Pour le 7 juin, à grand renfort de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour le 7 juin, à grand renfort de"

Transcription

1 Info Ch Bimestriel n 41 - Juin 2009 mbre La lettre d information de la Chambre d Agriculture de l Ile de France édito informatique Les élections européennes : une échéance pour qui? Pour le 7 juin, à grand renfort de communiqués de presse et de spots publicitaires, la classe politique nous appelle à voter. Mais voter pour qui? Un Ministre de l Agriculture qui vient d entériner une décision qui va faire perdre 19,1 M à la ferme Ile-de-France, et ce soi-disant pour nous préparer à la révision de la PAC de 2013? Cela voudrait dire que, si ce Ministre est demain aux responsabilités au niveau européen comme député ou, pire, comme commissaire, nous aurions à franchir une marche supplémentaire d assistanat environnemental et territorial au détriment de l économie agricole. Alors, Monsieur le Ministre, nous n avons pas confiance en vous, pas plus qu en votre opposition qui applaudit des deux mains vos réformes. Gageons que 2013 risque de sonner la fin des productions céréalières, laitières... si nous ne nous mobilisons pas dès maintenant pour peser dans le débat. Nous devons faire comprendre que l agriculture est un atout économique pour notre pays et que la politique agricole ne se limite pas à de l environnement ou à de l aménagement du territoire. Si l échéance de 2013 vous semble lointaine, alors voici les données : - Nous sommes 27 pays européens et beaucoup revendiquent un niveau de soutien équivalent dans tous les pays. - D autres pays, dont les Anglais, exigent une baisse du budget agricole de 30%. Si cela doit se traduire par une prime unique de 130 de l hectare, j espère que cette perspective suffira à vous convaincre qu il faut commencer à se battre dès maintenant, sinon en 2013 nous nous réveillerons trop tard comme pour ce «bilan de santé». C. HILLAIRET Président de la Chambre d Agriculture Site Internet : hausse des fréquentations Le mois d avril enregistre de nouveau une hausse des connexions sur le site grand public : par rapport au début de l année, le nombre de visiteurs a augmenté de 23%. Côté espace professionnel, on compte un peu moins de visites en avril qu en mars. Rien de surprenant, ceci n est que la confirmation d un des intérêts de notre site Internet pour les agriculteurs : trouver la réponse à la question du moment! Et, si l on compare à la fréquentation des mois précédents, on ne peut que constater que parmi les nouveaux internautes certains continuent à venir Une forme d encouragement à maintenir l effort de communication via ce support. N. DIDELOT - Service Informatique sommaire environnement Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Edito de Christophe HILLAIRET Site Internet : hausse des fréquentations Aides CIPAN : opération 2009 en demi-teinte PAC : retour sur la réforme en cours PAC : incidences sur l Ile-de-France Ouest PAC : la mobilisation de la Chambre d Agriculture Agenda Aménagement : projet de PNR Yvelines - Essonne Energie : le Plan de Performance Energétique Spécialisés : lutte contre la mouche de la carotte Urbanisme : deux poids, deux mesures! Diversification : la réglementation sur la vente directe Diversification : le distributeur automatique de lait cru Aménagement : le Grand Paris Aménagement : recours contre le projet de CET de Saint Escobille Aides CIPAN : opération 2009 en demi-teinte Les Conseils Généraux, en collaboration avec la Chambre d Agriculture, ont apporté depuis plusieurs années une aide à la mise en place de Couverts Intermédiaires Piège à Nitrates (CIPAN). Malheureusement, pour l interculture 2009, cette aide ne sera pas renouvelée sur la totalité du territoire de l Ile-de-France Ouest. En effet, dans le Val d Oise, sans concertation avec la profession, le Département a effacé de son budget la ligne dédiée aux CIPAN. En dépit de la volonté et de l insistance de la Chambre d Agriculture, le Département n a pas accepté de reconduire l aide en Dans les Yvelines et l Essonne, une aide sera bien accordée pour la prochaine interculture avec toutefois quelques nouveautés concernant les conditions d attribution et de mise en œuvre. Pour les Yvelines, seules les surfaces en cultures intermédiaires permettant d aller au-delà des 70% de couverture automnale réglementaire sur une exploitation pourront bénéficier de l aide du Département. Par ailleurs, la contrainte de destruction s assouplit pour les surfaces sous convention avec le Conseil Général : il n est plus nécessaire d attendre le 1 er décembre pour pouvoir détruire le couvert. La destruction peut désormais intervenir deux mois après la date de semis des CIPAN. Dans l Essonne, la liste des communes classées par priorité disparaît. L aide sera accordée en priorité pour les CIPAN implantés dans les périmètres de protection rapprochée de captages «vulnérables» définis par le Département. Dans ces périmètres prioritaires, le plafond de surface aidée par exploitation sera élevé à 20 hectares contre 10 hectares dans le reste du département. 2 avenue J. d Arc, BP Le Chesnay Tél.: Pour les Yvelines et l Essonne, un courrier détaillant les modalités d inscription à l opération devrait arriver prochainement dans chaque exploitation. J. MONROUX - Bureau Agronomie Environnement 1- Info Chambre n 41

2 Politique Agricole Commune 2- Info Chambre n 41 PAC : retour sur la réforme en cours Le bilan de santé de la PAC, lancé il y a un an par la Commission Européenne, s est déroulé en trois étapes, qui ont chacune formalisé des mesures complémentaires les unes des autres. L impact attendu de ces dernières sur les exploitations agricoles de l Ile-de-France Ouest a suscité une profonde inquiétude dans notre circonscription et a conduit à une mobilisation sans précédent dans laquelle la Chambre d Agriculture s est fortement impliquée. Retour sur une réforme dont certains contours restent à définir. LES CHOIX EUROPÉENS DU 20 NOVEMBRE 2008 Le 20 novembre 2008, la Commission Européenne a annoncé les mesures du bilan de santé valables pour l ensemble des pays de l Union Européenne : - Suppression définitive de la jachère. - Découplage total de l ensemble des aides végétales et animales d ici à 2012 (à partir de 2010 pour les aides SCOP), à l exception de la PMTVA 1. Intégration des montants aux DPU en fonction d une période de référence historique à définir. - Suppression de l ACE 2 en Réduction des outils d intervention à leur niveau minimum : en blé tendre, intervention à 101,31 /t sur un contingent européen de 3 millions de tonnes. - Hausse de la modulation 3 de 2% en 2009 puis de 1% par an, pour atteindre un taux final de 10% en % de modulation supplémentaire seront appliqués sur la tranche d aides supérieure à Au lieu de 3 ans, retour à la réserve des DPU non utilisés au bout de 2 ans. - Hausse des quotas laitiers de 1% par an sur 5 ans à partir de Dès le 25 novembre, la Chambre, réunie en Session, dénonçait ces mesures, qui opèrent un démantèlement des outils de régulation des marchés et introduisent des mécanismes de transfert d aides entre systèmes de production sur la base de cours des marchés exagérément optimistes. LE «PLAN BARNIER» DU 23 FÉVRIER 2009 Sur certains aspects du bilan de santé, l Union Européenne a laissé une marge de manœuvre aux Etats membres. Quatre outils étaient à la disposition de la France pour réaffecter les soutiens de la PAC au sein du 1 er pilier. L Etat a choisi d en utiliser deux : - Article 63 : cet outil permet de créer ou de revaloriser des DPU sur une base historique à partir des montants issus du découplage des aides. Quatre aides seront mises à contribution en 2010, pour lever un budget total de 760 M : les aides couplées SCOP, dont 14/25 ème seront prélevés sur les 25% encore couplés aujourd hui ; la PMTVA, prélevée à hauteur de 12,5% ; la prime à l abattage et la prime à la brebis, prélevées à hauteur de 12,5%. Les montants seront utilisés essentiellement pour la revalorisation des DPU sur les surfaces en herbe. Le solde de 11/25 ème de la partie couplée des aides SCOP reviendra finalement aux détenteurs historiques des droits, en intégrant les DPU. - Article 68 : cet outil permet de réorienter les aides au sein du 1 er pilier par un prélèvement annuel linéaire de 5% du total des soutiens. Au niveau francilien, il financera notamment la création d une aide à la surface pour les protéagineux (montant provisoire estimé : 100 /ha en 2012), l assurance récolte, les fonds sanitaires et l aide au maintien de l agriculture biologique. LE PLAN D ACCOMPAGNEMENT DU 30 MARS 2009 Pour répondre à la mobilisation de la profession agricole de l Ile-de-France contre le Plan Barnier, le Président de la République a annoncé un plan d accompagnement pour les exploitations en grandes cultures. Il se décline à travers trois mesures : - Jeunes agriculteurs : sur un budget national de 20 M, à partir de 2010, revalorisation de leurs DPU à partir des DPU non utilisés de la réserve nationale. - Diversification des assolements : à raison de 25 /ha, soutien des exploitations spécialisées COP. L assolement devra comprendre au moins 4 cultures différentes. Chaque culture représentera au moins 5% de la sole cultivée ; la culture majoritaire moins de 45% ; les trois cultures principales moins de 90%. Pour le moment, cette mesure n est prévue que pour la seule année Mesure Agri Environnementale Rotationnelle : à raison de 32 /ha, soutien d exploitations COP contractualisant sur 5 ans, sur la base d un cahier des charges quasiment similaire à la MAE rotationnelle existante. De ce point de vue, les différences seront les suivantes : la culture majoritaire pourra atteindre 50% de la sole cultivée et une part minimum d oléoprotéagineux sera exigée dans l assolement. Cette mesure devrait être réservée aux départements ayant un rendement de référence inférieur à 60 q/ha, excluant ainsi l Ile-de-France du dispositif. De nombreux points de détail de la réforme restent en suspens. Ils font l objet de discussions au sein de trois groupes de travail nationaux (article 63, article 68, conditionnalité), qui doivent rendre leurs conclusions d ici à la fin de l été. Seul point majeur, Nicolas Sarkozy a officiellement annoncé le retour du solde des 11/25 ème des aides couplées SCOP aux détenteurs historiques. 1 PMTVA : Prime au Maintien du Troupeau de Vaches Allaitantes 2 ACE : Aide aux Cultures Energétiques 3 Pour rappel, la modulation correspond à un transfert du soutien à la production (aides du 1 er pilier : aides couplées, DPU) au développement rural (aides du 2 nd pilier : MAE, PHAE, etc.).

3 PAC PAC : incidences sur l Ile-de-France Ouest D après nos estimations le paquet de mesures du bilan de santé de la PAC devrait se solder : - Pour la «ferme Ile-de-France Ouest» : par un prélèvement total de 19,1 M sur les soutiens en 2010, soit 23,3% des soutiens de 2006, pour des retours de 2,9 M (aide protéagineux, soutiens à l élevage, etc.), soit 15% des prélèvements. - Au niveau des exploitations agricoles spécialisées COP : selon les départements, par une diminution du résultat économique avant cotisations sociales comprise entre 22 et 26,5% (année 2012 par rapport à une référence 2006). Pour les jeunes agriculteurs, l impact devrait être encore plus fort, puisque la réduction est estimée à 33%. Politique Agricole Commune PAC : la mobilisation de la Chambre d Agriculture Dès l annonce du Plan Barnier le 23 février, le Président de la Chambre d Agriculture a vivement réagi, par médias interposés, à l occasion du Salon de l agriculture, contre les excès de la réforme, aussitôt relayé par les JA, la FSEAIF, les départements voisins et ORAMA. Les actions auprès des élus locaux et nationaux pour alerter sur les conséquences du bilan de santé pour le secteur des grandes cultures ont été multiples : 4 mars : Communiqué de presse commun JAIF / FSEAIF / Chambre d Agriculture (CAIF) : «Bilan de santé de la PAC : les agriculteurs franciliens en colère». 5 mars : - Rencontre entre Christophe HILLAIRET, Président de la CAIF, Philippe LIROCHON, Président de la Chambre d Agriculture d Eure-et-Loir et Christine BOUTIN. - Rencontre entre Denis RABIER, Vice-Président CAIF, Damien GREFFIN, Président JAIF, et Xavier BERTRAND, par l entremise de Franck MARLIN, député maire d Etampes. 6 mars : - Mobilisation des parlementaires de la circonscription par une lettre commune CAIF-JAIF. - Courrier de la CAIF à Luc Guyau, Président de l Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture (APCA), en réaction au communiqué de presse émis par cet organisme le 23 février. 10 mars : Rencontre entre Michel BARNIER et une délégation de JAIF emmenée par son Président, Damien GREFFIN. Préparation de la rencontre en amont avec la Chambre. 18 mars : - Rencontre entre Christophe HILLAIRET, Patrick THEET, Denis RABIER, Damien GREFFIN et Franck MARLIN, député maire d Etampes. - Communiqué de presse de la CAIF «Bilan de santé de la PAC : Opération «Campagne morte» le 25 mars» 24 mars : En préambule du débat sur le bilan de santé, rencontre entre les parlementaires de la circonscription et les professionnels agricoles à l Assemblée Nationale : présence de F. MARLIN, P. HOUILLON et Y. VANDEWALLE. 25 mars : - Opération «Campagne morte» pour l ensemble des entreprises franciliennes du secteur agricole. - Avec l appui de P. CUYPERS, membre du Bureau de l APCA, déclaration commune de 27 Présidents de Chambres d Agriculture incitant l APCA à nuancer sa position et à mieux prendre en compte les préoccupations des régions de polyculture céréalière. 26 mars : Communiqué de presse «Jusqu où faudra-t-il aller pour mobiliser les députés de l Ile-de-France?». 30 mars : Rencontre à l Elysée, obtenue par le Président du Sénat à la demande de C. HILLAIRET, entre le Président de la République et les Présidents des Chambres de l Ile-de-France, de l Eure-et-Loir, de la Seine-et-Marne, de l Aisne, de l Yonne, de la Régionale Ile-de-France et Thierry BONTOUR (FDSEA 77). Luc GUYAU (APCA) et Jean-Michel LEMETAYER (FNSEA) y ont été invités. C est à cette occasion que le Président de la République a officiellement confirmé le retour aux détenteurs historiques du solde de 11/25 ème des aides couplées, que les JA d Ile-de-France avaient obtenu de M. BARNIER le 10 mars. Il a aussi annoncé un plan d accompagnement aux céréaliers, doté de 170 millions d euros, dont l impact en Ile-de-France risque d être limité. 14 avril : Courrier à M. MALVEZIN, conseiller technique Agriculture et Pêche de la Présidence de la République, en réaction aux insuffisances du plan d accompagnement annoncé par Nicolas SARKOZY le 30 mars. 27 avril : Rencontre au Sénat entre Gérard LARCHER, Président du Sénat, Henri de RAINCOURT, sénateur de l Yonne, Christophe HILLAIRET et les Présidents des Chambres de l Yonne et de l Eure-et-Loir, en préparation du débat sur le bilan de santé au Sénat, le lendemain. V. MARTINEAU - Bureau Communication et Information 3- Info Chambre n 41

4 calendrier aménagement Evénements juin : Stand des agriculteurs à la Foire d Etampes (91). Echéances sociales 1er juin Exploitants agricoles : date limite de versement du 2 ème appel provisionnel 2009 (25% des cotisations 2008). 10 juillet Employeurs agricoles : date limite de retour à la MSA de la déclaration des salaires versés au titre du deuxième trimestre Echéances fiscales Agenda 9 mai : date limite de déclaration des revenus Pour les contribuables déclarant par internet, date limite Zone A 11 juin, Zone C 18 juin, Zone B 25 juin. 15 juin Retenue à la source - Prélèvement libératoire : dépôt de la déclaration n 2777-D pour les intérêts de comptes courants ou comptes bloqués d associés versés au cours du mois de mai 2009 (déclaration n 2777-D). 15 juillet Retenue à la source - Prélèvement libératoire : dépôt de la déclaration n 2777-D pour les intérêts de comptes courants ou comptes bloqués d associés versés au cours du mois de juin 2009 (déclaration n 2777-D). 30 juin Entreprises soumises à l impôt sur les sociétés dont l exercice est clos le 31 mars 2009 : date limite de dépôt de la déclaration de résultats n 2065 et ses annexes (impôt sur les sociétés) (délai supplémentaire de 15 jours si processus TDFC). Projet de PNR Yvelines - Essonne Avec l adoption début mai d un avant-projet de Charte, la création du futur Parc, qui succèdera au PNR de la Haute Vallée de Chevreuse, suit le calendrier annoncé. Le nouveau Parc couvrira une soixantaine de communes, contre une vingtaine actuellement. L avant-projet de charte contient 4 axes thématiques (biodiversité, changement climatique, patrimoine et développement économique) et pas moins de 39 objectifs opérationnels. Concernant l agriculture, on y trouve une ambition très forte de préservation des espaces agricoles et naturels et une volonté de soutenir une «agriculture et une sylviculture diversifiées et écologiquement responsables». L agriculture périurbaine et l agriculture biologique y figurent en bonne place, ce qui n est pas sans susciter des interrogations sur l intérêt effectif qui sera porté à l agriculture conventionnelle, qui représente la grande majorité des exploitations agricoles de ce territoire. Le projet de plan du Parc, qui s imposera à l avenir aux documents d urbanisme, n est pas encore finalisé ; il convient de suivre de près l élaboration de ce plan, afin de veiller à ce que les enjeux paysagers, écologiques et patrimoniaux ne prennent pas le pas sur les enjeux agricoles et de développement économique. La Chambre a alerté sur ce point les agriculteurs concernés, ainsi que le Président du PNR. L. de MIRIBEL - Service Juridique et Foncier Date du dépôt légal : novembre 1999, N I.S.S.N , N C.P.P.A.P : 0105 B Directeur de la publication : C. HILLAIRET Conception : Bureau Communication Chambre Interdépartementale d Agriculture d Ile de France Imprimeur : Wauquier - 12 rue Pasteur - BP Bonnières sur Seine énergie PPE : Plan de Performance Energétique Objectifs = 30% des exploitations agricoles à faible dépendance énergétique d ici Améliorer l évaluation de la consommation d énergie et diffuser massivement les Diagnostics Energie ; favoriser la mise en œuvre d actions pour améliorer l efficacité énergétique et encourager le développement des énergies renouvelables. 1- Le diagnostic énergétique des exploitations : il permet d identifier les marges d amélioration et sera un préalable aux investissements ciblés en économie d énergie et production d énergie. La réalisation des diagnostics nécessite la formation à l utilisation d un outil. Dans l attente du développement d un outil national (réalisation commune ADEME, APCA, MAP, etc.), la Chambre d Agriculture de l Ile-de- France, va former 2 agents (Camille Ferrand et Benoît Brouant) à l utilisation de l outil Planète (outil qui servira de socle à l élaboration de l outil national). Les Diagnostics réalisés par les personnes compétentes inscrites sur les listes départementales seront subventionnés au titre du PPE. 2- Appel à projets Méthanisation et banc d essai moteur (BEM) : Les appels à projets sont bouclés et quelques dossiers méthanisation ont été déposés à la DRIAAF par les structures qui portent les projets. La Chambre d Agriculture n a pas déposé de dossier de financement pour un BEM : l objectif de la Chambre d Agriculture est de mener des actions ponctuelles avec des partenaires spécialisés qui sont équipés de BEM et d accompagner ces diagnostics par des formations à la conduite économique des matériels agricoles. Ce schéma ne nécessite pas de mobiliser un agent à temps plein pour valoriser l investissement d un BEM. 3- Autres actions : investissements et aménagements réalisables (selon les conditions d éligibilités détaillées dans la circulaire du Ministère de l Agriculture du 18 février 2009) : - Récupération de chaleur sur bloc de traite, - Chauffe-eau solaire et thermique, - Eclairage permettant des économies d énergie, - Equipements de séchage en grange, - Chaudière biomasse (hors cadre crédit d impôts), - Pompes à chaleur (hors serres), - Equipement de production d électricité pour les sites isolés (100% d autoconsommation), Les montants subventionnables minimums sont de et le taux maximal de subvention est de 40%. B. BROUANT - Service Technique et Economique 4- Info Chambre n 41

5 spécialisés Mouche de la carotte : les conseillers prennent les choses en main De nombreux dégâts de mouches sur carottes, choux et oignons ont marqué la campagne Afin de faire face à ces difficultés, accentuées par le retrait de la plupart des matières actives, le pôle maraîcher d Ilede-France a décidé de mettre en place une détection précoce des vols. A l aide du modèle de prévision SWAT, de la mise en place de pièges dans les zones sensibles, l objectif est d avertir le plus rapidement possible les producteurs sur les risques d attaques. Ce modèle informatique permet de prévoir les périodes de vols et de pontes en fonction de la climatologie du site (température de l air, température du sol et vitesse du vent). Afin d obtenir la préconisation la plus fiable possible sur l ensemble de la région, les relevés de quatre stations météorologiques sont collectés. La corrélation de ces données est validée parallèlement par la mise en place de pièges (panneau chromatique sur carotte et feutrine pour les choux). Les producteurs peuvent ainsi soit détruire les mouches adultes et éventuellement les larves, soit protéger la culture avec des filets anti-insectes, cette dernière méthode n étant applicable qu à des parcelles de taille modeste. Ils peuvent ainsi éviter les dégâts sur cultures de carottes, de choux, d oignons et de poireaux où les pertes peuvent atteindre 80%. Les premiers résultats obtenus sont encourageants et la vigilance des professionnels démontre l intérêt d une surveillance précoce et efficace sur le territoire francilien. C. VALLEE - Service Technique et Economique Deux poids, deux mesures! La réglementation sur la vente directe Utilisation du qualificatif «fermier», «produit de la ferme», ou «produit à la ferme», pour les œufs de poules pondeuses (Décret n du 2 Mars 2009, Arrêté du 25 Mars 2009). Les œufs bénéficiant de ces qualificatifs doivent répondre aux caractéristiques suivantes : La production d œufs ne constitue pas la seule source de revenu. Le nombre de poules pondeuses présentes sur l exploitation n excède pas Les œufs sont ramassés et triés manuellement et quotidiennement. Les producteurs qui souhaitent utiliser ces qualificatifs devront en faire la déclaration auprès de la DDA ou de la DDEA. Droit de mouture (Décret n du 20 Mars 2009) Les producteurs qui possèdent un moulin écrasant moins de 350 quintaux de blé tendre par an, pour la production de farine destinée à la consommation humaine, sont dispensés de détenir un contingent de meunerie. Néanmoins, ils doivent procéder à leur enregistrement auprès de l Office National Interprofessionnel des Grandes Cultures, un mois avant le début de l exploitation. Les moulins, en activité à la date de publication du présent Décret, doivent procéder à leur enregistrement auprès de l Office National des Grandes Cultures, dans un délai de 3 mois. L hygiène sur les marchés forains urbanisme «Les voies du Seigneur sont impénétrables», dit l Ecriture celles de l Administration le sont parfois aussi! A preuve, quelques cas récents en matière de permis de construire en zone agricole : à Fontenay Saint Père, en zone NC du POS et en site inscrit, un permis de construire est accordé pour une maison d habitation et quatre boxes à chiens, au vu d un avis «réputé favorable» de l Architecte des Bâtiments de France! Il ne s agit manifestement pas d une véritable activité économique agricole ; pourtant l autorisation est donnée par le Maire, favorisant ainsi le mitage du territoire. La Chambre s est donc associée à l agriculteur voisin, pour demander le retrait de ce permis. A l inverse, on sait que de véritables agriculteurs, qui ont impérativement besoin de développer leur entreprise, se heurtent souvent à mille difficultés pour obtenir l autorisation de construire un hangar, une serre ou une stabulation. Dernier exemple en date, cet horticulteur, situé à quelques encablures de Fontenay Saint Père, qui, lui, en est à son deuxième refus de permis pour implanter ses installations horticoles! Allez comprendre! Un minimum de cohérence serait bienvenu! P. FEBVRET - Service Juridique et Foncier diversification L arrêté du 9 mai 1995, soutenu par «le paquet Hygiène», prévoit que les équipements et les installations soient conçus, construits, nettoyés et entretenus de manière à éviter la contamination des denrées alimentaires, à maîtriser les risques sanitaires et à respecter les températures. En pratique pour les produits animaux, cela implique pour les producteurs de s équiper d une vitrine réfrigérée, de surfaces de travail et de matériel facile à nettoyer, d un point d eau individuel et de poubelles étanches. Pour les produits végétaux, cela implique pour les producteurs de s équiper de surfaces de travail et de matériel facile à nettoyer, d isoler les caisses du sol par des planches ou des palettes, de fixer une jupe sur le devant de l étal qui descend jusqu au sol (quand les installations sont mobiles). Pour tout renseignement complémentaire, s adresser à Françoise Chancel, Bureau Diversification Marketing. F. CHANCEL - Bureau Diversification Marketing 5- Info Chambre n 41

6 diversification La consommation de lait cru non pasteurisé ne représente aujourd hui que 0,1% de la consommation globale de lait en France et pourtant les consommateurs reconnaissent son onctuosité pour l élaboration des meilleurs fromages blancs, sa saveur inimitable et ses nombreuses qualités nutritionnelles. Aussi, pour rendre plus accessible ce produit apprécié, un nouveau système de commercialisation se développe sur l hexagone : la distribution automatique de lait cru frais. Ce système est très répandu en Italie, où on dénombre environ 330 points de vente en Lombardie et où 2000 litres seraient vendus par jour par certains distributeurs. Le principe est le suivant : le client se présente au distributeur avec ou sans bouteille, il introduit le montant qui correspond à la quantité de lait souhaitée (environ 1 le litre) et il positionne la ou les bouteilles au fur et à mesure. Une fois le remplissage terminé, l emplacement accessible pour le remplissage est nettoyé. L équipement complet qui comprend les machines et l habillage, prêt à être raccordé au réseau d eau et d électricité, est proposé à environ Avec quelques éleveurs de bovins lait de la région, nous avons rencontré début mars, un éleveur normand du département 76, Le lait cru, du pis au verre, c est automatique! qui s est équipé depuis neuf mois. Pour que l investissement soit rentable, il a estimé que le volume à atteindre devrait être de 100 litres/jour. A ce jour, le volume commercialisé est de 40 litres en hiver et 70 litres en été. Le temps de travail consacré à cette activité est de 1,5 heures/jour, qui correspond au remplissage du tank, à la vérification du bon fonctionnement, au déplacement de la ferme au distributeur et à la gestion du monnayeur. Cette démarche très intéressante peut augmenter la consommation de lait cru, mais la réussite est conditionnée à : - l obtention de la patente sanitaire, - le positionnement de l équipement, visible de la route et accessible à pied ou en voiture (centre ville ou centre commercial) et très passager, - l autorisation préalable si installation sur le domaine public, - l homologation des machines par un organisme européen : la DRIRE vient d envoyer un courrier pour un retrait immédiat des machines qui fonctionnent aujourd hui car elles ne sont pas en règle. F. CHANCEL - Bureau Diversification Marketing aménagement Le Grand Paris Après le Paris du Baron HAUSSMANN au XIXème, puis la Région Parisienne de Paul DELOUVRIER au XXème, Nicolas SARKOZY a présenté le 29 avril son projet pour le «Grand Paris» du XXIème siècle : les travaux de Christian BLANC et ceux des dix équipes d architectes sollicités débouchent sur des propositions pour «faire de l Ile-de-France une région attractive et capable d entraîner l économie nationale». Le périmètre s étend sur Paris et sa banlieue jusqu aux aéroports et aux villes nouvelles, avec pour objectifs de doubler le rythme de construction de logements, de mettre en réseau dix pôles de développement économique (notamment Roissy, Saint Denis, La Défense, Saclay, Orly) et d améliorer les transports (budget de 35 milliards d euros avec notamment la création d un métro rapide reliant les différents pôles en périphérie du Grand Paris). Si l ambition de maintenir une ville dense et la volonté de supprimer les blocages réglementaires vont incontestablement dans le bon sens, d autres idées nous laissent en revanche plus perplexes, voire inquiets, comme celles de relier le Grand Paris à la mer, de maintenir une agriculture de proximité au cœur de la cité ou encore de planter une vaste forêt à proximité de l aéroport de Roissy! Quoi qu il en soit, il est clair que les trois Opérations d Intérêt National, Plaine de France, Plateau de Saclay et Vallée de la Seine Aval, seront en première ligne dans les années à venir. aménagement Recours contre le projet de CET de Saint Escobille Par arrêté du 13 mars 2009, le Préfet de l Essonne a qualifié la création d un Centre d Enfouissement Technique à St Escobille de «Projet d Intérêt Général». Cette qualification entraîne la mise en demeure de la commune de mettre en compatibilité son POS avec le projet, à défaut de quoi cette procédure pourrait être menée directement par la préfecture. La commune a décidé de former un recours administratif contre cet arrêté, qui fait fi des nombreuses objections émises lors de l enquête publique. La Chambre d Agriculture s est associée à ce recours, compte tenu du fort impact d un tel projet sur l activité agricole et sur l environnement en général. Si le Préfet refuse d annuler son arrêté, il sera nécessaire de poursuivre l action devant le Tribunal Administratif. P. FEBVRET - Service Juridique et Foncier F. DEVEZE - Service Juridique et Foncier 6- Info Chambre n 41

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE

Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Version du 21 septembre 2015 RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES FINANCIÈRES RELATIVES AU PLAN ÉNERGIE PATRIMOINE Projet de délibération portant sur la définition d aides expérimentales permettant d accompagner

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine

La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine La gestion durable des eaux au service des habitants des Hauts-de-Seine Schéma départemental 2005-2020 Le mot du Président Lors de sa réunion du 16 décembre 2005, l Assemblée départementale a approuvé

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

Lettre d actualité de l urbanisme

Lettre d actualité de l urbanisme n 20 février 2014 Lettre d actualité de l urbanisme de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer du Calvados Sommaire 1. Performance énergétique et permis de construire : extension de l

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon

L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon L accompagnement public pour le développement de la filière AB en Languedoc-Roussillon Par Florence FOREST, DRAAF Cindy SCHULTZ, Conseil Régional L-R En termes de bilan sur l année 2010, les interventions

Plus en détail

A R R Ê T É relatif à la mise en place du plan de performance énergétique des entreprises agricoles en 2013 Appels à projets Investissements

A R R Ê T É relatif à la mise en place du plan de performance énergétique des entreprises agricoles en 2013 Appels à projets Investissements Direction régionale de l alimentation de l agriculture et de la forêt Service régional de l'économie forestière, agricole et rurale A R R Ê T É relatif à la mise en place du plan de performance énergétique

Plus en détail

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France Gilles Bazin, Professeur AgroParisTech UFR Agriculture comparée et Développement agricole Académie d Agriculture de France 6 novembre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

PAC 2013 Eléments d analyse & propositions de la région LR Janvier 2011

PAC 2013 Eléments d analyse & propositions de la région LR Janvier 2011 PAC 2013 Eléments d analyse & propositions de la région LR Janvier 2011 La PAC : une année en France 7.8 milliards OCM viande bovine, ovine, laitière, céréales et sucre Aides directes Couplées (PBC, PMTVA,

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le présent projet a pour objet de vous soumettre les conditions de cette réalisation.

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS. Le présent projet a pour objet de vous soumettre les conditions de cette réalisation. Direction du Logement et de l Habitat 2014 DLH 1324 Réalisation 105, boulevard Poniatowski (12e) d un programme de 12 logements sociaux (6 PLA-I et 6 PLUS) par la RIVP. PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche!

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Communiqué de synthèse Paris, jeudi 26 mai 2011 Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Maurice Leroy, ministre de la ville, chargé du Grand Paris,

Plus en détail

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2014/2015?

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2014/2015? PRÉFET D EURE-ET-LOIR DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L EURE-ET-LOIR AFFAIRE SUIVIE PAR : SOPHIE SINGER TÉL. : 02.37.20.50.22 E-MAIL : sophie.singer@eure-et-loir.gouv.fr Bail rural Comment

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Fonds de financement de la transition énergétique

Fonds de financement de la transition énergétique Fonds de financement de la transition énergétique Convention particulière de mise en œuvre de l appui financier au projet «Territoire à énergie positive pour la croissance verte» Entre La ministre de l

Plus en détail

Direction générale de l Économie et de l Emploi NOTICE EXPLICATIVE DU FORMULAIRE PRÉACTIVITÉ DEMANDE D UNE BOURSE

Direction générale de l Économie et de l Emploi NOTICE EXPLICATIVE DU FORMULAIRE PRÉACTIVITÉ DEMANDE D UNE BOURSE Direction générale de l Économie et de l Emploi NOTICE EXPLICATIVE DU FORMULAIRE PRÉACTIVITÉ DEMANDE D UNE BOURSE Page : 2/5 Table des matières 1. Qu est-ce que la bourse de préactivité? 3 2. Quel type

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION

CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION CAHIER DES CHARGES PLAN DE COMMUNICATION Maître d ouvrage : Syndicat mixte de gestion du Parc naturel régional de Camargue Objet de la consultation : Passation d'une commande pour prestation de services

Plus en détail

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2013/2014?

Bail rural Comment calculer votre fermage en 2013/2014? PRÉFET D EURE-ET-LOIR DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DE L EURE-ET-LOIR AFFAIRE SUIVIE PAR : SOPHIE SINGER TÉL. : 02.37.20.50.22 E-MAIL : sophie.singer@eure-et-loir.gouv.fr Bail rural Comment

Plus en détail

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION

PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION PLAN BIO MIDI-PYRENEES 2014-2020, UN PLAN SANS AMBITION Pourquoi les élu-es EELV au Conseil Régional ne voteront pas le Plan Bio Midi-Pyrénées 2014-2020 en l état? Plan Bio Midi-Pyrénées, un plan sans

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS. 1. Contexte et objectifs

CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS. 1. Contexte et objectifs CADRE D INTERVENTION DE LA REGION CENTRE EN FAVEUR DE LA CREATION ET DE LA RESTAURATION DE PARCS ET JARDINS Délibération CPR N 12.10.24.35 du 16 novembre 2012 Abroge et remplace à partir du 1 er janvier

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 400108

DÉPENSE FISCALE N 400108 DÉPENSE FISCALE N 400108 Exonération partielle d ISF des bois et forêts et des parts d intérêts détenues dans un groupement forestier, des biens ruraux loués par un bail à long terme et des parts de GFA

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Publication des cartes. du «très haut débit»

Publication des cartes. du «très haut débit» Publication des cartes du «très haut débit» Bruno LE MAIRE ministre de l Agriculture, de l Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l Aménagement du territoire Eric BESSON Ministre chargé de l Industrie,

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie

Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie Les outils financiers, juridiques et économiques de la transition énergétique FEDER-FSE 2014-2020 et politique régionale de l énergie 28/03/2014 1 FEDER 2014-2020 28/03/2014 2 FEDER 2014-2020 Axe 5 «Soutenir

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA DÉCISION

SOMMAIRE DE LA DÉCISION Communiqué La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs de distribution d Hydro-Québec, en appliquant une hausse tarifaire de2,9 % pour l ensemble des tarifs et de

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES

EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES EXONERATION FISCALE ET SOCIALE DES HEURES SUPPLEMENTAIRES Rapport présenté par Madame Claudie PAYET, au nom de la Commission de l emploi et des affaires sociales et adopté au Bureau du 28 juin 2007, selon

Plus en détail

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015

Petit déjeuner GRANDS COMPTES. Février/Mars 2015 Petit déjeuner GRANDS COMPTES Février/Mars 2015 Créée : MAJ : 13/02/2015 Créé le 13/02/2015 LS /PACAC Sommaire 1- Le Contexte/ La Réforme, 2- Les fonds mutualisés 2015, 3- En mode Projet : propositions,

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique. Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY

Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique. Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY c SQY Objectif : promouvoir les économies d énergies et les énergies renouvelables Publics:

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DES FINANCES Sous-Direction des Partenariats Public-Privé Bureau des Sociétés d Economie Mixte 2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion

Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Ministère des affaires sociales et de la santé Centre National de Gestion Département de la gestion des directeurs Unité des directeurs d établissements sanitaires sociaux et médico-sociaux Dossier suivi

Plus en détail

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz)

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) L éco-prêt à taux zéro en 14 points 1. Comment fonctionne un éco-prêt à taux zéro? L éco-prêt permet de financer les travaux d économie d énergie et les éventuels frais induits

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance 2014 Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait.

DOSSIER DE PRESSE. La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait. DOSSIER DE PRESSE La filière laitière d Ile-de-France teste le concept de distributeur de lait. La filière laitière francilienne au cœur de l innovation Né de la volonté de valoriser collectivement la

Plus en détail

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018

Rencontre partenaires 2015. La contractualisation Caf / Collectivités territoriales. Le Renouvellement des Cej 2015-2018 La contractualisation Caf / Collectivités territoriales Le Renouvellement des Cej 2015-2018 Sommaire 1. La contractualisation avec la Caf : > les principes Rappel : Cej Une nouveauté : la Ctg La gouvernance

Plus en détail

S installer en agriculture

S installer en agriculture S installer en agriculture 13 novembre 2013 Plan de l intervention Présentation du PAI Quelques données chiffrées Enquête de suivi et abandon de projet Le statut agricole Les démarches installation La

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 OCTOBRE 2015 à 20 H 30

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 15 OCTOBRE 2015 à 20 H 30 RÉPUBLIQUE FRANCAISE Département ESSONNE Canton MILLY LA FORÊT Mairie d ONCY-SUR-ECOLE Grande Rue - 91490 Tel : 01.64.98.8140 - Fax : 01.64.98.80.06 Courriel : mairie.oncysurecole@wanadoo.fr COMPTE-RENDU

Plus en détail

AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME

AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME En vue de développer la capacité et la qualité de l hébergement touristique sur le territoire hautmarnais, et d aider à la mise aux normes sécurité et accessibilité des

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2014 :

APPEL A PROJETS 2014 : APPEL A PROJETS 2014 : ASSAINISSEMENT ET ENERGIE REDUIRE L IMPACT ENERGETIQUE DES SYSTEMES D ASSAINISSEMENT DOMESTIQUES RÈGLEMENT Date d ouverture de l appel à projet : 20 janvier 2014 Date limite d envoi

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM]

CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] CONVENTION PORTANT GESTION D ESPACE NATUREL SENSIBLE * * * SITE DE [NOM] Entre La commune (ou autre collectivité) de [nom de la collectivité], propriétaire du site [nom du site] représentée par son maire

Plus en détail

Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt?

Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt? Quelles nouveautés & quelles solutions pour réduire son impôt? La Loi de Finances pour 2013 a introduit de nombreuses modifications concernant l ISF : le barème d imposition a été entièrement repensé,

Plus en détail

Aide à l isolation de l habitat

Aide à l isolation de l habitat Aide à l isolation de l habitat Dans le cadre de l élaboration du Schéma Régional Climat Air Energie dit SRCAE, l état des lieux énergétique a mis en évidence la part du secteur du bâtiment dans le bilan

Plus en détail

Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement

Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement Mangeons Local en Ile de France : Itinéraire d une démarche collective en mouvement Le CERVIA Paris Ile-de-France Créé en 2007, le Centre Régional de Valorisation et d Innovation Agricole et Alimentaire

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

Cahier des charges APJ 2015 2016

Cahier des charges APJ 2015 2016 Cahier des charges APJ 2015 2016 Dossier de candidature pour le 1 er février 2016 Dossier de candidature complet avec pièces justificatives pour le 7 mars 2016 www.msa-beauce-coeurdeloire.fr www.msa.fr

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce

Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce Paris, le 5 janvier 2005 Annoncées dans le Plan Climat en juillet 2004, les mesures fiscales en faveur des énergies

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) Généralités : Le compte personnel de formation (CPF) est applicable depuis le 1er janvier 2015. Créé par la loi n du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, il permet aux salariés et

Plus en détail

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014).

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014). Paris, le 14 novembre 2013 Cher(e)s fidèles client(e)s LINXEA souhaite vous informer sur la réforme de l assurance-vie qui va être examinée prochainement par les députés et les sénateurs et dont le texte

Plus en détail

CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé

CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé Préambule : Le service de Conseil en Energie Partagé est un Service d Intérêt Général qui vise à promouvoir et accompagner la réalisation d économies

Plus en détail

Cahier des charges APJ 2015 2016 15 ème édition

Cahier des charges APJ 2015 2016 15 ème édition Pour tout renseignement : MSA Loire-Atlantique Vendée Service Communication Vie Mutualiste 33 Boulevard Réaumur 85933 LA ROCHE SUR YON Cedex 9 Correspondante : Cécile Mariette Tél : 02.51.36.89.78 Mail

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

Rencontre régionale céréalière Bourgogne Franche Comté Rhône Alpes

Rencontre régionale céréalière Bourgogne Franche Comté Rhône Alpes Rencontre régionale céréalière Bourgogne Franche Comté Rhône Alpes Les avancées du plan d actions 2015/2017 de la filière céréalière Le 19 janvier 2016 à Beaune Rappels sur le plan stratégique Demande

Plus en détail

APPEL A PROJETS REGIONAL 2014 PETIT EOLIEN PERFORMANT

APPEL A PROJETS REGIONAL 2014 PETIT EOLIEN PERFORMANT APPEL A PROJETS REGIONAL 2014 PETIT EOLIEN PERFORMANT La Stratégie régionale pour l efficacité énergétique et les énergies renouvelables approuvée par le Conseil régional le 18 juin 2010 fonde une ambition

Plus en détail

Convention de financement de prise en charge de personnel AFAF Département de la Vienne / SNCF RESEAU

Convention de financement de prise en charge de personnel AFAF Département de la Vienne / SNCF RESEAU Avenant n 1 à la Convention n 2014-C-DGAD-DEA-028 portant sur la prise en charge de personnel dans le cadre de la préparation et de la mise en œuvre des opérations préalables d aménagement foncier liées

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises 1 OBJECTIFS Permettre aux entreprises de réaliser des investissements dans une démarche globale et structurée comprenant

Plus en détail

Atelier «Dispositif d accompagnement à la rénovation énergétique des copropriétés en région Centre» 30 janvier 2014

Atelier «Dispositif d accompagnement à la rénovation énergétique des copropriétés en région Centre» 30 janvier 2014 Atelier «Dispositif d accompagnement à la rénovation énergétique des copropriétés en région Centre» 30 janvier 2014 William Palis Romuald Caumont Jerry Schmidt Accompagnement en copropriété Enjeux énergie-climat

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière

Actualité CE. Au service des Comités d Entreprise LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE. utilité. sociale. transparence financière LE CABINET DE L ÉCONOMIE SOLIDAIRE sociale utilité & transparence financière Au service des Comités d Entreprise Actualité CE Établissement et certification des comptes annuels des Comités d Entreprise

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE Céline IDE Novembre 2009 Dans la perspective de mise en place d un véritable marché unique et dans le but de renforcer les conditions

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

DISPOSITIF «COLLECTIVITE LAUREATE AGIR POUR L ENERGIE»

DISPOSITIF «COLLECTIVITE LAUREATE AGIR POUR L ENERGIE» DISPOSITIF «COLLECTIVITE LAUREATE AGIR POUR L ENERGIE» CADRE D INTERVENTION POUR L AIDE A L INVESTISSEMENT Avec le dispositif «Collectivités lauréates», la Région accompagne les communes qui le souhaitent

Plus en détail

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous Guide Sommaire La réglementation... 3 A savoir...... 4 Le calendrier... 5 Le coût... 6 Les démarches... 6 Les dérogations... 7 Exemples... 8 Les

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse

Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse Présentation du rapport comprenant schéma de mutualisation Conseil municipal du 16 novembre 2015 Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse Elaboration d un projet de territoire avec mise en œuvre

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation LETTRE D INFORMATIONS JURIDIQUES N 48 Le 4 juin 2010 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation Un décret du 20 mai 2010

Plus en détail

Radiance Humanis Vie

Radiance Humanis Vie ÉPARGNE Radiance Humanis Vie Et votre avenir prend des forces Taux du fonds en euros de Radiance Humanis Vie : 3,50 %* * Taux de rémunération 2013 du fonds en euros Apicil Euro Garanti. Taux net de frais

Plus en détail

Info Syndicale : complémentaire Santé

Info Syndicale : complémentaire Santé Info Syndicale : complémentaire Santé La complémentaire santé des Salariés non-cadres La complémentaire santé des salariés agricoles non cadre évolue afin de répondre aux obligations mises en place par

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la réforme de la PAC après 2013 sans avoir jamais osé le demander. Sophie Thoyer Pauline Lecole

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la réforme de la PAC après 2013 sans avoir jamais osé le demander. Sophie Thoyer Pauline Lecole Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la réforme de la PAC après 2013 sans avoir jamais osé le demander Sophie Thoyer Pauline Lecole 1 Situation La PAC Qui négocient actuelle PLAN La PAC d aujourd

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail