36 THINK GREEN 36 You can't go to Las Vegas on the taxpayer's dime! Par Ugo Toselli

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "36 THINK GREEN 36 You can't go to Las Vegas on the taxpayer's dime! Par Ugo Toselli"

Transcription

1

2 Table of contents 3 EDITO 4 THE EDITORIAL BOARD 5 THE EDITORIAL TEAM 6 BURNING HOT A selection of the latest News By Annick Barbezat 9 CAREERS 9 Women s leadership : the future plus for hospitality management, too? By Emmanuelle Le Vaillant 13 SPECIAL REPORT Pampering kids : a growing trend in hospitality 14 Servuction et mix client ; le cas difficile des enfants à l hôtel Par Jean-Jacques Cariou 18 Un programme VIP pour les enfants à l hôtel Le Bristol Par Véronique Banyols 20 Targeting the family segment : a growing business opportunity in hospitality By Alain Najar 24 Be Pampered: is there a Kid s Heaven in Switzerland? By Damien Rottet 26 Le luxe pour les vacances en famille : simplicité, liberté et intimité Exemple : Les Maisons de Katy et Jacques Par Jacques Horovitz 31 INSIDE-OUT 31 Spaced Out By Dena Behi and Group SBP START-UP INSIGHT 35 At what age should I start to be an entrepreneur? By Rémi Walbaum 36 THINK GREEN 36 You can't go to Las Vegas on the taxpayer's dime! Par Ugo Toselli 37 LIFESTYLE 37 Treat yourself By Stefan Fraenkel 39 On the road again Par Stefan Fraenkel 41 Destination Profile : Paris Par Stève Cattin 44 Les Coups de Cœur de Marie-Louise Banyols Par Marie-Louise Banyols LAUSANNE Carrières de femmes bilan avec 5 anciennes étudiantes Par Cédric Focking 46 Vote your way By Cédric Focking 46 L'hôtellerie de luxe : il n'y a pas que la qualité qui compte Par Cédric Focking 47 La Haute Ecole de Gestion de Genève lance un Master en Management du Luxe avec le concours de l EHL Par Cédric Focking 48 ALUMNI & NETWORKING 48 Alumni & Network Activities Par Bertrand Willi 49 Bottin 49 Michel Moine (EHL 1982) By Paul Cronshaw 50 Alumni & Network Activities By Bertrand Willi 52 Portrait d Ancien : Laetitia Brandariz-Berrut Par Stève Cattin 2 EN TABLE OF CONTENTS

3 Servuction et mix client; le cas difficile des enfants à l hôtel JEAN-JACQUES CARIOU est diplômé de l Université de Paris 1 Sorbonne et professeur agrégé de marketing. Il enseigne principalement à l École Hôtelière de Bordeaux-Talence et selon les époques à l Université de Paris1 Sorbonne, à l École de Management Hôtelier de Savignac, en MBA «Hospitality» de l École Supérieure de Gestion à Paris. Il est l auteur de plusieurs ouvrages aux éditions BPI dont le «Dictionnaire de marketing, spécialisé pour les activités d hôtellerie et de tourisme». Co-fondateur d ACTIF HTR, il est également consultant auprès d entreprises du secteur hôtelier pour les questions de positionnement, d études de marchés, de faisabilité de projets. Qu est-ce qu un enfant? D un pays à l autre, d une réflexion à l autre, les défi nitions diffèrent : un Yéménite ne dira pas la même chose qu un Suédois, une juriste qu un psychiatre ou qu un démographe. L enfant est une «construction sociale» pour reprendre les propos de Valérie- Inès de La Ville (Directrice du centre européen des produits de l enfant). L UNICEF pour sa part considère tout être humain de moins de 18 ans comme un enfant, a contrario en Europe on ne qualifi e généralement pas les adolescents «d enfants», aux Etats-Unis les préadolescents ne sont généralement pas appelés «enfants» Sensibles à ces différences, les offres promotionnelles «enfants» au sein d un même groupe hôtelier ne concernent pas les mêmes tranches d âge d un pays à l autre. Il est également remarquable qu avec une même défi nition la durée de l enfance change : d une part, au fi l du temps ; la durée de l enfance aurait tendance à se réduire depuis quelques décennies, celle de l adolescence à augmenter tout en commençant plus tôt dans la vie 1, d autre part, selon le groupe social auquel on se réfère ; par exemple on ne quitte pas l enfance au même âge dans toutes les classes sociales. enfi n, selon le genre (garçons ou fi lles) et aussi évidemment selon le cas personnel. Quitte à simplifi er exagérément, pour faire rapide et pour éviter de retarder l entrée dans notre sujet, nous retiendrons la classifi cation la plus souvent retenue en Europe : nouveau né, nourrisson, petite enfance, enfance proprement dite. Nous écartons donc les adolescents de notre propos pour nous intéresser à la tranche d âge 0-12 ans. Il n y a pas de véritable marché enfants en hôtellerie! Les enfants, dans les pays industrialisés sont moins nombreux qu autrefois, les parents sont plus âgés cela est sans doute la source essentielle d un surinvestissement affectif des familles vis-à-vis de l enfant (généralement doublé d un surinvestissement matériel puisque celui qu on aime ne saurait manquer de rien). Ajoutons à cela la puissance de la norme sociale : il faut aimer ses enfants, être parent ne saurait être réduit dans les discours à la fonction biologique 2, voire à une stratégie de transmission patrimoniale et culturelle (dont pourtant le sociologue Pierre Bourdieu en a maintes fois mis en évidence l importance). Mais dans le discours des parents, l enfant est souvent présenté comme l élément transcendant de leur vie. En plus de devoir s occuper de leur progéniture les parents sont bien évidemment l objet de nombreuses autres sollicitations professionnelles ou personnelles qui ne sont pas sans influence sur le comportement vis-à-vis de l enfant : il faut aussi réussir sa vie professionnelle, avoir une vie sociale et culturelle riche si bien qu il n est pas toujours facile d assumer quotidiennement l affectif vis-à-vis de l enfant. La multiplication des cadeaux peut être un moyen pour les parents de satisfaire ce besoin (le séjour dans un hôtel peut-être présenté comme un cadeau), la création de moments rares mais très privilégiés avec les enfants en est un autre. Nous voici donc dans notre sujet : ces moments passés dans les hôtels! Les situations d usage ne sont pas très nombreuses ; les enfants seuls à l hôtel sont rares, ils y séjournent très généralement avec leurs parents ou des adultes assumant leur responsabilité (grandsparents ). Ces adultes se trouvent en principe en situation non professionnelle (vacances, courts séjours, déplacements personnels pour motifs divers). De rares hôtels acceptent les enfants non accompagnés (ce qui exige un produit spécifi que 3 ), l immense majorité des établissements accueillent les enfants accompagnés parfois en proposant une offre adaptée, parfois sans le faire. Les enfants à l hôtel Il n y a donc pas véritablement de réel marché «enfants» significatif en hôtellerie dans le sens ou l enfant n achète pas et ne consomme pas seul la prestation 1 La vie des femmes et des hommes en Europe, Eurostats, Par provocation rappelons tout de même qu en France, par exemple, un tiers des grossesses sont des accidents, même chez les femmes utilisant un moyen de contraception selon l INED (Institut National des Études Démographiques). On peut, en parallèle, constater que le taux d avortement est largement inférieur à ce rapport d un tiers et donc par conséquence directe que le taux d enfants non désirés est assez élevé. Avouer qu un enfant n était pas désiré n est pas très fréquent, mais c est pourtant statistiquement forcément le cas. Cet aveu est sans doute délicat pour les personnes concernées d une part car il crée la suspicion (peut-on aimer celui que l on n a pas désiré?) d autre part car il montre pour la femme en question une sorte de primauté du corps par rapport à l esprit (la volonté) chose qui n est facile à assumer dans certaines sociétés. 3 Voir par exemple le projet 14 SPECIAL REPORT Pampering kids : a growing trend in hospitality

4 de services 5. Par contre la présence de(s) l enfant(s) auprès d adultes modifie considérablement le comportement, les attentes, les motivations, les freins de ces adultes. D un point de vue marketing c est là que se trouve l essentiel : comment comprendre ces attentes et ces freins, comment bâtir une offre et un discours marketing pertinents. Toute la difficulté provient de l hétérogénéité de ce groupe : les perceptions des parents et des enfants peuvent largement différer (sans parler du fait que les parents entre eux peuvent avoir des attentes différentes et il en est de même des enfants entre eux lorsqu ils sont plusieurs). L opportunisme De nombreux hôteliers ont un comportement opportuniste vis-à-vis de la clientèle familiale : la manifestation la plus fréquente de ce comportement est la promotion enfant. Selon le cas la promotion peut être plus ou moins conséquente : nuitée offerte lorsque l enfant partage la chambre des parents (c est le cas dans tous les hôtels du groupe Choice), repas offerts (dans le monde entier Holiday Inn offre les repas à ses clients enfants de moins de 12 ans), cadeau d accueil (ce qui, pour être pertinent, oblige quasiment à avoir un catalogue de cadeaux : garçon ou fi lle? 3 ans ou 10 ans le cadeau ne saurait-être le même). Les enfants peuvent bien sûr parfois trouver satisfaction auprès de certains équipements «adultes» (la piscine, la salle de gym ). Mais les enfants ont des besoins, des désirs, des attentes 4 Démarketing : ensemble d actions visant à décourager une partie de la clientèle potentielle (ici les enfants) d acheter ou de consommer le produit. 5 D une part car les adultes ne lui permettent pas de le faire, d autre part car les hôteliers ne l acceptent pas seul ensuite car leur pouvoir d achat, non négligeable dans les pays développés, n est toutefois pas à la hauteur et enfi n car l enfant lui-même n a pas forcément la volonté de séjourner en dehors de son domicile sans ses parents ou ses proches. 6 Évidemment puisqu il faut aimer les enfants on entendra dire «ce n est pas grave», «laissez, laissez! je sais ce que c est», «il est mignon» mais qu en pense vraiment l homme d affaires qui n a pas dormi? la cliente dont la veste est tâchée, On peut penser que l empathie des autres clients serait plus forte s il s agissait également de familles. spécifi ques et ne pas avoir d offre spécialement adaptée est la négation de ces attentes. Cela est une lourde erreur sauf si l établissement ne cible pas le segment «famille», mais alors dans ce cas on peut se poser la question de l opportunité des promotions enfants. D un point de vue marketing la simple promotion enfant est une réponse très pauvre aux besoins des familles, beaucoup d hôteliers ont compris cela. De plus, attirer les familles avec enfants par une promotion sans effort au niveau du produit va fatalement poser des problèmes (on retrouve ci-dessous les composantes essentielles de la servuction) : de matériels (les familles vont demander des rehausseurs, des lits bébés, de quoi réchauffer un biberon dans la nuit ), de personnels (cela est plus compliqué pour le personnel de servir une famille qu un couple sans enfant ou qu un professionnel en déplacement), mais c est surtout de la «participation» du client dont il est question. Certes la présence d enfants peut apporter une humanité supplémentaire à l établissement (par exemple un homme d affaires ou une vielle dame peuvent être ravis de voir un/des enfants dans leur hôtel) mais les enfants ne maîtrisent pas les codes de comportement habituels de l hôtel (le «petit» tutoie la vielle dame c est charmant puis il s essuie les mains sur son manteau- ça l est moins! Il fredonne à 19 heures dans le couloir c est amusant, il crie dans la nuit car il fait un cauchemar, l homme d affaires de la chambre voisine sera moins amusé 6 ). Les parents eux-mêmes sont souvent très gênés à l idée que leur rejeton ne respecte pas le code de consommation de l hôtel : ils peuvent dépenser beaucoup d énergie à canaliser celle de leur enfant, ce qui peut les empêcher de profi ter pleinement de leur propre consommation. Ces problèmes sont en partie résolus dès que l offre et donc l image de l hôtel est orientée vers les enfants. La stratégie de concentration Certains produits hôteliers sont spécialement conçus pour la clientèle enfants (et bien sûr accessoirement pour accueillir les parents qui les accompagnent), évidemment la chambre ne saurait suffi re aux besoins des enfants, la demande d animation est très forte. Très souvent l offre hôtelière dans ce cas n est qu un produit complémentaire plus ou moins intégré à un parc d attraction dont on retrouvera le thème décliné au niveau de l hôtel (les hôtels Disney sont, en partie, dans ce cas mais il est facile de trouver J.N. Reichel Evian Royal Resort SPECIAL REPORT 15

5 Sleepoversuite, Alton Towers Resort, UK des cas plus radicaux : par exemple l Alton Towers Hotel (www.altontowers.com) et ses chambres «Pirates», «Benjamin rabbit», «Chocolate» ). Il s agit là d une stratégie de concentration dont on espère une meilleure satisfaction de la cible mais pour lequel en contrepartie le marché est plus étroit (un homme d affaires serait surpris qu on lui propose la chambre «Benjamin Rabbit»!). Ce type d offre est fi nalement assez peu fréquent et ce positionnement comporte plusieurs inconvénients majeurs (c est sans doute ce qui explique cette rareté) : Les investissements peuvent être très lourds (le parc d attraction!) et ne se justifi ent qu avec des réservoirs de clientèle très importants (car la fréquence d achat pour les familles est faible : en général on ne va pas chaque année dans le même parc d attraction). Cette stratégie est un peu complexe car il s agit de convaincre simultanément les enfants et les parents à partir d une offre «enfants». L exclusivité de ce segment vis-à-vis des autres segments traditionnels de l hôtellerie est forte : cela limite beaucoup les possibilités de complémentarité entre différents segments de clientèle. En effet, pour fonctionner l image «enfant» doit être très présente, donc l hôtel en est très marqué, ce qui freine les autres segments de clientèle (clientèle affaires, groupes tourismes, individuels tourisme sans enfants). L hôtel va alors se heurter à la diffi culté du recrutement de la clientèle hors périodes de vacances scolaires ce qui aura des conséquences néfastes sur son taux moyen d occupation, donc sur sa rentabilité. enfants, animations, équipements spécifi ques (jeux, salles, ) personnels spécialisés, mais surtout la garantie qu il y aura d autres enfants (quel intérêt du club enfant si c est pour y être seul?) Le produit enfant est souvent un marqueur très fort pour le positionnement de l hôtel. Le produit enfant génère des associations mentales liées aux vacances, au jeu, à une certaine insouciance autant d éléments qui peuvent être utiles à la constitution de l image de certains établissements (mais pas de tous). Par ailleurs, les toboggans au bord de la piscine, l aire de jeux pour enfants, la présence d un animateur, la photo d enfants sur le site Internet peuvent générer un effet de halo 7 très fort, parfois suffisamment fort pour dissuader les autres segments de clientèle. La communication doit donc être toute en nuance : convaincre les enfants et leurs parents sans forcément rebuter les autres segments (Novotel nous semble particulièrement au point à ce niveau). En matière de consommation l offre enfant est une source de satisfaction pour les enfants et pour les parents ; au plaisir de l activité proposée ellemême s ajoute celui des relations quelle permet. Outre la maîtrise absolue des questions de sécurité, la performance de l offre dépendra principalement de la capacité de l hôtelier à créer des relations de qualité: des membres de la famille entre eux (parentsenfants, frères et sœurs ). des enfants de familles différentes entre eux, des enfants avec certains membres du personnel (par exemple le moniteur, l animateur mais aussi pourquoi pas le concierge, le serveur ) A partir de là, on peut trouver deux familles d offres enfants : l offre du type «club enfant» dont les parents sont exclus. Les exemples sont très nombreux : du Club Med au Royal Evian en passant par Gleneagles et, plus économiques, la plupart des hotels-club. Le cœur du marché Finalement la plupart des offres «enfants» sont complémentaires au produit adulte. Le produit enfant est généralement clairement énoncé par l hôtelier. Pour l essentiel, il s agit en fait d une offre «famille» dans laquelle l enfant est mis en avant : club 7 L effet de halo chez le consommateur désigne l infl uence d une perception à propos d un produit ou d une de ces caractéristiques sur l évaluation d autres éléments, d autres caractéristiques. 16 SPECIAL REPORT Pampering kids : a growing trend in hospitality

6 Novotel Brussels Off Grand Place Bruxelles, Belgique Thomas Skiffi ngton l offre où parents et enfants participent simultanément. C est un moyen de satisfaire le besoin de se «retrouver», de «rattraper le temps perdu» par exemple en raison de périodes d intenses activités professionnelles durant lesquelles les parents peuvent avoir le sentiment de ne pas consacrer assez de temps à leurs enfants. Les enfants eux-mêmes peuvent éprouver le même type de besoin, vis-à-vis des parents et/ou vis-àvis de leurs frères et sœurs. La publicité de Ritz Carton en direction des familles est assez explicite à ce sujet «Enough sun, enough laughter and siblings remember they like each other» 8. Selon le cas la qualité dépendra de la capacité du personnel en contact, de la qualité des installations, de la capacité des clients eux-mêmes à créer les circonstances propres à leur satisfaction et à celles des autres clients (qu est-ce qui fait une bonne partie de football entre parents et enfants : la qualité du terrain, celle du ballon, de l animateur, des joueurs eux-mêmes? On a déjà vu des parties endiablées sur un terrain improvisé et sans animateur mais jamais avec de mauvais joueurs). Le rôle des éléments de la servuction dans la prestation «enfants» à l hôtel Co-consommation parents/enfants L enfant consomme sans les parents Personnel en contact Support physique (matériels) Participation des clients eux-mêmes Quelque soit la situation, opportunisme commercial, concentration, offre complémentaire, l enfant ne peut être dissocié d une offre familiale (contrairement à de nombreux autres secteurs d activités où il existe un véritable marché enfants). Le succès de la prestation se bâtit sur le triptyque de la servuction : personnel en contact, support physique, participation du client. On voit bien l importance de ce dernier point et ainsi ressurgir une question traditionnelle du marketing hôtelier : la maîtrise du mix-client. Mais dans le cas des enfants le problème est plus délicat encore : en raison d une certaine exclusivité par rapport à d autres segments de clientèle, car les enfants ne connaissent pas les codes de consommation de l hôtel (ou, s ils les connaissent, ne s y contraignent pas toujours), ce qui explique aussi le point précédent, enfi n parce que les enfants sont pratiquement systématiquement accompagnés d adultes dont les attentes ne sont pas tout à fait identiques. Il faut accepter et savoir faire accepter ce mix de clientèle mais aussi le maîtriser (recrutement/sélection, «formation» et information de la clientèle). C est un passage obligé pour donner satisfaction à la clientèle familiale, incontournable dans les établissements offrant de nombreux services périphériques (qu est-ce qu on fait des enfants pendant qu on sera au SPA, au golf ). Ce peut être un merveilleux moyen de fi déliser les clients par un savoirfaire au cœur du métier hôtelier : créer les conditions propices aux relations humaines, aux expériences et aux souvenirs. Jean-Jacques Cariou 8 Encart presse 04/2008 International Herald Tribune dans le cadre de la campagne Reconnect. L encart est consultable à l adresse suivante : enfants SPECIAL REPORT 17

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud

Notions de marketing en restauration. Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Notions de marketing en restauration Présentées par Katia Velayos et Jocelyn Grivaud Introduction Formation sur le marketing appliqué aux futurs métiers de nos élèves. L objectif est de vous aider dans

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION

Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan. Ingénieur chimiste (ESCIL) FORCE DE VENTE DIRECTION ORGANISATION GESTION Collection Manuels EO/FP dirigée par Armand Dayan Alfred ZEYL Ingénieur chimiste (ESCIL) MBA Northwestern University Docteur en Gestion Professeur Émérite à l ESC Dijon-Bourgogne Consultant. Armand DAYAN

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Les hotels ne vivent pas que la nuit...

Les hotels ne vivent pas que la nuit... Les hotels ne vivent pas que la nuit... Lancé à Paris en 2010 par David Lebée, Day Use est la première centrale de réservation d un nouveau genre permettant de louer, pour quelques heures (entre trois

Plus en détail

Plan d action commercial

Plan d action commercial 3 Plan d action commercial Le plan d action commercial regroupe l ensemble des actions commerciales et marketing à entreprendre sur une période donnée pour atteindre les objectifs commerciaux de l entreprise.

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Le Concours des Chefs Campanile

Le Concours des Chefs Campanile Le Concours des Chefs Campanile Hospitality Awards 2015 Meilleure initiative en ressources humaines et développement de carrière Présentation - L une des seules marques d hôtellerie à proposer sa propre

Plus en détail

le spa manager d hôtel : manager hôtelier avant tout

le spa manager d hôtel : manager hôtelier avant tout special REPoRT le spa manager d hôtel : manager hôtelier avant tout Novotel Thalassa Sea & Spa et son institut de thalassothérapie, Dinard France Groupe Accor Crédit photo : Didier Chazal Définitions et

Plus en détail

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts

90558-CDT-06-L3French page 1 of 10. 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts 90558-CDT-06-L3French page 1 of 10 NCEA LEVEL 3: FRENCH CD TRANSCRIPT 2006 90558: Listen to and understand complex spoken French in less familiar contexts New Zealand Qualifications Authority: NCEA French

Plus en détail

Journée Valaisanne du Tourisme

Journée Valaisanne du Tourisme Journée Valaisanne du Tourisme Défis, Tendances et Innovations en matière d hébergement touristique Martigny - 5 Octobre 2015 Pierre Olivier TOUMIEUX - CEO Groupe LAGRANGE SOMMAIRE 2 1. Le Groupe LAGRANGE

Plus en détail

THESE PROFESSIONNELLE. MBA Marketing et Management du Sport

THESE PROFESSIONNELLE. MBA Marketing et Management du Sport THESE PROFESSIONNELLE Présentée devant l Institut Supérieur de Commerce de Paris pour l obtention du MBA Marketing et Management du Sport par Augustin Hodara L hospitalité sportive est-elle un outil de

Plus en détail

" La démarche stratégique :

 La démarche stratégique : ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Année Académique : 2014/2015 Niveau : 1 ère année Master (TC) Enseignant : KHERRI Abdenacer Groupes : 12, 13, 14, 15 et 16 Site web :

Plus en détail

Les relations parents-enfants au quotidien

Les relations parents-enfants au quotidien Délégation interministérielle à la Famille Les relations parents-enfants au quotidien 7 janvier 2007 Ipsos / DIF Contacts : Etienne MERCIER : 01 41 98 92 79 Christelle CRAPLET : 01 41 98 94 32 etienne.mercier@ipsos.com

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis

Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mardi 8 septembre 2015 Déplacement de Najat VALLAUD-BELKACEM en Seine-Saint-Denis Mise en œuvre du plan d action pour les écoles de Seine-Saint-Denis Dossier de presse 1 SOMMAIRE - Déplacement de Najat

Plus en détail

Guide pour les établissements d accueil

Guide pour les établissements d accueil Mobilité individuelle des élèves tchèques Guide pour les établissements d accueil Année scolaire 2014-2015 I. Présentation Le programme Un an en France existe depuis l année scolaire 2009-2010 et permet

Plus en détail

Agreen Startup Paris SIA

Agreen Startup Paris SIA Agreen Startup Paris SIA Apprendre à travers l acte de création Placé sous le haut patronage du Secrétariat d Etat au numérique SOMMAIRE I- Le principe d A.Green Startup... 2 A.green Startup... 2 Les équipes...

Plus en détail

Top sharing concilier vie privée et vie professionnelle

Top sharing concilier vie privée et vie professionnelle Top sharing concilier vie privée et vie professionnelle Par Corinne Mentha et Constant Gbaguidi Dans le cadre du dernier Salon des Ressources Humaines 2012 qui s est tenu à Genève les 3 et 4 octobre derniers,

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS)

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la (STHR) Programme de sciences et technologies des services (STS) CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie- présente des particularités

Plus en détail

Pierre et Samuel, collégiens de St-Maurice ayant effectué un échange linguistique avec l école suisse de Bangkok.

Pierre et Samuel, collégiens de St-Maurice ayant effectué un échange linguistique avec l école suisse de Bangkok. Pierre et Samuel, collégiens de St-Maurice ayant effectué un échange linguistique avec l école suisse de Bangkok. Pierre et Samuel, deux étudiants en 3e année au Lycée-Collège de l Abbaye St-Maurice, ont

Plus en détail

ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT

ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT Institut National des Sciences de Gestion Département de Marketing Marketing et Stratégies Commerciales ELABORATION D UN PLAN MARKETING EN VUE D UNE CAMPAGNE DE MARKETING DIRECT MARKETING DIRECT Rédigé

Plus en détail

Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients

Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients Première Matinale de la CDFA Fidéliser Conquérir de nouveaux clients Michèle GUIGNARD 7 MAI 2009 Développement & Moyens Commerciaux 16 Chemin du Bougeng 31 Les objectifs Prendre conscience et trouver une

Plus en détail

- JAM - LE PROTOCOLE D IDÉATION DE CROP UNE PROCÉDURE UNIQUE D INVESTIGATION DE LA PERCEPTION DES CONSOMMATEURS

- JAM - LE PROTOCOLE D IDÉATION DE CROP UNE PROCÉDURE UNIQUE D INVESTIGATION DE LA PERCEPTION DES CONSOMMATEURS - JAM - LE PROTOCOLE D IDÉATION DE CROP UNE PROCÉDURE UNIQUE D INVESTIGATION DE LA PERCEPTION DES CONSOMMATEURS de la vie aux idées «JAM» : le protocole d idéation de CROP Un protocole inspiré des nouvelles

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014

Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014 Fidéliser ses clients, Pourquoi? Comment? 17 AVRIL 2014 1 FIDELISER, POURQUOI? Les actions de promotion/communication peuvent être classées en deux grandes catégories. LA CONQUETE S adresse à un large

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Beauté et Perfection. La nouvelle génération de centre de lavage

Beauté et Perfection. La nouvelle génération de centre de lavage Beauté et Perfection La nouvelle génération de centre de lavage 1 Un concept unique sur un marché porteur ASTIKOTO est la première enseigne sur son marché spécialisée dans la maintenance esthétique écologique

Plus en détail

14.832.004 PROFILS B-TO-C EXCLUSIFS

14.832.004 PROFILS B-TO-C EXCLUSIFS SOMMAIRE 14.832.004 profils b2c exclusifs... 3 Pas de succès sans segmentation pertinente... 4 Exemples de campagne... 5 Traçabilité et reporting des campagnes email... 6 Un cas de campagne... 6 Gestion

Plus en détail

L auto-entrepreneur. Ce statut présente de nombreux avantages sociaux, déclaratifs et fiscaux.

L auto-entrepreneur. Ce statut présente de nombreux avantages sociaux, déclaratifs et fiscaux. L auto-entrepreneur Depuis 1er janvier 2009, le régime de l'auto-entrepreneur permet à tous les Français qui le souhaitent de créer leur propre entreprise simplement et rapidement. Ce nouveau régime, créé

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure

1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure 1er réseau mondial de restauration rapide sur- mesure DOSSIER DE PRESSE Janvier 2013 2 SOMMAIRE Green is better : Un concept innovant La genèse L innovation Green is better Les valeurs Green is better

Plus en détail

customer B-to-C business

customer B-to-C business customer B-to-C business SOMMAIRE: 4.6 M françaises et 280.000 belges profils B2C «Travel exclusifs»... 3 Pas de succès sans segmentation pertinente... 4 Exemples de campagnes... 5 Traçabilité et reporting

Plus en détail

Entreprendre en franchise

Entreprendre en franchise Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

SAGE-FEMME HOMMES «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues. Pierre

SAGE-FEMME HOMMES «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues. Pierre Dossier n 11 HOMMES «OSEZ LE METIER DE» SAGE-FEMME Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Pierre, Sage-Femme à Martigues La biologie m a toujours intéressé. En

Plus en détail

Module 5 - Transparents

Module 5 - Transparents Module 5 - Transparents Qu est-ce que le marketing? Les cinq principes de base du marketing 87 Activités de marketing (PRIX) 89 Concept de marketing 90 Le marketing mix (quatre principes). 91 Marketing

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Marketing comportemental et digital hospitality

Marketing comportemental et digital hospitality Marketing comportemental et digital hospitality Totec, 5 Décembre 2013 www.tedemis.com www.emailretarge0ng.com www.mediaemailtarge0ng.co m www.email- acquisi0on.com France display ad market en 2013 Une

Plus en détail

etre être éducateur(trice) de jeunes enfants

etre être éducateur(trice) de jeunes enfants etre être éducateur(trice) de jeunes enfants etre éducateur(trice) de jeunes enfants sommaire 8 Introduction 11 Les EJE aujourd hui 11 Un métier de femmes? 12 Les spécialistes de l accueil collectif de

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

LE SITE EMPLOI QUI ÉVALUE ET PRIME LES CANDIDATS

LE SITE EMPLOI QUI ÉVALUE ET PRIME LES CANDIDATS LE SITE EMPLOI QUI ÉVALUE ET PRIME LES CANDIDATS Plus qu un modèle économique Parce qu un recrutement performant passe par un engagement fort, AdequaJOB.fr vous propose un modèle inédit à la performance.

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE

Ecole régionale. de la 2 e chance Midi-Pyrénées. Enquête de satisfaction des élèves. Résultats 2008 UNION EUROPÉENNE PREFECTURE DE LA REGION MIDI-PYRENEES Profils & Parcours Ecole régionale de la 2 e chance Midi-Pyrénées Enquête de satisfaction des élèves Résultats 2008 Mars 2009 UNION EUROPÉENNE Sommaire 1 - Champ

Plus en détail

LE SERVICE DE CONCIERGERIE

LE SERVICE DE CONCIERGERIE LE SERVICE DE CONCIERGERIE Choisir «S Club», c est s assurer un service d excellence, capable de traiter des demandes simples comme des demandes insolites avec une qualité de service irréprochable. Accessible

Plus en détail

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le Ministère de la santé, de la famille Et des personnes handicapées. MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le ministre de la santé, de la famille

Plus en détail

10 FAÇONS INTELLIGENTES D AGRANDIR VOTRE LISTE DE DISTRIBUTION

10 FAÇONS INTELLIGENTES D AGRANDIR VOTRE LISTE DE DISTRIBUTION 10 FAÇONS INTELLIGENTES D AGRANDIR VOTRE LISTE DE DISTRIBUTION 1 Une liste de distribution commerciale est un atout incontestable pour l expansion de votre entreprise. Un plus grand nombre d adresses e-mail

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Communication fonctionnelle

Communication fonctionnelle Programme de formation pour les étudiants de DEESCOM de l IEC Pau Communication fonctionnelle (Les techniques de communication) Objectif pédagogique : Etre capable de décliner une action de communication

Plus en détail

ESTUDINES : Consultez le détail des offres ci-après. Typologie Nombre d offres Poste / Domaine STAGES 5 EMPLOIS 2. Page 1/ 8

ESTUDINES : Consultez le détail des offres ci-après. Typologie Nombre d offres Poste / Domaine STAGES 5 EMPLOIS 2. Page 1/ 8 ESTUDINES : Consultez le détail des offres ci-après Typologie Nombre d offres Poste / Domaine - Commercial / Administratif - Assistant au responsable de centre de profit STAGES 5 - Assistant commercial

Plus en détail

Les nouvelles méthodes de recrutement

Les nouvelles méthodes de recrutement Les nouvelles méthodes de recrutement Eveilleurs de potentiel Extend Coaching éveille le potentiel des personnes et des organisations pour faciliter leur succès professionnel Notre vision est un monde

Plus en détail

PROGRAMME DE SOUTIEN À L ENTREPRENEURIAT CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION

PROGRAMME DE SOUTIEN À L ENTREPRENEURIAT CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION CENTRE D EXPERTISE ET DE RECHERCHE EN HÔTELLERIE ET RESTAURATION Institut de tourisme et d hôtellerie du Québec PROGRAMME DE SOUTIEN À L ENTREPRENEURIAT VOUS SOUHAITEZ VOUS LANCER EN AFFAIRES MAIS NE SAVEZ

Plus en détail

MASTER GATH GESTIONS DES ACTIVITÉS TOURISTIQUES ET HÔTELIÈRES

MASTER GATH GESTIONS DES ACTIVITÉS TOURISTIQUES ET HÔTELIÈRES MASTER GATH GESTIONS DES ACTIVITÉS TOURISTIQUES ET HÔTELIÈRES OBJECTIF GÉNÉRAL Former les futurs dirigeants de l hôtellerie et des métiers de l accueil capables de gérer une unité ou un centre de profit

Plus en détail

matthieumarce.com - Fiches pratiques - Emailing Emailing

matthieumarce.com - Fiches pratiques - Emailing Emailing Emailing Cette fiche pratique tente de répondre aux questions suivantes : - Qu est-ce qu un emailing? - Comment réaliser une campagne emailing auprès de mes contacts? - Comment fidéliser mes clients? L

Plus en détail

4 étapes pour lancer et réussir

4 étapes pour lancer et réussir 4 étapes pour lancer et réussir votre E-business au Cameroun. Ce document vous est offert gratuitement par le Cabinet Ebusiness Consulting Inc. Offrez le librement à vos clients et prospects imprimez le

Plus en détail

Comment mesurer de façon efficace le succès en ligne d une marque de luxe?

Comment mesurer de façon efficace le succès en ligne d une marque de luxe? Comment mesurer de façon efficace le succès en ligne d une marque de luxe? emetrics Summit Paris 2010 Paris, 16 juin 2010 David Sadigh, directeur associé dsadigh@ic-agency.com A propos d IC-Agency: Notre

Plus en détail

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente 1 Le monde Würth est grand. Permettez-nous de nous présenter. Würth AG est une entreprise commerciale du secteur

Plus en détail

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15 Avis aux agences de voyages, entre autres! Au cours de la 9ème conférence internationale marketing & marché, qui se tenait en janvier dernier en Italie, fut présentée une étude qualitative sur les attitudes

Plus en détail

Comment Internet peut révolutionner le marché de la beauté et du bien-être?

Comment Internet peut révolutionner le marché de la beauté et du bien-être? Comment Internet peut révolutionner le marché de la beauté et du bien-être? Marie Sermadiras Co-Fondatrice de ZenSoon 1. Le Web a révolutionné le secteur des services traditionnels 2. Que veulent les

Plus en détail

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel

Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour la gestion du personnel Communiqué de presse «Recruiting Trends Suisse 2012» Sondage effectué auprès des 500 plus grandes entreprises suisses Etude: pénurie de personnel qualifié et changement démographique, un cassetête pour

Plus en détail

N 600 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 600 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 600 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 janvier 2013. PROPOSITION DE LOI instaurant une obligation de

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

1 I NTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante La franchise, stratégie commerciale, évolue avec son temps

1 I NTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante La franchise, stratégie commerciale, évolue avec son temps 1INTRODUCTION La franchise se développe en France depuis les années soixante. Elle comptait, fin 2007, plus de 1150 réseaux actifs dans tous les secteurs d activité (commerce de détail aussi bien que services)

Plus en détail

de la Chaire IA pour faire face aux défis d reliés s au recrutement et œuvre en assurance

de la Chaire IA pour faire face aux défis d reliés s au recrutement et œuvre en assurance Initiatives récentes r de la Chaire IA pour faire face aux défis d reliés s au recrutement et à la rétention r de la main d œd œuvre en assurance Intervenant: Gilles Bernier,, Ph.D. Titulaire de la Chaire

Plus en détail

EN QUELQUES MOTS. L AGENCE Cinetic communication IMPRESSION STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB

EN QUELQUES MOTS. L AGENCE Cinetic communication IMPRESSION STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB www.cinetic.ca L AGENCE Cinetic communication EN QUELQUES MOTS STRATÉGIE MARKETING DESIGN PUBLICITAIRE DÉVELOPPEMENT WEB IMPRESSION Par la diversité grandissante des plateformes publicitaires, CINETIC

Plus en détail

Développement. l enfant

Développement. l enfant Développement de l enfant No : 1 Vinaigre ou miel : Dans ce livre, il plaide en faveur de méthodes actives et positives qui favorisent chez l enfant la confiance, l estime de soi et le sentiment de compétence.

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Management de l Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

SPORTS MANAGEMENT SCHOOL. Le meilleur chemin vers le business du sport

SPORTS MANAGEMENT SCHOOL. Le meilleur chemin vers le business du sport SPORTS MANAGEMENT SCHOOL Le meilleur chemin vers le business du sport L univers du SPORT BUSINESS Aujourd hui, le sport est un univers de business, aux mains de spécialistes du droit, de la finance, de

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Responsable maintenance et environnement pour l'immobilier et l'hotellerie de l Université Paris 6 Pierre et Marie

Plus en détail

Kaédi le 23 et 24 Mai 2008 Alliance Franco-Mauritanienne de Kaédi ( AFM-K)

Kaédi le 23 et 24 Mai 2008 Alliance Franco-Mauritanienne de Kaédi ( AFM-K) Regroupement des jeunes de Kaédi Pour le Développement 1 Kaédi, le 24 Mai 2008 Rapport de formation des associations de Kaédi sur l entreprenariat et la création d entreprise organisée par le Regroupement

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Procès-Verbal de la Réunion du Bureau du 02 octobre 2015 à Dijon

Procès-Verbal de la Réunion du Bureau du 02 octobre 2015 à Dijon Procès-Verbal de la Réunion du Bureau du 02 octobre 2015 à Dijon Membres présents: Séverine BARDAUD, Thierry BARDAUD, Olivier GEORGES Membre absent excusé : Régis PILLON Réunion débute à 14h10 1) Bilan

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

Liste de l ensemble des actions proposées lors de l atelier 4, classées par thème :

Liste de l ensemble des actions proposées lors de l atelier 4, classées par thème : LES ATELIERS DU TOURISME DU TERRITOIRE DE BELFORT 12 avril 2012, l ATRIA, Belfort Atelier 4 La communication et la commercialisation du territoire Animateur : Emilie LUA MaHoC Rapporteur : xxx Thème de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Extrait de la publication

TABLE DES MATIÈRES. Extrait de la publication TABLE DES MATIÈRES Introduction...15 Chapitre 1 La rencontre du passé et du futur...19 Particularités des grands-parents d aujourd hui...19 Apport des grands-parents à leur petit-enfant...21 Historiens

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Règlement des départs en semestre d études à l étranger. avec validation d expériences

Règlement des départs en semestre d études à l étranger. avec validation d expériences Règlement des départs en semestre d études à l étranger avec validation d expériences Qui peut partir et à quel niveau? En TC4, si l étudiant a validé au minimum 18 UV à l issue du TC03. En GX1, si l étudiant

Plus en détail

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services

Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Mercator 8 e édition, 2006, Cinquième partie - Chapitre 19 : Je me teste sur Le marketing des services Ce chapitre comporte un quiz de 35 questions de difficulté variable, disponible sur le CD-ROM des

Plus en détail

Devenir Agent Général Allianz

Devenir Agent Général Allianz Devenir Agent Général Allianz Un métier d entrepreneur à découvrir. Avec vous de A à Z Si vous êtes motivé(e) pour vendre, entreprendre, organiser, animer, Allianz a besoin de votre compétence pour partager

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

Comment accroître votre CA?

Comment accroître votre CA? Comment accroître votre CA? L objectif de PREMIUM : L'optimisation de la démarche commerciale PREMIUM 23 avenue de Genève 74 000 ANNECY Tél : 04.50.46.54.56 - Fax: 04.50.67.51.49 E-mail: marc.neyrand@premium-synaction.com

Plus en détail

23 è Salon de l'emploi et de la Création d'activités

23 è Salon de l'emploi et de la Création d'activités 23 è Salon de l'emploi et de la Création d'activités Présentation & Principaux résultats 2014 23 Salon de l'emploi ème et de la Création d'activités Un événement d envergure, unique en son genre. Au cours

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Demain exige l excellence

Demain exige l excellence depuis 2010 classement SMBG ACADÉMIE INTERNATIONALE DE MANAGEMENT EN HÔTELLERIE & TOURISME L Académie Internationale de Management se consacre à la formation des futurs dirigeants du secteur de l hôtellerie

Plus en détail

Notre industrie : le SERVICE

Notre industrie : le SERVICE Notre industrie : le SERVICE LES METIERS DE SYLOB Depuis sa création en 1991, la SSII SYLOB exerce le double métier d éditeur et d intégrateur de solutions de gestion industrielle. C est ce choix, assumé

Plus en détail