DOSSIER DE PRESSE QUAND SUEZ ENVIRONNEMENT MET SA TECHNOLOGIE AU LA PROBLEMATIQUE DE L EAU AU MOYEN-ORIENT :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE QUAND SUEZ ENVIRONNEMENT MET SA TECHNOLOGIE AU LA PROBLEMATIQUE DE L EAU AU MOYEN-ORIENT :"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE Mai 2008 LA PROBLEMATIQUE DE L EAU AU MOYEN-ORIENT : QUAND SUEZ ENVIRONNEMENT MET SA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE PROJETS DE DEVELOPPEMENT D ENVERGURE Contacts Presse : SUEZ Environnement : Hélène ENGINGER + 33 (0) / +33 (0) Héloïse ROTHENBÜHLER +33 (0) / +33 (0) Gérald BONNARD +33 (0)

2 Sommaire INTRODUCTION GENERALE Page 3 La situation générale des pays du Golfe : Une transformation en passe d être achevée 1 page 4 La raréfaction de la ressource : Une urgence, un défi pour les pays du Golfe 2 page 7 Résoudre les problèmes d eau par une gestion adaptée : Les principales contributions de SUEZ Environnement ANNEXES page 13 - Fiches SUEZ Environnement au Moyen-Orient - Fiches «Technologies et Marchés» : le dessalement et la réutilisation des eaux usées 2

3 INTRODUCTION GENERALE LA SITUATION ECONOMIQUE DES PAYS DU GOLFE : UNE TRANSFORMATION EN PASSE D ETRE ACHEVEE Au cours des trente dernières années, les États membres du Conseil de Coopération du Golfe (Gulf Cooperation Council Countries GCC 1 ) ont connu des transformations économiques et sociales sans précédent. Soutenue par un taux d inflation très faible, la croissance économique de ces pays a été particulièrement forte, de l ordre de 4% par an en moyenne sur la période et de 7-9% par an depuis Les recettes pétrolières de ces pays, qui représentent entre 80% et 90% de leurs ressources budgétaires totales, ont été utilisées pour moderniser les infrastructures et créer des emplois. Depuis le milieu des années 1990, les activités économiques non pétrolières des États membres du GCC ont vu leur importance s accroître régulièrement, reflétant une politique affirmée et volontariste de diversification économique. Ces progrès ont été réalisés dans un système de liberté à la fois des changes, des flux commerciaux et de capitaux, et avec une ouverture des frontières à la main d œuvre étrangère. La région du Golfe a également enregistré une augmentation rapide de sa population active, directement lié à la croissance de la population en général 2, 4% par an au cours de la dernière décennie. Les femmes représentent une part croissante de la population active. Par ailleurs, la croissance du PIB excède actuellement dans la plupart des pays du GCC les 5% par an, conduisant ainsi à une accélération du niveau de vie dans la région. Ces facteurs conjugués à la politique de diversification des économies des pays du GCC ont entraîné une augmentation des besoins, notamment dans les domaines de l environnement, des services d eau et de propreté. La région du Golfe est l une des zones géographiques qui propose des projets dont les revenus sont garantis sur la base de contrats à long terme. Le profil de risque est favorable en particulier parce que les risques pays sont faibles ou modérés, les risques commerciaux faibles ou quasi inexistants. Les pays d accueil sont tous à minima classés «Investment grade». 1 Emirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Koweït, Qatar, Oman et Bahreïn. 2 En 2006, la population des États membres du GCC était de 39 millions, dont 70% en Arabie Saoudite. 3

4 1. LA RAREFACTION DE LA RESSOURCE : UNE URGENCE, UN DEFI POUR LES PAYS DU GOLFE L eau dans le monde, c est : Eau prélevée dans le milieu naturel dans le monde : km3/an Seulement 10% devient de l eau potable et est distribuée à la population. L agriculture utilise 69% et l industrie 21%. Eaux usées collectées : 369 km3/an Eaux usées traitées : 160 km3/an dont 7,1 km3/an sont réutilisés En dehors de ces 7,1 km3/an, tout retourne à la nature, traité ou pas. LE STRESS HYDRIQUE : UNE SITUATION COMMUNE POUR LES PAYS DU GOLFE Avec un climat désertique, les pays du Moyen-Orient (Arabie saoudite, Qatar, Koweït, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Oman) sont confrontés à un défi capital pour leur développement et sans égal dans le monde : la raréfaction de leurs ressources en eau. En effet, si le Moyen-Orient concentre 5% de la population mondiale, il ne bénéficie que de 1% de la ressource en eau. Les pays du Golfe souffrent à des degrés variables de la raréfaction de la ressource en eau : Disponibilité de la ressource en eau par pays en milliards de m 3 : Arabie saoudite 2,4 Oman 1,0 Qatar 0,1 Emirats Arabes Unis 0,2 Koweït 0,0 Bahreïn 0,1 (source Global Water Intelligence) Avec une disponibilité de la ressource en eau inférieure à 1000 m 3 par personne et par an, les habitants de ces pays sont dans une situation de pénurie d eau. Une région est en situation de stress hydrique lorsque ses ressources en eau sont inférieures à 1,700 m 3 /personne/an Une région est en situation de pénurie d eau lorsque ses ressources en eau tombent en-dessous de 1,000 m 3 /personne/an 4

5 Disponibilité de la ressource en eau par personne et par an : Arabie saoudite 91 Oman 333 Qatar 116 Emirats Arabes Unis 78 Koweït 0 Bahreïn 145 (source Global Water Intelligence) La ressource en eau par habitant devrait ainsi diminuer de la manière suivante : 2015 m 3 /pers/an 2025 m 3 /pers/an Arabie saoudite Oman Qatar Emirats Arabes Unis Koweït 0 0 Bahreïn Mesure de la ressource en eau par habitant et par an (source Global Water Intelligence) Pour de nombreuses zones côtières, l épuisement des nappes phréatiques a provoqué la pénétration de l eau de mer dans les aquifères, entraînant un taux de salinité tel qu il devient très difficile d y trouver de l eau potable. Dans les dix prochaines années, tous les pays de la région prévoient une diminution de l eau potable disponible. LA RAREFACTION DE L EAU : UNE MENACE POUR LE DEVELOPPEMENT DES PAYS DU GCC L accroissement de la population s accompagne d un fort taux d urbanisation et crée des attentes fortes en matière d infrastructures et de services d eau et de traitement des eaux usées. Le développement des activités industrielles et agricoles rend par ailleurs indispensable un approvisionnement sécurisé en eau. La croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) a un impact direct sur la consommation en eau. On estime qu à un point de croissance du PIB correspond une augmentation de 0,21% de la demande en eau. La situation est si sérieuse que par exemple, la politique agricole de l Arabie Saoudite est en train de subir un changement radical. En avril dernier, les autorités ont annoncé qu elles avaient décidé de la fin de la production de blé pour Le pays devrait commencer à importer du blé dès 2009, pour la première fois depuis plus de deux décennies 3. 3 Financial Times, 11 Avril

6 La combinaison des deux facteurs, explosion démographique/croissance économique, créent une demande en eau potable et en assainissement de plus en plus forte quelque soit l usage : domestique, agricole et industrielle. Répartition des usages de l eau dans les pays du Golfe : Pays Agriculture Usage Industrie domestique Arabie saoudite 89% 10% 1% Oman 91% 7% 2% Qatar 72% 25% 3% Emirats Arabes Unis 68% 23% 9% Koweït 52% 45% 3% Bahreïn 56% 40% 4% (source Global Water Intelligence) On estime la croissance des besoins en eau entre 2005 et 2015 à : Arabie saoudite 6,4% Qatar 33,4% Emirats Arabes Unis 27,3% Koweït 58,1% Bahreïn 37,5% (source Global Water Intelligence) De même, les infrastructures dédiées au traitement des eaux usées au Moyen-Orient sont significativement peu développées. On estime à environ 48% la proportion des ménages connectés à un système d assainissement. En outre, seule un petite part des eaux usées collectées est réellement traitée, sans compter que la plupart des villes situées sur les zones côtières rejettent leurs eaux usées directement dans la mer. Ce très faible niveau de traitement des eaux usées reflète le fait que la réglementation environnementale n ait jamais été prioritaire jusqu à présent pour la plupart des pays du Moyen-Orient. Cependant, des normes plus strictes vont s imposer à eux sous l effet de la pression européenne et internationale et en particulier au regard de l intérêt porté par ces derniers sur la pollution de la Méditerranée. Alors que la capacité actuelle de traitement des eaux usées en m 3 /jour est la suivante : Arabie saoudite m 3 /j Qatar m 3 /j Emirats Arabes Unis m 3 /j Koweït m 3 /j Bahreïn m 3 /j (source Global Water Intelligence) 6

7 On estime la croissance en termes de traitement des eaux usées par pays à : Arabie saoudite 320% Qatar 168% Emirats Arabes Unis 166,7% Koweït 52,4%j Bahreïn 50% (source Global Water Intelligence) 7

8 2. RESOUDRE LES PROBLEMES D EAU PAR UNE GESTION ADAPTEE : Les principales contributions de SUEZ Environnement UNE FORTE VOLONTE POLITIQUE EN FAVEUR D INVESTISSEMENTS IMPORTANTS Face à la demande en eau et en assainissement, une ferme volonté politique en faveur d une réforme du secteur de l eau est née. Cette réforme passe notamment par des investissements majeurs afin d améliorer l efficacité du réseau de distribution -au Moyen- Orient, environ 37% de l eau distribuée est perdue- et de développer des ressources alternatives. L association du secteur privé aux projets dans le domaine de l eau est en plein développement. DESSALEMENT D EAU DE MER ET RE-UTILISATION DES EAUX USEES : DES RESSOURCES ALTERNATIVES ESSENTIELLES Pour satisfaire la croissance de la demande en eau et compte tenu de la rareté de la ressource, les solutions comme le dessalement d eau de mer et la réutilisation des eaux usées, deux techniques nécessitant un savoir-faire technologique spécifique, s imposent. Arabie saoudite 2100 Bahrain 115 Qatar 132 Oman 169 EAU 906 0% 20% 40% 60% 80% 100% Nappe phréatique Eau dessalée Autres De nombreux projets associant le secteur privé ont été lancés au travers de BOT (Build, Operate, Transfer) ou de DBO (Design, Build, Operate) permettant de combiner des financements compétitifs et une optimisation des investissements et une exploitation performante. Degrémont construit des usines de réutilisation des eaux usées selon ce modèle de contrat, notamment au Qatar. 8

9 LES PROJETS IMMOBILIERS «DURABLES», UN MARCHE EN PLEIN BOUM AU QATAR ET AUX EMIRATS ARABES UNIS Depuis quelques années, certains Etats du Moyen-Orient et en particulier le Qatar et Dubaï affichent clairement une volonté de développement touristique. Pour répondre à leurs ambitions, ces Etats se sont lancés dans la construction de villes nouvelles et d îles artificielles dans le respect de l environnement. A ce titre, le Qatar a entrepris la création de l île de Pearl, située en face de Doha, sa capitale. Cette île est destinée à accueillir des complexes commerciaux et des ensembles résidentiels. A Dubaï, les développements immobiliers sont considérables tant par leur taille que par leur quantité, de nombreux projets sont en cours dont les trois célèbres îles en forme de palmier Palm Islands. SUEZ Environnement accompagne ces projets «durables» en mettant en place des technologies de traitement des eaux usées performantes adaptées pour permettre le recyclage de ces eaux à des fins d irrigation et préserver ainsi la ressource. SUEZ ENVIRONNEMENT VA TRAITER ET RECYCLER LES EAUX USEES DU VASTE PROJET IMMOBILIER DE LUSAIL (QATAR) Degrémont a en effet conçu, construit et exploitera pendant 10 ans l usine d épuration des eaux usées du projet de développement immobilier résidentiel et commercial de 35 km 2 situé en front de mer. L usine traitera m 3 /jour d eaux usées pour une population d environ habitants. Elle sera équipée du premier réacteur biologique membranaire jamais vendu par Degrémont dans le Golfe Persique. Le contrat comporte l installation d un réseau de collecte de plus de 10 kilomètres pour acheminer les eaux usées de cette future ville vers la station d épuration. Les eaux recyclées par cette usine permettront la végétalisation de parcelles désertiques et l entretien des espaces verts de l intégralité de l île artificielle de Pearl. 9

10 SUEZ ENVIRONNEMENT VA TRAITER ET RECYCLER LES EAUX USEES DU VASTE PROJET IMMOBILIER DE DUBAÏ (EMIRATS ARABES UNIS) SUEZ Environnement, à travers sa filiale Degrémont spécialiste mondial du traitement de l eau, vient d être déclaré adjudicataire par Palm Water d un contrat pour la conception, la construction et l exploitation pendant 10 ans de l usine de réutilisation des eaux usées du programme immobilier de Jumeirah Golf Estates. Le contrat comporte également l installation et l exploitation d un réseau de collecte des eaux usées et de distribution d eau traitée de près de 40 kilomètres. Ce projet immobilier, situé à 22km au Sud Ouest du centre d affaires de Dubaï, est une véritable ville nouvelle mêlant quartiers résidentiels et parcours de golfs, qui seront entretenus par les eaux recyclées traitées par la nouvelle usine. Nakheel, premier promoteur immobilier de Dubaï a confié une concession de 30 ans à Palm Water, pour développer ce programme avec la banque australienne MacQuarie et la banque d Abu Dhabi ADCB. Cette usine de réutilisation des eaux usées hors norme permettra de traiter m 3 /jour d eaux usées pour une population estimée à terme à habitants et bénéficiera des technologies les plus performantes. Elle sera équipée du réacteur biologique membranaire (BRM) le plus important au monde. L ultrafiltration garantira une eau traitée de grande qualité permettant sa réutilisation pour l arrosage des espaces verts. Le traitement des boues sera assuré par un système de digestion combiné à un procédé qui permettra de réduire le volume produit et de fournir du biogaz utilisé pour l exploitation de l usine. En complément, Degrémont assurera le séchage thermique des boues à travers le procédé innovant Innodry permettant une réduction du volume de 70% sans production de poussière, garantissant ainsi la sécurité de l exploitation. Le contrat sera réalisé dans le cadre d un consortium entre Degrémont, pour la conception, la construction et l exploitation de l usine, et le Groupe belge Besix, présent à Dubaï depuis 40 ans, pour le Génie Civil de l ensemble du projet et la construction des réseaux de collecte. Les projets d usines de dessalement d eau de mer combinées à des unités de production d électricité sont de plus en plus nombreux. 10

11 En Arabie Saoudite, 240 milliards de dollars US de projets ont ainsi été identifiés, pour les 10 prochaines années, dans la production d électricité et le dessalement d eau de mer. SUEZ qui dispose des doubles compétences et savoir-faire en matière de production d énergie et de dessalement d eau de mer, via SUEZ Energie International et SUEZ Environnement, possède l avantage compétitif de pouvoir présenter une offre duale, en qualité d opérateur unique. C est ainsi qu en décembre 2006, le Groupe a remporté le projet Barka II/Rusail, au Sultanat d Oman, un contrat portant sur la production d électricité couplée à une usine de dessalement d eau de mer utilisant la technologie de Degrémont, filiale de SUEZ Environnement. LA GESTION DE L EAU AU MOYEN-ORIENT : LES CONTRATS DE MANAGEMENT ET D O&M, UNE APPROCHE VERS LE MODELE CONCESSIF L association du secteur privé à la construction d infrastructures (station d eau potable, de traitement des eaux usées, usine de dessalement ) est aujourd hui progressivement déclinée au secteur des services (distribution d eau potable, gestion clientèle, collecte des eaux usées). Alors que le cadre réglementaire a été complètement réformé, de nombreux contrats de Partenariats Public-Privé (PPP) voient le jour et ouvrent de nouvelles perspectives aux opérateurs, en particulier en Arabie Saoudite. Cette réflexion autour des services se traduit dans un premier temps par l identification des pistes d amélioration, une prestation qu un contrat d assistance technique (ingénierie, conseil) peut remplir. C est le rôle de Safege, la filiale de SUEZ Environnement pour ce qui concerne l ingénierie de l environnement. Safege a ainsi réalisé l audit des systèmes d adduction d eau potable et d assainissement de la ville de Jeddah. D autres besoins importants se font sentir notamment pour l apport d un cadre structuré et d un savoir-faire technique. Fort de son expertise, SUEZ Environnement peut y apporter une réponse dans le cadre de contrats O&M ou de contrats de management en l accompagnant d un changement de culture, d une restructuration des tarifs, d une amélioration des performances ainsi que le transfert de savoir-faire et de personnel. L Arabie Saoudite s est lancée dans un vaste programme visant à confier le management de ces services publics à des opérateurs privés, avec de forts objectifs d amélioration de la qualité de service. Le contrat de gestion de service décroché par SUEZ Environnement pour la ville de Jeddah illustre bien les changements en cours dans le pays dans les domaines de l eau potable et de l assainissement. 11

12 SUEZ ENVIRONNEMENT S ANCRE AU MOYEN-ORIENT A TRAVERS DES PARTENARIATS CLES Pour asseoir son développement dans la région, SUEZ Environnement a signé un partenariat stratégique avec le groupe Al Qudra aux Emirats Arabes Unis en mars Cet accord de coopération marque également la création d une joint-venture détenue à 50/50 par les 2 partenaires. La société nouvellement créée aura pour mission principale de répondre aux opportunités de développement dans les projets d eau et d assainissement à venir prochainement dans la région. Elle permettra en particulier d identifier, d évaluer et de réaliser de nouveaux projets dans le domaine des utilities. La société bénéficiera de l expérience et du savoir-faire des 2 partenaires pour proposer un large panel d expertises environnementales et de services. SUEZ Environnement marque ainsi sa volonté d accompagner les projets environnementaux et son engagement aux côtés des autorités publiques pour relever de nouveaux défis. 12

13 Annexes Fiches «SUEZ Environnement au Moyen-Orient» Page Historique et présence 2. Carte des implantations Fiches «Technologies et marchés» page Le dessalement de l eau de mer 2. La réutilisation des eaux usées 13

14 HISTORIQUE ET PRESENCE DE SUEZ ENVIRONNEMENT AU MOYEN-ORIENT C est Safege qui, dans les années 1950, a posé les toutes premières pierres de SUEZ Environnement dans ce pays à travers une action d ampleur historique : la découverte d un gisement d eau potable à Ryadh qui a permis d y maintenir la capitale du jeune Etat saoudien.. Dans ce même pays, Degrémont a construit, entre 1975 et 1986, une vingtaine d installations dont une moitié pour l eau potable urbaine. Les réalisations les plus significatives sont : - Cinq des six stations de dessalement d eaux saumâtres à Ryadh (osmose inverse), d une capacité totale de m 3 /j. ( ) ; - Trois autres stations de dessalement (osmose inverse) à Al Birk, Rafh et Zulfi ( ) ; - La station de traitement des eaux usées à Taïf d une capacité de m 3 /jour (1982). En 2003, le Groupe a mis en service à Fujaïrah la partie osmose inverse de la première usine hybride de dessalement, qui associe, pour la première fois au monde à grande échelle des technologies membranaires (osmose inverse) et thermique (évaporation). Conçue et construite par Degrémont, elle est capable de traiter m 3 d eau de mer par jour et produit 62 millions de m 3 d eau par an. SUEZ Environnement est également implanté dans ce pays depuis 1977 grâce à Trashco LLC, la première société privée du pays dans le secteur de la gestion des déchets. Trashco s est développé dans la collecte des déchets industriels et commerciaux, ainsi que dans la collecte des déchets médicaux, et plus récemment dans le nettoyage des rues et des sites industriels. A ce jour, Trashco compte plus de 2000 clients dans les Emirats de Dubaï, Sharjah et Ajman, parmi lesquels l Aéroport International de Dubaï (gestion globale des déchets sur site), le prestigieux groupe hôtelier Jumeirah (Burj Al Arab, l «hôtel le plus cher du monde», Emirates Towers, l hôtel le plus haut du Moyen Orient, Madinat Jumeirah ) ou encore le promoteur immobilier EMAAR (Burj Dubaï, Dubaï Marina ). La société applique des techniques de gestion modernes : tous les camions sont équipés de GPS, Trashco est certifiée ISO 9001/2000 et sera certifiée ISO et OHSAS en A Oman, SUEZ a remporté en décembre 2006 le projet Barka II / Rusail pour la construction de la centrale de co-génération électricité et dessalement de 678 MW. La partie dessalement de l eau de mer est assurée par SUEZ Environnement. L'usine de dessalement d eau de mer a fait l objet d une réflexion particulière en matière de protection du milieu marin. La saumure résultant de la filtration de l eau de mer sera ainsi recyclée dans le système de refroidissement de la centrale thermique afin d obtenir une qualité de rejet en mer sans impact pour l environnement. 14

15 CARTE DES IMPLANTATIONS EAU DE SUEZ ENVIRONNEMENT AU MOYEN-ORIENT 15

16 LE DESSALEMENT DE L EAU DE MER - 39% de la population mondiale vit à moins de 100km de la mer: (soit 2,4 Milliards hab.) - Dans le monde : Sur 70 villes de plus d un million d habitants sans accès direct à des ressources supplémentaires en eau douce, 42 sont situées sur la côte. Ces deux facteurs font du dessalement des eaux de mer et des eaux saumâtres une vraie ressource alternative, qui utilise une matière première presque inépuisable. - Le dessalement produit à peu près 1 % de l eau potable utilisée dans le monde. Technologies Il existe deux familles principales de technologies de dessalement : la distillation ou l évaporation (procédé thermique) et la filtration membranaire ou osmose inverse. La distillation utilise l évaporation pour séparer l eau des impuretés. Son inconvénient est qu elle consomme beaucoup d énergie thermique. C est pourquoi ces techniques se sont davantage développées dans les pays producteurs de pétrole et de gaz. L avantage de cette technique est que l eau pour s évaporer ne nécessite pas de prétraitement. C est une eau à faible teneur en sels qui nécessite ensuite une ré-minéralisation. La filtration membranaire utilise le procédé de l osmose inverse pour retenir les sels contenus dans l eau. L eau salée pénètre à une extrémité de la membrane sous une pression de 80 bars et, après passage au travers de la membrane, ressort de l autre coté débarrassée de plus de 99% de son sel. L osmose inverse, souvent associée à une usine de production électrique, est devenue particulièrement compétitive sur le marché du dessalement puisqu elle permet de diminuer de façon importante le prix du mètre cube d eau traitée. USD/m3 Distillation Osmose inverse ,8 2, ,8 1, ,0 0,6 Une nouvelle approche, dite «hybride», couplant les deux techniques a été développée pour la première fois à grande échelle à Fujairah, aux Emirats Arabes Unis. Cette technologie permet de faire appel de manière complémentaire à la production d eau par filière thermique et par osmose inverse. En fonction de la période de l année (forte ou faible demande d électricité), l une ou l autre des filières est privilégiée. Marchés du dessalement En forte croissance, le marché du dessalement s est développé sur la péninsule Arabe pour gagner les îles, notamment en zone méditerranéenne (Chypre, Malte, îles espagnoles) et conquérir de nouveaux Etats en manque d eau douce (Cap-Vert, Mexique, Californie, Floride, Israël). Les prix du dessalement ont fortement baissé ces dernières années, grâce au développement des procédés d osmose inverse. Cette technologie constitue une réponse 16

17 économiquement viable non seulement pour des pays industrialisés mais aussi pour des pays moins riches qui manquent de ressources en eau. En dix ans, les coûts de production ont été divisés par deux aussi la capacité de production a doublé. Selon les zones d implantation, la nature de l eau brute et le coût de l énergie, le mètre cube produit coûte de 0,5 à 0,8 USD pour l osmose inverse et de 0,65 à 1,8 pour la distillation. L évolution récente du marché du dessalement est due à deux facteurs principaux : la consommation d énergie, principale composante du coût du dessalement, a été considérablement réduite depuis quelques années ; par ailleurs, le prix des membranes et leurs performances ont été améliorés, ce qui au total rend la filtration très attractive. Aujourd hui, il existe unités de dessalement dans 120 pays, qui produisent 25 millions de m3 par jour dont 14 millions issus de l eau de mer et 6 millions des eaux saumâtres. Sur ces 25 millions, 75 % sont destinés à la consommation, 25 % à un usage industriel. La capacité mondiale de production en eau potable est de l ordre de 500 millions de m3 par jour. Evolution de la capacité installée en dessalement : 101% de croissance dans les 10 ans à venir dans le monde 2005 : 30 millions m3/jour 2010 : 48 millions m3/jour 2015 : 62 millions m3/jour 59 % de la capacité nouvellement installée sera de l osmose inverse. Estimation CAPEX dessalement par Osmose Inverse pour les 10 ans à venir (en milliards USD) Amériques 3,65 Asie 2,11 Pays méditerranéens 6,12 Moyen Orient 5,05 17

18 Les pays méditerranéens sont le marché le plus important (Espagne, Algérie, Israël en particulier) pour le dessalement par membranaire (Osmose Inverse). Cette zone aura également la plus forte croissance mondiale de sa capacité de dessalement, membranes et thermique confondus : 179 % Usages de l eau issue du dessalement Du fait de son coût, l eau produite par dessalement sert essentiellement (60 %) à la production d eau potable. Les autres usages sont l industrie, en particulier les eaux de process des centrales thermiques (25 %) le reste est utilisé par l agriculture, dans des cas très particuliers d agriculture à forte valeur ajoutée, et l irrigation des parcs et jardins urbains. Les expériences en dessalement Traditionnellement, les pays du Moyen-Orient, producteurs de pétrole et de gaz, privilégient la filière thermique, toutes les grandes unités de dessalement étant couplées à des centrales thermiques. Des pays comme les Etats-Unis, qui s approvisionnent principalement en nappes d eaux saumâtres, utilisent surtout l osmose inverse. A Majorque en Espagne, l eau contenue dans les nappes phréatiques a un taux de salinité trop élevé pour être utilisée en l état. Un problème d autant plus important que les besoins en eau sont amplifiés par l afflux de touristes. Pendant ces périodes de forte consommation, l usine de dessalement de Bahia de Palma assure la production de m3 d eau par jour pour soutenir cette activité vitale pour l île. Degrémont a lancé son premier grand projet de dessalement en Arabie Saoudite en Quatre usines ont été construites simultanément autour de Riyad, un véritable défi technologique à l époque et une première pour un projet de cette nature, avec une capacité de m3/jour. Aujourd hui, Degrémont compte près de 260 références qui produisent plus de 1,9 millions de m3 par jour, ce qui en fait un leader sur le marché de l osmose inverse. Il dispose aujourd hui d importantes références avec des usines à Majorque comme Bah de Palma avec m3/jour et Son Tugores m3/jour, en Andalousie, Carboneras m3/jour, à Málaga, El Atabal m3/jour d eaux saumâtres. Il y a construit aux Antilles néerlandaises, à Curaçao, l usine qui va remplacer les distillateurs thermiques de l île. Projets récents : Barcelone : m3/j : première usine européenne à ce jour par la taille 20% de la population de la région soit 1,3 million de personnes Mise en route prévue pour mi-2009 Perth (Australie) : m 3 : première grande usine de dessalement d eau de mer du pays et plus grande usine de l hémisphère Sud. 18

19 LA REUTILISATION DES EAUX USEES Le choix des méthodes de traitement dépend de plusieurs facteurs dont les plus importants sont la qualité des eaux usées et le type de réutilisation. En fonction des conditions locales et des critères technico-économiques, différentes technologies extensives ou intensives peuvent être envisagées. Les techniques extensives (lagunage, l'infiltration-percolation, l'infiltration dans les sols et les aquifères) sont bien adaptées aux conditions climatiques des régions tropicales et subtropicales. Leur faible coût et l'exploitation relativement facile leur confèrent des avantages non négligeables pour les pays en voie de développement. Les technologies intensives (filtration, traitement physico-chimiques, membranes) et, en particulier, les procédés avancés de désinfection (chloration, irradiation UV, ozonation) garantissent une meilleure qualité de l'eau produite. La réutilisation de l eau (aussi appelée «re-use») est en plein essor depuis Inscrit dans la logique du développement durable, il présente plusieurs avantages. Il assure une ressource alternative à moindre coût tout en limitant les pénuries d eau et en préservant les ressources naturelles. Actuellement, le coût total moyen (CAPEX+OPEX, énergie incluse) pour traiter les eaux usées se situe entre 0,5 et 0,9 USD/m³. La réutilisation de l eau est un marché à fort potentiel. Actuellement, seulement 2% des eaux usées épurées sont réutilisées, soit environ 7,1 milliards de m³ en Dans les dix prochaines années, les capacités mondiales installées pour traiter les eaux usées tripleront pour passer de 20 millions de m³/j en 2005 à 55 millions de m³ /j en 2015 (soit une croissance annuelle de 10 à 12%). Dans certains pays, comme la Chine, les capacités installées seront multipliées par dix entre 2005 et Les investissements cumulés entre 2005 et 2015 seront de l ordre de 24 Mds USD. La zone Moyen-Orient et Afrique du Nord aura le plus fort développement, en attirant 31% des investissements totaux, soit 7 Mds USD. Les Etats-Unis et l Europe de l Ouest représenteront chacun 24% des investissements additionnels. A noter que les investissements dans les pays européens seront les plus importants dans le monde à partir de Evolution de la capacité installée en Reuse : 181 % de croissance dans les 10 ans à venir à comparer au dessalement : 102% : 19,4 millions m3/jour (7,1 km3/an) 2010 : 32,7 millions m3/jour 2015 : 54,5 millions m3/jour Répartition par zone géographique : Zone géographique Chine MENA USA Europe de l Ouest Asie du Sud Capacité additionnelle en millions de m 3 /jour 10,79 5,58 4,47 3,89 3,75 Croissance % +29% +12% +12% +10% +14% 19

20 Répartition des investissements : Zone géographique MENA USA Europe de l Ouest Chine Asie Pacifique hors Chine Estimation des Capex en milliards USD 7,053 5,636 5,534 3,615 1,500 Coûts des installations de réutilisation (source: Degrémont) : Traitement classique eaux usées : entre 0,1 et 0,2 USD/m 3 Traitement tertiaire avec membranes d ultrafiltration : 0,2 USD/m 3 Traitement quaternaire avec osmose inverse (entre 0,2 et 0,5 USD/m 3 ) Total Recyclage : entre 0,5 et 0,9 USD /m 3 Projets récents de réutilisation des eaux : - San Luis Potosi (Mexique), inaugurée en janvier 2006 : d une capacité de recyclage de m 3 d eaux usées par jour, la station Tenorio permet la réutilisation de 40% des eaux comme liquide pour le refroidissement de la centrale thermique de Reyes, les 60% restants étant acheminés vers une lagune avant d être distribués aux agriculteurs. - Doha (Qatar) réalise également une usine de réutilisation qui permettra d utiliser en agriculture les m3/jour d eau traitée. Focus sur le Moyen-Orient : L accroissement de la population dans les zones urbaines est l un des défis auquel devront faire face les pays du Golfe en matière de traitement des eaux usées. A Muscat, la capitale omanaise, par exemple, seules personnes sont raccordées au réseau d assainissement sur un total de habitants. Le ministère de l eau et de l électricité saoudien estime quant à lui à 13,3 milliards de dollars US les investissements nécessaires dans le traitement des eaux usées en Arabie d ici 2020, ce qui équivaut à pratiquement doubler la capacité existante actuelle pour atteindre 5,8 millions de m 3 /jour. 20

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur

LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS. Présentation des enjeux du secteur LE SECTEUR DE L EAU EN JORDANIE : ENJEUX ET ENSEIGNEMENTS Présentation des enjeux du secteur Avec des taux d accès proches de 100 %, les enjeux de l eau et l assainissement en Jordanie ne sont pas l accès

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

L essor d un leader mondial. CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 44 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex.

L essor d un leader mondial. CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 44 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex. L essor d un leader mondial CEMEX 2 rue du Verseau - Silic 423-94583 Rungis Cedex Tél : 01 49 79 44 44 - Fax : 01 49 79 86 07 www.cemex.fr Dossier de presse CEMEX International Octobre 2014 Depuis l ouverture

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC

LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC LISBONNE- 20 avril 2015 TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: EXPÉRIENCE DU MAROC Sommaire de la présentation MAROC EN CONSTANTE EVOLUTION DES RÉFORMES ET DES VISIONS STRATÉGIQUES TRANSITION ÉNERGÉTIQUE: ENJEUX ET DÉFIS

Plus en détail

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Mondialisation culturelle. dans le Golfe Persique

Mondialisation culturelle. dans le Golfe Persique Mondialisation culturelle dans le Golfe Persique Depuis environ une décennie, certains États du Golfe se préparent à l après pétrole en diversifiant leur économie. Après la finance, le commerce et le tourisme,

Plus en détail

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2

Le contexte global. La ressource. I.1 Particularités de la ressource en eau. Superficie : 41 526Km 2 Le contexte global Superficie : 41 526Km 2 Population: 16,34M.(89,6% urbaine: / 10,4% rurale:) 2006 PIB/hab 2007: 35 576 USD Divisions administratives: 12 provinces et 467 communes en nombre variable Régime:

Plus en détail

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe L une des priorités stratégiques de l Union européenne consiste à promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable pour l Europe. La BEI

Plus en détail

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée

La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée La démarche environnementale de Dalkia Centre Méditerranée Dalkia, le leader européen des services énergétiques Dalkia filiale de EDF et de Veolia Environnement, place les enjeux environnementaux au cœur

Plus en détail

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique

Synthèse du diagnostic territorial Stratégique CE2 Synthèse du diagnostic territorial Stratégique Instance de concertation 14 mars 2013 Diapositive 1 CE2 Cabinet E.C.s.-AC; 06/12/2012 I DYNAMISME, VOLONTARISME ET AMBITION D UNE REGION ULTRA MARINE

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

La région du grand Tunis est actuellement desservie par quatre stations d épuration importantes :

La région du grand Tunis est actuellement desservie par quatre stations d épuration importantes : ! "# $ %& ' ( Suite à l évolution urbaine qu a connue la région du Grand Tunis, les infrastructures actuelles d assainissement ne couvrent désormais plus les besoins, d où la nécessité de poser de nouvelles

Plus en détail

Le traitement d eau, notre métier

Le traitement d eau, notre métier Le traitement d eau, notre métier WATER TECHNOLOGIES Nos implantations Antony Saint-Maurice Lille Business Unit LMP (Grands Projets Municipaux) Fort-de-France La Possession Colombes Caen Crailsheim Nancy

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS. de la revue L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES

Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS. de la revue L EAU, L INDUSTRIE, LES NUISANCES ÉDITIONS JOHANET, 60, RUE DU DESSOUS DES BERGES - 75013 PARIS TÉL. 01 44 84 78 78 - FAX 01 42 40 26 46 - WWW.REVUE-EIN.COM REVUE MENSUELLE - ISSN 0755-5016 Tiré à part de la rubrique L ENTREPRISE DU MOIS

Plus en détail

Une approche collaborative pour plus d efficacité urbaine. Septembre 2013

Une approche collaborative pour plus d efficacité urbaine. Septembre 2013 Une approche collaborative pour plus d efficacité urbaine. Septembre 2013 Schneider Electric le spécialiste mondial de la gestion de l énergie Des geographies équilibrées FY 2012 milliards d de CA en 2012

Plus en détail

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel

L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel L injection de biométhane dans le réseau de gaz naturel Claire BRECQ GrDF - Délégation Stratégie- Régulation 10 ème Conférence sur le biogaz et le biométhane Montréal, le 24 mai 2012 Présentation de GrDF

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

DOING BUSINESS WITH THE USA Une perspective Tunisienne

DOING BUSINESS WITH THE USA Une perspective Tunisienne DOING BUSINESS WITH THE USA Une perspective Tunisienne Expert - Coordonnateur du FAMEX Maison de l exportateur Tunis le 11 Janvier 2012 AGENDA 1. Les Etats-Unis : Des faits, des chiffres et des tendances

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES 1. Energies renouvelables et accès à l énergie : les modes de consommation et de production d aujourd hui et de demain. Innovations: éolien, hydroélectricité,

Plus en détail

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale

ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale ENERGIE SOLAIRE Une Ambition Nationale GRANDS AXES DE LA POLITIQUE ENERGÉTIQUE DU MAROC Le renforcement de la sécurité d approvisionnement en energies à travers la diversification des sources et ressources,

Plus en détail

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau

Pourtant, les économies pourraient représenter le quart de la demande actuelle en eau Eau et énergie Énergie et CO2 PLAN Changement climatique Un scénario alternatif est possible L Union Pour la Méditerranée Le Plan Solaire pour la Méditerranée IMEDER Beyrouth, Forum de l Energie, 30 septembre-1

Plus en détail

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous

Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Stratégie environnementale du Groupe de la Banque mondiale 2012 2022 THE WORLD BANK ii Bâtir un monde vert, propre et résilient pour tous Résumé analytique

Plus en détail

Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle

Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle CHAMBRE TUNISO-FRANCAISE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE Conférence Tunisie : Une nouvelle dynamique industrielle CCI de Paris 8 Octobre2009 SOMMAIRE Secteurs porteurs & grands projets Approche du marché tunisien

Plus en détail

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens

Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Les relations commerciales entre les pays méditerranéens Giorgia Giovannetti Directrice du volet «Développement» du Programme de gouvernance mondiale Centre d études Robert Schuman Institut universitaire

Plus en détail

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

«Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité» Fédération mondiale des travailleurs scientifiques World Federation of scientifique Workers 85ème session du Conseil exécutif Symposium «Résoudre les problèmes de l'énergie, une clé pour la survie de l'humanité»

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

Eau, énergie, dessalement et changement climatique en Méditerranée

Eau, énergie, dessalement et changement climatique en Méditerranée Eau, énergie, dessalement et changement climatique en Méditerranée Henri Boyé Conseil général de l Environnement et du Développement Durable Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

Créer une société aux Emirats Arabes

Créer une société aux Emirats Arabes Créer une société aux Emirats Arabes Qui sommes-nous? 4 Notre équipe est composée de professionnels du droit et de la comptabilité qui sont à votre service pour assurer le succès de vos activités professionnelles

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014

de bord l énergie Énergie renouvelables 95-val-d oise Électricité 75-paris kwh % 94-val-de-marne Agriculture édition 2014 DE TABLEAU de bord l énergie en île-de-france Énergies renouvelables Superficie Produits pétroliers Habitat 78-yvelines 95-val-d oise Électricité 92-hauts-de-seine m 2 93-seine-saint-denis Tep 75-paris

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

GREENDAYZ. Dossier Média SALON INTERNATIONAL. 10 pays 50 entreprises 6000 visiteurs. 25 > 26 Avril 2012

GREENDAYZ. Dossier Média SALON INTERNATIONAL. 10 pays 50 entreprises 6000 visiteurs. 25 > 26 Avril 2012 Sous l égide du Ministère de l Énergie, des Mines, de l Eau, et de l Environnement GREENDAYZ SALON INTERNATIONAL des MÉTIERS et des TECHNOLOGIES du DÉVELOPPEMENT DURABLE Dossier Média 25 > 26 Avril 202

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France)

Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) Factsheet sur le programme de développement rural 2014-2020 de Mayotte (France) La Commission européenne a formellement adopté le Programme de développement rural (PDR) de Mayotte le 13 février 2015 qui

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Eau et énergie sont. indissociables. Marc Florette, Léon Duvivier

Eau et énergie sont. indissociables. Marc Florette, Léon Duvivier Eau et énergie sont indissociables Marc Florette, Léon Duvivier Marc Florette est membre du Comex et directeur Recherche et Innovation de GDF Suez. Léon Duvivier est directeur des Technologies à la Direction

Plus en détail

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY I) Le contexte II) Le programme I) Le contexte II) Le contexte La destination France 1 ère destination mondiale en nombre de touristes avec 84,7 millions de visiteurs étrangers (en 2013). 1 touriste sur

Plus en détail

RAZEL-BEC et le groupe FAYAT acteurs sur le marché des PPP

RAZEL-BEC et le groupe FAYAT acteurs sur le marché des PPP Travaux souterrains Génie civil industriel Ouvrages d art Infrastructures linéaires Barrages Travaux maritimes et fluviaux Environnement et qualitatif Génie urbain Travaux Publics RAZEL-BEC, expert en

Plus en détail

Avenant àla Convention avec l Etat

Avenant àla Convention avec l Etat Avenant àla Convention avec l Etat 14 septembre 2010 1 20 années d un partenariat sans précédent : 1987 à aujourd hui Une Convention signée le 24 mars 1987 entre TWDC, l Etat français, la Région Ile de

Plus en détail

Présenté par Mr. Djeddi Mohamed

Présenté par Mr. Djeddi Mohamed Quarantième anniversaire de la création de l Université des Sciences et des Technologies Houari Boumediene Forum Université Entreprises Du 04 au 05 Mai 2014 Présenté par Mr. Djeddi Mohamed Sommaire Le

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking»

Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Dossier de Presse relatif à la formation «Green banking» Cadre général : 24-25 avril 2012, Hôtel NOVOTEL -Tunis Depuis le rapport du Club de Rome sur les limites de la croissance en 1972, l opinion publique

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Plan Maroc Solaire Contribution du secteur bancaire marocain au développement énergétique national. Casablanca, 15 Mars 2010 1

Plan Maroc Solaire Contribution du secteur bancaire marocain au développement énergétique national. Casablanca, 15 Mars 2010 1 Plan Maroc Solaire Contribution du secteur bancaire marocain au développement énergétique national Casablanca, 15 Mars 2010 1 UNE PROMOTION COHERENTE DES ENERGIES RENOUVELABLES DANS LE CADRE DE LA NOUVELLE

Plus en détail

Marché et prix-1 corrigé 1 Qu est-ce qu un marché? Qui sont les offreurs? Qui sont les demandeurs? Durée 1h00

Marché et prix-1 corrigé 1 Qu est-ce qu un marché? Qui sont les offreurs? Qui sont les demandeurs? Durée 1h00 1 Qu est-ce qu un marché? Qui sont les offreurs? Qui sont les demandeurs? Durée 1h00 Le marché du dimanche 1. Sur les deux photographies suivantes, à quel marché a-t-on à faire? Ce sont des marchés comme

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre Forum d EL MOUDJAHID Intervention du Ministère de l Energie et des Mines présentée par Mr Ali Hached Conseiller du Ministre 26 août 2012 Monsieur le Directeur Général, Je vous remercie pour l invitation

Plus en détail

Les services d efficacité énergétique et environnementale

Les services d efficacité énergétique et environnementale Les services d efficacité énergétique et environnementale Sommaire Notre organisation Page 4 Notre offre Page 6 Nos métiers Améliorer la performance énergétique et environnementale des bâtiments Page 8

Plus en détail

Présentation du projet Smart Electric Lyon

Présentation du projet Smart Electric Lyon . Présentation du projet Smart Electric Lyon 4/03/2014 EDF Les réseaux électriques deviendraient-ils intelligents? Décembre 2012 2 Consommation par marché et usages 2/3 pour le spécifique (Éclairage et

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre»

MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» MANCHESTER «De la ville industrielle à la ville la plus verte d'angleterre» 458 100 habitants (2007) - Située au Nord-Ouest de l'angleterre. La stratégie de planification urbaine conduite à Manchester

Plus en détail

Pour vous aider à développer votre portefeuille de partenaires et clients,

Pour vous aider à développer votre portefeuille de partenaires et clients, Pour vous aider à développer votre portefeuille de partenaires et clients, ADVANCITY vous accompagne au Canada, SALON AMERICANA - Montréal 17-18 -19 mars 2015 Présentation du salon : Le salon AMERICANA

Plus en détail

1. L'ECONOMIE VERTE : NOUVEAU RESSORT DE LA CROISSANCE MONDIALE ET LEVIER DE LA DURABILITE ENVIRONNEMENTALE

1. L'ECONOMIE VERTE : NOUVEAU RESSORT DE LA CROISSANCE MONDIALE ET LEVIER DE LA DURABILITE ENVIRONNEMENTALE SEMINAIRE DE LA BANQUE MONDIALE : «OOPPORTUNITE ET DEFIS D UNE CROISSANCE VERTE AU MAROC» COMMUNICATION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE : «DURABILITE DU MODELE DE DEVELOPPEMENT MAROCAIN : L OPTION STRATEGIQUE

Plus en détail

Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1

Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1 Le Moyen-Orient depuis `1990: carte `1 L essentiel de la carte comprend des états membres de la ligue arabe. Au nord, se trouvent des états non membres, en allant d ouest en est: la Turquie, l Iran et

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8%

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8% Communiqué de presse Paris, le 16 avril 2015 Progression soutenue du chiffre d affaires au Croissance de 5,6 à données comparables * * * HotelServices : +7,6 - HotelInvest : +4,8 L activité au 1 er trimestre

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

VENEZ PRENDRE PLACE AU CŒUR DU CYCLE DE L EAU ET DES GRANDS ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX LES MÉTIERS DE DEGRÉMONT WWW.DEGREMONT.COM

VENEZ PRENDRE PLACE AU CŒUR DU CYCLE DE L EAU ET DES GRANDS ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX LES MÉTIERS DE DEGRÉMONT WWW.DEGREMONT.COM VENEZ PRENDRE PLACE AU CŒUR DU CYCLE DE L EAU ET DES GRANDS ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX LES MÉTIERS DE DEGRÉMONT WWW.DEGREMONT.COM SOMMAIRE 1PRÉSENTATION DE DEGRÉMONT 2 EDITO 4 DEGRÉMONT, UN GROUPE INTERNATIONAL

Plus en détail

PRINCIPES D EQUATEUR RAPPORT ANNUEL 2011 DE BMCE BANK

PRINCIPES D EQUATEUR RAPPORT ANNUEL 2011 DE BMCE BANK PRINCIPES D EQUATEUR RAPPORT ANNUEL 2011 DE BMCE BANK SOMMAIRE 1. Engagements par secteur d activités 2. Analyse de la gestion des risques environnementaux du portefeuille BMCE BANK 2011 2.1. Répartition

Plus en détail

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON

PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Pe s t i c i d e A c t i o n N e t w o r k U K PRODUITS MORTELS LES PESTICIDES DANS LE COTON Résumé exécutif et Recommendations 5 St Peter s St London N1 8JD Royaume Uni t: +44 (0)20 7359 0440 f: +44 (0)20

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional

VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional VERS UNE COMMUNAUTÉ EURO- MÉDITERRANÉENNE DE L ÉNERGIE : Passer de l'import-export à un nouveau modèle énergétique régional Avril 2013 En 2011, pour la première fois, la Commission européenne parle d une

Plus en détail

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés

Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés Performance énergétique et environnementale un engagement à vos côtés L Ef f icacité Énergétique et Environnementale en action sommaire Pages 4-5 Vos enjeux Pages 6-7 Une offre globale Pages 8-9 Notre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités

DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011. Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités DOSSIER DE PRESSE 21 Novembre 2011 Les prix de l eau sur le bassin Adour-Garonne : Composantes et disparités Contacts presse : Agence de l eau Adour-Garonne Catherine Belaval- 05 61 36 36 44- catherine.belaval@eau-adour-garonne.fr

Plus en détail

Bilans 2012 des IDE en. Focus sur les investissements t européens au Liban. www.anima.coop. 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet

Bilans 2012 des IDE en. Focus sur les investissements t européens au Liban. www.anima.coop. 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet Bilans 2012 des IDE en Méditerranée é en 2012 Focus sur les investissements t européens au Liban 27 janvier 2014, Marseille Manal Tabet www.anima.coop Observatoire des Investissements et Partenariats en

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration

1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU. THEMATIQUE 4: Epuration 1 ère ORIENTATION GESTION DE L EAU THEMATIQUE 4: Epuration Fiche action n 1.4.1 RECUPERATION DE CHALEUR DANS LES EAUX USEES 1. OBJECTIFS STRATEGIQUES La dépendance de notre alimentation énergétique vis-à-vis

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail