Glossaire : l adaptabilité Projets de Fin d Études Mémoires de fin d études Précis de Conjugaison

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Glossaire : l adaptabilité Projets de Fin d Études Mémoires de fin d études Précis de Conjugaison"

Transcription

1 #6 Glossaire : l adaptabilité Projets de Fin d Études Mémoires de fin d études Précis de Conjugaison

2 GLOSSAIRE : L ADAPTABILITÉ UE 8.2 séminaire EVAN Encadré par Stéphane BONZANI et Géraldine TEXIER-RIDEAU Dossier réalisé par Laurie Gangarossa La question de l adaptabilité devient aujourd hui incontournable. Qu elle touche la ville, les territoires, l architecture ou les objets d usage, la recherche de solutions innovantes, capables de ne pas générer d obsolescence, est fortement plébiscitée. En effet, face à l héritage des structures bâties existantes souvent lourdes à supporter, mais aussi devant l injonction d un développement durable, c est-à-dire avant tout soutenable par les générations futures, le contexte est propice à de telles investigations. C est dans ce sens que le concours Europan, pour sa treizième session, a proposé aux jeunes professionnels européens de réfléchir à la «ville adaptable», les encourageant à imaginer des dispositifs ouverts à l imprévu et capables de résilience. Les étudiants de l ENSA Clermont-Ferrand de l UE 8.2 d EVAN ont été sollicités pour penser cette question. À travers la production d un glossaire de l adaptabilité, ils ont contribué à documenter le sujet. Les notions et concepts choisis touchent soit aux études urbaines, soit aux processus de conception, soit aux modes de représentation de l architecte, et sont illustrés par des projets emblématiques et des textes de référence. Parmi les mots retenus (connectivité, contemporanéité, déformation, éco-rythme, flexibilité, hybride, interprétation, métabolisme, métamorphose, partage, polyculture, polyvalence, reconversion, recyclage, régénération, renouvellement, renouvellement urbain, scénario, sérendipité, système), nous avons souhaité mettre en avant la notion de scénario qui traduit, le plus justement, le travail mené aujourd hui par les architectes dans la construction de l adaptabilité. > Définitions et champs d influence L occurrence du terme «scénario» remonte à 1764 où il est synonyme de «mise en scène» comme l indique sa racine latine «scena». Pour le sens commun, le scénario désigne l «action, l argument d une pièce de théâtre, sa présentation écrite» 1. Par extension, le terme a été utilisé dans le champ de la littérature et notamment de la bande dessinée, définissant ainsi «l histoire, le récit, par opposition au graphisme» 2. Enfin, la définition du Petit Robert présente aussi le scénario comme un outil privilégié dans l art du cinéma, où il est entendu comme la «description de l action d un film, comprenant généralement des indications techniques, les dialogues». La définition scientifique présente le «scénario» comme «la combinaison de séquences d événements ou de phénomènes anticipés, ordinairement situées les unes par rapport aux autres dans un double système de relations diachroniques et causales, en vue de mettre en évidence les caractères probables de l évolution s une situation donnée, à partir d un corps d hypothèses formulées sur les tendances lourdes de cette évolution» 3. Dans le Dictionnaire de l Urbanisme et de l Aménagement, Françoise Choay et Pierre Merlin distinguent également 2 catégories de scénarios : «les scénarios tendanciels» et les «scénarios contrastés». Les «scénarios tendanciels» partent d une situation actuelle pour aboutir à une situation imaginée via des processus d évolution possibles. Les «scénarios contrastés» suivent quant à eux le cheminement temporel contraire : 118 / Cf. ils prennent pour point de départ la situation imaginée pour redescendre ensuite jusqu à la situation actuelle. Dans les deux cas, l enjeu réside dans la décomposition de l ensemble des variables. Le principal écueil dans la démarche du scénario est de «pousser un scénario dans le détail» afin d obtenir l adhésion du lecteur par plus de réalisme. Or, cette réalité ne serait qu un leurre. Selon Françoise Choay et Pierre Merlin : «sa fonction est donc autre : elle est de familiariser avec une démarche et une vision». > Scénario et adaptabilité Le scénario est donc une démarche de pensée et de représentation aidant les acteurs de l architecture, de l urbanisme et du paysage à penser l adaptabilité de leurs projets. Il s agit d «un exercice de l imagination» qui ouvre le champ des possibles sur le devenir d un lieu. Le scénario pose la question de l après, tout en sachant que chaque nouvelle réponse apportée entraînera une nouvelle question. En effet, l enjeu du scénario est son processus et non son résultat. Ainsi, «un scénario est fait pour être récusé et, une fois rejeté, en nourrir un autre de ses propres dépouilles : il est par définition inacceptable». En cela, on le dit adaptable puisqu il se réinvente sans cesse. Le scénario est un cheminement partant d états des lieux et d hypothèses d évolutions, et aboutissant à une ou des images futures. Il est un outil prospectif qui aiguise la capacité de remise en question du projet. Le scénario assume le principe d incertitude pour l engager dans un processus créatif. Il ne prétend pas détenir des vérités mais mettre à jour un questionnement sur l évolution conjointe de la société et des espaces qu elle construit ou projette. Dans un souci d adaptabilité, le scénario invite à ne jamais se contenter d un état de fait (usages établis d un lieu, fonction donnée à un espace ). Il évite ainsi aux projets de tomber rapidement dans l obsolescence. S il se projette plus loin dans le temps, ce n est pas pour se déconnecter du contexte présent. S il prend une longueur d avance c est pour mieux regarder derrière lui. C est d ailleurs le propre de l anticipation : la prévision de ce qui pourrait arriver n est motivée que par le fait d essayer d y adapter sa conduite et ses actions. Le scénario prend en compte la question de l adaptabilité en ne coupant jamais le lien entre le présent et le futur. Il se nourrit du contexte d incertitude pour rendre le projet adaptable et ouvert au champ des possibles. Dans un contexte de crise où le futur semble échapper à la société, le scénario permet de se le réapproprier sans pour autant satisfaire le désir de le maîtriser. > Projet de référence : la place de la République à Paris Ce projet, commencé en 2011, a été inauguré le 16 juin La démarche mise au point par TVK (Trévelo et Viger-Kohler Architectes Urbanistes) s inscrit donc dans une réflexion d actualité sur le devenir d un espace public contemporain. De plus, l adaptabilité est l une des qualités premières apportées à la nouvelle place et la méthode de projet fait une part belle au scénario.

3 > ation du projet La Place de la République se situe à la limite des 3 e, 10 e et 11 e arrondissements de Paris. Au cours de son histoire, la place n a cessé d être l objet de scénarios de développement successifs qui l ont mené à son état actuel. Finalement, son projet de renouvellement a été lancé en Le maître d ouvrage en est la ville de Paris avec la Direction de la voirie et des déplacements. À la suite d un concours de maîtrise d œuvre entre 2009 et 2010, les architectes de l agence TVK ont remporté le projet. > L adaptabilité comme enjeu de projet Les architectes-urbanistes sont, dans un premier temps, partis du constat selon lequel la place de la République subissait sa monumentalité. En effet, sa typologie de rond-point l assujettissait à la toute puissance de la circulation automobile. Cette typologie relevait de l adaptation de l espace public au développement des déplacements automobiles dès les années soixante. Or au XXI e siècle, la conception de l espace public comme un espace dédié à l automobile est devenue obsolète. La place devait alors, de par un nouveau projet urbain, s adapter encore à de nouveaux usages. De plus, ce lieu semblait déconnecté du temps présent et futur car incapable de satisfaire de nouvelles aspirations et pratiques urbaines. L enjeu prioritaire du projet a donc été de réinscrire la place de la République dans un temps long en la rendant à même d accueillir ses futures évolutions. Il s est alors avéré indispensable d y intégrer un espace public piéton, également accessible aux modes doux de déplacement. Une cohérence végétale est venue créer un effet de masse capable d habiter le vide de la place et d apporter un confort climatique certain. La composition générale de la place de la République articule donc un jardin urbain de plus de m², un parvis central ouvert de presque m², des trottoirs agrandis, et assure la continuité de tous les boulevards alentour. 1 Définition tirée du Petit Robert, Choay Françoise et Merlin Pierre, Dictionnaire de l Urbanisme et de l Aménagement, Presses Universitaires de France - PUF, collection Quadrige Dicos Poche, 2010, pages. TVK architectes Vue aérienne du projet de la Place de la République TVK architectes Dessin d ambiance Cf. / 119

4 > Les scénarios d adaptabilité de la place de la République : une mise en images et en récits Les représentations du projet mettent l accent sur ce changement d identité. L image devient un véritable outil de communication et d illustration de l adaptabilité du projet. Le parti-pris est celui de la déclinaison de scénarios d utilisations diverses et variées de la place de la République. La temporalité y est pensée au sens large : de l ancienne à la nouvelle place, de jour comme de nuit, du quotidien à l événement exceptionnel. La place est ainsi représentée comme un lieu de manifestation de jour, assumant sa symbolique de rendez-vous habituel des manifestations parisiennes. Cela montre l adaptabilité de la place à un usage qui y est devenu routinier et participe à son identité et à sa visibilité. Dans un autre scénario, de nuit cette fois-ci, la place de la République se transforme en un espace de projection en plein air. Finalement, à travers tous ces scénarios, le public est forcé de s y retrouver et l adhésion au projet en est facilitée. Dans cet objectif d adaptabilité, le scénario permet de mettre en récits et en images des «potentiels». Les décrire et les dessiner, c est déjà leur donner une forme d existence et la possibilité de les tester. TVK architectes De jour : la place comme lieu de manifestation populaire et point de rendez-vous TVK architectes De nuit : la place comme espace de projection en plein air et de déambulation nocturne Les écrits qui accompagnent le processus de projet mettent tous en avant le caractère adaptable de la place. Les textes comportent de façon répétée des termes propres au champ lexical de l adaptabilité : «transformation», «évolution», «modifier», «métamorphoser» L enjeu phare du projet est d «installer la place dans le temps long» pour que celle-ci puisse «s adapter aux modifications des modes de vie des générations futures». Il s agit donc de réadapter la place vis-à-vis de ce qu elle était mais aussi de l ouvrir à ce qu elle pourrait devenir. «La place de la République représente potentiellement un des monuments majeurs du Grand Paris du vingt-et-unième siècle. Ce potentiel ne doit pas être gaspillé et le futur aménagement devra s installer dans le temps long et donc être capable d accueillir des évolutions. [ ] Pour élever la place à la hauteur de son potentiel, une transformation très profonde s impose. [ ] Il est nécessaire d offrir à Paris une très grande place polyvalente et populaire comme de nombreuses métropoles dynamiques en ont, qui soit réservée aux modes doux et équipée d un sol minéral disponible pour tout type d usages comme un grand champ libre dans la ville. [ ] Cette identité puissante est la condition pour installer la place dans le temps long tout en lui permettant d évoluer. Une transformation d une telle ampleur ne se répètera pas rapidement et il est donc nécessaire de prévoir que la place puisse s adapter aux modifications des modes de vie des générations futures. [ ] Notre projet permet donc d inclure les grands îlots dans la dynamique de transformation de la place, maintenant ou plus tard.» 4 TVK architectes Perspective de l animation diurne TVK architectes Perspective de l animation nocturne 120 / Cf.

5 > Le scénario comme méthode de projet L agence TVK a également communiqué sur son projet sous la forme d un scénario filmé 5. Celui-ci rend compte de l évolution de la composition d un photomontage. Le plan fixe rapproché met en scène les mains de l architecte en train de dessiner, découper et coller un photomontage représentant une vue perspective centrée sur la statue de la place de la République. Les images collées appartiennent à des univers différents (représentations architecturales, vieilles photographies de la place, photos de vacances ). On y retrouve même des références à la culture architecturale, telle la maison de verre de Johnson. Ce scénario permet de s imaginer la place à venir et d y projeter de nouveaux usages. Le spectateur se met dans la peau de l architecte, dans l action de fabrique de la ville. De plus, cette vidéo du photomontage illustre bien la définition du scénario donnée par Françoise Choay et Pierre Merlin dans le Dictionnaire de l Urbanisme et de l Aménagement : il s agit d «un exercice de l imagination». La diffusion de cette vidéo par l agence TVK est novatrice car il est peu courant d exposer l architecte dans cette posture du «faire» créatif et manuel. Le scénario s inscrit dans une temporalité définie. Il commence sur un plan très rapproché avec une feuille blanche et se termine sur un plan plus éloigné où le photomontage est présenté dans un cadre, dans un intérieur. Le processus de composition dynamique du photomontage est ainsi réduit à son résultat final qui fige le projet en une image. On retrouve ainsi tout le déroulement d un scénario, de son processus en action à son résultat à l arrêt. Cette démarche peut être rapprochée de celle d Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal, qui préfèrent le terme de «scénario» à celui de «programme», pourtant plus courant en architecture. À l occasion de la Triennale d art de 2012 au Palais detokyo, Anne Lacaton a accordé un entretien relatif à cette reconsidération du «scénario» comme outil de l architecte. Le scénario permet ainsi à l architecte de penser le projet à rebours en expérimentant une «stratégie de collage ou même de montage» semblable à celle expérimentée par TVK. 4 E-Notice_architecturale_technique_et_financiere.pdf 5 Voir le site 6 Voir le site «Dans le processus de l architecture, on a souvent l impression que l espace se dévoile une fois que la forme du projet est bâtie. Il est indispensable pour nous de faire le chemin inverse. Par exemple, si nous pensons à une rue et que son souvenir provoque une très forte sensation de plaisir, de qualité de végétal, de lumière et de fluidité, c est important de parvenir à la décrypter pour l inclure dans un projet. Cette manière de voir les choses remet en question les fondements de notre apprentissage. En général, l architecte apprend à regarder un site et commence par établir des implantations. Avec la méthode cinématographique, il s agit de regarder des fragments d espace et de les additionner : un morceau d espace conduit à un autre, puis un autre C est une véritable stratégie de collage ou même de montage, pour revenir au champ lexical du cinéma. Dans le vocabulaire architectural, on emploie régulièrement le terme de programme mais on devrait plutôt parler de scénario. Quand on bâtit un espace, on écrit le scénario en parallèle et à chaque épisode, à chaque seconde de l histoire, correspond un espace.» 6 TVK architectes Vidéogrammes relatifs à la méthode du scénario associée à la technique du photomontage TVK architectes et Julien Jacquot Photomontage Cf. / 121

6 PROJETS DE FIN D ÉTUDES Un panorama de travaux d étudiants M2 Dossier réalisé par Laurie Gangarossa Éruption aquatique Florianne Nigaize 24 ans Domaine d étude ETEH encadrée par Jean-Marie Freydefont, Simon Teyssou, William Sanchez et Hugo Receveur 122 / Cf. Le pôle aquatique et sportif de Volvic s identifiera comme le bâtiment proue de l entrée Nord de Volvic. Il mettra en avant l activité sportive et l atmosphère saine que l on trouve dans cet environnement. Cet édifice regroupera plusieurs fonctions : club d escrime, salle de danse, bureaux du club de foot, pôle aquatique sportif, pôle aquatique de relaxation, salle de musculation, «bar d eaux» et salle polyvalente. Le bâtiment s étirera le long de l avenue de la Liberté et créera des porosités entre le site du LEP et le parc paysager et sportif du Cessard. Cela permettra de redéfinir un front bâti le long de l avenue et de donner une véritable image d entrée de ville pour Volvic. Il s agit aussi de montrer un visage nouveau et attrayant pour capter le visiteur, passant sur la départementale, mais aussi d offrir aux futurs habitants une qualité de services sportifs de meilleure qualité qu en ville. L édifice se découpera en trois parties : la partie Est regroupera les différents clubs, elle sera reliée à la deuxième partie qui est le pôle aquatique et espace relaxation, puis une troisième partie qui est la salle polyvalente. Mon développement de projet se focalisera davantage sur le traitement de l eau, donc sur le pôle aquatique et les thermes. L intention première est de montrer le parcours de l eau de Volvic, qui est filtrée et qui se faufile dans les coulées de roches volcaniques chaotiques. Il s agit d une rencontre entre un flux calme et la violence des forces volcaniques signifiées par les angles aigus. Au milieu de cette rencontre, siègera la végétation comme arbitre de ce duel. Ma volonté est de faire remonter à la surface ce qu il se passe sous Volvic. Le bâtiment s affirmera très clairement comme identitaire. Mon désir est de changer la vision du touriste vis-à-vis de la matérialité du site, de sa façon de voir la pierre de Volvic. Il s agit d exposer celle-ci dans un autre contexte où le visiteur sera au cœur de l interaction. Ce dernier établira un contact direct avec la pierre par le toucher, l écoute et le visuel grâce à une mise en scène de la pierre, de l eau et de la lumière, à l intérieur de l édifice. Sur le modèle des thermes romains, voués à la baignade et à la toilette, le visiteur se retrouvera au cœur d un parcours initiatique sensoriel avec l eau. Il cheminera de bassin en bassin, en combinant à chaque fois une expérience unique entre l eau, la pierre et l architecture. À la fin de ce cheminement, le baigneur pourra se reposer et goûter aux différentes saveurs de l eau de Volvic dans la partie bar. Une partie réservée à l institut de beauté est intégrée au programme en complément de celle consacrée à la relaxation aquatique. Outre cet espace «thermes» dédié à la détente, sera présent un espace sportif avec un bassin de 25 x 10 m où se développeront diverses activités aquatiques.

7 Cf. / 123

8 Un groupe scolaire en tissu composite Jonathan Pailleux 24 ans Domaine d étude EVAN encadré par Xavier Bonnaud et Olivier Malclès 124 / Cf. Ce travail de fin d études a été alimenté tant par une réflexion urbaine approfondie à plusieurs échelles que par une écriture architecturale menée suivant différentes thématiques, et le tout construit par une même volonté de composition avec un élément essentiel et primaire, le vide. Mon mémoire de fin d études Intensité du vide : fibre sensible / mécanique paradoxale, fut également un outil précieux quant à la réalisation et à la précision du projet. Le site de Schaerbeek (région nord de Bruxelles), grande friche industrielle bordée par un canal, s est vue être l échantillon du processus d une politique de coopération et de mutualisation des équipements au sein du diamant flamand, composé par Anvers, Bruxelles et Gand, dans le but de contrer l effet concurrentiel que les villes ont tendance à développer. Intensification identitaire, meilleure cohésion urbaine, économie et énergie préservées, accentuation des liaisons entre les villes, préservation du territoire urbain et rural pour les générations futures, sont les fruits de cette pensée de la coopération métropolitaine. Matérialisée par le dessin de lanière de plein et de vide, ce découpage, fabriqué par les grandes figures volumétriques déjà présentes sur le site de Schaerbeek, vient préciser l emplacement des interventions dégagées en réponse à l analyse urbaine métropolitaine. Spatie, ou intervalle, développe cette nécessité de venir composer dans un site comportant des éléments de différentes natures, en vue de redonner une cohérence tant à un milieu qu à une structure urbaine, et ceci suivant des temps différents. Dans la phase étudiée, cet équipement, groupe scolaire venant clôturer un nouveau quartier de logements et s ouvrir sur la friche, se positionne entre une lanière construite et une lanière où le laisser-libre est de rigueur. Il se place donc dans une position d interface entre nature et artefact, entre un temps où l espace de friche est maintenu et un temps possible d une future urbanisation (légère ou lourde) de cette friche. Les composantes initiales du site viennent se mêler et se teinter aux différents programmes du projet afin d obtenir un complexe hybride, entre artificialité et nature, entre existant et introduit, entre vécu et parcouru. Spatie vient finalement mettre en cohérence usagers, milieu et programmes par une composition venant en réponse à un existant, par la fabrication de différentes perméabilités établissant de nouveaux rapports et pratiques vis-à-vis du contexte, et par la révélation d une même logique d écriture en trame donnant cette possibilité, à un moment donné, de venir entrelacer et compiler les éléments pour générer une richesse du parcours et du vécu. Cette logique de trame et de composition lie chacune des pièces programmatiques à l autre, liées elles-mêmes à un usager et insérées dans un milieu, le tout générant une unité simple mais néanmoins complexe, adaptée à la congestion naturelle du site.

9 Cf. / 125

10 Une école de musique à Regensburg Bettina Gillet 24 ans Domaine d étude METAPHAUR encadrée par Mathilde Lavenu et Yvon Cottier 126 / Cf. Le projet s inscrit dans le cadre du concours IACOBUS. L événement conclut les PFE des étudiants clermontois du domaine d étude METAPHAUR. Il permet à trois écoles, la Corogne en Espagne, Regensburg en Allemagne et Clermont-Ferrand en France, de coopérer internationalement sur un exercice en lien étroit avec le patrimoine architectural d une ville. Cette année, Regensburg fut mise à l honneur. La présentation eut lieu à l école de la Corogne. La réhabilitation du palais du Dalberg de Regensburg en école de musique s appuie dans un premier temps sur les traces existantes de l édifice néoclassique du XVIII e siècle. Le projet cherche à maintenir mais aussi réaffirmer le rôle monumental du palais dans la ville. La façade principale est la vitrine de son nouvel usage, répandant mélodies et images des musiciens de la Bismarckplatz, en intégrant l essentiel des salles de musique à son premier étage. Un deuxième volume vient s implanter sur une ancienne entrée de service. Affirmé par le béton matricé et le laiton, il est une émergence contemporaine assumée du projet. Le rez-de-chaussée devient alors accueil, cafétéria, administration et bibliothèque, orienté vers son centre, qualifié par un patio planté. Actuellement, la lecture intérieure de l édifice est relativement confuse. Les patios deviennent alors des ouvertures, des respirations lumineuses. Véritables lieux d échanges visuels et auditifs, ils créent une nouvelle centralité : les professeurs se reposent à la cafétéria, ils voient les étudiants pratiquer dans les salles. Cette intériorisation se matérialise par des «pyramides tronquées» donnant sur le vide central, en laiton, comme des baies appropriables. L intervention dans les espaces intérieurs reprend le langage développé en façade : de béton et de laiton. Ce dernier est posé en cassette et rythme l intérieur de notes métallisées, en harmonie avec la masse minérale matricée.

11 Cf. / 127

12 MÉMOIRES DE FIN D ÉTUDES Extraits de travaux de recherche M2 Dossier réalisé par Laurie Gangarossa Ce dossier présente la production de trois démarches singulières développées dans les mémoires de master, produits dans le cadre des trois domaines d étude de l ENSACF : METAPHAUR, ETEH et EVAN. Issus de la promotion , ces mémoires (choisis par chacun des domaines d étude et dont les auteurs ont tiré un article synthétique) ont été retenus pour rendre compte tout à la fois de certaines des thématiques, des références et des méthodologies mobilisées, mais également du cheminement personnel des étudiants. La mise en lumière de ces travaux permet aussi de comprendre la diversité des approches de ce qui constitue, aujourd hui, les bribes de la recherche en architecture : avec le projet, sur le projet, ou encore (plus expérimentale) par le projet. ETEH Vanessa Delmotte «L après-projet». L École Supérieure d Art de Clermont Métropole à l épreuve des usagers Dans le domaine d étude d Éco-conception des Territoires et des Espaces Habités (ETEH), comme son nom l indique, il est question d habitabilité des espaces architecturaux. N importe quelle architecture est effectivement vouée à être arpentée et utilisée par des usagers. Cette notion m a toujours parue un aspect fondamental à considérer dans le processus de création architecturale. Cependant, je m aperçois qu aujourd hui, on s oriente de plus en plus vers une architecture de l «image» ; la valorisation des prouesses technologiques de la production architecturale, mais aussi la diffusion massive d une architecture considérée comme iconique, publiée dans les revues spécialisées, est l illustration de ce processus. Le mémoire de fin d études est ainsi l occasion d interroger cet enjeu de l habitabilité, des qualités d usage d un de ces objets à caractère emblématique. Car si ces bâtiments sont largement présentés, diffusés, voire récompensés, au moment où ils ne sont encore que projetés, ou au moment où ils viennent juste d être livrés, ils le sont bien moins quelques années après, une fois occupés, investis, appropriés par leurs usagers. Pourquoi donc ne pas s intéresser aux ouvrages lorsqu ils sont «habités», selon des critères spécifiques, différents de ceux mobilisés dans la phase de projetation? On peut ainsi s interroger sur les modalités de fonctionnement du bâtiment, mais aussi d appropriation par les usagers, ou bien encore sur ses qualités d insertion et sa capacité à bien vieillir par exemple. J ai 128 / Cf. donc choisi d étudier cette phase, une fois le projet réalisé et pratiqué, alors que les concepts ne sont plus abstraits mais éprouvés ; c est en somme, l «après-projet» qui est au cœur de ce mémoire. Pour mener cette étude, j ai choisi un bâtiment contemporain de la ville de Clermont- Ferrand. Il s agit de l École Supérieure d Art de Clermont Métropole, conçue par l agence Architecture Studio et livrée en Le bâtiment se caractérise par son enveloppe prismatique de cuivre, taillée en deux par un passage dévoilant de grandes façades vitrées intérieures. L École des Beaux Arts occupait auparavant des locaux proches du centre historique de Clermont-Ferrand et le projet d une nouvelle école rue Kessler a vu le jour lorsque le projet de la réhabilitation de l ancienne a été abandonné ; c est ensuite, par le biais d un concours, que les architectes et le projet ont été sélectionnés. Étudier l «après-projet» revient donc à étudier le bâtiment occupé par des usagers. Le meilleur moyen de recueillir des informations à propos de l usage fait du bâtiment est alors de demander directement aux usagers de l expliquer. Pour ce faire, j ai eu recours à la méthode des parcours commentés pour amener les usagers à me faire part de leurs habitudes, de leurs pratiques de l espace, de leurs perceptions et représentations des lieux. «Le principe de cette méthode est de mobiliser les compétences des passants, les compétences réflexives, c est-à-dire la capacité des gens à rendre compte eux-mêmes de leur expérience.» L observateur donne alors le pouvoir à la personne interrogée, «l autre devient guide»

13 et mène la visite du site. Il s agit donc tout à la fois de parcourir le bâtiment, de prendre des photos et de produire un discours. Le choix des personnes interrogées dans le cas de l École d Art s est fait entre les différents usagers de l édifice, à savoir deux personnes de l administration, deux enseignants et deux étudiants. Pour lancer le parcours et l entretien, la demande formulée auprès des enquêtés est de me faire visiter l école en me décrivant leur utilisation de chaque espace et leur ressenti. Au cours du cheminement, il s agit ensuite d aborder les thèmes de la circulation, du confort et des principaux concepts architecturaux du bâtiment. Ces différents parcours réalisés révèlent ce faisant des variations selon le statut de chacun des enquêtés. La retranscription des trajets et des entretiens associés permet de dégager différents thèmes d analyse. Le premier point qui ressort tient dans l effet que provoque l édifice sur ses usagers. Sa façade, enveloppe unitaire à la géométrie complexe, donne un statut d œuvre d art à l école. Tous les enquêtés s accordent sur le fait que ce geste architectural constitue l identité même du bâtiment, le faisant advenir comme objet-repère dans la ville. Ce qui n empêche pas certains passants de penser qu il s agit en fait de l école d architecture et non de l école d art. Une fois que l on entre dans le bâtiment, on découvre la mise en œuvre du programme. Le bâtiment est composé de trois volumes. Le volume principal accueille sur différents niveaux les éléments essentiels : la bibliothèque, l amphithéâtre, les salles de cours, les ateliers, dont les ateliers spécialisés de sérigraphie et de montage son et vidéo. Un deuxième volume s organise autour de l atelier de menuiserie et de l administration ; le dernier contient l atelier de volume et les salles accueillant les cours du soir. La plupart des usages de l école sont donc a priori prévus et déployés dans des lieux à leur mesure. Chaque élément, comme la sérigraphie ou l atelier de sculpture et volume par exemple, trouve sa place dans un espace qui lui est propre, tandis que les ateliers permettent largement aux étudiants de s exprimer. Néanmoins, les parcours commentés soulignent aussi un certain nombre de décalages, et parfois de dysfonctionnements, entre «espace conçu» et «espace vécu». Les espaces de circulation et de distribution Cf. / 129

14 du bâtiment focalisent une partie des critiques. Les espaces de circulation sont jugés trop nombreux et, pour une part, quelque peu démesurés, l orientation se révélant parfois difficile dans la mesure où les étages se ressemblent tous et qu aucun point de repère n a été pensé. C est aussi la séparation en trois parties du bâtiment qui complique la communication, notamment entre administration et étudiants, ainsi qu entre les différentes disciplines qui ne se retrouvent pas au même niveau. La rue traversante, qui devait permettre une fluidité entre l extérieur du quartier et les différents éléments de l école, a été rapidement fermée pour des raisons de sécurité afin d éviter justement cet accès au public et les vols. Aujourd hui cet espace semble perdu, ne constituant qu un parking. Néanmoins il constitue le vide fédérateur de l ensemble qui apporte la lumière à l intérieur de l édifice. En outre, suspendu au-dessus de ce vide, la passerelle, qui permet de relier les deux parties du bâtiment, permet des usages nouveaux : la passerelle n est plus seulement un espace de circulation mais devient désormais le point de rencontre, le lieu de réunion, par défaut, situé presque au centre de gravité du bâtiment. Les enquêtés mettent également en avant la difficulté à mettre en œuvre un certain nombre d usages et de pratiques. Ainsi, pour des raisons de sécurité, un grand nombre de lieux comme les circulations ou le hall d entrée ne peuvent être occupés, réduisant ainsi les possibilités d exposition et d accrochage dans l école, alors même qu ils constituent un nombre de mètres carrés important dans l école, que les étudiants souhaiteraient pouvoir investir. Un autre constat concerne le grand atelier qui est appelé à répondre à trois fonctions : l accueil, le lieu d expositions temporaires des travaux étudiants ou artistes invités et, surtout, celui le plus marqué de centralité, dans la mesure où c est l espace de convergence et de regroupement pour tous les usagers du bâtiment. Devant remplir plusieurs fonctions à la fois, le grand atelier n arrive pas, dans les faits, à remplir complètement l une de ces trois fonctions. L espace de la vitrine donnant sur la rue Kessler est aussi inapproprié car trop étroit et justement trop visible depuis la rue. La 130 / Cf. cafétéria au premier étage, quant à elle, constitue un bout de couloir peu adapté à la convivialité. L infirmerie totalement vitrée est, elle, inutilisée. Pour ce qui est de l atelier volume, si sa hauteur sous plafond est suffisamment importante pour accueillir des travaux d envergure, ce sont ses portes d accès qui le sont bien moins. Le studio d enregistrement sonore est conçu avec une façade totalement vitrée donnant sur l espace de la cour ne permettant pas une isolation phonique suffisante. Par ailleurs, il y a également des espaces manquants : les salles de cours ne sont pas en nombre suffisant, tout comme les espaces de stockage et les espaces pour l accrochage d œuvres. Mais c est le manque d un espace de réunion, de rassemblement digne de ce nom qui se fait ressentir le plus souvent. Les enquêtés soulignent également les difficultés d appropriation qu ils rencontrent. La couleur rouge choisie à la livraison de l école pour recouvrir la quasi-totalité des murs intérieurs se révèle être un élément perturbateur pour l appropriation des espaces ; les murs ont été repeints pour une bonne part. Et les systèmes d isolation phonique sous forme de panneaux s avèrent un peu trop présents au plafond des salles. La question du confort des usagers est aussi abordée. Les façades vitrées intérieures apportent à certaines périodes chaleur et luminosité de manière trop abondante, sans qu ait été imaginé un système de ventilation. En outre, elles contribuent au système de surveillance interne du bâtiment. Enfin, c est le manque d évolutivité du bâtiment qui est parfois mis en avant : une extension ne peut pas être envisagée et les transformations possibles apportées au bâtiment ne peuvent être que minimes. S attacher aux usages développés dans la phase d «après-projet» permet de mettre en évidence l importance des usagers dans la «vie» d un objet architectural. Ainsi, se pose une série de questions aux architectes : quelle liberté peut-elle, doit-elle, être offerte aux usagers qui prennent possession d un nouveau bâtiment? Quel investissement peuvent-ils en faire? En quoi la dimension emblématique, voire iconique, d un objet architectural a-t-elle une influence sur les possibilités d appropriation des occupants? Enfin, quel pourrait être le rôle offert aux usagers dans la phase de conception d un tel projet? Ce sont ces questionnements issus de ce travail sur l après-projet qui doivent, selon moi, aiguiller l architecte dans ses choix de conceptions. Vanessa Delmotte

15 EVAN Marion Mazeyrat Improvisation partagée. La participation citoyenne dans la revitalisation urbaine Alors que certains étudiants avaient déjà en tête un sujet de mémoire, il m a semblé plus important de prendre, de prime abord, un thème comme point d appui : en l occurrence, la place et le rôle de l architecte-urbaniste dans la conception contemporaine. À partir de là, les recherches et visites de lieux ont permis de constituer une matière et d élargir mon champ de vision avant de déterminer le sujet précis de mon mémoire. Si cette première approche semble riche, il devient cependant très rapidement difficile de faire le tri, le risque étant de se disperser et de perdre le fil. La recherche sur Internet peut être, à ce titre, un piège, en passant de site en site jusqu à l exploration de sujets qui n ont finalement plus grand chose à voir avec l origine de la recherche. Pour éviter cela, il est impératif de circonscrire très vite le sujet d étude. À cet effet, j ai effectué un bilan de mon parcours à l école et tenté de mesurer ce qui m avait interpellée pendant mes études. J ai ainsi essayé de projeter mes envies quant à l exercice du métier d architecte. Lors de recherches préalables ou de stages, j ai découvert des manières différentes d exercer, orientées sur l invention de nouveaux processus de projet, et notamment sur la participation citoyenne intégrée à la conception. Dans le cadre du mémoire, je souhaitais questionner plus particulièrement le rôle de l architecte ou de l urbaniste dans ce type de pratique. Dans notre métier, l intérêt est qu il n existe pas de règle préétablie pour exercer : l on se rend compte que l architecte ne maîtrise pas tout et que le projet se construit avec une part de matière à inventer à chaque fois. Notre position au sein des projets participatifs est délicate car elle est toujours à redéfinir. Chaque projet est singulier, et fait intervenir des acteurs différents. L enjeu de ces projets alternatifs est à la fois de conserver l esprit et la qualité du projet émanant de l architecte, tout en organisant une participation citoyenne intelligente. Cf. / 131

16 Afin de poser une problématique, j ai choisi de recentrer mes recherches, sur la base des données et visites que j avais collectées, et de fixer un cadre temporel et géographique : - une ville : Bruxelles, qui était déjà le cadre de mon travail de rapport d études de fin de licence, et pour laquelle j avais développé une réelle affinité ; - une époque : la nôtre, qui est pour les capitales européennes celle de «l après-mondialisation». En reliant ces deux critères avec mon thème général de recherche et avec les documents que j avais à disposition, j ai pu définir clairement les enjeux de mon travail. L idée était d observer les moyens d organiser la revitalisation urbaine en cours à Bruxelles, afin de comprendre et d organiser une critique sur les nouvelles façons de faire la ville, qu elles soient institutionnelles ou non. Mon attention a porté sur des techniques plus ou moins expérimentales, mais qui abordent toujours la façon de fabriquer ou de recoudre la ville, par le croisement des compétences et par l implication des habitants. Concrètement, j ai utilisé deux moyens pour assoir mon travail : - le premier est celui de l exploration des écrits théoriques, portant sur la question de «l ouverture du projet», - le second consiste en l analyse fine de projets où la dimension d ouverture (croisements des compétences et implication citoyenne) avait été notable, en allant sur place et en rencontrant les acteurs de ces projets innovants. > Démarche théorique Il a été nécessaire, dans un premier temps, d ouvrir les recherches au champ de la création artistique et littéraire. Parmi les ouvrages de référence sur le sujet, l essai d Umberto Eco, L œuvre Ouverte, met l accent sur l ambigüité qui réside dans le principe d ouverture : «dans quelles limites une œuvre peut-elle accentuer son ambigüité et dépendre de l intervention active du spectateur, sans pour autant perdre sa qualité d œuvre?» La première partie de mon travail a donc eu pour objet l analyse de cet essai, afin de le mettre en lien avec ma problématique : jusqu où le projet peut-il garder ses qualités de projet urbain en résidant sur un principe ouvert de fabrication? 132 / Cf. Après avoir éclairci les termes œuvre et projet, et approfondi l essai d Eco en l appliquant aux champs de l architecture et de l urbanisme, j ai identifié deux degrés d ouverture possibles dans le projet urbain. Celui du processus, adopter une démarche ouverte pour créer : le projet urbain ouvert. Celui de l espace créé, permettre l appropriation de l espace : l espace public ouvert. Mon choix a été d étudier les deux de front : en construisant des projets urbains liant ces deux types d ouverture, nous pouvons envisager la création de lieux urbains qui contribuent à l amélioration du cadre de vie en ville, et cela malgré la densité grandissante. Les deux modes d ouverture ne sont pas forcément liés, mais lorsque l urbanisme participatif s appuie sur une construction transversale et sur le débat public, il peut conduire plus naturellement à l obtention

17 d espaces riches en urbanité et appropriables par tous. Pour compléter l analyse théorique d Umberto Eco, j ai recherché des écrits portant sur l urbanisme participatif, et sur sa dimension démocratique. Bien que l axe principal de mes recherches ait porté sur notre époque contemporaine, c est en explorant l histoire de pratiques adoptées dans d autres pays que j ai pu prendre la mesure de la complexité et des risques inhérents à ce type de pratique. > Le travail de terrain Il porte sur des études de cas concrets, en cours ou réalisés, à Bruxelles. J ai choisi de sélectionner 2 projets urbains participatifs : - Le Parc de la Reine Verte dans le quartier de Schaerbeek à Bruxelles, réalisé dans un cadre institutionnel, grâce à un outil d urbanisme bruxellois innovant «Le Contrat de Quartier». - Le Square des Ursulines, situé sur la jonction Nord-Midi à Bruxelles, issu d une démarche alternative : initié par un groupe de skateurs et d habitants, puis porté par des concepteurs motivés pour expérimenter un projet innovant. C est sur ce projet de skatepark que j ai choisi d insister dans la seconde partie de mon mémoire. Le projet étant récent et peu publié, je disposais de peu d éléments relatant sa construction. J ai donc choisi de faire ma propre analyse in situ. Sur place, l objectif est de rencontrer certains acteurs ayant pris part au processus de projet et d échanger sur l histoire du skatepark, sur les difficultés qu ils ont rencontrées et sur la portée effective de ce projet dans la vie du quartier. Ce projet est particulièrement intéressant à observer : situé à l emplacement stratégique de la jonction ferroviaire Nord-Midi, il apporte une réponse spatiale à l échelle de la ville toute entière, mais aussi à celle d un quartier dont le tissu urbain a été profondément meurtri lors du passage à l ère du «tout-voiture» dans les années En organisant une mixité sociale et générationnelle, il a aussi pu résoudre des conflits d usages liés à la pratique du skate en ville, et du manque d espaces «skatables». La somme des enjeux contraste, pourtant, avec la simplicité de la réponse architecturale et urbaine, l ensemble s intégrant tout à fait naturellement dans le contexte et proposant un lieu nouveau, riche en urbanité. C est dans ce croisement des regards (théorique et situé) que j ai pu enrichir mon travail de mémoire sur la dimension d ouverture dans les projets, qui était restée un peu abstraite et floue pour moi. Bien que menés parallèlement, ces deux supports de réflexion constituent deux parties qui se suivent dans le mémoire. En conclusion de ce travail, il m apparaît important de rappeler que le projet architectural et urbain ne doit être ni le reflet de la seule volonté de concepteurs capricieux, ni le simple résultat d un consensus de volontés citoyennes. En termes de revitalisation urbaine, la participation citoyenne est un réel enjeu. Dans ce mémoire j ai pu voir que, pour tous les projets participatifs explorés, il était difficile d organiser une planification, puisque le principe même repose justement sur l improvisation. Cette improvisation implique tout de même une réflexion et une construction du processus mêlant souplesse et ouverture, afin de répondre au plus juste à un contexte complexe et à des réalités changeantes. En France, il semble que les acteurs institutionnels n ont pas encore la culture des projets de ce type : réglementation et modes de gouvernance ne permettant pas ces marges des manœuvre, pourtant déterminantes, si l on veut amorcer une nouvelle façon de construire et de penser les espaces urbains. Marion Mazeyrat Cf. / 133

18 METAPHAUR Léa Cerclier La reconstruction des monuments à l identique Le domaine d étude METAPHAUR invite chacun à s interroger sur sa propre définition de la notion de patrimoine et des formes qu elle peut recouvrir. C est dans le questionnement sur la valeur patrimoniale du savoir-faire, au-delà même de l objet qui en est issu, que ce mémoire sur la reconstruction des monuments à l identique trouve ses origines : peut-on créer quelque chose de totalement neuf qui témoigne pourtant - ou prétend témoigner - d un patrimoine, d une histoire, d une culture donnés? Si l on reconstruit un monument, comment conserver (ou recréer) sa force patrimoniale à partir du neuf? Est-elle profondément liée à la matière dont il est bâti? Peut-on attendre d une «copie» des valeurs architecturales et patrimoniales semblables à celles de l original? Au cœur de ces questionnements en réside un, plus profond : quelle est, pour l Homme, la valeur intrinsèque de la matière qu il a transformée à travers le temps et l espace? La reconstruction des monuments à l identique nous permet d explorer la notion de copie en architecture, sur un sujet - le monument - chargé par définition de mémoire, de sens et d histoire qui nécessitent d être conservés pour être transmis aux générations suivantes. Par ailleurs, les projets de reconstruction d envergure suscitent généralement une réaction populaire, en faveur ou en défaveur, qui témoigne d une émotion liée au monument, essentielle à prendre en compte pour cerner toutes les motivations et les objectifs de ces projets. Au sein de la profession architecturale, on parle davantage des projets de restauration que de ceux de reconstruction souvent résumés à de la copie, par principe vide de sens créatif. Néanmoins, entre restauration importante et reconstruction partielle, les limites sont parfois ténues. La pratique de la restauration implique généralement un remplacement ou un ajout de matière : à grande 134 / Cf. échelle, si elle s appuie sur des informations non directement tirées du monument, elle pourrait être assimilée à une reconstruction selon l importance du manque comblé. Les points de rencontres sont nombreux entre les deux notions, qui répondent aux mêmes dilemmes historiques, esthétiques et structurels. La question du monument «en restauration» est particulièrement sensible : dédié à une communauté, une nation donnée, il relève de l intérêt collectif. Beaucoup de monuments sont étroitement liés à l histoire, s expliquent à travers elle et servent à la transmettre. C est pourquoi l importance de ces aspects qui forgent le caractère patrimonial du monument (les stigmates de son histoire, le sens de sa conception et de ses matériaux, son esthétique, tous caractéristiques de son époque) est toute particulière, et il convient d en prendre conscience lorsque l on est amené, en tant qu architecte, à intervenir sur ce genre d édifice. Comment agir pour la conservation de cette force patrimoniale lorsque son support disparaît? Comment garder le lien entre l individu, le monument et l histoire? L activité de l architecte est avant tout de concevoir et de bâtir pour les autres, en leur nom, pour répondre à leur désir. Il est donc primordial de comprendre d où naît le désir de reconstruction, quels en sont les enjeux, pour y répondre au mieux. On ne peut utiliser des termes comme «reconstruction», «monument» et «identique» sans explorer leur étymologie et leur évolution. Ainsi le monument qui, au départ, désigne une construction délivrant volontairement une mémoire avec un sens précis, peut être aujourd hui employé pour désigner un édifice, souvent d une qualité architecturale reconnue, qui a survécu à ses constructeurs et témoigne désormais, parfois malgré lui, d une époque. On a vu

19 que la définition de la reconstruction pouvait aussi être sujette à confusion avec les notions de restauration et reconstitution ; et que dire de l identique qui, avec l identité, nous parle à la fois d unicité et de similarité! C est en s appuyant sur les différentes variations du terme de monument que s est construite cette étude, enrichie de lectures sur la théorie de la restauration et de la reconstruction, d une réflexion autour de l identique et de ses manifestations, mais aussi du rapport de l image (visuelle ou mentale) à la matière. Son objectif est de parcourir, de façon globale, les enjeux d une reproduction architecturale, ses facteurs déterminants (choix des matériaux, fidélité architecturale, esthétique ou structurelle, rapport à l ancien assumé ou non, nature du discours associé) pour identifier ce qui assurera ou pas l authenticité du projet reconstruit. L étude de cas permet d étayer les points théoriques, puisque le projet de reconstruction est, avant tout, une question de choix à opérer, entre qualités historiques et esthétiques, ancienneté du matériau et viabilité structurelle. C est ce qui caractérise la théorie de la restauration dans son ensemble, que l on ait l esprit conservateur ou reconstructeur, les priorités étant toujours remises en question selon l édifice sur lequel on travaille. Trois exemples de reconstruction à l identique récents nous permettent de mettre en perspective les dilemmes précédemment évoqués : le palais du Parlement de Bretagne à Rennes, incendié en 1994, reconstruit en 1997 ; le logis royal du château d Angers incendié en 2009 et reconstruit en juin 2012 ; le château de Lunéville, incendié en 2003 et dont la reconstruction est prévue pour Remplacement d une Cf. / 135

20 charpente bois par une charpente métallique pour gagner en sécurité et optimiser les moyens, transformation des baies initiales sous couvert de se rapprocher d un état «d origine», la reconstruction est souvent l occasion d aménagements plus adaptés à notre époque mais qui nous rappellent que l identique pur reste une illusion. Contrairement à l approche théorique absolue où il est facile de se perdre dans une vision utopique de l authenticité, l étude de cas nous révèle concrètement quels sont les compromis les plus riches d une reconstruction dite à l identique. Dans l exemple du Parlement de Bretagne, dont l image et la silhouette sont le symbole fort de la ville (celle-ci est reprise en 2012 pour le nouveau logo de l office de tourisme de Rennes), et dans lequel une activité administrative et judiciaire devait être conservée, la façade ne pouvait être modifiée et les aménagements devaient rester fonctionnels : les modifications ont surtout touché les intérieurs. À travers ces études de cas, ce sont les décisions prises à travers le temps par les acteurs de ces reconstructions qui sont les plus révélatrices d une démarche patrimoniale, à une époque donnée, sur un monument ou par un personnage d envergure. Les premiers questionnements sur la valeur de la matière laissaient supposer que ses caractéristiques (nature, ancienneté) auraient justement garanti l authenticité du monument. À la conclusion de ce mémoire, il apparaît que l authenticité du monument vécue par une population est surtout affaire de symbolique et de conviction. Le respect de l image préserve l identité, le respect du savoir-faire est un hommage aux origines, mais consciemment ou non, une population choisit la reconstruction comme assimilable au monument d origine pour nourrir son besoin de recevoir l histoire et la transmettre à son tour. Ces projets matériels servent les besoins immatériels de transmission, et à plus large échelle le rêve d immortalité du genre humain. Léa Cerclier Pour conclure sur la légitimité patrimoniale d une reconstruction, elle reste de façon absolue - quels que soient les efforts fournis pour être fidèle à l original - un «faux» matériel et historique. La mise en œuvre et ses conditions restent contemporaines, souvent compromises par les règles de construction actuelles comme par l impossibilité de réemployer les mêmes matériaux. La sensation d ancienneté, celle qui parle directement à l instinct sur l origine et l histoire des monuments, et qui doit pouvoir les évoquer en dehors de toute connaissance historique chez le visiteur (principe originel du monument : être intelligible par tout un chacun), ne peut être conservée. Si elle respecte le savoir-faire et un dessin rigoureux, la reconstruction participe néanmoins à retrouver une intention constructive, un sens architectural, et à rester au plus près de l état antérieur pour s inscrire dans la représentation mentale, le souvenir qu a une communauté de son monument, et créer la conviction qu il «reste le même». Elle crée un support neuf destiné à transmettre l histoire, l architecture et la mémoire à la place du monument disparu. 136 / Cf.

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS

EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS EPREUVE ORALE D ENTRETIEN DOMAINE DES ARTS VISUELS Concours concernés : - Concours externe de recrutement de professeurs des écoles - Concours externe spécial de recrutement de professeurs des écoles -

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN LARDEUX Solenn Créer un projet ayant pour intitulé «réalisation artistique personnelle» laisse une très grande liberté.

Plus en détail

Quadrilatère St-Laurent

Quadrilatère St-Laurent Quadrilatère St-Laurent Mémoire présenté à l attention de l Office de consultation publique de Montréal Par Alain Vranderick Juin 2009 Introduction Étant résidant de la grande région métropolitaine de

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités

RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités RÉALISATION DE FILM INSTITUTIONNEL activités 161 Étudier la commande de film institutionnel 1.1. Analyser le contexte de la commande s informer sur les attentes du commanditaire ou du client analyser les

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

Renouvellement urbain de l Arlequin

Renouvellement urbain de l Arlequin Renouvellement urbain de l Arlequin Une stratégie d aménagement urbain associant expertise habitante et professionnelle La Villeneuve de Grenoble, Ateliers populaires d urbanisme Hélène Bourgeois PFE printemps

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Cinéma et audiovisuel Réalisation de documentaires et valorisation des archives De l écriture à la réalisation d un film documentaire Ce master professionnel, qui

Plus en détail

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE

ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE ORIENTATION D AMÉNAGEMENT ET DE PROGRAMMATION PIÈCE 3-11 SECTEUR GALERIES LAFAYETTE Photo aérienne Ville d Annecy prise de vue : mai 2008 1 LE SECTEUR GALERIES LAFAYETTE LOCALISATION GÉOGRAPHIQUE DU SECTEUR

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

Master en urbanisme et aménagement du territoire

Master en urbanisme et aménagement du territoire Institut supérieur d'urbanisme et de rénovation urbaine Master en urbanisme et aménagement du territoire L ISURU propose une formation unique de Master en urbanisme et aménagement du territoire (120 ects)

Plus en détail

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités

RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION. Activités RÉALISATION D ÉMISSION DE TÉLÉVISION Activités 147 148 Étudier le projet de l émission 1.1.S informer et discuter du projet de l émission S informer auprès du producteur de ses intentions Faire préciser

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées

Réunion publique du 14 Juin 2011. Équo-quartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Réunion publique du 14 Juin 2011 Équoquartier de la Remise présentation des rendus de l appel à idées Les temps du projet de la Remise CONCERTATION pendant toute la phase d élaboration du projet Les temps

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement

Valisette urbanisme. Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement Valisette urbanisme Objectifs principaux: > Recomposer une ville pour comprendre sa construction, son évolution, son mode de fonctionnement > Identifier différentes fonctions urbaines. > Comprendre les

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

DAX HABITAT 25.26.27. Avril 2014 LE BOIS SALON DOSSIER DE PRESSE. salle du Jaï Alaï. Pôle vivre avec MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION

DAX HABITAT 25.26.27. Avril 2014 LE BOIS SALON DOSSIER DE PRESSE. salle du Jaï Alaï. Pôle vivre avec MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION SALON HABITAT EXPO Pôle & vivre avec LE BOIS MAISONS NEUVES & CONSTRUCTION HABITAT & RÉNOVATION BOIS & ÉCO-HABITAT AMÉNAGEMENTS INT. & EXT. 25.26.27 Avril 2014 salle du Jaï Alaï DOSSIER DE PRESSE Alliance

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS

FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS L ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE L ACADÉMIE DE LYON FORMATIONS ET ÉDUCATION ARTISTIQUE ET CULTURELLE À L ESPÉ DE LYON TROIS DISPOSITIFS ESPACE DE STRUCTURATION DES PRATIQUES ARTISTIQUES

Plus en détail

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h)

THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS. Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) THEME II: AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS Les dynamiques des espaces productifs dans la mondialisation (6-7h) Les dynamiques des espaces productifs français dans la mondialisation ETUDE DE

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS

ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS ELABORATION DU PROGRAMME D ACTIONS Compte rendu de la réunion - 22 novembre 2012 - L atelier se déroule dans les locaux de la Maison des Associations à Riom ATELIER 1 : Social : insertion, jeunesse, seniors,

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS

CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS CHAPITRE 11 P.I.I.A. 009 SECTEUR DES VÉTÉRANS ZONE APPLICABLE : C-308 Ce secteur est caractérisé par un tissu urbain espacé, constitué de bâtiments isolés et d une architecture d exception. La zone est

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement

Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement Forum international Gestion publique Recrutement et compétence / Comment moderniser les modes et outils de recrutement INTRODUCTION : Le constat Le principe d une école destinée à former tous les magistrats

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES

PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES ART COMMUNAUTAIRE CONTEXTE Les arts communautaires ne sont pas nouveaux. Ils se différencient des autres formes artistiques par leur engagement social. C est une méthode

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2014 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS. 1 er semestre

PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS. 1 er semestre PROGRAMME DETAILLÉ DES ENSEIGNEMENTS 1 er semestre Culture du documentaire, connaissance du milieu, initiation aux techniques et aux savoir-faire professionnels UE.1 Histoire des courants et des formes

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

Pépinière artistique et urbaine

Pépinière artistique et urbaine Pépinière artistique et urbaine Appel à projets Année 2015 Mise à disposition d espaces de travail Locaux et services Accompagnement Structuration et développement Mise en réseau professionnel Réponse

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts»

«Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» «Le parcours artistique et culturel de l'enfant à l'école en lien avec l'histoire des arts» Objectifs généraux : - favoriser les liens entre la connaissance et la sensibilité - développer le dialogue entre

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

La mémoire des 5 sens

La mémoire des 5 sens FRANÇOIS PAUL-CAVALLIER La mémoire des 5 sens Méthode de mémorisation sensorielle Cette méthode permet d accroître sa capacité de mémorisation. Le principe en est totalement original car il s appuie sur

Plus en détail

FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT. www.concertations.lacub.

FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT. www.concertations.lacub. FRANCHISSEMENT JEAN-JACQUES BOSC ATELIER «MOBILITE, PLACE DE LA VOITURE ET ETALEMENT URBAIN» DOSSIER DU PARTICIPANT www.concertations.lacub.fr 1 Les ateliers thématiques : contexte et déroulement 1# Les

Plus en détail

Projet de coopération interrégionale «Valorisation et promotion des vignobles de Loire»

Projet de coopération interrégionale «Valorisation et promotion des vignobles de Loire» Projet de coopération interrégionale «Valorisation et promotion des vignobles de Loire» Des territoires de vignobles coopèrent pour prolonger leurs stratégies de développement oenotouristique et patrimonial

Plus en détail

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1 MEDIACOACH Les plans cadrage Lecture de l image et pratique de l image Introduction Amateur de cinéma, ayant participé moi-même à des tournages, téléspectateur

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions

Facilitateur du changement. une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions Facilitateur du changement une formation certifiante d excellence pour augmenter l efficacité de vos interventions 1 CHANGER La créativité n emprunte jamais des chemins connus, préparons-nous au changement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années).

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années). Graffitis Cacher l histoire? Créé par Mélissa Duquette, chargée de projet à l animation au Musée de société des Deux-Rives, en lien avec le Programme du ministère de l Éducation du Québec. PRÉSENTATION

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT L ESPRIT DES GROUES

APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT L ESPRIT DES GROUES APPEL À MANIFESTATION D INTÉRÊT L ESPRIT DES GROUES UN FUTUR SOUHAITABLE Le projet des Groues est celui de la ville contemporaine. Ici se concentre l ensemble des problématiques urbaines qui interrogent

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET

2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2 LE SECTEUR RUE AUBOIN/PORTE POUCHET 2.2.1 CONTEXTE, ENJEUX La recomposition urbaine du secteur délimité par les boulevards Périphérique, Victor Hugo et du Général Leclerc - dit «Triangle» - est un

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1

COMPTE-RENDU DE LA RENCONTRE PROFESSIONNELLE «INTRODUCTION AUX OUTILS FONDAMENTAUX DE LECTURE ET D ANALYSE DES SCENARIOS» I PAGE 1 I PAGE 1 LE CADRE Rencontre professionnelle organisée par Films en Bretagne, en partenariat avec Groupe Ouest et Clair Obscur. Dans le cadre du Festival Travelling 2015. Lundi 9 février 2015 I Rennes SEMINAIRE

Plus en détail

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013

Communiqué de presse. Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés. Vincennes, le 3 avril 2013 Communiqué de presse Vincennes, le 3 avril 2013 Ivry Confluences : les permis de construire des 103 000 m² de bureaux dévoilés En décembre dernier, Bouygues Immobilier, le groupe Brémond, Crédit Agricole

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service,

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Le Projet de service, Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Le Projet de service, la recherche conjointe de la Qualité et de la Performance Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe

Plus en détail

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire.

Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Rôle de l ENT dans l apprentissage des langues vivantes dans l enseignement secondaire. Le fait que tous les enseignants de l Académie de Clermont-Ferrand disposent d un environnement numérique de travail

Plus en détail

4 ème prix / projet n 31 / Tournerêve. Critique du jury

4 ème prix / projet n 31 / Tournerêve. Critique du jury Construction d un Planétarium et d un Centre des Sciences et de la Nature Page 21 Concours d'architecture, concours de projets en procédure ouverte Rapport final du jury 4 ème prix / projet n 31 / Tournerêve

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE Prise en compte des capacités dans l orientation et l affectation post-troisième

FICHE DESCRIPTIVE Prise en compte des capacités dans l orientation et l affectation post-troisième Capacité A : Travailler en équipe (coopérer, adhérer, participer) Travailler en équipe repose sur un désir de collaborer avec les autres élèves de la classe ou d autres personnes impliquées dans une activité

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

F O R M A T I O N 2 0 1 5

F O R M A T I O N 2 0 1 5 HABITAT A R C H I T E C T U R E S F O R M A T I O N 2 0 1 5 LOGEMENTS COLLECTIFS *Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement (CAUE) sont des associations départementales créées par

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Classe de CP, école du Fayet à Félines 07340. Séquence sur les tableaux de Kor Onclin. Document élaboré par Pascaline Vigne PEMF.

Classe de CP, école du Fayet à Félines 07340. Séquence sur les tableaux de Kor Onclin. Document élaboré par Pascaline Vigne PEMF. Séances objectifs Déroulement Autres propositions Séances en amont (sans connaître Kor Onclin et sans savoir que ses tableaux seraient bientôt dans la classe) Séance 1 Langage & sensibilisation Histoire

Plus en détail