Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma (1998-2007)"

Transcription

1 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma ( ) Avril 2009

2 Centre national de la cinématographie Direction des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck Paris cedex 16 Tél : Fax : Caroline Jeanneau, Sophie Jardillier, Benoît Danard 2 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

3 Sommaire Introduction...4 Rappel des conditions de rémunération des distributeurs... 5 Synthèse... 6 I. L ensemble des entrées des films exploités en salles ) L encaissement moyen dépend de l âge des films ) L encaissement moyen dépend de la nationalité des films... 8 II. L encaissement moyen par entrée pour les films inédits ) Les films inédits selon leur nationalité ) Les films inédits selon leur combinaison de sortie ) Les films inédits selon leur genre ) Les films inédits selon leur recommandation III. Evolution de l encaissement distributeur par entrée au cours de la carrière des films inédits ) Dégressivité de l encaissement par entrée de semaine en semaine ) Dégressivité en fonction de la nationalité des films ) Dégressivité en fonction de la combinaison de sortie des films ) Dégressivité en fonction du genre des films ) Dégressivité en fonction de la recommandation des films Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 3

4 Introduction Dans le cadre de ses travaux d études sur le partage des recettes aux guichets des salles de cinéma entre les exploitants et les distributeurs, le CNC a réalisé une étude sur la rémunération des distributeurs en analysant l encaissement (TTC) que chaque distributeur reçoit pour une entrée payante en salle de cinéma. Cette étude a pour objet de valoriser et de mesurer les évolutions de cet indicateur d encaissement moyen par entrée selon les films concernés. Les analyses distinguent deux périmètres : celui de l ensemble des films ayant fait l objet d une exploitation en salles et celui des films inédits. Sur le premier, l encaissement moyen des distributeurs par entrée est mesuré en fonction de l année de réalisation des entrées. Sur le second, il est distingué en fonction de l année de sortie des films inédits et retrace l ensemble de la carrière des films dans les salles. Les analyses sur les films inédits sont développées dans la deuxième et la troisième parties de ce document. La première partie est consacrée à l ensemble des films exploités en salles. Cette étude s appuie sur les données issues des déclarations de recettes que les exploitants sont tenus de transmettre au CNC chaque semaine, pour chaque film et chaque écran. Figure en effet dans ces déclarations le montant de recettes que l exploitant reverse au distributeur au titre de la remontée des recettes vers les ayants droit. 4 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

5 Rappel des conditions de rémunération des distributeurs La rémunération des distributeurs de films est appelée encaissement distributeur. Cet encaissement est fonction du tarif pratiqué par l exploitant sur chaque entrée mais aussi du taux de location négocié entre le distributeur et l exploitant chaque semaine pour chaque film. Le taux de location correspond au rapport entre la recette guichet «hors taxes» (hors taxe spéciale additionnelle (TSA) et hors TVA) et l encaissement versé aux distributeurs (hors TVA et hors rémunération de la Sacem). Conformément à un accord entre la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF) et la SACEM, l exploitant rémunère cette dernière au titre de la représentation publique de la musique du film, selon les pourcentages suivants : - 1,515 % sur la base film (recette guichet déductions faites de la TVA et de la TSA) lorsque l exploitant est adhérent à la FNCF - 2,02 % sur la base film lorsque l exploitant n est pas adhérent L exploitant déduit de la part distributeur HT, la rémunération de la SACEM due par le distributeur soit 1,21 % de la base film. Ainsi, l exploitant rémunère la Sacem pour le compte des ayants droit. Par ailleurs, l exploitant paye en direct 0,305 % sur la base film lorsqu il est adhérent FNCF et 0,810 % dans le cas contraire au titre de l exploitant. Les exploitants sont assujettis à une taxe (TSA) sur «le prix des entrées aux séances organisées dans les établissements de spectacle cinématographique» qui alimente le compte de soutien à l industrie du cinéma géré par le CNC. Depuis le 1 er janvier 2007, cette taxe correspond à un pourcentage de 10,72 % sur le prix payé par les spectateurs. Avant cette date, cette taxe était calculée selon un pourcentage par tranches de tarifs pratiqués. Calcul de l encaissement distributeur à partir de la recette guichet : 1 - Base film = Recette guichet TTC - TVA (5,5 %) - TSA (10,72 %) 2 - Encaissement HT brut distributeur = Taux de location X base film 3 - Déduction Sacem distributeur = Base film X 0, Encaissement distributeur = (encaissement HT brut distributeur Déduction sacem distributeur) X 1,055 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 5

6 Synthèse 2,42 par entrée pour les distributeurs en 2007 En 2007, la recette moyenne par entrée payante s élève à 5,95. Sur la base de cette recette perçue aux guichets des salles de cinéma, chaque entrée payante d un film réalisée dans l année rapporte en moyenne 2,42 au distributeur. Cette valeur est en diminution de 0,4 % par rapport à 2006 et en progression de 8,2 % par rapport à 1998 (soit +0,9 % en moyenne par année). Une entrée réalisée sur un film sorti dans l année rapporte en moyenne naturellement davantage au distributeur qu une entrée sur un film moins récent. L encaissement moyen du distributeur par entrée d un film français (2,39 en 2007) est légèrement inférieur à celui d un film américain (2,47 en 2007) et généralement supérieur à celui d un film européen (2,36 en 2007). 2,49 par entrée pour un film inédit de 2007 Chaque entrée payante réalisée sur un film inédit de 2007 rapporte 2,49 en moyenne à son distributeur, pour une recette moyenne de 6,07 aux guichets des salles de cinéma. L encaissement moyen du distributeur pour une entrée payante sur un film inédit de 2007 est en progression de 1,4 % par rapport aux films inédits de 2006 et de 11,6 % par rapport à ceux de 1998 (soit +1,2 % en moyenne par année). En 2007, la valeur de l encaissement distributeur moyen par entrée est légèrement plus élevée pour les films américains (2,51 ) que pour les films français (2,47 ). Elle est un peu plus faible pour les films européens (2,44 ) et les autres films (2,29 ). Pour les films inédits sortis sur plus de 20 copies, l encaissement distributeur moyen par entrée augmente à mesure de l élargissement de la combinaison de sortie. Ainsi, en 2007, les films de 20 à 49 copies affichent un encaissement moyen par entrée de 2,28, contre 2,42 pour les films de 100 à 199 copies, 2,49 pour les films de 500 à 799 copies et jusqu à 2,55 pour les films à plus de 800 copies. Les genres présentant les plus fortes moyennes d encaissement distributeur par entrée sont la comédie (2,44 en 2007), les films policiers/thrillers (2,53 ), les films d aventures (2,55 ) et les films fantastiques, d horreur et de science-fiction (2,57 ). Enfin, l encaissement du distributeur sur une entrée payante est en moyenne moins élevée pour un film art et essai que pour un film non recommandé. En 2007, l écart entre films art et essai et autres films s établit à 10 centimes par entrée. L encaissement par entrée décroît de semaine en semaine Si, en moyenne, le distributeur d un film inédit de 2007 reçoit 2,49 par entrée, cette valeur dépend du temps écoulé depuis sa date de sortie. Ainsi, l encaissement moyen du distributeur par entrée s élève à 2,66 en première semaine d exploitation, à 2,07 en cinquième semaine et à 1,74 en dixième semaine. 6 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

7 I. L ensemble des entrées des films exploités en salles Selon les données figurant sur les déclarations de recettes que les exploitants fournissent au CNC (bordereaux), la recette moyenne par entrée payante s élève à 5,95 en Sur la base de cette recette perçue aux guichets des salles de cinéma, chaque entrée payante réalisée dans l année rapporte en moyenne 2,42 au distributeur du film concerné. Cette valeur est en diminution de 0,4 % par rapport à 2006 et en progression de 8,2 % par rapport à 1998 (soit +0,9 % en moyenne par année). L augmentation de l encaissement distributeur moyen par entrée est particulièrement sensible en 2001 (+2,3 %), 2002 (+1,9 %) et 2003 (+3,2 %). Parallèlement, la recette moyenne par entrée aux guichets des salles de cinéma augmente de 10,7 % entre 1999 et 2008, soit +1,1 % en moyenne par année. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée ( ) Recette guichet/entrée ( ) 5,38 5,36 5,39 5,45 5,59 5,74 5,82 5,87 5,94 5,95 Evolution - -0,2% +0,5% +1,0% +2,5% +2,8% +1,3% +0,9% +1,1% +0,2% Encaissement/entrée ( ) 2,23 2,23 2,23 2,28 2,33 2,40 2,42 2,41 2,43 2,42 Evolution - -0,1% +0,0% +2,3% +1,9% +3,2% +0,9% -0,5% +0,6% -0,4% 1) L encaissement moyen dépend de l âge des films L encaissement par entrée dépend de la nature plus ou moins récente du film. En 2007, une entrée réalisée sur un film de moins de 5 ans rapporte en moyenne 2,45 au distributeur, contre 0,96 au distributeur d un film dont la première sortie en salles date de 5 à 19 ans et 1,20 à celui d un film sorti il y a 20 ans ou davantage. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon l âge des films ( ) films de 0 à 4 ans 2,25 2,25 2,25 2,30 2,35 2,42 2,45 2,44 2,45 2,45 films de 5 à 19 ans 1,45 1,00 1,12 0,93 1,05 0,97 0,91 0,94 0,89 0,96 films de 20 ans et plus 1,40 1,28 1,28 1,94 1,63 1,62 1,50 1,40 1,99 1,20 total 2,23 2,23 2,23 2,28 2,33 2,40 2,42 2,41 2,43 2,42 * L âge d un film est défini comme la différence entre l année d exploitation et l année de sa première sortie en salles Entre 1998 et 2007, l encaissement moyen des distributeurs a progressé de 8,5 % pour les films de moins de 5 ans. Au contraire, il a diminué de 33,6 % pour les films de 5 à 19 ans et de 14,1 % pour les films de 20 ans plus. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon l âge des films ( ) 2,50 2,30 2,10 1,90 1,70 1,50 1,30 1,10 0,90 0,70 films de 0 à 4 ans films de 5 à 19 ans films de 20 ans et plus Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 7

8 2) L encaissement moyen dépend de la nationalité des films L encaissement moyen du distributeur par entrée d un film français (2,39 en 2007) est légèrement inférieur à celui d un film américain (2,47 en 2007) et généralement supérieur à celui d un film européen (2,36 en 2007). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité des films ( ) films français 2,16 2,22 2,20 2,29 2,29 2,37 2,42 2,40 2,44 2,39 films américains 2,29 2,25 2,27 2,30 2,35 2,44 2,45 2,44 2,45 2,47 films européens 2,11 2,19 2,12 2,12 2,33 2,23 2,33 2,40 2,35 2,36 autres films 2,05 2,08 2,05 2,31 2,36 2,41 2,39 2,05 2,11 2,04 total 2,23 2,23 2,23 2,28 2,33 2,40 2,42 2,41 2,43 2,42 Entre 1998 et 2007, l encaissement moyen du distributeur par entrée des films français a progressé de 11,0 %, soit davantage que la moyenne des films (+8,2 %). Dans le même temps, celui des films américains a augmenté de 7,7 %, contre 11,8 % pour les films européens et 13,4 % pour les autres films. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité des films ( ) 2,50 2,40 2,30 2,20 films français films américains films européens 2,10 autres films 2,00 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité et l âge des films ( )* films français de 0 à 4 ans 2,18 2,25 2,23 2,31 2,31 2,39 2,44 2,43 2,46 2,42 films français de 5 à 19 ans 1,20 0,87 1,00 0,86 0,96 0,96 0,84 0,84 0,95 1,00 films français de 20 ans et plus 1,02 1,09 1,22 2,00 1,50 1,64 1,57 1,18 1,16 1,15 films américains de 0 à 4 ans 2,30 2,27 2,28 2,31 2,37 2,46 2,47 2,46 2,47 2,49 films américains de 5 à 19 ans 1,78 1,00 1,18 0,98 1,05 0,95 0,85 0,95 0,86 0,95 films américains de 20 ans et plus 1,67 1,45 1,24 1,96 1,77 1,63 1,38 1,48 1,13 1,21 films européens de 0 à 4 ans 2,16 2,23 2,15 2,15 2,38 2,28 2,37 2,43 2,40 2,40 films européens de 5 à 19 ans 1,02 1,06 1,19 0,98 1,18 1,00 1,15 1,14 1,01 1,08 films européens de 20 ans et plus 1,16 1,07 1,49 1,61 1,38 1,53 1,55 1,54 1,29 1,18 autres films de 0 à 4 ans 1,86 2,11 2,07 2,34 2,37 2,43 2,42 2,16 2,27 2,16 autres films de 5 à 19 ans 1,06 1,45 1,25 1,07 1,09 0,97 0,97 0,95 0,80 0,83 autres films de 20 ans et plus 2,14 1,93 1,63 1,47 1,74 1,90 2,13 1,66 1,80 2,23 total 2,23 2,23 2,23 2,28 2,33 2,40 2,42 2,41 2,43 2,42 * L âge d un film est défini comme la différence entre l année d exploitation et l année de sa première sortie en salles 8 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

9 II. L encaissement moyen par entrée pour les films inédits Dans les analyses qui suivent, l année de référence est l année de sortie des films en salles. Pour chaque film, le calcul de la recette guichet par entrée et de l encaissement distributeur par entrée repose sur l intégralité de la carrière du film en salles, quelle que soit l année au cours de laquelle ses entrées ont été réalisées. Pour chaque entrée payante réalisée sur un film inédit de 2007, 6,07 sont perçus en moyenne aux guichets des salles de cinéma. Sur cette base, chaque entrée payante réalisée sur un film inédit de 2007 rapporte 2,49 en moyenne à son distributeur. Cette valeur est en progression de 1,4 % par rapport aux films inédits de 2006 et de 11,4 % par rapport à ceux de 1998 (soit +1,2 % en moyenne par année). L augmentation de l encaissement distributeur moyen par entrée est particulièrement sensible en 2001 (+2,5 %), 2002 (+2,3 %) et 2003 (+3,0 %). Parallèlement, la recette moyenne par entrée aux guichets des salles sur les films inédits augmente de 13,0 % entre 1999 et 2008, soit + 1,4 % en moyenne par année. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée de film inédit ( ) Recette guichet/entrée ( ) 5,37 5,36 5,41 5,52 5,66 5,82 5,88 5,95 6,02 6,07 Evolution - -0,3% +0,9% +2,1% +2,5% +2,8% +1,1% +1,2% +1,1% +0,9% Encaissement/entrée ( ) 2,23 2,25 2,25 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 Evolution - +0,9% +0,1% +2,5% +2,3% +3,0% +0,4% +0,2% +0,1% +1,4% 1) Les films inédits selon leur nationalité En 2007, l encaissement distributeur moyen par entrée est légèrement plus élevé pour les films américains (2,51 ) que pour les films français (2,47 ). Il est un peu plus faible pour les films européens (2,44 ) et pour les autres films (2,29 ). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité des films inédits ( ) films français 2,14 2,26 2,25 2,30 2,33 2,40 2,43 2,45 2,45 2,47 films américains 2,29 2,26 2,29 2,32 2,37 2,47 2,47 2,47 2,46 2,51 films européens 2,07 2,27 2,11 2,25 2,40 2,26 2,38 2,42 2,43 2,44 autres films 1,79 1,80 1,99 2,41 2,40 2,47 2,36 2,15 2,34 2,29 total 2,23 2,25 2,25 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 Entre 1998 et 2007, il augmente de 15,9 % pour les films français, de 9,5 % pour les films américains, de 17,7 % pour les films européens et de 27,6 % pour les autres films. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la nationalité des films inédits ( ) 2,70 2,50 2,30 2,10 1,90 films français films américains films européens autres films 1,70 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 9

10 2) Les films inédits selon leur combinaison de sortie Pour les films inédits sortis sur au moins 20 copies, l encaissement distributeur moyen par entrée augmente à mesure de l élargissement de la combinaison de sortie. Ainsi, en 2007, les films de 20 à 49 copies affichent un encaissement moyen par entrée de 2,28, contre 2,42 pour les films de 100 à 199 copies, 2,49 pour les films de 500 à 799 copies et jusqu à 2,55 pour les films à plus de 800 copies. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon le nombre de copies des films ( ) moins de 10 copies 2,02 2,08 2,10 2,23 2,24 2,28 2,40 10 à 19 copies 2,08 2,01 2,16 2,18 2,21 2,30 2,29 20 à 49 copies 2,06 2,16 2,11 2,13 2,16 2,23 2,28 50 à 99 copies 2,08 2,23 2,14 2,20 2,23 2,23 2, à 199 copies 2,24 2,22 2,38 2,35 2,46 2,34 2, à 499 copies 2,31 2,35 2,41 2,45 2,45 2,45 2, à 799 copies 2,34 2,43 2,49 2,50 2,43 2,48 2, copies et plus 2,36 2,38 2,54 2,43 2,52 2,53 2,55 total 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 Le recueil systématique du nombre de copies dont chaque film dispose pour sa première semaine d exploitation en salles a débuté en 2001, ce qui explique l absence de données sur les années précédentes. Entre 2001 et 2007, la progression de l encaissement distributeur moyen par entrée s établit à 7,6 % tous films inédits confondus. Elle est plus marquée pour les films à faible combinaison de sortie que pour les autres (+19,1 % pour les films à moins de 10 copies, +10,2 % pour les films de 10 à 19 copies, +10,9 % pour les films de 20 à 49 copies, +16,5 % pour les films de 50 à 99 copies, +8,3 % pour les films de 100 à 199 copies, +7,6 % pour les films de 200 à 499 copies, +6,5 % pour les films de 500 à 799 copies et +8,1 % pour les films à 800 copies et plus). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon le nombre de copies des films ( ) 2,60 2,50 2,40 2,30 2,20 2,10 moins de à à à à à à et plus 2, Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

