Remerciements. Révision. Paul Bureau Directeur, Groupe Développement social Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Remerciements. Révision. Paul Bureau Directeur, Groupe Développement social Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches"

Transcription

1

2

3 Remerciements Ce recueil a été réalisé grâce à la collaboration des organisateurs communautaires et des intervenants sociocommunautaires en HLM en Chaudière-Appalaches. Un merci spécial à Katy Lessard du Centre de santé et de services sociaux de Beauce, Marie- Josée Roy du Centre de santé et de services sociaux Alphonse-Desjardins. Merci également à Catherine Boudreault, coordonnatrice régionale de l Entente spécifique. Et merci à Sonia Poulin, agente administrative à la Direction de la santé publique de l Agence de la santé et des services sociaux de Chaudière-Appalaches pour la mise en page de la version préliminaire du document. Révision Paul Bureau Directeur, Groupe Développement social Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches Conception graphique Maryse Larouche, organisatrice communautaire Centre de santé et de services sociaux Alphonse-Desjardins Signification de l illustration de la page couverture La conception graphique de Mme Maryse Larouche représente le milieu de vie dynamique que peut être le HLM avec sa clientèle diversifiée : familles, personnes seules et personnes retraitées et âgées. La loupe pose un regard sur ce milieu de vie et met l accent sur les gens qui y habitent puisqu ils sont au cœur de la mobilisation vers l amélioration de leur qualité de vie. La couleur ajoutée aux personnages de l illustration signifie que ce sont les locataires qui mettent le HLM à leur couleur et l importance de leur implication dans LEUR milieu de vie. Et enfin la route, qui vient ici mettre l accent sur le processus collectif que comporte la démarche de mobilisation des différents acteurs de l OMH. Mise en page et révision linguistique Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches Sylvie Fortin, conseillère en communication Marie-Josée Nadeau, secrétaire, Groupe Développement social * Dans ce recueil, le masculin est employé sans discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte.

4

5 PRÉSENTATION L Entente spécifique portant sur l amélioration de l accessibilité, de la qualité de vie et des services offerts pour différentes clientèles vivant dans les HLM de la région de la Chaudière- Appalaches ( ) («l Entente»), est une initiative régionale unique au Québec et met de l avant une stratégie d action qui privilégie le soutien communautaire de différents réseaux impliqués dans le logement social, dans un esprit de partenariat et de concertation multisectorielle, afin de favoriser le suivi et l accompagnement des clientèles. La rédaction du Recueil des stratégies gagnantes (guide des meilleures pratiques d intervention) intervient après l expérience de trois ans de mise en œuvre de l Entente en Chaudière-Appalaches. Ce recueil est conçu en pensant non seulement aux partenaires signataires de l Entente, mais en particulier aux organisateurs communautaires et différents intervenants sociocommunautaires en logement social et communautaire. Il a pour finalité de : Répertorier les pratiques et méthodes développées; Reconnaître le travail et l expérience acquise dans les milieux de vie (HLM); Faciliter l intégration et l entrée en fonction de nouvelles ressources en soutien communautaire en logement social et communautaire; Partager avec les partenaires les expertises développées dans toute la région. Bonne lecture!

6

7 SIGLES ET ACRONYMES ADL : Association des locataires ADOHQ : Association des directeurs d offices d habitation du Québec ASSS : Agence de la santé et des services sociaux CA : Conseil d administration CAB : Centre d action bénévole CCR : Comité consultatif de résidants et résidantes CFPO : Centre de formation et de perfectionnement des offices d habitation COOP : Coopérative d habitation CRÉ : Conférence régionale des élu(e)s de la Chaudière-Appalaches CSSS : Centre de santé et de services sociaux FECHAQC : Fédération des coopératives d habitation de Québec-Chaudière-Appalaches FJRCA : Forum jeunesse régional Chaudière-Appalaches FLHLMQ : Fédération des locataires d habitations à loyer modique du Québec FRAPRU : Front d action populaire en réaménagement urbain FROHQC : Fédération des OBNL d habitation Québec-Appalaches HLM : Habitation à loyer modique ID 2 EM : Initiative de développement durable, d entraide et de mobilisation MSSS : Ministère de la Santé et des Services sociaux OH/OMH: Office d habitation/office municipal d habitation OSBL/OBNL : Organisme sans but lucratif/organisme à but non lucratif PAICS : Programme d aide à l initiative communautaire et sociale (Retiré en 2010) ROHQ : Regroupement des offices d habitation du Québec SHQ : Société d habitation du Québec iii

8

9 TABLE DES MATIÈRES 1. L ENTENTE Origine de l Entente Partenaires de l Entente Objectifs Clientèle cible Déploiement dans les milieux et approche préconisée Concepts de base 5 2. DÉFINITIONS, RÔLES ET MANDATS DES GROUPES ET INDIVIDUS Comité de gestion de l Entente Coordinatrice régionale Conseiller en gestion SHQ Organisateur communautaire Intervenant sociocommunautaire Conseil d administration de l OMH Direction de l OMH Association des locataires Comité de locataires Comité consultatif de résidents Représentants des locataires au conseil d administration de l OMH PRÉMISSES À L INTERVENTION Attitudes de l intervenant pour une approche gagnante en soutien communautaire en HLM Éléments à considérer avant l intervention La clientèle La taille L environnement L association de locataires Le climat L historique La gestion COMMENT ACCOMPAGNER LES INDIVIDUS ET LES GROUPES VERS L AUTONOMIE Approche d intervention en individuel, en groupe et collectif Approches inspirantes Outils de mobilisation et d animation de milieu EXEMPLES D ACTIVITÉS ET DE PROJETS RÉALISÉS FINANCEMENT DISPONIBLE Programmes gouvernementaux Fondations/Sociétés Autres partenaires 29 v

10 7. PARTENARIAT Entre OMH Entre organismes du territoire BILAN DE L ENTENTE SPÉCIFIQUE Retombées dans les milieux Défis et enjeux Défis et enjeux liés aux premières interventions en HLM Défis et enjeux liés à l Entente CONCLUSION 39 BIBLIOGRAPHIE ET MÉDIAGRAPHIE 41 ANNEXES 43 ANNEXE A Groupe-conseil Développement social et communautaire : liste des membres en 2005 ANNEXE B Modèle de présentation des services ANNEXE C Enquête mobilisante ANNEXE D Modèle accroche-portes ANNEXE E Modèle de lettre de présentation ANNEXE F Organismes partenaires et comités existants ANNEXE G Dépliant des locataires Bilan du projet et quelques pistes de poursuites ANNEXE H Problématiques rencontrées et types d intervention possibles ANNEXE I Coordonnées des organisateurs communautaires et des intervenants ANNEXE J Formation et perfectionnement ANNEXE K Documents de consultation vi

11 1. L ENTENTE 1.1 Origine de l Entente En 2004 et en 2005, les membres du Groupe-conseil (GC) Développement social et communautaire de la Conférence régionale des élu(e)s (CRÉ) de la Chaudière-Appalaches considéraient préoccupante la situation du logement social, et ce, particulièrement en milieu rural 1. Ils recommandèrent donc d en faire une priorité en développement social. En 2006, le portrait du logement social en Chaudière-Appalaches fut entrepris. Bien que ce portrait n était pas exhaustif, il réunissait néanmoins un ensemble d information permettant d orienter d éventuelles actions propres à améliorer la situation en habitation à logement modique (HLM). L Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) déposait en 2007 le Portrait de l habitation à loyer modique dans Chaudière-Appalaches. Cette étude soulignait notamment les difficultés suivantes : Capacité limitée des milieux ruraux à se doter de services adaptés; Difficultés d intégration des clientèles ayant des problèmes de santé mentale, des familles ou des personnes seules avec des besoins spécifiques qui nécessitent une nouvelle approche et du support des différents réseaux; Absence de participation des locataires à la vie communautaire dans plusieurs HLM; Besoins grandissants de logements avec services. L étude a été discutée à la CRÉ avec ses partenaires au sein du GC Développement social et communautaire. Des travaux ont été entrepris afin d élaborer une entente spécifique de régionalisation. Parallèlement à la rédaction du projet d entente, une consultation provinciale a conduit à l adoption par le ministère de la santé et des services sociaux (MESS) et par la Société d habitation du Québec (SHQ) du «Cadre de référence sur le soutien communautaire en logement social» 2. Ce cadre reconnaît la responsabilité partagée d une part, des réseaux de la santé et des services sociaux et d autre part, du réseau de l habitation à l égard des clientèles communes habitant un logement social et communautaire. En 2008, l Entente était signée. 1.2 Partenaires de l Entente L Entente réunit les partenaires signataires suivants : Agence de la santé et des services sociaux (ASSS) de Chaudière-Appalaches Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Beauce Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la région de Thetford Centre de santé et de services sociaux (CSSS) des Etchemins Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Alphonse-Desjardins Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Montmagny-L Islet 1 2 L annexe A présente la liste des membres du GC. Odette PERRON et Claude ROY, Cadre de référence sur le soutien communautaire en logement social : Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l'habitation. Ministère de la santé et des services sociaux et Société d habitation du Québec, 2007, 57 p.

12 Commission scolaire (CS) des Navigateurs Commission scolaire (CS) de la Côte-du-Sud Commission scolaire (CS) de la Beauce-Etchemin Commission scolaire (CS) des Appalaches Conférence régionale des élu(e)s (CRÉ) de la Chaudière-Appalaches Forum jeunesse régional Chaudière-Appalaches (FJRCA) Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale (Emploi-Québec) Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (MAMROT) Société d habitation du Québec (SHQ) Table de concertation des aînés de Chaudière-Appalaches 1.3 Objectifs Les objectifs de l Entente sont comme suit : L amélioration des services dans les HLM Soutenir les différents milieux afin d améliorer l accès aux différentes catégories d âge aux logements sociaux; Sensibiliser les différents milieux au respect des critères d admissibilité et aux règles d attribution des loyers modiques pour les diverses clientèles; Répondre aux besoins des diverses clientèles dans les HLM, notamment dans les familles, en adaptant les interventions aux réalités locales; Mettre en place des mesures de concertation entre les OMH, les CSSS et les différents partenaires des MRC afin de renforcer le soutien aux clientèles vulnérables. L intégration et la participation sociale des résidents dans les HLM Sensibiliser les différents milieux à l importance et aux avantages de l approche communautaire en logement social pour l amélioration de la qualité de vie; Promouvoir la participation des résidents à la gestion de leur milieu de vie et mettre en place des mesures facilitantes pour renforcer cette participation; Donner la parole aux résidents en HLM leur permettant d exprimer leurs besoins; Offrir le support et l accompagnement aux projets du milieu, à l exercice de la pleine citoyenneté, au maintien dans la communauté, à l entraide, au rapprochement interculturel et intergénérationnel; Mettre en place, au besoin, des groupes de support en lien avec les besoins exprimés par les résidents; Maintenir des actions durables dans chaque territoire de MRC afin d améliorer la qualité de vie en HLM. Ce modèle comporte également un aspect d accompagnement et de soutien aux projets émanant des milieux en collaboration avec les directeurs d OMH, les partenaires de la santé, les milieux communautaires et municipaux et les centres locaux d emploi. Au moment d entreprendre l Entente, les retombées suivantes sont anticipées : Une plus grande rétention des personnes visées dans leur MRC; Un meilleur taux d occupation des immeubles; L accessibilité en HLM pour diverses clientèles dans un plan d intégration; L implication accrue du directeur d OMH dans son milieu; Une meilleure réputation de certains HLM; 2

13 Une dynamisation de la vie communautaire et une plus grande participation sociale et citoyenne; Une diminution des hospitalisations, des tentatives de suicide et un désencombrement des urgences; Une diminution des signalements à la police ou à la Direction de la Protection de la Jeunesse (DPJ) en provenance des HLM familles; Une plus grande intégration des services pour cette clientèle; Une plus grande efficience par des interventions regroupées dans un même endroit sécuritaire; La participation à des activités visant la lutte à la pauvreté ou à l exclusion sociale et potentiellement un retour à de la formation ou à l emploi. Le soutien communautaire est retenu comme stratégie à privilégier, en complémentarité avec : Cueillette de renseignements sur les besoins des locataires; Mobilisation et sensibilisation pour l amélioration de la qualité de vie en HLM; Animation de milieu; Réseautage entre les partenaires; Intégration de services et optimisation des ressources; Promotion des droits des locataires. 1.4 Clientèle cible L Entente vise tous les résidents en HLM ainsi que ceux pouvant y avoir accès et, d une façon plus précise, les personnes avec des besoins particuliers : Personnes à faible revenu, prestataires d aide de dernier recours, aînés, jeunes, personnes seules, familles et familles monoparentales; Ayant des difficultés financières; Avec des problèmes de santé mentale, déficience physique ou intellectuelle; Alcoolisme, toxicomanie et autres dépendances; Victimes de violence; Avec des difficultés d adaptation sociale et affective; Vivant de l exclusion sociale, l isolement; Victimes d abus et de négligence; Vieillissantes et en perte d autonomie. 1.5 Déploiement dans les milieux et approche préconisée À prime abord, il faut savoir que la région de la Chaudière-Appalaches compte 85 OMH et approximativement logements sociaux. Plus des deux tiers, soit 68 %, sont occupés par des personnes âgées, 27 % par des familles et 5 % par des personnes seules. Les OMH sont en grande majorité de petites tailles et situés en milieu rural. La mise en œuvre de l Entente a été initiée comme suit : Tournée de sensibilisation auprès des partenaires signataires; Rencontres de partenaires potentiels; Tournée régionale des OMH dans toutes les MRC (62 OMH rejoints sur 85); Tournée individuelle par les ressources terrain : prise de contact avec les OMH (79 OMH contactés); état de situation OMH/MRC; amorce du travail de milieu. 3

14 Un modèle d intervention de soutien communautaire en HLM a été expérimenté. Conformément à ce modèle, les organisateurs communautaires et intervenants sociocommunautaires, face aux différentes situations, s engagent dans un processus d accompagnement d un milieu et agissent en tant qu interface entre l OMH et les ressources impliquées, comme le montre les deux illustrations suivantes 3 : 3 Céline BERNIER, Présentation au Forum Centres de services le 1 er décembre 2010 créée dans le cadre de l Entente spécifique portant sur l amélioration de l accessibilité, de la qualité de vie et des services offerts pour différentes clientèles dans les HLM de la région de la Chaudière-Appalaches , diapositives no 9 et 10. 4

15 1.6 Concepts de base Deux concepts sous-tendent le déploiement de l Entente et sont cruciaux dans la compréhension du travail sur le terrain en HLM : Soutien communautaire «Il recouvre un ensemble d actions qui peuvent aller de l accueil à la référence, en passant par l accompagnement auprès des services publics, la gestion des conflits entre locataires, l intervention en situation de crise, l intervention psychosociale, le support au comité de locataires et aux autres comités et l organisation communautaire. De plus, il présente un caractère préventif, favorise une intervention précoce et constitue une passerelle essentielle aux personnes vulnérables. En fait, la notion de support communautaire «désigne : ( ) ce qui relève de l accompagnement social des individus et/ou des groupe s» incluant la gestion du bail.» 4 Logement social et communautaire «Le logement social et communautaire correspond à une formule de propriété collective qui a une mission sociale et ne poursuit aucune finalité de profit. Aux fins de l application du présent cadre, le type d habitation retenu est le logement permanent avec bail, géré par les offices d habitation, les OBNL et les Coopératives d'habitation. Le logement social et communautaire permet d offrir un toit aux personnes vulnérables, mais il représente aussi un levier susceptible d encourager le maintien des personnes dans leur milieu, dans un contexte d inclusion sociale lorsqu il est accompagné de services, ce qui représente pour ces personnes l occasion d exercer concrètement leur droit au logement.» 5 4 Odette PERRON et Claude ROY, Cadre de référence sur le soutien communautaire en logement social : Une intervention intersectorielle des réseaux de la santé et des services sociaux et de l'habitation. Ministère de la santé et des services sociaux et Société d habitation du Québec, 2007, p Ibid, p. 6. 5

16

17 2. RÔLES ET MANDATS DES GROUPES ET INDIVIDUS Cette section présente succinctement les rôles et mandats de différents groupes et individus, ceci de manière à comprendre la complémentarité des interventions dans le cadre de l Entente. 2.1 Comité de gestion de l Entente Le comité de gestion est composé de membres signataires de l Entente. Son rôle est le suivant : S assurer du respect des clauses générales et spécifiques de l Entente; Réaliser un devis d évaluation de l Entente en y incluant des indicateurs quantitatifs et qualitatifs qui permettront d évaluer annuellement la qualité des résultats entourant la réalisation de l Entente spécifique en logement social; S assurer de la mise en place d un plan d action permettant d atteindre les objectifs de l Entente; Assurer la vérification de la conformité administrative quant aux processus visant la mise en œuvre et le suivi de l Entente; Recevoir et approuver le rapport final d activités et le devis d évaluation élaboré; Formuler les recommandations appropriées à la bonne marche du projet à l un ou à l autre des partenaires concernés. 2.2 Coordonnatrice régionale La personne engagée à titre de coordonnatrice régionale, sous la supervision du comité de gestion, voit à la mise en œuvre de l Entente. Ses responsabilités sont : La sensibilisation à l approche communautaire auprès des directeurs d OMH et de leur conseil d administration par le biais du Cadre de référence sur le soutien communautaire en logement social; Le développement d outils permettant de mobiliser les locataires et les directeurs d OMH; La concertation entre les partenaires; La gestion du projet avec le comité de gestion; La supervision et le soutien des animateurs locaux. 2.3 Conseiller en gestion SHQ Le conseiller en gestion assume une intervention de type «conseil» : Sensibiliser la direction de l OMH à la prise en charge des locataires; Favoriser la formation des gestionnaires du personnel; Mise en lien avec des personnes ressources; Accompagner les directions dans l identification des besoins en soutien communautaire en logement social; Faire des suggestions à l organisateur communautaire du CSSS dans l ordonnancement des cibles prioritaires d intervention du territoire, en concertation avec les directeurs du milieu; Informer les directeurs des possibilités de financement en soutien communautaire provenant de la SHQ; 7

18 Approuver et superviser la gestion des budgets attribués aux OMH par la SHQ; Recevoir les besoins en logements pour les clientèles spécifiques et faire le point avec les OMH. 2.4 Organisateur communautaire L organisateur communautaire intervient selon une approche collective : Mobiliser les locataires par : le support / l animation de rencontres avec les locataires (information, formation, sensibilisation, etc.); l évaluation de besoins collectifs; le support et l implication des locataires au sein de leur milieu de vie et leur communauté; le support à l organisation et la participation aux activités communautaires ainsi qu aux projets collectifs des locataires; Soutenir les directions et les conseils d administration en lien avec la vie démocratique et autres; Favoriser le réseautage entre les partenaires; Encourager la médiation lors de conflits étendus; Faire connaître les besoins des locataires aux équipes du CSSS. 2.5 Intervenant sociocommunautaire L intervenant sociocommunautaire intervient selon une approche individuelle (orientation court terme) : Prise de contact, dépistage, écoute, information, références; Faire une première évaluation sommaire de la situation du locataire (intervention ponctuelle, information, promotion des services selon les besoins) facilitant ainsi l orientation et la référence au CSSS-CLSC et à d autres organismes pouvant intervenir; Effectuer des visites de suivi de certains locataires démontrant des besoins particuliers (quelques rencontres); Soutenir la direction des OMH lors de situations particulières avec des locataires; Encourager la médiation lors de conflits individuels ou de groupes; Organiser des activités de prévention, d information, de sensibilisation et de promotion. 2.6 Conseil d administration de l OMH Le conseil d administration (CA) est formé de cinq à neuf membres dont deux sont des représentants élus par les locataires. Ils assument ensemble l autorité complète de l office. Les responsabilités du CA sont entre autres : Prendre collectivement des décisions administratives en vue d atteindre la mission et les objectifs visés par l office; Démontrer une administration efficace; Assumer un leadership dynamique et participatif; S assurer que les droits de la clientèle soient respectés tout en étant attentifs à ses attentes et ses besoins. 8

19 2.7 Direction de l OMH La direction de l OMH assume une intervention de type «formelle». Voici ses différents rôles : Fournir des logements de qualité et voir au respect des différentes règlementations qui prévalent en HLM; Reconnaître et soutenir les associations de locataires (ADL) ainsi que les comités consultatifs de résidents (CCR); Soutenir et encourager la participation des locataires aux instances décisionnelles; Faire connaître les besoins prioritaires du milieu en soutien communautaire en lien avec les ADL et les CCR; Encourager l organisation d activités communautaires; Collaborer avec les locataires pour trouver des moyens d assurer la sécurité, le respect et les bonnes relations de voisinage; S impliquer dans la médiation lors de conflits individuels; Offrir sa collaboration aux partenaires du milieu dans la réalisation d activités et/ou projets impliquant les locataires; Favoriser la circulation d informations entre tous les acteurs de l OMH (CA, intervenants, locataires ). 2.8 Association des locataires Une association de locataires (ADL) regroupe tous les locataires d un ou de plusieurs immeubles. Pour prendre des décisions, les locataires se réunissent en assemblée générale. Ils élisent aussi un comité de locataires, formé d un minimum de trois locataires. Le comité de locataires est formé d au moins trois membres de l association de locataires pour organiser les activités et gérer l association. Une association peut : Voir au bien-être et à l amélioration de la qualité de vie des locataires; Représenter et défendre les intérêts et les droits des locataires; Favoriser la participation et la prise en charge des locataires dans la gestion des habitations à loyer modique; Offrir des services récréatifs, d entraide, éducatifs, culturels et sociaux; Élire ou nommer les représentants des locataires au comité consultatif des résidents, ou au comité de secteur lorsque cela est applicable. Il appartient aux locataires de décider comment ils souhaitent s organiser. Pour plus d information, il est possible de consulter le site de la Fédération des locataires HLM du Québec : 2.9 Comité de locataires Le comité de locataires est élu par les locataires réunis en assemblée générale pour organiser les activités et gérer l association. C est le conseil d administration de l association. Il est élu pour s occuper des tâches qui ne peuvent être accomplies par tous les membres réunis en assemblée. Il s occupe également des questions dont les membres lui ont confié la responsabilité; il est le porte-parole des résidents; il se préoccupe de la qualité de vie et il amorce des projets. Il 9

20 suscite aussi la participation du plus grand nombre possible de locataires dans l organisation des activités et dans la vie associative : il n a pas à tout faire seul. Le comité des locataires administre et gère les biens et les fonds de l association. En consultation avec les membres, il organise la vie communautaire, c est-à-dire qu il coordonne les activités de l association. Pour plus d information, il est possible de consulter le site de la Fédération des locataires HLM du Québec : Comité consultatif de résidents Le comité consultatif de résidant(e)s (CCR) est une instance qui permet aux locataires de HLM de participer à la gestion de leurs logements et de faire des recommandations à la direction de l OMH sur toutes les questions qui les touchent. Les offices sont tenus d avoir un CCR et de le soutenir. C est un outil précieux pour éclairer les décisions que doit prendre un office, tout en permettant aux locataires de prendre des initiatives pour créer un milieu de vie dynamique et harmonieux. Tel qu il est défini dans la Loi de la Société d habitation du Québec (SHQ), à l article 58.5, le CCR a trois grands rôles : Étudier les politiques touchant l ensemble des locataires pour formuler des recommandations à la direction et au conseil d administration de l office; Promouvoir la participation des locataires aux activités sociales et communautaires et favoriser la vie associative; Organiser l assemblée d élections des représentant-e-s des locataires au conseil d administration de l office et au comité de sélection lorsque leurs mandats viennent à échéance. Pour plus d information, il est possible de consulter le site de la Fédération des locataires HLM du Québec : Représentants des locataires au conseil d administration de l OMH Chaque OMH est dirigé par un conseil d administration au sein duquel deux postes sont obligatoirement réservés aux locataires. Les administrateurs représentant les locataires sont élus lors d une assemblée à laquelle tous les locataires sont convoqués à cette fin. Les administrateurs locataires sont des administrateurs à part entière. Ils ont les mêmes droits et les mêmes responsabilités que tous les autres administrateurs : droit de parole, droit de participer à toutes les discussions, droit de représenter l office dans des colloques, etc. Ils ont le droit d occuper les fonctions exécutives du conseil d administration tels la présidence, la viceprésidence, la trésorerie ou le secrétariat. Pour plus d information, il est possible de consulter le site de la Fédération des locataires HLM du Québec : 10

21 3. PRÉMISSES À L INTERVENTION Pour avancer et s accomplir dans la vie, on a besoin de croire, d être compris, de sentir que quelqu un a confiance en nous. - Reine Malouin, extrait de Profonds destins - L organisateur communautaire et l intervenant sociocommunautaire interviennent dans un milieu caractérisé par une clientèle aux prises avec des besoins particuliers multiples, une clientèle souvent bien connue des CSSS. Dans ce type d intervention, l organisateur communautaire et l intervenant sociocommunautaire approchent les gens dans leur milieu et partagent avec eux des joies comme des peines, des réussites comme des échecs. Voilà où tout commence. L intervention sociocommunautaire en HLM existe depuis longtemps déjà, mais elle est relativement nouvelle en Chaudière-Appalaches et encore plus dans les milieux ruraux. Le but ici n est pas de faire un historique de cette pratique, mais plutôt de savoir comment l intervenant doit se préparer à bien débuter ses interventions. Deux aspects majeurs doivent être pris en considération avant de se lancer. En premier lieu, l intervenant doit savoir qu il a du pouvoir sur sa personne. Il doit être en mesure de développer des attitudes qui faciliteront le premier contact avec les locataires favorisant la création d un lien de confiance, pour finalement les mobiliser individuellement ou collectivement afin d amorcer une démarche de changement. En second lieu, le contexte d intervention dans le milieu est un élément sur lequel l intervenant n a aucun contrôle, mais qui est tout aussi important. Que doit-il faire avant de se lancer dans une intervention auprès de cette clientèle? Prendre le temps d analyser le milieu s avère primordial. 3.1 Attitudes de l intervenant pour une approche gagnante en soutien communautaire en HLM Tout d abord, l intervention sociocommunautaire en HLM se fait sur le terrain et l outil principal de l intervenant s avère être lui-même. C est pourquoi il doit posséder un bon nombre de qualités. Comme le mentionne Martin Charland dans Des maux qui enferment, des mots qui libèrent : «La condition première est la volonté des gens d être en proximité; c est le désir d engagement et de responsabilité qu elle suppose.» 6 Il sera donc engagé avec eux dans leurs démarches de changement. Le travail de proximité qui requiert d être disponible auprès de la clientèle s avère être la clé gagnante pour le travail en milieu HLM. Les organisations institutionnelles ont beaucoup à gagner à s ouvrir à cette nouvelle optique de travail «terrain». Dans cette mesure, le lien particulier qui se créera entre l intervenant et les locataires est indispensable pour toutes interventions tant individuelles que collectives. La proximité une perte de temps? Au contraire! Il s agit même d un moment bien 6 Martin CHARLAND et Bernard ROY, Des maux qui enferment, des mots qui libèrent, Manuel pour une prise de parole et de pouvoir dans un HLM, PUL, 2009, p

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Introduction au soutien sociocommunautaire

Introduction au soutien sociocommunautaire Introduction au soutien sociocommunautaire Durée estimée : 10 minutes Ce projet a été réalisé grâce à l appui financier de la Société d habitation du Québec Les problématiques multiples des résidents en

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015

Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Alliance pour la solidarité et l inclusion sociale 2012-2015 Version Finale 4 juin 2012 1 MISE EN CONTEXTE ALLIANCES Le Plan d action gouvernemental pour la solidarité et l inclusion sociale 2010-2015

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT

POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT POLITIQUE DE RECONNAISSANCE ET DE SOUTIEN AUX ORGANISMES DE LOISIRS DE LA VILLE DE BROMONT 1. MISSION ET PHILOSOPHIE D INTERVENTION DU SLCVC En vue de l amélioration de la qualité de vie de tous les Bromontois

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay

Forum sur le développement social de Roussillon. Assurer l équilibre. 4 juin 2009. Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Forum sur le développement social de Roussillon Assurer l équilibre 4 juin 2009 Manoir d Youville Île Saint-Bernard, Châteauguay Assurer l équilibre Le CLD de Roussillon compte parmi ses instances la commission

Plus en détail

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE

OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE OFFICE MUNICIPAL D HABITATION ET CENTRE DE LA PETITE ENFANCE NEZ À NEZ DE GRANBY PROJET DE CONSTRUCTION DE 24 LOGEMENTS INCLUANT 66 PLACES EN GARDERIE PROJET DE LOGEMENT SOCIAL AVEC SERVICES DE GARDE ET

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017

PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017 PLAN STRATÉGIQUE 2014-2017 Présentation Ce plan stratégique décrit les orientations qu a résolu d adopter le (CJSS) pour la réalisation de sa mission 1 au cours de la période 2014-2017. Il vise à guider

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale LE CRÉS DU CENTRE-DU-QUÉBEC SE VEUT UN LIEU DE CONCERTATION ET D HARMONISATION, UN LIEU DE PLANIFICATION DU DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL, UN LIEU D INTERFACE ET D ARRIMAGE

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013

Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles. Adopté : 17 avril 2007. CATÉGORIE : Ressources humaines. Dernière révision : 25 janvier 2013 Politique : RH-B1 TITRE : Bénévoles CATÉGORIE : Ressources humaines SURVEILLANCE : juin 2014 Adopté : 17 avril 2007 Dernière révision : 25 janvier 2013 Révisée le : 20 septembre 2013 Le Centre de santé

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation (FLOH) à la Conférence régionale des élus de Laval (CRÉ)

Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation (FLOH) à la Conférence régionale des élus de Laval (CRÉ) Fédération lavalloise des OSBL d'habitation 925, avenue de Bois-de-Boulogne #400 Laval (QC) H7N 4G1 (450) 662-6950 floh@rqoh.com www.rqoh.com Présentation de la Fédération lavalloise des OSBL d'habitation

Plus en détail

Planification stratégique 2011-2013

Planification stratégique 2011-2013 Planification stratégique 2011-2013 Au terme du plan d action 2011-2013 Vision Chantiers Le GRT Habitation Lévy se sera affirmé comme un leader indispensable et incontournable en immobilier communautaire

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES

L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE L ACCES A L INFORMATION AU LOGEMENT DES JEUNES PROJET D AVIS N 11. 03 Présenté par la Commission «Qualité de la Ville» du CONSEIL LILLOIS de la JEUNESSE à l Assemblée

Plus en détail

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy

Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Conférence québécoise sur la violence envers les aînés : Agir en collectivité 14 avril 2003 Présenté par Sylvie Biscaro et Nathalie Lamy Les Centres d aide aux victimes d actes criminels au service des

Plus en détail

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental XVI e Colloque de l AQRP Rétablissement et pleine citoyenneté : du discours à l action Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental Bernard Deschênes Agence de la santé

Plus en détail

Qu est-ce que le soutien communautaire

Qu est-ce que le soutien communautaire Qu est-ce que le soutien communautaire Document issu d une série de formations offertes par la FOHM portant sur le soutien communautaire en logement social 2010 Page 1 de 5 Soutien communautaire : une

Plus en détail

Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke

Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke Un chantier d intervention dans deux quartiers défavorisés de Sherbrooke Vendredi, le 12 mars 2010 13 e Journées annuelles de santé publique Intervention de proximité : développement des personnes et des

Plus en détail

Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis

Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis Présentation du Programme de prévention et de soutien relié aux tags et aux graffitis Pour contrer le problème du vandalisme par tags et graffitis, la Ville de Gatineau a mis sur pied un Programme de prévention

Plus en détail

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS

LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS LES ORIENTATIONS, LES OBJECTIFS ET LE PLAN DE RÉUSSITE DU CENTRE 2013-2018 Adoptés par les membres du conseil d établissement à leur réunion du 3 avril 2013 Table des matières Contexte et enjeux... 3 Des

Plus en détail

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques

La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques La mission du Carrefour de formation, de recherche et de référence de l AQRP Fusionner et diffuser les savoirs pour changer les pratiques Nature du projet Mise en place d un Carrefour de formation, de

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Jeannette LeBlanc. Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS 25 novembre 2009

Jeannette LeBlanc. Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS 25 novembre 2009 Opérationnalisation du modèle de Duraiappah 2002 : application au processus de travaux majeurs entrepris par l Office municipal d habitation de Montréal Séminaire centre affilié universitaire, CSSS-IUGS

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

inventaire des mesures existantes définition de la famille

inventaire des mesures existantes définition de la famille 2 POLITIQUE FAMILIALE 3 4 5 6 7 8 8 9 mot du maire mot de la conseillère déléguée à la famille introduction inventaire des mesures existantes portraits de famille mission générale de la politique générale

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Les membres du comité sont :

Les membres du comité sont : La politique familiale de Ville Saint-Pascal En novembre 1997, d un commun accord, les municipalités Ville et Paroisse adoptaient la politique familiale de Saint-Pascal. Le plan d action de cette politique

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1 Les aînés regroupés de Charlesbourg 7260, boulevard Cloutier, Québec, G1H 3E8 http://www.caabcharlesbourg.org/arc arc@caabcharlesbourg.org Décembre 2011 Volume 4 no. 1 1. Éditorial Gérald Lavoie Président

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis

POLITIQUE LINGUISTIQUE. 2.0 Notre milieu : son contexte, ses particularités et ses défis Page 7002-1 1.0 Préambule En 2008, le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport adoptait son Plan d action pour l amélioration du français à l enseignement primaire et à l enseignement secondaire.

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT

GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT GUIDE DE GESTION L IMAGE DE MARQUE DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE AU BAS-SAINT-LAURENT DÉCEMBRE 2009 1 Table des matières 1. Mise en contexte... 3 2. Qu est-ce qu une entreprise d économie sociale?...

Plus en détail

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales.

Soutenir les communautés des Premières Nations du Québec qui traversent des périodes de crises sociales. TABLE DE CONCERTATION SUR LES PROBLÉMATIQUES DE CRISES SOCIALES DANS LES COMMUNAUTÉS DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC TERMES DE RÉFÉRENCE INTRODUCTION La Table de concertation est le résultat d un partenariat

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

PLAN D ACTION POLITIQUE FAMILIALE ET CERTIFICATION MADA 2013-2014-2015. Objectifs Actions Responsables Priorité

PLAN D ACTION POLITIQUE FAMILIALE ET CERTIFICATION MADA 2013-2014-2015. Objectifs Actions Responsables Priorité 03-04-05 Communications Procéder annuellement à la nomination d un responsable des questions familiales au sein du conseil municipal Conseil municipal Effectuer le suivi du plan d action de la politique

Plus en détail

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013

Cadre de développement du jeune enfant aux TNO. Mai 2013 Cadre de développement du jeune enfant aux TNO Mai 2013 Un message du ministre de l Éducation, de la Culture et de la Formation et du ministre de la Santé et des Services sociaux Nous sommes heureux de

Plus en détail

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE

LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE LES PERSPECTIVES DES FEMMES SUR LA GOUVERNANCE MUNICIPALE INCLUSIVE Une nouvelle analyse du livre pêche Juin 2009 Initiative : une ville pour toutes les femmes IVTF L est un partenariat entre des femmes

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016

École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016 École Du Domaine Projet éducatif 2011-2016 Approuvé tel qu amendé par le conseil d établissement le 6 mai 2014. LE PORTRAIT DE NOTRE MILIEU L école Du Domaine est située dans le secteur Duberger de l arrondissement

Plus en détail

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010 Bilan de l'étude du CRAIM sur les meilleures pratiques observées pour la concertation locale en gestion des risques industriels majeurs - L'expérience des CMMI. Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président

Plus en détail

Le projet Sûres d Elles

Le projet Sûres d Elles Le projet Sûres d Elles Expérience et apprentissages Contrat de ville - 2006 1 L ÉVALUATION PARTICIPER À UNE ÉVALUATION, c est se donner un temps / espace pour regarder le passé et le présent pour mieux

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Les centres de réadaptation

Les centres de réadaptation Les centres en déficience physique et en déficience intellectuelle ont pour mission d'offrir des services d'adaptation ou de réadaptation et d'intégration sociale à des personnes qui ont des besoins particuliers

Plus en détail

Pour un chez-soi véritablement accessible

Pour un chez-soi véritablement accessible Pour un chez-soi véritablement accessible dans le cadre de la Commission populaire itinérante du FRAPRU Montréal, le 7 novembre 2012 1 Ex aequo, pour une égalité sans détour Ex aequo est un organisme montréalais

Plus en détail

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain)

Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) Compte rendu: Forum régional sur le développement des communautés «Leadership, mobilisation et développement» 29 mai 2010 (Lac Flavrian, Évain) PRÉSENTATION PROGRAMMATION DU FORUM Le leadership et la mobilisation

Plus en détail

FICHE. Le rapport d activités

FICHE. Le rapport d activités FICHE # 6 Le rapport d activités Le rapport d activités Pourquoi est-il important de rédiger un rapport d activités? Parce qu il permet de mettre en relief ce qui rend l organisme unique et lui donne son

Plus en détail

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby

Présenté par: Responsable à la vie communautaire Ville de Granby SANTÉ PUBLIQUE POUR DÉBUTANT (CSSS 101) 1 Présenté par: Lorraine Deschênes: Chef des programmes de santé publique et d action communautaire, CSSS de la Haute-Yamaska Noel-André Delisle: Yvon Boisvert:

Plus en détail

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité

AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ. Direction de l évaluation et de l assurance qualité POLITIQUE POL-DEAQ-04 AMÉLIORATION CONTINUE DE LA QUALITÉ ÉMETTEUR : APPROUVÉ PAR : Direction de l évaluation et de l assurance qualité Conseil d administration DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 6 octobre 2011

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

PANORAMA. organismes communautaires

PANORAMA. organismes communautaires PANORAMA des types de financement accessibles aux organismes communautaires 3 février 2011 Formes de financement Financement direct gouvernemental (soutien à la mission globale, ententes de service, projets)

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement

Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement Projet de loi n o 56 Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la certification de certaines ressources offrant de l hébergement Mémoire présenté en commission parlementaire

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Recherche et rédaction : Monica Jekovska, agente de recherche au CRDS 22 e Colloque du RQVVS,

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Alliance de l industrie touristique du Québec

Alliance de l industrie touristique du Québec Alliance de l industrie touristique du Québec Un marketing agile et coordonné, des ressources financières regroupées Une industrie rassemblée, concertée et représentée Assises du Tourisme 2015 Le projet

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

POLITIQUE D INCLUSIO N DES

POLITIQUE D INCLUSIO N DES C E N T R E D E L A P E T I T E E N F A N C E L E S B O U R G E O N S - S O L E I L POLITIQUE D INCLUSIO N DES ENFANTS AYA NT DES BE SOINS PARTICULIERS É LA BORÉ PAR M ARIE JOSÉE LE LIÈVRE E T SOPHIE LE

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Le CLIC de Bordeaux-Cartierville

Le CLIC de Bordeaux-Cartierville Étude de cas #1 Le CLIC de Atelier sur l impact collectif Mai 2014 Les conditions préalables à l impact collectif Un sentiment d'urgence En 1990, un colloque intitulé "Deux mondes, deux réalités" est organisé

Plus en détail

FICHE. Le financement

FICHE. Le financement FICHE # 7 Le financement Le financement Pourquoi entreprendre cette démarche? Parce que c est par le financement à la mission globale que les organismes communautaires autonomes pourront réaliser leur

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

Règlement sur l immigration à Montréal

Règlement sur l immigration à Montréal Projet de règlement Règlement sur l immigration à Montréal Présenté par Luis Nobre Jeune Conseil de Montréal 2013 Projet de règlement numéro 2 Règlement sur l immigration à Montréal PRÉSENTATION Présenté

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail