BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR"

Transcription

1 BIOLOGIE CLINIQUE ACTUALITES ET PERSPECTIVES D AVENIR Ph. Biol. Jean Darimont Pharmalouvain mars 2011

2 BIOLOGIE CLINIQUE 1. Technique 2. Organisation 3. Economique

3 La Biologie Clinique est impliquée dans > 70% du diagnostic médical et du suivi médical.

4 BIOLOGIE CLINIQUE 1. Technique 2. Organisation 3. Economique

5 BIOLOGIE CLINIQUE TECHNIQUE BIOMARQUEURS : probnp Adam12 PlGF

6

7

8 BIOLOGIE CLINIQUE TECHNIQUE ELISA (Enzyme linked immunosorbent assay)

9 Un ELISA en sandwich. (1) La plaque est recouverte avec un anticorps de capture; (2) l'échantillon est ajouté, et tout antigène présent se lie à l'anticorps de capture; (3) l'anticorps de détection est ajouté, et se lie à l'antigène; (4) L'anticorps secondaire lié à l'enzyme est ajouté, et se lie à l'anticorps de détection; (5) Le substrat est ajouté et est converti par l'enzyme en une forme détectable (colorée ou fluorescente).

10 BIOLOGIE CLINIQUE TECHNIQUE PCR (Polymerase chain reaction) Amplification cyclique d un fragment d ADN ou ARN Mesure de la quantité d acide nucléique produit par fluorescence

11

12 BIOLOGIE CLINIQUE TECHNIQUE PCR Neisseria gonorrheae Chlamydia sp Herpes virus

13 BIOLOGIE CLINIQUE TECHNIQUE Spectrométrie de masse MALDI-TOF Matrix Assisted Laser Desorption Ionisation Time of Flight

14 BIOLOGIE CLINIQUE MALDI-TOF INFECTION BACTERIENNE Recherche et mise en évidence de l agent pathogène au site d infection. Prise en charge thérapeutique par une antibiothérapie probabiliste adaptée ultérieurement sur base des résultats microbiologiques.

15 BIOLOGIE CLINIQUE MALDI-TOF INFECTION BACTERIENNE Traitement précoce et adapté à la sensibilité du germe en cause = Diminution de la morbidité et de la mortalité

16 BIOLOGIE CLINIQUE MALDI-TOF INFECTION BACTERIENNE Tests d orientation : Coloration de Gram, Tests d agglutination Mise en culture : Gélose au sang, Mac Conkey Incubation : 37 C, 42 C Air ambiant, CO2, Anaérobiose 18h, 24h, 48h. 3 semaines

17 BIOLOGIE CLINIQUE MALDI-TOF INFECTION BACTERIENNE Examen et Identification secondaire Antibiogramme adapté

18

19 BIOLOGIE CLINIQUE MALDI-TOF Mesure des masses moléculaires des composants bactériens (protéines, peptides, oligonucléotides, oligosaccharides, ) ionisés par le laser permettant l obtention de spectres comparés à des spectres de référence.

20

21

22 BIOLOGIE CLINIQUE MALDI-TOF Bactéries MRSA Bacillus anthracis Levures, champignons Colonies Hémocultures ****************

23 BIOLOGIE CLINIQUE MALDI-TOF Pas de purification préalable de l échantillon Nature des solvants, de la matrice Epaisseur et séchage du dépôt

24 FAST AND EASY MICROORGANISM IDENTIFICATION Data Acquisition Benchtop instrument Automated system Unattended Operation MALDI Biotyper Reference Library Ready-to-use library Real-Time analysis Sample Preparation Optimized quality Robust 5 min protocol MALDI Biotyper Data Analysis Automated data processing Signal identification Pattern matching

25 MALDI Biotyper: MALDI-TOF MS Microorganism Identification? Selection of colony Acquisition of MALDI-TOF profile spectrum Identification Unknown Microrganism Preparation onto MALDI target plate Data interpretation 1 sample in < 10 minutes, 96 samples in < 1.5 hours

26 BIOLOGIE CLINIQUE 1. Technique 2. Organisation 3. Economique

27 BIOLOGIE CLINIQUE ORGANISATION 1980s.2010s

28 BIOLOGIE CLINIQUE ORGANISATION Phase pré-analytique Phase analytique Phase post-analytique

29 Prélèvement BIOLOGIE CLINIQUE PHASE PRE-ANALYTIQUE Saisie ou Encodage de la demande d analyses Contrôle de qualité du prélèvement Etiquettage (code-barres) Tri et Centrifugation Débouchage et Aliquotage Distribution

30 BIOLOGIE CLINIQUE PHASE ANALYTIQUE Numération + formule leucocytaire Glycémie Toxoplasmose IgG..

31 BIOLOGIE CLINIQUE PHASE POSTANALYTIQUE Validation technique Validation biologique Transmission des résultats Interprétation

32 ORGANISATION 1980S Chimie clinique (Enzymologie, Microdosages, ) Hématologie Microbiologie + Annexes : RIA, Toxicologie, Endocrinologie

33

34

35 ORGANISATION 2010S CORE-LAB

36 CORE-LAB Plateau technique commun aux différentes disciplines de la biologie clinique où l on consolide tous les moyens d analyse en termes d automation et intègre les différentes étapes d analyses au niveau d une même zone, la mieux robotisée possible.

37 MPA LIÉ À 3 MODULARS ET 2 STAR ( CONFIGURATION DE LA CITADELLE) Coagulation auto. CHR Citadelle Liège Belgique STAR 1 STAR 2 MPA Modular Pre Analytics IPB PSS ACU DSP AQN BCL RSF Entrée des échantillons Table tri éch. non centrifugés centrifugeuses déboucheuse Aliquoteuse Etiquetteuse Reboucheuse FSS FSS OBM 1 2 Tables tri IML séro toxico RIA IMM SNI... sortie racks sortie erreurs Poste pilotage MPA UCL PSM TSM Modulars Tampon ligne de transport Tampon Tampon table torunante Modular <EEEE> Hormono séro hép Torch Modular <PPPE> Chimie prot. sp. Médicaments urine Poste pilotage Modular Tampon Modular <PPE> Chimie prot. sp. Drogues urine

38 Consultance-Analyse FLUX DES ÉCHANTILONS Flux d échantillons Routine Réception Déballage Ettiquettage sachet demande Ettiquettes BC Ettiquettage tubes Centrif. Pré-analytqiue Ettiquettes postes travail Assez tubes? OUI NON Aliquottage TRI Demande Transport secretariat Encodage prlvt labo Encodage / intégration Analytique Chargement Chargement Chargement Chargement Chargement Aliquotage Aliquotage CA 7000 CD ELX 1 ELX 2 BN AU 600 RIA RIA Auto Ac Séro man BEP Post- Analytique Ranger série et N Ranger série et N Ranger série et N Ranger série et N Ranger série et N

39 Consultance-Analyse tubes à centrifuger ( Max 160 tubes / 30') :00-7:30 07:30-8:00 08:00-8:30 08:30-9:00 09:00-9:30 09:30-10:00 10:00-10:30 10:30-11:00 11:00-11:30 11:30-12:00 12:00-12:30 12:30-13:00 13:00-13:30 13:30-14:00 14:00-14:30 14:30-15:00 15:00-15:30 15:30-16:00 16:00-16:30 16:30-17:00 17:00-17:30 17:30-18:00 18:30-19:00 19:00-19:30 19:30-20:00 18:00-18:30 20:00-20:30 20:30-21:00 21:00-21:30 21:30-22:00 22:00-22:30 Vert 50 serum 43 serum 42 serum 41 serum 40 gly 30 citrate 20

40

41

42 Module Sample Buffer core unit Ions Chimie: c 701 Chimie : c 502 Immuno: e 602 Haut volume 3-15 millions tests par an

43 MODULE PREANALYTIQUE Tri Centrifugation Débouchage Aliquotage Transfert (vers analyseurs) = AUTOMATIQUES

44 Input sorter Output sorte

45 MPA LIÉ À 3 MODULARS ET 2 STAR ( CONFIGURATION DE LA CITADELLE) Coagulation auto. CHR Citadelle Liège Belgique STAR 1 STAR 2 MPA Modular Pre Analytics IPB PSS ACU DSP AQN BCL RSF Entrée des échantillons Table tri éch. non centrifugés centrifugeuses déboucheuse Aliquoteuse Etiquetteuse Reboucheuse FSS FSS OBM 1 2 Tables tri IML séro toxico RIA IMM SNI... sortie racks sortie erreurs Poste pilotage MPA UCL PSM TSM Modulars Tampon ligne de transport Tampon Tampon table torunante Modular <EEEE> Hormono séro hép Torch Modular <PPPE> Chimie prot. sp. Médicaments urine Poste pilotage Modular Tampon Modular <PPE> Chimie prot. sp. Drogues urine

46 TOTAL LAB AUTOMATION ( TLA) 1 ou 2 MPA STANDARD centri 1 ou 2 tables de tri Automate 3 Automate 2 Automate 1 20' TRI tubes / aliquots postes de travail non connectés Archivage Automates Chimie Immuno-analyses Hybride Chimie + I-analyses

47 PRESCRIPTION CONNECTEE Prescription informatisée au «lit du malade» Impression de la demande d analyses Edition des étiquettes code-barres Prélèvement Transfert (télélifts, télétubes )

48 CORE-LAB Biologie moléculaire Microbiologie Cytométrie de flux Immunohématologie (Banque de sang) Toxicologie Spectrométrie de masse RIA

49 BIOLOGIE CLINIQUE 1. Technique 2. Organisation 3. Economique

50 BIOLOGIE CLINIQUE ECONOMIQUE Biomarqueurs Techniques + + Organisation + + +

51 BIOLOGIE CLINIQUE ECONOMIQUE Biomarqueurs Techniques + + Organisation Espérance de vie + + Progrès de la médecine + +

52 BIOLOGIE CLINIQUE ECONOMIQUE Couverture Sécurité sociale?? Forfaitarisation (Enveloppes budgétaires) Agrément et Accréditation ISO15189

53 BIOLOGIE CLINIQUE ECONOMIQUE COUT How to manage this?

54 BIOLOGIE CLINIQUE ECONOMIQUE Belgique - Nombre Laboratoires >700 (1980s)..180 (2010s)

55 BIOLOGIE CLINIQUE ECONOMIQUE 3 Mégalaboratoires pour analyses non urgentes Wallonie Flandre Bruxelles + Laboratoires locaux pour analyses urgentes + Laboratoires étrangers

56 MEGALABORATOIRES 24h/24 Accréditation ISO15189 Consultation des résultats (via sites sécurisés) Call-centers intelligents

57 MEGALABORATOIRES INCONVÉNIENTS Erreurs préanalytiques Transport des échantillons (timing ).. Bactériologie? Contact Médecin prescripteur/laboratoire.. Prescription Interprétation? (autres techniques diagnostiques) Dérive vers DTC (Direct To Consumer Testing)

58 MEGALABORATOIRES QUALITE?

59 BIOLOGIE CLINIQUE SPÉCIALITÉ MÉDICALE Sites performants ( Centralisation, Automation, Collaboration externe) Aide à la prescription Aide au diagnostic clinique

60 NOUVEAUX ENJEUX DE LA FONCTION DE BIOLOGISTE CLINICIEN Maitrise de la Technique Maitrise de la Qualité Maitrise du Management Maitrise des coûts Hyperspécialisation? Collaboration avec d autres spécialistes? chimistes, physiciens, bioingénieurs Consultant actif (corps médical, patient)

61 MERCI POUR VOTRE ATTENTION

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse

TSSIBS - Immunoanalyse. Immunoanalyse Jeudi 14 Novembre RANDHAWA Sunny L2 TSSIBS Docteur DESPLAT-JEGO Sophie 6 pages Immunoanalyse Plan: A. Définition de l'immunoanalyse I. Critères de choix II. Caractéristiques communes B. Exemples de techniques

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Lors des JIB 2007, Roche a choisi

Lors des JIB 2007, Roche a choisi PLATEAUX TECHNIQUES automatisés Une vraie philosophie d organisation, concrète et évolutive À Brest, la trilogie MPL.net, Modular Pre-Analytics et 6 000 a apporté une nouvelle dimension en matière d intégration

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Le processus PRE - ANALYTIQUE Maîtrise des risques. : un laboratoire de ville

Le processus PRE - ANALYTIQUE Maîtrise des risques. : un laboratoire de ville Le processus PRE - ANALYTIQUE Maîtrise des risques : un laboratoire de ville Le processus PRE - ANALYTIQUE: Maîtrise des risques dans un laboratoire privé 1. Présentation du laboratoire 2. Introduction

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Processus Qualité : Expériences des laboratoires médicaux du CHUM

Processus Qualité : Expériences des laboratoires médicaux du CHUM Processus Qualité : Expériences des laboratoires médicaux du CHUM Isabelle Pellerin, M.Sc. Conseillère en gestion des risques et de la qualité Réunion scientifique annuelle 2015 de l ACMN Plan de la présentation

Plus en détail

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis

Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis RESEAU RENACOQ: réseau hospitalier pédiatrique (43 hôpitaux) Données moyennes (10 ans) 260 cas/an environ 63 % chez enfants de de3 mois De 0à 2 mois : incidence

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

Enseignement secondaire technique. Enseignement technique professionnel

Enseignement secondaire technique. Enseignement technique professionnel Enseignement secondaire technique Régime technique Division des professions de santé et des professions sociales Cycle supérieur Section de l'assistant technique médical - laboratoire Enseignement technique

Plus en détail

Intégration à la profession de technologiste médical

Intégration à la profession de technologiste médical Intégration à la profession de technologiste médical CLA.05 Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 53,33

Plus en détail

Lean Six Sigma : Application à un «Corelab» universitaire

Lean Six Sigma : Application à un «Corelab» universitaire Lean Six Sigma : Application à un «Corelab» universitaire Ph. Biol. C. Fillée Prof. M. Philippe Mr. P. Triffoy Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles, Belgique Processus du laboratoire Prescription

Plus en détail

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX

PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE. Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX PATHOLOGIES DIGESTIVES D ELEVAGE LE LABORATOIRE A LA RESCOUSSE Olivier SARRET Gaëlle LEROUX Laboratoire IDEXX La manifestation clinique d un trouble digestif en collectivité est peu spécifique de l agent

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1 Convention N 5350 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3358 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Docteur Jean Charles RENVERSEZ Biochimie structurale Biochimie des Acides Aminés et Protéines Chapitre 3 : Acides aminés et protéines : propriétés générales et technique de purification et d identification Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Plus en détail

Technologie d analyses biomédicales (140.B0)

Technologie d analyses biomédicales (140.B0) Technologie d analyses biomédicales (140.B0) Description - cours de la formation générale Éducation physique (109) 109-101-MQ Activité physique et santé Le cours vise à analyser sa pratique de l activité

Plus en détail

Les outils non génétiques de diagnostic pour les Maladies Rares

Les outils non génétiques de diagnostic pour les Maladies Rares Les outils non génétiques de diagnostic pour les Maladies Rares Roseline Froissart Laboratoire des Maladies Héréditaires du Métabolisme et Dépistage Néonatal Centre de Biologie Est Hospices Civils de Lyon

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

PROCESSUS D ACQUISITION

PROCESSUS D ACQUISITION FORMATION CONTINUE EN DIAGNOSTIC 09/05/2015 PROCESSUS D ACQUISITION Arnaud Lorimier Ingénieur biomédical Service d Ingénierie Biomédicale Hôpitaux Universitaires de Genève 1 TRADUIRE LES BESOINS EN FONCTIONNALITÉS

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Diagnostic des mycoses superficielles. Pr Ag Anane Sonia Faculté de Médecine de Tunis

Diagnostic des mycoses superficielles. Pr Ag Anane Sonia Faculté de Médecine de Tunis Diagnostic des mycoses superficielles Pr Ag Anane Sonia Faculté de Médecine de Tunis Diagnostic Examen mycologique -Confirmer l origine mycosique -Eliminer les diagnostics différentiels -Connaître l origine

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

TECHNOLOGIE APPLIQUÉE. Expérience. KEYWORDS Lab automation, consolidation, integration, clinical chemistry, immunoassay

TECHNOLOGIE APPLIQUÉE. Expérience. KEYWORDS Lab automation, consolidation, integration, clinical chemistry, immunoassay Ronan TALEC*, Daniel BOUIGE** Expérience d automation et de consolidation en biochimie et immunoanalyse au Groupe Hospitalier du Havre Expérience RÉSUMÉ En 2003, le Groupe Hospitalier du Havre a lancé

Plus en détail

La législation de la biologie médicale

La législation de la biologie médicale La législation de la biologie médicale PARIS ANTAB 22 octobre 2010 A-M GALLOT et M BALLEREAU La législation laisse une entière liberté d organisation... elle est toutefois construite pour inciter (très)

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse ENCPB, 2012 1 Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques du néon 20 et 22 (gaz). (Prix Nobel en 1906) 1938 : Premier spectre de masse d'une molécule

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Automatisation des cultures microbiennes Quel cahier des charges? René Courcol CHU Lille

Automatisation des cultures microbiennes Quel cahier des charges? René Courcol CHU Lille Automatisation des cultures microbiennes Quel cahier des charges? René Courcol CHU Lille Objectifs du cahier des charges Besoins des microbiologistes pour l automatisation des cultures microbiennes? Pour

Plus en détail

Qu est-ce qu un middleware? Frédéric Sigorel Vittel, 03 Mai 2011

Qu est-ce qu un middleware? Frédéric Sigorel Vittel, 03 Mai 2011 Qu est-ce qu un middleware? Frédéric Sigorel Vittel, 03 Mai 2011 Qu est-ce qu un middleware? Sommaire Définition et périmètre Fonctionnalités, où est la frontière /Middleware? Interfaces - MW- Analyseurs

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

LABORATOIRE DE BIOLOGIE CLINIQUE

LABORATOIRE DE BIOLOGIE CLINIQUE LABORATOIRE DE BIOLOGIE CLINIQUE Nos domaines d activités sont : Biologie Moléculaire, Chimie, Chimie - Hormonologie, Chimie - Toxicologie et Monitoring Thérapeutique, Microbiologie et Microscopie, Sérologie

Plus en détail

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013 La base documentaire a été complètement révisée pour être en conformité avec cette version 2012 de l ISO 15189. La cartographie des différents processus du LBM a également été modifiée (suppression du

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

PROJET FUSION HEH ET CBE

PROJET FUSION HEH ET CBE PROJET FUSION HEH ET CBE REUNION IHF 16 avril 2015 ADD2015FR006 * * Changez de dimension Sommaire ETUDE DE FLUX RESTITUTION ET PREMIERE PROPOSITION ORGANISATIONNELLE VISITES SUR SITES TABLES RONDES RECHERCHE

Plus en détail

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor

Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Surveillance des nouvelles molécules de pesticides dans les eaux du département des Côtes d Armor Laboratoire de Développement et d Analyses de Côtes d Armor LDA22 C.Prodhomme 19 mars 2008 WWW.LDA22.com

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Document de l expert(e)

Document de l expert(e) Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Document de l expert(e) Temps imparti 50 minutes

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE

LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE LE CONTRÔLE DE QUALITE EN BACTERIOLOGIE Les événements de l année en Médecine Microbiologie clinique 2012 Paris 27 janvier 2012 C.Cattoen - Valenciennes Préambule Vérification en continu du processus analytique

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel

Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Importance du développement des biomarqueurs par un industriel Dr Frédéric Eberlé, responsable médical Roche Diagnostics France Marseille, 27 mars 2015 Terminologie Biomarqueurs, Tests de diagnostic, Tests-compagnons

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

Institut de référence en bioanalytique

Institut de référence en bioanalytique Institut de référence en bioanalytique (Referenzinstitut für Bioanalytik) Contrôle-qualité externe au plus haut niveau Institut de référance en bioanalytique - analyses interlaboratoires pour contrôle

Plus en détail

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale

Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Référentiel des compétences nécessaires pour exercer la biologie médicale Préambule Le biologiste médical, un professionnel de santé Le biologiste médical, médecin ou pharmacien, est un professionnel de

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64 Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189 SOMMAIRE Biologie et qualité : rapide historique Accréditation COFRAC Norme ISO 15189 Ecarts entre l ISO 15 189 et le GBEA Présentation d une méthodologie

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation

ABX Pentra DX120. Analyseur d hématologie. 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX120 Analyseur d hématologie 45 paramètres Etaleur-colorateur intégré Système expert de validation ABX Pentra DX 120 Au cœur de l hématopoïèse Plate-forme complète de cytologie 120 échantillons

Plus en détail

Habilitation du personnel en Microbiologie Convergence Santé Hôpital Ajaccio 2012

Habilitation du personnel en Microbiologie Convergence Santé Hôpital Ajaccio 2012 Habilitation du personnel en Microbiologie Convergence Santé Hôpital Ajaccio 2012 Chantal Roure Sobas Laboratoire de Bactériologie Centre de Biologie Nord Hôpital de la Croix-Rousse-HCL Sommaire 1. Les

Plus en détail

Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase

Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase DIU hémostase biologique 26/01/2015 Lyon antoine.tournoys@chru-lille.fr INTRODUCTION 1 - L AUTOMATE D HEMOSTASE 1-1 Caractéristiques générales 1-2 Le

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par

RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAPPORT DE STAGE Sur le thème : Les Staphylocoques isolés des hémocultures de patients fébriles présenté par RAKOTOZANDRINDRAINY Njariharinjakamampionona Doctorant en Microbiologie Encadreurs : Pr RAHERIMANDIMBY

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

Spectrométrie de Masse

Spectrométrie de Masse Spectrométrie de Masse Principe Ionisation-Séparation-Détection Analyse d un échantillon pur : chromatographie préalable puis : Vide Repères historiques 1910 : J.J. THOMSON mesure des abondances isotopiques

Plus en détail

Analyses MALDI-TOF. Acquisition des spectres de masse en mode automatique

Analyses MALDI-TOF. Acquisition des spectres de masse en mode automatique Analyses MALDI-TOF Acquisition des spectres de masse en mode automatique Etape préliminaire : Afin d optimiser vos analyses en mode automatique, il est nécessaire de réaliser différentes séries d acquisition

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour Streptocoques du Groupe A 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

Identification bactérienne par MALDI-TOF : Apport pour le patient

Identification bactérienne par MALDI-TOF : Apport pour le patient Identification bactérienne par MALDI-TOF : Apport pour le patient Sabrina Scellier, Etienne Carbonnelle HEGP 6 décembre 2013 http://www.microbe-edu.org/ Pr. A. Philippon http://www.microbe-edu.org/ De

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-1285 rév. 2 Convention N 889 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-1285 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

La biologie médicale en France : présent et avenir. Académie Nationale de Pharmacie Mercredi 4 Février 2015

La biologie médicale en France : présent et avenir. Académie Nationale de Pharmacie Mercredi 4 Février 2015 La biologie médicale en France : présent et avenir Académie Nationale de Pharmacie Mercredi 4 Février 2015 Les fondamentaux de la biologie médicale en France Une discipline jeune, apparue dans les années

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES INRA Centre de Recherche ANGERS - NANTES SERVICES DECONCENTRES D APPUI A LA RECHERCHE Service des Marchés Rue de la Géraudière Bâtiment Erdre BP 71627

Plus en détail

MANUEL DE PRELEVEMENT DU CNR SYPHILIS

MANUEL DE PRELEVEMENT DU CNR SYPHILIS Procédure qualité au 1/21 DU CNR SYPHILIS Procédure qualité au 2/21 OBJET Le Manuel de Prélèvement a pour but d améliorer les échanges entre les centres préleveurs réalisant et assurant l acheminement

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

à la source des analyses : Les coulisses du laboratoire

à la source des analyses : Les coulisses du laboratoire à la source des analyses : Les coulisses du laboratoire La Clinique de La Source vous invite à découvrir ses d analyses. Maillon essentiel de la chaîne médicale, le laboratoire reste un lieu méconnu du

Plus en détail

Accréditation démarche volontaire

Accréditation démarche volontaire La Biologie médicale En marche vers l Accréditation Selon la norme ISO 15 189 Démarche des LABM à prouver d ici 2013..Et à valider pour 2016! Dr S Maach et X balavoine LBM BIOLYSS 1 Accréditation démarche

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé

Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé CERTIFICATION DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Activités de biologie médicale et certification des établissements de santé Guide méthodologique Novembre 2014 Haute Autorité de Santé Service documentation Information

Plus en détail

Manuel Qualité Département des Laboratoires Cliniques

Manuel Qualité Département des Laboratoires Cliniques Manuel Qualité Département des Laboratoires Cliniques Confidentiel Le document sans cachet «copie contrôlée» est non-contrôlé Page 1 de 54 Rév. Spécification de la révision Date d implémentation 8 9 10

Plus en détail

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire

Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire Méthodes diagnostiques en génétique moléculaire P. Latour Praticien Hospitalier Responsable UF 3427 Neurogénétique Moléculaire Laboratoire de Neurochimie Pr Renaud HCL Centre de Biologie Est DES Neurologie

Plus en détail

L internat en Pharmacie

L internat en Pharmacie L internat en Pharmacie Le concours de l internat Les filières et les débouchés 10 février 2015 PPT Étudiants pharmacie 1 Schéma des études de pharmacie 2 Le concours de l Internat Concours national où

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-3318 rév. 0

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-3318 rév. 0 Convention N 5286 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3318 rév. 0 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Vos défis sont aussi les nôtres. à la source de la santé, la pertinence du diagnostic

Vos défis sont aussi les nôtres. à la source de la santé, la pertinence du diagnostic à la source de la santé, la pertinence du diagnostic Vos défis sont aussi les nôtres Les enjeux de la microbiologie Les dépenses liées aux traitements anti-infectieux représentent très souvent le plus

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-2501 rév. 5

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N 8-2501 rév. 5 Convention N 3243 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-2501 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques

Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques Résumé de l évaluation du Centre National de Référence pour les Entérococques 1. Taux de participation: Tout d abord je voudrais vous remercier d avoir rempli notre questionnaire. Grace à vos réponses

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014

Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014 Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014 biomérieux 50 ans. Pure player de diagnostic in vitro (#1 en microbiologie clinique, #1 en contrôle industriel). > 8 000 personnes

Plus en détail

Travaux pratiques d immunologie

Travaux pratiques d immunologie Travaux pratiques d immunologie I. Introduction Ces manipulations ont pour but d étudier certaines techniques immunologiques, de comprendre les mécanismes moléculaires mis en jeu dans chacune, d en tirer

Plus en détail

LA BIOLOGIE DELOCALISEE

LA BIOLOGIE DELOCALISEE LA BIOLOGIE DELOCALISEE ASPECTS REGLEMENTAIRES, ORGANISATIONNELS ET FINANCIERS Dominique Lasne, Necker Cadre règlementaire Analyse de biologie médicale Art L-6211-1 à L. 6222-5 et R 6211-1 à R. 6221-10

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

COLLOQUE DU SNBH 2009

COLLOQUE DU SNBH 2009 COLLOQUE DU SNBH 2009 Laurent GENDT 1 Accréditation RÉSUMÉ A l heure de la réforme de la biologie médicale, les biologistes restent régulièrement confrontés à des incohérences entre les résultats et la

Plus en détail

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy

Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres. 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy Viroses respiratoires - du bon usage des outils diagnostiques les nouveaux et les autres 06-11-2012 Equipe du laboratoire de Virologie CHU de Nancy 1 Les virus et Syndromes respiratoires Problématique

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC

Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Série 00, 2010 Assistante en médecine vétérinaire CFC / Assistant en médecine vétérinaire CFC Connaissances professionnelles CP1, examen écrit Laboratoire Name... Vorname... Kandidatennummer... Datum...

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

Malgré sa nécessité, le système "universel" n'existe pas à ce jour, ni coté laboratoires, ni coté logiciels prescripteurs.

Malgré sa nécessité, le système universel n'existe pas à ce jour, ni coté laboratoires, ni coté logiciels prescripteurs. Télésurveillance et télédynamique : «de l intégration des résultats de biologie dans le dossier dialyse du patient à la prescription connectée». Dr Fabrice GUERBER, Biologiste médical ; laboratoires Oriade

Plus en détail

Journée plate-forme CORSAIRE, Rennes, 22 Novembre 2010 La plate-forme de métabolomique de la Station Biologique de Roscoff

Journée plate-forme CORSAIRE, Rennes, 22 Novembre 2010 La plate-forme de métabolomique de la Station Biologique de Roscoff , Rennes, 22 Novembre 2010 La plate-forme de métabolomique de la Station Biologique de Roscoff Sophie Goulitquer Présentation de la Plateforme de Spectrométrie de Masse Service Informatique et génomique,

Plus en détail

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE

Le dépistage du VIH. technologies et approches. Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Le dépistage du VIH au Canada : technologies et approches Présenté par : Marc André LeBlanc Date : jeudi 21 novembre 2013, 13 h à 14 h HNE Objectifs 1. Discuter des différentes technologies servant au

Plus en détail

Réorganisation des activités de biologie clinique dans le cadre d une reconstruction

Réorganisation des activités de biologie clinique dans le cadre d une reconstruction TH 695 JANVIER-FÉVRIER 2006 Laboratoire Frédéric Bonvoisin CELLULE DE PROGRAMMATION ET D ORGANISATION CHU BRUGMANN, BRUXELLES, BELGIQUE 17 Réorganisation des activités de biologie clinique dans le cadre

Plus en détail

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles Mycoplasma genitalium,, un agent émergent responsable d urétrites et autres maladies sexuellement transmissibles Cécile M. Bébéar, B. de Barbeyrac, G. Carcenac, M. Clerc, S. Pereyre, et C. Bébéar Laboratoire

Plus en détail

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH AU SEIN DES FRACTIONS DU SPERME Classement NABM : 16-02 - code : non codé JUILLET 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail