LE troisième MARIAGE DÉTIENNE BENOIST PAR LOUIS GUIBERT. (ExLriL oit, l'âjnw,iaojz limousin rio 14II)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE troisième MARIAGE DÉTIENNE BENOIST PAR LOUIS GUIBERT. (ExLriL oit, l'âjnw,iaojz limousin rio 14II)"

Transcription

1 LE troisième MARIAGE DÉTIENNE BENOIST PAR LOUIS GUIBERT (ExLriL oit, l'âjnw,iaojz limousin rio 14II) ØV LIMOGES I (Il PRIMERIELIB RAIRIE LIMOUSINE VO R. DUCOURrJEIJt Libraire do la Société archéologique et hiutoriquo dit Limouriu 7, RUE DES ARÈNES, 7 I- 892 ocurnent cat 'e')

2 LE TROISIÈME MARIAGE I IYETIENNE BENOJST L'obligeance de l'excellent et regretté M. Astaix rions permit, il e aquelque dix ans, d'étudier un curieux livre de raison xv' siècle. C'était le premier manuscrit limousin, (le CC genre, que nos avions la bonne fortune d'examiner aussi excita-t-il ail plus liant point notre curiosité et notre intérêt.l btre étude terminée, nous publiâmes, avec les remarques et los considérations quelle rions avait suggérées, le texte même le cc rare document. Le réd acteur du registre domestique, élait un riche bourgeois du Château de Limoges, du nom dfumielne Benois I, qui avait joué un rôle assez cri vue (]ans si ville natale et qui y avait exercé les fonctions de consul h )lnsieurs reprises, notamment en Vannée 1426, date mémorable dans l'histoire de noire ville c'est, nos pères s'en souvenaient mieux que nous, celle de la trahison de Gantier Prarleau et de on châtiment. En deux on trois endroits (le ce manuscrit, Elienne fait allusion à un procès.que les fils, issus l'un premier- lit, de Jeanne Colomb, sa troisième femme, lin intentèrent -- à leur très rand tort comme le savent beaucoup de gens», ajoute-t-il. il rappelle même le voyage qu'il dut faire A Poitiers à cette occasion. Le passage est ainsi conçu «Mémoire soit que je partis de cette ville pour Poitiers le samedi 26 avril 4432, afin de. nie présenter A l'ajournement ue j'avais, devant la Cour du Parlement de la dite ville, avec Cui et Jean de BeLons, frères, de la ville de Saint-Léonard. Je lus de retour de là-bas le matin de lundi, quinzième jour du nois de juillet de fi même année, ou environ Cette mention, si insignifiante en apparence et d'un ton si banal, n'est guère faite pour éveiller l'intérêt. Qui se douterait,

3 en lisant ces lignes sans relier, que le procès civil était doublé 'l'une accusation criminelle et que les fils de Jeanne Colomb prétendaient tout simplement qu'étienne l3enoist avait tué leur trière I Le précieux registre des audiences 'du IllarlemenL de Poitiers que conservent les Archives nationales (X 3 A 18 1 fol. 320 r à 324 V 0) renferme le résumé des débats de ce procès, (lui dut exciter une véritable émotion dans notre ville et dont nos ancêtres snivi,ent sans doute les péripéties avec uïie très vive curiosité. Peut-être est-il nécessaire, pour l'intelligence de ce qui va suivre, de rappeler en quelques mots ce que nous savons du héros de cette allrire. Étienne Benoisi, fils d'un homme estimé et considérable, dont l'influence fut prépondérante ù Limoges durant la période le l'uccupétion anglaise et au cours des événements qui y tinrent lin, était nê en 1378 et avdit, à vingt ans, épousé Peitonne llonneftourse :nn -nom bien sonnant, une dot couvemiabic et de sérieuses espérances. Pevromne mourut en donnant le jour à «ne fille ; celle-ci ne Iru survécut que peu de mois. -Ou ne dïvorç-,it pas dans ces Ieinps là, et il arrivaitrare- -ment que lés umuux'se sétyrasseirt; mais quand la mort avait -rompu les liens qui attachaiemit l'un à l'autre deux cbiioinis, époux survivant se consolait le plus souvent 'dans un délai raisonnable ou, sans se-consolér'peut-être, se Ycmatiart volontiers 'Il en était daos la famille d'éftcnne comme ailleurs: son père, Othon,'avait eu deux femmes; son filsguillaurne en eut deux aussi; sa tante, la célèhre'paule tudrer, qui avait faim, au commencement du siècle, un pélérinage 'lux lieux Saints, et à qui l'église de Saint-Pierre(Ili-Qneyroix devait un beau sépulcre, oeuvre d'un sciilpien r-vntien, rut mariée deux fois; autant la nièce du même 'I'tmenmte -et-peut-être sa mère elle-même. Notre bourgeois ne 'lit-donc que suivre de respectables traditions de faniillo en convofaut en secondes noces, deux ans après la mort de Peyrènne, avec Valérie Disnieniatin. Celle-ci était d'une maison lion 'noms riche et non moins bien posée que la première épouse (le - l3enoist. Elle vécut vingt-quatre ans avec lui en union et cil paix, et lui donna treize enfants,le livre de raison nous apprend qu'elle mourut pendant une épidémie : r Elle s'en allirdeceniondele 110 août 146-v-ers l'aurore.,. Sou âme repose en paix I ai - 'Depuis vinr't-deux -mois à peine 'Valérie dormait le grand

4 sommeil auprès de plusieurs de ses enfants, décédés en bas age 4 dans les caveaux de celte chapelle de Saint-l'ierre-du- Queyroi x construite en 1321 par Pierre l3eno si cc le vieux a, p o u r la sépulture de ses descendants, et ornée grands frais! par chaque génération depuis plus de cent ans, lorsque Étienne s'nvua.l'impossibilité où il.ét.ait de vivre seul et de diriger,. san$ une compagne associée à ses sollicitudes, un ménage comme le sien. Il avait, assez de la conduite de son comnie,1ce, de la,surveillance de ses propriétés et du fardeau des! affaires publiques, qui devait, cii ces années 1626, 14fl et 1428, avoir lourdement pesé sur, ses épaules. Il s'était vu, avec ses collègues du Consulat, appelé â répondre du châtin3eiii subi par Gautier Pradeau. Le frère du.traltre accusait les. chefs de la bourgeoisie davoir sa'crilié leur collègue à des haines pr.ides, et les gens du Roi s'élaient joints à lu,, imputant aux 'nagistrats municipaux et. â leurs olficiers dav.oir poursuivi, jugé et puni un, criminel de lèse-majesté dont le cas était résersié aux juges ro yaux seuls. A grand peine, les chefs de la commune se,lrèreut tic cette épineuse affaire et non, peutétrd, sans avoir eu à payer une grosse amende. Peu après, les aivisiuns profondes qui,régnaie,il dans la bourgeoisie d'alors avaient clé la;causc d'un nouveau. procè. Le maure de la mon-,,aib, Guillaume Moulin, détesté de tout te inonde à cause de sou, caractère entier et querelleur., avait poursuivi un certain inca de notables de la ville,, les accusant (le le dénoncer sans cesse comme un complice de Gautier I' radeau, de le dés'ioer ainsi, aux fureurs de la populace et de l'avoir unis P lusieurs rs. fois en danger de mort. tien ne Ber, oist et soi] beau-frère Guillaume Disrcematin avaient été compris dans ces'poursuites, qui n'eurent peut-être pas pour eux de censéqubnees fâcheuses, mais qui, ne fuient pas sans leur causer ceil tains désagréments. Benoist dut sans doute se remémorer avec amertume le conseil de son grand onde Étienne à ses neetcx s Mûlez-vous. le moins, possible des affaires de la commune o. Il reconnaissait, A. présent toute la sagesse de cet avis et regreltait de ne s'y être pas mieux conformé. Quoi quil en soit, il ne put supporter plus longtemps le vide de son, foyer, et le 20. juin 1428 il.épousail j, aone ColoMb, veuve d'adéniar de Belons.Meure avait alors cmqu'alite ans tout juste; lésina dépassait certainement la qua rahtaine elle appartenait. Aune famille 4e, la rue Manigrue, ndn, moins riche et non moins. notable pie celles- des deux prbtnières femmes d'etieijne. Les Colomb,,qui tenaient encore un. rang élevé dans la bourgeoisie, limousine au 41K-septième

5 siècle, s'occupaient, air de divers commerces, draperie, droguerie, ci aussi de tnonnavage. le premier mari rie Jeanne, A déin ar. cri con' me on disait familièrement Ma rot 41e leiours, originaire de Saint-léonard, avait été échevin de Poitiers et avait fait parue de plusieurs Compagnies formées pour la fabrication des monnaies son nom est souvent prononcé fins les ordonnances ro y ales et les documenls de cette époque concernant les ateliers royaux du centre et (le Vanest. Oit le voit notamment, en 1449, avec ses associés, affermer au Dauphin rouler les monnaies des provinces qui lui sont F05 tées fidèles, CL s'enga ge r è lui donner «de prou fliet ole r Jeux millions cent soixa rite mile livres tournois pour tin an. Il semble que Marot eût u ne situation assez en vue et il dut laisser une fortune considérable, lies trois fils nés de soir iaçe avec Jeanne Colon) l'un, b, Pierre devint chano: ne de l'église cathédrale de Limoges; les deux autres, Gui et Jean, continuèrent sans doute les affaires rie leur père ou entreprirent quelque autre n'goce. L'union d'eu ienne et de Colombe, - c'est sous ce nom qu'on trouve eonsuatninent désignée la troisième épouse de Brnoist On Con liait l'hahiiude de nos ancêtres de kminiser le nom pttronnuique des lemmes, - ne parait pas avoir été des plus tn,uu re ses, Le mari était sévère et (lu!- la femme altière, i nu périeuse et semble-t-il un peu fantasque. Entre ces deux caractères également, ombrageux et entiers, les chocs étaient inévitables. Des scènes lâcheuses se produisirint. surtout entre Colombe etleq enfants de lienoisi, dont plusieurs déjà âgés supportaient dilïicilenu,.'nt soir et manifestaient peut être à son égard rue certaine an Li 1m thie. À plusieurs 4 lurises,àl 'a suite de violeruies querelles, la veuve de Marot li: Permis quitta la maison de Beuoist et se relira soit dans s', famille soit chez ses enfants t mais on la vo yait revenir iniques jours après et la vie commune recommençait, tonjours traversée par les mêmes orages. Il y avait entre les époux d'autres sujets de querelle ri ne leur honneur difficile et les discussions fréquentes entre J 'a une Colond) et les enfants du second lit. «Colombe aimait ],a et avait parfois de coûteuses fantaisies Etienne était drive économie sévère. A leur contrat de ma - ri age. dressé par, le notaire Guillaume Albiac, la veuve de Marot de Belons s'était constitué "ne dot de 500 écus d'or de M éetts au marc. ce qui pourrait représenter de 32Ù fr. lui' pouvoir actuel de l'argent. 300 écus seulement avaient

6 I 7.- étéiers6s A Benoist 200 la veille des, noces et 100 à la fin de l'année. Le mûri réclamait aux fils de sa femme le paieruent du surplus sans pouvoir l'obtenir. De là «noies et aigtes disputes u. Etienne dut recourir aux tribunaux.. tics amis communs S'en tremiren t; on transigea inoyennari L le paibment immédiat de soixante écus. Mais Colombe S'opposa à de que ce paiement eût lieu avant que son mari lui eût donné une robe. Sans doute à titre d'épingles du marché. tno&velte source de querelles. Ce n'était pas but, Jeanne avait une infirmité, parait-il, hééditaire : elle était atteinte, dès sa jeunesse, d'une «enflore au col» dont elle avait par tous. es mo y ens essa y é -de seuèrir. Pendant suri mariage avec Marot, cite avait consuite un grand nombre de médecins, à Avignon et dans tes diverses villes oa les affaires du monna y eur les avaiunt'oonduits, et elle avait fait. beaucoup de remèdes. Veuve et redariée à Benoist, elle ne cessa pas. Depuis quelque temps, elle avail placé- sa confiance dans tin ' certain,osnnet, de]saint-léonard, simple hâtier sans instruction médicale, miis qui passait sans doute pour- posséder de merveilledx secrets. Cet Osanet soignait une autre- bourgeoise de lihjoes, atteinte d'une nu rmité analogue. Il administrait à es deux malades, pour remède, une poudre -ii corrosiveet furieuse u, dont s la Force et fureur montoit au cervel en puis descendoit en l'estomac». Plus dune rois ce remède avàit s fort troubté» Colombe. Aussi. Benoist et son fils aidé s'efforçaient-ils de la dissuade,'. (le continuer un t-raiteflent qui ne pouvait, lui Faire que du. mal. Elle, n'écoutant ridn, s'obstinait à recourir à Osanet. tin jour de foire, que ce dernier était, venu à Limoges et que Colombe liii avait acheté de cette poudre et en avait, pris, l'effet fut si violent qu'elle s'évanouit et failti t mourir. Entourée de soins empressés et reladue à la vie, cite n'en recommença pas moins à employerse b remède préféré. Les évanouissements se produisirent de nouveau. Mais en vain tlenoist entra-t-il dans, une colère - terrible, en vain tout, son entourage supplia-t-il Cotomb', de ce!.sser une médication que son âge rendait sans doute plus, active et plus dangereuse, rien.n'y Ut. Pourtant elle était fréqriemmeat indisposée CL se plaignait de maux de téte et d'e. to'mac. Il. semble 'nérne qu'elle, eût un- pressentiment de sa fin prochaine. Trois semaines avant la Toussaint, elle dit à une voisine qu'elle n'en avait pas pour longtemps o. La pauvre femme ne croyait pas, sans doute, que ce sinistre augure dût si vite se réaliser. 4.

7 -8 Le jeudi fcr novembre jour de la Toussaint, Jeanne Colonib se rendit à la messe, dans l'église de Saint-Pierre, en compagnie de son beau-fils et de la femme de celui ci, Catherine loutin. Elle ne se semait pas bien, et en rentrant h la maison elle mangea seule, 'nais entiite. se trouvant mieux, s'ébattit avec ses voisines ii, puis retourna h l'église. Son malaise ayant augmenté pendant vêpres, elle revint citez elle, soupa devant le leu et demeura au coin de la cheminée pendant qu'etienue et toute la famille prenaient leur repas du soir. p uis elle monta dans sa chambre pour se mettre où lit. Deux heures s'écoulèrent Son mari, qui était resté dans la pièce où tout le monde se tenait d'habitude, prit enfin «son couvrechef et sa chandelle et moula à l'étage supérieur à son tour. [In instant après, on l'entendait sortir tic la flambre de Colombe en poussant des cris. La famille et les serviteurs accoururent. 01) trouva Colombe étendue sans mouvement auprès 3e son lit. Elle avait le visage ensanglanté et deux 'laies, l'une, «de la largeur d'un noble n, entre l'oreille CL l'oeil l'autre h la mâchoire, «large comme deux blancs s. Lps chirurgiens et barbiers furent appelés et aussi les gens de justice On chercha vainement à rappeler Colombebe à la vie. On jugea que la mort avait été instantanée et déterminée par le coup dont la trace était constatée à la tempe. Le corps fut gardé, dans la chambre, la nuit du jeudi au venjrcdi le lcn demain, jour des lorts. ù midi, on le porta à Saint-Pierre f't on l'inhuma dans la chapelle des Benoist. Une information fut ouverte par les officiers du Consulat les fils de Jeanne Colon) et les ennemis de Benoist dénoncèrent celui-ci comme le meurtrier de sa lèmme, llcomparut devant le juge cl Fut acquitté, deux enquêtes successives n'ayant abouti à établir aucune charge sérieuse contre lui. atii de Betous et ses frères, battus de ce côté, introduisirent une action devant le parlement royal, séant alors à Poitiers, pour obtenir te remboursement intégral de la (lot de leur mère et l'annulation dune clause du contrat de mariage stipu lant un gain de survie de 150 écus d'or au profit d'etienne le mari de Colombe s'étant, par les mauvais traitements qu'il lui avait fait subir, rendu indigne de la libéralité consentie par elle à son profit. L'affaire, portée sur ce terrain, donna lieu à une iroisiômc enquéte. La cause fut appelée à l'audience des 2 et 3juillet Le procureur du Roi s'était joint aux fils de Colombe. L'avocat des frères de Belons prit le premier la parole et

8 I O exposa que «notable femme, entraide de notables cl anciefts pareils n, Jeanne Colomb, était fille de Jean Colomb et de Marquise Brandonne, de Saint-Léonard. Mariée à Marot de Betus, elle vécut avec lui vingt ans cl en union et tranquillité. Ils étaient "un et l'autre n bons et vraiz eatholicque.» et fondèrent de leur vivant une messe quotidienne à Saine_Radegonde de Poitiers, pour les frais de laquelle ils assi4nùr-ent une rente de trente livres à celte église; ils fireril également des libéralités à la basilique desaint-marlial de IJimoges, pour la fondation d'une messe hebdomadaire, et auss à la collégiale de Saint- Léonard. Marot mort, Jeanne s'était remariée avec Etienne Benoist. Tout avait d'abord marché au mieux, et pendant les trois premiers mois Etienne avait bien traité sa femme; mais cette courte lune de miel passée, Colninhe havait plus eu que «noie et noise» de lui. Presque chaque joui', il l'injuriait et la battait - c'est l'avocat qui parle -. sans égard pour son âge cl sa faiblesse. Un jour qu'il l'avait maltraitée «énormément» et qu'elle avait reçu (les do115 sur le visage et sur le reste du corps, Colombe quitta la maison et se retira chez anale ses oncles de Limoges,I iamet Bouillon, où elle demeura sept fi huit jours. Elle eonenlit néanmoins, sur la prière d'l lieune, qui ci promit et lira de ta mieux traiter», à rentrer au rlomicile. conjugal. Mais sari mari ne put longtemps rester fidèle à ses promc ses.1 De nouveau, il la battit au point qu'elle en fut malade; elle Ise rélirgia chez Bouillon et de là à Saiut-Léonard, chez ses fils. Elle y resia du mois de mars au mois d'août, 13euoist, admonesté par ses proches, protesta de nouveau qu'il s'amenderait. Romanet, ami des Colomb, s'entremit; il alla aved quelques autres voisins à Saint-téonard et obtint de la feniie outragée qu'une seconde fois elle' rentrât chez Benoist celui-ci, alors en proeès avec les frères de Betous o les O0 écus res tan t dus 51fr la dot de leur mère, se eoarbnta 111 duu versement immédiat de soixanle, et les fils de Jbanne Colo:nl) acceptèrent son offre. Au moment où ils allai,nt s'exécuter, Colombe, comme ou l'a Vu plus haut, réclama une robe et défendit à ses fils de payer jusqu'à ce qu'elle l'eût obtenue. Les scènes et les «batteries» recom- Efienne, continue l'avocat, «ne vouloir permettre que Colombeeust antenne,adnnnislrncion chez lui «En l'hostel, il v u eu puissance de donner un verre de vin à ung sien amv», c-t «ne vouloir Eenoist donner argent à Colombe pour fdire ses aumosaes et autres oeuvres charitables» Il 'étai

9 mé6ant,.lur, impérieux,. brutal - c'est toujours l'avocat de ses adversaires qui parle. - Un jour, il brisa d'un. coup de hache la cassette, étaient les jo y aux de sa femme, celle-ci avant refusé rie lui en remettre la clé, et il lui prit ses bijoux, en sorte que la pauvre Colombe n'eût plus le moyen de se parer. Enfin, les enfants de Oenoist n'avaient aucun égard pour elle; parfois même, ils lui disaient ries paroles peu convenables Ils ne Vannaient pas et ne demandaientt qu'à, lui taire du mal. Les juges frémirent sans doute, comme l ' auditoire, en apprenant que «souvent avaient esté trouvé araignées en ta quenoille de Colombe que y rnectoient lvm errlans de Benoist, affin que, en fillant, elle se empoisonnast... n. Après ces préambules, l'avocat aborde le!récit des événements du 4' novembre. Il raconte que la veille, Colombe avait demandé à son mari de l'argent pour les aumônes qu'elle avait coutume de distribuer, ce jour-là Il refusa, puis se décida à lui envoyer à l'église, par sa chambrière, six deniers tournois. C'était peu, et «Colombe test molt dolente et courrocée, et cri pleura cri excusant envers les pouvres de ce qu'elle ne leur povoit riens donner». Le jour de la Toussaint, quand elle revint de ta messe, sou mari ne voulut pas qu'elle rimât avec tir «et puer ce se retrait Colombe en une chambre, ou mangea des choux seule ment». Elle n'était point malade, car elle s'ébattit ensuite avec ses voisines. En allant à vêpres, elle «passa devant l'ostel d'uug patissier, ou e four chaufl'oit, et «rtist audiet palissier que sundit four sentait bon et quelle mangerai[ volontiers de ce qui {yi estait n. Au sortir de l'église, elle revint chez elle s faisant bonne ehiere. n; mais s flenoist toujours riotoit n. C plomhe «se relira alors dans une petite sale et souppo dring pnullel, avec un des petits eufans n, tandis qu'etmenne mangeait dans la pièce commune avec son lits Guillaume, sa bru et le reste de la famille. Colombe monta dans sa chambre.., On sait le reste. - Sa mort ne peut être attribuée qu'aux mauvais traitements de son mari qui la frappa ou autrement la greva totallemnent n. Rien n'indiquait qu'elle efit,fait. une chute ou, se fût frappée quelque part. Les médecins l'ex aminérent. On constata qu'elle avait une enflure à la gorge, mais il n'y avait aucune raison de croire que ce mal eût été pour quelque chose dans sa, mort si imprévue. Sort (levait être de nouveau visité le lendemain par les hommes de l'art; niais, rl.e grand, matin, itienne le fit porter à l'église et. Cqbm»e.fu.tcnsvelie sans

10 - il rriète que ses fils, alors ii Saint-Léonard eussent été préve - tilt Sur ce trait, l'avocat des fières de, Betous termina son do y er. dont le procureur du loi appu ya 'es dires, sans apperier aucun élément nouveau à la cause. avocat (le Benoist put enfin prendre ]a parole. Comme son confrère, il commença sa plaidoirie par l'éloge tic son client; il rappela quetien lui-même rie, UI) (les notables bourgeoisde Limoges, était fils d'011ion l3enoisl, conseiller lu lirince et un les premiers de la ville. Il montra les deux prer1iiùres femmes iletienrie vivant avec lui en bonne intelligence «Doulcetnent s'est governé avec elles, et resloient bien contentes (le luy.» Il n'a jamais eu pour Colombe que des égards et de bons I raiternents ; mais «elle avoit male teste» et Mhrot de feintas, qui l'aimait cependant lui aussi, l'avait snrivent. battue. Quant aux coups que Renoist est accusé de lui avoir portés dans certaines circonstances, voici la vérité Ut jour Colombe s'était mise en colère - ce qui lui arrivait Iplus que quelquefois - contre la nourrice d'un rins petits b fils de l3enoist. Elle l'avait notamment traitée de ri- ande et de p... - Les dames avaient à cette époque, on en connaît assez d'autres exemples, la langue leste et le mot La nourrice se mit à pleurer et déclara qu'elle lait s'en aller. Mienne intervint et lit des représentations à Colombe celle-ci déclara qu'elle n'en tiendrait nul compte et qu'au contraire elle maltraiterait la nourrice «de plus en plus, Ce fut alors que son mari lui domina o ung petit saufflet «1 Mais elle ne quitta point la maison, et quand elle alla 't Saint-Léonard, où elle demeura deux jours seulement, ce lit t pour voir ses enfants et avec la permission de son mari Unb autre fois, on faisait la lessive; la servante avait oublié de mettre en la buée une tenaille, Colombe prit touses draps de la huée et les jeta par terre. Benoist adressa des observations: sa femme lui ayant fait une réponse lieu convenable, il la frappa $ r r le bras d'une baguette qu'il tenait à la main. Il st vrai qu'elle se retira alors dans la maison de Fouit. Ion mais elle revint de sort mouvement. veinent. Eti cuite la reçut ( arrs lui adresser aucun reproche. Il s'est toujours bien Comporté avec elle et lui a t Lut tons les plaisirs que lia peu u. j : n'est pas (l'usage à Limoges de donner des bijoux aux ferame vruvcs néanmoins un an après soit mariage il n remis à Colombe quinze écus (1,000 i 1,300 Ir. d'aujourd'hui) pour

11 - - en acheter. En ce qui a trait à la robe qu'elle a réclamée lors de la transaction entre l3enoist et ses fils, k mari a fait tout ce qui dépendait de lui pour procurer à sa femme celle qu'elle voulait on s cherché ('ans tous les magasins de la ville et on présenté à Colombe les plus belles étoffes quon ait pu trouver. - L'incident du coffret a été inexactement raconté par l'avocat de la partie adverse. Beneist avait voulu vérifier si les joyaux et les effets précieux de sa femme étaient renlèrmés dais le «forcier o et) question, Colombe satant refusée à lui en remettre la clé,,il fit ouvrir le coffret par un,serrurier. Il n'enleva point les bijoux qu'y avait renfermés sa femme, par cette bonne raison qu'il n'y, en trouva point. L'avocat entre alors dans de longs détails sur la santé de Colombe et les remèdes qu'elle s'administrait malgré les sup. lications de soit et de toute la famille de celui-ci Benoist donnait là-dessus les plus sages avis à sa femme; mais celle-ci o tousjours faisoit le contraire de ce qu'on.luv conseiltoit», surtout quand le conseil venait de son mari, - on irou verait encore des ménages où cela se voit' quelquefois. --Nous avons parle plus haut d'osanet et de sa poudre. L'avocat insiste sur les effts «furieux de ce remède et rappelle l'atteinte qu'avait subie la santé de Colombe et ses sombres pressentiments. Il ajoute que, la mère de Jeanne Colomb, son aïeule et no de ses frères sont morts de niort,suhite. Suit hi, récit de la journée du 4` novembre. li ne ressemble' guère, on. s'en, doute assez, au thème' de, l'avocat de Iput h fheure. Loin d'être gaie et bien flottante;, ce jour là, Colombe était, triste et se plaignait. C'est elle qui refusa de diner avec la. famille et se fit servir à part. Elle se trouva fort mal à vêpres; en entrant à la maison, elle tac voulut pas 'attendre l'heure du souper, s'installa devant le feu, disant «qu'elle y serait mieux à soit e et y mangea tin peu. On, ne la vit bouger (le devant le foyer peqdant que les autres. soupaient., Elle, monta ensuite à sa chambre, e pour prendre sa poudre, suivant soit car elle ne la prenait jamais devant, personne. Sans doute la e furiosité de ce remède l'étourdit. elle tomba et sa tête porta contre le banc on le coffre qui étaient dans la chambre à coucher des époux. Quand, Etionne entra dans la chambre, il la trouva étendue à terre, en simple. cote et sans mouvement. Il cria au secours.et on apporta de l'eau qn'oji jeta au visage de la pauvre femme ;.mais to,it était fini, Celaruheétait morte ct déjà toute froide ce qui prouvait, que.la mort remontait déjà à un peu temps. On, ne peut accuser Etienne davoir cherché à soustraire

12 'e corps à l'examen des hommes de l'artet de la justice. Il n envoy é quérir les médecins les voisins ont été appelés; ta justice est venue. On a cm ployé plusieurs femmes pour mettre Colobbe dans son linceul. Ce sont tes magis trats eux-mêmes qui, après l'examen niinu Lieux du corps, en ont autorisé l'enlèvement, et les obsèques ont eu lieu non au petit jour mais i h midi. Etienne a du reste compara devant le juge des consuls et eelui-i a lait justice des calomnies de ses accusateurs. - Nous avons donné la substance (les plaidoiries et mies répiipmes des avocats; car il y eut des répliques, sans grand intérêt d'ailleurs. La Cour avait décidé qu'eiiênue l3enoist com1araltrait eu personne. Il se présenta et fournit aux juge certaines explications, To utefois, il repartit pour Limogeai avant 'e jugement du procès, e1 y arriva, Comme nous avons vu, le 15. Le 26 seulement l'arrêt fui rendu il étai t tout à l'aautage de Benoist. Sans s'arrêter aux allégations des frères d 130 Ions, les juges disposaient que, sur es 360 écus d'or '""spar Etieune pour la dot de Colombe, il y avait lieu de fentr bomapte non-seulement des M"eus donnés par celle-ci tison haari par leur contrat de mariage, à titre de gain de survie, mais des sommes versées pour le compte de la dite Jetinué par Benuist au chapitre de Sairite-Ratiegonde et des frais des fuhé.ratlles de la défunte. L'arrêt ajoutailque, en ce qui concernait ce dernier article, Etieune serait cru sur son termnnt, La somme à rembourser aux frères de Betous se trouva ainsi réduite à '52 écus d'or et demi. Etieune en compta 154, intérêts compris, au chanoine Pierre, le 19 août I 43 2, et Guillaume Al biac, le notaire qui avait reçu quatre ans Plus tôt son contrat de mariage avec Colombe, dressa la quittance portant pleine et définitive décharge. Etieduc 13enoist vécut encore près de vingt ans, mais il ne se rembni a pas. E ½ Limoges, imp. V 11, D,mcourtteux, rue des Ar&nea, 7

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P

QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P QUELQUES CONTES MERVEILLEUX DE LA CLASSE DE 6 ème P Année scolaire 2015-2016 Mme Sicot 1 Préambule : Les élèves de la classe de 6 ème P ont d'abord rédigé diverses situations initiales à partir de cartes

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS

SESSION 2011. Brevet d Études Professionnelles. «rénové» FRANÇAIS SESSION 2011 Brevet d Études Professionnelles «rénové» FRANÇAIS L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Le sujet comporte 5 pages numérotées de 1 à 5. Examen : BEP «rénové» Spécialité : toutes spécialités

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12) E1 Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 5,1-12) Quand jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche,

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27

Une méditation évangélique. dans une action au service. Marc 10, 17 27 Une méditation évangélique pour des personnes engagées dans une action au service d un dun monde plus juste et solidaire Marc 10, 17 27 Evangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 10, 17 22) Jésus se

Plus en détail

La Gardeuse dʼoies Grimm

La Gardeuse dʼoies Grimm La Gardeuse dʼoies Grimm Il était une fois une vieille reine dont le mari était mort depuis de longues années. Elle avait une jolie fille, qui, en grandissant, fut promise au fils d'un roi. Quand vint

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Etranges disparitions

Etranges disparitions Etranges disparitions Nina était une lycéenne de quinze ans qui vivait dans un appartement à Paris avec sa mère et son chien Médor. Sa mère était avocate et elle rentrait très tard le soir. Nina était

Plus en détail

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle

Enquête au collège : le meurtre de Gertrude. chapitre 1: La nouvelle Enquête au collège : le meurtre de Gertrude chapitre 1: La nouvelle Comme à son habitude Gertrude passait la serpillère. Or, le Mardi 17 Septembre personne ne l'avait vue! Toute l'école disait qu'elle

Plus en détail

«L AMOUR NE S ACHETE PAS!»

«L AMOUR NE S ACHETE PAS!» KATE SANSET «L AMOUR NE S ACHETE PAS!» PRIX DE LA MEILLEURE NOUVELLE REALISTE 2014 EDITIONS COLLEGE BRAS PANON Monsieur Gilbert Martin était âgé de soixante ans il possédait une entreprise de tissus à

Plus en détail

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE

Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE Chapitre 6 UNE JOURNEE DE PETITE FEE La rentrée des classes est faite, elle s'est bien déroulée et chaque matin les Mamans viennent confier leurs enfants à la Maîtresse pour les reprendre le soir. Chaque

Plus en détail

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer Les trois brigands 1 Quel est le titre de ce livre? Qui est l'auteur de ce livre? Quelle est l'édition de ce livre? A ton avis, que peut raconter cette histoire? Les trois brigands 2 Il était une fois

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE

ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Enseignement intégré des humanités Octobre 2012 Épreuve n 2 Compréhension et expression écrites Les Mille et une nuits ALADDIN OU LA LAMPE MERVEILLEUSE Nom : Prénom : Classe de sixième :.. COMPRÉHENSION

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR 10, rue des 3 frères Bernadac 64000 PAU TEL : 05.59.98.51.30 FAX : 05.59.83.81.26 LA SEPARATION DE CORPS La séparation de corps ne doit pas être confondue avec le divorce

Plus en détail

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor

Le songe de la statue. du roi Nebucadonosor Le songe de la statue du roi Nebucadonosor http://www.bibleetnombres.online.fr/nabuchod.htm (1 sur 6)2011-02-04 18:36:03 " [...] La seconde année du règne de Nebucadonosor, Nebucadonosor eut des songes.

Plus en détail

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux.

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux. Récit 15 Dans une petite ville paisible d Allemagne, appelée Brestër, vivait un certain M. Choufleur. Une nuit alors qu il était profondément endormi, le téléphone sonna. - «Allo, suis-je bien chez M.

Plus en détail

MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS. Le petit ogre veut voir le monde

MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS. Le petit ogre veut voir le monde MARIE-AGNÈS GAUDRAT DAVID PARKINS Le petit ogre veut voir le monde texte 1 Il était une fois un petit ogre qui rêvait de voir le monde. Mais le petit ogre n avait jamais quitté sa maison car ses parents

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU 1. Généalogie des Pithou 2. Notices biographiques (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT)! 1 1. Généalogie des Pithou Marguerite Bazin = première épouse Pierre

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

L Invitation. par John Worlund

L Invitation. par John Worlund L Invitation par John Worlund 2009 John Worlund. Tous droits réservés. La reproduction de ce document entièrement ou en partie sans permission ecrite est interdite. Edition 1, 9/2009 La couverture de devant

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Villersexel 27 août 1915 Cher Edmond J ai reçu ta lettre du 17 avec quelques jours de retard. Comme tu me l avais adressé à Saint-Loup m y croyant

Villersexel 27 août 1915 Cher Edmond J ai reçu ta lettre du 17 avec quelques jours de retard. Comme tu me l avais adressé à Saint-Loup m y croyant Villersexel 27 août 1915 Cher Edmond J ai reçu ta lettre du 17 avec quelques jours de retard. Comme tu me l avais adressé à Saint-Loup m y croyant encore. Nous étions parties toutes les 2 Paule pour 15

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Célébrer le deuil À l attention des familles et des proches Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Quel est le sens des funérailles chrétiennes? à Lors de ses funérailles, le défunt est entouré

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

Französisch Serie 2 (60 Min.)

Französisch Serie 2 (60 Min.) Aufnahmeprüfung 2008 Französisch Serie 2 (60 Min.) Hilfsmittel: keine Name... Vorname... Adresse...... Maximal erreichbare Punktzahl 100 Punkte - Leseverständnis 30 Punkte - Grammatik / Wortschatz 70 Punkte

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience.

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience. Comment se préparer à une audience Introduction Vous avez produit une demande à la Régie du logement, ou reçu copie d'une demande. Que vous soyez demandeur ou défendeur, il est important de bien se préparer

Plus en détail

Article. «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis. Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73.

Article. «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis. Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73. Article «Tu ferais un bon avocat» Paul-Patrick Paradis Biscuit chinois : littérature pop, n 7, 2008, p. 70-73. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/2464ac

Plus en détail

Faire face aux émotions... du diabète de type 1

Faire face aux émotions... du diabète de type 1 Faire face aux émotions... du diabète de type 1 L apprendre Tous ceux qui apprennent qu ils ont du diabète peuvent se sentir choqués, bouleversés, tristes, en colère, inquiets entre autres sentiments.

Plus en détail

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ

ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) JEAN-PAUL BÉRUBÉ ARBITRAGE EN VERTU DE LA LOI SUR LE RÉGIME DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DU GOUVERNEMENT ET DES ORGANISMES PUBLICS (L.R.Q., CHAPITRE R-10) ENTRE : ET : JEAN-PAUL BÉRUBÉ COMMISSION ADMINISTRATIVE DES RÉGIMES

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Histoires de choses...

Histoires de choses... Temps d Activites Periscolaires Année Scolaire 2013-2014 / 2ème trimestre École du Sacré Cœur Classe de CE 2, CM1,CM2 Les Ateliers Autour Du Livre avec Marie-Ange Nénot Après la lecture du conte «La paire

Plus en détail

Micheline revit et essaie de réapprendre à sourire.

Micheline revit et essaie de réapprendre à sourire. Région Son mari la faisait dormir dans la grange: "si les gendarmes n'étaient pas venus, je ne serais pas là aujourd'hui" [+vidéo] Recluse dans sa ferme de Couture, Micheline en était réduite à dormir

Plus en détail

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime.

Dans la première ruse de Renart, ce fut Ysengrin la victime. Je vais vous présenter les ruses de Renart dans le roman de Renart. Renart, notre héros Renart est le personnage principal choisi par l'auteur. Dans chacune de ses histoires, il est dans une mauvaise posture

Plus en détail

Est-ce que le Père Noël existe vraiment?

Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Est-ce que le Père Noël existe vraiment? Le 24 décembre de l an 3000, le Père Noël livrait ses cadeaux de son domicile. Les lutins et les rennes n avaient plus beaucoup de travail depuis que Mère Noël

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes :

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes : Cas n o 1 M me Melanson M me Melanson (75 ans) vit dans une région rurale de la Nouvelle-Écosse. Sa fille aînée, Caroline (54 ans), est retournée vivre avec elle il y a cinq ans après le décès du mari

Plus en détail

LE PROCÈS DE MACHIAVEL

LE PROCÈS DE MACHIAVEL LE PROCÈS DE MACHIAVEL II. L INTENTION POLITIQUE DE BOCCALINI Boccalini était-il antimonarchiste et républicain ou n était-il qu un observateur résigné, sarcastique, sceptique? Deux raisons principales

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

C est beau la vie Jean Ferrat

C est beau la vie Jean Ferrat C est beau la vie Jean Ferrat Le vent dans tes cheveux blonds Le soleil à l'horizon Quelques mots d'une chanson Que c'est beau, c'est beau la vie Un oiseau qui fait la roue Sur un arbre déjà roux Et son

Plus en détail

Les uns, les autres. 1. Complétez les phrases avec le bon adjectif possessif : Mon, Ma, Mes.

Les uns, les autres. 1. Complétez les phrases avec le bon adjectif possessif : Mon, Ma, Mes. \\ UNITÉ 1 \\ Les uns, les autres 1. Complétez les phrases avec le bon adjectif possessif : Mon, Ma, Mes. a.... meilleur ami est italien. b.... école de langues est dans le centre-ville. c.... travail

Plus en détail

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET)

Entretien réalisé avec des enfants de CM1-CM2. École du Lac de la Villeneuve de GRENOBLE (Classe de Jacqueline BASSET) ELMO DES ENFANTS... EN PARLENT Nous incitons de mille manières nos enfants à lire. Nous tentons de nous montrer psychologues en tenant compte de leurs manières de choisir, de leur goût, des aides dont

Plus en détail

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit.

La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. La maîtresse m a demandé d écrire la suite d une nouvelle de Philippe BARBEAU, l ami de l ogre, en respectant les étapes du récit. Un après midi d ennui Yoann s ennuyait depuis toujours mais, en ce début

Plus en détail

Unité 3 es oches et leurs reproche r s p r leu, senu je s Le page 37

Unité 3 es oches et leurs reproche r s p r leu, senu je s Le page 37 es Les jeunes, leurs proches et leurs reproches page 37 1 Je sais communiquer! Écoutez le dialogue suivant, entre Christophe, un copain de Lucas et son père. Cochez les bonnes cases dans le tableau suivant.

Plus en détail

Xellow ROSUNBERG. Description : Historique :

Xellow ROSUNBERG. Description : Historique : 2 2 Prologue En des temps reculés, circulait une légende. Celle-ci expliquait ce qu était une élue, une tueuse de vampires. Cette histoire racontait que l Homme créa la tueuse pour combattre tous les vampires

Plus en détail

L histoire du petit indien

L histoire du petit indien Compréhension de lecture Andrée Otte L histoire du petit indien CH.Zolotow, Le petit indien, Ed. des deux coqs d or Voici l histoire de toute une famille d Indiens : le père, la mère, le grand frère, la

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Lettre ouverte à mon homme

Lettre ouverte à mon homme L amour 6 DITES-MOI UN PEU Lettre ouverte Lettre ouverte à mon homme Dans dix-huit jours je serai mariée, tu seras mon époux. Pourtant, je ne t aime pas. J ai vingt-neuf ans, un physique agréable, un travail,

Plus en détail

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document

LES FÉES. Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Devoir surveillé de français n 3 6 ème Mademoiselle Depoorter 1 heure sans document Nom : Prénom :.. Classe : LES FÉES Texte long donné aux élèves au préalable afin qu ils aient le temps de le lire à la

Plus en détail

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES

EOI ARUCAS DEPARTAMENTO DE FRANCÉS DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES DOSSIER: PASSÉ COMPOSÉ AVEC AVOIR OU ÊTRE EXERCICES 1 le passé composé (avoir ou être) Mettez les verbes au passé composé (auxiliaires avoir ou être) 1. Elle (manger)... tous mes sandwiches! 2. Je (aller)...

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi

Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Chapitre 71 Notre devoir envers ceux de la Maison de la Foi Il y a deux catégories de pauvres que nous aurons toujours parmi nous: ceux qui se ruinent eux-mêmes en faisant leur propre volonté et qui persévèrent

Plus en détail

Le loup et les 7 chevreaux

Le loup et les 7 chevreaux Episode 1 Il était une fois une chèvre qui avait sept jolis petits chevreaux. Un matin, elle voulut aller chercher de la nourriture pour elle et ses petits dans la pairie. Elle les rassembla tous les sept

Plus en détail

Alice s'est fait cambrioler

Alice s'est fait cambrioler Alice s'est fait cambrioler Un beau jour, à Saint-Amand, Alice se réveille dans un hôtel cinq étoiles (elle était en congés). Ce jour-là, elle était très heureuse car elle était venue spécialement ici

Plus en détail

Que s est-il passé? Reprenons tout à zéro! Bon, on se calme! On respire! Ma mère a fait une tête! Ça ne va pas, maman? 2. Mon père a pété les plombs!

Que s est-il passé? Reprenons tout à zéro! Bon, on se calme! On respire! Ma mère a fait une tête! Ça ne va pas, maman? 2. Mon père a pété les plombs! Que s est-il passé? 1 Associe les éléments de la BD aux mots qui leur correspondent. Bon, on se calme! On respire! Reprenons tout à zéro! Tout a commencé quand......les parents ont reçu des vrais-faux

Plus en détail

1 an et demi plus tard

1 an et demi plus tard 1 an et demi plus tard Alors, les filles? Vous en pensez quoi? Je me tenais bien droite sur la petite estrade au milieu de la salle d essayage, simulant un bouquet entre mes mains et souriant de toutes

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Le juge de paix : le juge le plus proche du citoyen Cette brochure vous explique quelles sont les tâches et les

Plus en détail

Qu est ce qu une proposition?

Qu est ce qu une proposition? 1. J ai faim, donc je mange.. propositions 2. Il possède une villa qu'il a héritée de son père... propositions 3. Mon ami m'a dit qu'il avait été surpris quand il a appris la nouvelle... propositions 4.

Plus en détail

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

Rebecca Léo Thomas Gaspard

Rebecca Léo Thomas Gaspard Parfois on va à l'école parce que nos parents n'ont pas le temps, ou sinon nos parents ne savent pas tout. On va à l école pour avoir un bon métier et une belle maison, pour développer notre intelligence,

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Questionnaire pour le Jumeau B Second né

Questionnaire pour le Jumeau B Second né ETUDE SUR LA QUALITE DES RELATIONS GEMELLAIRES D ENFANTS DE 3 A 5 ANS ET PRATIQUES EDUCATIVES PARENTALES Questionnaire pour le Jumeau B Second né Thèse réalisée dans le cadre d un Doctorat de Psychologie

Plus en détail

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2

Comment avoir une banque sans banque. Tome 2 Comment avoir une banque sans banque Tome 2 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. Je vous avais promis de mettre dans votre bibliothèque d'ebooks, un système économique fou furieux: une banque sans

Plus en détail

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir

Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Procédure de divorce, ce qu il faut savoir Le divorce est à ce jour le seul moyen permettant d instruire la fin juridique des relations entre deux individus mariés. Ces dernières années, la banalisation

Plus en détail

ETUDE D UN CONTE Les fées

ETUDE D UN CONTE Les fées ETUDE D UN CONTE Les fées Objectifs de la leçon : A la fin de cette unité tu seras capable de : - reconnaître la structure d un récit à partir d un conte. -reconnaître les éléments qui constituent un texte

Plus en détail

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m.

CHAOS. Pièce en 14 tableaux de m. CHAOS Pièce en 14 tableaux de m. 1995 1 TABLEAU 1 L'UNE : Je t'aime. L'AUTRE : Chut... As-tu entendu ce bruit-là? L'UNE : Quel bruit? L'AUTRE : Le même bruit et pratiquement à la même heure. Le bruit de

Plus en détail

Ezéchiel, homme de visions

Ezéchiel, homme de visions La Bible pour enfants présente Ezéchiel, homme de visions Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : Lazarus Adapté par : Ruth Klassen Traduit par : Yvon l'hermitte Produit par : Bible for Children www.m1914.org

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder

L ami Milan. En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder La Longévité réussie En hommage à mon ami poête Jean-Louis Noël qui m avait dédié ce poème le 26.03.2004 et qui vient de décéder le 03.10.2007. L ami Milan L ami Milan, L ami béni, L ami de mille ans.

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Les repères de temps familiers

Les repères de temps familiers séquence 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Les repères de temps familiers Je me repère dans le temps séance 1 A. Observe bien chacune de ces séries de deux photographies. À chaque fois, indique dans quel ordre elles

Plus en détail

Lisa Simpson à New York

Lisa Simpson à New York Lisa Simpson à New York Lisa Simpson est une fille qui travaille en ville à Paris. Elle a pris deux semaines de congés. Elle en profite pour aller en vacances à New York. Le jour du départ, elle dit au

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES GABONAISES

MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES GABONAISES Consulat Général de France à Libreville MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES AISES 1. Principe Le mariage d un(e) Français(e) avec un(e) étranger(ère) ne peut être célébré que dans une mairie gabonaise.

Plus en détail

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable

L hiver Qui sommes nous? Amoureux ou coupable La magie des mots Bienvenue Un poème Merci à tous Les mots Etre une chanson Juste un petit mot L aigle et le vermisseau La prière de la dent L oiseau Une note de musique L amour Ma naissance Fleur d amour

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

FICHE ANIMATION JEU DU DÉMENAGEMENT PUBLIC : Jeunes de 7 à 15 ans (ET PLUS) DURÉE : 1/2h.

FICHE ANIMATION JEU DU DÉMENAGEMENT PUBLIC : Jeunes de 7 à 15 ans (ET PLUS) DURÉE : 1/2h. FICHE ANIMATION JEU DU DÉMENAGEMENT PUBLIC : Jeunes de 7 à 15 ans (ET PLUS) DURÉE : 1/2h. Fiche réalisée par Pascal et Erika Jouanneau : e.p.jouanneau@orange.fr OBJECTIFS : Découvrir la vie de certains

Plus en détail