Optimisation des ressources des produits automobile première

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Optimisation des ressources des produits automobile première"

Transcription

1 EURIA EURo Optimisation produits automobile première Pauline PERROT promotion 2011

2 EURIA EURo 1 ère partie :

3 contexte MMA (FFSA) MAAF (GEMA) SGAM : COVEA (AFA) GMF (GEMA) MMA : Plus 3 millions clients presque points vente ; 3 entités : MMA IARD Assurances Mutuelles ; MMA VIE Assurances Mutuelles ; DAS (Défense Automobile Sportives). Optimisation contrats auto première catégorie 3

4 contexte Direction Centrale Particuliers (Olivier Jarry) Département Technique (Hervé Ganachaud) Actuariat (Philippe Ménard) Etu Automobiles (Vanessa Désert) Optimisation contrats auto première catégorie 4

5 EURIA EURo 2 ème partie :

6 contexte Sommaire 1 er point : contexte 2 ème point : s 3 ème point : Objectif : maximiser la rentabilité contrats auto tout en minimisant les résiliations. Optimisation contrats auto première catégorie 6

7 contexte contexte Objectif : Optimiser les contrats automobile première catégorie leur date. Pourquoi? Constante évolution du secteur automobile ; Forte pression concurrentielle ; Réforme européenne Solvabilité 2. Solution : probabilité résiliation par groupe homogène (=> Segmentation du portefeuille automobile) & détermination cotisation optimum. Optimisation contrats auto première catégorie 7

8 contexte contexte Constitution base (Contrats entre ) : 9,9% taux résiliation après suppression valeurs aberrantes, manquantes résiliations société Sélection informations les plus pertinentes : Corrélation PEARSON Liaisons entre variables quantitatives Liaisons entre variables qualitatives ordinales Gamma GOODMAN KRUSKAL Liaisons entre variables qualitatives nominales V CRAMER Sélection critères les plus significatifs pour expliquer le comportement résiliation Segmentation population en trois groupes : Descentes bonus (espèrent une baisse leur prime) ; Bonus 50 (ne présument pas ; Malussés une hausse leur cotisation). Analyse Correspondances Multiples (ACM) Liaisons entre variables & détermination profils résiliation Optimisation contrats auto première catégorie 8

9 EURIA EURo mesure s

10 mesure s Comportement assurés face cotisation : Taux résiliation en fonction l'évolution cotisation TTC pour les individus bonus 50 contexte Taux résiliation ,5% 0,5% 1,5% 2,5% 3,5% 4,5% 5,5% Données observées Données lissées par moyennes mobiles Ajustement linéaire par morceaux Evolution cotisation Optimisation contrats auto première catégorie 10

11 mesure s contexte du comportement résiliation : La Régression Logistique 1. Sélection variables les plus significatives (Stepwise) : Variable croisée : formule garanties cotisation TTC ; Ancienné du contrat ; Ancienné permis du conducteur principal ; Variable croisée : nombre gamme chiffre du client ; Forfait kilométrique ; Ancienné permis du conducteur complémentaire ; Classe prix du véhicule ; Variation cotisation ; Courbes quasiment Type. 2. Tests statistiques Significativité estimateurs ; Cohérence coefficients ; Pouvoir prédiction du modèle ; Fiabilité du modèle. 3. Ajustement coefficients confondues convergence du modèle pour ces variables Optimisation contrats auto première catégorie 11

12 mesure s contexte Critique du modèle : Tous les coefficients sont significatifs (p-value < 0,0001 test Wald validé) ; Excellente adéquation du modèle aux données ; Convergence du modèle ; 0% Pouvoir prédiction presque acceptable : AUC = 0,63 ; Très forte stabilité du modèle : AUC(échant. Apprentissage) = 0,63066 AUC (échant. Validation) = 0,63052 Modèle aléatoire. AUC = 0,5 Pourcentages résiliation observé 25% 20% 15% 10% 5% Diagramme fiabilité Moyenne probabilités estimées Modèle parfait Optimisation contrats auto première catégorie 12

13 EURIA EURo

14 contexte Processus terme : Cotisation référence Encadrements plafond-plancher Cotisation client après Renment brut (hors probabilité ne pas résilier) Cotisation plancher Cotisation plafond Tarif théorique Médiane probabilité ne pas résilier Cotisation probable Renment probable (avec probabilité ne pas résilier) Optimisation contrats auto première catégorie 14

15 Encadrement optimum : Encadrement optimum : Plancher : +0,1% Plafond : +2,1% Evolution du renment probable pour les CRM 50 contexte Renment probable -6% -7% -8% -9% -10% -11% -12% Optimisation contrats auto première catégorie -13% -3.3% -2.3% -1.3% -0.3% 0.7% 1.7% 2.7% 3.7% 4.7% Evolution cotisation Cela correspond une évolution moyenne cotisation +1,5%. 15

16 contexte Simulation probabilisées : Le meilleur renment probable est obtenu pour : Une forte ancienné contrat permis conduire ; Une formule garantie tous s un faible montant cotisation ; Un client multi-équipé un chiffre inférieur la moyenne ; Un prix moyen du véhicule (entre ) ; Une population rurale. Création nouveaux groupes homogènes? Optimisation contrats auto première catégorie 16

17 EURIA EURo

18 contexte Modélisa tion Aboutissement : Probabilité résiliation contrats automobile ; Elaboration outil permtant les en déterminant : Le renment brut du portefeuille ; Le renment probable du portefeuille ; De nouveaux groupes homogènes (répartition du portefeuille, renments associés) ; Outil mesurant les impacts décisions tarifaires (perm le développement rentable). Optimisation contrats auto première catégorie 18

19 EURIA EURo Pauline PERROT : Vanessa DÉSERT : Philippe MÉNARD : Pauline PERROT promotion 2011

20 EURIA EURo Merci votre attention Des questions? Pauline PERROT promotion 2011

Solution complète de tarification dédiée à l assurance non-vie

Solution complète de tarification dédiée à l assurance non-vie Solution complète de tarification dédiée à l assurance non-vie Objectifs Fichier Polices (facteurs explicatifs) Lien Polices Sinistres (Exposition) Intégrer l ensemble du processus de tarification, de

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Prestations d assurances de flottes automobiles. Présentation de l offre

Prestations d assurances de flottes automobiles. Présentation de l offre Prestations d assurances de flottes automobiles Présentation de l offre SOMMAIRE I. Contexte et Entités concernées II. III. Présentation des attributaires du marché L offre : un contrat modulable, des

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS

SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS SOMMAIRES D OUVRAGES PARUS TITRE : MÉTHODES ACTUARIELLES DE L'ASSURANCE VIE (cours et exercices corrigés) AUTEUR : Christian HESS ÉDITEUR : ÉCONOMICA, PARIS DATE DE PARUTION : NOVEMBRE 2000 357 pages prix

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA TARIFICATION DES RÉSEAUX MOBILES

OPTIMISATION DE LA TARIFICATION DES RÉSEAUX MOBILES OPTIMISATION DE LA TARIFICATION DES RÉSEAUX MOBILES ST50 - Projet de fin d études Matthieu Leromain - Génie Informatique Systèmes temps Réel, Embarqués et informatique Mobile - REM 1 Suiveur en entreprise

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DE L ASSURANCE

ASSOCIATION FRANÇAISE DE L ASSURANCE ASSOCIATION FRANÇAISE DE L ASSURANCE 1, RUE JULES LEFEBVRE, 75009 PARIS - TÉLÉPHONE : 01 42 47 91 01 - TÉLÉCOPIE : 01 42 47 93 11 SITE INTERNET : www.associationfrancaisedelassurance.fr DONNEES RELATIVES

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing

Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Statistique et analyse de données pour l assureur : des outils pour la gestion des risques et le marketing Gilbert Saporta Chaire de Statistique Appliquée, CNAM ActuariaCnam, 31 mai 2012 1 L approche statistique

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Le métier d actuaire IARD

Le métier d actuaire IARD JJ Mois Année Le métier d actuaire IARD Journées Actuarielles de Strasbourg 6-7 octobre 2010 PLAN Présentation de l assurance non vie Le rôle de l actuaire IARD La tarification des contrats L évaluation

Plus en détail

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3

SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 SESSION 2013 BTS ASSURANCE CORRIGE E3 U3 Corrigé Page 1 Sujet n 1 1. Indiquez les éléments pris en compte pour déterminer une cotisation d assurance. La prime dépend de : (3x0,5 pt = 1,5) - La fréquence

Plus en détail

L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne

L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne L automobile : territoires et filières de demain en Bretagne Partie 1 Les marchés du véhicule léger (VP et VUL) Partie 2 Etude Banque de France réalisée en 2012 (période 2006-2010) 2.1 Le tissu régional

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

Analyse d un système de freinage récupératif d un véhicule électrique

Analyse d un système de freinage récupératif d un véhicule électrique Analyse d un système de freinage récupératif d un véhicule électrique Par Mohamed Amine Bey, Gabriel Georges, Pascal Jacq, Doha Hadouni, Roxane Duroux, Erwan Scornet, Encadré par Alexis Simonnet 1 Compréhension

Plus en détail

L ANALYSE DES DONNÉES CLIENTS AU SERVICE DE LA PRÉVISION D ACHAT DE VOYAGES

L ANALYSE DES DONNÉES CLIENTS AU SERVICE DE LA PRÉVISION D ACHAT DE VOYAGES L ANALYSE DES DONNÉES CLIENTS AU SERVICE DE LA PRÉVISION D ACHAT DE VOYAGES SAS 3 DEC 2015 1 sur 9 TRANSAT Un voyagiste international solidement installé au Canada, en France et au Royaume-Uni, qui offre

Plus en détail

Prénom Nom BTS assurance

Prénom Nom BTS assurance Prénom Nom BTS assurance CPAP - MAAF ASSURANCE Présentation de la MAAF et de l opération commerciale Winalto Sommaire Présentation de la MAAF Mon rôle et mes activités Offre commerciale Winalto Présentation

Plus en détail

Outils Statistiques du Data Mining

Outils Statistiques du Data Mining Outils Statistiques du Data Mining Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014

L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014 L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION 2014 Jeudi 2 octobre 2014 1 SOMMAIRE PRÉAMBULE : TENDANCE MACRO-ÉCONOMIQUE L OBSERVATOIRE DE LA RÉMUNÉRATION AUGMENTATIONS : PRATIQUES 2014 & TENDANCES 2015 NAO ET BUDGETS

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements Table des matières Table des cas d entreprise et enquêtes Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements xiii xiii xiv xv xv Première partie Les fondements de la comptabilité

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Le scoring Les méthodes d évaluation du risque de crédit pour les PME et les ménages Caractéristiques Comme les montants des crédits et des

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Echantillonnage A - Rappels de cours 1. Lois de probabilités de base rencontrées en statistique 1 1.1 Définitions et caractérisations 1 1.2 Les propriétés de convergence

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Le pilotage de la performance... 17 I. Du contrôle au pilotage de la performance... 17 A. Le contrôle de gestion traditionnel... 17 B. Le pilotage de la performance... 19

Plus en détail

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles

Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Utilisations des mathématiques à des fins opérationnelles Michael Vandenbossche mvn@softcomputing.com Soft Computing 165 avenue de Bretagne 59000 Lille 1. Présentation 2. Indicateurs statistiques de base

Plus en détail

Séance 8 : Régression Logistique

Séance 8 : Régression Logistique Séance 8 : Régression Logistique Sommaire Proc LOGISTIC : Régression logistique... 2 Exemple commenté : Achat en (t+1) à partir du sexe et du chiffre d affaires de la période précédente. 4 La régression

Plus en détail

LES STRATÉGIES DE PRIX

LES STRATÉGIES DE PRIX LES STRATÉGIES DE PRIX LES CONTRAINTES DE LA FIXATION DU PRIX Réactions psychologiques du consommateur Prix de la concurrence Impératifs de la rentabilité FONDEMENTS ET OBJECTIFS Les stratégies de prix

Plus en détail

Courtier grossiste sur Internet spécialiste de l assurance IARD du particulier. Il est temps de passer à la couleur supérieure!

Courtier grossiste sur Internet spécialiste de l assurance IARD du particulier. Il est temps de passer à la couleur supérieure! Courtier grossiste sur Internet spécialiste de l assurance IARD du particulier Il est temps de passer à la couleur supérieure! Notre VISION Vous êtes Assureur de proximité? Si vous voulez continuer à défendre

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2010

RAPPORT D ACTIVITÉ 2010 RAPPORT D ACTIVITÉ 2010 SOMMAIRE I. PRESENTATION DU FAFCEA... P3 II. PRiORITES ET MODALITES DE PRISES EN CHARGE DU FAFCEA EN 2010... P4 III. L ACTIVITE EN 2010... P8 2 I. PRESENTATION DU FAFCEA Le Fonds

Plus en détail

Rencontres. Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus

Rencontres. Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus Caroline ALBANET-SAROCCHI Associée Directeur

Plus en détail

Épreuve n 11 : contrôle de gestion

Épreuve n 11 : contrôle de gestion Épreuve n 11 : contrôle de gestion Nature : épreuve écrite portant sur l étude d une ou de plusieurs situations pratiques et/ou un ou plusieurs excercices et/ou une ou plusieurs questions. Durée : 4 heures.

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

BENFIELD PARIS ETUDE 2008 Renouvellement des programmes de réassurance Catastrophe Décès Invalidité en France

BENFIELD PARIS ETUDE 2008 Renouvellement des programmes de réassurance Catastrophe Décès Invalidité en France Benfield Paris a le plaisir de vous présenter les résultats de la cinquième édition de son étude sur le renouvellement des protections Catastrophe Décès Invalidité sur le marché français. Notre échantillon

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2005-51 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 23 novembre

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE Résultats 2014. 14 avril 2015 André Renaudin, Directeur général

CONFÉRENCE DE PRESSE Résultats 2014. 14 avril 2015 André Renaudin, Directeur général Résultats 2014 14 avril 2015 André Renaudin, Directeur général BIENVENUE 2 Comité exécutif AG2R LA MONDIALE SOMMAIRE 3 1 / FAITS MARQUANTS 2014 2 / RÉSULTATS 2014 AG2R LA MONDIALE 3 / AG2R LA MONDIALE

Plus en détail

Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite

Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite IMPLEMENTED RISK MANAGEMENT CANADA INC. (GESTION IMPLÉMENTÉE DU RISQUE) Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite Nicholas Ricard, M.A écon. 18 et 19 avril 2013

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE)

Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) Commission de Régulation de l Electricité et de l Eau (CREE) 1 1. Les missions de la CREE 2. La régulation 3. Cadre légal et réglementaire (principes tarifaires) 4. Plan d Action Stratégique 5. Les outils

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 LOCATION DE VOITURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION DE VOITURES... 4 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

Le métier de Chargé(e) d Etudes Statistiques

Le métier de Chargé(e) d Etudes Statistiques Le métier de Chargé(e) d Etudes Statistiques Nicolas Cabaj Sommaire Présentation du chargé d études statistiques 3 exemples de missions réalisées: Le scoring, illustré par un outil de détection des fraudes

Plus en détail

OBJET : Attribution des crédits de fonctionnement des lycées et orientations pour la gestion 2015

OBJET : Attribution des crédits de fonctionnement des lycées et orientations pour la gestion 2015 ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL REGIONAL DE FRANCHE-COMTE Politique : Formation tout au long de la vie Composante : N du rapport : 3-1 Date : vendredi 17 octobre 2014 Sous-Politique : Fonctionnement OBJET

Plus en détail

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines

Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Séance 12: Algorithmes de Support Vector Machines Laboratoire de Statistique et Probabilités UMR 5583 CNRS-UPS www.lsp.ups-tlse.fr/gadat Douzième partie XII Algorithmes de Support Vector Machines Principe

Plus en détail

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com

5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Application des réseaux de neurones au plan de répartition des risques 5255 Av. Decelles, suite 2030 Montréal (Québec) H3T 2B1 T: 514.592.9301 F: 514.340.6850 info@apstat.com www.apstat.com Copyright c

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 23 mai 2013 Evolution des prix des services mobiles en France Résultats pour l année 2012 ISSN : 2258-3106 Sommaire SYNTHESE... 3 I. ELEMENTS DE METHODE... 5 I.1 MODELISATION DES COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION...

Plus en détail

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014

GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013. Présentation presse 20 février 2014 1 GROUPAMA Présentation des résultats annuels 2013 Présentation presse 20 février 2014 Groupama en 2013 2 Efficacité opérationnelle et réduction des coûts Stratégie de performance vs. stratégie de taille

Plus en détail

LE BUDGET DES VENTES

LE BUDGET DES VENTES LE BUDGET DES VENTES Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o Elaboration du budget des ventes. Connaissances du processus "ventes". Principes, Synthèse, Application. TABLE DES MATIERES Chapitre

Plus en détail

La régression logistique

La régression logistique La régression logistique Présentation pour le cours SOL6210, Analyse quantitative avancée Claire Durand, 2015 1 Utilisation PQuand la variable dépendante est nominale ou ordinale < Deux types selon la

Plus en détail

Méthodes de prévision des ventes

Méthodes de prévision des ventes Méthodes de prévision des ventes Il est important pour toute organisation qui souhaite survivre dans un environnement concurrentiel d adopter des démarches de prévision des ventes pour anticiper et agir

Plus en détail

GUIDE DU DATA MINER. Scoring - Modélisation. Data Management, Data Mining, Text Mining

GUIDE DU DATA MINER. Scoring - Modélisation. Data Management, Data Mining, Text Mining GUIDE DU DATA MINER Scoring - Modélisation Data Management, Data Mining, Text Mining 1 Guide du Data Miner Scoring - Modélisation Le logiciel décrit dans le manuel est diffusé dans le cadre d un accord

Plus en détail

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013

Concours interne de l agrégation du second degré. Section économie et gestion. Programme de la session 2013 Concours interne de l agrégation du second degré Concours interne d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés dans les établissements d enseignement privés sous contrat du second degré

Plus en détail

CHOISIR SON ASSURANCE AUTO

CHOISIR SON ASSURANCE AUTO CHOISIR SON ASSURANCE AUTO Le type d assurance dont vous avez besoin dépend de la voiture que vous avez et de l utilisation que vous en faites. COMMENT CHOISIR? Pour une voiture neuve, optez sans hésiter

Plus en détail

Offre Education Sage. Gilles Soaleh - Responsable Education. Thierry Ruggieri - Consultant Formateur. Académie de Montpellier 08 décembre 2011

Offre Education Sage. Gilles Soaleh - Responsable Education. Thierry Ruggieri - Consultant Formateur. Académie de Montpellier 08 décembre 2011 Offre Education Sage Gilles Soaleh - Responsable Education Thierry Ruggieri - Consultant Formateur Académie de Montpellier 08 décembre 2011 Sommaire Sage La nouvelle offre Education : Sage 100 Entreprise

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF)

INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) JOURNEES D ETUDES IARD 20 et 21 mars 2014 «Les nouveaux défis de la tarification» INTRODUCTION (Eric BERTHOUX Directeur Délégué Administratif et Financier MAIF) Quelques réflexions sur le contexte, le

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Méthodes d apprentissage statistique («Machine Learning»)

Méthodes d apprentissage statistique («Machine Learning») Méthodes d apprentissage statistique («Machine Learning») Journées d Etudes IARD Niort, 21 Mars 2014 Fabrice TAILLIEU Sébastien DELUCINGE Rémi BELLINA 2014 Milliman. All rights reserved Sommaire Introduction

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Au cours du 3 ème trimestre 2013. Perspectives 2013 13.26

Au cours du 3 ème trimestre 2013. Perspectives 2013 13.26 13.26 Accélération de la croissance du chiffre d affaires au 3 ème trimestre : + 12 % à périmètre et taux de change constants du chiffre d affaires première monte équilibrée entre les différentes régions

Plus en détail

VIII : Gestion des prévisions

VIII : Gestion des prévisions CHTIBI Chafik Une prévision est une prédiction des événements à venir qu'on utilise à des fins de planification. Les méthodes de prévision peuvent se fonder sur des modèles mathématiques utilisant les

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-163 du 9 novembre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif par les sociétés SMABTP et l Auxiliaire d un portefeuille de contrats d assurances de flottes de véhicules

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

TRANSPORT SANITAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

TRANSPORT SANITAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 TRANSPORT SANITAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU TRANSPORT SANITAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU TRANSPORT SANITAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU TRANSPORT SANITAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU TRANSPORT SANITAIRE...

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE

NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE NOTE DE SYNTHESE AUTOMOBILE Novembre 2013 I. INTRODUCTION : L obligation d assurance automobile, apparue en 1958 -durant l ère coloniale-, a été reconduite après l indépendance. C est en 1974 que le législateur

Plus en détail

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client

Garanties 2007 APRIL Gestion du Risque Client [ la protection financière ] Entreprises Garanties 2007 APRIL Gestion pour petites et moyennes entreprises Un contrat unique qui vous donne accès à tous les outils de gestion de vos risques d'impayés APRIL

Plus en détail

MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats

MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats MATURITÉ MARKETING Comment interpréter vos résultats Introduction L année dernière, votre entreprise a répondu à un sondage portant sur la «Maturité marketing» et les résultats, contenus dans le courriel

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 Communiqué de presse Winterthur, le AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 L exercice 2010 s est soldé par un résultat très satisfaisant pour AXA Winterthur. Le volume

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65 Sommaire Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires............... 5 A. Généralités sur les variables aléatoires réelles.................... 6 B. Séries doubles..................................... 9

Plus en détail

Evolution des prix des services mobiles en France

Evolution des prix des services mobiles en France 28 mai 2014 Evolution des prix des services mobiles en France Résultats pour l année 2013 ISSN : 2258-3106 Sommaire SYNTHESE... 3 I. ELEMENTS DE METHODE... 5 I.1 MODELISATION DES COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION...5

Plus en détail

EXERCICES D ENTRAINEMENT POUR LE DS 7. 1ère STG (Extraits de devoirs d années précédentes)

EXERCICES D ENTRAINEMENT POUR LE DS 7. 1ère STG (Extraits de devoirs d années précédentes) EXERCICES D ENTRAINEMENT POUR LE DS 7. 1ère STG (Extraits de devoirs d années précédentes) Les corrigés sont en seconde partie de ce fichier (pages 4 à 8). Exercice 1: A la sortie d un hypermarché, on

Plus en détail

BIG DATA et données externes dans les modèles de tarification

BIG DATA et données externes dans les modèles de tarification BIG DATA et données externes dans les modèles de tarification BIG DATA BIG DATA : Quelques clés Eric FROIDEFOND MAAF MBA CNAM ENASS en cours Intégration du BIG DATA dans la tarification en assurances IARD

Plus en détail

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau

1. Cadre en vigueur pour l évolution du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics de distribution de gaz naturel de Veolia Eau Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 15 mai 2014 portant décision sur l évolution automatique de la grille tarifaire du tarif péréqué d utilisation des réseaux publics

Plus en détail

ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE. EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010)

ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE. EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010) DIRECTION ASSURANCE DOMMAGES INDIVIDUELS DES PARTICULIERS ACTUARIAT METIER Barbara ZUCCONI ETUDE DE L INFLUENCE DU SUIVI D UN STAGE CENTAURE SUR LA SINISTRALITE AUTOMOBILE EXERCICE 2009 (vu au 31/01/2010)

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié?

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Assurance Vie Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Novial Avenir Une solution Retraite adaptée à vos besoins AXA Prévoyance & Patrimoine Novial Avenir : un contrat adapté à vos besoins

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-84 du 4 juillet 2013 relative à l affiliation de la mutuelle interprofessionnelle SMI à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

LA REMUNERATION GLOBALE COMPOSANTES FIXES

LA REMUNERATION GLOBALE COMPOSANTES FIXES LA REMUNERATION GLOBALE COMPOSANTES FIXES Salaire de base COMPOSANTES VARIABLES Liées à la durée du travail Liées aux résultats individuels Liées aux résultats collectifs LA REMUNERATION GLOBALE COMPOSANTES

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Classe terminale - Série STMG L accompagnement personnalisé Ressources pour le lycée général et technologique Approfondir Vers le supérieur La prévision des tendances et l outil statistique Présentation

Plus en détail

Assurance auto des véhicules électriques: risques et réalité Stanislas Roth Directeur Excellence Technique IARD Particuliers AXA GLOBAL P&C

Assurance auto des véhicules électriques: risques et réalité Stanislas Roth Directeur Excellence Technique IARD Particuliers AXA GLOBAL P&C Assurance auto des véhicules électriques: risques et réalité Stanislas Roth Directeur Excellence Technique IARD Particuliers AXA GLOBAL P&C 6 décembre 203 - Paris 0 0 Sujets abordés dans cette présentation

Plus en détail

REUNION REGIONALE. Amiens le 22 novembre 2011

REUNION REGIONALE. Amiens le 22 novembre 2011 REUNION REGIONALE Amiens le 22 novembre 2011 ORDRE DU JOUR Le Réseau Le Marché Color Services Animation Commerciale Nouvelle signalétique Avantages Action Commerciale hiver Accords Cadres Film Car Protect

Plus en détail

Une palette de possibilités Un contrat unique

Une palette de possibilités Un contrat unique Une palette de possibilités Un contrat unique Camelea Pourquoi choisir Camelea? Une solution «all-inclusive» sur 3 niveaux Camelea, plus en détails Pourquoi investir au Luxembourg? Pourquoi investir chez

Plus en détail

Introduction. Jean Rémy MARTINEZ Directeur General adjoint Teleperformance FSM

Introduction. Jean Rémy MARTINEZ Directeur General adjoint Teleperformance FSM Introduction Jean Rémy MARTINEZ Directeur General adjoint Teleperformance FSM by & 3eme vague de notre Analyse, en nette évolution, plus opérationnelle. Un monde en mutation et le nouveau marketing voit

Plus en détail

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 6 du 21 juin 2006 C2005-107 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 15 décembre 2005

Plus en détail

La distinction. entre charges opérationnelles et charges de structure

La distinction. entre charges opérationnelles et charges de structure La distinction 7 entre charges opérationnelles et charges de structure OBJECTIF Maîtriser les concepts de base en matière de variabilité des charges Identifier les situations où la décomposition entre

Plus en détail

Céline JOIRON Anne-Laure HAEGEMAN. UFR des Sciences. Marchés Professionnels et bilan de compétences Avril 2016

Céline JOIRON Anne-Laure HAEGEMAN. UFR des Sciences. Marchés Professionnels et bilan de compétences Avril 2016 Céline JOIRON Anne-Laure HAEGEMAN UFR des Sciences Marchés Professionnels et bilan de compétences Avril 2016 Anne-Laure HAEGEMAN Consultante Solution SAP BI durant 6 au sein de la société CGI anne-laure.haegeman@edf.fr

Plus en détail

La tarification vue par les commissaires aux comptes

La tarification vue par les commissaires aux comptes La tarification vue par les commissaires aux comptes Journées d études IARD - Institut des Actuaires Niort, 20 & 21 Mars 2014 Cédric FONTAN Groupe Y Audit Département Actuariat 1 Sommaire Les obligations

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail