Développement de l unité commerciale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement de l unité commerciale"

Transcription

1 L I V R E D U P R O F E S S E U R Développement de l unité commerciale Sous la coordination de Jean-François DHÉNIN Avec les contributions de Souhai AZMANI Jean-François DHÉNIN Myriam HALLOUIN Fabrice MOINE Nils PRADES Béatrix REDL Johan RIVALLAND 1, rue de Rome Rosny Cedex

2 Édition : Emilie Ouakrat Couverture : Joëlle Parreau Mise en Page : Emilie Ouakrat Bréal, Rosny-sous-Bois, 2004 Toute reproduction même partielle interdite ISBN : Dépôt légal : août 2004

3 Sommaire Chapitre 1 La démarche mercatique 5 Chapitre 2 Le système d information mercatique 9 Chapitre 3 Environnement de l action et marchés 13 Chapitre 4 La veille commerciale 17 Chapitre 5 La demande globale et sa segmentation 21 Chapitre 6 Le recueil des informations sur la demande 25 Chapitre 7 Les facteurs explicatifs du comportement des consommateurs 27 Chapitre 8 L offre 31 Chapitre 9 L approche mercatique des produits et services 35 Chapitre10 La marque 39 Chapitre11 Emballage, conditionnement, stylique 43 Chapitre12 La qualité des produits et services 47 Chapitre13 Les réseaux d unités commerciales, définition et typologies 51 Chapitre14 L organisation des réseaux d unités commerciales, composantes et acteurs 53 Chapitre15 Les relations entre producteurs et distributeurs 57 Chapitre16 La stratégie de développement du réseau 63 Chapitre17 La stratégie d offre et de positionnement 67 Chapitre18 La stratégie de communication 71 Chapitre19 La stratégie d achat et de logistique 75

4

5 Doc. 1 Le camembert se fait léger, léger Chapitre 1 LA DEMARCHE MERCATIQUE ET L EVOLUTION DE LA MERCATIQUE Question 1 Il s agit d une démarche marketing car elle répond aux attentes des consommateurs : - l attente santé est prise en compte par le taux de matières grasses limité ; - l attente authenticité est aussi prise en compte en gardant une texture et des arômes originels. Question 2 Non, car l entreprise aurait l aléa de commercialiser un produit qui pourrait plaire ou ne pas plaire. Ici elle est certaine qu il y a une demande réelle et encore mal satisfaite. Question 3 En étudiant les ventes des produits existants grâce à la souscription à un panel. Doc. 2 La SNCF mise sur le multicanal Question 1 Elle est en situation de monopole uniquement si l on considère l exploitation des lignes de chemin de fer, en réalité il existe de nombreux produits substituables (car, voiture, avion, visioconférence, ) qui la pousse à «faire préférer le train». En réalité elle subit donc une forte concurrence et il lui faut favoriser cette préférence, mais aussi faire connaître des services mal connus des consommateurs. Question 2 Tout le personnel est impliqué, depuis la directrice marketing (heureusement), en passant par les guichetiers, les contrôleurs dont les missions sont élargies, ils deviennent prescripteurs et commerciaux. La création de nouveaux postes permet de proposer de nouveaux services par l intermédiaire du centre d appel, du web, de bagagistes, et de personnel proposant une information radio et la location de véhicules. Doc. 3 Bataille au sommet pour succéder au CD Question 1 Marché Principal Musique Substituable Cassette, disque, MP3, Complémentaire Maison de disque, hi-fi, Support Électricité, informatique numérique, Amont Producteurs, auteurs, Aval Distributeurs, utilisateurs, Illustration Question 2 Produit Besoin Budgétaire Lecteur CD, lecteur de cassettes, lecteur MP3, radio, Si l on considère que c est le divertissement : les concerts, les DVD, le cinéma, les balades en forêts, Tous les produits dans la mesure où le consommateur fait un choix en fonction de son pouvoir d acha Doc. 4 Produits besoins PÂTES : practicité, rapidité, simplicité. APRÈS-RASAGE : paraître, rapidité. ŒUF : practicité, originalité, goût. GARNITURE : practicité, rapidité. BOISSON DÉTENTE : bien-être, relaxation. 5

6 Doc. 5 France Loisirs fait peau neuve Question 1 Étude : Conception : Stratégique : Opérationnelle : identification des habitudes et des attentes du consommateur. démocratisation du livre. préparation des décisions opérationnelles. utilisation du marketing direct, du couponing, publicité destinée aux adhérents, création d une thématique trimestrielle, parrainage de nouveaux clients par les membres et formation de délégués commerciaux. Question 2 Cela facilite la reconnaissance du client qui s identifie au sujet, il adhère aux valeurs d une entreprise qui lui ressemble. Question 3 Voir Question 1 dont la réponse est structurée ainsi. Doc. 6 Pourquoi la ligue contre le cancer radicalise son discours? Question 1 Elle tente d influencer les comportements pour obtenir des agissements qui lui sont favorables. Question 2 Elle ne vend pas de produit, mais le don est très proche puisqu il implique un paiement par le donateur. Cela peut aussi être un moyen de s acheter une bonne conscience et avoir la satisfaction d être solidaire. De plus, des actions mercatiques sont nécessaires pour faciliter le don, mais aussi pour être préféré face aux autres associations demandeuses «, le marché du don aussi est concurrentiel». Doc. 7 PME : des programmes relationnels tout juste ébauchés Question Elles sont confrontées à plusieurs problèmes : - les moyens financiers et humains importants à mettre en œuvre ; - une connaissance limitée du client ; - réussir à identifier les attentes et les besoins ; - actualiser régulièrement la base de données. 6

7 Travail individualisé 1 La réponse aux attentes des consommateurs Après avoir repéré les attentes et les familles de produits, croisez les données pour créer de nouveaux produits (création d une matrice de découverte). Chaque classe aboutira à des matrices différentes. Attentes / Produits Fromages Santé, Ligne Plaisir Praticité Créativité Bonbons Boissons Glaces Quelques exemples : - Fromage allégé : allie santé (produit riche en calcium), ligne (taux de matières grasses limité) et plaisir (goût authentique). Quelques marques se sont déjà lancées (Cœur de Lion Extra léger, Leerdammer Ligne, etc. ). On pourrait améliorer encore le produit en adaptant d autres variétés de fromages qui n existent pas encore en version «light» (exemple : Roquefort). De plus, on pourrait répondre aux attentes en termes de praticité en faisant des emballages individuels : le produit garderait ainsi sa fraîcheur et pourrait se consommer partout. - Bonbons aux arômes naturels : ce produit serait destiné aux enfants mais aussi aux adultes. Il s agit de créer un bonbon sain aux arômes naturels des fruits de la passion enrichis en vitamine C pour lutter contre la fatigue (attente «prévention -santé» satisfaite). - Jus Beauté : l idée serait de créer un jus multi vitaminé qui apporte jeunesse et éclat à la peau. Il permettrait également de bronzer plus rapidement car il serait renforcer en bêta carotène. Ce produit satisferait alors les attentes en termes de bien-être et beauté (plaisir esthète). - Glace familiale allégée : récemment sont sorties sont sortis des glaces allégées, mais uniquement en bâtonnet. Il serait donc utile de créer une version allégée des grands bacs (un litre), familiale de manière à répondre aux attentes des consommateurs en termes de plaisir, de partage d un moment en famille et de ligne (attente d ailleurs renforcée pendant la période estivale). 7

8 Travail individualisé 2 Les évolutions de l offre sur le marché de la presse Les titres gratuits adaptent leurs formats pour les raisons suivantes : - Tout d abord, la raison principale est la commodité. En effet, la plupart du temps ces titres sont lus dans le métro, dans le bus, entre deux cours, à la pause café. Par conséquent, il est indispensable que ces journaux ne soient pas trop encombrants, faciles à transporter, pratiques à lire. - Par ailleurs, ces titres gratuits sont financés par la publicité. Il est alors nécessaire que le lecteur puisse les parcourir quelque soit l endroit où il se trouve: cela permettra en effet de toucher le maximum de personnes et ainsi de satisfaire l annonceur. - De même, ces titres gratuits sont des outils de marketing direct pouvant aller jusqu à remplacer les prospectus. Il est alors essentiel que leur format, leur configuration aident à capter d emblée l attention du lecteur sur la publicité diffusée. - Enfin, il peut-être utile de noter que les titres gratuits adaptent non seulement leurs formats mais également leur contenu dans le but de cibler un maximum de personnes. Tous les domaines sont abordés : actualités, économie, sport, people, beauté, météo, jeux, horoscope. Ainsi, ces titres gratuits sont susceptibles de toucher un large public. La gratuité implique que ces journaux soient largement distribués et lus par le plus grand nombre de lecteurs ; ceci dans le but d attirer un maximum d annonceurs. Ceci explique les efforts des éditeurs en terme de qualité, de contenu, de format. Avec ces titres gratuits, le journal devient un instrument de publicité et de marketing. De ce fait, le contenant devient tout aussi important que le contenu. La stratégie de la presse gratuite s'apparente finalement à celle des chaînes de télévision privées (faire de l'audience pour attirer les annonceurs et valoriser l'espace de publicité). L avenir du marché de la presse pourrait être imaginé de la façon suivante : Si la presse gratuite réussit une implantation dans la durée, si elle séduit les annonceurs, il est probable qu à terme la presse payante sera affectée. Cette dernière devra réagir soit en diminuant son prix de vente soit en apportant une différenciation plus marquée (ancrage idéologique, prestige du journal, qualité éditoriale, enquêtes et investigations, pertinence des articles, etc.). Toutefois, la presse gratuite vise un nouveau lectorat qui jusque là n achetait pas de journaux. En cela, la concurrence entres ces deux médias n'est pas aussi évidente : les cibles ne sont pas les mêmes pour la presse payante et gratuite ; de plus la presse payante peut jouir d un lectorat fidèle (du moins à court terme). Les quotidiens payants, aussi bien la presse quotidienne nationale (Le Monde, Le Figaro, Libération) que les quotidiens spécialisés (La Tribune, Les Echos) destinés à un public plus cultivé, plus intellectuel ne sont donc pas menacés. Le marché de la presse magazine : l offre apparaîtrait encore plus abondante et diversifiée (exemple : «Elle» se duplique déjà en «Elle Maison», «Elle cuisine».on pourrait imaginer dans quelques années une diversité encore plus grande avec l apparition d un «Elle beauté», «Elle enfant», «Elle Astrologie»). L offre va donc passer d un marketing de masse (le «Elle» traditionnel que toutes les femmes achètent sans différencier la femme active de la mère au foyer) à un marketing individualisé (l offre s adapte aux attentes spécifiques de chaque lectrice). La presse magazine va donc continuer à segmenter son offre de façon à satisfaire ses lecteurs. Par ailleurs, la presse magazine étant déjà fortement financée par la publicité, la gratuité est difficilement envisageable à court terme (coûts de fabrication élevés, couleurs, photos, etc.). Les annonceurs vont certainement continuer à faire confiance aux magazines plus qu aux quotidiens (nombreux sont les français qui lisent des magazines, contrairement aux quotidiens peu lus). Par ailleurs, les annonceurs vont sûrement, dans l avenir, se tourner davantage vers la presse gratuite : elle constitue en effet une aubaine puisque c est elle qui a la plus forte diffusion et qui permet de toucher la cible la plus large. Ceci pourrait alors favoriser le développement de la presse gratuite. 8

9 Chapitre 2 LE SYSTEME D INFORMATION MERCATIQUE Doc. 1 la diversité de l information Question 1 Le SIM représente une architecture communicante entre les bases de données des différents services de l entreprise. Question 2 La meilleure façon de gérer au mieux les données client d une entreprise est de les synchroniser à tous moments (mise à jour) et de les rendre disponible à tous les services de l entreprise. Doc. 2 Ne pas privilégier le support technique au détriment de l information Question 1 Le danger est de s intéresser uniquement aux supports de l information et pas à la qualité de celle-ci. Question 2 La mercatique a comme base le consommateur (actuel ou futur). Sans information sur ce consommateur, la mercatique ne proposer aucune stratégie. L information est la matière de la mercatique. Question 3 Voici quelques propositions non exhaustives : - informations sur les concurrents, - informations sur les nouveaux produits, - informations sur les ventes, - informations sur le marché, - informations sur les modes de vie, - informations sur les modes de consommation, - etc. Doc. 3 Chronopost intègre ses différents systèmes d information Question 1 Chaque service collecte les informations dont il a besoin sans se préoccuper des autres services. Il faut donc décloisonner les services pour organiser le partage des informations. Cela va être générateur d économie à terme. Question 2 Avantages : - meilleur stockage des données, - partage de l information, - meilleure exploitation des données et donc meilleure connaissance du client, - meilleure rentabilité, - meilleur anticipation de l avenir. Doc. 4 NTIC et système d information mercatique Question 1 Le knowledge management représente le management des connaissances au sein de l entreprise. Le knowledge management établit une hiérarchie entre : les données de l entreprise, les informations utiles et inutiles, les connaissances «actionnables» qui sont réellement nécessaires dans la création ou la maintenance des compétences clés de l entreprise. Le management des connaissances s appuie sur les sept leviers de succès : - les connaissances de l entreprise situées dans les cerveaux de ces clients (la structure externe), - les connaissances se trouvant dans les produits et les services, - les connaissances humaines au sein de l entreprise (le capital humain), - les connaissances contenues dans les processus (la structure interne), - la mémoire organisationnelle, - les connaissances entre personnes (la mémoire transactionnelle), - les connaissances en tant que biens immatériels. 9

10 Question 2 Un intranet : c est un site Web privé, connecté au réseau local (LAN) de l entreprise. Dans la pratique, la mise en place d un Intranet consiste à utiliser les technologies Internet pour fédérer autour d un serveur web : - les différentes sources d information présentes dans l entreprise (documents, bases de données, supports de présentation), - les applications informatiques commerciales, - les applications informatiques liées à la production, - les différents processus de travail et de décision. Un Intranet est consultable exclusivement par les collaborateurs avec un navigateur standard qui devient ainsi le client universel du système d information. L Intranet peut être personnalisé suivant le profil de l utilisateur qui s y connecte. Internet : ensemble des réseaux du monde entier qui sont interconnectés et qui utilisent le protocole de communication IP. Messagerie : échange d informations par le réseau Intranet ou Internet (mails ou courriels). La messagerie permet d'émettre ou de recevoir des messages ou des fichiers. Forums : pages interne permettant l échange de réflexions autour de thèmes, de sujets, etc. Groupware : ensemble d outils destinés à favoriser le travail en équipe. Par exemple des logiciels permettant à un groupe d utilisateurs de travailler en collaboration sur un même projet sans être nécessairement réunis. Workflow : circulation contrôlée des documents. Data mining :analyse des données disponibles dans une entreprise pour découvrir des relations non encore mises à jour entre différentes choses. Le data mining peut entre autres établir : Associations : Suites : Classification : Regroupement : C est quand un évènement peut être corrélé avec un autre. Par exemple le fait qu un certain pourcentage d acheteurs de chemise, achètent également une cravate. C est quand un événement entraîne un autre. Par exemple, celui qui achète un magnétoscope, achète également des cassettes. C est de reconnaître des motifs qui se répètent comme des profils clients. C est de détecter des associant de faits. Gestion documentaire : stockage dynamique des documents Édition multimédia : constitution de support incluant l image, le son etc. Commerce électronique : e-commerce Service à la clientèle : service client Assistance à la formation : aide à la formation Doc. 5 Noos externalise son système d information Question L enjeu de base est le regroupement de toutes les informations sur un client car l entreprise vend différents services : TV, Internet et téléphonie. A partir de là, l entreprise pourra mieux connaître ses clients, en dresser un profil et leur proposer de nouveaux services adaptés à leur besoin. Il y aura aussi une facilitation de la facturation et de l évaluation des consommations. 10

11 Travail individualisé En faisant une recherche sur Internet, on trouve beaucoup d'informations sur le datawarehouse parmi lesquelles celle-ci : Un datawarehouse est un entrepôt de données. Il centralise des informations extraites de différentes applications et bases de données rattachées à l environnement de production, à l activité commerciale, etc., pour faciliter la prise de décisions. Synchrones ou asynchrones, les mécanismes d extraction des données sont régis à travers des méta-données. Un datawarehouse répond aux problèmes de données surabondantes et localisées sur de multiples systèmes hétérogènes, c est une architecture capable de servir de fondation aux applications décisionnelles. Le datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées pour le support d un processus d aide à la décision. Les objectifs du Datawarehouse Pour être exploitables, toutes les données (provenant du système de production de l entreprise ou achetées) vont être organisées, coordonnées, intégrées et enfin stockées pour donner à l utilisateur une vue globale des informations (informations «complètes» et «transversales»). Ceci permet : d optimiser les canaux de distribution, la communication, de manipuler des données via des outils, d ajouter de la valeur aux données. Avant d être chargée dans le datawarehouse, l information doit être extraite, nettoyée et préparée. Elle sera, ensuite, intégrée et mise en forme de manière compréhensible par l utilisateur. Les fonctions du Data Warehouse sont donc de : récupérer les données existantes (bases de données de production, fichiers plats, fichiers externes,..) ; nettoyer ces données ; référencer les données (utilisation de Erreur! Signet non défini. : données sur les données) ; stocker les données historiées (constitution d historiques en vue d analyses, comportementales en particulier) ; mettre à disposition les données (permettre à chaque utilisateur d accéder à l information pertinente). Un projet datawarehouse demande un fort niveau d accompagnement du changement. En effet, l accès à l information est souvent structurant pour les organisations, et la mise en œuvre d un système décisionnel performant nécessite de réfléchir à son impact sur les rôles et responsabilités de l ensemble des acteurs de l entreprise. Dans le cas contraire, on court le risque de voir le fonctionnement de l entreprise fortement perturbé ou, tout simplement, que le système décisionnel reste inutilisé. Dans la plupart des cas, bâtir un système de pilotage représente l un des premiers projets transverses à l entreprise. De fait, la réussite d un tel projet devient un exercice de gestion des risques : difficultés à justifier le projet d un point de vue métier, difficultés à trouver un sponsor, difficultés pour susciter une appropriation par les utilisateurs, perte de contrôle technique... Il reste que la mise en œuvre d un vrai système décisionnel est aujourd hui indispensable pour toute entreprise qui souhaite tirer parti des trésors que recèlent les mines d informations qui sont dispersées en son sein. D'après L'article est destiné à des commerciaux. Il doit éviter les aspects trop techniques qui sont du ressort du service informatique, mais se focaliser sur les avantages qu'un utilisateur peut tirer d'un tel système. L'article doit rappeler : - que l'information est au cœur de la compétitivité des entreprises ; - que la gestion de celle-ci est un facteur-clé de succès. 11

12 Et il doit montrer : - que la finalité du datawarehouse et ses grands principes de fonctionnement sont bien compris (aide à la prise de décision, rapidité de circulation de l'information, forte réactivité, etc.) ; - et que les quelques termes techniques sont bien assimilés. Il ne s'agit pas de se perdre dans les aspects trop techniques mais de comprendre les possibilités et les limites du système. Une maîtrise minimum de la technique est aussi nécessaire pour favoriser la communication avec le service informatique dans le cadre d'une éventuelle mise en service ou d'une amélioration du système (participer à l'élaboration du cahier des charges, indiquer clairement ses besoins, etc.). Pour aller plus loin voici quelques sites Internet qui peuvent donner des informations supplémentaires : 12

13 Chapitre 3 ENVIRONNEMENT DE L ACTION ET MARCHES Doc. 1 Automobiles : vraie reprise ou feu de paille? Question 1 Le marché concerné est celui de l automobile. Question 2 La tendance est à la morosité : le marché est en régression même si une reprise semble s amorcer, le niveau des ventes est loin de celui de Doc. 2 Les dimensions de l environnement du marché Question Exemples pour chaque dimension de l environnement : - Écologie : règle pollueur-payeur, éco-emballage, emballages recyclables, ; - Économie : revenu disponible, propension à épargner, ; - Technologie : innovations (DVD jetables), ; - Démographie : natalité, mortalité, espérance de vie, ; - Légales : 35 heures ; - Politique : grands chantiers ; - Socioculturelles : unités de consommation (yogourts vendus par 4/8/16), Doc. 3 Marché du produit et marché de l entreprise Question 1 L approche économique est centrée sur un seul produit ou type de produit. L approche mercatique, quant à elle, est avant tout orientée sur les attentes de la clientèle, plaçant le client au centre même de la notion de marché. Question 2 Application des notions de marché du produit et marché de l entreprise à une société produisant des soupes en briques et à un constructeur automobile : Soupe en briques Automobiles Le marché du produit Offreurs Fabricants (Knor..) Constructeurs (Opel ) Demandeurs Ménages Ménages ou entreprises Prescripteurs Enfants/ nutritionnistes, Enfants/ amis... Influenceurs Médias Médias Le marché de l entreprise Population totale Population française Population ayant besoin de se déplacer Non-consommateurs absolus Personnes n aimant pas la soupe Personnes n ayant pas le permis Non-consommateurs relatifs Personnes faisant leur soupe ellesmêmes Personnes habitant en grande ville Concurrents Autres fabricants Autres constructeurs 13

14 Doc. 4 Des approches différentes de la notion de marché Question Exemples pour chaque approche proposée : Approche Par le produit Par le besoin Géographique Par la position Durable automobile Banal gâteaux Bien tondeuse De consommation brique de lait Principal ski Local breton du porc Entreprise notre produit Niveaux Non durable voyage en train Anomal télévision Service coupe de cheveux Industriel arôme chimique Substitut snow-board National français du porc Concurrents celui des concurrents Complémentaire porteskis International mondial du porc Doc. 5 Les structures de marché Question Exemples pour chacune des structures proposées : Structure Offreurs Demandeurs Exemples Concurrence Pâtes alimentaires Oligopole ou Lessive Monopole ou Électricité Oligopsone ou Aviation civile Monopsone ou Armement Doc. 6 Les producteurs de lait en France Question Le marché du lait est un marché concurrentiel (très grand nombre de consommateurs et grand nombre de producteurs). On remarque toutefois que sur ce marché, comme sur beaucoup d autres, la loi des 20/80 est respectée : 20 % des producteurs réalisent près de 80 % du CA en valeur. À noter également la prédominance des marques MDD correspondant aux tendances actuelles de distribution (voir document 7). Doc. 7 La distribution de lait en France Question On notera l extrême prédominance de la grande distribution. Le marché du lait reflète parfaitement l évolution de la distribution : abandon du commerce traditionnel au profit de la grande distribution, montée en puissance du hard-discount, essor des MDD 14

15 Doc. 8 La demande sur le marché du lait en France Question 1 Connaître la demande, c est connaître les goûts et les attentes des consommateurs et donc pouvoir s y adapter. Mais c est aussi envisager les évolutions de leur comportement et donc innover, ce qui est absolument vital pour l entreprise, car la mise au point d un produit est extrêmement longue et coûteuse, il n est pas possible de commettre des erreurs. Question 2 Profil des consommateurs de lait. On pourra ici se référer au site - Une majorité de petits consommateurs 47 % des Français sont de petits consommateurs de lait avec 1 à 7 actes de consommation par semaine. Les gros consommateurs, 8 %, effectuent plus de 2 actes de consommation par jour. Le nombre de petits comme de gros consommateurs est en progression. (Source : Baromètre TPL Cidil 97/98) - Une consommation variant avec l'âge La consommation est forte chez l'enfant. Elle décroît ensuite. - Une reprise durable de la consommation s'opère vers la cinquantaine. Elle est plus marquée chez les femmes que chez les hommes. Les moins de 50 ans consomment principalement du lait longue conservation. Audelà de 50 ans, la consommation est un peu plus orientée sur le lait frais pasteurisé. - Une consommation favorisée par la présence d'enfants La présence d'enfants favorise les quantités achetées au sein du foyer. Les plus forts indices de consommation sont relevés auprès des ménages ayant de jeunes enfants (indice 167). Plus la famille est large, plus la consommation de lait est importante. (Source Cidil/Secodip) - Une surconsommation s'observe dans les foyers plutôt modestes On note une légère surconsommation de la part des foyers plutôt modestes, habitant des agglomérations de moins de habitants, agriculteurs, artisans, ouvriers. Doc. 9 Les différents intervenants Question Fonctions de chaque intervenant dans le cadre de l achat d une machine-outil dans une entreprise : - Prescripteur :le chef d atelier, le responsable de la production, - Décideur : le chef d entreprise, - Acheteur : le responsable des approvisionnements, le comptable, - Utilisateur : l ouvrier au poste de production, 15

16 Travail individualisé OFFRE Producteurs Marché concurrentiel, dominé par les grands groupes alimentaires. À la marge, de petites brûleries artisanales. Principaux pays producteurs :Brésil et Colombie Distributeurs Le deuxième chiffre d'affaires de la distribution. Le premier Marché Alimentaire : CA 1,23 Md euros (www.linéaires.com) Essentiellement en GMS. DEMANDE Quantitatif 94 % de consommateurs ; 100 % de notoriété ; tonnes par an ; demande en légère régression -1,3 % en valeur Qualitatif Le consommateur attend des innovations : sachets unidoses pour le café soluble, capsules, cafés aromatisés, cafés d origine. Les lieux de consommation sont très divers (domicile, bureau, CHR) avec une importance de la distribution automatique. Évolutions de l environnement Tendance à l internationalisation des marchés : les grands groupes alimentaires mondiaux sont propriétaires des principales marques, ils recherchent une homogénéité de leur portefeuille de produits au niveau international. Le marché du café est extrêmement dépendant de la situation économique, politique et financière des pays producteurs, majoritairement en développement. Le cours du café est donc fluctuant et connaît parfois des périodes de flambée des prix. Développement important du commerce équitable sur le marché du café. C est avec ce produit que les consommateurs français ont pour la plupart découvert cette notion (notamment avec le label Max Haavelar). Malongo dispose ici d une grande notoriété avec son café des petits producteurs. 16

17 Doc. 1 La diversité de l information Chapitre 4 LA VEILLE COMMERCIALE Question 1 L information peut présenter des natures différentes : Quantitative et qualitative Un classement peut s organiser sur ces critères. En sachant que le qualitatif doit primer sur le quantitatif. Interne ou externe Classement en fonction de la provenance de l information. Disponible ou à rechercher L information peut se rechercher ou être déjà disponible. Passée, actuelle ou future Introduction de la notion de temps dans l information. Une information se périme dans le temps. Les flux d informations sont primordiaux. En effet, une information stratégique n est utile que si elle parvient à la bonne personne et au bon moment. Question 2 Sociale Culturelle Logistique Mercatique Économique Juridique Financière Technologique Politique Projet d ouverture des magasins le dimanche. Calendrier d attribution des prix littéraires. Projets de nouvelles lignes TGV. Augmentation de 25 % des ventes par Internet. Ouverture du marché européen à de nouveaux pays. Modification de la législation en vigueur. Prise de pouvoir des petits actionnaires chez Eurotunnel. Extension du nombre de foyer relié à l ADSL. Intention de vote pour les prochaines présidentielles. Question 3 On distingue deux grands types de sources : les sources traditionnelles (type presse, ouvrages, rapports) et les sources modernes (recherche sur Internet). Doc. 2 Représentation graphique des veilles Question 1 Veille commerciale Veille marketing Veille concurrentielle Veille juridique Veille technologique Veille sociétale Veille stratégique Surveillance continue des marchés et fournisseurs. Surveillance continue de la politique commerciale et Internet de vos concurrents. Surveillance continue des actions et produits des concurrents actuels ou potentiels. Surveillance continue des récentes dispositions juridiques prises au niveau national ou européen. Cette veille technologique permet de collecter de l information brute dont nous analysons la véracité et la pertinence avant de vous la diffuser sous forme synthétique et régulière pour une exploitation immédiate. C est la recherche, le traitement et la diffusion (en vue de leur exploitation) de renseignements relatifs aux aspects socio-économiques, politiques, géopolitiques et socioculturels de la société. Cette veille est aussi appelée veille socio-politique ou veille environnementale. Cette veille vise à surveiller : - l évolution des mœurs, des mentalités, - le comportement des consommateurs, - l environnement, - les risques (désordres, conflits, etc.), - les mouvements sociaux et de protestation, - le dépôt de pétitions. La veille stratégique est un processus informationnel volontariste par lequel l entreprise recherche des informations concernant l évolution de son environnement socio-économique dans le but de se créer des opportunités et de réduire ses risques liés à l incertitude. Elle englobe les autres types de veille. 17

18 Question 2 Le schéma est construit sur le principe des ensembles et des sous-ensembles. Par exemple l intelligence économique englobe toutes les formes de veille. Question 3 L intelligence économique peut-être définie comme l ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution (en vue de son exploitation), de l information utile aux acteurs économiques. Ces actions sont menées avec toutes les garanties de protection nécessaires à la préservation du patrimoine de l entreprise,dans les meilleures conditions de qualité, de délais et de côut. Source :Commissariat Général au Plan (Rapport Martre) Doc. 3 La veille concurrentielle Question 1 La veille concurrentielle (marketing et commerciale) doit s intéresser aux partenaires de l entreprise : - les clients ; - les fournisseurs ; - les distributeurs. Question 2 Le benchmarking (encore appelé parangonnage ou référenciation ou amélioration comparative) est la méthode d évaluation de produits, services, matériels, techniques ou processus d une organisation par comparaison avec les modèles qui sont reconnus comme des normes de référence. Cela consiste à rechercher en permanence les meilleures pratiques afin d adopter ou d adapter leurs aspects positifs et de les mettre en oeuvre pour devenir le meilleur. Il existe 4 types de benchmarking : - Benchmarking interne (comparaisons à l intérieur de la propre organisation de l'entreprise) ; - Benchmarking de concurrence (comparaisons spécifiques de concurrent à concurrent) ; - Benchmarking fonctionnel (comparaisons avec des fonctions similaires, dans des entreprises non concurrentes, à l intérieur du même secteur d activité) ; - Benchmarking générique (comparaisons des méthodes de travail ou des processus dans des secteurs d activité différents). Le Benchmarking est une méthode qui a été développée au début des années 80 par la société Xerox pour une prise de décision concernant un investissement lourd destiné à moderniser la gestion des stocks. Xerox s est intéressé alors aux «meilleures pratiques de la concurrence», mais également aux pratiques dans d autres secteurs sur le sujet étudié. La comparaison s est finalement faite avec une firme de vente d articles de sport par correspondance qui excellait pour la gestion des commandes. La méthode employée a été formalisée et reconnue par la suite. Le Benchmarking consistera à «trouver, au niveau mondial, l entreprise ou les entreprises qui réalisent de la manière la plus performante un processus ou une tâche donnée, d aller l étudier ("benchmarker ces entreprises") et d adapter ensuite ce processus à sa propre entreprise». Pour une entreprise, il s agit de se comparer aux «Leaders» qui se positionnent sur le marché, de s inspirer de leurs idées, de leurs pratiques, de leurs fonctionnements et de leurs expériences afin que les pratiques en interne s améliorent. Doc. 4 Qu est-ce que la veille commerciale? Question 1 De l information naît la vente. Or, même si elle se trouve au cœur de l entreprise, elle est rarement aux mains des bonnes personnes. Collecter et transmettre les données qui feront la différence : tel est l enjeu de la veille commerciale. Voici un exemple illustrant la nécessité d un recours à la veille : Olivier est commercial chez un fabricant de mobilier de bureau. En lisant, ce matin, le quotidien de sa région, il apprend que la société Dumoulin, qui possède déjà m2 dans la ville, compte s offrir un siège social flambant neuf de m2. Il décroche son téléphone et contacte ce prospect, devançant ainsi son concurrent qui n aura l information que deux jours plus tard, quand l acheteur de la société Dumoulin aura déjà pris rendez-vous avec notre vendeur. «En matière de veille commerciale, la première qualité, c est la réactivité.» Si un concurrent vous a devancé dans la course à l information stratégique, alors votre investissement aura été vain. Et l émergence d Internet a accéléré le processus de diffusion des données. «C est pourquoi, il est important d organiser une méthodologie de collecte et de transmission immédiate de l information.» Rapidité et exhaustivité étant les deux facteurs clés de succès, qu il convient de privilégier, au détriment, parfois, de la précision. Erreur! Signet non défini. 18

19 Question 2 Pour mettre en place une stratégie de veille commerciale c est-à-dire pour glaner et exploiter à bon escient toutes les informations susceptibles de générer du business il convient, en premier lieu, de définir ses besoins. Il s agit d exprimer, en termes clairs, quel type d actualités ou d informations est porteur d opportunités commerciales. Ainsi, un fabricant d équipements pour le point de vente se tiendra à l affût des projets d ouverture, de rénovation ou d extension de boutiques ; une entreprise de location automobile longue durée traquera les appels d offre des grandes entreprises, etc. Vient, ensuite, la phase d identification des sources. Presse-papier et pages Web (sites des clients, concurrents, partenaires, sites d information économique générale, sites institutionnels, portails sectoriels, sites de presse, etc.), qu elles soient gratuites ou payantes, seront les principales sources externes. Il faut les recenser auprès des collaborateurs et leur attribuer une note afin de ne retenir que les plus pertinentes. Il faudra y ajouter les sources dites internes : ce sont toutes les informations que les collaborateurs, sensibilisés au projet, pourront recueillir sur le terrain (salons, contacts clients ou prospects, etc.) ou via leurs réseaux. Doc. 5 Deux outils pour chercher l information commerciale Question 1 Les deux outils cités sont : les métamoteurs et les logiciels de veille (surveillance du web). Les métamoteurs qui utilisent les moteurs de recherche généralistes comme source d information. Cette technique n est pas satisfaisante pour deux raisons : d une part, les moteurs de recherche actuels n arrivent plus à couvrir l intégralité des pages publiées et d autre part, l accroissement des publications web ne permet pas à ces outils d être à jour. Question 2 Les logiciels de surveillance du web ou Crawlers sont de véritables aspirateurs de pages Web. Ils parcourent «la toile» en utilisant les hyperliens qui relient les pages entres elles. Mais Ce type de navigation (et donc de collecte) reste assez aléatoire car ces outils se cantonnent au Web visible sans prendre en compte les autres sphères d Internet (mail, forums, chat, ). De plus, ces Crawlers ne font que capturer et copier des pages peu ou pas structurées. Certains outils ont l air plus perfectionnés (c est le cas de Question 3 Méthodes de recherche Outils de recherche Langage C est la façon de procéder aux recherches (méthode traditionnelle ou par Internet). Ce sont les supports utilisés pour faire les recherches. Il s agit de la façon d interroger les bases de données ou les moteurs de recherche. Doc. 6 L aspiration des sites Question 1 Un aspirateur de site Web est un logiciel qui se connecte à votre place sur un site et en «aspire» les pages, c est-à-dire qu il effectue une recopie du site ciblé sur votre disque dur pour vous permettre une lecture offline par la suite. Question 2 Il permet de récupérer le site dans son intégralité et de l étudier au calme. On peut aussi en copier des parties et les diffuser à ses collaborateurs. Doc. 7 La gestion de l information documentaire Question 1 La gestion documentaire a été transformée par l informatisation et la numérisation des données. La gestion documentaire devient de plus en plus synonyme de gestion de documents électroniques et implique inexorablement pour le professionnel de l information documentaire d aujourd hui la maîtrise des technologies et des concepts qu elle intègre. Question 2 Progrès constatés par les utilisateurs : - simplicité d utilisation, - rapidité de consultation, - facilité de stockage. 19

20 Travail individualisé Un processus de veille se décompose en 4 phases successives : o (1) Identification des sources o (2) Collecte des données o (3) Analyse des informations o (4) Diffusion des résultats (1) Les recherches doivent utiliser aussi bien les sources traditionnelles que les sources Internet. Il est intéressant de faire ces recherches en allant du général au particulier. La recherche à faire se situe autour du chocolat fourré ou parfumé de plus, on se centre sur le chocolat fourré aux fruits. L objectif est de balayer aussi la concurrence au niveau des tablettes fourrées. Sources traditionnelles : livres de recette, revue, dossier sur le chocolat, étude de marché. Sources Internet : Métamoteurs. Il faut procéder par tâtonnement pour la recherche dans les moteurs et métamoteurs en associant deux par deux plusieurs mots-clefs. Chocolat Fourré banane Tablette Parfumé banane Aromatisé banane Banane Il faut penser à ne pas utiliser d accent et à insérer le signe + entre les deux notions. (2) par exemple, on est parti du métamoteur graphique Kartoo pour faire une recherche sur le terme chocolat. Pourrait on faire une copie-écran du résultat carte après le mot chocolat? On a ainsi les principaux sites s intéressant au chocolat, notamment chocoland qui donne les principaux salons sur le chocolat. On peut aussi aller sur les forums pour faire des recherches et lancer aussi une campagne de mercatique virale. Le mélange chocolat banane, s il est utilisé en cuisine, semble peu usité au niveau industriel. Il a tendance à effrayer le consommateur. Exemple : avis d un consommateur sur les cookies chocolat-banane (LU Hello). L'évaluation de ce consommateur : * * * * * Goût Moment de consommation Rapport qualité / prix Très agréable N'importe quand Excellent Temps de conservation Court 2 Avantages: Le chocolat banane est tres bon Inconvénients: Périme trop vite lorsque la boite est ouverte. Erreur! Signet non défini (3) et (4) réponse libre 20

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

La satisfaction client

La satisfaction client Evénement Business La satisfaction client Exploiter à 100 % son capital client Doper ses ventes 12 Juin 2012 La satisfaction client Comment exploiter à 100 % son capital client? Comment doper ses ventes?

Plus en détail

MODULE 3 : LE MARCHE. CHAPITRE 9 : L analyse et la prévision de la demande. Non consommateurs relatifs (NCR)

MODULE 3 : LE MARCHE. CHAPITRE 9 : L analyse et la prévision de la demande. Non consommateurs relatifs (NCR) MODULE 3 : LE MARCHE CHAPITRE 9 : L analyse et la prévision de la demande. I. Les différents niveaux d analyse de la demande. La demande d un bien ou d un service est l expression correspond aux intentions

Plus en détail

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel

Les domaines d application du marketing. Marketing des achats. Marketing industriel Les domaines d application du marketing Marketing des achats Marketing industriel Ecole Doctorale-Université Pascal Paoli - 1 - Sommaire Introduction I. Analogies entre achat et marketing II. La démarche

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION

MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION MANAGEMENT DES SYSTEMES D INFORMATION TROISIEME PARTIE LES PROGICIELS DE GESTION INTEGREE TABLE DES MATIERES Chapitre 1 : LA PLACE DES PGI... 3 Chapitre 2 : LE CYCLE DE VIE DES PGI... 6 Questions de cours...

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

Plan d action commercial

Plan d action commercial 3 Plan d action commercial Le plan d action commercial regroupe l ensemble des actions commerciales et marketing à entreprendre sur une période donnée pour atteindre les objectifs commerciaux de l entreprise.

Plus en détail

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection

SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection SYNTHÈSE DOSSIER 1 Introduction à la prospection La prospection est une activité indispensable pour développer le nombre de clients, mais aussi pour contrecarrer la perte de clients actuels. Elle coûte

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.

Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. Document mis à disposition par : www.marketing-etudiant.fr Attention : Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos sources

Plus en détail

Quelle est l utilité d une veille commerciale pour la prospection? livre blanc

Quelle est l utilité d une veille commerciale pour la prospection? livre blanc Quelle est l utilité d une veille commerciale pour la prospection? livre blanc Vecteur Plus N 1 français de l information commerciale qualifiée juin 2009 SOMMAIRE 1/ En quoi consiste une veille commerciale?

Plus en détail

Le Marketing Direct et la relation client

Le Marketing Direct et la relation client Introduction au MD Le Marketing Direct et la relation client Définition du Marketing direct. Il consiste à gérer une offre et une transaction personnalisée à partir de l utilisation d informations individuelles

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA

INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS. Christophe GINESY - Cyril PEREIRA INTRODUCTION A LA VEILLE METHODE ET OUTILS Christophe GINESY - Cyril PEREIRA PLAN GENERAL I INTRODUCTION Définition : veille, IE, recherches d information II NOTRE APPROCHE Constats, retours d expérience

Plus en détail

Outil de veille environnementale

Outil de veille environnementale Outil de veille environnementale Qu est ce que la veille? «Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l environnement pour en anticiper les évolutions» Définition

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud

Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Présentation de la solution SAP s SAP pour les PME SAP Business One Cloud Objectifs Rationalisez vos processus et gagnez en visibilité grâce au cloud Favorisez une croissance rentable simplement et à moindre

Plus en détail

Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile

Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile Introduction à la solution Business Intelligence (BI) pour l industrie automobile Votre bulletin d information quotidien. Votre solution pour chaque service. Prenez des décisions plus avisées pour développer

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler.

Mobile & achats à la demande. Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat. tradedoubler. Mobile & achats à la demande Comment le marketing à la performance permet-il aux mobiles d influencer le parcours d achat tradedoubler.com En Europe, les canaux mobiles de marketing à la performance transforment

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions

Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Conférence OCP Facteurs-clés de succès d une veille scientifique et technique : Objectifs, Méthodologie, Organisation, Solutions Qwam Content Intelligence Denis Guedez Consultant Qwam Content Intelligence

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Les outils de la stratégie

Les outils de la stratégie Jacques BOJIN et Jean-Marc SCHOETTL Les outils de la stratégie, 2005 ISBN : 2-7081-3287-3 Avant-propos et remerciements... XV Introduction... XVII Les stratégies classiques Le positionnement stratégique

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN

LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN LES BASES DU MARKETING Lecteur universitaire Adriana BUZDUGAN DÉFINITION l'ensemble des moyens dont dispose une entreprise pour vendre ses produits à ses clients d'une manière rentable LA CONCEPTION TRADITIONNELLE

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon

Amazon. 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon Amazon 1) Activités d Amazon 2) Amazon et les réseaux 3) Forces et faiblesses d Amazon 4) Comparaison entre Google, ebay et Amazon 23 mai 2005 Meetup meeting 1 1) Activités d Amazon : missions Missions

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

Le prix et les conditions commerciales

Le prix et les conditions commerciales CHAPITRE 5 Le prix et les conditions commerciales CONTEXTE p. 41 Mission 1 Comprendre les conditions commerciales (annexe 1) 1. Calculez les taux de réduction accordés grâce aux cartes pour chaque durée

Plus en détail

Révisions : définir et expliquer

Révisions : définir et expliquer Révisions : définir et expliquer 1. Fondements du marketing et études de marché 1) Notions de valeurs perçues par le client? Rapport qualité prix. 2) Quels sont les leviers d actions qui crée de la valeur?

Plus en détail

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES

1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 3. DEFINITION DES EMPLOIS COMMERCIAUX TYPES Secrétaire commerciale Module 1 : Fiches de commerce Chapitre 2 : Les métiers commerciaux Plan du Chapitre 2 : Les métiers commerciaux 1. LA STRUCTURE DE LA FONCTION COMMERCIALE 2. ANALYSE D'UNE OFFRE

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE 60 PROPOSITIONS POUR DEVELOPPER DES USAGES INNOVANTS DES RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE DANS LES ADMINISTRATIONS Piloté par le secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) et la

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Les outils de communication

Les outils de communication FICHE DE SYNTHÈSE Module 8 Les outils de communication - MODULE SEMAINE 8 - SOMMAIRE : I) Les différents média de communication...2 II) Savoir tirer parti des réseaux sociaux...2 1/6 I) LES DIFFÉRENTS

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Module 5 - Transparents

Module 5 - Transparents Module 5 - Transparents Qu est-ce que le marketing? Les cinq principes de base du marketing 87 Activités de marketing (PRIX) 89 Concept de marketing 90 Le marketing mix (quatre principes). 91 Marketing

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) REFERENTIEL Chef(fe) de Projet en Communication Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août - Code NSF 320) CHEF(FE) DE PROJETS EN COMMUNICATION TITRE CERTIFIE AU RNCP - CODE NSF : 320 REFERENTIEL D ACTIVITES

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Conseil en communication et marketing

Conseil en communication et marketing Conseil en communication et marketing Sylvie Camille Chrystelle et... L équipe hiceo est dirigé par Sylvie Grasser qui a travaillé près de 20 ans comme directrice du développement de PME dans les secteurs

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES

OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. OUTILS ACHATS & FONCTIONNALITES COLLABORATIVES «La réussite des directions

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION

LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION LA FORCE DE VENTE INTERNATIONALE D UNE MULTINATIONALE INTRODUCTION Une société multinationale est une société qui produit des effets économiques dans plusieurs pays. C'est-à-dire que, soit les actionnaires

Plus en détail

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez

pour réussir Conseils vos projets de de dématérialisation de documents et processus Démarrez pour réussir vos projets de de dématérialisation de documents et processus Conseils Démarrez 10 conseils pour réussir son projet 2 1. Faire une étude d opportunité 2. Définir le cadre de son projet 3.

Plus en détail

2 Md dédiés au financement de l immatériel

2 Md dédiés au financement de l immatériel Conférence de Presse 20 MARS 2014 2 Md dédiés au financement de l immatériel Bpifrance révolutionne le crédit aux PME 01. Qui sommes-nous? 2 200 collaborateurs 6 métiers Garantie Crédit Fonds de fonds

Plus en détail

BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE

BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE BTS MUC Epreuve ACRC Les savoirs associés à cette épreuve S4 - MERCATIQUE SAVOIRS S41- Les bases de la mercatique 411- La démarche mercatique la démarche globale de prise en compte du marché LIMITES DE

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS

Communiquer en entreprise. Votre guide SMS Communiquer en entreprise Votre guide SMS Pourquoi le SMS est-il si efficace? Quelque soit l activité de votre entreprise il est important que vous puissiez communiquer efficacement avec vos clients, fournisseurs

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème

STAGE - Chargé(e) de communication junior 6 mois à pourvoir dès que possible Paris 9 ème STAGE - Chargé(e) de communication junior Au sein du service Communication Groupe, vous aurez essentiellement en charge les missions suivantes : > Participer aux missions de communication interne et externe,

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail