La phase de consolidation de serveurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La phase de consolidation de serveurs"

Transcription

1 Sommaire > Services : de nouvelles pistes d optimisation pour la DSI p 18 > Fusion : Gan et Groupama réunissent leurs moyens p 20 > Le BSM pour rendre l exploitation plus efficace p 22 > APRÈS LA CONSOLIDATION DES SERVEURS, L OPTIMISATION SE POURSUIT Infrastructures : les nouveaux chantiers de réduction des coûts Les travaux de diminution du budget informatique ont fortement mobilisé les DSI ces dernières années. Et ce n est pas près de changer. Même si les gains que promettent les nouveaux chantiers d optimisation de l infrastructure semblent plus difficiles à atteindre. La phase de consolidation de serveurs et d uniformisation des postes de travail dans laquelle se sont engagées de nombreuses entreprises ne sera sans doute pas la dernière vague de réduction des coûts. D autres chantiers sont en cours. Il reste des gisements d économies dans les domaines des réseaux, du stockage, de la gestion de parc ou des applications. Mais, selon Hubert de Langautier, responsable d activités chez Devoteam Consulting, «toutes les économies facilement réalisables ont déjà été réalisées». Selon lui, l optimisation des infrastructures n est désormais plus considérée seule, elle s inscrit plutôt dans un cadre de gouvernance informatique. Pour Gilles JUIN 2005 N 1074 LE MONDE INFORMATIQUE

2 LES IDÉES À RETENIR > Les gains qui se profilent seront moins faciles à atteindre que ceux déjà réalisés. Ils reposent sur des technologies peu matures. > Chez les grands comptes, la consolidation des réseaux SAN et la virtualisation de serveurs constituent des étapes clés. D O S S I E R > Côté applicatif, les espoirs se fondent sur la réduction du nombre des interfaces entre progiciels. Un passage obligé vers la SOA. Camoin, en charge de l entité Business Information Strategy de Capgemini Consulting, «la consolidation vécue comme un projet uniquement technique comporte un risque important de rejet. Elle a besoin d un fait générateur issu des métiers. La responsabilité du DSI, c est d être à l affût de ces opportunités qui lui permettent de baisser structurellement ses coûts récurrents». 1/ SERVEURS : LA VIRTUALISATION SUIT LA CONSOLIDATION Une fois la consolidation de serveurs réalisée, l étape suivante se nomme virtualisation. Ces solutions, comme celle de VMWare sur les serveurs x86 ou celle d IBM sur les Unix sous Power5, consistent à faire cohabiter sur le même serveur plusieurs machines virtuelles, avec des instances d OS différentes (ou avec des versions différentes). Les applications puisent dynamiquement dans les capacités de la machine physique, selon leurs besoins. Les principaux gains résident dans l administration et la maintenance ; la mutualisation des équipes, par l uniformisation des technologies, constituant un «puissant levier d économies», selon Hubert de Langautier. Mais aussi dans l augmentation du taux d utilisation des serveurs, qui ne dépasse pas ı5 % sur certaines machines Windows. La virtualisation rend également possible le regroupement d une multitude de petits serveurs éparpillés, même ceux hébergeant des applications qui tournent sur des OS anciens. Une marge de manœuvre pour la DSI, qui peut décider du calendrier de migration des OS sans devoir conserver des machines au coût de maintenance exorbitant. En moyenne, l économie sur les coûts d exploitation est de l ordre de 30 %. 2/ STOCKAGE : S APPUYER SUR L EXISTANT ET RÉDUIRE LES COÛTS D ADMINISTRATION Face à l explosion des volumes de données, les entreprises se tournent de plus en plus vers un réseau spécifique, mutualisé pour réduire les coûts d administration des multiples baies de disques raccordées auparavant directement aux serveurs. D autant que les coûts d achat d un SAN peuvent être beaucoup réduits avec la technologie iscsi, qui permet la réutilisation des commutateurs Gigabit SOURCE : LMI SIX CHANTIERS PROMETTEURS Virtualisation Augmentation du taux d'utilisation des serveurs, réduction des coûts de migration En phase de démarrage Réseaux de stockage Mutualisation de l'administration, optimisation de la sauvegarde En cours chez les grands comptes Centre de données Standardisation des interfaces logicielles Levier de réduction des coûts Intégration facilitée A venir SAN Ethernet existants (contrairement à Fibre Channel) pour transporter les données vers les baies de stockage ou le robot de sauvegarde. Il est ainsi possible de capitaliser sur le réseau actuel. Autre facteur intéressant d économies : l arrivée des disques S-ATA pour la sauvegarde, susceptible de réduire de façon importante les coûts d exploitation par rapport à la bande magnétique, qui exige une intervention humaine lors de la manipulation des bandes. Troisième chantier du stockage, encore timide, celui de la virtualisation. L idée consiste là aussi à augmenter le taux d utilisation de chaque baie, qui dépasse rarement les 50 % aujourd hui, car les espaces de stockage, dédiés à chaque serveur, ont tendance à être surdimensionnés. 3/ RÉSEAUX : OPTIMISER LES FLUX ET LES CONTRATS Avec l avènement des offres ADSL et du haut débit, on pourrait croire que les problèmes de bande passante sont moins Postes de travail Internet Centralisation de l'accès Administration et mises à jour facilitées, conservation de PC anciens En phase de démarrage Administration Gestion de parc Levier de réduction des coûts Diminution du nombre de fournisseurs En cours Optimisation des flux Amélioration de l'utilisation de la bande passante, renégociation des contrats de RPV En cours Ces six voies de réduction des coûts restent à l état de pistes d étude pour bon nombre de DSI, chez qui les projets de consolidation de serveurs se poursuivent. déterminants. En réalité, ils restent bien réels, notamment dans le cadre des plans de reprise d activités, où les besoins en débit dépassent parfois les ı0 Mbit/s, et où les délais doivent être courts. Dans ce cas, le salut peut passer par l équipement en boîtiers de compression de flux et de gestion de qualité de service, qui procurent un retour sur investissement estimé bien souvent entre six et neuf mois. Autre piste : exploiter les opportunités qu offre le marché, comme la baisse des tarifs d environ 40 % en deux ans des offres MPLS de certains opérateurs. 4/ POSTES DE TRAVAIL : LE RETOUR DE BALANCIER DE LA CENTRALISATION La tentation est forte de réduire les coûts d administration, de mise à jour et de support technique en centralisant les applications et les données au niveau d une ferme de serveurs, comme le proposent notamment Citrix ou MOTS-CLÉS CONSOLIDATION Terme générique désignant des projets de regroupement d infrastructures, la plupart du temps dans les domaines des serveurs ou du stockage. VIRTUALISATION Couche d abstraction logicielle qui permet de simuler, pour les applications, une machine physique et ses composants. CHIFFRES CLÉS PLUS DE 70 % C est, en moyenne, la part du budget informatique consacré à l infrastructure (serveurs, OS, stockage et réseau). 60 % C est la part des participants à la conférence de Gartner sur les centres de données qui, fin 2004, possédaient un projet de consolidation de serveurs. Un chiffre stable par rapport à PLUS SUR LE WEB Deux experts, Hubert de Langautier (Devoteam Consulting) et Gilles Camoin (Capgemini Consulting) parlent de la consolidation : fr/1074 LE MONDE INFORMATIQUE N JUIN

3 Tarentella (racheté récemment par Sun). Selon ces éditeurs, le gain potentiel avoisine les 30 % en coûts d exploitation à partir du moment où un nombre suffisant d applications (plusieurs dizaines) sont concernées. De plus, ce type de solution permet de conserver les vieux postes utilisateurs, réduits à des fonctions de base. «Attention, tempère Henry Peyret, de Forrester, rationaliser ne veut pas dire mettre du client léger partout, car on risque de déplacer les coûts au lieu de les réduire. Il doit y avoir un compromis entre flexibilité et productivité.» 5/ GESTION DE PARC : LA CONNAISSANCE EST LA CLÉ «On ne peut pas optimiser ce que l on ne connaît pas», lance Philippe Croix, responsable technique de l équipe marketing de Peregrine France. Autrement dit, une gestion de parc peu rigoureuse entraîne des dépenses inutiles. «Un de nos clients s est rendu compte de la présence de nombreux matériels achetés il y a dix ans et stockés dans ses entrepôts, sur lesquels il payait 6 % de taxe professionnelle», indique Jacques Veran, architecte chez Euriware. Sur le plan technique, la démarche Itil conseille notamment de s appuyer sur un référentiel pour l entreprise, la CMDB (Configuration Management Data Base), pour prendre les bonnes décisions d optimisation. Par exemple, réduire le nombre de fournisseurs, en les choisissant à partir de critères prédéfinis, comme le nombre de pannes, le coût, les performances. 6/ APPLICATIONS : RÉDUIRE LA COMPLEXITÉ AVANT LA SOA Les coûts IT des entreprises proviennent à 70 % du développement d applications. Sur ce total, l intégration, la maintenance, la gestion des versions et changements des progiciels ou des applications métier représentent un des postes de coûts les plus importants (jusqu à dix fois le prix de la licence pour les progiciels). En théorie, les services Web et l architecture orientée services (SOA) devraient réduire la facture en standardisant la connectivité des applications et des progiciels. «A condition toutefois que l opération s accompagne d une rationalisation des couches middleware, des serveurs d applications, des connecteurs, du workflow», insiste Henry Peyret. L idée est de diminuer le nombre d intervenants au niveau des interfaces, en choisissant un grand progiciel (sur lequel s interfacent d autres progiciels) ou en éliminant certaines briques applicatives pour les remplacer par d autres plus standardisées. Selon Forrester, cette démarche diviserait par deux à cinq les coûts des interfaces logicielles. JEAN-LUC ROGNON, AVEC XAVIER BOUCHET ET REYNALD FLÉCHAUX MARC GUILLAUMOT JOSÉ MUNOZ, DSI DE PCAS, FABRICANT DE PRODUITS DE CHIMIE FINE ET DE SPÉCIALITÉS CONSEILS D UTILISATEUR Procéder étape par étape. Après l optimisation des processus métier, au travers de la mise en place d un PGI, et l optimisation des achats d équipements pour la bureautique, nous nous attaquons à la seconde phase de consolidation de nos serveurs. Initialement répartis sur les onze sites de PCAS à travers l Europe, les serveurs AS/400 et Windows ont été, dans un premier temps, centralisés et consolidés sur le site de production de Longjumeau, dans l Essonne. Cette approche a nécessité aussi une remise à niveau de l infrastructure WAN de PCAS, puisque la distribution des applications (PGI, messagerie, gestion de laboratoires ) s effectue suivant le mode client Web. Remanier l infrastructure, une fois les regroupements effectués. Cette première phase terminée, nous nous attaquons à la seconde, qui consiste à mettre en place une infrastructure à base de serveurs lames. Ce qui nous donnera la capacité de nous adapter plus vite aux exigences de notre activité. Si nous avons pu lancer si rapidement ce projet, c est que nous avons opté pour un modèle économique reposant sur de la location-gérance pour nos serveurs Windows. > APRÈS L OPTIMISATION DES INFRASTRUCTURES, CELLE DES SERVICES? Bâtir des partenariats avec un nombre limité de SSII En établissant des contrats de partenariat avec quelques fournisseurs, les entreprises réduiront leurs dépenses en services informatiques. l impulsion notamment des «Sous directions des achats, les clients exercent une forte pression sur les coûts unitaires (jour-homme) de leurs prestataires de services et consultants, estime Sonia Boittin, directeur associé de la société de conseil KLC. Pourtant, les vraies économies se fondent plutôt sur la disponibilité des bons profils au bon moment.» Afin de réduire la facture globale des «prestations intellectuelles» de services informatiques, les entreprises utilisatrices recherchent les méthodes les plus efficaces. La voie privilégiée par les consultants spécialisés : nouer des partenariats avec un nombre limité de prestataires. «Dans les moyennes et grandes entreprises, il existe des doublons dans les projets confiés à des SSII différentes, assure Christophe Legrenzi, PDG du cabinet d audit et de conseil Acadys. Cela se traduit par une redondance des résultats.» Donc par des possibilités de synergies. Sans pour autant se soumettre au monopole d un fournisseur, la réduction du nombre de prestataires peut pallier ces dysfonctionnements. «Une entreprise utilisatrice aura ainsi la possibilité de s entendre avec les SSII retenues sur des conditions générales définies à l avance, suggère Sonia Boittin. Les donneurs d ordres ont tout intérêt à souscrire de véritables contrats de partenariat. Plus que des contrats cadres, ce type d engagement permet d obtenir des réductions en volume. Un volant du chiffre d affaires est en effet déterminé pour les partenaires : ils en retirent plus de visibilité.» La composition du panel de fournisseurs sélectionnés peut relever d une décision stratégique. Christophe Legrenzi conseille aux entreprises de garder un équilibre entre petits et gros fournisseurs, à l image des administrations scandinaves, qui confient un tiers de leurs prestations à des PME. Une autre source importante d économie réside dans le changement de l unité d œuvre traditionnelle (le jour-homme) au profit de standards de développement (par transactions, par types d écrans ). Selon KLC, cette mesure améliorerait la comparaison et la transparence des factures des prestataires. Ces pistes pour maîtriser les dépenses de services nécessitent un contrôle des demandes en interne. «Il reste à accomplir un gros travail sur la maîtrise d ouvrage», prévient Sonia Boittin. M. DI R. CHIFFRE CLÉ MOINS DE 400 EUROS PAR JOUR C est le niveau des facturations les plus basses observées pour les prestataires de SSII, selon le cabinet Acadys JUIN 2005 N 1074 LE MONDE INFORMATIQUE

4 > L OPTIMISATION, UNE SUITE LOGIQUE DES FUSIONS Après leur union, Groupama et Gan rassemblent leurs moyens Après le rachat de Gan par Groupama, le nouveau groupe a regroupé son informatique sur un site unique. Tout en respectant la diversité de ses métiers. L ENTREPRISE EN FAITS ET EN CHIFFRES Activité Assurances, prévoyance et banque. Chiffre d affaires 12,9 milliards d euros en 2004 (dont 12,7 en assurances). Résultat net 155 millions d euros. Siège Paris. Effectifs personnes (dont salariés). Effectifs informatiques Près de personnes au sein du GIE. Budget du GIE 310 millions d euros en LE PROJET EN BREF Enjeu Optimiser les infrastructures dans le cadre du rapprochement Groupama-Gan. Solution adoptée Schéma directeur en deux phases de trois ans. Création de GIE informatiques pour les grandes entités du groupe, puis fusion dans un GIE unique (50 sociétés couvertes, utilisateurs). Les organisations des deux groupes d assurance Groupama, dont la distribution n est assurée que par des salariés, et Gan, où les salariés côtoient des agents, des courtiers et des mandataires, étaient radicalement différentes. Le rachat de Gan par Groupama en ı998 a donc demandé une assez longue intégration. Dans un premier temps, les différentes filiales de Gan ont vu leurs services informatiques regroupés sous la direction de Jacques Guyot dans un GIE (groupement d intérêt économique), solution déjà choisie par Groupama. Cette démarche a ensuite été poursuivie pour l ensemble du groupe Groupama-Gan par la fusion, en janvier 2003, des GIE dédiés à l informatique dans chaque enseigne. Dès 2002, le groupe adopte un schéma directeur informatique groupe (SDIG) pour guider la rationalisation des systèmes informatiques. Deux périodes successives de trois ans y sont inscrites. Avec l objectif d économiser ı50 millions d euros sur les 500 millions de budget informatique total (dont 3ı0 gérés par le GIE). «A mi-chemin, nous avons atteint la moitié de l objectif, soit 75 millions, tout en finançant des projets liés au développement des activités du groupe, par exemple la banque, souligne Jacques Guyot. Il s agissait de dégager un potentiel d investissement financé par des économies d échelle.» Sécuriser à budget constant La première partie du SDIG ( ) a abouti au regroupement de tous les centres informatiques sur un seul site en province. Les nombreux mainframes IBM et Amdahl de Gan et de Groupama ont été remplacés par trois IBM zseries T-Rex, dont l un est situé dans un second bâtiment. «Les économies d échelle ont notamment permis de construire ce deuxième bâtiment et de l équiper pour absorber l augmentation de notre activité et sécuriser notre système d information tout en restant à budget constant», observe le DSI. De la même manière, les unités de stockage et de sauvegarde, les serveurs Unix (IBM Regata et HP Superdome) et les Jacques Guyot, directeur général du GIE Groupama SI : «Une démarche de convergence ne signifie pas faire entrer tout le monde dans le même moule.» centaines de serveurs Windows ont été regroupés. Jacques Guyot dénombre «dans les trois filières mainframe, Unix et Windows, environ 600 applications actives, soit à peu près le même nombre qu auparavant : les consolidations d applications, comme la bascule du réseau des agents GAN sur l application dédiée à leurs homologues de Groupama, sont peu nombreuses, mais concernent un grand nombre d utilisateurs». La baisse des coûts d exploitation engendrée par ces mesures (qui ont nécessité des investissements) permet d atteindre un point mort en trois ans. Dans le même ordre d idée, les différents réseaux télécoms ont été remplacés par un seul RPV-IP loué à France Télécom, garantissant l homogénéité BONNES PRATIQUES et la qualité des communications ainsi qu une absorption de la croissance des débits. Mais à budget constant. Bénéfice connexe sur les achats Plusieurs projets ont également été lancés grâce aux économies générées par l optimisation du SI. Ainsi, le GIE Groupama SI a accompagné le lancement de Groupama Banque, la mise en place d une gestion de la relation clientèle commune à tout le groupe (7 000 utilisateurs) et le déploiement d un système d information «prestations de santé» unique. «Mener une démarche de convergence ne signifie pas faire entrer tout le monde dans le même moule, estime Jacques Guyot. Les spécificités des différents métiers (assurance, gestion de patrimoine, prévoyance ) et enseignes interdisent de tout mettre en commun, mais nous avons une réelle volonté de consolidation applicative dès lors que ce n est pas contraire au respect des particularités des uns et des autres.» Ainsi, sur la deuxième partie du SDIG ( ), le système d information des assurances collectives sera unifié. La rationalisation de l informatique ne s est pas arrêtée à la technique. «Nous avons mis en place un service achat au sein même du GIE et une politique d achat avec sélection des fournisseurs liés par des contrats cadres, précise Jacques Guyot. Ce qui a accru notre qualité d achat tout en baissant nos coûts.» BERTRAND LEMAIRE DÉFINIR UN OBJECTIF CLAIR DE RÉDUCTION DES COÛTS Cet objectif doit s inscrire dans un plan d ensemble étalé sur plusieurs années, avec des étapes intermédiaires pour faire le point. RESPECTER LES PARTICULARITÉS DES DIFFÉRENTS MÉTIERS Attention à ne pas imposer des consolidations contre-productives. La réduction du nombre d applications n est en effet pas toujours positive si les besoins spécifiques de tel ou tel service ne sont plus assurés. NE PAS CONFONE «OPTIMISER» ET «DÉMOBILISER» Réinvestir les économies d échelle réalisées dans des projets porteurs. L optimisation ne se limite ainsi pas à la réalisation d économies mais accompagne et facilite la croissance de l entreprise JUIN 2005 N 1074 LE MONDE INFORMATIQUE

5 > DES RESSOURCES INFORMATIQUES CALCULÉES AU PLUS JUSTE Rendre l exploitation plus efficace grâce au BSM Ensemble d outils et de méthodes, le BSM (Business Service Management) promet une compréhension approfondie entre services informatiques et directions métier. Et partant, une optimisation des ressources. Etablir une relation contractualisée entre une direction informatique qui fournit des services transversaux et les directions fonctionnelles de l entreprise constitue un pas important dans la recherche d économies d échelle. «Mais ce contrat, aujourd hui, c est du papier sur un coin du bureau, observe Bertrand Pauly, directeur des opérations France d Oblicore. Que se passe-t-il ensuite? Pas grand-chose.» C est là qu Oblicore souhaite intervenir, en proposant un progiciel de gestion des contrats de niveaux de service. Soit une partie de la réponse préconisée par tous les acteurs de la gestion des performances matérielles et applicatives, qui ne jurent plus que par le BSM. Différencier des classes de service Suivant les recettes du référentiel de bonnes pratiques Itil, le BSM vise à faciliter la communication entre responsables métier et informatiques. Qu importe à un directeur fonctionnel de savoir que la production informatique affiche 99 % de disponibilité quand l application qui l intéresse est indisponible? Inversement, comment faire comprendre à une maîtrise d ouvrage qu assurer une très haute disponibilité et une surcapacité permanente sur une application est extrêmement coûteux? En partant d un vocabulaire commun, le BSM entend donc mettre en adéquation les ressources techniques et les besoins métier prioritaires. Science-fiction? Quelques entreprises ont adopté des bouts de solution. Les objectifs peuvent diverger. Pour France Télécom, il s agit par exemple de pouvoir facturer les services informatiques aux diverses entités. Pour la Caisse d Epargne, de s assurer de la qualité de service des AVIS D EXPERT MARC FAKHOURI, DIRECTEUR DE L OFFRE STRATÉGIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC LES MÉTIERS CHEZ DEVOTEAM «Les réductions de coûts sont indirectes» Mercury propose un tableau de bord affichant, en euros, les conséquences d un incident informatique. Le Business Service Management est une stratégie de service IT centrée sur les processus métier (par opposition à une stratégie tournée vers les technologies). En d autres termes, c est penser les services IT avec une perspective métier : pour un service donné, quels sont les bénéfices pour les métiers, les impacts métier pour un dysfonctionnement? Il est vrai que le BSM est fortement lié in fine à des solutions de supervision de processus métier associées à des contrats de service. Je trouve cela assez limité en termes de périmètre, car le BSM porte sur tous les services IT, et pas seulement sur la gestion des incidents. Seules les solutions à périmètre «étendu» devraient être considérées comme solutions BSM. La réduction de coût IT «directe» ne me paraît pas l argument le plus pertinent pour implémenter une stratégie BSM. Les réductions de coûts sont indirectes par l amélioration de la productivité opérationnelle de l équipe IT, qui disposera d un outil de supervision capable de centraliser tous les événements. De plus, une supervision métier permettra de mieux hiérarchiser les incidents selon leurs impacts métier. Et donc de réduire les pertes de revenus liées à une indisponibilité du système d information. applications Web. Pour Auchan, de hiérarchiser la gestion des incidents selon leur impact métier... Dans tous les cas, cela revient à exploiter au mieux les ressources informatiques. On peut aussi envisager des classes de service différenciées, selon la catégorie d utilisateur voire l heure du service : «TF1 réclame un engagement plus fort sur le service SMS lors du prime time de la Star Academy que pendant le reste de la semaine», explique Bertrand Pauly. Trouver un vocabulaire commun L implémentation d un tel projet est lente, dans la mesure où elle demande une sorte de révolution culturelle. «La mise au point d un vocabulaire commun peut exiger quelques mois, note Edouard Fourcade, PDG France de BMC. La démarche prend d autant moins de temps qu elle part du sommet.» Reste ensuite à choisir son fournisseur. Les éditeurs d outils de supervision, tels CA, HP et IBM, entendent accompagner leurs clients en mettant en avant leur connaissance de la gestion des systèmes et d Itil. D autres, tels BMC ou ASG, tout en communiquant sur leur approche de bout en bout, insistent sur leur capacité à s appuyer sur les outils de supervision déjà en place «afin de les valoriser», pour reprendre l expression d Arthur Allen, PDG d ASG : «Les entreprises n ont que faire d indicateurs verts ou rouges, elles veulent savoir si l informatique permet à l argent de rentrer.» Mercury tient le même discours, avec un tableau de bord affichant, en euros, les conséquences d un incident informatique, à partir des éléments remontés par les outils de supervision. Collation, Managed Objects et Relicore misent de leur côté sur leur capacité à découvrir automatiquement la topologie du système d information. Chacun apportant une brique de l édifice. «Les accords de partenariat et les rachats se multiplient», note Jean-Pierre Garbani, vice-président de Forrester Research, qui attend notamment de voir les mouvements d IBM et de HP. OLIVIER RAFAL MOTS-CLÉS BSM (BUSINESS SERVICE MANAGEMENT) Corrélation de la production informatique et des besoins métier. A ne pas confondre avec le CPM (Corporate Performance Management), centré sur les performances financières, ou le BAM (Business Activity Monitoring), chargé de surveiller les processus métier. ITIL (INFORMATION TECHNOLOGY INFRASTRUCTURE LIBRARY) Référentiel des meilleures pratiques pour la gestion des services de production informatique. Voir JUIN 2005 N 1074 LE MONDE INFORMATIQUE

La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr

La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr Communiqué de Presse Massy, le 31 Mars 2009 La virtualisation par Stéphane Dutot, Chef de produit de Internet Fr Depuis quelques années, une nouvelle technologie révolutionne l informatique : la virtualisation.

Plus en détail

Vers une IT as a service

Vers une IT as a service Vers une IT as a service 1 L évolution du datacenter vers un centre de services P.2 2 La création d une offre de services P.3 3 La transformation en centre de services avec System Center 2012 P.4 L évolution

Plus en détail

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France

e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France e need L un des premiers intégrateurs opérateurs Cloud Computing indépendants en France Sommaire Cloud Computing Retours sur quelques notions Quelques chiffres Offre e need e need Services e need Store

Plus en détail

UNIFIED D TA. architecture nouvelle génération pour une restauration garantie (assured recovery ) que les données soient sur site ou dans le cloud

UNIFIED D TA. architecture nouvelle génération pour une restauration garantie (assured recovery ) que les données soient sur site ou dans le cloud UNIFIED architecture nouvelle génération pour une restauration garantie (assured recovery ) D TA que les données soient sur site ou dans le cloud PROTECTION FOURNISSEURS DE SERVICES GÉRÉS DOSSIER SOLUTION

Plus en détail

L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i n f r a m e, un b e s o i n c r u c i a l

L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i n f r a m e, un b e s o i n c r u c i a l Siège social : 5 Speen Street Framingham, MA 01701, É.-U. T.508.872.8200 F.508.935.4015 www.idc.com L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i

Plus en détail

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE

Mise en œuvre d une DSI agile. Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE Mise en œuvre d une DSI agile Chi Minh BUI UNIPRÉVOYANCE INTRODUCTION Des problématiques similaires pour des enjeux identiques indépendamment de la taille de l organisation «David contre Goliath» RETOUR

Plus en détail

Dossier Solution - Virtualisation Arcserve Unified Data Protection

Dossier Solution - Virtualisation Arcserve Unified Data Protection Dossier Solution - Virtualisation Arcserve Unified Data Protection La virtualisation des serveurs et des postes de travail est devenue omniprésente dans la plupart des organisations, et pas seulement au

Plus en détail

Dossier Solution - Virtualisation CA arcserve Unified Data Protection

Dossier Solution - Virtualisation CA arcserve Unified Data Protection Dossier Solution - Virtualisation CA arcserve Unified Data Protection La virtualisation des serveurs et des postes de travail est devenue omniprésente dans la plupart des organisations, et pas seulement

Plus en détail

Projet de rapprochement de 2 Systèmes Informatiques dans le cadre de la création du groupe KLESIA

Projet de rapprochement de 2 Systèmes Informatiques dans le cadre de la création du groupe KLESIA Pascal COURTHIAL D de Klésia Projet de rapprochement de 2 Systèmes Informatiques dans le cadre de la création du groupe KLEA Espace Grande Arche Paris La Défense KLEA : ses valeurs et ses «chiffres» Un

Plus en détail

IBM Global Technology Services Service Management

IBM Global Technology Services Service Management IBM Global Technology Services La voie vers la transformation de l informatique L INFORMATIQUE, UN SOUTIEN AUX MÉTIERS DE L ENTREPRISE Les dirigeants considèrent aujourd hui l informatique comme un levier

Plus en détail

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING?

QU EST CE QUE LE CLOUD COMPUTING? En France, on parle plus volontiers d «informatique en nuage» 1 pour décrire ce concept. Apparu au début des années 2000, le cloud computing constitue une évolution majeure de l informatique d entreprise,

Plus en détail

UNIFIED. Nouvelle génération d'architecture unifiée pour la protection des données D TA. dans des environnements virtuels et physiques PROTECTION

UNIFIED. Nouvelle génération d'architecture unifiée pour la protection des données D TA. dans des environnements virtuels et physiques PROTECTION UNIFIED Nouvelle génération d'architecture unifiée pour la protection des données D TA dans des environnements virtuels et physiques PROTECTION Unified Data protection DOSSIER SOLUTION CA arcserve UDP

Plus en détail

Les avantages de la solution Soluciteam

Les avantages de la solution Soluciteam Qui sommes nous? Les avantages de la solution Soluciteam Notre offre Nos missions Nos références 1 - QUI SOMMES NOUS? PRESENTATION DE L ENTREPRISE Soluciteam, société de prestations de services informatiques

Plus en détail

Outiller la mesure des engagements de service

Outiller la mesure des engagements de service Yphise optimise en Coût Valeur Risque l informatique d entreprise 1 Outiller la mesure des engagements de service Xavier Benmoussa Yphise yphise@yphise.com Tél. 01 44 59 93 00 - Fax 01 44 59 93 09 www.yphise.fr

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

Des projets et des Hommes au service de l innovation EDI. www.bluteams.fr

Des projets et des Hommes au service de l innovation EDI. www.bluteams.fr Des projets et des Hommes au service de l innovation EDI Blue 0821 Présentation Blute@ms Group, créée en 2008, est composée de 3 filiales : Direction de Projets AMOE / AMOA EDI & Flux Développements applicatifs

Plus en détail

MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/

MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/ MiniCLOUD http://www.virtual-sr.com/ SANTE RESEAU développe en 2012, une filiale, VIRTUAL SR, spécialisée dans l'hébergement PRIVÉ de Machines Virtuelles. Spécialisée dans Les Architectures Virtuelles

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

Présentation OPT-NC. Stockage et virtualisation de serveurs. Club DSI Réunion du 05/12/2007 Version 1.0

Présentation OPT-NC. Stockage et virtualisation de serveurs. Club DSI Réunion du 05/12/2007 Version 1.0 Présentation OPT-NC Stockage et virtualisation de serveurs Club DSI Réunion du 05/12/2007 Version 1.0 1 Agenda Historique Infrastructure actuelle Pourquoi une virtualisation de serveurs? Solution technique

Plus en détail

Recovery as a Service

Recovery as a Service Recovery as a Service Quand le Cloud Computing vole au secours des entreprises Membres du groupe : KIRCHHOFER Nicolas BUISSON Marc DJIBRINE Rayanatou DUVAL Fabien JOUBERT Yohan PAQUET Jérôme 1 Coachés

Plus en détail

mieux développer votre activité

mieux développer votre activité cloud computing mieux développer votre activité Les infrastructures IT et les applications d entreprise de plus en plus nombreuses sont une source croissante de contraintes. Data centers, réseau, serveurs,

Plus en détail

VMWare Infrastructure 3

VMWare Infrastructure 3 Ingénieurs 2000 Filière Informatique et réseaux Université de Marne-la-Vallée VMWare Infrastructure 3 Exposé système et nouvelles technologies réseau. Christophe KELLER Sommaire Sommaire... 2 Introduction...

Plus en détail

NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source

NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source DIT - INFRA Demande d information (RFI) NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source Réf. : INFRA_NEXTDB_RFI.docx Page 1/8 Demande d information Projet NEXTDB Implémentation d un SGBD Open Source SOMMAIRE

Plus en détail

LES SOLUTIONS D HEBERGEMENT INFORMATIQUE

LES SOLUTIONS D HEBERGEMENT INFORMATIQUE LES SOLUTIONS D HEBERGEMENT INFORMATIQUE SOMMAIRE Qu est ce que le Cloud? De nouvelles offres? Approche économique Freins, moteurs et Avantages Des réponses concrètes : Les offres NC² SOMMAIRE Qu est ce

Plus en détail

Pensezdifféremment: la supervision unifiéeen mode SaaS

Pensezdifféremment: la supervision unifiéeen mode SaaS Pensezdifféremment: la supervision unifiéeen mode SaaS Web-séminaire Bull-CA Technologies 25 Mars 2014 2014 CA. All rights reserved. Agenda Introduction : pourquoi la supervision unifiée? Pourquoi le SaaS?

Plus en détail

Les serveurs applicatifs et les architectures Java

Les serveurs applicatifs et les architectures Java 03 Lucas Part 02 Page 179 Lundi, 20. août 2001 2:58 14 Chapitre 15 Les serveurs applicatifs et les architectures Java Nous avons vu jusqu ici, dans les chapitres précédents, que les utilisateurs accèdent

Plus en détail

CA Server Automation. Vue d ensemble. Avantages. agility made possible

CA Server Automation. Vue d ensemble. Avantages. agility made possible FICHE PRODUIT : CA Server Automation CA Server Automation agility made possible La solution intégrée CA Server Automation permet d automatiser le provisioning, la correction et la configuration des composants

Plus en détail

Les systèmes de gestion intégrée : ERP ( entreprise ressource planning)

Les systèmes de gestion intégrée : ERP ( entreprise ressource planning) Les systèmes de gestion intégrée : ERP ( entreprise ressource planning) 1 Les questions posées: 1. Quelles sont, la définition, les caractéristiques, les enjeux, les bénéfices, les acteurs d un système

Plus en détail

LE SAN ET LE NAS : LE RESEAU AU SERVICE DES DONNEES

LE SAN ET LE NAS : LE RESEAU AU SERVICE DES DONNEES LE SAN ET LE NAS : LE RESEAU AU SERVICE DES DONNEES Marie GALEZ, galez@cines.fr Le propos de cet article est de présenter les architectures NAS et SAN, qui offrent de nouvelles perspectives pour le partage

Plus en détail

Transformation vers le Cloud. Premier partenaire Cloud Builder certifié IBM, HP et VMware

Transformation vers le Cloud. Premier partenaire Cloud Builder certifié IBM, HP et VMware Transformation vers le Cloud Premier partenaire Cloud Builder certifié IBM, HP et VMware 1 Sommaire Introduction Concepts Les enjeux Modèles de déploiements Modèles de services Nos offres Nos Références

Plus en détail

Dossier d information 2013

Dossier d information 2013 Dossier d information 2013 Connectez-vous au réseau de demain COMPLETEL : L opérateur Très Haut Débit au service des Entreprises Avec plus de 500 millions d euros de chiffre d affaires, Completel est le

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Cloud et Open Source : La proposition de valeur de Tunisie Telecom

Cloud et Open Source : La proposition de valeur de Tunisie Telecom Cloud et Open Source : La proposition de valeur de Tunisie Telecom Elyes Ben Sassi Directeur Stratégie & Marketing Entreprises Tunisie Telecom 8ème Edition de la Conférence Nationale sur les Logiciels

Plus en détail

D e s c o n s u l t a n t s à v o t r e é c o u t e www. luteams.fr

D e s c o n s u l t a n t s à v o t r e é c o u t e www. luteams.fr D e s c o n s u l t a n t s à vo t re é c o u t e Blue 0821 Présentation Blute@ms Group, créée en 2008, est composée de 3 filiales : Direction de Projets AMOE / AMOA EDI & Flux Développements applicatifs

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UNE ARCHITECTURE RESEAU SECURISEE A HAUTE DISPONIBILITE ET MIGRATION DES DONNEES SUR MACHINES VIRTUELLES

MISE EN ŒUVRE D UNE ARCHITECTURE RESEAU SECURISEE A HAUTE DISPONIBILITE ET MIGRATION DES DONNEES SUR MACHINES VIRTUELLES OFFRE N 2013/01/03 MISE EN ŒUVRE D UNE ARCHITECTURE RESEAU SECURISEE A HAUTE DISPONIBILITE ET MIGRATION DES DONNEES SUR MACHINES VIRTUELLES OBJET DE LA CONSULTATION : Ce marché vise dans un 1 er temps,

Plus en détail

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance

Présentation. Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance Présentation Philippe Bouaziz, Président Stéphane Conrard, Directeur Général Délégué - Finance 1 Prodware en bref Editeur de briques logicielles sectorielles et métiers Intégrateur hébergeur des grands

Plus en détail

Rapport pour la commission Permanente du conseil régional

Rapport pour la commission Permanente du conseil régional CP 12-730 Rapport pour la commission Permanente du conseil régional OCTOBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france - QUATRIEMES AFFECTATIONS

Plus en détail

Cloud interne chez Orange et évolutions de la gouvernance IT. Laurent DI PIETRO Kathleen MILSTED

Cloud interne chez Orange et évolutions de la gouvernance IT. Laurent DI PIETRO Kathleen MILSTED Cloud interne chez Orange et évolutions de la gouvernance Laurent DI PIETRO Kathleen MILSTED Orange - quelques repères notre business des offres mobile, internet & fixe, et aux entreprises plus de 231

Plus en détail

Pré-requis techniques

Pré-requis techniques Sommaire 1. PRÉAMBULE... 3 2. PRÉ-REQUIS TÉLÉCOM... 4 Généralités... 4 Accès Télécom supporté... 4 Accès Internet... 5 Accès VPN... 5 Dimensionnement de vos accès... 6 3. PRÉ-REQUIS POUR LES POSTES DE

Plus en détail

Infrastructure IBM AS400 / Renforcement VMWARE

Infrastructure IBM AS400 / Renforcement VMWARE MARCHE n 14.006 Infrastructure IBM AS400 / Renforcement VMWARE CAHIER DES CHARGES - 1 / 6-11/04/2014 ARTICLE 1 PRESENTATION DE L ASSOCIATION RESSOURCES 1.1 Missions de l Association RESSOURCES : Les membres

Plus en détail

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire?

L Application Performance Management pourquoi et pour quoi faire? Management pourquoi et pour quoi faire? Un guide pratique pour comprendre l intérêt des solutions d Application Management, à l heure où les systèmes d information sont au cœur de l efficacité opérationnelle

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

IBM Maximo Asset Management for IT

IBM Maximo Asset Management for IT Gérez de manière économique l ensemble du cycle de vie de vos équipements et ressources informatiques IBM Points forts Aide à contrôler les coûts et l impact financier des équipements informatiques avec

Plus en détail

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production

Francis Chapelier. Infogérance Sélective de Production Francis Chapelier Infogérance Sélective de Production 2 Programme Qu est ce que l infogérance sélective? Présentation de l Infogérance Sélective de Production (ISP) Quelques références Questions / réponses

Plus en détail

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services.

Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Solutions de Service Management Guide d achat Sélectionner la bonne base de données de gestion de configurations pour mettre en place une plate-forme efficace de gestion de services. Aujourd hui, toutes

Plus en détail

Cinq principes fondamentaux

Cinq principes fondamentaux Cinq principes fondamentaux de la protection moderne des données David Davis vexpert Veeam Backup & Replication 6.5 Encore plus IMPRESSIONNANT! Veeam permet une protection des données puissante, facile

Plus en détail

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER

Cloud Computing. 19 Octobre 2010 JC TAGGER Cloud Computing 19 Octobre 2010 JC TAGGER AGENDA 8h30-9h00 Le Cloud Computing De quoi s agit-il? Opportunités pour les entreprises Impact sur la chaine de valeur de l industrie des NTIC s 9h00-9h15 Témoignage

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

IBM Tivoli Storage Manager

IBM Tivoli Storage Manager Maintenir la continuité des affaires grâce à une gestion efficace et performante du stockage IBM Tivoli Storage Manager POINTS FORTS Accroît la continuité des affaires en réduisant les temps de sauvegarde

Plus en détail

Intervenant : Olivier Parcollet olivier.parcollet@semtao.fr Architecte Systèmes & Réseaux. RETOUR D EXPERIENCE Virtualisation à lasetao

Intervenant : Olivier Parcollet olivier.parcollet@semtao.fr Architecte Systèmes & Réseaux. RETOUR D EXPERIENCE Virtualisation à lasetao Intervenant : Olivier Parcollet olivier.parcollet@semtao.fr Architecte Systèmes & Réseaux RETOUR D EXPERIENCE Virtualisation à lasetao REX SETAO / VmWare AGENDA Présentation de l activité informatique

Plus en détail

Groupe de travail Analyse des coûts

Groupe de travail Analyse des coûts Groupe de travail Analyse des coûts Thierry Archambault Responsable Modèle Economique, CNP assurances Espace Grande Arche Paris La Défense Sommaire Groupe de travail Analyse des coûts 1 Enjeux et objectifs

Plus en détail

Centralisation de la configuration : clé de voûte de ThinManager

Centralisation de la configuration : clé de voûte de ThinManager ACP ThinManager Distributeur de Performance Industrielle INTRODUCTION Editée par la société ACP (Automation Control Product) depuis 1999, ThinManager est une solution logicielle dédiée à la gestion centralisée

Plus en détail

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com

HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES. Simple & Performant. www.quick software line.com HAUTE DISPONIBILITE & CONTINUITÉ DE SERVICE MULTI PLATES FORMES Haute disponibilité pour Serveurs Ouverts (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware (Windows, UNIX, AIX, Linux, VMware ) Généralités Quelques définitions

Plus en détail

Les data centers. à l ère de la consolidation, de la virtualisation. l informatique verte

Les data centers. à l ère de la consolidation, de la virtualisation. l informatique verte DOSSIER REPONSES Après une phase où l informatique s était largement disséminée dans de nombreux sites, l heure est nettement au regroupement des serveurs et à la consolidation ; cela étant dû à une augmentation

Plus en détail

VIRTUALISATION : MYTHES & RÉALITÉS

VIRTUALISATION : MYTHES & RÉALITÉS VIRTUALISATION : MYTHES & RÉALITÉS Virtualisation Définition Marché & Approche Microsoft Virtualisation en PME Quel(s) besoin(s) Quelle(s) approche(s) Témoignage Client Mr Rocher, DSI CESML Questions /

Plus en détail

AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation

AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation AFRC Centres de Relation Client - Optimisation & Virtualisation Laurent CORNU Partner, Customer Relationship Management Leader IBM Business Consulting Services Plus que tout autre canal, le centre de relation

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives

DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

Portefeuille de solutions HP pour la virtualisation

Portefeuille de solutions HP pour la virtualisation Portefeuille de solutions HP pour la virtualisation Table des Matières Introduction P3 1. Les avantages de la Virtualisation P4 2. La valeur Ajoutée HP P6 3. La valeur Ajoutée Intel P8 4. Le portefeuille

Plus en détail

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique

Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Repenser le SI à l'ère du numérique : apports des solutions de big data, cloud computing et confiance numérique Extraits d analyses publiées par MARKESS International Emmanuelle Olivié-Paul epaul@markess.com

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

CONTEXTE GENERAL : CADRE DE REFLEXION ET D ACTION ET DOMAINES D INTERVENTION

CONTEXTE GENERAL : CADRE DE REFLEXION ET D ACTION ET DOMAINES D INTERVENTION COSEIL ET EXPERTISE FOCTIO rchitecte informatique CLSSIFICTIO / GROUPE RISO D ETRE / ISSIO Participe à la construction du contenu du cadre de référence de l urbanisme du SI (description des applications

Plus en détail

Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud. SFR Business Team - Présentation

Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud. SFR Business Team - Présentation Technique et architecture de l offre Suite infrastructure cloud Les partenaires de l offre Cloud Computing SFR Le focus HP Les principes de mise en œuvre réseau Les principes de fonctionnement de la solution

Plus en détail

Informatique CDC Talend. Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012

Informatique CDC Talend. Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012 Informatique CDC Talend Dei Lab Sophie Haré Conférence utilisateurs Octobre 2012 La Caisse des Dépôts & Informatique CDC Contexte de choix Existant Audit de code Conclusion La Caisse des Dépôts & Informatique

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Une présentation de HP et de MicroAge. 21 septembre 2010

Une présentation de HP et de MicroAge. 21 septembre 2010 Une présentation de HP et de MicroAge 21 septembre 2010 Programme Présentation de MicroAge Maria Fiore Responsable du développement des affaires MicroAge Virtualisation et stockage optimisé à prix abordable

Plus en détail

Prestataire Informatique

Prestataire Informatique SOLUTION INFORMATIQUE POUR PME-TPE C est la garantie du savoir-faire! Prestataire Informatique 2 Rue Albert BARBIER 45100 Orléans -Tel : 06.88.43.43.31 / 06.62.68.29.74 Contact Mali : 76441335 ou 65900903

Plus en détail

Mise en œuvre d un Serveur d Archivage Electronique pour les factures client. 28/01/2015 Sébastien Dufrene

Mise en œuvre d un Serveur d Archivage Electronique pour les factures client. 28/01/2015 Sébastien Dufrene Mise en œuvre d un Serveur d Archivage Electronique pour les factures client 28/01/2015 Sébastien Dufrene Lyonnaise des Eaux France Filiale du groupe Suez Environnement 2 ème distributeur d eau en France

Plus en détail

«SOLUTION DE SAUVEGARDE DE L INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE»

«SOLUTION DE SAUVEGARDE DE L INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE» MARCHE n 13.011 : «SOLUTION DE SAUVEGARDE DE L INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE» CAHIER DES CHARGES - 1 / 5-03/12/2013 ARTICLE 1 PRESENTATION DE L ASSOCIATION RESSOURCES Les membres de l Association RESSOURCES

Plus en détail

Nous vous aidons à nourrir les. relations qui nourrissent votre succès.

Nous vous aidons à nourrir les. relations qui nourrissent votre succès. Nous vous aidons à nourrir les relations qui nourrissent votre succès. 101000101010100010101101000101011010001010110101010101010101 010010100010101011010001010110100010101101000101010101010101 00100101000101000101011010001010110100010101001011011010100

Plus en détail

Entrez dans l ère du Numérique Très Haut Débit

Entrez dans l ère du Numérique Très Haut Débit MIPE Juin 2012 - Nantes http://www.network-th.fr - 0811 560 947 1. Le Très Haut Débit sur Fibre Optique au prix d une SDSL : Mythe ou Réalité? 2. Sauvegarder, Sécuriser, Protéger, Superviser : Délégueznous

Plus en détail

Problématique, Constats

Problématique, Constats Problématique, Constats Réactivité de la DSI pour les projets numériques consommateurs Contraintes de temps et de coûts Forte pression des métiers Compétitivité des sociétés externes Décalage de démarrage

Plus en détail

La Virtualisation Windows chez CASINO. Philippe CROUZY Responsable Infrastructure Equipes Systèmes -Stockage

La Virtualisation Windows chez CASINO. Philippe CROUZY Responsable Infrastructure Equipes Systèmes -Stockage La Virtualisation Windows chez CASINO Philippe CROUZY Responsable Infrastructure Equipes Systèmes -Stockage Sommaire Contexte Datacenters La virtualisation chez Casino Notre démarche Feuille de route Bilan

Plus en détail

GT Analyse des coûts de la production informatique. Treyer Joachim Archambault Thierry

GT Analyse des coûts de la production informatique. Treyer Joachim Archambault Thierry GT Analyse des coûts de la production informatique Treyer Joachim Archambault Thierry Le Groupe de Travail Lancé début 2011 en coopération avec le Cigref 53 adhérents inscrits, 25 membres actifs ADEO SERVICES,

Plus en détail

Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients

Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients Gestion de la virtualisation et de l automatisation CA : Construisez votre pratique de la virtualisation et accélérez les initiatives de vos clients Progrès de la virtualisation La virtualisation des serveurs

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Flexibilité et choix dans la gestion d infrastructure Le SI peut-il répondre aux attentes métier face à la complexité croissante des infrastructures et aux importantes contraintes en termes

Plus en détail

Pilotage de la performance par les processus et IT

Pilotage de la performance par les processus et IT Pilotage de la performance par les processus et IT Pilotage par les processus, Apports de la DSI aux processus métiers, Maturité des entreprises en matière de pilotage par les processus. 1 1 Piloter par

Plus en détail

Tarification de la solution en mode service

Tarification de la solution en mode service Tarification de la solution en mode service Coûts Amue + SIHAM-PMS est au périmètre initial du projet SIHAM La construction et la maintenance de la solution sont couverts par SIHAM. + Pour les établissements

Plus en détail

La situation du Cloud Computing se clarifie.

La situation du Cloud Computing se clarifie. Résumé La situation du Cloud Computing se clarifie. Depuis peu, le Cloud Computing est devenu un sujet brûlant, et à juste titre. Il permet aux entreprises de bénéficier d avantages compétitifs qui leur

Plus en détail

FAMILLE EMC RECOVERPOINT

FAMILLE EMC RECOVERPOINT FAMILLE EMC RECOVERPOINT Solution économique de protection des données et de reprise après sinistre en local et à distance Avantages clés Optimiser la protection des données et la reprise après sinistre

Plus en détail

Yphise. Le SAN. Architectures SAN

Yphise. Le SAN. Architectures SAN Architectures SAN Mardi 28 mars 2000 Laurent Ruyssen - 53 Bd de Sébastopol - T 1 45 08 86 70 F 1 45 08 05 51 yphise@yphise.com - http://yphise.fr ABS0003-1 Nous accompagnons les Directions Informatiques

Plus en détail

Conseil en Technologie et Systèmes d Information

Conseil en Technologie et Systèmes d Information Conseil en Technologie et Systèmes d Information SMQ Offre Infrastructures_AT V2 SOMMAIRE Offre de services Infogérance pour PME, TPE, Administrations & Institutions NOTRE OFFRE COMPETENCES EXPERTISE SYSTEMES

Plus en détail

de la DSI aujourd hui

de la DSI aujourd hui de la DSI aujourd hui Partout, l industrialisation de l IT est en cours. ITS Group accompagne ce mouvement avec une palette de compétences exhaustives permettant de répondre aux principaux challenges que

Plus en détail

L Essentiel Conférence CRiP Thématique Virtualisation et nouvelles stratégies pour le poste de travail 2011

L Essentiel Conférence CRiP Thématique Virtualisation et nouvelles stratégies pour le poste de travail 2011 Club des Responsables d Infrastructures et de Production L Essentiel Conférence CRiP Thématique Virtualisation et nouvelles stratégies pour le poste de travail 2011 Assistance Editoriale - Renaud Bonnet

Plus en détail

LES OFFRES DE NOTRE DATA CENTER

LES OFFRES DE NOTRE DATA CENTER LES OFFRES DE NOTRE DATA CENTER Découvrez notre gamme 2011 Contacts : 01 41 47 70 00 Services@o2i.biz www.o2i.biz DATACENTER MAIL VOTRE MESSAGERIE HÉBERGÉE Et sécurisée SUR SERVEUR MICROSOfT ExChANGE 2010

Plus en détail

Les audits de l infrastructure des SI

Les audits de l infrastructure des SI Les audits de l infrastructure des SI Réunion responsables de Catis 23 avril 2009 Vers un nouveau modèle pour l infrastructure (CDSI Avril et Juin 2008) En dix ans, les évolutions des SI ont eu un fort

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

6 octobre 2011. CASSIS, un concept «As a Service» pour les PME. Anne REGINSTER SGS Sales Team Leader

6 octobre 2011. CASSIS, un concept «As a Service» pour les PME. Anne REGINSTER SGS Sales Team Leader 6 octobre 2011 CASSIS, un concept «As a Service» pour les PME Anne REGINSTER SGS Sales Team Leader Co-sourcing INSOURCING CO-SOURCING OUTSOURCING 2 PME: Une infrastructure Utilisateurs Architecture Réseau

Plus en détail

tech days AMBIENT INTELLIGENCE

tech days AMBIENT INTELLIGENCE tech days 2015 AMBIENT INTELLIGENCE techdays.microsoft.fr techdays.microsoft.fr Time To Market Demande croissante des métiers de réduire le délai de mise sur le marché Immédiateté Ergonomie, rapidité et

Plus en détail

Opérateur global de la performance IT

Opérateur global de la performance IT Opérateur global de la performance IT Pour une informatique performante et fiable, délivrant les services attendus par les Métiers, au moindre coût. Opérateur global de la performance IT depuis près d

Plus en détail

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012. Comment bien choisir son équipement informatique?

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012. Comment bien choisir son équipement informatique? CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012 Comment bien choisir son équipement informatique? Vous êtes plutôt PC... ou plutôt Mac? o Depuis plus de 20 ans, le couple PC/Windows représente le poste

Plus en détail

impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI?

impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI? impacts du Cloud sur les métiers IT: quelles mutations pour la DSI? Intervenants : Diarétou Madina DIENG Directrice Développement Orange business Services Sénégal Brutus Sadou DIAKITE Directeur Systèmes

Plus en détail

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client.

Les PGI. A l origine, un progiciel était un logiciel adapté aux besoins d un client. Les PGI Les Progiciels de Gestion Intégrés sont devenus en quelques années une des pierres angulaire du SI de l organisation. Le Système d Information (SI) est composé de 3 domaines : - Organisationnel

Plus en détail

Bull, un catalogue de service particulier pour répondre aux environnements complexes

Bull, un catalogue de service particulier pour répondre aux environnements complexes Bull, un catalogue de service particulier pour répondre aux environnements complexes 20 mars 2014 Bull Data Infrastructure Fabien Palange Product Manager x86 Bull, 2012 1 Agenda Présentation Bull Introduction

Plus en détail

Bénéficiez d une solution Cloud rationalisée et adaptée à vos besoins

Bénéficiez d une solution Cloud rationalisée et adaptée à vos besoins Bénéficiez d une solution Cloud rationalisée et adaptée à vos besoins Le bureau virtuel toujours disponible, n importe où, simplement et de façon totalement sécurisée. Desk-inCloud est une solution (Daas)

Plus en détail