L avatar est l avenir de l homme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L avatar est l avenir de l homme"

Transcription

1 Hervé ASTIER Prospective VIVRE DEMAIN L avatar est l avenir de l homme Vers la dématérialisation Essai Un ouvrage paru sous la direction de Marc Halévy

2 Préambule «Si nous avons chacun un objet et que nous l échangeons, nous avons chacun un objet ; si nous avons chacun une idée et que nous l échangeons, nous avons chacun deux idées.» Ce proverbe chinois illustre astucieusement l avantage des données immatérielles sur la matière physique. Ce don d ubiquité n est pas leur unique qualité. L espace, le temps, la société vivent sous nos yeux une métamorphose sans doute unique dans l histoire de l humanité. La révolution numérique, chacun en est désormais convaincu, bat son plein. La photographie, la musique, la vidéo sont ancrées dans l ère du bit. Seuls quelques marginaux, artistes ou collectionneurs, agitent encore comme une provocation leurs appareils argentiques ou leurs disques vinyle. Cette numérisation, si elle paraît généralisée au premier abord, ne touche pas, loin s en faut, toute la matière terrestre. On ne numérise pas une pierre, un arbre, une maison, un être vivant. La question n est pas tellement de savoir si cela serait possible ou non, en réalité, cela ne semble pas nous intéresser. Connaissance, représentation du monde, moyens d échanges et de communication constituent le périmètre circonscrit du phénomène de dématérialisation. Mais, n estce pas là précisément ce qui distingue l homme de l animal? N est-ce pas ce que nous dénommons «civilisation»?

3 L avatar est l avenir de l homme Dans le domaine des objets d échange : image, son, écrits, argent, rien ne semble échapper à la frénésie de la dématérialisation. L affaire a été entendue en quelques années seulement, ce qui, à l échelle de l histoire humaine, est tout bonnement incroyable. Parallèlement, et avec la même brutale détermination, les flux de communication sont, eux aussi, dématérialisés. Toutes les formes écrites se voient numérisées, les courriels remplacent les courriers, la téléphonie est en ébullition numérique permanente, la messagerie instantanée prend le pas sur la parole. Pour assurer le transport de ces objets échangés et de ces flux, l infrastructure numérique s organise : les «autoroutes de l information», comme on les a justement dénommées, irrigueront bientôt tout le territoire mondial, y compris les zones habituellement déshéritées. Les réseaux numériques remplacent les faisceaux hertziens, devenus subitement «ringards». Dans ce domaine de l infrastructure numérique, la course est au débit : l objectif est indéniablement de faire passer un maximum de bits en un minimum de temps. Omniprésente, l informatique elle-même pourtant si jeune connaît sa petite révolution : l orientation étant à la communication, les programmes informatiques se voient sommés de dialoguer entre eux, ce à quoi ils n étaient pas franchement préparés. Des normes d interopérabilité se mettent en place, et l open source, comme cadre de partage de la connaissance informatique, voit le jour pour définir un nouveau modèle de développement, lui-même partagé. Une fois les objets d échanges et les moyens mis en place, il ne reste plus qu à communiquer. Et les hommes, partout, comme un seul homme, communiquent : les blogs, malgré leur apparente pauvreté 8

4 Préambule générale, fleurissent par millions sur la toile, des milliards de messages sont échangés chaque jour par mail, messagerie instantanée ou SMS, et le téléphone, devenu numérique, se mue en un nouvel organe indissociable du corps humain. Le e-commerce, le e- tourisme, la e-administration rendent progressivement inutiles et obsolètes les anciens modes de visite, de réservation et d achat. Enfin, avec ce qu il est convenu d appeler «les réseaux sociaux», l homme en vient peu à peu à se partager luimême en offrant à des communautés organisées en ligne ses compétences, ses connaissances et son temps. Pour ce faire, il utilise des pseudos, des représentations virtuelles : des avatars. Cette forme singulière de mise en relation interactive et de services collaboratifs imprègne l évolution des sites Internet sous l appellation «web 2.0», dont les évolutions confirment cette orientation vers ce que l on qualifie d interactivité, de communauté, de solidarité, etc. mais qui, au bout du compte, constituera véritablement une interconnexion des hommes. La promesse de cette interconnexion permanente constitue-t-elle le sens profond de cette révolution numérique? Avec la naissance de cette Entité collégiale virtuelle, située dans une autre dimension spatiale, a-t-on affaire à une évolution naturelle, au même titre que les amphibiens sortirent de l eau pour donner naissance à nos lointains ancêtres? Dans cette hypothèse, quels seraient les mobiles de cette mutation du matériel à l immatériel : le trop-plein d hommes, la raréfaction des ressources terrestres, la pollution engendrée par notre développement et nos déplacements physiques? 9

5 L avatar est l avenir de l homme L homme, en tant qu individu physique, a-t-il encore une place dans ce nouveau monde virtuel? Nos avatars, en tant que représentants immatériels, ne seront-ils pas, in fine, plus adaptés que nous pour y grandir et y évoluer? Cet essai ambitionne d explorer ces quelques axes de réflexion. L étude s articulera en trois grandes parties : le constat du phénomène de dématérialisation, la naissance de l Entité collégiale virtuelle et l analyse de l hypothèse d une évolution majeure de l espèce humaine. 10

6 SOMMAIRE Partie I. Le phénomène de dématérialisation I.1. Numérisation des objets d échange Le son, la musique 14 L image, la photographie 19 La vidéo, le cinéma 21 Les livres, la connaissance 24 La monnaie et le e-commerce 29 I.2. Dématérialisation des flux Courriels 34 Messagerie instantanée 38 Téléphonie 41 I.3. L informatique «en ligne» L ordinateur individuel et Internet 46 Webisation des applications 50 Logiciels : de l intégré à l intégrable 51 Le mode SaaS 52 L open source 54 I.4. Les infrastructures 58 I.5. La convergence 62 Partie II. Naissance de l Entité collégiale virtuelle II.1. Le web : toile du réseau social Blogs 67 Réseaux sociaux 71

7 L avatar est l avenir de l homme II.2. L interconnexion communautaire permanente Le règne des standards 75 Connaissance et service en ligne 78 Le conscient collectif 81 Dépendance à l Entité collégiale 84 Partie III. Prospective III.1. Une adaptation naturelle fulgurante? Une question d espace 91 Raréfaction des ressources 93 Pollution et dérèglements associés 97 Une réaction vitale 104 III.2. L homme virtuel La scission de l espèce 105 La matrice 108 L avatar 111 Discussion 114 III.3. Ils vont bientôt nous quitter CD, DVD, supports physiques et métiers associés 118 Hypermarchés 122 Front office des services 124 Second Life et la Wii (de fausses bonnes idées) 127 La télévision 130 Conclusion 134 Bibliographie

8 Le phénomène de dématérialisation 1 La dématérialisation, c est l acte de transformation de la matière en non-matière, du matériel en immatériel. Par abus de langage, dans notre histoire moderne sur fond de nouvelles technologies, le terme de dématérialisation a été assimilé à celui de numérisation, c'est-à-dire de transformation en codification numérique binaire. Cette donnée informatique résultant de la dématérialisation peut, ensuite, être traitée par les ordinateurs, enregistrée sur disque et placée sur Internet. Cette forme de dématérialisation d éléments de l espace physique vers l espace virtuel est celle que nous allons étudier dans cet essai. Dans cette première partie, nous ferons un tour d horizon des différentes facettes du phénomène global de dématérialisation. L objectif n est pas de dresser un historique précis ni un état de l art détaillé des objets et des formes de numérisation, mais d en faire ressortir les constantes, les invariants qui les unissent dans un même élan : la convergence. Nous nous attacherons surtout à souligner les paradoxes qui émaillent la brève histoire de la dématérialisation des éléments de notre civilisation, comme autant de signes des caractères macroscopique et inexorable du phénomène.

9 L avatar est l avenir de l homme Numérisation des objets d échange Le son, la musique La mise en boîte du son est, somme toute, assez récente, y compris dans son mode analogique. Le phonographe de Thomas Edison ne date finalement que de 1877, alors que la musique est sans doute jouée depuis que l homme piétine le sol terrien. Autant dire que l on a mis longtemps à la capturer. Mais, il y a une grande différence entre le son enregistré «à l ancienne» (analogiquement) et le son numérisé. La numérisation du son, même si elle paraît naturelle aujourd hui, n était pas si évidente à imaginer. Il s agissait de transformer un signal physique, une onde, en information, c est-à-dire en données immatérielles. Le compact disc, apparu en 1983, révolutionnera notre manière de stocker, consommer, échanger de la musique. Ce support fut initialement présenté comme inaltérable et d une qualité maximale au plan de la reproduction du son. Nous savons aujourd hui que ces deux arguments étaient faux. Le premier l inaltérabilité n a pas survécu à l épreuve des faits. Les disques réinscriptibles, en particulier, ont une durée de vie moyenne inférieure à dix ans. Nous voilà bien loin des centaines d années d archivage promises! Outre la fragilité induite par l utilisation de substrats chimiques ou métalliques bon marché (la meilleure qualité étant obtenue avec des substrats en or) et leur problématique de coût, il apparaît que les CD, d une 14

10 Le phénomène de dématérialisation manière générale, sont sensibles aussi bien aux conditions de stockage (humidité, lumière, chaleur les altèrent) qu aux manipulations inhérentes à leur utilisation (acidité des doigts, corps gras ). Le CD, comme tout support numérique physique DVD, blue-ray, disques, n est donc pas un support inaltérable. En revanche, sa recopie, effectuée dans des conditions techniques normales, permet d obtenir une nouvelle copie en tous points conforme à l original (en réalité inférieure ou égale, en fonction de la compression des données), ce qui n était pas le cas des supports magnétiques ou vinyles. C est cette possibilité de clonage parfait qui apporte effectivement la pérennité du codage musical, moyennant une organisation en termes de sauvegarde et d archivage. La deuxième idée reçue sur les CD concerne leur prétendue qualité de reproduction. Certes, la comparaison avec un disque vinyle, qui grésille et qui masque une partie du spectre de la dynamique de l onde sonore, plaide en faveur du CD. Mais, qu en est-il par rapport à la réalité du son? Il n y a qu à se rendre à un concert live pour être convaincu de la lourde perte occasionnée par l enregistrement numérique. La différence n est pas audible : elle est de nature physique. Cela tient au mode de reproduction du son numérique. Le son est une onde, sa représentation peut donc être qualifiée par sa fréquence, sa longueur et son amplitude. 15

11 L avatar est l avenir de l homme Schématiquement, le son peut être représenté par une sinusoïde, c est-à-dire une courbe de ce type : Représentation du son pur parue sur le site de Médecine des arts. Voir la page : Lecon-1.html On constate aisément que la continuité de la perception du son est assurée par le caractère continu et lisse de la courbe de la sinusoïde. Or, ceci constitue précisément la limite du numérique: le numérique n est pas lisse, par nature. Le codage numérique, binaire, utilise une suite de bits : des 0 et des 1. Des trous et des bosses. Plus le nombre de bits dans un temps réduit (un espace de stockage en fait) est important, plus la représentation du son numérique est proche de la courbe, tout en étant toujours approximative. On peut représenter cette approximation de la manière suivante : 16

12 Le phénomène de dématérialisation On voit ici que la représentation numérique du son est, par définition, une imitation. Cette infidélité est réelle, bien que peu facile à percevoir à l oreille. Elle est accentuée par la nécessité de diffusion sur des supports historiquement de faible capacité ou de faible débit (connexions Internet traditionnelles). Le codage MP3, qui doit sa popularité à sa légèreté (chiffré en octets), comparé aux sons de type «wav» en 44 MHz, constitue, pour sa part, une amputation du son (on parle de «compression destructive»). Cette opération chirurgicale consiste notamment à dépouiller le spectre sonore réel de toutes les fréquences théoriquement inaudibles (en fait moins audibles) par l oreille humaine et d enlever les sons de faible volume masqués par les sons dominants. L imitation est donc encore moins bonne que dans le cas de la numérisation sans compression. Malgré cette double erreur d appréciation inaltérabilité, qualité irréprochable, la dématérialisation de la 17

13 Bibliographie Ouvrages de référence ASIMOV, Isaac, cycle Fondation, Folio SF, BERRY, Gérard, Pourquoi et comment le monde devient numérique, Fayard, DENEUBOURG, J.-L., Émergence et insectes sociaux, Le pommier, DE ROSNAY, Joël, avec REVELLI Carlo, La révolte du pronétariat, Fayard, DE ROSNAY, Joël, Les Scénarios du futur, Des Idées & des Hommes, et Fayard, 2007, DUFRESNE, Jacques, Après l homme, le cyborg, Multimondes, GOULD, Stephen Jay, La structure de la théorie de l évolution, Gallimard, HALÉVY, Marc, Le principe frugalité, Dangles, JACQUARD, Albert, L équation du nénuphar, Calmann-Lévy, 1998.

14 Bibliographie LEBLANC, Élisabeth, Psychanalyse jungienne, Bernet Danilo, LEVY, Pierre, L Intelligence collective, Pour une anthropologie du cyberespace, La Découverte, NEGROPONTE, Nicolas, L Homme numérique, Robert Laffont, QUINTANA, Angel, «Virtuel? À l ère du numérique, le cinéma est toujours le plus réaliste des arts», Cahiers du cinéma, ROBERTSON, James, Une histoire de l argent, la monnaie des origines à nos jours, Autrement, SIMMONS, Dan, cycle Hypérion, Pocket, TEILHARD DE CHARDIN, Pierre, Le Phénomène humain, Points,

15 L avatar est l avenir de l homme Différentes sources glanées sur le web nt&task=view&id=423&itemid=791 and_web/article ece equipement_internet.htm l-union-europeenne-lance-sa-bibliotheque-numerique_ _ html

16 Bibliographie connecter_afrique.html h t t p : / / w w w. f o o t p r i n t n e t w o r k. o r g / g f n _ s u b. php?content=overshoot#calc x+compatible+tnt+et+vod html 141

17 Ouvrages de la collection PROSPECTIVE Les crises que nous vivons sont les signes d une transformation sociétale globale. Cet ouvrage présente une série d hypothèses sur les mécanismes de cette nouvelle société postindustrielle. Quels en sont les grands problèmes de fond, les rouages complexes et les sacrifices humains induits? Mais surtout, si ces changements fondamentaux peuvent être déstabilisants, menaçants même, ils sont aussi annonciateurs d opportunités et de progrès. Auteur : Michel Cartier & Jon Husband Broché 13 x pages Depuis l époque de l abaque, le traitement automatique de l information a modifié en profondeur nos sociétés. Avec cet ouvrage, l auteur fait état de trois révolutions : anthropologique, sociologique et géopolitique. Nos vies quotidiennes, notre vie en société et la carte du monde sont bouleversées par les nouvelles technologies. Voici donc un livre pour mieux comprendre le monde et l homme d aujourd hui, à travers le faisceau de ce formidable déploiement technologique qu est l informatique, et ainsi identifier les cartes à jouer pour l avenir. Auteur : Dominique Annet Broché - 13 x pages L accomplissement de soi est devenu, plus que jamais, le vrai et seul moteur de l implication professionnelle des gens de talents. Tout y est subordonné. L entreprise doit devenir, d abord, un lieu de passion, centrée sur son métier et ses talents. Aussi, le manager postindustriel devra mettre tout son talent à induire de la qualité complexe et à nourrir de la finalité forte. Qu il laisse les aspects quantitatifs à un adjoint gestionnaire. Alors? Paré à tout changer? Auteur : Marc Halévy Broché 13 x pages L économie a à présent ses deux faces : l économie des objets et l économie des idées, de l information, de l intelligence, de l expertise, des talents, bref : l économie de l immatériel. Elle «pèse» déjà beaucoup plus que l économie classique. Mais voilà, les règles du jeu n y sont plus les mêmes. On ne vend ni n achète de l intelligence ou des idées comme on le faisait des boîtes de conserve. Parfois, même, la gratuité devient un des mécanismes de vente Paradoxe? Au fait : à qui appartient une idée ou une information? Auteur : Marc Halévy Broché - 13 x pages

18 Et si l économie officielle, celle du PIB et du CAC40, n était pas la seule? Elle ne représente que le sixième du total de l économie mondiale, et les cinq sixièmes restants sont partagés par l économie pirate, l économie mafieuse et l économie démonétisée. Les transactions s y font en l absence des monnaies officielles : trocs, bénévolats, open source Ces économies qui semblent marginales sont une des incontournables réponses à la crise durable des marchés. Auteur : Marc Halévy Broché 13 x pages La communication classique se heurte aujourd hui à ses propres murs : ceux de la modernité, de la complication, de la fin du paradigme de la société industrielle. La publicité n est désormais plus à même de donner la réplique. Parce que le monde a changé, parce que l économie se dématérialise, parce que tout devient plus complexe et incertain. Cet ouvrage veut aider à comprendre cette impasse actuelle mais surtout initier l après-communication, dans le contexte émergent de la société de la connaissance. Auteur : Dominique Annet Broché - 13 x pages La diminution inéluctable des ressources en combustibles fossiles doit nous interpeler dès maintenant. Elle est déjà avérée pour le pétrole. La baisse de son cours fin 2008 ne doit pas faire illusion : elle est due à la crise économique, mais la production pétrolière mondiale n en continue pas moins de chuter et, inévitablement, nous retrouverons des cours élevés, pénalisants pour l économie. Face à ce scénario certain, que convient-il de faire? L auteur examine les possibilités de remplacement des hydrocarbures et propose une solution permettant de poursuivre le développement économique. Auteur : Yves Garipuy Broché - 13 x pages

LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES

LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Compétence(s) spécifique(s) : Reconnaître des signaux de nature

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers?

CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers? CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers? Pas évident de déterminer le bon support de stockage en fonction de ses besoins. Photos, vidéos, fichiers divers Quelque petits conseils pour trouver

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES n 3 p528 Le signal a est numérique : il n y a que deux valeurs possibles pour la tension. Le signal b n est pas numérique : il y a alternance entre des signaux divers

Plus en détail

Archivage électronique et valeur probatoire

Archivage électronique et valeur probatoire Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 Archive et archivage 5 2.1 Qu est-ce qu une archive? 5 2.2

Plus en détail

Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif

Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif Tout au long de sa vie, l usager travaille dans un environnement numérique. La virtualisation des ressources, les risques inhérents numériques

Plus en détail

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté

Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique adapté Compétences travaillées : Mettre en œuvre un protocole expérimental Etudier l influence de différents paramètres sur un phénomène physique Communiquer et argumenter en utilisant un vocabulaire scientifique

Plus en détail

MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques

MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques Introduction Définition Actions à mettre en œuvre Bonnes pratiques Introduction Introduction Production- Vente - Consommation Télévision Documents

Plus en détail

ATELIERS OCOVA ALPMEDNET

ATELIERS OCOVA ALPMEDNET ATELIERS OCOVA ALPMEDNET OCOVA AlpMedNet un projet ALCOTRA pour le développement des entreprises & la valorisation des territoires porté par la Régie Micropolis, financé par l Europe, l Etat français &

Plus en détail

Pour un principe matérialiste fort. Jean-Paul Baquiast

Pour un principe matérialiste fort. Jean-Paul Baquiast Pour un principe matérialiste fort Jean-Paul Baquiast Plan détaillé :. Pour un matérialisme fort Le retour en force du dogmatisme religieux Nécessité d un renouvellement du matérialisme Que sont les nouvelles

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

Numérisation du signal

Numérisation du signal Chapitre 12 Sciences Physiques - BTS Numérisation du signal 1 Analogique - Numérique. 1.1 Définitions. Signal analogique : un signal analogique s a (t)est un signal continu dont la valeur varie en fonction

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Le champd analyse de cet ouvrage porte sur la rencontre des

Le champd analyse de cet ouvrage porte sur la rencontre des I / Le nouveau paysage numérique Le champd analyse de cet ouvrage porte sur la rencontre des industries culturelles et de la communication avec les industries du numérique (électronique grand public, télécommunications,

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Grégory Bressolles L E-MARKETING

Grégory Bressolles L E-MARKETING Grégory Bressolles L E-MARKETING Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-057045-4 SOMMAIRE Avant-propos 5 CHAPITRE 1 Qu est-ce que l e-marketing? I COMMENT INTERNET A-T-IL

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

La France est-elle compétitive?

La France est-elle compétitive? La France est-elle compétitive? Cafés Géographiques de Montpellier Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en Géographie, enseignant à l Université Paul Valéry, Montpellier III C est à l occasion

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin

ANNEXE - INNOVATIONS. processus, nom masculin ANNEXE - INNOVATIONS» processus, nom masculin sens 1 - Suite d'opérations ou d'événements. Synonyme : évolution sens 2 - Ensemble d'actions ayant un but précis. NOS ACCESSOIRES INTELLIGENTS DONNER VIE

Plus en détail

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder»

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder» Compétence D1.4 IV - : Pérenniser ses données IV Assurer une sauvegarde 33 Compresser / Décompresser un fichier ou un ensemble de fichiers / dossiers 35 A. Assurer une sauvegarde Distinguer entre «Enregistrer»

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle

La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle La réponse aux enjeux des RH du 21 ème siècle Comment répondre aux nouveaux enjeux des DRH du 21 ème siècle? Besoin n 1 : innover et développer de nouveaux usages métier en décloisonnant les différents

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE

L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE L OUTIL COLLABORATIF AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ENTREPRISES De l idée simple de mettre en relation les différents acteurs du progrès est née une plateforme de travail collaboratif proche du métier

Plus en détail

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP

Charte Les projets pédagogiques / éducatifs au LEAP Lycée d Enseignement Agricole Privé de St Maximin Chemin du Prugnon 83470 SAINT MAXIMIN Tel : 04 94 86 52 93 Fax : 04 94 59 78 91 E Mail : st-maximin@cneap.scolanet.org Fait à St Maximin, le 2 janvier

Plus en détail

Terminale S Chapitre 1 Observer : ondes et matière. Le disque dur

Terminale S Chapitre 1 Observer : ondes et matière. Le disque dur Le disque dur L un des organes centraux de l ordinateur est son disque dur, dont le rôle est de stocker les données et de les conserver une fois l alimentation coupée (on parle de mémoire morte, volatile

Plus en détail

Enregistrement et transformation du son. S. Natkin Novembre 2001

Enregistrement et transformation du son. S. Natkin Novembre 2001 Enregistrement et transformation du son S. Natkin Novembre 2001 1 Éléments d acoustique 2 Dynamique de la puissance sonore 3 Acoustique géométrique: effets de diffusion et de diffraction des ondes sonores

Plus en détail

Sauvegarde et archivage

Sauvegarde et archivage Les Fiches thématiques Jur@tic Sauvegarde et archivage de vos données informatiques Les Fiches thématiques Jur@TIC? 1. Pourquoi SAUVEGARDER SES DONNÉES? Quels que soient vos usages des outils informatiques,

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise.

Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Outsourcing : la sauvegarde en ligne des données de l entreprise. Sur quels marchés votre entreprise de Sauvegarde en Ligne évolue t elle? Dans un contexte de montée en puissance de l insécurité, les solutions

Plus en détail

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.

+Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem. +Allocution sur les impacts et défis du numérique dans le secteur de l édition musicale Par Joëlle Bissonnette APEM jbissonnette@apem.ca Dans le cadre du colloque «L articulation commerce-culture à l ère

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

La virtualisation des serveurs ou «loin des yeux, loin de l esprit»...

La virtualisation des serveurs ou «loin des yeux, loin de l esprit»... Acceleris GmbH Webergutstr. 2 CH-3052 Zollikofen Téléphone: 031 911 33 22 info@acceleris.ch La virtualisation des serveurs ou «loin des yeux, loin de l esprit»... Des entreprises de toutes les branches

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C

A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C Chapitre 1 : Pourquoi intégrer Internet à sa stratégie d'entreprise 15 A. Comprendre les attentes des internautes et leurs évolutions permanentes en B2C Chapitre 1 : Pourquoi intégrer Internet à sa stratégie

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France Cloud Computing Une feuille de route pour la France Le Cloud computing annonce la fin d une ère de l informatique - celle des systèmes d informations juxtaposés, de façon parfois chaotique au sein de

Plus en détail

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition SOMMAIRE Chapitre 1 Introduction 9 Chapitre 2 L organisation de l activité bancaire

Plus en détail

Atelier Le gestionnaire de fichier

Atelier Le gestionnaire de fichier Chapitre 12 Atelier Le gestionnaire de fichier I Présentation Nautilus est un gestionnaire de fichiers pour l environnement de bureau Gnome. Il offre toutes les fonctions de gestion de fichier en local

Plus en détail

Jean-Marc Rietsch, PCI DSS Roadshow Paris juillet 2013 1

Jean-Marc Rietsch, PCI DSS Roadshow Paris juillet 2013 1 Dématique*, stockage, archivage gouvernance! Jean-Marc Rietsch, Ingénieur Civil des Mines Expert en dématique et archivage électronique Chargé de cours à Mines ParisTech Président de FEDISA (Fédération

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE SATELLITE

TOUT SAVOIR SUR LE SATELLITE Vous avez dit satellite? Le satellite qui vous permet de regarder la télévision et d'écouter vos radios préférées s'appelle INTELSAT 701 Il sert de relais pour transmettre les programmes depuis les États

Plus en détail

Facebook pour les nuls

Facebook pour les nuls Facebook pour les nuls Véritable phénomène de société, le réseau social Facebook révolutionne la Toile. Aujourd hui, en Suisse, il y a plus d adolescents inscrits que non inscrits sur ce site. Décryptage

Plus en détail

Entretien avec Jean-François MARIANI. Expert Japon SENIORÉFLEX

Entretien avec Jean-François MARIANI. Expert Japon SENIORÉFLEX Entretien avec Jean-François MARIANI Expert Japon SENIORÉFLEX Ingénieur en chef de l armement (X, Sup Aéro), Jean-François a consacré l essentiel de sa carrière au Japon : chargé de mission au Japon pour

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

E-réputation : protection des données en ligne. Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg

E-réputation : protection des données en ligne. Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg E-réputation : protection des données en ligne Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg CONTEXTE La cybersécurité est un facteur de productivité, de compétitivité et donc de croissance pour

Plus en détail

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde

Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le Conseil Général accompagne le déploiement de la société de l information en Gironde Le numérique transforme en profondeur les modes de vie, bouleverse l organisation et les marchés des entreprises traditionnelles,

Plus en détail

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

Outils permettant la diffusion de l information. Un point sur le droit numérique

Outils permettant la diffusion de l information. Un point sur le droit numérique Technologies de l Information et de la Communication Introduction aux NTE/TICE Présentation des UNR UNT Outils permettant la diffusion de l information Conceptualisation d un module d apprentissage numérique

Plus en détail

Le processus du développement économique

Le processus du développement économique DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN : 2-7081-3397-7 13 Où allons-nous? Le

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Les dossiers compressés (ou zippés)

Les dossiers compressés (ou zippés) Les dossiers compressés (ou zippés) (source : Site du Zéro : http://www.siteduzero.com/tutoriel-3-460502-archiver-et-compresser.html) Archiver et compresser Quand on parle de mémoire en informatique, une

Plus en détail

Sauvegarde et protection des documents

Sauvegarde et protection des documents Sauvegarde et protection des documents 16 avril 2013 p 1 Sauvegarde et protection des documents Sauvegarder un document consiste à en conserver une copie, pour le mettre à l abri ou pour y revenir ultérieurement.

Plus en détail

La persistance de l'information

La persistance de l'information La persistance de l'information Table des matières 1. Introduction...2 2. Quel support numérique durable?...4 3. Le coût...4 4. Les limites du numérique...5 4.1. Pas de fiabilité à 100%...5 4.2. Aucune

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Algorithme. Table des matières

Algorithme. Table des matières 1 Algorithme Table des matières 1 Codage 2 1.1 Système binaire.............................. 2 1.2 La numérotation de position en base décimale............ 2 1.3 La numérotation de position en base binaire..............

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

Ondes Pulsées - Mise en évidence

Ondes Pulsées - Mise en évidence Ondes Pulsées - Mise en évidence Ce document, sans aucune prétention technique, est un essai de mise en évidence basique des ondes pulsées. Le but est de montrer les ondes pulsées typiques connues actuellement

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

La mise en œuvre d'une gestion électronique des documents

La mise en œuvre d'une gestion électronique des documents La mise en œuvre d'une gestion électronique des documents Alexandre JABORSKA Ingénieur chargé de la Direction des Services Techniques, Logistiques et du Biomédical Centre Hospitalier de Creil Histoire

Plus en détail

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DU NORD

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DU NORD ARCHIVES DEPARTEMENTALES DU NORD SERVICE DE LA COLLECTE ET DU TRAITEMENT DES ARCHIVES PUBLIQUES PREFECTURE DU NORD ARCHIVAGE DES DOSSIERS DE DEMANDE DE TITRE DE SEJOUR DES ETRANGERS Vincent Doom SOMMAIRE

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION F-5.04 : METHODOLOGIE D UN PROJET DE DEMATERIALISATION ET D ARCHIVAGE ELECTRONIQUE, APPLICATION AUX MAILS /// Objectifs pédagogiques Apporter aux participants les informations essentielles pour aborder

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

Newsletter Jurimanagement & Juricommunication. Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013

Newsletter Jurimanagement & Juricommunication. Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013 Newsletter Jurimanagement & Juricommunication Avocat Management & Stratégie La lettre n 20 juin 2013 Editorial : Par Michel Lehrer Directeur associé de Jurimanagement Dans un marché en pleine mutation

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile. challenges

L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile. challenges L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! RP mobile challenges L ERP mobile répond aux challenges des entreprises! Pour les moyennes et grandes entreprises, avoir un accès rapide, sécurisé et

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

Pour la première fois, la carte SIM d un téléphone devient aussi une carte bancaire sécurisée

Pour la première fois, la carte SIM d un téléphone devient aussi une carte bancaire sécurisée 20 octobre 2006 révolution dans les moyens de paiement Pour la première fois, la carte SIM d un téléphone devient aussi une carte bancaire sécurisée C est une véritable révolution qui se prépare : dès

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations Solution complète clé en main pour la gestion des flux d informations Gestion du cycle de vie du document actif Partage et

Plus en détail

Cahier n o 7. Mon ordinateur. Gestion et Entretien de l ordinateur

Cahier n o 7. Mon ordinateur. Gestion et Entretien de l ordinateur Cahier n o 7 Mon ordinateur Gestion et Entretien de l ordinateur ISBN : 978-2-922881-11-0 2 Table des matières Gestion et Entretien de l ordinateur Introduction 4 Inventaire du matériel 5 Mise à jour du

Plus en détail

Lexique informatique. De l ordinateur :

Lexique informatique. De l ordinateur : De l ordinateur : Lexique informatique CD / Cédérom : CD (Compact Disc) contient des logiciels (dictionnaire, jeux, ) Clavier : permet de taper du texte, de la ponctuation, des chiffres et des symboles.

Plus en détail

OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert?

OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert? OECD Insights International Trade: Free, Fair and Open? Summary in French Les essentiels de l OCDE Le commerce international : Libre, équitable et ouvert? Résumé en français Le commerce international influe

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Caméras réseau thermiques Axis. Détection de haute qualité dans l obscurité et dans des conditions difficiles.

Caméras réseau thermiques Axis. Détection de haute qualité dans l obscurité et dans des conditions difficiles. Caméras réseau thermiques Axis. Détection de haute qualité dans l obscurité et dans des conditions difficiles. Tout ce que vous attendez des caméras thermiques sans oublier les fonctions Axis standard.

Plus en détail

Le passage à l open source, une nouvelle priorité

Le passage à l open source, une nouvelle priorité Le passage à l open source, une nouvelle priorité acquia.com I 888 922 7842 I +01 79 97 25 70 I John Eccles House, Robert Robertson Avenue, Oxford, UK, OX4 4GP Le passage à l open source, une nouvelle

Plus en détail

Chapitre 1. L algorithme génétique

Chapitre 1. L algorithme génétique Chapitre 1 L algorithme génétique L algorithme génétique (AG) est un algorithme de recherche basé sur les mécanismes de la sélection naturelle et de la génétique. Il combine une stratégie de survie des

Plus en détail

En DV (PAL ou NTSC), la largeur est toujours de 720 pixels, c'est la proportion du pixel qui change la proportion de l'image.

En DV (PAL ou NTSC), la largeur est toujours de 720 pixels, c'est la proportion du pixel qui change la proportion de l'image. En DV (PAL ou NTSC), la largeur est toujours de 720 pixels, c'est la proportion du pixel qui change la proportion de l'image. Il s agit de la notion de pixels non carrés Cette histoire de pixel non carrés

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE. Une enquête CECOP/CSA pour Le Cercle des épargnants Centre d études et de connaissances sur l opinion publique LES FRANCAIS ET LEUR RETRAITE Une enquête /CSA pour Le Cercle des épargnants Note d analyse Février 2009 S.A. au capital de 38.112,25 euros Siège

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Vidéo surveillance, biométrie, technique et réglementation. 18 mars 2009

Vidéo surveillance, biométrie, technique et réglementation. 18 mars 2009 Vidéo surveillance, biométrie, technique et réglementation 18 mars 2009 Intervenants Serge RICHARD, IBM Raphaël PEUCHOT, avocat Eric ARNOUX, gendarme Jean-Marc CHARTRES 2 Aspects techniques Eric ARNOUX

Plus en détail