11 3) Les films inédits selon leur genre Les genres présentant les plus fortes moyennes d encaissement distributeur par entrée sont la comédie (2,44 en 2007), les films policiers/thrillers (2,53 en 2007), les films d aventures (2,55 en 2007) et les films fantastiques, d horreur et de science-fiction (2,57 en 2007). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon le genre des films ( ) animation 2,04 2,02 2,05 2,17 2,17 2,25 2,31 2,26 2,31 2,40 aventures 2,35 2,31 2,32 2,36 2,41 2,48 2,51 2,51 2,57 2,55 comédie 2,20 2,28 2,26 2,33 2,39 2,46 2,50 2,46 2,48 2,44 comédie dramatique 2,09 2,18 2,19 2,17 2,29 2,37 2,38 2,39 2,38 2,49 documentaire 1,95 1,94 1,93 2,18 2,03 2,18 2,29 2,28 2,19 2,23 drame 2,19 2,27 2,20 2,26 2,31 2,25 2,37 2,39 2,42 2,46 fantastique/horreur/science-fiction 2,30 2,29 2,35 2,36 2,45 2,57 2,51 2,50 2,54 2,57 policier /thriller 2,33 2,40 2,36 2,33 2,47 2,45 2,55 2,52 2,50 2,53 autres 2,39 1,89 2,31 2,30 2,36 2,42 2,43 2,56 2,47 2,54 total 2,23 2,25 2,25 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 Entre 1998 et 2007, l encaissement moyen des distributeurs sur une entrée a progressé pour tous les genres de films. L évolution est plus sensible pour les comédies dramatiques (+19,2 %), les films d animation (+17,5 %) et les documentaires (+14,4 %). Elle apparait en revanche inférieure à la moyenne pour les films d aventures (+8,5 %) et les films policiers et thrillers (+8,6 %). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon le genre des films ( ) 2,60 2,50 animation aventures 2,40 comédie 2,30 comédie dramatique 2,20 documentaire 2,10 2,00 1,90 drame fantastique/horreur/sciencefiction policier /thriller Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 11

12 4) Les films inédits selon leur recommandation L encaissement du distributeur sur une entrée payante est en moyenne moins élevé pour un film recommandé art et essai que pour un film non recommandé. En 2007, l écart entre films art et essai et autres films s établit à 10 centimes par entrée. Il était de 19 centimes en Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la recommandation Art et Essai des films ( ) films art et essai 2,08 2,16 2,15 2,20 2,24 2,27 2,33 2,35 2,32 2,40 autres films 2,27 2,28 2,30 2,35 2,40 2,49 2,48 2,49 2,49 2,50 total 2,23 2,25 2,25 2,31 2,36 2,43 2,44 2,45 2,45 2,49 En effet, l encaissement moyen par entrée a progressé de 15,3 % entre 1998 et 2007 pour les films recommandés, contre +10,1 % pour les autres films. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée selon la recommandation Art et Essai des films ( ) 2,60 2,50 2,40 2,30 films art et essai autres films 2,20 2,10 2,00 12 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

13 III. Evolution de l encaissement distributeur par entrée au cours de la carrière des films inédits 1) Dégressivité de l encaissement par entrée de semaine en semaine Si, en moyenne, le distributeur d un film inédit de 2007 reçoit 2,49 par entrée, cette valeur dépend de la semaine d exploitation du film et du temps écoulé depuis sa date de sortie. Ainsi, l encaissement moyen du distributeur par entrée s élève à 2,66 en première semaine d exploitation, à 2,07 en cinquième semaine et à 1,74 en dixième semaine. Encaissement moyen du distributeur sur une entrée de film inédit selon la semaine d exploitation ( ) S01 2,40 2,42 2,42 2,43 2,50 2,57 2,60 2,62 2,65 2,66 S02 2,40 2,39 2,41 2,43 2,48 2,56 2,57 2,60 2,62 2,61 S03 2,34 2,36 2,33 2,38 2,41 2,48 2,51 2,51 2,50 2,48 S04 2,30 2,27 2,29 2,30 2,35 2,39 2,38 2,31 2,32 2,28 S05 2,23 2,23 2,20 2,25 2,27 2,28 2,26 2,15 2,13 2,07 S06 2,19 2,06 2,12 2,13 2,10 2,11 2,15 2,00 1,97 1,96 S07 2,15 2,03 1,95 2,01 1,98 2,00 2,02 1,87 1,83 1,83 S08 2,11 1,94 1,94 1,94 1,93 1,90 1,99 1,78 1,80 1,74 S09 2,05 1,83 1,85 1,86 1,84 1,83 1,90 1,74 1,73 1,76 S10 2,00 1,78 1,83 1,71 1,80 1,78 1,84 1,68 1,71 1,74 S11 1,92 1,74 1,71 1,76 1,70 1,73 1,86 1,72 1,72 1,70 S12 1,87 1,73 1,73 1,76 1,72 1,70 1,76 1,63 1,72 1,74 S13 2,01 1,68 1,62 1,69 1,72 1,70 1,77 1,62 1,71 1,71 S14 2,06 1,62 1,66 1,68 1,66 1,58 1,74 1,58 1,72 1,58 S15 1,98 1,60 1,66 1,66 1,67 1,66 1,49 1,55 1,66 1,70 S16 1,88 1,59 1,67 1,65 1,57 1,66 1,72 1,57 1,61 1,69 S17 1,83 1,56 1,59 1,60 1,58 1,62 1,71 1,61 1,66 1,66 S18 1,74 1,62 1,57 1,55 1,58 1,62 1,71 1,57 1,68 1,63 S19 1,68 1,60 1,65 1,57 1,74 1,57 1,68 1,60 1,66 1,50 S20 1,65 1,57 1,56 1,54 1,49 1,40 1,67 1,47 1,42 1,47 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée de film inédit selon la semaine d exploitation ( ) 2,8 2,6 2,4 2,2 2,0 1,8 1, ,4 1,2 S01 S02 S03 S04 S05 S06 S07 S08 S09 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 13

14 Par rapport à la première semaine d exploitation, l encaissement du distributeur par entrée d un film inédit de 2007 baisse de 1,7 % en deuxième semaine, de 6,8 % en troisième semaine, de 14,1 % en quatrième semaine, de 22,0 % en cinquième semaine et de 26,1 % en sixième semaine. La dégressivité se poursuit tout au long de la carrière du film en salles. En dixième et en vingtième semaines d exploitation, la valeur moyenne de l encaissement distributeur par entrée des films inédits de 2007 a respectivement diminué de 34,6 % et de 44,6 % par rapport à la première semaine. Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation (%) S02-0,2-1,3-0,4-0,2-0,6-0,6-1,1-0,5-1,4-1,7 S03-2,3-2,5-3,6-2,0-3,3-3,6-3,6-4,2-5,9-6,8 S04-4,0-6,1-5,4-5,3-5,8-7,1-8,4-11,7-12,5-14,1 S05-7,2-7,9-8,7-7,4-8,9-11,4-13,0-18,0-19,9-22,0 S06-8,6-15,0-12,2-12,4-16,0-18,1-17,3-23,6-25,7-26,1 S07-10,5-16,3-19,4-17,6-20,7-22,3-22,4-28,4-31,0-30,9 S08-12,0-19,9-19,8-20,3-22,6-26,2-23,4-31,8-32,1-34,4 S09-14,7-24,3-23,6-23,6-26,5-29,0-27,1-33,6-34,7-33,9 S10-16,7-26,4-24,3-29,6-28,0-31,0-29,1-35,7-35,6-34,6 S11-20,0-28,1-29,0-27,8-31,9-32,7-28,6-34,3-35,0-35,8 S12-22,1-28,8-28,5-27,6-31,0-34,0-32,5-37,8-35,0-34,6 S13-16,4-30,7-32,8-30,4-31,3-34,0-32,1-37,9-35,4-35,7 S14-14,2-33,1-31,1-30,9-33,5-38,8-33,2-39,7-35,1-40,4 S15-17,5-34,0-31,5-31,6-33,2-35,6-42,8-40,7-37,3-35,9 S16-21,8-34,4-30,9-32,2-37,0-35,5-34,1-39,9-39,2-36,5 S17-23,6-35,5-34,3-34,5-36,9-37,0-34,3-38,3-37,3-37,6 S18-27,5-33,1-34,8-36,4-36,6-37,1-34,1-39,9-36,8-38,7 S19-29,9-34,0-31,6-35,4-30,4-38,8-35,4-38,8-37,3-43,7 S20-31,2-35,2-35,5-36,6-40,2-45,5-35,8-44,0-46,5-44,6 La dégressivité de l encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit tend à s accélérer ces dernières années, notamment pour les premières semaines d exploitation. En 1998, l encaissement moyen en troisième semaine était plus faible de 2,3 % que l encaissement moyen en première semaine. Depuis 2002, cette dégressivité est plus forte : -3,3 % en 2002, -3,6 % en 2003 et 2004, -4,2 % en 2005, -5,9 % en 2006 et -6,8 % en En quatrième et en cinquième semaines, le même phénomène peut être observé : l encaissement du distributeur sur une entrée apparait en baisse de plus en plus prononcée au fil des années, notamment depuis Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation (%) 0,0-5,0-10,0-15,0-20,0-25,0 S02 S03 S04 S Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

15 2) Dégressivité en fonction de la nationalité des films En première semaine d exploitation, l encaissement moyen distributeur par entrée sur un film français inédit s élève à 2,65, contre 2,68 pour un film américain, 2,60 pour un film européen et 2,33 pour un film d une autre nationalité. Toutes nationalités confondues, il s élève à 2,66. En cinquième semaine, l encaissement moyen par entrée s élève à 2,00 pour les films français, 2,09 pour les films américains, 2,19 pour les films européens et 2,04 pour les autres films (2,07 touts nationalités confondues). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit de 2007 selon la nationalité ( ) films français films américains films européens autres films tous films 2007 S01 2,65 2,68 2,60 2,55 2,66 S02 2,60 2,64 2,55 2,55 2,61 S03 2,45 2,49 2,50 2,33 2,48 S04 2,26 2,27 2,39 2,13 2,28 S05 2,00 2,09 2,19 2,04 2,07 S06 2,00 1,92 2,02 1,97 1,96 S07 1,91 1,77 1,80 1,98 1,83 S08 1,87 1,60 1,80 1,88 1,74 S09 1,86 1,65 1,79 1,94 1,76 S10 1,85 1,65 1,71 1,90 1,74 S11 1,82 1,65 1,58 1,87 1,70 S12 1,81 1,66 1,67 1,82 1,74 S13 1,80 1,57 1,76 1,96 1,71 S14 1,54 1,52 1,79 1,90 1,58 S15 1,76 1,61 1,70 1,77 1,70 S16 1,69 1,63 1,73 1,64 1,69 S17 1,70 1,55 1,68 1,67 1,66 S18 1,68 1,44 1,71 1,79 1,63 S19 1,49 1,40 1,53 1,94 1,50 S20 1,52 1,24 1,63 1,89 1,47 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit de 2007 selon la nationalité ( ) 2,80 2,60 2,40 2,20 2,00 1,80 films français films américains films européens autres films tous films ,60 1,40 1,20 S01 S02 S03 S04 S05 S06 S07 S08 S09 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 15

16 En 2007, au cours des trois premières semaines d exploitation en salles, l encaissement distributeur par entrée décroit un peu plus rapidement pour les films français (-1,9 % en semaine 2, -7,6 % en semaine 3) que pour les films américains (-1,5 % en semaine 2, -7,1 % en semaine 3). Cette tendance s inverse à partir de la quatrième semaine, et plus encore après la cinquième semaine. En septième semaine, l encaissement par entrée des films français a diminué de 27,9 % par rapport à la première semaine et celui des films américains a reculé de 34,0 %. Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation selon la nationalité des films inédits de 2007 (%) films français films américains films européens autres films tous films 2007 S02-1,9-1,5-1,9-0,2-1,7 S03-7,6-7,1-3,9 +0,0-6,8 S04-14,7-15,3-8,1-8,6-14,1 S05-24,5-22,0-15,8-12,5-22,0 S06-24,5-28,4-22,3-15,5-26,1 S07-27,9-34,0-30,8-15,0-30,9 S08-29,4-40,3-30,8-19,3-34,4 S09-29,8-38,4-31,2-16,7-33,9 S10-30,2-38,4-34,2-18,5-34,6 S11-31,3-38,4-39,2-19,7-35,8 S12-31,7-38,1-35,8-21,9-34,6 S13-32,1-41,4-32,3-15,9-35,7 S14-41,9-43,3-31,2-18,5-40,4 S15-33,6-39,9-34,6-24,0-35,9 S16-36,2-39,2-33,5-29,6-36,5 S17-35,9-42,2-35,4-28,3-37,6 S18-36,6-46,3-34,2-23,2-38,7 S19-43,8-47,8-41,2-16,7-43,7 S20-42,6-53,7-37,3-18,9-44,6 Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation selon la nationalité des films inédits de 2007 (%) 0,0 S02 S03 S04 S05 S06 S07-10,0-20,0-30,0 films français films américains films européens autres films tous films ,0 16 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

17 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film français ( ) S01 2,42 2,45 2,43 2,44 2,48 2,57 2,60 2,62 2,64 2,65 S02 2,36 2,36 2,36 2,45 2,47 2,54 2,57 2,60 2,64 2,60 S03 2,37 2,36 2,29 2,41 2,41 2,47 2,54 2,52 2,54 2,45 S04 2,31 2,30 2,27 2,33 2,34 2,37 2,42 2,30 2,40 2,26 S05 2,21 2,21 2,24 2,27 2,22 2,25 2,28 2,14 2,19 2,00 S06 2,18 2,02 2,14 2,21 2,08 2,09 2,14 1,99 2,06 2,00 S07 2,15 2,01 2,03 2,02 1,93 1,95 2,10 1,89 1,85 1,91 S08 2,03 1,94 1,97 2,02 1,98 1,89 2,09 1,83 1,80 1,87 S09 1,93 1,89 1,87 1,93 1,92 1,80 2,00 1,82 1,71 1,86 S10 1,87 1,83 1,81 1,70 1,88 1,78 1,98 1,76 1,66 1,85 S11 1,64 1,80 1,75 1,82 1,80 1,72 1,97 1,76 1,72 1,82 S12 1,55 1,77 1,72 1,86 1,78 1,66 1,81 1,59 1,69 1,81 S13 1,82 1,74 1,44 1,73 1,75 1,72 1,83 1,69 1,69 1,80 S14 1,80 1,64 1,65 1,69 1,71 1,53 1,79 1,62 1,72 1,54 S15 1,76 1,70 1,65 1,69 1,70 1,69 1,42 1,63 1,61 1,76 S16 1,72 1,66 1,70 1,67 1,61 1,68 1,83 1,58 1,58 1,69 S17 1,70 1,54 1,57 1,66 1,52 1,65 1,74 1,63 1,67 1,70 S18 1,65 1,66 1,66 1,58 1,55 1,62 1,74 1,60 1,69 1,68 S19 1,66 1,61 1,75 1,60 1,57 1,64 1,75 1,67 1,68 1,49 S20 1,59 1,57 1,71 1,60 1,46 1,45 1,71 1,61 1,42 1,52 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film américain ( ) S01 2,40 2,40 2,41 2,42 2,49 2,57 2,60 2,61 2,66 2,68 S02 2,41 2,40 2,43 2,44 2,47 2,56 2,59 2,61 2,59 2,64 S03 2,35 2,36 2,34 2,34 2,39 2,48 2,49 2,51 2,46 2,49 S04 2,31 2,24 2,30 2,27 2,35 2,40 2,40 2,30 2,26 2,27 S05 2,25 2,22 2,21 2,24 2,30 2,30 2,26 2,10 2,05 2,09 S06 2,21 2,05 2,13 2,05 2,07 2,12 2,16 1,94 1,87 1,92 S07 2,16 2,02 1,92 1,98 2,00 2,04 2,01 1,84 1,76 1,77 S08 2,16 1,94 1,95 1,84 1,89 1,88 1,90 1,74 1,77 1,60 S09 2,11 1,83 1,86 1,78 1,77 1,83 1,81 1,73 1,72 1,65 S10 2,08 1,74 1,86 1,72 1,69 1,73 1,69 1,71 1,75 1,65 S11 2,10 1,70 1,71 1,66 1,64 1,71 1,73 1,73 1,69 1,65 S12 2,13 1,69 1,77 1,62 1,64 1,71 1,68 1,64 1,69 1,66 S13 2,16 1,63 1,74 1,63 1,67 1,69 1,65 1,61 1,67 1,57 S14 2,21 1,57 1,72 1,66 1,56 1,57 1,63 1,47 1,68 1,52 S15 2,14 1,50 1,69 1,54 1,57 1,60 1,63 1,39 1,65 1,61 S16 2,07 1,63 1,68 1,57 1,44 1,59 1,46 1,59 1,63 1,63 S17 2,00 1,52 1,59 1,43 1,53 1,51 1,62 1,68 1,63 1,55 S18 1,90 1,56 1,53 1,47 1,53 1,55 1,63 1,56 1,65 1,44 S19 1,76 1,56 1,66 1,48 1,41 1,43 1,48 1,55 1,57 1,40 S20 1,78 1,51 1,43 1,35 1,43 1,48 1,51 1,28 1,33 1,24 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 17

18 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film européen ( ) S01 2,38 2,47 2,38 2,46 2,55 2,56 2,58 2,63 2,69 2,60 S02 2,37 2,46 2,31 2,26 2,55 2,55 2,52 2,60 2,64 2,55 S03 2,26 2,38 2,34 2,41 2,45 2,42 2,50 2,51 2,49 2,50 S04 2,23 2,41 2,26 2,33 2,39 2,29 2,21 2,37 2,25 2,39 S05 2,13 2,37 2,04 2,17 2,27 2,18 2,28 2,27 2,19 2,19 S06 2,13 2,25 2,01 2,07 2,18 1,98 2,19 2,14 1,94 2,02 S07 2,03 2,12 1,87 1,91 2,05 2,03 1,83 1,92 1,94 1,80 S08 1,93 1,97 1,81 1,80 1,92 1,98 1,92 1,77 1,95 1,80 S09 1,87 1,89 1,74 1,75 1,88 1,91 1,83 1,61 1,91 1,79 S10 1,78 1,81 1,71 1,73 1,89 1,86 1,77 1,48 1,87 1,71 S11 1,71 1,74 1,65 1,69 1,58 1,85 1,72 1,67 1,78 1,58 S12 1,71 1,75 1,62 1,69 1,77 1,82 1,80 1,67 1,88 1,67 S13 1,68 1,71 1,60 1,77 1,82 1,83 1,78 1,52 1,84 1,76 S14 1,68 1,73 1,43 1,59 1,65 1,67 1,71 1,58 1,82 1,79 S15 1,60 1,72 1,51 1,65 1,76 1,75 1,69 1,54 1,83 1,70 S16 1,57 1,42 1,53 1,56 1,79 1,78 1,70 1,53 1,77 1,73 S17 1,57 1,69 1,52 1,55 1,79 1,79 1,56 1,51 1,71 1,68 S18 1,57 1,70 1,47 1,55 1,78 1,70 1,61 1,51 1,67 1,71 S19 1,56 1,69 1,39 1,60 1,80 1,64 1,56 1,53 1,74 1,53 S20 1,54 1,66 1,47 1,49 1,66 1,34 1,54 1,49 1,72 1,63 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film d autre nationalité ( ) S01 2,40 2,38 2,41 2,50 2,51 2,59 2,61 2,57 2,56 2,55 S02 2,32 2,36 2,40 2,42 2,55 2,63 2,53 2,45 2,52 2,55 S03 2,22 2,34 2,30 2,45 2,53 2,61 2,43 1,96 2,34 2,33 S04 2,09 2,26 2,18 2,42 2,45 2,48 2,25 2,08 2,05 2,13 S05 2,00 2,15 2,08 2,35 2,36 2,36 2,06 2,00 2,05 2,04 S06 1,97 1,96 1,99 2,24 2,26 2,22 1,93 1,94 1,89 1,97 S07 1,93 1,87 1,94 2,10 2,10 2,05 1,88 1,88 1,93 1,98 S08 1,85 1,84 1,86 1,95 1,97 1,93 1,87 1,83 1,71 1,88 S09 1,87 1,21 1,87 1,83 1,73 1,80 1,79 1,75 1,89 1,94 S10 1,97 1,72 1,79 1,78 1,79 1,82 1,86 2,10 1,87 1,90 S11 1,73 1,75 1,80 1,73 1,54 1,67 1,77 1,62 1,91 1,87 S12 1,91 1,79 1,63 1,72 1,81 1,68 1,58 1,67 1,89 1,82 S13 1,93 1,65 1,66 1,55 1,63 1,53 1,71 1,83 1,89 1,96 S14 1,97 1,79 1,73 1,74 1,78 1,62 1,79 1,92 1,80 1,90 S15 1,89 1,73 1,66 1,78 1,74 1,55 1,74 1,86 1,83 1,77 S16 1,99 1,60 1,72 1,72 1,67 1,61 1,87 1,63 1,66 1,64 S17 1,76 1,65 1,71 1,68 1,74 1,57 1,78 1,72 1,62 1,67 S18 1,55 1,59 1,63 1,56 1,73 1,57 1,73 1,66 1,67 1,79 S19 1,98 1,49 1,58 1,53 4,47 1,58 1,77 1,60 1,74 1,94 S20 1,86 1,59 1,55 1,64 1,62 1,34 1,77 1,61 1,71 1,89 18 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

19 3) Dégressivité en fonction de la combinaison de sortie des films A partir de 10 copies, l encaissement moyen perçu par le distributeur pour une entrée en première semaine d exploitation sur un film inédit de 2007 est de plus en plus élevé à mesure que sa combinaison de sortie s élargit. Il s établit à 2,47 pour un film disposant de 10 à 19 copies, à 2,60 pour un film de 50 à 99 copies, à 2,67 pour un film de 200 à 799 copies et à 2,68 pour un film à plus de 800 copies. En cinquième semaine, cette corrélation ne se vérifie plus totalement : les films disposant de 100 à 199 copies (2,07 par entrée) et les films de 200 à 499 copies (1,98 par entrée) rapportent moins à leurs distributeurs que les films à combinaison de sortie plus restreinte (2,10 par entrée pour les films de 20 à 49 copies, 2,13 par entrée pour les films de 50 à 99 copies). Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit de 2007 selon le nombre de copies ( ) <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 499 copies 500 à 799 copies 800 copies et plus tous films 2007 S01 2,60 2,59 2,47 2,48 2,60 2,62 2,67 2,67 2,68 2,66 S02 2,60 2,53 2,40 2,30 2,52 2,54 2,64 2,65 2,61 2,61 S03 2,44 2,32 2,25 2,27 2,52 2,33 2,38 2,56 2,63 2,48 S04 2,22 2,15 2,12 2,18 2,27 2,11 2,12 2,38 2,47 2,28 S05 2,18 2,03 2,04 2,10 2,13 2,07 1,98 2,11 2,12 2,07 S06 2,22 2,02 2,00 2,05 2,01 1,99 1,87 1,99 2,03 1,96 S07 2,16 1,98 1,95 2,02 2,02 1,84 1,79 1,80 1,86 1,83 S08 2,00 2,02 1,97 2,00 2,05 1,86 1,81 1,60 1,56 1,74 S09 2,04 1,91 1,96 1,99 2,00 1,87 1,74 1,63 1,69 1,76 S10 2,17 2,10 1,88 1,94 1,98 1,91 1,63 1,66 1,59 1,74 S11 1,98 2,11 1,93 1,95 1,92 1,76 1,59 1,64 1,49 1,70 S12 1,91 1,96 1,97 1,94 1,96 1,81 1,55 1,62 1,57 1,74 S13 2,08 2,24 1,92 1,91 1,93 1,73 1,69 1,55 1,60 1,71 S14 2,24 2,04 2,02 1,83 1,63 1,71 1,37 1,53 1,57 1,58 S15 2,09 1,90 1,78 1,76 1,93 1,71 1,56 1,55 1,59 1,70 S16 2,03 1,94 1,91 1,68 1,90 1,72 1,53 1,56 1,55 1,69 S17 2,26 2,29 1,69 1,70 1,88 1,68 1,53 1,52 1,35 1,66 S18 2,39 2,02 1,82 1,66 1,77 1,73 1,52 1,43 1,30 1,63 S19 2,18 2,04 1,60 1,78 1,78 1,54 1,54 1,23 1,03 1,50 S20 1,99 1,84 1,84 1,39 1,83 1,68 1,53 1,16 1,29 1,47 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée au cours de la carrière d un film inédit de 2007 selon le nombre de copies ( ) 2,80 2,60 2,40 2,20 2,00 1,80 1,60 1,40 1,20 <5 5 à 9 10 à à à à à à et plus 1,00 S01 S02 S03 S04 S05 S06 S07 S08 S09 S10 S11 S12 S13 S14 S15 S16 S17 S18 S19 S20 Encaissement moyen des distributeurs sur une entrée en salle 19

20 Dès la troisième semaine d exploitation des films inédits de 2007, la diminution de l encaissement moyen par entrée apparait plus prononcée pour les films disposant de 100 à 499 copies (-11,9 % par rapport à la première semaine en semaine 3) que pour les autres films. Cette décroissance est également rapide pour les films comptant 5 à 9 copies. L encaissement distributeur par entrée diminue relativement moins vite pour les films à plus de 500 copies. Entre 500 et 799 copies, il a perdu 4,0 % en semaine 3 de sa valeur initiale et 20,9 % en semaine 5 par rapport à sa valeur initiale (respectivement -1,7 % et -20,6 % pour les films à plus de 800 copies). Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation selon le nombre de copies des films inédits de 2007 (%) <5 copies 5 à 9 copies 10 à 19 copies 20 à 49 copies 50 à 99 copies 100 à 199 copies 200 à 499 copies 500 à 799 copies 800 copies et plus tous films 2007 S02-0,1-2,3-2,9-7,0-3,2-3,0-1,2-0,9-2,4-1,7 S03-6,1-10,4-8,8-8,1-3,1-11,0-11,0-4,0-1,7-6,8 S04-14,8-16,9-14,4-12,0-12,7-19,2-20,4-10,9-7,6-14,1 S05-16,0-21,8-17,3-15,4-18,3-20,9-25,8-20,9-20,6-22,0 S06-14,5-22,0-19,1-17,2-23,0-23,8-30,0-25,6-24,2-26,1 S07-16,8-23,8-21,1-18,3-22,6-29,5-32,9-32,4-30,3-30,9 S08-23,2-22,0-20,5-19,2-21,4-28,7-32,3-40,0-41,5-34,4 S09-21,7-26,1-20,7-19,5-23,0-28,5-34,6-39,1-36,9-33,9 S10-16,6-18,9-23,9-21,7-23,9-27,0-38,8-37,9-40,6-34,6 S11-23,7-18,6-21,8-21,1-26,3-32,8-40,3-38,8-44,1-35,8 S12-26,4-24,2-20,3-21,6-24,5-30,8-41,7-39,1-41,4-34,6 S13-19,9-13,4-22,2-22,7-25,8-33,8-36,5-42,0-40,2-35,7 S14-13,9-21,3-18,4-26,1-37,5-34,7-48,8-42,8-41,5-40,4 S15-19,5-26,8-28,0-29,0-25,7-34,6-41,5-41,9-40,5-35,9 S16-22,0-25,3-22,8-32,4-27,1-34,4-42,8-41,4-42,2-36,5 S17-12,9-11,7-31,5-31,4-27,7-35,9-42,8-43,1-49,5-37,6 S18-8,0-21,9-26,4-33,1-32,1-33,9-43,1-46,5-51,2-38,7 S19-16,1-21,4-35,4-28,1-31,8-41,0-42,2-54,1-61,4-43,7 S20-23,4-28,9-25,7-43,9-29,9-35,6-42,8-56,6-51,7-44,6 Evolution de l encaissement distributeur hebdomadaire par entrée par rapport à la première semaine d exploitation selon le nombre de copies des films inédits de 2007 (%) 0,0 S02 S03 S04 S05 S06 S07-5,0-10,0-15,0-20,0-25,0-30,0 <5 5 à 9 10 à à à à à à et plus tous films ,0 20 Encaissement moyen du distributeur sur une entrée en salle de cinéma

La promotion des films. Analyse en données brutes

La promotion des films. Analyse en données brutes La promotion des Analyse en données brutes Juillet 2007 Sommaire Synthèse... 3 Méthodologie... 5 1. Les en salles : plus de 80 % des bénéficient d une exposition publicitaire... 6 2. L affichage : support

Plus en détail

TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS

TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS TARIFS APPLIQUES POUR L UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES VIVANTS 1/11 TABLE DES MATIERES UTILISATION DE MUSIQUE ENREGISTREE AU COURS DE SPECTACLES DRAMATIQUES / SPECTACLES DE VARIETES...

Plus en détail

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013

L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 Février 2015 - N 15.004 L EMPLOI INTERMITTENT DANS LE SPECTACLE AU COURS DE L ANNÉE 2013 En résumé : En 2013, l emploi intermittent du spectacle concerne 254 000 salariés, 111 000 employeurs relevant du

Plus en détail

Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015

Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015 La Maison des Artistes www.secuartsgraphiquesetplastiques.org Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015 2013 IMPORTANT : Même si vous

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX

CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX CONDITIONS GENERALES LIVRET GRAND PRIX 1 Ouverture et détention du Livret Grand Prix 1.1 Conditions d ouverture et de détention Le Livret Grand Prix est un compte d épargne. Il peut être ouvert par : toute

Plus en détail

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015

Bordereau de renseignements OG B.I.C. Millésime 2015 LE MANS LAVAL ALENCON Siège social 1 rue de la Paix Parc d activités du Londreau 126-128 rue de la Mariette CS 60506 BP 230 - Cerisé 72000 LE MANS 53005 LAVAL CEDEX 61007 ALENCON CEDEX Tel : 02 43 86 36

Plus en détail

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires)

Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Recommandations à usage des compositeurs de musiques de films (cinéma et télévision : fictions et documentaires) Seule une attitude commune et responsable des compositeurs permettra une défense de nos

Plus en détail

GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS

GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS 2014 IRCEC - Caisse nationale de retraite complémentaire des artistes auteurs GUIDE DE LA RETRAITE DES ARTISTES AUTEURS 2014 L IRCEC Votre cotisation RAAP Votre

Plus en détail

RECORD PREMIUM 1 1. Assurance-vie à prime unique de la branche 21, dont le taux d intérêt sur la prime nette versée² est garanti.

RECORD PREMIUM 1 1. Assurance-vie à prime unique de la branche 21, dont le taux d intérêt sur la prime nette versée² est garanti. RECORD PREMIUM 1 1 Type d assurance-vie Garanties Assurance-vie à prime unique de la branche 21, dont le taux d intérêt sur la prime nette versée² est garanti. En cas de vie de l assuré au terme du contrat

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie

Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Le prix de l eau en Haute-Savoie en 2011 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère de l Alimentation, de l

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

En 2013, 605 organismes pratiquent

En 2013, 605 organismes pratiquent j u i n Le marché de l assurance complémentaire santé : des excédents dégagés en 2013 En 2013, 33 milliards d euros de cotisations ont été collectés sur le marché de l assurance complémentaire santé en

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0%

Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Tendance baissière confirmée Les recettes publicitaires des médias : -3,6% Les dépenses de communication des annonceurs : -3,0% Les recettes publicitaires nettes des médias s élèvent en 2013 à 13,3 milliards,

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT

I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT CHAPITRE 05 : LES OPERATIONS D ACHATS ET DE VENTES I. PRESENTATION DES FACTURES DE DOIT A. Définition La facture est un écrit dressé par un commerçant et constatant les conditions auxquelles il a vendu

Plus en détail

Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012

Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012 AFPF APC APFP SPI UPF Convention collective de la production cinématographique : Etude d'impact sur le texte signé le 19 janvier 2012 Notre étude d impact a été réalisée à partir de données objectives

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC Numérisation des salles de cinéma Les instruments de financement du CNC Version du 30 octobre 2009 Le fonds de mutualisation Quel est son rôle? Le fonds de mutualisation a pour objet de collecter les contributions

Plus en détail

Association Dossier de demande de subvention 2016

Association Dossier de demande de subvention 2016 Association Dossier de demande de subvention 2016 A adresser au plus tard le 31 DECEMBRE 2015 à : Monsieur le Président du Conseil Départemental Hôtel du Département 1 rue du Pont Moreau CS 11096 57036

Plus en détail

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE Mai 2014 Comptes d opérations monétaires Compte 953 - Pertes

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

SPECIAL LOI DE FINANCES 2015

SPECIAL LOI DE FINANCES 2015 SUPPLEMENT JANVIER 2015 SPECIAL LOI DE FINANCES 2015 DUO SOLUTIONS A SELECTIONNÉ POUR VOUS DANS LA LOI DE FINANCES POUR 2015 ET DANS LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2014 LES MESURES QUI VOUS CONCERNENT.

Plus en détail

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01

(2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 3.5 Annexes Centres de Gestion Agréés (2015) INFORMATIONS GENERALES OGBIC01 Tableau obligatoirement transmis pour la campagne fiscale 2015. Généralités Nom de la personne à contacter sur ce dossier au

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 59 DU 3 JUIN 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 6 E-1-10 INSTRUCTION DU 25 MAI 2010 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CALCUL DU CHIFFRE D AFFAIRES

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT

NOTICE EXPLICATIVE IMPORTANT NOTICE EXPLICATIVE Pour demander votre affiliation au Régime de Sécurité Sociale des Auteurs, vous devez déclarer les revenus d auteur perçus au cours des deux années précédentes l année en cours de laquelle

Plus en détail

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable.

Durée d investissement recommandée de 8 ans. SCPI à capital variable. SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine Durée d investissement recommandée de 8 ans.

Plus en détail

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N

28 2006 5 2008 G I E AG R I C A G E S T I O N RÈGLEMENT INTÉRIEUR Approuvé par l Assemblée Générale Extraordinaire AGRICA du 28 juin 2006 Modifié par le Conseil d administration du 5 décembre 2008 GIE AGRIC A GESTION SOMMAIRE ART. 1 OBJET 3 ART. 2

Plus en détail

GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS

GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS Professionnels Entrepreneurs GUIDE DES PRINCIPAUX PRODUITS, SERVICES ET TARIFS janvier 2014 Professionnels Entrepreneurs Sommaire Vous êtes artisan, commerçant, agriculteur, profes sionnel libéral, dirigeant

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT 212-2005

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT 212-2005 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE RIMOUSKI RÈGLEMENT 212-2005 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 38-2002 CONCERNANT L IMPOSITION D UNE TARIFICATION POUR LES SERVICES DE LOISIR CONSIDÉRANT QUE le conseil municipal

Plus en détail

Vers des Médias accessibles. Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques

Vers des Médias accessibles. Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques Vers des Médias accessibles Aides et Financement des projets cinématographiques, audiovisuels et numériques Le Crédit impôt cinema Le Crédit impôt audiovisuel Le Crédit d impôt cinéma Quel Objectif? Soutenir

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2)

VEHICULES UTILISES A TITRE PROFESSIONNEL (à remplir seulement en cas de déduction de frais réels) Mode de détention (*2) DEMANDE D ATTESTATION ET SES ANNEXES MODELE ADHERENT DOCUMENTS A NOUS ADRESSER OBLIGATOIREMENT SUR SUPPORT PAPIER OU EN DEMATERIALISATION EDI-TDFC Demande d attestation et renseignements complémentaires

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

Accompagnement des organisations syndicales dans leurs obligations comptables

Accompagnement des organisations syndicales dans leurs obligations comptables Vos interlocuteurs : Christine GERARD Philippe LOPEZ DE RODAS Tel : 06 86 91 28 52 Christian LOPEZ DE RODAS Tel : 06 71 23 21 33 Accompagnement des organisations syndicales dans leurs obligations comptables

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

1er jour ouvré de la quinzaine suivante Comptes à terme. A convenir avec la clientèle 2. Versement Espèces Sur place

1er jour ouvré de la quinzaine suivante Comptes à terme. A convenir avec la clientèle 2. Versement Espèces Sur place CONDITIONS GENERALES DE BANQUE I. FONCTIONNEMENT DE COMPTES 1. Ouverture de comptes Comptes chèques : 33-35 Particulier - personne physique Versement minimum Solde minimum Néant Valeur crédit J + 1 ouvrable

Plus en détail

Sommaire. Astuce : cliquer sur la question qui vous intéresse vous renvoie directement au chapitre concerné.

Sommaire. Astuce : cliquer sur la question qui vous intéresse vous renvoie directement au chapitre concerné. Un certain nombre de questions reviennent régulièrement lorsque les lecteurs fréquentent la médiathèque de Tours sur Marne. Voici donc une FAQ (Foire Aux Questions / Frequently Asked Questions) pour y

Plus en détail

Quel est, en France, le statut le plus adapté pour le compositeur à l image en début de carrière?

Quel est, en France, le statut le plus adapté pour le compositeur à l image en début de carrière? Quel est, en France, le statut le plus adapté pour le compositeur à l image en début de carrière? Quel est le statut du compositeur en France? Comment établir une facture réglementaire? Par quel biais

Plus en détail

MANUEL UTILISATEUR : RECETTES TABLE DES MATIERES PIE : PRESTATIONS INTERNES ET EXTERNES

MANUEL UTILISATEUR : RECETTES TABLE DES MATIERES PIE : PRESTATIONS INTERNES ET EXTERNES JEFYCO MANUEL UTILISATEUR : RECETTES TABLE DES MATIERES PIE : PRESTATIONS INTERNES ET EXTERNES 2 1 GENERER UNE FACTURE HORS CATALOGUE 2 1.1 SAISIE DU CLIENT 3 1.2 SAISIE DU FOURNISSEUR 4 1.3 PREPARATION

Plus en détail

www.jpad.fr.st JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui?

www.jpad.fr.st JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui? JPAD portage - portage 1/5 Pour qui? Comment? Les avantages Portage - Pour qui? Une nouvelle façon de travailler : le portage permet à des consultants (experts ou formateurs) d'être salariés pour une mission

Plus en détail

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2).

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2). Secrétariat Général Direction des finances NOT99R315DFI Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les Chefs des services financiers sous couvert de Mesdames et Messieurs les Délégués régionaux et Directeurs

Plus en détail

APRÈS ART. 20 N 300 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) AMENDEMENT. présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ----------

APRÈS ART. 20 N 300 ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) AMENDEMENT. présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ---------- ASSEMBLÉE NATIONALE 27 novembre 2014 PLFR POUR 2014 - (N 2353) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT N o 300 présenté par M. Dufau et Mme Pires Beaune ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce

Plus en détail

Action sociale de la Mutuelle Audiens. de la presse, du spectacle et de la communication. Notice d information. À vos côtés tout au long de la vie

Action sociale de la Mutuelle Audiens. de la presse, du spectacle et de la communication. Notice d information. À vos côtés tout au long de la vie Action sociale de la Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication Notice d information À vos côtés tout au long de la vie Les aides complémentaires aux dépenses de santé Nature de

Plus en détail

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA

LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA 1 LES ACTES DE MEDECINE ET DE CHIRURGIE ESTHETIQUE SOUMIS A LA TVA Depuis le 1 er octobre 2012, les actes de médecine et de chirurgie esthétique non remboursés par la sécurité sociale sont soumis à la

Plus en détail

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire

Musique éthique. Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire Musique éthique Cahier des charges pour une filière musicale équitable et solidaire 1. Contexte Aujourd hui, la filière musicale est dominée par une poignée de «majors». La suprématie de la logique économique

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Questionnaire de référencement des maisons d édition en Lorraine. Coordonnées de la maison d édition

Questionnaire de référencement des maisons d édition en Lorraine. Coordonnées de la maison d édition Questionnaire de référencement des maisons d édition en Lorraine Les champs marqués d une * apparaitront sur l annuaire des Éditeurs en Lorraine (sous réserve de votre candidature et de votre sélection)

Plus en détail

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC

Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Développement du numérique LA REMUNERATION POUR COPIE PRIVEE POSITION DE LA FIEEC Novembre 2012 La FIEEC est une Fédération de l'industrie qui rassemble 29 syndicats professionnels dans les secteurs de

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION TOURETTE ROMANDIE

STATUTS DE L'ASSOCIATION TOURETTE ROMANDIE STATUTS DE L'ASSOCIATION TOURETTE ROMANDIE Groupe d échanges suisse romand pour le syndrome Gilles de la Tourette Dénomination, siège et durée Article premier 1. L Association Tourette-Romandie, ci-après

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible?

A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 32 LES FACTEURS ECONOMIQUES DE LA CONSOMMATION A Comment passe-t-on des revenus primaires au revenu disponible? 1 De la production aux revenus primaires 1. Une fois la richesse produite dans les entreprises

Plus en détail

1. Coût et grille de vente d une opération de 13 lots individuels pour 1.267.000 répartis comme suit :

1. Coût et grille de vente d une opération de 13 lots individuels pour 1.267.000 répartis comme suit : ANNEXE 7 : COMPTABILISATION DES OPERATIONS D ACCESSION 1. Caractéristiques de l opération immobilière 1. Coût et grille de vente d une opération de 13 lots individuels pour 1.267.000 répartis comme suit

Plus en détail

q u-*t[, [o L M"4A 4a / f -1- r / 7 PROTOCOLE SUR LE VERSEMENT DE L'AIDË A LA DISTRIBUTION A f( t DES FTLMS EN SALLES PAR LA SOCIETE CANAL+ SA

q u-*t[, [o L M4A 4a / f -1- r / 7 PROTOCOLE SUR LE VERSEMENT DE L'AIDË A LA DISTRIBUTION A f( t DES FTLMS EN SALLES PAR LA SOCIETE CANAL+ SA M"4A PROTOCOLE SUR LE VERSEMENT DE L'AIDË A LA DISTRIBUTION DES FTLMS EN SALLES PAR LA SOCIETE CANAL+ SA Dans le but d'assurer la répartition effective de la contribution à la distribution prévue à l'articte

Plus en détail

LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables. Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA.

LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables. Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA. LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE - T. V. A. et Traitements comptables Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o Découvrir les principes des traitements comptables de la TVA. Connaissances de base en

Plus en détail

LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS

LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS MICHEL MARX Expertises EXPERTS IMMOBILIERS SPÉCIALISTES DE LA PROPRIÉTÉ COMMERCIALE LA VALORISATION DES LOCAUX MONOVALENTS par Michel MARX expert immobilier chartered surveyor FRICS Plan : Introduction

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION VILLE DE CAVEIRAC COMMISSION MUNICIPALE DES ASSOCIATIONS ET DES SPORTS DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Dossier à retourner rempli et signé à l adresse suivante : Mairie de CAVEIRAC Service des associations

Plus en détail

Éco-Chèque UNE AIDE DE LA RÉGION MIDI-PYRÉNÉES POUR LES PARTICULIERS QUI FONT DES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE DANS LEUR LOGEMENT

Éco-Chèque UNE AIDE DE LA RÉGION MIDI-PYRÉNÉES POUR LES PARTICULIERS QUI FONT DES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE DANS LEUR LOGEMENT Éco-Chèque Logement Midi-Pyrénées UNE AIDE DE LA RÉGION MIDI-PYRÉNÉES POUR LES PARTICULIERS QUI FONT DES TRAVAUX D ÉCONOMIE D ÉNERGIE DANS LEUR LOGEMENT 1 000 à 1 500 d aide* *1500 E pour les propriétaires

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Règlement des frais ricardo.ch

Règlement des frais ricardo.ch Valable à partir du 20. septembre 2011 1 FRAIS 3 1.1 Généralités... 3 1.2 Types de frais... 3 1.3 Frais de publication... 3 1.4 Frais de clôture... 4 1.5 Exceptions... 4 1.6 Frais facturés pour les options

Plus en détail

Chapitre 3. Les achats de biens et de services

Chapitre 3. Les achats de biens et de services Chapitre 3 de biens et de services de biens de services Les réductions sur achats de biens et de services, nécessaires à l exploitation, s enregistrent sur la base des pièces justificatives (factures).

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

on à l i m a ge Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier...

on à l i m a ge Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier... Ed uc ati on à l i m a ge L e s a te l i e r s d u c i n é m a p o u r to u s Famille, Centres de loisirs, Maisons de quartier... Clair Obscur vous propose des ateliers audiovisuels tout public, des séances

Plus en détail

ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU)

ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU) NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter : Tél. : 01 44 90 20 62 Fax : 01 44 90 20 68 cotisation@crpcen.fr ZONES FRANCHES URBAINES (ZFU) Les entreprises situées dans les zones franches urbaines

Plus en détail

APPEL A PROJET. Résidence de création des Scènes du Nord Alsace

APPEL A PROJET. Résidence de création des Scènes du Nord Alsace APPEL A PROJET Résidence de création des Scènes du Nord Alsace Espace Rohan Place du Général de Gaulle BP 40055-67701 Saverne Cedex T. +33 (0)3 88 01 80 40 M. contact@espace-rohan.org www.espace-rohan.org

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc.

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. L arrivée de 2012 nous apporte plusieurs ajustements de taux aux fins fiscales. Voici les principaux ajustements à

Plus en détail

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Article liminaire La prévision de solde structurel et de solde effectif de l ensemble des administrations publiques pour 2014

Plus en détail

Tout savoir sur... Progécarte. Pour encaisser vos ventes plus simplement et proposer à vos clients de vous régler par carte bancaire

Tout savoir sur... Progécarte. Pour encaisser vos ventes plus simplement et proposer à vos clients de vous régler par carte bancaire Tout savoir sur... Progécarte Qu est-ce que Progécarte Sans Contact? Progécarte Sans Contact est une solution monétique réservée aux professionnels. Il s agit d un contrat de location de Terminaux de Paiement

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T1 2014

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T1 2014 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 1 er trimestre 2014 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les opérateurs

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

EN CAS DE MODIFICATION, CORRIGEZ DIRECTEMENT LES DONNÉES AFFICHÉES. Forme juridique Télécopie. E-mail Marque(s) et statut(s) représenté(s) MS1

EN CAS DE MODIFICATION, CORRIGEZ DIRECTEMENT LES DONNÉES AFFICHÉES. Forme juridique Télécopie. E-mail Marque(s) et statut(s) représenté(s) MS1 Versement avant le 1 er mars 215 SIMPLIFIEZ-VOUS LA VIE ET GAGNEZ DU TEMPS Déclarez et payez en ligne sur www.anfa-auto.fr Vos identifiants web : Siret Code internet N de dossier CONTRIBUTIONS 1 % PROFESSION

Plus en détail

LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA

LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA FICHE 2 LA TECHNIQUE DE LA LASM LaLivraison à soi-même (LASM) d un bien est une technique propre à la TVA dont l objet, ainsi que nous le verrons plus en détail ci-après, est de permettre une application

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12 FISCALITE DIRECTE DES ENTREPRISES. TAXES DIVERSES DUES PAR LES ENTREPRISES. CONTRIBUTION SUPPLEMENTAIRE A L APPRENTISSAGE

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

A V A N T A G E S E N N A T U R E F R A I S P R O F E S S I O N N E L S Bases de cotisations Sécurité Sociale. au 1er janvier 2013

A V A N T A G E S E N N A T U R E F R A I S P R O F E S S I O N N E L S Bases de cotisations Sécurité Sociale. au 1er janvier 2013 QUESTIONS SOCIALES Note d information n 13-02 du 3 janvier 2013 A V A N T A G E S E N N A T U R E F R A I S P R O F E S S I O N N E L S Bases de cotisations Sécurité Sociale au 1er janvier 2013 Références

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France

Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France 31 mai 2012 Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France Année 2011 Résultats provisoires ISSN : 2258-3106 2 Remarques générales 1. Publication L ARCEP publie un bilan de l

Plus en détail

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros 21 mai 2012 BULLETIN DES ANNONCES LEGALES OBLIGATOIRES Convocations Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts Ales Groupe Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros Siège social : 99, rue du

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION. Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne. Volet coopération européenne

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION. Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne. Volet coopération européenne DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Fonds Régional d Appui à la Sensibilisation Européenne et à la Coopération européenne Volet coopération européenne Dénomination de la structure : Titre du projet : Date

Plus en détail

BAC PRO cuisine. MERCATIQUE GESTION APPLIQUEE Repère : E21. Durée : 2 heures maxi. LP Simon Lazard SARREGUEMINES. Contrôle en cours de formation

BAC PRO cuisine. MERCATIQUE GESTION APPLIQUEE Repère : E21. Durée : 2 heures maxi. LP Simon Lazard SARREGUEMINES. Contrôle en cours de formation Contrôle en cours de formation BAC PRO cuisine MERCATIQUE GESTION APPLIQUEE Repère : E21 Note obtenue sur 30 LP Simon Lazard SARREGUEMINES NOM : Prénom : Classe : Durée : 2 heures maxi L usage de la calculatrice

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Découvrez la Sofia Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Société française des intérêts des auteurs

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement

Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement 1 / 10 Processus 6 : Gestion de la trésorerie et du financement Le P6 regroupe 3 parties : - Le suivi et l optimisation de la trésorerie à court terme (au jour le jour) ; - La détermination des besoins

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 2013

Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 2013 Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 15, rue Maréchal Foch 56100 Lorient I Tél 0820 220 440 I Fax 02 97 21 88 85 I Email contact@fymconseil.com I Site www.fymconseil.com SA au capital

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail