La réglementation Mardi de la DGPR. sur les produits biocides 05/04/2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réglementation Mardi de la DGPR. sur les produits biocides 05/04/2011"

Transcription

1 La réglementation r Mardi de la DGPR 05/04/2011 sur les produits biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département produits chimiques, pollutions diffuses et agriculture Bureau des substances et préparations chimiques 1 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

2 Sommaire I Rappels réglementaires II Avancement du dispositif au niveau communautaire III Obligations en période transitoire en France, AMM transitoire du ministère sur certains produits IV AMM Biocides, procédure de dépôt en France V Perspectives : Projet de règlement européen, réflexions d encadrement national 2

3 I Rappels réglementairesr 3

4 Qu est est-ce qu un un produit biocide? Produits destinés à détruire, repousser, contrôler ou rendre inoffensifs des organismes nuisibles, par une action chimique ou biologique Il en existe 23 types de produits (TP) répartis en 4 grandes familles : Les désinfectants : TP1 à 5 (ex: produit de désinfection des mains, désinfection de l eau potable ) Les produits de protection : TP 6 à 13 (ex: produits de protection du bois, produit de désinfection des tours aéroréfrigérantes ) Les produits antiparasitaires (ex: rodenticides, insecticides ménagers, répulsif contre les moustiques ) : TP14 à 19 Les autres produits biocides (ex: peintures antisalissures appliqués sur les bateaux ) : TP20 à 23 Un encadrement nécessaire de la mise sur le marché compte tenu : Des propriétés dangereuses de ces produits De l importance de la preuve de l efficacité de ces produits Nécessité d une harmonisation (du niveau de protection, du marché) au niveau communautaire : reconnaissance mutuelle Adoption de la directive 98/8/CE en février

5 Les grands principes du dispositif Objectif général : mise sur le marché et utilisation de produits biocides dont les risques liés à l utilisation sont valablement maîtrisés suffisamment efficaces A terme, un produit ne peut être mis sur le marché ni utilisé, s il n a pas fait l objet, au préalable, d une autorisation Fonctionnement de la procédure d autorisation en 2 temps : Détermination d une liste de substances actives autorisées au niveau communautaire (annexe I, IA et IB de la directive 98/8/CE) : l ensemble des SA existantes ont été réparties entre États membres pour leur évaluation. AMM = autorisation de mise sur le marché nationale des produits, contenant des substances actives autorisées au niveau communautaire, sur la base d une évaluation du produit, avec une possibilité d autorisation simplifiée pour les produits «faibles risques», et de «reconnaissance mutuelle» avec d autres États membres de l UE. 5

6 Nature de l él évaluation Dossiers soumis : informations non confidentielles + informations confidentielles (art. 19 de la directive / art. L du CE) Nature de l évaluation : Evaluation du danger Evaluation de l exposition Evaluation du risque vis-àvis de l homme, des animaux et de l environnement Evaluation de l efficacité Informations et résultats d essais complémentaires Conclusion de l évaluation SA : inscription ou interdiction PB : autorisation ou interdiction 6

7 Organisation MEDDTL : Autorité compétente pour la mise en œuvre en France Organisme d évaluation et d appui : ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail) ET réalise une partie importante de l évaluation en interne (dangers, risques). Elle peut s appuyer également pour l élaboration du rapport d évaluation sur des organismes évaluateurs spécifiques : - risques : AFSSAPS (risques liés à certains désinfectants) - efficacité : environ 27 organismes différents (FCBA, AFSSAPS, Institut Pasteur de Lille, etc. ) ANSES : en charge de rendre un avis et un rapport d évaluation au ministère, gestionnaire qui prend les décisions d autorisation Commission des Produits Chimiques et Biocides : rend un avis consultatif au Ministre sur toute demande d inscription d un substance active rapportée par la France, et toute demande d autorisation de produits biocides Mise en œuvre au niveau européen : Réunions des Autorités Compétentes + Réunions techniques 7

8 II Avancement du dispositif au niveau communautaire 8

9 Évaluation des substances actives Pour la mise en œuvre, travail : 1) d identification des substances actives mises sur le marché 2) de notification par les industriels de leur intention de soutenir des substances pour des types de produits donnés Calendrier général d évaluation fixé en 2003 Évaluation des substances notifiées par type de produit (TP), en 4 phases pour le dépôt des dossiers : - TP 8 et 14 : 28 mars TP 16, 18, 19 et 21 : 30 avril TP 1, 2, 3, 4, 5, 6 et 13 : 31 juillet TP 7, 9, 10, 11, 12, 15, 17, 20, 22 et 23 : 31 octobre 2008 Le travail d évaluation des substances actives est réparti au niveau communautaire. Les substances de la 1ère liste sont en cours d inscription, de nombreuses substances de la 2ème liste sont en révision communautaire Les rapports des substances de la 3ème liste commencent à sortir. Quelques substances nouvelles en évaluation 9

10 Quelques chiffres (mars 2011) Nombre de substances actives existantes soutenues (pour au moins 1 TP) : 271 environ 881 combinaisons AS/TP (estimation haute) Nombre de SA soutenues (24/03/2011) PT1 PT2 Attention : Représente le nombre de SA n ayant pas encore fait l objet de décision de non-inscription, pas le nombre réel soutenu et évalué par TP PT3 PT4 PT5 PT6 PT7 PT8 PT9 PT10 PT11 PT12 PT13 PT14 PT15 PT16 PT17 PT18 PT19 PT20 PT21 PT22 PT23 10

11 Évaluation des substances actives (mars 2011) Part de la contribution française Pourcentage des SA évaluées par EM SE SI SK UK AT BE CY CZ DE PL PT DK EE EL NL N MT FI ES LV LT IT IE HU FR Environ 10 % 11

12 Évaluation des substances (mars 2011) Depuis 2005 : 163 rapports d évaluation transmis par les États membres rapporteurs Transmission des rapports d'évaluations au niveau communautaire Nombre avr-05 juil-05 oct-05 janv-06 avr-06 juil-06 oct-06 janv-07 avr-07 juil-07 oct-07 janv-08 avr-08 juil-08 oct-08 janv-09 avr-09 juil-09 oct-09 janv-10 avr-10 juil-10 oct-10 janv-11 A ce stade : - 45 directives d inscription publiées dépôt des demandes d AMM biocides pour 16 premières substances actives inscrites 12

13 Inscription des substances et AMM produits Substances : Nombre croissant de rapport en révision communautaire (rapport pour les TP de la 2ème liste en montée), travail sur les 4 listes en parallèle Nombre croissant d inscription au cours des prochains mois/année Produits : début des AMM, nombre croissant ACTUELLEMENT : Globalement, au niveau européen en 648 demandes de 1ère 1 AMM déposés s dans les États (dits «Références») sur ces 648 produits, 2610 Reconnaissances mutuelles prévues dans les autres États dits «Concernés» dans lesquels les sociétés s veulent mettre sur le marché leurs produits (moyenne «grossière re» : 4 reconnaissance mutuelle par produit) 13

14 III Obligations en période p transitoire en France, AMM transitoire du ministère sur certains produits 14

15 Obligations en période p transitoire Metteurs sur le marché : en plus des régimes existants en FR, maintenus en vigueur en période transitoire (ex: désinfectants eau de piscines publiques, eau potable, désinfectants/insecticides en bâtiment d élevage etc.) : Les produits biocides mis sur le marché ne doivent contenir que des substances actives (SA) évaluées pour l usage adéquat ( article 4 du règlement CE 1451/2007 du 4 décembre 2007). Étiquetage des produits biocides conforme (article 10 de l arrêté du 19 mai 2004). Mise à disposition d une Fiche de Données de Sécurité (FDS) pour les produits biocides dangereux (cf. article 31 de REACH). Déclarer la composition de tous les produits biocides sur le marché à l I.N.R.S (article L du Code de l environnement relatif à la lutte contre les empoisonnements) : https://www.declaration-synapse.fr Déclarer tous les produits biocides mis sur le marché au MEDDTL : (quelques données publiques) Déclarer les quantités annuelles mises sur le marché des produits biocides à partir de 2011 (donc en 2011 : pour les quantités 2010, etc ) Utilisateurs : Obligation d utilisation de produits biocides «conformes» 15

16 Quelques chiffres sur la déclaration d au MEDDTL Nombre de déclarations par TP Biocides TP1 TP2 Attention Données à prendre avec du recul : représente les déclarations réalisées et non acceptées, une même formulation a parfois été déclarée plusieurs fois, certains articles ont été déclarés, certaines sociétés ont déclaré tous les TP des SA de leur produit etc... TP3 TP4 TP5 TP6 TP7 TP8 TP9 TP10 TP11 TP12 TP13 TP14 TP15 TP16 TP17 TP18 TP19 TP20 TP21 TP22 TP23 Environ déclarations 16

17 AMM «transitoire» du MEDDTL sur certains produits Reprise de compétence anticipée du MEDDTL sur des certains produits anciennement gérés par le ministère de l agriculture (ex: rodenticides, désinfectants de bâtiment d élevage ) NE DISPENSE PAS DE LA DECLARATION MEDDTL (L CE) et à l INRS Article 9 de la loi n du 1er août textes pris pour application Reprise du traitement des dossiers en instruction à cette date au MAAP, et traitement du flux Tous les renseignements dont disponibles à l adresse suivante : Questions : 17

18 IV AMM Biocides : procédure de dépôt t en France 18

19 Harmonisation européenne enne Une fois que les substances actives ont été évaluées, les produits qui les contiennent viennent à être soumis à AMM Produit existant : au niveau d un État membre, une société responsable de la 1ère mise sur le marché doit déposer avant la date limite fixée, pour obtenir une AMM : soit un dossier complet de demande d AMM soit un dossier de demande reconnaissance mutuelle d AMM (ou bien une lettre d intention dans certains EM), si elle a décidé de déposer sa demande d AMM dans un autre État : l instruction sera suspendue dans l attente des conclusions du premier État. Dans l attente des conclusions d instruction, le produit pourra rester sur le marché de l État membre dans les conditions existantes Produit nouveau (pas mis sur le marché avant une date fixée): doit avoir une AMM avant de pouvoir être mis sur le marché national (nouveau régime réglementaire applicable!) 19

20 Constitution de la demande Guides et informations sur les sites Internet du ministère, de la Commission européenne Création en France du Helpdesk Biocides : En France, dépôt des demandes de façon dématérialisée, via le site «SIMMBAD» (Système Informatique de Mise sur le Marché des Biocides : Autorisations et Déclarations) : Création d un compte utilisateur Formulaire de demande en ligne «Upload» du dossier technique accompagnant la demande Suivi par le demandeur des grandes étapes d instruction Communication avec l autorité (demandes d informations, décision etc ) Connexion sécurisée («certificats entreprise») 20

21 21

22 22

23 Dossiers AMM Biocides Dossiers techniques et données définies dans l arrêté du 19 mai 2004 «Partie A» = Données substances actives : obtention de lettres d accès aux études protégées des dossiers soumis par les sociétés ayant soutenu les substances actives «Partie B» = Données produits : données sur le produit pour lequel est demandé l AMM, pour des usages et cibles spécifiques Selon les types de demandes, différents temps de traitement, par ex : AMM «classique» : 15 mois Reconnaissance mutuelle «classique» : 4 mois Redevances modulées en fonction du travail à réaliser, par ex : AMM «classique» : euros en moyenne Reconnaissance mutuelle «classique» : euros Évaluation par l ANSES, avis consultatif de la CPCB : pour une décision prise par le MEDDTL Autorisation des produits : maximum 10 ans 23

24 V Perspectives : Projet de règlement européen, en, réflexions r d encadrement national 24

25 Révision de la directive biocide Adoptée il y a 13 ans, révision prévue par les textes Rapport d étude d impact de la mise en œuvre de la directive, et note sur l étude d impact sur des propositions de révision de la directive disponibles sur le site Internet de la Commission européenne : Révision : projet de règlement en cours de négociation Finalisation de la 1ère lecture ; 2ème lecture prévue au 2nd semestre ype=null&language=fr Thèmes abordés : champ d application, protection / partage des données, données requises, articles traités, futures autorisations et reconnaissances mutuelles 25

26 Enjeux de la révision r (1/2) Révision justifiée car des améliorations du dispositif sont nécessaires Enjeux majeurs : augmenter le niveau de protection de la santé et de l environnement par une élimination progressive des substances les plus dangereuses encourager l innovation et la mise sur le marché de produits présentant de meilleurs profils toxicologiques et environnementaux, par une meilleure identification de ces produits et une simplification de l accès au marché combler une lacune d encadrement des articles traités avec des biocides préciser et améliorer les procédures liées à la mise sur le marché des substances actives et des produits biocides formulés à partir de ces dernières, afin de garantir une meilleure exécution par les opérateurs économiques et les autorités 26

27 Enjeux de la révision r (2/2) Augmentation du niveau de protection Exclusion (CMR 1A/1B, PBT, etc ), dérogation exceptionnelle possible (besoin pour des questions de santé publique etc ) Substitution de certaines substances actives : évaluation comparative des produits (but : substitution! ) Autorisation de l Union : Possible pour certains TP, autorisation donnée par la Commission après avis de l ECHA (sur la base d une évaluation d un État de référence) Produits soumis à autorisation simplifiée : encouragement de la mise sur le marché des produits avec de meilleurs profils Articles traités : obligation sur le traitement + disposition d étiquetage Autres dispositions : partage obligatoire des données, «no data no market» pour les fournisseurs de SA (anciens «free-riders») etc 27

28 Encadrement plus poussé de la profession Existence de la norme NFU sur les bonnes pratiques d application des produits phytopharmaceutiques et biocides, des certifications du FCBA (A+, B+,P+) A ce stade, normes/certifications d application volontaire «Directive cadre pour une utilisation durable des pesticides» : pour le moment uniquement pour les produits phytopharmaceutiques, à terme pour quelques TP biocides? En France : dispositions prévues dans le code de l environnement pour encadrer, à terme et en cas de besoin, les activités de distribution et d utilisation de certains produits biocides (cf. Article L I et L du CE) Étude lancée fin 2010 par le ministère sur cet encadrement 28

29 CONCLUSION Dispositif biocides monte en puissance, travail de plus en plus important concernant l instruction des dossiers Début de la phase d autorisation des produits : finalité de cette réglementation Période transitoire longue, vue réellement «produit par produit» Mise en œuvre de la réglementation en parallèle avec: REACH Règlement CLP sur l étiquetage des produits Évolution du cadre réglementaire, et du marché, au cours des prochains années 29

30 Pour plus d informations : MEDDTL : Mise en oeuvre en France et au niveau communautaire, déclaration des produits ANSES : Information pour les professionnels, constitution des dossiers INRS : https://www.declaration-synapse.fr Déclaration à des fins de toxicovigilance Commission européenne : (extranet public) Mise en oeuvre au niveau communautaires, documents guides, frontières, liste des autorités compétentes, directives d inscription, décisions de non-inscription, avis etc. JRC : Documents guides techniques communautaires pour la constitution de dossiers, liste des participants, IUCLID 30

31 Merci de votre attention 31

Parasitec 14/11/2012. Ministère de l'écologie, du Développement Durable et de l'energie

Parasitec 14/11/2012. Ministère de l'écologie, du Développement Durable et de l'energie Points clés du Règlement - biocides Parasitec 14/11/2012 Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département produits

Plus en détail

L approbation des. substances actives biocides. Les mardi de la DGPR 17/09/2013. Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie

L approbation des. substances actives biocides. Les mardi de la DGPR 17/09/2013. Ministère de l'écologie, du Développement durable, et de l Énergie L approbation des Les mardi de la DGPR 17/09/2013 substances actives biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement

Plus en détail

Produits biocides: Les différents types de demandes. Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012

Produits biocides: Les différents types de demandes. Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012 Produits biocides: Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012 Les différents types de demandes Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité

Plus en détail

Les procédures de reconnaissance mutuelle

Les procédures de reconnaissance mutuelle Les Mardis de la DGPR _ 04/11/2014 Les procédures de reconnaissance mutuelle Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département

Plus en détail

Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR)

Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Les mardis de la DGPR 17/09/2013 Les Autorisations de Mise sur le Marché (AMM) délivrées au titre du Règlement (UE) n 528/2012 (dit BPR) Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention

Plus en détail

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.

Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci. FICHE PRATIQUE LES PRODUITS BIOCIDES Enterprise Europe Network, CCI de Lyon Contact : Catherine Jamon-Servel Tél : 04 72 40 57 46 Mail : jamon@lyon.cci.fr www.lyon.cci.fr/een La Chambre de commerce et

Plus en détail

Evaluation des demandes d AMM pour les produits biocides à l Anses

Evaluation des demandes d AMM pour les produits biocides à l Anses Evaluation des demandes d AMM pour les produits biocides à l Anses Direction des produits réglementés Unité de Coordination Biocides 23 juin 2015 DPR - Circuit d un dossier Biocide Pétitionnaire Soumission

Plus en détail

Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012

Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012 Journée réglementation biocides FCBA 08/04/2014 Les articles traités : les nouvelles exigences du règlement n 528/2012 Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances

Plus en détail

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 1 Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 Le 19 juin 2012, la Cour a rendu son arrêt dans l affaire C-307/10 «IP Translator», répondant de la manière suivante

Plus en détail

Les familles de produits biocides

Les familles de produits biocides Les Mardis de la DGPR _ 04/11/2014 Les familles de produits biocides Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département

Plus en détail

Règlement biocides : Focus sur les dispositions relatives aux articles traités - FAQ

Règlement biocides : Focus sur les dispositions relatives aux articles traités - FAQ Règlement biocides : Focus sur les dispositions relatives aux articles traités - FAQ Mardi de la DGPR La réglementation des produits biocides Paris, France 4 Novembre 2014 M. Ludovic Chatelin Commission

Plus en détail

L évaluation des biocides à l Anses

L évaluation des biocides à l Anses L évaluation des biocides à l Anses Catherine Gourlay-Francé Direction des produits réglementés 23 juin 2015 L Anses Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Plus en détail

DREAL BRETAGNE PRESENTATION

DREAL BRETAGNE PRESENTATION DREAL BRETAGNE PRESENTATION Olivier ORHANT Service de la Prévention des Pollutions et des Risques Ministère de l'écologie, de l'énergie, 1 du Développement durable et de l'aménagement du territoire WWW.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Le Règlement «Biocides» UE 528/2012

Le Règlement «Biocides» UE 528/2012 Le Règlement «Biocides» UE 528/2012 23 juin 2015 Romy COLLET Anses Unité coordination biocides, DPR Règlement (UE) 528/2012 du 22 mai 2012 concernant la mise à disposition et l utilisation des produits

Plus en détail

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance Questions/Réponses Questions faisant suite à la publication du décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis

Plus en détail

ANNEXE. à la. proposition de décision du Conseil

ANNEXE. à la. proposition de décision du Conseil COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.4.2016 COM(2016) 174 final ANNEX 14 ANNEXE à la proposition de décision du Conseil relative à la conclusion du protocole d adhésion à l accord commercial entre l Union

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Règlement sur les produits biocides

Règlement sur les produits biocides 1 Règlement sur les produits biocides quelques nouveaux concepts Forum 2014 Dumortier Kathelyn 2 Ordre du jour Nouvelle législation Génération in situ Famille de produits biocides Liste de l'article 95

Plus en détail

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Livre vert sur les retraites Colloque Assuralia, «L Europe et le vieillissement: l avenir de nos pensions» Bruxelles, le 26 octobre 2010 Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Le vieillissement

Plus en détail

REACH : Actualités et Perspectives

REACH : Actualités et Perspectives : Actualités et Perspectives Sylvie Drugeon DGPR,SPNQE 5 avril 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr = Règlement n 1907/2006

Plus en détail

Classification et étiquetage des produits chimiques

Classification et étiquetage des produits chimiques Journée régionale du GIT : La réglementation et les produits chimiques - Palaiseau, 18 octobre 2012 Classification et étiquetage des produits chimiques Annabel MAISON Les 2 systèmes de classification et

Plus en détail

Circulaire interministérielle DGPR/DGCCRF/DGT/DGS/DGDDI du 25 juin 2013 relative aux contrôles des substances et produits chimiques

Circulaire interministérielle DGPR/DGCCRF/DGT/DGS/DGDDI du 25 juin 2013 relative aux contrôles des substances et produits chimiques MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, ET DE L'ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL MINISTÈRE

Plus en détail

produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? er juillet 2015. : qui est concerné, et dans quels cas?

produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? er juillet 2015. : qui est concerné, et dans quels cas? produits biocides. Septembre 2014 Pourquoi cet arrêté? les (frelons asiatiques, «moustiques tigres») sur le territoire national a mis en De plus, certaines autorisations de mise sur le marché ne sont délivrées

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle Institut national de la propriété Brevet unitaire et Juridiction unifiée Besançon, le 8 octobre 2015 industrielle Brevet unitaire et Juridiction unifiée I - Le contexte II - Le brevet européen à effet

Plus en détail

POINT SUR LA LEGISLATION BIOCIDES ET SON ARTICULATION AVEC LE REGLEMENT REACH

POINT SUR LA LEGISLATION BIOCIDES ET SON ARTICULATION AVEC LE REGLEMENT REACH POINT SUR LA LEGISLATION BIOCIDES ET SON ARTICULATION AVEC LE REGLEMENT REACH I. La législation sur les produits biocides 1. Présentation du contexte réglementaire La directive communautaire 98/8/CE 1

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 9 octobre 2013 relatif aux conditions d exercice de l activité d utilisateur professionnel

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Certificat obligatoire pour l utilisation professionnelle de produits biocides : le «CERTIBIOCIDE»

Certificat obligatoire pour l utilisation professionnelle de produits biocides : le «CERTIBIOCIDE» Résumé : SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2016 Certificat obligatoire pour l utilisation professionnelle de produits biocides : le «CERTIBIOCIDE» Rédacteur : A.CHEVILLARD antoine.chevillard@crma-auvergne.fr

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er avril 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise

Plus en détail

COMMUNICATION DANS LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT POUR UNE UTILISATION SÛRE DES PRODUITS CHIMIQUES

COMMUNICATION DANS LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT POUR UNE UTILISATION SÛRE DES PRODUITS CHIMIQUES COMMUNICATION DANS LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT POUR UNE UTILISATION SÛRE DES PRODUITS CHIMIQUES 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg SOMMAIRE 1 / Introduction 2 / Bonnes pratiques

Plus en détail

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA)

Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Obligations nouvelles de reporting au régulateur incombant aux sociétés de gestion de portefeuille gérant des Fonds d Investissement Alternatifs (FIA) Les sociétés de gestion de portefeuille 1 gérant des

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. CLP : Classification, étiquetage et emballage des produits chimiques. Contexte : classifier et identifier les substances chimiques

FICHE PRATIQUE. CLP : Classification, étiquetage et emballage des produits chimiques. Contexte : classifier et identifier les substances chimiques FICHE PRATIQUE CLP : Classification, étiquetage et emballage des produits chimiques Contexte : classifier et identifier les substances chimiques «En vue de faciliter les échanges internationaux tout en

Plus en détail

Annexe 2 : Informations statistiques

Annexe 2 : Informations statistiques Annexe 2 : Informations statistiques Pour une analyse détaillée et des données récentes sur les tendances en matière d emploi en Europe, voir Commission européenne (23), Emploi en Europe 23 (http://europa.eu.int/comm/employment_social/employment_analysis/employ_23_fr.htm)

Plus en détail

REACH. Quels enjeux? Comment se préparer efficacement? CCI d Eure-et-Loir (Chartres) - 20 septembre 2007

REACH. Quels enjeux? Comment se préparer efficacement? CCI d Eure-et-Loir (Chartres) - 20 septembre 2007 REACH Quels enjeux? Comment se préparer efficacement? CCI d Eure-et-Loir (Chartres) - 20 septembre 2007 Pourquoi une législation communautaire en matière environnementale? Partout, les nuisances s amplifient

Plus en détail

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.11.2014 C(2014) 8734 final ANNEX 1 ANNEXE au RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION remplaçant les annexes I et II du règlement (UE) n 1215/2012 du Parlement

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP)

Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP) Rôle et utilisation des outils électroniques (IUCLID et R4BP) La réglementation des produits biocides 17 Septembre 2013, Paris François Le Goff European Chemicals Agency Contents Le rôle d ECHA Les outils

Plus en détail

Etat récapitulatif prestations 2015

Etat récapitulatif prestations 2015 Etat récapitulatif prestations 2015 Délai légal Il est à noter que le délai légal de dépôt des états récapitulatifs à partir de 2010 est différent selon la voie de transfert : Par voie papier, le délai

Plus en détail

Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27

Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27 Janvier 2009 Typologie des entreprises en France 1 et dans l UE à 27 Données pour la France 2 Le secteur privé français compte, près de 1,5 millions d entreprises. Poids des entreprises selon leur taille

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES :

QUESTIONS / RÉPONSES : Question : Afin de bénéficier de l exemption d établissement de comptes consolidés prévue à l article 316 LSC, les sous-groupes luxembourgeois consolidés dans un ensemble plus grand d entreprises doivent

Plus en détail

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire

Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Le Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) : une exigence réglementaire Séminaire ANSES (21 novembre 2011) Direction générale de l alimentation SA/SDSSA/BETD 1 Architecture des règlements du Paquet Hygiène FOOD

Plus en détail

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9 Page : 1 / 9 Exigences applicables aux Fournisseurs d Astrium résultant des Législations relatives à la Protection de l Environnement et à la Santé des Travailleurs La version actuelle applicable de ce

Plus en détail

Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé

Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé Risque Chimique : Repérage des Dangers pour la Santé 1 Généralités 2 Risque Chimique / Produits Chimiques : Omniprésents dans le milieu professionnel : 38% des salariés sont exposés à au moins 1 produit

Plus en détail

REACH, FDS et communication le long de la chaîne d approvisionnement

REACH, FDS et communication le long de la chaîne d approvisionnement REACH, FDS et communication le long de la chaîne d approvisionnement 28/11/13 - CCI Pays de la Loire Gaëlle DUFFORT Unité ETES/Service national d assistance réglementaire REACH et CLP reach-clp-helpdesk@ineris.fr

Plus en détail

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE : Fabrication de denrées alimentaires et de matériaux en contact avec les denrées alimentaires Le règlement REACH 1 («Registration, Evaluation

Plus en détail

Groupe international de services organisé autour de 4 grands domaines de compétences : Édition de solutions et services d information

Groupe international de services organisé autour de 4 grands domaines de compétences : Édition de solutions et services d information ECOLABEL EUROPEEN Services d hébergement touristique & Services de camping Chantal MORIERAS Avril 2011 1 Références Signes distinctifs Groupe international de services organisé autour de 4 grands domaines

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er avril 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise

Plus en détail

Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015

Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015 PRSE3 & précarité énergétique Atelier santé et précarité énergétique n 2 ARENE - 3 février 2015 Sommaire 1. Avancement et bilan du PRSE 2 2. Adoption du PNSE3 : élaboration & axes principaux 3. Déclinaison

Plus en détail

Assainissement non collectif

Assainissement non collectif Assainissement non collectif les règles changent le coin de la réglementation au 1 er juillet 2012 Pourquoi? Une rénovation progressive du parc d installations d assainissement non collectif Deux arrêtés,

Plus en détail

ACCORD DU 10 MARS 2010

ACCORD DU 10 MARS 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel DIAGNOSTIC TECHNIQUE DU BÂTI ACCORD DU 10 MARS 2010 RELATIF AU CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION

Plus en détail

De nouveaux textes pour sécuriser et diminuer l utilisation des produits phytopharmaceutiques

De nouveaux textes pour sécuriser et diminuer l utilisation des produits phytopharmaceutiques DGER V2 INFORMATION REGLEMENTAIRE De nouveaux textes pour sécuriser et diminuer l utilisation des produits phytopharmaceutiques La réduction du recours à l utilisation des produits phytopharmaceutiques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Décret n o 2008-321 du 4 avril 2008 relatif à l examen des caractéristiques génétiques

Plus en détail

biocides : définitions d et frontières res réglementaires

biocides : définitions d et frontières res réglementaires Les produits Conférence «Biocides» MEDDTL - ANSES 10/04/2012 biocides : définitions d et frontières res réglementaires Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances

Plus en détail

Actualités - Recherche clinique : nouveau règlement européen et - Contrat unique en France

Actualités - Recherche clinique : nouveau règlement européen et - Contrat unique en France + Actualités - Recherche clinique : nouveau et - Contrat unique en France Séance de l Académie Nationale de Pharmacie du 12 novembre 2014 Dr Véronique Lamarque-Garnier Membre correspondant national 4è

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Les sanctions et responsabilités au titre des règlements REACH et CLP

Les sanctions et responsabilités au titre des règlements REACH et CLP Les sanctions et responsabilités au titre des règlements REACH et CLP Jones Day - 7 avril 2011 Françoise Labrousse Jones Day (flabrousse@jonesday.com) SOMMAIRE I II Les contrôles et sanctions au niveau

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er août 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise sur

Plus en détail

Une réforme attendue

Une réforme attendue 1 Introduction Une réforme attendue 2 000 000 d actes d urbanisme par an Une législation très touffue et complexe Source d insécurité pour les porteurs de projet et les communes Critique unanime des usagers

Plus en détail

Mise en œuvre des outils réglementaires européens

Mise en œuvre des outils réglementaires européens Produits chimiques Certains produits chimiques ont des effets néfastes pour la santé humaine et l environnement. Ces effets sur la santé peuvent concerner aussi bien le travailleur qui les produit, ou

Plus en détail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail

Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail santé - sécurité au travail Enseignement agricole Les fondamentaux en Santé Sécurité au Travail Du danger à la prévention des risques professionnels Le secteur agricole est un secteur «à risques». Mais

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 30 juillet 2013 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relative à la demande d établissement de formulation

Plus en détail

AVIS PRÉSENTATION DE LA DEMANDE SYNTHÈSE DE L ÉVALUATION 1/6. Anses dossier n 2012-0775 FILINI 60 SG

AVIS PRÉSENTATION DE LA DEMANDE SYNTHÈSE DE L ÉVALUATION 1/6. Anses dossier n 2012-0775 FILINI 60 SG Maisons-Alfort, le 30 janvier 2014 LE DIRECTEUR GENERAL AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande de mise sur le marché de

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

Références pour l évaluation et l habilitation des formations d ingénieurs

Références pour l évaluation et l habilitation des formations d ingénieurs Références pour l évaluation et l habilitation des formations d ingénieurs Jacques Béranger, Pierre Fleischmann et Alain Jeneveau Références pour l évaluation et l habilitation des formations d ingénieurs

Plus en détail

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR

POITIERS le 28 Mars 2013. Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs. Pascal BAR POITIERS le 28 Mars 2013 Règlement Produit Construction Le rôle des différents acteurs Pascal BAR 1 Obligations pour les fabricants 1. Détermination du «produit-type» Déclarer l usage attendu du produit

Plus en détail

Le règlement 1907/2006 REACh

Le règlement 1907/2006 REACh Le règlement 1907/2006 REACh Les points abordés 1. REACh, généralités 2. REACh, les procédures 3. REACh, les cas particuliers pour l enregistrement 4. Quelques questions pour se préparer 2/ 55 Le règlement

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

Energie: quels enjeux pour l agriculture?

Energie: quels enjeux pour l agriculture? Energie: quels enjeux pour l agriculture? Journée Energie 20 novembre 2012 Charlotte BORDET - SOLAGRO 1 Les réserves énergétiques fossiles 2 Consommation de pétrole par habitant 3 La crise énergétique

Plus en détail

SGH / CPL : un nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques

SGH / CPL : un nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques SGH / CPL : un nouveau système de classification et d étiquetage des produits chimiques 1. Vers un nouveau système de classification et d étiquetage Le Système Général Harmonisé de classification et d

Plus en détail

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT Ce texte spécifie des dispositions propres à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education (FPSE). Ces dispositions ne dérogent en aucune

Plus en détail

Sommaire. La réglementation applicable en matière de sortie de statut de déchets

Sommaire. La réglementation applicable en matière de sortie de statut de déchets Sommaire La réglementation applicable en matière de sortie de statut de déchets Les sorties de statut de déchet : situations au niveau européen, national et régional Les pistes de réflexion du ministère

Plus en détail

didier.jaspart@csj.be Fax: +32 5351620

didier.jaspart@csj.be Fax: +32 5351620 1/ 12 BE001 25/02/2015 - Numéro BDA: 2015-504714 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009

Formation des formateurs relais 3RB. Paris, 2 et 3 avril 2009 Formation des formateurs relais 3RB Paris, 2 et 3 avril 2009 Cadre juridique Formation 3RB -2 et 3 avril 2009 2 Sommaire 1. Introduction: prévention et textes juridiques 2. Hiérarchie des textes 3. Sélection

Plus en détail

CONFORMITE REACH Modèles de Courriers aux Fournisseurs REACH COMPLIANCE. EU-27 & Worldwide

CONFORMITE REACH Modèles de Courriers aux Fournisseurs REACH COMPLIANCE. EU-27 & Worldwide B Lands Consulting CONFORMITE REACH Modèles de Courriers aux Fournisseurs REACH COMPLIANCE EU-27 & Worldwide Serving the Industry B-Lands Consulting World Trade Center, 5 Place Robert Schuman BP1510-38025

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

REACH. Entré en vigueur le 1er juin 2007

REACH. Entré en vigueur le 1er juin 2007 Le règlement (CE) n 1907/2006 du 18/12/2006 concernant l enregistrement, l évaluation et l autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances REACH Entré en

Plus en détail

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire

Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire Présentation du cadre juridique et institutionnel pour la sécurité sanitaire E. Bourgois Juriste, Bureau Juridique FAO SOMMAIRE Création d un espace sanitaire commun (1) grace au concours d institutions

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

La fiabilisation des comptes dans les collectivités territoriales Enjeux, perspectives, mise en oeuvre

La fiabilisation des comptes dans les collectivités territoriales Enjeux, perspectives, mise en oeuvre La fiabilisation des comptes dans les collectivités territoriales Enjeux, perspectives, mise en oeuvre 23 janvier 2014 Marie-Pierre Calmel, Secrétaire générale Sommaire Présentation générale du Conseil

Plus en détail

Rétributions. Coordonnées bancaires : Procédure nationale: Code BIC : PCHQBEBB. Moment et communication pour effectuer le paiement

Rétributions. Coordonnées bancaires : Procédure nationale: Code BIC : PCHQBEBB. Moment et communication pour effectuer le paiement Rétributions Coordonnées bancaires : Banque de la Poste 162, avenue Roi Albert 2 1000 Bruxelles N compte : 679-2005959-96 Code IBAN : BE65 6792 0059 5996 Code BIC : PCHQBEBB Les frais de paiement pour

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel)

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. NOR : DEVP1401911J (Texte non paru au Journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, et de l Energie Direction Générale de la Prévention des Risques Service de la Prévention des Nuisances et de la Qualité de l Environnement

Plus en détail

CHARTE DES VOYAGES SCOLAIRES ET SORTIES PEDAGOGIQUES DU COLLEGE LOUIS PASTEUR FAULQUEMONT

CHARTE DES VOYAGES SCOLAIRES ET SORTIES PEDAGOGIQUES DU COLLEGE LOUIS PASTEUR FAULQUEMONT Ordre du jour n 9 CHARTE DES VOYAGES SCOLAIRES ET SORTIES PEDAGOGIQUES DU COLLEGE LOUIS PASTEUR FAULQUEMONT Cette charte est applicable à toutes les sorties et à tous les voyages scolaires facultatifs

Plus en détail

Comment devenir référent? Comment le rester?

Comment devenir référent? Comment le rester? Comment devenir référent? Comment le rester? Patrick CHOUTET Service des Maladies infectieuses CHU Bretonneau Tours RICAI décembre 2005 Quels enjeux? autres que le pouvoir Total Outpatient antibiotic use

Plus en détail

Sommaire. Les pictogrammes de danger changent et de nouveaux sont introduits :

Sommaire. Les pictogrammes de danger changent et de nouveaux sont introduits : Synthèse des obligations réglementaires concernant le Règlement (CE) n 1272/2008 relatif à la classification, l étiquetage et l emballage des substances et des mélanges () Le Règlement est entré en vigueur

Plus en détail

Notification des substances extrêmement préoccupantes (SVHC) présentes dans les articles

Notification des substances extrêmement préoccupantes (SVHC) présentes dans les articles Notification des substances extrêmement préoccupantes (SVHC) présentes dans les articles Café REACH&CLP 12 mai 2011 Carine Kolber, Virginie Piaton Helpdesk REACH&CLP Luxembourg www.reach.lu - www.clp.lu

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

CONCOURS FINANCIER DE LA REGION BRETAGNE POUR

CONCOURS FINANCIER DE LA REGION BRETAGNE POUR Rennes, le 10 septembre 2004 Réf : A/P714/2004 Politique régionale CONCOURS FINANCIER DE LA REGION BRETAGNE POUR l'organisation de colloques, congrès ou symposiums en Bretagne et la réalisation de communications

Plus en détail

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Besançon 25 novembre 2004 Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Début de l essai Procédure

Plus en détail

Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012

Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012 Réunion des commissaires Enquêteurs Octobre 2012 Veille réglementaire ICPE Points à aborder Nouveaux décrets EI/EP et changement de procédure DDAE : Étude d'impact et Enquête publique Décret CSS et modification

Plus en détail

Sommaire 2 ILNAS 04/12/2015

Sommaire 2 ILNAS 04/12/2015 Fit 4 Conformity Directive 2006/95/CE & 2014/35/UE concernant la mise à disposition sur le marché du matériel électrique destiné à être employé dans certaines limites de tension Romain Nies Chef de service

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique

Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Pollutec 2013 Atelier ATEE AUDIT ENERGETIQUE EN ENTREPRISE Transposition de l article 8 de la directive européenne 2012/27 relative à l efficacité énergétique Laurent Cadiou DGEC/SCEE Bureau Économies

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE PAR LA CREATION D ACTIVITES D ENTREPRISES. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE PAR LA CREATION D ACTIVITES D ENTREPRISES. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-1 : CREATION REPRISE D ENTREPRISES Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d emplois pérennes

Plus en détail

Partie 1. Présentation générale du SGH

Partie 1. Présentation générale du SGH Partie 1 Présentation générale du SGH Qu est-ce que le SGH? SGH Système Général Harmonisé de classification et d étiquetage des produits chimiques GHS Globally Harmonized System of classification and labelling

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

Formation des membres la Sous Commission Départementale d'accessibilité

Formation des membres la Sous Commission Départementale d'accessibilité Formation des membres de Titre la Sous Commission Départementale d'accessibilité SCDA... Le../../... La vie d une opération au regard de l accessibilité Volet Opération Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail