PLAN DIRECTEUR COMMUNAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN DIRECTEUR COMMUNAL"

Transcription

1 APPROUVE PAR LA MUNICIPALITE LE 6 novembre 2000 LA SYNDIC : LE SECRETAIRE : MIS EN CONSULTATION PUBLIQUE DU 1 novembre 2000 AU 30 novembre 2000 LA SYNDIC : LE SECRETAIRE : ADOPTE PAR LE CONSEIL COMMUNAL LE 6 avril 2001 LE PRESIDENT : LE SECRETAIRE : COMMUNE DE LA SARRAZ PLAN DIRECTEUR COMMUNAL APPROUVE PAR LE CONSEIL D'ETAT DU CANTON DE VAUD LAUSANNE, LE L'ATTESTE, LE CHANCELIER : OCTOBRE 2000 FISCHER & MONTAVON Arch.-urbanistes SA

2 COMMUNE DE LA SARRAZ PLAN DIRECTEUR COMMUNAL Table des Matières Préambule...3 Développement...5 Situation géographique...7 Démographie...8 Emploi et population active...10 Situation cantonale et régional...12 Synthèse...13 Sites et paysages...15 Objets naturels, inventaires et contraintes...17 Aire rurale...19 Aire urbanisée...23 Urbanisation...25 Habitation...27 Activités...30 Espaces publics...33 Tourisme et équipements...35 Déplacements...37 Trafic routier...39 Cycles, piétons et transports collectifs...43 Objectifs sectoriels...47 Venoge...51 La Prairie...54 En Trambounaz...56 Côtes du Mormont...58 En Tredaine...60 Annexes...63 Plan des zones, 1983 Localisation des plans spéciaux (PQ, PEP) Transferts zone à bâtir / zone agricole Plan cantonal des chemins de randonnée pédestre, 1999 Inventaire des biotopes du canton de Vaud, 1987 Vue aérienne, 1991 Vue oblique, 1991 Carte topographique, 1892 Carte topographique 1999 Plan de ville avec nom des rues Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 1

3 Préambule En automne 1998, la Municipalité de La Sarraz a pris la décision de faire établir un plan directeur communal pour coordonner le développement futur de la commune. En novembre, elle attribuait à ce propos un mandat aux auteurs de l'étude. L'objectif défini par la Municipalité pour ce travail est d'établir un concept de développement général qui se limite aux grandes options d'aménagement de la commune. La commune dispose d'un plan général d'affectation légalisé en 1983 et d'un règlement révisé en En 1981, la Municipalité a adopté un plan directeur d'affectation des zones intermédiaires. Ce dernier document se limite à préciser les intentions d'affectation future des différentes zones intermédiaires de la commune et ne représente donc pas une réflexion directrice générale. Au début des années 1990, la Municipalité a mandaté le bureau Transitec pour examiner la problématique des circulations à travers la localité. Il en est ressorti un document de décembre 1992 "Etude de stationnement au centre-ville" et un rapport d'août 1993 "Etude succincte des circulations". Plus récemment, une commission "Développement", émanant du législatif communal, s'est penchée sur le devenir de la commune et a transcrit les conclusions de ses réflexions dans un rapport de novembre L'étude s'est donc appuyée sur ces divers documents ainsi que sur l'observation des lieux et l'analyse de la situation existante. Des échanges réguliers ont été entretenus avec la Municipalité. La coordination avec la commune d'eclépens a fait l'objet d'entretiens entre les urbanistes mandatés et les autorités exécutives. Les objectifs qui engagent les deux collectivités ont été acceptés par les Municipalités respectives. La coordination avec les objectifs du plan directeur régional, en cours de légalisation, a été assurée. La coordination et la consultation des différents partenaires s'est déroulée comme suit : Un premier dossier intitulé "Esquisse préliminaire" a été déposé en mars 1999 et a servi de base à la réflexion. Il a été présenté aux représentants du SAT ainsi qu'à la commission "Développement" qui en a approuvé le contenu. Le dossier a été soumis pour examen préalable par les services de l'etat du 7 octobre 1999 au 14 février Une séance de présentation aux différents représentants des services cantonaux a été préalablement organisée à La Sarraz en date du 30 septembre Les remarques émises par les services ont été prises en considération et ont entraîné diverses corrections sans modifier les intentions générales de la planification. Certains points de l'étude ont fait l'objet de discussions avec des propriétaires fonciers. Plus spécifiquement, les propriétaires concernés par le plan sectoriel de Trambounaz ont été invités à une séance d'information particulière en date du 4 avril 2000 et ont pu faire part de leurs commentaires dans les quinze jours qui suivirent. Seules quelques remarques de détail ont été enregistrées, ne remettant pas en question les orientations directrices. Lors de la mise en consultation publique, huit personnes ont formulé des questions ou observations. La majorité n'ont suscité que des explications. Trois petites modifications ont été apportées au dossier : mise à jour de la note d'inventaire d'un immeuble, mise en évidence de l'interface de transport à la gare et explicitation des seuils urbains aux entrées est de la localité. Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 3

4 DEVELOPPEMENT Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 5

5 Situation géographique Superficie : 758 ha Altitude : 485 m. La commune de La Sarraz se trouve au passage du Mormont, entre la vallée de la Venoge descendant vers le Léman et la plaine de l'orbe. Sa situation stratégique sur un important défilé contrôlant les mouvements entre la France et l'italie a suscité dès le XIe siècle la construction d'une fortification. Son développement donnera naissance au bourg et au château qui caractérisent fortement l'identité et la silhouette actuelle de la ville. Le passage du Bourg de Jougne reste encore aujourd'hui un point déterminant sur la route Lausanne Vallorbe et du franchissement du Mormont. Le territoire communal, rayonnant en trois branches inégales, est fortement marqué par des mouvements changeants de la topographie. On distingue en particulier : Le site urbanisé de la localité, au centre, partagé entre la vieille ville sur la colline fermant la petite plaine de Pré Moré et les coteaux ouest cernés de forêt. Le massif du Mormont, à l'est. Les forêts comprises entre les vallées de la Venoge et du Nozon, à l'ouest. Les vallons cultivés au sud, constituant le versant droit de la vallée de la Venoge. Les sites sont ainsi très variés et soumis à de fortes contraintes (topographie, forêts, milieux naturels, etc.). Les territoires effectivement adaptés aux activités humaines courantes se trouvent confinés au centre et dans la partie sud de la commune. Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 7

6 Démographie Actuellement, la commune compte un peu plus de 1'600 habitants. Après une période de croissance relativement continue depuis le début du siècle, on a observé une forte croissance durant les années '80 et jusqu'en 1994, pour dépasser 1'700 habitants à fin La population a ensuite diminué durant deux années pour remonter ensuite légèrement en Cette inversion de tendance est difficile à expliquer sur le plan local. En 1997, la baisse de 43 habitants est due aux mouvements migratoires, sans que cela puisse s'attribuer à des départs d'étrangers. On peut supposer qu'une partie de ce déficit correspond à une inadéquation entre l'offre et la demande en matière de logement. En effet, sur la même période, plusieurs communes environnantes ont connu un essor important (Cossonay + 32%, Eclépens + 10%, Orny + 5%, Pompaples +3%). La volonté communale et régionale étant d'encourager le développement démographique de La Sarraz, nous n'avons pas considéré cette baisse de population comme une tendance structurelle mais plutôt comme un accident à corriger par des mesures d'aménagement encourageant l'accueil de nouveaux résidents. Sur le plan quantitatif, les calculs de projection démographiques ont été établis conjointement pour les trois communes de La Sarraz, Eclépens et Pompaples. Ils aboutissent à planifier le développement local sur la base d'une croissance globale d'environ 900 à 1000 habitants en 15 ans, qui peut être répartie comme suit : La Sarraz Eclépens Pompaples à 550 habitants à 280 habitants à 240 habitants Cette estimation est supérieure à l'application des projections élaborées par le SCRIS pour l'ensemble du district sur la base des chiffres de fin Elle prend en compte de manière plus spécifique : la forte croissance locale à la fin des années 80 par rapport à celle du district qui confirme l'attractivité du site et de la localité ; une nette accalmie actuelle dans le développement (possibilités de bâtir moins attractives), qui devrait se prolonger à court terme mais s'atténuer dans les cinq prochaines années par les mesures d'aménagement prévues ; un potentiel de dynamisation constitué par l'implantation de Colis 2000 à proximité et par les possibilités de développement de l'emploi à Eclépens ; ces effets ne se feront que peu sentir dans l'immédiat et ont été considérés plutôt sur une échéance de 10 à 15 ans. 8 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

7 LA SARRAZ ECLEPENS POMPAPLES COSSONAY CANTON ANNEE commune commune commune district VAUD Pop. Var./an % Pop. Var./an % Pop. Var./an % Pop. Var./an % Pop. Var./an % Recensements fédéraux ' ' ' ' ' ' ' ' Statistique communale au (dès 1984 seul. CH + permis B+C) ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' ' PROJECTIONS DEMOGRAPHIQUES (estimations par commune) ' ' ' ' ' ' ' ' Var./15 ans PERSPECTIVES DEMOGRAPHIQUES (base projection régionale SCRIS 2000) ' ' ' ' ' ' Var./20 ans '500 2'000 Population 1'500 1' La Sarraz Eclépens Pompaples Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 9

8 Emploi et population active Le profil de la population active s est considérablement modifié de 1970 à Le tertiaire a pris une part beaucoup plus importante et constitue en 1990 l'activité des deux tiers des résidents de la commune. Les secteurs primaire et secondaire connaissent tous deux une forte baisse. Ce dernier bénéficie toutefois de bonnes perspectives d'essor sur la commune voisine d'eclépens, où se situe le site principal du pôle de développement économique local. Population active 1970 Population active % 3% 35% 58% Primaire Secondaire Tertiaire 65% 32% Les emplois ont connu un développement à peu près similaire, bien que le tertiaire occupe une part prépondérante du marché du travail local depuis plus longtemps. Emplois 1985 Emplois 1995 Secondaire % % Tertiaire % % Total La commission "Développement" a fait une analyse des emplois en 1997 et met en évidence la forte prédominance de l'artisanat et du commerce par rapport à l'industrie. La seule entreprise de type industriel de La Sarraz est la blanchisserie Valdau qui occupe plus de 100 personnes (recensée ci-dessus dans le secteur tertiaire). 30% des emplois (généralement peu qualifiés) sont occupés par des étrangers, ce qui correspond au taux de population étrangère dans la commune. Analyse intercommunale L'analyse de l'emploi et des mouvements pendulaires n'a pas vraiment de sens à l'échelle communale dans le cas de La Sarraz. En effet, de par la localisation de grands employeurs dans des communes voisines proportionnellement peu peuplées (hôpital de St Loup à Pompaples et industries situées sur la commune d'eclépens), il est important de considérer la situation sur l'ensemble de ces trois communes. Les mouvements pendulaires ont connu une très forte poussée ces dernières années, en doublant presque entre 1980 et On peut remarquer en particulier que : L'augmentation de la population active correspond pratiquement à celle des mouvements pendulaires. On peut en déduire que les nouveaux arrivants sont essentiellement des gens travaillant hors du périmètre local. L'augmentation des emplois, supérieure à celle de la population active, améliore le solde migratoire mais ne contient pas la croissance de la mobilité. 10 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

9 Emplois du Population Population active secondaire et tertiaire La Sarraz Eclépens Pompaples Total Variation Mouvements pendulaires : 1980 Pompaples Eclépens La Sarraz Solde migratoire : 6 Mouvements pendulaires : 1990 Pompaples Eclépens La Sarraz Solde migratoire : 33 Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 11

10 Situation cantonale et régionale Le plan directeur cantonal La Sarraz figure comme centre local dans le plan directeur cantonal de 1986, où sa spécificité comme pôle de services est reconnue. Ce statut implique une fonction de relais aux centres régionaux voisins, notamment Cossonay et Orbe. La présence de l'hôpital de St. Loup, bien que situé sur la commune voisine de Pompaples, contribue à affirmer l'importance de la localité dans la région. Ce rôle est confirmé par le schéma de développement et d'aménagement cantonal de Le plan directeur régional Ce dossier est déjà fort avancé et se trouve en phase de consultation auprès des communes et des services de l'etat. Il confirme pour la commune le statut de centre régional secondaire, soit un appui au centre de Cossonay pour le nord du district. Il préconise par ailleurs les objectifs généraux suivants pour le développement de La Sarraz : La Sarraz constitue le deuxième centre régional et offre une palette de services utiles au nord du district. De par sa vocation historique et les diverses contraintes de site et d'accessibilité, elle se prête davantage au développement résidentiel qu'artisanal ou industriel. Un équilibre doit être recherché entre les possibilités de croissance des différents modes d'habitat. On veillera toutefois à assurer une certaine économie du sol dans les quartiers de faible densité et on s'efforcera d'utiliser de manière judicieuse les secteurs les plus proches du centre et de la gare. En matière d'aménagement, on peut également mentionner la nécessité de préserver l'espace agricole de la plaine et le coteau du Mormont qui sépare les localités de La Sarraz et d'eclépens. A ce titre, le front sud-est de La Sarraz mérite d'être progressivement restructuré pour lui donner un caractère plus harmonieux. En complément à la vocation résidentielle et tertiaire de La Sarraz, la commune voisine d'eclépens offre d'importantes possibilités de développement d'activités du secteur secondaire. L'habitat doit pouvoir toutefois y conserver une possibilité de développement proportionnée à la taille de la localité. On veillera alors à favoriser par ce biais le renforcement de la structure villageoise et la qualité des espaces publics. Objectif 2.7 Maintenir à La Sarraz son statut de centre régional secondaire et en coordonner le développement avec celui des communes d'eclépens et de Pompaples. Mesure, principe directeur Renforcer l'offre en services ainsi que l'attractivité du bourg de La Sarraz en matière touristique et commerciale De manière complémentaire, réserver plutôt à la Sarraz le développement de quartiers d'habitation différenciés (habitat collectif à villas) et d'emplois dans le tertiaire ; attribuer plutôt à Eclépens une vocation d'habitat villageois et la création d'emplois dans le secondaire. Ces objectifs peuvent être suivis par les trois communes car ils répondent à des intérêts complémentaires et préservent des possibilités d'évolution équilibrées à l'échelle communale. Ils correspondent par ailleurs à l'analyse faite par la commission "Développement" de La Sarraz (rapport du ). 12 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

11 Synthèse De manière générale, on peut conclure que le développement communal doit s'appuyer sur l'objectif général suivant : Objectif 1 Maintenir à La Sarraz son statut de centre régional secondaire et en coordonner le développement avec celui des communes d'eclépens et de Pompaples. De manière complémentaire, réserver plutôt à la Sarraz le développement de quartiers d'habitation différenciés (habitat collectif à villas) et d'emplois dans le tertiaire ; attribuer plutôt à Eclépens une vocation d'habitat villageois et la création d'emplois dans le secondaire. La Sarraz a par ailleurs une fonction importante dans l'essor du tourisme régional et ce rôle doit être soutenu activement. Principe d'aménagement : 1.a Assurer des réserves suffisantes pour un développement de types d'habitat différenciés (contexte, densité, typologies) afin de favoriser le développement démographique communal et maintenir un environnement et des équipements qui offrent une grande qualité de vie. L'essor démographique est nécessaire pour assurer le rôle de centre régional secondaire. Pour permettre ce développement, le maintien de la qualité de vie et une offre suffisamment diversifiée en types d'habitat sont indispensables. On se reportera au chapitre Habitat pour le détail. Adapter le RPE et légaliser des zones en suffisance en vue d'offrir des possibilités différentes d'habitat. Préserver une part significative d'habitation en vieille ville, adapter la réglementation si cela s'avérait nécessaire. Affecter progressivement et par étapes de nouveaux secteurs pour de l'habitation de faible et moyenne densité. Légaliser à court terme un PQ pour la partie est. Renforcer la densité dans les secteurs proches du centre en légiférant par plans spéciaux adaptés aux spécificités des différentes situations. Principe d'aménagement : 1.b Offrir des emplois en suffisance et développer en priorité le secteur tertiaire. Assurer par ce biais une offre équilibrée et attrayante de services d'usage quotidien ou hebdomadaire ainsi que dans le domaine touristique. L'équilibre entre population et emploi sera recherché sur le plan intercommunal en prenant en compte notamment les postes des zones d'activité d'eclépens et de Daillens, ainsi que de l'hôpital de St. Loup. Le développement du tertiaire se justifie pour favoriser une offre étoffée de services à la population des communes environnantes et renforcer le rôle de centre régional secondaire. Par ailleurs, cette priorité permet une bonne complémentarité avec le potentiel de développement des communes voisines dans d'autres secteurs. Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 13

12 Permettre le développement d'activités de service dans la vieille ville et ses environs. Y adapter l'aménagement de l'espace public pour en renforcer l'attractivité. Favoriser une extension modérée d'activités tertiaires à proximité de la Coop en coordination avec la planification du secteur de Trambounaz. Favoriser de manière générale la mixité entre artisanat et tertiaire dans les zones d'activité, dans la mesure ou elle ne pénalise pas l'attractivité du centre ville. Agir pour le maintien et le développement des services publics dans la commune et à St. Loup. Principe d'aménagement : 1.c Permettre le développement d'activités artisanales répondant aux besoins locaux. La commune doit pouvoir offrir des possibilités de développement pour les entreprises existantes ainsi que pour les jeunes entrepreneurs locaux. Il convient à cet effet de disposer de zones adaptées. Adapter la réglementation des zones industrielles aux prescriptions du PAC Venoge en les qualifiant plutôt de zone artisanale et en veillant à tirer le meilleur parti des infrastructures et constructions en place. Réserver en priorité les terrains communaux en zone artisanale pour le développement des PME locales. Réserver en Tredaines des possibilités d'extension pour des activités horticoles ou arboricoles. Maintenir des possibilités de mixité habitat / services / artisanat dans les quartiers de moyenne densité, en particulier à proximité des principales voies de circulation. Par ailleurs, le tourisme s'impose comme une branche de développement complémentaire importante, tant pour la commune que pour la région et ses environs. Le rôle stratégique de La Sarraz dans ce domaine, composante du concept des "Trois vallons" signalé depuis l'autoroute, est reconnu par le plan directeur régional. Principe d'aménagement 1.d Renforcer l'attractivité touristique de La Sarraz en améliorant la qualité et l'accessibilité des principaux sites ainsi qu'en assurant des infrastructures d'accueil adaptées. Améliorer les espaces publics de la vieille ville ainsi que sa perception dans le paysage depuis l'est. Assurer au château des possibilités d'évolution adaptées à sa fonction de pôle touristique principal de la région. Maintenir un dispositif d'accueil et d'information intégré à la structure régionale de promotion touristique. Développer la qualité et la diversité des parcours permettant de découvrir les sites naturels d'intérêt tout en assurant la préservation de ceux-ci. 14 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

13 SITES & PAYSAGES Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 15

14 Objets naturels, inventaires et contraintes Les bois du nord-ouest de la commune, entre le Nozon et la Venoge, sont soumis à de multiples dispositions de protection ou d'inventaire : Inventaire fédéral des paysages (IFP), objet Inventaire CPN (Objet 1.46 : Pied du Jura proche de La Sarraz) Inventaire cantonal de monuments et des sites (IMNS, objet 92) Plan directeur cantonal 1982 fiche Site & contraintes naturelles. L'ensemble du secteur, y compris le vallon au nord du château de La Sarraz, à l'ouest de la voie ferrée, figure comme site naturel et paysage à protéger. Réserve de faune cantonale (objet 47 : réserve de Moiry Croy). Réserve naturelle du vallon d'engens (objet 6101). Le massif du Mormont est également sujet à diverses mesures de protection. Hormis celles qui ont été reportées formellement sur le plan du PAC Mormont, actuellement en phase de légalisation, on peut citer : Inventaire fédéral des paysages (IFP, objet 1023). Inventaire CPN (Objet 1.47 : Le Mormont). Inventaire cantonal de monuments et des sites (IMNS, objet 95). Plan directeur cantonal 1982 fiche Site & contraintes naturelles. L'ensemble du secteur y figure comme site naturel et paysage à protéger. Les vallées de la Venoge et du Veyron ont fait l'objet d'un plan de protection spécifique, le PAC Venoge, actuellement en phase de traitement de nombreux recours. Ce plan distingue trois périmètres cours d'eau, vallée et bassin qui correspondent à des mesures spécifiques notamment en matière d'assainissement du cours d'eau, d'aménagement des berges, de limitation des constructions et des cultures à proximité du cours d'eau, de création de parcours pédestres et de traitement paysager des coteaux du bassin versant. Aux dispositions de ce plan se superposent les mesures de protection suivantes : Plan directeur cantonal 1982 fiche Site & contraintes naturelles. La grande partie des abords des deux cours d'eau y figure comme site naturel et paysage à protéger. IMNS (objets 88, 93, 94 et 133) : les cours de la Venoge et du Veyron, ainsi que deux périmètres élargis vers la Tine de Conflens. Prairies maigres et autres petits objets : Diverses prairies (objets 281, 282, 285 à 288, 290, 625 à 628, 648 et 649), répertoriés par le Centre de conservation de la nature, sont principalement regroupées sur le Mormont et dans les bois, en Châtillon. Citons encore deux grottes vers le Moulin, ainsi que le bloc erratique des Buis, classé. L'inventaire des biotopes du canton de Vaud (1987) recense les divers éléments naturels enrichissant la biodiversité des milieux. Hormis les massifs forestiers et les objets inclus dans les périmètres déjà commentés ci-dessus, on peut citer plus particulièrement : En vieille ville : parc du château, vignes et jardins (objet 10). En localité : haies diversifiées en Maillefer, à la Prairie et au Freydon, ainsi que le fossé arborisé à la Foule (objets 6, 7, 16 et 17). Dans le vallon sous le Château : roselière, canaux et ru, talus CFF (objets 8 et 9). Au sud de la commune : les haies et bosquets du paysage agricole, les ruisseaux et le cours arborisé du Valangon (objets 21 à 28). Plan de classement des arbres (1975) : Ce document n'est plus vraiment d'actualité et mériterait d'être réactualisé. Il pourrait à cette occasion être également revu dans une conception plus dynamique en incluant les objectifs paysagers communaux. Son domaine devrait également comprendre les arbres fruitiers, notamment les spécimens haute tige. Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 17

15 Inventaire cantonal des sites archéologiques. On recense quatre périmètres sur le territoire communal (régions 301 à 307) : En Châtillon et aux Aleveys (bois du nord-ouest), à la Tine de Conflens, en Haut Cul et sur l'ensemble de la vieille ville. Protection des eaux : On recense trois secteurs S, situés aux limites de la commune, dont celui de Pré Moré qui est considéré comme "S2" tant qu'il ne fait pas l'objet de captage. La majorité du territoire communal est en secteur A. L'essentiel de la localité, le Mormont et quelques zones isolées sont en secteur B. Au sud-est de la commune on trouve l'amorce d'un vaste secteur C. Instabilité des terrains : la carte d'alerte cantonale répertorie deux zones potentiellement dangereuses, soit la rive droite du Veyron et le vallon du Nozon en amont de St Loup. Il s'agit toutefois de secteurs peu sujets à interventions ou constructions. Surfaces d'assolement : Le haut du Mormont ainsi que la quasi-totalité des terrains en zone agricole sont compris dans les surfaces d'assolement. On peut relever le cas des terrains situés près du Moulin où l'ensemble du périmètre est considéré comme surface d'assolement alors qu'il comprend le coteau escarpé de la route cantonale, la voie ferrée, la phragmitaie et la pisciculture. Carrières et gravières. Plusieurs sites sont répertoriés dans le plan directeur des carrières (PDCAR 1991 et PDCAR II 1997) : Carrière des Buis (1222/103) en exploitation, avec extensions futures sur la commune de Ferreyres. Carrière du Mormont (1222/104), périmètres d'extension définis par le PAC Mormont. Le secteur en exploitation est situé sur la commune d'eclépens. Gravière de Calambert (1222/012), site potentiel en priorité 2. Ligne à haute tension. Une ligne aérienne HT 125 kv traverse le territoire communal dans le sens nord-sud, longeant la localité à l'ouest (quartier de la Bruyère, sur Ferreyres). Milieux construits : Le recensement fédéral des sites construits (ISOS) relève la présence de La Sarraz sur la liste de la Ligue suisse de sauvegarde du patrimoine nationale (cat. B) ainsi que plusieurs monuments ou ensembles recensés d'importance nationale (château et chapelle Jaquemart) ou cantonale (noyau de l'ancienne ville et immeubles en vieille ville). Cet inventaire met en évidence la valeur patrimoniale et paysagère de la vieille ville. Il émet plusieurs commentaires et recommandations utiles qui pourraient guider l'appréciation de projets dans ou proches des anciens noyaux construits. Le recensement architectural du canton de Vaud révèle de nombreux immeubles d'intérêt sur le territoire communal. Les bâtiments notés en classe 1 à 4 sont figurés pour mémoire et attention sur la planche traitant de l'aire urbanisée. Commentaire La carte de synthèse ci-jointe situe la grande majorité des différentes mesures de contraintes décrites ci-dessus. Sans être exhaustive, elle permet donc de vérifier rapidement si des contraintes peuvent concerner telle ou telle région du territoire communal. Pour ne pas alourdir inutilement ce dossier, nous n'avons pas voulu reporter ici le détail des contraintes propres à chacune des mesures recensées. On se référera donc aux documents originaux - plans et textes (lois, ordonnances, règlements, commentaires, etc.) pour déterminer la portée exacte de chaque mesure concernée. 18 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

16 La Voualève La Venoge La Venoge La Venoge Chevilly Ferreyres Dizy Pompaples Maillefer Mormonnet Les Buis Les Planies Le Criblet La Sarraz Mormont Trambounaz La Prairie Le Record Sous-Ville Les Guébettes En Anneyres La Bruyère La Foule Le Chêne Les Tredaines Les Prés Morés Côte à Moré Le Gravey Pré Neuf Orny Eclépens Villars-Lussery Le Bief En Colombet Le Valangon Le Valangon Les Aleveys Le Nozon Rio de Baivin Châtillon Les Bioles Bois de Fey Calambert Haut Cul Les Dailles Les Pâquis COMMUNE DE LA SARRAZ PLAN DIRECTEUR COMMUNAL OCTOBRE 2000 SITES ET PAYSAGES OBJETS NATURELS ET CONTRAINTES N On se référera aux documents originaux (plans et textes) pour déterminer la portée de chaque mesure. LEGENDE Limite communale IF paysages IMNS Réserve de faune Réserve naturelle IC des sites archéologiques Inventaire des prairies, à titre indicatif Grottes Bloc erratique classé Haies et cordons boisés Vergers et arbres Forêts PAC Venoge: périmètre couloir / vallée PAC Mormont Site de carrière et gravière (PDCAR) Secteurs S de protection des eaux et sources captées Secteurs de glissement: potentiel profond / superficiel Stand de tir Lignes HT 10 Inventaire cantonal des Biotopes Inventaire CPN (Nozon, Mormont) non illustré 1:15'000 FISCHER & MONTAVON Arch.-urbanistes SA Le Nozon Le Veyron

17 Aire rurale Pratiquement toute la partie nord-ouest de la commune étant occupée par des forêts et par les zones à bâtir, les activités agricoles se concentrent sur le paysage vallonné au sud de la commune ainsi que sur le plateau du Mormont. Du fait de la topographie et de la géologie, les bonnes terres ne sont pas très nombreuses. Un juste équilibre entre la préservation des milieux et le maintien de conditions propices à l'économie agricole doit être trouvé. Dans ce sens les objectifs et principes ci-après ne doivent pas être considérés comme des normes restrictives mais plutôt comme des critères à appliquer pour une juste pesée des intérêts. Objectif 2. Permettre l'évolution de l'économie agricole tout en veillant à préserver l'aire rurale pour ses qualités paysagères ainsi que pour sa contribution à la biodiversité. Principe d'aménagement : 2.a Favoriser prioritairement à proximité des ensembles déjà construits le développement de constructions et d'activités en lien avec l'économie agricole. Les regroupements du Bois de Fey et de Colombet se prêtent plus particulièrement à assumer une évolution du monde agricole. Afin de préserver la qualité et la souplesse d'exploitation de l'aire rurale, on y évitera une dispersion des constructions. Leur regroupement permet par ailleurs une meilleure utilisation des équipements, facilite leur possibilité de reconversion et favorise l'expression de vie sociale. Lors du choix d'implantation pour des nouvelles constructions en zone agricole, on recherchera en priorité des solutions à proximité des constructions existantes. En fonction de besoins spécifiques, envisager la création d'une réglementation particulière au Bois de Fey ou au Colombet afin de répondre à des exigences nouvelles en matière d'exploitation agricole. On veillera alors, notamment pour le secteur du Bois de Fey, à prendre des mesures complémentaires pour en préserver les qualités architecturales et urbanistiques. On y donnera par exemple la préférence à l'utilisation du bois sur celle du métal pour les revêtements ou on veillera à éviter l'expression de type villa pour les constructions unifamiliales ainsi que la plantation d'essences exotiques ou de conifères voyants. Principe d'aménagement : 2.b Préserver en priorité les espaces ruraux dégagés en y limitant l'impact des constructions et des aménagements. Les sites les plus sensibles ne sont pas interdits à la construction mais ne seront utilisés à cette fin que si des éléments déterminants y conduisent. On prendra alors un soin particulier d'intégration paysagère. Si des solutions d'implantation pour de nouvelles constructions nécessaires ne sont pas trouvées à proximité des ensembles bâtis, on veillera à éviter les espaces ruraux dégagés à préserver. Si une implantation dans Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 19

18 Principe d'aménagement : ces espaces s'avère toutefois indispensable, on choisira un emplacement moins dommageable pour le paysage (en périphérie ou en se raccrochant à un élément structurant tel qu'un talus ou une haie) et on prendra des mesures compensatoires si nécessaire (adaptation de la volumétrie, des couleurs et du matériau, modification de la topographie, arborisation complémentaire, etc.). Dans les secteurs à proximité du bois de Fey ou de Colombet, on évitera en principe toute construction isolée. Le secteur des côtes du Mormont est voué dans sa partie inférieure à l'exploitation viticole. On s'y limitera à de petites constructions (capites de vigne) que l'on intégrera à la structure des murs. Dans le secteur de Pré Moré, on regroupera les constructions autour du bâti existant tout en ménageant des percées visuelles sur le coteau longeant la rc 305b. La plaine et les bords de la Venoge resteront libres de construction. Le coteau sud de la Venoge, compris entre les routes de Cossonay et de Villars-Lussery, est fortement visible tant depuis les localités que depuis les voies de circulation principales. Sa qualité et sa fonction paysagère sont reconnues par le PAC Venoge. Les constructions importantes doivent être évitées sur ce coteau ou tout au moins être localisée en marge en les rattachant à des éléments structurants du paysage. 2.c Permettre dans le secteur des Pâquis le développement d'activités de loisirs à connotation rurale telles qu'équitation ou golf et ménageant une reconversion ultérieure à l'agriculture. Ce secteur est déjà en partie utilisé à cette fin et le site, bien délimité, convient à un usage particulier. Ces activités de sport et loisirs peuvent constituer un complément économiquement intéressant à l'exploitation agricole. Légaliser ces affectations par plan spécial, en fonction des intentions des propriétaires et des besoins régionaux. Les remarques émises par les services de l'etat lors de l'examen préalable d'un dossier à ce sujet en 1997 seront à prendre en compte (notamment en matière de densité, de délimitation de l'aire forestière avec nouvelle arborisation, de préservation de l'arborisation existante, de conditions en matière d'équipement et d'eau d'arrosage ainsi que de la nécessité d'une convention garantissant la réversibilité de terrains à l'agriculture). Par ailleurs, un effort particulier sera porté sur l'insertion paysagère des aménagements. Objectif 3 Veiller à accompagner l'évolution de l'aire rurale par un renforcement progressif de ses qualités paysagères et environnementales Sans traduire une politique résolument volontariste, cet objectif vise à saisir les opportunités liées à des travaux ou aménagements dans l'aire rurale pour améliorer la qualité de celle-ci. On veillera bien entendu à limiter les charges économiques qui pourraient en découler, notamment en considérant la proportionnalité avec les capacités financières des exploitations agricoles. 20 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

19 Principe d'aménagement : 3.a Maintenir la diversité des milieux naturels et renforcer la structure paysagère par des plantations et aménagements proches de l'état naturel. On cherchera en priorité à préserver les sites complexes (Les Dailles et cours du Valangon) et à structurer le coteau en rive droite de la Venoge. Ce principe rejoint les mesures paysagères que le PAC Venoge préconise pour ce dernier secteur. On utilisera à cette fin des aménagements tels que haies mélangées ou talus en jachère, par exemple. Coordonner les mesures de compensation écologique liées à la politique de subventionnement de l'agriculture. Mettre éventuellement en place, sur le plan régional ou intercommunal, un organe consultatif à cette fin. Evaluer les possibilités d'améliorer les milieux et le paysage lors de la délivrance d'autorisation de construire pour des bâtiments ou des aménagements. Principe d'aménagement : 3.b Créer des espaces plantés articulant les ensembles construits et les espaces ouverts. On pourra recourir à cette fin à des plantations telles que haies, vergers, allées ou arbres feuillus majeurs. Outre leur fonction paysagère importante, elles offrent également un meilleur confort climatique et une plus grande diversité de milieux pour le développement des espèces. dito principe 3.a Principe d'aménagement : 3.c Gérer de manière extensive et conservatoire les milieux naturels de valeur et les espaces agricoles marginaux On cherchera à poursuivre la gestion des milieux rares et marginaux, forestiers ou agricoles, en maintenant l'exploitation des produits du sol (bois, fourrage), en conservant les modes de culture qui ont façonné le paysage (maintien du taillis en forêt) et en extensifiant certaines interventions en zone agricole (constitution de prairies extensives et de bandes herbeuses avec fauche tardive le long des lisières, etc.). Cela concerne les milieux forestiers ou agricoles (en particulier des prairies sèches et des lieux humides) de très haute valeur naturelle dont plusieurs sont rares à l'échelle de la Suisse. Ils sont soit séchards sur le Mormont et les collines des contreforts du Jura (Réserve et Plateau des Buis, Maillefer) soit plus humides le long des cordons boisés des cours d'eau (La Foule, le Bief "Le Bey", la Venoge, le Valangon, le Pontet, ancien lit du Veyron vers Les Creux)." Appliquer ces principes dans la gestion des terrains propriétés de la commune et de l'etat. Veiller à encourager cette pratique lors de contacts avec les privés (propriétaires et exploitants), tant par les représentants des services de l'etat que par ceux de la Municipalité ou des services communaux. Prendre en compte ce principe dans le cadre de mesures de planification touchant des secteurs concernés. Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 21

20 Objectif 4 Coordonner les réflexions et mesures d'aménagement avec les communes voisines dans les territoires limitrophes. Un certain nombre de secteurs constituent des espaces charnière entre plusieurs communes. Leur aménagement nécessite une bonne coordination entre les diverses municipalités, tant sur le plan des objectifs qu'au niveau des mesures prises sur place. On peut citer notamment : Au Moulin : coordination avec Pompaples pour les aménagements liés aux constructions, les passages de faune, parcours piétonniers, etc. Aux Prés Morés : coordination avec Eclépens pour le traitement paysager de la plaine, du talus bordant la route cantonale et des bords de la Venoge, pour les parcours cyclables et piétonniers ainsi que la gestion du trafic automobile à travers la zone agricole. Aux environs des Dailles : coordination avec Dizy pour la gestion de l'aire rurale. Aux Pâquis : coordination avec Lussery-Villars pour les aménagements liés aux activités de sport et de détente pouvant s'y développer. Lors de rencontres occasionnelles ou régulières avec les communes voisines, évoquer les projets ou modifications qui concernent les secteurs limitrophes. Prendre contact avec les communes voisines lors de la planification d'aménagements pouvant avoir une incidence sur le territoire de celles-ci. Inviter ces communes à procéder de même. 22 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

21 La Venoge La Venoge La Venoge Chevilly Ferreyres Dizy Pompaples Maillefer Mormonnet Les Planies La Sarraz Les Buis Le Criblet Trambounaz La Prairie Sous-Ville Les Guébettes Le Record La Bruyère Les Tredaines Le Chêne En Anneyres La Foule Les Prés Morés Côte à Moré Le Gravey Pré Neuf Mormont Orny Eclépens Villars-Lussery Le Bief En Colombet Le Valangon Le Nozon Châtillon Les Bioles Les Aleveys Bois de Fey Calambert Haut Cul Les Dailles Les Pâquis COMMUNE DE LA SARRAZ PLAN DIRECTEUR COMMUNAL OCTOBRE 2000 SITES ET PAYSAGES AIRE RURALE N LEGENDE Limite communale Espaces ruraux dégagés à préserver Zones vertes de sport et loisirs Espaces de transition localité / milieux naturels ou agricoles Espaces de verdure urbains à préserver ou renforcer Forêts Haies / cordons boisés Arbres / vergers Ligne HT Milieux bâtis existants Extentions futures de la localité Regroupement du bâti en aire rurale Silhouette de la vieille ville Vues caractéristiques Périmètre vallée PAC Venoge 1:15'000 FISCHER & MONTAVON Arch.-urbanistes SA Le Valangon Le Nozon Le Veyron Rio de Baivin La Voualève

22 Aire urbanisée Objectif 5 Organiser le développement urbain à l'intérieur du site délimité par les forêts et le front est de la vieille ville, en réservant des espaces majeurs de verdure dans le vallon et entre la Prairie et la Venoge et en portant un soin particulier au traitement des franges urbaines au sud et à l'est de la localité. Le site "naturel" de développement de la localité est bien délimité au nord et à l'ouest par les massifs forestiers qui la ceinturent. Bien qu'il reste d'importantes réserves de terrain non bâti à l'intérieur de ce périmètre, il convient d'en faire une utilisation économe afin de préserver le long terme. Le développement de quartier à faible ou moyenne densité doit se faire en augmentant les possibilités de bâtir dans les secteurs proches du centre. Le maintien de poches de verdures significatives en localité et un traitement approprié des franges urbaines doit préserver la qualité de vie pour les résidents. Principe d'aménagement : 5.a Renforcer progressivement le vallon comme espace de verdure et de détente à l'intérieur de la localité. Autrefois quartier "extérieur" à la ville hébergeant deux tanneries, ce vallon est aujourd'hui occupé par une blanchisserie industrielle mais conserve une forte valeur d'espace de détente. Il est toutefois fortement limité dans son accessibilité du fait de la topographie, des activités qui s'y trouvent et de son importance comme lieu de passage pour la petite faune, notamment dans sa partie nord. L'objectif prioritaire communal est de maintenir l'entreprise Valdau qui occupe ce vallon (principal employeur local). Il convient toutefois de limiter les atteintes aux espaces verts et d'améliorer dans la mesure du possible le passage public des piétons. Renforcer son accessibilité par l'amélioration des réseaux piétonniers transversaux dans la partie sud. Chercher, notamment en accord avec les pêcheurs, le Château et la Conservation de la nature, à créer dans le futur un parcours public dans la partie nord reliant la vieille ville et les Moulins de Pompaples. Entretenir le contact avec l'entreprise Valdau pour renforcer la végétation et permettre le passage public des piétons dans la partie centrale, en fonction des opportunités et de l'évolution de l'entreprise. Maintenir dans le vallon une végétation diversifiée et à caractère plutôt sauvage : sous-bois, arbustes et grands arbres. Principe d'aménagement : 5.b Préserver les terrains au sud de la rue de la Bruyère comme espace agricole de dégagement avec des liaisons visuelles et piétonnières vers la Venoge. Permettre de nouvelles constructions autour du bâti existant uniquement. Cet espace constitue une ouverture intéressante de la ville vers la Venoge et le coteau boisé de la rive droite. Son maintien en zone agricole, avec une bande de transition faiblement bâtie et structurée par des arbres et vergers, permet une transition paysagère harmonieuse qui rejoint les objectifs du PAC Venoge. Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 23

23 Traiter en une seule procédure de planification la zone à occuper par plan spécial et la zone intermédiaire de ce secteur. Des possibilités de bâtir limitées seront définies autour des deux noyaux construits, le solde devant avoir une affectation agricole ou de verdure. Des dispositions seront prises pour maintenir les vergers ou assurer une arborisation de transition entre le milieu urbanisé et l'espace rural. Chercher à réaliser progressivement une ou plusieurs liaisons piétonnières entre la rue de la Bruyère et un parcours pédestre sur la rive gauche de la Venoge. Principe d'aménagement : 5.c Aménager le coteau sud-est de la vieille ville en vue de préserver la lecture du centre historique et de créer un front urbain harmonieux pour les vues depuis la plaine, le Mormont et les routes principales. Ce front de localité présente une image très disparate qui s'est dégradée par les constructions et arborisations de ces dernières années. Le plan général d'affectation préserve heureusement les jardins au pied de la vieille ville, assurant une mise en évidence de celle-ci. Toutefois, les importantes masses bâties hétéroclites des divers bâtiments publics et des serres horticoles créent une rupture encore soulignée par des plantations de conifères sans rapport avec le site. Une amélioration de l'ensemble de ce front de ville, carte de visite de la ville visible depuis la route touristique, s'avère indispensable. Préserver une bande de verdure et d'aires arborisées bien perceptibles au pied du centre historique. Définir, pour la dernière parcelle à l'ouest de la zone de villa, des gabarits de transition entre les immeubles collectifs et les villas. Revoir la réglementation du secteur des Tredaines en définissant des secteurs successifs permettant de passer progressivement de la zone urbanisée à l'est (futur quartier des Guébettes) à la zone agricole à l'ouest et en coordonnant une arborisation parallèle aux courbes de niveau afin d'harmoniser et d'unifier l'ensemble du site. Principe d'aménagement : 5.d Limiter la zone à bâtir des côtes du Mormont à la hauteur du cimetière et contrôler l'impact visuel des futures constructions. Une extension des constructions au pied du Mormont n'est pas souhaitable, tant du point de vue de la préservation des sites que de la rationalité économique. Une petite étude de simulation des possibilités de bâtir a démontré que, ajoutées aux nuisances sonores et à la protection des vues depuis le chemin du Mormont, les contraintes d'accès, de topographie et de profondeur de parcelle limitaient très fortement les possibilités de bâtir réalistes. Affecter en zone viticole la parcelle communale actuellement en zone artisanale. Légiférer par plan spécial pour la partie ouest du secteur en autorisant plutôt de l'habitation de faible à moyenne densité dans la partie non bâtie, en préservant la vue depuis le chemin du Mormont et en contrôlant l'impact visuel des constructions et aménagements depuis le sud. 24 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

24 Moulin Bornu Bourg de Jougne. Chemin du Mormont Grand Rue Rue des Terreaux Chemin de Avenue de la Gare Chemin des Vignes Rue la Vignette Route d' Eclépens des Guébettes Résidences Liberty Rue du Château Chemin du Bouriquet Rue de la Tannerie Rue du Chêne Route de la Paix Le Bief Sentier de St. Loup Chemin de Maillefer Chemin des Bourneaux Chemin de la Villette Chemin des Cerisiers Chemin des Planies Chemin du Criblet Route de Ferreyres Chemin du Record Route de la Foule Chemin des Prés-Morés Route de Cossonay Route de Dizy Les Planies Maillefer Le Criblet Mormonnet Route de la Piscine des Bosquets Chemin de l'esterel Route de la Bruyère La Venoge Chemin de la Condémine Chemin du Bois-de-Fey Chemin Les Buis En Anneyres La Prairie La Bruyère La Foule Côte à Moré En Colombet Trambounaz Le Record Le Chêne Le Gravey Sous-Ville Les Tredaines Pré Neuf Les Guébettes Les Prés Morés COMMUNE DE LA SARRAZ PLAN DIRECTEUR COMMUNAL OCTOBRE 2000 SITES ET PAYSAGES SECTEUR LOCALITE N LEGENDE Silhouette de la vieille ville Prolongement de la vieille ville Recensement architectural: note 1 à 3 / note 4 Halles et constructions basses Aire forestière Coteaux caractéristiques Dégagements et espaces de verdure sensibles Verdure et impact à améliorer Aire rurale Arborisation structurante Percées visuelles caractéristiques 1:5'000 FISCHER & MONTAVON Arch.-urbanistes SA

25 URBANISATION Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 25

26 Habitation Les réserves raisonnablement disponibles en zone à bâtir pour les 15 prochaines années apparaissent comme suit : villas groupé collectif Total Villa 18 unités 45 hab. 10 hab. 55 hab. PQ Maillefer 24 unités (70%) 70 hab. 70 hab. Hab. collective 3 unités 55 hab. 55 hab. PQ Guébettes 6'700 m2 (70%) 40 hab. 140 hab. 180 hab. Vieille ville estimation 40 hab. 40 hab. TOTAL 115 hab. 50 hab. 235 hab. 400 hab. Les terrains peu susceptibles d'être disponibles à la construction dans les 15 ans n'ont pas été pris en compte dans ce tableau. Le PQ "Bruyères sur La Tine", dont le propriétaire ne manifeste pas un empressement à l'offrir sur le marché immobilier, n'a pas non plus été considéré dans le calcul. Enfin, les plans de quartiers de Maillefer et des Guébettes doivent se réaliser par étapes. Au vu de l'homogénéité et de la particularité de leur offre, il n'est pas réaliste de considérer qu'ils seront occupés à plus des trois quarts dans les 15 prochaines années, même en cas de promotion active. Ils ont donc été considérés à 70%, bien que les difficultés de promotion rencontrées, pour le quartier des Guébettes notamment, laissent même penser que leur réalisation sera encore plus lente. Des démarches sont d'ailleurs en cours par les promoteurs de ces deux quartiers pour mieux adapter leur réglementation à la demande ainsi qu'aux besoins de la commune. Pour le quartier de Maillefer, il s'agit essentiellement de s'affranchir de conditions très contraignantes sur la forme et la typologie des constructions. Pour les Guébettes, il s'agit de diminuer les surfaces réservées aux activités et de favoriser le logement. Sur le plan quantitatif On observe que la réserve en terrain constructible correspond presque exactement aux perspectives de croissance sur 15 ans évaluée pour la commune, soit 350 à 450 habitants supplémentaires. Toutefois, pour que le marché fonctionne entre l'offre et la demande, il est nécessaire que les terrains disponibles représentent une capacité nettement supérieure à la croissance démographique présumée. Dans de nombreuses communes ce rapport est de un à trois. En effet, bien que les terrains manifestement bloqués à moyen terme aient été écartés du calcul, de nombreuses contraintes limitent l'adéquation au marché des parcelles non bâties (coûts, servitudes, faible diversité des propriétaires, voisinage, attrait, typologies possibles, etc.). Comme énoncé dans le chapitre "Développement", la commune ayant une volonté et une vocation régionale de croissance, il est donc nécessaire de se fixer comme objectif : Objectif 6 Légaliser de nouvelles possibilités de bâtir pour de l'habitat, en cherchant à diversifier l'offre locale dans ce domaine. Sur le plan qualitatif Pour ce qui est de l'habitat collectif ou groupé, les réserves sont essentiellement concentrées sur le quartier des Guébettes. La commune, partiellement propriétaire, tente de trouver des partenaires pour réaliser des premiers immeubles mais les démarches entreprises à ce jour n'ont pas donné de résultat et se montrent guère encourageantes, le coût des équipements dissuadant les investisseurs contactés. Une diversification des possibilités de bâtir dans ce domaine Commune de LA SARRAZ Plan directeur communal 27

27 serait donc souhaitable et il a été jugé préférable à cet effet de densifier les quartiers proches du centre plutôt que de créer de nouvelles extensions de localité. Deux mesures sont envisagées : Principe d'aménagement : 6.a Planifier le développement du quartier de Trambounaz pour de l'habitation de moyenne densité tout en préservant ses qualités paysagères et en favorisant l'essor d'activités tertiaires à proximité du centre commercial existant. Sur la base du schéma directeur sectoriel, modifier la réglementation en vigueur soit par un plan directeur localisé sur l'ensemble du périmètre, soit par plans de quartier successifs. Contacter les propriétaires concernés pour définir la procédure d'aménagement la plus adéquate et assurer la faisabilité des accès et parcours piétonniers par transferts de propriété ou servitudes publiques. On se reportera plus loin au chapitre "Secteurs particuliers" pour plus de détail. Par ailleurs, en matière de densification, on peut également faire référence au principe d'aménagement 4.c qui recommande de densifier la parcelle non bâtie en limite de la zone de villa, contiguë aux immeubles collectifs de la rue de la Paix. Pour ce qui est de l'habitat unifamilial, les réserves sont principalement regroupées en Maillefer et correspondent à une offre bien spécifique (un seul propriétaire architecte-promoteur, villas jumelles à toit plat). La légalisation de nouvelles zones à bâtir pour de l'habitat unifamilial permettrait de compléter l'offre locale dans un créneau qui est actuellement relativement bien portant. Cela permettrait de mieux atteindre les objectifs de développement que se fixe la commune. Un souci d'économie du sol doit toutefois être appliqué à cette démarche, la configuration communale ne se prêtant pas à la promotion de grandes propriétés. Principe d'aménagement : 6.b Légaliser à la construction la partie Est du quartier de la Prairie, principalement pour de l'habitat unifamilial relativement dense, en renforçant la définition des espaces publics. Sur la base du schéma directeur sectoriel, légaliser la partie Est par plan spécial. Coordonner éventuellement cette procédure par une modification simultanée du PGA pour les zones intermédiaires et zones à affecter par plan spécial qui se situent au sud de la rue des Bruyères. Le principe d'aménagement 4.d préconise de transférer la partie ouest de la zone artisanale des côtes du Mormont à l'habitation et constitue également une mesure de diversification. On se reportera plus loin au chapitre "Secteurs particuliers" pour plus de détail. Dans le tableau ci-après, les possibilités de bâtir existantes ainsi que celles à créer à court ou long terme sont répertoriées dans une classification en trois étapes. On observe que les capacités totales permettent d'accueillir jusqu'à 1'100 habitants nouveaux, ce qui permet de d'escompter atteindre les objectifs de croissance avec une offre suffisamment diversifiée. Cette capacité suppose par ailleurs la légalisation des secteurs de Trambounaz-ouest et de Prairieouest, ce qui devra être apprécié en fonction de l'évolution effective du besoin. On a introduit dans ce tableau les surfaces brutes des terrains (y compris les dessertes, espaces publics et de verdure éventuels) ainsi que les densités de référence (CUS) à rechercher lors des phases de planification de détail. Ces données figurent pour information et en chiffres arrondis indicatifs. 28 Plan directeur communal Commune de LA SARRAZ

28

LE RESEAU VERT PAC LA CHAPELLE - LES SCIERS

LE RESEAU VERT PAC LA CHAPELLE - LES SCIERS LE RESEAU VERT PAC LA CHAPELLE - LES SCIERS Plan directeur de quartier n 29298 B Du réseau vert au réseau écologique Le projet de réseau vert du PAC de La Chapelle - Les Sciers repose sur deux approches

Plus en détail

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG

ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS. EP4-SD-LI-02a «AN DER UECHT» PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG SECTION IV - ÉTUDE PRÉPARATOIRE PROJET D AMÉNAGEMENT GÉNÉRAL DE LA COMMUNE DE KÄERJENG ÉTUDE PRÉPARATOIRE - SECTION IV SCHÉMAS DIRECTEURS EP4-SD-LI-02a «AN

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact

Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Demande d examen au cas par cas préalable à la réalisation d une étude d impact Article R. 122-3 du code de l environnement N 14734*02 Ministère chargé de l'environnement Ce formulaire n est pas applicable

Plus en détail

4.6. LES MILIEUX NATURELS ET OBJETS CLASSES DE LA COMMUNE DE BERNEX ETAT DES CONNAISSANCES

4.6. LES MILIEUX NATURELS ET OBJETS CLASSES DE LA COMMUNE DE BERNEX ETAT DES CONNAISSANCES 4.6. LES MILIEUX NATURELS ET OBJETS CLASSES DE LA COMMUNE DE BERNEX ETAT DES CONNAISSANCES 4.6.1 Sources d'information 4.6.2 Généralités 4.6.3 Sites et objets naturels dignes d'intérêt de la commune de

Plus en détail

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005

AVIS. Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Réf. : CWEDD/05/AV.276. Liège, le 14 mars 2005 AVIS Réf. : CWEDD/05/AV.276 Liège, le 14 mars 2005 Objet : Demande de permis de lotir à Franc- Waret (FERNELMONT) Avis du CWEDD portant sur une demande de permis de lotir à Franc-Waret (FERNELMONT) L avis

Plus en détail

Fnasat-Gens du voyage

Fnasat-Gens du voyage Fnasat-Gens du voyage Fédération nationale des associations solidaires d action avec les Tsiganes et Gens du voyage Paris, le 11 mai 2015 59, rue de l Ourcq 75019 Paris Tél. 01 40 35 00 04 Fax 01 40 35

Plus en détail

Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations. à destination des membres des CCATM et des CLDR

Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations. à destination des membres des CCATM et des CLDR Atelier de participation à la lecture de notre cadre de vie et de ses mutations à destination des membres des CCATM et des CLDR Le cadre de vie, C est quoi au juste? Environnement incorporant la dimension

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

DRAVEIL élabore son PLU

DRAVEIL élabore son PLU DRAVEIL élabore son PLU Réunion publique de quartier DANTON -LA VILLA DOMAINE DE VILLIERS Plan Local d Urbanisme VILLE DE DRAVEIL 10 JUIN 2010 La ville dans son contexte Situation géographique 19kmausuddeParis

Plus en détail

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19

Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Consultation d acquéreurs en vue de la réalisation du programme de la Z.A.C. des Bergères ILOT DE LA ROTONDE - LOT N 19 Eco-quartier des Bergères - Cahier des Charges de la consultation d acquéreurs ILOT

Plus en détail

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement

Zone d Aménagement Concerté et Lotissement ZAC et Lotissement - Version 1 - Juin 2012 Zone d Aménagement Concerté et Lotissement Définition générale : Il existe deux procédures différentes permettant de réaliser une opération d aménagement : la

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD PRÉAVIS No 7/2009

MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD PRÉAVIS No 7/2009 MUNICIPALITÉ D'ÉCUBLENS/VD PRÉAVIS No 7/2009 Assainissement du bruit routier sur la Commune d'ecublens/vd Demande d'un crédit d'étude AU CONSEIL COMMUNAL D'ÉCUBLENS/VD Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

CREDIT D ETUDE EN VUE DE LA CONSTRUCTION D UNE PASSERELLE SUR LE RHONE RELIANT LES COMMUNES D ONEX ET DE VERNIER.

CREDIT D ETUDE EN VUE DE LA CONSTRUCTION D UNE PASSERELLE SUR LE RHONE RELIANT LES COMMUNES D ONEX ET DE VERNIER. DA 500 10.09 CREDIT D ETUDE EN VUE DE LA CONSTRUCTION D UNE PASSERELLE SUR LE RHONE RELIANT LES COMMUNES D ONEX ET DE VERNIER. Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, En 2009, les communes de

Plus en détail

PLAN D'AMENAGEMENT LOCAL REGLEMENT COMMUNAL D'URBANISME (RCU)

PLAN D'AMENAGEMENT LOCAL REGLEMENT COMMUNAL D'URBANISME (RCU) PLAN D'AMENAGEMENT LOCAL REGLEMENT COMMUNAL D'URBANISME (RCU) mars 1999 REGLEMENT COMMUNAL D URBANISME (RCU) PREMIERE PARTIE : DISPOSITIONS GENERALES Art. 1 But Le présent règlement d'urbanisme définit

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Élaboration du volet «éolien» du schéma régional du climat, de l air et de l énergie DREAL Nord Pas de Calais Service ECLAT CCTP volet éolien du SRCAE page 1

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT

MESURES D ACCOMPAGNEMENT LIVRET VI MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT ET SUIVI DE L ANALYSE DE LA SITUATION 127 Sommaire I DES MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DU SCOT page 126 HABITAT EQUIPEMENTS

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

- 2 - La Traduction - 2.1. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HAMEL

- 2 - La Traduction - 2.1. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HAMEL - - La Traduction -.. - La Traduction Spatiale Révision du PLU/Commune de HMEL Christophe Laborde, paysagiste - gence E.Sintive, Ludovic Durieux, architecte urbaniste Sept - PGE -. - La Traduction Spatiale

Plus en détail

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement...

Sommaire. Les lotissements à partir du 1er mars 2012. Février 2012. Caractéristiques d un lotissement...2. Constitue un lotissement... Les lotissements à partir du 1er mars 2012 Février 2012 Sommaire Caractéristiques d un lotissement...2 Constitue un lotissement...2 Ne constitue pas un lotissement...2 Les procédures applicables et leur

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL. à l'appui de la demande d'approbation du plan spécial '' Coop - Les Entilles''.

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL. à l'appui de la demande d'approbation du plan spécial '' Coop - Les Entilles''. VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL à l'appui de la demande d'approbation du plan spécial '' Coop - Les Entilles''. (du 15 mai 2002) AU CONSEIL GENERAL DE LA VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS

Plus en détail

P R E AV I S N 3 1 / 2 0 0 8. Parcelle no 48 - Secteur Ramiers Demande de crédit extrabudgétaire. pa_31_secteur-ramiers-p-48.doc/29.09.

P R E AV I S N 3 1 / 2 0 0 8. Parcelle no 48 - Secteur Ramiers Demande de crédit extrabudgétaire. pa_31_secteur-ramiers-p-48.doc/29.09. P R E AV I S N 3 1 / 2 0 0 8 Parcelle no 48 - Secteur Ramiers Demande de crédit extrabudgétaire pa_31_secteur-ramiers-p-48.doc/29.09.2008/15:48:37 Table des matières Préambule 3 Evolution de la situation

Plus en détail

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES. Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement

DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES. Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement DEMANDE D'AUTORISATION D'EXPLOITATION D'UNE INSTALLATION DE STOCKAGE DE DÉCHETS INERTES Au titre de l'article L.541-30-1 du Code de l'environnement Liieu--diitt «lle Cognett» Commune de VAUX--SUR--SEULLES

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I

LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE. Hervé LETHIER, EMC2I LE MONITORING DE LA BIODIVERSITE EN SUISSE Hervé LETHIER, EMC2I INTRODUCTION OBJECTIFS L INSTRUMENT LES INDICATEURS UN PREMIER BILAN INTRODUCTION OBJECTIF De simples inventaires spécialisés et ciblés Combler

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme

L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme L essentiel de la réforme des autorisations d urbanisme Entrée en vigueur le 1 er octobre 2007 Toute demande d autorisation déposée le 1 er octobre sera soumise au nouveau dispositif. Tout dépôt de déclaration

Plus en détail

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini.

Décrète : Ce règlement est applicable aux zones définies à l'article premier. Fait à Rabat, le 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964). Ahmed Bahnini. Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d'habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones.( BO n 2739 du 28 Avril 1965)

Plus en détail

Demande de crédit pour l achat et la pose d horodateurs au parking du Centre. Politique globale de parcage dans le village de Château-d Oex

Demande de crédit pour l achat et la pose d horodateurs au parking du Centre. Politique globale de parcage dans le village de Château-d Oex Préavis No 11/2012 Demande de crédit pour l achat et la pose d horodateurs au parking du Centre et Politique globale de parcage dans le village de Château-d Oex Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 3 Février 2010 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados 1- ACTUALITÉ DES DÉCISIONS DU CONSEIL D'ÉTAT Décision du conseil d'etat (CE) n

Plus en détail

PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER

PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER PLAN LOCAL D'URBANISME COMMUNE DE RONCHEROLLES SUR LE VIVIER Orientations d'aménagement et de Programmation Rapport Agence Urbanités- agence DSM 1 Préambule Dans le cadre de la révision générale du PLU

Plus en détail

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011

Lambotte J.-M. Géographe-Urbaniste. Chercheur au Lepur ULg. Semaine Universitaire Luxembourgeoise de l'environnement - Libramont - 15-11-2011 Aménagement rural et développement durable Dépendance à la voiture en milieu rural : le cas de la Province du Luxembourg Constats, enjeux et pistes de solutions à moyen-long terme via l aménagement du

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

Pian directeur cantonal Genève 2030. Rapport d'examen

Pian directeur cantonal Genève 2030. Rapport d'examen Schweizerische Eidgenossenschaft Confédération suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Office

Plus en détail

Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles

Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles Outil n 3 Tableau récapitulatif des informations réglementaires et autres informations utiles Check-list à l'attention des chargés d'étude réalisant le Porter à Connaissance Cocher les lignes si le territoire

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Le présent Règlement s'applique sur la totalité du territoire communal de SAINT-JEAN-DE-BEAUREGARD.

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Le présent Règlement s'applique sur la totalité du territoire communal de SAINT-JEAN-DE-BEAUREGARD. 1 TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Ce Règlement est établi conformément aux dispositions du Code de l'urbanisme (C.U) et notamment de ses articles R. 123-4 et R. 123-9. ARTICLE 1 - Champ d'application territorial

Plus en détail

PLAN LOCAL D URBANISME

PLAN LOCAL D URBANISME PLAN LOCAL D URBANISME BROU-SUR-CHANTEREINE 2. PROJET D AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLES Plan Local d'urbanisme prescrit le : 5 février 2010 Plan Local d'urbanisme arrêté le : 11 juillet 2013 Plan

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE

J.9. Annexe DOSSIER D ENQUÊTE PRÉALABLE À LA DÉCLARATION D UTILITÉ PUBLIQUE LIGNE 16 : NOISY CHAMPS < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 17 : LE BOURGET RER < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE ROUGE) LIGNE 14 : MAIRIE DE SAINT-OUEN < > SAINT-DENIS PLEYEL (LIGNE BLEUE) DOSSIER

Plus en détail

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème PERMIS DE M. X. Plan de situation. Plan de masse 3. Coupe 4. Notice descriptive. Façades et plan de toiture. Insertion graphique 7. Photo dans le paysage proche 8. Photo dans le paysage lointain Mise à

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

Schéma directeur du réseau cyclable CONTROLE DE CONFORMITE. Rapport final. Adopté par le Conseil Municipal de Bellevue le :...

Schéma directeur du réseau cyclable CONTROLE DE CONFORMITE. Rapport final. Adopté par le Conseil Municipal de Bellevue le :... Plan directeur des chemins pour piétons n 29 875 Schéma directeur du réseau cyclable CONTROLE DE CONFORMITE Rapport final Adopté par le Conseil Municipal de Bellevue le :... Plan directeur des chemins

Plus en détail

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP

NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP Loi pour l Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées (EDCPCPH) NOUVEAU DISPOSITIF REGLEMENTAIRE Les ERP 1 1 Quel classement pour les ERP? Le classement

Plus en détail

REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMUNE D UCCLE - PPAS 28ter Plateau Avijl

REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMUNE D UCCLE - PPAS 28ter Plateau Avijl REGION DE BRUXELLES-CAPITALE COMMUNE D UCCLE - PPAS 28ter Plateau Avijl - 14 août 2008 BOA DOCUMENTS CONSTITUANT LE PPAS Le présent plan particulier d'affectation du sol se compose de : A. Cahier des notes

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES

PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES Ministère de l Écologie, de l Énergie du Développement durable et de la Mer PLAN DE PREVENTION DES RISQUES MINIERS DE LES CHAPELLES Reunion du 20 janvier 2014 aux Chapelles Direction régionale de l Environnement,

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES. Établissement OM GROUP. Communes de SAINT-CHERON et de SERMAISE

PLAN DE PRÉVENTION DES RISQUES TECHNOLOGIQUES. Établissement OM GROUP. Communes de SAINT-CHERON et de SERMAISE PRÉFECTURE DE L'ESSONNE DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L'ESSONNE DIRECTION RÉGIONALE ET INTERDÉPARTEMENTALE DE L'ENVIRONNEMENT ET DE L'ÉNERGIE D'ÎLE-DE-FRANCE Unité territoriale de l'essonne

Plus en détail

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers/ères,

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers/ères, Préavis No 12/2011 Demande de crédit pour la construction d un parking souterrain de 96 places et démolition des bâtiments ECA Nos 2774 et 2779 au lieu dit «Le Parc» avec aménagement d un terrain de sports

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 9006 1/ 24

INTRODUCTION. Arrêté no. 9006 1/ 24 INTRODUCTION Le présent plan municipal, préparé en conjoncture avec la Commission d aménagement de la Péninsule acadienne, est un document de politique globale qui permettra à la municipalité de Bas-Caraquet

Plus en détail

Quelle stratégie foncière dans les trames verte et bleue?

Quelle stratégie foncière dans les trames verte et bleue? Quelle stratégie foncière dans les trames verte et bleue? Pascale POUPINOT JDD du 28 mars 2013 Stratégie foncière dans la trame verte et bleue Une politique en 3 temps 1. IDENTIFIER ET HIERARCHISER 2.

Plus en détail

uniqué Commu continuité entre la urbaine quartier. La de Elle distingue Aménagement La élaborée avec HQE Aménagement opérations Riche 37).

uniqué Commu continuité entre la urbaine quartier. La de Elle distingue Aménagement La élaborée avec HQE Aménagement opérations Riche 37). Commu uniqué de presse e La Riche, 16 octobre 2013 «ZAC du Plessis-Botanique» : une opératio on de couture urbaine pour assurer la continuité du développement entre la Ville de La Riche la Ville de Tours

Plus en détail

Les points ci-dessous apportent quelques compléments à la note technique.

Les points ci-dessous apportent quelques compléments à la note technique. Croix 1, bâtiment multifonctions 15.012 Rapport du Conseil communal au Conseil général Demande de crédit complémentaire d'un montant de CHF 1'170'000.- dans le cadre de la construction d'un bâtiment multifonctions,

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable

Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur la dimension stratégique du patrimoine culturel pour une Europe durable Conseil ÉDUCATIO, JEUESSE, CULTURE ET SPORT Bruxelles, 21 mai 2014 Le Conseil

Plus en détail

Crédit d'étude en vue de la construction d'un bâtiment pour la Faculté de droit

Crédit d'étude en vue de la construction d'un bâtiment pour la Faculté de droit Crédit d'étude en vue de la construction d'un bâtiment pour la Faculté de droit Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures

Plus en détail

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1

Brou-sur-Chantereine Elaboration du PLU Compte-rendu de la réunion publique de présentation du diagnostic 20 janvier 2011 1 1. Avant-propos de Monsieur Bréhaux (adjoint au maire en charge de l urbanisme) : L importance du P.L.U. en tant qu outil législatif permettant une maîtrise de l urbanisme de la commune est rappelée aux

Plus en détail

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES TERMINOLOGIE (RÈGLEMENT 5001, ART.21) ABRI D AUTO PERMANENT (CAR-PORT) Construction accessoire reliée à un bâtiment principal formée d'un toit appuyé sur des piliers, dont un des côtés est mitoyen au bâtiment

Plus en détail

V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES

V - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES NATURELLES ET FORESTIERES SOMMAIRE I - DISPOSITIONS GENERALES Article 1. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. Article 6. Champ d'application territorial du plan Portée respective du règlement à l'égard d'autres législations

Plus en détail

S O M M A I R E. Objet du Marché ARTICLE 1. Pièces constitutives du marché ARTICLE 2. Programme d'étude ARTICLE 3. Délais d exécution ARTICLE 4

S O M M A I R E. Objet du Marché ARTICLE 1. Pièces constitutives du marché ARTICLE 2. Programme d'étude ARTICLE 3. Délais d exécution ARTICLE 4 S O M M A I R E ARTICLE 1 Objet du Marché ARTICLE 2 Pièces constitutives du marché ARTICLE 3 Programme d'étude ARTICLE 4 Délais d exécution ARTICLE 5 Propriété des études et documents ARTICLE 6 Secret

Plus en détail

Charte d utilisation du site bluefactory

Charte d utilisation du site bluefactory Charte d utilisation du site bluefactory Version 1.5 Date : 17.05.2013 1 Sommaire 1 Contexte... 3 2 Principes d utilisation du site... 3 2.1 Principes de Création, d Innovation et d Excellence... 3 2.2

Plus en détail

COMMUNE D ECUBLENS/VD M U N I C I P A L I T E

COMMUNE D ECUBLENS/VD M U N I C I P A L I T E COMMUNE D ECUBLENS/VD M U N I C I P A L I T E AU CONSEIL COMMUNAL Préavis n 2015/05 Réaménagement routier du chemin du Bochet Demande de crédit de construction Séance de la commission ad hoc, le jeudi

Plus en détail

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011

L eau dans les documents d urbanisme. L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 L eau dans les documents d urbanisme L approche des solutions environnementales de l urbanisme CAUE 40 26 mai 2011 Pourquoi ce guide? Participer à «décloisonner» les services «Environnement Eau» et «Urbanisme»

Plus en détail

Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc

Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc Réhabilitation du Parc Rodin à Issy-les-Moulineaux Réalisation des escaliers mécaniques et d un skate parc CONTACT PRESSE Nadège Moreira nadege.moreira@ville-issy.fr 01 41 23 82 58 Site : www.issy.com

Plus en détail

Le Collège des Bourgmestre et Echevins ;

Le Collège des Bourgmestre et Echevins ; Le Collège des Bourgmestre et Echevins ; Vu la demande de permis introduite en date du 17 septembre 2003 par laquelle CLUB ALPIN BELGE -AILE FRANCOPHONE ASBL, ci-après dénommé( e ) l'exploitant, sollicite

Plus en détail

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 Le Master 2 Paysage et Aménagement est une spécialité du Master Urbanisme et Aménagement. Celui-ci est

Plus en détail

Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain

Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain Pessac, le 7 août 2009 Réf. : CQM-2009-30a-CV Magonty, un quartier tourné vers l écologie de demain Projet de cheminements verts Rapporteur Serge Degueil Responsable Commission Cadre de vie Yves Schmidt

Plus en détail

Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices. Plateforme Territoriale GUYANE SIG

Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices. Plateforme Territoriale GUYANE SIG Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices Plateforme Territoriale GUYANE SIG 25/02/2014 SOMMAIRE 1. LEXIQUE... 3 2. DEFINITION... 3 3. DOMAINE D APPLICATION... 3 A. Objet... 3 B. Bénéficiaires...

Plus en détail

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité

document de travail Phase 2 : groupe de travail Eau et biodiversité document de travail Extrait du tableau de bord de la Région de Bruxelles-Capitale, amendé par la Coordination associative : «Nouvelles Rivières Urbaines» et biodiversité 1.2.1. intégration des principes

Plus en détail

Débattu en Conseil Syndical le 04 Décembre 2013 1. Débattu en Conseil Syndical le 04 Décembre 2013

Débattu en Conseil Syndical le 04 Décembre 2013 1. Débattu en Conseil Syndical le 04 Décembre 2013 Débattu en Conseil Syndical le 04 Décembre 2013 1 Débattu en Conseil Syndical le 04 Décembre 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 PREAMBULE... 3 RAPPEL DU CONTEXTE LEGISLATIF... 4 ROLE DU PADD... 4 STRUCTURATION

Plus en détail

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014 ANJOU PORTAGE FONCIER Ingénierie et action foncière dans la Politique Départementale de l Habitat Janvier 2014 Les outils d action foncière et td d urbanisme durable du PDH Une phase d étude préalable

Plus en détail

Île-de-France 2030 ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE

Île-de-France 2030 ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE 4 Île-de-France 2030 ÉVALUATION ENVIRONNEMENTALE SCHÉMA DIRECTEUR DE LA RÉGION ÎLE-DE-FRANCE ADOPTÉ PAR LA DÉLIBÉRATION DU CONSEIL RÉGIONAL N CR97-13 DU 18 OCTOBRE 2013 ET APPROUVÉ PAR LE DÉCRET N 2013-1241

Plus en détail

L ombre commun dans le canton de Vaud

L ombre commun dans le canton de Vaud Centre de conservation de la faune et de la nature Inspection de la pêche Chemin du Marquisat 1 1025 St-Sulpice Service des forêts, de la faune et de la nature www.dse.vd. vd.ch T 021 557 86 30 F 021 557

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

AVANT- PROJET DE DECRET

AVANT- PROJET DE DECRET AVANT- PROJET DE DECRET abrogeant les articles 1er à 128 et 129 quater à 184 du Code wallon de l aménagement du territoire, de l urbanisme, du patrimoine et de l énergie et formant le Code du développement

Plus en détail

INTRODUCTION PRÉSENTATION AUX CITOYENS 28 AOÛT. - Propriétaire du 3500 St-Jacques

INTRODUCTION PRÉSENTATION AUX CITOYENS 28 AOÛT. - Propriétaire du 3500 St-Jacques INTRODUCTION PROJETS DANS LE SUD OUEST - Propriétaire du 3500 St-Jacques Bureau Bureau Commercial - Expertise en développement de projets immobiliers et gestion de propriétés - Équipe formée d architectes,

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Commission de suivi de site STORENGY

Commission de suivi de site STORENGY Commission de suivi de site STORENGY Réunion du 8 octobre 2014 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Rhône-Alpes www.developpement-durable.gouv.fr Plan 1- Rappel des objectifs

Plus en détail

Code de la publicité écologique

Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique: Préambule Une société saine construit un avenir durable. De plus en plus, le souci de l'homme pour son environnement en constitue un élément

Plus en détail

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) :

LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : Paris, le 30 mars 2015 LE PROJET URBAIN PARTENARIAL (PUP) : UN OUTIL DE FINANCEMENT DES EQUIPEMENTS PUBLICS Le projet urbain partenarial -PUP-, outil de financement des équipements publics, créé en 2009,

Plus en détail

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL PREAVIS DE LA MUNICIPALITE AU CONSEIL COMMUNAL N 55/12.13 DEMANDE D'UN CREDIT DE CONSTRUCTION COMPLEMENTAIRE DE CHF 705'000.00 TTC, SUBVENTIONS NON DEDUITES, POUR TERMINER LES TRAVAUX DE RENOVATION ET

Plus en détail

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat

Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Bureau de la Protection des Locaux d'habitation Direction du Logement et de l'habitat Sous-Direction de l'habitat Règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement

Plus en détail

LOI 700.11 sur l'aménagement du territoire et les constructions (LATC)

LOI 700.11 sur l'aménagement du territoire et les constructions (LATC) Adopté le 04.12.1985, entrée en vigueur le 01.01.1987 - Etat au 01.11.2014 (en vigueur) LOI 700.11 sur l'aménagement du territoire et les constructions (LATC) du 4 décembre 1985 LE GRAND CONSEIL DU CANTON

Plus en détail

Fiche technique CONSTRUCTION D UNE LAVOGNE SUR LA COMMUNE DE COLLIAS

Fiche technique CONSTRUCTION D UNE LAVOGNE SUR LA COMMUNE DE COLLIAS Fiche technique CONSTRUCTION D UNE LAVOGNE SUR LA COMMUNE DE COLLIAS Lavogne : abreuvoir pour les troupeaux établi sur une couche d'argile imperméable. Naturelles à l'origine, elles sont souvent empierrées

Plus en détail

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE Préambule Pourquoi ce guide? Avant propos Dans le département du Rhône, l étalement urbain grandissant et les grands projets

Plus en détail

Une résidence exploitée par Euro Disney Associés S.C.A. Un référencement

Une résidence exploitée par Euro Disney Associés S.C.A. Un référencement Une résidence exploitée par Euro Disney Associés S.C.A. Un référencement Marne-la-Vallée, puissant pôle d'attraction 40 ans d aménagement novateur : territoire d expérimentation et véritable précurseur

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

COMMUNE DE GORGIER. Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, 1. Préambule

COMMUNE DE GORGIER. Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs, 1. Préambule COMMUNE DE GORGIER RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL CONCERNANT LA DEMANDE DE CREDIT DE Fr. 32'700.- POUR LE REMPLACEMENT D'UN COLLECTEUR D'EAUX USEES AU CHEMIN DE LA PAYAZ Madame la Présidente,

Plus en détail

z ei hw c ld S tbi Luf

z ei hw c ld S tbi Luf Luftbild Schweiz Présentation générale 2012 2 Entre Suisse et France (Rhône-Alpes) La Région Rhône-Alpes et la Suisse : deux territoires de poids comparables Suisse : Superficie : 41'284 km² Population

Plus en détail

Immeuble, Le Square Duvernay

Immeuble, Le Square Duvernay Immeuble, Le Square Duvernay rue Duvernay rue Comte-de-Loche Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002041 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

Construction modulaire pour la Faculté des sciences

Construction modulaire pour la Faculté des sciences Construction modulaire pour la Faculté des sciences Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures de l'état de Vaud. Données concernant

Plus en détail

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon

Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Pays Rhin-Vignoble -Grand Ballon Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) Réunion commission EauBiodiversité-Déchets 22 janvier 2015 DGALN - Direction de l'eau et de la Biodiversité 1 Ordre du jour

Plus en détail

Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison

Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison 11 route côtière Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet Dossier IA17045091 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine

Plus en détail

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53).

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Objet : Publicité, enseignes et pré-enseignes. Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Le décret n 96-946 du 24 octobre 1996 pris en

Plus en détail

Détermination des enjeux exposés

Détermination des enjeux exposés RAPPORTS CETE de LYON Centre d'études Techniques de LYON Département Laboratoire de Clermont-Ferrand Affaire 19526 Détermination des enjeux exposés au risque inondation de l'oeil à Cosne d'allier novembre

Plus en détail