Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?"

Transcription

1 Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010?

2 Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu percevoir eur regard - et ceui de queques-uns de eurs partenaires - sur eur profession à orée de année 2010, et ce, grâce à cette enquête «Perspectives» réaisée par KPMG. Vous y découvrirez es ressentis du moment, vous percevrez es espoirs et es craintes, vous reèverez queques contradictions Enrichie de ce premier échange, Ergone s appuiera résoument sur cet optimisme réaiste émergeant, pour encourager es échanges et réfexions et proposer des voies de déveoppement - avec eurs indispensabes outis - des entreprises vétérinaires Patrick Bordas Associé KPMG S.A. Responsabe du réseau Professions de Santé L environnement économique favorabe par e passé, exercice de a profession à titre individue et e statut fisca (comptabiité de trésorerie) n ont pas encore incité a profession à mettre en pace des outis de gestion performants ou à revoir eur fonctionnement juridique. Les vétérinaires hésitent de pus en pus à travaier seus, notamment es jeunes professionnes : environnement économique moins favorabe ou un choix de vie (astreintes, gardes) es poussent soit au saariat, soit au statut ibéra mais en intégrant une association. C est dans cette perspective d avenir que cette enquête a été conduite. Dans cette étude, nous avons vouu aer pus oin que a ecture des chiffres et expication du passé. Nous avons vouu exporer avenir. I nous a paru intéressant de recueiir e sentiment de professionnes du secteur sur eurs perspectives d activité et eurs stratégies d adaptation et de confronter e point de vue des vétérinaires praticiens à ceui de eurs principaux interocuteurs. I devient de pus en pus important pour es professionnes de se tenir informés de évoution de eur profession, tant au niveau économique et juridique que socia et fisca. Gageons que a profession vétérinaire s adaptera à son environnement. Ee peut, pour cea, compter sur appui de ses partenaires.

3

4 Sommaire Pages 1. Objectifs et méthode de enquête 5 2. Popuation interrogée 7 3. Perspectives d activité 2010 : données chiffrées 9 4. Quees mesures faut-i prendre? Vaeur des ciniques en L évoution du métier, e regard de a profession et des partenaires Perspectives sur e crédit 34 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 3

5

6 1. Objectifs et méthode de enquête L objectif est de recueiir et de confronter a perception des vétérinaires et des acteurs qui es entourent : Ordre, syndicats, banquiers, aboratoires... L enquête s est dérouée du 16 novembre au 31 décembre 2009 par e biais d un portai Internet. Les réponses ont été recueiies par des professionnes de KPMG, experts du réseau professions de santé et anaysées par Luc Portier, Manager KPMG, expert sur e secteur vétérinaire. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 5

7

8 2. Popuation interrogée 0,6 % 5,1 % 7,4 % 0,8 % 6.8 % Vétérinaires Banquiers Laboratoires 79,3 % Organisations professionnees Distributeurs de médicaments Autres Profession Nombre % Vétérinaires ,3 Banquiers 3 0,8 Responsabes dans un aboratoire pharmaceutique vétérinaire Responsabes dans une organisation professionnee vétérinaire : Ordre, Syndicats professionnes, AFVAC, SNGTV, AVEF... Responsabes dans une société de distribution du médicament vétérinaire 24 6,8 26 7,4 2 0,6 Autres : étudiants, ASV, journaistes 18 5,1 Tota Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 7

9

10 3. Perspectives d activité 2010 : données chiffrées Perspectives chiffrées Évoution du chiffre d affaires goba Évoution du prix des actes Évoution du taux de marge Évoution du résutat Évoution de a trésorerie Évoution du chiffre d affaires, gobaement Augmenter 53 % 15 % Se maintenir Baisser 3 % Nsp 29 % Pus de a moitié des personnes interrogées reste prudente et voit activité rester stabe sur A noter toutefois que ceux qui estiment voir es ventes progresser sont 2 fois pus nombreux que ceux qui pensent voir activité diminuer. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 9

11 Évoution du chiffre d affaires en 2010 par catégorie professionnee Vétérinaires 28 % 54 % 15 % 3 % Banquiers 33 % 33 % 34 % Organisations professionnees 16 % 69 % 11 % 4 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 63 % 29 % 8 % Autres acteurs 28 % 44 % 17 % 11 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Près de 70 % des vétérinaires voient e chiffre d affaires se maintenir ou augmenter en Cette perception sembe être partagée par es autres acteurs. 10 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

12 Évoution du chiffre d affaires en détai seon es vétérinaires en 2010 Goba 28 % 54 % 15 % 3 % Vente de médicaments 21 % 43 % 32 % 4 % Vente d aiments 33 % 37 % 22 % 8 % Vente d accessoires 17 % 42 % 20 % 21 % Actes 46 % 41 % 10 % 3 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Gobaement 80 % des professionnes pensent que eur chiffre d affaires va au moins se maintenir, essentieement grâce aux actes. Les vétérinaires, au contraire sont pus pessimistes concernant es activités de vente (activités concurrencées par d autres professionnes). Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 11

13 Evoution du prix des actes vétérinaires en 2010, gobaement 3 % 9 % Augmenter 43 % 45 % Se maintenir Baisser Nsp Dans ensembe, es personnes interrogées se répartissent de façon égae entre cees qui voient : - une augmentation des prix des actes (45 %) - une stabiisation des prix (43 %) Is sont peu nombreux (9 %) à voir es prix baisser. 12 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

14 Évoution du prix des actes vétérinaires en 2010, par catégorie professionnee Vétérinaires 46 % 41 % 10 % 3 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 54 % 42 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 25 % 67 % 4 % 4 % Autres acteurs 39 % 50 % 6 % 5 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Les vétérinaires et es organisations professionnees restent partagés. On note que es distributeurs prévoient à unanimité augmentation des prix. A opposé, es banquiers estiment que es prix vont au mieux se maintenir ; mais es effectifs de ces deux professions restent trop faibes pour en tirer des enseignements. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 13

15 Evoution du taux de marge en 2010, gobaement 6 % 11 % Augmenter Se maintenir 33 % 50 % Baisser Nsp Les personnes interrogées sont pus pessimistes quant à évoution des marges. Is sont 1/3 à penser que es prix d achat vont progresser pus vite que es prix de vente. 50 % estiment que évoution des prix va suivre a même tendance que ce soit pour es ventes ou pour es achats. 14 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

16 Evoution du taux de marge en 2010, par catégorie professionnee Vétérinaires 12 % 51 % 31 % 6 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 8 % 42 % 46 % 4 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 13 % 46 % 37 % 4 % Autres acteurs 56 % 33 % 11 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP L évoution prévue de a marge est : - identique pour ensembe des catégories, - à exception des distributeurs* qui voient es marges progresser ou se stabiiser. * Les effectifs restent trop faibes pour en tirer des enseignements. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 15

17 Evoution du résutat en 2010, gobaement 29 % Augmenter Se maintenir 45 % 4 % Baisser Nsp 22 % 22 % des personnes voient es résutats progresser aors qu is ne sont que 11 % à estimer que es marges vont augmenter. 50 % pensent que es résutats vont rester stabes en Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

18 Evoution du résutat en 2010 par catégorie professionnee Vétérinaires 24 % 43 % 30 % 3 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 8 % 65 % 23 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 25 % 54 % 17 % 4 % Autres acteurs 11 % 39 % 39 % 11 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP 2/3 des personnes prévoient une stabiité ou une augmentation des résutats. Les vétérinaires et es aboratoires sont pus optimistes que e reste de a popuation interrogée ; is sont près d 1/4 à penser que es résutats vont progresser. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 17

19 Evoution de a trésorerie disponibe en 2010, gobaement 42 % Augmenter Se maintenir 5 % Baisser Nsp 41 % 12 % La popuation interrogée est pus pessimiste concernant évoution de a trésorerie : - 42 % pensent que eur trésorerie va diminuer (contre 1/3 maximum pour es différents seuis de résutats), - 53 % seuement prévoient au moins un maintien de a trésorerie (près de 70 % pour es ratios d expoitation). Les raisons envisagées : - a baisse d activité, - es encaissements cients pus difficies en rura. 18 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

20 Evoution de a trésorerie disponibe en 2010, par catégorie professionnee Vétérinaires 14 % 40 % 42 % 4 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees Distributeurs 50 % 61 % 35 % 4 % 50 % Laboratoires 17 % 25 % 46 % 12 % Autres acteurs 45 % 45 % 10 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP La crainte de a baisse de a trésorerie est partagée par tous es acteurs. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 19

21

22 4. Quees mesures faut-i prendre? Dans exercice du métier En matière de gestion Dans e mode d exercice Mesures à prendre dans exercice du métier Mettre en pace un espace commercia 52 % 48 % Déveopper des prestations iées à activité 64 % 23 % 13 % Déveopper a vente de produits iés à activité 66 % 25 % 9 % Augmenter effectif saarié Augmenter effectif tota 32 % 59 % 9 % 35 % 57 % 8 % Dééguer en rura à des techniciens saariés Dééguer acte canin au ASV 28 % 61 % 11 % 30 % 64 % 6 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Sur es 135 vétérinaires qui n ont pas mis en pace un espace dédié à a commerciaisation, 30 % pensent e faire en Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 21

23 Mesures à prendre dans e mode d exercice Participations dans des SPFPL Changement de régime fisca Regroupement 27 % 47 % 26 % 13 % 75 % 12 % 33 % 51 % 16 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Le regroupement est priviégié par 1/3 des professionnes. Cea permet notamment des économies d échee, de diversifier es activités, de répartir es contraintes iées au métier, d améiorer es compétences techniques. La participation dans des SPFPL (favorisée par 27 % des professionnes) permet de résoudre e probème de a nondéductibiité des emprunts et faciite es sorties de SEL et es regroupements. 22 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

24 Mesures prises en matière de gestion Résutat prévisionne 28 % 72 % Pan de trésorerie 25 % 75 % Tabeau de bord 34 % 66 % Suivi marge en vaeur 23 % 77 % Système motivation 39 % 61 % 60 % 80 % 100 % Oui Non Les professionnes sont peu nombreux (maximum 1/3) à avoir mis en pace des outis de gestion. Cependant, is estiment que ces outis es aident à : - améiorer eurs résutats, - passer des caps difficies. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 23

25

26 5. Vaeur des ciniques en 2010 Le prix des cientèes en 2010, gobaement Vétérinaires 5 % 45 % 39 % 11 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 54 % 38 % 8 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 8 % 46 % 42 % 4 % Autres acteurs 44 % 39 % 17 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Rares sont ceux qui voient progresser es prix des cientèes. Gobaement es avis sont partagés entre ceux qui voient un maintien ou une baisse des prix de vente. A opposé, comme décrit dans es pages suivantes, es avis vont tous dans e même sens (rura et urbain) : - maintien des prix dans es grosses structures (> 1500 k de CA), - baisse des prix dans es petites et moyennes structures. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 25

27 Le prix des cientèes en 2010 : pour es petites et moyennes structures en miieu rura Vétérinaires 2 % 17 % 67 % 14 % Banquiers 100 % Organisations professionnees 11 % 85 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 17 % 75 % 8 % Autres acteurs 11 % 67 % 22 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Le prix des cientèes en 2010 : pour es grosses structures (CA>1 500 k ) en miieu rura Vétérinaires 21 % 51 % 13 % 15 % Banquiers 33 % 67 % Organisations professionnees 38 % 50 % 8 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 38 % 38 % 16 % 8 % Autres acteurs 44 % 6 % 28 % 22 % 0 % 60 % 100 % 20 % 40 % 80 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP 26 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

28 Le prix des cientèes en 2010 : pour es petites et moyennes structures en miieu urbain Vétérinaires 3 % 34 % 50 % 13 % Banquiers 33 % 67 % Organisations professionnees 42 % 46 % 12 % Distributeurs 100 % Laboratoires 4 % 29 % 63 % 4 % Autres acteurs 17 % 72 % 11 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Le prix des cientèes en 2010 : pour es grosses structures (CA>1 500 k ) en miieu urbain Vétérinaires 34 % 42 % 11 % 13 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 46 % 31 % 12 % 11 % Distributeurs 100 % Laboratoires 8 % 38 % 50 % 4 % Autres acteurs 28 % 50 % 11 % 4% 20 % 40 % 0 % 60 % 100 % 80 % 11 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 27

29

30 6. L évoution du métier, e regard de a profession et des partenaires Le regard de a profession Profession d avenir pour es jeunes dipômés? Conseier aux jeunes de s instaer 80 % 10 % 10 % 59 % 29 % 12 % Concurrence à craindre? 71 % 25 % 4 % Profession défendue? 50 % 50 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Le regard des partenaires, questions généraes Ouverture du capita à des professionnes de a santé. Ouverture du capita à des non professionnes de a santé. Les regroupements de ciniques. Diversification. Prises de participations dans es SPFPL. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 29

31 Êtes-vous favorabe à ouverture du capita à des professionnes de a santé? La profession 100 % Les banques 34 % 33 % 33 % Les distributeurs 58 % 42 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Rejet unanime de a part des vétérinaires à ouverture du capita à d autres professionnes de a santé : cea est en partie dû à a concurrence avec es pharmaciens sur certains secteurs. Êtes-vous favorabe à ouverture du capita à des non professionnes de a santé? La profession 40 % 60 % Les banques 34 % 33 % 33 % Les distributeurs 50 % 50 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP L avis de a profession est moins négatif quant à ouverture du capita à des partenaires «hors santé» : des partenaires financiers sont parfois nécessaires pour financer des projets de regroupement ou des investissements. 30 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

32 Êtes-vous favorabe aux regroupements? La profession 92 % 8 % Les banques 67 % 33 % Les distributeurs et es aboratoires 50 % 50 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Nous retrouvons ici intérêt des professionnes (92 %) pour e regroupement. Les raisons sont diverses : économiques, techniques, diversification, quaité de vie (astreintes, gardes, ouverture toute année). Êtes-vous favorabe à a diversification des activités vétérinaires? Vétérinaires 75 % 20 % 5 % Banquiers Organisations professionnees Distributeurs 33 % 67 % 89 % 11 % 50 % 50 % Laboratoires 83 % 13 % 4 % Autres acteurs 100 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Comme pour d autres activités, es difficutés économiques incitent es professionnes de a cinique vétérinaire à se diversifier afin d être pus aptes à affronter es baisses ponctuees d une des activités, es effets de saisonnaité ou toute autre évoution de a profession. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 31

33 Les prises de participations dans es SPFPL sont-ees inéuctabes? Vétérinaires 40 % 36 % 24 % Banquiers Organisations professionnees 33 % 67 % 42 % 35 % 23 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 58 % 21 % 21 % Autres acteurs 100 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP 32 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

34

35 7. Perspectives sur e crédit Le regard des banques sur a profession Durée des financements Taux de crédit Montant des apports Le regard des banques Consei aux jeunes 100 % Cœur de cibe 33 % 67 % Garanties 66 % 29 % 5 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP La durée des financements en 2010 Vétérinaires 54 % 37 % 2 % 7 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 54 % 42 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 59 % 29 % 4 % 8 % Autres acteurs 56 % 39 % 5 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP 34 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

36 Les taux de crédit en 2010 Vétérinaires 36 % 44 % 10 % 10 % Banquiers 100 % Organisations professionnees 19 % 58 % 19 % 4 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 17 % 54 % 21 % 8 % Autres acteurs 50 % 44 % 6 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Les vétérinaires sont putôt optimistes quant à évoution des taux : 54 % pensent qu is vont se maintenir ou diminuer. Les banquiers prévoient une stabiisation des taux. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 35

37 Le montant de apport nécessaire en 2010 Vétérinaires 41 % 38 % 4 % 17 % Banquiers 33 % 67 % Organisations professionnees 23 % 65 % 4 % 8 % Distributeurs 100 % Laboratoires 33 % 42 % 13 % 12 % Autres acteurs 39 % 39 % 22 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Estimation de apport : euros. Les professionnes pensent que a tendance est à une augmentation de autofinancement dans achat des cientèes. En revanche, 2/3 des banquiers prévoient un maintien de apport personne. 36 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

38 kpmg.fr Contacts : KPMG S.A. Immeube Le Paatin 3, cours du triange Paris La Défense Cedex Patrick Bordas Associé KPMG S.A. Responsabe du réseau Professions de Santé Té. : E-mai : ErGonE E-mai : Les informations contenues dans ce document sont d ordre généra et ne sont pas destinées à traiter es particuarités d une personne ou d une entité. Bien que nous fassions tout notre possibe pour fournir des informations exactes et appropriées, nous ne pouvons garantir que ces informations seront toujours exactes à une date utérieure. Ees ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans vaidation par es professionnes ad hoc. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptabe et de commissariat aux comptes à directoire et consei de surveiance au capita socia de euros RCS Nanterre. Siège socia : Immeube Le Paatin, 3, cours du Triange, Paris La Défense Cedex. KPMG Internationa est une entité de droit suisse. Les membres du réseau KPMG de cabinets indépendants sont adhérents de KPMG Internationa. KPMG Internationa ne propose pas de services aux cients. Aucun cabinet membre n a e droit d engager KPMG Internationa ou es autres cabinets membres vis-à-vis des tiers. KPMG Internationa n'a e droit d'engager aucun cabinet membre KPMG S.A., société anonyme d expertise comptabe et de commissariat aux comptes en France, membre du réseau KPMG de cabinets indépendants adhérents de KPMG Internationa Cooperative («KPMG Internationa»), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Conception - Réaisation : Dépt. Communication Corporate Xerox Creative Services - Janvier 2010 Crédit photos : Méria

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

l EXCLUSION, INCLUSION m

l EXCLUSION, INCLUSION m EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

DE COMMERCE ET DE GESTION

DE COMMERCE ET DE GESTION Institut DE COMMERCE ET DE GESTION Administration et Direction des Admissions : 9, rue Saint-Lambert 75015 Paris Té. (33) 01 45 58 17 33 Fax. 01 45 58 61 59 Métro Boucicaut (igne 8) ou Convention (igne

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes

Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciliennes - Préfecture de a région d'ie-de-france Programme d investissements d avenir Innovation urbaine Accompagnement des candidatures franciiennes Programme d Investissements d avenir (PIA) e PIA 2 éargit es

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE SCIENCES PHARMACEUTIQUES COSMÉTOLOGIE ET DERMOPHARMACIE PHARMACIE OFFICINALE PHARMACIE D INDUSTRIE PHARMACIE HOSPITALIÈRE UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES FACULTÉ DE PHARMACIE BIOLOGIE CLINIQUE 1 DES PROGRAMMES

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011

Stratégie pour le développement durable: lignes directrices et plan d action 2008 2011 Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes directrices et pan d action 2008 2011 Rapport du 16 avri 2008 Impressum Consei fédéra suisse Stratégie pour e déveoppement durabe: ignes

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012

UIDE DU DOCTORANT Pôle de recherchee t d enseignement supérieur 2011-2012 Pôe de recherche et UIDE DU DOCTORANT d enseignement supérieur 2011-2012 L ÉDITO DU PRÉSIDENT Doctorants, vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein de une des six écoes doctoraes du Pôe

Plus en détail

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015

UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 UIDE DU DOCTORANT 2014 2015 ÉDITO Doctorants, Vous êtes engagés dans a préparation d une thèse au sein d une écoe doctorae d Université Paris-Est (UPE). Vous postuez ainsi au dipôme e pus éevé en France

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE

MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE MUTUELLES DE SANTÉ ET ASSOCIATIONS DE MICRO-ENTREPRENEURS GUIDE Copyright Organisation internationae du Travai 2001 Première édition 2001 Les pubications du Bureau internationa du Travai jouissent de a

Plus en détail

Une. Centre --------------

Une. Centre -------------- 59 Une Médiathèque Centre Socia (a cuture du ien socia) -------------- Émiie Dauphin Émiie Dauphin est bibiothécaire à a Médiathèque Centre Socia Yves Coppens, une structure hybride, à vocation sociae

Plus en détail

Automobile et aéronautique

Automobile et aéronautique Soutions et systèmes de marquage et de codage Automobie et aéronautique Nous avons conscience des difficutés particuières auxquees vous devez faire face sur vos ignes de production Dans 'industrie automobie

Plus en détail

Artisans et entreprises du bâtiment

Artisans et entreprises du bâtiment Artisans et entreprises du bâtiment Vous accompagner tout au long de vos projets Expertise comptable & conseil Artisans et entreprises du bâtiment - Vous accompagner tout au long de vos projets Gérer votre

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

Les constats. Notre approche. Notre méthodologie

Les constats. Notre approche. Notre méthodologie corruption investigationdefraude forensic Les constats Les conséquences pénales et financières des actes de corruption peuvent être particulièrement lourdes pour les dirigeants, tant pour les infractions

Plus en détail

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS

LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS LE MANUEL DE L INITIATIVE DE LAVAGE DES MAINS Guide de préparation d un programme de promotion du avage des mains au savon BANQUE MONDIALE The Internationa Bank for Reconstruction and Deveopment/The Word

Plus en détail

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre

ARTENARIAT. 59 e Congrès. 28 octobre 1 er novembre Vaence ARTENARIAT 2015 59 e Congrès 28 octobre 1 er novembre En 2015, e congrès de UIA se tient à Vaence du 28 octobre au 1 er novembre sur es thèmes suivants : 2015 59 e Congrès 28 octobre au 1 er novembre

Plus en détail

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins

Analyse et Conception. 4. Cas d Utilisation et la phase de l acquisition des besoins Anayse et Conception 4. Cas d Utiisation et a phase de acquisition des besoins Petko Vatchev Université de Montréa Septembre 2003 2 Sommaire Cas d Utiisation? Structure d CdU Techniques UML Mise en œuvre

Plus en détail

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec.

Face au deuil, Vous n êtes pas seul(e) Ce guide vous est proposé par la Caf de Meurthe-et-Moselle et les Associations Deuil Espoir et Favec. Face au deui, Vous n êtes pas seu(e) Ce guide vous est proposé par a Caf de Meurthe-et-Mosee et es Associations Deui Espoir et Favec. 1 Edition 2011 ÉDITO Soutenir et accompagner Soutenir a fonction parentae

Plus en détail

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille

Le recours à l Aide complémentaire santé : les enseignements d une expérimentation sociale à Lille Document de travai Working paper Le recours à Aide compémentaire santé : es enseignements d une expérimentation sociae à Lie Sophie Guthmuer (LEDa-LEGOS, Université Paris-Dauphine) Forence Jusot (LEDa-LEGOS,

Plus en détail

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse

ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse MINISTÈRE DE L ECONOMIE FORESTIÈRE, DES EAUX, DE LA PÊCHE ET DE L AQUACULTURE RAPPORT WRI ATLAS FORESTIER INTERACTIF DU GABON VERSION PILOTE Document de Synthèse Atas forestier interactif du Gabon (version

Plus en détail

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Depuis 1922,

Plus en détail

Votre Conseil patrimonial

Votre Conseil patrimonial Votre Conseil patrimonial KPMG à votre écoute pour...... vous conseiller dans la gestion financière et fiscale de votre patrimoine Vos questions > Comment développer mon patrimoine privé et professionnel

Plus en détail

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques

La transformation du centre informatique. Les enjeux économiques, écologiques et métiers des centres informatiques La transformation du centre informatique Les enjeux économiques, écoogiques et métiers des centres informatiques IBM & Schneider Eectric - La transformation du centre informatique Savez-vous que? La mise

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Le Cloud en France, les vrais chiffres

Le Cloud en France, les vrais chiffres Le Cloud en France, les vrais chiffres 21 mai 2013 Stéphanie Ortega, Associée Technologies KPMG Eric Lefebvre, Associé Technologie KPMG Croissance du chiffre d affaires des acteurs majeurs du Cloud sur

Plus en détail

Manuel d'utilisation de Wapam

Manuel d'utilisation de Wapam Manue de 'utiisateur de Wapam Tabe des matières 1Wapam, une recherche de motifs par automates pondérés...3 2Tutorie : un exempe simpe d'utiisation...3 Utiisation avec Rdisk...3 Utiisation sans Rdisk...6

Plus en détail

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M

Une grille pour évaluer la qualité de vos données et choisir votre outil de D Q M DOSSIER BASES DE DONNEES PAR VIRGINIE GOASDOU~ (EDF R&D), SYLVAINE NUGIER (EDF R&D), BRIGITTE LABOISSE (AID) ET DOMINIQUE DUQUENNOY (AID) Une grie pour évauer a quaité de vos données et choisir votre outi

Plus en détail

Rapport d activités 2013

Rapport d activités 2013 Rapport d activités 213 1 1 1.1 Sudoc... p. 5 Nouvee convention de participation au Sudoc... p. 5 Sudoc professionne... p. 5 Sudoc pubic... p. 5 Ouverture de Coodus pour une simpification de exemparisation...

Plus en détail

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA

La gestion de la relation client au sein de la PME. Contenu de la présentation. Le CRM outil pour les PME? SOGID SA La gestion de a reation cient au sein de a PME Laurent Warichet 2006 SOGID. Tous droits réservés Le CRM outi pour es PME? Contenu de a présentation Qu est-ce que e CRM? Pourquoi a gestion cient? CRM :

Plus en détail

Business Emergency Solutions (Team)

Business Emergency Solutions (Team) Business Emergency Solutions (Team) Situations non conformes kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus

Plus en détail

Préparation au financement climatique

Préparation au financement climatique Programme des Nations Unies pour e déveoppement A servicio de as personas y as naciones Préparation au financement cimatique Un cadre pour comprendre ce que signifie être «prêt» à utiiser e financement

Plus en détail

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques

Nouveaux modules encastrables Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Nouveaux modues encastrabes Visio Line, Design, très performants et vraiment économiques Queque soit votre projet - Restaurant d Entreprise ou d Université, Restauration commerciae, vente à emporter,

Plus en détail

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06.

SOMMAIRE. Vous souhaitez embaucher dans votre entreprise un ou plusieurs apprenti(e)s. INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. SOMMAIRE INFOS APPRENTISSAGE 04. 06. 07. L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LE PARCOURS DE L APPRENTISSAGE INDUSTRIEL LES MÉTIERS ET DIPLÔMES PRÉPARÉS DANS LES CENTRES DE FORMATION DE LA BRANCHE EN ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

Votre guide d utilisation

Votre guide d utilisation Réaisez et éditez en igne vos certificats et ordres d assurance Votre guide d utiisation Ce nouve outi vous permet, sur vos contrats Cargo Feet ou Transfeet : de saisir et de transmettre à Covéa Feet,

Plus en détail

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,...

4 RESEAUX LOCAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... hapitre 4 1 RESEAUX LOAUX : ETHERNET, TOKEN-RING,... Ethernet : buts - non buts 2 uts réseau mutipoint sans priorité avec coisions faibe coût Non-buts contrôe d erreur fu dupex sécurité priorité déterminisme

Plus en détail

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne

Internet : Création de pages Web et contenus en ligne Internet : Création de pages Web et contenus en igne «Internet : Création de pages Web et contenus en igne» Objectifs : Créer un site Internet simpe sans avoir à connaître e angage informatique. Découvrir

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d actions US Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le

Plus en détail

Développement du leadership :

Développement du leadership : Livre banc Déveoppement du eadership : es tendances de demain Auteur : Nick Petrie Version : décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES 3 3 5 6 7 10 29 30 32 À propos de 'auteur Experts consutés dans e cadre de

Plus en détail

Université libre FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ. Kinésithérapie et réadaptation. Education physique. Ostéopathie.

Université libre FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ. Kinésithérapie et réadaptation. Education physique. Ostéopathie. Kinésithérapie et réadaptation Education physique Ostéopathie Prévention santé Université ibre de Bruxees FACULTÉ DES SCIENCES DE LA MOTRICITÉ Pathoogies du sport 1 Locaux d enseignement, de recherche

Plus en détail

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions

Sécurité Lexmark pour les imprimantes et MFP compatibles avec les solutions Sécurité Lexmark pour es imprimantes et MFP compatibes avec es soutions Améioration de a sécurité de vos documents et vos données d entreprise En terme de sécurité, votre organisation doit être assurée

Plus en détail

Consultations publiques sur la sécurité : les recommandations des commissaires

Consultations publiques sur la sécurité : les recommandations des commissaires ÉTÉ 2014 VOLUME 16, NUMÉRO 2 Taxi Le Journa Consutations pubiques sur a sécurité : es recommandations des commissaires UN PRINTEMPS CHARGÉ LE BTM CONSULTE SES PARTENAIRES VERS UNE POLITIQUE POUR L INDUSTRIE

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles

Fête & Buvette Un équilibre à trouver. A l attention des maires, présidents d associations, responsables de débit de boissons temporaires, bénévoles Fête & Buvette Un équiibre à trouver A attention des maires, présidents d associations, responsabes de débit de boissons temporaires, bénévoes Edition : Février 2011 Nous sommes ensembe responsabes! La

Plus en détail

Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France

Les écarts des coûts hospitaliers sont-ils justifiables? Réflexions sur une convergence tarifaire entre les secteurs public et privé en France Document de travai Working paper Les écarts des coûts hospitaiers sont-is justifiabes? Réfexions sur une convergence tarifaire entre es secteurs pubic et privé en France Zeynep Or (Irdes) Thomas Renaud

Plus en détail

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité

Aspects de l ergonomie des interfaces. Utilisabilité Aspects de ergonomie des interfaces. Utiisabiité René PATESSON CREATIC Centre de Recherches en Ergonomie Appiquée aux Technoogies de Information et de a Communication ULB-SISH (Section Informatique et

Plus en détail

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin

Jacques Lévy, professeur à l'universités de Reims et à l'institut d'études politiques de Paris, fellow au Wissenschaftskolleg zu Berlin e point sur La cartographie, enjeu contemporain Jacques Lévy, professeur à 'Universités de Reims et à 'Institut d'études poitiques de Paris, feow au Wissenschaftskoeg zu Berin De ce vieux Mercator, à quoi

Plus en détail

Le s e cte ur autom obil e s indus trie s conne xe s

Le s e cte ur autom obil e s indus trie s conne xe s Le s e cte ur autom obi e et e s indus trie s conne xe s Portraitrégionade ce s activités e n p e ine m utation Dans un conte xte de m ondia is ation e t de concurre nce accrue, indus trie autom obi e

Plus en détail

de l'aide à la Personne Malade et à son Entourage

de l'aide à la Personne Malade et à son Entourage Annonce du diagnostic "j'ai besoin d'aide" Mon séjour à 'hopita Scoarité et empoi Ma vie au jour e jour Aidants: j'aide et j'ai besoin d'aide Liois: je veux m'engager de 'Aide à a Personne Maade et à son

Plus en détail

Octobre 2011 ALIMENTAIRE. DOSSIER SANTé SécURITé N 4. Proximité : le retour. Rachat de contrat assurance-vie = danger

Octobre 2011 ALIMENTAIRE. DOSSIER SANTé SécURITé N 4. Proximité : le retour. Rachat de contrat assurance-vie = danger V O T R E M @ G A Z I N E D I N F O R M A T I O N M U T U A L I S T E N 4 Octobre 2011 DOSSIER SANTé SécURITé ALIMENTAIRE MUTUALITé Proximité : e retour MES DROITS ET MOI Rachat de contrat assurance-vie

Plus en détail

E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES

E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES E.2.14 ACTIVITES ECONOMIQUES Source : JLR-Conseis, 2006 E.2.14.1 Données gobaes Zone éargie L activité économique en zone éargie (cf. paragraphe «présentation des zones d études» au début de état initia)

Plus en détail

Un guide du bailleur : pourquoi?...3

Un guide du bailleur : pourquoi?...3 édition 2012 SOMMAIRE Un guide du baieur : pourquoi?...3 Avant a ocation Que type de ocation puis-je proposer ou accepter?...4 Quees conditions pour mon ogement mis en ocation?...5 Quees aides pour améioration

Plus en détail

Business Emergency Solutions. kpmg.fr

Business Emergency Solutions. kpmg.fr Business Emergency Solutions kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus souvent faire face à des situations

Plus en détail

Création. d Entreprises. Offres immobilières. les opportunités à saisir en ZUS et ZFU. (Vente & Location)

Création. d Entreprises. Offres immobilières. les opportunités à saisir en ZUS et ZFU. (Vente & Location) Création d Entreprises Offres immobiières es opportunités à saisir en ZUS et ZFU (Vente & Location) Location & Vente en Zone Franche Urbaine Quartier du Neuhof Strasbourg Disponibiité : immédiate Activité

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

de suivi et d évaluation de la participation des enfants

de suivi et d évaluation de la participation des enfants TROUSSE À OUTILS DU SUIVI ET DE L ÉVALUATION DE LA PARTICIPATION DES ENFANTS LIVRET 5 Outis de suivi et d évauation de a participation des enfants Save the Chidren a des activités dans pus de 120 pays.

Plus en détail

Formation professionnelle continue. Catalogue 2014 / I

Formation professionnelle continue. Catalogue 2014 / I Cataogue 2014 / I Formation professionnee continue Cataogue 2014 / I Formation professionnee continue _2 La Luxembourg Schoo for Commerce (LSC) Pour faire face à un marché de empoi et un environnement

Plus en détail

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014

Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Crise économique, prélèvements fiscaux et sociaux, quels arbitrages pour la pérennité des PME et ETI? Janvier 2014 Introduction Comprendre le tissu des entreprises pour mieux les accompagner est un objectif

Plus en détail

De la caractérisation à l identification des langues

De la caractérisation à l identification des langues De a caractérisation à identification des angues Séection de conférences données ors de a 1 ère journée d étude sur identification automatique des angues, Lyon, 19 janvier 1999 avec e soutien de Association

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations 2015 Cataogue de formations www.sc.u Cataogue 2015 / I Formation professionnee continue _2 House of Training : Un nouve acteur sur e marché de a formation professionnee continue Devenir e partenaire de

Plus en détail

Parlons d avenir. Ingénieur Télécom ParisTech. Innover et entreprendre dans un monde numérique

Parlons d avenir. Ingénieur Télécom ParisTech. Innover et entreprendre dans un monde numérique Parons d avenir Ingénieur Téécom ParisTech Innover et entreprendre dans un monde numérique INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE À Téécom ParisTech, vous trouverez : Première grande écoe française d ingénieurs

Plus en détail

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie

Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Le gaz nature, a soution a moins chère et a pus rapide pour votre entreprise Passez au gaz et faites des économies dès aujourd hui gasnetworks.ie Les avantages financiers du changement au gaz nature Seon

Plus en détail

Serrurier Métallier. Thionville l Hayange l l s. Moyeuvre /Grande. Montigny les Metz l l l s. Morhange l s s. Verny. l l s Jarville l.

Serrurier Métallier. Thionville l Hayange l l s. Moyeuvre /Grande. Montigny les Metz l l l s. Morhange l s s. Verny. l l s Jarville l. Serrurier Métaier Formations 2009/2010 Lorraine 54 - Meurthe-et-Mosee 55 - Meuse 57 - Mosee 88 - Vosges Verdun k 55 Bar-e-Duc k Landres Briey Thionvie Hayange s Pont-à-Mousson k 54 Nancy Tou Moyeuvre /Grande

Plus en détail

2. Ordinaire ou domestique, nous en sommes tous responsables

2. Ordinaire ou domestique, nous en sommes tous responsables MAGAZINE DE LA FÉDÉRATION DES PARCS NATURELS RÉGIONAUX DE FRANCE - DÉCEMBRE 2010 - N 66 U N E A U T R E V I E S I N V E N T E I C I FOCAL Année internationae de a biodiversité : 2. Ordinaire ou domestique,

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

Bouclier sanitaire : choisir entre égalité et équité?

Bouclier sanitaire : choisir entre égalité et équité? Document de travai Working paper Boucier sanitaire : choisir entre égaité et équité? Une anayse à partir du modèe ARAMMIS Thierry Debrand (Irdes) Christine Sorasith (Irdes) DT n 32 Juin 2010 Reproduction

Plus en détail

La considération et la reconnaissance de la profession par les pouvoirs publics apparaissent déficitaires :

La considération et la reconnaissance de la profession par les pouvoirs publics apparaissent déficitaires : Note détaillée Le regard des masseurs-kinésithérapeutes sur leur profession Etude Harris Interactive pour L Ordre National des Masseurs-Kinésithérapeutes Les résultats sont issus d une enquête réalisée

Plus en détail

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais

Contacts électriques AE 08.01. Contact électrique sec à aimant Type 821 1) Seuil d'alarme inductif Type 831 Relais amplificateur Bloc relais AE 08.0 Accessoires Contacts éectriques Conformité Contact éectrique sec à aimant Type 8 ) Seui d'aarme inductif Type 8 Reais ampificateur Boc reais Utiisation Les contacts éectriques permettent d'ouvrir

Plus en détail

SAGEM F@st TM 2404/2444 Guide d Instaation Rapide Sommaire Présentation... 1 Pack... 2 Raccordements... 3 Instaation à partir du CD-ROM... 4 Instaation Wi-Fi... 5 Instaation Ethernet... 8 Instaation suppémentaire...

Plus en détail

Payer peut nuire à votre santé : une étude de l impact du renoncement financier aux soins sur l état de santé

Payer peut nuire à votre santé : une étude de l impact du renoncement financier aux soins sur l état de santé Document de travai Working paper Payer peut nuire à votre santé : une étude de impact du renoncement financier aux soins sur état de santé Pau Dourgnon (Irdes, Université Paris-Dauphine-LEDa-LEGOS) Forence

Plus en détail

Dossier d actualité PISA : CE QUE L ON EN SAIT ET CE QUE VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 66 Oct. 2011. Une évaluation qui polarise l attention 1/18

Dossier d actualité PISA : CE QUE L ON EN SAIT ET CE QUE VEILLE ET ANALYSES. Sommaire. n 66 Oct. 2011. Une évaluation qui polarise l attention 1/18 n 66 Oct. 2011 Sommaire page 1 : Une évauation qui poarise attention page 3 : Ce que PISA peut nous apprendre sur enseignement page 9 : PISA et e piotage des systèmes éducatifs page 14 : Bibiographie Dossier

Plus en détail

Système PBX IP hybride

Système PBX IP hybride Système PBX IP hybride KX-TDA30 La conception et es spécifications peuvent être modifiées sans préavis. FrenchPan_NEW MASTER_FA.indd -3 /6/09 9:0:0 AM Pour a mise en pace d un environnement de communications

Plus en détail

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires.

Notre gamme de chaudières pour fioul et gaz Technologie à condensation Technologie basse température Boilers Accessoires. Venir nous voir De près Notre gae de chaudières pour fiou et gaz De oin Technoogie à condensation Technoogie basse température Boiers Accessoires Interca Wärmetechnik GmbH A Seeenkamp 0 2791 Lage Aemagne

Plus en détail

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015)

CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) CPA Canada Tendances conjoncturelles (T1 2015) Préparée pour les Comptables professionnels agréés du Canada Le 1 er mai 2015 Renseignements sur le sondage Le rapport trimestriel CPA Canada Tendances conjoncturelles

Plus en détail

MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à l œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de la culture

MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à l œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de la culture MÉCÉNAT PARTICIPATIF : tous à œuvre! Cérémonie de décoration de donateurs de a cuture mardi 9 décembre 2014 Ministère de a Cuture et de a Communication Communiqué de presse Feur Peerin reance a poitique

Plus en détail

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable

TSP 6500/7000 SÉRIE. Spécifications Chariots tridirectionnels à nacelle élevable C TSP 6500/7000 SÉRIE Chariots tridirectionnes à nacee éevabe C Série TSP 6500 / 7000 Chariots tridirectionnes à nacee éevabe Aée disponibe min. Jeux fonctionnes Fourches non téescopiques 4.33a 4.33 Longueur

Plus en détail