Processus décisionnels et soins médicaux en fin de vie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Processus décisionnels et soins médicaux en fin de vie"

Transcription

1 LA RECHERCHE EN MEDECINE GENERALE Processus décisionnels et soins médicaux en fin de vie Decision-making processes and the medical care at the end of life B. Abbadie 1, M. Roland 1, M. Cosyns 2, T. Mainil 2, M. Deveugele 2 et J. De Maeseneer 2 1 D.M.G.-U.L.B., 2 D.M.G.-U.Gent RESUME L Autorité Fédérale, le Ministère de la Santé Publique et de l Environnement, a chargé l Université de Gand et l Université Libre de Bruxelles, de produire un document d enregistrement continu des données relatives aux processus décisionnels et aux soins médicaux en fin de vie, après avoir réalisé un état des lieux dans cette matière. Ce document est construit à partir d un glossaire et d un questionnaire constitué de questions fermées avec une partie prospective et une partie rétrospective, en laissant la possibilité de commentaires. Ce questionnaire, après avoir été soumis à des experts et à deux comités d éthique, a été envoyé anonymement à un large échantillon de médecins, dont 193 ont répondu. Il ressort que cette étude apporte des renseignements importants sur l application des lois sur les soins palliatifs, sur les droits du patient et sur l euthanasie, qu il conviendrait effectivement de compléter par un enregistrement systématique des conditions de fin de vie au travers d un questionnaire standardisé dont une première version est ici présentée. Rev Med Brux 2006 ; 27 : S ABSTRACT The Federal Authority, the Ministry of Public Health and Environment, charged the Ghent University and the Brussels Free University to produce a continuous recording tool of data s concerning the decision-making processes and the medical care at the end of life, after defining the present state of the art. This tool is built up from a glossary and a questionaire made up of closed questions with a prospective part and a retrospective part, and leaving the possibility of comments. This questionaire, first submit to experts and two ethic committees, was sent anonymously to a broad sample of doctors of which 193 answered. This study brings out important information on the application of the laws on palliative care, on the rights of the patient and on euthanasia ; it would be advisable to organise in the future a further systematic recording of the end of life conditions throughout a standardized questionaire whose first version is presented here. Rev Med Brux 2006 ; 27 : S Key words : medical care, end of life, decisionmaking processes CONTEXTE En Belgique, le taux de mortalité est d environ 1 % par an. Dans une étude récente réalisée en Flandre 1, une décision de fin de vie a été prise pour 38 % des décès. Afin d améliorer la prise en charge par les médecins des patients en fin de vie, le Parlement a légiféré sur l euthanasie par la loi du 28 mai ; la même année étaient promulguées également une loi sur les droits du patient 3 et une autre sur les soins palliatifs 4. La Commission Fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie a procédé, dans le courant de l année 2004, à une première évaluation de l application de ces lois 5. Celle-ci a amené l Autorité Fédérale, le Ministère de la Santé Publique, de la Sécurité de la Chaîne Alimentaire et de l Environnement, à confier au Vakgroep Huisartsgeneeskunde de l Université de Gand et au Département de Médecine Générale de l Université Libre de Bruxelles, une recherche relative aux Rev Med Brux S 287

2 processus décisionnels et aux soins médicaux en fin de vie. OBJECTIFS 1. Construction d un glossaire permettant d avoir une définition de référence des termes abordés dans l étude 1, Evaluation des connaissances pratiques et théoriques des médecins des législations sur l euthanasie, sur les droits du patient et sur les soins palliatifs. 3. Evaluation des attitudes des médecins concernant les soins de fin de vie 1, Evaluation de la communication nécessaire aux médecins pour les soins dispensés en fin de vie. 5. Evaluation des connaissances théoriques et de l application pratique des techniques médicales de fin de vie Construction d un document d enregistrement continu des données sur la fin de vie. METHODOLOGIE Nous avons choisi comme outil un questionnaire construit sur plusieurs modèles retrouvés dans la littérature, administré seulement à des médecins, et composé uniquement de questions fermées. Ce questionnaire a été divisé en trois parties :! une partie théorique sur les attitudes des médecins et leur connaissance des lois ;! une partie pratique rétrospective concernant un patient décédé et portant sur les attitudes pratiques et les décisions en fin de vie, les techniques médicales et la communication avec le patient et sa famille ;! une partie pratique prospective concernant un patient terminal, et portant sur les mêmes thématiques. Ce questionnaire a été évalué par des experts du sujet. Il a ensuite été envoyé anonymement à un large échantillon (non représentatif) de médecins généralistes via leurs groupes GLEM et à des spécialistes travaillant en milieu hospitalier. Nous avons ajouté à ce questionnaire un glossaire construit également à partir de la littérature scientifique et soumis à l appréciation des répondants (technique Delphi), afin que les termes utilisés dans ce domaine de la fin de vie soient identiques pour tous les médecins eu égard à la diversité d interprétation des termes relevés. Les résultats obtenus sont statistiquement de nature qualitative et semi-quantitative. RESULTATS Les médecins répondants sont essentiellement des hommes (65,8 %), moyennement âgés (65,3 % ont plus de 45 ans, 39,4 % entre 45 et 55 ans), ayant une longue expérience clinique (65,4 % des médecins ont plus de 20 ans de pratique), travaillant en médecine générale (65,3 %) et n ayant que peu d expérience en soins palliatifs (11,9 %). 1. Le glossaire, construit par consensus par la méthode Delphi, comporte les termes suivants : Mort naturelle : décès par maladie spontanée ou vieillesse, accompagné ou non de soins de confort. Arrêt ou non-commencement d un traitement : actions dont le but est de maintenir en vie un patient en phase terminale, mais en tenant compte du bénéfice escompté, du souhait de ce patient et de la futilité du traitement. Euthanasie (médicale) : action délibérée d un médecin de mettre fin à la vie d un patient, à sa demande, en application des conditions et procédures de la loi euthanasie ; dans cette situation, l euthanasie n est pas considérée comme une infraction et est dépénalisée. Sédation palliative : délivrance délibérée de sédatifs dans les dosages et les combinaisons nécessaires pour diminuer autant que faire se peut la conscience d un patient en phase terminale afin de contrôler un ou plusieurs symptômes réfractaires de façon adéquate. Suicide assisté : action délibérée d un médecin d aider un patient à se donner lui-même la mort en lui fournissant les moyens pharmacologiques nécessaires, sur la demande libre et consciente de ce patient. Traitement futile : traitement qui ne peut pas raisonnablement guérir ou améliorer la situation d un patient en phase terminale, ou restaurer sa qualité de vie d une façon acceptable. Acharnement thérapeutique : ensemble de moyens thérapeutiques inadéquats par rapport à la gravité de l affection ou au résultat attendu. Contrôle de la douleur et des symptômes : délivrance délibérée d analgésiques ou d autres traitements médicamenteux dans les dosages et les combinaisons nécessaires pour contrôler raisonnablement la douleur ou d autres symptômes. Soins palliatifs : ensemble des soins délivrés au patient qui ne réagit plus aux moyens thérapeutiques curatifs. Qualité de vie : mesure dans laquelle un patient terminal peut réaliser ses activités quotidiennes (aspect fonctionnel), pondérée par son appréciation personnelle (aspect subjectif). Par rapport au glossaire, parmi les médecins interrogés, le pourcentage d accord pour les définitions proposées est compris entre 82,6 % (traitement futile) et 93,5 % (mort naturelle), avec une moyenne d acceptation des définitions de 88,8 %. 2. L information reçue à propos des lois semble correcte, mais leur niveau global de connaissance par les médecins répondants est assez bas : La loi sur l euthanasie (Tableau 1) est celle pour S 288 Rev Med Brux

3 Tableau 1 : Questions sur la loi concernant l euthanasie. laquelle les médecins sont le mieux informés (7,7 % seulement n ont pas reçu d information) ; il n y a pas de différence en fonction des sources d information scientifique, notamment en ce qui concerne le deuxième consultant, sauf pour les questions qui concernent les cas cliniques (seuls 18,8 % des médecins y ont répondu correctement) ; 20 % des médecins pensent que l euthanasie peut être pratiquée chez un mineur ; 42 % d entre eux estiment que la proposition A sa demande, une personne tétraplégique des suites d un accident et ayant besoin d un respirateur en permanence peut bénéficier d une euthanasie est fausse. La loi relative aux droits du patient n est inconnue que des 17,5 % des médecins qui déclarent n avoir reçu aucune information ; pour les questions qui nécessitent une bonne connaissance de la loi, le taux de réponse correcte chute aux environs de % par rapport à une moyenne de 80 % lorsque les réponses sont intuitives, et il est de 12 % pour l ensemble des questions. La loi sur les soins palliatifs est, par contre, celle pour laquelle les médecins sont le moins informés : 24,2 % des médecins déclarent n avoir pas reçu d information à son sujet ; le taux moyen de réponse correcte par proposition y est le plus bas et il ne varie pas en fonction des sources d informations scientifiques. En conclusion, seulement 1 % des médecins ont répondu correctement à l ensemble des questions concernant les 3 lois, et 7,3 % n ont fait qu une seule erreur. 3. Plusieurs tendances assez nettes parmi les médecins répondants se dessinent en matière de décision en fin de vie : Pratiquer une euthanasie est aussi acceptable qu arrêter ou ne pas commencer un traitement (52,3 % d accord, 38,9 % pas d accord). Pratiquer un suicide assisté est aussi acceptable qu arrêter ou ne pas commencer un traitement (26,4 % d accord, 57,5 % pas d accord). L intégration d un acte comme l euthanasie dans le contexte des soins palliatifs est une étape nécessaire (62,2 % d accord). L intégration d un acte comme le suicide assisté par un médecin dans le contexte des soins palliatifs est une étape nécessaire (35,2 % d accord, 42,5 % pas d accord) ; dans le cas clinique du suicide assisté de Jim (Tableau 2), le processus de fin de vie est considéré comme tel par 51 % des répondants, mais comme une euthanasie par 42 % d entre eux. En arrêtant ou en ne commençant pas un traitement sans l autorisation du patient, on respecte sa qualité de vie (40,9 % d accord, 42 % pas d accord). Tableau 2 : Cas pratique sur l euthanasie et le suicide assisté. Rev Med Brux S 289

4 Toute personne autonome, qui montre une souffrance physique intolérable, a le droit de mettre fin à sa vie au moment qu elle a choisi (74,1 % d accord, 8,8 % pas d accord, 15,5 % neutres). Toute personne autonome, qui montre une souffrance psychique intolérable, a le droit de mettre fin à sa vie au moment qu elle a choisi (49,7 % d accord, 19,7 % pas d accord, 27,5 % neutres). Il semble donc y avoir une acceptation théorique du principe d autonomie du patient en ce qui concerne sa fin de vie, surtout en cas de souffrance physique (beaucoup moins en cas de souffrance mentale), et l euthanasie dans le cadre des soins palliatifs semble acceptée par au moins 60 % des répondants (à la différence du suicide assisté à laquelle une majorité s oppose, les deux notions étant d ailleurs souvent confondues), mais à peine la moitié de ceux-ci mettent sur le même pied d acceptabilité euthanasie et arrêt ou non-initiation d un traitement, et la majorité d entre eux réfutent, dans ce cas de figure, celle du suicide assisté. 4. Plusieurs questions concernent la communication : 20 % seulement des médecins travaillent en solo lors de la prise en charge de patients palliatifs ; plus de la moitié d entre eux consultent un autre intervenant, et un tiers en consulte deux ; ceuxci sont surtout des médecins de soins palliatifs (18,1 %), les membres paramédicaux des équipes de soins palliatifs (22,3 %) et des spécialistes (26,4 %). Dans la communication avec son malade, le médecin parle souvent des décisions de fin de vie : mise en route de soins palliatifs (22,4 % des cas), ne pas commencer ou arrêter un traitement (24,9 %), il est moins souvent question d euthanasie ; dans ces cas de figure, le patient exprime généralement très clairement sa volonté personnelle et son autonomie. 78,4 % des patients expriment des sentiments négatifs par rapport auxquels le médecin réagit par l écoute ou en parlant avec la famille (Tableau 3). Un fait acquis est la nécessité du travail en équipe dans les situations complexes de fin de vie qui nécessitent des décisions, le plus souvent discutées et partagées avec le patient, dans lesquelles se mêlent les dimensions scientifiques, éthiques, familiales, sociales et économiques. Une large majorité de patients traversent des phases négatives d anxiété, de découragement, de dépression ; l écoute des soignants est alors primordiale. 5. Les connaissances théoriques et l application concrète des techniques médicales de fin de vie ont également été abordées par un ensemble de questions : Les patients inclus dans l étude rétrospective sont autant des hommes que des femmes, plutôt âgés (34,8 % entre 65 et 79 ans, 24,6 % entre 80 et 89 ans) dont les pathologies principales sont pour 63,8 % des cancers terminaux, pour 10 % des maladies neurodégénératives et pour 16 % des maladies cardiovasculaires. Les traitements spécifiques préventifs des pathologies secondaires (ostéoporose, hyperlipémie) sont arrêtés dans 90 % des cas, tandis que ceux qui sont plutôt d ordre curatif le sont moins souvent : diabète (57 %), dépression (58,6 %), pathologie gastrique ou œsophagienne (46,4 %). Les symptômes les plus fréquents pour l ensemble des pathologies sont l asthénie (17,8 % des cas), la perte de poids et l anorexie (> 15 %), la douleur (> 15 %), la dyspnée (11,5 %), les nausées et les vomissements (10,3 %), la sécheresse de bouche (8,8 %), les râles (7,7 %), et la confusion mentale (6,9 %). Les traitements utilisés sont les traitements classiques dans les pathologies cancéreuses et les molécules les plus utilisées sont les corticoïdes. Certains symptômes sont traités en fonction de leur gravité (l asthénie, la dyspnée, la sécheresse de bouche, la confusion mentale), tandis que d autres le sont systématiquement (l obstruction intestinale, les nausées et les vomissements, les râles respiratoires, la douleur, l anorexie et la perte de poids). Tableau 3 : Questions sur la communication médecin-patient. S 290 Rev Med Brux

5 Les patients palliatifs présentent donc majoritairement une pathologie néoplasique à l origine de leur état terminal. Les symptômes rapportés, l attitude par rapport aux problèmes secondaires, les traitements spécifiques prescrits sont ceux classiquement relevés dans la littérature. 6. La validité du questionnaire rétrospectif proposé semble satisfaisante aux médecins répondants et son utilisation systématique dans tous les cas de fin de vie paraît réaliste, plus encore après le remplissage ne fût-ce que d un seul cas, dont la facilité et la rapidité (15-20 minutes) limitent l aspect rébarbatif de départ lié à son volume important (79 questions réparties sur 39 pages). Très peu de questionnaires prospectifs ont été retournés. Outre les éléments déjà signalés, ce très faible taux de réponse s explique essentiellement par la difficulté exprimée par les médecins de demander le consentement à leurs patients comme l exigent les comités d éthique et par celle résultant de la difficulté d estimation de la durée de vie résiduelle des patients palliatifs terminaux. Enfin, beaucoup de médecins n ont pas suivi de patient en fin de vie pendant toute la durée, limitée, de l étude. En ce qui concerne la partie qualitative du questionnaire, les médecins ont souhaité que le problème de la communication soit abordé de façon plus systématique, notamment la relation avec le patient en cas de déni de la situation ou lors d un changement d attitude. La relation avec la famille doit aussi être questionnée, notamment lorsque ses demandes directes ou ses souhaits sont en contradiction avec ceux du patient, de même que la relation avec les équipes palliatives, par exemple lors d une décision d euthanasie en milieu hospitalier et que le médecin généraliste en est exclu. Les médecins souhaitent également que des cas concernant des patients inconscients et déments soient exposés. CONCLUSION Le principal point fort de cette recherche est la constitution d un outil robuste, validé, utilisable au quotidien, potentiellement utile au plan statistique, et qui a permis d explorer le problème de la fin de vie (non limité à l euthanasie) sur les plans éthique et scientifique, globalement et dans son ensemble en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie en donnant des informations précises sur les lois, les attitudes des médecins, la pratique médicale et la communication. Nous espérons que ce projet pourra s étendre et s appliquer à l ensemble de la population belge pour constituer une vaste banque de données sur la thématique de la fin de vie. NB : Quelques questions du questionnaires sont présentées dans les Tableaux ; sa version complète est disponible sur simple demande aux auteurs. BIBLIOGRAPHIE 1. Van der Heide A, Deliens L, Faisst K et al : End-of-life decisionmaking in six European countries : descriptive study. Lancet 2003 ; 362 : Loi du 28 mai 2002 relative à l euthanasie 3. Loi du 22 août 2002 relative aux droits du patient 4. Loi du 14 juin 2002 relative aux soins palliatifs 5. Commission Fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie. Premier rapport aux Chambres législatives. 22 septembre décembre Vincent JL : Ethical principles in end-of-life decisions in different European countries. Swiss Medical Weekly 2004 ; 134 : Weissman DE : Decision Making at a Time of Crisis Near the End of Life. JAMA 2004 ; 292 : Bilsen J, Vander Stichele R, Mortier F et al : The incidence and characteristics of end-of-life decisions by GPs in Belgium. Fam Pract 2004 ; 21 : Stevenson J, Abernethy AP, Miller C et al : Managing comorbidities in patients at the end of life. BMJ 2004 ; 329 : Vanhalewyn M, Bolly C : Aux sources de l instant. Manuel de soins palliatifs à domicile, 3 ème Edition. Weyrich Edition, 2004 Correspondance et tirés à part : B. ABBADIE Chaussée de Charleroi Bruxelles Travail reçu le 3 juillet 2006 ; accepté dans sa version définitive le 1 er août Rev Med Brux S 291

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Comment régler ma fin de vie

Comment régler ma fin de vie Comment régler ma fin de vie Euthanasie, assistance au suicide et dispositions de fin de vie Carlo BOCK Introduction Définitions Législation Modalités pratiques Fondements éthiques Expériences dans d autres

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 2013 Ipsos. Tous droits réservés. Contient des informations confidentielles et propriétaires d Ipsos

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 213 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 213 Bilan intermédiaire Le bpa a remis son rapport sur la formation en deux phases avec les résultats de son évaluation au printemps

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux Livret 5 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 5 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une liste non exhaustive d indicateurs

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/127 DÉLIBÉRATION N 11/083 DU 8 NOVEMBRE 2011 AUTORISANT LES MAISONS DE SOINS PSYCHIATRIQUES ET LES INITIATIVES

Plus en détail

Satisfaction patients ANNEE 2012

Satisfaction patients ANNEE 2012 Satisfaction patients ANNEE 2012 Chaque patient dispose, lors de son arrivée, d un questionnaire de satisfaction à l intérieur du livret d accueil. Ce questionnaire a pour but d évaluer le niveau de satisfaction

Plus en détail

Faut-il élargir la loi sur l'euthanasie aux mineurs en Belgique?

Faut-il élargir la loi sur l'euthanasie aux mineurs en Belgique? Faut-il élargir la loi sur l'euthanasie aux mineurs en Belgique? Au printemps 2009, plusieurs articles dans la presse quotidienne et hebdomadaire faisaient état d'une étude qui venait d'être publiée sur

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical

kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical kikkerdirk - Fotolia.fr Commission fédérale de contrôle et d évaluation de l euthanasie (cfcee) Brochure à l intention du corps médical table des matières 1. Obligation de déclarer l euthanasie. Patients

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE

ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE ANNEXES AU LIVRET D ACCUEIL ESAT SELF LA FONTAINE 1 ANNEXE 1 Charte des droits et libertés de la personne accueillie Texte original Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions

Plus en détail

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012

Date de diffusion publique : 4 septembre, 2012 En règle générale, les Canadiens sont confiants de pouvoir reconnaître les signes d une urgence médicale, mais ils sont moins certains d avoir les compétences nécessaires pour intervenir. Quatre Canadiens

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges Centre Hospitalier Esquirol de Limoges La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges 18 JUIN 2015 Mars 2015 2005 2015: 10

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007.

Au Luxembourg, au 31.12.2007, 10 personnes attendaient un rein, deux reins provenant de donneurs décédés luxembourgeois ont pu être greffés en 2007. Communiqué de presse Luxembourg, le 2.02.2008 Campagne Il y a une vie après la mort. D après les statistiques d EUROTRANSPLANT, organisme européen qui gère les échanges d organes entre les pays Luxembourg,

Plus en détail

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, Montréal Julia Sohi

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents.

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Journée de Prévention du risque infectieux en Rhône-Alpes en FAM MAS et IME LYON 17/10/2013 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique

Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Promotion d une saine alimentation et de l activité physique : analyse des besoins de formation du réseau de santé publique Karyne Daigle, stagiaire Maîtrise en santé communautaire MISE EN CONTEXTE Le

Plus en détail

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL

CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL CARTES POUR ÉTRANGERS ET DOCUMENTS DE SÉJOUR DÉLIVRÉS DANS LE CADRE DU REGROUPEMENT FAMILIAL Statistiques annuelles, 2010-2013 1. Données générales sur les premières cartes pour étrangers ou documents

Plus en détail

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012)

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012) Ordonnance concernant la formation de base, la formation qualifiante et la formation continue des personnes travaillant dans le secteur vétérinaire public 916.402 du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin

Plus en détail

Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Tableau comparatif sur le texte actuel

Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Tableau comparatif sur le texte actuel Proposition de modification de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie Tableau comparatif sur le texte actuel Vendredi 12 décembre 2014 Texte actuel Code de la santé

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie. Ligue Alzheimer ASBL

Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie. Ligue Alzheimer ASBL Problèmes Ethiques des soins et de la fin de vie La dignité de la personne humaine Principe selon lequel une personne ne doit jamais être traitée comme un objet ou comme un moyen, mais comme une entité

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Le questionnaire a été élaboré par la Commission d éthique de la SRLF : Didier

Plus en détail

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011

Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire. Avril 2011 Enquête d opinion en matière de santé auprès des professionnels de santé des Pays de Loire Avril 2011 Méthodologie L'étude s est déroulée par Internet du 24 février au 25 mars 2011. 1 691 professionnels

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/11/142 DÉLIBÉRATION N 11/092 DU 6 DÉCEMBRE 2011 RELATIVE À L ÉCHANGE MUTUEL DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE L

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE

INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE INDICATEUR 1 INDICE DE FRÉQUENCE DES ACCIDENTS DE SERVICE Mesurer la fréquence des accidents de service survenus dans l année. Renseigner sur la sinistralité dans le domaine des accidents de service entrainant

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Appendix 1 (as supplied by authors):

Appendix 1 (as supplied by authors): Appendix 1 (as supplied by authors): Questionnaire used to study cannabinoid prescription for the management of chronic noncancer pain among physicians in the Abitibi-Témiscamingue region of Quebec Appendix

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

Programme d aide à l arrêt du tabac chez la femme enceinte et son partenaire

Programme d aide à l arrêt du tabac chez la femme enceinte et son partenaire Programme d aide à l arrêt du tabac chez la femme enceinte et son partenaire Fares asbl Service Prévention Tabac Vlaams Vereniging voor respiratoire gezondheidszorg en Tuberculosebestrijding Rue de la

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels

Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels Charte Prévention Artisans et Entreprises du Bâtiment La démarche V.A.L.E.U.R. Bien sûr... Boîte à outils Une fiche thématique sur la prévention des risques professionnels État des lieux du risque Statistiques

Plus en détail

ETHIQUE. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume. Réunion Réseau Alzheimer

ETHIQUE. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume. Réunion Réseau Alzheimer ETHIQUE Réunion Réseau Alzheimer Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume 09/12/2010 Introduction Situations Conflictuelles Difficiles à vivre Pour le malade Pour l entourage

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION DEFINITIF D UN ADULTE AVEC PARTICIPATION DU MEDECIN GENERALISTE

PROCEDURE D ADMISSION DEFINITIF D UN ADULTE AVEC PARTICIPATION DU MEDECIN GENERALISTE RESEAU DES MEDECINS VIGIES Ministère des Affaires Sociales et de la Santé de la Communauté Française Ministerie van de Vlaamse Gemeenschap Administratie voor Gezondheidszorg INSTITUT SCIENTIFIQUE DE LA

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014

RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS. Résultats de l enquête menée en 2014 RAPPORT PRISE EN CHARGE MÉDICAMENTEUSE DANS LES EHPAD FRANCILIENS Résultats de l enquête menée en 2014 0 Acronymes : ARS IDF : Agence régionale de santé Ile-de-France EHPAD : Etablissements d hébergement

Plus en détail

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec

Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Résumé Soutenir l amélioration continue de la qualité des soins donnés aux personnes souffrant de maladies chroniques au Québec Des indicateurs de qualité à l intention des professionnels et des gestionnaires

Plus en détail

Sensibilisation aux Soins Palliatifs

Sensibilisation aux Soins Palliatifs Sensibilisation aux Soins Palliatifs Contexte : Le programme cantonal de développement des Soins Palliatifs (SP) fixe des objectifs en matière de formation aux SP dans chaque structure du réseau de soins.

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie

Profil de Compétences Professionnelles Ostéopathie ProfildeCompétencesProfessionnellesOstéopathie Document Documentdediscussionavecl intentiond obtenirunconsensus approuvée par la Chambre ostéopathie le 12-06-2012 (11 votes pour - pas de votes contre -

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant?

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? «Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? Thèse présentée et soutenue publiquement Le 17 juin 2014 Pour obtenir le Diplôme d État

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue

La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Fiche d information juridique La Responsabilité Médicale de l Hépatogastroentérologue Mars 2011 Isabelle Joly, Lionel Parois, Patrice Pienkowski, Bruno Richard-Molard, René Laugier et la Commission Juridique

Plus en détail

La place en crèche d entreprise :

La place en crèche d entreprise : La place en crèche d entreprise : Comment facilite-t-elle la conciliation vie familiale et vie professionnelle des salariés-parents? Direction Marketing Communication Etudes www.babilou.com Note méthodologique

Plus en détail

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Matériel et méthodes... 3 3 Résultats... 4 4 Discussion... 9 4.1 Accès Internet

Plus en détail

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005 INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE Juin 2005 La Haute Autorité de santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

La Fin de vie en France. Sophie PENNEC Institut National d Etudes Démographiques (Paris, France) L enquête Fin de vie en France

La Fin de vie en France. Sophie PENNEC Institut National d Etudes Démographiques (Paris, France) L enquête Fin de vie en France La Fin de vie en France Sophie PENNEC Institut National d Etudes Démographiques (Paris, France) IDUP 16 mars 2016 Plan de la présentation L enquête Fin de vie en France Objectifs Méthodologie Quelques

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013

2 e congrès international francophone de soins palliatifs/23 e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, 5 mai 2013 Évaluation du degré d intégration du fonctionnement interdisciplinaire en pratique clinique de soins palliatifs et bénéfices attendus : Perspective d amélioration continue de la qualité des soins et des

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Feedback de l enquête sur les besoins en formation continue du personnel des équipes soignantes

Feedback de l enquête sur les besoins en formation continue du personnel des équipes soignantes Feedback de l enquête sur les besoins en formation continue du personnel des équipes soignantes Un questionnaire concernant les besoins en formation continue du personnel des équipes soignantes a été envoyé,

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE ENQUÊTE : PAS DE RAZ-DE-MARÉE POUR LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE Bruxelles, juillet 2014 La nouvelle enquête de la concernant le comportement des fumeurs montre que la cigarette électronique n a pas connu

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 0 1 5 RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 Le premier rapport sur la confiance des investisseurs (fondé sur un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

FICHE COMMUNE AT-MP N 10 CONDITIONS D ACCÈS AUX PIÈCES DU DOSSIER DE L ACCIDENT DU TRAVAIL ET DE LA MALADIE PROFESSIONNELLE

FICHE COMMUNE AT-MP N 10 CONDITIONS D ACCÈS AUX PIÈCES DU DOSSIER DE L ACCIDENT DU TRAVAIL ET DE LA MALADIE PROFESSIONNELLE FICHE COMMUNE AT-MP N 10 CONDITIONS D ACCÈS AUX PIÈCES DU DOSSIER DE L ACCIDENT DU TRAVAIL ET DE LA MALADIE PROFESSIONNELLE page 225 page 226 Conditions d accès aux pièces du dossier de l accident du travail

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail