La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants?"

Transcription

1 La commercialisation des produits financiers : quelles sont les attentes des épargnants? Natalie LEMAIRE, Directrice des relations avec les épargnants de l AMF, Coordonnatrice du pôle commun AMF/ACP Jeudi 25 octobre 2012

2 Sommaire 1. La culture financière des Français 2. Les visites mystères de l AMF 3. Le pôle commun : - Les contrôles conjoints - Les questionnaires de prise de connaissance des clients - Les transactions sur le marché des devises (Forex) - Le traitement des réclamations 2

3 Etude CREDOC sur la culture financière des français

4 Etude CREDOC sur la culture financière des français Juin 2004: constitution d un groupe de travail AMF sur l'éducation financière des épargnants + sondage TNS SOFRES (préconisation création IEFP). Juin 2011: nouvelle étude confiée au CREDOC sur la «culture financière de la population française». But: mieux connaître les connaissances, les pratiques et les opinions de la population française en matière de gestion du budget et de placements financiers. Les thèmes abordés : - La gestion de son budget (dépenses et revenus) ; - La détention d actifs financiers (les motifs d épargne et les produits détenus) ; - La gestion de ses finances ; - Le sentiment de compétence en matière financière ; - La perception des risques associés aux placements ; - Les connaissances financières.

5 Synthèse des principaux résultats de l étude CREDOC sur la commercialisation des produits financiers. 1- Les Français sont globalement peu à l aise avec les produits financiers : 80% déclarent «plutôt mal s y connaître» (73% en 2004). Les 3/4 des Français pensent que leur niveau de connaissances financières n'est pas suffisamment élevé pour lire la presse financière (4 sur 5 en 2004). Un Français sur deux ne s estime pas assez armé pour investir dans un produit financier ou pour évaluer la rentabilité et le risque de ses placements (4 sur 10 en 2004). 2- L'intermédiaire financier apparaît comme l interlocuteur principal de la majorité des Français : 69% des Français s appuient sur leur banquier pour choisir un placement financier ; l entourage compte pour 53% des Français. 55% des Français déclarent comprendre les enjeux des décisions financières prises avec leurs conseillers financiers ; 36% déclarent ne pas les comprendre mais font confiance à leurs conseillers. 25% des Français ont le sentiment d avoir été mal conseillés sur les 3 dernières années.

6 Synthèse des principaux résultats de l étude CREDOC sur la commercialisation des produits financiers. 3- Les connaissances financières des Français demeurent imparfaites : 24% des personnes interrogées savent qu une obligation est une part d emprunt (38% en 2004); 45% savent qu un FCP est un placement financier collectif ; 78% déclarent être à l aise en calcul. Mais seulement 1 Français sur 2 sait que 100 placés à 2% par an donnent 102 au bout d un an. 4- Le couple risque/potentiel de rendement est compris par 7 Français sur 10 : 70% des individus sont convaincus qu il est possible de limiter les risques en diversifiant ses placements. 72% des individus estiment qu il n est pas possible de trouver un produit financier qui soit à la fois très rentable et très peu risqué.

7 Les «visites mystères» conduites par l AMF I. Les visites mystères menées par l AMF : objectifs et modalités II. Les visites mystères conduites en 2012 : principaux enseignements 7

8 I. Les visites mystères menées par l AMF : objectifs et modalités 1) La finalité des visites mystères : avoir une vision concrète sur la commercialisation des produits financiers et mieux connaître les bonnes et les mauvaises pratiques ; veiller au bon respect de la réglementation par le conseiller/vendeur ; s assurer de la fourniture d une «recommandation personnalisée» adaptée ; engager un dialogue avec les professionnels concernés ; leur présenter la synthèse globale et les principaux résultats de leur enseigne : 56 restitutions nationales et régionales depuis Il ne s agit en aucun cas d un outil de contrôle.

9 I. Les visites mystères menées par l AMF : objectifs et modalités 2) Le mode opératoire des visites mystères : prestataire externe spécialisé ; scénario et grille de restitution élaborés par l AMF ; respect strict de l anonymat. 3) Une lecture des résultats à analyser avec précaution : le visiteur mystère n est pas un client de l agence visitée mais un prospect ; les visiteurs, professionnels des enquêtes mystères, ne constituent pas une population représentative de la population française ; la taille de l échantillon des établissements visités est réduite, ce qui ne permet pas d en tirer des conclusions précises ; les constats effectués lors de chaque vague de visites mystères doivent être commentés au regard du scénario défini par l AMF. 4) Quelques chiffres clés depuis 2010 : 540 visites mystères ; 110 visites par vague, 11 enseignes bancaires visitées ; Paris et province.

10 I. Les visites mystères menées par l AMF : objectifs et modalités 5) Les objectifs en 2012 Comparer les résultats de 2012 avec ceux de Mesurer les conséquences de la mise en place des nouvelles réglementations prudentielles (Bâle III). Evaluer l impact des messages de l AMF auprès des établissements bancaires.

11 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements Les 2 scénarios 2010 reconduits en 2012 Scénario «Risquophobe» Scénario «Risquophile» Profil ans, venant d'hériter de via une assurance vie. - Marié(e), sans contrat de mariage, 2 enfants de 16 et 10 ans. - M. gagne bruts/mois et Mme bruts/mois (+ 20 % sur Paris). - Propriétaire de sa résidence principale, doit encore rembourser pendant 5/6 ans. Profil ans, venant d'hériter de via une assurance vie ; - Marié(e), sans contrat de mariage, 3 enfants de 8, 10 et 12 ans ; - M. gagne bruts/mois et Mme bruts/mois (+ 20 % sur Paris) ; - Propriétaire de sa résidence principale (prêt remboursé). Produits d épargne détenus - 1 livret A et 1 LDD où il y a au total. - 2 assurances vie de 5000 chacune pour chaque époux. - A eu des actions EDF/GAZ de France mais ne souhaite pas renouveler l expérience. Objectifs d investissement - Préparer les études de l aîné ; - N'aime pas le risque mais est déçu(e) par les faibles taux d'intérêt des livrets. Pourrait donc accepter un peu de risque. Produits d épargne détenus - 2 livrets bancaires où il y a assurance vie en unités de compte pour et 1 assurance vie en euros pour Les contrats ont + de 6 ans. - 1 compte titre ouvert en 2000, investis en actions. N en suit pas l évolution mais sait qu il y a une moins value potentielle de Objectifs d investissement - Pense aux études des 3 enfants et à sa retraite ; - Est prêt à prendre des risques et à perdre jusqu à 15 % à 20 % de son investissement pour obtenir une rentabilité supérieure aux taux d intérêt des contrats d assurance vie en euros (3,50 %) ; - Est prêt à immobiliser son argent.

12 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements 1) Constats sur la qualité du questionnement et de l information Des entretiens un peu plus longs Mais une découverte des projets du prospect plus sommaire. Une présentation insuffisamment équilibrée des avantages et des inconvénients des produits. Une présentation toujours trop souvent incomplète des frais à l oral.

13 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements Des entretiens un peu plus longs Durée moyenne des entretiens Vagues 2010 Vagues 2012 Profil risquophobe Profil risquophile Profil risquophobe Profil risquophile 35 min 39 min 40 min (10 min - 1 h 40) 49 min (10 min - 1 h 55) Source : AMF, visites mystères, jan. / févr

14 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements... Mais une découverte des projets du prospect plus sommaire Taux de questionnement sur : Vagues 2010 Vagues 2012 Profil risquophobe Profil risquophile Profil risquophobe Profil risquophile Projets 9,5 / 10 9,5 / 10 9 / 10 8,5 / 10 Horizon de placement nd 9 / 10 9 / 10 9,5 / 10 Charges financières 6,5 / 10 6 / 10 6 / 10 6,5 / 10 Acceptation d'un risque 6,5 / 10 6 / 10 7,5 / 10 7 / 10 Niveau de risque accepté 4 / 10 5 / 10 3,5 / 10 4 / 10 Source : AMF, visites mystères, jan. / févr Lecture : en 2012, dans environ 9 cas sur 10, les chargés de clientèle ont questionné les prospects «risquophobes» sur leurs projets.

