L avatar est l avenir de l homme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L avatar est l avenir de l homme"

Transcription

1 Hervé ASTIER Prospective VIVRE DEMAIN L avatar est l avenir de l homme Vers la dématérialisation Essai Un ouvrage paru sous la direction de Marc Halévy

2 Préambule «Si nous avons chacun un objet et que nous l échangeons, nous avons chacun un objet ; si nous avons chacun une idée et que nous l échangeons, nous avons chacun deux idées.» Ce proverbe chinois illustre astucieusement l avantage des données immatérielles sur la matière physique. Ce don d ubiquité n est pas leur unique qualité. L espace, le temps, la société vivent sous nos yeux une métamorphose sans doute unique dans l histoire de l humanité. La révolution numérique, chacun en est désormais convaincu, bat son plein. La photographie, la musique, la vidéo sont ancrées dans l ère du bit. Seuls quelques marginaux, artistes ou collectionneurs, agitent encore comme une provocation leurs appareils argentiques ou leurs disques vinyle. Cette numérisation, si elle paraît généralisée au premier abord, ne touche pas, loin s en faut, toute la matière terrestre. On ne numérise pas une pierre, un arbre, une maison, un être vivant. La question n est pas tellement de savoir si cela serait possible ou non, en réalité, cela ne semble pas nous intéresser. Connaissance, représentation du monde, moyens d échanges et de communication constituent le périmètre circonscrit du phénomène de dématérialisation. Mais, n estce pas là précisément ce qui distingue l homme de l animal? N est-ce pas ce que nous dénommons «civilisation»?

3 L avatar est l avenir de l homme Dans le domaine des objets d échange : image, son, écrits, argent, rien ne semble échapper à la frénésie de la dématérialisation. L affaire a été entendue en quelques années seulement, ce qui, à l échelle de l histoire humaine, est tout bonnement incroyable. Parallèlement, et avec la même brutale détermination, les flux de communication sont, eux aussi, dématérialisés. Toutes les formes écrites se voient numérisées, les courriels remplacent les courriers, la téléphonie est en ébullition numérique permanente, la messagerie instantanée prend le pas sur la parole. Pour assurer le transport de ces objets échangés et de ces flux, l infrastructure numérique s organise : les «autoroutes de l information», comme on les a justement dénommées, irrigueront bientôt tout le territoire mondial, y compris les zones habituellement déshéritées. Les réseaux numériques remplacent les faisceaux hertziens, devenus subitement «ringards». Dans ce domaine de l infrastructure numérique, la course est au débit : l objectif est indéniablement de faire passer un maximum de bits en un minimum de temps. Omniprésente, l informatique elle-même pourtant si jeune connaît sa petite révolution : l orientation étant à la communication, les programmes informatiques se voient sommés de dialoguer entre eux, ce à quoi ils n étaient pas franchement préparés. Des normes d interopérabilité se mettent en place, et l open source, comme cadre de partage de la connaissance informatique, voit le jour pour définir un nouveau modèle de développement, lui-même partagé. Une fois les objets d échanges et les moyens mis en place, il ne reste plus qu à communiquer. Et les hommes, partout, comme un seul homme, communiquent : les blogs, malgré leur apparente pauvreté 8

4 Préambule générale, fleurissent par millions sur la toile, des milliards de messages sont échangés chaque jour par mail, messagerie instantanée ou SMS, et le téléphone, devenu numérique, se mue en un nouvel organe indissociable du corps humain. Le e-commerce, le e- tourisme, la e-administration rendent progressivement inutiles et obsolètes les anciens modes de visite, de réservation et d achat. Enfin, avec ce qu il est convenu d appeler «les réseaux sociaux», l homme en vient peu à peu à se partager luimême en offrant à des communautés organisées en ligne ses compétences, ses connaissances et son temps. Pour ce faire, il utilise des pseudos, des représentations virtuelles : des avatars. Cette forme singulière de mise en relation interactive et de services collaboratifs imprègne l évolution des sites Internet sous l appellation «web 2.0», dont les évolutions confirment cette orientation vers ce que l on qualifie d interactivité, de communauté, de solidarité, etc. mais qui, au bout du compte, constituera véritablement une interconnexion des hommes. La promesse de cette interconnexion permanente constitue-t-elle le sens profond de cette révolution numérique? Avec la naissance de cette Entité collégiale virtuelle, située dans une autre dimension spatiale, a-t-on affaire à une évolution naturelle, au même titre que les amphibiens sortirent de l eau pour donner naissance à nos lointains ancêtres? Dans cette hypothèse, quels seraient les mobiles de cette mutation du matériel à l immatériel : le trop-plein d hommes, la raréfaction des ressources terrestres, la pollution engendrée par notre développement et nos déplacements physiques? 9

5 L avatar est l avenir de l homme L homme, en tant qu individu physique, a-t-il encore une place dans ce nouveau monde virtuel? Nos avatars, en tant que représentants immatériels, ne seront-ils pas, in fine, plus adaptés que nous pour y grandir et y évoluer? Cet essai ambitionne d explorer ces quelques axes de réflexion. L étude s articulera en trois grandes parties : le constat du phénomène de dématérialisation, la naissance de l Entité collégiale virtuelle et l analyse de l hypothèse d une évolution majeure de l espèce humaine. 10

6 SOMMAIRE Partie I. Le phénomène de dématérialisation I.1. Numérisation des objets d échange Le son, la musique 14 L image, la photographie 19 La vidéo, le cinéma 21 Les livres, la connaissance 24 La monnaie et le e-commerce 29 I.2. Dématérialisation des flux Courriels 34 Messagerie instantanée 38 Téléphonie 41 I.3. L informatique «en ligne» L ordinateur individuel et Internet 46 Webisation des applications 50 Logiciels : de l intégré à l intégrable 51 Le mode SaaS 52 L open source 54 I.4. Les infrastructures 58 I.5. La convergence 62 Partie II. Naissance de l Entité collégiale virtuelle II.1. Le web : toile du réseau social Blogs 67 Réseaux sociaux 71

7 L avatar est l avenir de l homme II.2. L interconnexion communautaire permanente Le règne des standards 75 Connaissance et service en ligne 78 Le conscient collectif 81 Dépendance à l Entité collégiale 84 Partie III. Prospective III.1. Une adaptation naturelle fulgurante? Une question d espace 91 Raréfaction des ressources 93 Pollution et dérèglements associés 97 Une réaction vitale 104 III.2. L homme virtuel La scission de l espèce 105 La matrice 108 L avatar 111 Discussion 114 III.3. Ils vont bientôt nous quitter CD, DVD, supports physiques et métiers associés 118 Hypermarchés 122 Front office des services 124 Second Life et la Wii (de fausses bonnes idées) 127 La télévision 130 Conclusion 134 Bibliographie

8 Le phénomène de dématérialisation 1 La dématérialisation, c est l acte de transformation de la matière en non-matière, du matériel en immatériel. Par abus de langage, dans notre histoire moderne sur fond de nouvelles technologies, le terme de dématérialisation a été assimilé à celui de numérisation, c'est-à-dire de transformation en codification numérique binaire. Cette donnée informatique résultant de la dématérialisation peut, ensuite, être traitée par les ordinateurs, enregistrée sur disque et placée sur Internet. Cette forme de dématérialisation d éléments de l espace physique vers l espace virtuel est celle que nous allons étudier dans cet essai. Dans cette première partie, nous ferons un tour d horizon des différentes facettes du phénomène global de dématérialisation. L objectif n est pas de dresser un historique précis ni un état de l art détaillé des objets et des formes de numérisation, mais d en faire ressortir les constantes, les invariants qui les unissent dans un même élan : la convergence. Nous nous attacherons surtout à souligner les paradoxes qui émaillent la brève histoire de la dématérialisation des éléments de notre civilisation, comme autant de signes des caractères macroscopique et inexorable du phénomène.

9 L avatar est l avenir de l homme Numérisation des objets d échange Le son, la musique La mise en boîte du son est, somme toute, assez récente, y compris dans son mode analogique. Le phonographe de Thomas Edison ne date finalement que de 1877, alors que la musique est sans doute jouée depuis que l homme piétine le sol terrien. Autant dire que l on a mis longtemps à la capturer. Mais, il y a une grande différence entre le son enregistré «à l ancienne» (analogiquement) et le son numérisé. La numérisation du son, même si elle paraît naturelle aujourd hui, n était pas si évidente à imaginer. Il s agissait de transformer un signal physique, une onde, en information, c est-à-dire en données immatérielles. Le compact disc, apparu en 1983, révolutionnera notre manière de stocker, consommer, échanger de la musique. Ce support fut initialement présenté comme inaltérable et d une qualité maximale au plan de la reproduction du son. Nous savons aujourd hui que ces deux arguments étaient faux. Le premier l inaltérabilité n a pas survécu à l épreuve des faits. Les disques réinscriptibles, en particulier, ont une durée de vie moyenne inférieure à dix ans. Nous voilà bien loin des centaines d années d archivage promises! Outre la fragilité induite par l utilisation de substrats chimiques ou métalliques bon marché (la meilleure qualité étant obtenue avec des substrats en or) et leur problématique de coût, il apparaît que les CD, d une 14

10 Le phénomène de dématérialisation manière générale, sont sensibles aussi bien aux conditions de stockage (humidité, lumière, chaleur les altèrent) qu aux manipulations inhérentes à leur utilisation (acidité des doigts, corps gras ). Le CD, comme tout support numérique physique DVD, blue-ray, disques, n est donc pas un support inaltérable. En revanche, sa recopie, effectuée dans des conditions techniques normales, permet d obtenir une nouvelle copie en tous points conforme à l original (en réalité inférieure ou égale, en fonction de la compression des données), ce qui n était pas le cas des supports magnétiques ou vinyles. C est cette possibilité de clonage parfait qui apporte effectivement la pérennité du codage musical, moyennant une organisation en termes de sauvegarde et d archivage. La deuxième idée reçue sur les CD concerne leur prétendue qualité de reproduction. Certes, la comparaison avec un disque vinyle, qui grésille et qui masque une partie du spectre de la dynamique de l onde sonore, plaide en faveur du CD. Mais, qu en est-il par rapport à la réalité du son? Il n y a qu à se rendre à un concert live pour être convaincu de la lourde perte occasionnée par l enregistrement numérique. La différence n est pas audible : elle est de nature physique. Cela tient au mode de reproduction du son numérique. Le son est une onde, sa représentation peut donc être qualifiée par sa fréquence, sa longueur et son amplitude. 15

11 L avatar est l avenir de l homme Schématiquement, le son peut être représenté par une sinusoïde, c est-à-dire une courbe de ce type : Représentation du son pur parue sur le site de Médecine des arts. Voir la page : Lecon-1.html On constate aisément que la continuité de la perception du son est assurée par le caractère continu et lisse de la courbe de la sinusoïde. Or, ceci constitue précisément la limite du numérique: le numérique n est pas lisse, par nature. Le codage numérique, binaire, utilise une suite de bits : des 0 et des 1. Des trous et des bosses. Plus le nombre de bits dans un temps réduit (un espace de stockage en fait) est important, plus la représentation du son numérique est proche de la courbe, tout en étant toujours approximative. On peut représenter cette approximation de la manière suivante : 16

12 Le phénomène de dématérialisation On voit ici que la représentation numérique du son est, par définition, une imitation. Cette infidélité est réelle, bien que peu facile à percevoir à l oreille. Elle est accentuée par la nécessité de diffusion sur des supports historiquement de faible capacité ou de faible débit (connexions Internet traditionnelles). Le codage MP3, qui doit sa popularité à sa légèreté (chiffré en octets), comparé aux sons de type «wav» en 44 MHz, constitue, pour sa part, une amputation du son (on parle de «compression destructive»). Cette opération chirurgicale consiste notamment à dépouiller le spectre sonore réel de toutes les fréquences théoriquement inaudibles (en fait moins audibles) par l oreille humaine et d enlever les sons de faible volume masqués par les sons dominants. L imitation est donc encore moins bonne que dans le cas de la numérisation sans compression. Malgré cette double erreur d appréciation inaltérabilité, qualité irréprochable, la dématérialisation de la 17

13 Bibliographie Ouvrages de référence ASIMOV, Isaac, cycle Fondation, Folio SF, BERRY, Gérard, Pourquoi et comment le monde devient numérique, Fayard, DENEUBOURG, J.-L., Émergence et insectes sociaux, Le pommier, DE ROSNAY, Joël, avec REVELLI Carlo, La révolte du pronétariat, Fayard, DE ROSNAY, Joël, Les Scénarios du futur, Des Idées & des Hommes, et Fayard, 2007, DUFRESNE, Jacques, Après l homme, le cyborg, Multimondes, GOULD, Stephen Jay, La structure de la théorie de l évolution, Gallimard, HALÉVY, Marc, Le principe frugalité, Dangles, JACQUARD, Albert, L équation du nénuphar, Calmann-Lévy, 1998.

14 Bibliographie LEBLANC, Élisabeth, Psychanalyse jungienne, Bernet Danilo, LEVY, Pierre, L Intelligence collective, Pour une anthropologie du cyberespace, La Découverte, NEGROPONTE, Nicolas, L Homme numérique, Robert Laffont, QUINTANA, Angel, «Virtuel? À l ère du numérique, le cinéma est toujours le plus réaliste des arts», Cahiers du cinéma, ROBERTSON, James, Une histoire de l argent, la monnaie des origines à nos jours, Autrement, SIMMONS, Dan, cycle Hypérion, Pocket, TEILHARD DE CHARDIN, Pierre, Le Phénomène humain, Points,

15 L avatar est l avenir de l homme Différentes sources glanées sur le web nt&task=view&id=423&itemid=791 and_web/article ece equipement_internet.htm l-union-europeenne-lance-sa-bibliotheque-numerique_ _ html

16 Bibliographie connecter_afrique.html h t t p : / / w w w. f o o t p r i n t n e t w o r k. o r g / g f n _ s u b. php?content=overshoot#calc x+compatible+tnt+et+vod html 141

17 Ouvrages de la collection PROSPECTIVE Les crises que nous vivons sont les signes d une transformation sociétale globale. Cet ouvrage présente une série d hypothèses sur les mécanismes de cette nouvelle société postindustrielle. Quels en sont les grands problèmes de fond, les rouages complexes et les sacrifices humains induits? Mais surtout, si ces changements fondamentaux peuvent être déstabilisants, menaçants même, ils sont aussi annonciateurs d opportunités et de progrès. Auteur : Michel Cartier & Jon Husband Broché 13 x pages Depuis l époque de l abaque, le traitement automatique de l information a modifié en profondeur nos sociétés. Avec cet ouvrage, l auteur fait état de trois révolutions : anthropologique, sociologique et géopolitique. Nos vies quotidiennes, notre vie en société et la carte du monde sont bouleversées par les nouvelles technologies. Voici donc un livre pour mieux comprendre le monde et l homme d aujourd hui, à travers le faisceau de ce formidable déploiement technologique qu est l informatique, et ainsi identifier les cartes à jouer pour l avenir. Auteur : Dominique Annet Broché - 13 x pages L accomplissement de soi est devenu, plus que jamais, le vrai et seul moteur de l implication professionnelle des gens de talents. Tout y est subordonné. L entreprise doit devenir, d abord, un lieu de passion, centrée sur son métier et ses talents. Aussi, le manager postindustriel devra mettre tout son talent à induire de la qualité complexe et à nourrir de la finalité forte. Qu il laisse les aspects quantitatifs à un adjoint gestionnaire. Alors? Paré à tout changer? Auteur : Marc Halévy Broché 13 x pages L économie a à présent ses deux faces : l économie des objets et l économie des idées, de l information, de l intelligence, de l expertise, des talents, bref : l économie de l immatériel. Elle «pèse» déjà beaucoup plus que l économie classique. Mais voilà, les règles du jeu n y sont plus les mêmes. On ne vend ni n achète de l intelligence ou des idées comme on le faisait des boîtes de conserve. Parfois, même, la gratuité devient un des mécanismes de vente Paradoxe? Au fait : à qui appartient une idée ou une information? Auteur : Marc Halévy Broché - 13 x pages

18 Et si l économie officielle, celle du PIB et du CAC40, n était pas la seule? Elle ne représente que le sixième du total de l économie mondiale, et les cinq sixièmes restants sont partagés par l économie pirate, l économie mafieuse et l économie démonétisée. Les transactions s y font en l absence des monnaies officielles : trocs, bénévolats, open source Ces économies qui semblent marginales sont une des incontournables réponses à la crise durable des marchés. Auteur : Marc Halévy Broché 13 x pages La communication classique se heurte aujourd hui à ses propres murs : ceux de la modernité, de la complication, de la fin du paradigme de la société industrielle. La publicité n est désormais plus à même de donner la réplique. Parce que le monde a changé, parce que l économie se dématérialise, parce que tout devient plus complexe et incertain. Cet ouvrage veut aider à comprendre cette impasse actuelle mais surtout initier l après-communication, dans le contexte émergent de la société de la connaissance. Auteur : Dominique Annet Broché - 13 x pages La diminution inéluctable des ressources en combustibles fossiles doit nous interpeler dès maintenant. Elle est déjà avérée pour le pétrole. La baisse de son cours fin 2008 ne doit pas faire illusion : elle est due à la crise économique, mais la production pétrolière mondiale n en continue pas moins de chuter et, inévitablement, nous retrouverons des cours élevés, pénalisants pour l économie. Face à ce scénario certain, que convient-il de faire? L auteur examine les possibilités de remplacement des hydrocarbures et propose une solution permettant de poursuivre le développement économique. Auteur : Yves Garipuy Broché - 13 x pages

Trucs & astuces pour le stockage & l archivage des photos numériques

Trucs & astuces pour le stockage & l archivage des photos numériques Trucs & astuces pour le stockage & l archivage des photos numériques Richard Walter Nantes, 6 novembre 2013 Journée d études IconoRéseau Où stocker? Quoi stocker? Où sauvegarder? Quoi sauvegarder? Stockage

Plus en détail

Alain ROBERT. Vous avez dit «Numérique»?

Alain ROBERT. Vous avez dit «Numérique»? Alain ROBERT Vous avez dit «Numérique»? Attention : Ce document est déposé. Son usage est libre dans tous les établissements d'enseignement. Si vous souhaitez le dupliquer sur un site internet ou l incorporer

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES

INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES INSTITUT NATIONAL DES LANGUES ET CIVILISATIONS ORIENTALES LICENCE: LANGUES, CULTURES ET SOCIETES DU MONDE SPECIALITE : COMMUNICATION INTERCULTURELLE ET LANGUES DU MONDE (CILM) Design graphique et multimédia

Plus en détail

MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques

MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques MODULE 2 : L échange et le partage de fichiers numériques Introduction Définition Actions à mettre en œuvre Bonnes pratiques Introduction Introduction Production- Vente - Consommation Télévision Documents

Plus en détail

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com systemes@arrabal-is.com Généralités Généralités des systèmes Windows Les systèmes Microsoft sont au cœur du système d information de la majorité des entreprises, si bien qu environ 90% des postes utilisateurs

Plus en détail

Traitement du signal et Applications

Traitement du signal et Applications Traitement du signal et Applications Master Technologies et Handicaps 1 ère année Philippe Foucher 1 Plan Signal? Exemples Signaux analogiques/signaux numériques Propriétés Séance de TP 2 Plan Signal?

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013

Rapport d études. Etudes des spécificités du marché du SaaS en France. Rapport de synthèse février 2013 Rapport d études Etudes des spécificités du marché du SaaS en France Rapport de synthèse février 2013 Conception Caisse des Dépôts (Service communication DDTR) février 2013 Veille stratégique, conseil

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur

Datanomics se compose de trois parties. La première s attache à décrire le nouveau paysage des données (chapitre 1) et à étudier la question de leur 1 Avant-propos Les données sont partout. Leur utilisation est au cœur des stratégies des grandes entreprises du numérique qui se déploient aujourd hui dans nombre de secteurs traditionnels. Elles sont

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES

Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES Chap17 - CORRECTİON DES EXERCİCES n 3 p528 Le signal a est numérique : il n y a que deux valeurs possibles pour la tension. Le signal b n est pas numérique : il y a alternance entre des signaux divers

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL

INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL INTRODUCTION AU DROIT PÉNAL 1/ Le phénomène criminel est un fait inhérent au groupe social et à la nature humaine. Dans le temps, il remonte aux origines de l humanité, dans l espace aucun pays n y échappe.

Plus en détail

Le CD Audio Un cas exemplaire de codage et de traitement numérique d un phénomène physique

Le CD Audio Un cas exemplaire de codage et de traitement numérique d un phénomène physique Le CD Audio Un cas exemplaire de codage et de traitement numérique d un phénomène physique Le constat Le CD Audio, Compact Disc à lecture optique, s est imposé comme le support idéal pour le stockage de

Plus en détail

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie

Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel. L énergie Auteur : Odette Chevaillier Illustrateur : David Vogel I n t r o d u c t i o n Quelques données générales La Terre est née il y a 4,5 milliards d années. L eau a alors permis la naissance de la vie. Il

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES

LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES LES DIFFÉRENTS FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Compétence(s) spécifique(s) : Reconnaître des signaux de nature

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE

ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE ELEMENTS DE CONTENU DETAILLE CH : 3 EVOLUTION DES SYSTEMES DE VIDEOSURVEILLANCE 3.1 Systèmes de vidéosurveillance classique CCTV : 3.2 Systèmes de vidéosurveillance analogique avec magnétoscopes traditionnels

Plus en détail

Infrastructure technique

Infrastructure technique Infrastructure technique d une chaîne de TV Comment les nouvelles technologies transforment l audiovisuel, de la production à la diffusion Jean-Michel Mariani Groupe Eyrolles, 2003, ISBN 2-212-11353-6

Plus en détail

Documents musicaux à la Médiathèque de l Ircam Michel Fingerhut Directeur de la Médiathèque de l Ircam

Documents musicaux à la Médiathèque de l Ircam Michel Fingerhut Directeur de la Médiathèque de l Ircam Michel Fingerhut Directeur de la Médiathèque de l Ircam La numérisation de documents principalement sonores a débuté à l Ircam en interne et sur ressources propres lors de l établissement de sa Médiathèque

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan

Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management. Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan Déjeuner EIM 360 - Enterprise Information Management Mardi 16 novembre 2010 Restaurant l Amourette Montreuil Thomas Dechilly CTO Sollan (Extract du livre blanc) Introduction... 2 Continuité des pratiques

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

La sécurité numérique de l entreprise

La sécurité numérique de l entreprise 11Pierre-Luc Réfalo La sécurité numérique de l entreprise L effet papillon du hacker, 2013 ISBN : 978-2-212-55525-7 Sommaire Avertissement...11 Préambule...13 Introduction...23 Première partie Tout est

Plus en détail

2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA

2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA 2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA La radiodiffusion publique dans un monde en évolution CBC/Radio-Canada dessert le deuxième plus grand pays du monde et l un de

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Gestion technique de l immobilier d entreprise

Gestion technique de l immobilier d entreprise Gestion technique de l immobilier d entreprise Pascal Hendrickx Jean Perret Groupe Eyrolles 2003 ISBN 2-212-11251-3 Introduction Le patrimoine bâti n est pas un produit éphémère et périssable. C est un

Plus en détail

Les dossiers compressés (ou zippés)

Les dossiers compressés (ou zippés) Les dossiers compressés (ou zippés) (source : Site du Zéro : http://www.siteduzero.com/tutoriel-3-460502-archiver-et-compresser.html) Archiver et compresser Quand on parle de mémoire en informatique, une

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers?

CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers? CD, DVD: quel disque choisir pour stocker ses fichiers? Pas évident de déterminer le bon support de stockage en fonction de ses besoins. Photos, vidéos, fichiers divers Quelque petits conseils pour trouver

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par la préservation

Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par la préservation Thèse de doctorat, spécialité «sciences du territoire» Auteur : Yann Kohler Date : 2011 Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION

PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION PR EM I E R M I N IST R E SECRÉTARIAT D'ÉTAT CHARGÉ DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT ET DE LA SIMPLIFICATION Discours de clôture de Clotilde VALTER, Secrétaire d Etat chargée de la Réforme de l Etat et de la Simplification

Plus en détail

L Internet des objets

L Internet des objets L Internet des objets L économie numérique entame une nouvelle phase de son évolution notamment avec le développement de l Internet des objets et la future 5G. Ces avancées ouvrent la voie à l avènement

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

La sécurité alimentaire dans le monde

La sécurité alimentaire dans le monde Séquence 1 Nourrir les hommes Lancement : Reportage : Journal télévisé de TF1 et émission de Y.A.Bertrand «Vu du ciel» Problématiques générales : 1). 2). Séance 1 La sécurité alimentaire dans le monde

Plus en détail

1 Concevoir et réaliser un projet de formation

1 Concevoir et réaliser un projet de formation 1 Concevoir et réaliser un projet de formation Nous présentons, dans ce chapitre, la méthodologie générale de conception et de réalisation d un projet de formation. La caisse à outils du formateur 2 1.1

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Manipulation d objets multimédias

Manipulation d objets multimédias Manipulation d objets multimédias Description Ce laboratoire consiste à vous donner une connaissance de base des images au format numérique. Les réponses aux exercices ne se trouvent pas dans les notes

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Proposition mtb/28 juin 2013 M É M O I R E MPR. Marie-Thérèse Bournival Louise Saint-Pierre Catherine Gaumond

Proposition mtb/28 juin 2013 M É M O I R E MPR. Marie-Thérèse Bournival Louise Saint-Pierre Catherine Gaumond M É M O I R E MPR Marie-Thérèse Bournival Louise Saint-Pierre Catherine Gaumond 1 RÉSUMÉ Le patrimoine religieux est menacé par la décroissance des congrégations et par une diminution alarmante des ressources

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE

METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE METHODOLOGIE DE MISE EN ŒUVRE DU SIG A LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE PLAINE COMMUNE Intervenant: Dominique LUIS1 SOMMAIRE Introduction Les étapes du projet L étude d opportunité L étude de faisabilité

Plus en détail

L EXPORTATION d un PROJET.MVP

L EXPORTATION d un PROJET.MVP L EXPORTATION d un PROJET.MVP Présentation du problème : Le Projet de Montage Magix 17.MVP n est que l apparence du Film ou du Diaporama Vidéo (une maquette, une liste d instructions pour le logiciel).

Plus en détail

Animation force de vente LE GEOMARKETING

Animation force de vente LE GEOMARKETING PARTIE THEORIQUE : Animation force de vente LE GEOMARKETING I QU EST-CE QUE LE GEOMARKETING? Le géomarketing est la prise en compte, à des fins marketings, de la réalité spatiale des activités économiques.

Plus en détail

Les évolutions du rôle de formateur face à l utilisation des TIC. Eric Désévédavy Cadre de santé formateur

Les évolutions du rôle de formateur face à l utilisation des TIC. Eric Désévédavy Cadre de santé formateur Les évolutions du rôle de formateur face à l utilisation des TIC Eric Désévédavy Cadre de santé formateur Un constat inéluctable Les TIC sont incontournables dans notre société Les TIC sont partout présentes

Plus en détail

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008

Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Intervention de la vice-présidente, Micheline Claes, lors de la conférence Isabel du 27 février 2008 Remplissant de multiples fonctions et pièce maîtresse en comptabilité et en fiscalité, la facture intéresse

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Notre objectif est de vous permettre d accéder à distance à la caméra et de la contrôler 24h/24 et 7j/7. Dynamic Transcoding

Notre objectif est de vous permettre d accéder à distance à la caméra et de la contrôler 24h/24 et 7j/7. Dynamic Transcoding Notre objectif est de vous permettre d accéder à distance à la caméra et de la contrôler 24h/24 et 7j/7 Dynamic Transcoding 2 Dynamic Transcoding Accès à distance 24h/24 et 7j/7 et contrôle à tout moment,

Plus en détail

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur

Utiliser les outils du. Web 2.0. Dans sa pratique d enseignant et de formateur Utiliser les outils du Web 2.0 Dans sa pratique d enseignant et de formateur Vincent Pereira Formateur Consultant Communautés numériques Blogueur http://www.formateurconsultant.com/ Non Théo, il n y a

Plus en détail

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien

Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien 2014 Thème 1: Voyage dans le Cerveau Musicien Grand témoin Natalie Dessay Invités plateau Hervé Platel (Le cerveau transparent la révolution des techniques de neuroimagerie cérébrale) Emmanuel Bigand (Historique

Plus en détail

Guénael Launay. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2

Guénael Launay. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2 Guénael Launay Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2 Convertisseur analogique numérique analogique. 3 Convertisseur analogique numérique 3 Convertisseur numérique analogique 3 Théorie

Plus en détail

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage

Travail d équipe et gestion des données L informatique en nuage Travail d équipe et gestion des L informatique en nuage BAR Octobre 2013 Présentation Au cours des études collégiales et universitaires, le travail d équipe est une réalité presque omniprésente. Les enseignants

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais

Plus en détail

1. Apec, juin 2012. 2013 Pearson France Community management Paul Cordina, David Fayon

1. Apec, juin 2012. 2013 Pearson France Community management Paul Cordina, David Fayon Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Les médias sociaux (réseaux sociaux, blogs, wikis*, forums, etc.) sont au cœur du Web 2.0. La communication traditionnelle et descendante, dont le paroxysme se matérialise

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles

Témoignage utilisateur. Groupe HG Automobiles Témoignage utilisateur Groupe HG Automobiles www.hgauto.fr Equipé du DMS Sage icar, V12Web, pilote Module financement Kevin Ginisty Directeur Groupe Novembre 2012 En bref Le Groupe HG Automobiles distribue

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL DES ÉCOLES INTELLIGENTES. Alphabétisation & lettrisme numérique suivant des modules d insertion professionnelle

RÉSEAU MONDIAL DES ÉCOLES INTELLIGENTES. Alphabétisation & lettrisme numérique suivant des modules d insertion professionnelle RÉSEAU MONDIAL DES ÉCOLES INTELLIGENTES Alphabétisation & lettrisme numérique suivant des modules d insertion professionnelle 1 L internet de l éducation : Nouvelle réalité mondiale et Africaine. Changement

Plus en détail

Mythes et Légendes du Social Shopping

Mythes et Légendes du Social Shopping Mythes et Légendes du Social Shopping Agnès Teissier Consultante, Fondatrice Agence Conseil E-Commerce Mars 2012 Facebook et surtout ses boutons J aime, Partager, Commenter ont révolutionné les comportements

Plus en détail

LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV

LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV LA VALEUR DE LA FORÊT: INDICATIONS FOURNIES PAR L IPV PRÉSENTATION LORS D UN ATELIER DE L ORDRE DES INGÉNIEURS FORESTIERS DU QUÉBEC QUÉBEC LE 20 MARS 2013 HARVEY L. MEAD harveymead.org La forêt, pour construire

Plus en détail

Les échanges en toute confiance sur internet

Les échanges en toute confiance sur internet Jean-Pierre Roumilhac Éric Blot-Lefèvre Les échanges en toute confiance sur internet, 2003 ISBN : 2-7081-2863-9 Sommaire AVANT-PROPOS... 1 INTRODUCTION... 5 PREMIÈRE PARTIE - LES CONDITIONS DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Le poids et la taille des fichiers

Le poids et la taille des fichiers Le poids et la taille des fichiers Au tout départ des 0 et des 1 En français et en anglais on appelle cela un bit 8 bit donne un octet (ou byte en anglais) Exemple d octet : 11111111 10111010 00001000

Plus en détail

ANNALES. OFFICIELLES 2011 concours. ecricome. prepa ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Langue vivante 1 / Chinois. www.ecricome.org

ANNALES. OFFICIELLES 2011 concours. ecricome. prepa ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE. z Langue vivante 1 / Chinois. www.ecricome.org ANNALES OFFICIELLES 2011 concours ÉPREUVE ÉCRITE ÉPREUVE COMMUNE z Langue vivante 1 / Chinois www..org Esprit général Les épreuves de langues ont pour but de : - vérifier l existence des bases grammaticales

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Les professionnels de la jeunesse confrontés aux pratiques numériques des jeunes : largués, inquiets, enthousiastes?

Les professionnels de la jeunesse confrontés aux pratiques numériques des jeunes : largués, inquiets, enthousiastes? Les professionnels de la jeunesse confrontés aux pratiques numériques des jeunes : largués, inquiets, enthousiastes? Jeudi 15 octobre Vichy, Centre Omnisports. Cadre de l Intervention qui et quoi? Philippe

Plus en détail

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing

Irrigation Marketing. >1 : Un nouveau concept : l irrigation marketing Irrigation Marketing C est un fait, Internet ne connaît pas la crise! Fort de sa souplesse et des capacités de tracking en temps réel, et offrant un avantage économique reconnu, Internet est aujourd hui

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

La publicité dans les programmes scolaires

La publicité dans les programmes scolaires Rectorat de Lyon Délégation Académique au Numérique Éducatif - DANE La publicité dans les programmes scolaires Edwige Jamin CLEMI / DANE de Lyon Janvier 2015 La publicité dans les programmes du collège

Plus en détail

Dossier : Le «phénomène» d achat de fans et de follower : qui, où et pourquoi?

Dossier : Le «phénomène» d achat de fans et de follower : qui, où et pourquoi? Dossier : Le «phénomène» d achat de fans et de follower : qui, où et pourquoi? Regnier Thomas QUI? Mais qui sont ces pourvoyeurs de popularité jamais en manque de solutions concernant ce sujet? Un jeune

Plus en détail

Qu est-ce que la communication?

Qu est-ce que la communication? Ressources Qu est-ce que la communication? Fiche 24 Du latin «comunicare», qui veut dire «être en commun» ou «être en relation», la communication a fait l objet de recherches et d études pour devenir une

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

Lundi de l Economie l Mardi 19 novembre. Foix. CCI Ariège

Lundi de l Economie l Mardi 19 novembre. Foix. CCI Ariège Lundi de l Economie l Numérique Mardi 19 novembre Les médias m sociaux Foix CCI Ariège Un réseau = une stratégie Se lancer dans une stratégie de médias sociaux ne se résume pas à ouvrir un compte Twitter

Plus en détail

LA PLATE-FORME 1D-PACA.com

LA PLATE-FORME 1D-PACA.com PHONOPACA (groupement des acteurs de l industrie musicale en région Provence-Alpes-Côte d Azur) fédère à l heure actuelle quarante structures en région représentant les activités de label, producteur phonographique,

Plus en détail

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire

L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2007 Thème 2 L efficacité de PowerPoint dans les cours de grammaire Seïtaro YAMAKAWA Université d Economie d Osaka bpr5000?saturn.dti.ne.jp De nos jours, dans beaucoup

Plus en détail

Microsoft Lync 2010. Réinventons la communication dans l entreprise. Lync permet :

Microsoft Lync 2010. Réinventons la communication dans l entreprise. Lync permet : Réinventons la communication dans l entreprise Lync permet : L intégration de la VoIP, de la messagerie instantanée, de la gestion de la «présence» et de la vidéo conférence. L unification des solutions

Plus en détail

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne

Une nouvelle muséologie pour le musée moderne Une nouvelle muséologie pour le musée moderne André Desvallées, dir., Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie André Desvallées, dans cet extrait de Vagues, une anthologie de la nouvelle muséologie

Plus en détail

Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple)

Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple) Région Bretagne Auto-mobilité et intelligence territoriale L équation gagnante pour la Banque (exemple) 1 Notre dessein Caractériser la liaison entre stratégie d activités et stratégie de mobilités grâce

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

L ABC du Cloud Computing

L ABC du Cloud Computing L ABC du Cloud Computing Apprendre à démystifier le Cloud Computing Bien en saisir les avantages Comment aide-t-il votre entreprise? Le Cloud Computing démystifié L infonuagique, plus connue sous le nom

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ENTREPRISE Audi SECTEUR D ACTIVITÉ Automobile Le client Audi AG est un constructeur automobile allemand qui dessine,

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail