[1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunion 11, 26, (1937) ; reprinted in Collected

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "[1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunion 11, 26, (1937) ; reprinted in Collected"

Transcription

1 Bblography [1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunon 11, 6, (1937) ; reprnted n Colleted Papers of L. D. Landau, ed.d. Ter Haar (Pergamon Press, New York, 1965) [] V. L. Gnzburg and L. D.Landau, Zh. Eksp. Teor. Fz. 0, 1064, (1950) [3] R. Thom, Strutural Stablty and Morphogeness, (1975), (Benjamn, New york) [4] E. P. Wgner, Phys. Rev., 46, 100, ( 1934) [5] R. A. Coldwell-Horsfall and A. A. Maradudn, J. Math. Phys., 1, 395, (1960) [6] R. G. Palmer and P. W. Anderson, Phys. Rev. D 9, 381, (1974) [7] P. W. Anderson, Letures on the many body problem, edted by E. R. Caanello, (1964), (Aadem press, New York) [8] P. W. Anderson, Rev. Mod. Phys., 38, 9, (1966) [9] B. D. Josephson, Nobel Leture, Rev. Mod. Phys., 46, 50, (1974) [10] P. C. Hohenberg and P. C. Martn, Ann. Phys. 4, 91, (1965) [11] N. F. Mott, Metal-Insulator Transtons, (1974), (Taylor and Frans, London) [1] D. B. MWhan, P.M.Remeka, T. M. Re, W.F. Brnkmann, J. P. Mata and A. Menth, Phys. Rev. Letters, 7,941, (1971) [13] P. C. Hohenberg and B. I. Halpern, Rev. Mod. Phys. 49, 435, (1977) [14] J. Goldstone, Nuovo Cmento, 19, 1,(1961) [15] J. Goldstone, A. Salam and S. Wenberg, Phys. Rev. D 17, 965, (196) 97

2 Chapter 3 APPROXIMATIONS DE CHAMP MOYEN. 3.1 MÉTHODES VARIATIONNELLES. La plupart des transtons ne peuvent se dérre que dans la adre de théores approhées. Très souvent, l s agt d une varante de la méthode du hamp moléulare. On peut développer une formulaton de ette méthode qu met en lumère son aratère varatonnel. La méthode varatonnelle est une méthode d approxmaton ben onnue en méanque quantque ; elle est fondée sur la proprété suvante: pour toute fonton d onde d essa, la valeur moyenne de l hamltonen : E = < H > (3.1) est toujours supéreure ou égale à l énerge du fondamental exate E0. La melleure estmaton varatonnelle de E0 sera don obtenue à partr de la fonton d onde > qu mnmse E. Il exste un équvalent de ette méthode varatonnelle en méanque statstque Les théorèmes varatonnels S un système est en équlbre thermodynamque, la valeur moyenne d une grandeur physque, représentée par un opérateur A est donnée par : <A> = Tr A (3.) où est l opérateur densté tel que Tr =1. On s ntéresse aux systèmes en équlbre ave un thermostat. L expresson de s obtent en mnmsant l énerge lbre (vor Rappels ) : 99

3 100 On en dédut : F = T r H + T r Ln (3.3) F = 1 exp LnT r H (3.4) Premère méthode varatonnelle Comme on ne sat pas aluler exatement la fonton de partton Z = Trexp H (3.5) on se ontente d une expresson approhée Fv de l énerge lbre obtenue à partr d un opérateur densté approxmatf : F = T r H + T r Ln v (3.6) est l opérateur densté exat et 0 un opérateur densté approhé, dans l ensemble anonque, dérvant un système en ontat ave un thermostat à la température T, de façon que l énerge sot xée en moyenne : <H> = E (3.7) et 0 dovent tous les deux vér er deux ontrantes. La premère est une ontrante de normalsaton Tr = Tr = 1 0 (3.8) L autre ontrante exprme que la valeur moyenne de l énerge est E Tr H = Tr H = E 0 (3.9) Érvons mantenant le prnpe d entrope maxmum ou seond prnpe de la thermodynamque : quel que sot, 0 Comme T r Ln 0 0 T r Ln est l opérateur densté exat, dans l ensemble anonque: (3.10) L équaton (3.10) s ért : = 1 exp H Z (3.11) T r Ln T r [ LnZ + H] 0 0 (3.1)

4 101 En utlsant les équatons (3.8) et (3.9), on peut érre d où : T r [ LnZ + H] = T r [ LnZ + H] 0 T r Ln T r [ LnZ + H] = LnZ + T r H (3.13) L négalté peut se réérre: v Sot : F = LnZ T r Ln + T r H v F F a = exp H Trexp H où F est l énerge lbre exate et Fv est l énerge lbre varatonnelle, dé ne par F = T r Ln + T r H (3.15) L énerge lbre approxmatve est toujours plus grande que l énerge lbre exate. La melleure énerge lbre approxmatve sera elle qu mnmse F ( ) par rapport aux varatons des paramètres de. 0 0 Deuxème méthode varatonnelle Au leu de rasonner sur un opérateur densté approhé 0, l est parfos plus ommode de rasonner sur un hamltonen approhé Ha qu permet de dé nr un opérateur densté. Ce as est, ben sûr, dfférent du as préédent. En effet, on onnaît de façon exate l hamltonen H (alors qu on ne onnassat pas exatement ). Par ontre, évdemment, on ne sat pas le résoudre. C est pourquo nous allons utlser un hamltonen approhé, qu lu sera exatement soluble. À et hamltonen approhé, orrespond un opérateur densté, dé nt par: : On dé nt F a a a v a (3.14) (3.16), l énerge lbre orrespondant à et hamltonen approhé F k T LnZ a B a F = LnT r exp H a = a (3.17) (3.18) Dans e as, on peut érre :

5 10 T r Ln = LnZ + T r H a a a a a Notre énerge lbre varatonnelle ne sera pas F, mas F dé ne par : a v (3.19) ou de façon équvalente : F = F + Tr ( H H ) v a a a (3.0) Fv = Fa + < H H a > a (3.1) où <A> a= Tr A a est dé n omme la valeur moyenne de l opérateur A alulée à partr de l hamltonen approhé Ha et, don, de l opérateur densté orrespondant a. En effet e hox de Fv permet de onserver la proprété varatonnelle Fv F. Ce peut se démontrer en utlsant la proprété vér ée par tout opérateur hermtque X : < exp X > exp < X > (3.) Pour la démontrer, on peut partr de la dé nton de l exponentelle d un opérateur : exp [ ] = 1 + [ ] + [ X < X > X < X > X < X > ] + (3.3) On en dédut, en prenant la valeur moyenne des deux membres, dé ne à partr de tout opérateur densté: < exp [ X < X > ] > < 1 + [ X < X > ] > (3.4) Cette négalté est vrae quelle que sot l opérateur densté utlsé pour aluler les valeurs moyennes. L négalté est vér ée pour tout salare réel X, mas auss, à ondton de prendre la valeur moyenne des deux membres, pour tout opérateur hermtque X. Don, en érvant ette négalté pour l opérateur X = ( H Ha) et en dé nssant les valeurs moyennes à l ade de l opérateur densté, a on obtent Tr[ exp ( H H )] exp[ Tr ( H Ha)] a a a et en supposant, pour smpl er, que H et H ommutent : exp Ln Tr H Trexp H a Tr ( H Ha) a a (3.5) (3.6)

6 103 d où la proprété varatonnelle annonée : F F = F + Tr ( H Ha) v a a (3.7) 3.1. Méthode de Bragg et Wllams - Champ moléulare Ce sont es onsdératons générales qu forment la base des méthodes du hamp moléulare et de Bragg et Wllams[?], que nous allons dsuter mantenant. Hstorquement, e sont les premères méthodes qu ont perms de rendre ompte des transtons du deuxème ordre. Nous allons montrer que e sont deux aspets de la théore générale préédente. Langevn avat donné une théore élémentare du paramagnétsme et avat déouvert qu en présene d un hamp magnétque H suffsamment pett, l amantaton M de moments magnétques ndépendants état donnée par une expresson de la forme M( T ) = CH/T où C est la onstante de Cure et T la température. Pour rendre ompte du ferromagnétsme, l fallat ntrodure l effet des nteratons entre amants atomques, néglgées dans la théore de Langevn. P. Wess[?] supposa qu l état possble, en premère approxmaton, d en tenr ompte en ajoutant au hamp H applqué le hamp Hm (hamp moléulare) réé par les vosns. Ce donne : m = ( + ) M C H H T En outre, l postula que e hamp moléulare état de la forme (3.8) H m = KM Cette hypothèse devat rendre ompte de la nature oopératve de l ordre. Il obtnt alors : KC CH M 1 = T T (3.9) est-à-dre : CH M = T T (3.30) où T = KC est la température d apparton d une amantaton spontanée, est-à-dre une valeur ne de M quand H 0. Voyons e plus présément.

7 104 On onsdère une assemblée de spn d Isng (pour smpl er) sur un réseau de Bravas. Nous érrons, après un hangement de varables : H = J <,j> L nteraton est supposée ferromagnétque ( J > 0). Les sont des varables salares de nes en haque ste du réseau et qu peuvent prendre les valeurs 1. La sommaton est lmtée aux pares <,j > de stes premers vosns. j Premère méthode : Bragg et Wllams Nous allons applquer la méthode varatonnelle où la quantté varatonnelle est l opérateur densté. Nous onsdérons don un opérateur densté approhé. Les états propres de haque spn appartennent à un espae vetorel de dmenson,e. Les états du système de N spns ( 1,,,,, N) N appartennent à l espae produt tensorel, E, de dmenson. E = E1 E E EN (3.31) L opérateur densté approhé 0 est prs égal au produt tensorel des opérateurs denstés relatfs à un seul spn 0, haque 0 étant dé n dans le sous-espae E. 1 N 0 = (3.3) C est une approxmaton qu onsste à déoupler les dfférents spns. (Dans la sute, tous les stes seront équvalents ). Chaque opérateur densté partel, relatf à un seul spn est soums aux deux ontrantes: 0 0 Tr =1 et Tr = m Chaque 0 est don une matre, dagonale dans la base des états propres du spn 1+ m 0 0 = (3.34) 1 m 0 m est le paramètre d ordre aratérsant 0. L énerge lbre varatonnelle s ért : 1 = N F m m m m Ln Ln Jzm (3.33) (3.35)

8 105 Fgure 3.1: Dsusson graphque de la resoluton de l equaton de selfonsstene de la methode de Bragg et Wllams : l faut reherher les ntersetons du graphe de la fonton f(m) = (1/)Ln((1+m)/(1-m)) ave la drote de pente zj où z est le nombre des stes vosns d un ste donné. En érvant F/ m =0 on obtent : = 1 1+ m Jzm Ln (3.36) 1 m On peut dsuter graphquement l exstene des solutons ( gure 3.1) : Il faut reherher les ntersetons de la ourbe = ( ) = 1 1+ m y f m Ln 1 m ave la drote y = Jzm

9 106 Le omportement à l orgne de f ( m) est donné par: ( ) = 1 1+ m f m Ln 1 m m. La nature des solutons dépend de la pente de la drote. S Jz < 1, la seule soluton est m = 0. S Jz > 1, l y a tros solutons possbles m = 0 et m = m0 La transton entre les deux régmes s effetue quand la pente de la drote vaut 1, est-à-dre pour Jz = 1 Ce dé nt la température de transton : T = La dsusson de la stablté de es dverses solutons permet de dédure la ourbe donnant les varatons de m en fonton de la température ( gure (3.). S on veut étuder le vosnage de m =0, on peut développer l énerge lbre autour de e pont : F est une fonton pare de m. Le développement s ért 4 F = Ln+(1 zj) m + m + (3.38) 1 En posant Jz = kbt, on observe les dfférents omportements de F pour T>T et T<T. On en dédut auss le omportement de m, à partr de la ondton de mnmsaton de l énerge lbre F/ m = 0 : Jz k B (3.37) T T T Les solutons orrespondantes sont : 3 m + m =0 3 (3.39) T T m =0 et m0 =3 (3.40) T La soluton stable orrespond à un omportement parabolque. On peut auss ntrodure un hamp magnétque h. Il faut alors mnmser le potentel thermodynamque F mh : F B 3 = = B( ) + m h k T T m k T m (3.41) 3 Don, s on dé nt la suseptblté : m = h T (3.4)

10 107 Fgure 3.: Allure des varatons du parametre d ordre ave la temperature dans l approxmaton de Bragg-Wllams.

11 108 Fgure 3.3: Developpement de l energe lbre au vosnage de m=0 dans l approxmaton de Bragg-Wllams.

12 CHAPTER on obtent, en dérvant par rapport à h m 0 kb( T T) + kbtm = 1 (3.43) S T>T, on est dans la phase désordonnée, appelée paramagnétque : =0 1 = (3.44) k ( T T ) S T<T, on est dans la phase ordonnée, appelée ferromagnétque : m0 =0 1 = (3.45) kb( T T) T T Dans les deux as, dverge quand T T, omme : T ave =1 On peut aluler la haleur spé que à hamp h onstant : Ch = T S = T S m (3.46) T m T Dans la phase paramagnétque : m 0, don Ch = 0. Dans la phase ferromagnétque : m =0 On prévot don une dsontnuté de la haleur spé que à la transton ( gure (3.4)). On retrouve les résultats prévus par la théore d Ehrenfest. C, qu est une dérvée seonde du potentel thermodynamque G = F mh, dans le as présent est dsontnue, mas ne dverge pas à la transton. On notera la ontnuté de l entrope S, e qu mplque qu l n y a pas de haleur latente. Tous es résultats se retrouvent falement par la deuxème méthode varatonnelle B 0 h B Deuxème méthode : Champ moyen C 0 0 N = = 1 k T dm dt Dans le paragraphe préédent, est la proprété de déouplage : qu a perms d effetuer très smplement les aluls. Cette fos-, on suppose que : (3.47) 0 = 1 exp + h Z 0 (3.48)

13 110 Fgure 3.4: Allure des varatons ave la temperature de la haleur spe que dans l approxmaton de Bragg-Wlams. I, l n a pas ete tenu ompte de la ontrbuton de la haleur spe que de la phase desordonnee.

14 111 est-à-dre que le système est dért par un hamltonen approhé Ha, don par l opérateur densté : ave a = 1 exp H Z a H = h a Z = exp h+ exp h = osh h a Le paramètre varatonnel est le hamp moyen h. Il s agt enore d une méthode qu déouple les spns et par onséquent néglge toute orrélaton, pusque l hamltonen à N orps est approhé par une somme d hamltonen à un spn. Il y a don, omme dans la méthode préédente une fatorsaton de la fonton de partton à N spns. C est ben ette proprété de déouplage qu rend les méthodes équvalentes. La fonton de partton du ste orrespondant à et hamltonen approhé s ért : d où l énerge lbre approhée par spn: Fa = 1 Ln ( osh h) (3.5) N et pour l énerge lbre varatonnelle par spn: 1 v = 1 1 ( osh ) + N F Ln h zjm hm (3.53) Le premer terme orrespond à Fa ; les deux suvants orrespondent à <H H a > a, en gardant les notatons du paragraphe préédent. On a posé : a (3.49) (3.50) (3.51) m = < > = 1 Tr exp h Z = tanh h a (3.54) (3.55) On dot mnmser, ette fos-, F par rapport à h. Il vent : tanh h zjm m + m+ h m = 0 h h v (3.56) D où l équaton de self onsstene que dot vér er le hamp moyen : h = zj tanh h ave (3.57) m = tanh h

15 11 S on ért ette équaton en fonton de m, on retrouve la même ondton que dans la méthode de Bragg-Wllams du paragraphe préédent: zjm = arg tanh m (3.58) Remarquons qu on peut trater de façon élémentare le problème préédent, en dsant que H se omporte omme : H = h (3.59) ave et on fat l approxmaton : h h = J jv() = J jv() qu dot être ndépendant de j, d où : j (3.60) (3.61) h = zj < > (3.6) Mas nous savons qu en présene d un hamp extéreur effetf h, des spns ndépendants soums à e hamp effetf aquèrent un moment moyen : Par onséquent : < > = tanh h (3.63) < > = tanh[ zj< > ] (3.64) On dot résoudre une équaton dte de self-onsstene : on a remplaé le problème de spns en nteratons par un problème de spns ndépendants plaés dans le hamp moyen des autres spns. Ce hamp moyen, qu détermne l amantaton moyenne, est lu-auss xé par ette amantaton moyenne. D où un problème de ohérene nterne à résoudre. Cette méthode de hamp moyen self-onsstent est omplètement équvalente à la méthode varatonnelle. Il est toujours mportant, quand on utlse une méthode d approxmaton varatonnelle, de omprendre le sens physque de l approxmaton utlsée, notamment pour en détermner la lmte de valdté. Or e sens physque n est pas toujours transparent. Dans le as présent, l approxmaton varatonnelle résulte du hox de l opérateur densté d essa ou de l hamltonen

16 113 d essa. Dans l un et l autre as (Bragg-Wllams et hamp moyen), e hox revent à déoupler les varables de spn en les tratant omme ndépendantes, pusque on fatorse les opérateurs densté des dfférents spns (Bragg-wllams) ou qu on remplae un hamltonen de spns ouplés par une somme d hamltonens à un spn (hamp moyen). Il exste une autre façon, évdemment équvalente, de aratérser ette approxmaton : le hamp moyen est une approxmaton de plus bas ordre en utuatons, est à dre en éart à la valeur moyenne. En effet, développons l hamltonen en pussanes de termes utuatfs en érvant : = < > +( < > ) (3.65) où le terme entre parenthèse dért l éart à la valeur moyenne, supposé pett en valeur relatve. L hamltonen s ért : H= J [ < > + ( < > )] [ < > + ( < > )] (3.66) <,j> S on fat un développement de plus bas ordre en utuatons: H J < + J < >< > + O ( < > ) j= v( ) j j j j> <,j> (3.67) où la sommaton sur j porte sur les z stes j = v( ) premers vosns du ste et la sommaton sur <,j > porte sur les pares de stes premers vosns. À une onstante près : H h (3.68) ave h = J < j= v( ) j j> (3.69) On vot alors que la méthode varatonnelle de hamp moyen est également une méthode de lnéarsaton de l hamltonen, qu onsste à néglger les termes quadratques en utuatons. Dérre les spns omme des varables ndépendantes est équvalent à trater au plus bas ordre les utuatons par rapport à la moyenne. Ben entendu, la lnéarsaton de l hamltonen, qu résulte du fat qu on néglge les termes quadratques en utuatons, aboutt à un problème de self-onsstene. En effet l hamltonen lnéarsé dépend de la valeur moyenne de l amantaton < >, qu elle-même dot dépendre de l hamltonen approhé. Il faut que ette nterdépendane préserve la ohérene nterne de la théore.

17 114 Comme et que < > = tanh h (3.70) h = zj < > on aboutt ben à l équaton de self onsstene du ham moyen : (3.71) < > = tanh[ zj< > ] (3.7) 3. THÉORIE THERMODYNAMIQUE DE LANDAU Prnpes généraux Au haptre préédent, nous avons dégagé les prnpes du modèle de Landau des transtons de phase[?]. Il s agt, tout d abord, de transtons de phase du seond ordre, dans lesquelles une symétre est spontanément brsée. On adopte la démarhe suvante: 1) par une analyse des proprétés de symétre de la phase haute température on reherhe des paramètres d ordre possbles, varables extensves, nulles par symétre dans la phase haute température, mas qu devennent néessares pour dérre la phase basse température et la brsure spontanée de symétre. ) à partr des nvarants rrédutbles de la phase de haute température, on onstrut une fontonnelle de l énerge lbre[?], qu est nvarante dans les opératons de symétre de ette phase : le paramètre d ordre m() r est a pror une fonton de l espae. La donnée de ette fonton permet de dérre une on guraton donnée. La fontonnelle établt la orrespondane entre ette on guraton et l énerge lbre qu dot lu être assoée 3) on établt un développement de ette fontonnelle en pussanes de m pour m suffsamment pett, en supposant qu elle est analytque. 4) on alule la fonton de partton en prenant la trae de exp F [ m( r)], est-à-dre en alulant une ntégrale fontonnelle. Ben entendu, ette ntégrale fontonnelle est, en général, mpossble à aluler de façon exate et néesste don la mse en uvre d approxmatons plus ou mons sophstquées. Ce qu on appelle approxmaton de Landau, que nous avons tenu à dstnguer du modèle de Landau des transtons de phase, est présément une façon approhée de aluler ette

18 115 ntégrale fontonnelle. Il s agt, enore une fos, d une approxmaton de type hamp moyen, qu onsste à néglger les utuatons par rapport à la moyenne. On peut la présenter omme une approxmaton du ol dans le alul de la fonton de partton. 3.. Approxmaton du ol La fonton de partton dans l ensemble anonque s ért: Z = Trexp H qu l est ommode de réérre Z = exp E( C) { C} (3.73) Dans ette somme sur toute les on guratons C, on regroupe ensemble toute elles qu ont même énerge E Z = W ( C) exp E { CE} (3.74) où la nouvelle somme ne porte mantenant que sur les on guratons d énerge dstnte, ar on a regroupé ensemble toute les on guratons de même énerge, qu ont même pods statstque. W( E) est le nombre de on guratons mrosopques du système d énerge E. Ce nombre est relé à l entrope mroanonque du système : D où Z = exp [ E TS( E)] { CE} On ért E TS = F à l ade de la fontonnelle du paramètre d ordre mr () donnant la densté d énerge lbre orrespondant à la valeur de la fonton mr (). Les on guratons CE ( ) sont supposées entèrement détermnées par la donnée des fontons mr (). On ért alors d Z = Dm( r) exp F [ m( r)] d r (3.77) SE W( E) = exp ( ) k B (3.75) (3.76)

19 116 Cas d une transton du deuxème ordre. Dans l approxmaton de Bragg et Wllams, l énerge lbre d un système magnétque dért par le hamltonen d Hesenberg est une fonton analytque de la température T et de l amantaton m. Au vosnage de la température de transton T, m est pette et l sufft de onsdérer les premers termes du développement en pussanes de m : ( ) ( 0)+ 1 ( ) + b F T,m F T, a T T m m 4 4 (3.78) où 3 F B = = 4 k a m T m=0 T= T N 4 B = 1 F = 16 k T b 6 m 3N 3 N 4 m=0 T= T N mest omprs entre et + et T =. 4kB Ce dé nt, dans e as partuler très smple, e qu on appelle, de façon générale, pour une transton du seond ordre donnée aratérsée par un paramètre d ordre m, la fontonnelle de Landau de l énerge lbre F( T,m), analytque par rapport à m et à T au vosnage du pont de transton. La valeur du paramètre d ordre à l équlbre m0 est détermnée par la mnmsaton de F( T,m). Pus on fat l approxmaton que la fonton de partton du système à l équlbre, qu devrat s érre omme une ntégrale fontonnelle sur m() r, se rédut smplement à : d Z = Dm( r) exp F [ m( r)] d r = exp F ( m ) où m0 est la valeur du paramètre d ordre à l équlbre. Il s agt don d une approxmaton du ol qu néglge omplètement les utuatons par rapport à la valeur d équlbre m0. Cette approxmaton ekonnale est analogue à l approxmaton de l optque géométrque, où on ne onsdère que le rayon lumneux qu mnmse le hemn optque, ou à l approxmaton de la Méanque Classque, qu ne onsdère que la trajetore lassque, qu mnmse l aton. On onçot que ette approxmaton devenne de plus en plus mauvase à mesure que l on s approhe de la température rtque. En effet, le mnmum de F( m0) devent de mons en mons marqué et les utuatons de plus en plus mportantes. Il est équvalent de dre que l approxmaton onsste à onfondre l énerge lbre du système physque à l équlbre F ave la valeur de la fontonnelle F( m ), alulée pour la valeur de m( r) qu mnmse la fontonnelle. 0 zj 0 (3.79) (3.80)

20 117 Fgure 3.5: Allure de la fontonnelle de landau dans le as d une transton du seond ordre. Dans e paragraphe où nous dsutons le as d une transton du seond ordre, nous supposerons que le développement de l énerge lbre ne ontent que des termes de pussanes pares du paramètre d ordre et que le terme d ordre 4 est postf. Dans es ondtons, on peut érre, omme dans le as partuler préédent : 4 ( ) ( 0)+ 1 ( ) + 4 F T,m F T, a T T m b m Le sgne de a détermne le domane de stablté de la phase ordonnée. S a> 0, la phase ordonnée est stable pour T <T. En outre, la stablté de l équlbre exge que b sot postf. La valeur de m qu mnmse l énerge lbre est so- Paramètre d ordre. luton de l équaton : a( T T ) m + bm = 0, ave b > 0 3

21 118 S T>T, la seule soluton est m=0. Le paramètre d ordre est nul. Nous sommes dans la phase désordonnée. S T<T, l y a 3 solutons : m =0 m = = m at ( T) b La soluton m = 0est à rejeter, ar elle orrespond à un équlbre nstable. La soluton stable orrespond à une valeur non nulle du paramètre d ordre. Nous sommes dans la phase ordonnée (vor gure (3.5)). Ce onsttue le premer résultat de la théore de Landau : au vosnage 1/ de la température de transton T, le paramètre d ordre vare en ( T T). Au vosnage de T, l énerge lbre est nvarante quand on hange m en m, d où les deux solutons équvalentes m0. En réalté es deux états sont dentques. Le système peut être déomposé en sous-systèmes pour haun desquels m a un sgne dé n. Un tel sous-système onsttue un domane. 0 On peut aluler la haleur spé que par dérva- Chaleur spé que. ton de l énerge lbre : où l entrope S est donnée par : C = F F ( T, 0) 1 S = = am T T Dans la phase désordonnée m = 0et au vosnage de T, la haleur spé que s ért : F( T, 0) C = T (3.83) T T= T Dans la phase ordonnée, l faut tenr ompte du terme en m dans l entrope, et au vosnage de T, la haleur spé que est donnée par : F( T, 0) at C = T + (3.84) T b T S T T= T A la température de transton T, la haleur spé que est dsontnue. at C( T ) C( T+ ) = > 0 b (3.81) (3.8) (3.85)

22 119 Suseptblté relatve au paramètre d ordre. Sot h le paramètre ntensf onjugué de m. Pour aluler la suseptblté sotherme : m T = (3.86) h Il faut onnaître la fonton m = m( T,h). On rasonne sur le potentel thermodynamque T G = F( T,m) hm Par mnmsaton de G, on obtent : (3.87) a( T T ) m + bm h = 0 dont la soluton est mt,h ( ). En dérvant par rapport à h, on obtent : 3 (3.88) T T a( T T ) +3bm 1 = 0 Dans la phase désordonnée, m =0et au vosnage de T : T 1 = a( T T ) (3.89) (3.90) Dans la phase ordonnée, m n est pas nul. Au vosnage de T et dans la lmte où h 0 : 1 T = (3.91) a( T T) 1 Don au vosnage de T, la suseptblté se omporte omme T T. On retrouve la lo de Cure-Wess. À T = T, la suseptblté sotherme n est pas dé ne et, en revenant à l équaton de mnmsaton, on trouve que pour T = T, m se omporte 1/ 3 omme h. En réalté, à part ertans as omme elu des supraonduteurs usuels, l expérene ne on rme pas, en général, la valeur de es exposants rtques. Cas d une transton du premer ordre. En prnpe, la méthode de Landau ne s applque qu aux transtons du seond ordre, au vosnage du pont rtque. Est-l possble de l étendre au as de ertanes transtons de phase du premer ordre? La premère ondton à remplr est, évdemment, qu l s agsse d une transton de phase à la Landau, est à dre montrant une brsure spontanée de symétre.

23 10 La deuxème ondton est d applquer ette méthode dans la régon où le paramètre d ordre reste suffsamment pett, pour que le développement de l énerge lbre en pussanes du paramètre d ordre reste valable, e qu est toujours possble s la transton est du seond ordre, mas ne l est en général pas s la transton de phase est du premer ordre. En réalté, l est souvent possble de l étendre au as des transtons très fablement du premer ordre, est à dre où la dsontnuté du paramètre d ordre reste très fable. En fat, nous supposerons que le omportement qualtatf reste valable, même quand la dsontnuté du paramètre d ordre est plus mportante, e qu est souvent vér é pour les proprétés très générales que nous dérvons. Ben entendu, les résultats quanttatfs ne dovent pas être prs au ped de la lettre. Nous dsuterons dans e paragraphe le as d une transton du premer ordre ndute par un terme d ordre 3 dans le développement de l énerge lbre. On obtent des résultats analogues dans le as où le premer ordre est ndut par un terme d ordre 4 négatf. Le développement de l énerge lbre s ért : 3 4 F( T,m)= 1 a1m + 1 am + 1 bm 3 4 Nous supposons que le oeffent du terme d ordre hange de sgne et que, suffsamment près de la transton, elu vare lnéarement ave T : a1 = a ( T To) ave a > 0 (3.9) La stablté de l équlbre mpose b> 0. Par alleurs, nous supposerons que a < 0. Cette dernère hypothèse ne restrent pas du tout la généralté du problème. Elle permet smplement de se restrendre aux valeurs postves de m. (Evdemment, dans le as ontrare, on étuderat le as m< 0). À l équlbre, la ondton de mnmsaton de l énerge lbre F/ m =0 nous permet de aluler mt ( ) à toute température : 1 3 0= am+ am + bm Cette équaton présente dans le as général, tros solutons réelles ou omplexes : m1 =0 (3.93) a a 4a1b m = b Dsutons les dfférents as selon les valeurs de T (vor gure (3.6)).

24 11 Fgure 3.6: Allure de la fontonnelle de l energe lbre dans le as d une transton du pemer ordre

25 CHAPTER 3. 1 er 1 as : eme as eme 3 as a 0 4 ba +, la seule soluton réelle est 1 Pour T>T + = T m = 0 Pour T + > T > T0: l apparaît tros solutons réelles, dont une nstable. Parm les deux autres, m1 =0 et m =0, l une est stable, ar elle orrespond au mnmum absolu de l énerge lbre, l autre est métastable, ar elle orrespond à un mnmum relatf. Les deux solutons orrespondent à des énerges lbres qu devennent égales pour une température T = T donnée par : T = T0 + a 9 ba. Au-dessus de T,la soluton stable est m1 =0. En-dessous de T, est m =0 qu devent stable, et m1 =0qu est métastable. Pour T<T0 : la seule soluton stable est m S on est onstamment à l équlbre thermodynamque, on prévot don le omportement du paramètre d ordre en fonton de la température shématsé en pontllé dans la gure (3.7) -dessous. En réalté, en rason des barrères de potentel séparant les solutons m1 et m, l exste une ertane nétque de mse à l équlbre thermodynamque. S l évoluton de la température est rapde par rapport à ette nétque, le système restera dans l état métastable. Ans, lors d un refrodssement très rapde, le système restera dans l état m1 jusqu à T = T0, température où l basulera dans le seul état stable m, jusqu à T =0. De même, s le système est réhauffé très rapdement, l restera dans l état m, non seulement jusqu à T, mas jusqu à T+, où l basulera dans l état m1. Ce est une soure d hysteress (en fat nous avons dért le yle d hysteress maxmum, shématsé dans la gure (3.7), en supposant une évoluton en température n nment rapde devant la nétque de mse à l équlbre du système) Cas trrtque. Dans e paragraphe, nous supposons qu l n exste pas de terme mpar dans le développement de l énerge lbre. La transton peut être du seond ordre. Comme d habtude, le oeffent du terme d ordre s annule pour une ertane température : ( ) ( 0)+ 1 ( ) + b F T,m F T, a T T m m m

26 13 Fgure 3.7: Varatons shematques du parametre d ordre ave la temperature dans le as d une transton du premer ordre. Les ehes ndquent le sens de varaton de la temerature. La lgne pontlle represente le as deal d une varaton n nment lente de la temperature, de faon que le systeme reste onstamment a l equlbre thermodynamque.

27 14 dans un plan (pres- Fgure 3.8: Dagramme de phase shematque, son,temperature), montrant un pont trrtque. La stablté de l équlbre mpose > 0. Le fat nouveau est que le oeffent b, qu habtuellement vare peu au vosnage de la transton, peut lu auss s annuler et hanger de sgne sous l effet d un paramètre extéreur omme, par exemple, la presson. - Pour b> 0, la transton est du seond ordre. - Pour b< 0, on a une transton du premer ordre. Le pont où, sous l effet de la presson et de la température, on parvent à annuler smultanément les oeffents a( p,t) et b( p,t) est un pont de transton trrtque. Cette ondton très partulère vent de e que pour b> 0, la lgne de transton est du deuxème ordre et pour b< 0, du premer ordre (vor gure (3.8)). Dans e as trrtque, on obtent, dans le modèle de Landau, les ndes rtques suvants : pour la haleur spé que, =1/ pour T < T, =0pour T > T ; pour le paramètre d ordre, =1/ 4; 1 / pour la suseptblté =1 et pour, dé n par m h, =5.

28 THÉORIE D ORNSTEIN-ZERNIKE. AP- PROXIMATION GAUSSIENNE. La théore thermodynamque de Landau prévot une dvergene en 1 T T de la suseptblté relatve au paramètre d ordre. Ce résultat ompromet la ohérene nterne de la théore : elle- suppose que les utuatons sont néglgeables et trouve qu en réalté elles jouent un rôle mportant. On herhe don une théore auss smple que elle de Landau, mas qu tenne ompte, même partellement, des utuatons du paramètre d ordre Modèle Gaussen S on veut dérre, même de façon approhée, les utuatons, nous devrons prendre en ompte des on guratons où les degrés de lbertés ms en jeu dans la transton (les spns dans le as magnétque) sont orrélés sur un volume n (dont la talle dvergera à T). Nous devons don tenr ompte, dans le alul de la fonton de partton, des on guratons où le paramètre d ordre n est pas ontrant à rester égal à sa valeur moyenne à l équlbre thermodynamque < m 0 >. Ces on guratons seront dértes par des fontons m () r, suseptbles de varer spatalement. Cette fonton m() r est une varable statstque qu sut une dstrbuton de probablté exp F. Pusque le paramètre d ordre est mantenant une fonton de la poston m() r, l faut don prendre en ompte, dans l expresson de l énerge lbre, le oût d énerge de es varatons spatales. Ce néesste de prendre en ompte un terme supplémentare dans la fontonnelle de Landau. On onsdère une fontonnelle de l énerge lbre de la forme : d 1 4 F= dr a( T T) m ( r)+ 1 bm ( r)+ 1 m() r (3.94) 4 est le volume du système. C est e terme en gradent qu assure que l équlbre thermodynamque est réalsé pour des on guratons où le paramètre d ordre est unforme. Pour réalser, à partr d un état unforme, une on guraton où l ordre vare loalement, l est néessare de dépenser une énerge de déformaton. C est ette énerge qu est responsable du phénomène de rgdté généralsée, évoqué au hapte préédent. Le oeffent du terme en gradent est lé à la portée de nteratons. Cette fontonnelle de Landau-Gnzburg est onstrute dans le même esprt que elle du paragraphe préédent : on suppose qu au vosnage du

Soutien : Modèle de Potts mars 2015

Soutien : Modèle de Potts mars 2015 Année 04 05 Physque Statstque hors équlbre et transtons de phase Souten : Modèle de Potts mars 05 On onsdère une varante du modèle d Isng, dte de Potts, dans laquelle les N degrés de lberté (qu on appellera

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

LP 46 Applications des lois de l'optique géométrique à l'appareil photographique

LP 46 Applications des lois de l'optique géométrique à l'appareil photographique LP 46 Applatons des los de l'optque géométrque à l'apparel photographque Introduton: Nous allons termner les leçons d'optque géométrque en étudant un apparel qu utlse les résultats de e domane de la physque,

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC

CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC CNCEM 09 ère Conférene Natonale sur la Compatblté életromagnétque Taret, 22-24 novembre 2009 CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC Abdelal Allal and Mah Djllal Unversty of Sene and Tehnology

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Sujet : pages 1 à 17. DR 1 à DR 8 à remettre impérativement en fin.

Sujet : pages 1 à 17. DR 1 à DR 8 à remettre impérativement en fin. Dossers rems aux anddats : Sujet : pages 1 à 17 Annexes : annexes 1 à 9 Douments Réponses : DR 1 à DR 8 à remettre mpératvement en fn. Seules les alulatres en onformté ave le référentel du onours sont

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

RTS n 42 mars 1994 Prévision du trafic à court terme par réseau de neurones

RTS n 42 mars 1994 Prévision du trafic à court terme par réseau de neurones RTS n 42 mars 994 Prévson du traf à ourt terme par réseau de neurones Therry Dohy,Mehd Daneh-Pajouh,Yves Lehevaller 2 INRETS-DART 2 av du Général Malleret-Jonvlle 944 Aruel 2 INRIA Domane de Volueau 7853

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Algorithme de Routage Multipoint à Contraintes Multiples pour les Applications Temps-réel et Multimédia sur Internet

Algorithme de Routage Multipoint à Contraintes Multiples pour les Applications Temps-réel et Multimédia sur Internet Internatonal Conferene: Senes of Eletron, Tehnologes of Informaton and Teleommunatons Marh 15-20, 200 TUNISIA Algorthme de Routage Multpont à Contrantes Multples pour les Applatons Temps-réel et Multméda

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA SPECTROMETRIE RMN

CHAPITRE 2 LA SPECTROMETRIE RMN .J. Ducauze et D.N. Rutledge groparstech PITRE L SPETRMETRIE RMN «Spectrométre RMN» veut dre qu on s ntéresse aux nformatons qu apportent les spectres, c est-à-dre à un ensemble d observatons effectuées

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

COUPLÉS THÉORIE DES OSCILLATEURS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES RÉSEAUX

COUPLÉS THÉORIE DES OSCILLATEURS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES RÉSEAUX Sentf Bulletn of the Eletral Engneerng Faulty no. / 9 COUPLÉS THÉOIE DES OSCILLATEUS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES ÉSEAUX Iula DUMITESCU, Mhaela IONITA, Jean-Mare PAILLOT, Mha IODACHE L Unversté Poltehna

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

Le Potentiel chimique

Le Potentiel chimique 44 Le Potentel chmque PIERRE DUHEM (1861 1916) 44.1 Grandeurs molares partelles 44.1.1 Varables de Gbbs Système polyphasé Nous étuderons dans la sute un système thermodynamque formé de pluseurs phases

Plus en détail

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe Algorthme approché d optmsaton d un modèle de Processus Décsonnel de Markov sur Graphe Nathale Peyrard Régs Sabbadn INRA-MIA Avgnon et Toulouse E-Mal: {peyrard,sabbadn}@toulouse.nra.fr Réseau MSTGA, Avgnon,

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Détection de l encrassement dans un échangeur de chaleur par observateurs de type Takagi-Sugeno

Détection de l encrassement dans un échangeur de chaleur par observateurs de type Takagi-Sugeno Déteton de l enrassement dans un éangeur de aleur par observateurs de type akag-sugeno Sabrna Delrot o te ts verson: Sabrna Delrot. Déteton de l enrassement dans un éangeur de aleur par observateurs de

Plus en détail

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX *

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * "W.J.M. LEVELT et R. PLOMP (Insttute for Percepton R.V.O.-T.N.O., SOESTERBERG, PAYS-BAS) Introducton Il est ntéressant de savor de quelle manère

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité Informaton mutuelle et partton optmale du support d une mesure de probablté Bernard Coln et Ernest Monga Département de Mathématques Unversté de Sherbrooke Sherbrooke JK-R (Québec) Canada bernard.coln@usherbrooke.ca

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Modélisation et simulation du démarrage d un véhicule à boite de vitesses automatique avec les bond graphs

Modélisation et simulation du démarrage d un véhicule à boite de vitesses automatique avec les bond graphs Modélsaton et smulaton du démarrage d un véhcule à bote de vtesses automatque avec les bond graphs Dragos N. CRUCERU, Andre N. MACIAC, Valeran CROIORESCU, Génevève DAUPHIN ANGUY Laboratore d Automatque,

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Gestion de l énergie dans les véhicules hybrides

Gestion de l énergie dans les véhicules hybrides Geston de l énerge dans les véhcules hybrdes Laboratore Transport et Envronnement Rochd TRIGUI, INRETS-LTE Réseau Natonal MEGEVH Journées lub EEA. Llle 11-12 mars 29 Plan Rappel des fonctons de l hybrdaton

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous.

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous. Concours Centralesupélec TSI 2011 corrge sous reserves I L'élément soufre et les sources naturelles de soufre I.A.1. Les règles pour obtenr la confguraton électronque d un atome dans son état fondamental

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 4 : Formalisme mathématique matique de

MECANIQUE QUANTIQUE Chapitre 4 : Formalisme mathématique matique de MECNIQUE QUNTIQUE Chaptre 4 : Formalsme mathématqe matqe de la méanqe m qantqe Pr. M. BD-LEFDIL Unversté Mohammed V-V gdal Falté des Senes Département de Physqe nnée e nverstare 07-08 08 Flères SM-SMI

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta hermodynamque statstque Master Chme Unversté d Ax-Marselle Bogdan Kuchta Plan: Rappel: thermodynamque phénoménologque (dscuter l entrope, l évoluton de gaz parfat,) Premer prncpe Deuxème prncpe (transformaton

Plus en détail

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7

Première partie. Proportionnalité. 1 Reconnaître des situations de proportionnalité... 7 Premère parte Proportonnalté 1 Reconnaître des stuatons de proportonnalté....... 7 2 Trater des stuatons de proportonnalté en utlsant un rapport de lnéarté........................ 8 3 Trater des stuatons

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM ère parte : Electrocnétque Chaptre ntroducton L Electrocnétque est la parte de l Electrcté qu étude les courants électrques. - Courant électrque -- Défntons Défnton : un courant électrque est un mouvement

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

Thermodynamique Classique

Thermodynamique Classique hermodynamque Classque Quelques défntons utles hermodynamque Classque http://hebergement.u-psud.fr/rmn/thermo/thermo.html Julen obroff, Magstère de Physque d Orsay, 009 el : 0 69 5 53 36 emal : bobroff@lps.u-psud.fr

Plus en détail

Exercices de révision pour examen #1

Exercices de révision pour examen #1 Exercces de révson pour examen #1 Queston 1. Questons théorques. a) Nommez les courants qu exstent quand une dode est en équlbre. Courants de dffuson et de drft. b) Dessnez la structure physque réelle

Plus en détail

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S Les nombres premers ( Spécalté Maths) Termnale S Dernère mse à jour : Mercred 23 Avrl 2008 Vncent OBATON, Ensegnant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2007-2008) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document de

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Mémento de théorie de l information

Mémento de théorie de l information Mémento de théore de l nformaton Glles Zémor 6 octobre 204 0 Rappels de probabltés Espaces probablsés. Un espace probablsé (Ω, P ) est un ensemble Ω mun d une mesure de probablté P qu est, lorsque Ω est

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

PHY124, année 0405 COURS D'ÉLECTROCINÉTIQUE

PHY124, année 0405 COURS D'ÉLECTROCINÉTIQUE PHY4, année 45 COUS D'ÉLECTOCINÉTIQUE Ce ors, dsponble sr le web à l adresse http ://marpx.np3.fr/alo/my-web/ele/ele.html, est l œvre de Sylvan Tsserant, de l Unversté de Marselle, q a donné l atorsaton

Plus en détail

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope

Travaux pratiques : GBF et oscilloscope Travaux pratques : et osclloscope S. Benlhajlahsen ésumé L objectf de ce TP est d apprendre à utlser, c est-à-dre à régler, deux des apparels les plus couramment utlsés : le et l osclloscope. I. Premère

Plus en détail

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (!

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (! Courant alternatf Dr F. Raemy La tenson alternatve et le courant alternatf ont la représentaton mathématque : U t = U 0 cos (! t + " U ) ; I ( t) = I 0 cos (! t + " I ) Une résstance dans un crcut à courant

Plus en détail

19. Critères de jugement binaires

19. Critères de jugement binaires 19. Crtères de jugement bnares Les crtères de jugement bnares (auss appelés dchotomques) ne prennent que deux modaltés, par exemple, succès/échec du tratement, décès/surve ou survenue/nonsurvenue d un

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Support de table 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte du support de table MX200 La boîte du support de table MX200 content le support de table équpé d un pvot et un cache arrère. Placez le support de table sur une surface

Plus en détail

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003 DEA d physqu subatomqu Corrgé d l xamn d analys statstqu ds donnés t d modélsaton ssson d févrr - anné 22-23 Jérôm Baudot sur 45 ponts I- Errur sur la msur d un asymétr avant-arrèr ponts I-a La formul

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied

Installation du dispositif Cisco TelePresence MX200 - Sur pied 1a Déballage du système vdéo MX200 oîte de la base du ped de support MX200 La boîte de la base du ped de support MX200 content la colonne du ped de support, deux caches et la base du ped de support, ans

Plus en détail

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique Chaptre 5. Les s et l eet photoélectrque L ntensté d une onde électromagnétque n 884, le physcen brtannque John Henry Poyntng a démontré à partr des équatons de Maxwell que l ntensté d un champ électromagnétque

Plus en détail

Chapitre 1 : Images données par une lentille mince convergente

Chapitre 1 : Images données par une lentille mince convergente Chaptre 1 : Images données par une lentlle mnce convergente Termnale S Spécalté Chaptre 1 : Images données par une lentlle mnce convergente bectfs : - Constructon graphque de l mage d un obet plan perpendculare

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne Installaton & Gude de démarrage WL510 Adaptateur sans fl /Antenne Informaton mportante à propos du WL510 Adresse IP = 192.168.10.20 Nom d utlsateur = wl510 Mot de passe = wl510 QUICK START WL510-01- VR1.1

Plus en détail

Régression linéaire et incertitudes expérimentales

Régression linéaire et incertitudes expérimentales 91 e Année - N 796 Publcaton Mensuelle Jullet/Août/Septembre 1997 Régresson lnéare et ncerttudes expérmentales par Danel BEAUFILS Insttut Natonal de Recherche Pédagogque Département Technologes Nouvelles

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL

UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL Yohan KABLA ECP - 3 EME ANNEE MAP SMF UTILISATION DES COPULES POUR ANALYSER L IMPACT DES DEPENDANCES SUR UN PORTEFEUILLE DE CREDITS RAPPORT DE STAGE D INGENIEUR CONFIDENTIEL 5 MAI NOVEMBRE 00 MAITRES DE

Plus en détail

Sujets des projets. Informatique de Base Université Pierre et Marie Curie

Sujets des projets. Informatique de Base Université Pierre et Marie Curie 1 Sujets des projets Informatque de Base Unversté Perre et Mare Cure D Bernard, F Hecht, N Segun Master I / sesson 2004/2005 Table des matères 1 Sujet : Recherche rapde d un trangle contenant un pont dans

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Le raisonnement incertain

Le raisonnement incertain 1 Plan général 2 Le rasonnement ncertan dans les systèmes experts I- Introducton aux systèmes experts II- Fondements : organsaton et fonctonnement des SE III- Le rasonnement ncertan Introducton Antone

Plus en détail

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE

VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE VENTILATION DANS LES SILOS-TOURS CONVENTIONNELS À FOURRAGE A. Bahloul a, R. Gravel a, B. Roberge a et N. Goyer a M. Chavez b et M. Reggo b a Insttut de Recherche Robert-Sauvé en Santé et Sécurté du Traval

Plus en détail