Introduction 3. Glossaire 3. Guide sur la prise de décisions 5 Communication 5 Mise en œuvre 6. Annexe A : Soutenir la profession infirmière 8

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction 3. Glossaire 3. Guide sur la prise de décisions 5 Communication 5 Mise en œuvre 6. Annexe A : Soutenir la profession infirmière 8"

Transcription

1 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Orienter les décisions concernant les soins en fin de vie (2009) Table des matières Introduction 3 Glossaire 3 Guide sur la prise de décisions 5 Communication 5 Mise en œuvre 6 Annexe A : Soutenir la profession infirmière 8 Annexe B : Lois qui se rapportent à la profession infirmière et aux soins en fin de vie 8 Références bibliographiques 9 Lectures recommandées 10

2 L OIIO A POUR MISSION de protéger le droit de la population à des services infirmiers de qualité en guidant l autoréglementation de la profession infirmière. LE PRINCIPE DIRECTEUR DE L OIIO est d assurer l excellence des soins infirmiers à l échelle de la province. Orienter les décisions concernant les soins en fin de vie (2009) N ISBN Copyright Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario, 2009 Il est interdit de reproduire ce document, en tout ou en partie, à des fins commerciales ou lucratives sans l autorisation écrite de l OIIO. On peut toutefois le reproduire, intégralement ou partiellement, à des fins personnelles ou éducatives sans autorisation expresse, aux conditions suivantes : faire tout effort raisonnable pour en assurer la reproduction fidèle, préciser que l OIIO en est l auteur, et préciser que le document reproduit n est pas une version officielle, et qu il n a pas été fait en collaboration avec l Ordre ou avec son appui. Première édition : octobre 1994, sous le titre Énoncé de politique sur la RCR Révisée : septembre 1999 Réimprimée : janvier 2000, octobre 2000, juin 2004 Mise à jour : juin 2009 Révisée : décembre 2009 à titre de directive professionnelle, Orienter les décisions concernant les soins en fin de vie (2009). On peut se procurer d autres exemplaires du présent fascicule auprès du Centre des services à la clientèle au ou au (sans frais en Ontario) Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario 101, chemin Davenport Toronto (Ontario) M5R 3P1 This document is available in English under the title: Guiding Decisions About End-of-Life Care, 2009, Pub. No *Le mot «infirmière» est employé sans préjudice et désigne aussi bien les hommes que les femmes.

3 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE 3 Les directives professionnelles aident les infirmières à comprendre leurs responsabilités et leurs obligations légales pour qu elles puissent prendre des décisions efficaces et conformes aux normes de sécurité et de déontologie dans l exercice de leurs fonctions. Ces documents fournissent un aperçu des responsabilités professionnelles et des lois pertinentes. En tant que membres d une profession autoréglementée, les infirmières sont tenues d exercer leurs fonctions en respectant les normes et directives professionnelles de l Ordre et les lois pertinentes. - Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario Introduction La prestation des soins en fin de vie1 s inspire des valeurs morales sur lesquelles est fondée la profession infirmière, soit le respect des choix, du bien-être et de la vie du client2, le respect des engagements, le respect de la vie privée et de la confidentialité, l honnêteté et l équité. La directive professionnelle, Orienter les décisions concernant les soins en fin de vie (2009) vise à aider les infirmières3 à comprendre leurs rôles et responsabilités dans le cadre de la prestation des soins en fin de vie. Le présent document évoque des concepts clés qui aideront les infirmières à encadrer les clients lorsqu ils ont des choix à effectuer et doivent exprimer leur volonté quant aux formes de traitement qu ils souhaitent recevoir, comme la réanimation et les soins en fin de vie. Les infirmières doivent être conscientes du fait que l euthanasie et le suicide assisté sont des pratiques illégales; l infirmière ne doit jouer aucun rôle dans ces activités4. Ces directives aideront les infirmières à appliquer les principes suivants : encadrer les clients à la fin de leur vie ou dans la prise de décisions concernant les soins en fin de vie, et ceci dans tous les milieux de travail (pédiatrie, recherche et collectivité p. ex.); favoriser une discussion éclairée sur les objectifs de traitement et les choix de traitement qui s offrent au client en facilitant la communication avec lui et avec les membres de l équipe interprofessionnelle; contribuer au bien-être du client et agir dans son intérêt en facilitant la mise en œuvre de ses volontés relativement au traitement et aux soins en fin de vie; et connaître et comprendre les lois qui régissent actuellement le traitement et les soins en fin de vie. La présente directive professionnelle remplace la norme d exercice La réanimation cardiorespiratoire, édition révisée de Il incombe aux infirmières d utiliser cette directive conjointement avec les autres documents de l Ordre, dont Le consentement, Déontologie infirmière et La relation thérapeutique, édition 2006, ainsi que les politiques et protocoles de leur milieu de travail. Glossaire Capable. Se dit d une personne qui est apte à comprendre l information pertinente à la prise d une décision à l égard d un traitement, ainsi que les conséquences prévisibles de sa décision ou de l absence de décision. (Capable) Consentement éclairé. Se dit d un consentement à un traitement exprimé par un client seulement après que le client ait reçu une information pertinente sur le traitement proposé (y compris la nature du traitement, les avantages prévus, les risques et effets secondaires importants, les autres solutions possibles et les conséquences probables d un refus du traitement), au même titre que l information dont une personne raisonnable dans les mêmes circonstances aurait besoin pour pouvoir prendre une décision relativement au traitement. La personne qui prend la décision doit également obtenir des réponses à ses questions sur le traitement. Le consentement au traitement peut être explicite ou implicite. 1 Les mots en caractères gras sont définis dans le glossaire. 2 Dans le présent document, un client peut être une personne, une famille, un groupe ou une collectivité. 3 Dans le présent document, le mot «infirmière» désigne l infirmière auxiliaire autorisée (IAA), l infirmière autorisée (IA) et l infirmière praticienne (IP). 4 Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, Déontologie infirmière, au publications.

4 4 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le consentement : doit porter sur le traitement proposé; doit être éclairé; doit être volontaire; et ne doit pas être fondé sur des déclarations inexactes ou frauduleuses5. Il est interdit d administrer un traitement sans le consentement éclairé du client, sauf en cas d urgence, comme le stipule la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé. (Informed consent) Décès attendu. Dans le cadre de ce document portant sur l exercice de la profession, le terme décès attendu se rapporte aux cas où, selon l avis de l équipe soignante, le client souffre d une maladie irréversible et incurable, c est-à-dire qu aucun traitement n existe pour le guérir ou que le client a refusé le traitement offert6. (Expected death) Directive préalable. Moyen utilisé pour consigner et communiquer à un mandataire spécial les préférences d un client relativement au traitement, dans l éventualité où le client n aurait plus la capacité d exprimer ses volontés7,8. Un client peut fournir des directives préalables à l égard du don d un organe et de la réanimation, par exemple. Il incombe à l infirmière de se familiariser avec la loi et les politiques de son établissement concernant l utilisation de directives préalables. (Advance directive) Équipe interprofessionnelle. Groupe de prestataires de soins de santé de différentes spécialisations qui collaborent pour offrir des soins de qualité au sein d un milieu de travail ou dans divers milieux de travail. (Interprofessional team) Mandataire spécial. La personne autorisée à consentir à un traitement ou à refuser un traitement au nom d un client incapable de le faire. Il peut s agir d un membre de la famille ou d une personne spécialement nommée, telle une personne à laquelle a été conférée une procuration relative aux soins de la personne9. (Substitute decision-maker) Plan de traitement. Plan qui : est élaboré par le client ou un mandataire spécial et un ou plusieurs prestataires de soins; aborde un ou plusieurs problèmes de santé du client. Il peut également aborder un ou plusieurs problèmes de santé qui sont susceptibles de se manifester à l avenir en raison de l état de santé actuel du client; prévoit l administration au client de divers traitements ou d une série de traitements; et peut prévoir, en fonction de l état de santé actuel du client, le refus d administrer un traitement ou le retrait d un traitement10. (Plan of treatment) Procuration relative aux soins de la personne. Document juridique qui confère à une personne le droit de d agir au nom du client relativement aux décisions personnelles de ce dernier, en ce qui concerne, par exemple, le logement ou les soins de santé. La procuration doit être volontaire; il est interdit de contraindre une personne à la donner. (Power of attorney for personal care) Réanimation. Traitement effractif et immédiat administré à un client qui a subi un arrêt cardiaque ou respiratoire soudain et inattendu. Ce traitement peut comprendre les soins cardiorespiratoires de base, la respiration artificielle (p. ex. : le boucheà-bouche, l emploi d un ballon de ventilation) et la compression thoracique. Il peut également comprendre des soins cardiorespiratoires intensifs, comme l intubation et la défibrillation. (Resuscitation) Soins en fin de vie. Dans le cadre de ce document portant sur l exercice de la profession, l expression soins en fin de vie se rapporte aux soins qui sont prodigués à un client à la fin de sa vie11. L objectif 5 Voir la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé à 6 La définition peut varier selon l établissement ou le contexte professionnel. Aucun texte de loi ne définit le décès attendu. 7 (Association des infirmières et infirmiers du Canada, 2008) 8 (Dunbrack, 2006) 9 Voir la Loi de 1992 sur la prise de décision au nom d autrui à 10 Voir la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé à 11 La définition peut varier selon l établissement ou le contexte professionnel. Aucun texte de loi ne définit la fin de vie.

5 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE 5 des soins en fin de vie est d améliorer la qualité de ce qui a trait à la vie et au décès tout en minimisant les souffrances inutiles. Ce type de soins se rapporte aux volets physique, spirituel, social, psychologique, culturel et émotionnel des soins aux clients. Bien que les soins palliatifs puissent faire partie des soins en fin de vie12, les soins en fin de vie comprennent également certains éléments qui sortent de la définition des soins palliatifs, comme la planification des soins13,14. (End-of-life care) Soins palliatifs. Soins qui visent à soulager les souffrances du client et à améliorer sa qualité de vie et son décès. Leur but est d aider le client et la famille sur les plans physique, psychologique, social, spirituel et pratique, ainsi que d aborder leurs attentes, leurs besoins, leurs espoirs et leurs craintes à cet égard. Les soins palliatifs préparent le client et d autres personnes à gérer les tâches de fin de vie et le processus de la mort en fonction du principe d autodétermination. Les soins palliatifs sont destinés à tous les clients qui souffrent d une maladie virtuellement mortelle ou qui courent le risque d en contracter une, et à leurs proches. Les soins sont fournis aux personnes qui ont des attentes ou des besoins non satisfaits et qui sont prêtes à accepter les soins, quel que soit leur âge et le diagnostic posé ou leur pronostic15. (Palliative care) Traitement. Dans le cadre du présent document, traitement porte sur les choix qui peuvent s offrir à un client à la fin de la vie ou près de la fin de la vie. Aux termes de la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé, traitement est ce qui est fait dans un but thérapeutique, préventif, palliatif, diagnostique ou esthétique ou dans un autre but relié au domaine de la santé, y compris une série de traitements ou un plan de traitement. La réanimation constitue un traitement aux termes de cette Loi. (Treatment) Urgence (traitement sans consentement). Aux termes de la Loi sur le consentement aux soins de santé, il y a urgence si la personne pour laquelle le traitement est proposé semble éprouver de grandes souffrances ou risque, si le traitement ne lui est pas administré promptement, de subir un préjudice physique grave. Il est permis d administrer un traitement sans le consentement du client en cas d urgence. (Emergency treatment without consent) Volontés. Ce qu une personne capable exprime relativement à un traitement, à son admission dans un établissement de soins ou à un service d assistance personnel. Les volontés peuvent être exprimées dans le cadre d une procuration ou sous toute autre forme écrite, par voie orale, ou de toute autre manière. Les volontés les plus récentes exprimées par un client pendant qu il est capable prévalent sur toute autre volonté que le client aurait exprimée antérieurement16. (Wishes) Guide sur la prise de décisions L infirmière qui aide le client à faire des choix et à exprimer ses volontés quant aux soins en fin de vie s inspire de deux principes de base : la communication et la mise en œuvre. Une communication claire et soutenue entre l infirmière, le client et l équipe interprofessionnelle facilite la mise en œuvre des volontés du client relativement au traitement et aux soins en fin de vie. Communication L infirmière communique avec les clients et les membres de l équipe interprofessionnelle pour orienter une discussion éclairée qui aborde les objectifs des soins et du traitement. Pour communiquer les objectifs des soins et du traitement, l infirmière doit : a) utiliser son jugement professionnel pour décider de la participation de l équipe interprofessionnelle aux discussions concernant les volontés du client à l égard des soins en fin de vie; b) évaluer la suffisance et la pertinence des connaissances du client pour décider si elles lui permettent de prendre une décision éclairée17 au sujet du traitement et des soins en fin de vie, y compris la réanimation; 12 (Santé Canada, 2007) Il n y a pas de consensus dans les textes sur la définition des soins en fin de vie. 13 (Santé Canada, 2002) 14 (Association des infirmières et infirmiers du Canada, 2008) 15 (Association canadienne de soins palliatifs, 2002) 16 Voir la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé à 17 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, Le consentement, au

6 6 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE c) offrir au client l occasion de discuter de ses volontés à l égard des soins en fin de vie, de les préciser et de les confirmer; d) découvrir les volontés du client à l égard de ses préférences en matière de traitement ou de soins en fin de vie aussi tôt que possible, tout en tenant compte de l état de santé du client et de la solidité de la relation thérapeutique; e) décider des techniques de communication appropriées et les utiliser durant ses discussions avec le client sur le traitement et les questions liées aux soins en fin de vie; f) favoriser les discussions entre le client et sa famille au sujet du traitement ou des soins en fin de vie et y participer18,19; g) consulter les autres membres de l équipe soignante au besoin pour découvrir les problèmes relatifs au traitement ou aux soins en fin de vie et les résoudre (Elle peut, par exemple, présenter le cas d un client durant une réunion d équipe ou durant les tournées, ou bien faire participer un éthicien à l équipe soignante, le cas échéant); h) connaître les volontés du client à l égard des soins en fin de vie ou les découvrir en consultant : le client, y compris par des moyens non verbaux, la directive préalable du client (un testament biologique ou une procuration relative au soin de la personne, par exemple), le mandataire spécial, si le client est incapable, ou les instructions écrites par un autre membre de l équipe soignante; i) communiquer les volontés du client à tous les membres de l équipe interprofessionnelle; j) consigner au dossier20 les communications avec le client et l équipe interprofessionnelle concernant les décisions relatives au traitement et aux soins en fin de vie, conformément aux protocoles et aux politiques de l établissement ainsi qu au document de l Ordre La tenue de dossiers; k) favoriser la communication continue avec le client au sujet de ses volontés à l égard des soins en fin de vie et le respect de ces volontés par les moyens suivants : vérifier le plan de traitement du client, y compris ses volontés à l égard de la réanimation au besoin, ou en fonction des politiques de l établissement (dans un établissement de soins prolongés par exemple, cette vérification pourrait faire partie de l examen régulier de l état de santé du client), consigner au dossier l information pertinente, et communiquer aux autres membres de l équipe interprofessionnelle tout changement aux volontés du client et s assurer que ces volontés sont prises en compte dans le plan de traitement; et l) revendiquer l élaboration ou la modification des politiques et procédures de l établissement pour appuyer les choix du client pendant le traitement et les soins en fin de vie en fonction des documents de l Ordre. Mise en œuvre L infirmière intervient au nom du client et participe à la mise en œuvre de ses volontés à l égard du traitement et des soins en fin de vie. L infirmière met en œuvre les volontés du client à l égard du traitement et des soins de vie par les moyens suivants : a) s assurer que le plan de traitement a été élaboré en collaboration avec le client et l équipe interprofessionnelle et que le client y a donné son consentement éclairé avant sa mise en œuvre; b) intervenir au nom du client pour aider à clarifier le plan de traitement si : l état de santé du client a changé et il pourrait s avérer nécessaire de modifier une décision antérieure, l infirmière craint que le client n ait pas été suffisamment informé de tous les éléments du plan de traitement, notamment l inclusion ou l exclusion d un traitement21, 18 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, La prévention et la gestion des conflits, au 19 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, La relation thérapeutique, édition 2006, au 20 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, La tenue de dossiers, édition révisée de 2008, au 21 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, Le consentement, au

7 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE 7 l infirmière n est pas d accord avec le plan de traitement du médecin22, ou la famille du client s oppose aux volontés du client23; c) administrer le traitement si : la volonté du client à l égard du traitement est connue grâce à un plan de traitement et un consentement éclairé, on ignore les volontés du client, mais un mandataire spécial a donné son consentement éclairé au traitement, ou lors d une urgence, l on ne connaît pas les volontés du client et son mandataire n est pas disponible dans l immédiat; d) ne pas administrer le traitement, sauf en cas d urgence, si : le client n a pas donné son consentement éclairé, ou le plan de traitement ne prévoit pas l administration du traitement, le client est incapable et sa volonté n est pas connue, et son mandataire spécial a indiqué qu il ne voulait pas que le client reçoive le traitement, ou tout indique que le client est décédé : absence de signes vitaux, rigidité cadavérique ou décomposition des tissus; e) ne pas administrer le traitement si le médecin traitant a avisé le client que la réanimation ne lui serait pas bénéfique et ne fait pas partie du plan de traitement que le client a approuvé. Dans de telles circonstances, l infirmière n est pas tenue d effectuer la réanimation, et ce, même si le client ou le mandataire spécial le lui demandent; f) consigner dans un plan de traitement écrit toute l information pertinente à la mise en œuvre des volontés du client relativement au traitement et aux soins en fin de vie; g) satisfaire la volonté d un client qui ne souhaite pas être réanimé, même si le médecin n a pas émis l ordre de ne pas réanimer (NPR); h) si le décès d un client est attendu ou inattendu : savoir quelle personne doit être avisée du décès, préciser la personne (catégorie de prestataire de soins) qui serait la mieux indiquée pour aviser la famille du décès, se renseigner sur les croyances et les valeurs culturelles et religieuses du client et de sa famille à l égard de la mort et du traitement de la dépouille24, découvrir si la famille désire voir la dépouille, et consigner ces renseignements en respectant les politiques et protocoles en vigueur; i) posséder les connaissances, les compétences et le jugement nécessaires pour constater le décès; j) décider, le cas échéant, de la catégorie de prestataire de soins qui devra constater le décès; k) reconnaître que toutes les infirmières ont le droit de constater le décès si celui-ci est attendu et que la réanimation ne fait pas partie du plan de traitement du client. Bien que l IA et l IAA n aient le droit en aucune circonstance de certifier un décès, l infirmière praticienne (IP) est autorisée à certifier un décès attendu, sauf dans certaines circonstances25; et l) revendiquer l élaboration ou la modification de politiques et procédures du milieu de travail concernant la mise en œuvre des volontés des clients relativement au traitement et aux soins en fin de vie, conformément aux documents de l Ordre. 22 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, Contester le plan de soins, au publications. 23 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, La prévention et la gestion des conflits, au 24 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, La prestation des soins adaptés à la culture, au 25 Pour obtenir d autres renseignements sur les infirmières praticiennes et les certificats de décès médicaux, consultez la page Web énumérant les ressources pour les infirmières praticiennes au

8 8 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Annexe A : Soutenir la profession infirmière Toutes les infirmières, y compris les employeurs, les chercheuses et les enseignantes, doivent posséder les connaissances, les compétences, le jugement et la mentalité26 propres aux membres d une profession de la santé réglementée. Les infirmières doivent aussi comprendre l importance de leur rôle dans l amélioration de leur milieu de travail et faire valoir des soins infirmiers de qualité. Les infirmières, les employeurs et les organismes partagent la responsabilité de créer un cadre sécuritaire de prestation de soins de qualité optimale. Parmi les stratégies auxquelles les infirmières, quel que soit leur rôle, ainsi que les employeurs, les enseignantes et organismes apparentés peuvent faire appel pour favoriser des traitements et des soins en fin de vie qui sont efficaces et sécuritaires, citons : favoriser la participation du personnel infirmier à l élaboration, la mise en œuvre et l évaluation de politiques et de procédures (aider l infirmière à intervenir au nom des clients, par exemple); favoriser l accès à de l information fondée sur l expérience clinique; s assurer que les séances d orientation fournissent au personnel des renseignements sur des questions se rapportant aux soins en fin de vie qui sont pertinentes au milieu de travail; aider les autres infirmières à respecter les attentes professionnelles de l Ordre et les protocoles de leur organisme; aider l infirmière à acquérir des compétences pertinentes; organiser des activités continues d assurance de la qualité; reconnaître lorsqu un bilan est nécessaire et le faciliter au besoin; repérer et reconnaître l excellence de la prestation de soins aux clients; et revendiquer la mise en œuvre de pratiques fondées sur l expérience clinique. Annexe B : Lois qui se rapportent à la profession infirmière et aux soins en fin de vie L infirmière est tenue d exercer sa profession conformément aux normes d exercice de l Ordre et aux lois pertinentes. Pour favoriser une prise de décisions qui répondent aux normes de sécurité et de déontologie pendant la prestation de soins en fin de vie, l infirmière doit connaître et comprendre les lois actuelles qui gouvernent le traitement et les soins en fin de vie, notamment la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé et la Loi de 1992 sur la prise de décisions au nom d autrui. Les caractéristiques principales de ces lois sont les suivantes : a) Aux termes de la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé, la réanimation est réputée être un traitement. Il n y a aucune obligation légale d obtenir par téléphone, par écrit ou oralement, l ordonnance de non-réanimation d un médecin27. b) La Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé et la Loi de 1992 sur la prise de décisions au nom d autrui habilitent une personne capable d exprimer une directive préalable. La directive préalable permet à une personne d indiquer les types de traitement qu elle accepte ou refuse dans l éventualité où elle deviendrait incapable. Si cette personne devient incapable, son mandataire spécial devra interpréter ces directives. c) En vertu de la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé, les volontés du client relatives au traitement peuvent être exprimées sous les formes suivantes : une procuration relative au soin de la personne, toute forme écrite, une forme verbale, ou de toute autre manière (le langage gestuel p. ex.); En outre, les volontés d un client relativement au traitement : peuvent être modifiées à tout moment (l infirmière doit s en tenir aux volontés les plus récentes et s assurer que le client a 26 Pour obtenir d autres renseignements, consultez la directive professionnelle de l Ordre, Les normes professionnelles (édition révisée 2002), au 27 Bien que l existence d une ordonnance de non-réanimation ne soit pas une obligation légale, les établissements peuvent avoir des politiques et protocoles qui guident les infirmières dans ces situations.

9 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE 9 donné son consentement éclairé au traitement choisi), et doivent être interprétées par le mandataire spécial du client si le client s avère incapable et que les volontés ne constituent pas un consentement ou son refus28. Références bibliographiques Association canadienne de soins palliatifs. Modèle de guide des soins palliatifs : Fondé sur les principes et les normes de pratique nationaux (en ligne), 2002 (consulté le 6 août 2009). Sur Internet : guide_des_soins_palliatifs.html. Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position. Prestation de soins infirmiers de fin de vie (en ligne), 2008 (consulté le 10 juillet 2009). Sur Internet : CNA/documents/pdf/publications/PS96_End_ of_life_f.pdf. Dunbrack, J. Planification préalable des soins : le projet sur le glossaire (en ligne), 2006 (consulté le 10 juillet 2009). Sur Internet : hc-sc.gc.ca/hcs-sss/alt_formats/hpb-dgps/pdf/ pubs/2006-proj-glos/2006-proj-gloss-fra.pdf. Santé Canada. Atelier de planification d action nationale sur les soins en fin de vie (en ligne), 2002 (consulté le 27 mai 2009). Sur Internet : Santé Canada. Stratégie canadienne sur les soins palliatifs et les soins de fin de vie : Rapport final (en ligne), 2007 (consulté le 27 mai 2009). Sur Internet : support-soutien/strateg-fra.php. 28 Voir la Loi de 1996 sur le consentement aux soins de santé au

10 10 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Lectures recommandées British Medical Association, Resuscitation Council (UK) et Royal College of Nursing. Decisions relating to cardiopulmonary resuscitation (en ligne), octobre 2007 (consulté le 8 janvier 2009). Sur Internet : Fallis, W.M., S. McClement et A. Pereira. «Family presence during resuscitation: A survey of Canadian critical care nurses practices and perceptions», Dynamics, vol. 19, n 3 (2008), p Frank, C., D.K. Heyland, B. Chen, D. Farquhar, K. Myers et K. Iwaasa. «Determining resuscitation preferences of elderly inpatients: A review of the literature», Canadian Medical Association Journal, vol. 169, n 8 (2003), p Secrétariat des soins palliatifs et de fin de vie de Santé Canada. Atelier de planification d action nationale sur les soins en fin de vie (en ligne), 2002 (consulté le 27 mai 2009). Sur Internet : Wahl, J. Advance care planning: The legal issues (en ligne). Présenté à la conférence d octobre 2006 du Canadian Centre for Elder Law Studies, 2006 (consulté le 27 mai 2009). Sur Internet : AdvanceCarePlanning_Legal.pdf. Walker, W.M. «Dying, sudden cardiac death and resuscitation technology», International Emergency Nursing, vol. 16, n 2 (2008), p Jones, J. «Do not resuscitate: Reflections on an ethical dilemma», Nursing Standard, vol. 21, n 46 (2007), p Murphy, P. et D. Price. «How to avoid DNR miscommunications», Nursing Management, vol. 38, n 3 (2007), 17, 20. O Connor, A.M. et M.J. Jacobson. Decisional conflict: Supporting people experiencing uncertainty about options affecting their health (en ligne), mai 2007 (consulté le 11 août 2008). Sur Internet : https://decisionaid.ohri.ca/ ODST/pdfs/DC_Reading.pdf. Ontario. Ministère de la Santé et des Soins de longue durée. LiensSanté :Dons d organes et de tissus humains (en ligne), 2009 (consulté le 30 juin 2009). Sur Internet : on.ca/french/hlinksf/donationf.html Ontario. Bureau du registraire général. Handbook on medical certification of death. Thunder Bay (Ontario), mai (Disponible au Bureau du registraire général, 189, chemin Red River, 3e étage, Thunder Bay (Ontario) P7B 6L8). Payne, J.K. et D.K. Thornlow. «Clinical perspectives on portable do-not-resuscitate orders», Journal of Gerontological Nursing, vol. 34, n 10 (2008), p

11 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE 11 Notes :

12 101, chemin Davenport Toronto (Ontario) M5R 3P1 Téléphone : Sans frais en Ontario : Télécopieur : Courriel : DEC

La collaboration avec les prestataires de soins non réglementés

La collaboration avec les prestataires de soins non réglementés DIRECTIVE PROFESSIONNELLE La collaboration avec les prestataires de soins non réglementés Mise à jour : 2013 Table des matières Introduction 3 Responsabilités générales des infirmières qui collaborent

Plus en détail

Exercer la profession infirmière indépendamment

Exercer la profession infirmière indépendamment Exercer la profession infirmière indépendamment Révisée 2014 Table des matières Introduction 3 La tenue de dossiers 3 Les honoraires et les services 4 Utiliser, recommander, fournir ou vendre des produits

Plus en détail

AQAssurance de la qualité

AQAssurance de la qualité AQAssurance de la qualité Guide d Évaluation de l exercice Assurance de la qualité : Guide de l Évaluation de l exercice Pub. No. 54046 Copyright Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario, 2014.

Plus en détail

Normes professionnelles, édition révisée 2002

Normes professionnelles, édition révisée 2002 NORME D EXERCICE Normes professionnelles, édition révisée 2002 Table des matières Introduction 3 Normes 4 Application des connaissances 4 Connaissances 5 Déontologie 6 Leadership 7 Maintien de la compétence

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

Élaborer des objectifs d apprentissage SMART

Élaborer des objectifs d apprentissage SMART Élaborer des objectifs d apprentissage SMART Introduction Ce guide vous aidera à élaborer et à rédiger des objectifs d apprentissage «SMART». Un objectif d apprentissage énonce ce que vous souhaitez apprendre

Plus en détail

Principes directeurs 3. Champ d application juridique 4. Responsabilité professionnelle de l infirmière 4

Principes directeurs 3. Champ d application juridique 4. Responsabilité professionnelle de l infirmière 4 DIRECTIVE PROFESSIONNELLE L exercice de l IA et de l IAA : l infirmière, le client et l environnement Table des matières Introduction 3 Principes directeurs 3 Champ d application juridique 4 Responsabilité

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

NORME D EXERCICE. Infirmière praticienne. Table des matières. Révisée 2011

NORME D EXERCICE. Infirmière praticienne. Table des matières. Révisée 2011 NORME D EXERCICE Infirmière praticienne Révisée 2011 Table des matières Introduction 3 Principes généraux de l exercice de l infirmière praticienne 3 Champ d application 4 Énoncé sur le champ d application

Plus en détail

MA DIRECTIVE ANTICIPEE

MA DIRECTIVE ANTICIPEE MA DIRECTIVE ANTICIPEE Préambule Dans votre directive anticipée ( Patientenverfügung ), vous pouvez consigner vos volontés pour votre fin de vie. La loi du 16 mars 2009 relative aux soins palliatifs, à

Plus en détail

Glossaire 4. Énoncés descriptifs 6 1) La prestataire de soins compétente 6 2) L autorisation 7 3) La compétence 8 4) Gérer les résultats 9

Glossaire 4. Énoncés descriptifs 6 1) La prestataire de soins compétente 6 2) L autorisation 7 3) La compétence 8 4) Gérer les résultats 9 NORME D EXERCICE La prise de décisions sur les interventions, édition révisée 2014 Table des matières Introduction 3 Glossaire 4 Énoncés descriptifs 6 1) La prestataire de soins compétente 6 2) L autorisation

Plus en détail

La déontologie infirmière

La déontologie infirmière NORME D EXERCICE La déontologie infirmière Table des matières Introduction 3 Quel est le but du cadre déontologique? 3 Historique 3 Définitions 3 Valeurs déontologiques 4 Types de dilemmes déontologiques

Plus en détail

Compétences. essentielles à l exercice. de l infirmière autorisée. débutante

Compétences. essentielles à l exercice. de l infirmière autorisée. débutante Compétences essentielles à l exercice de l infirmière autorisée débutante Révision: janvier 2014 Table des matières Introduction 3 But du document 3 Contexte du document 3 Principes directeurs 4 Compétence

Plus en détail

Normes de pratique des soins infirmiers et infirmières auxiliaires autorisé(e)s au Canada

Normes de pratique des soins infirmiers et infirmières auxiliaires autorisé(e)s au Canada Normes de pratique des soins infirmiers et infirmières auxiliaires autorisé(e)s au Canada Avant-propos Le Conseil canadien de réglementation des soins infirmiers auxiliaires (CCRSIA) est une fédération

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK NORMES SUR L EMPLOI DE LA TECHNOLOGIE DANS LA PRATIQUE DU TRAVAIL SOCIAL 2010 Adopté le 5 juin 2010 Table des matières Remerciements p. 3 Préface

Plus en détail

20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3

20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3 www.metrolinx.com 20 Bay Street, Suite 600 Toronto, ON M5J 2W3 20 rue Bay, bureau 600 Toronto, ON M5J 2W3 Politique de protection de la vie privée Metrolinx apprécie et respecte votre vie privée. Metrolinx

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Janvier Module 2009 10 : Gérer les conflits Modifié en décembre 2010 Révisé en décembre 2012 Révisé en décembre 2012 1 Objectif

Plus en détail

Exigences du Programme d assurance de la qualité et Lignes directrices de la compétence continue

Exigences du Programme d assurance de la qualité et Lignes directrices de la compétence continue Exigences du Programme d assurance de la qualité et Lignes directrices de la compétence continue Introduction Le Programme d assurance de la qualité a été conçu pour aider les hygiénistes dentaires à examiner

Plus en détail

Certificat d assurance Aperçu

Certificat d assurance Aperçu Certificat d assurance Aperçu Détails du certificat Police d assurance collective Version du certificat Terminologie Voici les détails du présent certificat d assurance. Élément Assuré Date de naissance

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des Principes régissant la protection consommateurs des dans le commerce électronique Le cadre canadien Groupe de travail sur la consommation et le commerce électronique Principes régissant la protection

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Lignes directrices du OBJECTIF Inciter les infirmières et infirmiers des régions rurales et éloignées à pratiquer dans des collectivités admissibles de

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

ATELIER SUR LES PROCURATIONS

ATELIER SUR LES PROCURATIONS ATELIER SUR LES PROCURATIONS REMERCIEMENTS À NOS PARTENAIRES Clinique juridique de l est d Ottawa du CSCV, 290, rue Dupuis, Ottawa, Ontario Justice Canada Le conseil sur le vieillissement d Ottawa FAFO,

Plus en détail

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE Direction générale adjointe Planification, qualité et mission universitaire Coordination de l enseignement et de la recherche 1250, rue Sanguinet, Montréal, QC H2X 3E7 Tél. : (514) 527-9565 / Téléc. :

Plus en détail

LES DONS ET LES TRANSPLANTATIONS D ORGANES ET DE TISSUS (MISE À JOUR 2014)

LES DONS ET LES TRANSPLANTATIONS D ORGANES ET DE TISSUS (MISE À JOUR 2014) POLITIQUE DE L AMC LES DONS ET LES TRANSPLANTATIONS D ORGANES ET DE TISSUS (MISE À JOUR 2014) 1. Introduction Grâce aux progrès des techniques chirurgicales, des agents immunosuppresseurs et des soins

Plus en détail

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015

PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 PLAN D INTÉGRATION COLLABORATIF DU RÔLE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS PRATICIENS AU CANADA 2011-2015 Novembre 2011 . Pour faciliter la lecture, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent

Plus en détail

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance

Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 260, Communication avec les responsables de la gouvernance Le présent document a été élaboré et approuvé par le

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Devenir infirmier ou infirmière auxiliaire autorisé(e) au Canada Compétences et aptitudes requises

Devenir infirmier ou infirmière auxiliaire autorisé(e) au Canada Compétences et aptitudes requises Devenir infirmier ou infirmière auxiliaire autorisé(e) au Canada Compétences et aptitudes requises Avant-propos Le Conseil canadien de réglementation des soins infirmiers auxiliaires (CCRSIA) est une fédération

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Éducation physique (M-12) Guide de mise en œuvre. L ABCD de l éducation physique

Éducation physique (M-12) Guide de mise en œuvre. L ABCD de l éducation physique Éducation physique (M-12) Guide de mise en œuvre L ABCD de l éducation physique 2001 DONNÉES DE CATALOGAGE AVANT PUBLICATION (ALBERTA LEARNING) Alberta. Alberta Learning. Direction de l éducation française

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 2013 Ipsos. Tous droits réservés. Contient des informations confidentielles et propriétaires d Ipsos

Plus en détail

Plan Protection Plus Certificat d assurance - Assurance vie et invalidité

Plan Protection Plus Certificat d assurance - Assurance vie et invalidité Page 1 de 5 Le présent certificat d assurance (le «certificat») renferme des détails importants sur votre couverture d assurance ; veuillez le garder en lieu sûr. La correspondance ultérieure pourrait

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL. Le 30 octobre 2012

CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL. Le 30 octobre 2012 CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL Le 30 octobre 2012 GROUPE TMX LIMITÉE (auparavant, Corporation d Acquisition Groupe Maple) ET SES FILIALES DÉSIGNÉES CODE DE DÉONTOLOGIE DU CONSEIL APPLICATION Ce code de

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE

L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE Pour faciliter la lecture de ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE

Plus en détail

Guide sur la législation relative au consentement aux soins de santé et à la prise de décisions au nom d autrui destiné aux ergothérapeutes

Guide sur la législation relative au consentement aux soins de santé et à la prise de décisions au nom d autrui destiné aux ergothérapeutes Guide sur la législation relative au consentement aux soins de santé et à la prise de décisions au nom d autrui destiné aux ergothérapeutes Ordre des ergothérapeutes de l Ontario Septembre 1996 VOICI VOTRE

Plus en détail

Régime de soins de santé de la fonction publique

Régime de soins de santé de la fonction publique Régime de soins de santé de la fonction publique Effectuer l adhésion préalable Table des matières Introduction... i Ayez les renseignements suivants à portée de la main... 1 Protection de vos renseignements

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

Politique de sécurité de l information

Politique de sécurité de l information 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de sécurité de l information Émise par la Direction, Gestion des

Plus en détail

Une analyse succincte des relations juridiques liant les professionnels de la santé à l hôpital peut apporter une réponse à ces questions.

Une analyse succincte des relations juridiques liant les professionnels de la santé à l hôpital peut apporter une réponse à ces questions. LONGNEAUX, Jean-Michel, Institution de soins, euthanasie et liberté thérapeutique, in "Rapport des travaux de la Commission d'éthique de la FIHW" 2001-2002, annexe 4, pp.16. 1.- La problématique En milieu

Plus en détail

Droits des personnes malades en fin de vie

Droits des personnes malades en fin de vie R S L S Droits des personnes malades en fin de vie Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Introduction 1 Domaine de la loi 2 Conditions de fond de mise en œuvre de la loi 3 Critères

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Formulaires et demandes d information les obligations

Formulaires et demandes d information les obligations Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Formulaires et demandes d information les obligations Michel Desrosiers AVEZ-VOUS DÉJÀ HÉSITÉ à remplir un formulaire médical que vous tendait un patient,

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL Renseignements et documents exigés Novembre 2008 Ouvrir un compte personnel TABLE DES MATIÈRES I. À PROPOS DE L OCRCVM 1 II. OUVERTURE D UN COMPTE 1 III. DEMANDE D OUVERTURE

Plus en détail

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe

Pamela Blake MSS, TSI, registrateure adjointe Planification de la lutte contre la pandémie : quelles sont mes obligations? Points importants pour les membres de l Ordre des travailleurs sociaux et des techniciens en travail social de l Ontario Pamela

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle

Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique et règles en matière de gestion de la propriété intellectuelle Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration

Plus en détail

La vente liée avec coercition

La vente liée avec coercition La vente liée avec coercition 2 La vente liée avec coercition La vente liée avec coercition 3 La vente liée avec coercition ce qu elle est Table des matières La vente liée avec coercition ce qu elle est

Plus en détail

Temporaire Pure à 100 ans. Pour être en vigueur, la police doit être accompagnée d une Page de renseignements sur la police valide.

Temporaire Pure à 100 ans. Pour être en vigueur, la police doit être accompagnée d une Page de renseignements sur la police valide. Temporaire Pure à 100 ans Pour être en vigueur, la police doit être accompagnée d une Page de renseignements sur la police valide. 1. DÉFINITIONS Par vous et votre, nous entendons la personne qui est titulaire

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Juillet 2009 Version 2.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ

INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ JUIN 2009 INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ Placez dans l onglet no 5 de votre classeur des ressources des membres Le programme d assurance de la qualité de l Ordre des ergothérapeutes

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC :

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC : Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE POUR LE QUÉBEC : L ORDRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

Bureau d assurance voyage inc.

Bureau d assurance voyage inc. Bureau d assurance voyage inc. Assurance voyage médicale 2014-2015 Plusieurs nouvelles prestations y compris une option sans franchise! Proposition en ligne disponible 24/7 Avez-vous pensé souscrire l

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Que faire en cas de vol d identité ou de perte ou de vol de vos cartes de crédit ou de débit?

Que faire en cas de vol d identité ou de perte ou de vol de vos cartes de crédit ou de débit? Que faire en cas de vol d identité ou de perte ou de vol de vos cartes de crédit ou de débit? Le vol d identité est considéré comme le crime de l ère de l information; il s agit de la forme de fraude contre

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE POUR LA PROFESSION INFIRMIÈRE AU QUÉBEC

LA FORMATION CONTINUE POUR LA PROFESSION INFIRMIÈRE AU QUÉBEC LA FORMATION CONTINUE POUR LA PROFESSION INFIRMIÈRE AU QUÉBEC Norme professionnelle Septembre 2011 Édition Coordination Suzanne Durand, inf., M. Sc. inf., D.E.S.S. en bioéthique Directrice, Direction,

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

Couverture applicable à votre prêt hypothécaire

Couverture applicable à votre prêt hypothécaire Couverture applicable à votre prêt hypothécaire Protéger ce qui est important Guide sur le produit et certificat d assurance 592259(0715) Couverture applicable à votre prêt hypothécaire Protéger ce qui

Plus en détail

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT : Le présent certificat d assurance est

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Les principes généraux du droit d accès aux données de santé aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de

Plus en détail

11/29/2011. Un Medical Home (centre de soins) au Canada? Réponse La médecine familiale : le centre de soins du patient. Le centre de soins du patient

11/29/2011. Un Medical Home (centre de soins) au Canada? Réponse La médecine familiale : le centre de soins du patient. Le centre de soins du patient Conférence Accelerating Primary Care Un Medical Home (centre de soins) au Canada? Réponse La médecine familiale : le centre de soins du patient Calvin Gutkin M.D., CCMF, FCMF Directeur général et chef

Plus en détail

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION

AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION AGRÉMENT DES PROGRAMMES DE FORMATION D INFIRMIÈRE PRATICIENNE SPÉCIALISÉE (IPS) DOCUMENT DE PRÉSENTATION NOVEMBRE 2010 PRÉAMBULE L agrément des programmes constitue un exercice important qui permet non

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Déclarations anticipées concernant mes soins de santé et ma fin de vie

Déclarations anticipées concernant mes soins de santé et ma fin de vie Déclarations anticipées concernant mes soins de santé et ma fin de vie Nom et prénom: Adresse: Numéro de registre national: Mes valeurs et convictions personnelles Outre les déclarations anticipées expressément

Plus en détail

Les rapports d inspection

Les rapports d inspection Introduction Les rapports d inspection et la Loi sur l accès à l information municipale et la protection de la vie privée Projet conjoint de la ville de Newmarket et du Bureau du commissaire à l information

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À

FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE PRIMERICA DU CANADA FONDS SIMPLE BON SENS ADDENDA RELATIF À L IMMOBILISATION DES FONDS CRI DE L ONTARIO Votre addenda Vous trouverez ci-joint l addenda relatif à l immobilisation

Plus en détail

Convention de Licence Érudit (Open Source)

Convention de Licence Érudit (Open Source) Convention de Licence Érudit (Open Source) Cette convention est une licence de logiciel libre régissant les modalités et conditions relatives à l utilisation, la reproduction, la modification et la distribution

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des praticiens

Lignes directrices à l intention des praticiens Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : www.cga-pdnet.org/fr-ca Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose?

La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? La vérification des antécédents, ça vous dit quelque chose? Quel droit les employeurs, les organisations bénévoles, les autorités de réglementation et les établissements d enseignement (les «organismes»)

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT EN LIGNE ÉLECTRONIQUE AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES

Plus en détail

Application du BPR pour améliorer les activités d un service des urgences

Application du BPR pour améliorer les activités d un service des urgences SETIT 2005 3 rd International Conference: Sciences of Electronic, Technologies of Information and Telecommunications March 27-31, 2005 TUNISIA Application du BPR pour améliorer les activités d un service

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

Accord d Hébergement Web Mutualisé

Accord d Hébergement Web Mutualisé Les Conditions qui suivent s appliquent aux services d hébergement Web mutualisé et aux services associés de Radiant achetés sur le site Web de Radiant ou sur les sites d autres partenaires. D autres services

Plus en détail