L Auditeur Libre. Site internet : Juin 2008 Volume 64, Numéro 3 MOT DU PRÉSIDENT MOT DE L ÉDITEUR SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Auditeur Libre. Site internet : www.ivim.com Juin 2008 Volume 64, Numéro 3 MOT DU PRÉSIDENT MOT DE L ÉDITEUR SOMMAIRE"

Transcription

1 . INSTITUT DES VÉRIFICATEURS INTERNES SECTION DE MONTRÉAL L Auditeur Libre Site internet : Juin 2008 Volume 64, Numéro 3 MOT DE L ÉDITEUR MOT DU PRÉSIDENT C est la tête pleine d idées que je suis revenu de la Leadership Conference tenue à Orlando par l Institute of Internal Auditors (IIA) au mois d avril dernier. Parmi les sujets d intérêt, l IIA a insisté sur son intention de traduire davantage de documents au bénéfice de ses membres utilisant une autre langue que l anglais. Nous ne pouvons donc que nous réjouir de cet objectif qui permettra aux membres francophones d avoir accès aux ressources de l IIA dans leur langue. D autre part, l IIA désire accentuer la visibilité de la profession par différentes actions, dans le but de faire reconnaître la vérification interne comme une profession en soi. Ainsi, lorsque l on vous demandera quelle est votre profession, on vous encourage à répondre : «Vérificateur interne», plutôt que comptable, ingénieur ou simplement vérificateur. Plusieurs projets sont également prévus pour la prochaine année au sein de l IIA, dont une mise-à-jour des normes en vérification interne (International Professional Practices Framework IPPF). Cette miseà-jour consistera essentiellement à fournir aux professionnels une interprétation concrète des normes actuelles afin d en faciliter l application. Je vous invite à rester bien au fait de ces différents projets en visitant le site de l IIA à l adresse suivante : En terminant, joignez-vous à moi pour remercier notre président, Denis Lefort, pour son dévouement exceptionnel, ainsi que pour son importante contribution au succès de l IVIM. Jonathan Allard, CA EJC, MBA Éditeur Une année qui tire déjà à sa fin de même que le terme de deux années de ma présidence à la tête de l IVIM. Déjà! Comme le temps file et déjà venu le temps de passer le flambeau à Nathalie Lemieux, de la Coop fédérée, qui assumera la présidence à compter du 1 er juillet prochain. Connaissant le grand dynamisme, le dévouement et la grande expérience de Nathalie avec l IVIM, je sais qu elle saura faire évoluer notre association professionnelle vers de nouveaux défis, de nouveaux horizons, de nouveaux sommets. Tous mes vœux et tout mon support accompagnent Nathalie dans ses nouvelles fonctions. Depuis les deux dernières années, nous avons mis l accent sur trois grandes priorités stratégiques : le renforcement de notre régie interne et de notre processus de gouvernance, l accroissement de notre visibilité et l amélioration continue des services aux membres. Ce qui suit se veut un rappel de certaines réalisations. En matière de régie interne et de gouvernance, nous avons créé un comité de gouvernance responsable notamment du processus annuel d élection et de l identification de la relève potentielle eu égard aux profils recherchés. Ce comité, maintenant pleinement fonctionnel, s est mis à la tâche rapidement pour fin de supervision du processus de l élection Un grand merci à ses membres, messieurs Jean Élie, Alphonse Galluccio et Roger Martel. Par ailleurs, le comité de vérification, composé de messieurs Martin Larose, Michel Lavigne et René Leprohon, a accompli un excellent travail sur le plan de la surveillance de notre processus de communication de l information financière et de nos contrôles internes. Enfin, grâce au leadership de notre Viceprésident Trésorerie, Luc Vincent, nous avons revu et documenté nos procédures concernant la communication de l information financières, notre contrôle budgétaire, nos revenus, nos déboursés et nos investissements. En terminant ce volet, nous avons aussi maintenu la santé financière de l IVIM, ce qui n est pas à négliger notamment dans un contexte de changements organisationnels à venir de l IIA, y compris au Canada. Sur le plan du rayonnement, plusieurs événements de visibilité, organisés conjointement avec nos partenaires de cabinets de (Suite page3) Mot de l éditeur.. 1 Nouvelles de l IVI Canada Félicitations aux boursiers de l IVIM.. 3 Mini déjeuner-causerie du 9 juin Déjeuner-causerie avec Thierry Vandal 6 Prochain déjeuner-causerie. 6 La norme de sécurité PCI DSS.. 8 Événement commandité par Amadeus. 9 Le mot d Ysiof Souper des anciens présidents 12 Conseil de l IVIM Nouveau conseil de l IVI Canada...13 SOMMAIRE Mot du président... 1 Bienvenue aux nouveaux membres 2 Cocktail du 11 juin Nouvelles sur la certification CIA. 5 Le programme court de 2è cycle.. 6 L impact de Facebook 7 Les 4 E 9 À lire...9 Partir à Zéro (2è partie)...11 Visite des vérificateurs camerounais.12 Tournoi de golf de l IVIM.13

2 L Auditeur Libre «L Auditeur Libre» est le journal officiel de la section de Montréal de l Institut des vérificateurs internes. Nouvelles de l IVI Canada L IVI Canada a publié le second numéro de son bulletin d information en avril dernier. Celui-ci est accessible à l adresse suivante : On y souligne notamment la participation de la section de Montréal, en mars dernier, à une importante étude internationale sur le rôle des vérificateurs internes dans la détection des fraudes. BIENVENUE AUX NOUVEAUX MEMBRES Nom, Prénom Organisation Date d adhésion Allain, Yannick Mouvement Desjardins Avril 2008 Bélanger, Patrice Quebecor World inc. Mars 2008 Bouland, Nicolas Deloitte & Touche LLP Canada Mai 2008 Brisson, Jacques Bureau du vérificateur général Montréal Juin 2008 Cazauran, Thomas Banque Nationale du Canada Mai 2008 Chaurette, Julie Mars 2008 Dadour, Valérie ACCELIA, division of Fujitsu Consulting Février 2008 De Bellefeuille, Stéfanie Bombardier Produits Récréatifs Février 2008 Després, Stéphane Rona inc. Avril 2008 Dinardi, Jimmy Quebecor World inc. Mars 2008 Dorion, Martin Canadien National Avril 2008 Drira, Mohamed École des Hautes Études Commerciales Avril 2008 Drolet, Christian Protiviti inc. Avril 2008 Duclos, Caston Agence Revenu Canada Mars 2008 Durand, Gilles Agence Revenu Canada Mars 2008 Garneau, Yannick Bombardier Produits Récréatifs Février 2008 Gélinas, Johanne Deloitte & Touche LLP Canada Mai 2008 Janelle, Andrée Banque Laurentienne du Canada Mars 2008 Jasmin, Vladimir Bombardier Produits Récréatifs Février 2008 Lacroix, Daniel Loto-Québec Février 2008 Laliberté, Manon ACTS Février 2008 LeBlanc, Dominic Quebecor World inc. Mars 2008 Lemire, Réal Mars 2008 L'Heureux, Chantal Bureau du vérificateur général Montréal Juin 2008 MacPhee, Kristine Deloitte & Touche LLP Canada Mai 2008 Millet, Thibaut Deloitte & Touche LLP Canada Mai 2008 Nardi, Michèle Deloitte & Touche LLP Canada Mai 2008 Nkombou, François Groupe Canam inc. Février 2008 Noailles, Mac-Frantz Quebecor World inc. Mars 2008 Perez, Gad Mecachrome International Mars 2008 Prudhomme, Yann Bombardier Produits Récréatifs Février 2008 Quesnel, Sylvie Banque Nationale du Canada Avril 2008 Renggli, Karin Newalta Mars 2008 Sabih, Sacha Agence Revenu Canada Mars 2008 Sanche, Robert Groupe CGI Inc. Février 2008 Sferlazza, Vincent Domtar Inc. Février 2008 Spack, Marc-Antoine Avril 2008 Ste-Marie, Lyne Loblaw Avril 2008 St-Laurent, Simon Quebecor World inc. Mars 2008 Toudert, Abdelmadjid Mars 2008 Villemain, Stéphane Deloitte & Touche LLP Canada Mai 2008 Walkowiak, Anna Deloitte & Touche LLP Canada Mai 2008 Ward, Allan Canadien National Février 2008 Wong, Karen Futurestep Février 2008 «L Auditeur Libre» paraît habituellement quatre fois par année. «L Auditeur Libre» is the official journal of the Montreal Chapter of the Institute of Internal Auditors. «L Auditeur Libre» is generally published four times a year. Veuillez faire parvenir toute correspondance à : Correspondence should be addressed to : Jonathan Allard Leclerc Juricomptables Navigant Consulting Téléphone : (514) Télécopieur : (514) Courriel : Révision : Zakié Ahmaranian Montage : Gilles Dupont, Webmestre 2

3 MOT DU PRÉSIDENT (Suite) consultation, ont eu lieu au cours des dernières années et ils ont rassemblé plusieurs centaines de personnes. Nous nous sommes également impliqués au niveau de la formation du Collège des administrateurs et de l Institut des administrateurs de sociétés Université Mc Gill. De plus, nous avons développé des partenariats avec les CA et CMA du Québec, et nous sommes en discussion avec les CGA. Puis, nous avons lancé, grâce au support indéfectible de l'uqam et de son exdoyen, monsieur Pierre Filiatrault et son équipe, le programme court universitaire de deuxième cycle en vérification interne. L implication d Yves Gauthier a assuré le succès de la poursuite de notre programme de bourses avec HEC Montréal et l UQÀM. Puis, nous avons assuré une présence très active au sein du Conseil canadien de la vérification interne grâce à la participation de monsieur Olivier Lecat qui en a été le premier président. Sur le plan de nos services aux membres, nous avons poursuivi avec succès notre offre de formation par l entremise de l UQÀM et de consultants externes. Merci à Nathalie Lemieux et Magda Greiss et leur équipe. Notre conférence Passeport formation 2007, sous le leadership de Jean-Charles Dion et son équipe, a connu un vif succès qui a mis la barre haute pour la prochaine conférence qui aura lieu au printemps Nous avons aussi réussi à faire venir à Montréal les formations réputées de l IIA, lesquelles seront offertes à nos membres à l été Nos déjeuners-causerie, sous la responsabilité de la dynamique Sophie Lyne Zaretto, ont aussi connu un grand succès, notamment le plus récent avec comme invité le Président-directeur général d Hydro Québec. Notre journal l Auditeur Libre a pris un tournant important sur le plan de son renouvellement de contenu et de sa présentation grâce à l énergie de Jonathan Allard et son équipe. Nous avons aussi poursuivi la promotion de l examen CIA et continué de supporter nos membres dans leur préparation, le tout sous la supervision de Suzanne Martineau et son équipe. Puis, nous avons mis un accent particulier sur la promotion de l accroissement de nos membres corporatifs grâce à l initiative de Suzanne Bourque. Je ne voudrais surtout pas oublier Mireille Harnois qui a poursuivi son excellent travail au niveau des relations publiques ainsi que des offres d emploi et de l obtention de commandites. Enfin, notre secrétaire général, Gaétan Lussier, qui s est assuré du déroulement discipliné des réunions de notre conseil d administration (C.A.) et de notre conseil de direction (C.D.). La dernière année a aussi vu la création d un poste permanent de directrice des opérations de l IVIM, poste occupé par Josée Thibodeau. Josée a su rapidement gagner la confiance des membres du C.A. et du C.D. et elle a assumé avec leadership et assurance ce nouveau rôle. Un grand merci aussi à notre webmestre, Gilles Dupont, et notre adjointe administrative, Diane Guérin, pour leur soutien de tous les instants. Bien sûr je remercie aussi très sincèrement les membres du C.A. qui m ont appuyé en tout temps et qui se sont impliqués activement dans nos différents projets stratégiques. Je me suis permis d effectuer ces rappels importants pour souligner à nouveau que le succès présent et futur de notre association est et sera le résultat d un effort collectif, de l implication de tous nos bénévoles et de l appui de leur employeur, et du soutien de nos partenaires. Il me reste à remercier mon employeur, Raymond Chabot FÉLICITATIONS AUX BOURSIERS DE L IVIM Université du Québec à Montréal (UQÀM) M. Pierre Filiatrault, doyen de l'école des sciences de la gestion de l'uqam ; M. Marc Hasbani et Mme Ténin Fatimata Dicko, lauréats ; M. Denis Lefort, président IVIM École des hautes études commerciales (HEC) M. François Bellavance, Directeur Programmes M.Sc. et Phd., HEC Montréal; M. Mohammed Drira et Mme Mélanie Roussy, lauréats; M. Denis Lefort, président IVIM. Grant Thornton, car sans son soutien et son encouragement, je n aurais pu compléter avec succès mon mandat de deux années. Quant à moi, je poursuivrai mon implication au C.A. de l IVIM comme président ex-officio et je m impliquerai comme membre du conseil canadien de l'institut des vérificateurs internes. Dans ce dernier cas, de grands défis nous attendent et j espère que je saurai contribuer à ma façon à les relever et à représenter dignement l IVIM. Longue vie à l IVIM! Denis Lefort, CIA, CA Président IVIM MOT DU PRÉSIDENT (Suite) 3

4 COCKTAIL DU 11 JUIN 2008 Le 11 juin dernier avait lieu le cocktail annuel de l IVIM, tenu au siège social de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Plus de 160 membres et invités ont participé à l événement. Lors de cette soirée, le prix Robert E. Gobeil fut remis à M. Olivier Lecat, MBA, CIA, ICD.D, Premier vice-président vérification interne, du Groupe Financier Banque Nationale, pour sa contribution exceptionnelle au rayonnement de la vérification interne. Les nouveaux détenteurs du titre de CIA furent également honorés lors du cocktail. De plus, les membres ayant atteint 10 ans, 15 ans, 20 ans, voire 25 ans d ancienneté à titre de membres de l IVIM reçurent une marque de reconnaissance. Parmi ceuxci, la présence de MM. Richard Alain et Jean Pouliot, membres depuis 25 ans et anciens présidents de l IVIM, est digne de mention. Félicitations à tous les gens honorés! Jonathan Allard, CA EJC, MBA Vice-président Services aux membres M. Clément Clément, Mme Brigitte Samson, M. Olivier Lecat, M. Luc Lavoie, M. Denis Lefort et M. Tien Can Mme Suzanne Martineau et les nouveaux détenteurs du titre CIA Mme Nathalie Lemieux, M. Olivier Lecat et M. Denis Lefort Mme Mireille Harnois et M. Jonathan Allard MINI DÉJEUNER-CAUSERIE DU 9 JUIN 2008 Le 9 juin dernier avait lieu un mini déjeuner-causerie portant sur le blanchiment d argent. À cette occasion, monsieur Jean-François Lefebvre, agent de conformité au Centre d analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE) expliqua à la trentaine de participants présents le mandat de cet organisme. Il nous a aussi entretenus des changements relatifs à la loi C-25 qui prendront effet à la fin juin. Merci à monsieur Lefebvre pour son excellente prestation. Le 21 octobre aura lieu le prochain mini déjeuner-causerie. Notre conférencier invité sera monsieur André Costin, et le sujet couvert sera : «Comment un vérificateur interne peut être un allié pour un conseiller en management». Au plaisir de s y voir, M. Richard Alain, Mme Nathalie Lemieux, M. Denis Lefort et M. Jean Pouliot Sophie Lyne Zaretto, CA, MBA, CA EJC Vice-présidente Programme 4

5 NOUVELLES SUR LA CERTIFICATION CIA L époque des examens CIA sur papier est maintenant révolue. En effet, depuis le début du mois de mai 2008, un nouveau processus d examens assistés par ordinateur est maintenant en place. Ce nouveau processus offre beaucoup plus de flexibilité qu avant. Il est maintenant possible de faire les examens quasiment à n importe quel moment de l année. L IIA s est associée avec Pearson VUE, une entreprise spécialisée dans ce genre d examens. Pearson VUE possède des centres d examens partout à travers le monde et offre un environnement sécurisé basé sur une technologie de pointe. Les pré-requis pour obtenir la certification CIA ne sont pas modifiés, ni le syllabus. Il y a toujours 4 examens à faire. Les détenteurs d un titre professionnel reconnu sont toutefois exemptés du quatrième examen. Les principaux changements ont trait au format électronique, au processus d inscription et à certaines règles, dont les tarifs, le nombre de questions et le temps disponible pour faire l examen. Les examens sont toujours disponibles en plusieurs langues, dont le français. Voici un aperçu de ce nouveau processus : Les candidats doivent d abord consulter le Candidate Handbook, disponible sur le site de l IIA. Ce manuel, qui contient les règles et procédures complètes, doit être lu avant de s inscrire, car les candidats doivent confirmer leur accord à ces règles et procédures. Le manuel n est pour l instant disponible qu en anglais, mais il sera éventuellement traduit en français. Il est toutefois possible dès maintenant de choisir le français comme langue d examen. L inscription se fait en ligne, à l IIA. L IIA a un nouveau système de gestion, le Certification Candidate Management System (CCMS). Plus qu un système d inscription, il permet également au candidat d avoir accès aux résultats inscrits à son dossier. Comme auparavant, les preuves de scolarité et d expérience et le paiement des frais doivent être soumis à l IIA. L IIA évalue la candidature et confirme l inscription par courriel. Le candidat peut alors fixer la date d examen avec Pearson VUE. Un des avantages du nouveau processus est de pouvoir faire l examen à la date et à l heure de son choix, sous réserve des heures d ouverture du centre d examen et de la disponibilité des ordinateurs car Pearson VUE offre les examens de plusieurs organisations. Il faut donc réserver à l avance pour avoir le plus de choix possibles. L inscription à un examen est valide 180 jours à partir du moment où l IIA a traité l inscription. Le candidat doit fixer la date d examen à l intérieur de cette période. Les frais ne sont pas remboursables et il n y a pas de note de crédit émise. Il est important de vérifier le prix calculé par le système et de régler toute erreur, le cas échéant, avant de soumettre l inscription. Il est également important de respecter la période d éligibilité de 180 jours. Le choix de la langue ne se fait pas au moment de l inscription à l IIA mais au moment de fixer la date d examen avec Pearson VUE. Pearson VUE confirme la date et l heure de l examen par courriel. Il est possible de modifier son choix par la suite, à l intérieur de la période d éligibilité de 180 jours et au plus tard 48 heures avant la date et l heure initialement prévues. Les règles précises appliquées par Pearson VUE le jour de l examen se trouvent dans le Candidate Handbook. Une fois l examen complété, les résultats officiels sont confirmés par l IIA en quelques jours seulement. Un candidat doit attendre 90 jours avant de pouvoir reprendre un examen auquel il a échoué. Des règles similaires s appliquent aux examens de spécialité CFSA, CGAP et CCSA. Pour de plus amples informations, consultez le site Le Candidate Handbook est disponible sur ce site. L IVIM espère que la flexibilité accrue de ce nouveau processus en incitera plusieurs à s inscrire aux examens CIA. Suzanne Martineau, CA, CIA Vice-présidente Programme CIA DÉJEUNER-CAUSERIE AVEC THIERRY VANDAL, PRÉSIDENT DIRECTEUR GÉNÉRAL D HYDRO-QUÉBEC Le 17 avril dernier, l IVIM avait le privilège de recevoir Thierry Vandal, Président-directeur général d Hydro- Québec. Le thème de sa présentation était «La gestion des risques à Hydro- Québec». Devant une assistance de 173 participants, monsieur Vandal nous a entretenus des principaux risques qui affectent la Société d État, ainsi que de son approche et de son rôle de «Chief Risk Officer». Les notes de son allocution sont disponibles sur le site web de l IVIM : Nous le remercions chaleureusement d avoir accepté notre invitation. M. Thierry Vandal, Président-directeur général d Hydro-Québec, Yves Gauthier, vice-président relations avec les universités et les étudiants 5

6 LE PROGRAMME COURT DE 2È CYCLE EN VÉRIFICATION INTERNE EST REPORTÉ Depuis septembre 2007, l École de gestion de l Université du Québec à Montéal (UQÀM) offre un programme court de 2è cycle en vérification interne. Ce cours a été construit en collaboration avec l IVIM à la suite d une enquête auprès d entreprises québécoises qui confirmait le besoin d une formation plus académique et mieux structurée sur les objectifs, les normes, les méthodes et les meilleures pratiques de la profession. Les objectifs du programme sont ambitieux. Ils sont : maîtriser les fondements théoriques de la vérification interne et les pratiques qui y sont associées; évaluer la qualité et la pertinence des pratiques de vérification interne dans différents contextes; maîtriser les fondements méthodologiques et les outils du contrôle interne, incluant les outils informatiques, afin de pouvoir les adapter à une mission spécifique; choisir une stratégie de vérification en fonction de la mission spécifique, des objectifs poursuivis, des outils disponibles, ainsi que de la pertinence et de la suffisance des preuves; appliquer les différentes étapes d un processus de vérification interne. Ce programme vient combler un vide académique important. En effet, contrairement aux États-Unis où de nombreuses formations sont offertes sur le sujet dans les milieux universitaires, aucune formation n était offerte dans les universités canadiennes. L initiative de l IVIM en collaboration avec l UQÀM avait donc toutes les chances de réussir. Le programme se compose de 4 cours de 3 crédits chacun lesquels se donnent 6 samedis par trimestre. Il faut donc 4 trimestres pour compléter la formation. L Université estime qu il faut une cohorte de 20 étudiants au premier cours pour assurer le succès de la formation. Malheureusement, malgré tous les pronostics positifs, les deux premières cohortes se sont chiffrées à une douzaine d étudiants seulement. De plus, la cohorte de septembre 2008 s annonce encore plus faible avec un nombre de 5 étudiants. De telle sorte que l UQAM a décidé de reporter à septembre 2009 le départ d un nouveau groupe. Pourquoi le programme n attire-t-il pas les candidats attendus? N y a-t-il pas pénurie de vérificateurs sur le marché? Les vérificateurs actuels se sentent-ils trop imbus de leur expérience? Le programme est-il perçu comme un concurrent du CIA alors qu il est précisément un outil idéal pour se préparer aux examens? Est-ce la formule sur une trop longue période qui décourage les candidats? Est-ce le fait que le cours ne soit pas reconnu sur le marché à l embauche? Est-ce tout simplement le fait que le cours est méconnu et que son marketing est déficient? Autant de questions auxquelles il faudra répondre au cours des prochains mois si on veut assurer la survie d un programme très attendu sur le marché qui devait donner toutes les lettres de noblesse à notre profession et générer de nouveaux vérificateurs. Si vous avez une opinion sur le sujet, faites-nous le savoir en expédiant un courriel à l adresse suivante : PROCHAIN DÉJEUNER-CAUSERIE Réservez cette date à votre agenda. Le 30 septembre prochain, dans le cadre de ses déjeuners-causeries, l IVIM recevra YVES DEVIN, Directeur général Société de transport de Montréal. M. Devin est titulaire d'un baccalauréat en relations industrielles de l'université Laval et a complété ses études universitaires à l'université de Montréal dans le domaine de la santé-sécurité du travail, à l'université de Philadelphie en planification stratégique et à l'institut Levinson de Boston en organisation du travail. Possédant plus de vingt-cinq années d'expérience, M. Devin a occupé différents postes de cadre au niveau de la direction, notamment à titre de directeur général du Casino de Montréal, chef de l exploitation et directeur exécutif à la Société de transport de Montréal ainsi que différents postes de viceprésident pour de grandes corporations canadiennes. Depuis le 8 mai 2006, M. Devin est de retour à la Société de transport de Montréal afin d assumer les fonctions de directeur général. Reconnu pour son leadership et comme étant un instigateur de changement, M. Devin est respecté par ses partenaires pour sa franchise. Plus de détails suivront au courant de l été. Surveillez vos courriels! Sophie Lyne Zaretto, CA, MBA, CA EJC Vice-présidente Programme YVES DEVIN, Directeur général Société de transport de Montréal Josée Thibodeau, CA Directrice des opérations 6

7 L IMPACT DE FACEBOOK ET AUTRES RÉSEAUX SOCIAUX ÉLECTRONIQUES SUR L ENTREPRISE Celui ou celle pour qui Facebook est inconnu débarque probablement d'une autre planète. Car avec les relativement moins médiatisés MySpace, Hi5 ou LinkedIn, ces réseaux sociaux sont rapidement devenus des incontournables pour les générations X et Y dans leur quotidienne aventure dans le monde virtuel. À la question de savoir si ces réseaux sont simplement un effet de mode ou une réelle innovation, les avis sont partagés. L'impact actuel de ces derniers sur la vie de millions de gens et, conséquemment, celle des entreprises qui les emploient demeure toutefois évident. Cet article présente, tant pour les individus que pour les entreprises, les avantages et les risques d'être impliqué dans les réseaux sociaux. Les avantages Pour l'entreprise, la promotion de ses produits ou services représente bien évidemment un des avantages des réseaux sociaux. La publicité étant omniprésente dans nos vies, il est de plus en plus difficile de rejoindre un public cible. Un réseau social comme Facebook peut toutefois s'avérer un moyen intéressant, car lors de son inscription au réseau, le membre fournit habituellement de précieuses informations (âge, sexe, lieu de résidence, éducation, intérêts, etc.). Celles-ci permettent alors aux administrateurs de regrouper des milliers d'individus aux profils communs et de vendre ce public cible aux entreprises. Lors de ses futures visites sur le site du réseau social, le membre sera ainsi exposé à des produits ou services qui cadrent avec ses intérêts. Quoique critiquées par plusieurs comme étant une invasion de la vie privée de ses membres, Facebook indique clairement ses intentions dans sa politique de confidentialité (1). Un autre atout des réseaux sociaux pour les entreprises réside dans le potentiel de recrutement de personnel. La catégorie des ans connaissant la plus grande croissance en termes d'inscriptions (2) sur une communauté de plus de 70 millions d'usagés actifs (3) dans le monde, il s'agit d'un médium que certaines entreprises, comme L'Oréal, a identifié pour tenter de séduire ses futurs employés en s'associant à un forum dédié exclusivement à l'emploi. Parallèlement au recrutement de personnel, les réseaux sociaux deviennent une source d'information intéressante lors des vérifications préemploi. L'employeur pourrait alors découvrir certains aspects du candidat qu'il ignorait et qui pourraient avoir un impact négatif sur l'entreprise, comme nous en discuterons plus bas. Pour une entreprise comme Navigant Consulting, qui effectue, entre autres, des enquêtes de fraude, les réseaux sociaux deviennent également une source utile d'information. Par exemple, l'auteur de ces lignes a récemment utilisé Facebook lors d'une enquête de fraude pour tenter d'identifier un individu qui utilisait plusieurs noms, et ses contacts. Les différents corps policiers utilisent également ces réseaux afin d'en connaître davantage sur un suspect et les liens entretenus avec d'autres personnes. Enfin, les réseaux sociaux peuvent venir consolider ceux qui existent ou qui fonctionnent de manière informelle à l'intérieur de l'entreprise. Ils permettent de partager les meilleures pratiques, de mettre en commun les savoirs et de stimuler l'innovation. Ils favorisent également les contacts professionnels et participent au développement des activités, tout en montrant l'investissement de l'entreprise pour ses employés, Les risques Comme pour tout site internet, l'utilisation abusive des réseaux sociaux sur les lieux de travail représente un risque pour l'entreprise. Selon une firme de sécurité informatique (4) ayant réalisé une étude relativement à l'impact de Facebook sur les entreprises australiennes, les coûts annuels reliés à la perte de productivité sont estimés à environ cinq milliards de dollars canadiens. Une autre conséquence néfaste reliée à l'utilisation massive de ces sites réside dans le ralentissement des communications internet de l'entreprise. Certains réseaux permettent l'échange de différents contenus multimédia qui demandent une grande utilisation de la bande passante de l'entreprise, ce qui ralentit les activités commerciales. Afin d'empêcher l'utilisation personnelle de ces réseaux pendant les heures de travail, l'entreprise peut facilement y arriver en bloquant l'accès aux sites en question. Comme indiqué auparavant, les entreprises peuvent bénéficier des réseaux sociaux lors des vérifications préemploi. Mais la diffusion de contenus allant à l'encontre des valeurs de l'entreprise suite à l'embauche d'un individu peut avoir de fâcheuses conséquences. L'Agence des Douanes du Canada a récemment été au centre d'une controverse alors qu'un groupe de recrues avait mis en ligne des propos désobligeants envers les québécois et quelques photos d'une beuverie où les participants apparaissent vêtus de leur uniforme. Afin de limiter ces situations, une entreprise ne peut interdire à ses employés d'être membre d'un réseau social. Cependant, les employés devraient être conscientisés au phénomène et au fait qu'une fois mise en ligne, l'information est diffusée très rapidement. Enfin, la multitude d'informations personnelles dévoilées par certains membres des réseaux représente une boîte de Pandore pour les fraudeurs en quête d'une nouvelle identité. Et les conséquences pour l'individu dont l'identité a été subtilisée se feront ressentir sur l'entreprise qui l'emploie. Une perte momentanée de productivité est à prévoir, où l'employé devra passer plusieurs heures à communiquer, entre autres, avec la police et son institution financière pour se refaire une identité. Il est donc important d'informer les employés de minimiser la divulgation d'informations personnelles et de renforcer les mesures de sécurité offertes par les réseaux sociaux. Par exemple, votre profil peut être consulté par n'importe quel membre suite à l'inscription initiale à Facebook. Cependant, les options de confidentialité peuvent être modifiées afin que seuls les contacts du membre puissent avoir accès au profil de ce dernier. Conclusion Bref, que ce soit pour vendre ses produits ou pour recruter des employés, la visibilité commerciale peut représenter un avantage concurrentiel pour les entreprises qui utilisent ce nouveau moyen de communication que sont les réseaux sociaux. Et même si l'entreprise n'y joue pas un rôle actif, elle devrait conscientiser ses employés face aux différents risques d'être membre de tels réseaux. Étienne Quenneville, CA Leclerc Juricomptables Inc. (une société du groupe Navigant Consulting, Inc.) (1) (2) (3) (4) 7

8 LA NORME DE SÉCURITÉ PCI DSS, DE QUOI S AGIT-TIL? ET POURQUOI LA VÉRIFICATION INTERNE EST-ELLE CONCERNÉE? Au cours des dernières années, nous observons une forte croissance du paiement des achats par l entremise de cartes de crédit. Ceci entraîne de facto un accroissement des fraudes reliées aux vols d information des détenteurs de cartes de paiement pouvant même conduire au vol d identité. Pour contrer cette situation alarmante, un conseil indépendant des normes de sécurité de l industrie des cartes de paiement (PCI Security Standards Council) a été mis en place en Dès 2005, ce conseil a publié la norme PCI DSS (Payment Card Industry Data Security Standard). Cette dernière est le fruit d une collaboration entre les associations de cartes de paiement (Visa, Mastercard, American Express, Discover et JCB) et a été conçue pour créer des exigences communes en matière de sécurité. La norme PCI DSS s applique à tous ceux, qu ils soient détaillants, fournisseurs de services ou acquéreurs (p. ex. les institutions financières), qui stockent, traitent ou transmettent des données de titulaires de compte de cartes de crédit. Le tableau ci-après vous indique les 6 domaines de contrôles et leurs 12 exigences : Domaines de contrôles 8 Exigences Mettre en place et gérer un réseau sécurisé 1. Installer et gérer une configuration de pare-feu afin de protéger les données des titulaires de carte ; 2. Ne pas utiliser les paramètres par défaut du fournisseur pour les mots de passe et les autres paramètres de sécurité du système ; Protéger les données des titulaires de carte 3. Protéger les données des titulaires de carte stockées ; 4. Crypter la transmission des données de titulaires de carte sur les réseaux publics ouverts ; Disposer d un programme de gestion de la 5. Utiliser et mettre à jour un logiciel antivirus ; vulnérabilité Mettre en œuvre des mesures de contrôle d accès efficace Surveiller et tester régulièrement les réseaux Disposer d une politique en matière de sécurité de l information Prenons pour exemple les détaillants qui, en acceptant les cartes de crédit comme moyen de paiement, doivent obligatoirement se conformer aux exigences de PCI DSS afin d éviter les fraudes et les bris de sécurité. Afin de satisfaire le niveau de conformité des exigences de PCI DSS, ces mêmes détaillants doivent chaque année faire appel à un évaluateur indépendant (QSA Qualified Security Assessor) accrédité par le PCI Security Standards Council. Suite à cela, les détaillants devront impérativement prendre les initiatives nécessaires pour atteindre le niveau de conformité requis par l évaluateur. Dans le cas d incidents de sécurité ou de fraudes résultants de non-conformité, les détaillants pourront être soumis à d importantes pénalités monétaires et ultimement se voir retirer le droit d utiliser les cartes bancaires comme moyen de paiement. Pour ne pas se retrouver dans une telle situation, il est important que chaque détaillant et autres entreprises et institutions financières assujettis à PCI se préparent dès à présent à l exercice de conformité PCI DSS. Cet exercice devrait inclure une évaluation préliminaire du niveau de conformité afin d identifier les écarts. Si cette activité est débutée suffisamment tôt, il restera suffisamment de temps pour mettre en place des solutions pour corriger ces écarts et, ainsi atteindre le niveau de conformité requis avant la certification officielle. 6. Développer et gérer des applications et systèmes sécurisés ; 7. Limiter l accès aux données des porteurs de carte aux cas de nécessité professionnelle absolue ; 8. Attribuer une identité d utilisateur unique à chaque personne disposant d un accès informatique ; 9. Limiter l accès physique aux données des titulaires de carte ; 10. Suivre et surveiller tous les accès aux ressources du réseau et aux données des titulaires de carte ; 11. Tester régulièrement les systèmes et procédures de sécurité ; 12. Disposer d une politique régissant la sécurité de l information. À titre de vérificateur au sein d une entreprise (détaillants), d une institution ou d un organisme assujetti à PCI, vous devriez dès à présent vous impliquer dans le processus de conformité PCI DSS. Ceci afin d apporter l expertise de la vérification interne en terme de gestion des risques, de contrôles et de conformité. François Arbez, CISA, CISSP, CISM KPMG LLP (Montréal)

9 LES 4 E EFFICACITÉ, EFFICIENCE, ÉCONOMIE ET ÉTHIQUE Notre modèle de gestion découle directement de notre mode de pensée. Or, ce dernier est demeuré le même depuis plus de deux-millecinq-cents ans. La pensée traditionnelle qui nous anime encore aujourd hui est généralement tournée vers le passé et se caractérise par une vision plutôt mécanique des choses et des événements. Nous avons adopté un monde rationnel et analytique, un monde de découverte où il nous semble nécessaire d obtenir des certitudes à tout prix. Notre monde est aussi un monde de domination où une compétition excessive supplante une coopération pourtant essentielle à nos succès personnels et corporatifs et où le jugement ne laisse que très peu de place à l exploration. Petit à petit, la pensée traditionnelle nous a emprisonnés dans des structures fortement hiérarchisées qui entraînent une compétition à l interne et où le contrôle des personnes se fond avec le contrôle des résultats. Enfin, l approche matérialiste qui en découle a pour conséquence de réduire de façon substantielle la portée des forces vitales et immatérielles information, perception, raison d être, imagination, anticipation, participation, rétroaction et adaptation - à l origine de notre vie et de nos pensées. Il en résulte que la plupart de nos organisations et entreprises sont encore aujourd hui considérées comme des «choses» et que leurs cellules - les humains -, subissent, elles aussi, un traitement semblable. Mais le modèle de gestion traditionnel est sur le point de basculer! La microbiologie et la physique quantique ont bouleversé notre vision de la réalité. La microbiologie nous enseigne que la survie du plus fort n est pas toujours le fruit de la compétition mais le plus souvent, celui de la coopération. La physique quantique nous a permis de constater que l objectivité n est qu un mirage et que la fragmentation et l analyse ne sont plus des moyens adéquats pour comprendre les systèmes complexes. La physique quantique et la microbiologie nous apprennent que des interrelations immatérielles opérant en réseau entre les particules, les atomes, les molécules, les cellules, les organes et autres parties du corps jouent un rôle plus important que chacune des composantes matérielles considérées isolément. De plus, nous avons maintenant la conviction d appartenir à un monde de possibilités; un monde non déterministe; un monde où chacun de nous a le pouvoir extraordinaire de créer, à chaque instant, un nouveau futur. Et, étonnamment, la voie à emprunter pour façonner cet avenir est simple et accessible à tous; elle consiste tout simplement à privilégier une utilisation positive et soutenue de l ensemble des forces et processus vitaux à l origine de la vie et de la pensée. Plus surprenant encore, la nouvelle science nous a permis de nous rendre compte que les organisations humaines ne sont rien d autre que de véritables organismes vivants ayant pour cellules, les humains, et que, les forces essentielles au fonctionnement des organisations sont exactement les mêmes que celles que l on retrouve dans la vie. Or, nous savons que rien au monde n est plus performant qu un organisme vivant. Il devient donc urgent de reconnaître et de traiter les organisations humaines et les entreprises comme d authentiques organismes vivants, seule façon pour nous d atteindre la performance et l éthique de gestion tant recherchées. (Suite page 10) ÉVÉNEMENT COMMANDITÉ PAR AMADEUS INTERNATIONAL Le 18 mars dernier, l IVIM tenait un événement commandité par Amadeus International. Lors de cet événement, monsieur Yves Leblanc, président d Amadeus International nous a entretenu sur la prolifération de lois, règlements et lignes directrices et l impact de cette prolifération sur les modèles organisationnels et plus particulièrement sur les rôles du vérificateur interne, du gestionnaire de risques et des officiers de conformité. Dans un deuxième temps, M. Paul Harrison chercheur du Wichita State University et travaillant pour le compte de l Institute of Internal Auditors (IIA), nous a fait participer à un vaste sondage sur l implication de la vérification interne dans la fraude. Les résultats de ce sondage devraient bientôt être disponibles. Sophie Lyne Zaretto, CA, MBA, CA EJC Vice-présidente Programme Sophie Lyne Zaretto, Vice-présidente Programme, Denis Lefort, Président, Pierre-François Isabel, Vice-président d Amadeus, Josée Thibodeau, Directrice des opérations, Yves Leblanc, Président d Amadeus et Mireille Harnois, Vice-présidente relations publiques. À LIRE Le CA Magazine a publié, dans son édition du mois de mars 2008, un article traitant des défis et des opportunités auxquels font face les vérificateurs internes. Vous pouvez accéder à cet article à l aide du lien suivant : LE MOT D YSIOF La chronique de Natéag Ysiof fait relâche. Nous retrouverons les réflexions de notre chroniqueur vedette dans le prochain numéro. 9

10 Par ailleurs, dans un monde de subjectivité et de possibilités tel que celui proposé par la physique quantique, un important changement de paradigme s impose. Nous devons adopter un mode de pensée plus équilibré et mieux intégré. Le nouveau mode de pensée se présente comme une superposition cohérente de deux visions opposées, mais complémentaires : l une axée sur le passé, l autre sur l avenir; l une analytique portant sur les parties, l autre systémique portant sur le TOUT; l une majoritairement tournée vers le côté mécanique des choses, l autre tournée vers les processus qui caractérisent le vivant; l une tournée vers le dehors des choses (la matière), l autre tournée vers le dedans (l esprit). Une superposition de pensées qui, tout en tenant compte des expériences passées, repose d abord et avant tout sur le présent, seul porteur d avenir : des événements présents qui sont à créer ou à inventer de toutes pièces et non plus de simples projections du passé, comme nous avions l habitude de le concevoir depuis si longtemps. La pensée permettant une gestion de qualité est à la fois rationnelle et intuitive, prévisionnelle et prospective, sécurisante et évolutive. Autrement dit, sans oublier ou nier les aspects rationnels, prévisionnels et sécurisants de la pensée traditionnelle, la pensée intégrale exige qu on y intègre les aspects intuitifs, prospectifs et évolutifs. Le modèle de gestion que la Nature s efforce de nous dévoiler est sans doute le plus puissant que l on puisse imaginer. Le réseau psychosomatique de l homme avec ses systèmes immunitaire, nerveux et endocrinien ne constitue-t-il pas l un des meilleurs modèles de gestion que l on connaisse? Cette nouvelle réalité largement inspirée de la Nature nous entraîne progressivement dans un monde de participation, d information et de possibilités. 1 - UN MONDE DE PARTICIPATION Nous entrons dans un monde de participation marqué par des relations de qualité, une coopération symbiotique et une communication en réseau. Un monde où l intégrité, l adhésion et l engagement des membres sont si puissants que l organisation qui le respecte se voit littéralement transportée vers les plus hauts sommets. A) Les relations interpersonnelles La qualité des relations interpersonnelles entre les membres de l organisation est devenue l un des éléments les plus importants qui soit; elle est désormais plus déterminante que la somme des compétences et expériences réunies; la qualité des relations est telle qu elle rend caduc et improductif le contrôle des personnes. B) La coopération LES 4 E (Suite) La coopération interne d une organisation vivante est maximale : tout se réalise en équipe, et ceci, à tous les niveaux. La nouvelle force de compétition externe ainsi générée par l organisation vivante atteint de nouveaux sommets : des sommets qui sont directement proportionnels à l intensité de la coopération interne et inversement proportionnels à la résistance pouvant résulter d une compétition à l interne. 10 C) Le réseautage L efficience de l organisation découle principalement de son potentiel d auto-organisation, c est-à-dire de la possibilité pour les membres d agir en toute liberté et d utiliser une communication en réseau seuls capables de soutenir la coopération et le maintien de relations interpersonnelles de qualité. 2- UN MONDE D INFORMATION Nous entrons dans un monde d information dans lequel l intelligence est garantie par une perception juste des événements, une interprétation imaginative des faits et une raison d être claire et connue de tous. Un monde où l organisation favorise la libre circulation d une information complète et intègre sur le TOUT et sur chacune de ses parties. Un monde où l organisation puise sa force dans le partage de l information et l extraordinaire puissance de fusion des mémoires connaissances et expériences que possèdent ses membres, seuls capables d assurer l intégrité et la pérennité de l organisation. A) La perception La culture d une organisation vivante se construit autour d une gestion des perceptions ayant le pouvoir de dégager une seule et même réalité pour tous. B) La raison d être La mission d une organisation vivante est sa raison d être et celle de chacun de ses membres : la réalisation de la mission est l affaire quotidienne de tous les membres et non celle des seuls membres de la direction. Ses résultats financiers sont la conséquence de l atteinte de la mission, et non l inverse. C) L imagination L imagination, la liberté d action et le droit à l erreur des membres constituent les principaux éléments de créativité qui caractérisent une organisation vivante. 3 - UN MONDE DE POSSIBILITÉS Nous entrons dans un monde de possibilités où la coordination des actions est le résultat d anticipations réalistes, de rétroactions appropriées et d adaptations spontanées. A) L anticipation L organisation vivante a des objectifs clairs et connus de tous ses membres; ses objectifs sont élevés mais réalisables la plupart du temps. L organisation dispose d un processus de planification dynamique : son potentiel prospectif est quasi illimité et ses contraintes deviennent des sources de perspectives et non de stress. B) La rétroaction L organisation vivante reconnaît et maîtrise la puissance extraordinaire de rétroaction des forces vitales information, perception, raison d être, imagination, anticipation, participation, rétroaction et adaptation - interagissant entre elles et sur elles-mêmes des dizaines de fois à chaque seconde. Et ses processus sont particulièrement bien adaptés à cette réalité. C) L adaptation L organisation vivante dispose d une grande force d adaptation et de résilience. Elle reconnaît que son leadership dépend en grande partie de ses capacités et rapidité d adaptation aux événements sur lesquels elle n a pas (Suite page 12)

11 Dans la dernière édition de cette publication, nous avons vu qu il était nécessaire de travailler «sur le terrain». En ce qui a trait au travail sur place, plusieurs articles pourraient y être consacrés puisque les possibilités sont si vastes. Cependant, si vous voulez trouver des idées ou avez besoin de ressources sur divers sujets, je vous propose certains sites Web intéressants, en plus bien sûr du site de l IVIM (www.ivim.com) et de l IIA (www.theiia.org): En ce qui concerne l analyse de données, j ai mis la main sur un logiciel génial appelé Active Data For Excel. Il s agit d un ajout au menu du chiffrier électronique Excel qui vous permet d effectuer facilement des tests de données tels que la recherche de paiements en double, l obtention de statistiques pour fins d analyses ou d échantillonnage, ainsi que la fusion de plusieurs feuilles Excel. Active Data For Excel est une version simplifiée des logiciels ACL et IDEA, à meilleur coût, mais évidemment sujette aux limites d Excel. Son coût est de 249 $US par licence d utilisation (149 $US pour les membres de l ACFE). Vous trouverez plus d information sur ce logiciel à l adresse suivante : Je vous suggère de télécharger la version d essai gratuite pour 30 jours. Vous serez vraiment surpris. Une fois le travail sur place effectué, vous devez communiquer les résultats de vos analyses aux dirigeants locaux et par la suite à la haute direction et/ou au comité de vérification. Il est essentiel que cette communication soit claire et efficace. En ce qui concerne le rapport de vérification, j ai choisi d utiliser un logiciel de gestion de dossier nommé Auto Audit For Windows vendu par Paisley (www.paisley.com). Ce logiciel coûte environ $US par licence d utilisation et 400 $US par année pour les mises à jour et le soutien technique. Cet outil, en plus de me permettre une gestion claire et efficace de mes différents projets, contient une section issues & recommendations par projet. Celles-ci peuvent être incluses dans un rapport modèle, personnalisé au projet et ce, par un simple clic de souris. Vous avez donc le fruit de votre travail rapidement et efficacement en quelques pages et dans un format professionnel. Il existe d autres logiciels du genre sur le marché, mais c est le meilleur que j aie trouvé à ce prix. Communication Une fois le contenu du rapport accepté, il faudra alors le publier. Il faut donc avoir déterminé au préalable la ligne de communication ainsi que les délais. Ces choix, avant leur mise en application, devraient être approuvés par la haute direction. Par la suite, une note officielle à ce sujet devrait être envoyée aux responsables des différents groupes de l entité (comité de vérification, haute direction, vice-présidents, directeurs généraux et contrôleurs). Chez mon employeur, nous avons convenu des étapes suivantes : 1. Un premier projet est présenté à la direction locale pour fins d approbation. PARTIR À ZÉRO (2È PARTIE) Plusieurs programmes de vérifications, idées et bonnes pratiques. Téléchargez la version d essai de 30 jours et vous serez vraiment impressionnés par la quantité phénoménale d outils et de renseignements disponibles. Ressources en fraude. Je vous conseille de vous abonner gratuitement à la lettre d information (newsletter). Excellente source de tests d analyse de données pour faciliter la détection de lacunes de contrôles, la présence de fraude et de pertes monétaires. Un des meilleurs sites de référence pour y trouver les meilleures pratiques actuelles. 2. Une fois approuvé, le rapport révisé leur est acheminé, ainsi qu au contrôleur corporatif et au Vice-président finances. Ces intervenants ont sept jours pour inclure leur plan d action au rapport. 3. Le rapport est ensuite rapidement finalisé et est émis à tous les paliers de l organisation, jusqu aux membres du comité de vérification. Il est à noter que les interlocuteurs sont également informés que si le délai de réponse de sept jours n est pas respecté, nous nous gardons le droit d émettre le rapport final sans leur réponse. Cette mesure rigide n est là que pour donner de la rigueur au processus. D ailleurs, cela fonctionne car jusqu à présent, je n ai jamais eu à l appliquer. À l émission du rapport final, il est de bon usage d exiger un rapport de suivi du plan d action après un délai raisonnable. Enfin, il est également recommandé de compiler vos différents délais d émission par rapport afin d évaluer la performance de votre processus. Suivi Une fois le processus de vérification enclenché, vous devrez mettre en place un mécanisme de suivi et de communication de l état de vos projets pour la haute direction, le comité de vérification et pour vous, évidemment. Pour ma part, j émets un tel rapport une fois par mois. En plus d une section générale traitant des diverses tâches accomplies durant la période, j y inclus un paragraphe par projet en cours ou terminé durant le mois et je termine par une section expliquant les projets à venir pour le trimestre suivant. Cette pratique est très appréciée parce que le contenu est succinct et permet au lecteur d y voir rapidement un aperçu des projets. Le rapport tient habituellement sur 2 à 4 pages. Post Mortem Avec tout ce qui a été mis en place depuis mon arrivée au sein de l entreprise, je suis devenu un partenaire d affaires et un homme de confiance de la haute direction. La preuve de la valeur ajoutée du service de vérification interne : il m arrive de recevoir de plus en plus d assignations des différents niveaux de dirigeants de l organisation. Donc, mission accomplie! (Suite page 12) 11

12 de contrôle ainsi que de la résilience démontrée devant les pressions externes pouvant autrement la faire dévier de sa mission et de ses objectifs. Notre volonté d atteindre une performance et une éthique de gestion de plus en plus grande entraîne nos dirigeants vers un tout nouveau modèle de gestion que seul la Nature peut inspirer. Cette importante mutation qui a déjà cours oblige le vérificateur à une grande rigueur ainsi qu à une amélioration continue de ses processus de vérification. Roland Carrière Conseiller Vérification de gestion et gestion de projet Auteur de «La gestion du futur» et de «Les secrets d une saine gouvernance» (514) Le souper des anciens présidents et présidentes de l IVIM a eu lieu le 3 avril dernier à la Banque Nationale du Canada. Nous y avons été très bien reçus. Nous remercions M. Olivier Lecat qui a permis que nous ayons accès à ces locaux. M. Jean Pouliot, ancien président lui-même, a été l organisateur de ce souper très apprécié. J ai eu le plaisir de rencontrer ces personnes qui ont contribué à ce qu est l IVIM aujourd hui. Ils ont tous, à leur façon, par leur travail et leur dévouement, fait grandir la profession du vérificateur interne. Lors du souper, on a invité chacun d eux à s exprimer sur ses réalisations et sur les évènements qui les ont marqués. Cette occasion fut une source de grande motivation pour moi. Ce souper fut l occasion d échanges avec beaucoup d humour et de taquinerie. On avait l impression d être à un grand rassemblement familial. En effet, l IVIM est une grande famille dont je suis fière de faire partie. Sur le coup de l émotion, nous avons raté les quelques photos de groupe que nous avons prises. Nous serons donc dans l obligation de répéter l évènement le plus tôt possible. Voici les présidents que j ai eu grand plaisir à mieux connaître : Jacques Lucas Jean-Pierre Larrivée Jacques Dubois Gaston Latulippe Richard Alain Jean Pouliot Denis Lefort et Walter Moschella Jean-Charles Dion Alphonse Galluccio et Rosaire Audet Daniel St-Cyr Jean-Robert Poulin Olivier Lecat Nathalie Lemieux Première vice-présidente LES 4 E (Suite) SOUPER DES ANCIENS PRÉSIDENTS DE L IVIM VISITE DES VÉRIFICATEURS CAMEROUNAIS Le 14 mai dernier, l IVIM recevait un groupe de 7 vérificateurs internes du secteur de l éducation du Cameroun. Ce groupe de 3 vérificateurs internes de l'inspection Générale des Services (IGS) du Ministère de l'éducation de Base (MINEDUB), et de 4 vérificateurs internes de l'inspection générale des Services (IGS) du Ministère des Enseignements Secondaires, était accompagné de Madame Éliane Trudeau, Directrice de projet chez CRC Sogema Inc. Notre rencontre avec eux a duré plus de deux heures. Notre président, Denis Lefort leur a présenté la structure de l IVIM, nos principes de gouvernances, ainsi que le fonctionnement de l IVIM. Les vice-présidents présents, Jonathan Allard, Mireille Harnois et moi-même, avons présenté les différentes tâches reliées à nos fonctions. En collaboration avec notre directrice générale, Josée Thibodeau, nous leur avons présenté les activités que l IVIM organise pour le bénéfice de ses membres. Ils ont formulé plusieurs questions car ils envisagent l implantation d un chapitre local de l Institut des Vérificateurs Internes dans ce coin d Afrique centrale. Nos invités sont repartis plein d idées et, surtout, très enchantés de leur visite à l IVIM. Sophie Lyne Zaretto, CA, MBA, CA EJC Vice-présidente Programme PARTIR À ZÉRO (Suite) En conclusion, je vous ai mentionné plusieurs ressources dans le présent article. Cependant, la ressource la plus efficace est sans aucun doute le réseautage. Il y a plusieurs années, j ai assisté à une conférence sur la fraude tenue par M. Joseph Wells, le fondateur de l Association of Certified Fraud Examiner (ACFE). Il concluait sa présentation en affirmant que la meilleure façon de faire évoluer notre profession était d éduquer le plus de gens autour de nous sur notre savoir-faire et ce, en partageant continuellement et sans censure nos outils et notre savoir. C est ma devise depuis lors! Je vous invite à m écrire si vous désirer obtenir davantage de détails sur les sujets traités dans cet article. Denis Tremblay, CA, CFE The Heico Companies L.L.C. 12

13 CONSEIL DE L IVIM Conseil de direction Nom Téléphone Courriel Président Denis Lefort Première vice-présidente Nathalie Lemieux # 3248 VP Services aux membres Jonathan Allard VP Dév. professionnel Magda Greiss VP Programme Sophie Lyne Zaretto # 6611 VP Marketing et développement Suzanne Bourque VP Relations publiques Mireille Harnois #5935 VP Trésorerie Luc Vincent VP Secrétariat Gaétan Lussier VP Programme CIA Suzanne Martineau VP Relations universités et étudiants Yves Gauthier Anciens présidents Olivier Lecat Alphonse Galluccio # 42 Directrice des opérations Josée Thibodeau Administrateurs Jean-Charles Dion Michel Lavigne René Leprohon Martin Larose Michel Maisonneuve Jean Élie Roger Martel François Monette Michael O Bree Pierre Filiatrault Tien Can # 7151 Thierry Pejot-Charrost # 4014 TOURNOI DE GOLF DE L IVIM NOUVEAU CONSEIL DE L IVI CANADA Ne manquez pas le tournoi annuel de l IVIM qui aura lieu le 18 septembre 2008 au club de Golf de Candiac. Surveillez vos prochains courriels pour les modalités d inscription. Debout dernière rangée: Todd Horbasenko, le nouveau président du conseil canadien, et œuvrant en vérification générale à la ville d'edmonton; Ken Bolstad, Consultant; Cam Hartling, Bell Aliant; Brian Brown, Great-West Life Assurance Company; Mark Britt, Université de Toronto; Tony Malfara, KPMG. Debout 2ème rangée: Jeffrey Erdman, Deloitte; Olivier Lecat, Groupe Financier Banque Nationale; David Richards, président de l'iia; Frans Blom, XDM Resources; Denis Lefort, Raymond Chabot Grant Thornton; Clément Clément, Sécurité Financière Desjardins; Mohammed Siddiqui, Hydro Ottawa. 1ère rangée debout: David Pine, Bell Aliant; Brett Naiden, Encana. Assis : Robin Arnold, Vancouver Island Health Authority; Sheila Smigarowski ; Brenda Youle, SaskEnergy; Luc Lavoie, Directeur général, IVI Canada 13

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur

Poste à temps plein permanent Selon l échelle salariale de la CDRHPNQ en vigueur AFFICHAGE DE POSTE 2 e affichage Titre du poste : Département : Gestionnaire : Lieu de travail : Catégorie : Salaire : Employés sous gestion : Priorité d embauche : Directeur des Services de soutien Services

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible!

Être conforme à la norme PCI. OUI, c est possible! Être conforme à la norme PCI OUI, c est possible! Présentation Réseau Action TI 8 mai 2013 Johanne Darveau Directrice systèmes, portefeuille de projets et support applicatif Technologies de l information

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

GUIDE DU STAGE D EXPÉRIENCE PRATIQUE 2012

GUIDE DU STAGE D EXPÉRIENCE PRATIQUE 2012 2012 PRÉAMBULE Cette version 2012 du Guide du stage d expérience pratique vise non seulement à fournir toutes les informations dont un candidat a besoin afin de remplir avec succès les exigences relatives

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE AVIS AU SECTEUR Novembre 2012 FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE Objet La Société ontarienne

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision

OBJECTIF DU POSTE : CONTEXTE : TÂCHES ET RESPONSABILITÉS : 1. Leadership et Supervision DESCRIPTION DU POSTE Titre : Agent du service aux donateurs Département : Collecte de fonds Supérieur hiérarchique : Directeur de la collecte de fonds Supervision : Personnel et bénévoles du service aux

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

DESCRIPTION D EMPLOI INFORMATION GÉNERAL PRÉPARÉ PAR CONTRÔLE DE VERSION POSITION GÉNÉRALISTE EN RESSOURCES HUMAINES (RH)

DESCRIPTION D EMPLOI INFORMATION GÉNERAL PRÉPARÉ PAR CONTRÔLE DE VERSION POSITION GÉNÉRALISTE EN RESSOURCES HUMAINES (RH) INFORMATION GÉNERAL POSITION GÉNÉRALISTE EN RESSOURCES HUMAINES (RH) Département RH Effectif Décembre 2015 Position Permanent PRÉPARÉ PAR Propriétaire Date Département HR 305.1 Nov 2 nd, 2015 Ressource

Plus en détail

Stratégies de recherche d emploi ou de stage

Stratégies de recherche d emploi ou de stage Stratégies de recherche d emploi ou de stage Service-conseil en gestion de carrière Service des stages et du placement 2015-2016 Pour prendre un rendez-vous: service.placement@polymtl.ca 1 Service conseil

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Bienvenue au sein de l Institut des auditeurs internes de Québec

Bienvenue au sein de l Institut des auditeurs internes de Québec Bienvenue au sein de l Institut des auditeurs internes de Québec Objectifs Vous présenter IIA Mondial (IIA Global) IAI Québec IAI Canada Titre CIA La réalité d une carrière en audit interne par un auditeur

Plus en détail

Rapport d activité 2011-2012

Rapport d activité 2011-2012 Rapport d activité 2011-2012 Association des étudiantes et étudiants de l Université du 3 e âge de Québec (AÉUTAQ) Avant-propos 3 e âg Q b ( E T Q), j le rapport des 2011-2012, une année marquée par le

Plus en détail

equalogic Qualité contact@equalogic.fr - www.equalogic.fr

equalogic Qualité contact@equalogic.fr - www.equalogic.fr equalogic Qualité contact@equalogic.fr - www.equalogic.fr Présentation générale equalogic Qualité est un logiciel de gestion de la qualité. Il s adresse à toute entreprise, certifiée ou non, soucieuse

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NCA FÉVRIER 2015 NCA 610 : Recours à l assistance directe des auditeurs internes dans le cadre de l audit Le présent bulletin Alerte audit et certification vise à faire mieux

Plus en détail

INFOLETTRE PRINTEMPS 2014

INFOLETTRE PRINTEMPS 2014 INFOLETTRE PRINTEMPS 2014 Votre croissance cause t elle une pression sur votre fonds de roulement? Laboratoire BNK choisit Capital Conseil GCI Cargo choisit Capital Conseil Industrie de Palettes Standard

Plus en détail

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES

PRÉPARER LA RELÈVE DANS LE MONDE DE L ÉVALUATION: LE CONCOURS DE SIMULATION DU POINT DE VUE DES COMMANDITAIRES LA REVUE The Canadian CANADIENNE Journal of D'ÉVALUATION Program EvaluationDE Vol. PROGRAMME 18 No. 1 Pages 133 137 133 ISSN 0834-1516 Copyright 2003 Canadian Evaluation Society Research and Practice Note

Plus en détail

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES

CONSTITUTION TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA. 6. Présidence COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE RESSOURCES HUMAINES Le comité de ressources humaines (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

INSTITUT DES VÉRIFICATEURS INTERNES SECTION DE QUÉBEC. Rapport d activité 2011-2012

INSTITUT DES VÉRIFICATEURS INTERNES SECTION DE QUÉBEC. Rapport d activité 2011-2012 INSTITUT DES VÉRIFICATEURS INTERNES SECTION DE QUÉBEC Rapport d activité 2011-2012 Mai 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. L introduction...1 2. Les activités du Conseil...1 2.1 Le suivi des activités...1 Activités

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si :

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si : DOMAINE : ADMINISTRATION En vigueur le : 25 janvier 2005 (SP-05-15) POLITIQUE : Révisée le : 22 juin 2015 (CF-DA) L usage du masculin a pour but d alléger le texte. 1. ÉNONCÉ COLLECTE DE FONDS Le Conseil

Plus en détail

BOURSES D ÉTUDES DE LA SOCIÉTÉ D ÉNERGIE DU YUKON BOURSE D ÉTUDES GÉNÉRALES

BOURSES D ÉTUDES DE LA SOCIÉTÉ D ÉNERGIE DU YUKON BOURSE D ÉTUDES GÉNÉRALES BOURSES D ÉTUDES DE LA SOCIÉTÉ D ÉNERGIE DU YUKON BOURSE D ÉTUDES GÉNÉRALES Bourses d études annuelles de 2 000 $ offertes à deux étudiants 1 entamant leur première année d études postsecondaires. Bourses

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 REALISATION ET MAINTENANCE DE LOGICIELS TRAVAIL DE SESSION N12 EVALUATION D UN CONTRAT DE MAINTENANCE DU LOGICIEL

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

Questions et Réponses. DESS en comptabilité professionnelle (DESS CPA)

Questions et Réponses. DESS en comptabilité professionnelle (DESS CPA) Questions et Réponses DESS en comptabilité professionnelle (DESS CPA) Admission 1. Quel est la date limite pour déposer une demande d admission pour l année 2015-2016? 2. Y aura-t-il des admissions à d

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

TREMBLAY, SMITH, TREMBLAY et associés

TREMBLAY, SMITH, TREMBLAY et associés TREMBLAY, SMITH, TREMBLAY et associés Cas produit par Robert M. Vigneault Introduction Ce cas repose sur la future implantation d un progiciel de gestion intégré (PGI) dans un grand cabinet de professionnels

Plus en détail

Ordre du jour. Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie. Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30

Ordre du jour. Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie. Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30 Ordre du jour Réunion du Conseil d administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie Mercredi le 11 juin 2008 à 13 h 30 1. Adoption de l ordre du jour 2. Adoption du procès-verbal

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration

Notes d allocution. Paul Cantor Président du Conseil d administration Notes d allocution Paul Cantor Président du Conseil d administration Assemblée publique annuelle Office d investissement des régimes de pensions du secteur public Le 10 décembre 2009 Salle Sussex Centre

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

Rapport d activité 2012-2013

Rapport d activité 2012-2013 Rapport d activité 2012-2013 Mai 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. L introduction... 1 2. Le Conseil... 1 2.1 Les responsabilités et la composition du Conseil... 1 2.2 Les réunions du Conseil... 2 2.3 La mise

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST)

Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Conseil national de recherches du Canada Vérification de la santé et de la sécurité au travail (SST) Vérification interne, CNRC SEPTEMBRE 2010 1.0 Sommaire et conclusion Contexte Ce rapport présente les

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

régime d assurance collective

régime d assurance collective régime d assurance collective L heure d adhérer Ma ligne de vie Ma ligne de santé Ma ligne de protection de revenu 2 Bonjour, je suis Fiche Adhésion, la toute dernière de la série des fiches. Ma mission

Plus en détail

LETTRE DE PRÉSENTATION

LETTRE DE PRÉSENTATION LETTRE DE PRÉSENTATION 100 Portsmouth Avenue Kingston, ON K7L 5A6 (613) 545-3949 Ext. 1674 employmentservice.sl.on.ca KINGSTON KINGSTON OTTAWA OTTAWA SHARBOT LAKE Services d emploi 785 Midpark Drive 71

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA)

FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) FONDS POUR L AMÉLIORATION DES INSTALLATIONS D APPRENTISSAGE (FAIA) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2015-2016 Remarque : L état des revenus et des dépenses

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

Lignes directrices sur les activités de formation continue (FC)

Lignes directrices sur les activités de formation continue (FC) Lignes directrices sur les activités de formation continue (FC) Afin de conserver votre certification, vous devez satisfaire aux exigences en matière de formation continue reliées à votre titre de compétence.

Plus en détail

Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration

Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration Politique : GESTION FINANCIÈRE Révision 13 août 2007 Révision 14 décembre 2009 Dernière révision et date d approbation par le Conseil d administration 14 novembre 2011 Révisée 2009-12-14 1 de 8 TABLE DES

Plus en détail

Demande d emploi. Poste(s) désiré(s) Stagiaire d été ou Stagiaire DESS. Information générale. Ville Province/État Code postal

Demande d emploi. Poste(s) désiré(s) Stagiaire d été ou Stagiaire DESS. Information générale. Ville Province/État Code postal Page 1 de 5 Approuvé par Demande d emploi Roy, Tremblé, Martin & Associés (Note : Faute d orthographe Tremblay) Nom de l établissement d éducation HEC Montréal Nom (s) désiré(s) Stagiaire d été ou Stagiaire

Plus en détail

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances 1 2 Constats en bénévolat Le milieu appelle des solutions Les organisations de la Montérégie placent le recrutement de la relève en priorité des défis à relever Le recrutement et le soutien des bénévoles

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Allocution de Monsieur Luc Bertrand, président et chef de la direction de la Bourse de Montréal. devant l'association CFA

Allocution de Monsieur Luc Bertrand, président et chef de la direction de la Bourse de Montréal. devant l'association CFA Allocution de Monsieur Luc Bertrand, président et chef de la direction de la Bourse de Montréal devant l'association CFA Montréal, le 22 février 2006 LA BOURSE DE MONTRÉAL : AU-DELÀ DE LA CROISSANCE 1

Plus en détail

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015

On a changé de. de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX. Édition 2015 On a changé de Programme de Bourse Émérite de l Association des MBA du Québec RÈGLEMENTS DE SÉLECTION DES LAURÉATS ET D OCTROI DU PRIX Édition 2015 Ces informations sont également disponibles sur le site

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Document de référence. Guide d utilisation

Document de référence. Guide d utilisation Document de référence Guide d utilisation Wolseley Express est l un des plus efficaces réseaux de commerce électronique, offrant un catalogue de produits complet et plusieurs fonctions pratiques et personnalisées

Plus en détail

Procédures d admission par équivalence

Procédures d admission par équivalence Procédures d admission par équivalence Conformément à ses règlements et aux exigences prescrites par le Code des professions du Québec, l Ordre des conseillers et conseillères d orientation du Québec (OCCOQ)

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail