Plan de travail ERGONOMIE COUT DE L ERGONOMIE. Définitions. Définitions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan de travail ERGONOMIE COUT DE L ERGONOMIE. Définitions. Définitions"

Transcription

1 ERGONOMIE PLAN DE TRAVAIL Plan de travail Définitions Plan d analyse, Réalisation d une étude : les outils, Exemples d études ADERF Barette, Dufour, Maison 2 Définitions COUT DE L ERGONOMIE Ergonomie de conception, Ergonomie de correction, ADERF Barette, Dufour, Maison 3 ADERF Barette, Dufour, Maison 4 Définitions Ergonomie physiologique ANALYSE DU FONCTIONNEMENT DU SYSTEME HOMME - MACHINE Ergonomie cognitive Ergonomie organisationnelle TACHES / CONTRAINTES/ASTREINTES MODE OPERATOIRE ASTREINTE PHYSIOLOGIQUE ASTREINTE PSYCHOLOGIQUE ADERF Barette, Dufour, Maison 5 ADERF Barette, Dufour, Maison 6

2 DEFINITIONS CONTRAINTE : tous les facteurs qui agissent sur l homme ASTREINTE: réaction de l homme à la contrainte ASTREINTE Physio: réaction énergétique, musculaire et cardiaque dépendant de l organisme ASTREINTE Psy: réaction de contentement ou de manque d intérêt mais avec la même réaction physiologique dans les deux cas MODE OPERATOIRE: comment l homme se débrouille pour éxecuter la tâche Les contraintes Primaires Facteurs d ambiance Tâche «Ambiance socioprofessionnelle ou psychosociale» Secondaires Logement, vie familiale, transports, loisirs etc ADERF Barette, Dufour, Maison 7 ADERF Barette, Dufour, Maison 8 ASTREINTE PSYCHOLOGIQUE Revient à analyser le sentiment subjectif dans la réalisation de la tâche Productivité Accidentologie Taux d erreur La charge de W Définition C est le résultat sur l organisme, des contraintes émanant du travail. La charge de W s exprime par l astreinte physiologique et l astreinte psychologique. ADERF Barette, Dufour, Maison 9 ADERF Barette, Dufour, Maison 10 Les contraintes C. Primaires C. Secondaires Les astreintes 1. Physiologiques Tâche (phys.et cognitive) Espace Environnement Temps Entreprise HOMME Interface Vie sociale (d après B.Kapitaniak,Masson 1999) 1. Fréquence cardiaque (+ utilisée) 2. Consommation d O² 3. Activité myoélectrique 4. Acuité visuelle: expérience double tâche 5. Acuité auditive perception contraste, stratégie mouvements oculaires 6. Diminution performance (tâches de vigilance; mesure d un temps de réaction) 7. Analyse vectorielle et angulaire L interprétation des astreintes dépend de l analyse des contraintes 2. Psychologiques ADERF Barette, Dufour, Maison 11 ADERF Barette, Dufour, Maison 12

3 Les astreintes 2. Psychologiques Réponses à des questionnaires Pénibilité Peur / risque/ déni du risque/ culture de métier Perception des ambiances (ex températures) Idée que se fait l opérateur de son propre travail valeur du travail : économique, sociale Rapports opérateur/poste Contexte économique de l entreprise Statut social Communication/coopération Initiative? Autre mode d évaluation de la charge de W : Productivité Accidents Erreurs Rebus ADERF Barette, Dufour, Maison 13 ADERF Barette, Dufour, Maison 14 TACHE PRESCRITE versus TACHE REELLE Le but à atteindre et les conditions dans lesquelles il doit être atteint. ( certaines propositions ne servent à rien) 30% d'illettrés L activité (mode opératoire) est ce qui est mis en oeuvre par le sujet pour exécuter la tâche (façon dont il se débrouille pour faire la tâche). Dans certains cas, on parle de tâche effective ( ce que l opérateur pense avoir à faire est parfois différent de la tâche prescrite) MODE OPERATOIRE MODE OPERATOIRE AUTONOME REGLES ETABLIES PAR L OPERATEUR DONT LA TÂCHE EST LE BUT. L opérateur fixe les règles pour aller au but ADERF Barette, Dufour, Maison 15 ADERF Barette, Dufour, Maison 16. MODE OPERATOIRE MODE OPERATOIRE HETERONOME On définit le but, les conditions, les procédures. Aucune liberté de l opérateur Ex: poste dans l aciérie (3000 à 3500 )----> procédures de sécurité infranchissables. Travail à la chaîne. MODE OPERATOIRE 1. Niveaux de discrétion 2. Niveaux de marge de liberté que possède l opérateur (libre dans l exécution et pas la conception). 3. Plus le mode opératoire est libre, mieux il est accepté. 4. La chaîne est très mal acceptée mais la fiabilité y est importante. 5. Cela ne marche qu avec des gens sans formation. 6. Eléments d analyse du travail sont essentiels ADERF Barette, Dufour, Maison 17 ADERF Barette, Dufour, Maison 18

4 VALEURS DU TRAVAIL Economique: permettant d accroître l efficacité de l entreprise Subjective: permettant une valorisation de l individu (salaire, avantages, privilèges) CRITERES ERGONOMIQUES CONCERNANT L INTERFACE HOMME-MACHINE Compatibilité: entre homme et machine Guidage de la tâche : explication claire Homogénéité: homogène par rapport à la perception Souplesse: adaptabilité individuelle Controle explicite: par l opérateur Gestion des erreurs: tolérance Concision ADERF Barette, Dufour, Maison 19 ADERF Barette, Dufour, Maison 20 RAPPORTS ENTRE L OPERATEUR ET SON POSTE APTITUDE A LA TACHE TRANSPARENCE TRAVAIL EN EQUIPE TRAVAIL EN CONTEXTE D EQUIPE ASSURANCE DE LA MAITRISE DU SYSTEME CONFORMITE AUX ATTENTES DE L OPERATEUR TOLERANCE AUX ERREURS FLEXIBILITE (manutention lourde ou légère) ou faire tourner les opérateurs La Machine Peut recevoir,mémoriser et intégrer les informations, Fonctionne à grande vitesse, Plus précise que l homme, Forces plus élevées, Plus grande souplesse, Adaptée aux tâches répétitives et aux actions simultanées ADERF Barette, Dufour, Maison 21 ADERF Barette, Dufour, Maison 22 INTERFACE HOMME-MACHINE Adaptée à l homme, Répond aux facultés humaines, au mode de fonctionnement de l homme, Caractérisée par Les signaux (signalétique) Les commandes (action de l homme sur la machine) ANALYSE DE LA TACHE L'analyse du travail va réaliser : une "photographie" de la situation de travail dans son ensemble, à partir de l'identification des 4 entités ADERF Barette, Dufour, Maison 23

5 Les 4 grandes entités de l'analyse Les 4 grandes entités de l'analyse -Opérateur (s) - Tâche (s) que l'opérateur effectue. - Activité (s) mise en oeuvre pour effectuer une tâche. -Contexte(s) dans lequel l'opérateur et sa tâche vont évoluer. L'analyse du travail comme une analyse des 4 entités :Opérateur, Tâche, Activité, Contexte ( Nicole Lompré) ADERF Barette, Dufour, Maison 25 ADERF Barette, Dufour, Maison 26 Méthode Analyse du travail L'organigramme de l'organisation, Délimiter le système Hommes-Machines qui fera l'objet de l'analyse Niveau de pertinence Délimiter le système permet: de faire apparaître ses objectifs et ses grandes fonctions, lister les différentes fonctions, décrire les opérations sous forme de schémas ou d'organigrammes, SYSTEME HOMME- MACHINE "Un système homme-machine est une organisation dont les composantes sont des hommes et des machines, reliés par un réseau de communication et travaillant ensemble pour atteindre un but commun (Kennedy, 1962), compte tenu des contraintes d'un environnement donné (JC Spérandio, 1984)". ADERF Barette, Dufour, Maison 27 ADERF Barette, Dufour, Maison 28 SYSTEME HOMME- MACHINE Un système est toujours le soussystème d'un système plus vaste : - un outil au sein d'un poste de travail - un poste au sein d'un service ou d'un atelier - le service ou l'atelier au sein d'une entreprise ou d'une administration LES OUTILS LA PHOTOGRAPHIE, LA VIDEO, LA CARDIOFREQUENCEMETRIE L EMG AUTRES PLAN, QUESTIONNAIRE ADERF Barette, Dufour, Maison 29 ADERF Barette, Dufour, Maison 30

6 EXEMPLE DE PHOTOS ADERF Barette, Dufour, Maison 31 Lingerie Différents postes ADERF Barette, Dufour, Maison 33 ADERF Barette, Dufour, Maison 34 Différents postes Différents postes ADERF Barette, Dufour, Maison 35 ADERF Barette, Dufour, Maison 36

7 Analyse biomécanique du travail ANALYSE ANGULAIRE Déterminer 1- les positions angulaires des principales articulations lors d un maintien postural, Technique d analyse Réaliser une photographie Montrant le sujet entier, Réalisé dans le plan sagittal et frontal, Présentant un élément vertical proche du sujet, Montrant les différents appuis et prises du sujet. ADERF Barette, Dufour, Maison 37 ADERF Barette, Dufour, Maison 38 Technique d analyse Analyse angulaire Agrandir la photographie de manière à : Réaliser une silhouette, Minorer les erreurs de placement, Porter les différents centres instantanés de rotation, Déterminer les différents angles articulaires ADERF Barette, Dufour, Maison 39 ADERF Barette, Dufour, Maison 40 Analyse angulaire Analyse angulaire ADERF Barette, Dufour, Maison 41 ADERF Barette, Dufour, Maison 42

8 Technique d analyse Comparaison avec les angles normaux Notion de confort articulaire: Plus petite contrainte articulaire, Meilleure position de repos, Situation permettant le geste le plus performant tant en force qu en vitesse, Position permettent la liberté la plus ouverte dans l espace Technique d analyse Déterminer si les forces sont de type actif ou passif, Déterminer les localisations possibles des mobilités, Rechercher les complémentarités angulaires-----> vidéo ADERF Barette, Dufour, Maison 43 ADERF Barette, Dufour, Maison 44 ANALYSE BIOMECANIQUE Analyse vectorielle Permet d approcher grâce aux calculs les comportements des forces, des contraintes et d équilibre d un sujet, Technique d analyse Analyse vectorielle Localisation des centres de masse (Dempster), Calcul des barycentres Position de la verticale du G par rapport à la base de sustentation, Répartition des appuis à partir de la détermination du G du sujet, Déterminer les CIR, Déterminer la direction du muscle équivalent, Calcul de la charge sur l articulation. ADERF Barette, Dufour, Maison 45 ADERF Barette, Dufour, Maison 46 Différentes décompositions ADERF Barette, Dufour, Maison 47 ADERF Barette, Dufour, Maison 48

9 ANALYSE VECTORIELLE ANALYSE VECTORIELLE ADERF Barette, Dufour, Maison 49 ADERF Barette, Dufour, Maison 50 ANALYSE VECTORIELLE EXEMPLES F d O I G D P' ADERF Barette, Dufour, Maison 51 ADERF Barette, Dufour, Maison 52 EXEMPLES EXEMPLES R = 17,4% ADERF Barette, Dufour, Maison 53 ADERF Barette, Dufour, Maison 54

10 Maintien de la posture LES VIDEOS fonction effort Visco-élastique ADERF Barette, Dufour, Maison Plastique 55 ADERF Barette, Dufour, Maison 56 Maintien de la posture Le cœur au travail Mesure des temps de maintien, Fréquence des répétitions de la position, CONTEXTUALISER L ACTIVITE ET LES PRISES DE MESURE Etude de l activité cardiaque lors de l activité physique ou mentale en analyse du travail. ADERF Barette, Dufour, Maison 57 Valeurs et variations de la fréquence cardiaque Fréquence cardiaque et posture Fréquence de repos Variable d un individu à l autre Présente un rythme cicardien (< à 15 bts/mn durant le sommeil) Augmente avec la prise de repas, le café FC est sup en position assise que couchée, Changement de position modifie la FC L environnement modifie la FC: La chaleur, Le bruit, Le stress. ADERF Barette, Dufour, Maison 59 ADERF Barette, Dufour, Maison 60

11 Fréquence cardiaque et variable humaine Fréquence cardiaque et Métabolisme Varie de 50 à 90 bts/mn Augmente avec l âge (5 bt:mn entre 25 et 60 ans, Plus élevée chez la femme que chez l homme, Augmente chez la femme enceinte. Débit cardiaque Q Volume systolique Fréquence cardiaque (FC) Pouls d oxygène Différence artério-veineuse d oxygène ADERF Barette, Dufour, Maison 61 ADERF Barette, Dufour, Maison 62 Fréquence cardiaque et travail physique Fréquence cardiaque et travail physique Travail dynamique (léger ou lourd), on a : Vs et FC qui augmentent, Débit 35l/ mn au lieu de 5l/mn, Relations entre fréquence cardiaque et débit cardiaque, débit cardiaque et consommation d O2, Consommation d O2 et FC Travail statique (> à 20 % de la force maximale) On a : une augmentaton progressive de la Fc, Augmentation de la PA 100 à 130 bt /mn ADERF Barette, Dufour, Maison 63 ADERF Barette, Dufour, Maison 64 Fréquence cardiaque et travail physique Contraintes posturales ajoutées Postures incommodes Changement permanent de postures Renforcement de l activité posturale Manipulateur radio Autres contraintes Chaleur, Bruit, Activité psycho-sensorielle. Le test de Brouha Test ancien, Étudiant la récupération cardiaque Facilement utilisable, «cardiofréquencemétrie du pauvre», Limites de la cardiofréquencemétrie À recontextualiser dans l activité observée, ADERF Barette, Dufour, Maison 65 ADERF Barette, Dufour, Maison 66

12 Définition de la méthode Consiste à prendre le pouls lors de la récupération qui suit immédiatement l arrêt de l activité, Pendant les 30 dernières secondes qui suivent la première minute (P1), la seconde (P2) et la troisième (P3) À partir de ces trois résultats, on établit une courbe de récupération cardiaque: Indique la vitesse de récupération, Validée par les travaux de Harding, Brouha et Darling ADERF Barette, Dufour, Maison 67 Résultats Réaction dite normale si: Différence entre P1 et P3 montre une décélération d au moins 10 p/mn ou si P3 est < à 90p/mn, Absence de réaction si la décélération est inférieure à 10 p/mn entre la première minute et la troisième minute, ou si P3 est supérieur à 90 p/mn, Réaction inversée si P3 est supérieure à 90 p/mn et d au moins 10 pulsations par minute plus élevées que P1 apparaît chez les opérateurs passant de la position assise à debout après un travail modérée en ambiance chaude et humide, n existe pas debout. ADERF Barette, Dufour, Maison 68 Normes établies par Brouha Classification de la pénibilité du travail à partir de P3 Si valeur moyenne du premier pouls de récupération ne dépasse pas 110 p/mn, Si décélération entre P1 et P3 est d au moins 10 p/mn, On n observe pas d augmentation de la charge cardio-vasculaire au cours de la journée à condition de respecter les plages de travail et de repos TRAVAIL Très dur Dur Moyen Léger Très léger P ADERF Barette, Dufour, Maison 69 ADERF Barette, Dufour, Maison 70 Mesure de la fréquence cardiaque TEST DE BROUHA Brouha La réaction est dite normale lorsque : Diff. Entre P1 et P 3 montre une décélération d au moins 10 pulsations et P3< 90 Absence de réaction lorsque décélération cardiaque est inf. à 10p et P3 est > 90p/mn, Réaction inverse : P3>90p et >10p que P1 On prend le pouls pendant les 30 dernières secondes des P1, P2, P3 suivant l arrêt d activité. P1 P2 P ADERF Barette, Dufour, Maison 71 ADERF Barette, Dufour, Maison 72

13 TEST DE BROUHA Coût cardiaque 90<P3>90 110< P1 >110 10> P1-P3<10 Le coût cardiaque correspond à la somme des pulsations au-dessus du niveau de repos, rapportée à la période de travail considérée, Exprimée en battement par minute. CRITERE RESPECTE CRITERE NON RESPECTE ADERF Barette, Dufour, Maison 73 ADERF Barette, Dufour, Maison 74 Définitions FC max = 220 âge CC max = FC max- FC repos CCr (%) = CC/CCmax x 100 Le CCr moyen observé pendant une journée ne doit pas dépasser 30 % du maximum. Valeurs limites des coûts cardiaques Principale contrainte Dynamique Statique Stress Valeurs Moyenne 35 Non applicable 20 valeurs Pic ADERF Barette, Dufour, Maison 75 ADERF Barette, Dufour, Maison 76 Evaluation de la charge de travail Classifica tion de l'astreinte cardiaque classe repos faible modér é élevé très élevé continu 8 heures FC CC CCr / % FC occasonniel < 30 mn CCr / CC % ADERF Barette, Dufour, Maison 77 Fréquence cardiaque et stress ADERF Barette, Dufour, Maison 78

14 1 FC et activités professionnelles Cardiofréquencemètre ADERF Barette, Dufour, Maison 79 ADERF Barette, Dufour, Maison 80 Utilisation des données FC. CARDIOFREQUENCEMETRIE OP20FXAMNEIGE FK / AVION NON MECANISE OP 16 FK OP2 AV MECA accrochage plateau OP20FXAMNEIGE FC % FC+30 16% 30<FC<40 18% FC <FC<40 FC <FC<40 13% FC % FC+30 79% FC+30 30<FC<40 FC FC Poussée plateau 40 Poussée palette 20 Poussée plateau TEMPS ADERF Barette, Dufour, Maison 81 ADERF Barette, Dufour, Maison 82 CARDIOFREQUENCEMETRIE EMG Eclatement palette poissons par 2 opérateurs sur une même activité avec une stratégie différente (prise d information OP8ET9H2 = 1 heure) OP8 OP OP8 703 ADERF Barette, Dufour, Maison 83 ADERF Barette, Dufour, Maison 84

15 EMG EMG ADERF Barette, Dufour, Maison 85 ADERF Barette, Dufour, Maison 86 AUTRES INFORMATIONS Différentes charges évaluées PLAN DES LOCAUX Poids des sacs en Kg : : : : : : : 5-10 : Répartition des poids de sacs Série1 0-5 : Nombre de sacs dans chaque classe. Poids sac moyen : 19,30 kg ADERF Barette, Dufour, Maison 87 ADERF Barette, Dufour, Maison 88

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992

Manutentions manuelles Statistique nationale / Ile de France 1992 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL option1 Ergonomie du travail

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU

Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU Prévention des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) VILLE DE LANDERNEAU SOMMAIRE 1/ Pourquoi cette démarche? 2/ Les TMS 3/ Les caractéristiques de la démarche 4/ Méthodologie :. Principes pris en compte.

Plus en détail

Ambiances thermiques. La charge de travail. 1. Qu appelle-t-on métabolisme ou charge de travail? 2. Qu est-ce que le travail extérieur fourni?

Ambiances thermiques. La charge de travail. 1. Qu appelle-t-on métabolisme ou charge de travail? 2. Qu est-ce que le travail extérieur fourni? Ambiances thermiques La charge de travail 1. Qu appelle-t-on métabolisme ou charge de travail?...1 2. Qu est-ce que le travail extérieur fourni?...1 3. Qu est-ce qu un travail statique et un travail dynamique?...1

Plus en détail

Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers

Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers Ergonomie, Confort et Sécurité des passagers Claude MARIN-LAMELLET Marie-Christine CHEVALIER PFI Innovations dans les transports guidés urbains et régionaux Séminaire du 17/10/2006 Ergonomie, Confort et

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

Manutention et Levage

Manutention et Levage Manutention et Levage Manutentions Manuelles : la norme NF X35-109 La masse unitaire maximale acceptable est fixée à 15kg pour le soulever/ tirer Pour les hommes et les femmes. Et ce, dans des conditions

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau Risques liés à l'activité physique au travail Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Activité physique 2 Définition Quotidien Travail Loisirs Sports... Définition Organisation Mondiale

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Reprise du travail après un événement cardiaque

Reprise du travail après un événement cardiaque Reprise du travail après un événement cardiaque Regard du médecin du travail Fabrice Locher Rôle et Missions du médecin du travail «Rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE

BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE BASES DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE EN PLONGEE І) INTRODUCTION II) BASES PHYSIOLOGIQUES III) PRINCIPES GENERAUX DE L ENTRAINEMENT PHYSIQUE IV) ENTRAINEMENT DANS LES DIFFERENTES FILIERES V) LA PLANIFICATION

Plus en détail

Ergodistrib Ergonomie des postes de travail. 2 e volet

Ergodistrib Ergonomie des postes de travail. 2 e volet Ergodistrib Ergonomie des postes de travail 2 e volet 1 Ergodistrib Observation des postes de travail 2 e volet 2 Sollicitations biomécaniques T.M.S. Organisation du travail Quand? et Pourquoi? Nous savons,

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

«La gestion des douleurs», l après TMS

«La gestion des douleurs», l après TMS Journée territoriale de la prévention des risques professionnels CDG82 MONTAUBAN (82) «La gestion des douleurs», l après TMS Christiane.Daban Octobre 2012 Kinésithérapie & Prévention -> Ce qui fait la

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

E D I T I O N 2 0 0 8. Comprendre Agir DT 49

E D I T I O N 2 0 0 8. Comprendre Agir DT 49 E D I T I O N 2 0 0 8 Comprendre Agir DT 49 PREVENTION DES TMS ( TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES) COMPRENDRE - AGIR Objectifs du document Ce document est un outil pour faciliter le repérage du risque TMS

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) constituent un enjeu en Santé au Travail. En France, les TMS sont la première cause de reconnaissance de Maladie

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples

Directives canadiennes en matière d activité physique. Glossaire GLOSSAIRE. Terminologie Définition Exemples GLOSSAIRE Glossaire Activité Ensemble de mouvements corporels qui augmentent le rythme cardiaque et la respiration Directives en Tout mouvement corporel produit par les muscles squelettiques utilisant

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test et programme préparatoire INTRODUCTION 3 DIRECTIVES PRÉLIMINAIRES 3 TESTS PRÉLIMINAIRES 3 PROTOCOLE DU TEST TAP-PAR 4 STATION 1 4

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

Protégez-vous des risques à l origine des troubles musculo squelettiques (TMS) Information prévention. Vous êtes plombier chauffagiste

Protégez-vous des risques à l origine des troubles musculo squelettiques (TMS) Information prévention. Vous êtes plombier chauffagiste Information prévention agir pour votre santé au travail Vous êtes plombier chauffagiste Vous ressentez une gène, une douleur, une raideur ou une perte de force de vos bras ; vous avez mal au dos C est

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr

Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 5 Ergonomie

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES DE L EPAULE CHEZ DES TECHNICIENNES DE LABORATOIRE L. MERIGOT, F. MARTIN, Avec la participation des Drs G. DALIVOUST, G. GAZAZIAN 26 Janvier 2010 1 SOMMAIRE 1. Introduction

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva SICPPT fédéral AFFILIES Comité de gestion SIPPT 1 SIPPT SIPPT n 2 EMPREVA Management Office

Plus en détail

Fiches de musculation du kayakiste et céiste

Fiches de musculation du kayakiste et céiste Fiches de musculation du kayakiste et céiste 3. Les deltoïdes Deltoïdes Roudneff Le deltoïde est un muscle mobilisateur de l épaule, il se compose de trois faisceaux mobilisant le bras en flexion, extension,

Plus en détail

MARCHAND DENIS ET TAILLEFER FRANÇOIS Université du Québec à Montréal, Montréal, Québec, Canada

MARCHAND DENIS ET TAILLEFER FRANÇOIS Université du Québec à Montréal, Montréal, Québec, Canada ÉVALUATION BIOMÉCANIQUE ET PHYSIOLOGIQUE DE QUATRE VÊTEMENTS INDIVIDUELS DE PROTECTION VACHON FRÉDERIC Université du Québec à Montréal, Département de kinanthropologie, Case postale 8888, Succursale Centre-Ville,

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle révention Comment évaluer les troubles musculosquelettiques (TMS) reliés au travail? L histoire professionnelle est le meilleur outil pour dépister les TMS et les prévenir Ce questionnaire de dépistage

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

TMS et travail sur écran : Que faire? Penser et Agir avec l'ergonomie

TMS et travail sur écran : Que faire? Penser et Agir avec l'ergonomie TMS et travail sur écran : Que faire? Sommaire Les TMS : définition p 3 Les facteurs de risque des TMS p 4 Les enjeux des TMS p 5 Les obligations des employeurs p 6 Législation : quelques textes p 7 Les

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012)

GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012) IDENTIFICATION Entreprise: Service/local/fonction : GUIDE D EVALUATION DE L AMBIANCE THERMIQUE (AR 4 juin 2012) FROID EXCESSIF AMBIANCE THERMIQUE MODEREE CHALEUR EXCESSIVE CONTRAINTE CONFORT CONTRAINTE

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier

en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier En forme, en s entraînant avec le Stability Trainer Votre guide professionnel d entrainement journalier DEMANDEZ L O R I G I N A L www.thera-band.de Contenance Introduction...2 Le Stability-Trainer...3

Plus en détail

La mécanique sous le capot

La mécanique sous le capot La mécanique sous le capot L ergonomie Comment éviter et diminuer les TMS aux membres supérieurs Pourquoi vos articulations vous font-elles souffrir? De nombreux travailleurs souffrent de troubles musculo-squelettiques

Plus en détail

Manutention et postures de travail

Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Manutention et postures de travail Page 1 sur 7 Dangers principaux Généralités Les facteurs techniques, économiques, organisationnels et humains influencent le comportement

Plus en détail

Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales

Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales Le Kin-AP Évaluation des Aptitudes paramédicales Le Kin-AP est une évaluation qui se déroule à travers un parcours comprenant différentes stations qui simulent les tâches que le technicien ambulancier-paramédic

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Information prévention

Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) Information prévention Information prévention agir pour votre santé au travail Vous occupez un poste de mise en rayon dans une grande ou moyenne surface? Protégez-vous des risques à l'origine des Troubles Musculo-Squelettiques

Plus en détail

FORMATION D UN CLUB DE MARCHE. Novembre 2010

FORMATION D UN CLUB DE MARCHE. Novembre 2010 FORMATION D UN CLUB DE MARCHE Novembre 2010 Vieillir est un processus continu, progressif et irréversible. C est une dure réalité qui nous rattrape un peu plus chaque jour. Il s inscrit dans le continuum

Plus en détail

Seniors. La diversité fait la différence

Seniors. La diversité fait la différence Seniors La diversité fait la différence Edito 60 et + 45 et + 55 et + Seniors 50 et + Dans le cadre de l allongement de la vie en entreprise, encouragé par de récentes dispositions législatives, nous avons

Plus en détail

Quelques règles de description des mouvements

Quelques règles de description des mouvements Introduction 1 9 Quelques règles de description des mouvements Dans ce livre, tout autant que de voix, il sera souvent question de mouvement. Nommer et décrire les mouvements est une tâche complexe, car

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes

Syndrome de Déficience Posturale. Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Syndrome de Déficience Posturale Docteurs Jean BALAGUIER et Francis MIR Ophtalmologistes Définitions : Posture : position particulière du corps et son maintien (se tenir debout par exemple). Proprioception

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

Interaction Personne-Machine

Interaction Personne-Machine Interaction Personne-Machine Techniques d Interaction 1 Techniques d Interaction La mise en place d interactions peut se faire dans une démarche organisée, dans laquelle on s appuie sur trois niveaux bien

Plus en détail

Comité Départemental de Prévention en Kinésithérapie de la Drôme FORMATIONS KINÉSITHÉRAPEUTES 2013 KINÉ DRÔME PRÉVENTION

Comité Départemental de Prévention en Kinésithérapie de la Drôme FORMATIONS KINÉSITHÉRAPEUTES 2013 KINÉ DRÔME PRÉVENTION Comité Départemental de Prévention en Kinésithérapie de la Drôme FORMATIONS KINÉSITHÉRAPEUTES 2013 KINÉ DRÔME PRÉVENTION 1 1. TABLEAU DES FORMATIONS 2013...3 2. GESTUELLE PRÉVENTIVE ET MANUTENTION DES

Plus en détail

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER?

SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? SAVOIR S'ÉCHAUFFER POURQUOI FAUT-IL S ÉCHAUFFER? Pour préparer son corps à subir une activité physique importante sans se blesser (contracture, déchirure, claquage, entorse...). Les muscles et les tendons

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

BIEN SE CONNAÎTRE. Exercice 1 VOS CHAMPS D INTÉRÊT. Quels sont les champs d intérêt qui correspondent le mieux aux vôtres?

BIEN SE CONNAÎTRE. Exercice 1 VOS CHAMPS D INTÉRÊT. Quels sont les champs d intérêt qui correspondent le mieux aux vôtres? BIEN SE CONNAÎTRE Les 3 exercices suivants vous permettront d évaluer votre situation par rapport à l emploi. Mieux vous connaître vous aidera à préciser les offres d emploi qui correspondent à vos intérêts,

Plus en détail

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode Identification des besoins : la méthode des Focus Group Définition et descriptif de la méthode Identifier les besoins des utilisateurs Le Focus Group Le Focus Group est une activité de groupe ayant pour

Plus en détail

Mesure de la marche et du mouvement

Mesure de la marche et du mouvement Mesure de la marche et du mouvement Olivier Rémy-Néris Mathieu Lempereur Sylvain Brochard CHRU de Brest INSERM U650 olivier.remyneris@chu-brest.fr Synopsis Connaitre les différents moyens d analyse quantifiée

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme*

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* Communiqué de presse Gennevilliers, le 05 Septembre 2013 5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* L Absentéisme en France augmente de 18% en 2012, ce qui représente une moyenne de 16,6 jours d absence

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012

FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE. 5 avril 2012 PAUSE-CAFE FEMMES DE CHAMBRE DANS L HOTELLERIE 5 avril 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail Pourquoi ce thème? L exposition aux risques et les préconisations Conclusion

Plus en détail

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point"

Risques psychosociaux et petites entreprises Outil Faire le point Risques psychosociaux et petites entreprises Outil "Faire le point" 1 L entreprise est-elle confrontée à un problème récurent d absentéisme? tout à fait Plutôt oui Plutôt non pas du tout 2 L entreprise

Plus en détail

Aménagement général des postes de travail

Aménagement général des postes de travail Aménagement général des postes de travail Aménagement général des postes de travail Page 1 sur 15 Dangers principaux Principes La surface libre à disposition de chaque travailleur à son poste de travail

Plus en détail

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville

Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Concertation relative à la mise en place du compte personnel de prévention de la pénibilité Michel de Virville Préconisations établies par M de Virville au terme de la deuxième étape de la concertation

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

LES DIFFERENTS TYPES DE MESURE

LES DIFFERENTS TYPES DE MESURE LES DIFFERENTS TYPES DE MESURE Licence - Statistiques 2004/2005 REALITE ET DONNEES CHIFFREES Recherche = - mesure. - traduction d une réalité en chiffre - abouti à des tableaux, des calculs 1) Qu est-ce

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail

Introduction aux méthodes en ergonomie

Introduction aux méthodes en ergonomie Introduction aux méthodes en ergonomie Analyse de l activité Qualitatif vs. Quantitatif Méthodes d analyse de l activité Quelques méthodes particulières à l ergonomie Recommandations Illustrations 1 Analyse

Plus en détail

Projet de programme de formation pour l obtention du mastère en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

Projet de programme de formation pour l obtention du mastère en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives Projet de programme de formation pour l obtention du mastère en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives ENSEIGNEMENTS COMMUNS Epistémologie Epistémologie des sciences du sport et de

Plus en détail

Chapitre 1: Facteurs d'échelle

Chapitre 1: Facteurs d'échelle Chapitre 1: Facteurs d'échelle Des considérations générales sur la taille des objets ou des êtres vivants et leur influence sur différents paramètres, permettent d'établir simplement quelques lois ou tendances,

Plus en détail

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes

L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Les enjeux et éléments historiques. Principaux concepts et théories sous-jacentes 9/25/14 L3 Psychologie «Ergonomie : travail, innovations et formation» Présentation du thème 1 Catherine Delgoulet LATI Thème 1 (C. Delgoulet) Comprendre/transformer le travail Les enjeux et éléments historiques

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps sur la distance donnée

Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps sur la distance donnée Colloque Entraînement - Samedi 03 Mars 2012 Définition : Epreuve de vérité Cycliste seul face au chronomètre Départ à intervalles réguliers (toutes les minutes voire 2 minutes) Objectif : meilleur temps

Plus en détail

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. 4.3. Les effets de l entraînement dans la filière aérobie : 9

STEP. Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. 4.3. Les effets de l entraînement dans la filière aérobie : 9 STEP Connaissances scientifiques et théoriques : Les bases pour le prof. Table des matières I. Rappels concernant le développement des ressources énergétiques : 2 1. La production d énergie : 2 2. Les

Plus en détail

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE

AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE FICHE TECHNIQUE #54 AMÉNAGER UN COMPTOIR DE SERVICE POUR PERMETTRE LA POSITION ASSISE Entre le bureau et le comptoir conventionnels, il est possible d aménager un comptoir de service permettant d alterner

Plus en détail

Coiffeur. Les métiers toxiques pour la reproduction :

Coiffeur. Les métiers toxiques pour la reproduction : COIFFEUR Coiffeur Asthme, allergies respiratoires ou cutanées voire cancers et troubles de la reproduction imputables à la manipulation des produits chimiques, troubles musculo-squelettiques, stress dû

Plus en détail

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi*

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi* Dr CROUZET 12/10/2012 SMTMP / RESACT Préambule Le chainon manquant Missions des SSTi* La Fiche d Entreprise (revisitée) Obligations des employeurs? Page 6 de la circulaire du Document Unique, du 18 avril

Plus en détail

Cours. Cours 8 : Révisions. Importance. Interface homme-machine

Cours. Cours 8 : Révisions. Importance. Interface homme-machine Cours 1) Introduction Définitions Histoire Cours 8 : Révisions jgarcia@ircam.fr 2) Programmation des interfaces graphiques principes de conception 3) MVC Java2D Styles d interaction 4) Interaction graphique

Plus en détail

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT»

IRBMS. Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM. Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» IRBMS http://www.irbms.com Institut Régional de Biologie et de Médecine du Sport N ORD PAS- DE-CALAIS WWW. IRBMS. COM Titre : «DECALAGE HORAIRE ET SPORT» Auteur(s) : J.-D. Guieu Catégorie : Sport Santé

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

TMS des agents de l Etat en abattoir de boucherie. Amandine Gautier 13 juin 2012

TMS des agents de l Etat en abattoir de boucherie. Amandine Gautier 13 juin 2012 TMS des agents de l Etat en abattoir de boucherie Amandine Gautier 13 juin 2012 1. Commande Les TMS première cause de MP dans le secteur abattage CHSM enquête par questionnaire sur les TMS des agents de

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail