PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2012-2016 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT"

Transcription

1 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT

2 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS RÉSUMÉ D ORIENTATION VISION, OBJECTIF ET PRINCIPES Vision But Principes et valeurs IDENTITÉ, POSITION ET VALEUR AJOUTÉE DU WSSCC Historique et identité du WSSCC Contexte de l activité du WSSCC Valeur ajoutée par le WSSCC Périmètre et priorités de travail du WSSCC Encadré : Fonds mondial pour l Assainissement RÉSULTATS Objectif et objet Résultats et extrants visés Stratégie de réalisation de ces résultats SUIVI, ÉVALUATION ET AUDIT Suivi Évaluation Audit GOUVERNANCE ET GESTION Gouvernance et responsabilisation Gestion et dotation en personnel STRATÉGIE FINANCIÈRE Équilibrage des revenus et dépenses Relations avec les donateurs et collecte de fonds Gestion financière et émission de rapports BUDGET INDICATIF Dépenses Revenus Gestion des risques CADRE DE RÉSULTATS INFORMATION D APPUI DANS D AUTRES DOCUMENTS Stratégie d adhésion Stratégie de partenariat avec le secteur privé Stratégie de gestion des connaissances Stratégie de plaidoyer Stratégie de communication Stratégies du Fonds mondial pour l Assainissement Structure du Secrétariat et de son effectif à la mi-2011 Plans de travail et budgets annuels Rapport final de la révision externe de Réponse du WSSCC à la révision externe

3 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME AVANT-PROPOS PLUS D UNE GÉNÉRATION APRÈS QUE LE PREMIER HOMME A MARCHÉ SUR LA LUNE, UN MILLIARD D ÊTRES HUMAINS CONTINUE À DÉFÉQUER À L AIR LIBRE ET UN AUTRE MILLIARD UTILISE DES TROUS NON HYGIÉNIQUES DANS LE SOL. CET ÉCHEC COLLECTIF EST UNE HONTE POUR L HUMANITÉ. Aujourd hui, l assainissement fait l objet d une préoccupation beaucoup plus grande. Comme l a déclaré le Secrétaire Général des Nations Unies le 21 juin 2011 : «Il est temps de situer l assainissement et l accès à des toilettes salubres au centre de nos discussions en matière de développement». L assainissement améliore la santé et favorise le développement social ; il contribue au développement économique ; il aide à protéger l environnement. Le Conseil de Concertation pour l Approvisionnement en Eau et l Assainissement (WSSCC), fort de ses valeurs, de vingt ans de prestations, de l engagement de ses membres, donateurs, responsables et collaborateurs, et de sa position au sein de la famille des Nations Unies, est bien placé pour contribuer à la réalisation de l assainissement et de l hygiène pour tous. Le présent Plan stratégique à moyen terme décrit la manière dont l objectif et la vision du WSSCC vont guider sa stratégie dans les cinq années à venir. Il esquisse l impact et les résultats visés par l organisation et la manière dont ces résultats seront atteints et suivis. Il présente les budgets indicatifs requis pour y parvenir. Il commence par un Résumé d orientation à l intention de ceux qui sont trop occupés pour lire le document tout entier. Aisément accessible, ce document permettra à tous de se faire une meilleure idée du WSSCC. Un individu ne disposant pas d un assainissement de base y apprendra ce que le WSSCC entend faire pour lui venir en aide. Un donateur pourra le parcourir, prendre connaissance de l emploi de sa contribution financière et savoir comment le WSSCC la valorise. Ensemble, œuvrons à la réalisation d un monde meilleur, plus sain et plus digne pour les générations futures. Anna Tibaijuka Présidente, Conseil de Concertation pour l Approvisionnement en Eau et l Assainissement Octobre

4 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT RÉSUMÉ D ORIENTATION LE WSSCC EN TANT QU ORGANISATION PÉRIMÈTRE ET PRIORITÉS DE TRAVAIL DU WSSCC Fondé en 1990, le Conseil de Concertation pour l Approvisionnement en Eau et l Assainissement (WSSCC) est une organisation à adhésion spécialisée dans l assainissement et l hygiène en faveur de personnes pauvres. Les éléments essentiels de l identité du WSSCC sont restés inchangés durant les vingt années de son existence. Ses membres en sont l âme et le cœur et son personnel est dédié au service de la communauté des membres. Le WSSCC nourrit la vision d un monde où tous bénéficieront durablement de l approvisionnement en eau, de l assainissement et d une bonne hygiène. Son objectif est de réaliser cette vision. OBJET DU PRÉSENT DOCUMENT Le WSSCC planifie son activité par périodes successives de cinq ans. Son plan de travail précédent portait sur les années Au cours de cette période, le WSSCC a pris de l ampleur, et ce notamment par l adjonction du Fonds mondial pour l Assainissement afin de compléter ses activités traditionnelles en matière de réseaux, gestion des connaissances, plaidoyer et communications. En 2011, une revue externe exécutée à la demande des donateurs du WSSCC en a entériné l orientation générale, donnant un avis positif sur la pertinence, l efficacité et l efficience de l organisation, tout en suggérant un certain nombre d améliorations. Le présent document s appuie sur le plan stratégique précédent et sur les conclusions de la revue externe, et oriente les travaux du WSSCC face aux années 2012 à Il est émis par le Comité d orientation du WSSCC et a été développé par le biais d un processus participatif qui a pris en compte les opinions d un bon nombre de parties prenantes, en particulier les membres, coordonnateurs nationaux et donateurs du WSSCC. Il réaffirme les principes et valeurs du WSSCC. Il présente un bref historique de l organisation, décrivant son identité ainsi que le contexte de son travail. Il explique les raisons pour lesquelles le WSSCC parvient à ajouter de la valeur grâce à la nature particulière de sa structure, à la priorité qu il accorde à l assainissement et à l hygiène, au service qu il consacre aux personnes les plus démunies, et à son souci de collaboration et de plaidoyer. Il précise ce que le WSSCC entend réaliser pendant les cinq années à venir et les fonds dont il aura besoin à cette fin. Au cours des quelques prochaines années, le WSSCC concentrera son énergie et ses ressources sur l assainissement et l hygiène ; exercera une action de développement à long terme, et non de secours en cas de catastrophe ; poursuivra une partie importante de son travail dans des zones rurales tout en cherchant à s engager davantage dans une activité en milieu urbain ; soulignera son souci d équité pour les personnes pauvres et marginalisées ; veillera à ce que ses travaux aux niveaux mondial, régional et national soient entièrement intégrés les uns aux autres. Le WSSCC priorisera les pays aux besoins en assainissement et hygiène les plus pressants et où il pourra réaliser un impact. Ces pays sont énumérés dans l encadré suivant, ceux où le WSSCC est déjà présent par l intermédiaire de ses coalitions nationales WASH et/ou du Fonds mondial pour l Assainissement étant imprimés en gras. PAYS PRIORITAIRES DU WSSCC (présentés dans l ordre d Indice de développement humain croissant) Niger, Sierra Leone, Mali, Burkina Faso, Burundi, Zimbabwe, Mozambique, Ethiopie, Guinée, Liberia, Rwanda, Sénégal, Zambie, Bénin, Malawi, Togo, Nigeria, Ouganda, Mauritanie, Cameroun, Ghana, Tanzanie, Soudan, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Kenya, Bangladesh, Madagascar, Népal, Angola, Pakistan, Myanmar, Cambodge, Congo, Inde, RDP lao. IMPACT, RÉSULTATS ET STRATÉGIES L impact que le WSSCC cherchera à exercer entre 2012 et 2016 est d apporter une contribution substantielle à l effort mondial pour améliorer l assainissement et l hygiène au profit de personnes pauvres et vulnérables, particulièrement en Afrique et en Asie. Pour ce faire, le WSSCC entend atteindre quatre résultats pratiques pendant la période , en les appuyant par un cinquième résultat, de caractère organisationnel. Soit : Résultat 1 : ACCÈS ET UTILISATION. Des dizaines de millions de personnes précédemment non desservies dans 10 à 25 pays ayant un grand besoin 2

5 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME FONDS MONDIAL POUR L ASSAINISSEMENT FONDS POUR LE LEADERSHIP EN MATIÈRE D ASSAINISSEMENT TOTAL WSSCC d assainissement accèdent à, utilisent des installations sanitaires améliorées et adoptent des comportements hygiéniques. Résultat 2 : ÉQUITÉ. Parmi le public ciblé, les personnes et les groupes pauvres et marginalisés seront plus particulièrement privilégiés. Résultat 3 : ENGAGEMENT. Un nombre plus important d individus, d organisations et d entreprises s engagent dans une activité d assainissement et d hygiène. Résultat 4 : CONNAISSANCES ET COMPÉTENCES. Les individus et agences travaillant dans le domaine de l assainissement et de l hygiène développent leurs connaissances et leurs compétences. Résultat 5 : PRESTATION. Le WSSCC est adéquatement gouverné, dispose de ressources appropriées et judicieusement gérées pour produire les résultats 1 à 4. À chaque résultat correspond un certain nombre d extrants. Les résultats, extrants requis pour les réaliser, cibles spécifiques et moyens de vérification sont reproduits dans un cadre de résultats à la section 8 de ce Plan stratégique à moyen terme. Le présent document expose les stratégies que le WSSCC adoptera pour parvenir à ces résultats. Il contient également de brèves sections expliquant le suivi, l évaluation et l audit, ainsi que la gouvernance et la gestion de l organisation. longue durée portant sur des montants significatifs de financement non restreint. Ils en confient l affectation au WSSCC conformément au présent Plan stratégique à moyen terme et demandent des comptes au Comité d orientation et à l agence d accueil, l UNOPS, lors d une réunion annuelle de reddition de comptes. Le WSSCC remercie ses donateurs actuels pour le soutien : les gouvernements d Australie, des Pays Bas, de la Norvège, de la Suède, de la Suisse, du Royaume Uni et de la Fondation Bill et Melinda Gates. A partir du 1 er janvier 2012, la structure financière du WSSCC se compose de deux fonds d affectation multi-donateurs au sein de l UNOPS : le Fonds mondial pour l Assainissement, et le Fonds pour le leadership en matière d assainissement, ce dernier regroupant tous les autres programmes du WSSCC. En consultation avec ses donateurs, le WSSCC recourt à un éventail de scénarios de dépenses pour planifier son travail futur. Le tableau ci-dessus montre les budgets nécessaires pour atteindre les résultats tabulés dans le cadre de résultats. Ils représentent le niveau de financement que le WSSCC espère obtenir de la part de ses donateurs. Le Fonds mondial pour l Assainissement (GSF) enregistre une forte demande en financements de la part de nombreux pays. La grande contrainte qui pèse sur toute augmentation de ses dépenses tient à son revenu. Si le WSSCC peut démontrer à ses donateurs que le GSF parvient à de bons résultats d une manière économique, les donateurs augmenteront leurs contributions et le revenu atteindra le chiffre cible. Ceci est également valable pour le Fonds pour le leadership en matière d assainissement. RELATIONS AVEC LES DONATEURS ET SITUATION FINANCIÈRE La stratégie des relations du WSSCC avec les donateurs vise à garantir un financement commun pluriannuel conformément à la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide. Dans le cadre de cette stratégie, le WSSCC établit sa mission, ses objectifs et son travail à moyen terme et invite tous ses donateurs à y contribuer de manière globale. Les donateurs prennent des engagements de PLANIFICATION ET BUDGÉTISATIONS ANNUELLES Le Plan stratégique à moyen terme est un document concis. Il est étayé par divers autres documents du WSSCC. En particulier, le plan de travail et le budget de chaque année sont fixés par le Comité d orientation du WSSCC sur la base des budgets cibles indiqués dans le présent Plan stratégique à moyen terme et du montant effectivement promis par les donateurs. 3

6 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT 1. VISION, OBJECTIF ET PRINCIPES 1.1 VISION La vision du WSSCC est celle d un monde où tous bénéficient d un approvisionnement en eau et d un assainissement durables, et d une bonne hygiène. Le WSSCC, ses membres et son personnel œuvreront sans cesse et résolument jusqu à la réalisation de cette vision. z Le WSSCC travaille toujours en collaboration ouverte avec ses membres et partenaires et encourage les autres à adopter ses idées et à répliquer son travail. z L activité du WSSCC contribue aux objectifs élargis d une amélioration de la santé et du développement économique et social. Elle favorise la bonne gouvernance, l équité et la viabilité. 1.2 OBJECTIF L objectif du WSSCC est de contribuer à ce que tous bénéficient durablement de l assainissement, de l approvisionnement en eau, et d une bonne hygiène. Au cours de la période du présent Plan stratégique à moyen terme, le WSSCC entend réaliser des progrès significatifs et mesurables en direction de cet objectif, principalement en matière d assainissement et d hygiène. 1.3 PRINCIPES ET VALEURS Le travail du WSSCC est guidé par les principes suivants, lesquels sont enracinés dans son histoire institutionnelle et sa culture : Le WSSCC attend de ses membres, de son Comité d orientation, de ses collaborateurs, volontaires et partenaires qu ils observent ses principes et défendent les valeurs suivantes dans toutes leurs activités : z Être consacré à la vision et à l objectif. z Agir de manière intègre et professionnelle. z Être responsable et transparent. z Produire un travail de qualité. z Faire preuve de respect mutuel et apprécier la diversité. z S inspirer les uns les autres et par le travail accompli. z L œuvre du WSSCC répond à la demande et aux besoins d individus et de communautés dont la couverture d assainissement est la plus faible. Cette œuvre est conçue pour les servir. z Le WSSCC se préoccupe plus particulièrement de personnes pauvres, de groupes marginalisés, et de personnes désavantagées ou handicapées. z Le WSSCC entend se positionner à l avant-garde du débat, des connaissances et de l influence dans son domaine, et d y faire autorité. 4

7 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME IDENTITÉ, POSITION ET VALEUR AJOUTÉE DU WSSCC 2.1 HISTORIQUE ET IDENTITÉ DU WSSCC Le WSSCC est une organisation à adhésion, unie par un objectif et des valeurs communes. Le WSSCC a été fondé en 1990 et reconnu nommément dans la résolution n A/RES/45/181 de l Assemblée générale des Nations Unies. Ses membres fondateurs étaient de hauts fonctionnaires de gouvernements de pays en développement, d agences bilatérales et multilatérales, d ONG et d institutions de recherche. Ils étaient tous mus par la volonté d affirmer les valeurs communes et d apprendre les uns des autres pour améliorer la situation de l eau et de l assainissement au profit des pauvres. Au cours des années 1990, l effort du WSSCC a surtout porté sur le partage de connaissances parmi ses membres. Le WSSCC en vint à être reconnu comme l organisation professionnelle des personnes de haut rang engagées dans le domaine de l eau et de l assainissement dans les pays en développement. En 2000, l expérience collective du WSSCC et sa philosophie furent rassemblées dans la Vision 21. La Vision 21 constituait à la fois un processus et un document portant sur le plan ambitieux de réaliser l approvisionnement en eau et l assainissement pour tous d ici à Bien que reléguée par la suite au deuxième rang par les objectifs du Millénaire pour le Développement adoptés pendant la même année, sa philosophie est toujours au cœur du credo du WSSCC. Après l an 2000, le WSSCC a étendu son activité pour y inclure des efforts de plaidoyer et de communication fondés sur l expérience qu il avait acquise pendant la décennie précédente. Ses membres et ses collaborateurs parvinrent, grâce à leur action d influence, à faire inscrire une cible d assainissement aux objectifs du Millénaire pour le Développement, et inventèrent le concept de plaidoyer WASH (abréviation des mots anglais Water, Sanitation et Hygiene). Le WSSCC en vint à lancer de nombreuses campagnes WASH aux niveaux national et mondial, et se targue du fait que de nombreuses autres organisations ont adopté l acronyme WASH pour désigner leurs propres activités en matière d eau, assainissement et hygiène. En 2008, à l issue de consultations avec ses membres, donateurs et autres acteurs, le WSSCC mit en place le Fonds mondial pour l Assainissement (GSF) dans le but de disposer d un mécanisme de financement professionnel et efficace d aide aux personnes les plus démunies, en conformité avec les politiques d assainissement nationales et avec la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide. Le GSF est devenu un élément important et intégral de l identité du WSSCC et fonctionne selon les mêmes principes que le reste de l organisation. Les éléments qui définissent l identité du WSSCC sa vision, son objectif et ses valeurs n ont pas varié au cours des vingt années de son existence. Ses membres en sont l âme et le cœur et son personnel est dédié au service de la communauté des membres. La collaboration et le partenariat ont toujours fait partie intégrante de l identité du WSSCC. Les membres et collaborateurs de l organisation travaillent avec et par l intermédiaire de partenaires aux niveaux mondial, régional, national et local. Sur le plan juridique, le WSSCC est une entité collective placée sous l égide des Nations Unies (soit, celle de l OMS jusqu en 2009, et celle de l UNOPS depuis 2010). Les collaborateurs du WSSCC travaillent dans un Secrétariat constituant une unité au sein de l UNOPS. Ils sont donc des fonctionnaires des Nations Unies et adhèrent au code de conduite et à la réglementation de l ONU. Le WSSCC planifie son travail sur un horizon pluriannuel mobile. La période postérieure à 2007 a été un temps de croissance guidé par le Plan de travail à moyen terme Le présent Plan stratégique à moyen terme s appuie sur ce dernier et sur les constatations et recommandations de la révision externe qui a été exécutée, fin 2010 et début 2011, à la demande des donateurs du WSSCC. 2.2 CONTEXTE DE L ACTIVITÉ DU WSSCC Il est aujourd hui fort intéressant de travailler dans le domaine de l assainissement. Historiquement, l assainissement et l hygiène ont toujours été des domaines négligés, n attirant que peu de ressources, faisant l objet d approches et de politiques peu cohérentes, fragmentées, et ne bénéficiant pas de responsabilités bien définies. Cependant, la situation a commencé à changer. Depuis quelques années, les dirigeants politiques accordent une attention accrue à l assainissement. Les Nations Unies ont officiellement reconnu l accès à de l eau potable et à un assainissement salubres comme un droit humain. Davantage d organisations se sont engagées dans le domaine de l assainissement et de l hygiène, créant de nouveaux 5

8 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT réseaux et initiatives. Les médias et les décideurs ont commencé à apprécier les avantages économiques énormes d un assainissement amélioré, ainsi que ses effets multiplicateurs des résultats d investissements consacrés à d autres programmes. Le WSSCC a joué un rôle actif dans toutes ces évolutions. En bref, l assainissement est en train de passer d un thème secondaire, négligé et subventionné, à une préoccupation largement reconnue, de grande importance sociale et économique. S il y a lieu de se réjouir de cette évolution, il reste encore un long chemin à parcourir avant que l assainissement n attire le même degré d intérêt et d investissement que, par exemple, la vaccination, l éducation primaire ou même l approvisionnement en eau. Les principaux facteurs contextuels qui ont affecté les progrès en matière d assainissement sont notamment : une urbanisation accrue ; l évolution démographique ; les questions environnementales, particulièrement les changements climatiques et catastrophes naturelles ; la crise économique mondiale ; un changement de priorités politiques ; les avancées technologiques, dont les progrès de la technologie de l information ; un déplacement du pouvoir économique et politique en direction du Sud et du Sud-Est Asiatique ; et le fait que les objectifs mondiaux de développement au-delà de 2015, année butoir des objectifs du Millénaire pour le Développement, n ont pas encore été fixés. Tous ces facteurs présentent et des défis, et des opportunités. L objectif d ensemble demeure d amener toutes les personnes à utiliser, et à continuer d utiliser, des sanitaires améliorés et à pratiquer un bon comportement hygiénique. De nombreuses années de dur travail seront nécessaires pour y parvenir. Les gouvernements et autres parties auront besoin d une forte volonté politique pour mettre en œuvre les politiques d assainissement et d hygiène. Les agences engagées dans ce travail devront appliquer des idées éprouvées pour amorcer un changement de comportement à grande échelle, en ne cessant de reconnaître les droits des gens et de servir les plus démunis. Il faudra mieux définir les rôles des organisations clés, réduire les doubles emplois, les opérations pilotes et les initiatives disparates. La consolidation d organisations et de réseaux s imposera probablement. Les approches concertées, menées en collaboration et en soutien mutuel, constitueront la façon normale de travailler. Les médias devront être mis à contribution. Le secteur privéen allant du petit entrepreneur local et de l affaire familiale à la multinationale - devra jouer un rôle beaucoup plus important pour établir le secteur de l assainissement au rang de secteur industriel viable, disposant de milliards de clients. Il s agira de gérer les connaissances pour éviter les doubles emplois et améliorer la collaboration entre les praticiens, plus particulièrement par des échanges Sud-Sud. Un financement accru sera obligatoirement nécessaire, qui devra être appliqué par des entités différentes selon des modalités différentes et nouvelles. Les leaders de l assainissement auront à pousser leurs efforts au-delà du secteur traditionnel de l eau et de l assainissement pour atteindre les secteurs des finances, de la santé, de l éducation et du tourisme, ainsi que le grand public, afin de leur expliquer en termes simples toute l importance de l assainissement et de l hygiène pour la population entière. Dans cette perspective d avenir, les membres et collaborateurs du WSSCC sont prêts et désireux de jouer un rôle clé dans la conduite collective de tous ces aspects de l œuvre d assainissement et d hygiène. Le présent Plan stratégique à moyen terme décrit justement ce rôle. 2.3 VALEUR AJOUTÉE PAR LE WSSCC Le WSSCC s est penché sur ses propres caractéristiques et celles d autres organisations engagées dans les domaines de l eau, de l assainissement et de l hygiène, et a étudié ses relations avec celles-ci. Il existe un certain nombre d organisations de haut calibre aux objectifs semblables à ceux du WSSCC. Mentionnons par exemple le Programme Eau et Assainissement de la Banque mondiale, l alliance Assainissement et Eau pour Tous, l UNICEF, l OMS, WaterAid et d autres ONG, associations professionnelles, universités et institutions de connaissance importantes. La volonté essentielle du WSSCC est de collaborer avec, et non de faire concurrence à ces organisations et autres entités comparables. Le WSSCC se considère comme un parmi plusieurs acteurs de la conduite mondiale de l œuvre d assainissement. Dans ce contexte, il occupe un créneau très net en tant que l organisation mondiale à adhésion spécialisée dans l assainissement et l hygiène pour les pauvres. La valeur ajoutée de son travail se présente sous plusieurs aspects : Caractère particulier de son organisation Le WSSCC combine la passion d une organisation à adhésion à la flexibilité d une ONG et à l autorité des Nations Unies. Ce caractère spécial tire le meilleur parti possible de chacun de ces volets et encourage la créativité, la réactivité et le leadership. Concentration sur l assainissement et l hygiène Depuis de nombreuses années, le WSSCC s occupe principalement d assainissement et d hygiène. Ce positionnement se fonde sur le fait que ceux qui ne disposent pas d un assainissement de base sont beaucoup plus nombreux que ceux qui n accèdent pas 6

9 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME à de l eau salubre, alors que davantage d organisations s occupent d eau que d assainissement. Cette concentration sur l assainissement et l hygiène est rare pour le secteur, et unique dans le système des Nations Unies. Le rapport final de la révision externe confirme que la décision stratégique du WSSCC de se concentrer sur l assainissement et l hygiène était nécessaire et valable. Desservir les plus démunis Le WSSCC n existe que pour les personnes les plus indigentes - les pauvres, les marginalisés et les désavantagés. Dans un environnement dominé par des cibles numériques de couverture, telles que celles prévues par les OMD, les pauvres et marginalisés sont facilement laissés pour compte. Le WSSCC considère que le fait d insister sur leur inclusion ne constitue pas seulement une exigence morale, mais également un moyen efficace de répondre aux besoins de tous. Il s agit également d une approche basée sur les droits humains. Le WSSCC entend promouvoir, et financer par le Fonds mondial pour l Assainissement, des solutions permettant d améliorer l assainissement et l hygiène des populations qui en ont le plus besoin. Collaboration Le WSSCC collabore avec d autres en vue de proposer une plateforme d apprentissage ainsi que de partage et d échange de connaissances et d expériences. Il identifie des solutions pratiques à des problèmes critiques en valorisant l expérience de son réseau mondial de membres et de partenaires. Il facilite l échange ouvert d expériences et d idées en vue de permettre au secteur entier d aller de l avant. Les programmes du GSF sont conçus et agencés en collaboration. Plaidoyer Les membres du WSSCC parlent d une voix haute et claire sur des questions d importance. Les questions qui sont retenues et les politiques qui sont promues reposent fermement sur l analyse des faits et sur les meilleures pratiques. En se faisant le champion de l assainissement et de l hygiène dans le dialogue sur l eau, la santé et le développement, le WSSCC veille à ce que ces domaines traditionnellement sous-représentés figurent en bonne place à l ordre du jour. En y voyant une question de principe, le WSSCC fait en sorte que la totalité de ses solutions et documentations de plaidoyer et de communication constitue un bien accessible à tous, entièrement ouvert et gratuit, et susceptible d être adapté par d autres organisations et personnes au service d un objectif commun. 2.4 PÉRIMÈTRE ET PRIORITÉS DE TRAVAIL DU WSSCC Assainissement et hygiène Le WSSCC continuera à concentrer son énergie et ses ressources presque exclusivement sur l assainissement et l hygiène. Dans le domaine de l assainissement, il se concentrera sur l usage de toilettes pour l élimination salubre et durable des excréments dans le contexte d un assainissement environnemental élargi. Dans le domaine de l hygiène, le WSSCC appuiera une gamme de changements de comportement hygiénique, particulièrement par l emploi de toilettes, par le lavage des mains aux moments critiques, et par le stockage propre de l eau. Le WSSCC estime que l assainissement et l hygiène sont vont de pair, de sorte que dans le présent document, le terme «assainissement» doit se comprendre comme incluant l hygiène. Approvisionnement en eau Le WSSCC reconnaît l importance de l eau pour les pratiques d assainissement et d hygiène et sait que les populations privées d eau y accordent généralement beaucoup plus d importance qu à l assainissement. Comme les agences dédiées à l approvisionnement en eau sont beaucoup plus nombreuses que celles qui s occupent d assainissement, le WSSCC continuera à ne pas travailler directement dans le domaine de l eau, exception faite de certaines opportunités d apprentissage et de partage. Il cherchera néanmoins à œuvrer en partenariat avec d autres agences de façon à garantir que l eau et l assainissement soient abordés d une manière intégrée. Intervention en cas de catastrophe L expertise des membres du WSSCC et de l organisation même porte sur le développement dans la durée, et non sur les interventions en cas de catastrophe ou missions d urgence. De nombreuses agences compétentes interviennent en cas de catastrophe. Pour cette raison, le WSSCC ne s engagera pas dans des activités d intervention en cas de catastrophe au-delà du niveau d apprentissage et de partage nécessaire pour assurer l adaptation au changement climatique et la résilience aux catastrophes naturelles. 7

10 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT Rural et urbain Le WSSCC œuvre en faveur de l accès universel à l assainissement, pour les populations urbaines et rurales, et n hésite pas à travailler dans les deux contextes. La population sans accès à un assainissement de base est plus nombreuse en milieu rural qu en milieu urbain, mais dans ce dernier cas, elle augmente fortement aujourd hui et ses problèmes d assainissement sont plus complexes. La majeure partie de l expérience du WSSCC et de ses membres à ce jour a porté sur des zones rurales, raison pour laquelle le WSSCC continuera à y poursuivre le gros de son travail. Mais il entreprendra des efforts pour s engager davantage dans des activités urbaines. Global, régional, national La plupart des membres du WSSCC travaillent au niveau national. Le niveau régional a acquis une importance accrue ces derniers temps, notamment par la tenue de conférences régionales sur l assainissement (idée proposée à l origine par le WSSCC). Pour une bonne partie, le travail du personnel du WSSCC concerne des biens d intérêt public mondial, ainsi que des politiques et connaissances de niveau mondial. Le WSSCC garantira que ses travaux mondiaux, régionaux et nationaux, ainsi que ses enseignements et messages à ces différents niveaux, soient entièrement intégrés. Pays Le WSCC se concentrera sur les pays aux besoins en assainissement et hygiène sont les plus pressants, et où il sera à même de réaliser un impact utile. Les critères pour la sélection des pays sont le nombre de personnes sans assainissement, le pourcentage de personnes sans assainissement et l Indice de développement humain. Ces pays sont indiqués sur le diagramme ci-dessous des pourcentages de couverture. On y voit toutes les populations du monde qui étaient privées d assainissement en 2008 : chaque pays y est représenté par un cercle dont l aire est proportionnelle au nombre de personnes sans assainissement (le cercle le plus petit représentant deux millions de personnes). Ces pays se répartissent en deux groupes, séparés par un trait en pointillé. Les pays à gauche du trait en pointillé ont un grand besoin de soutien en assainissement. Dans plusieurs de ces pays (Somalie, Afghanistan, République centrafricaine, RDC, Tchad, Corée du Nord, Érythrée, Côte d Ivoire, Haïti, Yémen) le WSSCC ne possède pas encore l expérience et la connaissance lui permettant d y apporter des contributions utiles durant la période de ce Plan stratégique à moyen terme. Il est donc ouvert à tout partage et à tout apprentissage concernant ces pays, sans y être engagé directement. Hormis ces pays, le WSSCC et ses membres pourront être actifs dans les pays qui se trouvent à gauche du trait en pointillé. Ceux-ci sont tous énumérés dans l encadré ci-contre, des caractères gras indiquant ceux où les WSSCC est déjà présent par l intermédiaire d une coalition nationale WASH et/ou du Fonds mondial pour l Assainissement. FIGURE 1 LES PAYS PRIORITAIRES POUR LE WSSCC : ANALYSE DU NOMBRE DE PERSONNES SANS ASSAINISSEMENT, DU POURCENTAGE DE PERSONNES SANS ASSAINISSEMENT ET DE L INDICE DE DÉVELOPPEMENT HUMAIN. 100 Pourcentages de couverture de l assainissement ,2 0,4 0,6 0,8 1,0 Indice de développement humain 8

11 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME PAYS PRIORITAIRES DU WSSCC Niger, Sierra Leone, Mali, Burkina Faso, Burundi, Zimbabwe, Mozambique, Ethiopie, Guinée, Liberia, Rwanda, Sénégal, Zambie, Bénin, Malawi, Togo, Nigeria, Ouganda, Mauritanie, Cameroun, Ghana, Tanzanie, Soudan, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Kenya, Bangladesh, Madagascar, Népal, Angola, Pakistan, Myanmar, Cambodge, Congo, Inde, RDP lao. Cette liste de 35 pays prioritaires représente près de 1,5 milliard de personnes sans assainissement. L inclusion de pays donnés à cette liste ne garantit pas que le WSSCC y travaillera au cours du présent Plan stratégique à moyen terme. Elle signifie que le WSSCC pourra envisager d y travailler sous réserve de ses disponibilités en fonds et de l utilité à prévoir de sa contribution. Des précisions à ce sujet seront contenues dans les plans et budgets annuels du WSSCC. Les pays situés à droite de la ligne en pointillé connaissent des problèmes d assainissement, mais ont moins besoin d un soutien externe. Il sont : le Maroc, l Afrique du Sud, le Nicaragua, l Égypte, le Guatemala, le Viêt-Nam, la Bolivie, le Honduras, l Indonésie, les Philippines, la Chine, l Iran, la Thaïlande, l Azerbaïdjan, l Ukraine, l Irak, la Turquie, le Pérou, la Colombie, le Brésil, la Russie, la Roumanie, le Venezuela, le Mexique, l Argentine et la Pologne. Le WSSCC est prêt à retenir les leçons de ces pays, à dialoguer et à échanger des connaissances avec eux, mais durant le présent Plan stratégique à moyen terme, il est fort improbable qu il finance ou lance des travaux directs dans l un d entre eux. Le WSSCC garde une approche globale et va poursuivre ses activités de gestion des connaissances et de plaidoyer de par le monde, incluant les petits états insulaires en développement. Fonds mondial pour l Assainissement Établi en 2008, le Fonds mondial pour l Assainissement (GSF), constitue un département au sein du WSSCC possédant sa propre identité. Le GSF est un mécanisme de financement visant à améliorer les vies de milliards de personnes en aidant à accélérer les progrès en assainissement et hygiène dans les pays aux besoins les plus grands. Concerné par la cible accusant le plus de retard parmi celles des Objectifs du Millénaire pour le Développement, le GSF vise à sensiblement accroître les financements et le nombre d agences engagées dans la promotion de l assainissement et de l hygiène durables pour tous. En concordance avec le mandat du WSSCC et pour triompher d un obstacle important au progrès du secteur, les programmes du GSF sont agencés en collaboration afin de renforcer la coordination assurée par le gouvernement, et pour atteindre les cibles convenues. Les programmes du GSF sont mis en œuvre d une manière puisant à un plus grand nombre d acteurs et attirant davantage de fonds par la démonstration d approches élargies, rentables et inclusives. De par sa structure opérationnelle, le GSF canalise les compétences et les connaissances d Agences d exécution sélectionnées, chargées de gérer les subventions dans des pays ciblés, et de Contrôleurs de programme de pays, afin que les résultats soient produits de manière économique et durable. Le GSF sélectionne ses partenaires dans chaque pays. Ceux-ci seront des entités publiques, des ONG, des entités privées ou des agences de l ONU en fonction de la dynamique et des capacités du secteur dans chaque pays. Grâce à cette structure unique au niveau du pays, le GSF se suffit d une petite équipe centrale à Genève pour gérer la croissance mondiale du Fonds et sa contribution élargie à l apprentissage sur le secteur. À la fin de 2011, le GSF avait attiré plus de 60 millions de dollars en financements et avait établi ses priorités d investissement dans le groupe initial suivant de dix pays : Burkina Faso, Cambodge, Éthiopie, Inde, Madagascar, Malawi, Népal, Nigeria, Sénégal et Ouganda. Les stratégies opérationnelles du GSF, ses critères de sélection de pays, méthodes d identification des partenaires etc. reposent tous directement sur les principes, les valeurs, le champ d action et le centre d intérêt (cf. sections 1 et 2 ci-dessus) du WSSCC, qui sont décrits en détail dans des documents distincts. À mesure que les disponibilités du Fonds augmenteront, le GSF élargira son portefeuille vers d autres pays et songera à accorder des financements supplémentaires à des programmes établis. Le renouvellement des financements sera déterminé par la performance des pays à l occasion de précédentes subventions et par leur volonté de consacrer des ressources supplémentaires à la réalisation des objectifs du GSF. Le présent Plan stratégie à moyen terme est rédigé dans le but d embrasser l ensemble des travaux du WSSCC. L ensemble des départements du WSSCC, y compris le GSF, contribue à l ensemble de ses extrants et résultats. Ainsi, aucune partie du présent texte ne concerne uniquement le Fonds mondial pour l Assainissement. Le seul point qui distingue celui-ci, traité dans les sections sur les questions financières et budgétaires, a trait au fait que le GSF est un fonds d affectation distinct au sein du WSSCC, et qu il établit ses propres budgets indicatifs minimum et cibles. 9

12 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT 3. RÉSULTATS Les résultats visés par le WSSCC sont décrits dans la présente section du Plan stratégique, et reproduits dans le tableau du cadre de résultats (section 8). Ce travail fait appel à une approche logique et utilise la terminologie suivante : L objet du WSSCC - l impact direct que le WSSCC entend réaliser de 2012 à est de contribuer de manière substantielle aux efforts mondiaux déployés pour améliorer l assainissement et l hygiène au profit de personnes pauvres et vulnérables, particulièrement en Afrique et en Asie. L objectif du WSSCC est la réalisation de l impact fort qu il cherche à exercer sur le long terme. L objet du WSSCC est l impact direct en matière d assainissement et d hygiène que le WSSCC entreprendra de réaliser dans les cinq prochaines années. Les résultats du WSSCC sont les changements et les résultats qui se dégageront d un ensemble d extrants. Les extrants du WSSCC sont les résultats directs et quantitatifs de ses activités. Ils conduisent à la réalisation des résultats. Les activités du WSSCC sont les tâches qu il entreprend en utilisant les ressources humaines et financières dont il dispose. Celles-ci sont décrites en détail dans les plans annuels du WSSCC, non dans le présent document. Des indicateurs objectivement vérifiables permettent au WSSCC de mesurer l état d avancement vers tous les niveaux de résultats mentionnés plus haut. Les hypothèses et risques clés sont ceux qui peuvent soit rendre possible, soit entraver la réalisation des différents résultats. 3.1 OBJECTIF ET OBJET L objectif du WSSCC - l impact véritable qu il vise à réaliser à long terme - est de contribuer à la réalisation d un assainissement, d une hygiène et d un approvisionnement en eau durables pour tous. Cet impact est lié aux objectifs de développement élargis que sont par exemple la réduction de la pauvreté, la santé, l éducation, les moyens de subsistance et le bien-être. 3.2 RÉSULTATS ET EXTRANTS VISÉS Pour réaliser son objet, le WSSCC a fixé quatre résultats pratiques pour les années avec l appui d un cinquième résultat, organisationnel. À chaque résultat correspond un certain nombre d extrants. Les voici : Résultat 1 : ACCÈS ET UTILISATION. Des dizaines de millions de personnes précédemment non desservies dans 10 à 25 pays ayant de grands besoins en assainissement accèdent à, et utilisent des installations sanitaires améliorées et adoptent des comportements hygiéniques. Les extrants associés à ce résultat sont : (a) Au moins 11 millions de personnes ont mis fin à la pratique de la défécation à l air libre et adopté des méthodes salubres d assainissement et d hygiène. (b) Toutes les personnes vivant dans les régions ciblées par le GSF ont été atteintes par des messages d assainissement et d hygiène. (c) Il existe des preuves du caractère durable des améliorations enregistrées en matière d assainissement et d hygiène. (d) Les partenaires nationaux et régionaux disposent de moyens pour l exécution efficace des programmes soutenus par le GSF. (e) Les hommes politiques, plus particulièrement les ministres des Finances, et les organisations d aide ont accru leurs investissements en matière d assainissement et d hygiène. (f) Les idées du WSSCC auront poussé d autres organisations à déployer des programmes d assainissement et hygiène à une échelle conséquente. Résultat 2 : ÉQUITÉ. Parmi le public ciblé, les personnes et les groupes pauvres et marginalisés seront plus particulièrement privilégiés. 10

13 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME Les extrants associés à ce résultat sont : (a) L objectif d assainissement au-delà de 2015 prescrit l accès universel et durable, ainsi que l équité, pour les personnes pauvres et marginalisées. (b) Dans les régions à programmes soutenus par le GSF, au moins trois groupes vulnérables 1 de la population par pays ont signalé des améliorations mesurables dans leur situation d assainissement et d hygiène. (c) Les activités de gestion des connaissances, de réseautage et de plaidoyer du WSSCC ont contribué positivement à atteindre des groupes pauvres et marginalisés de la population. (d) Les systèmes de suivi WASH ont inclus les changements de comportement et prévu des dispositions de suivi efficaces. Résultat 3 : ENGAGEMENT. Un nombre plus important d individus, d organisations et d entreprises s engagent dans une activité d assainissement et d hygiène. Les extrants associés à ce résultat sont : (a) Les administrations nationales et locales assurent la coordination et la collaboration de tous les acteurs, et appliquent des politiques et réglementations de nature à aider les organisations nouvelles, les petites entreprises et les entrepreneurs à se lancer dans des programmes d assainissement et d hygiène. (b) Une société civile forte et crédible participe aux travaux portant sur l usage généralisé de toilettes et les accélère. (c) Un nombre accru de personnes et d organisations, au-delà du secteur conventionnel de l assainissement, s engage dans le domaine de l assainissement et de l hygiène. Résultat 4 : CONNAISSANCES ET COMPÉTENCES. Les individus et agences travaillant dans le domaine de l assainissement et de l hygiène développent leurs connaissances et leurs compétences. Les extrants associés à ce résultat sont : (a) Les membres du WSSCC contribuent à, et profitent d un corps grandissant de connaissances et de compétences sur l assainissement et l hygiène. (b) Une Communauté de pratique sur l assainissement et l hygiène, intégrée à la communauté des membres du WSSCC, et profitant des connaissances et de l expérience des membres et du GSF, diffuse un 1. Par exemple les personnes âgées, les personnes handicapées, les ménages dirigés par une femme, les minorités ethniques. Tous seront identifiés comme il conviendra par et pour les pays individuels. enseignement sur les questions prioritaires ainsi que des idées innovantes et probantes. (c) Les entrepreneurs et petites entreprises acquièrent les compétences et les connaissances nécessaires pour se prévaloir de technologies et produits d assainissement et s impliquer commercialement dans le secteur de l assainissement. Résultat 5 : PRESTATION. Le WSSCC est adéquatement gouverné, dispose de ressources appropriées et judicieusement gérées pour produire les résultats 1 à 4. Les extrants associés à ce résultat sont : (a) Le Plan stratégique à moyen terme du WSSCC est achevé dans les délais, de manière à renseigner la planification et le suivi annuels de l organisation. (b) Un secrétariat bien géré et doté en ressources suffisantes, bien au fait de ses attributions et de ses responsabilités, appuie la réalisation, dans les délais prévus et à de hautes normes de qualité, des résultats du WSSCC. (c) Un nombre accru de membres et de partenaires appuie la réalisation des objectifs du WSSCC. (d) Le Fonds mondial pour l Assainissement du WSSCC s est avéré un fonds réussi, efficace et économique pour l accélération de l assainissement et de l hygiène et de leur pratique. (e) Les activités de communication du WSSCC appuient des activités de programme, la communication de réalisations, la bonne gouvernance, et la collecte de fonds. Tout en étant dédié à la réalisation de ces résultats et extrants, le WSSCC ne prétend pas pouvoir y parvenir tout seul. Bien au contraire, il s attache à travailler en coordination et en partenariat avec d autres organisations. Le WSSCC apportera la démonstration de ces résultats et reconnaîtra la contribution des autres. La section 8 contient le cadre de résultats du WSSCC qui présente, sous forme tabulée, l objectif, l objet, les résultats et les extrants dont ils dépendent, les indicateurs, les moyens de vérification, et les hypothèses et risques admis. 3.3 STRATÉGIE DE RÉALISATION DE CES RÉSULTATS Les principales stratégies du WSSCC pour la réalisation des résultats sont énumérées ici, sous les titres Résultats 11

14 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT 1 à 5, tirés de la section 3.2 ci-dessus. Résultat 1 : ACCÈS ET UTILISATION. Des dizaines de millions de personnes précédemment non desservies dans 10 à 25 pays ayant de grands besoins en assainissement accèdent à, et utilisent des installations sanitaires améliorées et adoptent des comportements hygiéniques. L outil principal utilisé par le WSSCC pour assurer la couverture sera le Fonds mondial pour l Assainissement. Le GSF est un mécanisme de financement à mise en commun des contributions qui achemine des fonds vers des organisations compétentes, dans des pays sélectionnés aux besoins importants en assainissement, qui se chargeront de programmes d assainissement et d hygiène à une échelle importante. Via le GSF, le WSSCC étendra la couverture de son action et démontrera aussi la viabilité des efforts menés en collaboration et axés sur la demande pour parvenir à des résultats à une échelle importante. Les programmes du GSF sont agencés de manière à encourager la mobilisation de ressources supplémentaires, tels que personnels gouvernementaux et cofinancements ou financements parallèles de programmes semblables. À ce jour, le WSSCC s est concentré sur la mise en place de l ensemble des systèmes et processus du GSF, au niveau mondial et dans les dix premiers pays, dans les délais prévus par le présent Plan stratégique à moyen terme. L accent sera mis sur la réalisation de résultats dans ces six premiers pays, les autres étant ciblés par la suite. L action de plaidoyer mondiale, régionale et nationale du WSSCC cherchera à persuader d autres organisations à accroître leurs activités en matière d assainissement et d hygiène et à lancer des programmes compatibles avec ceux du WSSCC. Cela étendra la couverture dans ce domaine. La collaboration du WSSCC en termes de gestion et de partage de l information avec d autres professionnels du secteur, en augmentera également la couverture en aidant d autres personnes à accomplir leur travail mieux et à une échelle plus étendue. Dans toutes ses activités d extension de la couverture des actions en faveur de l assainissement et de l hygiène, le WSSCC tirera parti de l expérience acquise sur le terrain par ses membres, collaborateurs et partenaires, dont ceux engagés dans des programmes financés par le GSF, lesquels seront conçus pour être réplicables. Cette stratégie reconnaît tout simplement le fait qu on ne pourra opérer une transformation majeure en matière d assainissement que si tous les acteurs œuvrent ensemble vers le but commun. Résultat 2 : ÉQUITÉ. Parmi le public ciblé, les personnes et les groupes pauvres et marginalisés seront plus particulièrement privilégiés. Comme par le passé, le WSSCC continuera à placer la personne dépourvue d installations sanitaires améliorées au centre de ses préoccupations, et sera prioritairement à son service. Cette politique, le WSSCC la désigne l être humain au centre. D autres organisations se déclarent soucieuses de réagir à la demande, de fonder leur action sur des droits, d appuyer la gestion communautaire, etc. qui se basent sur la même philosophie. De leur côté, les programmes soutenus par le GSF s attacheront spécifiquement à inclure et à desservir des personnes pauvres et marginalisées. La stratégie sous-jacente part du fait qu une masse critique de gens utilisant des toilettes et se lavant les mains au savon est nécessaire pour réaliser des avantages sanitaires au profit de chaque membre de la communauté. Et cette masse critique doit comprendre les personnes pauvres et marginalisées. Le succès du GSF se mesurera en partie par l aptitude de ses programmes à toucher des populations qui traditionnellement sont négligées ou qui risquent le plus de l être. L année 2015 sera la date butoir des OMD. Mais bien avant cette échéance, le WSSCC, par ses actions de plaidoyer et sa participation à des réseaux et comités influents au sein de son secteur, fera campagne pour l adoption d un objectif post-2015 consistant à consacrer le principe de l accès universel à des moyens d assainissement et d hygiène améliorée qui soient salubres, accessibles, acceptables et abordables. Définir l objectif de cette manière revient à user du langage du droit à l assainissement, récemment déclaré, et relie le concept des droits au concept de l équité tel que promu par le WSSCC. Les deux approches privilégient les personnes pauvres et marginalisées, qui sont le plus souvent celles accusant le plus de retards dans la réalisation de leurs droits. Les actions mondiales et nationales de plaidoyer du WSSCC en faveur d investissements mieux ciblés dans le secteur aborderont spécifiquement la question de l équité. Au niveau national, les membres du WSSCC et les coalitions nationales WASH feront campagne pour que les indicateurs d équité et de changement comportemental soient inclus dans les politiques et systèmes de suivi nationaux. En partenariat avec d autres parties prenantes, le WSSCC recherchera des solutions aux problèmes qui ont historiquement empêché les personnes pauvres et vulnérables d améliorer leur assainissement et leur hygiène. 12

15 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME Résultat 3 : ENGAGEMENT. Un nombre important d individus, d organisations et d entreprises s engagent dans une activité d assainissement et d hygiène. Dans l approche du WSSCC centrée sur la personne, quiconque souhaitant améliorer ses moyens d assainissement est un client nécessitant d être servi. De plus en plus, le WSSCC encouragera des entrepreneurs et petites entreprises à se lancer dans des activités d installations sanitaires, et incitera les pouvoirs publics à créer un environnement porteur pour de telles activités. Le WSSCC soutiendra le débat et l apprentissage dans ce secteur. Il cherchera à répondre à des questions telles que le choix des meilleurs modèles d affaires, les structures fiscales et réglementaires à préconiser pour favoriser l entrepreneuriat, la manière dont il conviendra de répondre aux besoins des plus pauvres dans un contexte commercial, et les compétences que les entrepreneurs devront posséder pour réussir. Tous les programmes financés par le GSF seront agencés et mis en œuvre en collaboration. La coordination de tous les acteurs y sera encouragée et l on aidera de petites entreprises locales à travailler dans le domaine des installations sanitaires. Le WSSCC continuera à encourager des pays et agences de développement toujours plus nombreux à accroître leurs activités en matière d assainissement et d hygiène. Il continuera à privilégier la collaboration et la participation trans-sectorielles, y compris aux niveaux régional et local. De plus, il priorisera le plaidoyer envers des groupes et individus qui traditionnellement ne se sont pas occupés d assainissement, tels que les professionnels des domaines de l éducation, de l alimentation, de la réduction de la pauvreté, sans oublier les médias. Le cas échéant, le WSSCC songera à conclure des alliances avec des personnalités éminentes et à nouer des partenariats publics-privés avec des organisations multinationales dans le but de susciter davantage d attention et de financements en faveur de l assainissement. Résultat 4 : CONNAISSANCES ET COMPÉTENCES. Les individus et agences travaillant dans le domaine de l assainissement et de l hygiène développent leurs connaissances et leurs compétences. La communauté des membres du WSSCC jouera un rôle capital dans la réalisation de ce résultat. Certains de ses membres choisiront de travailler au sein de coalitions nationales WASH, d autres agiront à titre individuel. Certains choisiront de concentrer leurs énergies sur le plaidoyer, d autres sur la création de réseaux professionnels, la formation, la recherche et l apprentissage. Ils pourront compter sur le soutien du secrétariat du WSSCC, qui mobilisera leurs énergies en vue de l accomplissement de ce résultat. Le WSSCC continuera à promouvoir ou encourager différents réseaux et partenariats. Le nombre des programmes bénéficiant d un financement direct du WSSCC n augmentera pas. Par contre, le WSSCC se concentrera sur le soutien et la qualité de programmes donnés, intéressant particulièrement la Communauté de pratique pour l assainissement. Cette Communauté de pratique ciblera les praticiens du secteur afin de poursuivre avec eux des discussions professionnelles, l échange d informations et le partage de connaissances. Le WSSCC encouragera ses membres à participer activement à la Communauté de pratique et à d autres réseaux et moyens d apprentissage. Dans les pays sélectionnés, le WSSCC augmentera son financement et appuiera ses coordonnateurs nationaux dans leurs efforts pour encourager les membres et partenaires du pays à contribuer aux activités de gestion de la connaissance, d apprentissage et de plaidoyer du WSSCC et à en tirer parti, et pour participer aux mécanismes nationaux et de suivi, qui tous les aideront à améliorer leurs connaissances et compétences. Le WSSCC concentrera ses activités de gestion de la connaissance, d apprentissage et de plaidoyer sur les quatre thèmes suivants : changements de comportements à une échelle étendue, équité, assainissement comme activité commerciale, et suivi efficace. Il s emploiera donc à utiliser les canaux qui conviennent et à cibler les groupes et les individus dont les besoins et capacités en développement de capacités correspondent à ces thèmes prioritaires. C est ainsi que des universitaires et autres personnes impliquées dans l établissement de cibles au-delà de 2015, en particulier, participeront à des discussions sur les activités de suivi. De plus, les petits entrepreneurs seront ciblés par un effort plaidoyer et de développement des compétences en faveur de l assainissement, considéré comme activité commerciale. Résultat 5 : PRESTATION. Le WSSCC est adéquatement gouverné, dispose de ressources appropriées et judicieusement gérées pour produire les résultats 1 à 4. Le WSSCC est une organisation collective et le présent Plan stratégique à moyen terme sera mis en œuvre en partenariat avec ses membres, ses coordonnateurs nationaux, les coalitions nationales WASH, les entités du GSF, le personnel du Secrétariat, les donateurs et les agences partenaires actives. Dans cet effort collectif, le Secrétariat aura le rôle central d informer, d engager et d équiper tous les partenaires. 13

16 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT Le précédent Plan de travail à moyen terme, portant sur les années , catégorisait le travail du WSSCC sous trois rubriques (Réseaux et gestion des connaissances, Plaidoyer et communications, et Fonds mondial pour l Assainissement). Ces domaines d activité étaient reflétés dans la structure du Secrétariat. Dans la perspective du présent Plan, ils seront davantage intégrés ; les résultats, extrants, et stratégies opérationnelles concerneront l organisation tout entière, et non des subdivisions de celles-ci. Le maintien de rapports suivis avec le Secrétariat du WSSCC permettra d associer l innovation, l apprentissage et le plaidoyer à une programmation de qualité. C est ainsi que les programmes soutenus par le GSF gagneront en efficacité par le fait de puiser aux compétences, connaissances et expériences élargies du WSSCC. Avant la fin de l année 2011, le WSSCC aura arrêté la manière qui sera adoptée pour modifier, dès le milieu de 2012, la structure de son personnel afin de pouvoir mettre en œuvre le présent Plan stratégique à moyen terme. La structure actuelle à départements sera probablement maintenue, et certains descriptifs de poste et diverses pratiques de travail seront modifiés afin d aligner les activités de travail sur les extrants et résultats visés. Dans la même logique, les mandats actuels des Coordonnateurs nationaux et des coalitions nationales WASH resteront inchangés jusqu au milieu de 2012, après quoi ils seront modifiés pour être alignés sur le Plan stratégique à moyen terme. Au niveau national, l arrivée dans un pays du GSF exerce un impact prononcé sur la coalition nationale WASH existante et son activité. À l avenir, le WSSCC gèrera cet impact de manière plus réfléchie, en définissant clairement les rôles des différentes parties, en convenant d un ensemble de résultats communs pour les travaux du GSF et les autres activités du WSSCC dans le pays, et en aidant les parties prenantes à produire les résultats convenus conjointement. Sur le plan de la gouvernance, il se peut que la composition du Comité d orientation du WSSCC doive changer afin de maintenir une gouvernance efficace. Le WSSCC va maintenir son engagement dans l assainissement au-delà de 2016 et développera des plans stratégiques qui correspondront à l agenda de développement global une fois que les délais des OMD auront été dépassés. Remarque : le WSSCC appliquera ces stratégies au moyen d activités et de budgets qui seront élaborés et rédigés en consultation avec les membres et approuvés chaque année par le Comité d orientation : ces plans de travail et budget annuels sont consignés par écrit dans des documents séparés, et non dans le présent Plan stratégique à moyen terme. 14

17 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME SUIVI, ÉVALUATION ET AUDIT 4.1 SUIVI Le but du suivi des actions du WSSCC est de garantir que ce dernier remplisse le présent Plan stratégique à moyen terme pour la période Le WSSCC assure trois types de suivi : Suivi de la performance Ce suivi sert à mesurer l efficacité des opérations du WSSCC par un ensemble d indicateurs de gestion et de capacité financière en examinant la mise en œuvre des activités et en les comparant aux plans et budgets prévus. Le but de ce suivi est de s assurer que les opérations se déroulent sans accrocs et sont bien gérées, et de veiller continuellement à ce que des ressources suffisantes soient en place et correctement utilisées pour atteindre aux résultats voulus. Ce système de suivi de la performance est intégré au système standard de suivi de la performance de l UNOPS, l organisation hôte, et du WSSCC. Suivi de processus Il s agit ici de contrôler la qualité des méthodes et leur respect des principes et valeurs du WSSCC. Ces dimensions qualitatives doivent être reflétées dans l ensemble des méthodes et des partenariats. Le but de ce suivi est de garantir que les plans de travail et méthodes adoptés aboutissent à des résultats de qualité. Suivi des résultats Il s agit ici de mesurer et de démontrer la réalisation des résultats prévus au Plan stratégique et aux plans de travail annuel. On fera appel à une information et à un travail préparatoire de départ pour définir les jalons annuels à atteindre pendant cette période de cinq ans. En plus de la publication régulière de rapports, des études spécialement commanditées permettront au WSSCC de recevoir des informations qualitatives et quantitatives en retour. Pour les trois types de suivi, les résultats de milieu d année seront suivis et rapportés chaque année à la réunion du Comité d orientation en octobre. Les résultats de fin d année seront suivis et rapportés à la fois au Comité d orientation et à la réunion de reddition de comptes avec les donateurs, qui se tient chaque année au mois de mars suivant. Le suivi de fin d année est plus détaillé, car il incorpore les constations dégagées de visites de pays, de discussions avec des parties prenantes locales et des partenaires élargis, de consultations internes, et de la revue documentaire de rapports. Ce suivi aide le WSSCC à tirer toutes leçons concernant l efficacité de son travail, d y réfléchir, et de réajuster de futurs plans de travail en conséquence. 4.2 ÉVALUATION Le but de l évaluation est de tirer les leçons, évaluer le rendement et l impact, et parvenir à des conclusions et recommandations sur la valeur et la contribution globales du WSSCC dans le cadre de l effort mondial d assainissement et d hygiène. L évaluation jauge également dans quelle mesure le WSSCC accepte sa responsabilité pour les résultats qu il s est engagé à réaliser dans le présent Plan stratégique. Les donateurs du WSSCC ont commandité une révision externe indépendante de la performance du WSSCC en , dont le rapport a été publié en avril Le présent Plan stratégique à moyen terme accepte et incorpore la plupart des recommandations de cette révision externe. Le WSSCC prévoit de procéder à une révision indépendante de mi-parcours pour faire le point de la situation, évaluer les progrès du WSSCC vers la réalisation des résultats prévus, entériner la direction du programme, et suggérer des corrections ou réajustements pour le restant de la période couverte par le présent Plan. Le WSSCC prévoit de procéder à une évaluation quinquennale des travaux entrepris sous le présent Plan. Menée probablement à la fin de 2015, cette révision comparera les réalisations aux objectifs, déterminera la valeur ajoutée par le WSSCC, et recommandera l orientation et l aide financière future de l organisation. 15

18 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT Compte tenu de la place importante que le GSF occupe dans les programmes du WSSCC, celui-ci fera également procéder à des évaluations, au niveau national, des programmes du GSF. Dans leur agencement normal, les programmes du GSF prévoient une évaluation à miparcours pendant la troisième année, et une évaluation finale après cinq ans, dont les résultats seront repris par les évaluations du WSSCC. 4.3 AUDIT L audit constitue un processus systématique pour vérifier, évaluer et contrôler les déclarations et les normes appliquées dans la gestion d une organisation. Il s attache en particulier à mesurer l adéquation, la fiabilité et l intégrité de la gestion financière et de la gestion de la performance. Le WSSCC est soumis aux procédures et politiques d audit interne et externe de l UNOPS. L audit interne est effectué par le groupe d audit interne et d investigation de l UNOPS. L audit externe est assuré par le Comité des commissaires aux comptes de l ONU tous les deux ans, et sous réserve de toutes consignes particulières de l Assemblée générale. En outre, pour les programmes du Fonds mondial pour l Assainissement, les Agences d exécution sont tenues de charger des auditeurs externes d auditer annuellement la gestion des subventions en conformité avec des normes d audit acceptées au niveau international et avec le cadre juridique de chaque pays. 16

19 PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME GOUVERNANCE ET GESTION 5.1 GOUVERNANCE ET RESPONSABILISATION Les détails complets sur la gouvernance du WSSCC sont décrits dans un document de gouvernance séparé qui constitue un document public, disponible sur le site Internet du WSSCC. En voici les dispositions principales : En tant qu organisation à adhésion, le WSSCC estime que ses membres constituent les piliers de sa gouvernance. Ils sont acquis à sa cause et représentent une source d inspiration et de crédibilité pour ses travaux. Ils élisent un Comité d orientation parmi leur nombre, sur la base de groupes d intérêts 1. Le Comité d orientation dirige le WSSCC. Il en fixe les objectifs, principes et stratégies, et en approuve les plans et budgets. Actuellement, il se réunit deux fois l an, en mars et en octobre. C est lui qui est responsable des programmes du WSSCC devant ses donateurs. Ceux-ci sont toujours invités aux séances du Comité d orientation. A la tête du WSSCC se trouve le président de l organisation, une position volontaire et à temps partiel. Elle assurée actuellement par Madame la professeure Anna Tibaijuka, qui est entrée en fonction en mars Il lui appartient d assurer la conduite générale et l inspiration au WSSCC tout entier, et de présider au Comité d orientation. Le Bureau des Nations Unies pour les services d appui aux projets (UNOPS) est l organisme d accueil du WSSCC, pour lequel il assure des tâches juridiques et de responsabilité fiduciaire envers les donateurs du WSSCC. Les documents qui définissent cette relation sont les accords de contribution signés entre l UNOPS et les donateurs. Les documents importants du WSSCC, tels que le Document de gouvernance et le présent Plan stratégique à moyen terme, sont annexés à ces accords de contribution. La double obligation redditionnelle du Comité d orientation et de l UNOPS vis-à-vis des donateurs est acquittée conjointement lors de la réunion de reddition des comptes qui se tient en mars, et dans les rapports réguliers prescrits. Aucune des dispositions du document de gouvernance ou du présent Plan stratégique, ou liées à ceux-ci, ne met l UNOPS dans l obligation de se soumettre à une législation ou juridiction nationale quelconque, ou de renoncer à l un des quelconque privilèges et des 1. Ces groupes d intérêts ont été établis il y de nombreuses années et seront réexaminés pendant la période de ce Plan stratégique pour garantir qu ils reflètent l orientation actuelle de l activité du WSSCC. immunités de l UNOPS prévus par l Assemblée générale des Nations Unies ou par toute disposition, convention ou accord en droit national ou international. En outre, dans la mesure où des dispositions quelconques du document de gouvernance ou du présent document seraient en conflit avec les règles, les règlements et les pratiques administratives de l UNOPS, ce seront ces derniers qui prévaudront. La fraude et la corruption sont incompatibles avec l intégrité et l efficacité. L effectivité du WSSCC et de son agence d accueil, l UNOPS, dépend de la solidité de leurs réputations respectives d intégrité, établies au cours de nombreuses années. Pour protéger cet actif et garantir que les fonds soient affectés aux buts prévus, le WSSCC applique rigoureusement le cadre de responsabilité et les politiques de surveillance (OD 02) de l UNOPS ainsi que la politique anti-fraude de l UNOPS (OD 10), qui est conçue spécifiquement pour réduire le risque de fraude. Le WSSCC est soumis aux procédures d audit interne et externe de l UNOPS, comme l explique la section GESTION ET DOTATION EN PERSONNEL Le Directeur exécutif du WSSCC est chargé de la gestion de tous ses travaux mondiaux. Il est responsable de ses programmes devant le Comité d orientation. Le Directeur exécutif et une petite équipe de professionnels et de personnel d appui forment le Secrétariat du WSSCC, qui est installé à Genève, en Suisse. Ce Secrétariat est l un des services que l UNOPS assure pour le compte du WSSCC. Cela signifie que les collaborateurs du Secrétariat sont tous des fonctionnaires de l UNOPS, couverts par le règlement du personnel et les mécanismes de responsabilité financière de l UNOPS. Chaque collaborateur répond au Directeur exécutif. Le contrat de travail du Directeur exécutif du WSSCC stipule clairement que pour les programmes, il répond au Comité d orientation du WSSCC et non à un chef de service de l UNOPS. Le Secrétariat comporte plusieurs départements : Réseaux et gestion des connaissances, Plaidoyer et communication, Fonds mondial pour l Assainissement, Finances et administration et Direction. L UNOPS offre au WSSCC une plateforme de mise en œuvre qui lui convient très bien. Les services assurés 17

20 CONSEIL DE CONCERTATION POUR L APPROVISIONNEMENT EN EAU ET L ASSAINISSEMENT par l UNOPS sont la gestion des ressources humaines, l approvisionnement en biens et services, l administration de contrats, les préparatifs de voyages, les demandes de visa, les services juridiques, l assurance, la gestion financière, la comptabilité, l audit et l information financière. Les coordonnateurs nationaux et autres membres du WSSCC à travers le monde ne font pas partie du personnel de l UNOPS. Ils sont responsables pour leurs programmes devant le Directeur exécutif et répondent juridiquement et financièrement à leurs propres employeurs. Au niveau national, les coalitions WASH, dont chacune possède un coordonnateur national qui est nommé par le Directeur exécutif du WSSCC, jouent un rôle important dans le travail du WSSCC. Le détail des rôles des coalitions WASH diffère d un pays à l autre de manière à refléter les besoins et priorités nationales, tout en s inscrivant dans le présent Plan stratégique à moyen terme. Voici les principes de gestion appliqués par le WSSCC dans toute son activité : Assurer l additionnalité Étant donné le dessein du WSSCC de stimuler les dépenses en matière d assainissement et d hygiène dans des pays donnés, les fonds qu il fournit doivent pouvoir s ajouter aux autres sources de financement de ce domaine dans les pays en question. C est dire que les financements du WSSCC ne doivent pas être utilisés pour remplacer des contributions en provenance de sources existantes. Cette additionnalité est aussi réalisée en affectant certaines des ressources du WSSCC au développement des capacités d organisations locales devant leur permettre d accomplir davantage de travail. Recourir à la gestion axée sur les résultats Chaque programme de travail financé par le WSSCC doit s assortir de résultats, méthodes et délais bien définis. La gestion axée sur les résultats améliore la responsabilisation, encourage la performance et crée des perspectives d innovation. Les contrats rédigés par l UNOPS pour le compte du WSSCC prévoient une gestion axée sur les résultats. Viser à l adoption des meilleures pratiques Le WSSCC souscrit à la Déclaration de Paris sur l efficacité de l aide dont les principes sont incorporés au présent document. Le WSSCC aligne également ses activités sur les meilleures pratiques du secteur, notamment les normes de l UNOPS. S agissant du GSF, le premier des programmes du WSSCC par la taille, le WSSCC entend le gérer conformément aux meilleures pratiques convenues pour la gestion de fonds mondiaux, ces pratiques étant définies de temps à autre lors de rencontres, dans des documents, etc. Ces meilleures pratiques couvrent plusieurs aspects des travaux d un fonds mondial. Elles visent surtout à empêcher que de tels fonds ne corrompent ou contournent les autorités d un pays. 18

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES

CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES CINQ ANS APRES DOHA : ANALYSE DE LA BASE DE DONNEES DE L OMS TABLEAUX RESUMES Voici trois tableaux présentant la concurrence sur les ARV dans les pays pauvres : Tableau 1 : Ratio et taux de concurrence

Plus en détail

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala.

Le Mexique est un pays situé sur le continent américain. À l Est du Mexique se trouve le golfe du Mexique et au sud le Guatemala. Le Canada est un pays situé dans l hémisphère Nord. Il fait partie du continent américain. C est le plus grand pays au monde. Son voisin du sud sont les États-Unis. Les États-Unis est un pays situé sur

Plus en détail

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche

Le Programme des Nations Unies pour le développement L Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche Le RBA du PNUD et l UNITAR - soutenir les priorités stratégiques de développement de l Afrique Alors que nous nous approchons de la nouvelle année, il est important de méditer ce qui a été accompli. Tout

Plus en détail

Couverture des frais de voyage proposée aux Parties à la Convention-cadre de l OMS

Couverture des frais de voyage proposée aux Parties à la Convention-cadre de l OMS Conférence des Parties à la Convention-cadre de l OMS pour la lutte antitabac Sixième session Moscou (Fédération de Russie), 13-18 octobre 2014 Point 6.4 de l ordre du jour provisoire FCTC/COP/6/INF.DOC./2

Plus en détail

Au cœur d un mouvement mondial en faveur de l amélioration de l assainissement pour tous

Au cœur d un mouvement mondial en faveur de l amélioration de l assainissement pour tous Au cœur d un mouvement mondial en faveur de l amélioration de l assainissement pour tous Photo : En finançant des initiatives de changement de comportement piloté par les communautés, le Fonds Mondial

Plus en détail

Durée du congé de maternité

Durée du congé de maternité Durée du congé de maternité Source: Toutes les données contenues dans les graphiques sont issues de la Base de donnée sur les lois des conditions de travail et d emploi du BIT Protection de la maternité":

Plus en détail

Réseau des points focaux SUN des gouvernements :

Réseau des points focaux SUN des gouvernements : Réseau des points focaux SUN des gouvernements : Rapport de la 16 e réunion, du 3 au 6 novembre 2014 La 16 e réunion du Réseau de points focaux SUN des gouvernements a eu lieu entre le 3 et le 6 novembre

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE

[ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE [ENFANTS NON SCOLARISÉS : DE NOUVELLES DONNÉES SOULIGNENT LES DÉFIS PERSISTANTS Cette fiche d information présente de nouvelles données relatives à l année scolaire qui s est achevée en sur le nombre d

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION 2013

NOTE D ORIENTATION 2013 NOTE D ORIENTATION 2013 Introduction 1. Le Fonds de l OIM pour le développement, créé en 2001, vient en aide aux Etats Membres en développement et à ceux dont l économie est en transition en vue de l élaboration

Plus en détail

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ

AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Pauvreté AIDE HUMANITAIRE INTERNATIONALE RAPPORT 2014 RÉSUMÉ Ressources nationales Aide humanitaire Sécurité Résilience Secours Information Conflit s des risques Réduction développement Aide au alimentaire

Plus en détail

Routes d Apprentissage

Routes d Apprentissage Renforcercement des capacités des pays SUN pour promouvoir la nutrition à travers des Routes d Apprentissage L expérience de la Route d apprentissage au Pérou et au Sénégal En tant que mouvement global,

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015

ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 ANNEXE État des ratifications au 1 er janvier 2015 A. Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l enseignement (Paris, le 14 décembre 1960) Groupe I (Parties à la Convention

Plus en détail

Provisions 25 50 Départ personnel, congé, mauvaise créance Autres 5 9 Divers Total 345 459

Provisions 25 50 Départ personnel, congé, mauvaise créance Autres 5 9 Divers Total 345 459 CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 49 e Réunion du Comité permanent Punta del Este, Uruguay, 1 er juin 2015 SC49 03 Surplus de fonds administratifs 2014, état du financement des délégués

Plus en détail

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

2006-2015 INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE INITIATIVE POUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2006-2015 Augmenter les effectifs et améliorer la qualité du corps enseignant en Afrique subsaharienne Les besoins La pénurie aiguë

Plus en détail

Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels

Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels Personnel de santé, infrastructures sanitaires et médicaments essentiels Les Etats doivent absolument avoir accès à des données sur les ressources à la disposition des systèmes de santé pour déterminer

Plus en détail

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE

1 DIAPOSITIVE 2 DIAPOSITIVE 1 DIAPOSITIVE Monsieur le co-président, mesdames, messieurs, Je suis le LCL Fabrice Delaître chargé de l assistance opérationnelle au sein du CIDHG et c est à ce titre que je vais vous exposer aujourd

Plus en détail

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Tendances dans la coopération financière internationale pour les pays les moins avancés Résumé Draft 29 avril 2011 Traduction

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 12 octobre 2015 Français Original: anglais Conférence générale Seizième session Vienne, 30 novembre-4 décembre 2015 Point

Plus en détail

FONDS MONDIAL POUR L ASSAINISSEMENT

FONDS MONDIAL POUR L ASSAINISSEMENT FONDS MONDIAL POUR L ASSAINISSEMENT Rapport d avancement du Togo 1 UNE CITÉ DES LATRINES DANS LA RÉGION DES SAVANES. POUR LA CONSTRUCTION DES LATRINES, L ATPC A PRIVILÉGIÉ L UTILISATION DE MATÉRIAUX LOCAUX

Plus en détail

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17

Document d information SOMMAIRE CONTEXTE... 1 3 PROGRÈS RÉALISÉS... 4 15 MESURES PROPOSÉES... 16 17 6 septembre 2013 COMITÉ RÉGIONAL DE L AFRIQUE ORIGINAL : ANGLAIS Soixante-troisième session Brazzaville, République du Congo, 2 6 septembre 2013 Point 20.4 de l ordre du jour MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION-CADRE

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013

Barème des quotes-parts pour les contributions des États Membres au budget ordinaire en 2013 L atome pour la paix Conférence générale GC(56)/12 25 juillet 2012 Distribution générale Français Original : Anglais Cinquante-cinquième session ordinaire Point 12 de l ordre du jour provisoire (GC(56)/1

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 27/05/2015 à 17:53:19 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres

1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres 1.2.2. Les initiatives en faveur de l annulation de la dette des pays pauvres En 1996 (G7 de Lyon), la communauté internationale avait lancé l initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE

MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE AAI Comité Afrique UNE MONOGRAPHIE DE L AFRIQUE 28 Mai Tallinn, Estonie L Afrique un continent multiforme : Arabe Français anglais portugais Divisé, en trois, zones 1 - Le Maghreb ou l Afrique du Nord

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 07/10/2014 à 08:46:35 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme

CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme CAP EXPORT : La réponse gouvernementale aux difficultés en matière d assurance-crédit export court terme Depuis la fin de l été 2008, le Gouvernement a pris de nombreuses mesures pour soutenir les grands

Plus en détail

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine

Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Déclaration d'alger Conférence ministérielle sur la Recherche pour la Santé dans la Région africaine Réduire le déficit des connaissances pour améliorer la santé en Afrique 23-26 juin 2008 Catalogage

Plus en détail

DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES

DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES DIALOGUE SUR LES POLITIQUES DE DÉVELOPPEMENT AXÉ SUR LES RESSOURCES NATURELLES 1 En mai 2012, le Conseil de l OCDE au niveau des ministres adoptait la Stratégie de l OCDE pour le développement. La Stratégie

Plus en détail

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLF 2016 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 06/10/2015 à 11:27:48 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE

Plus en détail

Des SOLUTIONS. au service de la croissance de votre entreprise

Des SOLUTIONS. au service de la croissance de votre entreprise Des SOLUTIONS COMMERCI au service de la croissance de votre entreprise LES C BINET CONSEIL INTERN TION L expert en transformation commerciale 01 NOTRE AMBITION 02 NOTRE APPROCHE 03 NOS ATOUTS Vous orienter

Plus en détail

CHAPITRE 13 LA GESTION DE L INFORMATION POUR L ACTION CONTRE LES MINES

CHAPITRE 13 LA GESTION DE L INFORMATION POUR L ACTION CONTRE LES MINES 207 RÉSUMÉ Pour qu un programme de lutte antimines soit performant, il faut une bonne gestion de l information. Le Système de gestion de l information pour l action contre les mines (IMSMA), mis au point

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT

DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT DEUXIÈME RECONSTITUTION DES RESSOURCES 2015 2018 250 MILLIONS DE RAISONS D INVESTIR DANS L ÉDUCATION : UN PLAIDOYER EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT La pauvreté mondiale diminuerait de 12 % si tous les élèves

Plus en détail

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible)

Figure 17 : Taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, 1990, 2008 et 2015 (cible) Objectif 4 : Réduire la mortalité des enfants de moins de cinq ans Cible 4A Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans L Afrique continue de marquer

Plus en détail

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain.

TOUR D HORIZON. Bâtir des logements, c est bâtir des familles et des nations. C est notre engagement envers le peuple africain. Brochure D entreprise 2012 1 2 TOUR D HORIZON Nous sommes une institution panafricaine de développement dédiée au financement de l immobilier, en particulier à la promotion de l habitat à prix abordables,

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

État du Fonds général d affectation spéciale pour la Conférence ministérielle africaine sur l environnement

État du Fonds général d affectation spéciale pour la Conférence ministérielle africaine sur l environnement UNEP/AMCEN/13/5 AMCEN AU Conférence ministérielle africaine sur l environnement Distr. : générale 4 mai 2010 Français Original : anglais Treizième session Bamako, 21 25 juin 2010 Point 6 a) de l ordre

Plus en détail

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 10 avril 2014 fixant les temps de séjour ouvrant droit à prise en charge des

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/21/FC/5 Commission des finances Distr. limitée 4 juin 2015 Français Original : anglais Vingt et unième session Kingston (Jamaïque) 13-24 juillet 2015 État

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE

NOMADÉIS. Pionnier du conseil durable E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE E N V I RONNE M ENT DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRAT I ON I N T E R N AT I ONA LE NOMADÉIS Pionnier du conseil durable 2 1 R U E G E O R G E S A N D 7 5 0 1 6 P A R I S, F R A N C E + 3 3 ( 0 ) 1 4 5 2 4

Plus en détail

Donner pour un monde meilleur. Le guide du donateur responsable. Fédération européenne pour l éthique et le développement durable

Donner pour un monde meilleur. Le guide du donateur responsable. Fédération européenne pour l éthique et le développement durable Fédération européenne pour l éthique et le développement durable Donner pour un monde meilleur Le guide du donateur responsable, 2008 ISBN : 978-2-212-53955-4 2 boulevard Albert-Premier 94130 Nogent-sur-Marne

Plus en détail

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES

ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement 1 CONDITIONS D ADHESION A L AUA (1) Pour être éligible en qualité de membre

Plus en détail

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT

COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT UNCTAD/ITE/IIT/2005/3 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT Genève COOPÉRATION SUD-SUD DANS LE DOMAINE DES ACCORDS INTERNATIONAUX D'INVESTISSEMENT Études de la CNUCED sur les

Plus en détail

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017

Débat structuré sur le financement des résultats du Plan stratégique de l UNICEF, 2014-2017 27 juillet 2015 Original : anglais À titre d information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième session ordinaire de 2015 8-10 septembre 2015 Point 5 de l ordre du jour

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Initiative contre la Rougeole et la Rubéole

Initiative contre la Rougeole et la Rubéole Initiative contre la Rougeole et la Rubéole Procédures de Fonctionnement Standard pour accéder à l appui pour les activités de vaccination supplémentaires contre la rougeole et la rubéole. Dans le contexte

Plus en détail

Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth)

Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth) 4.2 Initiatives PPTE : ou en est on? Andréas ANTONIOU, Deputy Director, Division des Affaires économiques (Commonwealth) INTRODUCTION : L INITIATIVE PPTE Alors que les emprunts extérieurs constituent souvent

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Rapport Financier 2009

Rapport Financier 2009 Rapport Financier 2009 ACTED - Rapport financier 2009 1 Sommaire 1. Avant propos... 3 2. Eléments principaux et significatifs 2009... 4 3. Analyse du résultat... 5 4. Emplois : Missions Sociales, Frais

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures

Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures Rapport sur les Statuts de la Banque asiatique d investissement dans les infrastructures La Banque asiatique d investissement dans les infrastructures (BAII) résulte d une initiative de la Chine, qui a

Plus en détail

Génération des forces de police Standards et Procédures

Génération des forces de police Standards et Procédures Génération des forces de police Standards et Procédures Forum régional de Yaoundé 8-10 novembre 2009 Participation aux OMP: pratiques et paramètres par Mody BERETHE Divison Police des Nations Unies/DOMP

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique

Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique Déclaration de Libreville sur la Santé et l'environnement en Afrique Libreville, le 29 août 2008 REPUBLIQUE GABONAISE ProgramedesNationsUnies pourl Environement Organisation mondiale de la Santé Bureau

Plus en détail

Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre

Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre Les progrès vers l éducation pour tous stagnent, mais certains pays montrent la voie à suivre Document d orientation 14 / Fiche d information 28 Juin 214 Publié conjointement par le Rapport mondial de

Plus en détail

Plan Belgique en bref

Plan Belgique en bref Plan Belgique en bref Plan Belgique 1 Qui sommes-nous? Plan Belgique est une organisation non gouvernementale indépendante, membre de la Coalition internationale Plan, active dans 69 pays dont 50 parmi

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

Groupe de soutien à l Action Anti-Mine/Mine Action Support Group

Groupe de soutien à l Action Anti-Mine/Mine Action Support Group Groupe de soutien à l Action Anti-Mine/Mine Action Support Group Vendredi 4 avril 2008-04-07 Paris, Centre de Conférence International du Ministère des affaires Etrangères et Européennes Résumé Alors que

Plus en détail

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS

Bulletin Climatique Décadaire FAITS SAILLANTS African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement Bulletin Climatique Décadaire N 34 Valable du 1 er au 10 Décembre

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

Un prix sera attribué à la meilleure communication dans les huit catégories suivantes :

Un prix sera attribué à la meilleure communication dans les huit catégories suivantes : Paris, le 20 mars 2014 AUX PREMIERS DELEGUES DES PAYS MEMBRES DE L AIPCR OBJET : concours des Prix AIPCR 2015 Chère Madame, cher Monsieur, L Association mondiale de la Route organise, à l occasion du XXVe

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944

ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 ACCORD RELATIF AU TRANSIT DES SERVICES AÉRIENS INTERNATIONAUX SIGNÉ À CHICAGO LE 7 DÉCEMBRE 1944 Entrée en vigueur : L Accord est entré en vigueur le 30 janvier 1945. Situation : 130 parties. Cette liste

Plus en détail

La nutrition, élément moteur des ODD

La nutrition, élément moteur des ODD 2015 Vue d ensemble La nutrition, élément moteur des ODD Amélioration de l état nutritionnel Progrès des actions en faveur de la nutrition Financement et capacité Climat Systèmes alimentaires Entreprises

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais 29 mars 2012 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-sixième session 27 février-9 mars 2012 Point 3 a) ii) de l ordre du jour Suivi de la Quatrième Conférence mondiale

Plus en détail

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition»

Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Volet thématique «Enfance, sécurité alimentaire et nutrition» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Le défi de la sécurité alimentaire et de la malnutrition Ces deux dernières décennies,

Plus en détail

Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN

Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN Chapitre 32 : CARTE DIPLOMATIQUE DU CAMEROUN SOMMAIRE I. LISTE DES TABLEAUX... 434 II. LISTE DES GRAPHIQUES... 434 III. PRESENTATION... 435 IV. METHODOLOGIE... 435 V. SOURCE DE DOCUMENTATION... 435 Chapitre

Plus en détail

Le modèle BACKUP de la CD Allemande

Le modèle BACKUP de la CD Allemande Publié par Le modèle BACKUP de la CD Allemande Contributions apportées par la coopération allemande au développement à l amélioration de l efficacité des financements mondiaux dans les secteurs de la santé,

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES LA FABRIQUE DES CINEMAS DU MONDE EDITION 2012

APPEL A CANDIDATURES LA FABRIQUE DES CINEMAS DU MONDE EDITION 2012 APPEL A CANDIDATURES LA FABRIQUE DES CINEMAS DU MONDE EDITION 2012 1) LA FABRIQUE DES CINEMAS DU MONDE 1. PRESENTATION DU PROGRAMME 08/11/2011 La Fabrique des Cinémas du Monde est composée de jeunes talents

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

dossier de presse septembre 2011 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES

dossier de presse septembre 2011 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES dossier de presse septembre 2011 DE 32 G20 et santé PROTECTION SOCIALE ET GRATUITE DES SOINS POUR LES PLUS PAUVRES La Santé n est pas un Luxe La Santé n est pas un Luxe médecins du monde alerte La santé

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

L Initiative de l UNESCO pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA)

L Initiative de l UNESCO pour la formation des enseignants en Afrique subsaharienne (TTISSA) PRESENTATION TTISSA Gabrielle BONNET, Ramya VIVEKANANDAN Expertes associées, Section pour la formation des enseignants, Division de l enseignement supérieur, UNESCO L Initiative de l UNESCO pour la formation

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l Eau

Un Aperçu de la Situation de l Eau Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION

Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION Conférence de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages 25 mars 2015 DÉCLARATION 2 Déclaration de Kasane sur le commerce illégal d espèces sauvages CONFÉRENCE DE KASANE SUR LE COMMERCE ILLÉGAL

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Arrêté du 24 septembre 2014 fixant par pays et par groupe le montant de l indemnité spécifique

Plus en détail

70 Rapport global 2013 du HCR

70 Rapport global 2013 du HCR Une déplacée prépare à manger dans une cuisine de fortune installée sur le terrain de l église catholique romaine de Bossangoa (République centrafricaine). 70 Rapport global 2013 du HCR L engagement auprès

Plus en détail