[1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunion 11, 26, (1937) ; reprinted in Collected

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "[1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunion 11, 26, (1937) ; reprinted in Collected"

Transcription

1 Bblography [1] L. D. Landau, Phys. Z. Sowejetunon 11, 6, (1937) ; reprnted n Colleted Papers of L. D. Landau, ed.d. Ter Haar (Pergamon Press, New York, 1965) [] V. L. Gnzburg and L. D.Landau, Zh. Eksp. Teor. Fz. 0, 1064, (1950) [3] R. Thom, Strutural Stablty and Morphogeness, (1975), (Benjamn, New york) [4] E. P. Wgner, Phys. Rev., 46, 100, ( 1934) [5] R. A. Coldwell-Horsfall and A. A. Maradudn, J. Math. Phys., 1, 395, (1960) [6] R. G. Palmer and P. W. Anderson, Phys. Rev. D 9, 381, (1974) [7] P. W. Anderson, Letures on the many body problem, edted by E. R. Caanello, (1964), (Aadem press, New York) [8] P. W. Anderson, Rev. Mod. Phys., 38, 9, (1966) [9] B. D. Josephson, Nobel Leture, Rev. Mod. Phys., 46, 50, (1974) [10] P. C. Hohenberg and P. C. Martn, Ann. Phys. 4, 91, (1965) [11] N. F. Mott, Metal-Insulator Transtons, (1974), (Taylor and Frans, London) [1] D. B. MWhan, P.M.Remeka, T. M. Re, W.F. Brnkmann, J. P. Mata and A. Menth, Phys. Rev. Letters, 7,941, (1971) [13] P. C. Hohenberg and B. I. Halpern, Rev. Mod. Phys. 49, 435, (1977) [14] J. Goldstone, Nuovo Cmento, 19, 1,(1961) [15] J. Goldstone, A. Salam and S. Wenberg, Phys. Rev. D 17, 965, (196) 97

2 Chapter 3 APPROXIMATIONS DE CHAMP MOYEN. 3.1 MÉTHODES VARIATIONNELLES. La plupart des transtons ne peuvent se dérre que dans la adre de théores approhées. Très souvent, l s agt d une varante de la méthode du hamp moléulare. On peut développer une formulaton de ette méthode qu met en lumère son aratère varatonnel. La méthode varatonnelle est une méthode d approxmaton ben onnue en méanque quantque ; elle est fondée sur la proprété suvante: pour toute fonton d onde d essa, la valeur moyenne de l hamltonen : E = < H > (3.1) est toujours supéreure ou égale à l énerge du fondamental exate E0. La melleure estmaton varatonnelle de E0 sera don obtenue à partr de la fonton d onde > qu mnmse E. Il exste un équvalent de ette méthode varatonnelle en méanque statstque Les théorèmes varatonnels S un système est en équlbre thermodynamque, la valeur moyenne d une grandeur physque, représentée par un opérateur A est donnée par : <A> = Tr A (3.) où est l opérateur densté tel que Tr =1. On s ntéresse aux systèmes en équlbre ave un thermostat. L expresson de s obtent en mnmsant l énerge lbre (vor Rappels ) : 99

3 100 On en dédut : F = T r H + T r Ln (3.3) F = 1 exp LnT r H (3.4) Premère méthode varatonnelle Comme on ne sat pas aluler exatement la fonton de partton Z = Trexp H (3.5) on se ontente d une expresson approhée Fv de l énerge lbre obtenue à partr d un opérateur densté approxmatf : F = T r H + T r Ln v (3.6) est l opérateur densté exat et 0 un opérateur densté approhé, dans l ensemble anonque, dérvant un système en ontat ave un thermostat à la température T, de façon que l énerge sot xée en moyenne : <H> = E (3.7) et 0 dovent tous les deux vér er deux ontrantes. La premère est une ontrante de normalsaton Tr = Tr = 1 0 (3.8) L autre ontrante exprme que la valeur moyenne de l énerge est E Tr H = Tr H = E 0 (3.9) Érvons mantenant le prnpe d entrope maxmum ou seond prnpe de la thermodynamque : quel que sot, 0 Comme T r Ln 0 0 T r Ln est l opérateur densté exat, dans l ensemble anonque: (3.10) L équaton (3.10) s ért : = 1 exp H Z (3.11) T r Ln T r [ LnZ + H] 0 0 (3.1)

4 101 En utlsant les équatons (3.8) et (3.9), on peut érre d où : T r [ LnZ + H] = T r [ LnZ + H] 0 T r Ln T r [ LnZ + H] = LnZ + T r H (3.13) L négalté peut se réérre: v Sot : F = LnZ T r Ln + T r H v F F a = exp H Trexp H où F est l énerge lbre exate et Fv est l énerge lbre varatonnelle, dé ne par F = T r Ln + T r H (3.15) L énerge lbre approxmatve est toujours plus grande que l énerge lbre exate. La melleure énerge lbre approxmatve sera elle qu mnmse F ( ) par rapport aux varatons des paramètres de. 0 0 Deuxème méthode varatonnelle Au leu de rasonner sur un opérateur densté approhé 0, l est parfos plus ommode de rasonner sur un hamltonen approhé Ha qu permet de dé nr un opérateur densté. Ce as est, ben sûr, dfférent du as préédent. En effet, on onnaît de façon exate l hamltonen H (alors qu on ne onnassat pas exatement ). Par ontre, évdemment, on ne sat pas le résoudre. C est pourquo nous allons utlser un hamltonen approhé, qu lu sera exatement soluble. À et hamltonen approhé, orrespond un opérateur densté, dé nt par: : On dé nt F a a a v a (3.14) (3.16), l énerge lbre orrespondant à et hamltonen approhé F k T LnZ a B a F = LnT r exp H a = a (3.17) (3.18) Dans e as, on peut érre :

5 10 T r Ln = LnZ + T r H a a a a a Notre énerge lbre varatonnelle ne sera pas F, mas F dé ne par : a v (3.19) ou de façon équvalente : F = F + Tr ( H H ) v a a a (3.0) Fv = Fa + < H H a > a (3.1) où <A> a= Tr A a est dé n omme la valeur moyenne de l opérateur A alulée à partr de l hamltonen approhé Ha et, don, de l opérateur densté orrespondant a. En effet e hox de Fv permet de onserver la proprété varatonnelle Fv F. Ce peut se démontrer en utlsant la proprété vér ée par tout opérateur hermtque X : < exp X > exp < X > (3.) Pour la démontrer, on peut partr de la dé nton de l exponentelle d un opérateur : exp [ ] = 1 + [ ] + [ X < X > X < X > X < X > ] + (3.3) On en dédut, en prenant la valeur moyenne des deux membres, dé ne à partr de tout opérateur densté: < exp [ X < X > ] > < 1 + [ X < X > ] > (3.4) Cette négalté est vrae quelle que sot l opérateur densté utlsé pour aluler les valeurs moyennes. L négalté est vér ée pour tout salare réel X, mas auss, à ondton de prendre la valeur moyenne des deux membres, pour tout opérateur hermtque X. Don, en érvant ette négalté pour l opérateur X = ( H Ha) et en dé nssant les valeurs moyennes à l ade de l opérateur densté, a on obtent Tr[ exp ( H H )] exp[ Tr ( H Ha)] a a a et en supposant, pour smpl er, que H et H ommutent : exp Ln Tr H Trexp H a Tr ( H Ha) a a (3.5) (3.6)

6 103 d où la proprété varatonnelle annonée : F F = F + Tr ( H Ha) v a a (3.7) 3.1. Méthode de Bragg et Wllams - Champ moléulare Ce sont es onsdératons générales qu forment la base des méthodes du hamp moléulare et de Bragg et Wllams[?], que nous allons dsuter mantenant. Hstorquement, e sont les premères méthodes qu ont perms de rendre ompte des transtons du deuxème ordre. Nous allons montrer que e sont deux aspets de la théore générale préédente. Langevn avat donné une théore élémentare du paramagnétsme et avat déouvert qu en présene d un hamp magnétque H suffsamment pett, l amantaton M de moments magnétques ndépendants état donnée par une expresson de la forme M( T ) = CH/T où C est la onstante de Cure et T la température. Pour rendre ompte du ferromagnétsme, l fallat ntrodure l effet des nteratons entre amants atomques, néglgées dans la théore de Langevn. P. Wess[?] supposa qu l état possble, en premère approxmaton, d en tenr ompte en ajoutant au hamp H applqué le hamp Hm (hamp moléulare) réé par les vosns. Ce donne : m = ( + ) M C H H T En outre, l postula que e hamp moléulare état de la forme (3.8) H m = KM Cette hypothèse devat rendre ompte de la nature oopératve de l ordre. Il obtnt alors : KC CH M 1 = T T (3.9) est-à-dre : CH M = T T (3.30) où T = KC est la température d apparton d une amantaton spontanée, est-à-dre une valeur ne de M quand H 0. Voyons e plus présément.

7 104 On onsdère une assemblée de spn d Isng (pour smpl er) sur un réseau de Bravas. Nous érrons, après un hangement de varables : H = J <,j> L nteraton est supposée ferromagnétque ( J > 0). Les sont des varables salares de nes en haque ste du réseau et qu peuvent prendre les valeurs 1. La sommaton est lmtée aux pares <,j > de stes premers vosns. j Premère méthode : Bragg et Wllams Nous allons applquer la méthode varatonnelle où la quantté varatonnelle est l opérateur densté. Nous onsdérons don un opérateur densté approhé. Les états propres de haque spn appartennent à un espae vetorel de dmenson,e. Les états du système de N spns ( 1,,,,, N) N appartennent à l espae produt tensorel, E, de dmenson. E = E1 E E EN (3.31) L opérateur densté approhé 0 est prs égal au produt tensorel des opérateurs denstés relatfs à un seul spn 0, haque 0 étant dé n dans le sous-espae E. 1 N 0 = (3.3) C est une approxmaton qu onsste à déoupler les dfférents spns. (Dans la sute, tous les stes seront équvalents ). Chaque opérateur densté partel, relatf à un seul spn est soums aux deux ontrantes: 0 0 Tr =1 et Tr = m Chaque 0 est don une matre, dagonale dans la base des états propres du spn 1+ m 0 0 = (3.34) 1 m 0 m est le paramètre d ordre aratérsant 0. L énerge lbre varatonnelle s ért : 1 = N F m m m m Ln Ln Jzm (3.33) (3.35)

8 105 Fgure 3.1: Dsusson graphque de la resoluton de l equaton de selfonsstene de la methode de Bragg et Wllams : l faut reherher les ntersetons du graphe de la fonton f(m) = (1/)Ln((1+m)/(1-m)) ave la drote de pente zj où z est le nombre des stes vosns d un ste donné. En érvant F/ m =0 on obtent : = 1 1+ m Jzm Ln (3.36) 1 m On peut dsuter graphquement l exstene des solutons ( gure 3.1) : Il faut reherher les ntersetons de la ourbe = ( ) = 1 1+ m y f m Ln 1 m ave la drote y = Jzm

9 106 Le omportement à l orgne de f ( m) est donné par: ( ) = 1 1+ m f m Ln 1 m m. La nature des solutons dépend de la pente de la drote. S Jz < 1, la seule soluton est m = 0. S Jz > 1, l y a tros solutons possbles m = 0 et m = m0 La transton entre les deux régmes s effetue quand la pente de la drote vaut 1, est-à-dre pour Jz = 1 Ce dé nt la température de transton : T = La dsusson de la stablté de es dverses solutons permet de dédure la ourbe donnant les varatons de m en fonton de la température ( gure (3.). S on veut étuder le vosnage de m =0, on peut développer l énerge lbre autour de e pont : F est une fonton pare de m. Le développement s ért 4 F = Ln+(1 zj) m + m + (3.38) 1 En posant Jz = kbt, on observe les dfférents omportements de F pour T>T et T<T. On en dédut auss le omportement de m, à partr de la ondton de mnmsaton de l énerge lbre F/ m = 0 : Jz k B (3.37) T T T Les solutons orrespondantes sont : 3 m + m =0 3 (3.39) T T m =0 et m0 =3 (3.40) T La soluton stable orrespond à un omportement parabolque. On peut auss ntrodure un hamp magnétque h. Il faut alors mnmser le potentel thermodynamque F mh : F B 3 = = B( ) + m h k T T m k T m (3.41) 3 Don, s on dé nt la suseptblté : m = h T (3.4)

10 107 Fgure 3.: Allure des varatons du parametre d ordre ave la temperature dans l approxmaton de Bragg-Wllams.

11 108 Fgure 3.3: Developpement de l energe lbre au vosnage de m=0 dans l approxmaton de Bragg-Wllams.

12 CHAPTER on obtent, en dérvant par rapport à h m 0 kb( T T) + kbtm = 1 (3.43) S T>T, on est dans la phase désordonnée, appelée paramagnétque : =0 1 = (3.44) k ( T T ) S T<T, on est dans la phase ordonnée, appelée ferromagnétque : m0 =0 1 = (3.45) kb( T T) T T Dans les deux as, dverge quand T T, omme : T ave =1 On peut aluler la haleur spé que à hamp h onstant : Ch = T S = T S m (3.46) T m T Dans la phase paramagnétque : m 0, don Ch = 0. Dans la phase ferromagnétque : m =0 On prévot don une dsontnuté de la haleur spé que à la transton ( gure (3.4)). On retrouve les résultats prévus par la théore d Ehrenfest. C, qu est une dérvée seonde du potentel thermodynamque G = F mh, dans le as présent est dsontnue, mas ne dverge pas à la transton. On notera la ontnuté de l entrope S, e qu mplque qu l n y a pas de haleur latente. Tous es résultats se retrouvent falement par la deuxème méthode varatonnelle B 0 h B Deuxème méthode : Champ moyen C 0 0 N = = 1 k T dm dt Dans le paragraphe préédent, est la proprété de déouplage : qu a perms d effetuer très smplement les aluls. Cette fos-, on suppose que : (3.47) 0 = 1 exp + h Z 0 (3.48)

13 110 Fgure 3.4: Allure des varatons ave la temperature de la haleur spe que dans l approxmaton de Bragg-Wlams. I, l n a pas ete tenu ompte de la ontrbuton de la haleur spe que de la phase desordonnee.

14 111 est-à-dre que le système est dért par un hamltonen approhé Ha, don par l opérateur densté : ave a = 1 exp H Z a H = h a Z = exp h+ exp h = osh h a Le paramètre varatonnel est le hamp moyen h. Il s agt enore d une méthode qu déouple les spns et par onséquent néglge toute orrélaton, pusque l hamltonen à N orps est approhé par une somme d hamltonen à un spn. Il y a don, omme dans la méthode préédente une fatorsaton de la fonton de partton à N spns. C est ben ette proprété de déouplage qu rend les méthodes équvalentes. La fonton de partton du ste orrespondant à et hamltonen approhé s ért : d où l énerge lbre approhée par spn: Fa = 1 Ln ( osh h) (3.5) N et pour l énerge lbre varatonnelle par spn: 1 v = 1 1 ( osh ) + N F Ln h zjm hm (3.53) Le premer terme orrespond à Fa ; les deux suvants orrespondent à <H H a > a, en gardant les notatons du paragraphe préédent. On a posé : a (3.49) (3.50) (3.51) m = < > = 1 Tr exp h Z = tanh h a (3.54) (3.55) On dot mnmser, ette fos-, F par rapport à h. Il vent : tanh h zjm m + m+ h m = 0 h h v (3.56) D où l équaton de self onsstene que dot vér er le hamp moyen : h = zj tanh h ave (3.57) m = tanh h

15 11 S on ért ette équaton en fonton de m, on retrouve la même ondton que dans la méthode de Bragg-Wllams du paragraphe préédent: zjm = arg tanh m (3.58) Remarquons qu on peut trater de façon élémentare le problème préédent, en dsant que H se omporte omme : H = h (3.59) ave et on fat l approxmaton : h h = J jv() = J jv() qu dot être ndépendant de j, d où : j (3.60) (3.61) h = zj < > (3.6) Mas nous savons qu en présene d un hamp extéreur effetf h, des spns ndépendants soums à e hamp effetf aquèrent un moment moyen : Par onséquent : < > = tanh h (3.63) < > = tanh[ zj< > ] (3.64) On dot résoudre une équaton dte de self-onsstene : on a remplaé le problème de spns en nteratons par un problème de spns ndépendants plaés dans le hamp moyen des autres spns. Ce hamp moyen, qu détermne l amantaton moyenne, est lu-auss xé par ette amantaton moyenne. D où un problème de ohérene nterne à résoudre. Cette méthode de hamp moyen self-onsstent est omplètement équvalente à la méthode varatonnelle. Il est toujours mportant, quand on utlse une méthode d approxmaton varatonnelle, de omprendre le sens physque de l approxmaton utlsée, notamment pour en détermner la lmte de valdté. Or e sens physque n est pas toujours transparent. Dans le as présent, l approxmaton varatonnelle résulte du hox de l opérateur densté d essa ou de l hamltonen

16 113 d essa. Dans l un et l autre as (Bragg-Wllams et hamp moyen), e hox revent à déoupler les varables de spn en les tratant omme ndépendantes, pusque on fatorse les opérateurs densté des dfférents spns (Bragg-wllams) ou qu on remplae un hamltonen de spns ouplés par une somme d hamltonens à un spn (hamp moyen). Il exste une autre façon, évdemment équvalente, de aratérser ette approxmaton : le hamp moyen est une approxmaton de plus bas ordre en utuatons, est à dre en éart à la valeur moyenne. En effet, développons l hamltonen en pussanes de termes utuatfs en érvant : = < > +( < > ) (3.65) où le terme entre parenthèse dért l éart à la valeur moyenne, supposé pett en valeur relatve. L hamltonen s ért : H= J [ < > + ( < > )] [ < > + ( < > )] (3.66) <,j> S on fat un développement de plus bas ordre en utuatons: H J < + J < >< > + O ( < > ) j= v( ) j j j j> <,j> (3.67) où la sommaton sur j porte sur les z stes j = v( ) premers vosns du ste et la sommaton sur <,j > porte sur les pares de stes premers vosns. À une onstante près : H h (3.68) ave h = J < j= v( ) j j> (3.69) On vot alors que la méthode varatonnelle de hamp moyen est également une méthode de lnéarsaton de l hamltonen, qu onsste à néglger les termes quadratques en utuatons. Dérre les spns omme des varables ndépendantes est équvalent à trater au plus bas ordre les utuatons par rapport à la moyenne. Ben entendu, la lnéarsaton de l hamltonen, qu résulte du fat qu on néglge les termes quadratques en utuatons, aboutt à un problème de self-onsstene. En effet l hamltonen lnéarsé dépend de la valeur moyenne de l amantaton < >, qu elle-même dot dépendre de l hamltonen approhé. Il faut que ette nterdépendane préserve la ohérene nterne de la théore.

17 114 Comme et que < > = tanh h (3.70) h = zj < > on aboutt ben à l équaton de self onsstene du ham moyen : (3.71) < > = tanh[ zj< > ] (3.7) 3. THÉORIE THERMODYNAMIQUE DE LANDAU Prnpes généraux Au haptre préédent, nous avons dégagé les prnpes du modèle de Landau des transtons de phase[?]. Il s agt, tout d abord, de transtons de phase du seond ordre, dans lesquelles une symétre est spontanément brsée. On adopte la démarhe suvante: 1) par une analyse des proprétés de symétre de la phase haute température on reherhe des paramètres d ordre possbles, varables extensves, nulles par symétre dans la phase haute température, mas qu devennent néessares pour dérre la phase basse température et la brsure spontanée de symétre. ) à partr des nvarants rrédutbles de la phase de haute température, on onstrut une fontonnelle de l énerge lbre[?], qu est nvarante dans les opératons de symétre de ette phase : le paramètre d ordre m() r est a pror une fonton de l espae. La donnée de ette fonton permet de dérre une on guraton donnée. La fontonnelle établt la orrespondane entre ette on guraton et l énerge lbre qu dot lu être assoée 3) on établt un développement de ette fontonnelle en pussanes de m pour m suffsamment pett, en supposant qu elle est analytque. 4) on alule la fonton de partton en prenant la trae de exp F [ m( r)], est-à-dre en alulant une ntégrale fontonnelle. Ben entendu, ette ntégrale fontonnelle est, en général, mpossble à aluler de façon exate et néesste don la mse en uvre d approxmatons plus ou mons sophstquées. Ce qu on appelle approxmaton de Landau, que nous avons tenu à dstnguer du modèle de Landau des transtons de phase, est présément une façon approhée de aluler ette

18 115 ntégrale fontonnelle. Il s agt, enore une fos, d une approxmaton de type hamp moyen, qu onsste à néglger les utuatons par rapport à la moyenne. On peut la présenter omme une approxmaton du ol dans le alul de la fonton de partton. 3.. Approxmaton du ol La fonton de partton dans l ensemble anonque s ért: Z = Trexp H qu l est ommode de réérre Z = exp E( C) { C} (3.73) Dans ette somme sur toute les on guratons C, on regroupe ensemble toute elles qu ont même énerge E Z = W ( C) exp E { CE} (3.74) où la nouvelle somme ne porte mantenant que sur les on guratons d énerge dstnte, ar on a regroupé ensemble toute les on guratons de même énerge, qu ont même pods statstque. W( E) est le nombre de on guratons mrosopques du système d énerge E. Ce nombre est relé à l entrope mroanonque du système : D où Z = exp [ E TS( E)] { CE} On ért E TS = F à l ade de la fontonnelle du paramètre d ordre mr () donnant la densté d énerge lbre orrespondant à la valeur de la fonton mr (). Les on guratons CE ( ) sont supposées entèrement détermnées par la donnée des fontons mr (). On ért alors d Z = Dm( r) exp F [ m( r)] d r (3.77) SE W( E) = exp ( ) k B (3.75) (3.76)

19 116 Cas d une transton du deuxème ordre. Dans l approxmaton de Bragg et Wllams, l énerge lbre d un système magnétque dért par le hamltonen d Hesenberg est une fonton analytque de la température T et de l amantaton m. Au vosnage de la température de transton T, m est pette et l sufft de onsdérer les premers termes du développement en pussanes de m : ( ) ( 0)+ 1 ( ) + b F T,m F T, a T T m m 4 4 (3.78) où 3 F B = = 4 k a m T m=0 T= T N 4 B = 1 F = 16 k T b 6 m 3N 3 N 4 m=0 T= T N mest omprs entre et + et T =. 4kB Ce dé nt, dans e as partuler très smple, e qu on appelle, de façon générale, pour une transton du seond ordre donnée aratérsée par un paramètre d ordre m, la fontonnelle de Landau de l énerge lbre F( T,m), analytque par rapport à m et à T au vosnage du pont de transton. La valeur du paramètre d ordre à l équlbre m0 est détermnée par la mnmsaton de F( T,m). Pus on fat l approxmaton que la fonton de partton du système à l équlbre, qu devrat s érre omme une ntégrale fontonnelle sur m() r, se rédut smplement à : d Z = Dm( r) exp F [ m( r)] d r = exp F ( m ) où m0 est la valeur du paramètre d ordre à l équlbre. Il s agt don d une approxmaton du ol qu néglge omplètement les utuatons par rapport à la valeur d équlbre m0. Cette approxmaton ekonnale est analogue à l approxmaton de l optque géométrque, où on ne onsdère que le rayon lumneux qu mnmse le hemn optque, ou à l approxmaton de la Méanque Classque, qu ne onsdère que la trajetore lassque, qu mnmse l aton. On onçot que ette approxmaton devenne de plus en plus mauvase à mesure que l on s approhe de la température rtque. En effet, le mnmum de F( m0) devent de mons en mons marqué et les utuatons de plus en plus mportantes. Il est équvalent de dre que l approxmaton onsste à onfondre l énerge lbre du système physque à l équlbre F ave la valeur de la fontonnelle F( m ), alulée pour la valeur de m( r) qu mnmse la fontonnelle. 0 zj 0 (3.79) (3.80)

20 117 Fgure 3.5: Allure de la fontonnelle de landau dans le as d une transton du seond ordre. Dans e paragraphe où nous dsutons le as d une transton du seond ordre, nous supposerons que le développement de l énerge lbre ne ontent que des termes de pussanes pares du paramètre d ordre et que le terme d ordre 4 est postf. Dans es ondtons, on peut érre, omme dans le as partuler préédent : 4 ( ) ( 0)+ 1 ( ) + 4 F T,m F T, a T T m b m Le sgne de a détermne le domane de stablté de la phase ordonnée. S a> 0, la phase ordonnée est stable pour T <T. En outre, la stablté de l équlbre exge que b sot postf. La valeur de m qu mnmse l énerge lbre est so- Paramètre d ordre. luton de l équaton : a( T T ) m + bm = 0, ave b > 0 3

21 118 S T>T, la seule soluton est m=0. Le paramètre d ordre est nul. Nous sommes dans la phase désordonnée. S T<T, l y a 3 solutons : m =0 m = = m at ( T) b La soluton m = 0est à rejeter, ar elle orrespond à un équlbre nstable. La soluton stable orrespond à une valeur non nulle du paramètre d ordre. Nous sommes dans la phase ordonnée (vor gure (3.5)). Ce onsttue le premer résultat de la théore de Landau : au vosnage 1/ de la température de transton T, le paramètre d ordre vare en ( T T). Au vosnage de T, l énerge lbre est nvarante quand on hange m en m, d où les deux solutons équvalentes m0. En réalté es deux états sont dentques. Le système peut être déomposé en sous-systèmes pour haun desquels m a un sgne dé n. Un tel sous-système onsttue un domane. 0 On peut aluler la haleur spé que par dérva- Chaleur spé que. ton de l énerge lbre : où l entrope S est donnée par : C = F F ( T, 0) 1 S = = am T T Dans la phase désordonnée m = 0et au vosnage de T, la haleur spé que s ért : F( T, 0) C = T (3.83) T T= T Dans la phase ordonnée, l faut tenr ompte du terme en m dans l entrope, et au vosnage de T, la haleur spé que est donnée par : F( T, 0) at C = T + (3.84) T b T S T T= T A la température de transton T, la haleur spé que est dsontnue. at C( T ) C( T+ ) = > 0 b (3.81) (3.8) (3.85)

22 119 Suseptblté relatve au paramètre d ordre. Sot h le paramètre ntensf onjugué de m. Pour aluler la suseptblté sotherme : m T = (3.86) h Il faut onnaître la fonton m = m( T,h). On rasonne sur le potentel thermodynamque T G = F( T,m) hm Par mnmsaton de G, on obtent : (3.87) a( T T ) m + bm h = 0 dont la soluton est mt,h ( ). En dérvant par rapport à h, on obtent : 3 (3.88) T T a( T T ) +3bm 1 = 0 Dans la phase désordonnée, m =0et au vosnage de T : T 1 = a( T T ) (3.89) (3.90) Dans la phase ordonnée, m n est pas nul. Au vosnage de T et dans la lmte où h 0 : 1 T = (3.91) a( T T) 1 Don au vosnage de T, la suseptblté se omporte omme T T. On retrouve la lo de Cure-Wess. À T = T, la suseptblté sotherme n est pas dé ne et, en revenant à l équaton de mnmsaton, on trouve que pour T = T, m se omporte 1/ 3 omme h. En réalté, à part ertans as omme elu des supraonduteurs usuels, l expérene ne on rme pas, en général, la valeur de es exposants rtques. Cas d une transton du premer ordre. En prnpe, la méthode de Landau ne s applque qu aux transtons du seond ordre, au vosnage du pont rtque. Est-l possble de l étendre au as de ertanes transtons de phase du premer ordre? La premère ondton à remplr est, évdemment, qu l s agsse d une transton de phase à la Landau, est à dre montrant une brsure spontanée de symétre.

23 10 La deuxème ondton est d applquer ette méthode dans la régon où le paramètre d ordre reste suffsamment pett, pour que le développement de l énerge lbre en pussanes du paramètre d ordre reste valable, e qu est toujours possble s la transton est du seond ordre, mas ne l est en général pas s la transton de phase est du premer ordre. En réalté, l est souvent possble de l étendre au as des transtons très fablement du premer ordre, est à dre où la dsontnuté du paramètre d ordre reste très fable. En fat, nous supposerons que le omportement qualtatf reste valable, même quand la dsontnuté du paramètre d ordre est plus mportante, e qu est souvent vér é pour les proprétés très générales que nous dérvons. Ben entendu, les résultats quanttatfs ne dovent pas être prs au ped de la lettre. Nous dsuterons dans e paragraphe le as d une transton du premer ordre ndute par un terme d ordre 3 dans le développement de l énerge lbre. On obtent des résultats analogues dans le as où le premer ordre est ndut par un terme d ordre 4 négatf. Le développement de l énerge lbre s ért : 3 4 F( T,m)= 1 a1m + 1 am + 1 bm 3 4 Nous supposons que le oeffent du terme d ordre hange de sgne et que, suffsamment près de la transton, elu vare lnéarement ave T : a1 = a ( T To) ave a > 0 (3.9) La stablté de l équlbre mpose b> 0. Par alleurs, nous supposerons que a < 0. Cette dernère hypothèse ne restrent pas du tout la généralté du problème. Elle permet smplement de se restrendre aux valeurs postves de m. (Evdemment, dans le as ontrare, on étuderat le as m< 0). À l équlbre, la ondton de mnmsaton de l énerge lbre F/ m =0 nous permet de aluler mt ( ) à toute température : 1 3 0= am+ am + bm Cette équaton présente dans le as général, tros solutons réelles ou omplexes : m1 =0 (3.93) a a 4a1b m = b Dsutons les dfférents as selon les valeurs de T (vor gure (3.6)).

24 11 Fgure 3.6: Allure de la fontonnelle de l energe lbre dans le as d une transton du pemer ordre

25 CHAPTER 3. 1 er 1 as : eme as eme 3 as a 0 4 ba +, la seule soluton réelle est 1 Pour T>T + = T m = 0 Pour T + > T > T0: l apparaît tros solutons réelles, dont une nstable. Parm les deux autres, m1 =0 et m =0, l une est stable, ar elle orrespond au mnmum absolu de l énerge lbre, l autre est métastable, ar elle orrespond à un mnmum relatf. Les deux solutons orrespondent à des énerges lbres qu devennent égales pour une température T = T donnée par : T = T0 + a 9 ba. Au-dessus de T,la soluton stable est m1 =0. En-dessous de T, est m =0 qu devent stable, et m1 =0qu est métastable. Pour T<T0 : la seule soluton stable est m S on est onstamment à l équlbre thermodynamque, on prévot don le omportement du paramètre d ordre en fonton de la température shématsé en pontllé dans la gure (3.7) -dessous. En réalté, en rason des barrères de potentel séparant les solutons m1 et m, l exste une ertane nétque de mse à l équlbre thermodynamque. S l évoluton de la température est rapde par rapport à ette nétque, le système restera dans l état métastable. Ans, lors d un refrodssement très rapde, le système restera dans l état m1 jusqu à T = T0, température où l basulera dans le seul état stable m, jusqu à T =0. De même, s le système est réhauffé très rapdement, l restera dans l état m, non seulement jusqu à T, mas jusqu à T+, où l basulera dans l état m1. Ce est une soure d hysteress (en fat nous avons dért le yle d hysteress maxmum, shématsé dans la gure (3.7), en supposant une évoluton en température n nment rapde devant la nétque de mse à l équlbre du système) Cas trrtque. Dans e paragraphe, nous supposons qu l n exste pas de terme mpar dans le développement de l énerge lbre. La transton peut être du seond ordre. Comme d habtude, le oeffent du terme d ordre s annule pour une ertane température : ( ) ( 0)+ 1 ( ) + b F T,m F T, a T T m m m

26 13 Fgure 3.7: Varatons shematques du parametre d ordre ave la temperature dans le as d une transton du premer ordre. Les ehes ndquent le sens de varaton de la temerature. La lgne pontlle represente le as deal d une varaton n nment lente de la temperature, de faon que le systeme reste onstamment a l equlbre thermodynamque.

27 14 dans un plan (pres- Fgure 3.8: Dagramme de phase shematque, son,temperature), montrant un pont trrtque. La stablté de l équlbre mpose > 0. Le fat nouveau est que le oeffent b, qu habtuellement vare peu au vosnage de la transton, peut lu auss s annuler et hanger de sgne sous l effet d un paramètre extéreur omme, par exemple, la presson. - Pour b> 0, la transton est du seond ordre. - Pour b< 0, on a une transton du premer ordre. Le pont où, sous l effet de la presson et de la température, on parvent à annuler smultanément les oeffents a( p,t) et b( p,t) est un pont de transton trrtque. Cette ondton très partulère vent de e que pour b> 0, la lgne de transton est du deuxème ordre et pour b< 0, du premer ordre (vor gure (3.8)). Dans e as trrtque, on obtent, dans le modèle de Landau, les ndes rtques suvants : pour la haleur spé que, =1/ pour T < T, =0pour T > T ; pour le paramètre d ordre, =1/ 4; 1 / pour la suseptblté =1 et pour, dé n par m h, =5.

28 THÉORIE D ORNSTEIN-ZERNIKE. AP- PROXIMATION GAUSSIENNE. La théore thermodynamque de Landau prévot une dvergene en 1 T T de la suseptblté relatve au paramètre d ordre. Ce résultat ompromet la ohérene nterne de la théore : elle- suppose que les utuatons sont néglgeables et trouve qu en réalté elles jouent un rôle mportant. On herhe don une théore auss smple que elle de Landau, mas qu tenne ompte, même partellement, des utuatons du paramètre d ordre Modèle Gaussen S on veut dérre, même de façon approhée, les utuatons, nous devrons prendre en ompte des on guratons où les degrés de lbertés ms en jeu dans la transton (les spns dans le as magnétque) sont orrélés sur un volume n (dont la talle dvergera à T). Nous devons don tenr ompte, dans le alul de la fonton de partton, des on guratons où le paramètre d ordre n est pas ontrant à rester égal à sa valeur moyenne à l équlbre thermodynamque < m 0 >. Ces on guratons seront dértes par des fontons m () r, suseptbles de varer spatalement. Cette fonton m() r est une varable statstque qu sut une dstrbuton de probablté exp F. Pusque le paramètre d ordre est mantenant une fonton de la poston m() r, l faut don prendre en ompte, dans l expresson de l énerge lbre, le oût d énerge de es varatons spatales. Ce néesste de prendre en ompte un terme supplémentare dans la fontonnelle de Landau. On onsdère une fontonnelle de l énerge lbre de la forme : d 1 4 F= dr a( T T) m ( r)+ 1 bm ( r)+ 1 m() r (3.94) 4 est le volume du système. C est e terme en gradent qu assure que l équlbre thermodynamque est réalsé pour des on guratons où le paramètre d ordre est unforme. Pour réalser, à partr d un état unforme, une on guraton où l ordre vare loalement, l est néessare de dépenser une énerge de déformaton. C est ette énerge qu est responsable du phénomène de rgdté généralsée, évoqué au hapte préédent. Le oeffent du terme en gradent est lé à la portée de nteratons. Cette fontonnelle de Landau-Gnzburg est onstrute dans le même esprt que elle du paragraphe préédent : on suppose qu au vosnage du

CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC

CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC CNCEM 09 ère Conférene Natonale sur la Compatblté életromagnétque Taret, 22-24 novembre 2009 CALCUL DES ELEMENTS PARASITES PAR LA METHODE PEEC Abdelal Allal and Mah Djllal Unversty of Sene and Tehnology

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

COUPLÉS THÉORIE DES OSCILLATEURS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES RÉSEAUX

COUPLÉS THÉORIE DES OSCILLATEURS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES RÉSEAUX Sentf Bulletn of the Eletral Engneerng Faulty no. / 9 COUPLÉS THÉOIE DES OSCILLATEUS COUPLÉS APPLIQUÉE AUX ANTENNES ÉSEAUX Iula DUMITESCU, Mhaela IONITA, Jean-Mare PAILLOT, Mha IODACHE L Unversté Poltehna

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta hermodynamque statstque Master Chme Unversté d Ax-Marselle Bogdan Kuchta Plan: Rappel: thermodynamque phénoménologque (dscuter l entrope, l évoluton de gaz parfat,) Premer prncpe Deuxème prncpe (transformaton

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu

Dérivés actions: risques un (rapide) aperçu Dérvés actons: rsques un (rapde) aperçu Lorenzo Bergom Equty Dervatves Quanttatve Research océté Générale lorenzo.bergom@sgcb.com 33 4 3 3 95 Introducton - le Dow Jones 9-6 () 4 Dow Jones Industral Average

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes.

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes. Méthodes de atégosaton : éseau aesens naïfs le Aad E-Moton goup Unesté Joseph Foue http://emoton.nalpes.f/aad le.aad@mag.f lan du ous Intéêts éseau aesens naïfs Appentssage de éseau aesens naïfs ésentaton

Plus en détail

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences REPUBLIQUE LERIEN DEMOCRTIQUE ET POPULIRE Mnstère de l ensegnement supéreur et de la recherche scentfque Unversté El-Hadj Lakhdar-BTN- MEMOIRE Présenté au département des scences de la matère Faculté des

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0.

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0. Corrgé du problème de Mathématques générales 2010 - Parte I - 1(a. Sot X S A. La matrce A est un polynôme en X donc commute avec X. 1(b. On a : 0 = m A (A = m A (X n ; le polynôme m A (x n est annulateur

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire

Les méthodes numériques de la dynamique moléculaire Les méthodes numérques de la dynamque moléculare Chrstophe Chpot Equpe de chme et & bochme théorques, Unté Mxte de Recherche CNRS/UHP 7565, Insttut Nancéen de Chme Moléculare, Unversté Henr Poncaré, B.P.

Plus en détail

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation

Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable de formation Mathématiques e Livret de orrigés Rédation : Niole Cantelou Sophie Huvey Hélène Leoq Fabienne Meille Françoise Raynier Philippe Nadeau Jean-Denis Poignet Coordination : Jean-Denis Poignet, responsable

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Chapitre IV- Induction électromagnétique

Chapitre IV- Induction électromagnétique 37 Chapitre IV- Indution életromagnétique IV.- Les lois de l indution IV..- L approhe de Faraday Jusqu à maintenant, nous nous sommes intéressés essentiellement à la réation d un hamp magnétique à partir

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS ONSEVAOIE NAIONAL DES AS E MEIES ELEONIQUE ANALOGIQUE PH / ELE 4 / DU GEII ere année ------------------------- ------------------------- Dder LE UYE / Perre POVEN Janer ABLE DES MAIEES APPELS D ELEOINEIQUE...5.

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif

Informatique TP 4 & 5. Chaînes de Markov. Partie 1 : exemple introductif Informatique TP 4 & 5 ECS2 Lyée La Bruyère, Versailles Chaînes de Markov Partie 1 : exemple introdutif Exerie 1 : épidémiologie On modélise l évolution d une maladie en lassant les individus en trois groupes

Plus en détail

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite

Clavier et souris virtuels pour personnes handicapées à mobilité réduite Claver et sours vrtuels pour personnes handcapées à moblté rédute Naoures Belhabb et Ans Rojb Unversté Pars8, THIM, EA 4004 CHART 2, rue de la Lberté 93526 Sant-Dens nawres_habb@yahoo.fr ; ans.rojb@unv-pars8.fr

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s)

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s) BTS S ÉPONSS À UN ÉHON. éponse à n échelon d n système d premer ordre xemple : almentaton d n condensater de capacté par ne sorce de tenson e(t) à travers résstance a tenson varable e(t) est n échelon

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES SIMPLES

ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES SIMPLES ANALYSE DES DONNÉES TEST DU KHI-DEUX ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPONDANCES SIMPLES Perre-Lous Gozalez Mesure de la laso etre deux varables qualtatves Kh deux Equête : Êtes-vous «pas du tout d accord»

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO)

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO) Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech To cte ths verson: Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech. Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO. CORESA 12: COmpresson

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov.

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov. La théore classque de l nformaton. ère parte : le pont de vue de Kolmogorov. La sute de caractères comme outl de descrpton des systèmes. La scence peut être vue comme l art de compresser les données quelles

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174)

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174) PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS Josane Confas (UPMC-ISUP) - Monque Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR874) e-mal : confas@ccr.jusseu.fr e-mal : monque.leguen@unv-pars.fr Résumé Ce tutorel accessble

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants.

Projet INF242. Stéphane Devismes & Benjamin Wack. Pour ce projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. Projet INF242 Stéphane Devismes & Benjamin Wak Pour e projet les étudiants doivent former des groupes de 3 ou 4 étudiants. 1 Planning Distribution du projet au premier ours. À la fin de la deuxième semaine

Plus en détail

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm»

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm» Améloraton des Délas dans les Réseaux à Débts Garants pour des Flux Temps-Réel Sous Contrante «(m,k)-frm» Résumé : Koubâa Ans, Yé-Qong Song LORIA UHP Nancy 1 - INPL - INRIA Lorrane 2, av. de la Forêt de

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels 9 Nature & Technology Applcaton du système mmuntare artfcel ordnare et améloré pour la reconnassance des caractères artfcels Hba Khell a, Abdelkader Benyettou a a Laboratore Sgnal Image Parole SIMPA-,

Plus en détail

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT Etudes en Econoe Islaque, Vol. 6, Nos. & (-7) Mouharra, Raab 434H (Novebre 0, Ma 03) OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT ALIM BELEK Résué Le ratonneent

Plus en détail

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL Bogdan HORBANIUC, Gheorghe DUMITRASCU, Andre DUMENCU UNIVERSITÉ TECHNIQUE GHEORGHE ASACHI, Iaș, Roumane

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail