Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?"

Transcription

1 Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010?

2 Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu percevoir eur regard - et ceui de queques-uns de eurs partenaires - sur eur profession à orée de année 2010, et ce, grâce à cette enquête «Perspectives» réaisée par KPMG. Vous y découvrirez es ressentis du moment, vous percevrez es espoirs et es craintes, vous reèverez queques contradictions Enrichie de ce premier échange, Ergone s appuiera résoument sur cet optimisme réaiste émergeant, pour encourager es échanges et réfexions et proposer des voies de déveoppement - avec eurs indispensabes outis - des entreprises vétérinaires Patrick Bordas Associé KPMG S.A. Responsabe du réseau Professions de Santé L environnement économique favorabe par e passé, exercice de a profession à titre individue et e statut fisca (comptabiité de trésorerie) n ont pas encore incité a profession à mettre en pace des outis de gestion performants ou à revoir eur fonctionnement juridique. Les vétérinaires hésitent de pus en pus à travaier seus, notamment es jeunes professionnes : environnement économique moins favorabe ou un choix de vie (astreintes, gardes) es poussent soit au saariat, soit au statut ibéra mais en intégrant une association. C est dans cette perspective d avenir que cette enquête a été conduite. Dans cette étude, nous avons vouu aer pus oin que a ecture des chiffres et expication du passé. Nous avons vouu exporer avenir. I nous a paru intéressant de recueiir e sentiment de professionnes du secteur sur eurs perspectives d activité et eurs stratégies d adaptation et de confronter e point de vue des vétérinaires praticiens à ceui de eurs principaux interocuteurs. I devient de pus en pus important pour es professionnes de se tenir informés de évoution de eur profession, tant au niveau économique et juridique que socia et fisca. Gageons que a profession vétérinaire s adaptera à son environnement. Ee peut, pour cea, compter sur appui de ses partenaires.

3

4 Sommaire Pages 1. Objectifs et méthode de enquête 5 2. Popuation interrogée 7 3. Perspectives d activité 2010 : données chiffrées 9 4. Quees mesures faut-i prendre? Vaeur des ciniques en L évoution du métier, e regard de a profession et des partenaires Perspectives sur e crédit 34 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 3

5

6 1. Objectifs et méthode de enquête L objectif est de recueiir et de confronter a perception des vétérinaires et des acteurs qui es entourent : Ordre, syndicats, banquiers, aboratoires... L enquête s est dérouée du 16 novembre au 31 décembre 2009 par e biais d un portai Internet. Les réponses ont été recueiies par des professionnes de KPMG, experts du réseau professions de santé et anaysées par Luc Portier, Manager KPMG, expert sur e secteur vétérinaire. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 5

7

8 2. Popuation interrogée 0,6 % 5,1 % 7,4 % 0,8 % 6.8 % Vétérinaires Banquiers Laboratoires 79,3 % Organisations professionnees Distributeurs de médicaments Autres Profession Nombre % Vétérinaires ,3 Banquiers 3 0,8 Responsabes dans un aboratoire pharmaceutique vétérinaire Responsabes dans une organisation professionnee vétérinaire : Ordre, Syndicats professionnes, AFVAC, SNGTV, AVEF... Responsabes dans une société de distribution du médicament vétérinaire 24 6,8 26 7,4 2 0,6 Autres : étudiants, ASV, journaistes 18 5,1 Tota Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 7

9

10 3. Perspectives d activité 2010 : données chiffrées Perspectives chiffrées Évoution du chiffre d affaires goba Évoution du prix des actes Évoution du taux de marge Évoution du résutat Évoution de a trésorerie Évoution du chiffre d affaires, gobaement Augmenter 53 % 15 % Se maintenir Baisser 3 % Nsp 29 % Pus de a moitié des personnes interrogées reste prudente et voit activité rester stabe sur A noter toutefois que ceux qui estiment voir es ventes progresser sont 2 fois pus nombreux que ceux qui pensent voir activité diminuer. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 9

11 Évoution du chiffre d affaires en 2010 par catégorie professionnee Vétérinaires 28 % 54 % 15 % 3 % Banquiers 33 % 33 % 34 % Organisations professionnees 16 % 69 % 11 % 4 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 63 % 29 % 8 % Autres acteurs 28 % 44 % 17 % 11 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Près de 70 % des vétérinaires voient e chiffre d affaires se maintenir ou augmenter en Cette perception sembe être partagée par es autres acteurs. 10 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

12 Évoution du chiffre d affaires en détai seon es vétérinaires en 2010 Goba 28 % 54 % 15 % 3 % Vente de médicaments 21 % 43 % 32 % 4 % Vente d aiments 33 % 37 % 22 % 8 % Vente d accessoires 17 % 42 % 20 % 21 % Actes 46 % 41 % 10 % 3 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Gobaement 80 % des professionnes pensent que eur chiffre d affaires va au moins se maintenir, essentieement grâce aux actes. Les vétérinaires, au contraire sont pus pessimistes concernant es activités de vente (activités concurrencées par d autres professionnes). Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 11

13 Evoution du prix des actes vétérinaires en 2010, gobaement 3 % 9 % Augmenter 43 % 45 % Se maintenir Baisser Nsp Dans ensembe, es personnes interrogées se répartissent de façon égae entre cees qui voient : - une augmentation des prix des actes (45 %) - une stabiisation des prix (43 %) Is sont peu nombreux (9 %) à voir es prix baisser. 12 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

14 Évoution du prix des actes vétérinaires en 2010, par catégorie professionnee Vétérinaires 46 % 41 % 10 % 3 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 54 % 42 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 25 % 67 % 4 % 4 % Autres acteurs 39 % 50 % 6 % 5 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Les vétérinaires et es organisations professionnees restent partagés. On note que es distributeurs prévoient à unanimité augmentation des prix. A opposé, es banquiers estiment que es prix vont au mieux se maintenir ; mais es effectifs de ces deux professions restent trop faibes pour en tirer des enseignements. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 13

15 Evoution du taux de marge en 2010, gobaement 6 % 11 % Augmenter Se maintenir 33 % 50 % Baisser Nsp Les personnes interrogées sont pus pessimistes quant à évoution des marges. Is sont 1/3 à penser que es prix d achat vont progresser pus vite que es prix de vente. 50 % estiment que évoution des prix va suivre a même tendance que ce soit pour es ventes ou pour es achats. 14 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

16 Evoution du taux de marge en 2010, par catégorie professionnee Vétérinaires 12 % 51 % 31 % 6 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 8 % 42 % 46 % 4 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 13 % 46 % 37 % 4 % Autres acteurs 56 % 33 % 11 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP L évoution prévue de a marge est : - identique pour ensembe des catégories, - à exception des distributeurs* qui voient es marges progresser ou se stabiiser. * Les effectifs restent trop faibes pour en tirer des enseignements. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 15

17 Evoution du résutat en 2010, gobaement 29 % Augmenter Se maintenir 45 % 4 % Baisser Nsp 22 % 22 % des personnes voient es résutats progresser aors qu is ne sont que 11 % à estimer que es marges vont augmenter. 50 % pensent que es résutats vont rester stabes en Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

18 Evoution du résutat en 2010 par catégorie professionnee Vétérinaires 24 % 43 % 30 % 3 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 8 % 65 % 23 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 25 % 54 % 17 % 4 % Autres acteurs 11 % 39 % 39 % 11 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP 2/3 des personnes prévoient une stabiité ou une augmentation des résutats. Les vétérinaires et es aboratoires sont pus optimistes que e reste de a popuation interrogée ; is sont près d 1/4 à penser que es résutats vont progresser. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 17

19 Evoution de a trésorerie disponibe en 2010, gobaement 42 % Augmenter Se maintenir 5 % Baisser Nsp 41 % 12 % La popuation interrogée est pus pessimiste concernant évoution de a trésorerie : - 42 % pensent que eur trésorerie va diminuer (contre 1/3 maximum pour es différents seuis de résutats), - 53 % seuement prévoient au moins un maintien de a trésorerie (près de 70 % pour es ratios d expoitation). Les raisons envisagées : - a baisse d activité, - es encaissements cients pus difficies en rura. 18 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

20 Evoution de a trésorerie disponibe en 2010, par catégorie professionnee Vétérinaires 14 % 40 % 42 % 4 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees Distributeurs 50 % 61 % 35 % 4 % 50 % Laboratoires 17 % 25 % 46 % 12 % Autres acteurs 45 % 45 % 10 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP La crainte de a baisse de a trésorerie est partagée par tous es acteurs. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 19

21

22 4. Quees mesures faut-i prendre? Dans exercice du métier En matière de gestion Dans e mode d exercice Mesures à prendre dans exercice du métier Mettre en pace un espace commercia 52 % 48 % Déveopper des prestations iées à activité 64 % 23 % 13 % Déveopper a vente de produits iés à activité 66 % 25 % 9 % Augmenter effectif saarié Augmenter effectif tota 32 % 59 % 9 % 35 % 57 % 8 % Dééguer en rura à des techniciens saariés Dééguer acte canin au ASV 28 % 61 % 11 % 30 % 64 % 6 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Sur es 135 vétérinaires qui n ont pas mis en pace un espace dédié à a commerciaisation, 30 % pensent e faire en Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 21

23 Mesures à prendre dans e mode d exercice Participations dans des SPFPL Changement de régime fisca Regroupement 27 % 47 % 26 % 13 % 75 % 12 % 33 % 51 % 16 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Le regroupement est priviégié par 1/3 des professionnes. Cea permet notamment des économies d échee, de diversifier es activités, de répartir es contraintes iées au métier, d améiorer es compétences techniques. La participation dans des SPFPL (favorisée par 27 % des professionnes) permet de résoudre e probème de a nondéductibiité des emprunts et faciite es sorties de SEL et es regroupements. 22 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

24 Mesures prises en matière de gestion Résutat prévisionne 28 % 72 % Pan de trésorerie 25 % 75 % Tabeau de bord 34 % 66 % Suivi marge en vaeur 23 % 77 % Système motivation 39 % 61 % 60 % 80 % 100 % Oui Non Les professionnes sont peu nombreux (maximum 1/3) à avoir mis en pace des outis de gestion. Cependant, is estiment que ces outis es aident à : - améiorer eurs résutats, - passer des caps difficies. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 23

25

26 5. Vaeur des ciniques en 2010 Le prix des cientèes en 2010, gobaement Vétérinaires 5 % 45 % 39 % 11 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 54 % 38 % 8 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 8 % 46 % 42 % 4 % Autres acteurs 44 % 39 % 17 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Rares sont ceux qui voient progresser es prix des cientèes. Gobaement es avis sont partagés entre ceux qui voient un maintien ou une baisse des prix de vente. A opposé, comme décrit dans es pages suivantes, es avis vont tous dans e même sens (rura et urbain) : - maintien des prix dans es grosses structures (> 1500 k de CA), - baisse des prix dans es petites et moyennes structures. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 25

27 Le prix des cientèes en 2010 : pour es petites et moyennes structures en miieu rura Vétérinaires 2 % 17 % 67 % 14 % Banquiers 100 % Organisations professionnees 11 % 85 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 17 % 75 % 8 % Autres acteurs 11 % 67 % 22 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Le prix des cientèes en 2010 : pour es grosses structures (CA>1 500 k ) en miieu rura Vétérinaires 21 % 51 % 13 % 15 % Banquiers 33 % 67 % Organisations professionnees 38 % 50 % 8 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 38 % 38 % 16 % 8 % Autres acteurs 44 % 6 % 28 % 22 % 0 % 60 % 100 % 20 % 40 % 80 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP 26 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

28 Le prix des cientèes en 2010 : pour es petites et moyennes structures en miieu urbain Vétérinaires 3 % 34 % 50 % 13 % Banquiers 33 % 67 % Organisations professionnees 42 % 46 % 12 % Distributeurs 100 % Laboratoires 4 % 29 % 63 % 4 % Autres acteurs 17 % 72 % 11 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Le prix des cientèes en 2010 : pour es grosses structures (CA>1 500 k ) en miieu urbain Vétérinaires 34 % 42 % 11 % 13 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 46 % 31 % 12 % 11 % Distributeurs 100 % Laboratoires 8 % 38 % 50 % 4 % Autres acteurs 28 % 50 % 11 % 4% 20 % 40 % 0 % 60 % 100 % 80 % 11 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 27

29

30 6. L évoution du métier, e regard de a profession et des partenaires Le regard de a profession Profession d avenir pour es jeunes dipômés? Conseier aux jeunes de s instaer 80 % 10 % 10 % 59 % 29 % 12 % Concurrence à craindre? 71 % 25 % 4 % Profession défendue? 50 % 50 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Le regard des partenaires, questions généraes Ouverture du capita à des professionnes de a santé. Ouverture du capita à des non professionnes de a santé. Les regroupements de ciniques. Diversification. Prises de participations dans es SPFPL. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 29

31 Êtes-vous favorabe à ouverture du capita à des professionnes de a santé? La profession 100 % Les banques 34 % 33 % 33 % Les distributeurs 58 % 42 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Rejet unanime de a part des vétérinaires à ouverture du capita à d autres professionnes de a santé : cea est en partie dû à a concurrence avec es pharmaciens sur certains secteurs. Êtes-vous favorabe à ouverture du capita à des non professionnes de a santé? La profession 40 % 60 % Les banques 34 % 33 % 33 % Les distributeurs 50 % 50 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP L avis de a profession est moins négatif quant à ouverture du capita à des partenaires «hors santé» : des partenaires financiers sont parfois nécessaires pour financer des projets de regroupement ou des investissements. 30 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

32 Êtes-vous favorabe aux regroupements? La profession 92 % 8 % Les banques 67 % 33 % Les distributeurs et es aboratoires 50 % 50 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Nous retrouvons ici intérêt des professionnes (92 %) pour e regroupement. Les raisons sont diverses : économiques, techniques, diversification, quaité de vie (astreintes, gardes, ouverture toute année). Êtes-vous favorabe à a diversification des activités vétérinaires? Vétérinaires 75 % 20 % 5 % Banquiers Organisations professionnees Distributeurs 33 % 67 % 89 % 11 % 50 % 50 % Laboratoires 83 % 13 % 4 % Autres acteurs 100 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP Comme pour d autres activités, es difficutés économiques incitent es professionnes de a cinique vétérinaire à se diversifier afin d être pus aptes à affronter es baisses ponctuees d une des activités, es effets de saisonnaité ou toute autre évoution de a profession. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 31

33 Les prises de participations dans es SPFPL sont-ees inéuctabes? Vétérinaires 40 % 36 % 24 % Banquiers Organisations professionnees 33 % 67 % 42 % 35 % 23 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 58 % 21 % 21 % Autres acteurs 100 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP 32 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

34

35 7. Perspectives sur e crédit Le regard des banques sur a profession Durée des financements Taux de crédit Montant des apports Le regard des banques Consei aux jeunes 100 % Cœur de cibe 33 % 67 % Garanties 66 % 29 % 5 % 60 % 80 % 100 % Oui Non NSP La durée des financements en 2010 Vétérinaires 54 % 37 % 2 % 7 % Banquiers 67 % 33 % Organisations professionnees 54 % 42 % 4 % Distributeurs 100 % Laboratoires 59 % 29 % 4 % 8 % Autres acteurs 56 % 39 % 5 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP 34 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

36 Les taux de crédit en 2010 Vétérinaires 36 % 44 % 10 % 10 % Banquiers 100 % Organisations professionnees 19 % 58 % 19 % 4 % Distributeurs 50 % 50 % Laboratoires 17 % 54 % 21 % 8 % Autres acteurs 50 % 44 % 6 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Les vétérinaires sont putôt optimistes quant à évoution des taux : 54 % pensent qu is vont se maintenir ou diminuer. Les banquiers prévoient une stabiisation des taux. Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires 35

37 Le montant de apport nécessaire en 2010 Vétérinaires 41 % 38 % 4 % 17 % Banquiers 33 % 67 % Organisations professionnees 23 % 65 % 4 % 8 % Distributeurs 100 % Laboratoires 33 % 42 % 13 % 12 % Autres acteurs 39 % 39 % 22 % 60 % 80 % 100 % Augmenter Se maintenir Baisser NSP Estimation de apport : euros. Les professionnes pensent que a tendance est à une augmentation de autofinancement dans achat des cientèes. En revanche, 2/3 des banquiers prévoient un maintien de apport personne. 36 Enquête sur es perspectives 2010 des vétérinaires

38 kpmg.fr Contacts : KPMG S.A. Immeube Le Paatin 3, cours du triange Paris La Défense Cedex Patrick Bordas Associé KPMG S.A. Responsabe du réseau Professions de Santé Té. : E-mai : ErGonE E-mai : Les informations contenues dans ce document sont d ordre généra et ne sont pas destinées à traiter es particuarités d une personne ou d une entité. Bien que nous fassions tout notre possibe pour fournir des informations exactes et appropriées, nous ne pouvons garantir que ces informations seront toujours exactes à une date utérieure. Ees ne peuvent ni ne doivent servir de support à des décisions sans vaidation par es professionnes ad hoc. KPMG S.A., société anonyme d expertise comptabe et de commissariat aux comptes à directoire et consei de surveiance au capita socia de euros RCS Nanterre. Siège socia : Immeube Le Paatin, 3, cours du Triange, Paris La Défense Cedex. KPMG Internationa est une entité de droit suisse. Les membres du réseau KPMG de cabinets indépendants sont adhérents de KPMG Internationa. KPMG Internationa ne propose pas de services aux cients. Aucun cabinet membre n a e droit d engager KPMG Internationa ou es autres cabinets membres vis-à-vis des tiers. KPMG Internationa n'a e droit d'engager aucun cabinet membre KPMG S.A., société anonyme d expertise comptabe et de commissariat aux comptes en France, membre du réseau KPMG de cabinets indépendants adhérents de KPMG Internationa Cooperative («KPMG Internationa»), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Conception - Réaisation : Dépt. Communication Corporate Xerox Creative Services - Janvier 2010 Crédit photos : Méria

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Fédération des Chasseurs 35

Fédération des Chasseurs 35 Fédération des Chasseurs 35 Exercice clos au 30 juin 2014 Assemblée Générale du 18 Avril 2015. Le compte de résultat - Fédération Intitulés Réalisations Réalisations 2013-2014 2012-2013 Variations N/N-1

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux La Master Franchise Filière Franchise et Réseaux 2015 Définition d une Master Franchise et d un Master Franchisé La Master Franchise : La Master Franchise est un contrat conférant à un entrepreneur ou

Plus en détail

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Code de déontologie européen de la franchise : http://www.franchise-fff.com/base-documentaire/finish/206/318.html

Plus en détail

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE

STAGE STAGE STAGE STAGE STAGE 01 STAGE 03 STAGE 02 STAGE 04 STAGE 05 STAGE I I I - - I Le système de management intégré : es normes ISO 9001/ISO 14001/ OHSAS 18001 Le système de management de quaité : a norme ISO 9001 (Exigences- Audit

Plus en détail

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 1. Les conventions de services bancaires au Royaume-Uni

Plus en détail

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Mesures pour lutter contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Mesures pour utter contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Introduction L intimidation est un probème compexe et dououreux, pour eque i n existe pas de soution facie.

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015

L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015 L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015 Sommaire 1. Introduction et présentation du sujet 2. Témoignages 3. Questions 4. Conclusion 1 1. Introduction en Mds Données

Plus en détail

La Concession. Filière Franchise & Réseaux

La Concession. Filière Franchise & Réseaux La Concession Filière Franchise & Réseaux 2015 La Concession Concédant La concession est un contrat conclu entre deux parties, dans lequel un fournisseur (le concédant) donne à un ou plusieurs commerçants

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESEntatIOn

DOSSIER DE PRESEntatIOn DOSSIER DE PRESEntatIOn www.ufdi.fr 1 - Historique de association SOmmaIRE 2 - Présentation de association 3 - nos activités 4 - Les missions de UFDI 5 - Les membres du bureau 6 - Présentation des déégués

Plus en détail

La Licence de marque. Filière Franchise & Réseaux

La Licence de marque. Filière Franchise & Réseaux La Licence de marque Filière Franchise & Réseaux 2015 La marque La marque commerciale constitue un actif essentiel de tout réseau de distribution (elle doit respecter la législation relative aux marques).

Plus en détail

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le contrat de Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le contrat de Franchise Accord entre un franchiseur et un franchisé qui traduit la stratégie du réseau de franchise Définit les droits et obligations

Plus en détail

Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine

Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine PHARMACIES Vous conseiller à chaque moment de la vie de votre officine kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil. * Il met à votre

Plus en détail

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux Les différentes formes de commerce en Filière Franchise et Réseaux 2015 Les différentes formes de commerce en isolé intégré associé organisé Indépendance totale; pas d affiliation à un Pilotage centralisé;

Plus en détail

CHAPITRE 4. LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr

CHAPITRE 4. LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr CHAPITRE 4 Education et TIC LE CONTEXTE DE L EDUCATION A MADAGASCAr a Des résutats contrastés du système éducatif du pays a Les principaux défis pour améioration du système éducatif LES TIC ET L EDUCATION

Plus en détail

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux La Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise et ses principes «La Franchise est un mode de collaboration entre deux entreprises juridiquement et financièrement indépendantes (Franchiseur

Plus en détail

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries

Standards Européens de Jeu Responsable L exemple des loteries Standards Européens de Jeu Responsabe L exempe des oteries Perinde van Dijken, Dééguée Jeu Responsabe, Loterie Romande Raymond Bovero, Directeur des programmes Jeu Responsabe & Déveoppement durabe, La

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

13 1 3cas cas de de GRH

13 1 3cas cas de de GRH 13 cas de GRH management sup management - ressources humaines 13 cas de GRH Études de cas d entreprises avec corrigés détaiés Eine Nicoas Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-058736-0 Sommaire Tabeau synoptique

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION

UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION SE FORMER POUR AGIR UNE NOUVELLE OFFRE DE FORMATION 3 Dans cette période compexe, de nombreux défis nous attendent dans es entreprises et es administrations. Pour y faire face, a formation est un des

Plus en détail

Conférence Annuelle de l APDC

Conférence Annuelle de l APDC #GalaAPDC Conférence Annuelle de l APDC 9 octobre 2014 En partenariat avec La conférence est animée par : Isabelle GOUNIN LEVY Journaliste www.apdc-france.com Introduction Bernard MIRAILLES Président www.apdc-france.com

Plus en détail

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise en Corner et en Shop in Shop La Franchise en Corner ou Shop in Shop : C est l installation d un espace

Plus en détail

Les trophées de l international

Les trophées de l international Les trophées de internationa 2012 La CCI Essonne organise e 22 novembre 2012 Les trophées de internationa qui seront remis au moment du 11e forum de internationa avec, comme pays invité d honneur, a Chine.

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds Chine pus Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Elections du RSI (Régime Social des Indépendants)

Elections du RSI (Régime Social des Indépendants) sommaire septembre 2012 à à à Les News nationaes - Eections du RSI - Eections des syndicats saariés - Artisans du bâtiment... Info - Connaissez-vous e CCENA94? - Les ateiers de a jeune entreprise - Les

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

ormation en Art-thérapie

ormation en Art-thérapie Association Française de Recherches et Appications des Techniques Artistiques en Pédagogie et Médecine Association oi 1901 agréée par e Ministère de a Jeunesse Education Popuaire. AFRATAPEM ECOLE D ART-THÉRAPIE

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole EXPERTISE COMPTABLE & CONSEIL Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre exploitation agricole KPMG accompagne

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

BELGIQUE LUXEMBOURG ALLEMAGNE

BELGIQUE LUXEMBOURG ALLEMAGNE Frontaiers Lorraine Centre de Ressources du travai frontaier www.frontaiersorraine.eu CE TRAVAIL A ÉTÉ RÉALISÉ EN COOPÉRATION AVEC L OREFQ BELGIQUE LUXEMBOURG ALLEMAGNE EURES EURES est un réseau européen

Plus en détail

Maisons d édition : les chiffres 2013

Maisons d édition : les chiffres 2013 Maisons d édition : les chiffres 2013 Janvier 2015 9ème édition Joëlle Tubiana Associée Edito Pour cette 9 ème étude consécutive, nous avons apporté quelques modifications dans la classification des secteurs

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association?

Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association? Le président, le conseil d administration, les adhérents et les bénévoles : quelles troupes pour faire vivre et évoluer l association? KPMG S.A. Pierre Marcenac Associé Salons de France Amériques Lundi

Plus en détail

M.rx. financiers pour accompagner. son entreprise sur la durée», poursuit le P-DG à la tête. d ' un groupe. qui compte près de 250 collaborateurs.

M.rx. financiers pour accompagner. son entreprise sur la durée», poursuit le P-DG à la tête. d ' un groupe. qui compte près de 250 collaborateurs. dipômé i Brandaey Depuis Les Diffusion : 4999 Page : 42 quoi e jackpot du e-commerce n estpas prêt de s arrêter Fort d une croissance de 22%% en 2011 e secteur est au beau fixe grâce à évoution des comportements

Plus en détail

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment

Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment BÂTIMENT Vous accompagner dans la gestion et les projets de votre entreprise de bâtiment kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil.

Plus en détail

Projet d'école(s) 2006-2010 CAUDERAN-IUFM. Circonscription de : Ecole(s) concernées(s) 0333029N E.M.PU PAUL DOUMER 10, RUE PAUL DOUMER 33 000 BORDEAUX

Projet d'école(s) 2006-2010 CAUDERAN-IUFM. Circonscription de : Ecole(s) concernées(s) 0333029N E.M.PU PAUL DOUMER 10, RUE PAUL DOUMER 33 000 BORDEAUX Projet d'écoe(s) 2006-2010 Circonscription de : N version: 1 665 Projeco33 - v1-0306 Ecoe(s) concernées(s) RPI : ZEP/REP : 0333029N E.M.PU PAUL DOUMER 10, RUE PAUL DOUMER 0556083062 33 000 BORDEAUX 1 Inspection

Plus en détail

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar

www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTAL Débit 65 à 950 l/min Pression 10 bar www.kaeser.com Compresseurs à pistons secs Série DENTA Débit 65 à 950 /min Pression 10 bar Pourquoi des compresseurs dentaires KAESER? Ce qui importe e pus aux utiisateurs de compresseurs dentaires, c'est

Plus en détail

Baromètre des chaînes

Baromètre des chaînes Baromètre des chaînes hôtelières françaises Résultats 2012 KPMG Real Estate & Hotels KPMG Real Estate & Hotels Une équipe de spécialistes pluridisciplinaires dédiée au secteur du Tourisme, de l Hôtellerie,

Plus en détail

Sommaire L évolution de l activité Tour-Operating 2007/2006

Sommaire L évolution de l activité Tour-Operating 2007/2006 INFORMATION, COMMUNICATIONS & ENTERTAINMENT Les ratios d exploitation des Tour-Opérateurs mars 28 AUDIT Le CETO-Association de Tour-Opérateurs regroupe la majorité des Tour-Opérateurs (TO) français et

Plus en détail

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds

Rapport annuel de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport annue de a direction sur e rendement du fonds pour 'exercice cos e 31 août 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire

Plus en détail

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12 Guide Créateur Sommaire Votre Business Plan 3 Les frais relatifs à la création d une entreprise 7 Le choix de votre structure juridique 9 Votre entretien bancaire 12 1 Votre Business Plan Votre Business

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

FRANCHISE. Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne

FRANCHISE. Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne FRANCHISE Franchiseurs, franchisés, KPMG vous accompagne kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit, d expertise comptable et de conseil. * Il met à votre

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf

Plus en détail

E.4.15.1.2 Création de délaissés agricoles. E.4.15.1.3 Prélèvement de terres agricoles et droit à paiement unique

E.4.15.1.2 Création de délaissés agricoles. E.4.15.1.3 Prélèvement de terres agricoles et droit à paiement unique E.4.15 AGICULTUE L'activité agricoe sera concernée à différents niveaux par e projet d'aéroport et sa desserte routière. Occupation des sos dans e périmètre DUP s principaux impacts concernent : a consommation

Plus en détail

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise PETITES ENTREPRISES - PROFESSIONS LIBÉRALES Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit,

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

l EXCLUSION, INCLUSION m

l EXCLUSION, INCLUSION m EXCLUSION, INCLUSION m education permanente CULTURE ÉDUCATION PERMANENTE «I y a eu une invention de accessibiité comme nouvee forme sociae révéatrice d une conception du traitement de atérité dans notre

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

Observatoire 2012 des Universités & Écoles

Observatoire 2012 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles 1 Préambule KPMG a le plaisir de vous présenter les résultats de l observatoire 212 sur les établissements d enseignement

Plus en détail

Régime économique et fiscal général

Régime économique et fiscal général Régime économique et fisca généra Le système fisca espagno est moderne et compétitif. La pression fiscae (e pourcentage des impôts et de a sécurité sociae par rapport au PIB) y est inférieure de quatre

Plus en détail

Aide au logement et emploi

Aide au logement et emploi REVENUS Aide au ogement et empoi Cédric Afsa Parmi es aocataires du RMI sans conjoint ni enfant, ceux qui bénéficient d une aide au ogement reprennent pus souvent que es autres une activité. Ce résutat

Plus en détail

Semestre I / 2012. Catalogue G E R C E. Formation professionnelle continue

Semestre I / 2012. Catalogue G E R C E. Formation professionnelle continue G R C Cataogue Semestre I / 2012 Formation professionnee continue Cataogue Semestre I / 2012 Formation professionnee continue Formation professionnee continue _2 _3 Préface Magré un environnement économique

Plus en détail

Artisans et entreprises du bâtiment

Artisans et entreprises du bâtiment Artisans et entreprises du bâtiment Vous accompagner tout au long de vos projets Expertise comptable & conseil Artisans et entreprises du bâtiment - Vous accompagner tout au long de vos projets Gérer votre

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail

La Qualité de Vie au Travail - Livre banc - Tout savoir sur La Quaité de Vie au Travai Voir autrement es risques psychosociaux avec e concept de a Quaité de Vie au Travai (QVT) Sommaire Edito... Panorama sur a Quaité de Vie au Travai...

Plus en détail

DE COMMERCE ET DE GESTION

DE COMMERCE ET DE GESTION Institut DE COMMERCE ET DE GESTION Administration et Direction des Admissions : 9, rue Saint-Lambert 75015 Paris Té. (33) 01 45 58 17 33 Fax. 01 45 58 61 59 Métro Boucicaut (igne 8) ou Convention (igne

Plus en détail

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de

Plus en détail

Élevons la voix! Plan d action pour la lutte contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation

Élevons la voix! Plan d action pour la lutte contre les comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Pan d action pour a utte contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation Éevons a voix! Pan d action pour a utte contre es comportements d intimidation et de cyberintimidation

Plus en détail

Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr

Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr FORENSIC Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr EVIDENCE AND DISCOVERY MANAGEMENT Avec l explosion des moyens technologiques à notre disposition, ce sont plusieurs milliards de données qui sont

Plus en détail

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité

NOTRE MISSION NOTRE APPROCHE NOTRE ÉQUIPE NOTRE MARCHÉ. Confiance. Professionnalisme. Confidentialité www.cobus.net NOTRE MISSION Fournir à nos cients des soutions appropriées, sécurisées et bénéfiques Mettre en pace des soutions restant rentabes sur e ong terme et faciitant ensembe du processus de gestion

Plus en détail

réglementation bancaire

réglementation bancaire Ensemble, anticipons la réglementation bancaire KPMG met à votre service des professionnels expérimentés, disposant d une forte connaissance sectorielle, pour vous aider à répondre à vos enjeux réglementaires.

Plus en détail

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil

Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant. Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Expertise comptable & conseil Vous accompagner tout au long de vos projets, pour votre café, hôtel, restaurant Depuis 1922,

Plus en détail

Votre Conseil patrimonial

Votre Conseil patrimonial Votre Conseil patrimonial KPMG à votre écoute pour...... vous conseiller dans la gestion financière et fiscale de votre patrimoine Vos questions > Comment développer mon patrimoine privé et professionnel

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark

Plate-forme de solutions logicielles Lexmark Lexmark Soutions Patform Pate-forme de soutions ogiciees Lexmark La pate-forme de soutions Lexmark est a gamme d appications créée par Lexmark pour proposer des soutions ogiciees efficaces, économiques

Plus en détail

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014

Tendance et développement des. de l e-commerce. TPE/PME / PME sur le marché. Novembre 2014. Novembre 2014 Tendance et développement des TPE/PME / PME sur le marché de l e-commerce Novembre 2014 Novembre 2014 Point de vue de l expert KPMG On constate une certaine frilosité des chefs d entreprise à vendre en

Plus en détail

prévention collective santé travail 2015-2016

prévention collective santé travail 2015-2016 cedest Conseier Humain, prévenir pour demain Conseier Humain, prévenir pour demain prévention coective santé travai 2015-2016 évauation - consei - sensibiisation - formation Évaue Évaue Conseie Sensibiise

Plus en détail

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles I Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles 1 Sommaire Avant-propos 1. Méthodologie 2. Universités 2.1 Recettes 2.2

Plus en détail

UNICEF/92-5221/Toutounji

UNICEF/92-5221/Toutounji UNICEF/92-5221/Toutounji Pourquoi i est important de communiquer et d utiiser es informations sur L aaitement materne Un bébé nourri au sein est moins souvent maade et mieux nourri qu un bébé à qui on

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d obigations à court terme Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

les modalités pratiques d'information du public en cas d'épisode de d pollution atmosphérique

les modalités pratiques d'information du public en cas d'épisode de d pollution atmosphérique page 1/9 es modaités pratiques d'information du pubic en cas d'épisode de poution atmosphérique janvier 2012 Les épisodes de pics de poution de air nécessitent une diffusion rapide et arge d informations

Plus en détail

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012

Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociale. Prof ABDELKADER SALMI 2012 Master Actuariat-Finance Master Actuariat-Prévoyance Sociae Prof ABDELKADER SALMI 2012 Actuaire L étymoogie du mot "actuaire" est atine (comptabe, rédacteur des ivres de comptes acta), ce terme n'apparaît

Plus en détail

Lexmark OfficeEdge Multifonctions Couleur Professionnels. Automatic. Recto-verso. 2-Sided. automatique. Optional supplémentaire en option

Lexmark OfficeEdge Multifonctions Couleur Professionnels. Automatic. Recto-verso. 2-Sided. automatique. Optional supplémentaire en option Lexmark OfficeEdge Mutifonctions Coueur Professionnes L impression professionnee nouvee génération. La gamme OfficeEdge comprend une nouvee catégorie de mutifonctions conçus avec des composants de quaité

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté

Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté FILIALES DE GROUPE Les filiales de groupe, source de développement économique pour la Bourgogne Franche-Comté KPMG Edito KPMG réalise régulièrement des études sur le tissu économique régional, dans le

Plus en détail

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV Edmond de Rothschid Rea Estate SICAV Assembée Générae Extraordinaire 27 février 2014 www.edr-reaestatesicav.ch Ordre du jour de Assembée générae extraordinaire 1. Approbation du regroupement des compartiments

Plus en détail