15 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements Une présentation insuffisamment équilibrée des avantages et des inconvénients des produits Taux de présentation des avantages et inconvénients Profil risquophobe Vagues 2012 Profil risquophile Titres : avantages 9 / 10 8,5 / 10 inconvénients 6,5 / 10 5 / 10 Assurance vie : avantages 9 / 10 9 / 10 inconvénients 5,5 / 10 4,5 / 10 Parts sociales : avantages 10 / 10 9 / 10 inconvénients 5,5 / 10 6 / 10 Épargne bancaire : avantages 8,5 / 10 9 / 10 Source : AMF, visites mystères, jan. / févr inconvénients 6 / 10 6,5 / 10

16 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements Une présentation toujours trop souvent incomplète des frais à l oral Taux de présentation des frais des produits proposés Vagues 2012 Profil risquophobe Profil risquophile Le conseiller vous présente-t-il les frais? De quels types de frais le conseiller vous parle-t-il? Source : AMF, visites mystères, jan. / févr spontanément 5,5 / 10 6,5 / 10 après relance 3,5 / 10 2,5 / 10 pas du tout 1 / 10 1 / 10 frais d entrée 5 / 10 6 / 10 frais d entrée après relance 3 / 10 1,5 / 10 frais de gestion 1 / 10 3 / 10 frais de gestion après relance 0,5 / 10 1 / 10 autres frais 0,5 / 10 1 / 10 Lecture : en 2012, dans 5 à 6 cas sur 10, les chargés de clientèle ont présenté spontanément les frais du produit proposé aux prospects «risquophobes».

17 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements 2) Constats sur les offres commerciales Une offre de produits financiers plus différenciée qu en 2010 entre les scénarios «risquophobe» et «risquophile» ; Une baisse de l offre commerciale des produits d assurance vie en faveur des produits bancaires (scénario «risquophobe») et aux instruments financiers (scénario «risquophile»).

18 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements Une baisse de l offre commerciale des produits d assurance vie en faveur des produits bancaires («risquophobe») et des instruments financiers («risquophile») Scénario «risquophobe» 2010 Répartition des 195 offres Scénario «risquophobe» 2012 Répartition des 265 offres Epargne bancaire et parts sociales 34% Assurance vie 29% Instruments financiers 16% Assurance vie 50% Source : AMF, visiteurs mystères 2010 Epargne bancaire et parts sociales 62% Instruments financiers 9% Source : AMF, visites mystères, jan. / févr Scénario «risquophile» 2010 Répartition des 184 offres Scénario «risquophile» 2012 Répartition des 241 offres Epargne bancaire et parts sociales 34% Assurance vie 49% Epargne bancaire et parts sociales 35% Assurance vie 37% Instruments financiers 17% Source : AMF, visiteurs mystères 2010 Instruments financiers 28% Source : AMF, visites mystères, jan. / févr. 2012

19 II. Les visites mystères conduites en 2012 : les principaux enseignements Les enseignements Des entretiens un peu plus longs mais une découverte du prospect plus sommaire. Une présentation toujours déséquilibrée des avantages et des inconvénients des produits (notamment les frais). Des produits plutôt vendus qu achetés. Les visites mystères, menées sur un échantillon limité, n ont cependant pas décelé de propositions commerciales inadaptées Les suites Ces scénarios seront régulièrement reconduits ; D autres vagues, plus spécifiques, seront également mises en œuvre.

20 Le pôle commun AMF-ACP

21 Les raisons d être de la création du pôle commun AMF-ACP La protection de la clientèle et des épargnants : des missions propres à l ACP et à l AMF. Une nécessité pour remplir efficacement ces missions : une bonne coordination des actions conduites par l'acp et l'amf du fait de l'imbrication croissante entre les produits (contrat d assurance-vie en unités de compte notamment); du développement d'acteurs à même de distribuer toute la gamme des produits d'assurance, de banque et d épargne. Une réponse : la création du pôle commun aux deux Autorités qui est : un mécanisme institutionnalisé de coordination; un point d entrée commun de réception des demandes d information des clientèles. 21

22 En France, une mise en place récente et rapide, Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, une préoccupation assez comparable En France, une mise en place récente et rapide : l ordonnance du 21 janvier 2010 (article L du Comofi) institue le Pôle commun AMF-ACP; signature le 30 avril 2010 de la convention qui en organise le fonctionnement. La protection des consommateurs de produits financiers, une préoccupation également partagée par : les Etats-Unis : mise en place du «Bureau of Financial Consumer Protection», au sein de la Réserve Fédérale ( juillet 2011) ; le Royaume-Uni, mise en place prochaine de la «Financial Conduct Authority (FCA)» ; sous la houlette du G20, création d une Task Force dédiée de l OCDE et conduite par le FSB de travaux sur le crédit, l émergence de FINCONET, comme instance internationale traitant de ces sujets. 22

23 Le pôle commun AMF-ACP : organisation et fonctionnement Un mécanisme de coordination institutionnalisé il n ajoute, ni ne retranche, aucune compétence, ni aucun pouvoir aux deux Autorités (cf. médiation AMF) ; toute décision demeure prise uniquement par l ACP ou par l AMF, notamment s agissant des suites des contrôles diligentés et des éventuelles sanctions qui en découleraient. Différentes missions : coordonner et recueillir Coordonner : - les priorités de contrôle en matière de respect des obligations à l égard de la clientèle ; - la veille sur les produits et services ainsi que la surveillance de la publicité afin de mieux identifier les facteurs de risques. Constituer un point d entrée commun (mais pas unique) pour recevoir les demandes des clients : le 28 juin 2010, mise en place du point d entrée Assurance- Banque-Epargne Info Service (ABE Info Service) appels reçus en

24 Les contrôles conjoints 12 contrôles conjoints réalisés en 2011 par les équipes de l ACP et de l AMF dans des entreprises cumulant des statuts relevant de la compétence des deux Autorités. Les contrôles conjoints (et ceux de chaque Autorité) ont mis en évidence : des lacunes dans le recueil d informations auprès du client : horizon de placement, aversion au risque, objectifs de l investisseur. («trop souvent encore, les dossiers des clients ne comportent pas de documents permettant à l intermédiaire de définir la situation du client»), des insuffisances dans la formalisation du conseil et des mises en garde («insuffisante, laconique, voire inexistante»). 24

25 Les contrôles conjoints L étude des besoins du client, la définition de son profil de risque et le conseil donné font dans l ensemble partie des préoccupations des entreprises contrôlées. Cependant, la qualité de ces démarches doit être généralisée et renforcée, d où les travaux conduits en 2012 par les deux Autorités. En 2012, les contrôles communs seront poursuivis sur les différents acteurs intervenant dans la chaîne de distribution des contrats d assurance, notamment auprès de sociétés de gestion de portefeuille, d établissements bancaires et de plateformes de distribution. 25

26 Les questionnaires de prise de connaissance des clients Une action conjointe - recommandation pour l ACP et position pour l AMF - sur le recueil des informations relatives à la connaissance des clients dans le domaine de la commercialisation des contrats d assurance-vie et des instruments financiers. Des bonnes pratiques pour améliorer la situation sur : Les modalités de recueil et la traçabilité des informations : - qualité des questions, - fiabilité et actualisation des informations recueillies, - traçabilité des informations recueillies. Le contenu des informations : - informations sur la situation familiale, patrimoniale ou professionnelle, - objectifs et horizon de placement du client, - profil du client, - connaissances et expérience du client en matière financière. L exploitation des informations : - exploitation des informations recueillies, - identification et gestion des réponses incohérentes et/ou incomplètes, - exploitation des informations par les personnes en charge de la commercialisation. Les moyens et procédures mis en place : contrôle systématique par les services du siège de la conformité/cohérence des informations recueillies du client. 26

27 Les transactions sur le marché des devises Les deux Autorités : ont relevé des publicités agressives nombreuses sur ces produits financiers, surtout sur internet ; ont reçu des réclamations relatives à ces produits (plus de 70 en 2011) ; ont agi dans le cadre du pôle commun, notamment : pour qualifier juridiquement les opérations de change avec effet de levier, soumises en conséquence à la Directive MIF (des travaux précurseurs à ceux de l ESMA qui a communiqué le 5 décembre 2011) ; pour désigner, par communiqués de presse (http://www.amffrance.org/documents/general/10067_1.pdf), les sites non agréés démarchant en France après échanges contradictoires avec ceux-ci. Des coopérations étroites avec l ARPP (et son Jury de la Déontologie Publicitaire) et la DGCCRF sur ce sujet. 27

28 Le traitement des réclamations Des travaux sur les réclamations conduits aussi bien au niveau international (OCDE dans le cadre du G20) qu européen (EIOPA); Les constats en France : clientèle mal informée sur les coordonnées des interlocuteurs compétents, organisations en place ne permettant pas une résolution rapide et efficace des réclamations, exploitation insuffisante au sein des établissements des réclamations pour améliorer la protection de la clientèle. Les travaux menés par les deux autorités visent à garantir à la clientèle du secteur financier : une information claire, transparente et compréhensibles sur les modalités de traitement des réclamations, un accès facile au système de traitement des réclamations, un traitement des réclamations efficace, égal et harmonisé, la mise en place d éventuelles actions correctives au sein des établissements. Des délais de traitement qui ne doivent pas excéder : 10 jours pour accuser réception de la demande de réclamation, 2 mois pour répondre. 28

29 Les atouts et les perspectives du pôle commun AMF-ACP L émergence d une culture commune de la supervision et de la régulation entre les deux autorités. Les perspectives pour 2012 : continuer de promouvoir Assurance Banque Épargne Info Service (ABE is) : - rénovation du site ; - formation des collaborateurs de la Banque de France en région. élaborer une doctrine commune en matière de commercialisation. Converger pour peser sur les enjeux européens : PRIPs (Packaged Retail Investment Products) devenus RIPs( MIF 2 et IMD 2). 29

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Natalie Lemaire Directrice des Relations avec les Epargnants, AMF et Coordinatrice des travaux du pôle commun ACP/AMF Conférence de Presse

Plus en détail

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013

Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Pôle commun ACPR/AMF Rapport annuel 2013 Natalie LEMAIRE Olivier FLICHE Conférence de presse le 13 juin 2014 1 Sommaire 1. Le point d entrée commun : Assurance Banque Épargne Info Service 2. Bilan 2013

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service

Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Discours de Danièle Nouy Conférence de presse du 28 juin 2010 Lancement Assurance Banque Épargne Info Service Mesdames, Messieurs, Je suis heureuse de vous accueillir aujourd hui pour le lancement d «Assurance

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

Actionnaires individuels, que fait l AMF pour vous? Cindy DAVID, chargée de mission Direction des relations avec les épargnants de l AMF

Actionnaires individuels, que fait l AMF pour vous? Cindy DAVID, chargée de mission Direction des relations avec les épargnants de l AMF Actionnaires individuels, que fait l AMF pour vous? Cindy DAVID, chargée de mission Direction des relations avec les épargnants de l AMF Que fait l AMF? L AMF, une autorité publique indépendante 3 missions

Plus en détail

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle

Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle Les attentes des autorités à l obligation d agir de manière honnête, loyale et professionnelle vendredi 25 mai 2012 Intervenant : Michel JORNET Directeur Associé JORNET FINANCE CONSULTING Les principes

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015

Le crowdfunding : le guide. Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Le crowdfunding : le guide Printemps de l économie CNAM 15 avril 2015 Définition Un mode de financement de projets créatifs, solidaires, entrepreneuriaux ou personnels en récoltant via internet de petits

Plus en détail

La culture financière des Français

La culture financière des Français La culture financière des Français Présentation aux Journées de l économie - Lyon - 9 novembre 2011 Principaux résultats de l étude réalisée à la demande de l Institut pour l Education Financière du Public

Plus en détail

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2758 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 juillet 2010. PROPOSITION DE LOI visant à donner un statut à la

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape S informer sur Investir votre épargne : étape par étape Autorité des marchés financiers Investir votre épargne : étape par étape Sommaire Se poser les bonnes questions avant d investir 03 Prendre contact

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Actionnaires individuels, que fait l AMF pour vous? Florence Corne, adjointe à la Directrice Direction des relations avec les épargnants de l AMF

Actionnaires individuels, que fait l AMF pour vous? Florence Corne, adjointe à la Directrice Direction des relations avec les épargnants de l AMF Actionnaires individuels, que fait l AMF pour vous? Florence Corne, adjointe à la Directrice Direction des relations avec les épargnants de l AMF Que fait l AMF? L AMF, une autorité publique indépendante

Plus en détail

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF)

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Les conseillers en investissements financiers (CIF) Autorité des marchés financiers Les conseillers en investissements financiers (CIF) Sommaire Qu est ce qu un conseiller en investissements

Plus en détail

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012

IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 IOBSP Les impacts des décrets de janvier 2012 4 avril 2012 Contact: Marie-Agnès NICOLET Présidente de REGULATION PARTNERS 06 58 84 77 40 IOBSP: les évolutions réglementaires o Après le rapport Deletré

Plus en détail

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier S informer sur La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier Octobre 2011 Autorité des marchés financiers La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire

Plus en détail

S informer sur. L investissement en OPCVM : SICAV et FCP

S informer sur. L investissement en OPCVM : SICAV et FCP S informer sur L investissement en OPCVM : SICAV et FCP Septembre 2011 Autorité des marchés financiers L investissement en OPCVM : SICAV et FCP Sommaire Quels sont les avantages d un placement en OPCVM?

Plus en détail

RECEPTION, TRAITEMENT ET SUIVI DES RECLAMATIONS

RECEPTION, TRAITEMENT ET SUIVI DES RECLAMATIONS périmètre Rédacteur Diffusion SOC SOC D2R Conseil D2R Conseil Tous Date de Rédaction 1 er Août 2012 Date de 1ère application 1 er Sept 2012 Commentaire Modification suite nouvelle Instruction AMF N 2012-07

Plus en détail

S informer sur. L investissement en OPC : SICAV et FCP

S informer sur. L investissement en OPC : SICAV et FCP S informer sur L investissement en OPC : SICAV et FCP Autorité des marchés financiers L investissement en OPC : SICAV et FCP Sommaire Quels sont les avantages d un placement en OPC? 03 Comment choisir

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF)

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Les conseillers en investissements financiers (CIF) Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les conseillers en investissements financiers (CIF) Sommaire Qu est ce qu un conseiller en

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53, 317-7 1 et 325-7 du règlement général

Plus en détail

CHARTE de la MÉDIATION

CHARTE de la MÉDIATION CHARTE de la MÉDIATION de l INTERMÉDIATION Banque, assurance, finance Règlement des litiges en ligne Version n : 0001/2015 Mise à jour : 1 er juillet 2015 Avec la Médiation, HK Conseil offre la possibilité

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION

DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION DÉCOUVRIR L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION Autorité administrative indépendante adossée à la Banque de France, l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution est en charge de l agrément

Plus en détail

Les règles d or de l investisseur particulier

Les règles d or de l investisseur particulier S informer sur Les règles d or de l investisseur particulier AVANT D INVESTIR APRÈS AVOIR INVESTI INFORMATIONS UTILES OCTOBRE 2008 APRÈS AVOIR INVESTI AVANT D INVESTIR Les règles d or de l investisseur

Plus en détail

«SICAV dédiée» : Un outil patrimonial optimisant

«SICAV dédiée» : Un outil patrimonial optimisant «SICAV dédiée» : Un outil patrimonial optimisant Juillet 2014 www.finadoc-actionnal.com LES ENJEUX Face à la complexité financière, aux changements d interlocuteurs, au contraintes de tous ordres, il est

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Réunion du 19 juin 2014 SOMMAIRE Le financement participatif 1. Définition 2. Les risques encourus 3. L ordonnance du 30 mai 2014 1. Définition Historique Le crowdfunding ou

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

BIL Belgique À vos côtés, pour vous.

BIL Belgique À vos côtés, pour vous. FR banque privée BIL Belgique À vos côtés, pour vous. BELGIUM BIL Belgique À vos côtés, pour vous. Enseigne réputée et reconnue dans la plus pure tradition des banques privées internationales, BIL Belgique

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013

Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Les Rencontres Interprofessionnelles du Patrimoine (L Agefi Actifs) Jeudi 7 février 2013 Atelier n 5 Quelle rémunération et quelle transparence? L interprofessionnalité peut-elle permettre une généralisation

Plus en détail

Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne

Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne Le crowdfunding et la protection de l'appel public à l'épargne Forum Financier Liège Jean-Paul Servais, Président de la FSMA Mission de la FSMA (1/3) "En sa qualité d'autorité de contrôle, la FSMA a pour

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 4 Décembre 2008 Baromètre annuel vague 4-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Fiche d information légale, Présentation du Cabinet

Fiche d information légale, Présentation du Cabinet Fiche d information légale, Présentation du Cabinet Cette fiche résume toutes les informations légales que le conseiller ou sa société doivent avoir communiqué au client dès le début de la relation. Le

Plus en détail

Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels?

Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels? Deux ans après le dégonflement de la bulle spéculative, où en sont les actionnaires individuels? Novembre 2003 DEXIA Françoise LEFEBVRE / Marie-Anne DELOEIL Contacts TNS Sofres : Département Communication

Plus en détail

Recueil client. Personne physique

Recueil client. Personne physique Recueil client Personne physique Recueil Client - Personne Physique IDENTITÉ DU CLIENT Madame Mademoiselle Monsieur Nom : Nom de naissance : Nom d usage (pseudonyme) : Prénoms (dans l ordre de l état civil)

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres?

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Créé par la loi du 25 juin 1999 relative à l épargne et à la sécurité financière, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) est chargé d une

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelamediationbancaire.com Le portail de la médiation bancaire lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler

Plus en détail

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire

Le Médiateur du Crédit Mutuel. Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Le Médiateur du Crédit Mutuel Procédure d organisation de la fonction et des missions du Médiateur bancaire Cette procédure s applique aux Fédérations du Crédit Mutuel et à leurs filiales qui adhèrent

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? MARS 2014 N 3 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires Comment régler un litige avec ma banque? sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : cles@fbf.fr

Plus en détail

Des épargnants concernés et exigeants, en quête de repères. Natixis Épargne Financière TNS Sofres

Des épargnants concernés et exigeants, en quête de repères. Natixis Épargne Financière TNS Sofres Des épargnants concernés et exigeants, en quête de repères Natixis Épargne Financière TNS Sofres Sommaire 1. Contexte : forte sensibilité au risque et vigilance dans le choix des placements 2. Des épargnants

Plus en détail

Comment régler un litige avec ma banque?

Comment régler un litige avec ma banque? Juillet 2012 n 3 difficultés Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment régler un litige avec ma banque? FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris

Plus en détail

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Quelles sont les activités autorisées ou interdites aux CIF? Quelles sont

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI INSTALLATION DE LA NOUVELLE AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL Christine LAGARDE Conférence de presse du 9 mars 2010 DOSSIER DE PRESSE

Plus en détail

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE

COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE COLLEGE DE L AUTORITE DE REGULATION DES JEUX EN LIGNE DECISION N 2013-039 EN DATE DU 15 MAI 2013 PORTANT APPROBATION D UNE CONVENTION DE PARTENARIAT Le collège de l Autorité de régulation des jeux en ligne

Plus en détail

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé L offre FOBA Des outils d aide à la vente Budget Retraite Augmenter la vente des différentes solutions retraite ANI Générer des rendez-vous qualifiés et réduire le délai de décision pour la souscription

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

RECLAMATION CLIENTS ***** 1. Information et accès au système de traitement des réclamations

RECLAMATION CLIENTS ***** 1. Information et accès au système de traitement des réclamations Version : Avril 2010 Mise à jour : Mai 2015 RECLAMATION CLIENTS Référence : PG04 Contexte réglementaire et objectifs L instruction 2012-07 et les textes de référence : articles 313-8 et 313-8-1 du règlement

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS

POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Janvier 2014 POLITIQUE GENERALE DE PRESTATIONS DE SERVICES D INVESTISSEMENTS Monte Paschi Banque est la filiale française, détenue à 100%, de Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS). Elle est agréée auprès

Plus en détail

Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP)

Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP) Le crowdfunding : Cadre réglementaire et conditions d immatriculation des conseillers en investissements participatifs (CIP) Natalie LEMAIRE Christelle SQUIBB Crowdtuesday 16 septembre 2014 Le crowdfunding

Plus en détail

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres?

Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Quelle garantie pour vos de po ts et vos titres? Créé par la loi du 25 juin 1999 relative à l épargne et à la sécurité financière, le Fonds de Garantie des Dépôts et de Résolution (FGDR) est chargé d une

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

federal multi patrimoine

federal multi patrimoine federal multi patrimoine bâti POUR réussir. Federal multi Patrimoine : Processus de gestion L allocation Les modèles de suivi de tendances «multi classes d actifs» sont issus de la recherche Federal Finance,

Plus en détail

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES E20 TOG CORRIGE ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES D'ORGANISATION ET DE GESTION APPLIQUEES AUX ACTIVITES BANCAIRES Le présent corrigé est donné à titre indicatif. Note aux correcteurs D autres réponses sont possibles.

Plus en détail

Crowdfunding : Rêve ou réalité?

Crowdfunding : Rêve ou réalité? Crowdfunding : Rêve ou réalité? L encadrement du financement participatif : contrainte ou opportunité? Mardi 16 septembre 2014 Cinquième Matinale CCEF Cercle de l Union Interalliée (Paris) SOMMAIRE Le

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

Position AMF Exigences relatives à l'adéquation pour un client de services d'investissement ou d'instruments financiers DOC-2012-13

Position AMF Exigences relatives à l'adéquation pour un client de services d'investissement ou d'instruments financiers DOC-2012-13 Position AMF Exigences relatives à l'adéquation pour un client de services d'investissement ou d'instruments financiers DOC-2012-13 Textes de référence : articles L. 533-10 à L. 533-13 du code monétaire

Plus en détail

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites?

Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Les attentes des consommateurs sont-elles satisfaites? Point de vue européen Intro Prise en compte des intérêts des consommateurs, par les autorités publiques, n est pas récente, même si différences importantes

Plus en détail

Plus responsables, plus performants

Plus responsables, plus performants ISR Plus responsables, plus performants x4 progression des encours ISR en 4 ans (Source Novethic à fin 2011) L ISR, pourquoi? Une finance qui s engage Changer les règles du jeu Mettre les entreprises face

Plus en détail

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) QU EST-CE QU UN CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS (CIF)? QUELLES SONT LES ACTIVITÉS INTERDITES AUX CIF? QUELLES SONT LES OBLIGATIONS

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Document public 27/09/2013 La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15

Plus en détail

L Autorité des marchés financiers met à jour la liste des sites internet non autorisés proposant du trading d options binaires

L Autorité des marchés financiers met à jour la liste des sites internet non autorisés proposant du trading d options binaires Direction de la communication Communiqué de presse Paris, le 25 septembre 2015 L Autorité des marchés financiers met à jour la liste des sites internet non autorisés proposant du trading d options binaires

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite 1er juillet 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FICHE TECHNIQUE Étude réalisée pour CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT

Plus en détail

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr

Epargne. 18-25 ans. www.creditmutuel.fr guide clarté Epargne 18-25 ans ÉPARGNEZ À PARTIR DE 15 PAR MOIS. www.creditmutuel.fr une banque qui n a pas d actionnaire, ça change l épargne. Comme toutes les banques, le Crédit Mutuel vous parle d épargne

Plus en détail

Une approche sur-mesure

Une approche sur-mesure L offre de services de HSBC Private Bank en France Le cœur de notre métier consiste à vous fournir des conseils de qualité et à mettre en œuvre les solutions d investissements permettant de répondre précisément

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne?

Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne? Banque Comment bénéficier sereinement d une gestion active de mon épargne? Gestion Sous Mandat en OPCVM L expertise d AXA en gestion d actifs Une gestion clé en main Une information régulière et détaillée

Plus en détail

LES PRODUITS STRUCTURÉS

LES PRODUITS STRUCTURÉS DécryptEco LES PRODUITS STRUCTURÉS DE LA CONCEPTION À L UTILISATION Nicolas Commerot Responsable offre de marché et négociation SG Private Banking, Pierre Von Pine Directeur marketing Produits structurés

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé»

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» Comité consultatif du secteur financier Paris, mardi 18 novembre 2008 Assurance emprunteur

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Efficacité énergétique de la part des pros

Efficacité énergétique de la part des pros Efficacité énergétique de la part des pros Calcul systématique du potentiel d économies Conventions d objectifs avec la Confédération et les cantons Exemption des taxes sur l énergie et sur le CO 2 Avec

Plus en détail

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite?

MeDirect. Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous. Comment créer un revenu complémentaire de retraite? MeDirect Gestion de patrimoine en ligne, sur mesure et accessible à tous Comment créer un revenu complémentaire de retraite? Bonjour Chez MeDirect nous pensons que chacun devrait être capable d obtenir

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Société financière de la Nef 03/12/2013

Société financière de la Nef 03/12/2013 CHARTE DE MEDIATION Société financière de la Nef 03/12/2013 1 Introduction En application de l article L. 312-1-3-I du Code monétaire et financier et de la Recommandation de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

L image des banques auprès des TPE/PME

L image des banques auprès des TPE/PME Shanghai Paris Toronto Buenos Aires www.ifop.com L image des banques auprès des TPE/PME 1002 entreprises ont été interrogées en février 2008 : 377 micro-entreprises (0 à 5 salariés) 261 TPE (6 à 19 salariés)

Plus en détail