Hydrodynamique des lits fluidisés en régime de bullage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hydrodynamique des lits fluidisés en régime de bullage"

Transcription

1 Hyroynamique es lits fluiisés en régime e ullage M. HEMATI

2 Régime e ullage. La plupart es lits fluiisés inustriels fonctionnent en régime e ullage. Ce régime est oservé ès que la vitesse u gaz épasse la vitesse minimale e fluiisation pour les particules e classe B ou la vitesse minimale e ullage pour les particules e classe A e la classification e Gelart. Dans ce cas, le lit est un milieu iphasique vis à vis u gaz. ne partie u gaz, cresponant au éit minimal e fluiisation (Q ), circule ans les interstices es particules et constitue avec elles la phase ense, ence appelé phase émulsion. Le reste, c'est-à-ire le éit en excès par rappt au minimum e fluiisation, traverse le lit sous fme e ulles (Q-Q ). Le taux e vie e la phase ense reste approximativement égal au taux e vie au minimum e fluiisation, ε. Ce sont onc les ulles présentes à chaque instant ans la couche qui sont responsales e son expansion. Les ulles confèrent à la couche fluiisée l'aspect 'un liquie en éullition et leurs propriétés présentent e nomreuses analogies avec es ulles e gaz ans un liquie. phase ulle phase émulsion Q-Q Q Q D après les conclusions e ifférents travaux iliographiques, le comptement hyroynamique un lit fluiisé gaz-solie est ftement conitionné par les propriétés es ulles telles que leur taille, leur vitesse ascension et leur répartition au sein e la couche. D une manière générale, une couche fluiisée peut être ivisée en trois zones istinctes (figure 8): Q - la zone e istriuteur où les ulles sont fmées et commencent leur ascension, - la zone e ullage appelée également zone ense, - la zone e projection ou le freeoar. Figure 8 : Description un réacteur à lit fluiisé

3 La zone u istriuteur. Selon la nature u istriuteur employé, le comptement u gaz et es particules iffère ans la zone ajacente au istriuteur appelée également zone e grille. La figure 9 représente un schéma es phénomènes qui ont lieu pour eux types e istriuteurs : plaque perfée (a) et plaque peuse (). Figure 9 : Comptement hyroynamique u lit ans la zone u istriuteur (a)plaque perfée. () plaque peuse. (a) plaque perfée Comme le montre cette figure, pour les istriuteurs à plaques perfées, le jet gazeux issu es ifices est initialement étali sur une istance ite longueur e jet. Au-elà e cette istance, on oserve une égénérescence u jet en ulles e gaz e failes iamètres et pratiquement vies e solie. Pour un istriuteur comptant N ifices e iamètre : - le iamètre initial es ulles peut être calculé à l aie e la crélation e Cooke et coll. (1968), haituellement retenue par les ifférents auteurs : 1,38 A ( ) 0,4 c 0 0,2 (33) g π N - et la longueur e jet peut être évaluée par la crélation e Merry : avec : 0,3 0,2 L j ρg 5,2 1,3 1 (34) ρp p g Q (35) 2 N π 4 2 N π 4 Q ε avec (36) A A c c

4 Où Q représente le éit u gaz e fluiisation, et ε la posité u istriuteur. D après Kunii et Levenspiel (1991), pour une vitesse e gaz e fluiisation onnée et pour une posité u istriuteur fixée, une augmentation soit u iamètre es ifices soit e la pression u système conuit à la fmation e jets plus profons. En ce qui concerne le comptement es particules solies ans cette zone, on oserve la fmation e zones stagnantes ou semi-stagnantes entre les ifices et une zone où le mélange peut être consiéré comme parfait. D une manière générale, l augmentation e la vitesse u gaz à travers les ifices, la réuction e l espacement entre les ifices, l augmentation e la taille es particules et l augmentation u iamètre es ifices sont es facteurs qui iminuent l extension es zones mtes [Kunii et Levenspiel (1991)]. Remarque : Pour otenir une fluiisation crecte, le istriuteur oit créer une perte e charge suffisante pour que le gaz se répartisse crectement sur toute la section u lit. Kunii et Levenspiel iniquent que la perte e charge à travers le istriuteur, P, oit être supérieure à 10% e celle à travers la couche fluiisée, P c. Toutefois, pour es opérations ifficiles on retient P >0,3 P c La perte e charge inuite par un istriuteur à plaque perfée est éterminée par la relation suivante : 1 2 P ρ (37) 2k où, K est le coefficient e perte e charge u istriuteur. Dans la plupart es cas pratiques, ρdc lsque le nomre e Reynols rappté au iamètre u lit Re est supérieur à 2000, µ on peut consiérer que K 0,6 () plaque peuse Contrairement au comptement oservé à proximité es plaques perfées, ans le cas es istriuteurs à plaques peuses la fmation e jets n a pas été mise en évience. La compilation e plusieurs travaux expérimentaux réalisée par Kunii et Levenspiel (1991) a permis e montrer que ans la zone u istriuteur, une suspension iluée e gaz et e particules est fmée ès que la vitesse u gaz excèe. Cette suspension se réarrange ensuite pour fmer plusieurs ulles e petites tailles qui coalescent très rapiement pour fmer es ulles e plus granes tailles. Dans cette situation, la majité es auteurs

5 retiennent la crélation e Gelart (1972) qui permet estimer la taille initiale es ulles fmées ans la zone u istriuteur : o 0, ( ) 0, 4 (38) Zone e ullage. Cette zone est caractérisée par la présence es ulles e gaz qui granissent au fur et à mesure qu elles s élèvent ans la couche sous l effet e leur coalescence et qui explosent lsqu elles atteignent la surface u lit. La présence e ces ulles en permanence ans la couche entraîne une expansion e cette ernière qui épen e l excès u éit gazeux par rappt au minimum e fluiisation ainsi que es propriétés physiques u gaz et es particules. L étue u comptement es ulles au sein u lit fluiisé a fait l ojet e plusieurs étues expérimentales [Botteril et coll. (1966), Darton et coll. (1977), Yates et coll. (1994), Yacono et coll. (1979), Chia et Koayashi (1977)] car il conitionne le transfert e matière et e chaleur ainsi que le mélange gazeux au sein un lit fluiisé. Propriétés es ulles. Des oservations aux rayons X réalisées par Rowe et coll. (1965) sur un lit fluiisé triimensionnel ont permis e mettre en évience que la fme es ulles est celle e calottes sphériques à ases concaves entraînant ans leur sillage une quantité e solie et e gaz e la phase émulsion. En première approximation, on peut consiérer que le sillage complète la sphère ont la ulle en tant que cavité fme la calotte supérieure. Le volume e sillage est 'environ 25 à 30% u volume e la sphère. Figure 10 : Fme une ulle, V c volume e la cavité (ulle), V s volume u sillage La présence u sillage est responsale pour la plus grane partie u mélangeage en lit fluiisé. Par le iais e continuité, le mouvement ascenant es particules solies occasionné par les ulles est contrealancé par un mouvement escenant qui inuit es courants e circulation ans la phase émulsion. Ce phénomène entraîne un on rassage u lit qui est consiéré comme parfaitement agité, c est ce qui assure l homogénéité e température et e composition en solie. La quantification e la fraction volumique es ulles occupée par le sillage, f w, a fait l ojet e plusieurs travaux expérimentaux. Parmi les crélations étalies nous citons celle e Werther (1976) présentée ans le taleau 1.

6 Il est à noter qu il existe aussi un échange permanent e particules entre les sillages es ulles et la phase émulsion. D après les conclusions es travaux e Chia et Koayashi (1977), le coefficient e transfert e particules entre le sillage et l émulsion par unité e volume e la phase ulle épen aussi ien es caractéristiques u lit au minimum e fluiisation que u iamètre e la sphère qui engloe la ulle et son sillage. L expression e ce coefficient est reptée ans le taleau 1. La taille et la vitesse ascension es ulles sont eux graneurs écisives intervenant ans les calculs et le imensionnement es lits fluiisés. Ainsi la étermination e ces paramètres a fait l ojet un nomre imptant e travaux iliographiques. Dans ce paragraphe, nous nous contenterons e présenter les crélations empiriques ou semi-empiriques les plus utilisées et les plus souvent citées ans les travaux e moélisation es réacteurs à lits fluiisés tout en sachant que ces lois seront par la suite employées ans notre étue théique. Ces ifférentes crélations avec leurs igines iliographiques sont regroupées ans le taleau 1. Exemple 5 : Pour les conitions e l exemple 4, on calcule le iamètre es ulles et leur vitesse à mi-hauteur et à la surface e la couche expansée, sachant que la colonne a un mètre e iamètre et que le istriuteur est une plaque perfée comptant 2500 ifices par mètre carré. Le iamètre es iffices est fixé à 2 mm. 0,155 m/s, 0,4 m/s, L 1,51 m, N /A c 2500 L équation (33) et les crélations présentées ans le taleau 1 nous conuisent aux résultats suivants : 1,38 A 0,2 g ( ) π N 0,4 c 0 m [ A ( )] 0, 4 c 0,022 m 1,64 m 0,85 m A mi-hauteur z L/2 : 1,5/ 2 D C ( z L / 2) ( ) exp 0,3 0,19m eq m m 0 0,711 g 1 ( ) 2 eq + ( ) A la surface z L : 0,97 m/s 1,21 m/s 1,5 D C ( z L) ( ) exp 0,3 0,32m eq m m 0

7 0,711 g 1 ( ) 2 eq + ( ) 1,26 m/s 1,51 m/s Auteur Propriété Crélation Remarque Werther (1976) Fraction volumique u sillage ans les ulles f ( 0,08 ( )) 1 0,3 exp (39) w Chia et Koayashi (1977) Mi et Wen (1975) Coefficient e transfert e particules entre le sillage es ulles et la phase émulsion. Diamètre équivalent es ulles à hauteur onnée, z Diamètre maximal e ulle. K eq p 3 f 2 ε w ( z) ( ) m m 0 exp 0,3 D C m z (40) [ A ( )] 0, 4 c (41) 1,64 (42) est le iamètre e la sphère engloant la ulle et son sillage. eq ou est le iamètre e la ulle sphérique ayant le même volume que la ulle réelle. Vitesse ascension une ulle isolée 0,711 g 1 ( ) 2 eq (43) Davison et Harrison (1963) Davison et Harrison (1963) Vitesse ascension un chapelet e ulles. éit e gaz traversant une ulle Volume u nuage accompagnant chaque ulle. ( ) + (44) q V cp V 3 π 4 2 eq (45) 3 α 1 (46) V cp : volume u nuage entourant la ulle vie. V : Volume e la ulle vie e solie. Taleau 1 : Taleau récapitulatif es principales propriétés es ulles.

8 Mouvements u gaz autour une ulle. De nomreux travaux théiques ont été consacrés à la escription e l écoulement u gaz et u solie au voisinage une ulle isolée. L ojectif e ces travaux fut la étermination es flux gazeux échangés entre la ulle et la phase émulsion qui l entoure. Ces graneurs sont préponérantes ans le calcul es réacteurs à lits fluiisés. Selon la théie e Davison et Harrison (1963), la plus ancienne et la plus utilisée, le gaz présent ans les ulles n est pas isolé e l ensemle u lit et il existe un échange continu e matière entre les phases. Le flux gazeux traversant la ulle peut être estimé par l expression reptée ans le taleau II-1. De plus, la structure e l écoulement u gaz au voisinage es ulles épen essentiellement u rappt entre la vitesse relative ascension une ulle isolée,, et la vitesse interstitielle u gaz ans la phase émulsion, i, éfinie par i i. Ainsi, selon la valeur u rappt ε α, on peut istinguer ifférents régimes écoulements (figure 11) : - si la valeur e α est inférieure à 1, le gaz pénètre ans la ulle par sa partie inférieure et st par son sommet : c est le régime ouvert ou le régime e ulle lente. Ce régime est caractérisé par un court-circuit instantané u gaz par la ulle et ne se éveloppe en générale que soit ans les parties inférieures u lit, au voisinage u istriuteur, soit lsque les particules appartiennent à la classe D e la classification e Gelart, nuage α > 1 α < 1 Figure 11 : Mouvements u gaz autour es ulles pour ifférentes valeurs u rappt α.

9 - si la valeur e α est supérieure à 1, le gaz stant par le sommet e la ulle est repoussé vers le as et pénètre à nouveau ans celle-ci après un séjour parmi les particules e la phase émulsion : c est le régime fermé ou régime e ulle rapie qui est souvent rencontré ls e la fluiisation es particules appartenant aux classes A et B e la classification e Gelart. Le volume u gaz à l intérieur uquel s effectue le recyclage est appelé nuage. L épaisseur u nuage peut être estimée à partir e la relation théique e Davison et Harrison (1963) reptée ans le taleau 1. Selon cette relation, l extension u nuage iminue avec l augmentation e la valeur e α. Dans la phase émulsion, la structure e l écoulement u gaz est ftement influencée par les caractéristiques u ullage et par la nature u istriuteur surtout pour es couches peu profones. Le gaz e l émulsion circule ans un régime proche e l écoulement piston pour es valeurs es vitesses superficielles e gaz inférieures à eux fois la vitesse minimale e fluiisation. Pour es vitesses très élevées, supérieures à cinq fois, le gaz peut être consiéré comme ien mélangé ans l ensemle e la couche. Mouvement es ulles et u solie. Le travail expérimental réalisé par Werther et Molerus (1973) ptant sur la répartition es ulles au sein un lit fluiisé a permis e mettre en évience que : - la répartition es ulles varie epuis la zone e istriution jusqu en haut u lit. Elle varie également ans la irection raiale, - à chaque niveau, on peut istinguer un anneau ans lequel le ullage est plus intense que ans les régions voisines. Cet anneau se éplace progressivement vers l axe à mesure que l on s éloigne u istriuteur, - jusqu à une hauteur équivalente à eux fois le iamètre e la colonne, il existe une zone e fme conique, appelée cône e Werther, e fte activité e ullage séparant une région centrale activité moyenne et une région périphérique e faile activité e ullage, - au-essus e cette zone, l activité e ullage intéresse la région centrale, éveloppement e la taille es ulles par coalescence. La figure 12 représente schématiquement la répartition es ulles au sein u lit selon Werther et Molerus (1973).

10 Figure 12 : Représentation schématique u cône e Werther. Ce chemin préférentiel emprunté par les ulles conuit à l apparition un mouvement e particules sur une échelle macroscopique. Cette circulation u solie se fait suivant plusieurs moes selon la géométrie e la colonne (iamètre u réacteur D c et la hauteur u lit expansé L) et la vitesse superficielle u gaz comme le montre la figure 13 qui onne une escription gloale e cette circulation. Ainsi, à faile vitesse superficielle e gaz, on istingue les comptements suivants : - L légèrement inférieur à 1 : les particules manifestent un courant ascenant près Dc es parois et un courant escenant au centre u lit (figure 13 a). A vitesses e gaz plus élevées, le ullage evient plus intense et le mouvement s inverse (figure 13 ). - L compris entre 1 et 2 : Le mouvement ascenant es ulles écrit une fme Dc conique. L explosion es ulles en surface conuit à la répartition u solie entraîné entre la zone centrale u lit et la zone proche es parois où elles entament un mouvement escenant (figure 13 c). - L supérieur à 2 : Les courants e circulation es particules fment eux vtex : Dc Le premier est situé près u istriuteur et contriue à alimenter le secon vtex situé ans la partie supérieure u lit. Le solie monte ainsi exclusivement au centre u lit et escen près es parois (figure 13 ).

11 - L eaucoup plus faile que 1, installation e très grane section : ans ces Dc conitions, plusieurs vtex peuvent se fmer et l allure générale es courants e circulation épen e la nature u istriuteur (figure 13 e et 13 ). Figure 13 : Les principaux courants e circulation u gaz et u solie en fonction e la géométrie e l installation et e la vitesse u gaz. Entrainement es solies au-essus un lit fluiisé : Huroynamique u freeoar L entraînement es particules est l un es prolèmes les plus imptants ans la mise en œuvre e la fluiisation. Dans la plupart es opérations inustrielles, les particules possèent une certaine ispersion granulométrique. Même si le solie est initialement e taille unifme, il se crée es fines au cours e l opération par érosion mécanique, contraintes thermiques ou réactions chimiques. Dans ces conitions, la vitesse u gaz peut être suffisante pour entraîner hs e la couche puis hs u réacteur les plus fines particules. Le mécanisme e l entraînement met en jeu eux étapes : une part le transpt es particules u lit proprement it vers la zone e ésengagement (freeoar) située au-essus e la surface, et autre part, leur mouvement ans la zone e ésengagement. Dans cette ernière zone, certaines particules sont entraînées et élutriées als que autre retoment simplement ans le lit ense. Le niveau auquel le flux e particules entraînées evient inépenant e la hauteur est appelée la hauteur limite e ésengagement ou TDH. La zone e ésengagement est imptante ans le imensionnement un réacteur, non seulement parce qu elle oit avoir une hauteur suffisante pour permettre au solie entraîné e

12 se ésengager et e retomer ans le lit, mais aussi parce qu elle permet à es réactions avoir lieu en phase iluée [Chen et coll. (1982), Wen et Chen (1982), Fournol et coll. (1973)]. De plus, les travaux réalisés sur la comustion u gaz naturel et l incinération es oues ou autres échets solies en lit fluiisé ont montré que les phénomènes qui se prouisent ans cette zone peuvent avoir un effet notale en ce qui concerne les émissions e polluants [Pré-Gouelle (1997), Werther et Ogaa(1999) ]. Dans cette partie, nous présenterons les ifférents résultats étalis ans la littérature concernant l igine e l entraînement ainsi que les techniques expérimentales et les moèles théiques permettant estimer les profils e flux et e rétention u solie ans la zone e ésengagement. Ces renseignements sont nécessaires pour moéliser et imensionner les installations à lit fluiisé. ORIGINE ET MECANISMES DE PROJECTION DES PARTICLES. La projection u solie ans le freeoar est un phénomène û à l explosion es ulles e gaz en stie u lit ense, onc au phénomène e ullage. Les éruptions es ulles à la surface u lit projettent environ 50% es particules entraînées ans leurs sillages avec une vitesse au moins égale à celle e la ulle. Figure :14 : Mécanisme éjection e solie un lit fluiisé ans la zone e freeoar : (a) epuis le sommet une ulle qui éclate ; () epuis le sillage e la ulle ; (c) epuis le sillage une ulle au moment e sa coalescence avec une ulle située en surface u lit. n ésentraînement naturel se prouit sous l influence es fces e gravité et e traînée lsque les solies sont éjectés ans le freeoar. Lsque leur quantité e mouvement initiale est épensée, la plupart e ces particules retournent ans le lit. Le profil u flux e particules ans le freeoar montre une écroissance exponentielle une valeur finie F 0 représentant le flux total e solies éjectés à la surface u lit, jusqu à une

13 1, valeur constante F représentant le éit es particules ont la vitesse terminale est inférieure à la vitesse locale u gaz (figure 15). F0 Figure 15 : profil entrainement typique e solie au-essus u lit fluiisé Déit e solie F profil axial e flux e solie entraîné ans le freeoar. Lewis et coll. (1962) ont ainsi étali une crélation générale qui permet e représenter e façon crecte l allure e profil axial e flux e solie ans le freeoar : ( F F ) exp( a h) F F + 0 (47) Cette crélation montre que le éit e solie entraîné à une hauteur onnée, F, épen u éit projeté en surface, F 0, et une constante "a". Selon Kunii et Levenspiel le prouit (a.) est une fonction u iamètre moyen es particules constituant le lit. Ils ont ressé une crélation graphique représentée sur la figure 16, pour es valeurs e la vitesse inférieures à 1,25 m/s. TDH Hauteur lire Figure16: Evolution u prouit a. en fonction u iamètre e particule ( : vitesse superficielle u gaz en m.s -1 ) ESTIMATION DE LA TDH. Le imensionnement u freeoar passe par la étermination e la TDH (transpt isengaging height) éfinie comme étant la hauteur au-essus e la surface u lit ense à partir e laquelle le flux e solie entraîné reste constant A cause e la complexité e l hyroynamique u freeoar, on trouve un certain nomre e crélations empiriques ans la iliographie visant l estimation e la TDH. On peut recommaner la relation e Baron étalie en 1987 : TDH 2 0, 22 (48)

14 Exemple 6 : Pour les conitions es exemples 4 et 5, on calcule la perte e charge u istriuteur et la hauteur e ésengagement (TDH). A la surface z L : + ( ) 2 0, 22 TDH N π A 0,5 m c ,9 m/s P P c 1 2k ( ρ p ρ 2 1,51 m/s 0, ,4 Pa ρ)gl(1 ε) Pa

Calcul des réacteurs à lits fluidisés

Calcul des réacteurs à lits fluidisés Calcul des réacteurs à lits fluidisés par Khalil SHAKOURZADEH Docteur d État ès Sciences Physiques Enseignant-Chercheur au Département de Génie Chimique de l Université de Technologie de Compiègne. Importance

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

Quelques notions de conductimétrie

Quelques notions de conductimétrie Quelques nots e conuctimétrie - Mobilité un Deux électroes planes, parallèles, e surface et istantes e sont reliées aux pôles un générateur alternatif (*). I Les surfaces sont en regar l une e l autre

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Exercice 2 : Comment déterminer le relief du fond marin avec un sondeur? (5,5 pts) Les trois parties de l exercice sont indépendantes

Exercice 2 : Comment déterminer le relief du fond marin avec un sondeur? (5,5 pts) Les trois parties de l exercice sont indépendantes Exercice 2 : Comment éterminer le relief u fon marin avec un soneur? (5,5 pts) Amérique u nor 2007 http://labolycee.org Les trois parties e l exercice sont inépenantes 1. Étue e l one ultrasonore ans l

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

Techniques de fluidisation

Techniques de fluidisation Techniques de fluidisation par Khalil SHAKOURZADEH Docteur d État ès sciences physiques Enseignant-chercheur au département de génie des procédés industriels de l Université de technologie de Compiègne

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Chapitre 3.2 L expérience de Young

Chapitre 3.2 L expérience de Young hapitre 3.2 expérience e Young étalement e l one plane en one sphérique orsqu une one plane subit une iffraction au travers une ouverture, l one pren la forme une one sphérique. orsque l one sphérique

Plus en détail

CHAPITRE. Les variables du mouvement CORRIGÉ DES EXERCICES

CHAPITRE. Les variables du mouvement CORRIGÉ DES EXERCICES CHAPITRE Les variables u mouvement CORRIGÉ DES EXERCICES 2 3 Exercices. Les variables liées à l espace et au temps. Une araignée grimpe le long une clôture. Elle parcourt abor 3 m vers le haut, puis 2

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Auto-évaluation d acquisition des connaissances

Auto-évaluation d acquisition des connaissances Section e Physique 25.09.2015 Auto-évaluation acquisition es connaissances Inications préalables : L objectif est une auto-évaluation u progrès concernant les connaissances acquises penant le cours. Ce

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

II.2. La propagation du rayonnement solaire dans l atmosphère [15] :

II.2. La propagation du rayonnement solaire dans l atmosphère [15] : INTRODUCTION : Le rayonnement solaire qui arrive au sol se écomposer en eux parties : L une provient irectement u soleil (irect), l autre a été iffusée par l atmosphère (iffus). L atmosphère et la terre

Plus en détail

a) b) c) d) Diffraction d une onde à la surface de l eau de longueur d onde λ par un diaphragme de taille d ; de a) à d) le rapport λ / d augmente

a) b) c) d) Diffraction d une onde à la surface de l eau de longueur d onde λ par un diaphragme de taille d ; de a) à d) le rapport λ / d augmente Chapitre 8 : DIFFRACTION 8-1 Introuction à la iffraction a) b) c) ) Diffraction une one à la surface e l eau e longueur one par un iaphragme e taille ; e a) à ) le rapport / augmente Le phénomène physique

Plus en détail

2. LES CARACTERISTIQUES THERMIQUES

2. LES CARACTERISTIQUES THERMIQUES Les caracteristiques thermiques 5 2.1 La transmission e la chaleur 2. LES CARACTERISTIQUES THERMIQUES La transmission e la chaleur se passe toujours entre eux objets qui ont une température ifférente.

Plus en détail

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 1 Dégradation du PVC À haute température, le PVC se dégrade suivant la réaction suivante (CHCl CH 2 ) (CH = CH) + HCl (1) Cette réaction est irréversible.

Plus en détail

fl" Service de la Propriété industrielle; rue des Colonies 1000 Bruxelles,

fl Service de la Propriété industrielle; rue des Colonies 1000 Bruxelles, Cl assit. In lor nat.: G 21 c Mis on lecture le: "10" 1972 Le Minislre des Affaires Economiques, Vu la loi du 24 mai 1S54 sur les brevets d'invention; Vu le procès-verbal dressé le 19 juin 197 2 à 1^/j.

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

EPREUVE : TECHNOLOGIE VEHICULE ELECTRIQUE

EPREUVE : TECHNOLOGIE VEHICULE ELECTRIQUE Devoir e contrôle N 1 2010-2011 EPREUVE : TECHNOLOGIE VEHICULE ELECTRIQUE Niveau : 4 ème seconaire Section : science technique Durée :4 heure 1 - Présentation u véhicule : Le véhicule e la photo ci-contre

Plus en détail

QuickTime et un dホcompresseur TIFF (LZW) sont requis pour visionner cette image. FIGURE 1 : jet turbulent

QuickTime et un dホcompresseur TIFF (LZW) sont requis pour visionner cette image. FIGURE 1 : jet turbulent Licence Sciences et Applications Mention STEP Geosciences 3 : «L homme et la planète» Devoir : Moélisation es éruptions volcaniques explosives : On s'intéresse ans ce evoir à la quantification es phénomènes

Plus en détail

5. Infiltration et écoulements

5. Infiltration et écoulements 5. Infiltration et écoulements 5.1. Définitions et paramètres descriptifs de l infiltration 5.2. Facteurs influençant l infiltration 5.3. Variation du taux d infiltration au cours d une averse 5.4. Modélisation

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Une voiture parcourt en 2 heures, 140 km ; en 3 heures, 210 km et en 5 heures, 350 km.

Une voiture parcourt en 2 heures, 140 km ; en 3 heures, 210 km et en 5 heures, 350 km. Calcul es Vitesses Tout objet en mouvement ( voiture, train, piéton, avion, tortue, bille, ) est appelé un mobile. Nous irons qu un mobile a un mouvement uniforme ( ou est animé un mouvement uniforme )

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P.

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P. Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse P. Reulet, E. Divouron, P. Millan Contexte industriel Simulation de la rupture d'une conduite d'air chaud

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Transfert de Matière. M. Hemati

Transfert de Matière. M. Hemati Transfert de Matière M Hemati ITRODUCTIO Tout procédé de transformation de la matière, qu il soit chimique ou biologique, consiste en une séquence d opérations qui peuvent être rangées sous deux rubriques

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel Simulation Matlab/Simulink une machine à inuction triphasée Constitution un référentiel Capocchi Laurent Laboratoire UMR CNRS 6134 Université e Corse 3 Octobre 7 1 Table es matières 1 Introuction 3 Moélisation

Plus en détail

Transition de phase et métastabilité

Transition de phase et métastabilité Transition de phase et métastabilité F. James, H. Mathis Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes 8-9 septembre 2014 MODTERCOM Hélène Mathis (LMJL, Université de Nantes) Transition

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Diagramme de Clapeyron (ou diagramme P-v) P : Pression V : Volume Diagramme entropique (ou diagramme T-S) T : Température S : Entropie

Plus en détail

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2

Table des matières. Inteférences non localisées de deux ondes totalement cohérentes. S.Boukaddid Optique MP2 .Boukai Optique P Inteférenes non loalisées e eux ones totalement ohérentes Table es matières 1 Interférene entre eux ones lumineuses 1.1 éfinition....................................... 1. uperposition

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT

NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT LA NORME BETON AUTOPLAÇANT 1 Le BETON AUTOPLAÇANT fait l objet de règles complémentaires dans la norme NF EN 206-9 Cette norme précise les règles qui s appliquent au BAP en complément des règles communes

Plus en détail

LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE

LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE EUROFLUX CONCEPTEUR - INSTALLATEUR LES POSTES A FLUX D AIR LAMINAIRE - PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT SOMMAIRE 1. L AEROCONTAMINATION 1.1. Généralités sur la contamination de l air 1.2. Charge particulaire

Plus en détail

Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak

Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak Ex1: Variation de la tension de surface et mouvements Film1: On chauffe la surface

Plus en détail

Correction des exercices sur l effet Doppler. Exercice 21 p.79

Correction des exercices sur l effet Doppler. Exercice 21 p.79 Correction es exercices sur l eet Doppler xercice 21 p.79 Pour les curieux : justiication e la ormule onnée. L t = 0 L 1 λ t 1.(t -t) L 2.(t -t) t 2 t 1 t 2 oit t = 0 l instant émission u premier ront

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Physique-chimie Exemple d activités de classe Ressources pour le lycée général et technologique Préambule Notion de résistance thermique Extrait du programme d enseignement spécifique de physique-chimie

Plus en détail

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique

Cours CH4. Description d un système physico-chimique Transformation chimique Cours CH4 Description d un système physico-chimique Transformation chimique David Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Description d un système

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

1 Mise en application

1 Mise en application Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD : Corrigé TD1 - partie 2 1 Mise en application Exercice 1 corrigé Exercice 2 corrigé - Vibration d une goutte La fréquence de vibration d une goutte d eau

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Théorie des graphes et optimisation dans les graphes

Théorie des graphes et optimisation dans les graphes Théorie es graphes et optimisation ans les graphes Christine Solnon Tale es matières 1 Motivations 2 Définitions Représentation es graphes 8.1 Représentation par matrice ajacence......................

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

Statistiques inférentielles : tests d hypothèse

Statistiques inférentielles : tests d hypothèse Statistiques inférentielles : tests hypothèse Table es matières I Tests hypothèse 2 I.1 Test bilatéral relatif à une moyenne...................................... 2 I.2 Test unilatéral relatif à une moyenne.....................................

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

L AIR ET L AÉRAULIQUE

L AIR ET L AÉRAULIQUE Roger Cadiergues MémoCad ne03.a L AIR ET L AÉRAULIQUE SOMMAIRE ne03.1. Les applications de l aéraulique ne03.2. L utilisation des débits ne03.3. Ecoulements : débits et vitesses ne03.4. Vitesses et pressions

Plus en détail

Correction de l exercice 2 du quiz final du cours Gestion financière (2010-2011 T2) : «Augmentation de capital de Carbone Lorraine»

Correction de l exercice 2 du quiz final du cours Gestion financière (2010-2011 T2) : «Augmentation de capital de Carbone Lorraine» Correction de l exercice 2 du quiz final du cours Gestion financière (2010 2011 T2) : «Augmentation de capital de Carone Lorraine» Question 1 : déterminer formellement la valeur du droit préférentiel de

Plus en détail

MODELISATION DES COUTS DE MAINTENANCE : APPLICATION SUR L'INSTALLATION D'EXPERIMENTATION AIRIX

MODELISATION DES COUTS DE MAINTENANCE : APPLICATION SUR L'INSTALLATION D'EXPERIMENTATION AIRIX 3 e Conférence Francophone e MOélisation et SIMulation «Conception, Analyse et Gestion es Systèmes Inustriels» MOSIM 01 u 25 au 27 avril 2001 royes (France) MODELISAION DES COUS DE MAINENANCE : APPLICAION

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL

IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL IMPLEMENTATION D UN SYSTEME D INFORMATION DECISIONNEL Proposé par BUMA Feinance Master en management e projets informatiques Consultant en système écisionnel I. COMPREHENSION DU CONTEXTE «L informatique

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles 1 Inspection d une spécification portée sur un dessin Les étapes : Définir selon la norme (ISO) la

Plus en détail

Les microréacteurs : Quelles opportunités pour les industries chimiques. Expérience IFP. IFP-Lyon 14 mars 2007

Les microréacteurs : Quelles opportunités pour les industries chimiques. Expérience IFP. IFP-Lyon 14 mars 2007 Les microréacteurs : Quelles opportunités pour les industries chimiques Expérience IFP C. Boyer P. Font IFP-Lyon 14 mars 2007 Les microréacteurs : quelles opportunités pour les industries chimiques, IFP-Lyon,

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants.

Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants. Étude aérothermique du refroidissement d un rotor de machines électriques à pôles saillants. Aurélie FASQUELLE 1* 1 JEUMONT Electric 367, rue de l Industrie BP 219 59572 Jeumont Cedex * (auteur correspondant

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles

Chapitre. Chapitre 12. Fonctions de plusieurs variables. 1. Fonctions à valeurs réelles. 1.1 Définition. 1.2 Calcul de dérivées partielles 1 Chapitre Chapitre 1. Fonctions e plusieurs variables La TI-Nspire CAS permet e manipuler très simplement les onctions e plusieurs variables. Nous allons voir ans ce chapitre comment procéer, et éinir

Plus en détail

Ventilation naturelle de confort thermique

Ventilation naturelle de confort thermique d habitation Fiche d application : Ventilation naturelle de confort thermique Date Modification Version 04/02/2010 Document de travail pour la réunion de consultation des professionnels du 05/02/10 à St

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé

Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé Cours MF101 Contrôle de connaissances: Corrigé Exercice I Nous allons déterminer par analyse dimensionnelle la relation entre la Trainée D et les autres paramètres. F D, g,, V, ρ, ν) = 0 1) où D représente

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule :

INTRODUCTION DU CFD. La perte de pression (dp) par unité-longueur (dl) est déterminée par la formule : INTRODUCTION DU CFD Introduction A l inverse des calculs de force de construction, au moyen du software de Ansys ou Pro/E par exemple, les calculs de courant ne sont pas très connus. Ceci est une introduction

Plus en détail

Korrigenda Corrections (T) Norme SIA 265, 1 er tirage, 2003 Version française État 08.07.2009

Korrigenda Corrections (T) Norme SIA 265, 1 er tirage, 2003 Version française État 08.07.2009 Korrigena (T) Norme SIA 265, 1 er tirage, 2003 Version française État 08.07.2009 Page 17 2.2.6 24 3.4.2.2 29 4.2.6 30 4.2.8.1 Formel (29) 33 4.4.2.4 Formel (46) 34 4.5.2.1 Formel (48) Pour es actions assimilées

Plus en détail

Division Évaluation, Prospective et Logistique

Division Évaluation, Prospective et Logistique RECTORAT 20, boulevard d Alsace-Lorraine 80063 Amiens cedex 9 Division Évaluation, Prospective et Logistique NOTE D INFORMATION N 04/06 Mai 2004 CLASSIFICATION DES LYCEES PUBLICS D ENSEIGNEMENT GENERAL

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Christophe Kilindjian

Christophe Kilindjian n 16 les efforts électroynamiques sur les jeux e barres en BT Jean-Pierre Thierry Ingénieur iplômé u CESI (Centre Etues Supérieures Inustrielles) et u CNAM (Conservatoire National es Arts et Métiers),

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT

ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK. Société : ETERNIT ETUDE DU FACTEUR SOLAIRE DU SYSTEME DE TOITURE VEGETALISEE VERDURA/HYDROPACK Société : ETERNIT DÉPARTEMENT ENVELOPPE ET REVÊTEMENTS Service DER Division HTO DER/HTO 2008-083- RB/LS Date Le 23 avril 2008

Plus en détail

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8

T.P. COMPRESSEUR. T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : 1/8 T.P. COMPRESSEUR T.P. Machines Thermiques : Compresseur / Page : /8 But du T.P. : Tester les performances d un compresseur à piston bi-étagé à refroidissement intermédiaire. Introduction : Les compresseurs

Plus en détail

Concours Pascal (9 e année Sec. III)

Concours Pascal (9 e année Sec. III) Le CENTRE ÉDUCATION en MATHÉMATIQUES et en INFORMATIQUE cemc.uwaterloo.ca Concours Pascal (9 e année Sec. III) le jeui 20 février 201 (Amérique u Nor et Amérique u Su) le venrei 21 février 201 (Hors e

Plus en détail

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE

THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE THEME 1 : LA TERRE DANS L UNIVERS, LA VIE ET L EVOLUTION : UNE PLANETE HABITEE Chapitre 1 : Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Intro : Photo de l environnement du lycée : De quoi

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS. Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REPONSE SISMIQUE DES SOLS Prise en compte effective et réglementaire des effets de site en Guadeloupe LES EFFETS DE SITE TOPOGRAPHIQUES Amplification des secousses provoquée

Plus en détail

Rapport d Expertise. LED Horticoles Agrotek. Juillet 2015

Rapport d Expertise. LED Horticoles Agrotek. Juillet 2015 Rapport d Expertise LED Horticoles Agrotek Juillet 2015 Présentation Contexte et problématique: Les LED Horticoles proposent un très bon éclairement rapporté à leur consommation électrique. Elles ont vocation

Plus en détail

PARTICULARITES DU MOTEUR DIESEL. 1.1. Comparaison moteur diesel et moteur à essence. Le phénomène d'auto-inflammation résulte lui-même :

PARTICULARITES DU MOTEUR DIESEL. 1.1. Comparaison moteur diesel et moteur à essence. Le phénomène d'auto-inflammation résulte lui-même : PARTICULARITES DU MOTEUR DIESEL 1. Généralités 1.1. Comparaison moteur diesel et moteur à essence La différence essentielle entre un moteur du type diesel et un moteur à essence réside dans le mode d'inflammation

Plus en détail