Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007)"

Transcription

1 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma ( ) Avril 2009

2 Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck Paris cedex 16 Tél : Fax : Caroline Jeanneau, Sophie Jardillier, Benoît Danard 2 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

3 Sommaire Introduction...4 Rappel des conditions de rémunération des distributeurs... 5 Synthèse... 6 I. L ensemble des entrées des films exploités en salles ) L encaissement moyen dépend de l âge des films ) L encaissement moyen dépend de la nationalité des films... 8 II. L encaissement moyen par entrée pour les films inédits ) Les films inédits selon leur nationalité ) Les films inédits selon leur combinaison de sortie ) Les films inédits selon leur genre ) Les films inédits selon leur recommandation III. Evolution de l encaissement distributeur par entrée au cours de la carrière des films inédits ) Dégressivité de l encaissement par entrée de semaine en semaine ) Dégressivité en fonction de la nationalité des films ) Dégressivité en fonction de la combinaison de sortie des films ) Dégressivité en fonction du genre des films ) Dégressivité en fonction de la recommandation des films Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 3

4 Introduction Dans le cadre de ses travaux d études sur le partage des recettes aux guichets des salles de cinéma entre les exploitants et les distributeurs, le CNC a réalisé une étude sur la rémunération des distributeurs en analysant l encaissement (TTC) que chaque distributeur reçoit pour une entrée payante en salle de cinéma. Cette étude a pour objet de valoriser et de mesurer les évolutions de cet indicateur d encaissement moyen par entrée selon les films concernés. Les analyses distinguent deux périmètres : celui de l ensemble des films ayant fait l objet d une exploitation en salles et celui des films inédits. Sur le premier, l encaissement moyen des distributeurs par entrée est mesuré en fonction de l année de réalisation des entrées. Sur le second, il est distingué en fonction de l année de sortie des films inédits et retrace l ensemble de la carrière des films dans les salles. Les analyses sur les films inédits sont développées dans la deuxième et la troisième parties de ce document. La première partie est consacrée à l ensemble des films exploités en salles. Cette étude s appuie sur les données issues des déclarations de recettes que les exploitants sont tenus de transmettre au CNC chaque semaine, pour chaque film et chaque écran. Figure en effet dans ces déclarations le montant de recettes que l exploitant reverse au distributeur au titre de la remontée des recettes vers les ayants droit. 4 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

5 Rappel des conditions de rémunération des distributeurs La rémunération des distributeurs de films est appelée encaissement distributeur. Cet encaissement est fonction du tarif pratiqué par l exploitant sur chaque entrée mais aussi du taux de location négocié entre le distributeur et l exploitant chaque semaine pour chaque film. Le taux de location correspond au rapport entre la recette guichet «hors taxes» (hors taxe spéciale additionnelle (TSA) et hors TVA) et l encaissement versé aux distributeurs (hors TVA et hors rémunération de la Sacem). Conformément à un accord entre la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF) et la SACEM, l exploitant rémunère cette dernière au titre de la représentation publique de la musique du film, selon les pourcentages suivants : - 1,515 % sur la base film (recette guichet déductions faites de la TVA et de la TSA) lorsque l exploitant est adhérent à la FNCF - 2,02 % sur la base film lorsque l exploitant n est pas adhérent L exploitant déduit de la part distributeur HT, la rémunération de la SACEM due par le distributeur soit 1,21 % de la base film. Ainsi, l exploitant rémunère la Sacem pour le compte des ayants droit. Par ailleurs, l exploitant paye en direct 0,305 % sur la base film lorsqu il est adhérent FNCF et 0,810 % dans le cas contraire au titre de l exploitant. Les exploitants sont assujettis à une taxe (TSA) sur «le prix des entrées aux séances organisées dans les établissements de spectacle cinématographique» qui alimente le compte de soutien à l industrie du cinéma géré par le CNC. Depuis le 1 er janvier 2007, cette taxe correspond à un pourcentage de 10,72 % sur le prix payé par les spectateurs. Avant cette date, cette taxe était calculée selon un pourcentage par tranches de tarifs pratiqués. Calcul de l encaissement distributeur à partir de la recette guichet : 1 - Base film = Recette guichet TTC - TVA (5,5 %) - TSA (10,72 %) 2 - Encaissement HT brut distributeur = Taux de location X base film 3 - Déduction Sacem distributeur = Base film X 0, Encaissement distributeur = (encaissement HT brut distributeur Déduction sacem distributeur) X 1,055 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 5

6 Synthèse 2,42 par entrée pour les distributeurs en 2007 En 2007, la recette moyenne par entrée payante s élève à 5,95. Sur la base de cette recette perçue aux guichets des salles de cinéma, chaque entrée payante d un film réalisée dans l année rapporte en moyenne 2,42 au distributeur. Cette valeur est en diminution de 0,4 % par rapport à 2006 et en progression de 8,2 % par rapport à 1998 (soit +0,9 % en moyenne par année). Une entrée réalisée sur un film sorti dans l année rapporte en moyenne naturellement davantage au distributeur qu une entrée sur un film moins récent. L encaissement moyen du distributeur par entrée d un film français (2,39 en 2007) est légèrement inférieur à celui d un film américain (2,47 en 2007) et généralement supérieur à celui d un film européen (2,36 en 2007). 2,49 par entrée pour un film inédit de 2007 Chaque entrée payante réalisée sur un film inédit de 2007 rapporte 2,49 en moyenne à son distributeur, pour une recette moyenne de 6,07 aux guichets des salles de cinéma. L encaissement moyen du distributeur pour une entrée payante sur un film inédit de 2007 est en progression de 1,4 % par rapport aux films inédits de 2006 et de 11,6 % par rapport à ceux de 1998 (soit +1,2 % en moyenne par année). En 2007, la valeur de l encaissement distributeur moyen par entrée est légèrement plus élevée pour les films américains (2,51 ) que pour les films français (2,47 ). Elle est un peu plus faible pour les films européens (2,44 ) et les autres films (2,29 ). Pour les films inédits sortis sur plus de 20 copies, l encaissement distributeur moyen par entrée augmente à mesure de l élargissement de la combinaison de sortie. Ainsi, en 2007, les films de 20 à 49 copies affichent un encaissement moyen par entrée de 2,28, contre 2,42 pour les films de 100 à 199 copies, 2,49 pour les films de 500 à 799 copies et jusqu à 2,55 pour les films à plus de 800 copies. Les genres présentant les plus fortes moyennes d encaissement distributeur par entrée sont la comédie (2,44 en 2007), les films policiers/thrillers (2,53 ), les films d aventures (2,55 ) et les films fantastiques, d horreur et de science-fiction (2,57 ). Enfin, l encaissement du distributeur sur une entrée payante est en moyenne moins élevée pour un film art et essai que pour un film non recommandé. En 2007, l écart entre films art et essai et autres films s établit à 10 centimes par entrée. L encaissement par entrée décroît de semaine en semaine Si, en moyenne, le distributeur d un film inédit de 2007 reçoit 2,49 par entrée, cette valeur dépend du temps écoulé depuis sa date de sortie. Ainsi, l encaissement moyen du distributeur par entrée s élève à 2,66 en première semaine d exploitation, à 2,07 en cinquième semaine et à 1,74 en dixième semaine. 6 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

7 I. L ensemble des entrées des films exploités en salles Selon les données figurant sur les déclarations de recettes que les exploitants fournissent au CNC (bordereaux), la recette moyenne par entrée payante s élève à 5,95 en Sur la base de cette recette perçue aux guichets des salles de cinéma, chaque entrée payante réalisée dans l année rapporte en moyenne 2,42 au distributeur du film concerné. Cette valeur est en diminution de 0,4 % par rapport à 2006 et en progression de 8,2 % par rapport à 1998 (soit +0,9 % en moyenne par année). L augmentation de l encaissement distributeur moyen par entrée est particulièrement sensible en 2001 (+2,3 %), 2002 (+1,9 %) et 2003 (+3,2 %). Parallèlement, la recette moyenne par entrée aux guichets des salles de cinéma augmente de 10,7 % entre 1999 et 2008, soit +1,1 % en moyenne par année. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée ( ) Recette guichet/entrée ( ) 5,38 5,36 5,39 5,45 5,59 5,74 5,82 5,87 5,94 5,95 Evolution - -0,2% +0,5% +1,0% +2,5% +2,8% +1,3% +0,9% +1,1% +0,2% Encaissement/entrée ( ) 2,23 2,23 2,23 2,28 2,33 2,40 2,42 2,41 2,43 2,42 Evolution - -0,1% +0,0% +2,3% +1,9% +3,2% +0,9% -0,5% +0,6% -0,4% 1) L encaissement moyen dépend de l âge des films L encaissement par entrée dépend de la nature plus ou moins récente du film. En 2007, une entrée réalisée sur un film de moins de 5 ans rapporte en moyenne 2,45 au distributeur, contre 0,96 au distributeur d un film dont la première sortie en salles date de 5 à 19 ans et 1,20 à celui d un film sorti il y a 20 ans ou davantage. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon l âge des films ( ) films de 0 à 4 ans 2,25 2,25 2,25 2,30 2,35 2,42 2,45 2,44 2,45 2,45 films de 5 à 19 ans 1,45 1,00 1,12 0,93 1,05 0,97 0,91 0,94 0,89 0,96 films de 20 ans et plus 1,40 1,28 1,28 1,94 1,63 1,62 1,50 1,40 1,99 1,20 total 2,23 2,23 2,23 2,28 2,33 2,40 2,42 2,41 2,43 2,42 * L âge d un film est défini comme la différence entre l année d exploitation et l année de sa première sortie en salles Entre 1998 et 2007, l encaissement moyen des distributeurs a progressé de 8,5 % pour les films de moins de 5 ans. Au contraire, il a diminué de 33,6 % pour les films de 5 à 19 ans et de 14,1 % pour les films de 20 ans plus. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon l âge des films ( ) 2,50 2,30 2,10 1,90 1,70 1,50 1,30 1,10 0,90 0,70 films de 0 à 4 ans films de 5 à 19 ans films de 20 ans et plus Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 7

8 2) L encaissement moyen dépend de la nationalité des films L encaissement moyen du distributeur par entrée d un film français (2,39 en 2007) est légèrement inférieur à celui d un film américain (2,47 en 2007) et généralement supérieur à celui d un film européen (2,36 en 2007). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité des films ( ) films français 2,16 2,22 2,20 2,29 2,29 2,37 2,42 2,40 2,44 2,39 films américains 2,29 2,25 2,27 2,30 2,35 2,44 2,45 2,44 2,45 2,47 films européens 2,11 2,19 2,12 2,12 2,33 2,23 2,33 2,40 2,35 2,36 autres films 2,05 2,08 2,05 2,31 2,36 2,41 2,39 2,05 2,11 2,04 total 2,23 2,23 2,23 2,28 2,33 2,40 2,42 2,41 2,43 2,42 Entre 1998 et 2007, l encaissement moyen du distributeur par entrée des films français a progressé de 11,0 %, soit davantage que la moyenne des films (+8,2 %). Dans le même temps, celui des films américains a augmenté de 7,7 %, contre 11,8 % pour les films européens et 13,4 % pour les autres films. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité des films ( ) 2,50 2,40 2,30 2,20 films français films américains films européens 2,10 autres films 2,00 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité et l âge des films ( )* films français de 0 à 4 ans 2,18 2,25 2,23 2,31 2,31 2,39 2,44 2,43 2,46 2,42 films français de 5 à 19 ans 1,20 0,87 1,00 0,86 0,96 0,96 0,84 0,84 0,95 1,00 films français de 20 ans et plus 1,02 1,09 1,22 2,00 1,50 1,64 1,57 1,18 1,16 1,15 films américains de 0 à 4 ans 2,30 2,27 2,28 2,31 2,37 2,46 2,47 2,46 2,47 2,49 films américains de 5 à 19 ans 1,78 1,00 1,18 0,98 1,05 0,95 0,85 0,95 0,86 0,95 films américains de 20 ans et plus 1,67 1,45 1,24 1,96 1,77 1,63 1,38 1,48 1,13 1,21 films européens de 0 à 4 ans 2,16 2,23 2,15 2,15 2,38 2,28 2,37 2,43 2,40 2,40 films européens de 5 à 19 ans 1,02 1,06 1,19 0,98 1,18 1,00 1,15 1,14 1,01 1,08 films européens de 20 ans et plus 1,16 1,07 1,49 1,61 1,38 1,53 1,55 1,54 1,29 1,18 autres films de 0 à 4 ans 1,86 2,11 2,07 2,34 2,37 2,43 2,42 2,16 2,27 2,16 autres films de 5 à 19 ans 1,06 1,45 1,25 1,07 1,09 0,97 0,97 0,95 0,80 0,83 autres films de 20 ans et plus 2,14 1,93 1,63 1,47 1,74 1,90 2,13 1,66 1,80 2,23 total 2,23 2,23 2,23 2,28 2,33 2,40 2,42 2,41 2,43 2,42 * L âge d un film est défini comme la différence entre l année d exploitation et l année de sa première sortie en salles 8 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

9 II. L encaissement moyen par entrée pour les films inédits Dans les analyses qui suivent, l année de référence est l année de sortie des films en salles. Pour chaque film, le calcul de la recette guichet par entrée et de l encaissement distributeur par entrée repose sur l intégralité de la carrière du film en salles, quelle que soit l année au cours de laquelle ses entrées ont été réalisées. Pour chaque entrée payante réalisée sur un film inédit de 2007, 6,07 sont perçus en moyenne aux guichets des salles de cinéma. Sur cette base, chaque entrée payante réalisée sur un film inédit de 2007 rapporte 2,49 en moyenne à son distributeur. Cette valeur est en progression de 1,4 % par rapport aux films inédits de 2006 et de 11,4 % par rapport à ceux de 1998 (soit +1,2 % en moyenne par année). L augmentation de l encaissement distributeur moyen par entrée est particulièrement sensible en 2001 (+2,5 %), 2002 (+2,3 %) et 2003 (+3,0 %). Parallèlement, la recette moyenne par entrée aux guichets des salles sur les films inédits augmente de 13,0 % entre 1999 et 2008, soit + 1,4 % en moyenne par année. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée de film inédit ( ) Recette guichet/entrée ( ) 5,37 5,36 5,41 5,52 5,66 5,82 5,88 5,95 6,02 6,07 Evolution - -0,3% +0,9% +2,1% +2,5% +2,8% +1,1% +1,2% +1,1% +0,9% Encaissement/entrée ( ) 2,23 2,25 2,25 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 Evolution - +0,9% +0,1% +2,5% +2,3% +3,0% +0,4% +0,2% +0,1% +1,4% 1) Les films inédits selon leur nationalité En 2007, l encaissement distributeur moyen par entrée est légèrement plus élevé pour les films américains (2,51 ) que pour les films français (2,47 ). Il est un peu plus faible pour les films européens (2,44 ) et pour les autres films (2,29 ). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité des films inédits ( ) films français 2,14 2,26 2,25 2,30 2,33 2,40 2,43 2,45 2,45 2,47 films américains 2,29 2,26 2,29 2,32 2,37 2,47 2,47 2,47 2,46 2,51 films européens 2,07 2,27 2,11 2,25 2,40 2,26 2,38 2,42 2,43 2,44 autres films 1,79 1,80 1,99 2,41 2,40 2,47 2,36 2,15 2,34 2,29 total 2,23 2,25 2,25 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 Entre 1998 et 2007, il augmente de 15,9 % pour les films français, de 9,5 % pour les films américains, de 17,7 % pour les films européens et de 27,6 % pour les autres films. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité des films inédits ( ) 2,70 2,50 2,30 2,10 1,90 films français films américains films européens autres films 1,70 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 9

10 2) Les films inédits selon leur combinaison de sortie Pour les films inédits sortis sur au moins 20 copies, l encaissement distributeur moyen par entrée augmente à mesure de l élargissement de la combinaison de sortie. Ainsi, en 2007, les films de 20 à 49 copies affichent un encaissement moyen par entrée de 2,28, contre 2,42 pour les films de 100 à 199 copies, 2,49 pour les films de 500 à 799 copies et jusqu à 2,55 pour les films à plus de 800 copies. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon le nombre de copies des films ( ) moins de 10 copies 2,02 2,08 2,10 2,23 2,24 2,28 2,40 10 à 19 copies 2,08 2,01 2,16 2,18 2,21 2,30 2,29 20 à 49 copies 2,06 2,16 2,11 2,13 2,16 2,23 2,28 50 à 99 copies 2,08 2,23 2,14 2,20 2,23 2,23 2, à 199 copies 2,24 2,22 2,38 2,35 2,46 2,34 2, à 499 copies 2,31 2,35 2,41 2,45 2,45 2,45 2, à 799 copies 2,34 2,43 2,49 2,50 2,43 2,48 2, copies et plus 2,36 2,38 2,54 2,43 2,52 2,53 2,55 total 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 Le recueil systématique du nombre de copies dont chaque film dispose pour sa première semaine d exploitation en salles a débuté en 2001, ce qui explique l absence de données sur les années précédentes. Entre 2001 et 2007, la progression de l encaissement distributeur moyen par entrée s établit à 7,6 % tous films inédits confondus. Elle est plus marquée pour les films à faible combinaison de sortie que pour les autres (+19,1 % pour les films à moins de 10 copies, +10,2 % pour les films de 10 à 19 copies, +10,9 % pour les films de 20 à 49 copies, +16,5 % pour les films de 50 à 99 copies, +8,3 % pour les films de 100 à 199 copies, +7,6 % pour les films de 200 à 499 copies, +6,5 % pour les films de 500 à 799 copies et +8,1 % pour les films à 800 copies et plus). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon le nombre de copies des films ( ) 2,60 2,50 2,40 2,30 2,20 2,10 moins de à à à à à à et plus 2, Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

11 3) Les films inédits selon leur genre Les genres présentant les plus fortes moyennes d encaissement distributeur par entrée sont la comédie (2,44 en 2007), les films policiers/thrillers (2,53 en 2007), les films d aventures (2,55 en 2007) et les films fantastiques, d horreur et de science-fiction (2,57 en 2007). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon le genre des films ( ) animation 2,04 2,02 2,05 2,17 2,17 2,25 2,31 2,26 2,31 2,40 aventures 2,35 2,31 2,32 2,36 2,41 2,48 2,51 2,51 2,57 2,55 comédie 2,20 2,28 2,26 2,33 2,39 2,46 2,50 2,46 2,48 2,44 comédie dramatique 2,09 2,18 2,19 2,17 2,29 2,37 2,38 2,39 2,38 2,49 documentaire 1,95 1,94 1,93 2,18 2,03 2,18 2,29 2,28 2,19 2,23 drame 2,19 2,27 2,20 2,26 2,31 2,25 2,37 2,39 2,42 2,46 fantastique/horreur/science-fiction 2,30 2,29 2,35 2,36 2,45 2,57 2,51 2,50 2,54 2,57 policier /thriller 2,33 2,40 2,36 2,33 2,47 2,45 2,55 2,52 2,50 2,53 autres 2,39 1,89 2,31 2,30 2,36 2,42 2,43 2,56 2,47 2,54 total 2,23 2,25 2,25 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 Entre 1998 et 2007, l encaissement moyen des distributeurs sur une entrée a progressé pour tous les genres de films. L évolution est plus sensible pour les comédies dramatiques (+19,2 %), les films d animation (+17,5 %) et les documentaires (+14,4 %). Elle apparait en revanche inférieure à la moyenne pour les films d aventures (+8,5 %) et les films policiers et thrillers (+8,6 %). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon le genre des films ( ) 2,60 2,50 animation aventures 2,40 comédie 2,30 comédie dramatique 2,20 documentaire 2,10 2,00 1,90 drame fantastique/horreur/sciencefiction policier /thriller Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 11

12 4) Les films inédits selon leur recommandation L encaissement du distributeur sur une entrée payante est en moyenne moins élevé pour un film recommandé art et essai que pour un film non recommandé. En 2007, l écart entre films art et essai et autres films s établit à 10 centimes par entrée. Il était de 19 centimes en Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la recommandation Art et Essai des films ( ) films art et essai 2,08 2,16 2,15 2,20 2,24 2,27 2,33 2,35 2,32 2,40 autres films 2,27 2,28 2,30 2,35 2,40 2,49 2,48 2,49 2,49 2,50 total 2,23 2,25 2,25 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 En effet, l encaissement moyen par entrée a progressé de 15,3 % entre 1998 et 2007 pour les films recommandés, contre +10,1 % pour les autres films. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la recommandation Art et Essai des films ( ) 2,60 2,50 2,40 2,30 films art et essai autres films 2,20 2,10 2,00 12 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

13 III. Evolution de l encaissement distributeur par entrée au cours de la carrière des films inédits 1) Dégressivité de l encaissement par entrée de semaine en semaine Si, en moyenne, le distributeur d un film inédit de 2007 reçoit 2,49 par entrée, cette valeur dépend de la semaine d exploitation du film et du temps écoulé depuis sa date de sortie. Ainsi, l encaissement moyen du distributeur par entrée s élève à 2,66 en première semaine d exploitation, à 2,07 en cinquième semaine et à 1,74 en dixième semaine. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée de film inédit selon la semaine d exploitation ( ) S01 2,40 2,42 2,42 2,43 2,50 2,57 2,60 2,62 2,65 2,66 S02 2,40 2,39 2,41 2,43 2,48 2,56 2,57 2,60 2,62 2,61 S03 2,34 2,36 2,33 2,38 2,41 2,48 2,51 2,51 2,50 2,48 S04 2,30 2,27 2,29 2,30 2,35 2,39 2,38 2,31 2,32 2,28 S05 2,23 2,23 2,20 2,25 2,27 2,28 2,26 2,15 2,13 2,07 S06 2,19 2,06 2,12 2,13 2,10 2,11 2,15 2,00 1,97 1,96 S07 2,15 2,03 1,95 2,01 1,98 2,00 2,02 1,87 1,83 1,83 S08 2,11 1,94 1,94 1,94 1,93 1,90 1,99 1,78 1,80 1,74 S09 2,05 1,83 1,85 1,86 1,84 1,83 1,90 1,74 1,73 1,76 S10 2,00 1,78 1,83 1,71 1,80 1,78 1,84 1,68 1,71 1,74 S11 1,92 1,74 1,71 1,76 1,70 1,73 1,86 1,72 1,72 1,70 S12 1,87 1,73 1,73 1,76 1,72 1,70 1,76 1,63 1,72 1,74 S13 2,01 1,68 1,62 1,69 1,72 1,70 1,77 1,62 1,71 1,71 S14 2,06 1,62 1,66 1,68 1,66 1,58 1,74 1,58 1,72 1,58 S15 1,98 1,60 1,66 1,66 1,67 1,66 1,49 1,55 1,66 1,70 S16 1,88 1,59 1,67 1,65 1,57 1,66 1,72 1,57 1,61 1,69 S17 1,83 1,56 1,59 1,60 1,58 1,62 1,71 1,61 1,66 1,66 S18 1,74 1,62 1,57 1,55 1,58 1,62 1,71 1,57 1,68 1,63 S19 1,68 1,60 1,65 1,57 1,74 1,57 1,68 1,60 1,66 1,50 S20 1,65 1,57 1,56 1,54 1,49 1,40 1,67 1,47 1,42 1,47 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée de film inédit selon la semaine d exploitation ( ) 2,8 2,6 2,4 2,2 2,0 1,8 1, ,4 1,2 S01 S02 S03 S04 S05 S06 S07 S08 S09 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 13

14 Par rapport à la première semaine d exploitation, l encaissement du distributeur par entrée d un film inédit de 2007 baisse de 1,7 % en deuxième semaine, de 6,8 % en troisième semaine, de 14,1 % en quatrième semaine, de 22,0 % en cinquième semaine et de 26,1 % en sixième semaine. La dégressivité se poursuit tout au long de la carrière du film en salles. En dixième et en vingtième semaines d exploitation, la valeur moyenne de l encaissement distributeur par entrée des films inédits de 2007 a respectivement diminué de 34,6 % et de 44,6 % par rapport à la première semaine. Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation (%) S02-0,2-1,3-0,4-0,2-0,6-0,6-1,1-0,5-1,4-1,7 S03-2,3-2,5-3,6-2,0-3,3-3,6-3,6-4,2-5,9-6,8 S04-4,0-6,1-5,4-5,3-5,8-7,1-8,4-11,7-12,5-14,1 S05-7,2-7,9-8,7-7,4-8,9-11,4-13,0-18,0-19,9-22,0 S06-8,6-15,0-12,2-12,4-16,0-18,1-17,3-23,6-25,7-26,1 S07-10,5-16,3-19,4-17,6-20,7-22,3-22,4-28,4-31,0-30,9 S08-12,0-19,9-19,8-20,3-22,6-26,2-23,4-31,8-32,1-34,4 S09-14,7-24,3-23,6-23,6-26,5-29,0-27,1-33,6-34,7-33,9 S10-16,7-26,4-24,3-29,6-28,0-31,0-29,1-35,7-35,6-34,6 S11-20,0-28,1-29,0-27,8-31,9-32,7-28,6-34,3-35,0-35,8 S12-22,1-28,8-28,5-27,6-31,0-34,0-32,5-37,8-35,0-34,6 S13-16,4-30,7-32,8-30,4-31,3-34,0-32,1-37,9-35,4-35,7 S14-14,2-33,1-31,1-30,9-33,5-38,8-33,2-39,7-35,1-40,4 S15-17,5-34,0-31,5-31,6-33,2-35,6-42,8-40,7-37,3-35,9 S16-21,8-34,4-30,9-32,2-37,0-35,5-34,1-39,9-39,2-36,5 S17-23,6-35,5-34,3-34,5-36,9-37,0-34,3-38,3-37,3-37,6 S18-27,5-33,1-34,8-36,4-36,6-37,1-34,1-39,9-36,8-38,7 S19-29,9-34,0-31,6-35,4-30,4-38,8-35,4-38,8-37,3-43,7 S20-31,2-35,2-35,5-36,6-40,2-45,5-35,8-44,0-46,5-44,6 La dégressivité de l encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit tend à s accélérer ces dernières années, notamment pour les premières semaines d exploitation. En 1998, l encaissement moyen en troisième semaine était plus faible de 2,3 % que l encaissement moyen en première semaine. Depuis 2002, cette dégressivité est plus forte : -3,3 % en 2002, -3,6 % en 2003 et 2004, -4,2 % en 2005, -5,9 % en 2006 et -6,8 % en En quatrième et en cinquième semaines, le même phénomène peut être observé : l encaissement du distributeur sur une entrée apparait en baisse de plus en plus prononcée au fil des années, notamment depuis Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation (%) 0,0-5,0-10,0-15,0-20,0-25,0 S02 S03 S04 S Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

15 2) Dégressivité en fonction de la nationalité des films En première semaine d exploitation, l encaissement moyen distributeur par entrée sur un film français inédit s élève à 2,65, contre 2,68 pour un film américain, 2,60 pour un film européen et 2,33 pour un film d une autre nationalité. Toutes nationalités confondues, il s élève à 2,66. En cinquième semaine, l encaissement moyen par entrée s élève à 2,00 pour les films français, 2,09 pour les films américains, 2,19 pour les films européens et 2,04 pour les autres films (2,07 touts nationalités confondues). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit de 2007 selon la nationalité ( ) films français films américains films européens autres films tous films 2007 S01 2,65 2,68 2,60 2,55 2,66 S02 2,60 2,64 2,55 2,55 2,61 S03 2,45 2,49 2,50 2,33 2,48 S04 2,26 2,27 2,39 2,13 2,28 S05 2,00 2,09 2,19 2,04 2,07 S06 2,00 1,92 2,02 1,97 1,96 S07 1,91 1,77 1,80 1,98 1,83 S08 1,87 1,60 1,80 1,88 1,74 S09 1,86 1,65 1,79 1,94 1,76 S10 1,85 1,65 1,71 1,90 1,74 S11 1,82 1,65 1,58 1,87 1,70 S12 1,81 1,66 1,67 1,82 1,74 S13 1,80 1,57 1,76 1,96 1,71 S14 1,54 1,52 1,79 1,90 1,58 S15 1,76 1,61 1,70 1,77 1,70 S16 1,69 1,63 1,73 1,64 1,69 S17 1,70 1,55 1,68 1,67 1,66 S18 1,68 1,44 1,71 1,79 1,63 S19 1,49 1,40 1,53 1,94 1,50 S20 1,52 1,24 1,63 1,89 1,47 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit de 2007 selon la nationalité ( ) 2,80 2,60 2,40 2,20 2,00 1,80 films français films américains films européens autres films tous films ,60 1,40 1,20 S01 S02 S03 S04 S05 S06 S07 S08 S09 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 15

16 En 2007, au cours des trois premières semaines d exploitation en salles, l encaissement distributeur par entrée décroit un peu plus rapidement pour les films français (-1,9 % en semaine 2, -7,6 % en semaine 3) que pour les films américains (-1,5 % en semaine 2, -7,1 % en semaine 3). Cette tendance s inverse à partir de la quatrième semaine, et plus encore après la cinquième semaine. En septième semaine, l encaissement par entrée des films français a diminué de 27,9 % par rapport à la première semaine et celui des films américains a reculé de 34,0 %. Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation selon la nationalité des films inédits de 2007 (%) films français films américains films européens autres films tous films 2007 S02-1,9-1,5-1,9-0,2-1,7 S03-7,6-7,1-3,9 +0,0-6,8 S04-14,7-15,3-8,1-8,6-14,1 S05-24,5-22,0-15,8-12,5-22,0 S06-24,5-28,4-22,3-15,5-26,1 S07-27,9-34,0-30,8-15,0-30,9 S08-29,4-40,3-30,8-19,3-34,4 S09-29,8-38,4-31,2-16,7-33,9 S10-30,2-38,4-34,2-18,5-34,6 S11-31,3-38,4-39,2-19,7-35,8 S12-31,7-38,1-35,8-21,9-34,6 S13-32,1-41,4-32,3-15,9-35,7 S14-41,9-43,3-31,2-18,5-40,4 S15-33,6-39,9-34,6-24,0-35,9 S16-36,2-39,2-33,5-29,6-36,5 S17-35,9-42,2-35,4-28,3-37,6 S18-36,6-46,3-34,2-23,2-38,7 S19-43,8-47,8-41,2-16,7-43,7 S20-42,6-53,7-37,3-18,9-44,6 Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation selon la nationalité des films inédits de 2007 (%) 0,0 S02 S03 S04 S05 S06 S07-10,0-20,0-30,0 films français films américains films européens autres films tous films ,0 16 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

17 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film français ( ) S01 2,42 2,45 2,43 2,44 2,48 2,57 2,60 2,62 2,64 2,65 S02 2,36 2,36 2,36 2,45 2,47 2,54 2,57 2,60 2,64 2,60 S03 2,37 2,36 2,29 2,41 2,41 2,47 2,54 2,52 2,54 2,45 S04 2,31 2,30 2,27 2,33 2,34 2,37 2,42 2,30 2,40 2,26 S05 2,21 2,21 2,24 2,27 2,22 2,25 2,28 2,14 2,19 2,00 S06 2,18 2,02 2,14 2,21 2,08 2,09 2,14 1,99 2,06 2,00 S07 2,15 2,01 2,03 2,02 1,93 1,95 2,10 1,89 1,85 1,91 S08 2,03 1,94 1,97 2,02 1,98 1,89 2,09 1,83 1,80 1,87 S09 1,93 1,89 1,87 1,93 1,92 1,80 2,00 1,82 1,71 1,86 S10 1,87 1,83 1,81 1,70 1,88 1,78 1,98 1,76 1,66 1,85 S11 1,64 1,80 1,75 1,82 1,80 1,72 1,97 1,76 1,72 1,82 S12 1,55 1,77 1,72 1,86 1,78 1,66 1,81 1,59 1,69 1,81 S13 1,82 1,74 1,44 1,73 1,75 1,72 1,83 1,69 1,69 1,80 S14 1,80 1,64 1,65 1,69 1,71 1,53 1,79 1,62 1,72 1,54 S15 1,76 1,70 1,65 1,69 1,70 1,69 1,42 1,63 1,61 1,76 S16 1,72 1,66 1,70 1,67 1,61 1,68 1,83 1,58 1,58 1,69 S17 1,70 1,54 1,57 1,66 1,52 1,65 1,74 1,63 1,67 1,70 S18 1,65 1,66 1,66 1,58 1,55 1,62 1,74 1,60 1,69 1,68 S19 1,66 1,61 1,75 1,60 1,57 1,64 1,75 1,67 1,68 1,49 S20 1,59 1,57 1,71 1,60 1,46 1,45 1,71 1,61 1,42 1,52 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film américain ( ) S01 2,40 2,40 2,41 2,42 2,49 2,57 2,60 2,61 2,66 2,68 S02 2,41 2,40 2,43 2,44 2,47 2,56 2,59 2,61 2,59 2,64 S03 2,35 2,36 2,34 2,34 2,39 2,48 2,49 2,51 2,46 2,49 S04 2,31 2,24 2,30 2,27 2,35 2,40 2,40 2,30 2,26 2,27 S05 2,25 2,22 2,21 2,24 2,30 2,30 2,26 2,10 2,05 2,09 S06 2,21 2,05 2,13 2,05 2,07 2,12 2,16 1,94 1,87 1,92 S07 2,16 2,02 1,92 1,98 2,00 2,04 2,01 1,84 1,76 1,77 S08 2,16 1,94 1,95 1,84 1,89 1,88 1,90 1,74 1,77 1,60 S09 2,11 1,83 1,86 1,78 1,77 1,83 1,81 1,73 1,72 1,65 S10 2,08 1,74 1,86 1,72 1,69 1,73 1,69 1,71 1,75 1,65 S11 2,10 1,70 1,71 1,66 1,64 1,71 1,73 1,73 1,69 1,65 S12 2,13 1,69 1,77 1,62 1,64 1,71 1,68 1,64 1,69 1,66 S13 2,16 1,63 1,74 1,63 1,67 1,69 1,65 1,61 1,67 1,57 S14 2,21 1,57 1,72 1,66 1,56 1,57 1,63 1,47 1,68 1,52 S15 2,14 1,50 1,69 1,54 1,57 1,60 1,63 1,39 1,65 1,61 S16 2,07 1,63 1,68 1,57 1,44 1,59 1,46 1,59 1,63 1,63 S17 2,00 1,52 1,59 1,43 1,53 1,51 1,62 1,68 1,63 1,55 S18 1,90 1,56 1,53 1,47 1,53 1,55 1,63 1,56 1,65 1,44 S19 1,76 1,56 1,66 1,48 1,41 1,43 1,48 1,55 1,57 1,40 S20 1,78 1,51 1,43 1,35 1,43 1,48 1,51 1,28 1,33 1,24 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 17

18 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film européen ( ) S01 2,38 2,47 2,38 2,46 2,55 2,56 2,58 2,63 2,69 2,60 S02 2,37 2,46 2,31 2,26 2,55 2,55 2,52 2,60 2,64 2,55 S03 2,26 2,38 2,34 2,41 2,45 2,42 2,50 2,51 2,49 2,50 S04 2,23 2,41 2,26 2,33 2,39 2,29 2,21 2,37 2,25 2,39 S05 2,13 2,37 2,04 2,17 2,27 2,18 2,28 2,27 2,19 2,19 S06 2,13 2,25 2,01 2,07 2,18 1,98 2,19 2,14 1,94 2,02 S07 2,03 2,12 1,87 1,91 2,05 2,03 1,83 1,92 1,94 1,80 S08 1,93 1,97 1,81 1,80 1,92 1,98 1,92 1,77 1,95 1,80 S09 1,87 1,89 1,74 1,75 1,88 1,91 1,83 1,61 1,91 1,79 S10 1,78 1,81 1,71 1,73 1,89 1,86 1,77 1,48 1,87 1,71 S11 1,71 1,74 1,65 1,69 1,58 1,85 1,72 1,67 1,78 1,58 S12 1,71 1,75 1,62 1,69 1,77 1,82 1,80 1,67 1,88 1,67 S13 1,68 1,71 1,60 1,77 1,82 1,83 1,78 1,52 1,84 1,76 S14 1,68 1,73 1,43 1,59 1,65 1,67 1,71 1,58 1,82 1,79 S15 1,60 1,72 1,51 1,65 1,76 1,75 1,69 1,54 1,83 1,70 S16 1,57 1,42 1,53 1,56 1,79 1,78 1,70 1,53 1,77 1,73 S17 1,57 1,69 1,52 1,55 1,79 1,79 1,56 1,51 1,71 1,68 S18 1,57 1,70 1,47 1,55 1,78 1,70 1,61 1,51 1,67 1,71 S19 1,56 1,69 1,39 1,60 1,80 1,64 1,56 1,53 1,74 1,53 S20 1,54 1,66 1,47 1,49 1,66 1,34 1,54 1,49 1,72 1,63 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film d autre nationalité ( ) S01 2,40 2,38 2,41 2,50 2,51 2,59 2,61 2,57 2,56 2,55 S02 2,32 2,36 2,40 2,42 2,55 2,63 2,53 2,45 2,52 2,55 S03 2,22 2,34 2,30 2,45 2,53 2,61 2,43 1,96 2,34 2,33 S04 2,09 2,26 2,18 2,42 2,45 2,48 2,25 2,08 2,05 2,13 S05 2,00 2,15 2,08 2,35 2,36 2,36 2,06 2,00 2,05 2,04 S06 1,97 1,96 1,99 2,24 2,26 2,22 1,93 1,94 1,89 1,97 S07 1,93 1,87 1,94 2,10 2,10 2,05 1,88 1,88 1,93 1,98 S08 1,85 1,84 1,86 1,95 1,97 1,93 1,87 1,83 1,71 1,88 S09 1,87 1,21 1,87 1,83 1,73 1,80 1,79 1,75 1,89 1,94 S10 1,97 1,72 1,79 1,78 1,79 1,82 1,86 2,10 1,87 1,90 S11 1,73 1,75 1,80 1,73 1,54 1,67 1,77 1,62 1,91 1,87 S12 1,91 1,79 1,63 1,72 1,81 1,68 1,58 1,67 1,89 1,82 S13 1,93 1,65 1,66 1,55 1,63 1,53 1,71 1,83 1,89 1,96 S14 1,97 1,79 1,73 1,74 1,78 1,62 1,79 1,92 1,80 1,90 S15 1,89 1,73 1,66 1,78 1,74 1,55 1,74 1,86 1,83 1,77 S16 1,99 1,60 1,72 1,72 1,67 1,61 1,87 1,63 1,66 1,64 S17 1,76 1,65 1,71 1,68 1,74 1,57 1,78 1,72 1,62 1,67 S18 1,55 1,59 1,63 1,56 1,73 1,57 1,73 1,66 1,67 1,79 S19 1,98 1,49 1,58 1,53 4,47 1,58 1,77 1,60 1,74 1,94 S20 1,86 1,59 1,55 1,64 1,62 1,34 1,77 1,61 1,71 1,89 18 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

19 3) Dégressivité en fonction de la combinaison de sortie des films A partir de 10 copies, l encaissement moyen perçu par le distributeur pour une entrée en première semaine d exploitation sur un film inédit de 2007 est de plus en plus élevé à mesure que sa combinaison de sortie s élargit. Il s établit à 2,47 pour un film disposant de 10 à 19 copies, à 2,60 pour un film de 50 à 99 copies, à 2,67 pour un film de 200 à 799 copies et à 2,68 pour un film à plus de 800 copies. En cinquième semaine, cette corrélation ne se vérifie plus totalement : les films disposant de 100 à 199 copies (2,07 par entrée) et les films de 200 à 499 copies (1,98 par entrée) rapportent moins à leurs distributeurs que les films à combinaison de sortie plus restreinte (2,10 par entrée pour les films de 20 à 49 copies, 2,13 par entrée pour les films de 50 à 99 copies). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit de 2007 selon le nombre de copies ( ) <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 499 copies 500 à 799 copies 800 copies et plus tous films 2007 S01 2,60 2,59 2,47 2,48 2,60 2,62 2,67 2,67 2,68 2,66 S02 2,60 2,53 2,40 2,30 2,52 2,54 2,64 2,65 2,61 2,61 S03 2,44 2,32 2,25 2,27 2,52 2,33 2,38 2,56 2,63 2,48 S04 2,22 2,15 2,12 2,18 2,27 2,11 2,12 2,38 2,47 2,28 S05 2,18 2,03 2,04 2,10 2,13 2,07 1,98 2,11 2,12 2,07 S06 2,22 2,02 2,00 2,05 2,01 1,99 1,87 1,99 2,03 1,96 S07 2,16 1,98 1,95 2,02 2,02 1,84 1,79 1,80 1,86 1,83 S08 2,00 2,02 1,97 2,00 2,05 1,86 1,81 1,60 1,56 1,74 S09 2,04 1,91 1,96 1,99 2,00 1,87 1,74 1,63 1,69 1,76 S10 2,17 2,10 1,88 1,94 1,98 1,91 1,63 1,66 1,59 1,74 S11 1,98 2,11 1,93 1,95 1,92 1,76 1,59 1,64 1,49 1,70 S12 1,91 1,96 1,97 1,94 1,96 1,81 1,55 1,62 1,57 1,74 S13 2,08 2,24 1,92 1,91 1,93 1,73 1,69 1,55 1,60 1,71 S14 2,24 2,04 2,02 1,83 1,63 1,71 1,37 1,53 1,57 1,58 S15 2,09 1,90 1,78 1,76 1,93 1,71 1,56 1,55 1,59 1,70 S16 2,03 1,94 1,91 1,68 1,90 1,72 1,53 1,56 1,55 1,69 S17 2,26 2,29 1,69 1,70 1,88 1,68 1,53 1,52 1,35 1,66 S18 2,39 2,02 1,82 1,66 1,77 1,73 1,52 1,43 1,30 1,63 S19 2,18 2,04 1,60 1,78 1,78 1,54 1,54 1,23 1,03 1,50 S20 1,99 1,84 1,84 1,39 1,83 1,68 1,53 1,16 1,29 1,47 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit de 2007 selon le nombre de copies ( ) 2,80 2,60 2,40 2,20 2,00 1,80 1,60 1,40 1,20 <5 5 à 9 10 à à à à à à et plus 1,00 S01 S02 S03 S04 S05 S06 S07 S08 S09 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 19

20 Dès la troisième semaine d exploitation des films inédits de 2007, la diminution de l encaissement moyen par entrée apparait plus prononcée pour les films disposant de 100 à 499 copies (-11,9 % par rapport à la première semaine en semaine 3) que pour les autres films. Cette décroissance est également rapide pour les films comptant 5 à 9 copies. L encaissement distributeur par entrée diminue relativement moins vite pour les films à plus de 500 copies. Entre 500 et 799 copies, il a perdu 4,0 % en semaine 3 de sa valeur initiale et 20,9 % en semaine 5 par rapport à sa valeur initiale (respectivement -1,7 % et -20,6 % pour les films à plus de 800 copies). Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation selon le nombre de copies des films inédits de 2007 (%) <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 499 copies 500 à 799 copies 800 copies et plus tous films 2007 S02-0,1-2,3-2,9-7,0-3,2-3,0-1,2-0,9-2,4-1,7 S03-6,1-10,4-8,8-8,1-3,1-11,0-11,0-4,0-1,7-6,8 S04-14,8-16,9-14,4-12,0-12,7-19,2-20,4-10,9-7,6-14,1 S05-16,0-21,8-17,3-15,4-18,3-20,9-25,8-20,9-20,6-22,0 S06-14,5-22,0-19,1-17,2-23,0-23,8-30,0-25,6-24,2-26,1 S07-16,8-23,8-21,1-18,3-22,6-29,5-32,9-32,4-30,3-30,9 S08-23,2-22,0-20,5-19,2-21,4-28,7-32,3-40,0-41,5-34,4 S09-21,7-26,1-20,7-19,5-23,0-28,5-34,6-39,1-36,9-33,9 S10-16,6-18,9-23,9-21,7-23,9-27,0-38,8-37,9-40,6-34,6 S11-23,7-18,6-21,8-21,1-26,3-32,8-40,3-38,8-44,1-35,8 S12-26,4-24,2-20,3-21,6-24,5-30,8-41,7-39,1-41,4-34,6 S13-19,9-13,4-22,2-22,7-25,8-33,8-36,5-42,0-40,2-35,7 S14-13,9-21,3-18,4-26,1-37,5-34,7-48,8-42,8-41,5-40,4 S15-19,5-26,8-28,0-29,0-25,7-34,6-41,5-41,9-40,5-35,9 S16-22,0-25,3-22,8-32,4-27,1-34,4-42,8-41,4-42,2-36,5 S17-12,9-11,7-31,5-31,4-27,7-35,9-42,8-43,1-49,5-37,6 S18-8,0-21,9-26,4-33,1-32,1-33,9-43,1-46,5-51,2-38,7 S19-16,1-21,4-35,4-28,1-31,8-41,0-42,2-54,1-61,4-43,7 S20-23,4-28,9-25,7-43,9-29,9-35,6-42,8-56,6-51,7-44,6 Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation selon le nombre de copies des films inédits de 2007 (%) 0,0 S02 S03 S04 S05 S06 S07-5,0-10,0-15,0-20,0-25,0-30,0 <5 5 à 9 10 à à à à à à et plus tous films ,0 20 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

L appareil statistique du CNC Louis Gauthier, chargé d études international Direction des études, des statistiques et de la prospective

L appareil statistique du CNC Louis Gauthier, chargé d études international Direction des études, des statistiques et de la prospective Le 20 juin 2013 L appareil statistique du CNC Louis Gauthier, chargé d études international Direction des études, des statistiques et de la prospective L utilité des statistiques La nécessité d avoir un

Plus en détail

les études du CNC mars 2012 les coûts de production des films en 2011

les études du CNC mars 2012 les coûts de production des films en 2011 les études du CNC mars 2012 les coûts de production des films en 2011 films d initiative française ayant reçu l agrément de production en 2011 Centre national du cinéma et de l image animée Direction des

Plus en détail

La promotion des films. Analyse en données brutes

La promotion des films. Analyse en données brutes La promotion des Analyse en données brutes Juillet 2007 Sommaire Synthèse... 3 Méthodologie... 5 1. Les en salles : plus de 80 % des bénéficient d une exposition publicitaire... 6 2. L affichage : support

Plus en détail

les études du CNC mars 2013 les coûts de production des films en 2012

les études du CNC mars 2013 les coûts de production des films en 2012 les études du CNC mars 2013 les coûts de production des films en 2012 films d initiative française ayant reçu l agrément de production en 2012 Centre national du cinéma et de l image animée Direction des

Plus en détail

les études du CNC décembre 2013 l économie des films français

les études du CNC décembre 2013 l économie des films français les études du CNC décembre 2013 l économie des films français Cette étude a été réalisée par la Direction des études, des statistiques et de la prospective Centre national du cinéma et de l image animée

Plus en détail

TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS

TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS 1/11 TABLE DES MATIERES UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES DRAMATIQUES / SPECTACLES DE VARIETES...

Plus en détail

le court métrage en 2013

le court métrage en 2013 les études du CNC février 2015 le court métrage en 2013 production et diffusion Le CNC tient à remercier UniFrance films, France Télévisions, Arte, Canal+ et l Agence du court métrage pour leurs contributions

Plus en détail

L économie des abonnements à entrées illimitées au cinéma

L économie des abonnements à entrées illimitées au cinéma L économie des abonnements à entrées illimitées au cinéma Avril 2008 Cette étude à été réalisée par : U+me Eric Marti 71 boulevard Gouvion-Saint-Cyr - 75017 Paris Centre national de la cinématographie

Plus en détail

Présentation du contexte du financement de l Industrie du Cinéma en France, et de ses particularités comptables

Présentation du contexte du financement de l Industrie du Cinéma en France, et de ses particularités comptables Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Chers Amis, Je suis flattée et honorée que le Président Jean-Jacques PERQUEL m ait sollicitée pour participer aujourd hui à la rencontre organisée par l ACADEMIE

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique

Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Loi N 60-19 du 27 juillet 1960(2 safar 1380), portant réglementation de l Industrie Cinématographique Au nom du peuple, Nous, Habib Bourguiba, Président de la République Tunisienne, L Assemblée Nationale

Plus en détail

Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage

Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage Journée professionnelle des auteurs de doublage et de sous-titrage Procédures et Données Économiques Journée des auteurs de doublage et de sous-titrage Les auteurs de doublage et de sous-titrage à la SACEM

Plus en détail

Utiliser de la musique dans vos vidéos

Utiliser de la musique dans vos vidéos Utiliser de la musique dans vos vidéos DVD/web reportage/film institutionnel Marc Chesneau VOUS SOUHAITEZ UTILISER DE LA MUSIQUE POUR UNE VIDEO : COMMENT CHOISIR? MUSIQUE DU RÉPERTOIRE GÉNÉRAL La Sacem

Plus en détail

Le Public du cinéma Art et Essai

Le Public du cinéma Art et Essai Le Public du cinéma octobre 2006 2 Le Public du cinéma Cette étude a été réalisée par : Département cinéma 55-63, rue Anatole France 92532 Levallois Perret Cedex Tél. : 01.47.58.97.58 www.mediametrie.fr

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Vidéo C H I F F R E S C L É S 2 0 1 1 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles

Plus en détail

Le Service de l exploitation du CNC assure l'instruction de la procédure d'octroi des aides sélectives.

Le Service de l exploitation du CNC assure l'instruction de la procédure d'octroi des aides sélectives. AIDE SELECTIVE A LA CREATION ET MODERNISATION DES SALLES(CNC) Favoriser le maintien d'un parc de salles de cinéma dans les régions insuffisamment desservies tant du point de vue de de l'accès au film que

Plus en détail

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE ETABLISSEMENTS CONCERNES Établissements de santé assurant, avec ou sans hébergement, des soins de courte durée, des soins de suite

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE

REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE REGLEMENT DU FONDS REGIONAL D AIDE A LA PRODUCTION CINEMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Les objectifs Ce fonds a pour objectifs de soutenir l écriture, le développement et la production d œuvres produites

Plus en détail

la vidéo physique, les pratiques, l équipement, la vidéo à la demande, la télévision de rattrapage

la vidéo physique, les pratiques, l équipement, la vidéo à la demande, la télévision de rattrapage les dossiers du CNC nº 325 mars 2013 le marché de la vidéo la vidéo physique, les pratiques, l équipement, la vidéo à la demande, la télévision de rattrapage les dossiers du CNC nº 325 mars 2013 le

Plus en détail

GUIDE DE LA RETRAITE 2015 DES AUTEURS DRAMATIQUES, DU SPECTACLE VIVANT, ET DES AUTEURS DE FILMS À L USAGE DES AUTEURS ET PRODUCTEURS

GUIDE DE LA RETRAITE 2015 DES AUTEURS DRAMATIQUES, DU SPECTACLE VIVANT, ET DES AUTEURS DE FILMS À L USAGE DES AUTEURS ET PRODUCTEURS GUIDE DE LA RETRAITE 2015 DES AUTEURS DRAMATIQUES, DU SPECTACLE VIVANT, ET DES AUTEURS DE FILMS À L USAGE DES AUTEURS ET PRODUCTEURS LA RETRAITE DES AUTEURS DRAMATIQUES, DU SPECTACLE VIVANT, ET DES AUTEURS

Plus en détail

Le court métrage. www.csa.fr

Le court métrage. www.csa.fr Le court métrage www.csa.fr I- Rappels juridiques et contexte 1. Définition du court métrage Le court métrage est une œuvre dont la définition apparaît en «creux» à travers les articles 2, 3 et 4 du décret

Plus en détail

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014 Direction des programmes DPAC Novembre 2014 Sommaire Services assujettis à la contribution réglementaire Définitions et obligations Assiettes et contribution réglementaire Ensemble des services de télévision

Plus en détail

les études du CNC mars 2015

les études du CNC mars 2015 les études du CNC mars 2015 le marché de la vidéo en 2014 Centre national du cinéma et de l image animée 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55 www.cnc.fr Benoît

Plus en détail

Pratiques de la VOD en France

Pratiques de la VOD en France Pratiques de la VOD en France Décembre 2006 Cette étude a été réalisée par : Novatris Sophie Dupouy, Isabelle Maurice 5-7 rue de Sahel 75012 Paris Tél. : 01.44.87.60.30 Fax : 01.44.87.60.31 www.novatris.com

Plus en détail

Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012

Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012 Évaluation économique et sociale du périmètre d intervention du CNC en 2012 octobre 2013 Créé en 1958, le BIPE est une société d études économiques et de conseil en stratégie auprès des grandes entreprises

Plus en détail

Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015

Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015 La Maison des Artistes www.secuartsgraphiquesetplastiques.org Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015 2013 IMPORTANT : Même si vous

Plus en détail

Fédération canadienne des musiciens

Fédération canadienne des musiciens Fédération canadienne des musiciens Une organisation de la Fédération américaine des musiciens des États-Unis et du Canada 150 Ferrand Drive, Bureau 202, Toronto, ON M3C 3E5 Téléphone : (416) 391-5161

Plus en détail

La Maison des Artistes SÉCURITÉ SOCIALE 60, rue du Faubourg Poissonnière 75484 Paris Cedex 10 Té l. : 01 53 35 83 63 Fax : 01 44 89 92 77

La Maison des Artistes SÉCURITÉ SOCIALE 60, rue du Faubourg Poissonnière 75484 Paris Cedex 10 Té l. : 01 53 35 83 63 Fax : 01 44 89 92 77 La Maison des Artistes www.secuartsgraphiquesetplastiques.org Notice explicative déclaration de revenus et d activités 2012 IMPORTANT : Même si vous ne déclarez pas de revenu artistique en 2012 ou si vous

Plus en détail

La Maison des Artistes SÉCURITÉ SOCIALE

La Maison des Artistes SÉCURITÉ SOCIALE www.secuartsgraphiquesetplastiques.org Notice explicative déclaration de revenus et d activités IMPORTANT : Même si vous ne déclarez pas de revenu artistique en ou si vous avez cessé votre activité artistique,

Plus en détail

AIDES «MUSIQUE ET AUDIOVISUEL»

AIDES «MUSIQUE ET AUDIOVISUEL» AIDES «MUSIQUE ET» LA PRODUCTION DE VIDÉO LA MUSIQUE À L IMAGE NOVEMBRE 2010 FCM (Fonds pour la Création Musicale) Aide aux vidéomusiques Prime à l investissement www.lefcm.org Commission, validation par

Plus en détail

les études du CNC avril 2014

les études du CNC avril 2014 les études du CNC avril 2014 la production audiovisuelle aidée en 2013 Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et de la création numérique et la Direction des études,

Plus en détail

Le rôle d Internet dans le marketing des films Benoît DANARD Directeur des études, Des statistiques et de la prospective

Le rôle d Internet dans le marketing des films Benoît DANARD Directeur des études, Des statistiques et de la prospective Le 18 mai 2013 Le rôle d Internet dans le marketing des films Benoît DANARD Directeur des études, Des statistiques et de la prospective Progression des dépenses publicitaires En dix ans trois fois plus

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Cahier des charges du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma

Cahier des charges du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma Cahier des charges du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma délégation au développement et aux affaires internationales centre national de la cinematographie direction de la création, des territoires

Plus en détail

l économie de la télévision

l économie de la télévision les études du CNC septembre 2012 l économie de la télévision financements, audience, programmes Centre national du cinéma de l image animée Direction des études, des statistiques et de la prospective 12,

Plus en détail

bilan 2014 production, promotion et diffusion cinématographiques et audiovisuelles CENTRE DU CINÉMA ET DE L AUDIOVISUEL

bilan 2014 production, promotion et diffusion cinématographiques et audiovisuelles CENTRE DU CINÉMA ET DE L AUDIOVISUEL bilan 2014 production, promotion et diffusion cinématographiques et audiovisuelles CENTRE DU CINÉMA ET DE L AUDIOVISUEL CENTRE DU CINÉMA ET DE L AUDIOVISUEL 6 Table des matières Introduction générale...

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

CM DOC F-TV ANIM MMEDIA

CM DOC F-TV ANIM MMEDIA CINEMA AUDIOVISUEL LM CM DOC F-TV ANIM MMEDIA RÉGION FRANCHE-COMTÉ VOTRE INTERLOCUTEUR Conseil régional de Franche-Comté Amandine THÉVENIN Chargée de mission cinéma et audiovisuel cinema-et-audiovisuel@franche-comte.fr

Plus en détail

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF

éclairages Le Contrat de sécurisation professionnelle LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 10 AVRIL 2015 LICENCIÉS ÉCONOMIQUES ET CSP : ANALYSE COMPARÉE PROFIL DES BÉNÉFICIAIRES ET SORTIE DU DISPOSITIF Parmi les licenciés économiques, ceux qui ont bénéficié du

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS

GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS 2014 IRCEC - Caisse nationale de retraite complémentaire des artistes auteurs GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS 2014 L IRCEC Votre cotisation RAAP Votre

Plus en détail

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION 4 avril 2006 ATTENTION, TRAVAUX! LE THÉÂTRE, LIEU D ÉCHANGE Attention, travaux! est une pièce de théâtre, écrite, mise en scène et jouée pour les 20 000 collaborateurs

Plus en détail

Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation

Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation Janvier 14 Le Médiateur du cinéma Examen de l exécution en 2012 des engagements de programmation L e M é d i a t e u r d u c i n é m a 3, r u e B o i s s i è r e. 7 5 1 1 6 P a r i s 1 Examen de l exécution

Plus en détail

Contrat de promotion locale

Contrat de promotion locale Entre les soussignés Raison sociale de l entreprise : Adresse du siège social : Téléphone : Numéro de Siret : Numéro de licence d entrepreneur du spectacle : Représentée par, en sa qualité de Ci-après

Plus en détail

FISCALITÉ DES VÉHICULES D ENTREPRISE F I S C A L I T É

FISCALITÉ DES VÉHICULES D ENTREPRISE F I S C A L I T É TVA Véhicules utilitaires : récupérable pour les entreprises assujetties à la TVA. En LLD et Crédit Bail, la TVA peut également être récupérée sur les véhicules dérivés. En achat comptant et crédit classique,

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS 1 SECRETARIAT GENERAL S.G-04-70 Objet : Autoriser le maire de Paris à signer une convention relative à l attribution d une subvention à l association «F.F.G.L.P.» située 8 rue du Repos 75020 Paris, afin

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX 1 Ouverture et détention du Livret Grand Prix 1.1 Conditions d ouverture et de détention Le Livret Grand Prix est un compte d épargne. Il peut être ouvert par : toute

Plus en détail

OBJET : Aide en faveur des entreprises d élevage piscicole pour l enlèvement et l élimination des animaux trouvés morts

OBJET : Aide en faveur des entreprises d élevage piscicole pour l enlèvement et l élimination des animaux trouvés morts DECISION DU DIRECTEUR GENERAL DE FRANCEAGRIMER Animation des filières Service Entreprises et Marchés 12 rue Henri Rol-Tanguy TSA 20002 93555 Montreuil s/ Bois cedex Dossier suivi par : Anne Sophie Marceau

Plus en détail

Rapport du groupe de travail sur le modèle économique du cinéma numérique

Rapport du groupe de travail sur le modèle économique du cinéma numérique Rapport du groupe de travail sur le modèle économique du cinéma numérique 23 avril 2008 S O M M A I R E I. INTRODUCTION... 3 II. IDENTIFICATION DES COUTS LIES A L INTRODUCTION DE LA PROJECTION NUMERIQUE

Plus en détail

L impôt des sociétés. Les différentes sortes de sociétés. Types de revenus. Calcul de l impôt fédéral

L impôt des sociétés. Les différentes sortes de sociétés. Types de revenus. Calcul de l impôt fédéral L impôt des sociétés Calcul de l impôt fédéral Les différentes sortes de sociétés La société publique; La société privée; La société privée sous contrôle canadien (SPCC) Préparé par Guy Grégoire Hiver

Plus en détail

*MODE D EMPLOI DU CONTRAT

*MODE D EMPLOI DU CONTRAT *MODE D EMPLOI DU CONTRAT DE PRODUCTION AUDIOVISUELLE / REALISATION Introduction - Utilisation du modèle de contrat Scam Le modèle de contrat Scam ne peut vous avoir été délivré que par la Scam, par le

Plus en détail

A partir du module d assistance au changement de taux de TVA, appuyer sur le premier bouton «Création des comptes de TVA à 7 %»

A partir du module d assistance au changement de taux de TVA, appuyer sur le premier bouton «Création des comptes de TVA à 7 %» Le changement du taux de TVA de 5,50 % à 7 % Vu le nombre de clients équipés du logiciel ARLEQUIN et le peu de temps restant avant le passage au nouveau taux, nous vous demandons d effectuer au plus vite

Plus en détail

le marché de la vidéo

le marché de la vidéo les dossiers du CNC nº 321 mars 2012 une publication du Centre national du cinéma et de l image animée 12 rue de Lübeck 75784 Paris Cedex 16 www.cnc.fr direction des études, des statistiques et de la prospective

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le régime fiscal des entreprises culturelles (Dossier réalisé par Sébastien Desitter, In Extenso Rhône- Alpes) La plupart des associations redoutent de passer sous un régime

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

*Commune :... Canton :... Intercommunalité :... moins de 12 ans de 12 à 18 ans de 19 à 25 ans + 25 ans

*Commune :... Canton :... Intercommunalité :... moins de 12 ans de 12 à 18 ans de 19 à 25 ans + 25 ans DEMANDE DE SUBVENTION 2016 CHORALES ET ENSEMBLES VOCAUX Dossier à retourner : avant le lundi 15 février 2016 *Commune :... Canton :... Intercommunalité :... *Nom de la structure... (sans abréviation)...

Plus en détail

RECOMMANDATION RELATIVE AUX LUNETTES «3D»

RECOMMANDATION RELATIVE AUX LUNETTES «3D» RECOMMANDATION RELATIVE AUX LUNETTES «3D» Le renouveau de l offre de films en trois dimensions (format dit «3D») et le succès qu elle a pu rencontrer auprès des spectateurs ces derniers mois («Avatar»,

Plus en détail

Le marché de l animation. Télévision et cinéma, production, diffusion, audience

Le marché de l animation. Télévision et cinéma, production, diffusion, audience Le marché de l animation Télévision et cinéma, production, diffusion, audience Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction de l audiovisuel et la Direction des études, des statistiques et

Plus en détail

Le jour le plus Court

Le jour le plus Court Le jour le plus Court La fête du court métrage pilotée par le Centre national du cinéma et de l image animée est parrainée par Jeanne Moreau, Jacques Perrin, Mélanie Laurent et Michel Gondry. Le 21 décembre

Plus en détail

Caisse nationale de retraite complémentaire des artistes auteurs GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS

Caisse nationale de retraite complémentaire des artistes auteurs GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS Caisse nationale de retraite complémentaire des artistes auteurs GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS 2015 GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS 2015 L IRCEC Votre cotisation RAAP Votre cotisation

Plus en détail

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte

Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Le déploiement du THD : enjeux et perspectives au regard des usages. Une approche quantitative. Michaël Bourgatte Composition de l échantillon : 1 ère vague de recrutement : 1004 foyers, soit 2440 individus

Plus en détail

GUIDE DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE DES AUTEURS ET COMPOSITEURS D ŒUVRES MUSICALES

GUIDE DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE DES AUTEURS ET COMPOSITEURS D ŒUVRES MUSICALES GUIDE DE LA RETRAITE DES AUTEURS ET COMPOSITEURS D ŒUVRES MUSICALES 2014 Chères Consœurs, Chers Confrères, Suite à la grande réforme diligentée par le gouvernement à propos des Caisses de Retraite, le

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD 1 / 11 ENTRE

PROTOCOLE D ACCORD 1 / 11 ENTRE PROTOCOLE D ACCORD ENTRE - La SOCIETE CIVILE DES AUTEURS REALISATEURS PRODUCTEURS (ARP) 7 avenue de Clichy - 75017 Paris Représentée par son président, Monsieur Radu Mihaileanu - LA SOCIETE DES AUTEURS

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/02.783 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL POUR LA CULTURE ET LE PATRIMOINE Stratégie régionale pour le cinéma, l'audiovisuel et le multimédia

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

CNC Registres du cinéma et de l audiovisuel. Ce qui va changer le 16 mai 2015

CNC Registres du cinéma et de l audiovisuel. Ce qui va changer le 16 mai 2015 CNC Registres du cinéma et de l audiovisuel Ce qui va changer le 16 mai 2015 Dans son article 18, la loi n o 2015-177 du 16 février 2015 relative à la modernisation et à la simplification du droit et des

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1. Objet Les présentes conditions générales du site lesfilmsavivre.com ont pour objet d informer tout éventuel acheteur sur les conditions et modalités dans lesquelles le

Plus en détail

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Introduction ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Depuis janvier 2013, les budgets de production des films éligibles sont saisis dans la base de données

Plus en détail

Article 3 : Délivrance et étendue de l autorisation de représentation

Article 3 : Délivrance et étendue de l autorisation de représentation CONDITIONS GENERALES APPLICABLES POUR LA REPRESENTATION SOUS FORME DE SPECTACLE VIVANT (Communication au public sous forme de représentation dramatique, exécution lyrique, récitation publique) DES ŒUVRES

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Bien gérer son patrimoine Huitième édition, 1998, 2001, 2004, 2008, 2010, 2012, 2013, 2014 ISBN : 978-2-212-55995-8

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

Note d information Paris, 8 septembre 2011

Note d information Paris, 8 septembre 2011 Note d information Paris, 8 septembre 2011 FESTIVAL DE LA ROCHELLE 2011 L OFFRE ET LA CONSOMMATION DE FICTIONS SUR INTERNET Dans le cadre de sa mission d observation des usages numériques et de valorisation

Plus en détail

LYCEENS ET APPRENTIS AU CINEMA EN REGION CENTRE GUIDE EXPLOITANTS

LYCEENS ET APPRENTIS AU CINEMA EN REGION CENTRE GUIDE EXPLOITANTS LYCEENS ET APPRENTIS AU CINEMA EN REGION CENTRE GUIDE EXPLOITANTS 2 SOMMAIRE Pages 4 à 13 : cahier des charges de l opération Lycéens et apprentis au cinéma Pages 14 à 15 : modalités régionales de l opération

Plus en détail

RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES DE DIJON L offre et la consommation de cinéma sur les réseaux : état des lieux, freins et perspectives de développement

RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES DE DIJON L offre et la consommation de cinéma sur les réseaux : état des lieux, freins et perspectives de développement Note d information - Paris, 19 octobre 2011 RENCONTRES CINEMATOGRAPHIQUES DE DIJON L offre et la consommation de cinéma sur les réseaux : état des lieux, freins et perspectives de développement Dans le

Plus en détail

Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique

Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique Les droits des producteurs hors code de la propriété littéraire et artistique La pratique contractuelle L importance des sociétés de gestion collective dans la gestion des droits des producteurs. Que se

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA LA RÉMUNERATION DES AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA DE FICTION EN FRANCE (21-211) Rapport pour la Guilde française des scénaristes Par Pierre Kopp Professeur à l université de Panthéon-Sorbonne (Paris

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ***** DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2015 ***** Nom de l association: Intitulé de l action : DOSSIER Á REMETTRE AU PLUS TARD LE 19 DECEMBRE 2014 Nous sommes là pour vous aider Association Loi du 1 er

Plus en détail

FRAIS MIXTES DETAIL DIVERS A REINTEGRER

FRAIS MIXTES DETAIL DIVERS A REINTEGRER Nom : N Adhérent : Cabinet comptable : (Pour ce dernier une attestation est à compléter en dernière page OGD2) Nom collaborateur : Date du dernier contrôle fiscal : FRAIS MIXTES DETAIL DIVERS A REINTEGRER

Plus en détail

LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL)

LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL) LA DÉCLARATION DE TVA CA3 (REGIME DU RÉEL NORMAL) I. GÉNÉRALITES Lorsqu elle est soumise au régime du réel normal (1), l entreprise doit calculer, chaque mois, le montant de la TVA due à l état. Celle-ci

Plus en détail

RECORD PREMIUM 1 1. Assurance-vie à prime unique de la branche 21, dont le taux d intérêt sur la prime nette versée² est garanti.

RECORD PREMIUM 1 1. Assurance-vie à prime unique de la branche 21, dont le taux d intérêt sur la prime nette versée² est garanti. RECORD PREMIUM 1 1 Type d assurance-vie Garanties Assurance-vie à prime unique de la branche 21, dont le taux d intérêt sur la prime nette versée² est garanti. En cas de vie de l assuré au terme du contrat

Plus en détail

Ce projet de décret a suscité des oppositions notamment venant des représentants des ayants droits du spectacle vivant et de salles de cinéma.

Ce projet de décret a suscité des oppositions notamment venant des représentants des ayants droits du spectacle vivant et de salles de cinéma. QU EST CE QU UNE SALLE DE CINEMA A L HEURE DU NUMERIQUE? SAMEDI 23 OCTOBRE 2010 : 9H 12H Préambule : La loi sur l équipement numérique des salles a permis d aboutir sur un compromis acceptable permettant

Plus en détail

Guide et valeurs indicatives concernant la rémunération des scénaristes et des réalisateurs

Guide et valeurs indicatives concernant la rémunération des scénaristes et des réalisateurs Guide et valeurs indicatives concernant la rémunération des scénaristes et des réalisateurs Adopté à l unanimité par l AG de l ARF/FDS du 5 mai 2012 à Berne Le présent guide est né dans la foulée des consultations

Plus en détail

Formulaire de demande de SUBVENTION ~ 2015

Formulaire de demande de SUBVENTION ~ 2015 Cadre réservé à l administration : Dossier arrivé le :...N... A.R. le :.. Service :. Proposition :... Chapitre :...Art. :... A l'attention des organismes dont le statut juridique est autre que : associatif

Plus en détail

RAPPEL DE COURS. La TVA, principes et champ d application. 1. Champ d application de la TVA. 2. Schéma de principe. 3. Les opérations imposables

RAPPEL DE COURS. La TVA, principes et champ d application. 1. Champ d application de la TVA. 2. Schéma de principe. 3. Les opérations imposables La TVA, principes et champ d application RAPPEL DE COURS. Champ d application de la TVA Il est constitué par l ensemble des opérations économiques, c est-à-dire toutes les activités de producteur, de commerçant

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord national professionnel

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord national professionnel MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national professionnel SALAIRES DU DOUBLAGE (3 août 2006) (Etendu par arrêté du 18

Plus en détail

BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES BORDEREAU D ENVOI ET INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES À retourner obligatoirement au CGA74 avec la déclaration 2031 ou la 2065 NOUS VOUS RAPPELONS QUE VOUS NE DEVEZ PAS ENVOYER VOTRE DÉCLARATION BIC PAPIER

Plus en détail

Pourcentages et coefficients multiplicateurs

Pourcentages et coefficients multiplicateurs 3 Pourcentages et coefficients multiplicateurs Les ventes de portables d une agence sont de 220 unités en novembre. La vendeuse prévoit une augmentation de 35 % des ventes pour les fêtes de fin d année.

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Novembre 2012 La FIEEC est une Fédération de l'industrie qui rassemble 29 syndicats professionnels dans les secteurs de

Plus en détail

Vidéo C H I F F R E S C L É S 2 0 13 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E

Vidéo C H I F F R E S C L É S 2 0 13 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Vidéo C H I F F R E S C L É S 2 0 13 S T A T I S T I Q U E S D E L A C U L T U R E Ministère de la Culture et de la Communication Secrétariat général Département des études, de la prospective et des statistiques

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT NOTICE EXPLICATIVE Pour demander votre affiliation au Régime de Sécurité Sociale des Auteurs, vous devez déclarer les revenus d auteur perçus au cours des deux années précédentes l année en cours de laquelle

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE DOSSIER DE DEMANDE D AIDE A COMPLETER NOM DE L ASSOCIATION : Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour établir votre demande d aide auprès de la Communauté Urbaine de Bordeaux (la

Plus en détail

Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie

Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère de l Alimentation, de l

Plus en détail

Crédit d'impôt audiovisuel

Crédit d'impôt audiovisuel Crédit d'impôt audiovisuel descriptif Le crédit d'impôt en matière audiovisuelle permet, sous certaines conditions, à une société de production de déduire de son imposition 0% de certaines dépenses de

Plus en détail

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont :

Ils sont soumis à un régime fiscal comportant certaines règles spécifiques dont : LOUEUR EN MEUBLES 23/07/2012 Selon les articles 632 et 633 du Code de commerce, l activité seule de loueur en meublé n est pas de nature commerciale et, hormis le cas où des prestations de service d hôtellerie

Plus en détail