DOSSIER DE PRESSE QUAND SUEZ ENVIRONNEMENT MET SA TECHNOLOGIE AU LA PROBLEMATIQUE DE L EAU AU MOYEN-ORIENT :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE QUAND SUEZ ENVIRONNEMENT MET SA TECHNOLOGIE AU LA PROBLEMATIQUE DE L EAU AU MOYEN-ORIENT :"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE Mai 2008 LA PROBLEMATIQUE DE L EAU AU MOYEN-ORIENT : QUAND SUEZ ENVIRONNEMENT MET SA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE PROJETS DE DEVELOPPEMENT D ENVERGURE Contacts Presse : SUEZ Environnement : Hélène ENGINGER + 33 (0) / +33 (0) Héloïse ROTHENBÜHLER +33 (0) / +33 (0) Gérald BONNARD +33 (0)

2 Sommaire INTRODUCTION GENERALE Page 3 La situation générale des pays du Golfe : Une transformation en passe d être achevée 1 page 4 La raréfaction de la ressource : Une urgence, un défi pour les pays du Golfe 2 page 7 Résoudre les problèmes d eau par une gestion adaptée : Les principales contributions de SUEZ Environnement ANNEXES page 13 - Fiches SUEZ Environnement au Moyen-Orient - Fiches «Technologies et Marchés» : le dessalement et la réutilisation des eaux usées 2

3 INTRODUCTION GENERALE LA SITUATION ECONOMIQUE DES PAYS DU GOLFE : UNE TRANSFORMATION EN PASSE D ETRE ACHEVEE Au cours des trente dernières années, les États membres du Conseil de Coopération du Golfe (Gulf Cooperation Council Countries GCC 1 ) ont connu des transformations économiques et sociales sans précédent. Soutenue par un taux d inflation très faible, la croissance économique de ces pays a été particulièrement forte, de l ordre de 4% par an en moyenne sur la période et de 7-9% par an depuis Les recettes pétrolières de ces pays, qui représentent entre 80% et 90% de leurs ressources budgétaires totales, ont été utilisées pour moderniser les infrastructures et créer des emplois. Depuis le milieu des années 1990, les activités économiques non pétrolières des États membres du GCC ont vu leur importance s accroître régulièrement, reflétant une politique affirmée et volontariste de diversification économique. Ces progrès ont été réalisés dans un système de liberté à la fois des changes, des flux commerciaux et de capitaux, et avec une ouverture des frontières à la main d œuvre étrangère. La région du Golfe a également enregistré une augmentation rapide de sa population active, directement lié à la croissance de la population en général 2, 4% par an au cours de la dernière décennie. Les femmes représentent une part croissante de la population active. Par ailleurs, la croissance du PIB excède actuellement dans la plupart des pays du GCC les 5% par an, conduisant ainsi à une accélération du niveau de vie dans la région. Ces facteurs conjugués à la politique de diversification des économies des pays du GCC ont entraîné une augmentation des besoins, notamment dans les domaines de l environnement, des services d eau et de propreté. La région du Golfe est l une des zones géographiques qui propose des projets dont les revenus sont garantis sur la base de contrats à long terme. Le profil de risque est favorable en particulier parce que les risques pays sont faibles ou modérés, les risques commerciaux faibles ou quasi inexistants. Les pays d accueil sont tous à minima classés «Investment grade». 1 Emirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Koweït, Qatar, Oman et Bahreïn. 2 En 2006, la population des États membres du GCC était de 39 millions, dont 70% en Arabie Saoudite. 3

4 1. LA RAREFACTION DE LA RESSOURCE : UNE URGENCE, UN DEFI POUR LES PAYS DU GOLFE L eau dans le monde, c est : Eau prélevée dans le milieu naturel dans le monde : km3/an Seulement 10% devient de l eau potable et est distribuée à la population. L agriculture utilise 69% et l industrie 21%. Eaux usées collectées : 369 km3/an Eaux usées traitées : 160 km3/an dont 7,1 km3/an sont réutilisés En dehors de ces 7,1 km3/an, tout retourne à la nature, traité ou pas. LE STRESS HYDRIQUE : UNE SITUATION COMMUNE POUR LES PAYS DU GOLFE Avec un climat désertique, les pays du Moyen-Orient (Arabie saoudite, Qatar, Koweït, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Oman) sont confrontés à un défi capital pour leur développement et sans égal dans le monde : la raréfaction de leurs ressources en eau. En effet, si le Moyen-Orient concentre 5% de la population mondiale, il ne bénéficie que de 1% de la ressource en eau. Les pays du Golfe souffrent à des degrés variables de la raréfaction de la ressource en eau : Disponibilité de la ressource en eau par pays en milliards de m 3 : Arabie saoudite 2,4 Oman 1,0 Qatar 0,1 Emirats Arabes Unis 0,2 Koweït 0,0 Bahreïn 0,1 (source Global Water Intelligence) Avec une disponibilité de la ressource en eau inférieure à 1000 m 3 par personne et par an, les habitants de ces pays sont dans une situation de pénurie d eau. Une région est en situation de stress hydrique lorsque ses ressources en eau sont inférieures à 1,700 m 3 /personne/an Une région est en situation de pénurie d eau lorsque ses ressources en eau tombent en-dessous de 1,000 m 3 /personne/an 4

5 Disponibilité de la ressource en eau par personne et par an : Arabie saoudite 91 Oman 333 Qatar 116 Emirats Arabes Unis 78 Koweït 0 Bahreïn 145 (source Global Water Intelligence) La ressource en eau par habitant devrait ainsi diminuer de la manière suivante : 2015 m 3 /pers/an 2025 m 3 /pers/an Arabie saoudite Oman Qatar Emirats Arabes Unis Koweït 0 0 Bahreïn Mesure de la ressource en eau par habitant et par an (source Global Water Intelligence) Pour de nombreuses zones côtières, l épuisement des nappes phréatiques a provoqué la pénétration de l eau de mer dans les aquifères, entraînant un taux de salinité tel qu il devient très difficile d y trouver de l eau potable. Dans les dix prochaines années, tous les pays de la région prévoient une diminution de l eau potable disponible. LA RAREFACTION DE L EAU : UNE MENACE POUR LE DEVELOPPEMENT DES PAYS DU GCC L accroissement de la population s accompagne d un fort taux d urbanisation et crée des attentes fortes en matière d infrastructures et de services d eau et de traitement des eaux usées. Le développement des activités industrielles et agricoles rend par ailleurs indispensable un approvisionnement sécurisé en eau. La croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) a un impact direct sur la consommation en eau. On estime qu à un point de croissance du PIB correspond une augmentation de 0,21% de la demande en eau. La situation est si sérieuse que par exemple, la politique agricole de l Arabie Saoudite est en train de subir un changement radical. En avril dernier, les autorités ont annoncé qu elles avaient décidé de la fin de la production de blé pour Le pays devrait commencer à importer du blé dès 2009, pour la première fois depuis plus de deux décennies 3. 3 Financial Times, 11 Avril

6 La combinaison des deux facteurs, explosion démographique/croissance économique, créent une demande en eau potable et en assainissement de plus en plus forte quelque soit l usage : domestique, agricole et industrielle. Répartition des usages de l eau dans les pays du Golfe : Pays Agriculture Usage Industrie domestique Arabie saoudite 89% 10% 1% Oman 91% 7% 2% Qatar 72% 25% 3% Emirats Arabes Unis 68% 23% 9% Koweït 52% 45% 3% Bahreïn 56% 40% 4% (source Global Water Intelligence) On estime la croissance des besoins en eau entre 2005 et 2015 à : Arabie saoudite 6,4% Qatar 33,4% Emirats Arabes Unis 27,3% Koweït 58,1% Bahreïn 37,5% (source Global Water Intelligence) De même, les infrastructures dédiées au traitement des eaux usées au Moyen-Orient sont significativement peu développées. On estime à environ 48% la proportion des ménages connectés à un système d assainissement. En outre, seule un petite part des eaux usées collectées est réellement traitée, sans compter que la plupart des villes situées sur les zones côtières rejettent leurs eaux usées directement dans la mer. Ce très faible niveau de traitement des eaux usées reflète le fait que la réglementation environnementale n ait jamais été prioritaire jusqu à présent pour la plupart des pays du Moyen-Orient. Cependant, des normes plus strictes vont s imposer à eux sous l effet de la pression européenne et internationale et en particulier au regard de l intérêt porté par ces derniers sur la pollution de la Méditerranée. Alors que la capacité actuelle de traitement des eaux usées en m 3 /jour est la suivante : Arabie saoudite m 3 /j Qatar m 3 /j Emirats Arabes Unis m 3 /j Koweït m 3 /j Bahreïn m 3 /j (source Global Water Intelligence) 6

7 On estime la croissance en termes de traitement des eaux usées par pays à : Arabie saoudite 320% Qatar 168% Emirats Arabes Unis 166,7% Koweït 52,4%j Bahreïn 50% (source Global Water Intelligence) 7

8 2. RESOUDRE LES PROBLEMES D EAU PAR UNE GESTION ADAPTEE : Les principales contributions de SUEZ Environnement UNE FORTE VOLONTE POLITIQUE EN FAVEUR D INVESTISSEMENTS IMPORTANTS Face à la demande en eau et en assainissement, une ferme volonté politique en faveur d une réforme du secteur de l eau est née. Cette réforme passe notamment par des investissements majeurs afin d améliorer l efficacité du réseau de distribution -au Moyen- Orient, environ 37% de l eau distribuée est perdue- et de développer des ressources alternatives. L association du secteur privé aux projets dans le domaine de l eau est en plein développement. DESSALEMENT D EAU DE MER ET RE-UTILISATION DES EAUX USEES : DES RESSOURCES ALTERNATIVES ESSENTIELLES Pour satisfaire la croissance de la demande en eau et compte tenu de la rareté de la ressource, les solutions comme le dessalement d eau de mer et la réutilisation des eaux usées, deux techniques nécessitant un savoir-faire technologique spécifique, s imposent. Arabie saoudite 2100 Bahrain 115 Qatar 132 Oman 169 EAU 906 0% 20% 40% 60% 80% 100% Nappe phréatique Eau dessalée Autres De nombreux projets associant le secteur privé ont été lancés au travers de BOT (Build, Operate, Transfer) ou de DBO (Design, Build, Operate) permettant de combiner des financements compétitifs et une optimisation des investissements et une exploitation performante. Degrémont construit des usines de réutilisation des eaux usées selon ce modèle de contrat, notamment au Qatar. 8

9 LES PROJETS IMMOBILIERS «DURABLES», UN MARCHE EN PLEIN BOUM AU QATAR ET AUX EMIRATS ARABES UNIS Depuis quelques années, certains Etats du Moyen-Orient et en particulier le Qatar et Dubaï affichent clairement une volonté de développement touristique. Pour répondre à leurs ambitions, ces Etats se sont lancés dans la construction de villes nouvelles et d îles artificielles dans le respect de l environnement. A ce titre, le Qatar a entrepris la création de l île de Pearl, située en face de Doha, sa capitale. Cette île est destinée à accueillir des complexes commerciaux et des ensembles résidentiels. A Dubaï, les développements immobiliers sont considérables tant par leur taille que par leur quantité, de nombreux projets sont en cours dont les trois célèbres îles en forme de palmier Palm Islands. SUEZ Environnement accompagne ces projets «durables» en mettant en place des technologies de traitement des eaux usées performantes adaptées pour permettre le recyclage de ces eaux à des fins d irrigation et préserver ainsi la ressource. SUEZ ENVIRONNEMENT VA TRAITER ET RECYCLER LES EAUX USEES DU VASTE PROJET IMMOBILIER DE LUSAIL (QATAR) Degrémont a en effet conçu, construit et exploitera pendant 10 ans l usine d épuration des eaux usées du projet de développement immobilier résidentiel et commercial de 35 km 2 situé en front de mer. L usine traitera m 3 /jour d eaux usées pour une population d environ habitants. Elle sera équipée du premier réacteur biologique membranaire jamais vendu par Degrémont dans le Golfe Persique. Le contrat comporte l installation d un réseau de collecte de plus de 10 kilomètres pour acheminer les eaux usées de cette future ville vers la station d épuration. Les eaux recyclées par cette usine permettront la végétalisation de parcelles désertiques et l entretien des espaces verts de l intégralité de l île artificielle de Pearl. 9

10 SUEZ ENVIRONNEMENT VA TRAITER ET RECYCLER LES EAUX USEES DU VASTE PROJET IMMOBILIER DE DUBAÏ (EMIRATS ARABES UNIS) SUEZ Environnement, à travers sa filiale Degrémont spécialiste mondial du traitement de l eau, vient d être déclaré adjudicataire par Palm Water d un contrat pour la conception, la construction et l exploitation pendant 10 ans de l usine de réutilisation des eaux usées du programme immobilier de Jumeirah Golf Estates. Le contrat comporte également l installation et l exploitation d un réseau de collecte des eaux usées et de distribution d eau traitée de près de 40 kilomètres. Ce projet immobilier, situé à 22km au Sud Ouest du centre d affaires de Dubaï, est une véritable ville nouvelle mêlant quartiers résidentiels et parcours de golfs, qui seront entretenus par les eaux recyclées traitées par la nouvelle usine. Nakheel, premier promoteur immobilier de Dubaï a confié une concession de 30 ans à Palm Water, pour développer ce programme avec la banque australienne MacQuarie et la banque d Abu Dhabi ADCB. Cette usine de réutilisation des eaux usées hors norme permettra de traiter m 3 /jour d eaux usées pour une population estimée à terme à habitants et bénéficiera des technologies les plus performantes. Elle sera équipée du réacteur biologique membranaire (BRM) le plus important au monde. L ultrafiltration garantira une eau traitée de grande qualité permettant sa réutilisation pour l arrosage des espaces verts. Le traitement des boues sera assuré par un système de digestion combiné à un procédé qui permettra de réduire le volume produit et de fournir du biogaz utilisé pour l exploitation de l usine. En complément, Degrémont assurera le séchage thermique des boues à travers le procédé innovant Innodry permettant une réduction du volume de 70% sans production de poussière, garantissant ainsi la sécurité de l exploitation. Le contrat sera réalisé dans le cadre d un consortium entre Degrémont, pour la conception, la construction et l exploitation de l usine, et le Groupe belge Besix, présent à Dubaï depuis 40 ans, pour le Génie Civil de l ensemble du projet et la construction des réseaux de collecte. Les projets d usines de dessalement d eau de mer combinées à des unités de production d électricité sont de plus en plus nombreux. 10

11 En Arabie Saoudite, 240 milliards de dollars US de projets ont ainsi été identifiés, pour les 10 prochaines années, dans la production d électricité et le dessalement d eau de mer. SUEZ qui dispose des doubles compétences et savoir-faire en matière de production d énergie et de dessalement d eau de mer, via SUEZ Energie International et SUEZ Environnement, possède l avantage compétitif de pouvoir présenter une offre duale, en qualité d opérateur unique. C est ainsi qu en décembre 2006, le Groupe a remporté le projet Barka II/Rusail, au Sultanat d Oman, un contrat portant sur la production d électricité couplée à une usine de dessalement d eau de mer utilisant la technologie de Degrémont, filiale de SUEZ Environnement. LA GESTION DE L EAU AU MOYEN-ORIENT : LES CONTRATS DE MANAGEMENT ET D O&M, UNE APPROCHE VERS LE MODELE CONCESSIF L association du secteur privé à la construction d infrastructures (station d eau potable, de traitement des eaux usées, usine de dessalement ) est aujourd hui progressivement déclinée au secteur des services (distribution d eau potable, gestion clientèle, collecte des eaux usées). Alors que le cadre réglementaire a été complètement réformé, de nombreux contrats de Partenariats Public-Privé (PPP) voient le jour et ouvrent de nouvelles perspectives aux opérateurs, en particulier en Arabie Saoudite. Cette réflexion autour des services se traduit dans un premier temps par l identification des pistes d amélioration, une prestation qu un contrat d assistance technique (ingénierie, conseil) peut remplir. C est le rôle de Safege, la filiale de SUEZ Environnement pour ce qui concerne l ingénierie de l environnement. Safege a ainsi réalisé l audit des systèmes d adduction d eau potable et d assainissement de la ville de Jeddah. D autres besoins importants se font sentir notamment pour l apport d un cadre structuré et d un savoir-faire technique. Fort de son expertise, SUEZ Environnement peut y apporter une réponse dans le cadre de contrats O&M ou de contrats de management en l accompagnant d un changement de culture, d une restructuration des tarifs, d une amélioration des performances ainsi que le transfert de savoir-faire et de personnel. L Arabie Saoudite s est lancée dans un vaste programme visant à confier le management de ces services publics à des opérateurs privés, avec de forts objectifs d amélioration de la qualité de service. Le contrat de gestion de service décroché par SUEZ Environnement pour la ville de Jeddah illustre bien les changements en cours dans le pays dans les domaines de l eau potable et de l assainissement. 11

12 SUEZ ENVIRONNEMENT S ANCRE AU MOYEN-ORIENT A TRAVERS DES PARTENARIATS CLES Pour asseoir son développement dans la région, SUEZ Environnement a signé un partenariat stratégique avec le groupe Al Qudra aux Emirats Arabes Unis en mars Cet accord de coopération marque également la création d une joint-venture détenue à 50/50 par les 2 partenaires. La société nouvellement créée aura pour mission principale de répondre aux opportunités de développement dans les projets d eau et d assainissement à venir prochainement dans la région. Elle permettra en particulier d identifier, d évaluer et de réaliser de nouveaux projets dans le domaine des utilities. La société bénéficiera de l expérience et du savoir-faire des 2 partenaires pour proposer un large panel d expertises environnementales et de services. SUEZ Environnement marque ainsi sa volonté d accompagner les projets environnementaux et son engagement aux côtés des autorités publiques pour relever de nouveaux défis. 12

13 Annexes Fiches «SUEZ Environnement au Moyen-Orient» Page Historique et présence 2. Carte des implantations Fiches «Technologies et marchés» page Le dessalement de l eau de mer 2. La réutilisation des eaux usées 13

14 HISTORIQUE ET PRESENCE DE SUEZ ENVIRONNEMENT AU MOYEN-ORIENT C est Safege qui, dans les années 1950, a posé les toutes premières pierres de SUEZ Environnement dans ce pays à travers une action d ampleur historique : la découverte d un gisement d eau potable à Ryadh qui a permis d y maintenir la capitale du jeune Etat saoudien.. Dans ce même pays, Degrémont a construit, entre 1975 et 1986, une vingtaine d installations dont une moitié pour l eau potable urbaine. Les réalisations les plus significatives sont : - Cinq des six stations de dessalement d eaux saumâtres à Ryadh (osmose inverse), d une capacité totale de m 3 /j. ( ) ; - Trois autres stations de dessalement (osmose inverse) à Al Birk, Rafh et Zulfi ( ) ; - La station de traitement des eaux usées à Taïf d une capacité de m 3 /jour (1982). En 2003, le Groupe a mis en service à Fujaïrah la partie osmose inverse de la première usine hybride de dessalement, qui associe, pour la première fois au monde à grande échelle des technologies membranaires (osmose inverse) et thermique (évaporation). Conçue et construite par Degrémont, elle est capable de traiter m 3 d eau de mer par jour et produit 62 millions de m 3 d eau par an. SUEZ Environnement est également implanté dans ce pays depuis 1977 grâce à Trashco LLC, la première société privée du pays dans le secteur de la gestion des déchets. Trashco s est développé dans la collecte des déchets industriels et commerciaux, ainsi que dans la collecte des déchets médicaux, et plus récemment dans le nettoyage des rues et des sites industriels. A ce jour, Trashco compte plus de 2000 clients dans les Emirats de Dubaï, Sharjah et Ajman, parmi lesquels l Aéroport International de Dubaï (gestion globale des déchets sur site), le prestigieux groupe hôtelier Jumeirah (Burj Al Arab, l «hôtel le plus cher du monde», Emirates Towers, l hôtel le plus haut du Moyen Orient, Madinat Jumeirah ) ou encore le promoteur immobilier EMAAR (Burj Dubaï, Dubaï Marina ). La société applique des techniques de gestion modernes : tous les camions sont équipés de GPS, Trashco est certifiée ISO 9001/2000 et sera certifiée ISO et OHSAS en A Oman, SUEZ a remporté en décembre 2006 le projet Barka II / Rusail pour la construction de la centrale de co-génération électricité et dessalement de 678 MW. La partie dessalement de l eau de mer est assurée par SUEZ Environnement. L'usine de dessalement d eau de mer a fait l objet d une réflexion particulière en matière de protection du milieu marin. La saumure résultant de la filtration de l eau de mer sera ainsi recyclée dans le système de refroidissement de la centrale thermique afin d obtenir une qualité de rejet en mer sans impact pour l environnement. 14

15 CARTE DES IMPLANTATIONS EAU DE SUEZ ENVIRONNEMENT AU MOYEN-ORIENT 15

16 LE DESSALEMENT DE L EAU DE MER - 39% de la population mondiale vit à moins de 100km de la mer: (soit 2,4 Milliards hab.) - Dans le monde : Sur 70 villes de plus d un million d habitants sans accès direct à des ressources supplémentaires en eau douce, 42 sont situées sur la côte. Ces deux facteurs font du dessalement des eaux de mer et des eaux saumâtres une vraie ressource alternative, qui utilise une matière première presque inépuisable. - Le dessalement produit à peu près 1 % de l eau potable utilisée dans le monde. Technologies Il existe deux familles principales de technologies de dessalement : la distillation ou l évaporation (procédé thermique) et la filtration membranaire ou osmose inverse. La distillation utilise l évaporation pour séparer l eau des impuretés. Son inconvénient est qu elle consomme beaucoup d énergie thermique. C est pourquoi ces techniques se sont davantage développées dans les pays producteurs de pétrole et de gaz. L avantage de cette technique est que l eau pour s évaporer ne nécessite pas de prétraitement. C est une eau à faible teneur en sels qui nécessite ensuite une ré-minéralisation. La filtration membranaire utilise le procédé de l osmose inverse pour retenir les sels contenus dans l eau. L eau salée pénètre à une extrémité de la membrane sous une pression de 80 bars et, après passage au travers de la membrane, ressort de l autre coté débarrassée de plus de 99% de son sel. L osmose inverse, souvent associée à une usine de production électrique, est devenue particulièrement compétitive sur le marché du dessalement puisqu elle permet de diminuer de façon importante le prix du mètre cube d eau traitée. USD/m3 Distillation Osmose inverse ,8 2, ,8 1, ,0 0,6 Une nouvelle approche, dite «hybride», couplant les deux techniques a été développée pour la première fois à grande échelle à Fujairah, aux Emirats Arabes Unis. Cette technologie permet de faire appel de manière complémentaire à la production d eau par filière thermique et par osmose inverse. En fonction de la période de l année (forte ou faible demande d électricité), l une ou l autre des filières est privilégiée. Marchés du dessalement En forte croissance, le marché du dessalement s est développé sur la péninsule Arabe pour gagner les îles, notamment en zone méditerranéenne (Chypre, Malte, îles espagnoles) et conquérir de nouveaux Etats en manque d eau douce (Cap-Vert, Mexique, Californie, Floride, Israël). Les prix du dessalement ont fortement baissé ces dernières années, grâce au développement des procédés d osmose inverse. Cette technologie constitue une réponse 16

17 économiquement viable non seulement pour des pays industrialisés mais aussi pour des pays moins riches qui manquent de ressources en eau. En dix ans, les coûts de production ont été divisés par deux aussi la capacité de production a doublé. Selon les zones d implantation, la nature de l eau brute et le coût de l énergie, le mètre cube produit coûte de 0,5 à 0,8 USD pour l osmose inverse et de 0,65 à 1,8 pour la distillation. L évolution récente du marché du dessalement est due à deux facteurs principaux : la consommation d énergie, principale composante du coût du dessalement, a été considérablement réduite depuis quelques années ; par ailleurs, le prix des membranes et leurs performances ont été améliorés, ce qui au total rend la filtration très attractive. Aujourd hui, il existe unités de dessalement dans 120 pays, qui produisent 25 millions de m3 par jour dont 14 millions issus de l eau de mer et 6 millions des eaux saumâtres. Sur ces 25 millions, 75 % sont destinés à la consommation, 25 % à un usage industriel. La capacité mondiale de production en eau potable est de l ordre de 500 millions de m3 par jour. Evolution de la capacité installée en dessalement : 101% de croissance dans les 10 ans à venir dans le monde 2005 : 30 millions m3/jour 2010 : 48 millions m3/jour 2015 : 62 millions m3/jour 59 % de la capacité nouvellement installée sera de l osmose inverse. Estimation CAPEX dessalement par Osmose Inverse pour les 10 ans à venir (en milliards USD) Amériques 3,65 Asie 2,11 Pays méditerranéens 6,12 Moyen Orient 5,05 17

18 Les pays méditerranéens sont le marché le plus important (Espagne, Algérie, Israël en particulier) pour le dessalement par membranaire (Osmose Inverse). Cette zone aura également la plus forte croissance mondiale de sa capacité de dessalement, membranes et thermique confondus : 179 % Usages de l eau issue du dessalement Du fait de son coût, l eau produite par dessalement sert essentiellement (60 %) à la production d eau potable. Les autres usages sont l industrie, en particulier les eaux de process des centrales thermiques (25 %) le reste est utilisé par l agriculture, dans des cas très particuliers d agriculture à forte valeur ajoutée, et l irrigation des parcs et jardins urbains. Les expériences en dessalement Traditionnellement, les pays du Moyen-Orient, producteurs de pétrole et de gaz, privilégient la filière thermique, toutes les grandes unités de dessalement étant couplées à des centrales thermiques. Des pays comme les Etats-Unis, qui s approvisionnent principalement en nappes d eaux saumâtres, utilisent surtout l osmose inverse. A Majorque en Espagne, l eau contenue dans les nappes phréatiques a un taux de salinité trop élevé pour être utilisée en l état. Un problème d autant plus important que les besoins en eau sont amplifiés par l afflux de touristes. Pendant ces périodes de forte consommation, l usine de dessalement de Bahia de Palma assure la production de m3 d eau par jour pour soutenir cette activité vitale pour l île. Degrémont a lancé son premier grand projet de dessalement en Arabie Saoudite en Quatre usines ont été construites simultanément autour de Riyad, un véritable défi technologique à l époque et une première pour un projet de cette nature, avec une capacité de m3/jour. Aujourd hui, Degrémont compte près de 260 références qui produisent plus de 1,9 millions de m3 par jour, ce qui en fait un leader sur le marché de l osmose inverse. Il dispose aujourd hui d importantes références avec des usines à Majorque comme Bah de Palma avec m3/jour et Son Tugores m3/jour, en Andalousie, Carboneras m3/jour, à Málaga, El Atabal m3/jour d eaux saumâtres. Il y a construit aux Antilles néerlandaises, à Curaçao, l usine qui va remplacer les distillateurs thermiques de l île. Projets récents : Barcelone : m3/j : première usine européenne à ce jour par la taille 20% de la population de la région soit 1,3 million de personnes Mise en route prévue pour mi-2009 Perth (Australie) : m 3 : première grande usine de dessalement d eau de mer du pays et plus grande usine de l hémisphère Sud. 18

19 LA REUTILISATION DES EAUX USEES Le choix des méthodes de traitement dépend de plusieurs facteurs dont les plus importants sont la qualité des eaux usées et le type de réutilisation. En fonction des conditions locales et des critères technico-économiques, différentes technologies extensives ou intensives peuvent être envisagées. Les techniques extensives (lagunage, l'infiltration-percolation, l'infiltration dans les sols et les aquifères) sont bien adaptées aux conditions climatiques des régions tropicales et subtropicales. Leur faible coût et l'exploitation relativement facile leur confèrent des avantages non négligeables pour les pays en voie de développement. Les technologies intensives (filtration, traitement physico-chimiques, membranes) et, en particulier, les procédés avancés de désinfection (chloration, irradiation UV, ozonation) garantissent une meilleure qualité de l'eau produite. La réutilisation de l eau (aussi appelée «re-use») est en plein essor depuis Inscrit dans la logique du développement durable, il présente plusieurs avantages. Il assure une ressource alternative à moindre coût tout en limitant les pénuries d eau et en préservant les ressources naturelles. Actuellement, le coût total moyen (CAPEX+OPEX, énergie incluse) pour traiter les eaux usées se situe entre 0,5 et 0,9 USD/m³. La réutilisation de l eau est un marché à fort potentiel. Actuellement, seulement 2% des eaux usées épurées sont réutilisées, soit environ 7,1 milliards de m³ en Dans les dix prochaines années, les capacités mondiales installées pour traiter les eaux usées tripleront pour passer de 20 millions de m³/j en 2005 à 55 millions de m³ /j en 2015 (soit une croissance annuelle de 10 à 12%). Dans certains pays, comme la Chine, les capacités installées seront multipliées par dix entre 2005 et Les investissements cumulés entre 2005 et 2015 seront de l ordre de 24 Mds USD. La zone Moyen-Orient et Afrique du Nord aura le plus fort développement, en attirant 31% des investissements totaux, soit 7 Mds USD. Les Etats-Unis et l Europe de l Ouest représenteront chacun 24% des investissements additionnels. A noter que les investissements dans les pays européens seront les plus importants dans le monde à partir de Evolution de la capacité installée en Reuse : 181 % de croissance dans les 10 ans à venir à comparer au dessalement : 102% : 19,4 millions m3/jour (7,1 km3/an) 2010 : 32,7 millions m3/jour 2015 : 54,5 millions m3/jour Répartition par zone géographique : Zone géographique Chine MENA USA Europe de l Ouest Asie du Sud Capacité additionnelle en millions de m 3 /jour 10,79 5,58 4,47 3,89 3,75 Croissance % +29% +12% +12% +10% +14% 19

20 Répartition des investissements : Zone géographique MENA USA Europe de l Ouest Chine Asie Pacifique hors Chine Estimation des Capex en milliards USD 7,053 5,636 5,534 3,615 1,500 Coûts des installations de réutilisation (source: Degrémont) : Traitement classique eaux usées : entre 0,1 et 0,2 USD/m 3 Traitement tertiaire avec membranes d ultrafiltration : 0,2 USD/m 3 Traitement quaternaire avec osmose inverse (entre 0,2 et 0,5 USD/m 3 ) Total Recyclage : entre 0,5 et 0,9 USD /m 3 Projets récents de réutilisation des eaux : - San Luis Potosi (Mexique), inaugurée en janvier 2006 : d une capacité de recyclage de m 3 d eaux usées par jour, la station Tenorio permet la réutilisation de 40% des eaux comme liquide pour le refroidissement de la centrale thermique de Reyes, les 60% restants étant acheminés vers une lagune avant d être distribués aux agriculteurs. - Doha (Qatar) réalise également une usine de réutilisation qui permettra d utiliser en agriculture les m3/jour d eau traitée. Focus sur le Moyen-Orient : L accroissement de la population dans les zones urbaines est l un des défis auquel devront faire face les pays du Golfe en matière de traitement des eaux usées. A Muscat, la capitale omanaise, par exemple, seules personnes sont raccordées au réseau d assainissement sur un total de habitants. Le ministère de l eau et de l électricité saoudien estime quant à lui à 13,3 milliards de dollars US les investissements nécessaires dans le traitement des eaux usées en Arabie d ici 2020, ce qui équivaut à pratiquement doubler la capacité existante actuelle pour atteindre 5,8 millions de m 3 /jour. 20

SUEZ ENVIRONNEMENT AU CŒUR DES ENJEUX DE LA RESSOURCE AU MOYEN-ORIENT

SUEZ ENVIRONNEMENT AU CŒUR DES ENJEUX DE LA RESSOURCE AU MOYEN-ORIENT SUEZ ENVIRONNEMENT AU CŒUR DES ENJEUX DE LA RESSOURCE AU MOYEN-ORIENT Sommaire 3 4 5 5 6 6 7 8 9 La gestion durable de l eau et des déchets : un véritable défi pour les pays du Moyen-Orient et du Golfe

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

Géopolitique du dessalement

Géopolitique du dessalement n 18/2008 Géopolitique du dessalement Franck Galland, Directeur de la sûreté de Suez Environnement, président du Collège des opérateurs d installations vitales au sein du Haut Comité français pour la défense

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Suez : Des solutions alternatives face au défi du stress hydrique. acquises dans le cadre des projets Barka Phase II - Rusail.

Suez : Des solutions alternatives face au défi du stress hydrique. acquises dans le cadre des projets Barka Phase II - Rusail. Suez : Des solutions alternatives face au défi du stress hydrique Thierry MALLET Directeur Général de Degrémont Mario SAVASTANO Directeur Général des sociétés créées ou acquises dans le cadre des projets

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE 1 SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE Mohammed Serraj Directeur de la Planification Branche Eau Lisbonne, le 06/06/2013 PLAN 1. CONTEXTE DU SECTEUR DE L EAU 2. MISSIONS ET PRINCIPAUX INDICATEURS

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

Marie-Noëlle Pons Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UMR CNRS 7274, Université de Lorraine, Nancy

Marie-Noëlle Pons Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UMR CNRS 7274, Université de Lorraine, Nancy Marie-Noëlle Pons Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UMR CNRS 7274, Université de Lorraine, Nancy Terre = planète bleue? 97% = eau salée 2.5 % = eau douce 70 % = calottes glacières, icebergs,

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

SOLUTIONS MOBILES DE TRAITEMENT DE L EAU. Des solutions flexibles et économiques pour garantir la continuité de votre production

SOLUTIONS MOBILES DE TRAITEMENT DE L EAU. Des solutions flexibles et économiques pour garantir la continuité de votre production SOLUTIONS MOBILES DE TRAITEMENT DE L EAU Des solutions flexibles et économiques pour garantir la continuité de votre production Janvier 2013 SOMMAIRE Le savoir-faire de Degrémont Industry au service des

Plus en détail

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation durable Présenté par : CHALHOUB Habib Directeur de thèse : P. BELOT Robert Co-encadrante : Mme

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011 Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités Contacts presse : Agence de l eau Adour-Garonne Catherine Belaval- 05 61 36 36 44- catherine.belaval@eau-adour-garonne.fr

Plus en détail

EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU

EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU PAGE 1 ASSEMBLÉE ANNUELLE DES ACTIONNAIRES 2015 EXPERTS MONDIAUX EN TRAITEMENT DE L EAU Déclarations prospectives PAGE 2 Certains renseignements et déclarations contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

2. Petites et moyennes installations, développement durable et haute technologie p 4

2. Petites et moyennes installations, développement durable et haute technologie p 4 DOSSIER DE PRESSE Petites et moyennes installations : haute qualité environnementale et sanitaire dans le traitement de l eau SOMMAIRE 1. Une nouvelle entité dédiée, plus proche des clients p 2 2. Petites

Plus en détail

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE 1 DKHISSI SAID PLAN I. Introduction 23/02/2011 II. Enjeux de la concurrence internationale en Afrique III. Internationalisation de la concurrence IV. Globalisation

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Forum de l innovation France Suisse!

Forum de l innovation France Suisse! Forum de l innovation France Suisse!! Nouveaux axes de développement, nouveaux marchés, nouveaux défis pour l innovation! 4 juin 2013! Marc FLORETTE! Directeur R&I! GDF SUEZ! SOMMAIRE 1) Présentation de

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

AUX PORTES DES AMERIQUES ANGLOPHONE ET LATINE

AUX PORTES DES AMERIQUES ANGLOPHONE ET LATINE AUX PORTES DES AMERIQUES ANGLOPHONE ET LATINE CCIP - Juin 2007 INFRASTRUCTURE LE MARCHE Taux croissance 2006 : 5.4% Prévision de croissance annuelle en 2007 > 900 milliards de MXP soit environ 65 milliards

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale

par L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale Perform-EE par Plan de Progrès de Performance Economique et Environnementale L intelligence environnementale au service de la croissance économique durable PERFORM-EE par Suez Environnement 1 Au XXI siècle,

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015

Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015 Ne pas diffuser, publier ou distribuer, directement ou indirectement, aux États-Unis, au Canada, en Australie ou au Japon Communiqué de presse Paris, 5 mars 2015 Solairedirect enregistre son document de

Plus en détail

Une approche collaborative pour plus d efficacité urbaine. Septembre 2013

Une approche collaborative pour plus d efficacité urbaine. Septembre 2013 Une approche collaborative pour plus d efficacité urbaine. Septembre 2013 Schneider Electric le spécialiste mondial de la gestion de l énergie Des geographies équilibrées FY 2012 milliards d de CA en 2012

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE

EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE Présenté par M.Mohammed LISSER Direction de l Electricité et des Energies Renouvelables Division des Energies Renouvelables et de la Maitrise de

Plus en détail

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lima Bogota (avant) I-1 Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lagos Dar es Salaam Impacts profonds du Transport I-2 Le transport touche presque chaque aspect de la vie urbaine Économique, développement

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE

CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE CONFERENCE INTERNATIONALE LE PARTENARIAT STRATEGIQUE ENTRE LE MAROC ET LA FEDERATION DE RUSSIE RABAT, 18 OCTOBRE 2012 Les relations entre le Maroc et la Russie sont anciennes. Toutefois, elles n ont connu

Plus en détail

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord La construction sociale du statut juridique de l eau l en Amérique du Nord Disponibilité réelle de l eaul 0,25 % d eau d douce accessible sur terre Inégale répartition: r 60% de l eau l douce se retrouve

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Transport et émissions de gaz carbonique en Australie : réponses actuelles et dilemme Dr Matthew Burke, chercheur, université de Griffith (Australie) Le contexte australien L Australie

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING

DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Consulting DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL CONSULTING Un véritable expert pour réussir votre développement international Développement International Consulting / SAS / Siège :70, rue LAURISTON, 75116 PARIS

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

LE PROJET MAROCAIN INTEGRE D ENERGIE EOLIENNE

LE PROJET MAROCAIN INTEGRE D ENERGIE EOLIENNE LE PROJET MAROCAIN INTEGRE D ENERGIE EOLIENNE Discours de Madame Amina BENKHADRA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Tanger le 28 juin 2010 Projet Marocain d Energie Eolienne.

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Direction de la Formation Réseau des Campus

Direction de la Formation Réseau des Campus Direction de la Formation Réseau des Campus La formation, élément de l ADN de VE Nos métiers : Intensifs en main d œuvre opérationnelle, non dé localisables La valeur ajoutée se fait sur notre capacité

Plus en détail

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social

La notion de Développement Durable est illustrée par la figure suivante : Développement durable. Social LE DEVELOPPEMENT DURABLE POUR LES PETITES ENTREPRISES ET LES ARTISANS. La notion de Développement Durable est une thématique à la mode. Elle est largement reprise dans les médias et devient une donnée

Plus en détail

Branche Energie Services

Branche Energie Services GDF SUEZ Jérôme Tolot Chiffres clés opérationnels Leader européen des services à l énergie 120 000 clients publics, industriels et tertiaires 5 ans : durée moyenne du portefeuille de contrats de services**

Plus en détail

La croissance chinoise

La croissance chinoise Lacroissancechinoise Aprèspresque30ansd économiemaoïste,lachines estengagéedepuis1978,sousl impulsionde Deng Xiaoping, sur la voie de la modernisation économique. Les «Quatre Modernisations» industrie,agriculture,rechercheetdéfense

Plus en détail

Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout

Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout 16 novembre 2011 Le concept structurel Le rachat d entreprises («buyout») est une transaction qui prend forme dans le transfert du contrôle de

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

DOSSIER THEMATIQUE. Certification ISO 14001 de la station d épuration d Annonay. La station d épuration Acantia d Annonay NOVEMBRE 2013 CONTACT

DOSSIER THEMATIQUE. Certification ISO 14001 de la station d épuration d Annonay. La station d épuration Acantia d Annonay NOVEMBRE 2013 CONTACT Certification ISO 14001 de la station d épuration d Annonay DOSSIER THEMATIQUE NOVEMBRE 2013 La station d épuration Acantia d Annonay certifiée ISO 14001 CONTACT Lyonnaise des Eaux Provence / SDEI Florian

Plus en détail

«Construction de maisons bois : défis et opportunités»

«Construction de maisons bois : défis et opportunités» «Construction de maisons bois : défis et opportunités» Simon Rietbergen Banque mondiale NB Cette présentation ne représente pas nécessairement la position officielle de la Banque mondiale Constat secteur

Plus en détail

Exploitation d une ressource cachée: Économies d énergie Moyen-Orient et Afrique du Nord

Exploitation d une ressource cachée: Économies d énergie Moyen-Orient et Afrique du Nord Exploitation d une ressource cachée: Économies d énergie Moyen-Orient et Afrique du Nord Silvia Pariente-David Banque mondiale Conference Ener@aia Climat, énergie et développement durable en Méditerranée:

Plus en détail

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public

L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public L Internet of Everything Les 10 points clés de l étude sur le potentiel de l IoE dans le secteur public Joseph Bradley Christopher Reberger Amitabh Dixit Vishal Gupta L Internet of Everything (IoE) permet

Plus en détail

Charnières et Verrouillages

Charnières et Verrouillages Toutes les solutions de et Verrouillages La société PINET propose, depuis 6 générations, des produits pour applications industrielles. Comptant parmi les leaders européens, la société investit dans des

Plus en détail

SUEZ Environnement. Jean-Louis Chaussade Directeur Général Adjoint de SUEZ, chargé de SUEZ Environnement

SUEZ Environnement. Jean-Louis Chaussade Directeur Général Adjoint de SUEZ, chargé de SUEZ Environnement SUEZ Environnement Jean-Louis Chaussade Directeur Général Adjoint de SUEZ, chargé de SUEZ Environnement 6 février 2007 Réunion d information 5 au 8 février 2007 2 Avertissement Cette communication ne constitue

Plus en détail

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014

CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 CONTRIBUTION DES DIRIGEANTS DE GRANDS GROUPES ÉNERGÉTIQUES EUROPÉENS AU CONSEIL EUROPÉEN DES 20 ET 21 MARS 2014 La politique énergétique et climatique européenne se trouve à la croisée des chemins. Les

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System

Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System Un phenomene p L e n t r e p r i s e L entreprise, Bernoulli System AB fut la première à exploiter le principe de Bernoulli pour la filtration

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013

Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans l approvisionnement énergétique mondial à moyen et long terme Daniel Champlon Président CEDIGAZ Club de Nice XIIe Forum Annuel 28-30 novembre 2013 Le rôle du gaz naturel dans

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Quelle est la Mobilité du Futur? January 2012 Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan

Quelle est la Mobilité du Futur? January 2012 Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan Quelle est la Mobilité du Futur? January 2012 Nicolas Meilhan Consultant Principal, Frost & Sullivan Avril 2014 7 défis majeurs sont à prendre en compte pour concevoir la mobilité de demain les émissions

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc?

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Au cours de la dernière décennie, la politique des grands chantiers initiée et conduite par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que dieu l assiste a permis de développer

Plus en détail

Présentation du marché espagnol de la santé, les problématiques du secteur de la dépendance, le marché des TIC Santé

Présentation du marché espagnol de la santé, les problématiques du secteur de la dépendance, le marché des TIC Santé Présentation du marché espagnol de la santé, les problématiques du secteur de la dépendance, le marché des TIC Santé Delphine POULAIN, Conseillère Export Santé, Services UBIFRANCE Espagne delphine.poulain@ubifrance.fr

Plus en détail

Les enjeux énergétiques du transport

Les enjeux énergétiques du transport Les enjeux énergétiques du transport Le secteur des transports consomme 50% du pétrole mondial. Avec des échanges commerciaux qui croissent beaucoup plus vite que le PIB, et une croissance exponentielle

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE

2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE 2.3. ÉVOLUTIONS : UNE FACTURE ÉNERGÉTIQUE DE PLUS EN PLUS LOURDE Les graphiques ci-dessous illustrent l évolution historique de la facture énergétique régionale et de sa décomposition par acteur, par vecteur

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail

Avenant àla Convention avec l Etat

Avenant àla Convention avec l Etat Avenant àla Convention avec l Etat 14 septembre 2010 1 20 années d un partenariat sans précédent : 1987 à aujourd hui Une Convention signée le 24 mars 1987 entre TWDC, l Etat français, la Région Ile de

Plus en détail

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction

Quel rôle pour les biocarburants dans la demande globale d énergie. Introduction Revue n 425 Dossier : LES BIOCARBURANTS Traduction de l article What Role for Biofuels in the Global Energy Scene? de Claude MANDIL et Fatih BIROL de l Agence Internationale de l Energie (AIE/IEA) Quel

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique

La demande touristique et ses évolutions. 1. État actuel de la demande touristique III. La demande touristique et ses évolutions 1. État actuel de la demande touristique Les statistiques internationales et européennes : Croissance du tourisme international de 5 à 6 % en 2005 Forte croissance

Plus en détail

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie Journée de l Ingénieur 2012 RESSOURCES EN EAU EN TUNISIE: REALITES ET PERSPECTIVES 10 novembre 2012, Sfax, Tunisie Préparée

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2015 GDF SUEZ. et le projet GAZ du Maroc

DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2015 GDF SUEZ. et le projet GAZ du Maroc DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2015 GDF SUEZ et le projet GAZ du Maroc Le groupe GDF SUEZ a suivi avec grand intérêt l annonce de la feuille de route GAZ du Maroc par Monsieur le Ministre de l Energie Abdelkader

Plus en détail

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Algérienne des Eaux en matière de formation ZAIER Hocine Sommaire

Plus en détail

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau Géographie Chapitre n. L accès à l eau I) Les ressources en eau en Australie Problématiques : Pourquoi les habitants d Aldinga ont-ils adopté une telle attitude face à l eau? Comment l eau est-elle utilisée

Plus en détail

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011

PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 PME EN CHINE: LES CLES POUR INVESTIR ET SE DEVELOPPER JOURNEES CHINE JUIN 2011 0 1 SOMMAIRE Les opportunités du 12 ème plan quinquennal pour les entreprises françaises La situation des PME françaises en

Plus en détail

Global Standards, Local Values, Outstanding Performance. Présenté par: Jalal JIHAZI

Global Standards, Local Values, Outstanding Performance. Présenté par: Jalal JIHAZI Global Standards, Local Values, Outstanding Performance Présenté par: Jalal JIHAZI AGENDA Présentation des Emirats Arabes Unis (E.A.U). L économie des Emirats. Présentation des secteurs d activités. Opportunités

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE La croissance économique mauricienne prendra réellement son essor au cours des années soixante-dix

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

Valorisation des dattes non comestibles en Algérie

Valorisation des dattes non comestibles en Algérie Valorisation des dattes non comestibles en Algérie La technologie et l économie d extraction du sucre liquide Dr. Ulrich März GIZ/AFC Symposium «Valorisation des fruits dans les boissons» Alger, le 27

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Approche intégrée de développement territorial

Approche intégrée de développement territorial Approche intégrée de développement territorial Appel à stratégies V0 CADRE COMMUN AUX APPELS A CANDIDATURE ITI ET LEADER La loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles

Plus en détail