RAPPORT DE FIN DE CYCLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE FIN DE CYCLE"

Transcription

1 1 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENTS SUPERIEUR MALI ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Foi REPUBLIQUE DU Un Peuple - Un But - Une Direction Nationale de l'enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique INSTITUT POLYTECHNIQUE RURAL DE FORMATION ET DE RECHERCHE APPLIQUEE (IPR/IFRA) DE KATIBOUGOU RAPPORT DE FIN DE CYCLE THEME : SUIVI DES OPERATIONS D EMBOUCHE DES RUMINANTS A MOPTI, KORO ET SOFARA Préparé et présenté pour l obtention du diplôme de Technicien Supérieur en Production de Viande de l IPR/IFRA de Katibougou Par Sana KASSOGUE DIRECTEUR DE STAGE Boubacar DEMBELE Professeur Assistant Encadreur Date de Soutenance Oumar Ibrahima SOW Septembre 2009 Vétérinaire et Ingénieur d Elevage

2 2 I. INTRODUCTION... 1 II. PRESENTATION DE LA REGION DE MOPTI Elevage Agriculture (DRA) Pêche Exploitation forestière : Artisanat : Tourisme: Réseau de Transport et de Communication Autres activités III. Généralités IV. Présentation de la Structure d accueil pour le stage V. Activités menées au cours du stage A. Déroulement des opérations à MOPTI B. Déroulement des opérations à SOFARA C. Déroulement des opérations à KORO VI. Contraintes : VII. Conclusion VIII. Bibliographie Tableau 1 : Animaux engraissés Tableau 2 : LIEU D ACHAT DES ANIMAU... 15

3 3 Tableau 3 : LIEU DE VENTE DES ANIMAU Tableau 4 : Prix des animaux Tableau 5: Aliments utilisés Tableau 6 : Aliments utilisés Tableau 7 : Aliments utilisés... 21

4 4 REMERCIEMENTS J adresse mes vifs et sincères remerciements à : - la Direction Générale de l IPR/IFRA de Katibougou et à tout le corps professoral pour la qualité de l enseignement reçu - Au de Département d Enseignement et de Recherche en Elevage de l IPR/IFRA de Katibougou - Mon directeur de Stage, M. Boubacar DEMBELE Professeur à l IPR/IFRA Katibougou - Mes encadreurs : Oumar Ibrahima SOW, Moussa COULIBALY, Magadougou CAMARA - Tout le personnel de la Direction Régionale des Productions et des Industries Animales de Mopti ; - Au Directeur Régional des Services Vétérinaires de Mopti et son personnel - Aux Autorités communales et aux emboucheurs des villages/ville de Mopti, Sofara et Koro - A la promotion 2009 de la filière PV - A Docteur Bara OUOLOGUEM, Directeur de Recherche IER et famille ; - Aux parents, ma famille, Amis, et à tous ceux qui de près ou de loin m ont soutenu.

5 5 INTRODUCTION Le secteur de l élevage dans son ensemble contribue pour environs 12% du Produit Intérieur Brut (PIB). L'élevage qui est pratiquée par 80% de la population occupe le troisième rang dans l économie de notre pays après l or et le coton (DRPSIAP Mopti 2007). Le Mali regorge de ressources pastorales importantes et variées dont l'exploitation rationnelle peut rendre le pays autonome en protéines animales. Ce secteur fournit non seulement une contribution appréciable au PIB, aux recettes d'exportation, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations, mais aussi à l'augmentation des rendements des cultures céréalières grâce à la fumure organique, ainsi qu'à la diminution des efforts de travail des paysans, notamment grâce à l'utilisation de la traction animale. Les performances des systèmes d exploitation du cheptel restent faibles au Mali, en matière de production de viande, le poids carcasse moyens est aussi bas. Les raisons principales sont : le faible potentiel génétique des animaux, mais surtout le bas niveau de l alimentation qui se présente en dent de scie selon les saisons (manuel de bonnes pratiques pour l alimentation, Centre Agro Entreprise). Les gains enregistrés pendant les périodes favorables sont vite perdues avec la rareté des pâturages et les animaux acquises une chute pondérale variant de 17 à 20%. A cela il faut noter le manque de professionnalisme et de vocation appropriée dans les filières qui constitue l une des contraintes majeures de notre système d élevage. Pour alléger ces problèmes et améliorer la qualité de la viande produite, l activité d embouche est la voie qui est privilégiée. Elle contribue énormément dans la valeur ajoutée totale que connaissent les produits d élevage en croissance. A cet égard, l impact recherché en utilisant les intrants d aliments améliorés et l utilisation rationnelle de ceux-ci sont un facteur essentiel pour se faire une marge bénéficiaire sur le marché national et international (manuel de bonnes pratiques pour l alimentation, Centre Agro Entreprise). La région de Mopti se distingue par ses potentialités en matière d élevage. Ce qui lui confère une place importante dans l économie du Mali. L élevage est l une des principales sources de revenus de la population locale et la principale source d approvisionnement en protéines animales. Dans la région l activité d embouche est devenue une alternative aux problèmes d emplois mais aussi une source de revenue

6 6 des populations qui contribuent à relever le taux d exploitation du cheptel. (DRS P IA Mopti 2007). Dans ces villes (Mopti, Koro et Sofara à Djenné) comme dans d autres de la région de Mopti, l embouche est une activité génératrice de revenu, pratiquée par un grand nombre de la population comme étant une alternative au faible revenu en générale. En instituant le cycle de Technicien Supérieur en Production de Viande, l Institut Polytechnique Rural de formation et de Recherche Appliquée (IPR/IFRA) de Katibougou a ainsi voulu apporter une réponse concrète aux défis actuels du développement de l élevage en général et à la filière bétail viande en particulier. Cette formation dure deux (2) ans dont des cours théoriques et pratiques mais aussi de stages de fin de cycle. Les rapports fournis après un stage de trois (3) mois sont défendus devant une équipe de jury. C est ainsi que mon stage a été effectué à la Direction Régionale des Productions et des Industries Animales (DRPIA) de Mopti. Il a porté sur le suivi des opérations des animaux d embouche à Mopti, Koro et Sofara à Djenné. Ces travaux ont été commandité par la Direction de l IPR/IFRA de Katibougou à travers le Laboratoire d Agrostologie et Nutrition Animale (LANA) dans le cadre de la coopération entre elle et USAID / GL-CRSP funded Mali Livestock and pastoralist Initiative (MLPI) / Texas A&M University et Syracuse University des USA. L activité à laquelle j étais dévolu étais le suivi des opérations des animaux mis en embouche par non seulement des particuliers mais aussi des organisations.

7 7 I. PRESENTATION DE LA REGION DE MOPTI La région de Mopti est située au centre du pays avec une superficie totale de km2, soit 6,34% du territoire national. Elle s'étend du 15 45' latitude nord au de latitude nord et du 5 30' longitude ouest au 6 45' longitude ouest. Elle est limitée: au nord par la région de Tombouctou (les cercles de Rharous et de Niafunké); au sud par le Burkina Faso (sous-préfectures de Djibo, Ouahigouya et Tougan) et la région de Ségou (cercles de Tominian, San et Macina) ; à l'ouest par les cercles de Niono et Macina de la Région de Ségou ; à l'est par le Burkina Faso (sous-préfecture de Djibo) et la région de Tombouctou (cercle de Rharous). La région de Mopti compte 117 collectivités dont 108 communes sur lesquelles on compte 05 communes urbaines (Mopti, Bandiagara, Djenné, Douentza et Tenenkou), 08 Conseils de Cercle, 01 Assemblée Régionale et villages. Les cercles de Mopti et de Bandiagara couvrent chacun 9,2% de la superficie de la région et comptent respectivement 15 et 21 communes. Du point de vue relief, on relève deux types de formations : les formations rocheuses et le manteau sableux. Le mont de Hombori avec m d altitude est le sommet culminant de la Région. Dans la zone de Korientzé, N gouma et Youwarou, on observe des hautes dunes de sable mouvant en bordure des lacs (Korientzé, Béma, Kogoundo, Niangaye) et du fleuve Niger en allant vers la région de Tombouctou. Dans la zone inondée, les sols sont argileux dans la majeure partie du delta central avec des plaines alluviales à sols hydro morphes où poussent le bourgou et autres plantes aquatiques. Il faut signaler que la quasi-totalité de la région appartient au bassin versant du fleuve Niger et dans une moindre proportion au bassin de la Volta Noire. Le principal cours d eau est le fleuve Niger avec 262 Km de parcours dans la région et un débit annuel moyen de 974 m 3 /seconde. Il a comme défluents le Diaka, le Bara -Issa et le Koli-Koli et comme affluents le Bani, le Sourou, et le Yamé. En outre, il existe dans la région une multitude de mares et de lacs.

8 8 Les principales ethnies de la région sont : peulh, dogon, bozo. On y rencontre également les autres ethnies du pays. Les cercles de Koro et de Mopti sont les plus peuplés pendant que Tenenkou et Youwarou présentent les plus petits effectifs. Douentza et Djenné ont quasiment la même population. Si la tendance se poursuit, le seuil de deux millions d habitants sera franchi en 2010, ce qui correspond à un quasi doublement de la population par rapport aux chiffres du Recensement Général de 1976 ( habitants). 1. Elevage La région de Mopti se distingue des autres régions du Mali par ses potentialités très élevées en matière d élevage. Cette situation lui confère une place de choix dans l économie du pays. Les deux principaux modes d élevage sont l élevage sédentaire et l élevage transhumant. L élevage sédentaire, peu représentatif, n intéresse que les petits effectifs dans les zones du Séno et du Plateau. Le système de gestion du mouvement des millions d animaux à travers le delta est extrêmement complexe et repose sur une pratique mise au point au cours du siècle dernier sous le règne de Sékou Amadou. Le pâturage est constitué pour l essentiel de pâturages naturels de type Soudano sahélien en zone exondée et de type aquatique dans le delta central du Niger. La superficie pastorale est estimée à ha. L aviculture moderne n est pas très développée. Elle s intéresse essentiellement à la production des œufs, celle des poules de chair est secondaire. Selon les estimations vétérinaires, la région compte en 2007 (Rapport annuel 2007 DRSV) : bovins ; ovins ; caprins ; équins ; asins ; camelins. 2. Agriculture (DRA) Au plan agricole, les cultures sèches sont pratiquées dans la zone exondée, la riziculture dans la zone inondée, tandis que le plateau Dogon demeure l'aire de

9 9 prédilection des cultures maraîchères. Les potentialités de ressources en terre sont énormes. Les productions des cultures céréalières estimées en 2007 à tonnes. 3. Pêche La pêche est une des principales activités menées par les populations de la région. Elle est surtout l'activité principale des populations Bozo et Somono vivant sur les rives du Niger. La production de poisson jadis très importante connaît une baisse en raison de la dégradation des conditions naturelles. La pêche est aussi pratiquée dans les mares, les lacs, les étangs piscicoles et les bancotières. 4. Exploitation forestière : Excepté l arboriculture fruitière, l exploitation forestière n est pas développée dans la région. Il n existe pas de grandes superficies reboisées d un seul tenant. Le capital ligneux de la région est important et les prélèvements sont estimés à m3/an. Les ressources fauniques sont constituées d éléphants, de gazelles, d hyènes, de phacochères, d oryctéropes, de chacals, de ratels, de civettes, de singes, de lièvres, d écureuils, de lamantins, d hippopotame.et de 350 espèces d oiseaux d eau dont 108 sont des espèces migratoires tels que les sarcelles d été, le canard, le pilet, le chevalier combattant, l oie de Gambie, la barge à queue noire. 5. Artisanat : Les métiers traditionnels sont représentés dans la région par les forgerons, tisserands, cordonniers, vanniers, potiers, teinturiers, tailleurs de pierres. L approvisionnement en matières premières est local. La production est destinée généralement à satisfaire la demande locale. Aussi, le revenu tiré est peu substantiel et la filière offre actuellement peu d emplois. 6. Tourisme: La région de Mopti constitue incontestablement la première destination touristique de notre pays et l une des principales de l Afrique au sud du Sahara en matière de tourisme de circuits. Deux sites, classés au patrimoine de l humanité par l UNESCO (Djenné et le pays Dogon) font partie des 8 merveilles que compte l Afrique. La région abrite également comme valeurs attractives : le Delta intérieur du Niger avec le lac Débo, l architecture traditionnelle, la flore et la faune, l artisanat d art riche et varié, la cité historique de Hombori, la ville de Mopti et la cité historique de Hamdallaye.

10 10 7. Réseau de Transport et de Communication: La région de Mopti est traversée dans le sens nord-sud par la route nationale N 16. Le réseau routier long de 1675 km est surtout important dans la zone exondée. Elle est constituée de routes communales, locales, régionales et nationales. Des pistes et des routes relient les cercles entre eux, les cercles et la ville de Mopti. Il convient de noter que ces pistes et routes ne sont pas praticables en toutes saisons. 8. Autres activités Le secteur industriel de Mopti est insignifiant et les potentialités minières ne sont pas encore connues avec précision. Les activités du secteur informel occupent une place de plus en plus grande dans la vie économique de la région. Sa participation au revenu régional brut n est pas connue avec précision.

11 11 II. GENERALITES : L embouche est une activité qui contribue énormément dans la valeur ajoutée totale que connaissent les produits d élevage en croissance. La place de l embouche est de plus en plus importante dans l économie locale ainsi femmes et hommes s adonnent à l activité dès que les travaux des champs prennent fin. Cette activité est en constant accroissement ces dernières années dans la région et constitue une alternative pour pallier aux difficultés quotidiennes. L embouche des petits ruminants dont les pratiquants sont généralement des femmes, se fait pour les fêtes religieuses et sociales (Mémoire de Moussa Coulibaly 2008). Les associations compte tenu de la facilité d acquisition de crédits auprès des institutions financières sont aussi très actives dans la pratique de l embouche. Les différents systèmes d embouche pratiqués par les acteurs sont : L embouche en stabulation libre ou fixe: Cette technique est surtout pratiquée par les opérateurs à petit effectif, ainsi l alimentation est individuelle et l animal n effectue déplace point pour éviter tout contact avec les autres animaux au risque des coups de cornes entre eux. Dans le cas de la stabulation libre les animaux s alimentent en groupe et sont libre de déplacement dans la cours de l habitat c est surtout cette forme d embouche qui est pratiquée le plus souvent. L embouche paysanne : Elle est pratiquée surtout par les agro pasteurs qui utilisent les réserves de sous produits provenant de leurs exploitations agricoles. Dans cette forme d embouche les opérateurs se caractérisent par le nombre réduit de l effectif, la durée de la période d embouche allant jusqu à cinq (5) mois voir plus; mais aussi la mise en valeur des bœufs de labours déjà exploité pendant trois (3), quatre (4) voir cinq (5) saisons de campagnes agricoles avant d être reformer avec une alimentation très appropriée pour la boucherie. Embouche herbagère : elle est fréquente dans la zone centrale et la zone exondée (Sofara et Koro). Les animaux sont conduits aux pâturages le jour, le soir au retour les animaux bénéficient de compléments à l auge. Dans cette activité il s agissait en quelque sorte de faire l état des lieux dans la pratique de l alimentation des animaux d embouche. A Mopti les producteurs ont le grossier disponible et a coût abordable pendant la période de récoltes. Ils font des stocks importants, ce qui leur permet d opérer deux à

12 12 trois fois par saison. Ils ont la maîtrise de l activité d embouche dont ils pratiquent depuis plusieurs années. L achat des animaux pour la plus part se fait dans les grands marchés à bétail de Fatoma et Mopti ou les opérateurs bénéficient des meilleurs prix selon les périodes. Sofara est le village le plus important du cercle de Djenné en matière d embouche. Cela est favorisé par non seulement le mouvement des animaux en direction des bourgoutières ainsi que sa position de zone tampon entre la zone inondée et la zone exondée ; mais surtout le grand marché à bétail dont dispose le village ; la disponibilité et le coût abordable des animaux surtout pendant la rentrée et la sortie dans les bourgoutières sont des facteurs favorisant l essor de l activité de l embouche. (DRPIA Mopti 2007) Les vastes plaines de Gondo et Séno attirent plusieurs milieux de tête par an surtout pendant la crue dans la zone inondée, ils y séjournent pendant tout l hivernage. Le cercle de Koro abrite un très grand marché à bétail à Douna, il constitue la porte d entrée des vastes plaines dont les animaux de la zone inondée envahissent dès l amorce de la crue. Les opérateurs pratiquent l embouche herbagère en ces moments d hivernage, ainsi ils profitent pour acheter des animaux maigres afin de procéder à la mise en embouche herbagère au début de l hivernage. L embouche est aujourd hui pratiquée par une frange très importante de la population, Koro se place de plus en plus comme l un des plus importants pourvoyeurs d animaux d exportation dans la région de Mopti.

13 13 III. PRESENTATION DE LA STRUCTURE D ACCUEIL POUR LE STAGE : La Direction Régionale des Productions et des Industries Animales (DRPIA) de Mopti est une des structures de développement de l élevage issu de la déconcentration de la Direction Nationale. La Direction Nationale des Productions et des Industries Animales est un service publique créée par la Loi N du 11 février 2005, elle a pour mission d élaborer les éléments de politique nationale dans les domaines de productions animales et de la valorisation des produits et sous produits animaux et d assurer la coordination et le contrôle de sa mise en œuvre. La DRPIA a une représentation dans tous les cercles (Service Local des Productions et des Industries Animales (SLPIA) ) et une sous représentation dans les communes ou des groupes de communes (Unité d Appui des Productions et des Industries Animales (UAPIA)), (Rapport annuel 2007 DRPIA). La Direction des Productions et des Industries Animales de Mopti est organisée comme suit : - Un Directeur régional, - Un secrétariat, - Un Chef du Personnel et de la Comptabilité Matière, Trois Divisions avec chacune deux chargés de programme, Une Division Aménagement pastoral : Hydraulique Pastorale Ressource Pastorale Une Division Productions et des Industries Animales : Industries animales Productions animales Une Division Suivi Evaluation : Statistique et Informatique Formation.

14 14 IV. ACTIVITES MENEES AU COURS DU STAGE : Nos activités ont porté sur : Etablissement des fiches de renseignement (voir annexe); Suivie de certains opérateurs pratiquants l embouche des ruminants dans la région de Mopti (Mopti-Sévaré, Koro et Sofara). Notre choix s est porté sur ces zones à cause de l importance de l embouche de ces différentes communes et du temps (3 mois) de stage. La méthodologie utilisée est celle qui consiste à administrer un questionnaire servant de guide d entretien adressé aux opérateurs d embouche identifiés aux préalables (enquête menée par les étudiants de 2 e PV en décembre 2008). La méthode a permis d obtenir des informations de base sur la situation générale de la pratique de l opération d embouche et surtout de l alimentation auprès de chacun des opérateurs. Le questionnaire a été le principal outil de l étude et a permis de collecter les données de base. L observation directe a permis de faire le constat de la réalité des pratiques d embouche et de corriger les insuffisances de certaines réponses issues des questionnaires. Pendant le suivi, les fiches de renseignement sont remplies. Les troupeaux suivis étaient constitués d espèces bovines, ovines et caprines. Tableau 1 : Animaux engraissés Espèces engraissées Mopti Sofara Koro Total Bovine Ovine Caprine L enquête était appuyée par un suivi des activités des emboucheurs individuels, des organisations, des marchés d approvisionnement et de vente dans les cercles de Mopti, Djenné et Koro. Le suivi a porté sur dix neuf emboucheurs particuliers (Mopti, 3 ; Djenné,7; Koro, 9), trois organisations (Mopti, 2 et Koro, 1) et trois marchés à bétail (Fatoma, Sofara, Douna).

15 15 Tableau 2 : LIEU D ACHAT DES ANIMAU Marché a bétail Mopti Sofara Koro Mopti Fatoma Konna Gossi Sofara Kouakourou Mourah Somadougou Koro Douna Sana Tableau 3 : LIEU DE VENTE DES ANIMAU Marché a bétail Mopti Sofara Koro Mopti Fatoma Bamako Sofara Koro Douna Domoni Lagos Abidjan Cotonou

16 16 Tableau 4 : Prix des animaux Localités Espèce Prix moyens achat F CFA Prix moyens vente F CFA Mopti Bovine Bovine Sofara Ovine Caprine Koro Bovine Ovine Dans les premiers jours de leur arriver, les animaux ont été systématiquement déparasités avec des vermifuges. Un traitement contre la trypanosomiase est effectué avec l administration de trypanocides comme le bérényl ou le trypamidium et une administration de vitamines (Stress vitam, olivitasol). Pour les traitements de routine, les opérateurs engagent un vétérinaire non seulement pour les conseils mais aussi pour les éventuels cas de cliniques au cours de la période d embouche. L habitat est constitué de zériba chez certains et pour d autres c est un mur de clôture en banco doté d un hangar central. Ils ont de magasins de stock d aliments concentrés et les pailles sont entassées sur le hangar. Les enclos sont dotés d abreuvoirs et de mangeoires collectifs ou individuels. Les petits ruminants sont lavés au moins une fois toutes les deux semaines ; les locaux sont souvent débarrassés des boues surtout en cette période d hivernage. Bien que le nettoyage ne soit pas régulier, ils le font pour bénéficier de fertilisant des champs avec les fumiers des animaux d embouche. A. Déroulement des opérations à MOPTI Les emboucheurs sont des peulh, bambara, dogon, etc. Ils sont de la classe d âge comprise entre 40 et 50 ans, leur niveau d enseignement est le plus souvent bas, compris entre le premier cycle de l enseignement fondamental aux analphabètes. La durée moyenne de l embouche est de 65 jours (45 90). Ces opérateurs pratiquent l embouche de façon régulière et continue pendant toute l année. Le système utilisé est l embouche en stabulation libre ou fixe. Cette dernière technique est surtout pratiquée par les opérateurs à petit effectif, ainsi l alimentation est individuelle. Dans le cas de la stabulation libre les animaux s alimentent en groupe et sont libre de déplacement dans

17 Bovin 17 la cours de l habitat c est surtout cette forme d embouche qui est pratiquée le plus souvent. Les animaux sont achetés sur les marchés de Fatoma, Mopti, Konna, Somadougou et Gossi. Le troupeau est généralement constitué de bœufs de labour et de vaches de reformes et parfois de jeunes animaux qui sont mis stabulation. Les animaux engraissés sont vendus sur le marché de Fatoma, qui est le plus fréquenté par les opérateurs où est vendu la majorité des bêtes engraissées, mais également sur les marchés de Bamako et à l extérieur (Abidjan, Lagos). Les organisations préfèrent vendre aux bouchers et aux marchands locaux pour éviter les frais de convoyage, et les intermédiaires dans les marchés. Les aliments grossiers disponibles sont la paille de riz, la paille de brousse, le bourgou, le son de riz. Le concentré utilisé est l aliment bétail HUICOMA. La poudre de néré est également utilisée comme concentré et est généralement mélangée au son de riz (1 : 3,5). Les grossiers et les concentrés sont distribués 2 fois par jour (matin et soir). L eau et la pierre à lécher sont en permanence au près des animaux. Tableau 5: Aliments utilisés Aliments utilisés MOPTI Aliments Durée moyenne Quantité moyenne Prix Moyen Montant jours distribuée /kg/ tête unitaire/ F CFA moyen F CFA Bourgou Aliments bétail Sons de riz 65 3, Paille de brousse Poudre de néré NB : généralement on utilise soit le Bourgou ou la paille de brousse. B. Déroulement des opérations à SOFARA Les emboucheurs de Sofara sont en majorité de l ethnie peulh mais aussi des bambaras, dogon etc. Ils sont de la classe d âge de trente à cinquante ans et le niveau d enseignement est assez élevé très souvent un Ingénieur de l élevage, Technicien de l élevage, un Comptable technicien mais aussi des niveaux de premier cycle fondamental et même l école coranique. La durée moyenne de la période d embouche est de 60 jours (45 70). Les plus rompu font quarante cinq jours ce qui les permet de faire plus d une opération par an. La période est plutôt celle favorable pour la vente d animaux embouchés, seuls quelques

18 Ovin Bovin 18 uns en payes pour l embouche d hivernage pratiqué un peu plus loin dans la zone exondée. Le système utilisé est l embouche en stabulation libre et herbagère. Des vaches et des bœufs de reforme sont achetés sur les marchés de Sofara, Somadougou, Kouakourou et Mourha sont mis en embouche de stabulation et obtiennent des aliments à l auge. Le prix à l achat revient le plus bas de la zone à Sofara comparativement aux autres marchés du cercle de Djenné. Les animaux engraissés au bout de quelques semaines dont l état d embonpoint est bien apprécié sont vendus soit sur le marché de Sofara ou à Bamako. Le marché à bétail de Sofara est bien organisé avec un comité de gestion assez dynamique. Les principaux aliments grossiers disponibles sont la paille de riz, la paille de brousse, la paille de bourgou, les sons de riz. Les compléments sont l aliment bétail HUICOMA et aliment bétail Sogobalo ; les sels minéraux sont en permanence. L activité était dans sa phase terminale pour cette saison en ce début d hivernage mais quelques uns envoies les animaux dans les pâturages de la zone haute (exondée) pour y séjournes. Ainsi les animaux restent avec les bergers qui les offrent les concentrés sous forme de complément le soir au retour du pâturage. Tableau 6 : Aliments utilisés Aliments utilisés Durée moyenne jours SOFARA Aliments Quantité moyenne Prix moyen Montant distribuée /kg/ tête /kg/ F CFA moyen F CFA Bourgou Aliments bétail HUICOMA Aliment bétail SOGOBALO Sons de riz Paille de brousse Paille de riz Poudre de néré Tige de mil Sons de mais Bourgou Sons de mil Aliments bétail HUICOMA 0, Feuilles de Balanzan Cap rin NB : généralement on utilise soit le bourgou ou la paille ou même les tiges de mil, et l un ou l autre aliment bétail et les sons

19 19

20 20 C. Déroulement des opérations à KORO Les emboucheurs sont tous de l ethnie dogon. Ils sont de la classe d âge comprise entre trente et cinquante ans et sont la plupart analphabètes ; quelques uns ont atteint le premier cycle de l enseignement fondamental et d autres ont fait l enseignement coranique. La durée moyenne de la période d embouche est 240 jours pour les ovins mais peu atteindre une année, celle des bovins est 120 jours. Le système utilisé est l embouche en stabulation libre et herbagère. Les animaux ont été payés en début d hivernage sur les marchés à bétail de Koro et Douna. Ils constitués de bœufs de labour, des jeunes animaux et des béliers. Les neuf (9) particuliers ont embouchés un effectif de 54 bovins et 113 ovins. Le nombre d animaux embouchés par individu varie de 3 à 10 têtes de bovins et de 5 à 25 têtes d ovins. L organisation a engraissée un effectif de cinq (5) bovins et douze (12) ovins. Les animaux engraissés sont vendus sur les marchés à bétail locaux de Douna et Koro, également transportés vers les marchés de Bamako et Cotonou. Compte tenu du retard accusé dans l installation de l hivernage cette année, les animaux continuaient à être nourrit avec les faibles stocks de grossiers (pailles de brousse, tiges de mil et autres) jusqu en fin juin. Présentement les animaux sont nourrit au pâturage, ils obtiennent des concentrés (les céréales et l aliment bétail) à l auge le soir. Les petits ruminants bénéficiaient d autres aliments tels que les fanes d arachide, de niébé. Le stockage des aliments concentrés se fait dans les magasins familiaux. Les pailles sont stockées sur les hangars et les toits des maisons. Les aliments sont offerts sans autres considérations de besoins réels occasionnant ainsi un gaspillage

21 Ovin Bovin 21 Tableau 7 : Aliments utilisés Aliments utilisés KORO Aliments Durée moyenne Quantité moyenne Prix Moyen Montant moyen jours distribuée /kg/ tête /kg F CFA F CFA Aliments bétail HUICOMA Céréale de mil 2, Paille de brousse Tige de mil Sons de mil Sons de mil Paille de brousse Fanes d arachides Fanes de niébé Aliments bétail HUICOMA 0, NB : les tiges de mil et les pailles de brousse ne sont pas utilisées en même temps.

22 22 V. CONTRAINTES : Le développement de l embouche est confronté à de nombreuses contraintes parmi lesquelles: Le manque d eau et les difficultés d exhaure Le manque de financement individuel Le manque d information sur les marchés intérieurs et extérieurs Les coûts élevés des concentrés Les coûts élevés des transports Les problèmes zoo sanitaires Le manque de formations sur les techniques d embouche et les méthodes de commercialisation Le manque de concertation entre les différents opérateurs Les taxes illicites et tracasseries administratives

23 23 VI. CONCLUSION : Les techniques d'embouche observées tiennent compte des réalités du milieu et aussi du fourrage disponible. Pour l'instant les faibles moyens de stockages des fourrages ne permettent annuellement qu'un seul cycle d'embouche à Sofara, et de deux à trois à Koro et Mopti. A l achat les opérateurs exploitent judicieusement les variations de prix des bovins sur les marchés locaux. Le choix des animaux par les éleveurs est essentiellement basé sur l'obtention d'un faible prix d'achat des animaux. Grâce aux réserves de Bourgou et de paille accumulées, les animaux sont maintenus et même améliorer en quelques semaines. La charge de l opération est souvent mal maîtrisée par les opérateurs. C est ainsi que plusieurs dépenses ou efforts physiques ne sont pas pris en compte dans les calculs de rentabilité et d efficacité de l exploitation d embouche. Lorsqu'elle serait bien maîtrisée, l'embouche pourrait garantir un profit très élevé pour les opérateurs, surtout que la production de fumier pour les agro éleveurs n'a pas été prise en considération. Les excellents résultats financiers réalisés sont dus en grande partie à l'abondance des ressources fourragères et à l'achat de sujets à des prix très avantageux. Il faut noter surtout l apport physique personnel, familial et l engagement des opérateurs. Les producteurs gagneraient mieux si ce sont les operateurs économiques étrangers qui viennent acheter dans nos marchés. Mais à condition que les marchés soient mieux organisés et débarrassés des spéculations créées par les intermédiaires. Cela favoriserait des conditions d achat et de vente nettement meilleurs. Pour certains l activité d embouche constitue plutôt un bon moyen de thésaurisation que de recherche de marge bénéficiaire, car ils disposent les résidus de récoltes à valoriser. Le suivi de l alimentation dans les cercles de Mopti, Djenné, et Koro nécessite d être approfondit par une étude complémentaire afin de cerner tous les autres aspects qui ne ressortent pas dans le présent document.

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD

Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD Plan 1. Offre et demande potentielle dans la zone ECOWAS 2. Offre potentielle au Mali 3. Marché au nord du Mali (Gao Algérie) 4. Estimation

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, SOCIAL ET CULTUREL (PDESC) 2011-2015

PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, SOCIAL ET CULTUREL (PDESC) 2011-2015 REGION DE MOPTI --------------- CONSEIL REGIONAL REPUBLIQUE DU MALI --------------- Un Peuple Un But Une Foi PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, SOCIAL ET CULTUREL (PDESC) 2011-2015 Novembre 2012 Programme

Plus en détail

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy.

* Extraits d'un entretien effectué dans le Karyassa 'supres de membres d'un clan Tamashek, les Kel Taddak. Document présenté par Etienne Le Roy. (< Le chez soi pour nous, c'est l'eau 11 Cet entretien a été réalisé chez les Tamashek par J.-M. Yung le 30 novembre 1988, et traduit U au pied de la dune n. Il nous a impressionné. Le choix des extraits

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

Jean GALLAIS (1967), Le delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 2 tomes, 621 pages. SOMMAIRE Pages AVANT-PROPOS...

Jean GALLAIS (1967), Le delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 2 tomes, 621 pages. SOMMAIRE Pages AVANT-PROPOS... Jean GALLAIS (1967), Le delta intérieur du Niger, étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 2 tomes, 621 pages. SOMMAIRE Pages AVANT-PROPOS...1 INTRODUCTION PAYSAGE ET RÉGION GÉOGRAPHIQUE DANS LE DELTA

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve Assistance Alimentaire

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

d Assurance Agricole du

d Assurance Agricole du Compagnie Nationale d Assurance Agricole du Sénégalé www.cnaas.sn cnaas@cnaas.sn NOTRE STATUT Fruit d un Partenariat Public Privé, la CNAAS est une société anonyme avec Conseil d Administration dadministration

Plus en détail

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel

Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel Micro doses d engrais et système de crédit warranté pour les petits exploitants agricoles du Sahel INFORMATIONS GÉNÉRALES Sources d information Rapport final sur les Micro doses d engrais pour la prospérité

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE DU «PROJET D ELEVAGE DE PORCS, TAUREAUX ET POULES PONDEUSES» PAR LA BRANCHE DE LA CROIX ROUGE DE KAYANZA

ETUDE DE FAISABILITE DU «PROJET D ELEVAGE DE PORCS, TAUREAUX ET POULES PONDEUSES» PAR LA BRANCHE DE LA CROIX ROUGE DE KAYANZA ETUDE DE FAISABILITE DU «PROJET D ELEVAGE DE PORCS, TAUREAUX ET POULES PONDEUSES» PAR LA BRANCHE DE LA CROIX ROUGE DE KAYANZA Rapport Final Commandité par la CroixRouge du Burundi Lundi, 04 Juin 2012 Consultant

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse

En 2014, les cours des matières premières ont reculé, entraînant une baisse Agreste Synthèses Moyens de production Mars 215 n 215/261 Mars 215 Moyens de production Synthèses n 215/261 En 214, la baisse des prix à la production des produits animaux n est que partiellement compensée

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges

Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Réalisé conjointement avec le PROMISAM MSU - USAID Bulletin d analyse prospective du marché agricole et des échanges Septembre 2012 Importations nettes de céréales au Mali malgré les excédents annoncés

Plus en détail

Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali

Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali Programme de recherche du CGIAR sur le Changement Climatique, l Agriculture et la Sécurité Alimentaire (CCAFS) Résumé des résultats des enquêtes de base niveau ménage : site de Cinzana, Mali Décembre 2011

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE LOBOUGOULA

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE LOBOUGOULA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur. Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE

Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur. Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE Projet agropastoral : Recherche d'un éleveur Secteur de Castelnau de Guers APPEL A CANDIDATURE Dépôt des dossiers de candidature : au plus tard le 30 juin 2015 1 Sommaire 1. PREAMBULE... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

CONCLUSION PARTIELLE... 126

CONCLUSION PARTIELLE... 126 CARE International au Mali Unité de Conception Suivi et Evaluation ANALYSE DE LA VULNERABILITE ET DES SYSTEMES DE VIE DES MENAGES EN MILIEU RURAL DE LA REGION DE SEGOU CAS DES CERCLES DE SEGOU ET NIONO

Plus en détail

Plan d action. Resilience Now Burundi mai 2014 1

Plan d action. Resilience Now Burundi mai 2014 1 Plan d action A l issue de l atelier de restitution des solutions visitées par les (cf. le rapport illustré), ces derniers ont priorisé les actions qu ils souhaitent mettre en place. Cette priorisation

Plus en détail

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés

Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés Annexe 2: Région des Savanes Caractéristiques et bas fonds identifiés La mise en valeur des bas fonds en saison des pluies est intense et est l œuvre des femmes qui y pratiquent essentiellement la culture

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

BOURSE DE L EMPLOIL ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

BOURSE DE L EMPLOIL ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi BOURSE DE L EMPLOIL ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE BAMAKO LE 10 JUILLET 2008 CENTRE INTERNATIONAL

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Dynamiques paysannes 36

Dynamiques paysannes 36 paysannes 36 Les défis des éleveurs : le cas du Bénin en Afrique de l Ouest Le contexte général de l élevage en Afrique de l Ouest I Le cas du Bénin un état des lieux I Et l avenir dans ces conditions?

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

PROJET DE DISPENSAIRE à HEREMAKONO (MALI) avec APROSAR (Association pour la Promotion de la Santé en milieu Rural)

PROJET DE DISPENSAIRE à HEREMAKONO (MALI) avec APROSAR (Association pour la Promotion de la Santé en milieu Rural) Réf.RB31aMALI2004 PROJET DE DISPENSAIRE à HEREMAKONO (MALI) avec APROSAR (Association pour la Promotion de la Santé en milieu Rural) CADRE GENERAL HEREMAKONO Le Mali est au plein coeur de l'afrique de

Plus en détail

Guide de formation et d animation en techniques d embouche bovine

Guide de formation et d animation en techniques d embouche bovine Guide de formation et d animation en techniques d embouche bovine Ce guide a été préparé par Zoofor Consult du Burkina Faso sous la supervision du Dr Seydou Sidibé, Coordonnateur de la Chaîne de valeurs

Plus en détail

RESUME. Mme SIDIBE Aminata S. SIDIBE Agro-économiste ; Hamady DJOUARA Agro-économiste ; Dr Zana Jean Luc SANOGO Agronome.

RESUME. Mme SIDIBE Aminata S. SIDIBE Agro-économiste ; Hamady DJOUARA Agro-économiste ; Dr Zana Jean Luc SANOGO Agronome. Impact de la riziculture de bas-fonds sur la réduction de la pauvreté des femmes rurales de la région de Sikasso : cas des villages de Sola (Cercle de Bougouni) et de Ouatialy (Cercle de Kadiolo) Mme SIDIBE

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Jeremy Foltz, PhD University of Wisconsin-Madison jdfoltz@wisc.edu. Pour. Le Groupe AEG de l USAID-Mali. Cette Version le 16 juin 2010

Jeremy Foltz, PhD University of Wisconsin-Madison jdfoltz@wisc.edu. Pour. Le Groupe AEG de l USAID-Mali. Cette Version le 16 juin 2010 Opportunités et Stratégies d Investissement pour Améliorer la Sécurité Alimentaire et Réduire la Pauvreté au Mali à travers la Diffusion de Technologies Agricoles Améliorées Jeremy Foltz, PhD University

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

Republique du Burkina Faso Rapport de pré diagnostic des filières Bétail Viande et sésame. Consultante : Félicité TRAORE

Republique du Burkina Faso Rapport de pré diagnostic des filières Bétail Viande et sésame. Consultante : Félicité TRAORE Republique du Burkina Faso Rapport de pré diagnostic des filières Bétail Viande et sésame Consultante : Félicité TRAORE Mai 2012 1 Tables des matières SIGLES ET ABREVIATIONS 4 INTRODUCTION 6 I- Généralités

Plus en détail

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB)

L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS DU BENIN (ANAB) NOTE DE SYNTHESE N 7 Diversification Filière Mécanisation Politique agricole Organisation Euloge Agoli-Agbo 1, Pierril Lacroix 2, François Geay 3 et Lionel Guézodjé 4 L ASSOCIATION NATIONALE DES AVICULTEURS

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjonctures 2012-2013 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références»

Plus en détail

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL.

MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. MAQUETTE GENERALE MASTER DIDL. PROGRAMME DE FORMATION AU MASTER EN «DECENTRALISATION ET INGENIERIE DU DEVELOPPEMENT LOCAL» DE BAMAKO 2009-2010 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Plus en détail

Les bourses aux céréales : la commercialisation des céréales locales en réponse à l insécurité de l approvisionnement alimentaire

Les bourses aux céréales : la commercialisation des céréales locales en réponse à l insécurité de l approvisionnement alimentaire Les bourses aux céréales : la commercialisation des céréales locales en réponse à l insécurité de l approvisionnement alimentaire Mohamed Haïdara, coordinateur Afrique Verte Mali, afriqueverte@afribone.net.ml

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin APPENDICE A DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin I. Introduction Le présent Appendice décrit les activités qui doivent être réalisées, ainsi que les résultats qui doivent être obtenus,

Plus en détail

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR

POURQUOI VISIOLYS? SOMMAIRE VOUS PROPOSE : Un monde qui bouge COMPRENDRE. Analyses et adaptations SE REPÉRER SE PROJETER ET CHOISIR POURQUOI VISIOLYS? EXPERTISE STRATÉGIE ÉCONOMIE Visiolys est né de la volonté commune des deux entreprises de conseil en élevage Clasel et Eilyps de se projeter dans un monde en pleine mutation, de permettre

Plus en détail

BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE

BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE BUSINESS PLAN POUR UN PROJET DE PROMOTION ET DE COMMERCIALISATION DE SPIRULINE : MICROCREDIT SOUS FORME DE PACKS DE SPIRULINE I. PRESENTATION DU PROJET I.1 Concept L activité de promotion et de commercialisation

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad

Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Santé Maternelle et Infantile (SMI) à Abéché, Tchad Notre projet en 2009 Prendre soin des orphelins, des nouveaux-nés, des femmes ayant des problèmes d allaitement, des prématurés et des enfants malnutris

Plus en détail

Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur

Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur République Tunisienne Ministère du Développement Régional et de la Planification Stratégie du Développement du Gouvernorat de Tozeur Ce document a été élaboré avec la participation de Mr. Masmoudi Faiçal

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

Zoom microfinance. Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales. Sommaire.

Zoom microfinance. Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales. Sommaire. Numéro 23 Octobre 2007 Les crédits d équipement de Kafo Jiginew (Mali) : investir au sein des exploitations familiales Sommaire Le contexte Les crédits d équipement Les bénéficiaires Ce a été réalisé sur

Plus en détail

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Etude au Bénin, Burkina, Mali et Niger Avril 2011 Présentation à Nyeleni, Mali, novembre

Plus en détail

la Stratégie nationale d extension de la couverture maladie du Mali Comment le Rwanda a informé Health Economics and Policy Association (AfHEA)

la Stratégie nationale d extension de la couverture maladie du Mali Comment le Rwanda a informé Health Economics and Policy Association (AfHEA) 2 nd Conference of the African Health Economics and Policy Association (AfHEA) 2 eme Conférence de l Association Africaine d Economie et de Politique de la Santé (AfHEA) Comment le Rwanda a informé la

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés

L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés L UDOPER: une OP construite sur la base des marchés à bétail autogérés A- Présentation de l UDOPER et de ses relations avec les marchés à bétail a. Les marchés à bétail et la naissance de l UDOPER Sur

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté par Seidi Mohamed Abdourahmane

BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté par Seidi Mohamed Abdourahmane Association : Conscientisation et Réflexion pour la Promotion de L Elevage. (ACRPE) Arrêté n 0033/MI/SP/D/DGAPJ/DLP BP : 24 Tahoua Tel : 96 59 05 77 E-mail : ass.acrpea@yahoo.fr BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté

Plus en détail

Produits locaux et réglementation sanitaire

Produits locaux et réglementation sanitaire cuisiniers Produits locaux et réglementation sanitaire Les questions que se posent les cuisiniers sans agrément CE p romoting Economic Development through Local Food Developpement Economique par l Alimentation

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

SENEGAL GENETIQUE LAITIERE

SENEGAL GENETIQUE LAITIERE SENEGAL GENETIQUE LAITIERE Enquête de référence auprès des ménages- Chef de ménage 1. INFORMATIONS GENERALES Date (JJ/MM/AAAA) Nom du l'enquêteur Nom du chef de ménage Est-ce que le chef de ménage (et

Plus en détail

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013

PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon. Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 PAC 2014/2020 : Application des orientations annoncées le 2 octobre à Cournon Relevé de décisions suite au CSO du 17 décembre 2013 Le Président de la République a annoncé le 2 octobre à Cournon le cadre

Plus en détail

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande

Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Pourquoi il est possible de manger en toute sécurité en Suisse Gestion des facteurs de risque dans la filière viande Manifestation médiatique Proviande: Posieux, 29 janvier 2014 Page 1 Aide-mémoire La

Plus en détail

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1 PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1. LE RENFORCEMENT DE LA COMPLEMENTARITE DES ACTIVITES AGRICOLES ET D'ELEVAGE, UN LEVIER VITAL POUR

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE DE TARKINT

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE DE TARKINT REGION DE GAO Cercle de Bourem rurale de Tarkint REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE DE TARKINT 2005-2009 Elaboré avec l appui technique et financier de l USAID-Mali

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau :

Résumé. Déterminer la cause d un problème sur l IC Il y a un certain nombre de facteurs qui peuvent influencer négativement l IC d un troupeau : Optimisation de l indice de consommation du poulet de chair ROSS Cet article a été écrit spécifiquement pour les producteurs d Amérique Latine. Cependant, les recommandations données peuvent être utiles

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION

REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL AVICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, du Ministère de l Agriculture et de l Outre-mer, le projet «Réseaux de Références» a été

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie

CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT. Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie CENTRE DE RECHERCHE EN SCIENCES ANIMALES DE DESCHAMBAULT Plan HACCP bœuf qualité plus pour les bovins de boucherie Voici le Programme de salubrité des aliments à la ferme pour le bœuf- Bœuf Qualité Plus-

Plus en détail

Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008

Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008 AFRITAC de l Ouest (AFW) Abidjan Côte d Ivoire SÉMINAIRE Elaboration des documents méthodologiques des comptes nationaux selon le SCN 1993 et préparation du passage au SCN 2008 Institut national de la

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT

LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT 1 REUNIONS STATUTAIRES DE L'ACI POUR L'AFRIQUE --------------------- Cotonou, du 21 au 25 Août 2000 -=-=-=-=-=-=- LES MUTUELLES DE SANTE AU MALI CREATION, ORGANISATION, FONCTIONNEMENT Dr Oumar OUATTARA

Plus en détail

Des territoires laitiers contrastés

Des territoires laitiers contrastés Agreste Primeur 308 Numéro 308 - décembre 203 Les exploitations laitières bovines en France métropolitaine Télécharger les données au format tableur Des territoires laitiers contrastés 77 000 exploitations

Plus en détail

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011

Références technico-économiques Palmipèdes gras. Année 2011 Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2011 FILIERE LONGUE : ELEVAGE 1-Les points clés de «l'atelier type» élevage d'aujourd'hui DESCRIPTIF 36 000 Volume animal /an 6 000 6 Nb de bandes

Plus en détail

Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015

Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015 Accès aux services et structuration des éleveurs laitiers du département de Dagana Asstel Dagana Réflexions phase 2 Comité pilotage du 24 avril 2015 Un projet soutenu par : Avec la participation de : Quelques

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail