REVUE DE PRESSE Novembre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REVUE DE PRESSE Novembre 2014"

Transcription

1 REVUE DE PRESSE Novembre 2014 ANPR - Agence Nationale pour la Promotion de la Recherche 6 Rue Ibn El Jazzar, 3 ème étage 1002 Lafayette Tunis Tél : Fax : e mail : site internet : 1

2 SOMMAIRE INNOVATION La faculté de science de Médecine de Monastir se dote d'une plateforme de communication Fingerreader: pour lire les yeux fermés Le nouveau programme IBM Global Entrepreneur accélère l'innovation collaborative dans le cloud Internet des objets, cahier de l'innovation INDUSTRIE ET RECHERCHE DESIRE GUEDON salue les avancées technologiques des AMS et de la STEG Vers un nouveau modèle de développement agricole en Tunisie Sous traitance: 30 entreprises Tunisiennes au Salon Midest à Paris Pétrole: Serinus Energy optimiste pour ses prospections en Tunisie Conserves alimentaires- Projet pilote du PCAM soutien à la production et la qualité 1er forum économiques de la francophonie de nouvelles perspectives pour les entreprises Tunisiennes La valorisation des déchets nécessite l'adaptation des lois Quelles sont les erreurs à éviter pour réussir sa Start up en Tunisie Tunisie: Quand est ce qu'on peut lancer sa Start up? Un nouveau centre de formation dans les métiers du textile Les secteurs de pointe au technopôle de Sidi Thabet, centre d'intérêt de Taoufik Jelassi Pour la stratégie de croissance de l'entreprise Ibm met les performances des hakers Tunisiens en compétition Un nouveau pôle technologique pour Tozeur Carthage Business Angels lance la 3ème édition d'univenture Lancement de la 2ème phase de gestion raisonnée des ressources hydrauliques Actionstream Consulting- CDC: Création de trois fonds d'appui aux PME Tunisiennes Révision d'un nombre d'articles du projet de loi sur les énergies renouvelables L'Ariana se dote d'un guichet unique pour l'innovation FINANCEMENT Comment trouver un financement pour créer sa Start up en Tunisie 1/2 Comment trouver un financement pour créer sa Start up en Tunisie 2/2 Nouveau don Suisse à la Tunisie de 40 MDT Soutien financier au profit des entreprises de textile Lancement prochain d'un nouvel instrument de financement participatif en Tunisie COOPERATION / INTERNATIONAL Le Gabon intéressé par l'offre tunisienne dans les secteurs de l'énergie et de l'eau Signature d'une convention de partenariat entre le BIAT et l'ept La Tunisie et l'autriche signent un mémorandum d'entente sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables Une délégation de la BM en Tunisie dans le cadre de la coopération environnementale Partenariat et accompagnement de projets en quête de "technologies vertes" P4 P5 P7 P8 P10 P12 P14 P16 P17 P19 P21 P23 P26 P28 P29 P31 P33 P34 P36 P38 P39 P40 P41 P43 P46 P47 P49 P50 P51 P53 P54 P55 Revue de presse du mois de Novembre

3 Coopération entre la CONECT et la confédération Tchèque de l'industrie P56 EVENEMENTS Le salon de l'entreprise à Sfax (19-20 Novembre 2014) Les journées d'affaires "Tunisian Business Days du 25 au 28 Novembre 2014 au Bénin Projet FOSTErinMED: journée de sensibilisation sur l'usage du photovoltaïque à Géant Le CEPEX lance une nouvelle application pour le FOPRODEX Tunisia Med Invest 2014 Salon Petro Ener 2015 en Février 2015 à Soukra Expo P57 P58 P61 P63 P64 P65 Revue de presse du mois de Novembre

4 INNOVATION LA FACULTE DE MEDECINE DE MONASTIR SE DOTE D'UNE PLATEFORME DE COMMUNICATION Source: Webmanagercenter Date: 01 Novembre 2014 Le ministre de l'enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des TIC, Taoufik Jelassi, a assisté, vendredi 31 octobre, à une présentation de la mise en place d'une plateforme de communication et d'échange d'informations entre les étudiants et les enseignants au sein de la Faculté de médecine de Monastir. M. Jelassi a saisi cette occasion pour souligner que cette application sera exploitée durant une année à la Faculté de médecine de Monastir qui enregistre une transformation qualitative en matière d'utilisation des TIC, surtout au niveau du centre d'enseignement par simulation, réalisé moyennant un budget estimé à dinars. "La pédagogie exploitée à l'école virtuelle de chirurgie laparoscopique au niveau de ce centre, s'inscrit dans le cadre de réforme du système éducatif en Tunisie", a-t-il ajouté. Il a également visité l'unité de médecine familiale réalisée, moyennant une enveloppe de dinars, dans le cadre du programme d'appui à la qualité de l'enseignement supérieur, ainsi que le service des affaires estudiantines, dont le taux de financement est estimé à dinars. M. Jelassi a aussi pris connaissance de la construction d'un amphithéâtre et deux laboratoires au sein de l'ecole supérieure des sciences et techniques de santé de Monastir (ESSTSM), réalisés moyennant une enveloppe de dinars. Les deux laboratoires seront dotés d'équipements nécessaires, selon Wahiba Douki, directrice de l'école.v Revue de presse du mois de Novembre

5 FINGERREADER : POUR LIRE LES YEUX FERMES Source: UP Magazine Date: 08 Novembre 2014 La FingerReader est un dispositif portable équipé d'une caméra et d'un logiciel adéquat pour lire à haute voix des textes pour déficients visuels. Une bague connectée développée par le MIT pour les non-voyants qui se porte sur l'index, pour accéder à la lecture autrement qu'à travers le braille. Le porteur numérise une ligne de texte avec son doigt et reçoit une rétroaction audio des mots et un retour haptique de la mise en page : début et fin de ligne, nouvelle ligne, et d'autres indices. Roy Shilkrot, développeur du dispositif au MIT, explique qu'il suffit de poser son doigt avec la bague sur le texte, un logiciel se met en marche et suit les mouvements du doigt pour identifier chaque mot. Un signal sonore s'active si le doigt n'est plus sur la bonne ligne et une vibration s'active si le doigt n'est plus du tout sur le texte. Revue de presse du mois de Novembre

6 En suivant naturellement le texte pointé par le doigt de son propriétaire, ligne après ligne, la bague scanne le texte et l'analyse en temps réel grâce à une micro-caméra embarquée, puis elle le restitue instantanément sous forme audio grâce à une voix de synthèse. L'utilisateur pourra donc suivre les lignes d une liseuse, d un écran d ordinateur, d un livre ou de tout autre support papier avec son doigt équipé. Différent du braille que l on connaît, il ne nécessite aucune mise en œuvre spécifique et s adapte à toutes les écritures existantes. Il aura fallu trois ans de recherches, de créations de logiciels et d'échanges avec un groupe de testeurs pour que ce prototype voit le jour. Roy Shilkrot ajoute qu'il reste encore beaucoup de travail aux chercheurs pour qu'il puisse se connecter aux téléphones portables. Fabriqué grâce à une imprimante 3D, ce prototype est appelé à se développer et à considérablement faciliter la vie des malvoyants. Selon un chiffre de l OMS, 285 millions de personnes sont atteintes de déficience visuelle dans le monde et 39 millions de personnes sont aveugles. Existait déjà la EyeRing, développée en partenariat par l'université de Technologie et de Design de Singapour et le MIT Media Lab de Cambridge, cette bague connectée permettait de pointer du doigt un objet et d'en obtenir aussitôt une description audio. Là avec le développement de ce concept, le MIT va beaucoup plus loin! Etre né avec un handicap visuel ne sera bientôt plus un handicap, la FingerRead devant être mise sur le marché à un prix très abordable pour tous. Revue de presse du mois de Novembre

7 LE NOUVEAU PROGRAMME IBM GLOBAL ENTREPRENEUR ACCELERE L INNOVATION COLLABORATIVE DANS LE CLOUD Source: Tunisia IT Date: 12 Novembre 2014 IBM annonce aujourd hui le lancement de l IBM Global Entrepeneur Program dédié aux start-ups développées sur le Cloud. Ce programme permettra à celles-ci et aux entrepreneurs de maîtriser la puissance du Cloud d IBM, et les intégrera dans le vaste réseau des clients, consultants et Innovation Centers d'ibm, afin qu ils puissent plus rapidement innover, évoluer et accélérer leur croissance. A travers ce programme mondial, les start-ups qualifiées pourront recevoir jusqu à dollars de fonds pour l utilisation de l IBM Cloud, et ainsi bénéficier de l infrastructure adéquate pour rapidement lancer leur entreprise et concentrer leurs ressources sur la création et le lancement d innovations sur le marché. Le programme offrira également une relation précieuse avec la base de clients d IBM, dont la plupart suivent de près la communauté des start-ups et leurs nouvelles approches pour répondre aux défis du secteur. Pour en savoir plus sur le programme et postuler, cliquez ici Revue de presse du mois de Novembre

8 INTERNET DES OBJETS, CAHIER DE L INNOVATION Source: Magazine UP Date: 18 Novembre 2014 Publication d'un rapport CIGREF "Internet des Objets, Cahier de l Innovation" : l Internet des objets inspiration d innovation! Le groupe de travail "Innovation" du CIGREF s est penché sur la question de l Internet des Objets sous l angle de l innovation et sa dimension au sein de l entreprise. Maisons connectées, habits intelligents, pèse-personnes communicants. La croissance exponentielle du nombre d objets connectés est le témoin d une tendance particulièrement impactante dans le monde numérique, portée par les usages du grand public. Les objets connectés apportent une forme de maîtrise de l environnement des utilisateurs, que ce soit sur les aspects de santé, de gestion de l énergie ou la maîtrise de l information. Mais qu entend-on précisément par les termes «Internet des Objets» et «Objets connectés»? L Internet des Objets représente l extension d Internet à des éléments du monde physique qui jusqu à présent ne possédaient pas de moyen de connexion. Les objets connectés permettent alors de remonter des informations vers le réseau, qui n étaient jusqu à présent connues que par des actions manuelles humaines. L Internet des Objets comprend donc à la fois des objets actifs et passifs, ainsi que l ensemble des éléments (réseaux, passerelles ) qui leur permettent de se connecter entre eux et de se connecter à Internet. Cette tendance technologique innovante va également avoir un impact fort pour l entreprise, que ce soit au niveau de son modèle d affaires, de ses processus internes ou des nouveaux risques associés. En effet, l Internet des Objets adresse l ensemble des tendances structurantes de la transition numérique : primauté de l expérience client, organisation et management, ressources et flux. La question qui se pose alors est de transformer ces objets en valeur, c est-à-dire en de nouveaux services qui vont avoir un impact significatif dans la vie des citoyens, des employés, de l écosystème. Revue de presse du mois de Novembre

9 Ce travail se conclut par ce rapport «Internet des Objets, cahier de l Innovation». Internet des objets, Innovation et Culture Numérique... Avec la transformation des entreprises et le développement de la culture numérique, l innovation est devenue un élément essentiel de différenciation dans la conquête de nouveaux marchés. Elle est porteuse de création de valeur pour les métiers de l entreprise, à travers la découverte de nouvelles technologies particulièrement adaptées. Elle permet d anticiper de nouvelles problématiques et d apporter un avantage immédiat [ ] Pour l entreprise, l Internet des Objets offre la possibilité de diversifier ses modèles d affaires. Cela peut passer par la mise à disposition sur le marché de nouveaux objets connectés, mais également par l enrichissement de produits existants auxquels une connectivité va être ajoutée. L ensemble des données récupérées par ces nouveaux objets pourra également être valorisé au travers de nouvelles offres de services, que ce soit en BtoB ou en BtoC [ ] La véritable problématique de l Internet des Objets est bien ici, dans cette valeur de la culture numérique qu est la confiance, car dans ce contexte, les utilisateurs confient leurs informations à des outils dont la chaîne de gestion sera partagée par un grand nombre d acteurs, privés et publics. L entreprise qui aura mis en place des nouveaux modèles d affaire liés à l Internet des Objets tout en améliorant ses processus internes devra donc bien s ouvrir à la co-création de valeur avec l ensemble de son écosystème. Télécharger le rapport (PDF) A propos du CIGREF : Réseau de Grandes Entreprises, le CIGREF a été créé en 1970 et a pour mission de «promouvoir la culture numérique comme source d innovation et de performance». Il regroupe 138 grandes entreprises et organismes français de tous les secteurs d activités (banque, assurance, énergie, distribution, industrie, services, ministères...). Le CIGREF est présidé depuis le 19 octobre 2011 par Pascal BUFFARD (Président d'axa Technology Services). Jean-François PEPIN en est le Délégué Général depuis mai Revue de presse du mois de Novembre

10 INDUSTRIE ET RECHERCHE DESIRE GUEDON SALUE LES AVANCEES TECHNOLOGIQUES DES AMS ET DE LA STEG Source: Kapitalis Date: 03 Novembre 2014 Le ministre gabonais de l Energie et des Ressources hydrauliques s est dit agréablement surpris par le haut niveau technologique et industriel acquis par les AMS et la Steg. Désiré Guedon, en visite de travail en Tunisie depuis le samedi 1er novembre 2014, a en effet visité, lundi 3 novembre 2014, à Sousse, les usines des Ateliers mécaniques du Sahel (AMS, filiale du groupe Loukil) et la centrale électrique de Sidi Abdelhamid. Piloté par le Pdg Bassam Loukil, il a parcouru les différentes unités des AMS qui s étendent sur plus de 72 ha, emploient 527 personnes et réalisent un chiffre d affaires annuel de plus de 35 MD. Désiré Gedon, accompagné par Bassem Loukil, apprécie les produits des AMS. La gamme de production comprend des compteurs d eau et une large panoplie d articles de robinetteries, sanitaires et de table. «Je suis heureux de constater cette remarquable avancée technologique qui mérite de Revue de presse du mois de Novembre

11 bénéficier à nombre de pays du continent et promouvoir des partenariats non seulement commerciaux mais aussi industriels», a déclaré le ministre gabonais. La visite de la centrale de production électrique de la Steg à Sidi Abdelhamid a confirmé l hôte gabonais dans son appréciation. Reçu par le Pdg de la Steg, Rachid Ben Daly, il a pris connaissance, ainsi que la délégation de haut niveau qui l accompagne, de l avancement du nouveau projet de production combinée d électricité devant servir l ensemble de la région. Les investissements s élèvent à plus de 600 millions de dinars (MD) et l exécution est assurée par un consortium international avec la participation notamment du Groupe Loukil à travers sa filiale MIG et d autres entreprises tunisiennes spécialisées, en étroite collaboration avec les services de la Steg. Le ministre a particulièrement marqué son intérêt pour les potentialités des entreprises tunisiennes dans ce domaine, et leur capacité de synergie avec des consortiums internationaux. L'hôte gabonais en visite à la centrale électrique de la Steg à Sidi Abdelhamid. Saluant l expertise de la Steg, qu il a qualifiée de remarquable, il a déclaré: «Je tiens à rendre hommage à cette compagnie nationale pionnière dont la haute technicité gagne à être largement partagée avec ses homologues africaines et profiter au développement du continent». Revue de presse du mois de Novembre

12 VERS UN NOUVEAU MODELE DE DEVELOPPEMENT AGRICOLE EN TUNISIE Source: Kapitalis Date: 05 Novembre 2014 Un atelier sur l émergence d un nouveau modèle de développement agricole en Tunisie s est tenu dans le cadre du salon SIAT, tenu du 29 octobre au 1er novembre 2014, à Tunis. Le Salon international de l investissement agricole et de la technologie de Tunis (SIAT), organisé par l Agence de promotion des investissements agricoles (Apia), a été l occasion de présenter le partenariat entre le ministère de l Agriculture de Tunisie, représenté par la direction générale de l Aménagement et de la Conservation des terres agricoles, le ministère français de l Agriculture, de l Agroalimentaire, de la Forêt, et le groupement Adecia, en présence des ministres tunisien et français de l Agriculture, Lassaad Lachaal et Stéphane Le Foll. Ce partenariat soutenu par un financement de l Agence Française de Développement (AFD) a pour objet d améliorer la capacité de l Etat tunisien à conduire des projets de développement rural intégré équilibrant intérêt général et intérêts particuliers. Au stand de l Apia, de gauche à droite Philippe-Cyrille Berton, directeur de l AFD, Lassaad Lachaal, ministre de l Agriculture et son homologue français Stéphane Le Foll. Revue de presse du mois de Novembre

13 L AFD appuie ces opérations par un prêt de 40 millions d euros et une subvention de 1,5 million d euros. Dans le cadre de ce salon de l agriculture, s est tenu un atelier piloté par l Apia concernant un projet, soutenu par l AFD, d appui à l émergence d un nouveau modèle de développement agricole pour la Tunisie au service du rééquilibrage régional et inclusif des petits et moyens agriculteurs. Cet atelier qui a attiré un public nombreux a été animé par un consultant du CER France, Thierry Fouquet, conjointement avec Najet Dahdouh, chef de projet à l Apia. Dans le cadre de la mise en place d une opération pilote de cellules de gestion en Tunisie, il s agira d accompagner un partenariat entre l Apia et un centre de gestion en France (CER France). L AFD collabore depuis plusieurs années avec le ministère de l Agriculture de Tunisie à travers plusieurs projets, tel que le projet d appui à la mise en place d indications géographiques en Tunisie en privilégiant la diversité et la qualité des produits de terroir tunisiens. Revue de presse du mois de Novembre

14 SOUS-TRAITANCE: 30 ENTREPRISES TUNISIENNES AU SALON MIDEST A PARIS Source: Kapitalis Date: 06 Novembre 2014 La Tunisie est l invitée d'honneur du 37e salon international de la sous-traitance industrielle (Midest), qui se tient du 4 au 7 novembre 2014, à Paris. D une superficie de 450 m 2, le pavillon tunisien au Parc des expositions de Paris Nord Villepinte, où se tient le salon, regroupe une trentaine d'entreprises nationales du secteur des industries mécaniques et électriques (IME), sous l'égide du Centre de promotion des exportations (Cepex) et avec l'appui et le soutien de l APII, la Fipa, le Pôle de compétitivité de Sousse et la Chambre de commerce du nord. Kamel Bennaceur inaugure le pavillon tunisien au Midest Kamel Bennaceur, ministre de l'industrie, de l Energie et des mines, qui était présent à la cérémonie inaugurale, a aussi présidé un séminaire sur les opportunités de sous-traitance et d'échange et de partenariat dans le secteur des IME qu offre la Tunisie post-révolution. L'offre tunisienne exposée va de la métallurgie aux pièces de précision, en passant par la plasturgie technique, les pièces de précision et les solutions liées à l'industrie. Plusieurs startup encadrées par le Pôle de compétitivité de Sousse ont aussi l'occasion d'exposer leur savoirfaire. Le Midest est le plus grand salon mondial exclusivement consacré à la sous-traitance industrielle et aux rencontres B2B entre les opérateurs du secteur. Revue de presse du mois de Novembre

15 C est une plate-forme mondiale de référencement et d échange entre donneurs d ordres et sous-traitants, où fabricants, équipementiers et assembleurs rencontrent en face-à-face les fournisseurs de solutions en transformation des métaux, plasturgie, électronique, microtechniques et services à l industrie. La Tunisie compte parmi les fidèles du Midest, puisqu'elle y participe depuis sa création dans les années 70. Revue de presse du mois de Novembre

16 PETROLE: SERINUS ENERGY OPTIMISTE POUR SES PROSPECTIONS EN TUNISIE Source: Kapitalis Date: 07 Novembre 2014 Serinus Energy Inc. a publié les résultats préliminaires des forages de son puits Winstar-12 bis, situé dans la partie orientale du champ «Sabria» dans le centre de la Tunisie. Jock Graham, vice-président exécutif de Serinusa confié que «l opération initiale de forage et de diagraphie est prometteuse». Selon le site Market Wired, l opération de forage du puits Winstar-12 bis a atteint le niveau mètres et cette profondeur est venue confirmer l optimisme initial qu ont affiché les responsables de Serinus, le groupe international d exploration et de production pétrolière et gazière. Les premières analyses des données obtenues par la diagraphie électrique et les relevés des forages indiquent que le puits a rencontré 79 mètres de réservoirs pétrolifères dans les formations d El-Hamra supérieure, El-Hamra inférieure et El-Atchane. Le niveau de porosité du réservoir pétrolifère est estimé à 10%. Selon les responsables de Serinus, un réservoir pétrolifère d environ 14 mètres de profondeur, situé au-dessous de la base de la zone de transition, a également été détecté par résonance magnétique nucléaire, signalant ainsi la présence en quantités importantes d hydrocarbures déplaçables. D autres tests devront être menés afin de déterminer avec précision la véritable nature des hydrocarbures que recèlent ces sections inférieures. Le puits étant presque terminé, le forage se déplacera bientôt à Winstar-13 et une fois le transfert des installations de forage achevé, Winstar-12 bis sera soumis à un test de production plus poussé. Jock Graham semble avoir tourné la page des premières contrariétés: «Il est vrai que nous avons rencontré des difficultés, surtout quelques retards causés des pannes de nos équipements de forage. Mais tout cela est à présent derrière nous. Nous avons rectifié notre tir et arrangé ce qui n allait pas. Nous savons que pour le forage de Winstar-13, les choses se passeront différemment, elles se passeront bien», a-t-il déclaré à Market Wired. Revue de presse du mois de Novembre

17 CONSERVES ALIMENTAIRES PROJET PILOTE DU PCAM SOUTIEN A LA PRODUCTION ET A LA QUALITE Source: La Presse Date: 07 Novembre 2014 Auteur : Chokri GHARBI La validation des barèmes d appertisation a fait l objet d un séminaire, jeudi 30 octobre, au siège de l Utica. Le projet pilote initié à la fin de 2013 relatif à l amélioration de la production et de la qualité des conserves alimentaires, soutenu par le programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l accès au marché (Pcam), vient d être clôturé récemment. Un groupe de 5 entreprises industrielles de conserves alimentaires ont pu profiter de ce projet. Sur les cinq entreprises bénéficiaires, trois sont spécialisées dans l harissa alors que la quatrième fabrique les produits à base d olive et la dernière des légumes appertisés. Le projet pilote a donné des résultats satisfaisants, de l avis des professionnels, puisque lesdites entreprises ont eu à leur disposition une expertise de haut niveau et des moyens techniques destinés à valider et optimiser les barèmes d appertisation de leurs produits. L objectif d une telle action consiste essentiellement à accroître le rythme de la production tout en réduisant les coûts, notamment ceux qui sont liés à la consommation d énergie. Il s agit aussi de préserver la bonne qualité sanitaire des produits finis. Avant la clôture de ce projet, des actions ont été menées au sein des entreprises par un expert du Centre technique de conservation des produits agricoles, situé en France. Ces actions ont consisté en un audit et un diagnostic des lignes de fabrication, l élaboration d une cartographie des équipements de traitement thermique, le calcul et la mesure des valeurs stérilisatrices ou pasteurisatrices des produits avec une définition précise des barèmes à l aide d un matériel de mesure de la température et une optimisation des barèmes si possible. Validation des barèmes Les résultats et les recommandations de ce projet pilote, présentés par l expert chargé de sa mise en œuvre sont encourageants. Les 15 industriels de la filière des conserves alimentaires, ainsi que les représentants des principales institutions concernées, à savoir le Centre technique de l agroalimentaire, le Gica, l Institut national de la normalisation et de la propriété industrielle (Innorpi) et le ministère de l Industrie, qui ont assisté à l exposé, ont été informés de la démarche pertinente à adopter par les entreprises pour atteindre les objectifs fixés en matière d amélioration de la qualité et de la compression des coûts. Revue de presse du mois de Novembre

18 Le projet a atteint ses objectifs, dans la mesure où les entreprises bénéficiaires ont été capables de valider leurs barèmes. Cette validation constitue un critère essentiel pour l exportation. En effet, l une des entreprises, qui ont adhéré à ce projet, a pu exporter vers une chaîne d hypermarchés de plus de 460 magasins aux USA. Ainsi, des marchés lointains à fortes potentialités, comme celui des Etats-Unis d Amérique, sont disposés à ouvrir de nouveaux horizons d exportation aux industriels tunisiens qui valident les barèmes de production. Il est tout à fait possible pour les entreprises tunisiennes de commercialiser à large échelle leurs produits, ce qui permettra d améliorer leurs chiffres d affaires à l export. En fait, la validation des barèmes qui est une étape importante dans le processus de la production garantit la bonne qualité sanitaire des produits. Les importateurs étrangers tiennent compte de ce critère avant de décider d acheter des marchandises d un producteur étranger. Cependant, une fois validés, les barèmes peuvent être optimisés pour l amélioration de la qualité du produit et la réduction des coûts du traitement thermique. Mieux encore, certaines entreprises ont réussi à obtenir un gain de 20% sur le temps de traitement thermique, ce qui a donné lieu à une réduction de la consommation d énergie et à une augmentation de la cadence de la production. Cette démarche répond au souci de tout industriel qui est soucieux de produire plus et de réduire les dépenses. L optimisation des barèmes a aussi des effets positifs sur l aspect visuel des produit, l odeur et les qualités nutritionnelles. Des recommandations ont été formulées à l issue de ce projet pilote dans le but d améliorer le rendement et la qualité de la filière de l industrie des conserves alimentaires. Il s agit, en premier lieu, de mutualiser les instruments et outils de mesure et de test qui sont coûteux pour l entreprise. La mutualisation peut être prise en charge par les institutions concernées comme le Gica et/ou le Ctaa. Par ailleurs, il est recommandé de mettre au point un outil d anticipation sanitaire en vue de définir, bien à l avance, le développement des microorganismes dans les produits finis. Les industriels sont appelés, de même, à envisager l élaboration d une étude bibliographique du produit harissa pour avoir un résultat fiable sur l état de développement des germes. Les données disponibles, quant à la connaissance des germes susceptibles de se développer dans ce type de produit, ne sont pas nombreuses pour ne pas dire absentes. Enfin, il est souhaitable de mettre à la disposition des entreprises des compétences pour la validation et l optimisation des barèmes, capables de maîtriser le process de production en tenant compte notamment de la norme Haccp, destinée aux produits alimentaires. Revue de presse du mois de Novembre

19 1ER FORUM ECONOMIQUE DE LA FRANCOPHONIE DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LES ENTREPRISES TUNISIENNES Source: La Presse Date: 08 Novembre 2014 Auteur : Chokri GHARBI Le 1er Forum économique de la francophonie prévu les 1er et 2 décembre 2014, au Centre international de Conférences de Dakar (Sénégal), réunira plusieurs décideurs et personnalités du monde des affaires et des finances. De nombreux pays africains disposent d énormes potentialités de croissance et ont déjà réalisé des résultats positifs en termes de production de biens de consommation. Du travail reste encore à faire en vue d améliorer les performances économiques grâce à une coopération dynamique avec les pays maghrébins. La Tunisie, qui s intéresse depuis les trois dernières années au marché africain, peut tirer profit des partenariats conclus avec les pays africains qui disposent de nombreuses richesses naturelles et de matières premières de valeur. Ainsi, ces pays sont-ils demandeurs d un ensemble de produits agroalimentaires, comme les conserves, les boissons en plus des articles vestimentaires et des chaussures. La coopération de la Tunisie avec ces pays peut être considérée encore comme timide malgré la volonté des pouvoirs publics et des professionnels de pénétrer davantage ces marchés. La visite de haut niveau dans certains pays africains effectuée récemment par des responsables tunisiens vise, d ailleurs, à explorer davantage le marché africain dans le but de diversifier les exportations tunisiennes. Pour pouvoir atteindre les objectifs escomptés, toute une logistique doit être mise en place en programmant des vols directs vers certaines capitales africaines qui peuvent constituer de nouveaux débouchés pour les produits tunisiens. Pour poursuivre cette prospection en vue de conclure des partenariats avec des partenaires africains, une occasion propice se présente, à savoir le 1er forum économique de la francophonie prévu les 1er et le 2 décembre au Centre international de Conférences de Dakar (Sénégal) qui constitue un cadre idéal qui va réunir des décideurs et des personnalités du monde des affaires et des finances. Un véritable handicap De plus, des décideurs politiques et économiques provenant des 5 continents sont attendus dans cette importante manifestation qui se tient au lendemain du XVe Sommet des chefs d Etat de la francophonie. Durant ces deux jours, les débats vont porter sur les mesures juridiques et économiques visant le développement de l économie africaine ainsi que les stratégies d investissement et les projets qui permettront de transformer la francophonie en un vecteur de croissance économique durable. La méconnaissance de la langue anglaise constitue pour certains professionnels tunisiens un véritable handicap les empêchant de s introduire dans certains marchés africains anglophones. Malgré les efforts déployés pour apprendre aux cadres des sociétés des langues vivantes comme l anglais considéré comme la première langue dans le monde économique et technologique, la communication demeure difficile avec certains pays dont la langue maternelle est l anglais. Par contre, la plupart des Tunisiens s expriment bien en français qui est la deuxième langue apprise au niveau national après l arabe. Revue de presse du mois de Novembre

20 D où l importance de ce Forum qui s adresse essentiellement aux pays francophones du continent. Mieux encore, cette manifestation vise à favoriser des partenariats entre les investisseurs de l espace francophone et d autres, dans des secteurs productifs prioritaires en privilégiant les projets générateurs d emplois et de développement humain. Ce sont exactement les priorités de la Tunisie qui cherche à créer de nouveaux postes d emploi dans des projets rentables à forte valeur ajoutée, susceptibles de faciliter le comemrce extérieur dans les marchés internationaux dont le marché africain francophone. En plus des échanges commerciaux, la coopération peut concerner aussi les investissements des Africains dans notre pays et vice-versa. Le point sur les nouveaux projets L autre objectif visé par les organisateurs de cette manifestation est d accroître la visibilité des Etats francophones en présentant leurs atouts ainsi que leurs potentialités et leurs opportunités d investissements dans un vaste espace en présence des représentants de 57 Etats membres dont les richesses génèrent un total de 7,200 milliards de dollars de PIB. La Tunisie peut aspirer à une part de ces bénéfices moyennant un positionnement adéquat dans les marchés africains, une simplification des procédures et la mise en place d une logistique appropriée. En outre, les participants feront le point sur les nouveaux projets et programmes économiques de leurs pays respectifs, l état d avancement des réformes et programmes de développement, les initiatives entrepreneuriales créatrices d emplois... A la lumière des indicateurs présentés, les investisseurs vont prendre leurs décisions quant au partenariat et à la création de nouveaux projets en ciblant les pays qui présentent le plus d avantages comparatifs. Le Sénégal, pays d accueil de la manifestation, partagera sa propre expérience et évoquera son plan de développement issu d une économie émergente. Ce plan vise à porter le taux de croissance du pays à 7% dès 2017 en optant pour la diversification économique. Le Sénégal est conscient comme plusieurs autres pays africains que les marchés économiques créés sur une logique régionale n ont pas toujours connu un grand succès. Par contre, la culture et la langue communes à tous les pays africains pourraient asseoir une solidarité économique et un partenariat réussi et durable. Revue de presse du mois de Novembre

21 LA VALORISATION DES DECHETS NECESSITE L'ADAPTATION DES LOIS Source: Webmanagercenter Date: 11 Novembre 2014 La valorisation des déchets ménagers et assimilés en Tunisie et le tri à la source constituent des alternatives pour mettre un terme à la crise de gestion des déchets en Tunisie. Cette crise persiste depuis la révolution en raison du dysfonctionnement du système actuel, du changement du comportement à la fois des citoyens et des ouvriers municipaux et des mouvements de protestation qui ont suivi le soulèvement de janvier Selon Abderrazek Ben Khelifa, secrétaire d'etat chargé des Collectivités publiques et locales, le potentiel des déchets recyclables s'élève à 8 millions de tonnes par an en Tunisie. Si plusieurs investisseurs tunisiens et étrangers ont exprimé leur volonté d'initier des projets de valorisation des déchets depuis 2012, quelques projets seulement ont été concrétisés, faute de lois appropriées et en raison des interférences des responsabilités des structures concernées, a-t-il précisé. Or, des projets de valorisation et de recyclage ne pourraient être concrétisés sans solutionner les difficultés d'ordres réglementaire et institutionnel et simplifier les procédures, ont estimé plusieurs responsables présents, mardi, à la journée d'étude organisée par le ministère de l'equipement, de l'environnement et de l'aménagement du territoire en collaboration avec l'anged et la Direction générale des collectivités publiques et locales au ministère de l'intérieur. Au nombre de ces difficultés et entraves, Ben Khelifa a cité le cadre juridique actuel qui limite les prérogatives de certaines structures comme l'anged et stipule que les municipalités sont les responsables de la collecte, du traitement et de la valorisation des déchets, l'absence d'incitations financières pour l'investissement dans le secteur de valorisation des déchets, l'absence du tri sélectif, la quantité des déchets qui semble parfois en deçà du seuil espéré par l'investisseur privé pour le lancement d'un projet et la caractérisation des déchets ménagers en Tunisie qui complique les opérations de tri et rend moins rentable les initiatives de recyclage. Les objectifs escomptés selon les intervenants à cette journée sont d'améliorer la concertation entre les structures intéressées (ANGED, ANPE, municipalités, conseils municipaux), renforcer les ressources humaines dans les chaînes de gestion des déchets et redéfinir les modes de gestion des déchets dans le sens d'un passage à une deuxième génération de projets de gestion de déchets autre que l'enfouissement dans les décharges contrôlées. Mounir Majdoub, secrétaire d'etat chargé du Développement durable, a qualifié la situation environnementale de «critique» en raison de l'accumulation des déchets, soulignant la Revue de presse du mois de Novembre

22 nécessité de "migrer vers une deuxième génération de projets de gestion de déchets basés sur le concept des 3R (Réduire, Recycler et Réutiliser)". Il a annoncé, dans ce contexte, que des cimenteries, sans citer lesquelles, ont exprimé leur prédisposition à exploiter les combustibles provenant surtout de la valorisation énergétique des déchets organiques. Concernant la crise de déchets à Djerba, il a évoqué "un possible dénouement dans les prochains jours à travers les concertations entre tous les intervenants et les citoyens de l'ile". Mokhtar Hammami, directeur des collectivités locales, a évoqué, quant à lui, une amélioration de la situation en ce qui concerne la prolifération des déchets, précisant que le problème n'est plus généralisé dans la mesure ou 14 gouvernorats sont parvenus à résoudre les problèmes d'accumulation des déchets. Revue de presse du mois de Novembre

23 QUELLES SONT LES ERREURS A EVITER POUR REUSSIR SA STARTUP EN TUNISIE? Source: Tunisie Haut Débit Date: 12 Novembre 2014 Dans un précédent article à l occasion de la fête de la femme, nous avons évoqué les erreurs que doivent éviter les femmes entrepreneurs dans le secteur TIC (lire notre article). Mais quid des hommes? Et puis, quelles sont les erreurs à éviter en général si on veut que la Startup réussisse? Dans la première partie de notre interview avec Maher Kallel, président de Carthage Business Angels, nous avons parlé de quand peut-on lancer sa Startup en Tunisie. Dans cette deuxième partie, Maher Kallel donnera des conseils pour réduire les risques de faillite. Interview. THD : D après votre expérience de coach de plusieurs jeunes entrepreneurs, quelles sont, selon vous, les erreurs communes qui se répètent? Maher Kallel : On peut résumer la réponse en 3 erreurs fatales. La première est de croire que l idée à elle seule est garante de la réussite du projet. L innovation technologique, les algorithmes intelligents ou encore l effet show de l idée (à la façon de Steve Jobs, ndlr) ne sont pas garants du succès. Tout réside dans le business modèle et donc, l étude du marché visé. Le vrai défi est de savoir transformer cette idée en un business viable. Et c est l étape la plus délicate. La tarification du service est-elle bonne? Est-ce que vos clients potentiels seront prêts à adopter votre solution d aller chez un autre plus connu? Ce modèle d affaire arrivera-t-il à couvrir vos coûts fixes et variables? Votre projet aura-t-il une marge de bénéfice qui séduira vos investisseurs? Soit autant de question que Business Plan devra y répondre avant de se lancer. Ceci dit, il n y a pas de Business Model qui réussi à tous les coups. Faut-il encore rappeler que l innovation informatique qui a marqué le marché IT ces dernières années est en soi une innovation du Business Model classique? Le Cloud Computing par exemple. Cette opération de virtualisation des machines n est pas une nouveauté technologique en soi. Mais c est le Business Model qui a été bâti tout autour, c est à dire le Pay As You Go, était le jackpot grâce auquel la société Amazon a pu réussir tel qu elle l a imaginé. Revue de presse du mois de Novembre

24 Quelle est la deuxième erreur? Maher Kallel C est d avoir trop confiance en soi. Il y a aussi la peur et la crainte de partager. On ne peut pas réussir seul! Il faut des compétences financières, commerciales et techniques. Un entrepreneur doit réussir à associer les bonnes personnes autour de lui, en vue de partager et de déléguer les tâches. La diversité des profils dans une startup est le seul garant de sa réussite. Si vous attaquez un marché spécifique, comme la santé ou l agriculture, il sera intéressant de s associer avec une personne du domaine. La proximité du marché vous donnera, en effet, une légitimité qui sera appréciée par les investisseurs. Et quelle serait la 3ème erreur à éviter? C est de ne pas passer à l action. Un bon projet sur un papier ne réussi que dans la théorie L entrepreneuriat c est faire. C est exécuter. C est 80 heures de travail par semaine sur plusieurs années. On doit être très motivé pour réussir. Et La motivation vient de l amour du projet et de son entreprise. N ayez pas peur si en cours de route vous changez le plan d exécution ou même si votre idée de départ change. Il faut savoir s adapter aux besoins réels des utilisateurs et donc de vos futurs clients. THD : Produire des success stories tunisiennes en entrepreneuriat passe, certes, par les entrepreneurs. Mais les structures d appui et de financement y sont pour quelque chose. Quelles sont les maillons faibles de notre chaîne de création de valeur? Je pense qu il faut se fier des banques pour le financement de sa Startup. Une banque ne donne pas de l argent à une idée ou à un concept. Elle ne veut pas financer des idées innovantes parce que cela comporte trop risques pour elle dans le remboursement. Surtout si la marge du risque dépasse les 3%. Or, chaque nouvelle entreprise a un risque d échec aux alentours de 30%. Alors que dire des Startups. C est là la raison d être des Business Angels. Ces derniers comprennent parfaitement la nature du risque que représente un projet innovant dans les TIC. Ils jouent le jeu et encourent ce risque avec l entrepreneur. Carthage Businees Angels a mené des études sur l écosystème entrepreneurial tunisien. On a finit par constater qu il y a plusieurs types de financement dirigés par dix ministères différents. Mais même les responsables de ces programmes ne maitrisent pas le fonctionnement des méthodes de financement. Tout est dispersé. Il n y a pas suffisamment d interfaces entre l université et l entreprise. Pour un entrepreneur, ce système est un vrai Revue de presse du mois de Novembre

25 cauchemar. Aujourd hui, notre association essaie de lier les deux premiers maillons. C est à dire transformer son idée en un business viable. Quels sont donc les facteurs clés pour la réussite d une startup? Il faut une vision, une équipe complémentaire et un business modèle viable. Une idée à elle seule ne suffit pas. Elle doit être soutenue par une nouvelle vision du marché. Quant à l équipe qui forme la Startup, ce sont ses compétences intermodales, son esprit d ouverture et sa passion qui définira le succès du projet. Revue de presse du mois de Novembre

26 TUNISIE : QUAND EST-CE QU ON PEUT LANCER SA STARTUP? Source: Tunisie Haut Débit Date: 11 Novembre 2014 Plus de 137 pays dans le monde fêtent depuis lundi dernier «la semaine mondiale de l entrepreneuriat». C est un rendez-vous annuel pour valoriser et promouvoir la culture entrepreneuriale. Les mots d ordre pour créer sa Startup? La rupture et l innovation. THD.tn a voulu fêter cette semaine spéciale à sa façon en publiant une série d articles sur l entreprenariat. Après la Diva Sicar et sur comment on peut décrocher un financement pour fonder son entreprise (lire notre article), nous nous focalisons cette fois-ci sur les Business Angels. Ce sont des associations qui investissent des montants relativement petits par rapport aux Sicar. Généralement, ils assurent un accompagnent logistique et financier du projet dans sa phase préliminaire. Leur expertise et leur expérience d ex-entrepeneurs sont la valeur ajoutée à toute nouvelle structure. Le plafond de financement ne dépasse guère les 100 mille dinars. C est ce qu on appelle un fond d amorçage d une startup. Maher Kallel, président de Carthage Business Angels, association spécialisée dans le financement des entreprises durant leur phase de démarrage, a accepté de donner un état des lieux sur l entrepreneuriat en Tunisie ainsi que les différentes pistes pour son développement, notamment dans le secteur TIC.Interview. THD : Peut-on dire que la Tunisie est un pays qui valorise les initiatives privées de création d entreprise? Maher Kallel : L entreprenariat est un état d esprit avant d être des diplômes. Si on considère qu il manque en Tunisie les initiatives individuelles pour se lancer dans son propre projet, c est essentiellement à cause de la culture et de l éducation que nous recevons dès notre jeune âge. De l école jusqu à l entreprise, on valorise les personnes par leurs notes, et donc, par leurs diplômes au lieu de leurs compétences. C est pourquoi nous voyons de plus en plus de Bac plus 12 sans avoir pour autant des individus capables de gérer un projet au sein d une équipe. Par exemple. En Tunisie, et surtout en famille, on croit qu il faut lancer son projet après la fin des études et l obtention du diplôme. Or, on peut très bien fonder sa Startup, la développer pour devenir financièrement plus stable puis reprendre ses études. Revue de presse du mois de Novembre

27 Maher Kallel Un projet, en effet, c est avant tout une idée, une volonté et un bon Business Plan avant même les diplômes. Autre aberration constatée dans la société tunisienne, et surtout dans le cadre familial, c est qu on refuse l idée de prendre des risques et de voler de ses propres ailes. C est la fameuse expression «Mosmar Fi hit» (adage populaire qui est traduit littéralement par «clou dans le mur» pour dire avoir quelque chose de sûr et de stable, ndlr). Cette logique fait que les jeunes fuient l entreprenariat de peur de l échec. Or, toute entreprise qui réussit court toujours des risques de perte. C est la règle du jeu. Dans leur politique de fuite en avant, on voit de plus en plus de jeunes surdiplômés, qui leur manque certaines compétences pour occuper un poste clé bien rémunérée dans une entreprise prestigieuse, et qui finissent par accepter n'importe quel boulot comme les centres d'appels. D autres, s inscrivent dans une thèse de recherche comme une alternative au chômage, le temps de trouver le boulot de ses rêves sans qu il y ait pour autant une réelle motivation pour une carrière de recherche derrière. Ce qu on peut dire au final, c est que les opportunités business en Tunisie ne manquent pas. Certes, le cadre légal en général reste à améliorer pour encourager l entreprenariat en Tunisie, notamment pour les Startups. Mais, comme vous voyez, le problème majeur réside dans la culture entrepreneuriale de la société tunisienne héritée du système éducatif. On doit apprendre à nos jeunes à sortir de leur zone de confort et les encourager à créer de la valeur. La Tunisie est un petit pays. De ce fait, la taille du marché local n est-elle pas considérée comme un handicap pour la création de nouvelles entreprises? Pourquoi alors Israël, qui est un 'pays' encore plus petit que nous, a autant de Startups? C est parce que la majorité d entre elles sont orientées vers le marché international. C est un pays exportateur de la valeur ajoutée. Beaucoup de logiciels, et surtout d applications mobiles, sont en effet produites en Israël. Grâce à cette politique orientée vers l ouverture sur le marché international, ce petit pays est devenu la référence mondiale des Startups. Maintenant, la création des startups est devenue une culture généralisée au point de devenir une coutume. Vous savez que lorsqu un Israélien réussit à bâtir sa propre entreprise, il est obligé par la loi à aider un autre jeune dans le processus de création de sa propre boite? Il l encadre et le parraine. Aussi ironique soit-il, les Tunisiens peuvent s inspirer de ce modèle afin de rendre les entreprises tunisiennes compétitives à l international. Revue de presse du mois de Novembre

28 UN NOUVEAU CENTRE DE FORMATION DANS LES METIERS DU TEXTILE Source: Tunisia IT Date: 14 Novembre 2014 La Société SARTEX (Société des Arts Textiles), entreprise tunisienne totalement exportatrice et leader en produits finis de textile (jeans, fashion et sportswear), soutenue par le Fonds d'emploi (mis en œuvre par la Coopération Internationale Allemande «GIZ» sur mandat du Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique et du Développement «BMZ»), avait inauguré début octobre à Ksar Hellal son centre de formation en présence de S.E l'ambassadeur d'allemagne en Tunisie, Dr. Andreas Reinicke, du Gouverneur de Monastir, Monsieur Taieb Nefzi et des équipes de SARTEX et de la GIZ. SARTEX Training Center est ouvert à tous les jeunes Tunisiens sans qualification spécifique souhaitant faire carrière dans les métiers du textile. Il vise à développer une main d'oeuvre qualifiée dans un secteur fragile et concurrentiel qui souffre d'une pénurie d'ouvriers spécialisés alors que la qualité de ses produits reste la clef dépendante de la survie de ses entreprises. Le centre inclut la formation de ses propres formateurs-tuteurs (22) qui vont, en collaboration avec le Centre Sectoriel de Formation Textile et Habillement pouvoir garantir l'obtention d'emplois chez SARTEX ou dans d'autres entreprises du secteur. En résumé, SARTEX Training Center a réalisé tous ses objectifs : entre autres, la finalisation à fin septembre de la formation de 320 jeunes Tunisiens (filles et garçons), tous embauchés chez SARTEX. Parmi eux, beaucoup de jeunes ayant abandonné trop tôt leur scolarité ont pu profiter de ces formations. Fin 2014, ce chiffre pourra dépasser les 360 personnes. Revue de presse du mois de Novembre

29 LES SECTEURS DE POINTE AU TECHNOPOLE DE SIDI THABET, CENTRE D INTERET DE TAOUFIK JELASSI Source: Tekiano Date: 14 Novembre 2014 Le technopôle de Sidi Thabet, spécialisé dans les biotechnologies appliquées à la santé et à l'industrie pharmaceutique, a reçu, jeudi 13 novembre, la visite de Taoufik Jelassi, ministre de l'enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l'information et de la communication. Cette visite marque tout l'intérêt que témoigne le M. Jelassi à cet important pôle regroupant l'enseignement, la recherche et l'industrie, liés à des secteurs de pointe. M. Jelassi a accordé une attention particulière à la pépinière d'entreprises qui permet d'aider les porteurs de projets innovants en les accompagnant par la recherche, le conseil, la gestion financière et leur offrant une aide à la commercialisation de leur production à l'échelle nationale et internationale. La visite a été l'occasion d'échanger avec les cadres et techniciens pour l'amélioration du fonctionnement de l'institution. M. Jelassi s'est engagé à promouvoir les activités de la pépinière en collaboration avec les différents ministères concernés. Poursuivant sa visite, il s'est rendu à l'institut national de recherche en analyses physicochimiques (INRAP), où il a rencontré les cadres, chercheurs et ingénieurs de l'institut pour discuter du développement de l'activité de l'institut et du renforcement des compétences. Revue de presse du mois de Novembre

30 Le ministre a ensuite visité le Centre national des sciences et technologies nucléaires (CNSTN), en charge des études et de la recherche nucléaire civile, dans des domaines divers tels que l'agriculture, l'industrie, l'environnement et la santé. M. Jelassi a souligné le rôle leader de ce centre dans le domaine scientifique et insisté sur l'importance de sa contribution au développement de la recherche au niveau national. A l'écoute des différentes parties (chercheurs, techniciens, administrateurs et ouvriers), le ministre a assuré de sa volonté à œuvrer pour trouver des solutions permettant d'améliorer le fonctionnement de ces institutions et leur permettre de s'ouvrir davantage sur l'environnement régional et international. Revue de presse du mois de Novembre

31 POUR LA STRATEGIE DE CROISSANCE DE L'ENTREPRISE, IBM MET LES PERFORMANCES DES HACKERS TUNISIENS EN COMPETITION Source: Tunisie Haut Débit Date: 15 Novembre 201 Par: Abdelhamid Ferchichi IBM lance le premier Hackathon en Afrique francophone qui aura pour but de promouvoir l innovation et la culture d entreprise au sein des universités tunisiennes. Le nouveau directeur général d IBM Tunisie, Karim Mokaddem, a annoncé, lors d un point de presse qui s'est déroulée le 12 novembre à Tunis, que la firme américaine compte lancer du 3 au 6 décembre le premier Hackathon IBM en Afrique francophone. L événement Hackathon se déroulera durant 4 jours au Pôle technologique El Ghazala et aura pour but de réunir les étudiants les plus brillants des universités tunisiennes afin de mettre en pratique leurs compétences et de laisser libre cours à leur imagination, et ainsi contribuer à «promouvoir l innovation et la culture d entreprise au sein des universités tunisiennes». «Ce rendez-vous, qui s'étendra sur quatre jours, vise à réunir les esprits les plus brillants des universités tunisiennes. Les deux premiers jours de l'événement seront consacrés à la formation des étudiants par des experts tunisiens et internationaux», a souligné Karim Mokaddem. Toujours selon le nouveau directeur général d IBM, les troisième et quatrième jours seront consacrés à la compétition où les étudiants appliqueront les compétences acquises sur des thématiques ciblées pour développer des applications qui contribueront à rendre les villes, et même les zones rurales, plus intelligentes: cela peut être une application de gestion du trafic, une plateforme mobile pour l emploi, tous les sujets sont ouverts. C est le thème «Smarter Tunisia». L IBM Tunisia Hackathon est donc un concours de développement autour du thème «Smarter Tunisia» et des technologies Cloud, Mobile, Big Data, et Analytique, qui sera organisé en partenariat avec les écoles d ingénierie Iset'Com et Supcom. D autres acteurs comptent joindre cette initiative, comme Esprit Incubator, Business & Decision et ProxymIT. L ensemble des étudiants qui participeront auront accès à des formations, ainsi qu à l encadrement des experts d IBM avant et pendant le Hackathon. Ces experts rejoindront la communauté developerworks, une plateforme dédiée aux développeurs et qui leur fournira des webinars, des blogposts, des formations en ligne, etc. Revue de presse du mois de Novembre

32 Les 3 meilleurs projets sélectionnés par le jury gagneront des «cash awards», et auront accès à des PFE (projets de fin d études) chez les partenaires de la firme américaine. Ils auront également la possibilité de poursuivre leurs développements au sein de ses centres d innovation africains installés en Egypte et au Maroc. Esprit Incubator pourra également les accompagner dans leurs projets. Il faut rappeler, dans le même contexte, qu IBM a lancé la même initiative au Nigeria l année dernière, ce qui a abouti à l envoi de 6 étudiants nigérians en Egypte pour la finalisation de leurs PFE au sein du IBM Cairo Lab. IBM a également certifié 80 étudiants sur les technologies Cloud, DB2, Worklight et Big insights. «Ce que nous souhaitons réaliser à travers ce Hackathon, c est de doter les étudiants tunisiens des compétences techniques essentielles à leur réussite dans leur carrière future, mais aussi en tant qu entrepreneurs. Nous souhaitons nous rapprocher du milieu universitaire à travers nos programmes académiques, afin d accompagner les étudiants dans leurs cursus», a-t-il estimé. Enfin, IBM vient d annoncer le lancement de son Global Entrepreneur Program à l échelle mondiale, incitant les start-up qui développent sur le Cloud à s y inscrire pour bénéficier des plateformes Cloud d IBM, ainsi que de son réseau d experts et de centres d innovation, afin qu elles puissent innover, évoluer et accélérer leur croissance plus rapidement. Il est à noter, finalement, qu en 2014, IBM a annoncé l adoption de son Cloud par la Banque Zitouna, qui vise à renforcer son service applicatif bancaire et développer des services clients innovants. A travers son Cloud Computing, IBM a servi jusqu'à présent plus de clients dans le monde. Depuis son acquisition par IBM en 2013, Softlayer compte nouveaux clients en mode Cloud. Aujourd'hui, IBM compte une centaine de solutions Cloud en mode SaaS, un réseau de experts internationaux, et 40 Datacenters dans le monde. Revue de presse du mois de Novembre

33 UN NOUVEAU POLE TECHNOLOGIQUE POUR TOZEUR Source: Webmanagercenter Date: 15 Novembre 2014 L'assemblée générale constitutive du pôle industriel et technologique de Tozeur s'est tenue, vendredi, dans la région sous la présidence du ministre de l'industrie, de l'energie et des Mines, Kamel Ben Naceur. Le nouveau pôle se chargera d'aménager les zones industrielles de la région, d'attirer et d'aider les promoteurs de projets industriels à s'implanter, a souligné Ben Naceur qui annonce, au passage, la création de emplois dont mille au profit des diplômés du supérieur. Il a également indiqué qu'environ 50 entreprises devront s'implanter dans la région au cours des sept prochaines années. Au cours des premières sept années de l'activité du pôle, l'accent sera mis sur le suivi des investisseurs, la réalisation d'une infrastructure de base industrielle et technologique, comme l'aménagement et l'élargissement des zones industrielles, outre le renforcement de la compétitivité des entreprises économiques de la région. A l'issue de la réunion de l'assemblée générale, M. Ben Naceur a présidé une réunion sur la réalité et les perspectives du développement industriel et technologique dans le gouvernorat de Tozeur au cours de laquelle les participants ont évoqué la fragilité du tissu industriel dans la région, sachant qu'il n'emploie que 8,3% des personnes actives dans la région. Selon les données présentées à cette occasion, la région manque d'initiatives à même de garantir une valeur ajoutée au secteur industriel, notamment au niveau des ressources et des capacités existantes. Les participants ont, par ailleurs, évoqué les entraves qui ont empêché la concrétisation des idées d'investissement dans le secteur industriel, évoquant notamment le projet d'extraction et de transformation du sel du Chott El-Jérid. Ils ont, dans ce cadre, appelé la Direction générale de l'énergie et des mines à accélérer l'utilisation du sel du Chott El-Jérid, et l'office national des mines (ONM) à effectuer une étude géologique afin de mettre en valeur les opportunités existantes en matière d'exploitation des substances utiles. Le ministre a, aussi, visité des projets industriels dans la région, à l'instar de la zone industrielle de Tozeur réalisée sur une superficie de 20 hectares. Ce projet, aménagé par l'agence foncière industrielle (AFI), a vendu 40 lotissements sur un total de 76, sachant que seules deux entreprises sont implantées dans cette zone. Revue de presse du mois de Novembre

34 CARTHAGE BUSINESS ANGELS LANCE LA 3EME EDITION D'UNIVENTURE Source: Webmanagercenter Date: 21 Novembre 2014 L'association «Carthage Business Angels» et l'incubateur «Wiki Start Up» ont annoncé, dans l'après-midi de jeudi 20 novembre, le lancement de la 3ème édition du programme d'entrepreneuriat et concours d'innovation "Univenture" -qui a à son actif une dizaine d'entreprises depuis sa création. «Le dernier délai pour le dépôt des candidatures au programme "Univenture III", qui cible essentiellement les chercheurs et universitaires spécialisés dans différents domaines (biotechnologie, santé, agroalimentaire, énergie, médias et TIC), est fixé au 15 février 2015», a assuré Mondher Khanfir, membre fondateur de l'association Carthage Business Angels et de Wiki Start Up. S'exprimant lors d'un point de presse tenu à Tunis, à l'occasion de la Semaine mondiale de l'entrepreneuriat et la Journée mondiale des Business Angels (investisseurs providentiels) ayant pour thème "leçons apprises des programmes d'incubation de projets innovateurs: le cas Univenture de Carthage Business Angels", Khanfir a précisé que Univenture est le premier programme de création d'entreprises à partir de travaux académiques et scientifiques en Tunisie. «C'est un concours annuel de projets qui vise à stimuler l'innovation et l'entrepreneuriat tout en renforçant la capacité des promoteurs à gérer et réussir leur projet», a-t- il indiqué, faisant remarquer que les bénéficiaires de ce programme sont accompagnés techniquement pour la modélisation de leur projet. Une fois sélectionnés, ils participeront à des sessions d'entraînement spécifiques (Boot Camp) pour réaliser des études de faisabilité technique, économique et commerciale, dans une démarche d'essaimage académique et scientifique, a-t-il encore indiqué. Wiki Start Up vise, à travers ce programme, à identifier et sélectionner des projets innovants d'essaimage scientifique dans une démarche entrepreneuriale reposant sur un partenariat Ecole/Chercheur/Entreprise. Il s'agit en outre de favoriser la dissémination et la valorisation des connaissances techniques et scientifiques, outre le soutien aux projets d'entreprises réalisés par les élèves ingénieurs et les chercheurs. «Univenture adopte une approche intégrée avec tous les partenaires de l'écosystème entrepreneurial: Assistance technique et appui à l'innovation, facilitation de l'accès au marché, financement et conseil en stratégie de levée de fonds», a-t-il dit. Revue de presse du mois de Novembre

35 Dans une déclaration à l'agence TAP, Khanfir a indiqué que depuis le lancement d'univenture, une dizaine d'entreprises ont été créées. «Carthage Business Angels compte aussi lancer, au début de l'année 2015, un nouveau programme d'accélération de projets qui sera baptisé «Start Act» destiné aux jeunes entrepreneurs ayant réalisé leurs études de faisabilité et ayant un accord de financement dans le cadre du programme d'incubation Univenture pour les aider à accéder au marché//, a-t-il expliqué. A noter que la 2ème édition d'univenture a été clôturée, le 7 novembre dernier, avec l'annonce de cinq lauréats ayant présenté les projets d'innovation les plus prometteurs selon les critères essentiels exigés qui sont : la propriété intellectuelle, le potentiel du marché cible et la maîtrise des risques.. Revue de presse du mois de Novembre

36 LANCEMENT DE LA 2EME PHASE DE GESTION RAISONNEE DES RESSOURCES HYDRAULIQUES Source: Webmanagercenter Date: 21 Novembre 2014 La 2ème phase du programme scientifique international «SICMED» de recherche sur l'évolution des anthropo-écosystèmes ruraux méditerranéens a récemment été lancée, a déclaré Marc Voltz, directeur de recherches à l'institut national de recherches agronomiques de Montpellier (France). Dans une déclaration à TAP, en marge des travaux du colloque sur le programme SICMED (du 18 au 20 novembre 2014), il a souligné que cette approche intégrée à réussi à créer une dynamique entre les pays du nord et du sud de la Méditerranée grâce à l'échange d'expériences en matière de développement des écosystèmes ruraux. Ce programme qui associe des équipes scientifiques de l'ensemble du pourtour méditerranéen, a, par ailleurs, permis de développer une démarche visant à préserver les ressources hydrauliques tout en enrichissant les eaux souterraines, a estimé le responsable. Selon lui, la Tunisie, qui compte parmi les huit pays méditerranéens adhérant à ce programme, a déjà bénéficié d'un observatoire de gestion d'eau qui a pour mission de contrôler les potentialités en eaux existantes au Cap bon (gouvernorat de Nabeul) et à Merguellil (gouvernorat de Kairouan). Pour Voltz, l'effort va encore redoubler en Tunisie dans le cadre du programme SICMED pour faire face à la rareté des ressources hydrauliques, un problème partagé par tout les pays du sud de la méditerranée. Les participants à cette rencontre (une centaine de chercheurs des deux rives de la méditerranée), ont souligné la nécessite de mettre en?uvre une stratégie pour préserver les ressources hydrauliques. Ils recommandent dans ce cadre de mettre l'accent sur la formation à distance des ingénieurs et des étudiants sur la gestion des ressources hydrauliques, en leur fournissant des outils et des financements nécessaires pour organiser des cycles de formation à long terme. Il s'agit également d'aider les jeunes promoteurs de réaliser des projets dans le secteur de gestion des ressources hydrauliques et de sensibiliser les ingénieurs agronomes quant à l'importance de la vulgarisation auprès des agriculteurs, des données relatives à la bonne gestion de l'eau d'irrigation. Revue de presse du mois de Novembre

37 Les efforts devront en outre être axés sur l'encouragement des agriculteurs à changer les modes de culture en améliorant les variétés des produits cultivés, estiment encore les scientifiques. L'innovation institutionnelle constitue également un facteur déterminant pour garantir une gestion optimale des ressources hydrauliques, soulignent-ils, recommandant, dans ce cadre, d'élaborer des études d'impact dans les pays méditerranéens pour aboutir à des politiques efficaces en matière de préservation des ressources hydrauliques. Revue de presse du mois de Novembre

38 ACTIONSTREAM CONSULTING-CDC : CREATION DE TROIS FONDS D APPUI AUX PME TUNISIENNES Source: L'économiste maghrébin Date: 22 Novembre 2014 En marge de la 5 e édition du Salon de l Entreprise de Sfax, l accent a été mis sur l une des stratégies de développement du secteur privé visant les petites entreprises. Il s agit d un mécanisme baptisé «Triggers», sous forme de liaisons capables de renforcer la petite entreprise dans sa période initiale d activité. Ce concept est à la base de deux nouvelles initiatives promues par ActionStream Consulting, une think-tank basée en Tunisie, et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), avec l appui d autres partenaires locaux et internationaux. La première initiative concerne le Fonds de Développement Régional, géré par le fonds CDC Gestion, et souscrit par la CDC et Amen Bank, à hauteur de 100 millions de dinars, appuyant les PME à travers des prises de participation jusqu à 40% du capital. Ce fonds, qui a démarré en 2014, se focalise sur l investissement dans différents domaines d activité, à savoir l industrie pharmaceutique, la torréfaction du café, l abattage et la transformation des viandes rouges, les eaux minérales, l aquaculture, les technopoles et le secteur de la santé dans les zones de développement régional et les régions défavorisées. Dans le même cadre, un autre fonds, le Fonds de l héritage culturel, est en phase de lancement, visant la diversification de l offre touristique tunisienne, à travers la valorisation des sites historiques et culturels et la création d activités et d infrastructures sociales en faveur des communautés vivant autour de ces sites. Ce fonds sera doté de 25 millions de dinars, appuyé par un fonds fiduciaire de 50MDT pour financer les activités à caractère social. Quant à la deuxième initiative d ActionStream Consulting, et la CDC, elle concerne l appui à la franchise, en tant qu instrument puissant pour renforcer les petites entreprises, notamment les start-up, via la collaboration contractuelle franchiseur-franchisé. Il s agit d un mécanisme peu développé en Tunisie, mais largement appliqué à travers le monde, notamment en Afrique du Sud et au Maroc. Ce nouveau fonds, qui sera doté de 30 MDT, vise le soutien financier des franchisors tunisiens pour le développement des franchises dans le pays et à l extérieur, les franchisors étrangers ciblant le marché tunisien, et les franchisés tunisiens. Il sera appuyé par l Académie tunisienne de franchise, mise en place par Ikram Makni, directrice générale du Centre d affaires de Sfax, ayant pour objectif de fournir l expertise professionnelle pour orienter les clients du fonds et leur fournir l assistance technique de nature légale, contractuelle et d approche au marché nécessaire à lancer leur business. Revue de presse du mois de Novembre

39 REVISION D UN NOMBRE D ARTICLES DU PROJET DE LOI SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES Source: Businessflood Date: 26 Novembre 2014 Le ministre de l industrie, de l énergie, et des mines Kamel Ben Naceur, a affirmé, mardi, que la révision d un nombre d articles contestés de la loi relative à la production de l électricité à partir des énergies renouvelables, a enregistré une nette avancée. Le projet révisé sera présenté prochainement à la nouvelle Assemblée du peuple, a déclaré à TAP le ministre. Intervenant en marge de la 4ème journée de partenariat tuniso-allemand, il a indiqué que le dialogue avec la fédération générale de l électricité et de gaz (relevant de l UGTT) se poursuit. Une réunion devra se tenir courant la semaine prochaine afin d examiner les visions de la fédération concernant le dossier de l électricité et du gaz, a-t-il expliqué. Le ministre a nié toute volonté de privatiser la société tunisienne d électricité et de gaz (STEG), ajoutant que l objectif de cette loi est de permettre au consommateur d acquérir l électricité à un prix réduit répondant à son pouvoir d achat. A rappeler que l instance provisoire de contrôle de la constitutionalité des projets de loi avait accepté un recours présenté par 35 députés de l Assemblée nationale constituante (ANC) concernant certains articles de ladite loi, considérés comme contraires à la constitution. La fédération générale de l électricité et de gaz a estimé que le projet de loi est contraire à l article 13 de la constitution et prépare le terrain à la privatisation de la production d électricité en Tunisie. L article 13 de la constitution stipule que «les ressources naturelles sont la priorité du peuple tunisien. La souveraineté de l Etat sur ces ressources est exercée en son nom. Les contrats d exploitation relatifs à ses ressources sont soumis à la commission spécialisée au sein de l Assemblée des représentants du peuple. Les conventions ratifiées au sujet de ces ressources sont soumises à l assemblée pour approbation». Revue de presse du mois de Novembre

40 L'ARIANA SE DOTE D'UN GUICHET UNIQUE POUR L'INNOVATION Source: Webmanagercenter Date: 26 Novembre 2014 Le guichet unique pour l'innovation a été inauguré, mardi 25 novembre, au siège de l'union régionale de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (URICA). Il s'inscrit dans le cadre du projet de partenariat tuniso-italien «POLYMEDA» d'appui aux entreprises tunisiennes et italiennes innovantes opérant dans le secteur des industries agro-alimentaires et de la pêche. D'une valeur de euros (environ 1,9 million de dinars), cette structure figure parmi les plus importantes composantes du projet POLYMEDA dont une partie est financée par l'union européenne (UE) en coopération avec l'urica de l'ariana relevant de la centrale patronale (Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat), outre l'association des industriels de la région de Syracuse (sud de l'italie) et le Conseil de recherche de la région de Catane. L'objectif du guichet pour l'innovation est la mise en place d'une base de données et la facilitation de l'échange d'expériences entre les entreprises industrielles tunisiennes et leurs homologues italiennes. Il s'agit, également, d'établir un programme de coopération et de partenariat visant à soutenir les entreprises innovantes et leur permettre de développer leurs programmes et leur compétitivité en se basant sur les technologies modernes, lors des différentes étapes de production, de transformation, de conditionnement et d'export. Le responsable du projet dans la région de Syracuse, Salvatore Mancarella, a souligné, à cette occasion, que le guichet pour l'innovation constituera une fenêtre importante pour les industriels tunisiens et italiens. Ces derniers agiront dans le cadre d'un réseau méditerranéen à même de faciliter l'opération de recherche d'opportunités de partenariat et d'écoulement de la production entre la Tunisie et l'italie, d'une part, et les différents pays européens et du monde, d'autre part. Il a, dans le même cadre, souligné qu'un site électronique actualisé est à la disposition des industriels afin de leur permettre d'y insérer leurs observations et de faire connaître leurs activités et suggestions pour les prospection de nouveaux marchés. Ce site permettra aux entreprises de former des cadres et de mieux connaître les technologies les plus modernes ainsi que les nouveaux mécanismes de production. Le président de l'urica, Moncef Ben Jomaa, a, pour sa part, exprimé le souhait de tirer profit du guichet pour l'innovation qui permettra de diagnostiquer les entreprises industrielles et les capacités d'innovation dont elles disposent. Celles-ci sont, en outre, appelées à mettre à profit les technologies modernes et les recherches scientifiques dans leurs domaines de spécialité. Revue de presse du mois de Novembre

41 FINANCEMENT COMMENT TROUVER UN FINANCEMENT POUR CREER SA STARTUP EN TUNISIE? (1/2) Source: Tunisie Haut Débit Date: 07 Novembre 2014 Par: Welid Naffati Les jeunes issus des différentes filiales technologiques en Tunisie ne cessent de crier au manque d opportunités d emploi. Même les ingénieurs ce sont mis à chercher du travail qu ils estiment plus valorisant sous d autres cieux, et notamment en France. Cette fuite des cerveaux qui devient de plus en plus inquiétante a-t-elle vraiment une relation avec le marché de l emploi en Tunisie? «Faux! Je suis à la tête d une entreprise TIC et je galère pour trouver un bon élément à recruter», conteste un Chef d entreprise basé à El Ghazala. Pour lui, c est le profil des ingénieurs/techniciens qui pose problème avant même leur formation académique. Qu à cela ne tienne! Alors pourquoi il y a de moins en moins d initiatives personnelles de jeunes tunisiens pour créer leur propre Startup? «C est à cause de l argent et des banques», nous répondent quelques étudiants en cycle d ingénieur à l INSAT et à l ENSI. Certes, les raisons changent d une personne à une autre. Mais la plus part pointent du doigt le manque de moyens et de confiance dans les institutions financières. Car les banques «ne peuvent proposer un prêt sur des projets qu ils estiment à risque. Pour eux, tous les projets TIC sont à risques de toutes les façons», nous répondent les étudiants en fin de cycle d ingénieur. «En Tunisie on manque cruellement de culture numérique. Ces banquiers trouvent que la technologie se limite à une télé, à un four à microonde, un portable ou à facebook. Et vous vous demandez pourquoi on n arrive pas à lancer notre propre startup?». Mais des initiatives privées commencent à faire parler d elles dans le monde estudiantin. Comme les fonds d amorçages ou d initiation aux projets soutenus par des ONG. Quelques unes d entres elles ce sont carrément associés à des opérateurs comme ooredoo. Et pourtant, Tunisie Telecom a été le premier opérateur a créer carrément une entreprise dédiée au soutien des Startups en Alors pourquoi on n entend pratiquement jamais parler d elle? Aicha Ennaifer, DG de Diva Sicar Revue de presse du mois de Novembre

42 «Ce n est pas la même chose. Là vous parlez du fond d amorçage. La Diva Sicar n intervient qu après dans le processus de développement du projet», répond pour sa part Aicha Ennaifer, DG de Diva Sicar. Créée en 2009 mais opérationnelle vers fin 2010, cette Société d Investissement à Capital A Risque (SICAR) du groupe Tunisie Telecom investit en moyenne 3 à 4 millions de dinars chaque année dans une dizaine de projets. «Nous avons soutenu et nous continuons à soutenir une trentaine de projets depuis la création de la Diva Sicar pour un montant d environ 10 millions de dinars dans le capital des Startups afin de leur donner un coup de pouce pour devenir de vrais entreprises TIC financièrement solides et compétitives», rétorque Mme Ennaifer. En d autres termes, la Sicar n intervient pas dans le financement d un projet dans la phase amont, c'est-à-dire lors de la validation de l idée et de réalisation de la preuve du concept, mais bien après la validation technologique quand le Business Plan est mis en place. «Les fond d amorçage sont généralement des petits montants de l ordre de 20 à 30 mille dinars qui peuvent être octroyés, soit par les mécanismes publics soit par des Business Angels. Ils ne demandent pas de garantis et sont très réactifs car leur risque est limité. Cependant pour notre cas, les participations sont plus importantes, nous devons par conséquent bien calculer tous les risques avant de nous engager. Et c est ce qui fait que nous exigeons un Business Plan pour être éclairé sur le projet, le marché cible, le modèle économique, la stratégie de commercialisation etc.», explique Aicha Ennaifer. En plus clair, les fonds d amorçage permettent au porteur du projet de financer les premiers recrutements (une ou deux personnes), quelques ordinateurs et les licences nécessaires pour démarrer le projet IT. lorsque le projet nécessite un besoin de financement plus important au niveau d un stade plus avancé, c'est-à-dire quand il faudra recruter plusieurs salariés, acheter un matériel coûteux et logiciel et surtout financer le budget marketing. C est là que la Sicar intervient pour soutenir cette phase. «D autre part, durant les premiers mois de production, l entreprise aura à fiancer des charges d exploitation sans rentrée d argent. Ce besoin de fonds de roulement vient se grever également à l enveloppe d investissement de départ. Le fond apporté par la Sicar dans la société en tant qu actionnaire, servira, donc, à soutenir les charges de l entreprise durant toute la période de création et ou de développement. Vous comprendrez pourquoi nous exigeons un Business Plans bien ficelé qui prenne en compte tous les aspects du projet?», a-t-elle rajouté. Et si le jeune développeur ou ingénieur n a pas l argent nécessaire à l élaboration d un Business Plan dans un bureau d étude professionnel, que peut-il faire? Et quels sont les conseils de la DG de Diva Sicar aux jeunes pour réussir à coup sûr leur demande de financement. A suivre. Revue de presse du mois de Novembre

43 COMMENT TROUVER UN FINANCEMENT POUR CREER SA STARTUP EN TUNISIE? (2/2) Source: Tunisie Haut Débit Date: 10 Novembre 2014 Faut-il seulement un Business Plan et/ou un savoir-faire technologique pour décrocher un financement afin de fonder sa Startup? Absolument pas. Encore plus étonnant : C est le sens artistique, l esprit sportif, la communication et le «Love Money» qui peuvent ouvrir les portes de la réussite à sa future entreprise. C est en gros la conclusion qu on peut tirer de la surprenante Interview avec la Directrice Générale de Diva Sicar, Aicha Ennaifer. Cette Société d Investissement à Capital A Risque du groupe Tunisie Telecom, est une entreprise qui finance entre 3 et 4 millions de dinars chaque année dans une 10 aines de projets IT tunisiens à hauteur de 300, 500 voire 1 million de dinars pour chaque Startup. Dans ce cas, si on un jeune ingénieur qui ne connaît rien du monde financier et qui a une idée qu il estime bonne à commercialiser souhaite créer son entreprise, a-t-il une chance de décrocher facilement un financement de la Diva Sicar? Que doit-il faire concrètement pour devenir lui même entrepreneur? Nous avons posé la question à Aicha Ennaifer, DG de Diva Sicar, société de financement des entreprises IT tunisiennes (lire la première partie de l article). Et ses réponses vont surprendre plus qu un. Interview. THD : Imaginons un jeune ingénieur qui n a pas d éducation financière et est complètement déconnecté du monde des affaires souhaite se lancer dans sa propre Startup. Que doit-il faire tout d abord? Aicha Ennaifer : La recette du succès du projet ne réside pas dans le financement à proprement parler. Mais surtout dans le porteur du projet. Tout d abord, il faut qu il soit passionné par l idée du projet et déterminé à le réaliser. Car cette passion pousse à la réussite et contribue à convaincre les financeurs. Et lorsqu on est déterminé à réaliser un projet, on est disposé à faire des sacrifices et ce profil de promoteur nous le détectons tout de suite. Mais il nous est arrivé également de rencontrer des promoteurs qui ont probablement déniché l idée sur Internet avec un Business Plan tout prêt et demandent des salaires élevés qui alourdissent les charges et affectent dès le départ la trésorerie de l entreprise. Ce qui est une aberration pour quelqu un qui porte à cœur son projet et qui est théoriquement prêt à tous les sacrifices à le faire réussir. Mais vous savez très bien que la majorité des jeunes ont un grave problème de confiance en eux au point de ne pas savoir parler autre langue que celle des chiffres. C est vrai, beaucoup de jeunes, très compétent techniquement, souffrent de problèmes de communication et de savoir être. C est probablement dû au fait que durant leurs études, ils ont été tellement submergés par le travail, qu ils n ont pas eu le temps de s adonner à des activités de loisirs (théâtre, lecture, musique, cinéma, sport) ils vivent en quelque sorte dans Revue de presse du mois de Novembre

44 une bulle car ils ont été formatés pour réussir leurs études pour avoir des moyennes élevées. Pour ces personnes je leur dis : si vous chercher des partenaires, il faut savoir les convaincre et pour cela il faut avoir des atouts, à savoir les de la persuasion et cela peut être acquis par la formation, par le théâtre. L exercice théâtral vous apprend à mieux exprimer et gérer le trac et le stress, et par conséquent, d avoir une attitude plus confiante grâce à l expression scénique. Vous n aimez pas le théâtre ou vous ne sentez pas que c est votre tasse de thé? Ce n est pas grave. Adhérez à une activité artistique comme la musique, la peinture ou même le rap. Bref, tout ce qui vous permettra de cultiver votre sens de communication humain. Mais vous savez que malheureusement le volet culturel fait défaut en Tunisie, surtout dans les régions. Il y a alors le sport de compétition, surtout en équipe. Car ça vous apprendra à communiquer au sein d un groupe et de dresser ensemble des stratégies pour battre l adversaire. C est un peu la reproduction de l environnement entreprise qui est au cœur de la compétition. Vous devez mobiliser et motiver vos équipes pour battre les concurrents dans votre secteur mais avec un esprit sportif, bien entendu. Entre temps, laissez votre idée de projet mûrir dans votre tête. Parlez-en dans votre famille. Défendez la auprès de vos proches et amis. Il y en a qui vont se dire «mais mon père ne comprend rien à la technologie et forcément qu il ne sera pas réceptif à l idée» A ceux là, je dis : C est un excellent exercice pour mieux communiquer. Si vous croyez que les Chefs d entreprises à qui vous allez vendre votre produit sont mieux lotis en termes de connaissances technologiques, détrompez-vous! Si vous arrivez à convaincre des profanes, vous n aurez aucune peine à le faire avec d autres. Mieux : grâce à cet exercice, et en parlant dans un cercle restreint, vous aurez une meilleure visibilité sur votre marché cible. C est le début du Business Plan! Dès que vous sentez que vos idées sont beaucoup plus claires et que vous êtes capable de les défendre devant n importe qui, là, vous pouvez entamer la phase de levée des fonds. C est à dire contacter un des fonds d amorçage? Pas forcément. On peut commencer par lever des fonds rien qu avec le cercle familial et les amis proches, ce qu on appelle le «Love money». 100 dinars par ci, 200 dinars par là, et vous aurez une somme suffisante pour commencer votre projet. Et si ce n est pas encore assez, cherchez alors un travail à mi-temps ou comme intérimaire. Mettez de l argent dans un compte d épargne et vous aurez de quoi fonder votre Startup et le reste viendra. Revue de presse du mois de Novembre

45 D ailleurs ceci a l avantage de valoriser encore plus votre entreprise quand vous chercherez des fonds supplémentaires via des Business Angels, ou des mécanismes d amorçage et les micro-crédits. Et pour la Diva Sicar? Il est clair que ceci sera un plus en faveur du dossier et du candidat pour mieux convaincre la Sicar. On y décèlera des signes de maturité qui augurent d un projet solide où les risques sont maîtrisés. Vous voyez? Ce ne sont pas seulement les projections financières et le Business Plan qui augmentent les chances de la Startup à trouver un financement pour réussir. C est surtout le porteur du projet, son aptitude à gérer à mobiliser son équipe, son éthique etc. car c est lui le garant du succès de l entreprise. Et c est là que je regrette le manque de formation entrepreneuriale dans plusieurs de nos universités. Aux Etats Unis, par exemple, l université a une réelle mission entrepreneuriale, elle est l incubateur de plusieurs start-ups issues de la Recherche elle leur offre l espace de travail et de recherche, le soutien logistique, l expertise nécessaire l encadrement et les mises en relation avec le monde professionnel. Ce qui leur assure l élan nécessaire pour démarrer le projet avec des risques beaucoup plus maitrisés. Propos Receuillis par Welid Naffati Revue de presse du mois de Novembre

46 NOUVEAU DON SUISSE A LA TUNISIE DE 40 MDT Source: Investir en Tunisie Date: 12 Novembre 2014 Le secrétaire d Etat chargé du développement et de la coopération internationale, Noureddine Zekri, s est entretenu, mardi 11 novembre 2014, avec l ambassadrice de Suisse à Tunis, Adam Rita. Les aides programmées par la Suisse pour le financement d un nombre de projets dans le cadre d un projet coopération avec la Tunisie étaient au centre des concertations entre les deux responsables. Ces projets concernent, notamment, l amélioration de l infrastructure de base surtout dans le domaine hydraulique à Kasserine, la mise en place de deux stations d assainissement à Thala et Fernana, gouvernorat de Kasserine, et le renforcement des réformes dans le domaine sécuritaire. Dans un communiqué rendu public à l issue de cette réunion, M. Zekri a fait savoir qu une aide financière d une valeur de 40 millions de dinars a été également accordée par la Suisse à la Tunisie en Les deux responsables ont souligné, lors de cet entretien, l importance d impulser l investissement et le partenariat entre les deux pays dans plusieurs créneaux porteurs, en l occurrence les TIC, l échange commercial et le tourisme, et la nécessité de dynamiser le rôle du comité de pilotage tuniso-suisse afin de cristalliser des scénarios pratiques, des programmes et des projets avec pour finalités le renforcement et la diversification des relations bilatérales. Revue de presse du mois de Novembre

47 SOUTIEN FINANCIER AU PROFIT DES ENTREPRISES DE TEXTILE Source: La Presse Date: 13 Novembre 2014 L'accord signé porte sur un financement de 5.6 millions de dinars, qui seront mis au profit du secteur du textile sur quatre ans et en deux phases. Les entreprises tunisiennes ou à participation étrangère opérant dans le secteur du textile résidentes ou non ont atteint un niveau de qualité comparable à celui appliqué en Europe. Ces entreprises ont pu intégrer les certifications et normes internationales comme l ISO pour présenter au public un produit fabriqué dans les règles de l art. D ailleurs, plusieurs de ces entreprises totalement ou partiellement exportatrices ont pu gagner la confiance des consommateurs tunisiens et étrangers et contribuent à améliorer les recettes de la Tunisie en devises. Une longue expérience dans le secteur du textile-habillement a été donc acquise par les entreprises tunisiennes qui ont consenti des investissements lourds pour être en mesure de compter sur leurs propres ressources humaines et matérielles afin de concevoir de nouveaux articles selon les tendances de la mode internationale. Cependant, la qualité est toujours perfectible. De nouvelles méthodes de travail sont disponibles pour les articles haut de gamme. Le choix des matières premières constitue une opération délicate effectuée par les professionnels dans ce secteur. Certains composants, importés de l étranger, doivent être disponibles dans les délais pour éviter la rupture de stock. Les unités de production du textile doivent travailler en continu pour pouvoir répondre à la demande du marché local ou du marché international. La compression du coût de production constitue aussi le souci de plusieurs professionnels, car il s agit de présenter aux consommateurs un article de qualité à prix abordable pour pouvoir faire face à la concurrence. Compétitivité de la chaîne de valeur Mieux encore, la Suisse a décidé de soutenir les entreprises tunisiennes de textile pour améliorer la qualité de leurs produits. La Tunisie est toujours ouverte sur la coopération avec les pays étrangers qui sont disposés à assister les entreprises matériellement ou par voie de coaching, dans le but de raffiner davantage la production. Ainsi, après deux ans de préparation, le projet «Appui à la compétitivité de la chaîne de valeur du secteur textile» a démarré le 3 octobre 2014 avec la signature du Protocole d accord entre Mme Nejla Harrouche, ministre du Commerce et de l Artisanat, l ambassadeur de Suisse en Tunisie, Rita Adam, et la directrice exécutive du Centre du commerce international, Arancha Gonzalez. En vertu du document signé, 5.6 millions de dinars tunisiens, soit l équivalent de 3 millions de francs suisses, seront mis au profit du secteur du textile tunisien pendant quatre ans et sur deux phases. L objectif dudit protocole d accord vise essentiellement la consolidation des marchés existants et le développement de la compétitivité pour la conquête de nouveaux marchés. Plusieurs opportunités d exportation du textile vers de nouveaux marchés sont encore disponibles en Europe et en Afrique, mais ne sont pas totalement exploitées pour diverses raisons. Les entreprises tunisiennes qui exportent déjà vers de nombreux marchés Revue de presse du mois de Novembre

48 sont en mesure de pénétrer des marchés demandeurs et de gagner la confiance des consommateurs qui placent les normes de qualité en tête des priorités. Le soutien suisse ouvre la voie aux entreprises tunisiennes pour améliorer leur positionnement sur les marchés étrangers. L innovation et la créativité sont indispensables pour adapter les articles aux demandes des clients, qui sont très exigeants. Plusieurs entreprises tunisiennes et même étrangères établies dans notre pays font travailler des compétences confirmées comme les stylistes et modélistes, qui sont en mesure d apporter le plus au niveau de la qualité et de la créativité. Ces compétences bénéficient d une formation continue et sont envoyées, parfois, dans des institutions étrangères afin qu elles améliorent leurs connaissances en textile, dans le cadre de sessions de formation de haut niveau. Au niveau européen, la créativité constitue un long processus qui se renouvelle régulièrement pour proposer aux consommateurs des produits adaptés à leurs demandes. Plusieurs pays méditerranéens ont opté pour le haut de gamme afin d augmenter leurs recettes en devises suite à l accroissement de leur chiffre d affaires à l export. La Tunisie fait partie de ces pays exportateurs, puisqu elle a mobilisé plusieurs moyens matériels et des techniciens supérieurs, voire des ingénieurs pour passer à un palier supérieur en matière de qualité et d innovation. Le Centre technique du textile (Cettex), ouvert aux professionnels, contribue, lui aussi, à soutenir l effort de créativité dans le cadre d une démarche innovatrice qui implique toutes les compétences dans ce secteur. Revue de presse du mois de Novembre

49 LANCEMENT PROCHAIN D UN NOUVEL INSTRUMENT DE FINANCEMENT PARTICIPATIF EN TUNISIE Source: Tunisia IT Date: 26 Novembre 2014 Un nouvel instrument de financement participatif dénommé «crowdfunding», sera lancé à partir du 30 novembre 2014, en Tunisie, pour aider les jeunes entrepreneurs à monter leurs propres projets, a déclaré Thameur Hemdane, cofondateur de CoFundy (membre de l association internationale du financement participatif), lors d une rencontre, tenue mardi, à Tunis. Cet instrument de financement participatif, a-t-il avancé, sera géré par CoFundy avec son partenaire le laboratoire de l économie sociale et solidaire (LAB ESS), ayant pour principale mission d accompagner les nouveaux projets dans toutes les phases de leur réalisation. Hemdane a ajouté que le Crowdfunding est mis à la disposition des projets à fort impact social, culturel et économique. Ces derniers peuvent être des projets artistiques et créatifs (exposition, festival, projet de cinéma ambulant ), caritatif, social, humanitaire, des startups innovantes (high-tech, biotechnologie, agri- technologie ). Selon Hemdane, ces projets peuvent collecter en moyenne 20 mille dinars de financement sous forme de dons. Revue de presse du mois de Novembre

50 COOPERATION / INTERNATIONAL LE GABON INTERESSE PAR L OFFRE TUNISIENNE DANS LES SECTEURS DE L ENERGIE ET DE L EAU Source: Kapitalis Date: 03 Novembre 2014 Le ministre gabonais de l Energie et des Ressources hydrauliques effectue une visite de travail en Tunisie depuis le samedi 1er novembre Cette visite, qui s inscrit dans la volonté du Gabon de renforcer ses échanges avec la Tunisie, notamment dans les domaines de l énergie et de l eau, va conduire Désiré Guedon successivement à Sousse et Sfax. M. Guedon doit aussi s entretenir avec son homologue, Kamel Bennaceur, le Pdg de la Steg, de l Etap et des AMS, ainsi qu avec les dirigeants du Groupe Loukil. L intérêt du ministre porte sur les offres de la Tunisie dans divers produits et services, notamment l ingénierie et l équipement des centrales électriques, les compteurs d électricité et d eau, l appareillage électrique et électronique, les machines agricoles, les équipements hydrauliques et les services d étude et d ingénierie. Au cours de cette visite, effectuée à l invitation du ministre de l Industrie, de l Energie et des Mines, et organisée en étroite collaboration avec le Groupe Loukil et l ambassadeur du Gabon à Tunis, Emily Kakala Ngoussi, le ministre est accompagné d une délégation de haut niveau, comprenant notamment le directeur général de la Société de production et de transport d électricité du Gabon (SPTEG), Jean-Pierre Lasseni Duboze, le directeur général de la Société de Patrimoine, Jean-Liévain Idoundou Manfoumbi, et le conseiller technique du ministre, Marcelin Massila Akendengue. Rappelons que cette visite intervient moins de 2 mois après la visite officielle en Tunisie de Ali Bongo Ondimba (5 au 7 septembre 2014), au cours de laquelle le président gabonais a été reçu par le président provisoire de la république Moncef Marzouki et le chef du gouvernement provisoire Mehdi Jomaa. Revue de presse du mois de Novembre

51 SIGNATURE D UNE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LA BIAT ET L EPT Source: Kapitalis Date: 03 Novembre 2014 Un protocole de partenariat a été signé entre la Biat et l EPT, qui permet aux élèves de l école un meilleur accès au monde de l entreprise. En marge des festivités célébrant le 20e anniversaire de l Ecole polytechnique de Tunisie (EPT), une cérémonie conviviale a été organisée, le samedi 1er novembre 2014, au siège social de la Banque internationale arabe de Tunisie (Biat), en présence des directions générales et des responsables des deux établissements, du président de l Université de Carthage et de plus d une centaine d élèves et de diplômés ingénieurs, durant laquelle les deux établissements ont signé un protocole de partenariat qui permettra à l EPT d offrir à ses élèves un accès au monde de l entreprise à travers la mise à leur disposition d un quota de stages au sein de la Biat (notamment des stages de projets de fin d étude), ce qui leur permettra de confronter leur connaissances académiques aux réalités du monde de l entreprise. Ce partenariat permettra aussi à l EPT de bénéficier d un soutien financier et logistique Biat pour les diverses activités associatives de l école. Il offrira à la Biat la possibilité d accompagner les élèves ingénieurs de l EPT lors des divers évènements et manifestations organisées par l EPT et l Association des Jeunes Polytechniciens (AJP), d une part, et d accueillir en stage ces élèves ingénieurs, pépinière de futurs hauts responsables et d entrepreneurs dynamiques de demain, d autre part. Le rapprochement entre la Biat et l EPT, couronné par conclusion de ce partenariat, découle de l importance que la Biat a toujours accordée aux jeunes, étudiants et jeunes diplômés actifs, de la volonté de la 1 ère banque privée tunisienne de s ouvrir au monde universitaire, de soutenir les initiatives innovantes et d encourager et accompagner les jeunes diplômés à relever le défi de l entrée dans la vie active. Revue de presse du mois de Novembre

52 La conclusion de ce partenariat a aussi été facilitée et encouragée par un ensemble de valeurs communes partagées dont principalement la recherche continue de l excellence, de la qualité, et de l esprit d innovation. La Biat a, en effet, toujours fait de la recherche de l excellence sa ligne conductrice de sa stratégie de développement. L innovation a également toujours été pour elle un élément clé de différenciation et de recherche d avantage compétitif. Par ce nouvel engagement, la banque assume son rôle de banque leader conformément à sa vocation d entreprise citoyenne. Revue de presse du mois de Novembre

53 LA TUNISIE ET L'AUTRICHE SIGNENT UN MEMORANDUM D'ENTENTE SUR L'EFFICACITE ENERGETIQUE ET LES ENERGIES RENOUVELABLES Source: Webmanagercenter Date: 04 Novembre 2014 Kamel Ben Naceur, ministre de l'industrie, de l'energie et des Mines, et Reinhold Mitterlehner, vice-chancelier fédéral autrichien et ministre des Sciences, de la Recherche et de l'economie, ont signé, lundi 3 novembre à Vienne, un mémorandum d'entente portant sur le développement de l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables entre les deux ministères. «L'accord constitue un cadre juridique qui offrira des perspectives prometteuses pour le partenariat énergétique entre les deux parties», indique un communiqué du ministère tunisien de l'energie. Le document précise que Kamel Ben Naceur effectue une visite officielle à Vienne à l'occasion du deuxième congrès de l'organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) qui se tiendra les 4 et 5 novembre 2014 sur le thème «pour un partenariat qui consolide l'investissement en matière de développement industriel globale et durable». Revue de presse du mois de Novembre

54 UNE DELEGATION DE LA BM EN TUNISIE DANS LE CADRE DE LA COOPERATION ENVIRONNEMENTALE Source: Webmanagercenter Date: 14 Novembre 2014 Les perspectives de la coopération entre la Tunisie et la Banque mondiale dans le domaine de l'environnement ont été au centre d'une rencontre tenue, vendredi 14 novembre, entre le secrétaire d'etat au Développement durable, Mounir Majdoub, et une délégation de la Banque en visite en Tunisie, selon un communiqué du département. M. Majdoub a souligné la nécessité d'inaugurer une nouvelle étape dans la coopération entre les deux parties et de développer un nouveau système de financement de gestion des déchets dont 80% est actuellement, à la charge de l'etat. Il a également mis l'accent sur l'importance d'aider l'agence de gestion des déchets à retrouver son rôle initial en matière de planification stratégique et élaborer un modèle avancé en ce qui concerne la gestion des déchets. La délégation de la BM a, toujours selon le communiqué, présenté un bilan du suivi des projets financés par la Banque en matière la gestion durable des déchets domestiques et les résultats des visites effectuées aux décharges contrôlées dans le Grand Tunis et Bizerte. Elle a, aussi, souligné la responsabilité des communes dans le processus de collecte et de transformation des déchets, les opportunités offertes dans ce domaine particulièrement en matière de concession et de mise à contribution du secteur privé. Revue de presse du mois de Novembre

55 PARTENARIAT ET ACCOMPAGNEMENT DE PROJETS EN QUETE DE «TECHNOLOGIES VERTES» Source: Webmanagercenter Date: 14 Novembre 2014 Dans le cadre du projet européen DiaMed, la CONECT et ADER Méditerranée avaient lancé un appel à candidature afin de sélectionner 10 projets, portés par des entrepreneurs tunisiens dans le domaine des technologies vertes à fort potentiel de développement. Lors d une réunion tenue dernièrement au siège de la CONECT avec les porteurs de projets pour exposer les problèmes qu'ils ont rencontrés dans le développement de leurs produits sur le plan technologique, et ce en parallèle avec la formation Master Classes Jeunes entrepreneurs, dimension internationale, des axes de développement leur ont été proposés par les représentants d ADER Méditerranée afin de leur apporter des solutions par rapport à leurs besoins. A l issue de cette réunion, des tables rondes en France (Marseille) seront programmées dans les prochaines semaines pour aborder les différents aspects techniques, technologiques, partenariat, etc. Des projets sélectionnés et notamment des rencontres avec des experts et des entreprises françaises opérant dans les mêmes domaines d activités sont prévues dans ce cadre. Rappelons que les principaux moteurs du projet DiaMed sont l engagement des acteurs institutionnels et économiques locaux, l implication des diasporas, la valorisation des jeunes diplômés du Maghreb, la promotion de l esprit d entreprise et la circulation des compétences. Ce projet, financé par l Union européenne à travers sa direction de développement et de coopération, s articule autour de ces actions majeures: - renforcer la professionnalisation des acteurs locaux d appui à la création d activité, - encourager et accompagner les diasporas des pays du Maghreb à entreprendre dans leurs pays d origine, - valoriser les jeunes diplômés, - favoriser la circulation des compétences. Revue de presse du mois de Novembre

56 COOPERATION ENTRE LA CONECT ET LA CONFEDERATION TCHEQUE DE L'INDUSTRIE Source: Webmanagercenter Date: 15 Novembre 2014 La Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT) et la Confédération de l'industrie de la République Tchèque, ont signé, mardi 11 novembre 2014 à Prague, un accord de coopération portant sur le développement des joint-ventures, l'échange d'expériences et le transfert de technologie. En vertu de cet accord, les deux parties s'engagent à consolider, diversifier les relations industrielles, commerciales et de services entre les entreprises tunisiennes et tchèques. «La CONECT et son homologue tchèques s'engagent, en outre, à intervenir auprès des autorités de leurs pays ou communautés économiques dans le but d'obtenir des facilités ou des solutions aux problèmes auxquels pourraient être confrontés leurs membres», précise un communique de la CONECT publié vendredi. Cet accord a été signé en marge d'une visite effectuée, du 10 au 12 novembre 2014 à Prague, par une délégation d'hommes d'affaires de la CONECT, conduite par son président, Tarak Chérif. «La délégation renforcée par l'ambassadeur de Tunisie à Prague et le PDG du CEPEX a rencontré des hauts responsables tchèques des ministères de l'industrie et du Commerce et des Affaires étrangères, outre des institutions spécialisées dans les secteurs de l'export et de l'investissement», précise le communiqué de la CONECT. Revue de presse du mois de Novembre

57 EVENEMENTS LE SALON DE L ENTREPRISE A SFAX (19-20 NOVEMBRE 2014) Source: Kapitalis Date: 11 Novembre 2014 Le Salon de l'entreprise se tiendra, les 19 et 20 novembre 2014, à la Foire internationale de Sfax, avec la participation de plus de 150 exposants. Objectifs de ce salon: présenter les différents programmes et mécanismes dédiés aux entreprises afin de les aider à améliorer leur croissance, et faire connaitre les services fournis aux entreprises par les administrations, structures, organismes et associations. Le salon, organisé par le Centre d'affaires de Sfax, la Chambre de commerce et d'industrie et l'utica de la région, l'apii et plusieurs autres structures d'appui, ambitionne, par ailleurs, d'encourager l'investissement et de favoriser les échanges d'expériences entre les différents acteurs économiques. Les organisateurs s'attendent à la participation de plus de visiteurs entre hommes d'affaires, industriels, commerçants, prestataires de services, artisans, agriculteurs... L espace d exposition du salon sera organisé autour de 5 villages (de l'accompagnement, du développement régional, du financement, de la franchise et du développement d'entreprise). Y seront représentés la présidence du gouvernement, plusieurs ministères et entreprises publiques, les structures d'appui et d'encadrement, les banques et institutions financières, les compagnies d'assurance, les centres de formation et les établissements de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Plusieurs grandes marques, à la recherche de partenaires dans différentes régions du pays, y prendront part également. Au programme aussi, des séminaires sur «les mécanismes du développement de l'entreprise» et «la franchise», ainsi que des ateliers sur l'économie verte, l'entreprenariat social et le développement des compétences entrepreneuriales. Revue de presse du mois de Novembre

58 LES JOURNEES D AFFAIRES «TUNISIAN BUSINESS DAYS» DU 25 AU 28 NOVEMBRE 2014 AU BENIN Classe Export Tunisie organisera en collaboration avec son partenaire JCS RESEAUX, les journées d affaires «Tunisian Business Days» au Bénin, dont l objectif est de faciliter et d optimiser le coût et le temps de la prospection de l exportateur tunisien. Il s agit d une mission collective multisectorielle pré-organisée dans le cadre d une tournée commerciale programmée en fonction des besoins des entreprises tunisiennes. La mission d affaires aura lieu du 25 au 28 Novembre 2014 à Cotonou- Bénin Le bénin : Une situation géographique stratégique et accès privilégié à un marché de 300 Millions de consommateurs : Le Bénin est pays de transit jouit d une position géographique stratégique dans l espace ouest-africain. Ouvert sur le Golfe de Guinée, il est considéré comme une porte d entrée maritime pour les pays enclavés de l hinterland : le Niger, le Burkina Faso et le Mali. Son appartenance à l Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et à la Communauté économique des États de l Afrique de l Ouest (CEDEAO) lui ouvre un marché potentiel de plus de 300 millions de consommateurs dont 160 millions au Nigéria. Ce marché de consommation attrayant offre aux tunisiens l occasion d exporter des produits et des services à forte valeur ajoutée et de répondre à la demande de plusieurs secteurs : Agroalimentaires ( Conserves de tomate, sardines et Thon), Matériaux de construction, construction de routes, mobiliers de bureau, télécommunications & équipements TIC, alimentation en électricité, approvisionnement en eau potable, assainissement et gestion d eaux usées, drainage des eaux pluviales et traitement des déchets solides. Contexte de la mission d affaires Gestion personnalisée de votre mission de prospection par un chef de projet. Appui sur mesure avant pendant et après la mission. Revue de presse du mois de Novembre

59 Création d une dynamique de réseautage en organisant une demi journée de rencontres B to B avec le partenaire institutionnel local (Chambre de commerce et de l industrie Bénin). Organisation de 6 à 8 RDV B to B sous forme des visites terrain en fonction des besoins de l entreprise tunisienne. Prise en charge totale de l hébergement (5 nuitées), location de voiture avec chauffeur et recrutement d une assistante pendant la tournée commerciale. Projets Phares au Bénin 1. Projet de construction d un hôpital de référence en République du Bénin Le coût total du projet du nouvel hôpital est estime a 47 millions d euros dont 24,8 millions d euros (53 %) au titre des coûts de construction, et 14,3 millions d euros (31 %) pour l achat des équipements. 2. La Route des Pêches : Projet de développement touristique Plus de 300 millions d euros d investissements publiques pour ce projet (construction de routes, télécommunications & équipements TIC, alimentation en électricité, approvisionnement en eau potable, assainissement et gestion d eaux usées, drainage des eaux pluviales et traitement des déchets solides).les composantes de ce projet : Une station de développement intégrée, Marina village Hôtels balnéaires 3, 4 et 5 étoiles et hôtels écologiques Stations d hôtels sous tentes et camping Parc animalier Equipements culturels Zone de démonstration de l agriculture locale Des structures d accompagnement pour formation hôtelière. 3. Programme d investissements relatifs aux infrastructures électriques au Bénin Le Gouvernement béninois dans sa stratégie sectorielle en matière d énergie, a initié de réaliser entre autres, un certain nombre d infrastructures à savoir la construction : du barrage hydroélectrique d Adjarala sur le fleuve Mono d une puissance de 3x49 MW ; de trois (03) grands barrages hydroélectriques structurants et multifonctionnels de Dogo- Bis (128 MW), Bétérou (2x11, 6 MW) et Vossa (2x39,6 MW) tous situés sur le fleuve Ouémé ; Revue de presse du mois de Novembre

60 d une centrale thermique (Dual) de 400 MW ; d une centrale thermique (Dual) de 2x25 MW ; d une centrale électrique de 2x30 MW à partir de la biomasse ; de deux (02) centrales thermiques à charbon de 200 MW chacune. 4. Epine dorsale : Projet d infrastructures de transport Le gouvernement du Bénin a choisi de faire des infrastructures de transport, une de ses priorités en terme de domaine de concentration des investissements. Couplé avec le secteur de l énergie, ces deux domaines sont susceptibles de contribuer davantage au développement économique du pays. Autrement dit, l énergie et les infrastructures de transport sont des secteurs en forte corrélation avec la croissance économique. La prise en charge correcte des questions énergétiques et d infrastructures de transport crée un cercle vertueux de croissance et permet le développement de l ensemble de l économie nationale. Si les investissements énergétiques sont «le poumon» de l économie, alors les infrastructures de transport en sont «l épine dorsale». Les trois composantes du mégaprojet Epine Dorsale : - Construction d un nouveau port en eau profonde. - La Boucle ferroviaire : Un projet de construction d une ligne ferroviaire de la Côte Ouest Africaine est en étude. Cette ligne qui partira de Lagos reliera Cotonou, Lomé, Accra et Abidjan. - Nouvel aéroport à Glo-Djigbé Revue de presse du mois de Novembre

61 PROJET FOSTER IN MED : JOURNEE DE SENSIBILISATION SUR L USAGE DU PHOTOVOLTAÏQUE A GEANT! Source: Webmanagercenter Date: 17 Novembre 2014 Déclaration sur le Programme Le Programme IEVP CT Bassin Méditerranéen est une initiative de coopération transfrontalière multilatérale financée par l Instrument Européen de Voisinage et de Partenariat (IEVP). L'objectif du Programme est de promouvoir un processus de coopération durable et harmonieuse au niveau du bassin méditerranéen en traitant les défis communs et en valorisant ses potentialités endogènes. Il finance des projets de coopération en tant que contribution au développement économique, social, environnemental et culturel de la région méditerranéenne. Les 14 pays suivants participent au Programme: Chypre, Egypte, France, Grèce, Israël, Italie, Jordanie, Liban, Malte, Palestine, Portugal, Espagne, Syrie (participation actuellement suspendue), Tunisie. L'Autorité de Gestion Commune (AGC) est la Région Autonome de Sardaigne (Italie). Les langues officielles du Programme sont l'arabe, l anglais et le français (www.enpicbcmed.eu). Déclaration générale sur l Union européenne L Union européenne est constituée de 28 États membres qui ont décidé de mettre graduellement en commun leur savoir-faire, leurs ressources et leur destin. Ensemble, durant une période d élargissement de plus de 50 ans, ils ont construit une zone de stabilité, de démocratie et de développement durable tout en maintenant leur diversité culturelle, la tolérance et les libertés individuelles. L Union européenne est déterminée à partager ses réalisations et ses valeurs avec les pays et les peuples au-delà de ses frontières. Revue de presse du mois de Novembre

62 Dans le cadre du projet Foster In Med, un projet qui vise à promouvoir les technologies solaires dans la région méditerranéenne et qui est financé par l Union européenne, la Chambre de commerce et d industrie de Tunis organise, le samedi 22 novembre 2014 au Centre commercial Géant, une journée de sensibilisation sur l usage du photovoltaïque. Soyez nombreux et touchez de près le soleil de la Méditerranée! Pour de plus amples informations, prière de contacter M. Samed Ben Abid sur le poste Rubrique Foster In Med sur WMC : Site web : Pour plus d'informations, veuillez contacter: Project Management Office DICAAR via 2 Marengo PROTECTED Cagliari (Italie) - Courriel: Revue de presse du mois de Novembre

63 LE CEPEX LANCE UNE NOUVELLE APPLICATION POUR LE FOPRODEX Source: Webmanagercenter Date: 17 Novembre 2014 Le Centre de Promotion des Exportations (CEPEX) vient d'annoncer le lancement d'une nouvelle application informatique, en vue d'accélérer le traitement des demandes de subvention (pour financer les opérations de transport) qui lui sont présentées. Le CEPEX précise, dans un communiqué rendu public lundi 17 novembre, que tous les exportateurs sont invités à remplir le nouveau formulaire disponible sur le site du Centre (www.tunisiaexport.com ), au niveau de la rubrique Foprodex. Cette opération s'inscrit dans le cadre des efforts visant à moderniser la gestion du Fonds de promotion des exportations. A rappeler que ce fonds est un mécanisme de soutien financier mis à la disposition des exportateurs, par l'etat, en vue de leur faciliter l'accès aux marchés extérieurs. Revue de presse du mois de Novembre

64 TUNISIA-MED INVEST 2014 Source: L'économiste maghrébin Date: 20 Novembre 2014 Dans le cadre de son programme pour l année 2014, la Jeune Chambre Internationale organise la conférence «Tunisia-Med Invest», qui se tiendra le 06 décembre à Tunis. Cet événement, qui s inscrit dans le cadre du renforcement de l ouverture de la Tunisie sur les pays de la Méditerranée, réunira des experts mondialement reconnus et de différentes disciplines, des décideurs et des dirigeants politiques pour analyser les opportunités d affaires entre la Tunisie et les pays du pourtour méditerranéen. Au programme de cette manifestation des thèmes relatifs : aux accords de partenariat conclus entre la Tunisie et les pays du pourtour méditerranéen, à la fondation d un environnement d investissement attractif, au rôle des organismes de promotion de la coopération tuniso-méditerranéenne, aux défis de la coopération entre la Tunisie et les pays du pourtour méditerranéen. Revue de presse du mois de Novembre

Avec l appui du Programme de Modernisation Industrielle, programme financé par l Union européenne. Agence de Promotion de l Investissement Extérieur

Avec l appui du Programme de Modernisation Industrielle, programme financé par l Union européenne. Agence de Promotion de l Investissement Extérieur Avec l appui du Programme de Modernisation Industrielle, programme financé par l Union européenne Agence de Promotion de l Industrie Agence de Promotion de l Investissement Extérieur Centre de Promotion

Plus en détail

Le pôle de compétitivité Monastir - El Fejja

Le pôle de compétitivité Monastir - El Fejja Le pôle de compétitivité Monastir - El Fejja mfcpole : qui sommes nous? mfcpole : le Pôle Textile mfcpole : les parcs multi-secteurs mfcpole : espace virtuel d accueil à l Entreprise mfcpole: au service

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012

Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012 Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012 Atelier sur les systèmes d information et de communication dans le secteur public: Etat des lieux, défis et orientations

Plus en détail

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 417 By Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Mardi 16 Juin 2015 1 Site tunisien de l investissement Des handicaps qui persistent

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com

DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com DOSSIER Du Salon africain du Web et de L intelligence économique www.saawie.com 1 La 1 ère Edition du Salon du Web et de l Intelligence Economique, c est : Un RDV pour analyser l impact du Web sur l économie

Plus en détail

N 338. Votre Revue de Presse Du 17 / 02 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 338. Votre Revue de Presse Du 17 / 02 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 338 By Votre Revue de Presse Du 17 / 02 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 La CIEP (CONECT Innovation & Entrepreneurship Platform) source des entrepreneurs

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande

DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande // La Base Académie // DOSSIER DE PRESSE 25 mai 2011 Contact presse : Cécile Mériguet cecile.meriguet@savoie-technolac.com 06 45 48 38 58 Illustrations et photos sur demande Dispositif d accompagnement

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Réunion Information Investissements d Avenir

Réunion Information Investissements d Avenir Réunion Information Investissements d Avenir Logiciel Embarqué et Objets Connectés Sophia, 16 Juillet 2013 Investissements Avenir : Réorientation Réorientation de 2,2 Mds$ du budget non engagé des IA Soutien

Plus en détail

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère des Technologies de la Communication Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses Grâce

Plus en détail

1er FORUM ECONOMIQUE INTERNATIONAL de SFAX SFAX VISION 2020 TUNISIE. Invest In Sfax Du 24 au 27 Septembre 2012. Avec le soutien de :

1er FORUM ECONOMIQUE INTERNATIONAL de SFAX SFAX VISION 2020 TUNISIE. Invest In Sfax Du 24 au 27 Septembre 2012. Avec le soutien de : 1er FORUM ECONOMIQUE INTERNATIONAL de SFAX SFAX VISION 2020 TUNISIE Invest In Sfax Du 24 au 27 Septembre 2012 Avec le soutien de : Présentation de Sfax Vision 2020 Président MBCI-Tunisie Naamen BOUHAMED

Plus en détail

La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel

La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel La chaine de financement de l entreprise et les Business Angels Maher Kallel Différences principales Business Angel Spécialistes du capital-risques Personnel Entrepreneurs Gestionnaires financiers Argent

Plus en détail

Marché financier et Processus d introduction en Bourse

Marché financier et Processus d introduction en Bourse Marché financier et Processus d introduction en Bourse Centre des Jeunes Dirigeants d entreprises de Sfax 04 juin 2013 Fadhel ABDELKEFI Tunisie Valeurs Plan Présentation du marché financier tunisien Bourse

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

Les 5, 6 et 7 avril 2011

Les 5, 6 et 7 avril 2011 Les 5, 6 et 7 avril 2011 Paris - Porte de Versailles - Pavillon 1 Demain, c est aujourd hui! Focus 2011 Enjeux énergétiques Interopérabilité Le moteur de recherche dédié au monde de l entreprise Un événement

Plus en détail

EuroMed@Change - Business Roadshow Egypte : "De l'innovation locale à l'internationalisation"

EuroMed@Change - Business Roadshow Egypte : De l'innovation locale à l'internationalisation Having trouble reading this mail? Click here Mai 2014 EuroMed@Change - Business Roadshow Egypte : "De l'innovation locale à l'internationalisation" Dernier d'un cycle de quatre évènements de matchmaking

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

Programme Biotechnologie et Biosécurité

Programme Biotechnologie et Biosécurité Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles CEDE AO Communauté Éco nomique des État s d Af rique de l Ou es t ECOW AS Economic Communit y of W est Af rican S ta t es

Plus en détail

Rapport annuel 2011 de l AHK Tunisie

Rapport annuel 2011 de l AHK Tunisie Rapport annuel 2011 de l AHK Tunisie DEinternational DEinternational comprend, entre autres, les départements Energie, Construction et Environnement/ Industrie, Healthcare & Services/ Agroalimentaire/

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Atelier organisé par le Ministère de l Emploi, de la Formation Professionnelle et des TIC 28 avril 2014, Nouakchott

Atelier organisé par le Ministère de l Emploi, de la Formation Professionnelle et des TIC 28 avril 2014, Nouakchott Technologies de l Information et de la Communication (TIC) et Emploi en Mauritanie Revue des nouvelles formes de créations d emplois rendues possibles par les TIC illustrées par quelques exemples internationaux

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU

GS1 Tunisia 07/05/2015. République Tunisienne. Ministère du Commerce DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU UNE NOUVELLE VISION POUR DÉVELOPPER L E-COMMERCE EN TUNISIE CEPEX 07 MAI 2015 CONTENU Tendances du e-commerce dans le Monde E-Commerce en Tunisie Nouvelle Stratégie de Développement du E- commerce en Tunisie

Plus en détail

Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise»

Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise» Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise» 1 Contexte - Objectif 1.1 Le développement des pratiques collaboratives dans les entreprises, un levier de compétitivité, Les outils web d

Plus en détail

1 ÉCOLE. Newsletter. Newsletter. Numéro 1. Numéro 1 1. Suivez l actualité. Qu est-ce que Graines de Manager? ÉQUIPE PROJET

1 ÉCOLE. Newsletter. Newsletter. Numéro 1. Numéro 1 1. Suivez l actualité. Qu est-ce que Graines de Manager? ÉQUIPE PROJET DU CONCOURS DU GRAINES GRAINES Newsletter DE DU CONCOURS GRAINES Suivez l actualité Graines de Manager Chers lecteurs, nous avons le plaisir de vous présenter la newsletter du concours Graines de Manager

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos 1 sur 7 Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos Présentation générale Le ministère chargé de la recherche et de la technologie

Plus en détail

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale

VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS pôle de compétitivité à vocation mondiale VEGEPOLYS, pour qui? 4000 entreprises en région appartenant à 8 filières et représentant 25 000 emplois 420 Chercheurs et techniciens 250 Adhérents 2500

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle

Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle CHAMBRE TUNISO-FRANCAISE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle CCI de Paris 8 Octobre2009 SOMMAIRE Secteurs porteurs & grands projets Approche du marché tunisien

Plus en détail

L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe.

L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe. 1 1 2 2 Qui est l Union des Femmes Investisseurs Arabes? FICHE D IDENTITÉ L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe. Elle a été créée par l Union économique arabe

Plus en détail

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys

Mise en place des projets collaboratifs. public-privé dans les TIC à l entreprise. Cynapsys Mise en place des projets collaboratifs public-privé dans les TIC à l entreprise Cynapsys 22 Septembre, Pôle Elghazala, Ariana Imed AMMAR Manager AGENDA Présentation de CYNAPSYS Vision et Stratégie de

Plus en détail

Maghreb Startup Initiative

Maghreb Startup Initiative L EXCELLENCE au rendez-vous! Algérie Maroc Tunisie Edition pilote Une 1ère édition organisée simultanément dans les trois pays du Maghreb et déployée sur une année! (mai 2012 - mars 2013) Regional Sponsors:

Plus en détail

LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020. ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015

LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020. ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015 LANCEMENT DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER FSE POITOU-CHARENTES 2014-2020 ATELIER 1 : Recherche, développement, innovation et PME Mardi 21 avril 2015 Monsieur Jean-François MACAIRE Président de la Région

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Vallée Européenne des Matériaux et de l Energie

Vallée Européenne des Matériaux et de l Energie ACTION 5 : Poursuivre la dynamique d équipements et de laboratoires d excellence pour composants dotés de fonctionnalités nouvelles. La Lorraine dispose de forces de recherche exceptionnelles dans le domaine

Plus en détail

SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts en Tunisie. Photo : UNIDO. Appel à candidatures

SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts en Tunisie. Photo : UNIDO. Appel à candidatures SwitchMed Programme de formation d Entrepreneurs Verts en Tunisie Photo : UNIDO Appel à candidatures Tu es un éco-entrepreneur? Tu as une idée de création d entreprise verte en tête? d Entrepreneurs Verts

Plus en détail

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat

Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Canada-Afrique de l Ouest: la force de l entreprenariat Par Carlos Rojas-Arbulu, Délégué Commercial Principal (Afrique de l`ouest), Service de Délégués Commerciaux du Canada, Ambassade du Canada, Senegal

Plus en détail

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Monsieur le Commissaire européen, Monsieur le Premier ministre Jomaa, Mesdames, Messieurs, Chers

Plus en détail

اململكة املغربية. Royaume du Maroc واالستثمار واالقتصاد الرقمي

اململكة املغربية. Royaume du Maroc واالستثمار واالقتصاد الرقمي Royaume du Maroc Ministère délégué auprès du Ministre de l'industrie, du Commerce, de l'investissement et de l'economie Numérique, Chargé du Commerce Extérieur اململكة املغربية الوزارة املنتدبة لدى وزير

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Mr Nabil ABDELLATIF. Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME.

Mr Nabil ABDELLATIF. Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME. Ordre des Experts Comptables de Tunisie Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME Mr Nabil ABDELLATIF Président Ordre des Experts Comptables de Tunisie I- DEFINITIONS ET CONTEXTE

Plus en détail

Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud»

Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud» Rencontres d affaires franco italiennes à l occasion du salon SOLAR EXPO de Milan (Milan, 08 09/05/2013) Un évènement de «The Innovation Cloud» Votre contact UBIFRANCE : Davide Goruppi Infrastructures

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Parce que vous faire grandir, c est grandir ensemble Notre succès repose sur notre capital humain evenir un hub pour les opérations économiques mondiales, tel est le défi à relever par le Maroc les prochaines

Plus en détail

GREENDAYZ. Dossier Média SALON INTERNATIONAL. 10 pays 50 entreprises 6000 visiteurs. 25 > 26 Avril 2012

GREENDAYZ. Dossier Média SALON INTERNATIONAL. 10 pays 50 entreprises 6000 visiteurs. 25 > 26 Avril 2012 Sous l égide du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau, et de l Environnement GREENDAYZ SALON INTERNATIONAL des MÉTIERS et des TECHNOLOGIES du DÉVELOPPEMENT DURABLE Dossier Média 25 > 26 Avril 202

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Axes de travail et plan d action 2015

Axes de travail et plan d action 2015 19 novembre 2014 Axes de travail et plan d action 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Partager l information sur les métiers, l emploi et la formation professionnelle en LR ; être plus utile et plus accessible...

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Le monde évolue, l Afrique se transforme, 2iE accompagne cet élan

Le monde évolue, l Afrique se transforme, 2iE accompagne cet élan Le monde évolue, l Afrique se transforme, 2iE accompagne cet élan FORMATIONS EAU & ASSAINISSEMENT ÉNERGIE & ELECTRICITÉ ENVIRONNEMENT & DÉVELOPPEMENT DURABLE GÉNIE CIVIL & MINES MANAGEMENT & ENTREPRENEURIAT

Plus en détail

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise

TIC. Panorama. L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise TIC (Technologies de l'information et de la communication) Panorama L'industrie de l'information et de la communication la première industrie japonaise La taille du marché (en PIB réel) des technologies

Plus en détail

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES

LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES PLAN INNOVATION Inciter les entreprises à investir dans les PME de croissance : LE CAPITAL INVESTISSEMENT D ENTREPRISES 1 Pierre Moscovici, ministre de l Économie et des Finances «Après cinq années de

Plus en détail

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE

FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE FONDS UNIQUE INTERMINISTERIEL DE SOUTIEN AUX PROJETS DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT COLLABORATIFS DES POLES DE COMPETITIVITE 13 e APPEL A PROJETS Les moyens destinés au soutien financier de l Etat en faveur

Plus en détail

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques

Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques Investir dans la capacité humaine et l apprentissage pour un développement vert et résilient face aux changements climatiques «Les changements climatiques se constatent jour après jour partout dans le

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

«Les projets collaboratifs pour les nuls»

«Les projets collaboratifs pour les nuls» «Les projets collaboratifs pour les nuls» Les jeudis du numérique à Vannes 28/05/15 Sommaire 1) Le projet collaboratif 2) Les appels à projets 3) Le financement 4) Le rôle d Images & Réseaux Les questions

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

EMISSION TÉLÉVISÉE. ICEBERG Production Télévisuelle

EMISSION TÉLÉVISÉE. ICEBERG Production Télévisuelle EMISSION TÉLÉVISÉE Production télévisuelle Régie Publicitaire Chaine de télévision ICEBERG Production Télévisuelle EN COLLABORATION AVEC : Le portail d affaires N 1 en Tunisie Sites web, Guides et Salons

Plus en détail

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES 1. Energies renouvelables et accès à l énergie : les modes de consommation et de production d aujourd hui et de demain. Innovations: éolien, hydroélectricité,

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE Lundi 23 mars 2015 5 e NUIT DE L ENTREPRISE NUMERIQUE «Les technologies à travers la performance de l entreprise et l amélioration de la vie de ses collaborateurs» DOSSIER DE CANDIDATURE 1 Vos coordonnées

Plus en détail

Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité.

Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité. Projet de création d un site internet en appui à la vente de produits locaux de qualité. Septembre 2011 Contact : Muriel LESAINT, chef de projet. muriel.lesaint@educagri.fr Tel : 03 84 87 21 06 Contenu

Plus en détail

IT au service de l entreprenariat: la croissance par l innovation

IT au service de l entreprenariat: la croissance par l innovation 1 IT au service de l entreprenariat: la croissance par l innovation Intervenants : Coura FALL Directrice Marketing, Orange Business Services Khardiata Ndiaye DIACK Coordonnatrice des 2 programmes - Directrice

Plus en détail

Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015

Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015 Présentation Bpifrance Prêt Numérique Juin 2015 01. Qui nous sommes NÉ EN 2013 Du besoin de simplifier l accès au financement pour les PME, d apporter des réponses globales à leurs besoins financiers,

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

SALON INTERNATIONAL DU MULTIMEDIA ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SIMEN)

SALON INTERNATIONAL DU MULTIMEDIA ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SIMEN) SALON INTERNATIONAL DU MULTIMEDIA ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SIMEN) Cité de la démocratie,libreville du 01 au 04 Décembre 2006 28/04/2006 eme II EDITION «Une rencontre pour la promotion des partenariats

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Initiative «Digital Lëtzebuerg» Pour la définition, l élaboration et la mise en œuvre d une stratégie numérique globale pour le Luxembourg 1.

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents

Restitution des débats. Les conditions de passage à l échelle européenne et les modèles d affaires pertinents Séminaire de travail du 9 juin 2015 France Stratégie Internet des objets : quelles stratégies européennes pour faire émerger des plateformes d envergure mondiale? Restitution des débats Les conditions

Plus en détail

Développement et mise en place d'un Bureau Virtuel d'aide à l Insertion Professionnelle(BVAIP) (www.bvaipucar.rnu.tn)

Développement et mise en place d'un Bureau Virtuel d'aide à l Insertion Professionnelle(BVAIP) (www.bvaipucar.rnu.tn) MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE de CARTHAGE Cellule PAQ- de L Université Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet:

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE

DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE MOT DE BIENVENUE Le temps des défis est aussi celui des opportunités Madame, Monsieur, J ai le plaisir de partager avec vous le lancement

Plus en détail

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables!

ingénieur Profession Les stages : des expériences inoubliables! Profession ingénieur Les stages : des expériences inoubliables! Le Service des stages et emplois a pour mandat d assurer le lien entre les entreprises et les étudiants. Il vise à favoriser l intégration

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plan d action national en faveur du commerce équitable préparé sous la coordination des MINISTRE DELEGUE CHARGE DU DEVELOPPEMENT MINISTRE DELEGUE CHARGE DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET DE LA CONSOMMATION Plan d action national en faveur du commerce équitable

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 Débat présidé par M. André Merlin sur le thème : «Quelle articulation souhaitable avec

Plus en détail

AVEC LES. de votre. Pour vous. pitché. ENGIE, Hugues. Philippe. e, ORANGE, Nathalie. Fréderic GENERALE. SOCIETE. Aymeril PHILIPPE PALAT

AVEC LES. de votre. Pour vous. pitché. ENGIE, Hugues. Philippe. e, ORANGE, Nathalie. Fréderic GENERALE. SOCIETE. Aymeril PHILIPPE PALAT LES THEMATIQUES, LES PISTES DE COOPERATION AVEC LES STARTUPS ILS ONT PITCHES POUR VOUS Alain Jourdan, Directeur général adjoint de CREDIT AGRICOLE Technologies, Pascal Rioual, Délégué Innovation Groupe,

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%)

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%) COMMUNIQUE DE PRESSE 12 MARS 2015 BPIFRANCE BILAN 2014 FORTE CROISSANCE DE L ACTVITE : 14 MD DE FINANCEMENTS AU TOTAL VS 11 MD EN 2013 RENFORCEMENT DU FINANCEMENT DE L INNOVATION, DE LA TEE ET DE L EXPORT

Plus en détail