Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao"

Transcription

1 1 sur 45 Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao Une approche d équilibre général Á propos du Programme de formation aux politiques de la FAO Ce programme a pour but de doter les fonctionnaires de haut niveau des pays en développement de connaissances de pointe et de renforcer leurs capacités à fonder leurs décisions sur une réflexion et une analyse équilibrées des politiques et des stratégies, dans leur propre pays, mais aussi dans le contexte de développements internationaux stratégiques. Autres liens de référence Vous trouverez d autres ressources apparentées dans le kit de ressources EASYPol Programme de formation aux politiques Site de la formation aux politiques de la FAO (en anglais) Programme de formation aux politiques de la FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural

2 2 sur 45 Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao Une approche d équilibre général Par Lorenzo Giovanni Bellù, chargé du soutien aux politiques agricoles, Service de la coordination des politiques et du soutien aux politiques agricoles, division de l assistance aux politiques et de la mobilisation des ressources de ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) À propos d EASYPol Adresse de la page d accueil d EASYPol : Cette présentation fait partie d un ensemble de modules qui appartient au parcours de formation EASYPol: Programme de formation aux politiques, Cadre des politiques, Analyse d impact sur la pauvreté à l'aide de l'approche d'équiilbre général EASYPol est une banque de ressources multilingues portant sur l'élaboration des politiques dans les domaines de l'agriculture, du développement rural et de la sécurité alimentaire. Le site est géré par le Service d'appui à l'assistance aux politiques de la FAO.

3 3 sur 45 Objectifs Cette présentation vis à: 1. décrire le mécanisme d équilibre sur lequel repose le modèle de l analyse d équilibre partiel (AEP) ; 2. interpréter les résultats d une simulation AEP simple ; 3. appliquer l approche EGC à un cas réel ; 4. évaluer les avantages et les inconvénients des approches AEP/modèles multimarchés par rapport à d autres pour l analyse d impact des politiques.

4 4 sur 45 Synthèse Cette présentation aborde les sujets suivants : 1. aspects généraux de l approche AEP ; 2. exercice simple d analyse d équilibre partiel ; 3. description d un cas pays : chocs externes et changements technologiques au Burkina Faso ; 4. examen des principales caractéristiques de l AEP, des modèles multimarchés et de l EGC pour l analyse d impact des politiques.

5 5 sur 45 Exercice d analyse d équilibre partiel

6 6 sur 45 Exercice d analyse à l aide de l approche d équilibre partiel À l issue de cet exercice, les participants seront en mesure : d expliquer le processus grâce auquel l offre et la demande d un bien donné correspondent dans certaines hypothèses ; de définir le concept d élasticité de la demande et de l offre ; d expliquer comment étendre le cadre simple de l AEP à un modèle multimarché (MMM) et à un modèle EGC. Exercice basé sur le cas de la filière officielle du bois de feu au Burkina Faso, région de Ouagadougou

7 7 sur 45 Concept de la fonction de demande Le prix qu un consommateur est prêt à payer pour une unité d un bien dépend (est fonction) d un ensemble d éléments tels que la quantité de ce bien déjà à sa disposition, le prix des biens de substitution et de biens complémentaires, son revenu et d autres variables (goûts, âge, éducation, etc.). Exemple : P bois de feu = Prix mondial P D (Q bois de feu, P gaz, P cuisinières, Revenu, Autre) ( - ) ( + ) ( - ) ( + ) ( +/- )

8 8 sur 45 Forme fonctionnelle de la demande La forme fonctionnelle de la demande est la relation spécifique entre la quantité demandée et ses déterminants. L analyste en pose «l hypothèse». Exemple simple : forme fonctionnelle linéaire : P bois de feu = α + β f Q bois de feu + β g P gaz P bois de feu, Q bois de feu et P gaz sont les «variables». Pour chaque variable, nous «observons» en général une valeur «de référence» (dans le scénario de base) ; Alpha et les bêta sont les «paramètres» de la fonction de demande. En général, les bêta sont des estimations ou déduits d «élasticités». La plupart du temps, alpha est «calibré».

9 9 sur 45 Quelques définitions ÉLASTICITÉ PRIX DIRECTE : l «élasticité» de la quantité demandée d un bien donné par rapport à son prix est le changement en pourcentage de la quantité demandée quand son prix change de 1 %, toutes choses étant égales par ailleurs. ÉLASTICITÉ PRIX CROISÉE : l «élasticité» de la quantité demandée d un bien donné par rapport au prix de n importe quel autre bien est le changement en pourcentage de la quantité demandée quand le prix de l autre bien change de 1 %, toutes choses étant égales par ailleurs. CALIBRAGE : calcul d un ou plusieurs paramètres de diverses fonctions dans un modèle à partir des valeurs observées des variables dans la situation de base.

10 10 sur 45 Marché de l offre L offre peut être également une fonction des prix si les producteurs souhaitent produire davantage pour des prix plus élevés et inversement. Cependant, pour un prix donné, l offre peut aussi être infinie si ce prix est suffisamment élevé pour couvrir les coûts de production (constants). Dans ce cas, la fonction d offre est la suivante : P = bois WTA de feu C prod P bois de feu = 68

11 11 sur 45 Exemple numérique Exercice avec tableur Montrer comment un scénario de politique qui modifie le prix d un substitut (le gaz) modifie la quantité de bois de feu demandée par les consommateurs

12 12 sur 45 AEP et MMM : évaluation Caractéristiques générales Pertinence pour la pauvreté/sa Couverture des mesures des politiques Structure technique Besoins en ressources Centrage sur l équilibre quantité-prix sur un seul marché (AEP) ou sur des marchés interdépendants (MMM). Modélisation de la demande et de l offre Permettent d analyser la génération de revenu net et son allocation par groupes d agents. La plupart des politiques concernent les marchés et les filières. Les politiques de prix des intrants-produits et celles relatives à la technologie et aux facteurs n utilisent pas de fermeture macroéconomique. Système d équations et de contraintes simultanées, en général modélisées dans GAMS (rarement dans MS Excel) Connaissance de la modélisation économique et existence d élasticités pour les différents agents et marchés

13 13 sur 45 Le paradigme du «développement» Agriculture en tant que moteur de la la croissance (effets multiplicateurs aval, utilisation des ressources existantes, arrêt de l urganisation, l urbanisation, gains de change, etc.) L agriculteur L agriculture en faveur des pauvres permet de «faire d une pierre deux coups» (et plus) Centrage sur l infrastructure, marchés I-P et commerce, technologie «moderne» Soutien international des investissements nécessaire

14 14 sur 45 Interconnexions Développement agricole b Croissance économique a d c e Facteurs externes Changements technologiques? Réduction de la pauvreté

15 15 sur 45 Interconnexions Développement agricole b Croissance économique a d c e Facteurs externes Changements technologiques? Réduction de la pauvreté

16 16 sur 45 Centrage sur les pays : moins industrialisés (faible diversification) à faible revenu (problèmes de pauvreté) avec déficit alimentaire (problèmes de sécurité alimentaire) importateurs nets d énergie (dépendance) petits (vulnérables aux chocs externes) Problèmes récents : 1) Flambée des prix alimentaires 2) Hausse du prix du pétrole et autre 3) Faiblesse des prix à l exportation

17 17 sur 45 Cas du Burkina Fao Le Burkina Faso présente presque toutes les caractéristiques précédentes En plus il est : sans littoral semi-aride

18 18 sur 45 Cadres stratégiques et des politiques Cadre international : Objectifs du millénaire pour le développement (1. diviser la faim par deux d ici 2015 et 7. développement durable) NEPAD-PDDAA Cadre des stratégies nationales de réduction de la pauvreté - plan d actions prioritaires Diverses initiatives : CILLS, Initiative contre la flambée des prix alimentaires, etc. Centrage fort sur la «flambée des prix alimentaires» et sur l agriculture pour réduire la pauvreté et pour la sécurité alimentaire

19 19 sur 45 Chocs externes : importations-exportations Prix FOB réels pour le Burkina Faso Indice index Coton Pétrole Denrées alimentaires Engrais Cotton Oil Food Fertilizers years Années

20 20 sur 45 Les prix alimentaires sont-ils un vrai problème? Prix réels des céréales domestiques pour le Burkina Faso Index 1996=100 Indice 1996 = Urban Rural Aggregated Urbain Rural Les deux Year Année

21 21 sur 45 Structure de l économie 1 Valeur ajoutée par secteurs 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Agriculture Industry Services Trend Agriculture Agriculture Industrie Services Tendance agriculture

22 22 sur 45 Structure de l économie 2 Balance extérieure des biens et des services (prix constants) Milliards FCFA Billions FCFA External Balance Trendline (order 2) Balance extérieure Tendance (ordre 2)

23 23 sur 45 Structure de l économie 3 Importations par produits en % du total des importations (années 2000 et 2005) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Other industrial goods fuel and related products Fertilizers Processed food Agricultural commodities Autres biens industriels Carburant et produits apparentés Engrais Aliments transformés Biens agricoles

24 24 sur 45 Structure de l économie 4 Importations par produits en % de l absorption domestique, année 2000 Carburant et produits apparentés Engrais Autres biens industriels Aliments transformés Biens agricoles fuel and related products Fertilizers Other industrial goods Processed food Agricultural commodities 0.0% 20.0% 40.0% 60.0% 80.0% % de l absorption domestique % of domestic absorption

25 25 sur 45 Structure de l économie 5 Exportations par principaux groupes de produits 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Industrial goods Other agricultural goods Cotton Biens industriels Autres bien agricoles Coton

26 Questions 26 sur 45 Questions Dans quelle mesure les chocs des prix internationaux mentionnés affectent-ils les perspectives de croissance????? Quelles sont les implications de ces chocs externes en termes de bien-être et de distribution? Certains changements technologiques peuvent-ils contrebalancer/réduire les impacts négatifs des chocs externes? Quelles sont les implications de la résolution de ces problèmes émergents (récurrents) en termes de politiques?

27 27 sur 45 Effets des chocs externes sur le système économique Value Added Factor Markets Savings Taxes Disposition différente, mais texte identique à 1.5 diapo 21 Activities Households Enterprises Government Capital Intermediate Consumption Commodity Markets Domestic Transfers Final consumption Indirect taxes Imports Rest of the World Exports Intern.Transfers Current external balance

28 28 sur 45 EGC basé sur la MCS MCS agrégée (an 2000) : 20 activités, 23 produits (pétrole et produits chimiques pour l agriculture uniquement importés), 4 groupes de ménages, 3 types de main d œuvre, 2 types de capital La MCS a servi à obtenir les paramètres de part et les facteurs de mise à l échelle des fonctions de demande et d offre.

29 29 sur 45 Technologie En l absence d informations plus détaillées, une technologie de Leontief (coefficients techniques fixes) a été adoptée sur la base des informations de la MCS pour les niveaux suivants de «l emboîtement Technologie» : 1) détermination de l intrant intermédiaire composite 2) détermination du mix à valeur ajoutée (Fonction CES tenant compte de la substituabilité imparfaite des facteurs)

30 30 sur 45 Commerce-consommation Outre les informations de la MCS, différents ensembles d élasticité ont servi à ce qui suit : 1. comparaison substitution de biens domestiques / importations (fonction CES de type Armington) ; 2. transformation des biens de consommation domestiques en exportations (fonction CET) ; 3. élasticité des revenus des ménages (système de demande LES, avec parts de consommation «surnuméraires») ; 4. estimation du paramètre de Frisch (flexibilité de l argent) ; 5. valeur ajoutée agrégée obtenue à l aide d une fonction CES tenant compte de la substituabilité imparfaite des facteurs.

31 31 sur 45 Changements de prix pour les simulations Denrées alimentaires Pétrole et produits dérivés Engrais Coton Food Oil/oil products Fetilizers Cotton Average index Average index Index % change 05-08/ % 102.6% 54.2% -32.4% % change 08/ % 146.0% 131.7% -32.6% Indice moyen Indice moyen Indice 2008 % changement 05-08/97-04 % changement 08/97-04

32 32 sur 45 Fermetures macro adoptées 1. Balance du gouvernement 1.a) Épargne flexible du gouvernement et taux fixes d impôts directs 1.b) Épargne fixe du gouvernement et taux flexibles d impôts directs (changements uniformes des taux d imposition fixes) 1.c) Épargne du gouvernement et taux flexibles d impôts direct (changements proportionnels des taux d imposition) 2. Balance reste du monde 2.a) Épargne étrangère fixe et taux de change réels flexibles 2.b) Épargne étrangère flexible et taux de change réel fixe 3. Épagne-investissements 3.a) Investissements fixes et épargne flexible (changements uniformes des taux d épargne fixes) 3.b) Investissement fixe et épargne flexible (changements proportionnels de la tendance à épargner) 3.c) Investissement flexible et taux d épargne fixes pour les institutions non publiques 3.d) Investissement fixe et consommation par le gouvernement des parts d absorption (taux d épargne fixes uniformes) = Fermetures macro adoptées = Autres fermetures macro testées 3.e) Investissement fixe et consommation par le gouvernement des parts d absorption (changements des taux d épargne proportionnels)

33 33 sur 45 Sélection de résultats de l EGC GDP at market prices (in real terms): % change PIB aux prix du marché (en termes réels) % de changement 0.0% Food Oil Fertilizer Cotton Joint -2.0% Denrées alimentaires -4.0% Pétrole Engrais Coton -6.0% -8.0% -10.0% Conjoints Les chocs conjoints impliquent une perte de PIB d environ 2 % par an (O.T.E)

34 34 sur 45 Dévaluation de la devise locale 1.50 Exchange Rate Taux de change 1.40 Conjoints Base Denrées alimentaires Pétrole 1.06 Engrais 1.01 Coton Base Food Oil Fertilizer Cotton Joint Les chocs de prix conjoints entraîneraient une dévaluation significative

35 35 sur 45 Revenu des ménages 0.0% -5.0% -10.0% -15.0% -20.0% -25.0% -30.0% -35.0% Food Oil Fertilizer Cotton Joint Denrées alimentaires Pétrole Engrais Coton Ensemble Rural poor Rural non-poor Urban poor Urban non-poor Pauvres ruraux Ruraux non pauvres Pauvres urbains Urbains non pauvres Impacts diversifiés. Les ménages plus «intégrés» souffrent le plus.

36 36 sur 45 Dépenses des ménages (variation équivalente) Base Denrées alimentaires Pétrole Engrais Coton Ensemble Base Food Oil Fertilizer Cotton Joint Rural poor 259, % -7.0% -3.7% -3.7% -18.6% Rural non-poor 694, % -10.2% -2.7% -4.2% -22.1% Urban poor 20, % -14.4% -2.8% -4.4% -25.9% Urban non-poor 468, % -12.2% -1.1% -2.0% -17.3% Total 1,441, % -10.4% -2.4% -3.4% -20.0% Pauvres ruraux Ruraux non pauvres Pauvres urbains Urbains non pauvres Total

37 Activités (changements de sortie des secteurs) 37 sur 45 Base Food Oil Fertilizer Cotton Joint Cotton grains 58, % 53.7% 6.4% -66.1% -57.2% Cash crops Coton et céréales 37, % -12.5% -8.8% 3.7% -18.0% Vegetables Cultures commerciales 27, % -7.9% -4.0% -1.5% -15.5% Légumes Food crops Cultures alimentaires 147, % -8.7% -5.9% -2.2% -18.7% Other Agriculture Autre agriculture 42, % -7.9% -4.7% -0.8% -14.6% Livestock-bovine Élevage bovin 111, % -4.1% -0.9% -0.1% -8.0% Autre élevage Other livestock 109, % -4.6% -1.0% -0.7% -9.1% Chasse Hunting Foresterie 8, % -8.4% -1.8% -2.8% -16.9% Forestry Pêche 49, % -5.2% -0.6% 0.9% -4.3% Extraction minière Fisheries 8, % -7.5% -1.7% -2.6% -15.4% Égrenage du coton Mining Abattage 13, % 13.2% 4.4% 23.0% 99.0% Cotton ginning Agroalimentaire 76, % 57.3% 6.9% -70.6% -61.1% Slaugthering Autre industrie 119, % -3.3% -0.7% -0.8% -10.5% Électivité, eau et gaz Agro-industry Commerce 257, % -2.9% -1.0% 0.5% -4.5% Other industry Transport232, % 2.8% 1.5% 7.5% 20.2% Power, water and gas Services financiers 51, % -7.8% -0.8% -2.6% -13.7% Services aux entreprises Trade 255, % 2.6% 0.1% -0.6% 2.9% Services aux ménages Transport 93, % -2.8% 0.6% 1.8% -0.6% Financial ervices 34, % -2.7% -0.6% -1.0% -8.1% Services to enterprises 1. Substition 672,900 de -0.1% certaines -2.1% denrées -0.3% alimentaires -0.2% -3.9% domestiques par d autres importées 2. Les chocs de l importation non alimentaire poussent les secteurs de l export et dépriment l alimentaire Services to households 413, % -0.3% 0.0% 0.0% -0.5%

38 38 sur 45 Rendements du maïs et du coton GAP Rendement (kg/ha) Ordinaire a) Maïs GAP b) Coton Yield (Kg/Ha) Yield (Kg/Ha) 3,500 3,000 2,500 2,000 1,500 1, Ordinary GAP 2,000 1,500 1, Ordinary GAP Source : Calculs de l auteur à partir de données rapportées dans FAO UN (2008).

39 39 sur 45 Technologie GAP pour le maïs et le coton 100% % du revenu %of revenue 80% 60% 40% 20% a) Maïs b) Coton Valeur ajoutée Autres intrants Produits chimiques Value added Other inputs Chemicals % of revenue 100% 80% 60% 40% 20% Value added Other inputs Chemicals 0% Ordinary GAP 0% Ordinary GAP Source : Calculs de l auteur à partir de données rapportées dans FAO UN (2008).

40 40 sur 45 Simulations GAP 1. Diminution de l utilisation de produits chimiques pour le coton et d autres cultures 2. Réduction des intrants intermédiaires agrégés par unités de production 3. Augmentation des besoins en facteurs par unité de production 4. Effets conjoints des trois changements technologiques Produits chimiques par unités d intrant Chemicals agrégé Intrant Aggregated agrégé par unité de production Aggregated Facteur agrégé par unité de production per unit of input per factor per Coton aggreg.input unit of output unit of output Autres cultures (1) (2) (3) Cotton -20% -18% 22% Other crops -24% -19% 20%

41 41 sur 45 PIB avec GAP et choc des prix GDP at market prices (in real terms): % change PIB aux prix du marché (en termes réels) : % de changement 2.0% 1.0% Chocs + GAP 0.0% -1.0% -2.0% Reduced Chemicals Baisse des produits chimiques Reduced Int.Inputs Baisse des intrants intermédiaires Increased Factors Augmentation des facteurs All GAP changes Tous changements GAP shocks + GAP GAP réduit les impacts négatifs des chocs de prix internationaux sur le PIB

42 42 sur 45 Revenu avec GAP et chocs des prix 10.0% 5.0% 0.0% -5.0% -10.0% -15.0% -20.0% -25.0% -30.0% -35.0% Reduced Chemicals Tous ces termes sont traduits sur les diapos précédentes Reduced Int.Inputs Increased Factors All GAP changes Shocks + GAP Rural poor Rural non-poor Urban poor Urban non-poor 1. GAP favorise les ménages ruraux pauvres (et non pauvres) 2. GAP réduit les impacts négatifs des chocs des prix internationaux sur les revenus (les dépenses) des ménages ruraux

43 43 sur 45 Travail agricole Travail agricole Travail familial Base Food Oil Fertilizer Cotton Joint Agricultural work 14, % 0.7% -3.0% -12.0% -24.8% Family work 301, % -2.9% -3.5% -8.6% -23.5% Base Reduced Chemicals Reduced Int.Inputs Increased Factors Joint GAP changes Shocks + GAP Agricultural work 14, % 6.1% 5.2% 11.3% -12.9% Family work 301, % 5.4% 4.6% 10.1% -12.4%

44 44 sur 45 Implications en termes de politiques Centrage sur ce qui est vraiment important : énergie (réduire la dépendance sur le pétrole) technologie (par exemple, bonnes pratiques agricoles) diversification des exportations

45 45 sur 45 Modèles d équilibre général calculable : évaluation Caractéristiques générales Pertinence pour la pauvreté/sa Couverture des mesures des politiques Structure technique Besoins en ressources Les modèles EGC nous permettent de travailler dans un contexte macro cohérent avec des prix flexibles tenant compte des comportements des agents économiques. Les EGC nous permettent d analyser l impact des politiques par groupes d agents, dont les pauvres et les personnes confrontées à l insécurité alimentaire. La plupart des politiques concernées par les marchés, les produits et les revenus. Faible pour les investissements Contraintes simultanées et système d équations. Peut être statique (sans dimension temporelle) ou dynamique (fonction d utilité multipériode, cumul de capital) Bonnes connaissances de la modélisation économique, ainsi que des données micro et macro, temps et ressources

LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis)

LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis) LOGICIEL VCA (Value Chain Analysis) Programme de formation aux politiques de la FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud

PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud PAC, Volatilité des prix et Sécurité Alimentaire dans les pays du Sud Françoise Gérard, CIRAD, SFER, 7 mai 2010 La libéralisation des échanges et la réforme de la PAC : une solution contre l insécurité

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Tendances récentes en matière de finances publiques

Tendances récentes en matière de finances publiques Tendances récentes en matière de finances publiques Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 Les volants budgétaires se sont

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

Hausse du prix des hydrocarbures

Hausse du prix des hydrocarbures ISSN 1715-2682 Volume 1, numéro 2 17 août 2005 Hausse du prix des hydrocarbures Impact sur les équilibres financiers du Québec Sommaire 1. L augmentation du prix de l essence à la pompe depuis 1999 s explique

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Se préparer au prochain choc

Se préparer au prochain choc Se préparer au prochain choc Thomas Baunsgaard Chef de division adjoint (F1), Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 D où pourront provenir les prochains

Plus en détail

Analyse de risque et élaboration de plans d intervention

Analyse de risque et élaboration de plans d intervention Analyse de risque et élaboration de plans d intervention dans le contexte de l élaboration des politiques et de la prise de décision Programme de formation aux politiques de la FAO Programme de renforcement

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Logiciel d analyse des filières de production [VCA Tool 3.00] Calculs effectués par le logiciel

Logiciel d analyse des filières de production [VCA Tool 3.00] Calculs effectués par le logiciel Ressources en ligne pour l élaboration des politiques OUTILS ANALYTIQUES Module EASYPOL 075 Logiciel d analyse des filières de production [VCA Tool 3.00] Traduction en français en cours de révision À propos

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

L Australie et la crise agricole

L Australie et la crise agricole L Australie et la crise agricole Agriculture en Australie Agriculture en France 20% 8% céréales élevage à viande/laitier 23% culture et élevage 48% autre 17% 36% Sources : Bureau australien des Statistiques

Plus en détail

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture?

La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? La production de biocarburants estelle compatible avec la fonction nourricière de l agriculture? Jean-Christophe Debar Fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde Les mercredis du Pavillon

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points)

Exercice 1 : Balance des Paiements (4 points) Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Master Economie U.F.R. SEGMI Premier Semestre 2009-2010 Macroéconomie Ouverte Chargé de T.D. : Romain Restout Cours de Olivier Musy Contrôle Continu (14/12/2009)

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

Gérer les asymétries de pouvoir Création d une coalition

Gérer les asymétries de pouvoir Création d une coalition 1sur13 Programme de formation aux politiques de la FAO Session 8 : Négociation ministérielle pour un prêt - Jeu Gérer les asymétries de pouvoir Création d une coalition Négociation budgétaire ministérielle

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

SIMULATIONS AVEC LE MODÈLE GCAM DES EFFETS DES PRIX DES ÉNERGIES FOSSILES SUR LA COMPÉTITIVITÉ DES PRODUITS BIOSOURCÉS À L HORIZON DE 2050

SIMULATIONS AVEC LE MODÈLE GCAM DES EFFETS DES PRIX DES ÉNERGIES FOSSILES SUR LA COMPÉTITIVITÉ DES PRODUITS BIOSOURCÉS À L HORIZON DE 2050 SIMULATIONS AVEC LE MODÈLE GCAM DES EFFETS DES PRIX DES ÉNERGIES FOSSILES SUR LA COMPÉTITIVITÉ DES PRODUITS BIOSOURCÉS À L HORIZON DE 25 Mohamed Majdi CHELLY Chaire de Bio Economie Industrielle 1 Sommaire

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

La fin des exonérations de TVA peut-elle être favorable aux pauvres? Le cas du Niger

La fin des exonérations de TVA peut-elle être favorable aux pauvres? Le cas du Niger La fin des exonérations de TVA peut-elle être favorable aux pauvres? Le cas du Niger Dorothée Boccanfuso Céline de Quatrebarbes* Luc Savard *celine.dequatrebarbes@gmail.com, CERDI, Clermont 1University

Plus en détail

22/09/2015. Plan. Méthodologie. Analyse coût-bénéfice de la Pierre Bleue belge dans les marchés publics en Belgique. Mise en œuvre.

22/09/2015. Plan. Méthodologie. Analyse coût-bénéfice de la Pierre Bleue belge dans les marchés publics en Belgique. Mise en œuvre. Analyse coût-bénéfice de la Pierre Bleue belge dans les marchés publics en Belgique Mise en œuvre Alexis Dion Plan Méthodologie Résultats Conclusion 2 Méthodologie 3 niveaux Impacts socio-économiques o

Plus en détail

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique Le bouclage macroéconomique Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D INTRODUCTION Question traitée dans cette présentation On se propose de

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Plan de la presentation 1. Hypothèse de base A)Degre d insertion dans l economie mondiale

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008

ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008 ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST TITRE ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008 DATES 16 au 20 juin 2014 LIEU Lomé, TOGO COORDINATION AFRITAC

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques FMI 21 mars 2012 1 Plan de l exposé 1. Cadre budgétaire:

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

De la Protection à la Production:

De la Protection à la Production: De la Protection à la Production: Les transferts monétaires directs et leur rôle pour le développement économique rural Hafez Ghanem, Sous-directeur général, FAO Département du développement économique

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

TD/B/C.I/MEM.2/28. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Nations Unies. Ordre du jour provisoire annoté. I.

TD/B/C.I/MEM.2/28. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Nations Unies. Ordre du jour provisoire annoté. I. Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. générale 4 février 2015 Français Original: anglais TD/B/C.I/MEM.2/28 Conseil du commerce et du développement Commission

Plus en détail

Diffusion et révisions des comptes nationaux

Diffusion et révisions des comptes nationaux Diffusion et révisions des comptes nationaux Pour décrire la politique de diffusion et de révisions des comptes nationaux, il est nécessaire de donner préalablement un rapide panorama des deux systèmes

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation durable Présenté par : CHALHOUB Habib Directeur de thèse : P. BELOT Robert Co-encadrante : Mme

Plus en détail

Par Akoété Ega AGBODJI FASEG/Université de Lomé

Par Akoété Ega AGBODJI FASEG/Université de Lomé CSI- Afrique Renforcement des interventions dans le domaine de la politique économique et sociale Atelier de développement des compétences des chercheurs des syndicaux Session 6 Les méthodes et procédures

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE

Concepts abordés. Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation. Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE 2. Inflation Concepts abordés Inflation, désinflation, déflation, stagflation, hyperinflation Monnaie et financement de l activité économique IPC, IPCH, PCE Effets de l inflation Sources de l inflation

Plus en détail

PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT

PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT Commune de Lully Assemblée communale du 2 mai 2012 Bases légales Selon la loi des communes, article 10 et 43 Support et conseil Par la Maison

Plus en détail

L ENERGIE Quebec. Édition 2002

L ENERGIE Quebec. Édition 2002 Édition 2002 au L ENERGIE Quebec Édition 2002 au L ENERGIE Quebec Édition 2002 Cette publication a été préparée par la Direction des politiques et des technologies de l énergie, Secteur de l énergie et

Plus en détail

Tendances conjoncturelles Octobre 2013

Tendances conjoncturelles Octobre 2013 Tendances conjoncturelles Octobre 2013 Les illustrations et les tableaux du présent jeu de transparents sont issus de la publication du SECO «Tendances conjoncturelles, automne 2013» Pour toute question

Plus en détail

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique

Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Inégalité des Sexes, Pauvreté, et Santé en Afrique subsaharienne: Cadre Analytique Pistes pour améliorer les résultats en matière de santé Résultats Résultats de santé Ménages et communautés Comportements

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE Par Madame F. Bintou DJIBO, COORDONNATRICE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES AU SENEGAL Plan

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options stratégiques Lahcen Achy Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Point de départ Le Maroc a enregistré une baisse significative

Plus en détail