Notes de cours Séismes et Ouvrages. D. Clouteau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Notes de cours Séismes et Ouvrages. D. Clouteau"

Transcription

1 Notes de cours Séismes et Ouvrages D. Clouteau 7 mars 2008

2 Table des matières 1 Introduction to sismology Introduction Quantifying seismic events Mercalli s Intensity, Richter Magnitude and others seismic Moment Models of seismic sources failure mechanism in the fault Kinematical source model Finite size effects and corner frequency Conclusion The seismic motion for the engineers Introduction Seismic Regulation Peak Ground Acceleration Normalized Response Spectra Models for the local wave field Interaction sol-structure linéaire Géométrie et notations Introduction Elastodynamique dans le domaine des fréquences Fondation rigide Champ diffracté local et champs rayonnés Impédance de fondation Interaction cinématique Interaction inertielle Interaction entre bâtiments Fondation souple Variabilité du champ incident

3 2 4 Equations intégrales et éléments de frontière Introduction Rappels Notations Formule de Green-Maxwell Fonction de Green Équations integrales Théorème de représentation Équations intégrales Equations intégrales en domaines non bornés Application à des problèmes aux limites Méthode des éléments finis de frontière Discrétisation Assemblage Résolution Equations intégrales régularisées Domaines bornés Domaines non bornés Conclusion A 7ème Colloque National AFPS École Centrale Paris 50 A.1 Notations et hypothèses A.1.1 Données caractérisant le matériau A.1.2 Données caractérisant le séisme A.1.3 Hypothèses A.2 Rayon équivalent de la source sismique A.3 Calcul de l énergie sismique par le bilan d énergie A.4 Calcul directe de l énergie sismique A.5 Comparaison avec les lois empiriques de Gutenberg-Richter sur l énergie et de Wells-Coppersmith sur la géométrie des failles B Ondes élastiques dans un espace homogène 58 B.1 Introduction B.2 Equations générales B.3 Ondes de compression et de cisaillement B.3.1 Décomposition de Helmholtz B.3.2 Les ondes planes B.3.3 Ondes planes élastiques B.3.4 Impédance d une onde plane et conditions de radiation de Sommerfeld B.4 Champ créé par des forces de volume B.4.1 Calcul de la fonction de green de l espace homogène. 64 B.4.2 Fonction de Green stationnaire

4 3 B.4.3 Fonction de Green transitoire B.5 Conclusion B.6 Exercices C Réflexion et transmission d ondes planes sur des interfaces 73 C.1 Introduction C.2 Le problème de réflexion C.2.1 Trace d une onde plane sur un plan C.2.2 Vecteur contrainte associé à une onde plane C.2.3 Phase apparente d une onde plane sur le plan C.2.4 Flux d énergie associé à une onde plane C.3 Réflexion sur une surface libre et ondes de surface C.3.1 Les lois de la réflexion C.3.2 Angle critique et ondes de surface C.3.3 Coefficients de réflexion C.3.4 Amplifications C.3.5 Onde de Rayleigh C.4 Réflexion sur une interface et transmission C.4.1 Loi de Descartes et ondes réfractées C.4.2 Coefficients de réflexion C.4.3 Amplification et concentration de contraintes C.4.4 Ondes de Stoneley C.5 Couche sur un demi-espace, ondes de Love C.5.1 Résonances C.5.2 Ondes de Love C.6 Conclusion C.7 Exercices D Modeling SSI with a two DOF system 99 D.1 SSI with a 2DOF model D.1.1 Dynamical system D.1.2 Modal analysis E Rappels de dynamique des structures 103 E.1 Réponse quasi-statique E.1.1 Estimation d erreur E.2 Méthode de Rayleigh E.2.1 Estimation d erreur E.3 Décomposition spectrale E.3.1 Troncature E.3.2 Estimation d erreur E.3.3 Extension de la base modale E.4 Structure multi-supportée E.4.1 Solution pseudo-statique

5 4 E.4.2 Décomposition modale E.5 Résolution en fréquences E.6 Sollicitations aléatoires E.6.1 Aléa temporel E.6.2 Aléa spatial E.7 Dimensionnement E.7.1 Cas pseudo-statique E.7.2 Cas Dynamique E.7.3 Recomposition modale E.8 conclusion F Outils Mathématique 126 F.1 Introduction F.2 Cadre mathématique F.2.1 Analyse temporelle F.2.2 Analyse en fréquence F.2.3 Analyses spectrales F.2.4 Autres approches G Outils mathématique en vibration des structures 131 G.1 Principe des puissances virtuelles G.2 Approximation G.3 Estimation d erreur G.4 Quotient de Rayleigh H Transformations de Fourier 135

6 Chapitre 1 Introduction to sismology 1.1 Introduction It is now well known that earthquakes occur along seismic faults in the crust. These faults are located either along the major tectonic plate boundaries (Japan, California, Turkey) or inside these plates (Alpes..). Earthquake are due to a dynamic release of deformations in the crust. These deformations are accumulated during the very slow relative motions of the plates at a speed of a few centimeters per year. Depending on the tectonic context the depth of the fault ranges from 10 to 200 km ( See http ://www.mssmat.ecp.fr/- Sources-et-propagation-des-seismes,196-). Fig. 1.1 Earthquake location on the earth In this chapter we are only interested in quantifying seismic events in order to define the seismic loads to apply to structures. After a brief his- 5

7 6 Fig. 1.2 Left : San Andrea fault, right : faults reaching the free surface. torical summary on classical seismic scales, we will concentrate on models of seismic sources and on quantifying the leading parameters of the seismic loads (active fault size, mean slippage, corner frequency...) Quantifying seismic events Mercalli s Intensity, Richter Magnitude and others The Mercalli scale proposed in 1902 and modified ever since ranges from I to XII. It measures the amont of destruction due to an earthquake (see figure 1.3). This measure depends on the type of structure and the distance from the earthquake epicentre. It is thus partly improper to be used in the design of new structures or to quantify the power of an earthquake. From this sismological point of view, The Richter Magnitude scale has been proposed in 1935 based on experimental observations of the seismic motion in California. Basically this magnitude ML is the Logarithm of the observed maximum wave amplitude u measured by a given seismograph at a given distance D from the epicenter by : ML = log10 (max u(mm)) log10 (D(km)) 2.48 This measure depends on the instrument and on the type of earthquake considered (typically small to moderate Califonian earthquakes). As it will

8 7 Fig. 1.3 Mercalli s Intensity scale (from wikipedia) be analysed in the next section the seismic Moment M o or the released energy E given by 1 : log 10 (M o (Nm)) = 1.5M L = log 10 (E (J)) are often preferred since they directly relate to physical properties of the seismic fault. A magnitude 8 earthquake corresponds to an energy of Joules which is about the energy consumption of humain beings on Earth for one year. The equivalent magnitude of the 5Mt atomic bomb of Hiroshima is 6.7. The biggest earthquake recorded on earth (Chile 1960) is of 9.5 magnitude. From an engineering perspective once, for a given site, the Magnitude and the Distance from a design earthquake is known some statistical analyses lead to the average peak acceleration A. For instance for the Chichi earthquake in taiwan Ghang et al. get (CRAS Vol ) : ln(a(cms 2 )) = 0.78 ln(d(km)) These formula are often given in ergs as : log 10 (M o(dyne cm)) = 1.5M L = log 10 (E(ergs)) + 4.2

9 seismic Moment When considering an uniform failure with a constant slippage u along a given surface S in an elastic medium with a shear modulus µ, the seismic Moment is given by : M o = µ us It is thus the product of a force by a displacement which can indeed be compared to a work or an energy but should better be seen as a moment since µ is a shear modulus and not the actual stress. On the contrary one can define the released energy as the mechanical work dissipated on the fault : E = τ us with τ the mean shear stress on the fault during the earthquake. The above relationship E 10 4 M o suggests that the fault rupture occurs for shear strains reaching Models of seismic sources failure mechanism in the fault As many other materials, rocks can endure a limited amount of shear stress. The corresponding yield shear stress τ m is often related to the normal stress σ nn by mean of the Mohr-Colomb law. In the context of seismic fault, this means that the yield stress depends both on depth and on the regional stress field. Once the yield stress reached the material shows plastic deformations or plastic flow until the shear level goes down to a new yield stress τ o < τ m. This pecular constitutive behaviour implies that the plastic deformation are localized along shear bands : the seismic faults (see figure 1.2). Once the material has been soften along such shear bands the plastic deformation will always occur along these bands. In a time range of a few tenths of thousands years, earthquakes always occur along existing faults. Depending on regional condition the stress drop τ = τ m τ o ranges from 3 to 10MP a. Since the plastic deformation is localized on the fault it can be characterized by the resulting relative displacement along the fault denoted by u and also called the slippage. It satisfies u n = 0 with n the normal vector of the fault. The amplitude of this displacement depends both on the shear drop τ and on the elastic properties of the surrounding soil. The static or dynamic study of such a relationship is out of the scope of the course but developments in fracture mechanics lead to the following relationship for a penny-shape crack with diameter L in a purely elastic material : τ = 7π 16 µ u L

10 9 Fig. 1.4 Typical shear stress-distorsion curve This leads to the following approximate expression for the seismic moment as a function of the fault length : M o L3 τ 3MP a τ 10MP a 4 showing that the seismic moment is proportional to the length to the power 3. This means that increasing the active length by one order of magnitude adds 2 to the Richter magnitude. This lead to to simple formula : S(km 2 ) = 10 M L 4 Moreover, this leads to a linear relationship between the slippage and the fault length : u = 16 τ 7π µ L 10 4 L roughly observed in practice when the fault reaches the free surface as shown in figure 1.2. At last it is worth to notice that the corresponding released energy reads : E = τ us = τ µ M o u L M o Kinematical source model As already mentioned the seismic source can be seen as a displacement discontinuity [u] = d u in the earth along a given surface Σ with normal vector n. The generalized strain in a distribution sense associated to this displacement jump reads 2 : ɛ = ud s nδ Σ 2 Let us consider a fault of thickness h in direction n and let us denote by x o any point along the mean surface of the fault. Assuming a linear variation of the displacement along

11 10 Assuming such a discontinuity in an elastic medium lead to the corresponding equivalent force : f S = 2µdiv ( u d s nδ Σ ) Since d n = 0. Assuming a constant u on the fault gives : f S = m o grad (δ Σ ) with m o = 2µ u(d s n) the surface density of moment tensor. At last when observed far enough from the source one can write δ Σ = δ o S leading to the localized equivalent source : 1 f S = M o grad δ o = M o lim h 0 h (dδ( h2 n) dδ( h2 n) + nδ(h2 d) n(δ( h2 d) ) with M o = M o (d n+n d) the moment tensor corresponding to four forces applied around the epicenter : two opposite shear forces on both side of the fault and two forces on both side edge of the fault to balance the moment induced by the two firsts (figure 1.5). This model is useful to understand the shear wave pattern induced by the fault rupture. These four forces can also be seen as two extension and two compression forces giving some insight on the induced P wave pattern. We have now to consider the time evolution of the seismic tensor. Indeed, before the earthquake the slippage is zero and remains constant after the earthquake. The simplest model for it is the step or Heaviside function vanishing for negative times and equal to one for positive times. Let us write : M o (t) = M o H(t) with H(t) the normalized time-history of the slippage. Since the elastic solution for a single force f = δ(x y)a reads in the far field : u G (x, y, a, t) = e r(e r a) 4πρc 2 pr δ(t r ) + (a e r(e r a)) c p 4πρc 2 δ(t r ) sr c s with r = x y and e r = (x y)/r, the far field induced by a localized seismic moment reads : t u = M o (grad y u G (x, y, n, t τ)d + grad y u G (x, y, d, t τ)n)h(τ)dτ o n leads to : u(x o + ζn) = u(x o) + ud ζ ζ = (x x o) n h and an almost uniform strain tensor inside the fault : ɛ = 1 ud s n + o(1) h

12 11 Fig. 1.5 Equivalent forces for a seismic source since the derivatives of all terms except δ(t r c p,s ) will bring a 1/r term that will vanish at large distances the following approximate holds : ( 2er (e r d)(e r n) u M o 4πρc 3 H (t r ) pr c p + n(e r d) + d(e r n) 2e r (e r n)(e r d) 4πρc 3 H (t r ) sr c s ) (1.1) Since their is roughly a factor of 2 between c p and c s, one can easily conclude that the second term is highly predominant leading to the final approximate : u(x, t) u o (x)h (t r c s ) (1.2) u o (x) = M o n(e r d) + d(e r n) 2e r (e r n)(e r d) 4πρc 3 sr (1.3) As far as earthquake resistance of structure is concerned, the main quantity of interest is the acceleration. The previous formula shows that this acceleration is rather difficult to predict since it is given by the third derivative of the time evolution of the seismic moment i.e. the third derivative of the slippage time-history. The approximate H δ is too crude for this purpose Finite size effects and corner frequency Even if the detailed time-history of the seismic motion seems difficult to predict some global tendency of the frequency content of the seismic motion can be sought accounting for the fault size. Indeed considering a planar

13 12 rectangular fault Σ of size H L in the e 1 e 2 plane and centered on the reference frame. Accounting only for shear waves one has : u 1 u o (x y)h (t r )dy (1.4) S c s Σ Since a far field approximate is sought the first term in the integral is approximated taking its value for y = 0. Taking the Fourier transform of the last term with r r o e o y, r o = x and e o = x/r o leads to : û = û o (ω) 1 ( exp iω e ) o y dy S c s Σ with û o (ω) the frequency response for a localized seismic moment. Finally one gets : û = û o (ω)sinc(ωt 1 )sinc(ωt 2 ) with T α = eo eαlα 2c s and sinc(x) = sin(x) x. As a consequence, the finite size of the source has for some direction a high-frequency filtering effect. The proposed model accounts only for a ω 1 decay at high-frequencies whereas experimental results usually show a ω 2 decay which can be modeled using a more complex time-history of the slip. As a conclusion one can take the following expression for the Fourier amplitude of the far-field response : û = u o 1 + (ω/ω o ) 2 with ω o the corner circular frequency defined as : 1.4 Conclusion ω o 2c s 3 S Using simple source models we have been able to explain and to quantify basic relationships between wave amplitudes, fault length, slippage, seismic moment, energy, frequency spectrum. However these expressions are not always consistent with the original Richter scale. Moreover the proposed models do not seem able to predict the maximum acceleration. At last, the propagation medium has been considered as homogeneous whereas the seismic wave experience large velocity contrasts when reaching the free surface. As a consequence more detailed studies have to be conducted in order to quantify the local seismic field in the vicinity of structure to be designed.

14 Chapitre 2 The seismic motion for the engineers 2.1 Introduction 2.2 Seismic Regulation The seismic motion to account for in seismic analyses is defined in Regulation codes in seismic countries and in particular the Eurocode 8 for Europe. They mainly consist in prescribed Peak Ground Accelerations and Elastic Response Spectra at a given site Peak Ground Acceleration The PGA (Peak Ground Acceleration) is the first important parameter defined in the regulation since it is the essential parameter for a pseudostatic design. Since it hardly be given in term of source parameters, this parameter is obtained through statistical analyses of the following form : a g (m/s 2 ) = ce αm (R k + ae δm ) β e γ(rk +b) 1/k with M the magnitude, and R the epicentral distance in km. One of the most commonly used law is given by Joyner & Boore (1981) reads : a g = 10M/4 R o e 0.006Ro R o = R + 53km 2.3 Normalized Response Spectra Response Spectra S d (T, ξ) are defined as the Maximum displacement recorded on a Single Degree of Freedom dynamic system with prescribed natural Period T and damping coefficient ξ for a given input acceleration 13

15 14 time-history. Normalized Response Spectra are in fact envelops of actual Response Spectra normalized with respect to a reference maximum acceleration. They are usually given in terms of horizontal Pseudo-Spectral Accelerations : ( ) 2π 2 S P SA = S d T These Spectra are expressed in terms of a few parameters as shown in figure 2.1. These parameters depend on the type of soils (see figure 2.3) as given in figure 2.2. Fig. 2.1 Normalized PSA Response Spectra The analytical solution for these curves are : ( T T B : S P SA = a g S 1 + T ) (2.5η 1) T B T B T T C : S P SA = 2.5ηa g S T C T T D : S P SA = 2.5ηa g S T C T T D T 4s : S P SA = 2.5ηa g S T CT D T 2 (2.1) with S a soil coefficient and η = (10ξ + 0.5) 1/2 a normalized damping coefficient. These expressions lead to a constant Pseudo Spectral Velocity for T C T T D and a constant Spectral displacement for T D T. For large structures a g must be multiplied by a site amplification coefficient. At last, for a detailed dynamic analysis time-history acceleration are needed. Such functions can be either synthetic functions fitting a given spectra or recorded acceleration that are rescaled to a proper amplitude. At last for

16 15 Fig. 2.2 Values for the parameters of the Normalized PSA Response Spectra (in french) Fig. 2.3 Soil types in the Eurocode 8 (in french)

17 16 large structure the spatial correlation of the seismic wave field has to be accounted for. 2.4 Models for the local wave field When sites are located far enough from the seismic source and for deep seismic events (see figure 2.4), a typical seismic signal is composed of three parts : The P waves : with moderate amplitudes mainly in the vertical direction, The S waves : usually with the peak acceleration inside mainly polarized in the horizontal direction, The coda : made of low frequency surface waves. Fig. 2.4 Accelerations recorded during the Northridge earthquake As observed in figure 2.4, the P wave part is usually dominated by the vertical component whereas the horizontal ones are stronger in the S and coda parts. This observation suggests that the seismic motion can be seen as vertically incident plane waves. Moreover, it will be shown in the next chapter that this hypothesis tends to maximize the effect of the seismic motion on structures since all points of the foundation will move in phase. However this assumption has some drawbacks since such an uniform incident field does not directly load rocking or torsional modes of the structure. At last, for multi-supported structures such as bridges, such a assumption is not always conservative since out of phase displacements of the foundations are not accounted for.

18 17 This vertically incidence assumption can easily be justified by the strong wave velocity contrast between superficial and and deep geological formation. Indeed beneath a few hundreds of meters, the shear wave velocity reaches a constant value of about 3.5-5km/s whereas the P wave velocity is in the range 8-12km. As far as superficial geological formations are concerned the S-wave velocity ranges from 80 to 800 m/s and the P-wave one from 800 to 2000 m/s. For a horizontally layered media the Snell-Descartes law of refraction tells us that : sin θ = cst c with θ the incidence angle and c the wave velocity. The incident angle on the free surface reads : θ surf = arcsin ( ) csurf sin θ deep 0 c deep

19 Chapitre 3 Interaction sol-structure linéaire Les interactions dynamiques sol-structure jouent un rôle prépondérant dans la justification sismique des grandes structures telles que des barrages ou des centrales nucléaires ou de structures plus petites fondées sur des sols souples (voir [49, 50, 19, 1, 78, 33, 43, 18, 48, 42, 51, 76, 68, 2, 3, 38, 77, 17, 71,?, 25, 16, 34, 35, 62, 72, 56]). Avant d étudier ce phénomène et les outils théoriques et pratiques pour l aborder, nous donnerons dans le chapitre E quelques rappels de dynamique des structures ainsi que les méthodes applicables lorsque cette interaction peut Ítre négligée, et en particulier les méthodes spectrales. Classiquement l interaction sol-structure est décomposée dans le cas linéaire en interaction inertielle prépondérante lorsque la structure est massive, et en interaction cinématique principalement mobilisée pour des fondations enterrées et des ondes à incidence inclinée. L analyse des phénomènes sera d abord réalisée dans le cas de fondations rigides (chapitre 3). Toutefois, avant d aborder ces différents thèmes nous donnerons quelque notation générales ainsi que quelques rappels de dynamique des structures (chapitre E). 3.1 Géométrie et notations Le domaine d étude Ω est constitué de trois sous-domaines : le sol Ω s non-borné, la structure Ω b bornée et la fondation Ω f. Ces domaines sont séparés par les interfaces Σ bf et Σ sf, sur le reste de leurs frontières respectivement notées Γ ba, Γ sa et Γ fa, des conditions de surface libre sont imposées. Les champs de déplacements permanents sur Ω s, Ω b et Ω f dus aux charges statiques notés u so (x), u bo (x) et u fo (x) sont supposés connus et on ne s interesse qu aux perturbations dynamiques notées u s (x, t), u b (x, t) et u f (x, t) et supposées petites. Ces perturbations sont dues au séisme représenté par un champ incident ou champ libre u inc (x, t), défini comme le champ qui 18

20 19 Ω b Γ ba Γ bf Ω f u inc Γ sf Ω s Γ sa Fig. 3.1 Géométrie et notations règnerait dans le sol en l absence de la structure et sa fondation. Ce champ est supposé connu. Dans la suite, σ s (u s ) et σ b (u b ) désignent les tenseurs des contraintes associées aux champs u s et u b dans chacun des domaines. On supposera que les contraintes se décomposent en une partie élastique linéaire σ e et une partie dissipative σ d. t s (u s ) et t b (u b ) représenteront les vecteurs contraintes s exerçant sur les interfaces orientées par la normale extérieure n, soit pour tout vecteur a : t s (u s ) a = σ(u s ) : (n a) (3.1) σ(u s ) = λ s (div u s )I d + 2µ s ɛ(u s ) (3.2) ɛ ij (u) = 1/2( i u j + j u i ) (3.3) : désignant la contraction de deux tenseurs, le produit scalaire et le produit tensoriel de deux vecteurs. Sous une hypothèse de petites perturbations, les champs u s, u inc satisfont les équations de Navier dans le sol, alors que le champ u b satisfait à ces mímes équations dans la structure : div σ b (u b ) = ρ b tt u b dans Ω b (3.4) div σ s (u s ) = ρ s tt u s, div σ s (u inc ) = ρ s tt u inc dans Ω s (3.5) En l absence de décollement entre la structure et la fondation et entre la fondation et le sol nous avons de plus les conditions cinématiques suivantes : u b = u f sur Σ bf (3.6) u s = u f sur Σ sf (3.7) auxquelles s ajouteront l équilibre de la fondation Ω f et des conditions initiales ad hoc.

21 Introduction Dans le chapitre E nous avons étudié les vibrations d une structure soumise à un déplacement imposé à sa base. Nous allons à présent traiter l interaction entre le sol et la structure en essayant de réutiliser les outils déjà développés. Nous proposerons ainsi une méthode de sous-structuration dynamique incluant trois domaines : la structure, le sol et la fondation. On notera toutefois une différence majeure entre ces domaines, le premier étant borné et déformable, le second également déformable mais infini, le troisième pouvant être en première approximation considéré comme rigide. En utilisant cette décomposition nous montrerons dans la section 3.4 que l analyse se résume à une équation d interaction sol-structure dont nous détaillerons les différents éléments et en particulier les impédances 3.5, l interaction cinématique 3.6, ainsi de l interaction inertielle 3.7. Ces résultats seront étendus au cas de l interaction entre plusieurs bâtiments à la section 3.8 et au cas de fondations souples à la section 3.9. Nous aborderons à la section 3.10 la variabilité du champ incident. Avant d aborder ces différents points nous rappelons quelques résultats concernant les équations de l élastodynamique écrites dans le domaine des fréquences ainsi que la notion de champ incident, champ diffracté, d amortissement ainsi que le principe de réciprocité. 3.3 Elastodynamique dans le domaine des fréquences La principale difficulté d un point de vue mathématique est le caractère non borné du sol, la présence de la surface libre apportant une difficulté supplémentaire ainsi que l existence d une éventuelle d une stratification. Un élément majeur pour la validité de l analyse est le caractère borné de l interface Σ sf, la prise en compte d un amortissement nous permettra de lever le reste des difficultés. Nou travaillerons dans le domaine des fréquences où le champ u s (x, ω) 1, doit satisfaire à toute fréquence ω : div σ s (u s ) = ρ s ω 2 u s dans Ω s (3.8) t s (u s ) = 0 sur Γ sa (3.9) u s = u f sur Σ sf (3.10) Ce champ est créé par un champ incident u inc (x, ω) venant de l infini que l on supposera connu au moins dans un premier temps, et qui satisfera toujours : div σ s (u inc ) = ρ s ω 2 u inc dans Ω s (3.11) t s (u inc ) = 0 sur Γ sa (3.12) 1 dans ce chapitre toutes les équtions seront écrites dans le domaine des fréquences et nous omettrons donc les b. pour alléger les notations.

22 21 Ainsi on pourra définir sur Ω s le champ diffracté u d = u s u inc qui satisfera alors : div σ s (u d ) = ρ s ω 2 u d dans Ω s (3.13) t s (u d ) = 0 sur Γ sa (3.14) u d = u f u inc sur Σ sf (3.15) En presence d amortissement, u inc de sera pas borné, mais par contre sa restriction à Σ sf le sera. De plus on pourra supposer u d d énergie finie sur Ω s tandis que l énergie dissipée E d sera strictement positive et bornée : E p (u d ) + E c (iωu d ) = 1 ) 2 (Ω R σ b (u d ) : ɛ(u d )dv (3.16) b Ω ω2 ρ b u d u d dv < + (3.17) ( b ) 1 0 < E d (u d ) = I σ b (u d ) : ɛ(u d )dv < + (3.18) 2 Ω b Principe de réciprocité Considérons deux champs u d et u d satisfaisant les équations (3.13) et (3.14), alors, par intégration par parties de ces équations nous obtenons le principe de réciprocité suivant : {t s (u d ) u d t s(u d ) u d}ds = 0 (3.19) Σ sf et notons que ce résultat serait faux si nous avions utilisé les conjugués, les opérateurs associés étant symétriques mais non hermitiens. Cette propriété ajoutée au fait que le domaine est non borné, nous empêche d effectuer une décomposition spectrale de u d comme cela avait été fait pour la structure. La fait que le sol soit infini implique également que les mouvements de corps rigide ne sont pas d énergie finie sur Ω s. 3.4 Fondation rigide Dans un premier temps, nous considérons la structure séparée du sol par une fondation rigide Ω f dont le champ de déplacement u f se décompose sous la forme : u f (x, ω) = 6 c k (x)ψ k (x) (3.20) k=1 les ψ k (x) étant six modes de corps rigides indépendants, dans l ordre trois translations suivant trois axes orthogonaux et trois rotations autour de ces trois mêmes axes. L équilibre de cette fondation se résume à l équilibre des

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98 Interaction sol structure (notions) Problème physique: Nécessité de prendre en compte l interaction lorsqu il existe une différence de masse ou de raideur entre le sol et la structure. Incertitudes sur

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D.

Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Approche sismique par une Lattice Method, code Mka3D. Christian Mariotti, Françoise Le Piver Laboratoire de Détection et de Géophysique CEA/DAM/DASE BP12 91680 Bruyères le Châtel christian.mariotti@cea.fr

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains

Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Détermination des fréquences propres d une structure avec paramètres incertains Etienne ARNOULT Abdelhamid TOUACHE Pascal LARDEUR Université de Technologie de Compiègne Laboratoire Roberval BP 20 529 60

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009 ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 28/29 DS Commande robuste - - 19 janvier 29 Nom Prénom Signature ATTENTION: Mettre votre nom et répondre directement sur les feuilles de l énoncé. Justifiez vos

Plus en détail

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Electromagnetic compatibility (EMC) Part 4-3: Testing and measurement techniques Radiated, radio-frequency, electromagnetic field immunity test INTERPRETATION

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien)

Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Finance des matières premières (6b) De la formation des prix sur les marchés financiers à la possibilité d un équilibre (non walrasien) Alain Bretto & Joël Priolon - 25 mars 2013 Question Dans un équilibre

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire

Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Éléments spectraux d une fonction cyclostationnaire Alain BOUDOU 1 & Sylvie VIGUIR-PLA 1 & 2 1 quipe de Stat. et Proba., Institut de Mathématiques, UMR5219 Université Paul Sabatier, 118 Route de Narbonne,

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés

Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés Etude expérimentale des modes d onde de surface piégés P. J. COBELLI a, P. PETITJEANS a, A. MAUREL b, V. PAGNEUX b,c a. Laboratoire de Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes, UMR CNRS 7636 Ecole

Plus en détail

Transport in quantum cascade lasers

Transport in quantum cascade lasers Diss. ETH No. 20036 Transport in quantum cascade lasers A dissertation submitted to ETH ZURICH for the degree of Doctor of Sciences presented by ROMAIN LÉON TERAZZI Diplôme de Physicien, Université de

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS

ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS ENSTA - COURS MS 204 DYNAMIQUE DES SYSTÈMES MÉCANIQUES : ONDES ET VIBRATIONS Amphi 5 INFORMATION A l URL suivante: http://www.ensta-paristech.fr/ touze/ms204/ vous trouverez: les supports des cours 1 à

Plus en détail

Définition du modèle : Il s agit de réaliser un modèle magnétique par éléments finis d un électro-aimant. r3 r2 r1

Définition du modèle : Il s agit de réaliser un modèle magnétique par éléments finis d un électro-aimant. r3 r2 r1 ELEC 2311 - Projet Tutoriel pour modèle magnétique par éléments finis Dest.: Etudiants 16-10-08 v.0 Auteur : VK Introduction: La méthode des éléments finis permet, en discrétisant un système continu de

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ)

3.1 Circulation du champ d une charge ponctuelle A(Γ) Chapitre 3 Le potentiel électrostatique Le champ électrostatique peut être caractérisé simplement à l aide d une fonction que nous appellerons potentiel électrostatique. Cette fonction scalaire est souvent

Plus en détail

CHAPTER2. Le Problème Economique

CHAPTER2. Le Problème Economique CHAPTER2 Le Problème Economique Les Possibilités de Production et Coût d Opportunité La courbe des possibilités de production représente (CPP) représente la limite entre les différentes combinaisons en

Plus en détail

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires

Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Méthodes de Monte-Carlo Simulation de grandeurs aléatoires Master Modélisation et Simulation / ENSTA TD 1 2012-2013 Les méthodes dites de Monte-Carlo consistent en des simulations expérimentales de problèmes

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini.

Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. Chapitre 1: Introduction au calcul des probabilités, cas d un univers fini. 1 Introduction Des actions comme lancer un dé, tirer une carte d un jeu, observer la durée de vie d une ampoule électrique, etc...sont

Plus en détail

Analyse de la variance à deux facteurs

Analyse de la variance à deux facteurs 1 1 IRMA, Université Louis Pasteur Strasbourg, France Master 1 Psychologie du développement 06-10-2008 Contexte Nous nous proposons d analyser l influence du temps et de trois espèces ligneuses d arbre

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A

Florida International University. Department of Modern Languages. FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Florida International University Department of Modern Languages FRENCH I Summer A Term 2014 FRE 1130 - U01A Class time: Monday, Tuesday, Wednesday, Thursday; 6:20 P.M. - 9:00 P.M. Instructors: Prof. Jean-Robert

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique

Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Mise au point d un modèle simplifié pour l étude du comportement dynamique de l enceinte de confinement sous chargement sismique Thomas CATTEROU Stage de M1 de l ENS Cachan réalisé à l IRSN Encadrant Georges

Plus en détail

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES

DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Université Paris1, Licence 00-003, Mme Pradel : Principales lois de Probabilité 1 DEFINITION et PROPRIETES des PRINCIPALES LOIS de PROBABILITES Notations Si la variable aléatoire X suit la loi L, onnoterax

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE LA PHYSIQUE DES MATERIAUX Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE Pr. A. Belayachi Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Département de Physique - L.P.M belayach@fsr.ac.ma 1 1.Le réseau

Plus en détail

Étude statique du tire bouchon

Étude statique du tire bouchon Méthodologie MP1 Étude statique Tire-bouchon Étude statique du tire bouchon On s intéresse à l aspect statique du mécanisme représenté en projection orthogonale sur la figure 1. Le tire bouchon réel est

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE

ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE ANALYSE FACTORIELLE MULTIPLE PROCRUSTEENNE Elisabeth Morand & Jérôme Pagès Agrocampus Rennes Laboratoire de mathématiques appliquées CS 425 3542 Rennes cedex Résumé Pour comparer deux nuages de points

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

Sujet de TPE PROPOSITION

Sujet de TPE PROPOSITION Single photon source made of single nanodiamonds This project will consist in studying nanodiamonds as single photon sources. The student will study the emission properties of such systems and will show

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

2 Etalonnage et mesure d un paramètre physique de la cible

2 Etalonnage et mesure d un paramètre physique de la cible SCIENSORIA NOTE D APPLICATIONS 9105 1 Introduction ETALONNAGE ET MESURE SANS CONTACT PAR CAPTEUR A COURANTS DE FOUCAULT AVEC LE SYSTEME Z-SCOPE V5 + WINEC V5.1 L appareil Z-Scope V5 est un appareil d analyse

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique J. Bodin 12, T. Clopeau 2, A. Mikelić 2 1 Agence Nationale pour la gestion

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Mesure Measurement Réf 322 033 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Français p 1 Lune pour dynamomètre 10 N English p 4 Earth, Jupiter, Mars, Moon,

Mesure Measurement Réf 322 033 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Français p 1 Lune pour dynamomètre 10 N English p 4 Earth, Jupiter, Mars, Moon, Mesure Measurement Français p 1 English p 4 Version : 8006 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Lune pour dynamomètre 10 N Earth, Jupiter, Mars, Moon, labels for 10 N dynamometer Mesure Etiquettes Terre, Jupiter,

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Shear bands: are foams liquid or solid?

Shear bands: are foams liquid or solid? Shear bands: are foams liquid or solid? Localized deformation Non homogeneous velocity profile Cyprien Gay Matière et Systèmes complexes UMR 7057 CNRS Université Paris Diderot Shear bands in complex fluids

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé

Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé Décomposition de domaine et préconditionnement pour un modèle 3D en milieu poreux fracturé Laila AMIR 1, Michel KERN 2, Vincent MARTIN 3, Jean E ROBERTS 4 Résumé : Dans cet article, nous nous intéressons

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

1 Réflexion et réfraction

1 Réflexion et réfraction 1 Réflexion et réfraction 1.1 Rappel sur la propagation dans les milieux linéaires isotropes Equations de Maxwell dans les milieux Dans un milieu diélectrique sans charges libres (ni courants libres) les

Plus en détail

CALCUL SISMIQUE Non conservatisme du calcul au pic du spectre

CALCUL SISMIQUE Non conservatisme du calcul au pic du spectre CALCUL SISMIQUE Non conservatisme du calcul au pic du spectre Résumé Dans cette note, on apporte la démonstration du non conservatisme de la méthode approchée dite calcul au pic du spectre par rapport

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels

Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercices Corrigés Premières notions sur les espaces vectoriels Exercice 1 On considére le sous-espace vectoriel F de R formé des solutions du système suivant : x1 x 2 x 3 + 2x = 0 E 1 x 1 + 2x 2 + x 3

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine

Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine Développement de méthodes multi-grilles dans le cadre de l intéraction pastille/gaine January 25, 2011 Ce n est le bon chemin que si la flèche vise le coeur, R.Hauser Intéraction Pastille/Gaine Fonctionnement

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation Titre : Condensation dynamique de modèle par sous- structu[...] Date : 24/07/2015 Page : 1/7 Condensation dynamique de modèle par sousstructuration statique Résumé : Ce document décrit un mode d utilisation

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP

Sujet Centrale 2012 Physique Option MP I Le Satellite Jason 2 IA1) IA - Etude l orbite Sujet Centrale 2012 Physique Option MP Cf cours : IA2) a) Le référentiel géocentrique est le référentiel de centre Terre en translation par rapport au référentiel

Plus en détail

QUELQUES ASPECTS ALGORITHMIQUES ET QUALITATIFS DES MODELES DE GESTION DE STOCKS DE TYPE AHM

QUELQUES ASPECTS ALGORITHMIQUES ET QUALITATIFS DES MODELES DE GESTION DE STOCKS DE TYPE AHM QUELQUES ASPECTS ALGORITHMIQUES ET QUALITATIFS DES MODELES DE GESTION DE STOCKS DE TYPE AHM THESE No 1121 (1993) PRESENTEE AU DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES ECOLE POLYTECHNIQUE FEDERALE DE LAUSANNE POUR

Plus en détail

Programme de Première

Programme de Première BAC TECHNO STAV 66 I. Algèbre Programme de Première Objectif 1 - Effectuer de manière autonome des calculs numériques ou algébriques, résoudre des équations ou inéquations en vue de résoudre des problèmes

Plus en détail

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ;

TITRE DE LA THESE. Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie. Par. Riadh Béchir. Unité de recherche ; Laboratoire ; TITRE DE LA THESE Développement durable et lutte contre la pauvreté, Cas de la Tunisie Par Riadh Béchir Unité de recherche ; Laboratoire ; Entreprise - Economie - Environnement Economie et sociétés rurales

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 La méthode CGSM pour l analyse statique des plaques avec variabilité Mahyunirsyah MAHJUDIN 1,2 *, Frédéric DRUESNE 1, Irwan KATILI

Plus en détail

Mesure de compatibilité et application aux problèmes de sous-structuration

Mesure de compatibilité et application aux problèmes de sous-structuration Mesure de compatibilité et application aux problèmes de sous-structuration H. Ben Dhia, E. Balmès LMSS-Mat, École Centrale Paris Grande voie des vignes 92290 Châtenay-Malabry bendhia@mssmat.ecp.fr ; balmes@mssmat.ecp.fr

Plus en détail