B. Politique sociale I p (1) Proposition d une échelle salariale pour le danseur interprète genevois

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "B. Politique sociale I p.13 15 (1) Proposition d une échelle salariale pour le danseur interprète genevois"

Transcription

1 Afin de ne pas alourdir le texte, nous signalons une fois pour toutes que la forme féminine est impliquée dans les termes utilisés au masculin, et ce pour l ensemble de ce document. I. Notre association I p.1 4 (1) Le comité (2) Le bureau (3) Les membres (4) L Assemblée générale (5) Les financements II. Nos activités A. Formation professionnelle I p.5 13 (1) Certificat fédéral de capacité, maturité professionnelle artistique (CFC/MPA danseur interprète) (2) Formation continue (3) Validation d acquis d expériences B. Politique sociale I p (1) Proposition d une échelle salariale pour le danseur interprète genevois C. Politique culturelle I p (1) Etat des lieux des compagnies de danse contemporaine genevoises au bénéfice de soutiens ponctuels à la création D. Permanence, conseils et ressources pour les professionnels de la danse genevois I p (1) Site web ressources emplois, actualités, agendas, news (2) Studios du Grütli E. Médiation artistique I p.19 (1) Le BA.L III. Nos comptes (1) Annexe : Rapport de l Organe de révision Exercice

2 I. Notre association Les Rencontres Professionnelles de danses Genève (RP) fonctionnent depuis le printemps 2007 et sont formellement constituées en association professionnelle depuis le 5 mai Le bureau de l association est sis 7, Boulevard Carl Vogt à Genève. Il permet d assurer une permanence deux jours par semaine pour recevoir les membres de l association, organiser les réunions des différents groupes de travail, et celles du comité. L association a pour but de promouvoir et défendre le travail, la formation, ainsi que les intérêts des professionnels de la danse travaillant et/ou domiciliés dans le canton de Genève. A cette fin, elle se constitue en interlocuteur des pouvoirs publics, en se donnant pour mission de représenter la diversité des pratiques artistiques, formatrices et productives dans le domaine de la danse. L association a notamment pour tâches : D'améliorer les conditions professionnelles liées aux métiers de la danse De concevoir et mettre en oeuvre des actions de formation professionnelle continue De contribuer à la réflexion et à la mise en oeuvre de formations professionnalisantes en danse De fonctionner comme un interlocuteur auprès des pouvoirs publics sur les questions générales de financement, de moyens et d outils de création, de diffusion et de fonctionnement des compagnies chorégraphiques Pour être au plus près des acteurs de la profession et suivre leur quotidien, les RP Danses sont membres des associations suivantes avec lesquelles elles collaborent régulièrement : Danse Suisse, l association faîtière Reso, Réseau Danse Suisse AVDC, Association Vaudoise de danse contemporaine RDP, Reconversion des Danseurs Professionnels RAAC, Rassemblement des artistes et acteurs culturels Par ailleurs, les RP Danses s attachent à travailler en lien avec d autres structures genevoises et romandes dans le cadre de ses différentes actions telles : Le Bureau Culturel de Genève l ADC Association pour la Danse Contemporaine le CFPAA Centre de Formation Professionnelle Arts Appliqués la HETSR Haute Ecole de Théâtre Suisse romande La Compagnie Neopost Foofwa la Compagnie Greffe le SSRS Syndicat Suisse Romand du Spectacle Action intermittents Certains membres du comité des RP Danses sont particulièrement impliqués dans lesdites structures, en tant que membres de leurs comités, membres actifs, membres de soutien, pédagogues et/ou experts, et prennent part à différents groupes de travail et commissions spécifiques, en faveur d un meilleur accompagnement et d une plus juste reconnaissance des métiers chorégraphiques d une part ; et d une coopération active et transdisciplinaire entre les différents artistes et acteurs culturels d autre part. A ce titre, il conviendra de rappeler ici que Foofwa d Imobilité, danseur et chorégraphe membre du comité des RP Danses, membre du comité d Actions Intermittents, membre actif du RAAC et président de la commission spécifique danse du CFC en danse contemporaine à Genève, a été récemment élu représentant des milieux artistiques et culturels au Conseil consultatif de la culture, dont les élections se sont tenues le 15 décembre 2014 au Théâtre du Grütli, et dont la mission est «de conseiller les collectivités publiques sur les orientations et les priorités de leurs politiques culturelles et de la politique culturelle coordonnée sur l ensemble du territoire cantonal (art.10)». 1 1 Cf. la nouvelle loi cantonale sur la culture qui a été adoptée par le Grand Conseil le 16 mai 2013 et qui est entrée en vigueur le 27 juillet Une étape décisive a donc été franchie dans la concertation entre le canton et les communes, afin de répartir les compétences mais aussi les charges en matière de culture. 2

3 (1) Le comité Le comité élu pour 3 ans, réunit Laure Chapel (administratrice et chargée de production), Alicia de la Fuente (danseuse, enseignante et pédagogue), Foofwa d Imobilité (danseur et chorégraphe), Murielle Bortolotti (danseuse, médiatrice artistique/neuroscientifique), Madeleine Piguet Raykov (danseuse, comédienne), Adrian Rusmali (danseur, chorégraphe). Le comité se réunit une fois tous les deux mois pour mener et suivre les projets de l association tels qu ils sont décrits dans ce rapport. Pour raisons familiales, Alicia de la Fuente a annoncé son départ volontaire qui deviendra effectif en 2015, lors de la prochaine AG prévue le 4 mai Les candidatures seront ouvertes jusqu à 5 jours avant la date de la prochaine AG où une élection est à prévoir pour l entrée d un nouveau membre au sein du comité, pour une durée de trois ans ( ). (2) Le bureau Sèverine Garat a été engagée en février 2014 à hauteur de 40% comme coordinatrice et porte parole de l association. La durée hebdomadaire du travail était alors fixée à 16 heures dont 8h à effectuer le mardi jour de permanence ouverte au public. Toutefois, après bilan au bout de 2 mois de prise de fonctions (février mars 2014), au regard de la charge de travail administratif constatée et du développement des activités des RP, il a été convenu que Sèverine Garat assurerait son poste à hauteur de 50% dès avril 2014 afin d avancer certains dossiers urgents en suspens et de développer de nouveaux partenariats. En 2014, les 2 responsables de projets que sont Emilio Artessero et Mélanie Fréguin, l un essentiellement chargé de la formation professionnelle continue, et l autre en charge de l étude titrée Etat des lieux des compagnies de danse au bénéfice de soutiens ponctuels à la création publiée en septembre 2014, ont choisi de se retirer de l association en juillet 2014 et septembre 2014 après quelques années de bons et loyaux services rendus aux RP depuis leur création. A ce jour, ils n ont volontairement pas été remplacés et Sèverine Garat assure désormais l entièreté de leurs missions et tâches. En effet, suite à la réorganisation du bureau des RP Danses, il est apparu clairement que le manque de personnel permanent était avant tout à considérer à l endroit administratif (comptabilité,secrétariat et communication). Afin de pouvoir raisonnablement pallier cette absence, les RP Danses ont sollicité l association Mimésis pour une prestation administrative assurée par Marine Magnin, pour une période allant du 1 er novembre 2014 au 31 décembre 2015, à hauteur de 10% tous les mardis de 9H à 13H. Par ailleurs, les RP Danses continuent de solliciter ponctuellement divers consultants en fonction de leurs activités et priorités. A ce titre, Marine Magnin avait déjà été engagée en septembre 2014 pour assurer les relations presse relatives à la publication susmentionnée (Etat des lieux des compagnies.). Yann Aubert, consultant ponctuel des RP Danses, continue également d être sollicité sur certaines missions, et a été engagé par les RP Danses au titre d expert en charge de l organisation des examens et de la formation du jury pour fin d études de la première volée des élèves du CFC danse orientation contemporaine à Genève. Il a également été engagé pour répondre à un travail administratif en collaboration avec la coordinatrice et l assistante administrative dans le cadre du bilan 2014 des RP Danses, compte tenu de ses connaissances et compétences en matière d historique de financement des RP Danses Genève. (3) Les membres Après 6 ans d existence, les RP Danses regroupent plus de 152 membres, soit 90% des professionnels qui vivent et/ou travaillent dans le Canton de Genève. Depuis 2012, les RP intègrent des «membres de soutien». Certains d entre eux sont particulièrement engagés au sein des différents groupes de travail mis en place par les RP Danses en matière de politiques culturelle et sociale, et en faveur d une plus juste considération et d une amélioration des besoins, moyens et conditions des professionnels de la danse. 3

4 (4) L Assemblée générale L assemblée générale des RP a eu lieu le 25 mars A cette occasion le rapport d'activité 2013 ainsi que les comptes révisés par BfB Fiduciaire ont été acceptés et le comité sortant a été déchargé. Le comité des RP a présenté le budget prévisionnel et le projet d'activité Ceux ci ont été acceptés par les membres présents à l unanimité. (5) Les financements Depuis 2009, les RP continuent de bénéficier du don de francs, octroyé par la Loterie Romande en trois fois à notre association entre 2009 et 2012, pour soutien au démarrage et à la structuration de notre association professionnelle. Compte tenu de l historique de ce don qui, suite au changement de direction de La Loterie Romande, a compté deux différés et renégociations de paiement, par incertitude et prudence budgétaires nous avons été contraints de répartir cet argent sur 6 exercices civils allant de 2010 à Ce réaménagement de notre activité découle directement du nouvel échéancier de versements, qui nous a obligés à revoir le rythme du calendrier de nos projets, afin que ceux ci puissent être réalisés conformément à l accord initial passé avec La Loterie romande. Lors de la prochaine AG des RP prévue le 4 mai 2015, pour approbation des comptes 2014 révisés et de notre budget prévisionnel 2015, ceux ci incluront bien les dernières tranches financières dudit don utilisé en 2014, et prévu sur A compter de 2015, les RP Danses Genève devront impérativement trouver de nouvelles sources de financement publiques et privées, pour pouvoir continuer à fonctionner raisonnablement et efficacement. Par ailleurs, les RP danses ont bénéficié d une subvention de frs du FFPC (Fonds en faveur de la Formation Professionnelle continue) pour l organisation de 6 modules de formation professionnelle continue du FFPC sur la saison , ainsi que de frs pour l organisation d un stage international en août Afin de pallier le déficit toutefois constaté d un montant total de sfr sur l ensemble de notre programme de formation professionnelle continue , une demande d aide exceptionnelle a été adressée au FFPC sur leur budget A ce jour, compte tenu d une commission devant se tenir en mars avril 2015 à ce sujet, nous ne sommes pas en mesure de savoir si cette demande sera ou pas satisfaite. Aussi n avons nous pas pu la porter au bilan 2014 des RP Danses. Les RP Danses Genève se félicitent du soutien patent et fidèle du FFPC en matière de formation professionnelle pour les danseurs et chorégraphes genevois, et se réjouissent d une relation régulière et entretenue avec la direction dudit organisme, attentif à la qualité de nos actions et au développement de celles ci à moyen terme. Concernant l accès à notre offre de formation professionnelle continue, face aux pertes constatées sur les 6 modules planifiés sur la saison , ainsi que sur le stage estival d août 2014 intitulé Summer Dance in Geneva dont la totalité des charges n avait jusqu ici jamais été entièrement budgetée et couverte par les apports respectifs de la Loterie Romande et du FFPC les RP Danses Genève ont fait le choix de rendre payants l intégralité de leur offre de formation continue, à un tarif toutefois extrêmement abordable. En effet, si jusqu en juin 2014 l accès aux modules de formation était gratuit hormis une participation financière de 30 ou 50frs demandée aux participants dans le cadre d intervenants extérieurs ne résidant pas dans le canton de Genève, pour participation aux frais de séjour de l intervenant, de type hôtellerie, défraiements, transports depuis septembre 2014, tous les modules de formation continue sont désormais payants à hauteur de 4Frs/heure pour les membres RP Danses, et de 5frs/heure pour les professionnels non membres. Ces frais d inscriptions qui restent très favorables aux professionnels de la danse, permettent ainsi de pouvoir compter sur des recettes servant à financer notre offre, allant de 40frs à 100 frs / participant membre RP, et de 50 frs à 150 frs / participant non membre RP, pour des modules de 10H à 30H de formation. Enfin, la mise en place de partenariats avec les compagnies Greffe, Neopost Foofwa et Gilles Jobin, depuis septembre 2014, permet désormais de pouvoir compter sur un apport en nature de studios de danse dans le cadre de l organisation de certains de nos modules de formation professionnelle (selon disponibilités des studios et /ou collaborations sur certains de nos modules) et ainsi, de ne plus avoir à louer d espaces de travail auprès de compagnies ou d écoles genevoises. Les RP Danses se félicitent du soutien apporté ici par les trois compagnies chorégraphiques conventionnées genevoises précitées, en faveur d une fédération de la communauté chorégraphique genevoise et de sa formation professionnelle continue. 4

5 II. Nos activités A. Formation professionnelle Les Rencontres Professionnelles de danses travaillent activement à la formation et à la spécialisation des professionnels établis à Genève en organisant notamment des modules de formations continues. Les RP s impliquent également à différents niveaux, en collaboration avec divers organismes étatiques, pour améliorer les conditions de formation et son accessibilité aux pré professionnels et professionnels de la danse. (1) Certificat fédéral de capacité, maturité professionnelle artistique (CFC/MPA danseur interprète) En 2011, les RP ont maintenu leur implication concernant le dossier du CFC/MPA orientation danse contemporaine à Genève, en présidant (Foofwa d Imobilité) et en participant (Alicia de la Fuente et Madeleine Piguet Raykov) à la commission spécifique danse, constituée de représentants du DIP, de danseurs euses, chorégraphes, pédagogues genevois es et des cantons faisant partie de la CIIP (Conférence Intercantonale de l'instruction publique). Depuis septembre 2014, M. Foofwa d'imobilité préside en effet la Commission spécifique Danse, succédant ici à M. Yann Aubert, également membre et collaborateur ponctuel des RP Danses Genève. A travers cette commission, les RP se prononcent et conseillent les responsables du CFC Danse contemporaine sur le cursus de formation en cours. Par ailleurs, en collaboration avec Danse Suisse, les RP jouent un rôle majeur dans la constitution et la formation de l équipe des experts et dans l'organisation des examens du CFC danse à Genève, qui ont eu lieu pour la première fois en juin En concertation avec Danse Suisse, cette mission de chef expert a été confiée et reconduite en 2014 par les RP Danses Genève, à M.Yann Aubert pour ses connaissances et compétences avérées et saluées en la matière. Enfin, le 28 juin 2014, le Centre de formation professionnelle Arts Appliqués (Genève), les Rencontres professionnelles de danses de Genève, Danse Suisse et l Association vaudoise de danse contemporaine (AVDC) se sont réunis pour décerner le Prix «Pionnières du CFC de danseur euse interprète orientation contemporaine». Le prix a été remis aux dix élèves de la première volée du CFC danseur euse interprète: Laura Alzina, Morgane Dickler, Sophia Dinkel, Soraya Emery, Marylène Kohler, Lise Nicolet, Shelly Ohene Nyako, Faustine Moret, Noémie Robert et Mélissa Sydler. A travers ce prix, les trois associations professionnelles ont souhaité non seulement encourager et féliciter les nouvelles diplômées, mais aussi valoriser l importance d une telle formation pour le milieu professionnel. Les RP Danses s impliquent dans la formation CFC/MPA en danse contemporaine à travers : La présidence de la commission spécifique danse et la participation à celle ci de deux autres membres du comité RP La conception et l octroi d un Prix «Pionnières du CFC de danseur euse interprète orientation contemporaine» La mission d expertise pour la constitution, la formation et l organisation du jury et des examens de fin d études (2) Formation continue Les RP reçoivent annuellement du FFPC Fonds en faveur de la formation professionnelle continue, un soutien financier destiné à l'organisation de modules annuels de formation de 6 à 30H et d'un stage estival international d'une durée de 60H. L'ensemble de ce programme est également financé par la Loterie Romande. Entre modules pratiques et modules théoriques, les RP Danses veillent à offrir un programme de formation de qualité diversifié, spécialement pensé pour permettre aux danseurs euses en formation : D'acquérir de nouvelles compétences et connaissances D'expérimenter divers outils, méthodes, langages, esthétiques et processus chorégraphiques D'élargir leur réseau professionnel D'accroître leur employabilité 5

6 En vue de la mise à niveau des compétences exigée par l OFPC Office pour l orientation, la formation professionnelle et continue, le SEFRI, Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation, la HES SO, Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale, et/ou l Université de Genève et de Lausanne afin que les danseurseuses qui le souhaitent puissent obtenir un CFC, un Bachelor ou un Master spécifiques en danse après une procédure de bilan de compétences, de validation des acquis d expériences et/ou d une demande d équivalences de titres les RP élaborent leur programme en phase avec le projet danse 2, publié par l Office fédéral de la Culture et Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture I chapitres 3.1 formation et 3.2 reconversion, formation continue. Dans le cadre du développement de son programme de formation professionnelle continue , les RP Danses devront impérativement pouvoir compter sur un soutien substantiel des pouvoirs publics auxquels l Office fédéral de la culture et Pro Helvetia ne manquent pas de rappeler leurs responsabilités en la matière (voir ci dessous). Avoir un diplôme en poche ne représente pas une fin en soi pour les danseurs. Un entraînement quotidien de niveau professionnel est indispensable pour leur permettre de conserver et de développer leurs aptitudes physiques. Des ateliers, masterclasses, des stages, etc. organisés régulièrement devraient leur permettre d apprendre d autres techniques. C est une opportunité particulièrement importante pendant les périodes de chômage : les danseurs sont ainsi actifs et restent présents sur le marché du travail. Les danseurs doivent s astreindre à un entraînement quotidien de niveau professionnel et suivre régulièrement des ateliers s ils entendent conserver et développer leurs aptitudes physiques. De telles offres de formation ne doivent pas êtres onéreuses en raison de la modicité et de l irrégularité des revenus de ceux à qui elles sont destinées; elles ne peuvent donc couvrir leurs coûts. Les possibilités sont actuellement extrêmement limitées 3. On attend des pouvoirs publics qu ils créent les conditions générales appropriées, par exemple dans le cadre de mandats de prestations conclus avec des lieux de production ou avec des compagnies établies. 4 Par ailleurs, dès septembre 2014 dans le cadre de l organisation de certains modules, les RP Danses Genève ont développé de nouveaux partenariats avec : La HETSR Manufacture Haute Ecole de Théâtre Suisse Romande Les Cies Greffe Cindy Van Acker et Neopost Foofwa d Imobilité L Université de Genève Activités culturelles Ces collaborations ont permis de mieux fédérer la communauté chorégraphique à une échelle locale et régionale; de multiplier les passerelles en faveur d une meilleure circulation des informations et des publics, et d une plus grande promotion et fréquentation des différentes activités portées par diverses structures et acteurs de la danse à Genève; tout en réalisant certaines économies d échelles importantes en matière de mutualisation de moyens humains, financiers et logistiques. En 2014, les membres des RP ont pu suivre les formations continues suivantes : * Butô «Mémoire du corps» I Animé par Koseki Sumako Du jeudi 13 au dimanche 16 février 2014 I Module de 20H I 18 participants * YODeL, travail sur la voix I animé par Héloïse Fracheboud Samedi 15, dimanche 16 mars et samedi 22, dimanche 23 mars 2014 I Module de 20H I 7 participants 2 Andrew Holland, Marco Läuchli, Regula Wolf et Felicitas Ammann, Projet Danse, Pour un encouragement global de la danse en Suisse, Office fédéral de la culture et Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture, Berne, septembre 2006, 3 La difficulté de suivre des formations continues est moins aiguë pour les danseurs qui sont engagés dans une compagnie municipale, puisque celles ci bénéficient d un entraînement professionnel quotidien. en NBP dans le texte, idem. 4 ibid. 6

7 * Improvisation chorégraphique I animé par Rosalind Crisp Du 17 au 20 avril 2014 I Module de 20h I 12 participants * Bmc body mind centering I animé par Anne Garrigues Du 22 au 25 mai 2014 I Module de 20h I 9 participants * Summer dance in Geneva I animé par Rosalind Crisp Du 18 au 29 août 2014 I Module de 60H I 12 participants * Autour d'alain Platel I animé par Lisi Esteras et Bérengère Bodin Les Ballets C de la B Le 11 septembre 2014 I Module de 6H I 17 participants * Module animé par Lucinda Childs Du 27 au 31 octobre 2014 I Module de 30H I 11 participants * Module animé par Cindy Van Acker Cie Greffe Du 10 au14 novembre 2014 I Module de 30H I 6 participants * Module animé par Mark Lorimer Cie Rosas A.T De Keersmaecker Du 15 au 19 décembre 2014 I Module de 30H I 18 participants La fréquentation des modules proposés entre janvier et décembre 2014 comptabilise 110 participants avec une participation moyenne de 12 participants / module. On notera une certaine logique cumulative dans le suivi des formations proposées, avec certains participants capables de suivre de deux à cinq modules sur l année, sur un total de 9 modules proposés. Ce suivi actif de la part de certains membres témoigne d une certaine fidélisation sur laquelle les RP Danses peuvent désormais s appuyer non sans une certaine prudence pour concevoir, renouveler et garantir le maintien d une offre de qualité en direction des professionnels de la danse genevois. Elle marque aussi l ancrage des RP dans l identité chorégraphique genevoise, comme outil repéré et ressource en matière de formation professionnelle continue. En cela, les RP doivent pouvoir continuer à s affirmer sur le territoire cantonal, voire au delà à une échelle Lémanique comme association professionnelle visible et lisible, en tant que structure référente en matière de formation professionnelle continue en danse. On notera une légère augmentation de fréquentation à partir de septembre 2014, vraisemblablement due à une programmation jugée plus attractive par la majorité des participants 5, quand elle comptait avec des chorégraphes de renommée internationale tels Mark Lorimer, Les Ballets C de la B ou Lucinda Childs, qui appartiennent peu ou prou aux incontournables dans l histoire et le paysage chorégraphiques internationaux. A eux trois, ils affichent un taux moyen de participation supérieur à 15 personnes. La programmation du module avec Cindy Van Acker (6 participants) n aura quant à lui, pas rencontré la fréquentation attendue, normalement fixée au minimum de 8 inscriptions pour maintien de l offre (annulation si en deçà), et escomptée à 10 participants dans le cadre de nos projet et budget prévisionnels de formation professionnelle continue. On expliquera sans doute ce faible taux d'inscription, par le fait que Cindy Van Acker est une chorégraphe de la place genevoise bien connue du milieu professionnel, qui par ailleurs ouvre quotidiennement son studio à tous les professionnels de la danse genevois désireux de partager avec elle ou un intervenant extérieur un cours matinal d entraînement régulier du danseur. Une belle manière de partager avec la communauté chorégraphique un espace de rencontres professionnelles, au service de la formation continue et imposée du danseur interprète. 5 Cf. Commentaires des participants dans leurs retours écrits pour évaluations 7

8 Si nous avons fait le choix de maintenir le module malgré le trop faible taux de participation pour pouvoir assurer un moindre déficit c est parce qu à compter de septembre 2014, nous avons choisi d engager un partenariat avec la Cie Greffe, dont la chorégraphe attachée est précisément Cindy Van Acker. Aussi était il important pour nous de pouvoir maintenir ledit module, dont nous nous réjouissions par avance, au regard de la qualité et de la singularité attendues, de la part d une telle chorégraphe et pédagogue. Et parce que le taux de fréquentation du public cible ne saurait être pris pour gage de légitimité et de qualité d une offre de formation professionnelle continue, nous pensons aussi qu il doit pouvoir être possible de maintenir certains modules déficitaires, du point de vue de l intérêt du danseur professionnel et ce, malgré le creusement d un déficit attendu et provisionné qui doit pouvoir être compensé à l équilibre, par le succès attendu d un autre module. Par ailleurs, le développement de partenariats avec les compagnies Neopost Foofwa, Greffe, la HETSR et l Université de Genève, engagés dès septembre 2014 dans le cadre de la saison , permettent de vérifier que le maillage territorial est un facteur favorable au but de notre association, ci après défini par le comité : développer les liens entre professionnel le s, (de) fédérer la communauté chorégraphique, (et de) consolider la professionnalisation de la danse dans ses différents champs d application, tout en veillant à la valorisation et au maintien de la diversité de ses pratiques 6 Ces collaborations permettent de pouvoir compter sur un partage de compétences, de moyens et d outils en faveur d une offre de formation continue de qualité, capable de répondre aux objectifs précités en introduction. Par la mise en commun de missions de programmation, d organisation, de communication ou encore de gestion, nous avons précisément pu partager des lieux (studios de danse/salle de conférence sonorisée/bureaux), un budget et ses divers possibles financiers et logistiques, ainsi que des collaborations actives entre milieux professionnels chorégraphiques et pédagogiques. Il est attendu que les RP consolident et développent leur réseau de partenaires à court et moyen termes, en visant notamment les structures productrices et organisatrices de spectacles de danse telles l ADC, Le Festival de la Bâtie, Antigel, la commune de Vernier, Le Forum Meyrin, le Théâtre de l Usine etc. appelées à soutenir la formation professionnelle en danse. Ces partenariats favoriseraient à l évidence la circulation des professionnels entre divers espaces et offres de pratiques chorégraphiques à Genève, et permettraient de surcroît d espérer : un élargissement de nos membres à moyen terme, qui doit pouvoir autant viser la jeune génération sortante des récentes formations professionnelles comme le CFC à Genève ou le Bachelor à Lausanne, qui constitue la relève ; que la génération plus ancienne de danseurs, qui constitue le paysage professionnel chorégraphique actif à Genève, et qui continue de pouvoir compter sur une offre exigeante et régulière en matière de formation continue. 6 Cf.page d accueil site web RP Danses Genève geneve.ch/ 8

9 Notons en aparté ici, qu un grand nombre de professionnels de la danse n ont bien évidemment pas pu suivre et obtenir les formations et titres alors inexistants avant leur professionnalisation (CFC, Bachelor, Master), et participent à notre programme de formation professionnelle continue en espérant voir très prochainement s engager la procédure de validation d acquis d expériences et celle de demandes d équivalences de titres et/ou formations que nous nous appliquons à encourager et favoriser en collaboration avec Danse Suisse (voir plus bas). Enfin, en 2014, les RP Danses ont souhaité développer un module de formation continue longue durée, au format d un stage international de 60H confié à un e artiste de renommée internationale. La première édition de ce Summer Dance in Geneva a eu lieu en août 2014 avec Rosalind Crisp, et a rencontré un succès manifeste auprès de la communauté chorégraphique genevoise et internationale. 12 personnes on pu suivre ce module de 60H de formation. 6 participants sont membres des RP Danses Genève 4 étaient originaires d Australie, de France et d Allemagne 2 étaient originaires du canton de Vaud, membres de l AVDC Association vaudoise de danse contemporaine Il apparaît essentiel de pouvoir souligner ici la prise en charge totale des droits d inscription de deux participants, qui ont pu bénéficier du soutien de la caisse chômage au titre de la formation professionnelle continue. Grâce à ce type de soutien, l accès à ce type de module dont le tarif pourrait apparaître quelque peu élevé selon les ressources du danseur interprète 7 reste possible pour le plus grand nombre de professionnels de la danse, au statut essentiellement intermittent. Contribuant à l augmentation de l employabilité du danseur par l acquisition de nouvelles compétences, la caisse de chômage accompagne ici le danseur dans sa formation continue, et nous ne pouvons que rappeler à l ensemble des professionnels de la danse, la chance de pouvoir compter sur de tels dispositifs d aide. Pour cette première édition de ce Summer Dance in Geneva, on retiendra les retours très positifs des participants, tant sur le plan organisationnel que pédagogique. La possibilité donnée de suivre un module longue durée a été soulignée et remerciée. Cette immersion dans une formation de 60H aura permis d aller plus loin dans l expérimentation, l échange et la rencontre, avec notamment des temps consacrés au débriefing collectif de la journée. Par ailleurs, le choix d ouvrir la formation à l international, même s il réclame une révision et un aménagement budgétaire flêchant la subvention du FFPC uniquement sur les professionnels de la danse genevois, a également rencontré un vif succès auprès de l ensemble des participants. De nombreux contacts ont été noués à cette occasion et l élargissement du réseau professionnel constitue un atout important dans le métier et la carrière du danseur interprète. Pour point toutefois négatif, il conviendra alors de noter que notre demande de subvention adressée à l OFPC a été refusée pour cause de formation ne débouchant pas sur une certification fédérale. 8 Il est donc important de rappeler alors que sans le doublement de l aide demandée au FFPC, dans le cadre de l organisation dudit stage international, il n aurait pas été possible de maintenir un tel module. Encore une fois, le FFPC aura fait preuve d une écoute et d un intérêt particulier en faveur de la danse et de la communauté chorégraphique genevoise. Afin de promouvoir ce stage, nous avons choisi de diffuser 55 affiches au format mondial F4 dans les colonnes Morris administrées par la ville de Genève, avec mentions de nos partenaires FFPC et Loterie Romande. Ces supports de communication (panneaux SGA) nous ont été gracieusement alloués par la ville, au titre d activité culturelle, sur la période du 3 au 17 juillet Parallèlement, nous avons également procédé à l impression de 100 affiches au format A3, diffusées dans tous les lieux chorégraphiques genevois (écoles et studios de danse, compagnies chorégraphiques, salles de spectacles, bureau culturel...) de juin à juillet A moindre coût toutefois, puisque le tarif membre RP était fixé à 400 frs pour 60H, et à 500 frs pour les non membres. Ramenant le tarif horaire à 6,66 frs pour les membres RP et à 8,33 frs pour les non membres. 8 Ce qui permet de penser ici que notre dossier en faveur d une procédure de VAE devient plus qu urgente tant en matière de possibles professionnels pour les danseurs interprètes, que de nouvelles possibilités de financements pour les RP danses. 9

10 Rp danses Genève I Rapport dʼactivités 2014 Malheureusement, par peur de dépassement budgétaire important, nous n avons pas pu prendre pareillement en charge l impression et la diffusion d une campagne promotionnelle en faveur des modules de formation continue proposés durant l année. r p L absence de budget pour la communication externe de notre structure reste un problème auquel nous devrons rapidement remédier, afin de garantir à notre structure des moyens et des outils nécessaires à son existence et à la visibilité de ses diverses activités. La communication virale par voie de réseaux sociaux de type facebook, tweeter, agendas partagés on line etc. doit pouvoir également être développée à très court terme en parallèle d une communication print, cela afin de sensibiliser les professionnels de la danse à une offre de formation professionnelle continue que certains non membres des RP ignorent par manque d accès aux informations. Enfin, il serait essentiel de pouvoir se rapprocher des institutions culturelles et artistiques cantonales, ainsi que des différentes structures de formation chorégraphique (CFC, écoles de danse, HETSR, Marchepied Lausanne, Ballet Junior etc) afin qu elles puissent se constituer en relais d informations via leurs différents supports (programmes, site web, newsletters, mailings etc.) 10

11 (3) Validation d acquis d expériences Depuis le 1er février 2009, l Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de danseur/interprète avec Certificat Fédéral de Capacité / Maturité Professionnelle Artistique (CFC/MPA) est entrée en vigueur et contribue fortement à la reconnaissance du métier et à la structuration de la profession. De surcroît, fin 2013, Le Département fédéral de l Economie, de la formation et de la recherche sous la direction du conseiller fédéral Johann Schneider Ammann a donné son autorisation pour l ouverture d une filière en Contemporary Dance au niveau Bachelor. Quatre ans après l entrée en vigueur de l ordonnance de formation professionnelle initiale danseuse interprète/danseur interprète débouchant sur un CFC de danseur interprète, le BA Contemporary Dance a concrétisé une nouvelle étape vers une formation en danse orientée vers la pratique, désormais reconnue au niveau des hautes écoles. Il s agit d un pas important vers la professionnalisation et la compatibilité internationale de la formation suisse en danse. La HES SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale, la Manufacture Haute école de théâtre de Suisse romande (HETSR) et la Zürcher Hochschule der Künste ZHdK ont ouvert cette filière à l automne Malheureusement, à ce jour, la validation des acquis d expériences et la demande d équivalences de titres ou de formations n est pas encore possible en Suisse pour les métiers de la danse, alors qu un CFC/MPA en danse contemporaine existe depuis 2011 à Genève, qu une nouvelle filière Bachelor en danse contemporaine vient d être ouverte à la HETSR Manufacture de Lausanne en septembre 2014, et qu un futur Master se profile à Berne à l horizon septembre Selon le SEFRI : La validation des acquis se déroule selon une procédure structurée qui permet de prendre en compte différents acquis, d attester les compétences opérationnelles et, si toutes les conditions sont réunies, d obtenir un titre formel. Le 12 septembre 2014, Danse Suisse et les RP Danses se sont réunis pour évoquer divers points et dossiers urgents à traiter en étroite collaboration. Parmi les points à l ordre du jour : la validation des acquis d expériences pour les métiers de la danse et le registre des professionnels de danse contemporaine et ses critères. A l occasion de cette discussion, il est apparu plus qu urgent d engager une procédure auprès des services ad hoc, afin de pouvoir rapidement être en mesure de proposer des équivalences de titres qui n existaient pas auparavant, aux danseurs qui en formuleraient le souhait voire le besoin. Selon Danse Suisse, ce dossier ne concernant pas uniquement les danseurs genevois mais, plus largement, tous les danseurs travaillant en Suisse, il sera nécessaire en temps voulu, d engager un groupe de travail intercantonal avec le canton de Genève, de Zurich et de Berne à ce sujet. Danse Suisse a alors pris soin de préciser qu un budget devrait leur être alloué, afin de pouvoir mandater un expert en charge du montage et suivi de ce dossier. Les RP Danses et Danse Suisse se sont alors entendus sur le fait de mandater Yann Aubert, consultant ponctuel des RP Danses Genève, ancien membre du comité des RP, membre du comité de Danse Suisse, ancien Président de la commission spécifique Danse au CFCAA de Genève et actuellement chef expert engagé par les RP Danses Genève, en entente avec Danse Suisse, pour la constitution et la formation du jury, ainsi que pour l organisation des examens, dans le cadre du diplôme CFC/MPA en danse. Les RP Danses se réjouissent d un tel choix, quand les compétences et connaissances de Yann Aubert en la matière promettent une mission sérieusement et efficacement menée. Par ailleurs, si à ce jour les RP Danses fournissent bien des attestations de formation professionnelle continue aux participants, il semblerait toutefois que les RP Danses ne seraient pas habilitées, en tant qu association professionnelle, et en temps voulu, à faire valoir ces formations, dans le cadre d une demande de validations des acquis d expériences. Bien que les RP travaillent précisément à bâtir un programme de formation professionnelle capable de garantir au danseur en formation, l acquisition de certaines compétences et connaissances normalement requises par voie d examen officiel dans le but de pouvoir obtenir une qualification par la formation et obtention d un CFC ou d un Bachelor en danse ; les RP Danses n auraient pas la légitimité requise par l OFPC 9 (cf.cité des métiers du Grand Genève des metiers du Grand Geneve/Formation continue/afp CFC 9 cf.cité des métiers du Grand Genève des metiers du Grand Geneve/Formationcontinue/AFP CFC Brevet federal ou Attestation cantonale obtenez un titre officiel 11

12 Brevet federal ou Attestation cantonale obtenez un titre officiel) au niveau cantonal, et a fortiori par le SEFRI au niveau fédéral. La possibilité d une reconnaissance des formations proposées par les RP Danses, et celle d une possible équivalence attendue en matière qualitative (contenu, objectif, méthode) et quantitative (crédits ects), exige toutefois certains critères et outils de référence qui peinent à exister aujourd hui, notamment dans le cadre du programme cadre du CFCMPA du danseur interprète. 10 A ce titre, il serait opportun de s enquérir du programme pédagogique avec descriptif exact du contenu des modules enseignés, et des critères d acquisition visés, du Bachelor en danse proposé à la HETSR de Lausanne. La collaboration engagée entre les RP Danses Genève et la HETSR Manufacture de Lausanne, dans le cadre de notre programme de formation professionnelle continue , avec l organisation d un module commun conduit par Lucinda Childs en octobre 2014, et prochainement par Thomas Hauert en juin 2016, nous encourage à penser que la HETSR de Lausanne, tout comme le CFPAA de Genève, devraient pouvoir être des structures ressources pour les RP Danses. En tant qu écoles professionnelles comptant précisément avec des formations en danse, cellesci sont précisément celles qui sont habilités à reconnaître et à délivrer, des équivalences. Ce sont donc aussi celles qui doivent être en mesure de fournir des outils, critères et références pour les associations professionnelles comme les RP Danses, afin que celles ci puissent continuer à garantir l organisation de modules capables de répondre aux exigences attendues par un programme cadre. Danse Suisse a donc encouragé les RP Danses à : Travailler en étroite collaboration la HETSR et le CFPAA, en vue d une application qui devrait pouvoir être rendue possible à l issue du mandat confié à Yann Aubert, dont la mission sera d inscrire la danse comme métier ouvert à la validation des acquis de l expérience auprès de l OFPC et du SEFRI. Les RP Danses pourraient alors compter sur une reconnaissance de leurs modules de formation continue par lesdites écoles officielles, aptes à définir et délivrer certains crédits ects attendus. Continuer à penser et organiser des modules de formation continue qui pourraient à moyen terme servir de compléments de formation attendus dans le cadre d une demande VAE, pour obtention d un titre. Convenant ici que, dès procédure de VAE en danse possible, Danse suisse puisse confier aux RP la mission et l organisation à Genève, de certains modules complémentaires inscrits aux programmes officiels des diplômes professionnels en danse (CFC, Bachelor), et jugés nécessaires pour certains danseurs qui souhaiteraient obtenir un titre par la formation. Aussi, les RP Danses et Danse Suisse ont elles décidé d unir leurs forces sur ce dossier, pour précisément parvenir à faire entendre cette demande croissante de la part des danseurs euses professionnel le s, attendu que la nouvelle loi fédérale sur la formation professionnelle précise qu'un diplôme reconnu par la Confédération peut être atteint par différentes voies de formation : par la formation professionnelle duale mais aussi, grâce aux expériences professionnelles et à la formation continue, au quotidien. Enfin, dans le cadre du groupe de travail RCEE Relations contractuelles Employés Employeurs, et de sa proposition d échelle salariale pour le danseur interprète genevois (voir chapitre suivant III Politique sociale), dont une première mouture a été rendue publique à Lausanne le 7 novembre 2014 au Théâtre Sévelin, dans le cadre du Forum Danse coorganisé par Reso, Danse Suisse et Pro Helvetia ; il apparaît indispensable et plus qu urgent qu une validation des acquis d expériences soit rendue possible au plus vite. Le document faisant précisément référence aux titres CFC/MPA, Bachelor, voire Master et Doctorat, et à ses possibles équivalences par voies d expériences et/ou de formations, cette échelle s'avérerait inopérante et impossible à appliquer, pour toutes celles et ceux qui constituent aujourd hui le vivier chorégraphique professionnel mais qui, de par leurs âges, ne sauraient être en mesure de pouvoir présenter de tels diplômes lors de leurs relations contractuelles. Ce qui serait fort dommageable. La question de qui est capable de juger telle formation ou telle expérience comme équivalente reste pour l heure entière. Ce jugement revenant aujourd hui uniquement aux parties employeurs employés, celles ci sauront toutefois s en remettre à certaines associations telles les RP, la RDP ou Danse Suisse pour exemples de possibles appréciations et recommandations, mais en aucun cas celles ci ne sauraient faire autorité en la matière. 10 Propos recueillis auprès de diverses personnes directement impliquées dans la cadre de la dite formation (enseignants, jurés, élèves etc.) 12

13 Pour information, au sujet des avancées du groupe RCEE, lors du Forum Danse organisé en novembre 2014, les RP Danses ont invité le SSRS, la RDP, Danse Suisse et l AVDC, à se joindre à leur groupe de travail, afin de pouvoir remettre en débat cette échelle salariale, en vue de l élargir à tous les danseurs professionnels travaillant en Suisse romande (voir plus bas in chapitre III Politique sociale). B. Politique sociale (1) Proposition d une échelle salariale pour le danseur interprète genevois En date du 24 janvier 2012, le groupe de travail RCEE Relation Contractuelle Employé Employeur a convié les danseurs/euses genevois/es à la présentation de l article salaire d'une proposition de contrat modèle. Ce même article a ensuite été soumis aux directeurs trices artistiques des compagnies conventionnées. Suite aux diverses controverses à l issue de cette présentation, il a été décidé de retravailler cet article en tenant compte des remarques formulées par la profession. En avril 2014, les RP ont décidé de proposer non plus un premier article d'un futur contrat modèle, mais bien plutôt une échelle salariale à annexer à tout contrat chorégraphique genevois, établi dans le respect des recommandations contractuelles de l'avdc et du SSRS (Cf. contrat modèle). Cette revendication en appelle au soutien moral des professionnels de la danse à Genève, qui s'engageraient à joindre ladite échelle à toute leur demande de fonds publics ou privés pour document référentiel dans le montage de leurs budgets prévisionnels en matière salariale et, pour les compagnies conventionnées signataires, à veiller à son application. L'objectif est ici de co responsabiliser l'ensemble des acteurs trices culturel le s et artistiques genevois qui participent de manière directe (employeur) ou indirecte (pouvoirs publics, fondations, producteurs, organisateurs etc.) à l'emploi et à la professionnalisation des interprètes chorégrahiques à Genève. Le 7 novembre 2014, au Théâtre Sévelin à Lausanne, les membres du groupe de travail dit RCEE ont rendu publique leur proposition d'échelle salariale pour le la danseur euse interprète à Genève, dans le cadre du dernier Forum Danse, coorganisé par Reso, Danse Suisse et Pro Helvetia. Cette proposition, soutenue par Danse Suisse et le SSRS, a reçu un accueil très positif et encourageant de la part des professionnels de la danse, réunis autour d exposés de diverses structures ( AVDC, Danse suisse, RDP, IADMS et RP Danses) sur les conditions de travail du danseur interprète et/ou chorégraphe. 11 Si dans le cadre des différentes communications, le temps a malheureusement manqué pour ouvrir le débat avec l audience, les échanges informels post présentations promettent de belles perspectives à venir et à très court terme. Le soutien moral apporté dès novembre 2014 par un grand nombre de compagnies chorégraphiques indépendantes conventionnées et non conventionnées genevoises et romandes, mentionnées lors de notre communication publique, permet de croire en un possible outil référentiel commun, qu il nous appartient à toutes et à tous de diffuser le plus largement possible, dans le but de faire bouger certaines mentalités et certains réflexes dans le monde professionnel de la danse à court, moyen et long termes. Lors dudit forum, les RP Danses ont alors pris soin de signifier publiquement leur volonté de voir cette échelle s inscrire au coeur d un débat élargi au milieu chorégraphique romand, en comptant avec le soutien des associations vaudoises que sont l AVDC et la RDP. Dans l espoir d une proposition d échelle salariale qui ne serait plus seulement genevoise mais romande, les RP ont alors invité le SSRS, la RDP, l AVDC et Danse Suisse à se joindre à leur groupe de travail RCEE, dès janvier Ils et elles ont répondu favorablement à cette invitation et les premières séances de travail auront donc lieu dès danse 2014/programme.html 13

14 Par ailleurs, ces futurs partenaires ont souhaité profiter de l invitation pour proposer à leur tour un débat élargi à d autres textes importants à paraître prochainement, tels le nouveau contrat modèle du danseur interprète porté par l AVDC, le projet LabelScènes porté par le SSRS, et la procédure de VAE porté par l association faîtière Danse Suisse. Le cénacle promet de bien belles discussions, dont les RP ne peuvent que se féliciter et se réjouir par avance, quand toutes les actions ici engagées méritent d être soutenues et travaillées de manière collective et transversale. Proposition d échelle salariale Mouture#1 7 novembre 2014 Lausanne 14

15 Cette énergie collaborative permettra de bénéficier d'un regard critique enrichi par la diversité et l'expérience de l'ensemble des membres de ce nouveau groupe de travail intercantonal, et les RP se réjouissent d une expérience proactive visant à co responsabiliser l'ensemble des acteurstrices culturel le s et artistiques romands, qui participent de manière directe (employeur) ou indirecte (pouvoirs publics, fondations, producteurs, organisateurs etc.) à l'emploi et à la professionnalisation des interprètes chorégrahiques en Suisse romande. Constitué de Foofwa d Imobilité, Madeleine Piguet Raykov, Anne Papilloud, Sonia Meyer, Sarah Guillermin, Yann Aubert et Sèverine Garat, ce groupe de travail conviendra dès première séance, de rendez vous réguliers alternativement planifiés sur Lausanne et Genève, entre janvier et septembre 2015, pour sorties publiques attendues au cours du second semestre C. Politique culturelle (1) Etat des lieux des compagnies de danse contemporaine genevoises au bénéfice de soutiens ponctuels à la création Les compagnies se professionnalisent et les subventions augmentent mais le nombre de compagnies actives est également en constante augmentation. Actuellement, aucune institution ne dispose de réelles données à ce sujet, alors qu il devient urgent de connaître cette réalité qui paraît différer en fonction des diverses sources d informations. La répartition des subventions disponibles pour les diverses compagnies de danse et les organisateurs (théâtres, festivals) ainsi que les critères d attributions méritent une réelle étude pour une meilleure évaluation de la situation économique et des conditions financières de la profession. 12 A cet effet, les RP ont interviewé 31 compagnies de danses contemporaines genevoises fin 2012 et durant le 1 er semestre Ces données ont été analysées par Alessandra Mattana, titulaire d un Master en Business Administration. Une étude statistique ainsi qu un rapport de synthèse ont été finalisés en septembre 2014 par Laure Chapel (comité RP), Mélanie Fréguin (chef de projet membre RP) et Murielle Bortolotti (comité RP). A l heure des grands chantiers culturels que sont le projet du Pavillon de la danse et de la Nouvelle Comédie, après présentation de cette étude aux institutions publiques de la Ville et du Canton de Genève, pour retours et discussions critiques avant communication publique, les Rencontres Professionnelles de danses Genève ont publié le résultat de cette étude titrée Etat des lieux des compagnies de danse contemporaine genevoises au bénéfice de soutiens ponctuels à la création, qui a fait l objet d une présentation publique à l occasion d une conférence de presse organisée le lundi 22 septembre à 19h au Bureau culturel de Genève. Cet état des lieux développe et synthétise les réponses quantitatives et qualitatives des compagnies interrogées, et représente un témoignage de leurs conditions de production, de diffusion et de fonctionnement. La présentation publique de cet état des lieux a suscité l intérêt d un grand nombre de professionnels de la danse à l échelle romande. Danseurs, chorégraphes, administrateurs de compagnies, chargés de production et de diffusion, producteurs et diffuseurs chorégraphiques, conseillers en danse représentants des pouvoirs publics, journalistes spécialisés etc. se sont massivement déplacés pour y assister. Directement ou indirectement concernés par cette étude, ils et elles ont soulevé un grand nombre de questions quant aux suites qu il s agirait de penser et de formuler dans un avenir proche, en faveur d une amélioration des conditions de création/diffusion/fonctionnement des compagnies. Revenant sur les pistes ouvertes par les RP en fin d état des lieux, le débat s est quelque peu cristallisé autour de la diffusion des compagnies chorégraphiques genevoises, au regard du peu de programmation chorégraphique réalisée au sein des scènes artistiques du territoire genevois d une part en dehors de scènes spécifiques comme l ADC ou encore des festivals comme La Bâtie et Antigel et compte tenu du manque de moyens 12 Cf.Comité RP Danses Genève 15

16 financiers, humains et logistiques nécessaires pour pouvoir bâtir une tournée à l échelle locale, fédérale et internationale. De surcroît, les Rencontres Professionnelles de danses Genève y ont pris soin de formuler des propositions suite aux réflexions articulées autour de trois problématiques principales : - Financements de la création, de la diffusion et du fonctionnement des compagnies - Conditions de travail des compagnies Espaces et outils de création, de diffusion et de fonctionnement Devant la demande patente de la communauté chorégraphique d une poursuite des travaux engagés par les RP Danses sous la forme de reprises des hypothèses dégagées en fin d étude, les RP ont alors invité les personnes présentes à cette assemblée, à prendre part à un futur groupe de travail à partir de janvier Comptant ici sur la participation active de certains membres des RP Danses et plus précisément, sur certains membres de compagnies ayant fait l objet de ladite étude, les RP Danses ont alors pris soin de lancer un premier appel à participation dès le dernier trimestre 2014.!"#$%&&'(")("*(++(",+')(-"#(&"."/0(&")%&+%12',&"341+"/55/6/7+6(")(&"5648#,9/+%:'(&":'%"&(" 341+",*;4&< =(&"54%1+&"9%&"(1"(0(62'(-"#%('0")("6(56,&(1+/+%41-">1/1*(9(1+")(&"564?(+&-":'(&+%41")(&" $)#,",+4#$%"&%$)+#%2)$%,536,()$%78#"#1)*)#,%"239&",:%"114*'"0#)*)#,%,)15#+9&)% 54'6"&("6(56,&(1+(6-"9/%&"#(&"#%('0"54'6"&("564)'%6("*466(*+(9(1+"6(&+(1+"%1&'G&/1+&<!"#$%&#%2)&A+D*)%,)*'$%$)%'(48.)%./+23)%2/"E#)(%."%(3'"(,+,+4#%2)$%$&?>)#,+4#$%">)1"H!"#"$%&'$()&*+$ %&'$,-./#01)&'$%&$ %#1'&$0&1&2-)'&'$ #*$3!1!4),&$%& '-*")&1'$/-1,"*&('$ 5$(#$,6!#")-1!"#$$#%&'()*+,+()%& *#&-.(*"',+()/& *#&%"01#),+())#2#),& #,&*#&3()',+())#2#),&4."%1(3",+4#%2)%2)&A%)#>).4'')$%2)%8#"#1)*)#,%B%+#,)(*32+"+()%I<" =$'1("5(69(++6/%+"#/"*6,/+%41-")("9/1%A6("5#'&"J(0%8#(-")("564?(+&"+(*;1%:'(9(1+-">1/1# 541*+'(#"/'"564?(+-"#('6"4*+64E/1+"5/6"#B"9K9(-")("6,(##(&"54&&%8%#%+,&")("341*+%411(9(1+" =$/%)(" /'" >1/1*(9(1+" 541*+'(#" #/" 5648#,9/+%:'(" )'" 341*+%411(9(1+" 9K9(" )$'1(" *495/21%(" :'%" &/1&" /)9%1%&+6/+('6" (+" )%L'&('6" B" #412" +(69(<" =(&" %1%# %&'%&()*$+,'&+)$-$.'$(&*&/&.&%0$+)*$1234'56&)*$'7$6&()'7$80+09'.$1261)96)6%$76&:7)3)6%$ #(&"*495/21%(&":'%"&41+"),?B")/1&"'1"564*(&&'&")(")%L'&%41",+/8#%<""=/"*6,/+%41")$'1(" M"84'6&("54'6"#/")%L'&%41"I"N/'"9K9("+%+6(":'("#(&"84'6&(&"54'6"#/"*6,/+%41"9'&%*/#(-" 54'6"#/"*;46,26/5;%(-"#/")6/9/+'62%(-"#(&"5#/&+%*%(1&"(+*OP"5(69(++6/%+")$/**495/21(6"#(&" *495/21%(&"/'":'4+%)%(1"(+"/%)(6/%+"B"(1+/9(6"'1"564*(&&'&")(")%L'&%41":'%"#('6"&(6/%+" 8,1,>:'("B"#412"+(69(<!"#$%&'%()%&*+,& -%.&/%(01(",%.&2,13%..41((%55%.&$%&$+(.%.&6&7%(89%!" Après publication d'un Etat des lieux des compagnies de danse genevoises au bénéfice de soutiens ponctuels à la création réalisé par des membres des RP Danses Genève, la seconde étape rassemblera 6 professionnel le s de la danse membres des RP Danses, directement concernés par les conditions et les moyens de fonctionnement et de production/diffusion des compagnies, pour plancher sur des propositions d'application concrètes à soumettre aux pouvoirs publics, dès fin du premier semestre

17 Rp danses Genève I Rapport dʼactivités 2014 Le Courrier

18 D. Permanence et plateforme conseils et ressources pour les professionnels de la danse genevois (1) Site web ressources emplois, actualités, agendas, news... Les RP mettent en place divers documents et dispositifs d aides permettant d informer et d accompagner les professionnels de la danse dans leurs droits et dans leurs activités. De multiples possibilités s offrent à eux pour une meilleure compréhension du réseau professionnel et une meilleure pratique de leur profession. La communication et la sensibilisation des professionnels s élaborent notamment par le biais du site internet de l association et de la newsletter mensuelle vraisemblablement appelée à devenir trimestrielle au regard de la réalité de notre actu chorégraphique adressée à plus de 400 inscrits (membres, milieu de la danse, pouvoirs publics et privés, partenaires, etc...). Le bureau des RP, par son secrétariat générale, prend également soin d'informer personnellement et prioritairement ses membres par voie de courriels, appels téléphoniques ou plis postaux, de toute news susceptible de les intéresser, avant publication sur site internet. Les RP informent régulièrement la profession des actualités régionales, fédérales et internationales de type : - Agendas des cours, des entraînements réguliers pour les professionnels proposés par les compagnies et des spectacles de danse (en partenariat avec Le Programme.ch) sur la canton de Genève - Auditions et appels à projets - Possibilités de formation, bourses, etc. - Répertoires (compagnies, écoles de danses, lieux pour la danse, etc.) - Politiques culturelles et sociales concernant ce domaine d activité En parallèle l association offre la possibilité à tous les professeurs et écoles de danse de pouvoir annoncer leurs cours payants sur un agenda électronique publié sur son site. Enfin, un dispositif d aides aux jeunes compagnies chorégraphiques sans administrateur trice, est assurée par la coordinatrice, son assistante et/ou une personne du comité RP, selon l objet des demandes (clôtures de l année, certificats de salaires, attestations salaires AVS, quittance impôts à la source, récapitulatif assurances diverses, conseils, création de compagnies, dossiers de subventions etc). Cette aide est pour l heure tarifée à 20 frs / heure, mais mériterait de devenir gratuite dans la limite d un quota d heures plafonné, pour toutes les compagnies membres des RP Danses. (2) Studios du Grütli Les RP gèrent 5 plages de deux heures dans le grand studio du Grütli destinées à des cours payants donnés par des danseurs pédagogues depuis septembre Dans le cadre d une convention passée avec l ADC, les RP Danses ont un droit de regard et de choix sur les personnes susceptibles de vouloir bénéficier de ces créneaux disponibles à des tarifs locatifs très avantageux. Au 31 décembre 2014, les cours payants sont planifiés et assurés ainsi : Laura Tanner I Travail au sol I tous les lundis de 18h30 à 20H Catherine Egger I Atelier danse contemporaine I tous les mardis de 18H15 à 19H45 Mélissa Cascarino I Atelier Danse habile I tous les mercredis de 18H30 à 20H Filibert Tologo I Danse contemporaine africaine I tous les jeudis de 18H45 à 20H Rp danses Genève I Rapport dʼactivités 2014 Le cours de danse contemporaine, habituellement assuré par Laura Tanner tous les jeudis de 12H30 à 12H45, en sus de son cours du lundi, a été annulé dès septembre 2014, à la demande de la danseuse pédagogue. Compte tenu d un historique particulier en matière de gestion de ces plages pédagogiques confiées aux RP Danses, et de l arrêt de tous les cours assurés jusqu en juin 2014 par Noémi Lapzeson, il a été convenu de ne pas récupérer ce créneau horaire méridien du jeudi, et d en confier désormais la gestion et la responsabilité à l ADC, dans le cadre de son planning d occupation des studios affectés aux chorégraphes et danseurs genevois pour des plages de répétitions. En effet, à moyen terme, sans doute devrions nous repenser l occupation de ces studios ici affectés à des pratiques pédagogiques payantes, quand trop de chorégraphes et de danseurs genevois sont en manque 18

19 d espaces de répétitions gratuits pour pouvoir créer, dans des espaces de travail ad hoc. Si en dehors de ces plages gérées par les RP Danses, l ADC attribue des temps de répétitions à différentes compagnies, il n est pas toujours si aisé de devoir impérativement arrêter une répétition à 17H45, pour cause d occupation des lieux par des cours payants hebdomadaires planifiés le lundi, le mardi et le jeudi, qui ne rencontrent de surcroît pas le succès attendu en matière de fréquentation. Par ailleurs, dans le cadre du développement de nos activités, il ne serait pas inutile non plus de s interroger sur de nouveaux usages que nous pourrions éventuellement développer et soumettre à l ADC en matière d occupation des lieux, comme espaces potentiels dans le cadre d un module de formation professionnelle continue qui pourrait s inscrire sur une nouvelle fréquence au rythme hebdomadaire sur toute une saison. A suivre. Une discussion est à ouvrir au sein du comité RP Danses et avec l ADC, en E. Médiation artistique (1) Le BA.L En raison des missions des RP Danses Genève et des priorités posées par celles ci en matière de besoins et de demandes exprimés par la communauté chorégraphique genevoise, il a été décidé d abandonner provisoirement et jusqu à nouvel ordre le projet BA.L.projet de médiation artistique et culturelle en Bassin Lémanique. S il est certain que le développement de la médiation en danse à Genève, et plus largement en Suisse, reste un enjeu majeur en matière de démocratisation culturelle et de sensibilisation chorégraphique ouverte au plus grand nombre, il appert que l association RP Danses n a pour l heure pas les moyens financiers, humains et logistiques pour pouvoir raisonnablement porter ce projet. Avec un temps de travail estimé à environ 40% annuels aux taux variables sur l année de 20 à 60% selon l échéancier et l intensité de la manifestation il est à l évidence impensable que cette mission soit assurée par notre coordinatrice et porte parole, actuellement engagée à hauteur de 50% annuels. Aussi ce projet supposerait il de mandater une personne pour ce faire, afin de pouvoir convenablement assurer l ensemble des missions d administration, de relations publiques, de coordination, de communication et de médiation, indispensables à la bonne conduite et au succès d une telle opération intercommunale. Par ailleurs, l ancrage des RP Danses reste encore bien trop fragile pour se lancer dans une telle aventure, et à l heure où l association doit pouvoir sérieusement et activement s investir dans d autres chantiers importants en cours (formation professionnelle continue, groupes de travail Politique culturelle, groupe de travail politique sociale, développement de partenariats, communication, recherche de fonds etc.), le comité a pris la décision de consolider et d accompagner au mieux l association et ses projets actuels. III. Nos comptes (1) Annexe : Rapport de l Organe de révision Exercice 2014 Genève, le 28 avril 2015 Comité RP Danses Genève Alicia de la Fuente, Foofwa d'imobilité, Laure Chapel, Murielle Bortolotti, Madeleine Piguet Raykov, Adrian Rusmali Coordinatrice et porte parole Sèverine Garat Assistante administrative Marine Magnin 19

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S Direction des ressources humaines Centre de formation Formations spécialisées en soins R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S P O U

Plus en détail

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES AKAD École Supérieure spécialisée en Banque et Finance SA École supérieure reconnue par la Confédération ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES

Plus en détail

Le profil HES Dossier destiné aux HES. Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches

Le profil HES Dossier destiné aux HES. Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches Le profil HES Dossier destiné aux HES Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches Plus de lecture - www.fhprofil.ch - INLINE, Page 8,

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO 15 mars 2007 Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

Statuts. au 1. janvier 2008

Statuts. au 1. janvier 2008 Statuts au 1. janvier 2008 I. Dispositions générales Art. 1 Nom Sous le nom de «Danse Suisse», nommée ci après l «Association», il est constitué une association nationale au sens des articles 60 et suivants

Plus en détail

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016

DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 DAS / Diploma of Advanced Studies Intervenant-e spécialiste en défense et protection de l enfant et de l adolescent-e 2014 / 2016 CAS / Certificate of Advanced Studies Protection de l enfance et de l adolescence

Plus en détail

Statuts Association Pro Senectute Genève

Statuts Association Pro Senectute Genève . Statuts Association Pro Senectute Genève Préambule Le présent document, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique ; ils ont à la fois valeur d un féminin et d un masculin.

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

de manager du commerce de détail

de manager du commerce de détail Diplôme fédéral de manager du commerce de détail Le diplôme dans le commerce de détail le plus hautement reconnu en Suisse. La formation du commerce de détail pour le commerce de détail: Préparation à

Plus en détail

Compagnies institutionnelles et ballets 1

Compagnies institutionnelles et ballets 1 Compagnies institutionnelles et ballets 1 1. Point de la situation Les ensembles institutionnels peuvent être divisés en deux catégories: a) Les grandes compagnies, qui cultivent un répertoire classique

Plus en détail

Accueil familial de jour

Accueil familial de jour Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Service de protection de la jeunesse Directives pour l accueil de jour des enfants Accueil familial de jour Cadre de référence et référentiels

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU 9 DÉCEMBRE

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la convention intercantonale sur la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), du mai 011, arrête : I. Dispositions générales

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Haute Ecole Galilée Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS, MM. Mihai COMAN, Bruno

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études Version de consultation du 25 octobre 2007 Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études du I. Dispositions générales A. Objectifs et principes Art. 1 But de l accord Le présent

Plus en détail

Newsletter 2 2014. Masterplan «Formation aux professions des soins» Impressum. Éditorial

Newsletter 2 2014. Masterplan «Formation aux professions des soins» Impressum. Éditorial Masterplan «Formation aux professions des soins» Newsletter 2 2014 Impressum SEFRI, janvier 2014 Publiée au format électronique en français et en allemand. Commande: www.sbfi.admin.ch/sante Editeur Éditorial

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable

Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable 07.10.2013 Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable Nouveau En parallèle du Diplôme d aide-comptable, nous proposons un cours destiné à développer les compétences théoriques et pratiques de base

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.058 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Pour Initiative populaire sur les bourses d'études et révision totale de la loi sur les contributions

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

NVCC n 3090. Annexe I : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorégraphiques et de musique classique.

NVCC n 3090. Annexe I : Exploitants de lieux, producteurs ou diffuseurs de spectacles dramatiques, lyriques, chorégraphiques et de musique classique. NVCC n 3090 Annexe Annexe VI : Producteurs, diffuseurs, organisateurs occasionnels (y compris les particuliers) de spectacles de bal avec ou sans orchestre Préambule A. Détermination des annexes par secteur

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL QUALIFIANT. Métiers de la production, de la diffusion et du développement de projets (Danse, Théâtre, Arts de la rue)

PROGRAMME REGIONAL QUALIFIANT. Métiers de la production, de la diffusion et du développement de projets (Danse, Théâtre, Arts de la rue) PROGRAMME REGIONAL QUALIFIANT Métiers de la production, de la diffusion et du développement de projets Session 2015 PRESENTATION 1. L ARDEC LR Depuis 1996, l'ardec LR, Association Régionale pour le Développement

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

Mode de calcul basé sur les dépenses déterminantes (coûts réels plafonnés) Sommaire

Mode de calcul basé sur les dépenses déterminantes (coûts réels plafonnés) Sommaire Mode de calcul basé sur les dépenses déterminantes (coûts réels plafonnés) Guide à l intention des institutions (prestataires) reconnues par les cantons suisses, pour leurs demandes d obtention des subventions

Plus en détail

Statuts de «pr suisse»

Statuts de «pr suisse» Statuts de «pr suisse» Art. 1 L'Association Sous le nom «Association Suisse de Relations Publiques», «Schweizerischer Public Relations Verband», «Associazione Svizzera di Relazioni Pubbliche», «Swiss Public

Plus en détail

2) Information : BASIS propose à ses membres : - un service d information juridique, sociale et comptable

2) Information : BASIS propose à ses membres : - un service d information juridique, sociale et comptable statuts de l'association Basis Art. 1 nom : Sous la dénomination «Bureau Arts de la Scène des Indépendants Suisses» (B.A.S.I.S.), il est constitué une association régie par les présents statuts et par

Plus en détail

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs

Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie et de la diversité des jeunes créateurs Centre national de la danse Mesures en faveur de la formation, de l insertion, des conditions de vie MARDI Contact presse Ministère de la Culture et de la Communication Délégation à l information et à

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels. Proposition de partenariat public-privé

Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels. Proposition de partenariat public-privé Régime d assurance-maladie, de soins dentaires et d assurance-vie pour les artistes professionnels Proposition de partenariat public-privé Résumé En règle générale, les artistes et les autres professionnels

Plus en détail

Bruxelles-Capitale. COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE Administration. AFFAIRES CULTURELLES ET TOURISME Culture

Bruxelles-Capitale. COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE Administration. AFFAIRES CULTURELLES ET TOURISME Culture Bruxelles-Capitale COMMISSION COMMUNAUTAIRE FRANCAISE Administration AFFAIRES CULTURELLES ET TOURISME Culture TEXTE DU REGLEMENT RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES AUX COMPAGNIES THEATRALES ET DE DANSE PROFESSIONNELLES

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

PLAN D'ACTION 2009-2010

PLAN D'ACTION 2009-2010 PLAN D'ACTION 2009-2010 Adopté par le conseil d administration, le 21 septembre 2009 - 2 - INTRODUCTION En 2009-2010, une des actions à mener en priorité sera de poursuivre la sollicitation des entreprises

Plus en détail

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent un élément majeur du système

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes

Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Synthèse de l étude d opportunité et de faisabilité pour la création d une école de cinéma et d audiovisuel en région Rhône-Alpes Étude établie par le troisième pôle 2014 ETUDE D OPPORTUNITÉ ET DE FAISABILITÉ

Plus en détail

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013

STATUTS. Adoptés par l Assemblée générale du 19 juin 2013 membre de wohnbaugenossenschaften schweiz verband der gemeinnützigen wohnbauträger coopératives d habitation Suisse fédération des maîtres d ouvrage d utilité publique STATUTS Adoptés par l Assemblée générale

Plus en détail

Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité

Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité République et Canton de Genève Département de l'instruction publique Enseignement secondaire II postobligatoire TRAVAIL DE MATURITÉ : BASES RÉGLEMENTAIRES ET DÉROULEMENT DU TRAVAIL Résumé du rapport On

Plus en détail

Master Accord d échange 2006-2007

Master Accord d échange 2006-2007 Master Accord d échange 2006-2007 Avant de remplir votre dossier, nous vous conseillons de lire très attentivement tout ce qui suit. Calendrier 2006-2007 Semestre d automne Lundi 9 octobre 2006 : début

Plus en détail

HEAD Genève V Département Cinéma Cycle MA Guide l'étudiant 2011-2012. Cycle master

HEAD Genève V Département Cinéma Cycle MA Guide l'étudiant 2011-2012. Cycle master Cycle master Cinéma Master en réalisation cinématographique 4 semestres (120 ECTS) Depuis 2006, l école participe au master en réalisation cinématographique mis en place au travers du Réseau Cinéma CH.

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts

Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité. Statuts Association Suisse romande de parents d enfants avec déficit d attention/hyperactivité I Nom, Siège, Buts et Tâches Statuts Article 1 Article 2 Article 3 Nom L Association se nomme ASPEDAH (Association

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE

ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE PREAMBULE ACCORD RELATIF A L'EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUE Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative à l'égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, de l'accord

Plus en détail

UNE FORMATION PROFESSIONNELLE EN EVOLUTION

UNE FORMATION PROFESSIONNELLE EN EVOLUTION LA HAUTE ÉCOLE SPÉCIALISÉE DE SUISSE OCCIDENTALE (HES-SO) INCLUANT LA HAUTE ÉCOLE SPÉCIALISÉE SANTÉ- SOCIAL DE SUISSE ROMANDE (HES-S) 1 L ESSENTIEL EN BREF UNE FORMATION PROFESSIONNELLE EN EVOLUTION Le

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Guide du Travail de Maturité Session 2015

Guide du Travail de Maturité Session 2015 Guide du Travail de Maturité Session 2015 2 Table des matières A. CADRE GENERAL 1. Définitions et conditions cadres 4 2. Objectifs 4 B. LE TRAVAIL DE MATURITE AU LYCEE JEAN-PIAGET 1. Concrétisation 5 2.

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale,

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale, Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale, vu la Convention intercantonale sur la haute école spécialisée de Suisse occidentale, du 26 mai 2011, vu le règlement relatif à la formation

Plus en détail

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes)

Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) 1 Commune municipale Cahier des charges du secrétaire municipal et administrateur des finances municipales (les définitions personnelles se rapportent aux deux sexes) I. GENERALITES 1. Bases légales, prescriptions

Plus en détail

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Dans les écoles de maturité des gymnases du canton de Vaud Edition 2014 Département de la formation, de la jeunesse

Plus en détail

Un parcours management en 3 ans pour devenir Chargé de projet ou Coordinateur en Environnement

Un parcours management en 3 ans pour devenir Chargé de projet ou Coordinateur en Environnement Bachelor de l EME Coordinateur Environnement Bac +3 Un parcours management en 3 ans pour devenir Chargé de projet ou Coordinateur en Environnement École des Métiers de l Environnement - Campus de Ker Lann

Plus en détail

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014

Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 Séminaire éducation Focus Rythmes scolaires Compte-rendu 11 mars 2014 OUVERTURE DU SEMINAIRE : Bernard Amsalem, Vice-président du CNOSF Etat de l avancée des travaux depuis le dernier séminaire Rappel

Plus en détail

Statuts de la Conférence des Chefs de Département de l'economie publique de Suisse occidentale

Statuts de la Conférence des Chefs de Département de l'economie publique de Suisse occidentale Statuts de la Conférence des Chefs de Département de l'economie publique de Suisse occidentale Article 1 Nom et siège 1.1. Sous la dénomination "Conférence des Chefs de Département de l'economie publique

Plus en détail

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA

MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA MASTER PRO IMAGE&MULTIMEDIA : CONCEPT, PRODUCT, MULTIMEDIA Mention : Information et communication Spécialité : Images et multimédia : Conception, production écriture audiovisuelle et multimedia Contacts

Plus en détail

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Recommandations de la CSHEP et de la CRUS pour la mise en œuvre coordonnée de la déclaration de Bologne

Plus en détail

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège STATUTS DE LA SOCIETE INTERNATIONALE E D D ANNOTATION ASSOCIATION DE DROIT SUISSE A BUT NON LUCRATIF Etat au 9 Décembre 2008; Révisé le 10 Septembre 2014 PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Berne, le 15 avril 2014. Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern

Berne, le 15 avril 2014. Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern Berne, le 15 avril 2014 Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern par: stefanie.haab@sbfi.admin.ch Prise de position de l association

Plus en détail

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Strasbourg, le 02/04/2015 Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Introduction Le programme de soutien à la distribution a pour objectif de renforcer la distribution des films européens

Plus en détail

Assistant/-e d assurance AFA Formation pour titulaires d une maturité. L assurance d une carrière prometteuse!

Assistant/-e d assurance AFA Formation pour titulaires d une maturité. L assurance d une carrière prometteuse! Assistant/-e d assurance AFA Formation pour titulaires d une maturité L assurance d une carrière prometteuse! 2 De tout temps, l assurance privée s engage fortement à la formation de sa propre relève.

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Statuts de l association «Réseau Danse Suisse»

Statuts de l association «Réseau Danse Suisse» Statuts de l association «Réseau Danse Suisse» I. DÉNOMINATION Article premier : Dénomination et siège Sous la dénomination «Réseau Danse Suisse» est constituée une association au sens des articles 60

Plus en détail

GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION

GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION GENERALISTE EN MARKETING ET COMMUNICATION Formation pratique certifiante préparant au Certificat SAWI de Généraliste en marketing et communication LAUSANNE 1 SAWI - garantie d excellence Facteurs déterminants

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle commerce spécialité commerce B to B en milieu industriel Autorité responsable de la certification

Plus en détail

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés

LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés LIVRE BLANC C-E-A / Commissaires d exposition associés octobre 2013 I. Pourquoi une association de commissaires d exposition? L association C-E-A / Commissaires d exposition associés est née en 2007 du

Plus en détail

Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine

Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine Répartition des réserves d or et des bénéfices de la Banque nationale 4 octobre 2004 Numéro 37/2 Session d automne des Chambres fédérales : 2e semaine

Plus en détail

Exigences spécifiques en matière de maîtrise des langues étrangères

Exigences spécifiques en matière de maîtrise des langues étrangères Règlement des études menant au Bachelor of Arts en enseignement pour les degrés préscolaire et primaire et au Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire (RBP) du 8 juin 00, état au

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage

Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage Contribution des Jeunes Européens-France au livre vert sur la promotion de la mobilité des jeunes à des fins d apprentissage La contribution apportée par les Jeunes Européens-France se base : - D une part

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business

HFVESA. Ecole supérieure assurance (ESA) Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance. Une coopération entre l AFA et AKAD Business HFVESA Höhere Fachschule Versicherung Ecole supérieure assurance Une coopération entre l AFA et AKAD Business Ecole supérieure assurance (ESA) 2 Selon l Office fédéral de la formation professionnelle et

Plus en détail

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2

SYNTHÈSE HISTORIQUE VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 ALLIANCE DES ASSOCIATIONS DE RETRAITÉS SYNTHÈSE HISTORIQUE DU VÉCU DE L'AAR PARTIE 2 Par Jacques Guilmain (Membre de l'association des employés retraités de la ville de Montréal et membre du conseil d'administration

Plus en détail

Grand Prix Photo 2015

Grand Prix Photo 2015 Règlement du concours Grand Prix Photo 2015 Article 1 : Organisation La société Place des Editeurs / Lonely Planet, située 12 avenue d Italie 75627 Paris cedex 13, RCS Paris B 622 012 987, ci- après dénommée

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE

MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE MISE EN PLACE D UNE DEMARCHE CQP / CQPI AU SEIN D UNE BRANCHE Guide méthodologique à usage des CPNE Guide validé par le CPNFP du 16 mars 2012 1 PLAN De quoi parle-t-on? Synthèse du processus d élaboration

Plus en détail

BUT. Sauf indications contraires sous remarques, l admission concerne le premier semestre d études

BUT. Sauf indications contraires sous remarques, l admission concerne le premier semestre d études DISPOSITIONS D APPLICATION DU REGLEMENT D ADMISSION EN FORMATION BACHELOR DES FILIERES ECONOMIE D ENTREPRISE, TOURISME, INFORMATIQUE DE GESTION, INFORMATION DOCUMENTAIRE, DROIT ECONOMIQUE ET INTERNATIONAL

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015

APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 CONSEIL DEPARTEMENTAL DU JURA APPEL A PROJETS DEPARTEMENTAL 2015 PON FSE 2014-2020 Axe 3 «Lutter contre la pauvreté et promouvoir l inclusion» Programme Départemental d Insertion 2015 Date de lancement

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES

CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES CONVENTION RELATIVE AUX MASTERS OF ADVANCED STUDIES (MAS) INTERUNIVERSITAIRES L Université de Fribourg ; L Université de Genève ; L Université de Lausanne ; L Université de Neuchâtel ; L Institut de hautes

Plus en détail

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Ucanss. Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Ucanss Protocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières Potocole d accord relatif à l emploi des seniors et à la gestion des secondes parties de carrières

Plus en détail

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE)

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Département AES Master Professionnel et de Recherche "Sciences de l'homme et de la Société" Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Lieu de la formation : Université Rennes 2 Haute-Bretagne

Plus en détail

MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES)

MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES) MASTER ARTS DU SPECTACLE, COMMUNICATION ET MÉDIAS (ETUDES THÉÂTRALES) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine : Arts, Lettres, Langues Présentation Structure de la formation : * 4

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

ASSURANCES. Votre partenaire formation continue. MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé

ASSURANCES. Votre partenaire formation continue. MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé ASSURANCES MODULES Salaires et Assurances dans la pratique : débutant, avancé, confirmé CERTIFICAT Généraliste en assurances sociales Votre partenaire formation continue www.virgile.ch tél. 021 921 19

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université Libre de Bruxelles (ULB) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank

Plus en détail

I. Le texte de loi. Objectif de la loi du 10 juillet 2014 : Le champ d application :

I. Le texte de loi. Objectif de la loi du 10 juillet 2014 : Le champ d application : CR de la conférence du 20 mai 2015 après-midi à l EPSS concernant la loi n 2014-788 du 10 juillet 2014 tendant au développement, à l'encadrement des stages et à l'amélioration du statut des stagiaires

Plus en détail

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 L'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) soutient le développement de formations délocalisées de niveau

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

RÈGLEMENT DES STAGES SCIENCES PO BORDEAUX Conseil d Administration du 28.06.2013

RÈGLEMENT DES STAGES SCIENCES PO BORDEAUX Conseil d Administration du 28.06.2013 RÈGLEMENT DES STAGES SCIENCES PO BORDEAUX Conseil d Administration du 28.06.2013 Textes de référence : Régime général Loi n 2006 396 du 31 mars 2006 relatif à l égalité des chances (article 9 modifié par

Plus en détail

La formation continue dans les hautes écoles spécialisées

La formation continue dans les hautes écoles spécialisées Best Practice KFH La formation continue dans les hautes écoles spécialisées à usage interne des HES La KFH en a pris connaissance le 27 janvier 2006. Best Practice KFH: La formation continue dans les hautes

Plus en détail