Patrice LE LOUS. Rapport de stage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Patrice LE LOUS. Rapport de stage"

Transcription

1 Rapprt de stage DESS Ingénierie Financière Année universitaire

2 REMERCIEMENTS Mes premiers remerciements vnt naturellement vers M. Jacques GRAZILLY, créateur et gérant de la S.A.R.L. BATISPORT, qui m a si gentiment accueilli en stage durant lequel il m a accrdé tute sa cnfiance. Il a pleinement cntribué à mn intégratin rapide et efficace et a tujurs agi avec mi avec beaucup de transparence et de sincérité. Il m a permis d évluer tut au lng de mn stage en termes de prises de décisins et de chix d rientatins stratégiques. Sa visin très éclairée de la manière dnt n peut ptimiser la qualité du management d une entreprise a apprté une grande valeur ajutée à mn stage et me servira grandement tut au lng de ma vie prfessinnelle. Je suhaite très sincèrement que sn entreprise se prte aussi bien qu il le suhaite dans un avenir très prche. J espère que les cnclusins stratégiques et financières auxquelles je suis parvenu dans le cadre de mn stage l aidernt à frmuler une nuvelle plitique rganisatinnelle et à tester de nuveaux axes stratégiques prteurs en termes de ressurces et de dévelppement du vlume d affaires. Je remercie ensuite le technicien (et futur repreneur de la sciété?) M. Vincent BERNUCHON, qui accmpagne M. GRAZILLY depuis plusieurs années. Je le remercie d avir répndu avec simplicité et précisin à mes sllicitatins et de s être investi pur faire que je me sente à l aise. Je lui suhaite de prendre tujurs plus d imprtance au sein de l entreprise et de cntinuer de se frmer à l extérieur pur s affirmer d ici à quelques années cmme le repreneur idéal de BATISPORT. Enfin, je remercie tutes les persnnes que j ai côtyées dans les différentes mairies, CCI et ntamment pendant ma visite du chantier du vestiaire de La Frêt-Fuesnant. Les rencntres snt très imprtantes quand n est en stage, elles permettent de se cnfrnter en prise directe avec le mnde prfessinnel et ses exigences et d apprendre des techniques et des savirs deux fis plus vite. MM. ROCHART, LEON, BRIERE, LORCEAU, FLIPPOT nt tus cntribué à faire de mi une persnne plus riche et prfessinnellement différente de ce que j étais avant mn stage, c est à dire plus apte à frmuler des slutins et à rienter un prcessus de prise de décisin décisif. 2

3 SOMMAIRE CONTEXTE DU STAGE Présentatin de l entreprise Avenir de la sciété Page 4 DÉFINITION DE LA MISSION CONFIÉE Énncé de la missin Objectifs à atteindre Myens mis à ma dispsitin Page 7 RÉALISATIONS POUR REMPLIR LA MISSION Page 10 Diagnstic financier cmplet de la sciété Histrique stratégique de l entreprise mis en parallèle avec l état du marché des cllectivités lcales ; diversificatins envisageables Rédactin d un dssier plitique, juridique et démgraphique Prestatin cnsulting glbale sur les axes stratégiques à privilégier sur les cinq ans à venir Étude de la cncurrence Élabratin d un dssier «envirnnement» Imprtant travail sur la transmissin future de la sciété APPORTS SIGNIFICATIFS DU STAGE Pur l entreprise Pur l étudiant-stagiaire Page 17 ANNEXES Page 18 3

4 CONTEXTE DU STAGE Présentatin de l entreprise J ai effectué mn stage de fin d études du 5 mai au 15 septembre 2003 au sein de la sciété BATISPORT S.A.R.L., basée à Naintré, entre Châtellerault et Pitiers dans le département de la Vienne (86). Cette sciété est un bureau d études spécialisé qui agit à la manière d un cabinet d architectes. Au service des cllectivités lcales, BATISPORT cnçit et réalise des bâtiments en ssature bis, métal, bétn dans le dmaine des sprts et des lisirs (tribunes, vestiaires, gradins, abris spectateurs ). Cette sciété, créée en 1985, a tujurs axé sn dévelppement sur sa frte capacité d innvatin : elle est en effet dépsitaire de la marque et des brevets TRIBUN KIT, cncepts de tribunes de stades préfabriquées et mdulables de 65 à places. BATISPORT cmpte tris persnnes : sn créateur et gérant, un technicien et une secrétaire. La sciété, qui btient ses marchés en remprtant les appels d ffre, est un cntractant général qui intervient sur tute la France. Par cnséquent, BATISPORT gère et dirige les chantiers de A à Z. Pur cela, elle chisit et fait appel à différentes PME présentes sur la régin du chantier (menuiserie, plmberie, charpente ). Outre ses tris salariés, l entreprise dispse de tris représentants multicartes : le premier est lcalisé en Bretagne (régin ù l entreprise est très active), le secnd traite sur le nrd et la régin parisienne, le trisième et dernier est psitinné en Prvence-Alpes-Côte d Azur. Le nmbre de représentants devrait passer à cinq u six dans les années qui viennent. Les exercices cmptables de la sciété se dérulent du 1 er aût de l année N au 31 juillet de N+1. Les dnnées de l exercice n étant pas encre dispnibles, n parlera de l exercice Le chiffre d affaires de la sciété au 31 juillet 2002 s est élevé à plus de eurs, ce qui en fait l un des meilleurs exercices depuis la créatin de la sciété. Quant au résultat net , il s est élevé à eurs (sit quatre fis supérieur au résultat net ). Frtement dépendante des chix plitiques des cnseils municipaux 4

5 en place, l activité de la sciété est essentiellement cyclique. Tandis que représentait un pic d activité, les premiers mis de l exercice étaient très préccupants pur sn gérant (habité par une prudence et une aversin au risque caractérisées). C est dans ce cntexte en février-mars que BATISPORT a fait appel à mi pur apprter le plus clairement et simplement pssible, lrs du stage de DESS, des slutins stratégiques aux prblèmes financiers existants. Avenir de la sciété Mn stage avait aussi et surtut pur but de préparer l avenir de l entreprise. Je n ai d ailleurs pas manqué de sujets de travail dans ce dmaine. Jacques GRAZILLY, créateur et gérant de la sciété BATISPORT, prendra seln tutes vraisemblances sa retraite d ici cinq à sept ans, autrement dit aux alenturs de Or, la transmissin d une entreprise n est pas un acte banal qui se prépare du jur au lendemain ; les spécialistes estiment qu il faut abslument s y prendre entre tris et cinq ans avant la date clef. L entreprise a prfité de la parutin d un article de fnd d une demi-duzaine de pages dans l hebdmadaire Le Mniteur des travaux publics et du bâtiment et de ma venue en stage pur élabrer un travail en amnt, me demandant de préciser les différents aspects du prcessus de transmissin, de déterminer les principales actins à mener avant la retraite effective du dirigeant Mn prfil financier avait l avantage de permettre d étudier la questin dans le détail et de rendre un dssier clair et bien dcumenté à l entreprise. Pur cela, l idée était nn seulement d utiliser mes cnnaissances thériques acquises tut au lng de ma frmatin, mais aussi de rencntrer durant la péride de stage des spécialistes-cnseils au sein des CCI, d anciens chefs d entreprise La rencntre de prfessinnels de la transmissin d entreprise est une étape primrdiale au niveau du recueil d infrmatins infrmelles, de l apprentissage du vécu et de l expérience de «ceux qui savent», pur ainsi empêcher à tut prix de reprduire des erreurs smme tute évitables. Ces entrevues, le gérant de BATISPORT n a abslument pas le temps de les faire, pris qu il est dans le qutidien de la gestin de sn entreprise, des études et répnses aux appels d ffre de marchés publics (ces 5

6 répnses cmprtant des prcédures extrêmement fastidieuses, car respectant un frmalisme très impressinnant). Mais le futur de l entreprise ne se limite pas uniquement à la perspective de la transmissin. La richesse de mes actins cncernant l avenir de la sciété était dnc bien plus vaste. Ainsi, les enjeux stratégiques à curt et myen terme de la sciété représentent plusieurs axes de travail que j ai étudiés durant mn stage. L avenir de l entreprise dépend tut d abrd de l évlutin du cntexte plitique et réglementaire, et ntamment des réfrmes cncernant le cde des marchés publics et la simplificatin des prcédures d appels d ffre. La bnne santé future de l entreprise dépend ensuite de sa capacité à prendre dès aujurd hui en cmpte la thématique envirnnementale dans la cnstructin de bâtiments publics. Alrs que de nmbreuses entreprises du secteur s y snt mises depuis quelques années et que l État encurage vivement la généralisatin de la démarche HQE (Haute Qualité Envirnnementale), la sciété BATISPORT n avait encre rien fait dans ce dmaine avant ma venue en stage. Une étude détaillée de la HQE et de ses quatrze cibles (utilisatin d énergies renuvelables, limitatin des déchets de chantiers et des nuisances snres, parfaite intégratin du bâtiment dans le paysage prche ) demande certes un peu de temps mais sa qualité dit vraiment être cnsidérée cmme un facteur clef de succès sur le myen terme. La petite taille relative de BATISPORT ne dit pas être une excuse : n ne peut pas d un côté suivre une plitique d innvatins et, de l autre, ne pas se tenir au curant de certaines cmpsantes envirnnementales utiles à intégrer dans une démarche prductive à destinatin des cllectivités lcales. Enfin, le futur de la sciété dépend des diversificatins et des idées qu elle cntinuera à mettre en œuvre demain. Perfectinner encre le cncept des tribunes et des vestiaires, augmenter le nmbre de ses représentants à l échelle natinale, envisager de nuveaux prduits cmme cela a déjà été fait par le passé (passerelles en bis au-dessus de ruisseaux, buldrmes, salles de réunin ), envisager de nuveaux débuchés et ntamment à l exprt vers des pays facilement «accessibles» cmme la Belgique, le Luxemburg, l Espagne À ce titre, j espère que la créativité et l expérience de BATISPORT, assciées aux précnisatins que j ai frmulées en cet été 2003, aidernt la sciété à pursuivre sn dévelppement durant les cinq ans à venir. 6

7 DÉFINITION DE LA MISSION CONFIÉE Énncé de la missin Mn stage répndait à plusieurs besins de l entreprise dans différents dmaines et sur divers champs d études. En réalité, cmme de nmbreux patrns de petites entreprises, M. GRAZILLY, dirigeant de BATISPORT, est avant tut un hmme d actin et d instinct qui n a pas (u ne prend pas) le temps de se pser un instant pur se demander d ù il vient et ù il va. Il a dnc prfité de mn stage pur anticiper l avenir et élabrer enfin une vraie stratégie de crissance. Les résultats de mn travail lui nt permis de se remettre en questin. Ensemble, nus avns déterminé dans le détail quelles snt les frces, faiblesses, pprtunités et menaces de la sciété. Mn stage a également cntribué à faire que l entreprise cnnaisse bien l ensemble de ses cncurrents, les techniques que ceux-ci maîtrisent et les facteurs clés de succès à mettre en œuvre pur augmenter sn vlume d activité sur le secteur de la cnstructin de bâtiments sprtifs. Enfin, le travail que j ai prduit au niveau de la transmissin future de la sciété était nécessaire : le gérant a par ce biais cmmencé à déblayer le terrain (au mins thérique) de la transmissin d entreprise, à réfléchir sur le mntant de l pératin et les mdes de calcul existants, à définir le prfil type du repreneur qu il suhaiterait et surtut à prendre cnscience que le prcessus se prépare lngtemps à l avance et que, sur ce type d actins, le sacr-saint travail en urgence ne dit en aucun cas être appliqué. On peut dnc résumer en quelques mts la missin, aussi riche que passinnante, que j avais à remplir, de la façn suivante : À partir d une analyse de l activité de l entreprise depuis sa créatin et d une étude cmplète de sa situatin financière sur les cinq derniers exercices, il s agira de présenter les enjeux internes et externes auxquels la sciété BATISPORT devra faire face dans les prchaines années, les axes stratégiques qu elle devra suivre en pririté et les principaux écueils à surmnter pur cntinuer de crître ; tut cela en ayant en pint de mire la cessin d ici cinq à sept ans de l entreprise, sujet sur lequel il cnviendra d apprter des 7

8 pistes de réflexin et des slutins ratinnelles quant à la meilleure façn d abrder et de négcier ce virage essentiel de la vie de l entreprise. Il est à nter que tus les aspects de cette missin n nt pas immédiatement été définis à l heure de débuter le stage. Ils snt apparus au fur et à mesure de l avancée de mes travaux, suivant ma prpre initiative u celle de M. GRAZILLY, me témignant tute sa cnfiance et se mntrant satisfait de la qualité du travail furni tut au lng de ma péride de stage. L étendue de ma missin et les respnsabilités qui m étaient ffertes m nt fait me sentir très cncerné par l avenir de la sciété. Cependant, pur être pertinent, efficace et parfaitement dans la lgique de stage fixée par la sciété, il ne fallait que je perde ni mn pint de vue externe, ni mn œil critique que cnstituait ma psitin d bservateur/acteur privilégié de la vie de l entreprise. En effet, si j avais égaré ce regard neuf et neutre prté sur la structure, mn travail aurait beaucup perdu en rigueur, en qualité et en spntanéité. Au lieu de cela, ma missin prenait chaque jur un peu plus d imprtance. Plus elle s enrichissait, plus j avais l ccasin de participer au prcessus de prise de décisin au sein de l entreprise. Par ailleurs, c est du fait que je gardais mn œil critique que l n me cnsultait. En me fixant ce large panel de tâches, BATISPORT a testé mes cmpétences managériales et m a impliqué dans les décisins imprtantes. Dès lrs, l entreprise a grandement facilité l accmplissement des bjectifs que je m étais fixé en début de stage. Objectifs à atteindre De par sa taille mdeste et sa psitin gégraphique dans une cmmune d un peu plus de habitants, BATISPORT n a pas suvent l ccasin d accueillir de stagiaires, en tus cas pas beaucup d étudiants de trisième cycle. Mn stage devait dnc apprter un vrai plus, une frte valeur ajutée par rapprt au fnctinnement qutidien de la sciété. Tut d abrd, mn premier bjectif était de m intégrer rapidement et efficacement en étant le plus autnme pssible : mn respnsable de stage étant le gérant de la sciété et, par définitin, très ccupé, je ne puvais pas me permettre de lui pser un grs vlume jurnalier 8

9 de questins. Mn deuxième bjectif, qui a été rempli au-delà de mes espérances, était de travailler seln une trame précise en avançant de manière régulière et en remettant mes prjets dans les différents délais impartis. J ai parfaitement intégré le fait que travailler vite et bien, autrement dit cnjuguer efficience, efficacité et réactivité est strictement indispensable dans une petite structure. Un autre bjectif imprtant pur mi lrs d un stage est la rencntre de prfessinnels et d experts dans leurs dmaines. Si le nmbre de persnnes rencntrées au sein de l entreprise était plus que mince, ce n était pas le cas pur le nmbre de persnnes que j ai rencntrées durant mes investigatins passées à la recherche d infrmatins pur cmpléter mes dnnées et puvir rendre des dssiers éclairés de la visin et du vécu d un prfessinnel. Ainsi, pur mes recherches sur la santé du marché des cllectivités lcales, sur la thématique envirnnementale u encre pur apprter de la valeur à mes cnnaissances thériques du prcessus de transmissin d entreprise, j ai eu le plaisir de rencntrer des persnnes influentes (et ainsi cntinuer à me cnstituer l indispensable «carnet d adresses») qui m nt beaucup aidé pur remplir ma missin. Enfin, le stage devait me permettre d enrichir mes cmpétences prfessinnelles, d augmenter ma crédibilité et mn emplyabilité. Je pense que BATISPORT m a permis d atteindre cet bjectif. En utre, ayant assisté de très près à la gestin d une entreprise, j ai pu acquérir quelques «trucs» de management qui me sernt utiles et m intéresse beaucup à la créatin d entreprise, même si je ne l envisage pas sur le curt terme. Myens mis à ma dispsitin Pur atteindre ces bjectifs, je dispsais bien entendu d un téléphne et d un fax, mais aussi de l accès à Internet, de nmbreux uvrages frt utiles (ntamment le Vade-mecum de l actin municipale de Didier LAMY), de magazines, jurnaux et revues auxquels la sciété est abnnée (parmi lesquels l indispensable Mniteur et les parutins régulières des règlements des différentes fédératins sprtives françaises). 9

10 RÉALISATIONS POUR REMPLIR LA MISSION Diagnstic financier cmplet de la sciété J ai cmmencé mn stage par un diagnstic financier cmplet de la sciété sur les cinq derniers exercices, en suivant glbalement la méthde adptée pur le rapprt d entreprise que j avais fait sur le grupe TF1. J ai ainsi mesuré, entre autres, l évlutin du chiffre d affaires, du résultat d explitatin et du résultat net. J ai également analysé la structure bilantielle de la sciété en insistant sur le fait que le passif de l entreprise se décupe en parts strictement égales entre les capitaux prpres et les dettes. J ai ensuite utilisé la batterie de ratis vue en curs et mbilisée pur le rapprt d entreprise. Cela m a permis de calculer les niveaux de rentabilité de BATISPORT et de les cmparer exercices après exercices, en expliquant dans le détail les variatins imprtantes u les niveaux inhabituels. Par exemple, le résultat net de chaque exercice (tujurs psitif sur l intervalle de temps étudié) est frtement à la hausse u à la baisse d un exercice à l autre : ceci demande des explicatins. Je pense avir su les furnir à M. GRAZILLY qui a maintenant une visin cmptable et financière beaucup plus glbale de sn entreprise que ce que lui apprtait sn cabinet cmptable qui ne cmpare les chiffres que sur deux exercices. Le gérant de BATISPORT dispse maintenant de graphiques démnstratifs et cmparatifs effectués sur Excel (que lui n aurait abslument pas pris le temps de faire seul), d une liasse dcumentaire présentant et expliquant les résultats enregistrés sur les cinq dernières années par l entreprise. Il a également désrmais des grilles d analyse financière des différents scénarii futurs que l entreprise purra avir à vivre : j ai cnseillé à M. GRAZILLY d envisager l avenir en ayant très vite la transmissin de l entreprise en tête, c est à dire de faire tus les investissements nécessaires pur rendre l entreprise attractive pur le repreneur. Cette première étape effectuée (que M. GRAZILLY estimait durer le premier mis entier) ne m a finalement ccupé que les deux premières semaines : l aspect financier de l entreprise n est ni extrêmement cmplexe, ni ramifié en plusieurs établissements, filiales u structures! 10

11 Histrique stratégique de l entreprise mis en parallèle avec l état du marché des cllectivités lcales ; diversificatins envisageables Un plus grs travail m attendait avec cet histrique stratégique de la sciété remis en perspective avec les mutatins et évlutins du marché des cllectivités lcales. Il s agissait en fait de regarder les résultats financiers de la sciété par rapprt aux différentes dates charnières. Pur faire simple, il fallait prendre la mesure de l impact des changements de majrités plitiques sur l activité de l entreprise. J ai pu me rendre cmpte que les différentes équipes municipales en place dans une cmmune n envisagent pas exactement le dérulement de leur mandat de la même façn, et ceci tant au niveau des prirités que de la manière de gérer le temps. Au niveau lcal, certaines équipes privilégient les équipements culturels, sciéducatifs, d autres l épanuissement persnnel au travers de la pratique sprtive Certains plitiques n estiment avir que très peu de temps durant leur mandat pur s impser et lancer leurs prjets : ils cmpressent dnc au maximum le dérulement des étapes du prjet (étapes d études, de demandes de subventins, de lancement d appel d ffres, de chix du candidat au «mieux-disant», de début de la réalisatin prprement dite). Ces étapes étant réduites à leur simple expressin, c est dans ces cas-là que la facture publique peut grimper puisque tus les cûts n aurnt pas été mesurés à leur juste valeur (cf pur la cnstructin de tribunes : des chses très simples cmme un terrain en pente snt à prendre dès le début en cnsidératin). D autres équipes plitiques, ntamment dans les cmmunes plus rurales, n nt parfis aucune ppsitin réelle et peuvent travailler sur le lng-terme en partant avec l idée qu elles aurnt deux u tris mandats (vire plus) pur faire tut ce qu elles nt à faire. La démarche est tute autre : elles prennent leur temps pur les études au début de chaque mandat et attendent la fin de celui-ci pur lancer leurs prjets. C est d ailleurs le prblème qu a rencntré cette année BATISPORT puisque peu d appels d ffre dnt srtis depuis septembre Les électins municipales ayant eu lieu en mars 2001, l embellie du marché des cllectivités publiques n est pas attendue avant En partant d une vingtaine de villes de dimensins et de régins très différentes et en suivant leur parcurs sur les dix-quinze dernières années, j ai pu tirer des cnclusins 11

12 intéressantes quant au fnctinnement d une mairie et au dérulement de leurs actins. En rapprt avec mn travail et un cnstat qu elle avait déjà établi, l entreprise a cnclu qu il lui était nécessaire d envisager une diversificatin qui reviendrait à mettre au pint un prduit qui résiste aux aléas plitiques. La clientèle des particuliers, jusqu à présent refusée par BATISPORT, purrait être «utilisée» sur l unique régin Pitu-Charentes pur cmbler les trus pnctuels d activités : livrer par exemple des abris-vitures en ssature bis, des maisnnettes de jardin Tut ceci demande à être étudié en fin d année 2003-début 2004 en fnctin d aspects techniques qui ne snt pas de ma cmpétence. Rédactin d un dssier plitique, juridique et démgraphique Ce dssier, dnt un extrait figure dans l annexe 4, s est réalisé sur une base duble : d un côté, un supprt thérique matérialisé par un livre très bien fait de Didier LAMY intitulé Vade-mecum de l actin municipale et de l autre une partie pratique pur laquelle j ai rencntré deux prfessinnels de la vie plitique : M. LORCEAU, secrétaire général de la mairie de Naintré (86) et M. BRIERE, adjint au maire chargé des finances de la ville de Chantepie (35). Dans ce dssier, j ai énncé des caractéristiques de la vie publique lcale française, du mde de gestin cmptable des cmmunes, de la tendance frte des années 2000 c est à dire l intercmmunalité. BATISPORT fait les frais de ce regrupement de cmmunes sus des autrités supérieures puisque les interlcuteurs ne snt plus les mêmes et changent fréquemment, le dmaine de l équipement sprtif est bien suvent cnfié à l rgane supérieur sus prétexte que l aménagement du territire au sein de l assciatin de cmmunes dit être harmnisé pur une plus grande chérence du paysage. Une entreprise qui travaille pur une cmmune a par cnséquent de plus en plus de chances d être rappelée plus tard par la cmmune visine. J ai prfité de ma rencntre avec MM. LORCEAU et BRIERE pur abrder, entre autres, les avantages et incnvénients de cette intercmmunalité. Il était imprtant pur M. GRAZILLY 12

13 de savir ce qu ils en pensaient. Il en ressrt que le principal avantage est que cela permet à une petite cmmune de bénéficier de l appui et de la crédibilité d une structure recnnue dans les grands prjets, chse que la petite ville ne purrait pas faire tute seule. L incnvénient majeur est par cntre que l n assiste à une frte perte de prximité démcratique puisque les décideurs des cmmunautés d agglmératin, des cmmunautés de cmmunes, des cmmunautés urbaines ne snt pas élus au suffrage universel direct par les habitants. C est là, pur mes deux interlcuteurs, une limite frte à l intérêt de l intercmmunalité. Les deux entrevues, cadrées par un questinnaire que j avais préparé en cncertatin avec M. GRAZILLY, nt permis d btenir des répnses claires à des questins du type : - «cmbien lancez-vus d appels d ffre en myenne par an?», - «à cmbien s élève le budget annuel dnt dispse vtre équipe municipale?» (sachant que Naintré, habitants, fait partie de la cmmunauté d agglmératin de Châtellerault et Chantepie, habitants, fait partie de Rennes Métrple), - «cmbien vtre ville dépense-t-elle en myenne lrs de chaque mandat pur les infrastructures de sprts-lisirs?», - «sachant que les prcessus d études et de demandes de subventins snt réversibles par l équipe municipale qui prendra éventuellement vtre successin, cmment une équipe en place répartit-elle ces deux prcessus dans sn mandat pur éviter que ses travaux ne sient purement et simplement annulés par l équipe municipale suivante?», - «quelle est la durée myenne que l n bserve entre l identificatin d un besin et le début de la réalisatin de l équipement cncerné?», - «quels snt les investissements prévisibles que vtre ville aura à faire d ici une dizaine d années? Dépendrnt-ils du parti plitique en place u sernt-ils bligatirement faits malgré tut changement plitique ptentiel?» Enfin, les annexes du dssier plitique présentent ntamment une cmparaisn des cmmunes françaises par rapprt au reste de l Eurpe. On s aperçit que la France est bien un pays rural cmparé à ses visins néerlandais, belges u allemands. Les cmmunes françaises snt en utre répertriées en catégries, ce qui est intéressant pur BATISPORT dnt le prchain bjectif est de se cnstituer un listing exhaustif de tutes les adresses des sièges de regrupements de cmmunes à l échelle de la France entière. 13

14 Prestatin cnsulting glbale sur les axes stratégiques à privilégier au curs des cinq ans à venir À la suite de tut ce que j avais fait précédemment, j ai remis à l entreprise un rapprt cmprtant mes cnclusins sur la structure financière de la sciété et les perspectives plitiques qui s ffrent à elle. J ai dévelppé deux principaux sujets : d une part, tut faire pur rendre tujurs plus attractive la sciété pur le futur repreneur et, d autre part, passer le cap relativement difficile que la sciété a cnnu durant l exercice pur prfiter pleinement de l embellie du marché des cllectivités lcales dès D ici là, la sciété dit prendre le temps d étudier sereinement les diversificatins envisageables, les surces de revenus annexes qu elle peut se créer Elle dit également réfléchir sur la manière d accentuer ses frces et de réduire ses faiblesses. Enfin, n y reviendra plus lin, elle dit furnir un grs travail pur intégrer les exigences envirnnementales dans sn ffre de prestatins, exigences qui deviendrnt indispensables dans les années qui viennent. Étude de la cncurrence Quand j ai réalisé que la sciété BATISPORT ne cnnaissait finalement que très peu de chses sur sn paysage cncurrentiel actuel, j ai cnsacré une semaine à mettre en place une veille cncurrentielle au sein de l entreprise. Par manque de temps, elle ne sera sûrement plus alimentée ni actualisée après mn départ, mais au mins les dnnées ne daternt plus du début des années L idée était de cnstituer une banque de dnnées sur la petite quinzaine de cncurrents actifs que BATISPORT dit affrnter. Cette banque de dnnées cmprte sur chaque entreprise le maximum d éléments qu il est pssible de rassembler : - les grandes caractéristiques = raisn sciale, crdnnées, effectif, prduits, chiffre d affaires, résultat net, principales références, raynnement lcal, natinal u internatinal ; - le catalgue, qui détermine tujurs le psitinnement de l entreprise (surtut pur le haut de gamme, ù le catalgue est plus que signé) ; 14

15 - un u plusieurs devis, quand il est pssible de les btenir. Pur btenir tutes ces infrmatins, j ai prcédé d une manière simple en cherchant sur Internet pur cnsulter le site des entreprises ciblées. Directement sur leur site à la rubrique «cntact» u «demander un catalgue», u encre en leur téléphnant, je me faisais passer tur à tur pur une persnne intéressée par leur prduits, pur un étudiant rédigeant un mémire sur la cnstructin d équipements sprtifs J btenais très facilement la plupart des infrmatins de base (bien entendu un peu plus difficilement le chiffre d affaires et le résultat) et recevais leur catalgue rapidement. Pur le devis, qui intéressait beaucup BATISPORT pur puvir se situer en termes de prix, c était beaucup plus difficile et la réclte n a pas été extrardinaire (deux devis reçus). La mise en place d une veille cncurrentielle est très intéressante pur une petite entreprise dans la mesure ù elle dit sans cesse savir ce qu elle vaut sur sn marché et les prgrès qu elle est en mesure de faire. Regarder ce que fait telle u telle entreprise cncurrente peut inspirer, servir de révélateur u entraîner un surcrît de mtivatin. Une entreprise, surtut petite, n existe pas en elle-même et dit tujurs savir se psitinner par rapprt aux cncurrents, aux clients, aux institutins plitiques et réglementaires, aux nuvelles tendances de sn marché. Dans le secteur du BTP plus qu ailleurs, le but est tujurs l actualisatin des cnnaissances et la cnfrmité aux nuvelles nrmes en vigueur. Élabratin d un dssier «envirnnement» Cmme expliqué dans le dssier «envirnnement» repris dans l annexe 5, la thématique envirnnementale est aujurd hui fndamentale dans le dmaine de la cnstructin de bâtiments destinés à accueillir du public. C est purqui, j ai frtement précnisé d inscrire l envirnnement dans les axes stratégiques à privilégier durant les prchaines années. Il y a quelques années, BATISPORT devait tenir cmpte de la dimensin d éthique sciale et avait parfaitement su le faire. Les infrastructures que cnçit l entreprise snt aujurd hui parfaitement aux nrmes en ce qui cncerne l accueil de persnnes 15

16 handicapées, avec des rampes d accès à l intérieur de la cnstructin mais aussi des places de parking réservées aux abrds. Cette démarche n avait pas psé de prblèmes particuliers à l entreprise qui a réussi à s adapter. À l inverse, l envirnnement semble plus lin des préccupatins de BATISPORT qui, à trt, ne s est pas immédiatement lancé dans l aventure. Or, ce sujet est très imprtant à l échelle plitique natinale puisque le guvernement suhaite vulgariser la démarche HQE (Haute Qualité Envirnnementale) dans le bâtiment et appliquer systématiquement sn utilisatin à tutes les nuvelles cnstructins de la régin parisienne pur cmmencer et dans le reste de la France ensuite, en l espace de cinq à dix ans. Les quatrze cibles regrupent tus les aspects de la cnstructin : de l utilisatin de bns matériaux (et ntamment la peinture acrylique) jusqu à la pssibilité de renuveler les énergies, en passant par la garantie d un bn cnfrt de chantier pur les riverains (deurs, déchets, nuisances diverses ). Pur certaines mairies, la nn prise en cnsidératin de l envirnnement dans une prestatin devient tut simplement rédhibitire : c est le meilleur myen de perdre un appel d ffre. Par cnséquent, j ai mnté une revue de presse sur les articles du Mniteur parus sur le sujet au curs du premier semestre 2003 et cnçu un argumentaire pur BATISPORT pur penser HQE. Imprtant travail sur la transmissin de l entreprise Il n était pas prévu au départ que je travaille sur le cncept de transmissin d entreprise. Cependant, la parutin, le 13 juin 2003, d un article très intéressant dans le Mniteur intitulé Transmissin d entreprise : un enjeu crucial pur le BTP a changé la visin du gérant de BATISPORT. Il m a demandé de lire l article et de lui faire une synthèse du sndage puis du texte. À la lecture de ce travail, il a paru être décidé à ne pas faire les erreurs que fnt de nmbreux chefs d entreprises qui, à ans, ne pensent pas encre à passer le flambeau. Il m a ensuite demandé d aller plus lin sur la questin. J ai dnc pris curs et livres sur le sujet, des rendez-vus à la CCI et à la Chambre des métiers, et interrgé un ancien chef d entreprise. J ai au final infrmé M. GRAZILLY sur tute la prcédure à suivre, le chix du repreneur idéal, le mntant indicatif de la transactin, les pièges à éviter 16

17 APPORTS SIGNIFICATIFS DU STAGE Pur l entreprise Mn stage a été l ccasin pur l entreprise de srtir de sa rutine et de se frcer à se demander vers ù elle suhaite s engager. Cmme ma frmatin le laissait suppser, le gérant de BATISPORT a pu bénéficier d un travail de bnne qualité et de pistes de réflexin stratégiques intéressantes qui l aidernt sûrement à mieux abrder le curt et myen terme. En utre, l entreprise a pleinement prfité de mn regard extérieur sur elle : parce que je prenais du recul et qu ils snt tut le temps «la tête dans le guidn», les membres de l entreprise ne s apercevaient pas d inchérences que je remarquais tut de suite. Ma spécialisatin financière a beaucup servi à l entreprise pur expliquer les variatins brusques de ses perfrmances, surtut quand celles-ci nt été mises en parallèle avec l évlutin de la santé du marché des cllectivités lcales et les changements plitiques qui se snt pérés ces dix-quinze dernières années. Enfin, je pense avir cntribué à cmmencer le lancement de la préparatin de la transmissin de l entreprise en avertissant M. GRAZILLY des grands dangers qu il y a à s y prendre au dernier mment. Pur l étudiant-stagiaire J ai terminé mn stage en me disant que j avais de la chance d avir travaillé dans d excellentes cnditins. Intégré sans peine dans l entreprise, j ai rapidement eu beaucup de respnsabilités et de tâches passinnantes à accmplir. J ai en effet apprécié que ces tâches cncernent de très près le piltage stratégique de la sciété. Faire un stage dans une petite entreprise a l avantage que l n se sent encre plus prche des réalités du terrain. Il est très gratifiant de se dire que l n a été très actif à un mment imprtant d une entreprise. Le stage est en tus pints psitif, c est une entreprise dans laquelle il a fait bn vivre et travailler. 17

18 ANNEXES L ENTREPRISE Annexe 1 : Page 19 Quelques pints de repère sur la sciété BATISPORT et sn activité. Annexe 2 : Page 21 Principales dnnées cmptables de la sciété sur l exercice clôturant au 31 juillet LE STAGE : UNE MISSION, PLUSIEURS AXES DE TRAVAIL POUR CONTINUER LE DÉVELOPPEMENT DE L ENTREPRISE ET PRÉPARER SEREINEMENT SON AVENIR Annexe 3 : Page 26 Graphique stratégique sur le fnctinnement glbal et les enjeux rganisatinnels et cmmerciaux de la sciété. Annexe 4 : Page 28 Élabratin de la «Bible» de travail de l entreprise : dssier plitique et démgraphique sur les institutins françaises, les grands principes de la démcratie lcale, la gestin des finances publiques, le rôle crissant de l intercmmunalité Annexe 5 : Page 41 Dcument de synthèse sur la thématique envirnnementale dans le bâtiment qui est un axe stratégique essentiel à suivre dans les dix ans à venir pur la survie pure et simple de l entreprise. Annexe 6 : Page 47 Article de l hebdmadaire Le Mniteur des travaux publics et du bâtiment intitulé «Transmissin d entreprise : un enjeu crucial pur le BTP», paru le 13 juin Cet article est le fndement d une imprtante réflexin et d un dcument-supprt de travail sur la ntin de transmissin d entreprise. En quelques mts, j ai ainsi : - fait une synthèse de l article et dévelppé de manière thérique la ntin de transmissin d entreprise grâce aux curs dispensés durant l année de DESS Ingénierie Financière et à la lecture d uvrages sur le sujet, - rencntré de nmbreux interlcuteurs spécialistes de la questin 18

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX

TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX TSTT - ACC FICHE 2 : LES METIERS COMMERCIAUX 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE Pur satisfaire au mieux le cnsmmateur, il faut une fnctin cmmerciale bien structurée. 1.1 EXEMPLE En général plusieurs

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES

SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES SYNTHESE ET RECOMMANDATIONS DE LA 3 ème CONFERENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES 1. SYNTHESE : Au terme de la 3 ème cnférence frmatin tenue à Alger les 12 et 13 décembre 2006, les pratiques

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

«MALLETTE DU DIRIGEANT» Programme de la formation

«MALLETTE DU DIRIGEANT» Programme de la formation «MALLETTE DU DIRIGEANT» Prgramme de la frmatin OBJECTIFS DE LA PRESTATION : Offrir aux chefs d entreprise les myens d effectuer un diagnstic de leur activité par des utils cncrets de mesures crrectives

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

FORMATIONS FAFIEC 2008

FORMATIONS FAFIEC 2008 ACTIONS COLLECTIVES NATIONALES 1 Nuvelle actin : Prfessinnaliser sa démarche cmmerciale (Appel d ffres de sélectin d rganismes de frmatins en curs) Savir vendre une prestatin de cnseil, c'est avant tut

Plus en détail

territoire où les EC sont où les EC sont «sous représentés» Dont nb adhérents +10 1440 517 44

territoire où les EC sont où les EC sont «sous représentés» Dont nb adhérents +10 1440 517 44 Assistance à maitrise d uvrage (AMO) du «Prjet expérimental de sécurisatin des parcurs prfessinnels pur les métiers de la cmptabilité» Cahier des charges PRESENTATION DU PROJET Le cntexte du prjet Le prjet

Plus en détail

Modules d Insertion Professionnelle

Modules d Insertion Professionnelle Mdules d Insertin Prfessinnelle 1 AUGMENTER SA CONFIANCE EN SOI DANS LE CADRE DE SA RÉINSERTION PROFESSIONNELLE... 2 1.1 AUDIENCE ET PRÉREQUIS... 2 1.2 DURÉE... 2 1.3 DÉROULEMENT DE LA FORMATION :... 2

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE Fnds d incitatin académique Académie de Brdeaux UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE SECONDE Lycée Bernard Palissy Agen (47) DESCRIPTION DU PROJET Ce prjet, au cœur du prjet d établissement,

Plus en détail

FICHE DE POSTE CONTEXTE ET DEFINITION. Bordeaux, le 13 avril 2015

FICHE DE POSTE CONTEXTE ET DEFINITION. Bordeaux, le 13 avril 2015 Brdeaux, le 13 avril 2015 FICHE DE POSTE Empli repère CCN : Intitulé de pste : CONSEILLER NIVEAU II Référent Garantie Jeunes CONTEXTE ET DEFINITION La Garantie Jeunes est une des mesures nuvelles issues

Plus en détail

Des indicateurs de résultats

Des indicateurs de résultats Curs 2014 entreprise et marché (um1.ec.free.fr) Indicateur de perfrmance : dnnée quantifiée qui mesure l efficacité de tut u partie d un prcessus u d un système par rapprt à une nrme, un plan u un bjectif

Plus en détail

Cadre de référence des Contrats de quartier

Cadre de référence des Contrats de quartier Cadre de référence des Cntrats de quartier Validé par le Cnseil administratif lrs de sa séance du 12 février 2014 Dcument élabré par la directin du Département de la chésin sciale et de la slidarité, sus

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES «Développement d une ingénierie sur les métiers du numérique et les référentiels de formation correspondants»

CAHIER DES CHARGES «Développement d une ingénierie sur les métiers du numérique et les référentiels de formation correspondants» CAHIER DES CHARGES 1 «Dévelppement d une ingénierie sur les métiers du numérique et les référentiels de frmatin crrespndants» 1ère étape du prjet «GPEC filière numérique» sur le bassin de Caen A. LE CONTEXTE

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire

CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Loire CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO Synthèse Décembre 2014 CARIF-OREF Bretagne, Centre et Pays de la Lire Enquête auprès des publics du SPRO 6, rue Gurvand

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL

STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL STAGES ETUDIANTS A L INTERNATIONAL en lien avec la prcédure natinale «rganisatin des stages étudiants à l internatinal» (Cdificatin : PROC FO MO 01 V2) Objectifs du stage Ce stage est réalisé en 2 ème

Plus en détail

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu Le Cmité de piltage du Réseau Parentalité Reaap de la Drôme, cmpsé de la directin départementale de la chésin sciale, la Caf, le Cnseil général, la Msa et l Udaf, a rganisé, en cmplémentarité des rencntres

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

PERIODE DE FORMATION EN ENTREPRISE

PERIODE DE FORMATION EN ENTREPRISE PASSEPORT POUR L ENTREPRISE LOGO DU LYCEE PERIODE DE FORMATION EN ENTREPRISE PARTENARIAT LE STAGIAIRE Nm. Prénm. DEVRA ACCUEIL Avir une attitude de cnfiance et de dialgue avec sn tuteur SECURITE SERIEUX

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE

RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE RÉFÉRENTIEL CQP ANIMATEUR PÉRISCOLAIRE CQP Animateur Périsclaire Versin au 11/07/2013 Rappel : Extrait annexe IV: Cnventin cllective Mdalités de créatin d'un CQP, cntenu du cahier des charges : le titre

Plus en détail

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif

Programme de surveillance : Développement professionnel Document explicatif Prgramme de surveillance : Dévelppement prfessinnel Dcument explicatif DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL Questinnaire d aut-inspectin«(qai) Plan d atteinte des standards (PAS) Plan de prise en charge du patient

Plus en détail

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15 Audits énergétiques Entreprises Règlementatin et perspectives Méthdlgie Février15 Présentatin générale Qui smmes-nus? Bureau d études techniques Energies renuvelables et Maitrise de l Energie Actinnariat

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI

développer Mes capacités SécuriSer mon avenir professionnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI dévelpper Mes capacités SécuriSer mn avenir prfessinnel 1 ER RÉSEAU D EXPERTS POUR LA FORMATION ET L EMPLOI Savir évluer dans sn empli u rebndir pur en retruver un Les réalités bservées auprès de nmbreux

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

Migration vers Windows 7 : toujours un sujet de préoccupation pour les professionnels de l informatique

Migration vers Windows 7 : toujours un sujet de préoccupation pour les professionnels de l informatique Migratin vers Windws 7 : tujurs un sujet de préccupatin pur les prfessinnels de l infrmatique Smmaire.. Généralités. 1 Envirnnements de desktp. 2 Niveau d avancement de l implémentatin 3 Ressurces et planificatin

Plus en détail

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA FRANCHISE. Ce qu il faut savoir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA FRANCHISE Ce qu il faut savir? Fiche cnseil Ns fiches cnseils nt pur bjectif de vus aider à mieux appréhender les ntins : Certifié ISO 9001 Cmptables Fiscales Juridiques, Sciales, de Gestin Réf. : DEV/O/FC/065/11-11/VBU

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE

GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE GENERALITES SUR LA REPRISE D ENTREPRISE Parce qu'elle est une chance pur l'écnmie française, la reprise tient une place essentielle sur les plans micr et macrécnmique. Bien utilisée, elle est une méthde

Plus en détail

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE POUR LA SECURISATION DES PERSONNES ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES 8 Juillet 2013 Les participants à la grande cnférence sciale

Plus en détail

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT

FORMATION INNOVATION MANAGEMENT FORMATION INNOVATION MANAGEMENT Atelier de 3 jurs «Réinventer sn activité» à destinatin de chefs d entreprises Dates : 24/11, 08/12 et 09/12 Lieu : Chambre de Cmmerce du Luxemburg Frais d'inscriptin :

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation DSPR-DIR-02-01 Manuel de gestin Directive et prcédure : Expéditeur : Persnnel visé : Respnsable de sa mise en applicatin : Directin des services prfessinnels et de réadaptatin Persnnel du CR La Myriade

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

L efficacité est-elle soluble dans la formation?

L efficacité est-elle soluble dans la formation? L efficacité est-elle sluble dans la frmatin? Diagnstic, enjeux et perspectives du cncept d efficacité en frmatin 10 e Université d Hiver de la Frmatin prfessinnelle Arles, 23 janvier 2008 Françis-Marie

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 VUE D ENSEMBLE Le Sentier est un rganisme enregistré de bienfaisance à but nn lucratif vué à la réalisatin de la cnstructin et de la prmtin du sentier

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle.

Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude portant sur l analyse de la négociation d entreprise sur l égalité professionnelle. Cahiers des Clauses Particulières relative à l achat d une étude prtant sur l analyse de la négciatin d entreprise sur l égalité prfessinnelle. Directin Réginale des entreprises, de la cncurrence, de la

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel

TÉLÉMÉDECINE. Docteur Xavier DEAU Conseiller National de l Ordre des Médecins Exercice Professionnel TÉLÉMÉDECINE Dcteur Xavier DEAU Cnseiller Natinal de l Ordre des Médecins Exercice Prfessinnel TÉLÉMÉDECINE DÉONTOLOGIE DR DEAU CNOM INTRODUCTION La télémédecine est un myen exceptinnel d ptimiser la qualité

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Entretien de bilan en 10 e année. Dossier pour les parents. Evaluation faite par Nom, prénom de l élève Classe Ecole. Erziehungsdirektion

Entretien de bilan en 10 e année. Dossier pour les parents. Evaluation faite par Nom, prénom de l élève Classe Ecole. Erziehungsdirektion Erziehungsdirektin Directin de l instructin des publique Kantns du cantn Bern de Berne Amt für Kindergarten, Vlksschule Office de l enseignement und Beratung présclaire et bligatire, du cnseil et de l

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S

REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S REGLEMENT D INTERVENTION FONDS SOCIAL D AIDE AUX APPRENTI-E-S Le dispsitif du Fnds Scial d Aide aux Apprenti-e-s, entre dans le cadre d une véritable stratégie pur la sécurisatin du parcurs des Apprenti-e-s.

Plus en détail

Direction de la ville et de la cohésion urbaine Mise en place et suivi d un PRE

Direction de la ville et de la cohésion urbaine Mise en place et suivi d un PRE Directin de la ville et de la chésin urbaine Mise en place et suivi d un PRE Le présent dcument a pur bjectif de dnner des repères aux acteurs mettant en œuvre un prjet lcal de réussite éducative (PRE)

Plus en détail

Les Magasins Généraux ont été conçus, à l origine, avec la mission de contribuer à désengorger le trafic du Port de Djibouti.

Les Magasins Généraux ont été conçus, à l origine, avec la mission de contribuer à désengorger le trafic du Port de Djibouti. 1. Préambule Les Magasins Généraux nt été cnçus, à l rigine, avec la missin de cntribuer à désengrger le trafic du Prt de Djibuti. Une nuvelle étape, dans la ratinalisatin des prcédures de transprt, supprtée

Plus en détail

Programme de formation Professionnelle pour l obtention du certificat professionnel de Coach Praticien

Programme de formation Professionnelle pour l obtention du certificat professionnel de Coach Praticien Prgramme de frmatin Prfessinnelle pur l btentin du certificat prfessinnel de Cach Praticien Présentatin de la frmatin Vus décidez de devenir cach. C'est un métier, c'est une discipline : il vus faut en

Plus en détail

PRÉSENTER TOUT EN MOTIVANT

PRÉSENTER TOUT EN MOTIVANT PRÉSENTER TOUT EN MOTIVANT Durant ces deux jurs, apprenez cmment dnner une présentatin mtivante «qui reste», avec plus d assurance et en tenant cmpte de vs qualités persnnelles. Hôtel Husa Président Park

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Diagnostic des stratégies et outils de communication des territoires du Val d Adour et d Armagnac Cahier des charges

Diagnostic des stratégies et outils de communication des territoires du Val d Adour et d Armagnac Cahier des charges Prjet de Cpératin : Renfrcer les démarches participatives au service du dévelppement durable» Diagnstic des stratégies et utils de cmmunicatin des territires du Val d Adur et d Armagnac Cahier des charges

Plus en détail

Choisir un coach-mentor

Choisir un coach-mentor Ce texte est une traductin d un dcument prduit par Assciatin f Cach Training Organizatins (ACTO)( www.actnline.cm), et endssé par Internatinal Cach Federatin (ICF). Dans ce texte le masculin inclut le

Plus en détail

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS

LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS LA COMPTABILITE DES ASSOCIATIONS Présentatin de l'rganisme de frmatin «l écle de la micrfinance» L Ecle de la Micrfinance est un rganisme de frmatin français [1] qui entend répndre à la demande de bénévles

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire 1 er Cncurs Créateurs/jeunes entreprises Dssier de Presse A l ccasin du premier anniversaire de la Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire, la Cmmunauté de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T.

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. Mdifié en juillet 2014, ce dcument prpse des pssibilités de travail avec Icnit. Fichier surce : http://dsden02.ac-amiens.fr/tnp/tnp_internet/dssiers_tnp/activites_classe_mbile/ent/missin_tuic_02_ent_2012.pdf

Plus en détail

ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE

ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE ALTERNANCE CHARGE(E) DES SERVICES GENERAUX ET LOGISTIQUE HUMANITAIRE Une frmatin au métier de Lgisticien de Santé 2014/2015 PRESENTATION DE L INSTITUT ET DE LA FORMATION L ALTERNANCE COTE RESSOURCES HUMAINES

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques POLITIQUE SCIENTIFIQUE FEDERALE rue de la Science 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 www.belsp.be Fiche de prjet pur les institutins publiques Cette fiche est remplie par une institutin

Plus en détail

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs

MSc avec projet supervisé en marketing. Lignes directrices à l intention des étudiants et professeurs MSc avec prjet supervisé en marketing Lignes directrices à l intentin des étudiants et prfesseurs Le prjet supervisé Avec mémire u avec prjet supervisé, la M. Sc. en gestin mène, au chix de chacun, à des

Plus en détail

APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014

APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014 DOCUMENT DE CONSULTATION 04 JUILLET 2014 APPEL D OFFRES PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT DSI 2014 163 PAP Bpifrance PRESTATION INTEGRATION FINANCEMENT 1 TYPE DE PROCEDURE Marché privé, passé en appel

Plus en détail

Canada stratégie d investissement 1

Canada stratégie d investissement 1 Canada stratégie d investissement 1 A. Stratégie d investissement glbale Aperçu général Le guvernement du Canada placera un accent renuvelé sur l écnmie, surtut en ce qui cncerne l investissement dans

Plus en détail

ACTION DE SOUTIEN SCOLAIRE DE REINSERTION

ACTION DE SOUTIEN SCOLAIRE DE REINSERTION ) ) Éducititn l'ahanait Eeselremeni suphieler gecherctie W NORD MEUSIEN ))) LA FORMATION CONTINUE. PROJET DE FORMATION ACTION DE SOUTIEN SCOLAIRE ET D'AIDE A L'ELABORATION D'UN PROJET DE REINSERTION CER

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Gestion de projet de production dans le spectacle vivant

Gestion de projet de production dans le spectacle vivant Gestin de prjet de prductin dans le spectacle vivant Planifier, administrer, budgétiser : dnnez vie à vtre prjet! (réf. 401P) Intervenants Francis Richert Respnsable des musiques actuelles amplifiées au

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Découpage de la Formation... 3. Renseignements et Moyens Pédagogiques... 4. Le processus métier : gestion des achats...

Sommaire. Sommaire... 2. Découpage de la Formation... 3. Renseignements et Moyens Pédagogiques... 4. Le processus métier : gestion des achats... Filière de frmatin : Utilisateur FONCTIONNEL SAP END USERS Gestin des Achats Dssier Pédaggique Durée : 5 jurs Smmaire Smmaire... 2 Décupage de la Frmatin... 3 Renseignements et Myens Pédaggiques... 4 Le

Plus en détail

Implémentation de la nouvelle politique de santé mentale pour enfants et adolescents

Implémentation de la nouvelle politique de santé mentale pour enfants et adolescents Implémentatin de la nuvelle plitique de santé mentale pur enfants et adlescents Mdèle pur la descriptin du réseau 1. Intrductin Le 30 mars 2015, le Guide vers une nuvelle plitique de sins de santé mentale

Plus en détail

Liège, le 9 février 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/024

Liège, le 9 février 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/024 Centre Hspitalier Universitaire de Liège Dmaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestin des Ressurces Humaines Service Recrutement Liège, le 9 février 2015 APPEL

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous?

Cahier des charges GPEC Territoriale Script Emploi National : Métier de la relation client Novembre 2015. Eléments de contexte. Qui sommes-nous? Cahier des charges GPEC Territriale Script Empli Natinal : Métier de la relatin client Nvembre 2015 Eléments de cntexte Qui smmes-nus? Le Fnds d Assurance Frmatin du Travail Tempraire (FAF-TT), OPCA (Organisme

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Infrmatins financières Prgramme d entreprise 2012-2014 Rueil-Malmaisn (France), le 22 février 2012 tient aujurd hui une cnférence avec les investisseurs financiers à Paris, au curs de laquelle, Jean-Pascal

Plus en détail

Compte rendu Commission Communication du 7 juillet 2010 Brasserie Flo

Compte rendu Commission Communication du 7 juillet 2010 Brasserie Flo Cmpte rendu Cmmissin Cmmunicatin du 7 juillet 2010 Brasserie Fl Persnnes présentes - Gérard Simnin - Yves Bncur - Hubert Gign - Patrick Beaujard - Frédéric Berruet - Linel Valdan - Christine Herzg - Ingrid

Plus en détail

Cercle pour la Culture du Leadership dans le Sanguié

Cercle pour la Culture du Leadership dans le Sanguié Burkina Fas Unité-Prgrès-Justice REGION DU CENTRE OUEST PROVINCE DU SANGUIE Cercle pur la Culture du Leadership dans le Sanguié DEUXIEME FORUM DES LEADERS DU SANGUIE Les 04 et 05 aût 2012 à Ténad et Kyn

Plus en détail

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts

Dossier Spécial. Les 5 étapes pour vendre ACT! Apprendre à détecter un besoin en Gestion de Contacts Dssier Spécial Les 5 étapes pur vendre ACT! Apprendre à détecter un besin en Gestin de Cntacts Ce dssier à pur bjectif de vus aider à cmmercialiser ACT! auprès de vs clients et prspects. Nus allns vus

Plus en détail

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore.

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore. Caractérisatin des activités Etude des circuits financiers Schéma d Aménagement et de gestin des eaux de la Dre Synthèse SYNTHESE SYNTHESE I. CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE L étude vise à répndre à l

Plus en détail

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque LE RÔLE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Cntenu Nminatin du directeur général Le rôle de cnseiller auprès des administrateurs Le rôle de gestinnaire Le directeur général et le service de biblithèque Relatins entre

Plus en détail

La Conduite de Projet Informatique

La Conduite de Projet Informatique La Cnduite de Prjet Infrmatique La Ntin de Prjet Un prjet est un prcessus unique qui cnsiste en un ensemble d activités qui snt crdnnées, maitrisées, qui cmprte une date de début et de fin. Le prjet est

Plus en détail

Booster votre transformation par l Ergonomie!

Booster votre transformation par l Ergonomie! Page 1 sur 5 The e-cmmerce Academy 28 bd Pissnnière 75009 Paris T. +33 (0) 1 45 63 19 89 cntact@ecmmerce-academy.fr http://www.ecmmerce-academy.fr/ Bster vtre transfrmatin par l Ergnmie! Pertinence + facilité

Plus en détail

Introduction/contexte

Introduction/contexte Aide financière accrdée par les rganismes de services aux persnnes ayant une déficience intellectuelle aux prgrammes de Services de sutien à l intégratin et à l analyse des cnstatatins du sndage sur la

Plus en détail

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire

Utiliser les activités de cours de Moodle : le Questionnaire Utiliser les activités de curs de Mdle : le Questinnaire CETTE PROCEDURE DÉCRIT LA MISE EN PLACE ET L UTILISATION DE L ACTIVITÉ DE COURS «QUESTIONNAIRE». PRE-REQUIS : Prcédure «Démarrer sur Mdle» DÉFINITION

Plus en détail

COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT

COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT COMPTE RENDU ATELIER DU NOUVEAU MARKETING DU RECRUTEMENT Intrductin Seln Philippe Laurent, Président- chef d entreprise d Auvergne Nuveau Mnde, l bjet premier de l assciatin est d amélirer la perceptin

Plus en détail

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration

Analyse du sondage de satisfaction effectué auprès des usagers (2012) et cibles d amélioration Martin Pruneau Carle Vaillancurt Analyse du sndage de satisfactin effectué auprès des usagers (2012) et cibles d améliratin Dcument adpté par le cmité d agrément le 29 janvier 2013 INTRODUCTION Ce dcument

Plus en détail

La Gestion de projet Web

La Gestion de projet Web La Gestin de prjet Web Définitin de gestin de prjet Gérer et animer un prjet, être chef de prjet c est d abrd savir en négcier l bjectif mais aussi prévir. Pur cela, il faut savir mettre en œuvre les utils

Plus en détail

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE

PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Questinnaire à destinatin des assciatins du territire de la Cmmunauté de Cmmunes de Quillebeuf-sur-Seine PARTIE 1 : MIEUX VOUS CONNAITRE Infrmatins pratiques sur vtre assciatin Nm de l assciatin : Président

Plus en détail

Les solutions de paie et de gestion du personnel : du logiciel à l extermalisation

Les solutions de paie et de gestion du personnel : du logiciel à l extermalisation Les slutins de paie et de gestin du persnnel : du lgiciel à l extermalisatin Smmaire La gestin des ressurces humaines pur les PME 1. Intrductin 2. Le lgiciel 3. La paie manuelle 4. L expert cmptable 5.

Plus en détail

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2

SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 SECONDAIRE : ÉCONOMIE DISTRIBUTION DU REVENU AU CANADA : ACTIVITÉ 1 DE 2 Objectif : Cette activité se divise en deux parties. Dans la première activité, les élèves cmprendrnt ce qu est le revenu. Ils explrernt

Plus en détail

Ministère des Affaires Sociales et de la Santé

Ministère des Affaires Sociales et de la Santé Ministère des Affaires Sciales et de la Santé Directin Générale de l Offre de Sins Sus-directin du piltage de la perfrmance des acteurs de l ffre de sins Bureau de l efficience des établissements de santé

Plus en détail