Plan de travail ERGONOMIE COUT DE L ERGONOMIE. Définitions. Définitions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de travail ERGONOMIE COUT DE L ERGONOMIE. Définitions. Définitions"

Transcription

1 ERGONOMIE PLAN DE TRAVAIL Plan de travail Définitions Plan d analyse, Réalisation d une étude : les outils, Exemples d études ADERF Barette, Dufour, Maison 2 Définitions COUT DE L ERGONOMIE Ergonomie de conception, Ergonomie de correction, ADERF Barette, Dufour, Maison 3 ADERF Barette, Dufour, Maison 4 Définitions Ergonomie physiologique ANALYSE DU FONCTIONNEMENT DU SYSTEME HOMME - MACHINE Ergonomie cognitive Ergonomie organisationnelle TACHES / CONTRAINTES/ASTREINTES MODE OPERATOIRE ASTREINTE PHYSIOLOGIQUE ASTREINTE PSYCHOLOGIQUE ADERF Barette, Dufour, Maison 5 ADERF Barette, Dufour, Maison 6

2 DEFINITIONS CONTRAINTE : tous les facteurs qui agissent sur l homme ASTREINTE: réaction de l homme à la contrainte ASTREINTE Physio: réaction énergétique, musculaire et cardiaque dépendant de l organisme ASTREINTE Psy: réaction de contentement ou de manque d intérêt mais avec la même réaction physiologique dans les deux cas MODE OPERATOIRE: comment l homme se débrouille pour éxecuter la tâche Les contraintes Primaires Facteurs d ambiance Tâche «Ambiance socioprofessionnelle ou psychosociale» Secondaires Logement, vie familiale, transports, loisirs etc ADERF Barette, Dufour, Maison 7 ADERF Barette, Dufour, Maison 8 ASTREINTE PSYCHOLOGIQUE Revient à analyser le sentiment subjectif dans la réalisation de la tâche Productivité Accidentologie Taux d erreur La charge de W Définition C est le résultat sur l organisme, des contraintes émanant du travail. La charge de W s exprime par l astreinte physiologique et l astreinte psychologique. ADERF Barette, Dufour, Maison 9 ADERF Barette, Dufour, Maison 10 Les contraintes C. Primaires C. Secondaires Les astreintes 1. Physiologiques Tâche (phys.et cognitive) Espace Environnement Temps Entreprise HOMME Interface Vie sociale (d après B.Kapitaniak,Masson 1999) 1. Fréquence cardiaque (+ utilisée) 2. Consommation d O² 3. Activité myoélectrique 4. Acuité visuelle: expérience double tâche 5. Acuité auditive perception contraste, stratégie mouvements oculaires 6. Diminution performance (tâches de vigilance; mesure d un temps de réaction) 7. Analyse vectorielle et angulaire L interprétation des astreintes dépend de l analyse des contraintes 2. Psychologiques ADERF Barette, Dufour, Maison 11 ADERF Barette, Dufour, Maison 12

3 Les astreintes 2. Psychologiques Réponses à des questionnaires Pénibilité Peur / risque/ déni du risque/ culture de métier Perception des ambiances (ex températures) Idée que se fait l opérateur de son propre travail valeur du travail : économique, sociale Rapports opérateur/poste Contexte économique de l entreprise Statut social Communication/coopération Initiative? Autre mode d évaluation de la charge de W : Productivité Accidents Erreurs Rebus ADERF Barette, Dufour, Maison 13 ADERF Barette, Dufour, Maison 14 TACHE PRESCRITE versus TACHE REELLE Le but à atteindre et les conditions dans lesquelles il doit être atteint. ( certaines propositions ne servent à rien) 30% d'illettrés L activité (mode opératoire) est ce qui est mis en oeuvre par le sujet pour exécuter la tâche (façon dont il se débrouille pour faire la tâche). Dans certains cas, on parle de tâche effective ( ce que l opérateur pense avoir à faire est parfois différent de la tâche prescrite) MODE OPERATOIRE MODE OPERATOIRE AUTONOME REGLES ETABLIES PAR L OPERATEUR DONT LA TÂCHE EST LE BUT. L opérateur fixe les règles pour aller au but ADERF Barette, Dufour, Maison 15 ADERF Barette, Dufour, Maison 16. MODE OPERATOIRE MODE OPERATOIRE HETERONOME On définit le but, les conditions, les procédures. Aucune liberté de l opérateur Ex: poste dans l aciérie (3000 à 3500 )----> procédures de sécurité infranchissables. Travail à la chaîne. MODE OPERATOIRE 1. Niveaux de discrétion 2. Niveaux de marge de liberté que possède l opérateur (libre dans l exécution et pas la conception). 3. Plus le mode opératoire est libre, mieux il est accepté. 4. La chaîne est très mal acceptée mais la fiabilité y est importante. 5. Cela ne marche qu avec des gens sans formation. 6. Eléments d analyse du travail sont essentiels ADERF Barette, Dufour, Maison 17 ADERF Barette, Dufour, Maison 18

4 VALEURS DU TRAVAIL Economique: permettant d accroître l efficacité de l entreprise Subjective: permettant une valorisation de l individu (salaire, avantages, privilèges) CRITERES ERGONOMIQUES CONCERNANT L INTERFACE HOMME-MACHINE Compatibilité: entre homme et machine Guidage de la tâche : explication claire Homogénéité: homogène par rapport à la perception Souplesse: adaptabilité individuelle Controle explicite: par l opérateur Gestion des erreurs: tolérance Concision ADERF Barette, Dufour, Maison 19 ADERF Barette, Dufour, Maison 20 RAPPORTS ENTRE L OPERATEUR ET SON POSTE APTITUDE A LA TACHE TRANSPARENCE TRAVAIL EN EQUIPE TRAVAIL EN CONTEXTE D EQUIPE ASSURANCE DE LA MAITRISE DU SYSTEME CONFORMITE AUX ATTENTES DE L OPERATEUR TOLERANCE AUX ERREURS FLEXIBILITE (manutention lourde ou légère) ou faire tourner les opérateurs La Machine Peut recevoir,mémoriser et intégrer les informations, Fonctionne à grande vitesse, Plus précise que l homme, Forces plus élevées, Plus grande souplesse, Adaptée aux tâches répétitives et aux actions simultanées ADERF Barette, Dufour, Maison 21 ADERF Barette, Dufour, Maison 22 INTERFACE HOMME-MACHINE Adaptée à l homme, Répond aux facultés humaines, au mode de fonctionnement de l homme, Caractérisée par Les signaux (signalétique) Les commandes (action de l homme sur la machine) ANALYSE DE LA TACHE L'analyse du travail va réaliser : une "photographie" de la situation de travail dans son ensemble, à partir de l'identification des 4 entités ADERF Barette, Dufour, Maison 23

5 Les 4 grandes entités de l'analyse Les 4 grandes entités de l'analyse -Opérateur (s) - Tâche (s) que l'opérateur effectue. - Activité (s) mise en oeuvre pour effectuer une tâche. -Contexte(s) dans lequel l'opérateur et sa tâche vont évoluer. L'analyse du travail comme une analyse des 4 entités :Opérateur, Tâche, Activité, Contexte ( Nicole Lompré) ADERF Barette, Dufour, Maison 25 ADERF Barette, Dufour, Maison 26 Méthode Analyse du travail L'organigramme de l'organisation, Délimiter le système Hommes-Machines qui fera l'objet de l'analyse Niveau de pertinence Délimiter le système permet: de faire apparaître ses objectifs et ses grandes fonctions, lister les différentes fonctions, décrire les opérations sous forme de schémas ou d'organigrammes, SYSTEME HOMME- MACHINE "Un système homme-machine est une organisation dont les composantes sont des hommes et des machines, reliés par un réseau de communication et travaillant ensemble pour atteindre un but commun (Kennedy, 1962), compte tenu des contraintes d'un environnement donné (JC Spérandio, 1984)". ADERF Barette, Dufour, Maison 27 ADERF Barette, Dufour, Maison 28 SYSTEME HOMME- MACHINE Un système est toujours le soussystème d'un système plus vaste : - un outil au sein d'un poste de travail - un poste au sein d'un service ou d'un atelier - le service ou l'atelier au sein d'une entreprise ou d'une administration LES OUTILS LA PHOTOGRAPHIE, LA VIDEO, LA CARDIOFREQUENCEMETRIE L EMG AUTRES PLAN, QUESTIONNAIRE ADERF Barette, Dufour, Maison 29 ADERF Barette, Dufour, Maison 30

6 EXEMPLE DE PHOTOS ADERF Barette, Dufour, Maison 31 Lingerie Différents postes ADERF Barette, Dufour, Maison 33 ADERF Barette, Dufour, Maison 34 Différents postes Différents postes ADERF Barette, Dufour, Maison 35 ADERF Barette, Dufour, Maison 36

7 Analyse biomécanique du travail ANALYSE ANGULAIRE Déterminer 1- les positions angulaires des principales articulations lors d un maintien postural, Technique d analyse Réaliser une photographie Montrant le sujet entier, Réalisé dans le plan sagittal et frontal, Présentant un élément vertical proche du sujet, Montrant les différents appuis et prises du sujet. ADERF Barette, Dufour, Maison 37 ADERF Barette, Dufour, Maison 38 Technique d analyse Analyse angulaire Agrandir la photographie de manière à : Réaliser une silhouette, Minorer les erreurs de placement, Porter les différents centres instantanés de rotation, Déterminer les différents angles articulaires ADERF Barette, Dufour, Maison 39 ADERF Barette, Dufour, Maison 40 Analyse angulaire Analyse angulaire ADERF Barette, Dufour, Maison 41 ADERF Barette, Dufour, Maison 42

8 Technique d analyse Comparaison avec les angles normaux Notion de confort articulaire: Plus petite contrainte articulaire, Meilleure position de repos, Situation permettant le geste le plus performant tant en force qu en vitesse, Position permettent la liberté la plus ouverte dans l espace Technique d analyse Déterminer si les forces sont de type actif ou passif, Déterminer les localisations possibles des mobilités, Rechercher les complémentarités angulaires-----> vidéo ADERF Barette, Dufour, Maison 43 ADERF Barette, Dufour, Maison 44 ANALYSE BIOMECANIQUE Analyse vectorielle Permet d approcher grâce aux calculs les comportements des forces, des contraintes et d équilibre d un sujet, Technique d analyse Analyse vectorielle Localisation des centres de masse (Dempster), Calcul des barycentres Position de la verticale du G par rapport à la base de sustentation, Répartition des appuis à partir de la détermination du G du sujet, Déterminer les CIR, Déterminer la direction du muscle équivalent, Calcul de la charge sur l articulation. ADERF Barette, Dufour, Maison 45 ADERF Barette, Dufour, Maison 46 Différentes décompositions ADERF Barette, Dufour, Maison 47 ADERF Barette, Dufour, Maison 48

9 ANALYSE VECTORIELLE ANALYSE VECTORIELLE ADERF Barette, Dufour, Maison 49 ADERF Barette, Dufour, Maison 50 ANALYSE VECTORIELLE EXEMPLES F d O I G D P' ADERF Barette, Dufour, Maison 51 ADERF Barette, Dufour, Maison 52 EXEMPLES EXEMPLES R = 17,4% ADERF Barette, Dufour, Maison 53 ADERF Barette, Dufour, Maison 54

10 Maintien de la posture LES VIDEOS fonction effort Visco-élastique ADERF Barette, Dufour, Maison Plastique 55 ADERF Barette, Dufour, Maison 56 Maintien de la posture Le cœur au travail Mesure des temps de maintien, Fréquence des répétitions de la position, CONTEXTUALISER L ACTIVITE ET LES PRISES DE MESURE Etude de l activité cardiaque lors de l activité physique ou mentale en analyse du travail. ADERF Barette, Dufour, Maison 57 Valeurs et variations de la fréquence cardiaque Fréquence cardiaque et posture Fréquence de repos Variable d un individu à l autre Présente un rythme cicardien (< à 15 bts/mn durant le sommeil) Augmente avec la prise de repas, le café FC est sup en position assise que couchée, Changement de position modifie la FC L environnement modifie la FC: La chaleur, Le bruit, Le stress. ADERF Barette, Dufour, Maison 59 ADERF Barette, Dufour, Maison 60

11 Fréquence cardiaque et variable humaine Fréquence cardiaque et Métabolisme Varie de 50 à 90 bts/mn Augmente avec l âge (5 bt:mn entre 25 et 60 ans, Plus élevée chez la femme que chez l homme, Augmente chez la femme enceinte. Débit cardiaque Q Volume systolique Fréquence cardiaque (FC) Pouls d oxygène Différence artério-veineuse d oxygène ADERF Barette, Dufour, Maison 61 ADERF Barette, Dufour, Maison 62 Fréquence cardiaque et travail physique Fréquence cardiaque et travail physique Travail dynamique (léger ou lourd), on a : Vs et FC qui augmentent, Débit 35l/ mn au lieu de 5l/mn, Relations entre fréquence cardiaque et débit cardiaque, débit cardiaque et consommation d O2, Consommation d O2 et FC Travail statique (> à 20 % de la force maximale) On a : une augmentaton progressive de la Fc, Augmentation de la PA 100 à 130 bt /mn ADERF Barette, Dufour, Maison 63 ADERF Barette, Dufour, Maison 64 Fréquence cardiaque et travail physique Contraintes posturales ajoutées Postures incommodes Changement permanent de postures Renforcement de l activité posturale Manipulateur radio Autres contraintes Chaleur, Bruit, Activité psycho-sensorielle. Le test de Brouha Test ancien, Étudiant la récupération cardiaque Facilement utilisable, «cardiofréquencemétrie du pauvre», Limites de la cardiofréquencemétrie À recontextualiser dans l activité observée, ADERF Barette, Dufour, Maison 65 ADERF Barette, Dufour, Maison 66

12 Définition de la méthode Consiste à prendre le pouls lors de la récupération qui suit immédiatement l arrêt de l activité, Pendant les 30 dernières secondes qui suivent la première minute (P1), la seconde (P2) et la troisième (P3) À partir de ces trois résultats, on établit une courbe de récupération cardiaque: Indique la vitesse de récupération, Validée par les travaux de Harding, Brouha et Darling ADERF Barette, Dufour, Maison 67 Résultats Réaction dite normale si: Différence entre P1 et P3 montre une décélération d au moins 10 p/mn ou si P3 est < à 90p/mn, Absence de réaction si la décélération est inférieure à 10 p/mn entre la première minute et la troisième minute, ou si P3 est supérieur à 90 p/mn, Réaction inversée si P3 est supérieure à 90 p/mn et d au moins 10 pulsations par minute plus élevées que P1 apparaît chez les opérateurs passant de la position assise à debout après un travail modérée en ambiance chaude et humide, n existe pas debout. ADERF Barette, Dufour, Maison 68 Normes établies par Brouha Classification de la pénibilité du travail à partir de P3 Si valeur moyenne du premier pouls de récupération ne dépasse pas 110 p/mn, Si décélération entre P1 et P3 est d au moins 10 p/mn, On n observe pas d augmentation de la charge cardio-vasculaire au cours de la journée à condition de respecter les plages de travail et de repos TRAVAIL Très dur Dur Moyen Léger Très léger P ADERF Barette, Dufour, Maison 69 ADERF Barette, Dufour, Maison 70 Mesure de la fréquence cardiaque TEST DE BROUHA Brouha La réaction est dite normale lorsque : Diff. Entre P1 et P 3 montre une décélération d au moins 10 pulsations et P3< 90 Absence de réaction lorsque décélération cardiaque est inf. à 10p et P3 est > 90p/mn, Réaction inverse : P3>90p et >10p que P1 On prend le pouls pendant les 30 dernières secondes des P1, P2, P3 suivant l arrêt d activité. P1 P2 P ADERF Barette, Dufour, Maison 71 ADERF Barette, Dufour, Maison 72

13 TEST DE BROUHA Coût cardiaque 90<P3>90 110< P1 >110 10> P1-P3<10 Le coût cardiaque correspond à la somme des pulsations au-dessus du niveau de repos, rapportée à la période de travail considérée, Exprimée en battement par minute. CRITERE RESPECTE CRITERE NON RESPECTE ADERF Barette, Dufour, Maison 73 ADERF Barette, Dufour, Maison 74 Définitions FC max = 220 âge CC max = FC max- FC repos CCr (%) = CC/CCmax x 100 Le CCr moyen observé pendant une journée ne doit pas dépasser 30 % du maximum. Valeurs limites des coûts cardiaques Principale contrainte Dynamique Statique Stress Valeurs Moyenne 35 Non applicable 20 valeurs Pic ADERF Barette, Dufour, Maison 75 ADERF Barette, Dufour, Maison 76 Evaluation de la charge de travail Classifica tion de l'astreinte cardiaque classe repos faible modér é élevé très élevé continu 8 heures FC CC CCr / % FC occasonniel < 30 mn CCr / CC % ADERF Barette, Dufour, Maison 77 Fréquence cardiaque et stress ADERF Barette, Dufour, Maison 78

14 1 FC et activités professionnelles Cardiofréquencemètre ADERF Barette, Dufour, Maison 79 ADERF Barette, Dufour, Maison 80 Utilisation des données FC. CARDIOFREQUENCEMETRIE OP20FXAMNEIGE FK / AVION NON MECANISE OP 16 FK OP2 AV MECA accrochage plateau OP20FXAMNEIGE FC % FC+30 16% 30<FC<40 18% FC <FC<40 FC <FC<40 13% FC % FC+30 79% FC+30 30<FC<40 FC FC Poussée plateau 40 Poussée palette 20 Poussée plateau TEMPS ADERF Barette, Dufour, Maison 81 ADERF Barette, Dufour, Maison 82 CARDIOFREQUENCEMETRIE EMG Eclatement palette poissons par 2 opérateurs sur une même activité avec une stratégie différente (prise d information OP8ET9H2 = 1 heure) OP8 OP OP8 703 ADERF Barette, Dufour, Maison 83 ADERF Barette, Dufour, Maison 84

15 EMG EMG ADERF Barette, Dufour, Maison 85 ADERF Barette, Dufour, Maison 86 AUTRES INFORMATIONS Différentes charges évaluées PLAN DES LOCAUX Poids des sacs en Kg : : : : : : : 5-10 : Répartition des poids de sacs Série1 0-5 : Nombre de sacs dans chaque classe. Poids sac moyen : 19,30 kg ADERF Barette, Dufour, Maison 87 ADERF Barette, Dufour, Maison 88

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL option1 Ergonomie du travail

Plus en détail

Etude de pénibilité d'un poste de travail réalisé avec ProPulses Ergo Plus

Etude de pénibilité d'un poste de travail réalisé avec ProPulses Ergo Plus Etude de pénibilité d'un poste de travail réalisé avec ProPulses Ergo Plus Entreprise : CARDISPORT Salarié : DURONT Michel Poste de travail : Agent de fabrication Libellé : Journée sur chantier Date de

Plus en détail

Catalogue de formations

Catalogue de formations Catalogue de formations Initiation à l ergonomie Toute personne désirant découvrir les bases de l ergonomie et de la prévention de la santé au travail - Connaître les différents axes et champs de l ergonomie

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

La Société Inn-PACT est une émanation du créé en 01/2000 Dont les activités et principaux domaines d intervention sont :

La Société Inn-PACT est une émanation du créé en 01/2000 Dont les activités et principaux domaines d intervention sont : CLUB TMS CARSAT LR 16 AVRIL 2013 La Société Inn-PACT est une émanation du créé en 01/2000 Dont les activités et principaux domaines d intervention sont : Prévention des Risques Professionnels et de la

Plus en détail

LE MODELE GESTIONNAIRE DE LA PERFORMANCE (boucle courte)

LE MODELE GESTIONNAIRE DE LA PERFORMANCE (boucle courte) LE MODELE GESTIONNAIRE DE LA PERFORMANCE (boucle courte) Les gestionnaires, à l instar de Philippe Lorino, qualifient la performance comme «tout ce qui dans l entreprise contribue à atteindre les objectifs

Plus en détail

Surveillance des salariés travaillant à la chaleur par la Fréquence cardiaque

Surveillance des salariés travaillant à la chaleur par la Fréquence cardiaque Surveillance des salariés travaillant à la chaleur par la Fréquence cardiaque 1ère journée Jean BERTRAN PARIS Le 26 septembre 2013 Professeur Alain CHAMOUX, Université d Auvergne, CHU Clermont-Ferrand

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

Offre de formation du service Santé et Sécurité au Travail de la MSA des Portes de Bretagne

Offre de formation du service Santé et Sécurité au Travail de la MSA des Portes de Bretagne agir ensemble Offre de formation du service Santé et Sécurité au Travail de la MSA des Portes de Bretagne www.msaportesdebretagne.fr 2 Programme des actions SST OFFRE DE FORMATION D ans le cadre de sa

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu

soigner ma tension Je me dépense pour Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Je me dépense pour soigner ma tension Activité physique ou sportive chez le sujet hypertendu Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle La pratique régulière

Plus en détail

Apprendre à s entraîner

Apprendre à s entraîner Apprendre à s entraîner Garçons 9-12 ans, Filles 8-11 ans Niveaux scolaires correspondant au stade S amuser grâce au sport du modèle DALT : garçons années 4-7, filles années 3-6 À noter : Étant la seule

Plus en détail

Plan. Les troubles musculo- physiques et psychosociales du travail : données d'enquêtes et modèles explicatifs

Plan. Les troubles musculo- physiques et psychosociales du travail : données d'enquêtes et modèles explicatifs Les troubles musculo- squelettiques et les contraintes physiques et psychosociales du travail : données d'enquêtes et modèles explicatifs Susan Stock MD MSc FRCPC Responsable, Groupe scientifique sur les

Plus en détail

Manutention et Levage

Manutention et Levage Manutention et Levage Manutentions Manuelles : la norme NF X35-109 La masse unitaire maximale acceptable est fixée à 15kg pour le soulever/ tirer Pour les hommes et les femmes. Et ce, dans des conditions

Plus en détail

L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin. Relations avec la technique et la préparation physique.

L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin. Relations avec la technique et la préparation physique. L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin Nicolas Coulmy Département Sportif et Scientifique Relations avec la technique et la préparation physique Préparation technique Préparation

Plus en détail

CONFERENCE. " Sport Santé Senior " La forme à tout âge

CONFERENCE.  Sport Santé Senior  La forme à tout âge FEDERATION FRANCAISE D EDUCATION DUCATION PHYSIQUE ET DE GYMNASTIQUE VOLONTAIRE CONFERENCE " Sport Santé Senior " La forme à tout âge La FFEPGV Une fédération dynamique 4ème fédération tous sports confondus

Plus en détail

Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers

Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers Claude MARIN-LAMELLET Marie-Christine CHEVALIER PFI Innovations dans les transports guidés urbains et régionaux Séminaire du 17/10/2006 Ergonomie, Confort et

Plus en détail

Ambiances thermiques. La charge de travail. 1. Qu appelle-t-on métabolisme ou charge de travail? 2. Qu est-ce que le travail extérieur fourni?

Ambiances thermiques. La charge de travail. 1. Qu appelle-t-on métabolisme ou charge de travail? 2. Qu est-ce que le travail extérieur fourni? Ambiances thermiques La charge de travail 1. Qu appelle-t-on métabolisme ou charge de travail?...1 2. Qu est-ce que le travail extérieur fourni?...1 3. Qu est-ce qu un travail statique et un travail dynamique?...1

Plus en détail

Stratégie Participative de gestion des TMS. Ann Schietecatte, Ergonome - Psychologue Anne Quantens, Ingénieur N1 Sécurité

Stratégie Participative de gestion des TMS. Ann Schietecatte, Ergonome - Psychologue Anne Quantens, Ingénieur N1 Sécurité Stratégie Participative de gestion des TMS Ann Schietecatte, Ergonome - Psychologue Anne Quantens, Ingénieur N1 Sécurité Stratégie de Prévention Sophistication coût Expertise SOBANE PREVENTION Expertise

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

LE RENFORCEMENT MUSCULAIRE

LE RENFORCEMENT MUSCULAIRE LE RENFORCEMENT MUSCULAIRE Sommaire I. Spécificité 1. En fonction du mouvement 2. En fonction de la charge 3. En fonction de la vitesse 4. En fonction des types de contraction II. Séance de 45mn à 1h 1.

Plus en détail

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU SOMMAIRE 1/ Pourquoi cette démarche? 2/ Les TMS 3/ Les caractéristiques de la démarche 4/ Méthodologie :. Principes pris en compte.

Plus en détail

L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques

L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques Connaissances et Performance Département des Sciences du Sport Laboratoire de Biomécanique et Physiologie L arraché : Kinogramme, paramètres cinématiques et techniques Jacques QUIEVRE Yann MORISSEAU 2007

Plus en détail

Le corps face à l effort : «Je cours donc je sue!»

Le corps face à l effort : «Je cours donc je sue!» Le corps face à l effort : «Je cours donc je sue!» Etablissement : Collège Paul Machy Dunkerque. Disciplines impliquées : SVT et EPS. Nombre d élèves concernés : 25 (classe de cinquième). Créneaux horaire

Plus en détail

Qu est-ce que l approche biomécanique

Qu est-ce que l approche biomécanique André Plamondon, IRSST L approche biomécanique vise à ce que la charge supportée par les tissus d un individu n excède pas la capacité de son système musculosquelettique. Les critères les plus fréquents

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

Lorsque l'ergonomie industrielle automobile se frotte aux questions du genre et de l'âge

Lorsque l'ergonomie industrielle automobile se frotte aux questions du genre et de l'âge Lorsque l'ergonomie industrielle automobile se frotte aux questions du genre et de l'âge Alexandre MORAIS Responsable ergonomie Industrielle PSA Peugeot Citroën 14/12/2011 2 SOMMAIRE Ergonomie sur le thème

Plus en détail

Ergonomie du poste informatique. Ce qu est l ergonomie. Ergonomie francophone. Phase de compromis. Phase de régulation 28/03/2012

Ergonomie du poste informatique. Ce qu est l ergonomie. Ergonomie francophone. Phase de compromis. Phase de régulation 28/03/2012 Ergonomie du poste informatique Ce qu est l ergonomie Le mot «ergonomie» vient du grec ergon (travail) et nomos (lois, règles). L'ergonomie peut donc être définie comme la science du travail ayant pour

Plus en détail

Ergodistrib Ergonomie des postes de travail. 2 e volet

Ergodistrib Ergonomie des postes de travail. 2 e volet Ergodistrib Ergonomie des postes de travail 2 e volet 1 Ergodistrib Observation des postes de travail 2 e volet 2 Sollicitations biomécaniques T.M.S. Organisation du travail Quand? et Pourquoi? Nous savons,

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

LISTE DES COMPÉTENCES POUR LE SPÉCIALISTE EN ENTRAÎNEMENT PERSONNEL (PTS)

LISTE DES COMPÉTENCES POUR LE SPÉCIALISTE EN ENTRAÎNEMENT PERSONNEL (PTS) LISTE DES COMPÉTENCES POUR LE SPÉCIALISTE EN ENTRAÎNEMENT PERSONNEL (PTS) Contenu global : Partie 1 - La théorie du conditionnement physique et son application Partie 2 - Bilan et évaluation Partie 3 -

Plus en détail

CERTIFICAT D EXCELLENCE EN APTITUDE PHYSIQUE DES FC

CERTIFICAT D EXCELLENCE EN APTITUDE PHYSIQUE DES FC Référence : A. Certificat d excellence en aptitude physique des FC. Politique de décembre 2006, PDF BUT Le Certificat d excellence en aptitude physique des FC a été créé dans le but de souligner les efforts

Plus en détail

Diagnostic de pénibilité au travail

Diagnostic de pénibilité au travail Diagnostic de pénibilité au travail Application des Décrets n 2011-823 et 2011-824 du 7 juillet 2011 Ce document a été réalisé à titre indicatif dans le but d aider le chef d entreprise à rédiger le diagnostic

Plus en détail

TABLEAU 1 NIVEAU DE PÉNIBILITÉ. Fréquence d exposition Rare Occasionnelle Fréquente Permanente

TABLEAU 1 NIVEAU DE PÉNIBILITÉ. Fréquence d exposition Rare Occasionnelle Fréquente Permanente TABLEAU 1 NIVEAU DE PÉNIBILITÉ Degré de gravité Fréquence d exposition 1 2 3 4 Très important 4 4 8 12 16 Important 3 3 6 9 12 Moyen 2 2 4 6 8 Faible 1 1 2 3 4 Niveau de fréquence d exposition au risque

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau Risques liés à l'activité physique au travail Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Activité physique 2 Définition Quotidien Travail Loisirs Sports... Définition Organisation Mondiale

Plus en détail

Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène

Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène Chapitre 4 Soudage à l arc sous gaz avec électrode de tungstène Objectifs pédagogiques Après l étude de ce chapitre, vous pourrez : Différencier les effets des polarités CCDP, CCPI et c.a. sur le nettoyage

Plus en détail

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet

Le corps à l école. Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET. Isabelle Legros, CP EPS Anglet Le corps à l école Animation pédagogique 12 janvier 2015 ANGLET Isabelle Legros, CP EPS Anglet SCHEMA CORPOREL Pas de définition qui fasse l unanimité, varie selon l angle d approche, De manière générale,

Plus en détail

Boulanger. Du risque... à la prévention

Boulanger. Du risque... à la prévention Boulanger Du risque...... à la prévention Poussières de farine Une réalité professionnelle pour 130 000 boulangers! La farine est la première cause d allergie respiratoire professionnelle en France Vous

Plus en détail

COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE. GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech LE GOLF EST-IL UN SPORT???? Geste du golf en chiffre SOMMAIRE

COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE. GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech LE GOLF EST-IL UN SPORT???? Geste du golf en chiffre SOMMAIRE COLLOQUE PREPARATION PHYSIQUE LE GOLF EST-IL UN SPORT???? GOLF Ligue alsace de golf Nicolas Delpech www.preparationphysique.net SOMMAIRE Geste du golf en chiffre La préparation physique, à quoi ça sert?

Plus en détail

MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE. Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1

MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE. Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1 MUSCULATION ET TRIATHLON APPROCHE SYSTEMIQUE Laurent MASSIAS - Entraîneur national 1 INTERET DE LA MUSCULATION POUR LE TRIATHLETE Développer les maillons faibles des chaînes musculaires spécifiques à la

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples GLOSSAIRE Glossaire Activité Ensemble de mouvements corporels qui augmentent le rythme cardiaque et la respiration Directives en Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques utilisant

Plus en détail

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g

Le TRAVAIL sur ÉCRAN. Comment bien s installer à son poste de travail. w w w. s t c - q u i m p e r. o r g Le TRAVAIL sur ÉCRAN Comment bien s installer à son poste de travail w w w. s t c - q u i m p e r. o r g ERGONOMIE DU POSTE DE TRAVAIL Bien se positionner > Assis au fond du siège face à son écran, dos

Plus en détail

D.E D.S.E.S.S.,.S., CCPE CCPE

D.E D.S.E.S.S.,.S., CCPE CCPE L'ergonomie à la Grande Bibliothèque, l'importance de comprendre le travail pour un aménagement sain et fonctionnel Patrick Vincent, ergonome certifié Présenté par : Patrick Vincent D.E.S.S., CCPE Ergonome

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

La décision d'aptitude après un événement cardiaque. Regard du médecin du travail

La décision d'aptitude après un événement cardiaque. Regard du médecin du travail La décision d'aptitude après un événement cardiaque Regard du médecin du travail Rôle et Missions du médecin du travail «Rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé physique

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

www.kamikazzsport.com Marilyn Charbonneau Entraîneur privé, ISSA Master Fitness Trainer - C.E.P.

www.kamikazzsport.com Marilyn Charbonneau Entraîneur privé, ISSA Master Fitness Trainer - C.E.P. www.kamikazzsport.com Marilyn Charbonneau Entraîneur privé, ISSA Master Fitness Trainer - C.E.P. Plan de match Échauffement Retour au calme Volume d entraînement Récupération De la fatigue au surentraînement

Plus en détail

La prévention des RPS

La prévention des RPS La prévention des RPS Le stress La souffrance au travail : La souffrance revêt des aspects psychiques, sociaux, voir physiques. On parle de souffrance au travail lorsqu il y a atteinte à la santé psychologique

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber

décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber Syndrome post-chute Syndrome (Murphy 1982) décompensation des mécanismes d équilibration désordres posturo-cinétiques peur de tomber associant versant moteur troubles de l équilibre et de la posture déséquilibre

Plus en détail

Reprise du travail après un événement cardiaque

Reprise du travail après un événement cardiaque Reprise du travail après un événement cardiaque Regard du médecin du travail Fabrice Locher Rôle et Missions du médecin du travail «Rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de

Plus en détail

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique.

Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Corps humain et santé : l exercice physique. Partie 1 : l adaptation physiologique lors d un effort physique. Au cours de l activité physique, les muscles ont des besoins accrus. La couverture de ces besoins

Plus en détail

PENIBILITE Mettre en place une démarche d identification et d évaluation des facteurs de pénibilité

PENIBILITE Mettre en place une démarche d identification et d évaluation des facteurs de pénibilité PENIBILITE Mettre en place une démarche d identification et d évaluation des facteurs de pénibilité Réseau DRH > Pôle: Prévention des Risques Professionnels > Date : le 20 mai 2015 SOMMAIRE 1. Usure professionnelle

Plus en détail

Préparation spécifique et évaluation de la condition physique

Préparation spécifique et évaluation de la condition physique Préparation spécifique et évaluation de la condition physique 1 Contenu de la présentation 1. 1. Entraînement nement sur «home-trainer» :: oui oui ou ou non? 2. 2. Évaluation de de la la condition physique

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Ce présent guide a pour objet : d identifier les situations de travail pouvant entrainer des problématiques de gestes et postures,

Ce présent guide a pour objet : d identifier les situations de travail pouvant entrainer des problématiques de gestes et postures, Copyright Leem 2011 L'emploi des seniors en France est un véritable défi que l ensemble des acteurs concernés doit relever. Pour se faire, les partenaires sociaux des entreprises du médicament ont signé,

Plus en détail

Manutention et postures de travail

Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Page 1 sur 7 Dangers principaux Généralités Les facteurs techniques, économiques, organisationnels et humains influencent le comportement

Plus en détail

1 LA MUSCULATION cycle terminal Finalité de l EPS : conduire de façon responsable et autonome sa santé

1 LA MUSCULATION cycle terminal Finalité de l EPS : conduire de façon responsable et autonome sa santé 1 LA MUSCULATION cycle terminal Finalité de l EPS : conduire de façon responsable et autonome sa santé Eric Watrin, professeur EPS Au baccalauréat 2008, au niveau de l académie de Lille, 11,27% des lycéens

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

Vous voulez des muscles et des abdos dessinés? Vous souhaitez développer un physique super athlétique? Pour vous aider à optimiser la fonte adipeuse,

Vous voulez des muscles et des abdos dessinés? Vous souhaitez développer un physique super athlétique? Pour vous aider à optimiser la fonte adipeuse, Vous voulez des muscles et des abdos dessinés? Vous souhaitez développer un physique super athlétique? Pour vous aider à optimiser la fonte adipeuse, tout en contribuant à la préservation et au renforcement

Plus en détail

Des contraintes physiques. Le bruit. Opérateur subit : La chaleur. Charge mentale et la cadence. La lumière

Des contraintes physiques. Le bruit. Opérateur subit : La chaleur. Charge mentale et la cadence. La lumière Des contraintes physiques Le bruit Opérateur subit : La chaleur Charge mentale et la cadence La lumière Les contraintes physiques - Les gestes répétitifs - La manutention manuelle - La gestion de l espace

Plus en détail

VIBRATIONS CORPS TOTAL

VIBRATIONS CORPS TOTAL VIBRATIONS CORPS TOTAL FICHE AMBIANCES PHYSIQUES Sommaire : 1. Rappel automatique et physiologique de la colonne vertébrale 2. Analyse des contraintes : la posture assise 3. Définition des vibrations et

Plus en détail

«La gestion des douleurs», l après TMS

«La gestion des douleurs», l après TMS Journée territoriale de la prévention des risques professionnels CDG82 MONTAUBAN (82) «La gestion des douleurs», l après TMS Christiane.Daban Octobre 2012 Kinésithérapie & Prévention -> Ce qui fait la

Plus en détail

Prévention de la. Pénibilité &Prévention de la Pénibilité de Pénibilité. Carsat Centre Ouest 1

Prévention de la. Pénibilité &Prévention de la Pénibilité de Pénibilité. Carsat Centre Ouest 1 Prévention de la Retraite Pénibilité pour cause de Pénibilité &Prévention & Retraite de la Pénibilité pour cause de Pénibilité 1 Organisation de l intervention : Contexte Retraite Prévention Entreprise

Plus en détail

Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr

Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 5 Ergonomie

Plus en détail

MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL

MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL MUSCULATION 31 FICHES DE TRAVAIL LYCEE J. FAVARD GUERET DEVELOPPE COUCHE Placement : Bas du dos collé au banc, pieds posés sur le banc, les yeux sous la barre Exécution : Contrôler la descente de la barre

Plus en détail

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique.

Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Thème 2 Corps humain et santé : l exercice physique. Séance 1 : l évolution des paramètres physiologiques en cours d activité physique. Capacités : utiliser un logiciel d ExAO, de traitement de texte.

Plus en détail

Document unique démarche de progrès

Document unique démarche de progrès Document unique démarche de progrès D.U.E.R Réaliser l évaluation des risques professionnels Animation: Mohamed SEBIA CCIT des Alpes de Haute-Provence 1 Ordre du jour Les enjeux de la prévention des risques

Plus en détail

PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ. Contexte et application pratique

PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ. Contexte et application pratique PRÉVENTION DE LA PÉNIBILITÉ Contexte et application pratique Définition La pénibilité au travail se caractérise par : une exposition à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels susceptibles de

Plus en détail

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli

Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli Expérimenter pour prévenir les risques! HES-SO Valais S Alberti & E Pitarelli La conscience du soi corps pour éduquer Expériences en HEDS Prendre soin de soi et techniques d autoprotection COMMENT : Sentir

Plus en détail

Les Fiches documentaires du Pôle Etudes et Formation

Les Fiches documentaires du Pôle Etudes et Formation Les Fiches documentaires du Pôle Etudes et Formation Le référentiel d atelier, base indispensable à l approche des compétences professionnelles Benoit Janvier (2014), Ergothérapeute Conseiller Technique,

Plus en détail

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES

LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES LES ACCIDENTS DORSO-LOMBAIRES Le mal de dos OBJECTIFS Connaître les différentes pathologies liées aux accidents dorso-lombaires Déterminer les facteurs de risques Identifier et appliquer les techniques

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

Conseils pour une bonne pratique du badminton

Conseils pour une bonne pratique du badminton Conseils pour une bonne pratique du badminton Sommaire 1 L'échauffement... 2 1.1 Ce qu'il faut savoir sur l'échauffement... 2 1.2 Objectifs de l'échauffement... 3 1.3 Formes d'échauffement... 3 1.4 Exercices

Plus en détail

Approche des facteurs psychosociaux dans les centres d appels d urgence 911 de la sécurité publique municipale du Québec

Approche des facteurs psychosociaux dans les centres d appels d urgence 911 de la sécurité publique municipale du Québec Approche des facteurs psychosociaux dans les centres d appels d urgence 911 de la sécurité publique municipale du Québec Georges Toulouse, IRSST Louise St-Arnaud, Université Laval Denis Duhalde, Alain-Steve

Plus en détail

GESTION DYNAMIQUE ET PARTICIPATIVE DE LA SÉCURITÉ

GESTION DYNAMIQUE ET PARTICIPATIVE DE LA SÉCURITÉ Ingénieurs en Sécurité Industrielle Risk Management (Management des Risques SHE) GESTION DYNAMIQUE ET PARTICIPATIVE DE LA SÉCURITÉ FACTEURS D'ACCIDENT J 4-6 I - MÉCANISME ET FACTEURS D ACCIDENTS... 1 II

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale

UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC. D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale UNIVERSITE MONTPELLIER II SCIENCES & TECHNIQUES DU LANGUEDOC D.E.U.G. Sciences et Vie S.B.N. Physiologie Animale TP1 : Le système cardio-vasculaire et respiratoire FONTAINE Lionel RADONDY Yoan Groupe :

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME

FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME FONDAMENTAUX DE L ENTRAINEMENT EN CYCLISME 1- POURQUOI S ENTRAINER? Physiologie de l effort Intensités et filières énergétiques Biomécanique La surcompensation Les limites de l effort 2- COMMENT S ENTRAINER?

Plus en détail

Bases de la biomécanique. Intervenant 99.9.2099

Bases de la biomécanique. Intervenant 99.9.2099 Bases de la biomécanique Intervenant 99.9.2099 Qu est-ce que la biomécanique 1 Par biomécanique on entend la mécanique du corps humain en faisant du sport. 2 Qu est-ce que la biomécanique 2 Les mouvements

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test et programme préparatoire INTRODUCTION 3 DIRECTIVES PRÉLIMINAIRES 3 TESTS PRÉLIMINAIRES 3 PROTOCOLE DU TEST TAP-PAR 4 STATION 1 4

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE COURSE

FONDAMENTAUX DE COURSE Course Fondamentaux 08 FONDAMENTAUX DE COURSE 1. INTRODUCTION Les épreuves de course sont parfois décrites comme étant non techniques, principalement parce que courir est une action naturelle qui paraît

Plus en détail

UNE AUTRE APPROCHE EDUCATIVE

UNE AUTRE APPROCHE EDUCATIVE UNE AUTRE APPROCHE EDUCATIVE LA CP5 : UNE COMPETENCE PROPRE «UN SAVOIR S ENTRAÎNER EN EPS» UN EXEMPLE EN STEP AU LYCEE Hélène Coste Mars 2013 SAVOIR S ENTRAÎNER C EST : 1. Faire des efforts "MAINTENANT"

Plus en détail

D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes?

D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes? réseau D après vous, quels sont les métiers occupés principalement par les femmes? par les hommes? Quels sont les métiers occupés majoritairement par des femmes? Quels sont les métiers occupés majoritairement

Plus en détail

GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012)

GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012) IDENTIFICATION Entreprise: Service/local/fonction : GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012) FROID EXCESSIF AMBIANCE THERMIQUE MODEREE CHALEUR EXCESSIVE CONTRAINTE CONFORT CONTRAINTE

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DES OUTILS DE PREVENTION

FORMULAIRE DE DEMANDE DES OUTILS DE PREVENTION FORMULAIRE DE DEMANDE DES OUTILS DE PREVENTION Nom de l entreprise : Secteur d activité : Taille de l entreprise : Nom et Prénom : Fonction : Email : Téléphone : Documents obligatoires Fiche conseil document

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Biomécanique et optimisation de la performance sportive

Biomécanique et optimisation de la performance sportive Biomécanique et optimisation de la performance sportive Sébastien MOUSSAY UFR STAPS de Caen Mon intervention s inscrit dans une perspective d optimisation de la performance sportive, elle s'adresse à ce

Plus en détail

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières

Plus en détail

REALISATION D UNED CARDIOFREQUENCEMETRIE DANS UN ABATTOIR. Célia GESSI Marika BOEUVE

REALISATION D UNED CARDIOFREQUENCEMETRIE DANS UN ABATTOIR. Célia GESSI Marika BOEUVE REALISATION D UNED CARDIOFREQUENCEMETRIE DANS UN ABATTOIR Célia GESSI Marika BOEUVE INTRODUCTION (1)! Arrêté du 15 juin 1993 relatif à la manutention manuelle de charges charge de travail physique importante!

Plus en détail

MANUTENTION MANUELLE

MANUTENTION MANUELLE MANUTENTION MANUELLE 22 mai 2014 Sommaire 1. Cadre légal 2. Analyse des risques et prévention 3. PREVENT 4. Application de la norme 5. Exercice 2 1 Sommaire 1. Cadre légal 2. Analyse des risques et prévention

Plus en détail

repscanada Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour entraîneurs personnels

repscanada Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour entraîneurs personnels Connaissances principales (Ce qu on enseigne à une personne) A. Les principes du conditionnement physique et les concepts de santé et bien-être Normes professionnelles et objectifs d apprentissage pour

Plus en détail