiment : a) abritant

Plus en détail

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL 1 Lumière naturelle SOMMAIRE Introduction La lumière naturelle est essentielle Les effets sur la santé et le bien-être Les effets sur la sécurité et performance

Plus en détail

CHAPITRE 1. DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE (Septembre 2003) Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009)

CHAPITRE 1. DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE (Septembre 2003) Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009) CHAPITRE 1 DÉFINITION DES CATÉGORIES D ESPACE () Mise à jour août 2010 (en référence au guide SILU, août 2009) TABLE DES MATIÈRES Page 1. CATÉGORIE 010 Salles d enseignement... 1 2. CATÉGORIE 020 Laboratoires

Plus en détail

TECHNIQUE. Cahier. Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201

TECHNIQUE. Cahier. Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201 Cahier TECHNIQUE Guide d application de la norme européenne Éclairage public EN 13201 > Partie 1 : Sélection des classes d éclairage > Partie 2 : Exigences de performance DOSSIER RÉALISÉ PAR CHRISTIAN

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION Photomètre de poche

MANUEL D UTILISATION Photomètre de poche MANUEL D UTILISATION Photomètre de poche Modèle LT10 Introduction Merci d'avoir choisi le photomètre de poche, modèle LT10 de Extech Instruments. Le LT10 permet de mesurer et d afficher l intensité lumineuse

Plus en détail

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES

SOLUTIONS CONSTRUCTIVES Performance des dispositifs pare soleil par Aziz Laouadi CNRC CONSTRUCTION SOLUTIONS CONSTRUCTIVES N o 77, juin 2011 Ce numéro décrit les résultats d une étude sur un certain nombre de dispositifs pare

Plus en détail

L élévateur vertical Cibes A 5000

L élévateur vertical Cibes A 5000 L élévateur vertical Cibes A 5000 L élévateur Cibes facilite l accès à tous les niveaux Découvrez le design élégant du Cibes A 5000 et ses qualités exceptionnelles. Cibes A 5000 est un élévateur vertical

Plus en détail

1028 Lampes Tubes Fluorescents

1028 Lampes Tubes Fluorescents 1028 Lampes Tubes Fluorescents legende photo appli 2 Lampes Tubes Fluorescents 1029 Tubes Fluorescents Les tubes fluorescents sont des lampes à décharge tubulaires à vapeur de mercure basse pression dont

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR

RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR RÉFLECTEUR INDUSTRIEL FLUORESCENT POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR RÉFLECTEUR INDUSTRIEL POUR DES APPLICATIONS DE GRANDE HAUTEUR Les réflecteurs industriels intégrant des tubes fluorescents T5 sont

Plus en détail

Quelle surface indiquer sur la déclaration?

Quelle surface indiquer sur la déclaration? Quelle surface indiquer sur la déclaration? Le détail de la surface totale de votre local est à indiquer dans le cadre 4 de la déclaration, quelque soit la nature de l occupation du local (occupé par son

Plus en détail

ÉCLAIRAGE INDUSTRIEL. EXCELLENTES PERFORMANCES POUR UNE FAIBLE CONSOMMATION D'ÉNERGIE.

ÉCLAIRAGE INDUSTRIEL. EXCELLENTES PERFORMANCES POUR UNE FAIBLE CONSOMMATION D'ÉNERGIE. ÉCLAIRAGE INDUSTRIEL. EXCELLENTES PERFORMANCES POUR UNE FAIBLE CONSOMMATION D'ÉNERGIE. 03 Introduction 04 05 Améliorer la motivation et la sécurité Présentation 06 07 Éclairage de façade Floodlight 3000

Plus en détail

L ÉCLAIRAGE DES ÉTABLES LAITIÈRES 20912

L ÉCLAIRAGE DES ÉTABLES LAITIÈRES 20912 L ÉCLAIRAGE DES ÉTABLES LAITIÈRES 20912 M. FORTIER 1, M. DUSSAULT 2, D. NAUD 3 2005-01 INSTRUCTIONS COMPLÈTES Photo : Marcel Dussault (MAPAQ) 1. MICHEL FORTIER, ingénieur, Direction régionale Chaudière-Appalaches

Plus en détail

OTIS. Cargo l ascenseur de charge

OTIS. Cargo l ascenseur de charge OTIS Cargo l ascenseur de charge L ASCENSEUR DE CHARGE CARGO CONÇU POUR DURER Cargo est parfaitement adapté au transport vertical de tous les types de charge dans tous les domaines : Industries, entrepôts

Plus en détail

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva SICPPT fédéral AFFILIES Comité de gestion SIPPT 1 SIPPT SIPPT n 2 EMPREVA Management Office

Plus en détail

be tween Un design épuré pour une colonne LED polyvalente et raffinée Caractéristiques - luminaire options

be tween Un design épuré pour une colonne LED polyvalente et raffinée Caractéristiques - luminaire options Design: Pearl Creative Caractéristiques - luminaire Etanchéité du bloc optique: IP 65 (*) Résistance aux chocs (verre): IK 08 (**) Tension nominale: 230V 50Hz Classe électrique: I ou II (*) Poids (module):

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux.

KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux. KASTO, le programme complet : Rentabilité dans le sciage et le stockage des métaux. Compétence sur toute la ligne Depuis plus de 160 ans, KASTO, synonyme de qualité et d innovation, propose le programme

Plus en détail

Le LUX en mode économie d énergie

Le LUX en mode économie d énergie Séminaire Bâtiment Durable : Le LUX en mode économie d énergie Le 5 mars 2015 Bruxelles Environnement Case Study : Relighting Exemples de relighting dans diverses applications Ingrid VAN STEENBERGEN, Gérante

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

La lumière.l éclairage sous son plus beau jour.

La lumière.l éclairage sous son plus beau jour. La lumière.l éclairage sous son plus beau jour. valable à partir du 1.2.2014 La lumière sert bien plus qu au simple éclairage. Alors qu à l origine, la lumière artificielle était destinée avant tout à

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil

par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil Escaliers mécaniques Trottoirs roulants par Jacques DURANDEAU Ingénieur de l École Nationale Supérieure d Arts et Métiers Directeur de SETRADEX Conseil 1. Définitions... C 3 726-2 2. Constitution... 3

Plus en détail

Le LED permet-il réellement de réaliser des économies d'énergie? Le confort est-il assuré? Points d'attentions et cas vécus

Le LED permet-il réellement de réaliser des économies d'énergie? Le confort est-il assuré? Points d'attentions et cas vécus Séminaire à Namur - le 24 octobre 2014 Le LED permet-il réellement de réaliser des économies d'énergie? Le confort est-il assuré? Points d'attentions et cas vécus Ingrid Van Steenbergen Consultante en

Plus en détail

LUXOMAT Exemples d implantation pour électriciens et bureau d études

LUXOMAT Exemples d implantation pour électriciens et bureau d études B.E.G. LUXOMAT d implantation LUXOMAT d implantation pour électriciens et bureau d études Indexe Profitez des nombreuses années d expérience de B.E.G. pour planifier et installer avec succès et en toute

Plus en détail

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET

Éclairage naturel L5C 2009/2010. Aurore BONNET Éclairage naturel L5C 2009/2010 Aurore BONNET Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : Introduction : Les 2 aspects de l éclairage naturel : l ensoleillement et l éclairage diffus L ENSOLEILLEMENT

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. LEICHT à house4kitchen collection 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. LEICHT à house4kitchen collection 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE LEICHT à house4kitchen collection 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE LEICHT à house4kitchen Inspirations et impulsions pour 2014 Une cuisine ne prend vie qu une fois tous ses éléments combinés

Plus en détail

CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED. Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique

CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED. Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique CHROMOPHARE Génération F : éclairage innovant à réflecteur avec LED Un concept et un design d'éclairage qui réunissent fonctionnalité et esthétique Tuttlingen, novembre 2011 - La nouvelle CHROMOPHARE Génération

Plus en détail

Critères de classification hôtelière suisse

Critères de classification hôtelière suisse 1 1. Aspect extérieur du bâtiment Accès, parking, jardin, façade, fenêtres, balcons Signalisation / accès à partir des principaux axes routiers 2. Secteur de l entrée Largeur, paillassons, ambiance (éclairage,

Plus en détail

Apprendre en pratique - dès le début.

Apprendre en pratique - dès le début. Apprendre en pratique - dès le début. Les unités de simulation de la gamme KaVo permettent une formation optimale grâce à un agencement flexible des composants de l équipement, une ergonomie excellente

Plus en détail

Sommaire ... PRESENTATION ... AGENCEMENT ... CLOISONS - PORTES ... ECLAIRAGE - DÉCORATION ... REVÊTEMENT ... RÉSINE DE SYNTHÈSE ...

Sommaire ... PRESENTATION ... AGENCEMENT ... CLOISONS - PORTES ... ECLAIRAGE - DÉCORATION ... REVÊTEMENT ... RÉSINE DE SYNTHÈSE ... d e n t a i r e e t m é d i c a l d e n t a i r e e t m é d i c a l Sommaire 4 5 6 7 8 9... PRESENTATION... AGENCEMENT... CLOISONS - PORTES 10 11... ECLAIRAGE - DÉCORATION 12 13... REVÊTEMENT 14 15...

Plus en détail

PENDANTS à PLAFOND Pour USI/Anesthésie

PENDANTS à PLAFOND Pour USI/Anesthésie PENDANTS à PLAFOND Pour USI/Anesthésie Rigidité maximale et grande capacité Plages d'action presque illimités Modularité avec possibilité de choix Conception ergonomique Fiche complète de prises et access.

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux.

systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux. systèmes d étagères Ergonomique, flexible, sûr. Le système modulaire pour pharmacies hospitalières et services d hôpitaux. Système d étagères FAMA : une flexibilité optimale pour un rendement maximal.

Plus en détail

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE EPA Environnement Peinture et Application ÉTUVES POUR SÉCHAGE CUISSON PEINTURE OU POUDRE AVEC ÉCHANGEUR FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE 200 C 95 C 0 à 95 C pour peinture liquide / colle 0 à 200 C pour peinture

Plus en détail

Normes CE Equipements de Protection Individuelle

Normes CE Equipements de Protection Individuelle E. P. I D O C U M E N T D I N F O R M A T I O N Normes CE Equipements de Protection Individuelle Normes CE EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE Définitions : E.P.I : Tout dispositif ou moyen destiné

Plus en détail

ConneCtez-vous au soleil. au soleil

ConneCtez-vous au soleil. au soleil ConneCtez-vous au soleil ConneCtez-vous au soleil «L éclairage intérieur est un trait de caractère majeur de l ambiance d un bâtiment. Une lumière naturelle engendre une sensation de bien-être et de confort

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Cie L*43.62 a* -0.12 b* -20.16. Des couleurs qui tiennent la route. Solutions de gestion des couleurs pour le secteur de l automobile

Cie L*43.62 a* -0.12 b* -20.16. Des couleurs qui tiennent la route. Solutions de gestion des couleurs pour le secteur de l automobile Cie L*43.62 a* -0.12 b* -20.16 Des couleurs qui tiennent la route Solutions de gestion des couleurs pour le secteur de l automobile La couleur fait la différence Qu il s agisse d établir l identité visuelle

Plus en détail

Qualité de la lumière perçue au bureau

Qualité de la lumière perçue au bureau Zumtobel Research Qualité de la lumière perçue au bureau Phase 1 Évaluation au niveau européen Fraunhofer IAO, Stuttgart DE Zumtobel Lighting GmbH, Dornbirn AT Mars 2014 Zumtobel Research ISBN 978-3-902940-51-3

Plus en détail

LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS

LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS Lumière dynamique LA LUMIERE DYNAMIQUE DESORMAIS A LA PORTEE DE TOUS L apport de dynamique dans l intensité, la couleur et la répartition de la lumière (artificielle) a de nombreuses applications. Vous

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, Notre Lightletter vous réserve également des sujets passionnants. Que cette lecture vous procure du plaisir. Votre Soc.

Mesdames, Messieurs, Notre Lightletter vous réserve également des sujets passionnants. Que cette lecture vous procure du plaisir. Votre Soc. Lightletter LIGHTLETTER 06 14 by Hess by Hess Hess. Ein Une Unternehmen société de Nordeon-Group der Nordeon-Gruppe Lakefront Park, Kissimmee (Florida, USA) Mesdames, Messieurs, le passage des installations

Plus en détail

Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/A-) ECO

Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/A-) ECO Version: Mars 2014 Manuel d utilisation pour l outil lumière du jour MINERGIE-(P-/-) ECO 1. Introduction e présent document permet de calculer facilement le degré de lumière naturelle pour la demande Minergie-Eco.

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Guide de l éclairage 1to1 energy Efficacité énergétique, confort et esthétique

Guide de l éclairage 1to1 energy Efficacité énergétique, confort et esthétique Guide de l éclairage to energy Efficacité énergétique, confort et esthétique Sommaire Pour y voir plus clair 3 L essentiel en bref 4 Comparatif anciennes/nouvelles ampoules 6 Ampoules basse consommation

Plus en détail

KHBO à Bruges Afficher une symbolique

KHBO à Bruges Afficher une symbolique Communiqué de presse Dornbirn, avril 2010 KHBO à Bruges Afficher une symbolique B1 Avec son nouveau bâtiment, la haute école catholique de Bruges pose les jalons d une architecture empreinte de paradoxes,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AUDITORIUM EXTENSION S-3

FICHE TECHNIQUE AUDITORIUM EXTENSION S-3 FICHE TECHNIQUE AUDITORIUM EXTENSION S-3 D une surface de 800m² l Auditorium dispose de 900 places assises et d une scène de 20 mètres d ouverture. Sa conception lui permet d accueillir des manifestations

Plus en détail

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface

Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface Chap 8 : L agencement de l unité commerciale I. L organisation de l espace de vente dans une grande surface A. L organisation de la circulation dans le magasin B. L implantation des rayons 1. Les contraintes

Plus en détail

CLEANassist Emballage

CLEANassist Emballage Emballage Dans la zone d emballage, il est important de vérifier exactement l état et la fonctionnalité des instruments, car ce sont les conditions fondamentales pour la réussite d une opération. Il est

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

PORTE DE GARAGE À REFOULEMENT PLAFOND

PORTE DE GARAGE À REFOULEMENT PLAFOND PORTE DE GARAGE À REFOULEMENT PLAFOND PORTE DE GARAGE DE LA NOUVELLE GÉNÉRATION AVEC UNE TECHNIQUE DE ROULEMENT PARFAITE N O U S V O U S O U V R O N S L E S P O R T E S D U P R O G R È S Portes de garage

Plus en détail

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes

Déchets spécifiques de type F, stockés en alvéole spécifique mono matériaux, dans un centre de stockage d inertes Les déchets actuellement considérés comme inertes en France et stockés comme tels sont des déchets suivants : (1) Stockage en classe III, recyclage, 17 01 01 Béton (armé ou non) 17 01 02 Briques (1) Stockage

Plus en détail

Nous fabriquons sur mesure selon vos besoins Avantages Caractéristiques générales 17m 7 arrêts 400 Kg 5 personnes 700 x 625mm

Nous fabriquons sur mesure selon vos besoins Avantages Caractéristiques générales 17m 7 arrêts 400 Kg 5 personnes 700 x 625mm Nous fabriquons sur mesure selon vos besoins Ascenseur privatif vertical ayant une vitesse jusqu à 0,15 m/s, conçu pour le transport de passagers aux différents niveaux d un immeuble (résidences individuelles,

Plus en détail

L éclairage naturel première partie : Principes de base

L éclairage naturel première partie : Principes de base Suzel BALEZ L5C 2007-08 L éclairage naturel première partie : Principes de base Hertzog et Partner Bât. De bureaux à Wiesbaden Plan Notions préliminaires La vision Grandeurs photométriques Le flux lumineux

Plus en détail

Système KNX Bienvenue dans votre maison intelligente

Système KNX Bienvenue dans votre maison intelligente Système KNX Bienvenue dans votre maison intelligente Votre maison vit à votre Grâce au système KNX, votre maison devient intelligente : elle adapte l éclairage, le chauffage, la climatisation, la gestion

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement QU EST CE QU UNE UNE INSTALLATION CLASSÉE? Les ateliers, usines, dépôts, chantiers qui peuvent être source de pollution ou de risque pour

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES Le cœur du produit de pointe que nous avons étudié et réalisé pour le secteur médical est représenté par le nouveau thermostat électronique HACCP, de série

Plus en détail

Bâtiments Sports et Loisirs

Bâtiments Sports et Loisirs Bâtiments Sports et Loisirs Une construction d avenir pour le Sport et les Loisirs Depuis près de 50 ans, la société Losberger France (anciennement Walter), concepteur et fabricant français, est un acteur

Plus en détail

Notice du logiciel Dialux evo

Notice du logiciel Dialux evo Notice du logiciel Dialux evo Version janvier 2014 Notice Dialux Evo 2.0 et 3.0 Page 1 Sommaire I. Démarrage et configuration du logiciel :... 3 I.1 Lancement du logicel :... 3 I.2 Paramétrage du logiciel

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

Dossier descriptif de la villa Villa de style classique à Bourglinster

Dossier descriptif de la villa Villa de style classique à Bourglinster Villa de style classique à Bourglinster page 1 de 19 A. INFORMATIONS GENERALES 1. SITUATION L'immeuble construit en 2005 est érigé sur un terrain situé 11a, rue d'imbringen à L-6162 Bourglinster. La place

Plus en détail

LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL

LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL LE FRAXINETUM UNE SALLE MULTIFONCTION UN ÉQUIPEMENT DE LOISIRS, SPORTIF ET CULTUREL SOMMAIRE 1 I SITUATION / BESOINS / ATTENTES 2 ENJEUX DU PROJET ET OBJECTIFS DE LA MAITRISE D OUVRAGE 3 PROJET D ETABLISSEMENT

Plus en détail

Éclairage efficace : quoi choisir parmi les équipements sur le marché?

Éclairage efficace : quoi choisir parmi les équipements sur le marché? Éclairage efficace : quoi choisir parmi les équipements sur le marché? Patrick Martineau, ing. Colloque des gestionnaires techniques du logement social et communautaire 12 mars 2014 CONTENU DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

- Grille d'autodiagnostic Restaurant

- Grille d'autodiagnostic Restaurant - Grille d'autodiagnostic Restaurant L objectif de ce document est de permettre aux exploitants de se forger un aperçu du niveau d accessibilité de leur établissement face aux obligations de mise en conformité

Plus en détail

Systèmes de stockage Planorama

Systèmes de stockage Planorama Systèmes de stockage Planorama Un système modulaire multi tiroirs La solution des problèmes de stockage dans les cas difficiles Une combinaison entre fonctionnalité et esthétisme Des meubles de stockage

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Le mode d emploi des appareils de mesure Quelques infos pour commencer Cette lettre d information est le mode d emploi des différents appareils de mesures mis à disposition dans le cadre du défi. Votre

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE

PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE PLANIFICATION D ÉTABLE LAITIÈRE Les petits détails qui font toute la différence Par Christian Lemay, ing. Consultants Lemay & Choinière inc. Mars 2015 Contenu de la conférence 1. Planification à la ferme

Plus en détail

Systèmes d aspiration pour plan de travail

Systèmes d aspiration pour plan de travail Systèmes d aspiration pour plan de travail Les systèmes d aspiration Nederman pour plan de travail peuvent être utilisés dans tout type d environnement en partant des postes d assemblage où des fumées

Plus en détail

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Ingrid Van Steenbergen

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement. AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE. Ingrid Van Steenbergen Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT des INSTALLATIONS D ECLAIRAGE Ingrid Van Steenbergen ODID Bureau conseil indépendant Economie d énergie en éclairage Bureau

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Variateur radio universel encastrable Art. No.: 0809 00

Variateur radio universel encastrable Art. No.: 0809 00 Art. o.: 0809 00 Fonction e variateur radio universel encastrable est un composant du système radiobus. Il permet la commutation et la variation d intensité lumineuse de diverses charges électriques dès

Plus en détail

www.avmfrance.com Gamme de produits

www.avmfrance.com Gamme de produits AVM dispose de plusieurs années d'expérience dans le secteur de la carrosserie et est de ce fait un consultant hors pair sur le design des carrosseries et garages. En collaboration avec les différents

Plus en détail

Rénovation. Simple et Performance (PEB) Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009. Architects in Brussels

Rénovation. Simple et Performance (PEB) Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009. Architects in Brussels Confédération de la Construction Bruxelles Capitale - le 17 juin 2009 Rénovation Simple et Performance Énergétique des Bâtiments (PEB) avec la collaboration de: Architects in Brussels Contexte et Motivations

Plus en détail

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides.

Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. Une efficacité garantie grâce aux combustibles solides. HMX la reine du chauffage au bois. HMX la technique de chauffage optimale pour un chauffage écologique. Chaudière modulante à bûches de bois. Puissance

Plus en détail

GAMME UVILINE 9100 & 9400

GAMME UVILINE 9100 & 9400 GAMME UVILINE 9100 & 9400 SPECTROPHOTOMÈTRES UV & VISIBLE NOUVEAU Sipper avec effet peltier Une combinaison intelligente d innovations EXCELLENTE PRÉCISION DE MESURE GRÂCE À UNE OPTIQUE HAUT DE GAMME Gain

Plus en détail

kst ag Module thermoactif klima system technologie klima system technologie

kst ag Module thermoactif klima system technologie klima system technologie kst ag Module thermoactif system klima technologie klima system technologie 2 Confort climatique et bien-être Le module thermoactif de KST AG intègre la masse du bâtiment dans la gestion énergétique du

Plus en détail

traçabilité en milieu médical

traçabilité en milieu médical traçabilité en milieu médical SOLUTIONS - EFFICACITÉ - SÉCURITÉ la traçabilité, pourquoi? Améliorer la sécurité du patient et la qualité des soins Améliorer la qualité des soins de santé est un enjeu majeur

Plus en détail

Exercices Intégrés Série 1. Valeur g de la fenêtre. I t

Exercices Intégrés Série 1. Valeur g de la fenêtre. I t Physique du Bâtiment IV Exercices Intégrés Série Valeur g de la fenêtre Déterminer la valeur g du simple vitrage schématisé ci-dessous, I r = I inc r I inc Q e Q i I t I inc : éclairement énergétique incident

Plus en détail

Ondulo ZE. Ondulo B1 LPO. Radium T5. Encastrés fluorescents. Architecture et technique 4,2 4,2 4,2 4,3 4,3 20 960 F

Ondulo ZE. Ondulo B1 LPO. Radium T5. Encastrés fluorescents. Architecture et technique 4,2 4,2 4,2 4,3 4,3 20 960 F Architecture et technique B3056 Encastrés fluorescents Ondulo ZE Plafonnier encastré avec caisson métallique Réfracteur écran en tôle microperforée Couleur : blanc Eclairage direct/indirect à lumière réfléchie.

Plus en détail

COURSIER ET LIVREUR. Liste des domaines étudiés Listes des produits Liste des produits avec nom d usage. automobile Amiante Amiante.

COURSIER ET LIVREUR. Liste des domaines étudiés Listes des produits Liste des produits avec nom d usage. automobile Amiante Amiante. Répertoire des activités de travail exposant aux cancérogènes GISCOP93 Université Paris 13 (Bobigny) coursier et livreur Page 1 sur 9 COURSIER ET LIVREUR Liste des domaines étudiés Listes des produits

Plus en détail

CATALOGUE DE PRODUITS

CATALOGUE DE PRODUITS GmbH & Co. KG Im Heidchen 6-8 56424 Mogendorf Germany T.: +49 2623 921 297 0 F.: +49 2623 921 297 15 info@elkatherm.com CATALOGUE DE PRODUITS www.elkatherm.com ELKATHERM est une marque déposée de la société

Plus en détail

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique Fiche pratique Handicap visuel Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes Accéder aux parties communes - sécuriser le cheminement - choisir les équipements - bien

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système

Régulation du varimat WR I.7.3. Description du système Description du système En cas de combinaison de systèmes de chauffage par le sol et par radiateurs, les températures nécessaires pour le chauffage par le sol sont généralement plus faibles que celles nécessaires

Plus en détail

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP K1 ELEGANT ET COMPACT 2 K1 ETAP K1 possède une forme élégante et compacte qui s intègre aux environnements les plus variés. La gamme très complète utilise différentes sources lumineuses et des possibilités

Plus en détail

Dolce vita. Plaisir. à la villa

Dolce vita. Plaisir. à la villa Plaisir D ÊTRE BIEN CHEZ SOI par marie-josée turcotte Dolce vita à la villa À la recherche d une parcelle de campagne en ville? Le Vert Mezzanine pourrait bien être la solution à tous vos souhaits. Visite

Plus en détail

Échafaudage modulaire Allround

Échafaudage modulaire Allround Échafaudage modulaire Le système flexible par excellence pour la construction, l industrie et l événementiel Système universel pour les constructions ordinaires, compliquées ou temporaires En acier galvanisé

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

AGPI Mini colloque Avril 2010

AGPI Mini colloque Avril 2010 AGPI Mini colloque Avril 2010 Particularités des diodes électroluminescentes à haute puissance et leur utilisation dans les appareils d éclairage Chrisnel Blot Président du laboratoire Spectralux Une diode

Plus en détail