Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation"

Transcription

1 Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation Alexandre Bujold, Sarah Morin-Paquet Université Laval Introduction La popularité grandissante des méthodes de développement Agile préoccupe certains designers d expérience utilisateur qui veulent s assurer que les produits informatiques, peu importe la méthode utilisée pour les concevoir, soient conçus pour l utilisateur (SY 2007 : 113). En effet, les techniques utilisées par les développeurs qui suivent la méthode Agile sont souvent, selon les spécialistes en design centré sur l utilisateur, inadéquates pour documenter les comportements complexes des utilisateurs. Le développement Agile est un groupe de méthodes qui partagent une philosophie commune. Cette philosophie met de l avant l individu, l interaction, le logiciel fonctionnel, la collaboration avec le client et l adaptation au changement. Elle s oppose aux méthodes traditionnelles de développement, dites Waterfall, qui sont accusées par les adhérents des méthodes Agiles de mettre l emphase sur les procédés, les outils, la documentation exhaustive, la négociation de contrats et l adhésion à un plan. Les méthodes de design centré sur l utilisateur, traditionnellement, fonctionnent plutôt dans des processus utilisant une méthode Waterfall. Ceux-ci impliquent deux grandes phases au début du processus : une phase d étude sur l utilisateur et son contexte, puis une phase de design. Les méthodes Agiles, au contraire, n ont pas de phase dédiée au design. En théorie, chaque phase contient une part de recherche et de design, mais en pratique, les techniques de recherche et de design utilisées se basent surtout sur l opinion des utilisateurs et la rétroaction, alors que l observation et d autres techniques de design centré sur l utilisateur seraient plus adéquates pour certains problèmes (SY 2007 : 113). Étant donné la popularité grandissante des méthodes Agiles et l incompatibilité apparente de ces deux approches, il semble pertinent de s intéresser aux tentatives de rapprochement entre celles-ci en contexte d entreprise. Premièrement, afin de mieux comprendre la problématique, nous allons nous attarder aux différences entre les deux approches. Ensuite, pour voir où elles sont compatibles, nous ferons ressortir les points communs entre celles-ci. Finalement, afin d avoir un aperçu des manières utilisées pour les réconcilier, nous allons nous intéresser aux démarches entreprises en contexte réel pour intégrer le design centré sur l utilisateur aux méthodes de développement Agile Différences entre les deux approches La méthode Agile et la méthode traditionnellement utilisée par le design centré sur l utilisateur sont fondamentalement différentes sur divers points. Dans un premier temps, le cycle de conception fonctionne d une manière très différente. Avec la méthode Agile, le cycle est divisé en de nombreux morceaux qui sont appelés «sprints». Ces derniers durent généralement de deux à quatre semaines (SY 2007 : 113). Ils donnent naissance à une série de petits livrables incrémentiels qui sont basés sur la réalisation d une fonctionnalité en particulier. Chacune des fonctionnalités possède sa propre analyse des besoins, sa conception, sa réalisation et sa phase de test (SY 2007 : 113). Du côté de la méthode Waterfall, souvent utilisée dans un contexte de design centré sur l utilisateur, les morceaux du cycle sont beaucoup plus longs et moins nombreux, d une durée variant entre plusieurs mois à plusieurs années (SY 2007 : 113). Les phases de ce cycle sont plus orientés vers la réalisation du projet final que la réalisation de fonctionnalités. Un autre point où le cycle de conception diffère est la façon dont l itération est traitée. En effet, la méthode Agile itère sur la programmation à l aide de tests automatisés et de la rétroaction du client concernant des versions fonctionnelles, alors que le design centré sur l utilisateur itère principalement sur l interface en utilisant des prototypes de basse fidélité. Alors que l itération en Agile dure des semaines, l itération en design est plus courte, et dure généralement quelques heures ou, tout au plus, quelques jours (FERREIRA et coll : 50). De plus, le processus itératif de l Agile est présent à chaque sprint jusqu à la fin du projet, alors que dans le design centré sur l utilisateur, il est principalement présent en début de projet. Dans un deuxième temps, l ordre dans lequel les différentes phases sont réalisées en l intérieur du projet global diffère beaucoup entre les deux méthodes. Tout d abord, le commencement d un projet est très différent principalement en raison des ressources qui lui sont attribuées (FOX et coll : 67). Du côté du design centré sur l utilisateur, le début d un cycle de conception est caractérisé par de nombreuses recherches et analyses (FOX et coll : 63). C est durant cette première phase que les besoins sont déterminés par l analyse d une série de recherches menées avec l utilisateur final. Cela est suivi d une phase de design où toutes les fonctionnalités sont conceptualisées et intégrées à une Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 1

2 interface qui est par la suite codée (SY 2007 : 114). Idéalement, dans ce type de méthode, les programmeurs devraient attendre que les designers aient terminé l élaboration des interfaces et les tests d utilisabilité avant de commencer la programmation, mais il en est rarement ainsi (SY 2007 : 116). C est pourquoi, du côté de la méthode Agile, tout est mis en branle pour réduire, voire même éliminer la phase de recherche et d analyse (FOX et coll : 63). Le but est de produire le plus rapidement possible une fonctionnalité qui peut être utilisée plutôt que de produire de la documentation, qui, à terme, n est pas toujours utilisée par les programmeurs puisqu elle arrive trop tard (SY 2007 : 113). Bien entendu, les designers sont rarement en accord avec cette solution, car la modification du code, une fois qu il est construit, coûte très cher. Cela mène souvent à l abandon de certains critères importants pour l utilisateur puisqu ils n ont pas été pris en compte dans la première écriture du code et qu il couterait désormais trop cher de le modifier (NELSON 2002 : 4). Le développement de maquette à basse fidélité est beaucoup moins long et coûteux que le code et permet de repérer les erreurs avant qu il ne soit trop tard (FERREIRA et coll : 50). De cette manière, les interfaces peuvent être testées et il est ainsi possible de s assurer de leur utilisabilité (FOX et coll : 63). Dans un troisième temps, la relation avec le client est perçue d une manière différente dans les deux méthodes. Tout d abord, dans l Agile, une bonne relation avec le client est essentielle au bon fonctionnement de la méthode. Pour y arriver, une collaboration étroite avec le client, appuyée avec un système de livrables fréquents, est mise en place (SY 2007 : 113). Le but est d éviter les contrats qui nuisent souvent à l avancement d un projet et qui créent des frictions. Dans l optique d intégrer le client aux prises de décisions, un focus group est utilisé pour déterminer les fonctionnalités qui seront réalisées, et évaluer celles qui ont déjà été faites (SY 2007 : 113). Par contre, du point de vue du design, un problème majeur survient lorsque les spécifications proviennent essentiellement du client. En effet, le client n a pas toujours une perception juste des besoins réels des utilisateurs (NELSON 2002 : 9). Cela conduit à l élaboration d un système qui ne résout pas les problèmes des utilisateurs finaux (NELSON 2002 : 5). Ainsi, le design préfère laisser moins de place aux clients et prioriser les utilisateurs finaux. Dans un quatrième temps, la place que l utilisateur final prend dans le processus est très différente. Pour commencer, dans le design centré sur l utilisateur, l utilisateur prend un rôle central dans le développement d un projet. L observation des comportements des utilisateurs finaux, notamment à l aide de tests d utilisabilité, est essentielle dans cette méthode (SY 2007 : 117). Elle doit être faite avant le début de la programmation puisqu elle permet de repérer les endroits ou le système ne répond pas aux attentes de l utilisateur (NELSON 2002 : 3). Pour le design centré sur l utilisateur, la compréhension de l utilisateur doit permettre d établir une liste de critères auxquels les programmeurs doivent répondre en fonction du budget qu ils ont. Le code, de par son coût, ne devrait pas établir ces critères, il devrait plutôt être au service de l utilisateur final (NELSON 2002 : 5). Le but ultime du design est de concevoir une interface utile et utilisable qui résout les problèmes des utilisateurs finaux et qui répond à leurs besoins, mais pour arriver à ce résultat, une phase de recherche avec l utilisateur est essentielle. Du côté de l Agile, la place laissée à l utilisateur final est assez différente, en partie en raison de la relation étroite qui est entretenue avec le client. Comme vue précédemment, le client prend énormément de place dans le processus et c est en bonne partie de lui que viennent les idées pour les fonctionnalités. Dans le but de tout de même répondre aux besoins de l utilisateur final, un membre de l équipe Agile prend le rôle de customer. Cet individu doit, avec les connaissances qu il possède, représenter l utilisateur final dans la prise de décision (SY 2007 : 114). Malheureusement cette technique ne permet pas d effectuer des tests d utilisabilité. Il est donc admis que la méthode Agile ne conduit pas toujours à un système dont l interface est utilisable (Patton d après FOX et coll : 63). Plusieurs projets Agiles ont toutefois recours au design d interaction, mais l intégration de celui-ci dans le processus est encore mal comprise (FERREIRA et coll : 50). Les tests utilisés par l Agile ne sont pas réalisés par des experts. Ils sont conduits de manière automatique et ils ont pour but d inspecter le code afin de s assurer que toutes les fonctionnalités puissent fonctionner ensemble (FERREIRA et coll : 50). Si cela n est pas un gage d utilisabilité, les développeurs peuvent au moins s assurer du bon fonctionnement de l ensemble. Dans un cinquième temps, la flexibilité des deux méthodes varie énormément. L Agile est reconnu comme étant une méthode très flexible. L une des règles mères est d ailleurs de répondre aux changements plutôt que de suivre un plan comme c est le cas dans le Waterfall (SY 2007 : 113). Cette méthode, basée sur la rétroaction (SY 2007 : 115), lui permet d atteindre de meilleurs résultats puisque le contrôle sur le processus est plus grand (NELSON 2002 : 2). Il est ainsi possible de réorienter le projet au fur et à mesure que de nouveaux éléments sont découverts dans le processus (NELSON 2002 : 10). Du point de vue de l Agile, le danger du design centré sur l utilisateur, avec la méthode Waterfall qui l accompagne, est de rendre très difficile les changements une fois que la phase de design est terminée, et ce, même si de nouveaux éléments de connaissances du problème se sont ajoutés (FERREIRA et coll : 51). En effet, la méthode Waterfall est axée sur la réalisation d un plan conçu en début de projet, provenant des études préliminaires (NELSON 2002 : 6). Points communs entre les deux approches Malgré les différences fondamentales qui éloignent la méthode Agile et le design centré sur l utilisateur, quelques points communs sont apparents et laissent penser que ces deux méthodes, avec des efforts, pourraient peut-être un jour se réconcilier. Premièrement, la méthode Agile et le design centré sur l utilisateur sont tous deux perçus comme étant des processus itératifs (SY 2007 : 115 ; FERRAIRA et coll : 1). Les deux méthodes sont axées sur l amélioration, le changement et le raf- Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 2

3 finement ; elles le font tout simplement d une manière différente (FERREIRA et coll : 57). L itération dans l Agile est à la base du fonctionnement de cette méthode. Elle se retrouve autant dans la courte durée de sprints que dans le choix des livrables. L objectif est d améliorer le système tout au long de sa construction. Du côté du design centré sur l utilisateur, l itération se produit principalement lors des tests d utilisabilité qui ont pour but l amélioration des maquettes avant leur production (FOX et coll : 64). Deuxièmement, le design centré sur l utilisateur et la méthode Agile mettent tous les deux l accent sur l importance des tests, des livrables et de l humain, mais ils le font différemment (FERREIRA et coll : 50). Pour ce qui est des tests, tel que vu précédemment, les deux méthodes les emploient. Ils font partie du processus itératif et ils sont nécessaires pour assurer un produit fini de qualité (FERREIRA et coll : 55). La qualité et la valeur du livrable sont d ailleurs un autre point commun aux deux méthodes (FERREIRA et coll : 50). Le but de l Agile est de livrer des fonctionnalités de qualité et qui fonctionnent bien, et ce, à une fréquence rapide. Pour le design centré sur l utilisateur, il est également important que le livrable soit de qualité, mais cela passe par une interface utilisable (FOX et coll : 63). Finalement, les deux méthodes mettent l humain au cœur du processus. Du côté du design, cela nécessite de toujours garder l utilisateur final en tête. C est également la façon de penser de l Agile, mais plutôt que de compter sur des tests utilisateurs et sur une phase de recherche préliminaire pour y arriver, il donne la responsabilité à un membre de l équipe, le customer, de représenter l utilisateur final et de donner ainsi une rétroaction sur la fonctionnalité développée (FOX et coll : 64). Réconciliation entre les deux approches Les points communs mentionnés précédemment offrent une bonne base pour intégrer les deux méthodes, et plusieurs entreprises à travers le monde essaient de le faire afin de profiter des avantages des deux méthodes. Quelques chercheurs se sont attardés à l étude de leurs cas, et plusieurs designers ont écrit sur leurs expériences. Adaptation du design centré sur l utilisateur aux échéanciers Agiles Étant donné que les plus grandes différences entre le développement Agile et les méthodes de design centré sur l utilisateur concernent le temps et le concept de sprints, plusieurs auteurs ont étudié la réconciliation des deux domaines sur ces points. Par exemple, pour mieux intégrer le design centré sur l utilisateur aux méthodes Agiles, toutes les entreprises étudiées par Fox et ses collaborateurs (2008 : 67) font appel à une phase dédiée au design qui précède les phases de développement. Lors de cette phase initiale, les designers mènent des enquêtes contextuelles et conçoivent des prototypes basse-fidélité qui permettent d orienter les développeurs au niveau du design de l interface et de l utilisabilité. Sy (2007 : 114) rapporte un phénomène similaire, qu elle nomme Cycle Zéro. Cette phase peut impliquer de la collecte de données afin de raffiner les buts stratégiques du produit, des enquêtes contextuelles, de la validation de marché, de l analyse d enquêtes précédemment effectuées, ou de la création de personas et de scénarios. Toutefois, même si cette étape n est pas sans rappeler l étape initiale d une méthode de type Waterfall, elle se déroule sur une échelle de temps beaucoup plus courte et typique des méthodes Agiles. Selon Fox et ses collaborateurs (2008 : 67), ainsi que Sy (2007 : 119), le cycle zéro peut durer de quelques jours à plusieurs semaines, et non quelques mois comme dans un projet de type Waterfall. Une fois cette étape passée, les développeurs commencent leur série des sprints itératifs. Étant donné que l étape initiale était plus courte et donc moins productive qu en Waterfall, le designer continue d être impliqué dans le processus. Il doit toutefois s adapter au rythme cyclique et rapide des développeurs. Selon Sy (2007 : 119), il doit devancer les développeurs d un ou deux sprints. Par exemple, lors du sprint 1, le designer pourrait être en train de concevoir et de raffiner des maquettes pour les fonctionnalités du sprint 2, et en train de mener des enquêtes et des entrevues pour mieux prévoir les fonctionnalités du sprint 3. Lorsque le sprint 2 arrive, les maquettes sont données au développeur, et le designer effectue des tests sur les fonctionnalités du sprint 1 en plus de travailler sur les sprints 3 et 4. Ce cycle est ensuite répété jusqu à la fin du projet. Fox et ses collaborateurs (2008 : 68) proposent un modèle semblable à celui de Sy (2007), à la différence près que, selon Fox, l échange d information entre les deux branches ne se fait pas qu à la fin de chaque sprint. Ferreira et ses collaborateurs (2007 : 50) citent aussi Patton et Miller comme étant d autres cas où le design d interaction a été adapté ainsi pour concorder avec les itérations rapides des méthodes Agiles. Selon Sy (2007 : 120), le designer doit aussi, pour accommoder les courtes périodes d itération de l Agile, être capable de diviser son travail en morceaux qui peuvent être terminés pendant un sprint et qui, éventuellement, formeront le design complet. Étant donné que les designers centrés sur l utilisateur ont tendance à s intéresser à l expérience globale d un design, ce processus, appelé «Design chunking», peut être difficile pour plusieurs. Cette idée était centrale au premier projet décrit par Ferreira et ses collaborateurs (2007 : 52), ou l interface et les scénarios d utilisation étaient générés au fur et à mesure. Intégration du design centré sur l utilisateur dans les structures de travail Même si les développeurs Agiles et les designers travaillent en parallèle, Sy (2007 : 127) maintient qu ils doivent être en communication tous les jours. Cela permet, non seulement au designer de s assurer que ses recommandations sont appliquées correctement, mais aussi de bien comprendre les contraintes technologiques qui pourraient avoir un impact sur le design. Un Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 3

4 des designers d interfaces interrogés par Ferreira et ses collaborateurs (2007 : 57) note que la communication quotidienne entre les développeurs et le designer change profondément la relation entre les intervenants de ces deux disciplines. Contrairement à un projet de type Waterfall, le designer n a pas à produire un design complet et final que le développeur doit ensuite réaliser. Le processus est beaucoup plus collaboratif et le designer est mieux intégré au reste de l équipe. Il existe plusieurs façons pour intégrer un designer, ou toute personne qui pratique le design centré sur l utilisateur, à une équipe de travail Agile. Fox et ses collaborateurs (2008 : 68) dénombrent trois grandes approches, qui diffèrent quant aux rôles dans l équipe de développement qu occupe la personne responsable du design centré sur l utilisateur. La première approche est l approche spécialiste. Dans celle-ci, l équipe comporte un spécialiste en design centré sur l utilisateur qui oeuvre séparément des développeurs et qui sert souvent de pont entre ces derniers et le client. D ailleurs, Miller (d après SY 2007 : 4), suggère que le designer peut travailler en collaboration avec une équipe Agile en jouant le rôle du customer, c est-à-dire la personne sensée représenter l utilisateur final du produit auprès de l équipe de développement. Dans la deuxième approche, l approche généraliste, l équipe ne comporte pas de spécialiste en design centré sur l utilisateur (FOX et coll : 68). En son lieu, des développeurs qui possèdent une expertise informelle en design remplissent ces fonctions. Habituellement, plusieurs développeurs jouent ce rôle. Cette approche a pour avantage que les personnes responsables de détecter des problèmes d utilisabilité sont aussi capables de les réparer sans délai. La dynamique de l équipe est beaucoup moins formelle que lorsqu un spécialiste dédié au design centré sur l utilisateur est présent. Enfin, la troisième approche, l approche généraliste-spécialiste, est à mi-chemin entre les deux autres approches. Dans celle-ci, un membre de l équipe avec autant d expertise technique que d expertise en design agit comme pont entre les développeurs et une petite équipe de spécialistes. Cette approche est surtout utilisée dans des entreprises de grandes tailles. Adoption de la philosophie Agile dans les méthodes de design centré sur l utilisateur En plus de devoir ajuster sa pratique professionnelle en adaptant ses échéanciers aux sprints itératifs de la méthode Agile et aux nouvelles dynamiques d équipe amenées par cette méthode, le designer doit aussi adapter certaines de ses façons de penser et de travailler. Par exemple, même si une phase initiale de collecte de données et de prototypage est possible, le designer devrait être conscient que, étant donné la nature itérative du développement Agile, l interface changera probablement au fil du projet à cause de fonctionnalités annulées ou changées. Le designer doit aussi composer avec quelques difficultés en ce qui concerne les tests utilisateurs. En effet, la nature incrémentale de l Agile rend difficile tout test qui voudrait s attarder à une utilisation globale et naturelle de l interface, et la courte durée des itérations limite le nom de tests possibles pendant un sprint (SY 2007 : 12). Afin de remédier à ce problème, il est possible d appliquer la philosophie Agile aux tests utilisateurs. Par exemple, le designer peut créer un test de base et le bonifier à chaque itération pour tester les nouvelles fonctionnalités. Il peut aussi rassembler plusieurs problèmes de design en un seul test afin de sauver du temps (SY 2007 : 14) Il se peut aussi que le designer doive changer ses habitudes de présentation de l information aux développeurs. Par exemple, il pourrait réduire le nombre de longs livrables écrits en faveur de discussions quotidiennes avec les développeurs (SY 2007 : 15). C est ce qu a fait Sy après avoir réalisé que les informations utiles pour l équipe de développeurs (par exemple, les résultats de tests d utilisabilité, sur quels designs elle est en train de travailler, les recommandations ou les corrections, les informations sur l utilisateur et sa tâche, et les designs à implanter au prochain sprint) n avaient de valeur qu avant d être utilisées et n avaient donc pas besoin d être mises sur papier. Conclusion En conclusion, le design centré sur l utilisateur et la méthode Agile sont différents sur de nombreux points. Il est possible de trouver ces différences notamment au niveau de la longueur que chaque phase prend à l intérieur du projet, ainsi que le moment où celles-ci sont effectuées dans le cycle global. De plus, de nombreuses différences sont également présentes au niveau de la relation avec le client, de la place de l utilisateur final dans le processus et la flexibilité de chacune des méthodes. Malgré ces différences, le design centré sur l utilisateur et la méthode Agile partagent des caractéristiques communes. Les deux approches reposent notamment sur un processus itératif. Aussi, elles accordent beaucoup d importance à la qualité des livrables, à la place de l humain dans le processus de création et aux tests. Ces similarités mettent la table pour une possible réconciliation entre les deux approches. Pour y arriver, le designer adapte son approche afin d être capable de suivre le rythme plus rapide d un projet Agile. Ensuite, plusieurs méthodes potentiellement sont utilisables pour intégrer le design centré sur l utilisateur dans les structures du travail Agile. Finalement, pour que la réconciliation soit efficace, le designer doit adopter la philosophie Agile. Malgré que la pratique du design centré sur l utilisateur ne soit pas encore très répandue au sein des organisations dites Agiles, il est certainement possible de le faire. Toutefois, cette réconciliation entre les deux approches ne se fait pas sans heurts. Pour le designer, de grands changements dans ses méthodes de travail sont à adopter. Certes, les techniques présentement utilisées sont encore jeunes, mais celles-ci montrent déjà des résultats satisfaisants. Cela laisse présager un avenir resplendissant pour l utilisation conjointe de ces approches qui offrent toutes deux de grands avantages (FOX et coll : 71). Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 4

5 Bibliographie NELSON, E. (2002). «Extreme Programming vs. Interaction Design» [page Web archivée], Fawcette. Retrouvé le 22 avril 2014 à SY, D. (2007). «Adapting Usability Investigations for Agile User-centered Design», Journal of Usability Studies, 2 (3), p FOX, D., SILLITO, J. et MAURER, F. (2008). «Agile Methods and User-Centered Design : How These Two Methodologies Are Being Successfully Integrated In Industry», Agile 2008 Conference, p FERREIRA, J., NOBLE, J., et BIDDLE, R. (2007). «Agile development iterations and UI design», Agile Conference 2007, p Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 5

VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB

VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB Comprendre les principales étapes TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 - RENCONTRE DE DÉMARRAGE 03 PARTIE 2 - ANALYSE FONCTIONNELLE 03 PARTIE 3 - ARBORESCENCE 04 PARTIE 4 - MAQUETTES

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Méthode d évaluation par animation de groupe (MÉAG)

Méthode d évaluation par animation de groupe (MÉAG) Méthode d évaluation par animation de groupe (MÉAG) FICHE 1 3-4 heures 5 à 15 personnes Faible RESSOURCES NÉCESSAIRES MATÉRIELLES Version électronique : - Petits cartons pour le vote (3 par participant);

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche

Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche Jean-Paul SUBRA Introduction : le manifeste Agile Manifeste pour le développement Agile de logiciels Nous découvrons comment mieux développer des logiciels

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM Méthodes agiles & SCRUM 1/ Pourquoi les méthodes agiles? Définition d une méthode agile. Fondamentaux. Quand les utiliser? 2/ SCRUM En quoi est-ce une méthode agile? Sprints et releases. Le Product Owner.

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel

Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Bernard LEBELLE Construire un tableau de bord pertinent sous Excel Théorie, méthodologie et mise en œuvre, 2008 ISBN : 978-2-212-53981-3 PARTIE 1 1 Moïse n a jamais vu la terre promise... «Connais ton

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

25/12/2012 www.toubkalit.ma

25/12/2012 www.toubkalit.ma 25/12/2012 www.toubkalit.ma 1 Définition Exemple des méthodes agiles Valeurs Principes Le cycle itératif et incrémental (Itération/Sprint) Schéma de travail Méthode Scrum. Méthode XP (Extreme programming).

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Radenko Corovic, MBA radenko.corovic@rsmtechno.ca 1. Introduction Les méthodes agiles de développement des systèmes ont

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

backlog du produit Product Owner

backlog du produit Product Owner Méthodes agiles : Définition: selon Scott Ambler «Une méthode agile est une approche itérative et incrémentale pour le développement de logiciel, réalisé de manière très collaborative par des équipes responsabilisées

Plus en détail

LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur

LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur Processus de développement centré utilisateur 1/36 LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur Processus de développement centré utilisateur

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Mise en place des sprints

Mise en place des sprints 101 Chapitre 4 Mise en place des sprints 1. Introduction Mise en place des sprints Afin de parvenir à une mise en place efficace de ses sprints, l équipe doit prendre en compte divers facteurs, qui vont

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS LOG792 PROJET DE FIN D ÉTUDE EN GÉNIE LOGICIEL BLUEUPDATES FRANÇOIS BOYER BOYF18048004 DÉPARTEMENT DE GÉNIE LOGICIEL

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

ARIES P O U R L I M P L É M E N TAT I O N R A P I D E D E S Y S T È M E S D E N T R E P R I S E PRÉSENTATION DE LA MÉTHODOLOGIE ARIES

ARIES P O U R L I M P L É M E N TAT I O N R A P I D E D E S Y S T È M E S D E N T R E P R I S E PRÉSENTATION DE LA MÉTHODOLOGIE ARIES ARIES ARCHITECTURE P O U R L I M P L É M E N TAT I O N R A P I D E D E S Y S T È M E S D E N T R E P R I S E PRÉSENTATION DE LA MÉTHODOLOGIE ARIES ARIES est une méthodologie permettant d implémenter rapidement

Plus en détail

Cours Méthodes de sondage

Cours Méthodes de sondage Cours Méthodes de sondage La gestion des opérations de collecte des données - par téléphone Claire Durand, 2015 Département de sociologie, Université de Montréal 1 La gestion des opérations, pourquoi?

Plus en détail

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources...

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources... Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet Table des matières 1.Introduction : un outil en support...2 2.Première étape : La création des ressources...3 3.Deuxième étape : Le canevas méthodologique

Plus en détail

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS

Conduite de projets SI. Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Conduite de projets SI Les méthodes «Agiles» N QUAL/1995/3660e ORESYS Agilité : de quoi parle-t-on? Agilité de l entreprise Urbanisme Architectures SOA Agilité du SI ERP Plateformes applicatives agiles

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Automatisation des copies de systèmes SAP

Automatisation des copies de systèmes SAP Pour plus d informations sur les produits UC4 Software, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ Automatisation des copies de systèmes SAP Introduction Le thème de la copie des systèmes SAP est une source

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

Les revues de conception et de code source

Les revues de conception et de code source Les revues de conception et de code source Chapitre 8 IFT514 - Gestion des systèmes informatiques Chapitre 8 1 Les revues de conception et de code source - Survol Qu est-ce que les revues de conception

Plus en détail

SCRUM en Bref. Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c. S-Système A S-Système B S-Système C A1, B1, C2 A2, C1, A3 B2 B3 C3

SCRUM en Bref. Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c. S-Système A S-Système B S-Système C A1, B1, C2 A2, C1, A3 B2 B3 C3 Rappels : étapes de développement de systèmes: 1. Étude des besoins 2. Analyse 3. conception 4. Implémentation 5. Test 6. Déploiement Planification Post-Mortem Système comprend trois sous-systèmes:a,b,c

Plus en détail

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES

INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES INTRODUCTION AUX METHODES D INGENIERIE DES DONNEES DIRIGEE PAR LES MODELES Les contenus de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Créateur d applications web et mobiles

Créateur d applications web et mobiles Créateur d applications web et mobiles Projets Performances Team http://www.projet2team.fr Projet2Team Projets Performances Team http://www.projet2team.fr SAS au capital de 25.000 - RCS 789 681 285 7 rue

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel

Avec l histoire de la mise en œuvre par la D re Megan Ward, du Bureau de santé de la région de Peel Utiliser l outil d évaluation de l applicabilité et de la transférabilité des données probantes du Centre de collaboration nationale des méthodes et outils Avec l histoire de la mise en œuvre par la D

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Annexe I. Passage de la version 2.xx à 3.xx

Annexe I. Passage de la version 2.xx à 3.xx Annexe I Passage de la version 2.xx à 3.xx 14 Passage de la version 2.xx à la version 3.xx Principes de base Cete section indique les étapes à suivre pour passer de version 2.xx à la version 3.xx. De façon

Plus en détail

Introduction au développement SharePoint. Version 1.0

Introduction au développement SharePoint. Version 1.0 Introduction au développement SharePoint Version 1.0 Z 2 Introduction au développement SharePoint 09/05/09 Sommaire 1 SharePoint : les bases... 3 1.1 Débuter sous SharePoint... 3 1.2 Connaissances Requises...

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Avis présenté à la. Commission scolaire de Montréal

Avis présenté à la. Commission scolaire de Montréal AVIS SUR LA PROPOSITION DE RÉPARTITION 2014-2015 DE LA MESURE MINISTÉRIELLE 50730 SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS (NTIC) Avis présenté à la Commission scolaire de

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz

Conférence d Oslo. Présentation générale des premières décisions à adopter. par le Comité de suivi de la convention. par Marie-Françoise Glatz Conférence d Oslo Présentation générale des premières décisions à adopter par le Comité de suivi de la convention par Marie-Françoise Glatz Le Comité de suivi va devoir, dès sa première réunion, travailler

Plus en détail

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine Processus de développement logiciel Jean-Yves Antoine U. Bretagne Sud - UFR SSI - IUP Vannes année 2001-2002

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS)

École secondaire Armand-Corbeil. Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) École secondaire Armand-Corbeil Politique linguistique au Programme de premier cycle du secondaire (PPCS) Janvier 2013 PRÉAMBULE Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport demande aux commissions

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle

I. La compétence professionnelle au cœur des situations professionnelles. a. Définition de la compétence professionnelle Développer des compétences professionnelles du BTS Assistant de Manager en séance d Activités Professionnelles de Synthèse (APS) Par Elodie SERGENT (relecture Maguy Perea) Le BTS assistant de manager forme

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

6761 Validation de la conformité 21.03.2007

6761 Validation de la conformité 21.03.2007 6761 Validation de la conformité 21.03.2007 Peter DAEHNE 1 Tests de stress Les tests de stress permettent d étudier le comportement du logiciel lorsque celui-ci est mis dans des situations extrêmes, aux

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013

GUIDE D APPEL D OFFRES. juillet 2013 à juin 2014 VOLET : ACTIVITÉS. janvier 2013 GUIDE D APPEL D OFFRES VOLET : ACTIVITÉS juillet 2013 à juin 2014 janvier 2013 Québec en Forme est heureux d accompagner et de soutenir Rosemont Jeunesse en santé! AVANT TOUTE CHOSE ET POUR VOUS AIDER

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Les méthodes Agile. Implication du client Développement itératif et incrémental

Les méthodes Agile. Implication du client Développement itératif et incrémental Les méthodes Agile Simon ALEXANDRE - CETIC Plan Overview Agile ne signifie pas Agile signifie Objectifs poursuivis Pourquoi les méthodes Agile apparaissent-elles? Principales causes des échecs de projets

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Examen final LOG3000 Hiver 2014

Examen final LOG3000 Hiver 2014 Examen final LOG3000 Hiver 2014 Lundi le 28 avril 2014. Durée : 13h30 à 16h00 (total 2h30). Local : A-532. Total des points : 20. Pondération de l'examen dans la note finale : 40%. Sans documentation.

Plus en détail

L Agilité MODE PASSAGÈRE OU APPROCHE PÉRENNE? Sylvie Trudel. Mise en contexte: les acteurs d un projet logiciel. Cadres: Supervisent

L Agilité MODE PASSAGÈRE OU APPROCHE PÉRENNE? Sylvie Trudel. Mise en contexte: les acteurs d un projet logiciel. Cadres: Supervisent L Agilité MODE PASSAGÈRE OU APPROCHE PÉRENNE? Mise en contexte: les acteurs d un projet logiciel 2 Experts d affaires: Utilisent le service Personnel: Utilisent la solution Cadres: Supervisent Haute direction:

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW

GUIDE UTILISATEURS CONCREE: OVERVIEW 1 Guide utilisateur GUIDE UTILISATEURS : OVERVIEW est une infrastructure conçue par des entrepreneurs, pour les entrepreneurs. C est une plateforme de mise en relation et de collaboration virtuelle au

Plus en détail

PROPOSITION DE LIGNES DIRECTRICES SUR L ÉLABORATION DES COURS OFFERTS EN LIGNE ET SUR LA RÉVISION ENTRE COLLÈGUES

PROPOSITION DE LIGNES DIRECTRICES SUR L ÉLABORATION DES COURS OFFERTS EN LIGNE ET SUR LA RÉVISION ENTRE COLLÈGUES PROPOSITION DE LIGNES DIRECTRICES SUR L ÉLABORATION DES COURS OFFERTS EN LIGNE ET SUR LA RÉVISION ENTRE COLLÈGUES Supplément à L enseignement à distance : manuel de politique à l intention des écoles,

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015 Gestion de projet Analyse d affaires Formation Évaluation de performance +1.514.826.5534 info@lcgsolution.com www.lcgsolution.com LCG Solution se distingue par la qualité du matériel de formation, la qualité

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation

La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires en formation (Synthèse) Enquête réalisée dans le cadre du projet Concert Action Septembre 2011 La mobilité des demandeurs d emploi et des stagiaires

Plus en détail

Les cinq arguments de Drupal 8 pour séduire les Marketeurs

Les cinq arguments de Drupal 8 pour séduire les Marketeurs Les cinq arguments de Drupal 8 pour séduire les Marketeurs Puissance, facilité d utilisation et technologie adaptée aux besoins des entreprises font de Drupal 8 la plateforme de choix pour les Marketeurs

Plus en détail