Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao"

Transcription

1 1 sur 45 Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao Une approche d équilibre général Á propos du Programme de formation aux politiques de la FAO Ce programme a pour but de doter les fonctionnaires de haut niveau des pays en développement de connaissances de pointe et de renforcer leurs capacités à fonder leurs décisions sur une réflexion et une analyse équilibrées des politiques et des stratégies, dans leur propre pays, mais aussi dans le contexte de développements internationaux stratégiques. Autres liens de référence Vous trouverez d autres ressources apparentées dans le kit de ressources EASYPol Programme de formation aux politiques Site de la formation aux politiques de la FAO (en anglais) Programme de formation aux politiques de la FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural

2 2 sur 45 Chocs des prix internationaux et bonnes pratiques agricoles au Burkina Fao Une approche d équilibre général Par Lorenzo Giovanni Bellù, chargé du soutien aux politiques agricoles, Service de la coordination des politiques et du soutien aux politiques agricoles, division de l assistance aux politiques et de la mobilisation des ressources de ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE (FAO) À propos d EASYPol Adresse de la page d accueil d EASYPol : Cette présentation fait partie d un ensemble de modules qui appartient au parcours de formation EASYPol: Programme de formation aux politiques, Cadre des politiques, Analyse d impact sur la pauvreté à l'aide de l'approche d'équiilbre général EASYPol est une banque de ressources multilingues portant sur l'élaboration des politiques dans les domaines de l'agriculture, du développement rural et de la sécurité alimentaire. Le site est géré par le Service d'appui à l'assistance aux politiques de la FAO.

3 3 sur 45 Objectifs Cette présentation vis à: 1. décrire le mécanisme d équilibre sur lequel repose le modèle de l analyse d équilibre partiel (AEP) ; 2. interpréter les résultats d une simulation AEP simple ; 3. appliquer l approche EGC à un cas réel ; 4. évaluer les avantages et les inconvénients des approches AEP/modèles multimarchés par rapport à d autres pour l analyse d impact des politiques.

4 4 sur 45 Synthèse Cette présentation aborde les sujets suivants : 1. aspects généraux de l approche AEP ; 2. exercice simple d analyse d équilibre partiel ; 3. description d un cas pays : chocs externes et changements technologiques au Burkina Faso ; 4. examen des principales caractéristiques de l AEP, des modèles multimarchés et de l EGC pour l analyse d impact des politiques.

5 5 sur 45 Exercice d analyse d équilibre partiel

6 6 sur 45 Exercice d analyse à l aide de l approche d équilibre partiel À l issue de cet exercice, les participants seront en mesure : d expliquer le processus grâce auquel l offre et la demande d un bien donné correspondent dans certaines hypothèses ; de définir le concept d élasticité de la demande et de l offre ; d expliquer comment étendre le cadre simple de l AEP à un modèle multimarché (MMM) et à un modèle EGC. Exercice basé sur le cas de la filière officielle du bois de feu au Burkina Faso, région de Ouagadougou

7 7 sur 45 Concept de la fonction de demande Le prix qu un consommateur est prêt à payer pour une unité d un bien dépend (est fonction) d un ensemble d éléments tels que la quantité de ce bien déjà à sa disposition, le prix des biens de substitution et de biens complémentaires, son revenu et d autres variables (goûts, âge, éducation, etc.). Exemple : P bois de feu = Prix mondial P D (Q bois de feu, P gaz, P cuisinières, Revenu, Autre) ( - ) ( + ) ( - ) ( + ) ( +/- )

8 8 sur 45 Forme fonctionnelle de la demande La forme fonctionnelle de la demande est la relation spécifique entre la quantité demandée et ses déterminants. L analyste en pose «l hypothèse». Exemple simple : forme fonctionnelle linéaire : P bois de feu = α + β f Q bois de feu + β g P gaz P bois de feu, Q bois de feu et P gaz sont les «variables». Pour chaque variable, nous «observons» en général une valeur «de référence» (dans le scénario de base) ; Alpha et les bêta sont les «paramètres» de la fonction de demande. En général, les bêta sont des estimations ou déduits d «élasticités». La plupart du temps, alpha est «calibré».

9 9 sur 45 Quelques définitions ÉLASTICITÉ PRIX DIRECTE : l «élasticité» de la quantité demandée d un bien donné par rapport à son prix est le changement en pourcentage de la quantité demandée quand son prix change de 1 %, toutes choses étant égales par ailleurs. ÉLASTICITÉ PRIX CROISÉE : l «élasticité» de la quantité demandée d un bien donné par rapport au prix de n importe quel autre bien est le changement en pourcentage de la quantité demandée quand le prix de l autre bien change de 1 %, toutes choses étant égales par ailleurs. CALIBRAGE : calcul d un ou plusieurs paramètres de diverses fonctions dans un modèle à partir des valeurs observées des variables dans la situation de base.

10 10 sur 45 Marché de l offre L offre peut être également une fonction des prix si les producteurs souhaitent produire davantage pour des prix plus élevés et inversement. Cependant, pour un prix donné, l offre peut aussi être infinie si ce prix est suffisamment élevé pour couvrir les coûts de production (constants). Dans ce cas, la fonction d offre est la suivante : P = bois WTA de feu C prod P bois de feu = 68

11 11 sur 45 Exemple numérique Exercice avec tableur Montrer comment un scénario de politique qui modifie le prix d un substitut (le gaz) modifie la quantité de bois de feu demandée par les consommateurs

12 12 sur 45 AEP et MMM : évaluation Caractéristiques générales Pertinence pour la pauvreté/sa Couverture des mesures des politiques Structure technique Besoins en ressources Centrage sur l équilibre quantité-prix sur un seul marché (AEP) ou sur des marchés interdépendants (MMM). Modélisation de la demande et de l offre Permettent d analyser la génération de revenu net et son allocation par groupes d agents. La plupart des politiques concernent les marchés et les filières. Les politiques de prix des intrants-produits et celles relatives à la technologie et aux facteurs n utilisent pas de fermeture macroéconomique. Système d équations et de contraintes simultanées, en général modélisées dans GAMS (rarement dans MS Excel) Connaissance de la modélisation économique et existence d élasticités pour les différents agents et marchés

13 13 sur 45 Le paradigme du «développement» Agriculture en tant que moteur de la la croissance (effets multiplicateurs aval, utilisation des ressources existantes, arrêt de l urganisation, l urbanisation, gains de change, etc.) L agriculteur L agriculture en faveur des pauvres permet de «faire d une pierre deux coups» (et plus) Centrage sur l infrastructure, marchés I-P et commerce, technologie «moderne» Soutien international des investissements nécessaire

14 14 sur 45 Interconnexions Développement agricole b Croissance économique a d c e Facteurs externes Changements technologiques? Réduction de la pauvreté

15 15 sur 45 Interconnexions Développement agricole b Croissance économique a d c e Facteurs externes Changements technologiques? Réduction de la pauvreté

16 16 sur 45 Centrage sur les pays : moins industrialisés (faible diversification) à faible revenu (problèmes de pauvreté) avec déficit alimentaire (problèmes de sécurité alimentaire) importateurs nets d énergie (dépendance) petits (vulnérables aux chocs externes) Problèmes récents : 1) Flambée des prix alimentaires 2) Hausse du prix du pétrole et autre 3) Faiblesse des prix à l exportation

17 17 sur 45 Cas du Burkina Fao Le Burkina Faso présente presque toutes les caractéristiques précédentes En plus il est : sans littoral semi-aride

18 18 sur 45 Cadres stratégiques et des politiques Cadre international : Objectifs du millénaire pour le développement (1. diviser la faim par deux d ici 2015 et 7. développement durable) NEPAD-PDDAA Cadre des stratégies nationales de réduction de la pauvreté - plan d actions prioritaires Diverses initiatives : CILLS, Initiative contre la flambée des prix alimentaires, etc. Centrage fort sur la «flambée des prix alimentaires» et sur l agriculture pour réduire la pauvreté et pour la sécurité alimentaire

19 19 sur 45 Chocs externes : importations-exportations Prix FOB réels pour le Burkina Faso Indice index Coton Pétrole Denrées alimentaires Engrais Cotton Oil Food Fertilizers years Années

20 20 sur 45 Les prix alimentaires sont-ils un vrai problème? Prix réels des céréales domestiques pour le Burkina Faso Index 1996=100 Indice 1996 = Urban Rural Aggregated Urbain Rural Les deux Year Année

21 21 sur 45 Structure de l économie 1 Valeur ajoutée par secteurs 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Agriculture Industry Services Trend Agriculture Agriculture Industrie Services Tendance agriculture

22 22 sur 45 Structure de l économie 2 Balance extérieure des biens et des services (prix constants) Milliards FCFA Billions FCFA External Balance Trendline (order 2) Balance extérieure Tendance (ordre 2)

23 23 sur 45 Structure de l économie 3 Importations par produits en % du total des importations (années 2000 et 2005) 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Other industrial goods fuel and related products Fertilizers Processed food Agricultural commodities Autres biens industriels Carburant et produits apparentés Engrais Aliments transformés Biens agricoles

24 24 sur 45 Structure de l économie 4 Importations par produits en % de l absorption domestique, année 2000 Carburant et produits apparentés Engrais Autres biens industriels Aliments transformés Biens agricoles fuel and related products Fertilizers Other industrial goods Processed food Agricultural commodities 0.0% 20.0% 40.0% 60.0% 80.0% % de l absorption domestique % of domestic absorption

25 25 sur 45 Structure de l économie 5 Exportations par principaux groupes de produits 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Industrial goods Other agricultural goods Cotton Biens industriels Autres bien agricoles Coton

26 Questions 26 sur 45 Questions Dans quelle mesure les chocs des prix internationaux mentionnés affectent-ils les perspectives de croissance????? Quelles sont les implications de ces chocs externes en termes de bien-être et de distribution? Certains changements technologiques peuvent-ils contrebalancer/réduire les impacts négatifs des chocs externes? Quelles sont les implications de la résolution de ces problèmes émergents (récurrents) en termes de politiques?

27 27 sur 45 Effets des chocs externes sur le système économique Value Added Factor Markets Savings Taxes Disposition différente, mais texte identique à 1.5 diapo 21 Activities Households Enterprises Government Capital Intermediate Consumption Commodity Markets Domestic Transfers Final consumption Indirect taxes Imports Rest of the World Exports Intern.Transfers Current external balance

28 28 sur 45 EGC basé sur la MCS MCS agrégée (an 2000) : 20 activités, 23 produits (pétrole et produits chimiques pour l agriculture uniquement importés), 4 groupes de ménages, 3 types de main d œuvre, 2 types de capital La MCS a servi à obtenir les paramètres de part et les facteurs de mise à l échelle des fonctions de demande et d offre.

29 29 sur 45 Technologie En l absence d informations plus détaillées, une technologie de Leontief (coefficients techniques fixes) a été adoptée sur la base des informations de la MCS pour les niveaux suivants de «l emboîtement Technologie» : 1) détermination de l intrant intermédiaire composite 2) détermination du mix à valeur ajoutée (Fonction CES tenant compte de la substituabilité imparfaite des facteurs)

30 30 sur 45 Commerce-consommation Outre les informations de la MCS, différents ensembles d élasticité ont servi à ce qui suit : 1. comparaison substitution de biens domestiques / importations (fonction CES de type Armington) ; 2. transformation des biens de consommation domestiques en exportations (fonction CET) ; 3. élasticité des revenus des ménages (système de demande LES, avec parts de consommation «surnuméraires») ; 4. estimation du paramètre de Frisch (flexibilité de l argent) ; 5. valeur ajoutée agrégée obtenue à l aide d une fonction CES tenant compte de la substituabilité imparfaite des facteurs.

31 31 sur 45 Changements de prix pour les simulations Denrées alimentaires Pétrole et produits dérivés Engrais Coton Food Oil/oil products Fetilizers Cotton Average index Average index Index % change 05-08/ % 102.6% 54.2% -32.4% % change 08/ % 146.0% 131.7% -32.6% Indice moyen Indice moyen Indice 2008 % changement 05-08/97-04 % changement 08/97-04

32 32 sur 45 Fermetures macro adoptées 1. Balance du gouvernement 1.a) Épargne flexible du gouvernement et taux fixes d impôts directs 1.b) Épargne fixe du gouvernement et taux flexibles d impôts directs (changements uniformes des taux d imposition fixes) 1.c) Épargne du gouvernement et taux flexibles d impôts direct (changements proportionnels des taux d imposition) 2. Balance reste du monde 2.a) Épargne étrangère fixe et taux de change réels flexibles 2.b) Épargne étrangère flexible et taux de change réel fixe 3. Épagne-investissements 3.a) Investissements fixes et épargne flexible (changements uniformes des taux d épargne fixes) 3.b) Investissement fixe et épargne flexible (changements proportionnels de la tendance à épargner) 3.c) Investissement flexible et taux d épargne fixes pour les institutions non publiques 3.d) Investissement fixe et consommation par le gouvernement des parts d absorption (taux d épargne fixes uniformes) = Fermetures macro adoptées = Autres fermetures macro testées 3.e) Investissement fixe et consommation par le gouvernement des parts d absorption (changements des taux d épargne proportionnels)

33 33 sur 45 Sélection de résultats de l EGC GDP at market prices (in real terms): % change PIB aux prix du marché (en termes réels) % de changement 0.0% Food Oil Fertilizer Cotton Joint -2.0% Denrées alimentaires -4.0% Pétrole Engrais Coton -6.0% -8.0% -10.0% Conjoints Les chocs conjoints impliquent une perte de PIB d environ 2 % par an (O.T.E)

34 34 sur 45 Dévaluation de la devise locale 1.50 Exchange Rate Taux de change 1.40 Conjoints Base Denrées alimentaires Pétrole 1.06 Engrais 1.01 Coton Base Food Oil Fertilizer Cotton Joint Les chocs de prix conjoints entraîneraient une dévaluation significative

35 35 sur 45 Revenu des ménages 0.0% -5.0% -10.0% -15.0% -20.0% -25.0% -30.0% -35.0% Food Oil Fertilizer Cotton Joint Denrées alimentaires Pétrole Engrais Coton Ensemble Rural poor Rural non-poor Urban poor Urban non-poor Pauvres ruraux Ruraux non pauvres Pauvres urbains Urbains non pauvres Impacts diversifiés. Les ménages plus «intégrés» souffrent le plus.

36 36 sur 45 Dépenses des ménages (variation équivalente) Base Denrées alimentaires Pétrole Engrais Coton Ensemble Base Food Oil Fertilizer Cotton Joint Rural poor 259, % -7.0% -3.7% -3.7% -18.6% Rural non-poor 694, % -10.2% -2.7% -4.2% -22.1% Urban poor 20, % -14.4% -2.8% -4.4% -25.9% Urban non-poor 468, % -12.2% -1.1% -2.0% -17.3% Total 1,441, % -10.4% -2.4% -3.4% -20.0% Pauvres ruraux Ruraux non pauvres Pauvres urbains Urbains non pauvres Total

37 Activités (changements de sortie des secteurs) 37 sur 45 Base Food Oil Fertilizer Cotton Joint Cotton grains 58, % 53.7% 6.4% -66.1% -57.2% Cash crops Coton et céréales 37, % -12.5% -8.8% 3.7% -18.0% Vegetables Cultures commerciales 27, % -7.9% -4.0% -1.5% -15.5% Légumes Food crops Cultures alimentaires 147, % -8.7% -5.9% -2.2% -18.7% Other Agriculture Autre agriculture 42, % -7.9% -4.7% -0.8% -14.6% Livestock-bovine Élevage bovin 111, % -4.1% -0.9% -0.1% -8.0% Autre élevage Other livestock 109, % -4.6% -1.0% -0.7% -9.1% Chasse Hunting Foresterie 8, % -8.4% -1.8% -2.8% -16.9% Forestry Pêche 49, % -5.2% -0.6% 0.9% -4.3% Extraction minière Fisheries 8, % -7.5% -1.7% -2.6% -15.4% Égrenage du coton Mining Abattage 13, % 13.2% 4.4% 23.0% 99.0% Cotton ginning Agroalimentaire 76, % 57.3% 6.9% -70.6% -61.1% Slaugthering Autre industrie 119, % -3.3% -0.7% -0.8% -10.5% Électivité, eau et gaz Agro-industry Commerce 257, % -2.9% -1.0% 0.5% -4.5% Other industry Transport232, % 2.8% 1.5% 7.5% 20.2% Power, water and gas Services financiers 51, % -7.8% -0.8% -2.6% -13.7% Services aux entreprises Trade 255, % 2.6% 0.1% -0.6% 2.9% Services aux ménages Transport 93, % -2.8% 0.6% 1.8% -0.6% Financial ervices 34, % -2.7% -0.6% -1.0% -8.1% Services to enterprises 1. Substition 672,900 de -0.1% certaines -2.1% denrées -0.3% alimentaires -0.2% -3.9% domestiques par d autres importées 2. Les chocs de l importation non alimentaire poussent les secteurs de l export et dépriment l alimentaire Services to households 413, % -0.3% 0.0% 0.0% -0.5%

38 38 sur 45 Rendements du maïs et du coton GAP Rendement (kg/ha) Ordinaire a) Maïs GAP b) Coton Yield (Kg/Ha) Yield (Kg/Ha) 3,500 3,000 2,500 2,000 1,500 1, Ordinary GAP 2,000 1,500 1, Ordinary GAP Source : Calculs de l auteur à partir de données rapportées dans FAO UN (2008).

39 39 sur 45 Technologie GAP pour le maïs et le coton 100% % du revenu %of revenue 80% 60% 40% 20% a) Maïs b) Coton Valeur ajoutée Autres intrants Produits chimiques Value added Other inputs Chemicals % of revenue 100% 80% 60% 40% 20% Value added Other inputs Chemicals 0% Ordinary GAP 0% Ordinary GAP Source : Calculs de l auteur à partir de données rapportées dans FAO UN (2008).

40 40 sur 45 Simulations GAP 1. Diminution de l utilisation de produits chimiques pour le coton et d autres cultures 2. Réduction des intrants intermédiaires agrégés par unités de production 3. Augmentation des besoins en facteurs par unité de production 4. Effets conjoints des trois changements technologiques Produits chimiques par unités d intrant Chemicals agrégé Intrant Aggregated agrégé par unité de production Aggregated Facteur agrégé par unité de production per unit of input per factor per Coton aggreg.input unit of output unit of output Autres cultures (1) (2) (3) Cotton -20% -18% 22% Other crops -24% -19% 20%

41 41 sur 45 PIB avec GAP et choc des prix GDP at market prices (in real terms): % change PIB aux prix du marché (en termes réels) : % de changement 2.0% 1.0% Chocs + GAP 0.0% -1.0% -2.0% Reduced Chemicals Baisse des produits chimiques Reduced Int.Inputs Baisse des intrants intermédiaires Increased Factors Augmentation des facteurs All GAP changes Tous changements GAP shocks + GAP GAP réduit les impacts négatifs des chocs de prix internationaux sur le PIB

42 42 sur 45 Revenu avec GAP et chocs des prix 10.0% 5.0% 0.0% -5.0% -10.0% -15.0% -20.0% -25.0% -30.0% -35.0% Reduced Chemicals Tous ces termes sont traduits sur les diapos précédentes Reduced Int.Inputs Increased Factors All GAP changes Shocks + GAP Rural poor Rural non-poor Urban poor Urban non-poor 1. GAP favorise les ménages ruraux pauvres (et non pauvres) 2. GAP réduit les impacts négatifs des chocs des prix internationaux sur les revenus (les dépenses) des ménages ruraux

43 43 sur 45 Travail agricole Travail agricole Travail familial Base Food Oil Fertilizer Cotton Joint Agricultural work 14, % 0.7% -3.0% -12.0% -24.8% Family work 301, % -2.9% -3.5% -8.6% -23.5% Base Reduced Chemicals Reduced Int.Inputs Increased Factors Joint GAP changes Shocks + GAP Agricultural work 14, % 6.1% 5.2% 11.3% -12.9% Family work 301, % 5.4% 4.6% 10.1% -12.4%

44 44 sur 45 Implications en termes de politiques Centrage sur ce qui est vraiment important : énergie (réduire la dépendance sur le pétrole) technologie (par exemple, bonnes pratiques agricoles) diversification des exportations

45 45 sur 45 Modèles d équilibre général calculable : évaluation Caractéristiques générales Pertinence pour la pauvreté/sa Couverture des mesures des politiques Structure technique Besoins en ressources Les modèles EGC nous permettent de travailler dans un contexte macro cohérent avec des prix flexibles tenant compte des comportements des agents économiques. Les EGC nous permettent d analyser l impact des politiques par groupes d agents, dont les pauvres et les personnes confrontées à l insécurité alimentaire. La plupart des politiques concernées par les marchés, les produits et les revenus. Faible pour les investissements Contraintes simultanées et système d équations. Peut être statique (sans dimension temporelle) ou dynamique (fonction d utilité multipériode, cumul de capital) Bonnes connaissances de la modélisation économique, ainsi que des données micro et macro, temps et ressources

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

Impact des Accords de Partenariat Economique (APE) Union européenne-afrique de l Ouest sur l économie et la pauvreté au Mali

Impact des Accords de Partenariat Economique (APE) Union européenne-afrique de l Ouest sur l économie et la pauvreté au Mali Impact des Accords de Partenariat Economique (APE) Union européenne-afrique de l Ouest sur l économie et la pauvreté au Mali ALASSANE BA Chef Unité des Politiques Macro-économiques et Budgétaires à la

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL

ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL République du Sénégal Ministère de l Economie et des Finances 1 ATELIER COMMERCE, INVESTISSEMENT ET DEVELOPPEMENT AU SENEGAL Nature des interactions entre le commerce international et les IDE (complémentarité

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale

Négociation ministérielle pour un prêt de la Banque mondiale PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité

Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité Plateforme d informations climatiques au Niger Présentation de l opportunité 23 Novembre 2012 Pour diffusion publique Résumé Exécutif Une opportunité Pour un opérateur privé, la plateforme d'informations

Plus en détail

WITS (WORLD INTEGRATED TRADE SOLUTION) Bachir SOUBEROU Directeur de la Prévision et de la Conjoncture DGAE-MEF

WITS (WORLD INTEGRATED TRADE SOLUTION) Bachir SOUBEROU Directeur de la Prévision et de la Conjoncture DGAE-MEF WITS (WORLD INTEGRATED TRADE SOLUTION) Bachir SOUBEROU Directeur de la Prévision et de la Conjoncture DGAE-MEF Gildas KESSE DPP-Ministère en charge du Commerce Cotonou, le 01 février 2012 OBJECTIFS Comprendre

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières www.pwc.com Octobre 2011 Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières Présentée par François Soubien Partner PwC Strategy Croissance

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

Estimation des élasticités de demande des amandes de noix d anacarde au Bénin à partir d un modèle AIDS

Estimation des élasticités de demande des amandes de noix d anacarde au Bénin à partir d un modèle AIDS Résumé Estimation des élasticités de demande des amandes de noix d anacarde au Bénin à partir d un modèle AIDS Laurent OLOUKOÏ 1 et Patrice Y. ADEGBOLA 2 Cet article utilise les données issues de l enquête

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD Désenclavement nordique du pétrole par un jumelage éolien - micrognl

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM Forum Financier, Namur 25 Novembre 2009 Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM 700 Subprimes USA : issuance of private-label RMBS

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Universita Degli Studi di Milano. Facoltà di Agraria. Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale

Universita Degli Studi di Milano. Facoltà di Agraria. Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale Universita Degli Studi di Milano Facoltà di Agraria Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale Seminari del CICSAA Centro Interuniversitario per la Cooperazione allo Sviluppo

Plus en détail

Analyse des risques au niveau des exploitations et stratégies et politiques de gestion des risques

Analyse des risques au niveau des exploitations et stratégies et politiques de gestion des risques Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : Kimura, S., J. Antón et C. LeThi (2010), «Analyse des risques au niveau des exploitations et stratégies et politiques de gestion des risques

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Etude comparative des pratiques de l intelligence économique entre le Maroc, l Afrique du Sud et le Brésil Par: Mourad Oubrich 3 Plan de la présentation Contexte Cadre conceptuel de l IE Etude empirique

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni

PJ 28/12. 7 février 2012 Original : anglais. Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni PJ 28/12 7 février 2012 Original : anglais F Comité des projets/ Conseil international du Café 5 8 mars 2012 Londres, Royaume Uni Encourager l intensification de la production caféière et vivrière au moyen

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

ANALYSE DES DEPENSES PUBLIQUES EN SOUTIEN DE L AGRICULTURE ET DE L ALIMENTATION AU BURKINA FASO, 2006-2010

ANALYSE DES DEPENSES PUBLIQUES EN SOUTIEN DE L AGRICULTURE ET DE L ALIMENTATION AU BURKINA FASO, 2006-2010 ANALYSE DES DEPENSES PUBLIQUES EN SOUTIEN DE L AGRICULTURE ET DE L ALIMENTATION AU BURKINA FASO, 2006-2010 JANVIER 2013 Cette note est produite par le projet de suivi des politiques agricoles et alimentaires

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Financement d une nouvelle filière

Financement d une nouvelle filière PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques Ressources en ligne pour l élaboration des politiques et les stratégies relatives à l'agriculture

Plus en détail

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 LE RÉSEAU DES SERVICES DE COMPTABILITÉ ET DE FISCALITÉ DE L'UPA RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 AVIS Prenez note que les mesures fiscales du budget du Québec ne sont pas

Plus en détail

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE

PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE PARTENARIAT ENTRE LE SYSTEME DES NATIONS UNIES ET LE SENEGAL POUR UN DEVELOPPEMENT INDUSTRIEL INCLUSIF ET DURABLE Par Madame F. Bintou DJIBO, COORDONNATRICE DU SYSTÈME DES NATIONS UNIES AU SENEGAL Plan

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

Exemples de projets financés par l Union européenne et les Etats membres dans le cadre du Partenariat UE-Afrique sur le coton

Exemples de projets financés par l Union européenne et les Etats membres dans le cadre du Partenariat UE-Afrique sur le coton Exemples de projets financés par l Union européenne et les Etats membres dans le cadre du Partenariat UE-Afrique sur le coton Michaela Dodini, Délégation UE Plan de la Présentation I. Brefs rappels sur

Plus en détail

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda

FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda FMB Forum 2012 sur le financement de l agriculture (Du 28 au 30 mars 2012) Kampala - Ouganda Plan 1. À propos de la FMB 2. Évolution de la FMB 3. Présentation et caractéristiques des produits 4. Facteurs

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI

du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Ministère de l Environnement l et du Cadre de vie Secrétariat Permanent du Conseil National pour l Environnement et le Développement Durable Présenté par: Paul BOMBIRI Expert National Statisticien/Economiste

Plus en détail

Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy

Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy MPRA Munich Personal RePEc Archive Impact of slower economic growth in major trading partners on the Congolese economy Jean Blaise Nlemfu Mukoko Departement d économie, Université de kinshasa, Groupe de

Plus en détail

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010

Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Une Stratégie d Asset Manager pour l Allocation Globale d Actifs Institut de l Epargne Immobilière & Financière 13 Avril 2010 Sommaire Le sens de l Histoire Le Groupe UFG-LFP La déclinaison de la stratégie

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN NORD-PAS DE CALAIS 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

Exposé 1: Les aspects théoriques des relations monétaires internationales

Exposé 1: Les aspects théoriques des relations monétaires internationales Guide à l attention de l enseignant Jour 5: Les relations monétaires internationales H. Michelsen Université d'hohenheim Cette journée d étude a pour but de raviver les connaissances de base sur les relations

Plus en détail

Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Plan de la presentation 1. Hypothèse de base A)Degre d insertion dans l economie mondiale

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK*

SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK* SYNTHÈSE DES RÉSULTATS SUR LA BANQUE DEUTSCHE BANK* Acteur majeur sur la scène belge avec 11 fonds, 12 ETC et 160 000 000 certificats proposés aux clients, qui en tout ou en partie sont liés à des produits

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Outils d évaluation des réseaux routiers (RONET) Version 1.0

Outils d évaluation des réseaux routiers (RONET) Version 1.0 1 Assemblée annuelle 2007 du SSATP Ouagadougou, Burkina Faso 5-7 novembre 2007 Outils d évaluation des réseaux routiers (RONET) Version 1.0 Rodrigo Archondo-Callao, Banque mondiale Olav E. Ellevset, SSATP/Banque

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Liste des 43 trackers disponibles dans le contrat Patrimea Premium

Liste des 43 trackers disponibles dans le contrat Patrimea Premium CAC 40 Françaises FR0007052782 Le FCP CAC 40 a pour objectif de reproduire l'évolution de l'indice CAC 40 GROSS TR en minimisant au maximum l'écart de suivi («tracking error») entre les performances du

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc;

Communiqué. Les avantages de l assurance indexée par comparaison au système de garantie en vigueur au Maroc; Communiqué Centre Africain des Risques Catastrophiques African Centre for Catastrophe Risks Une étude sur «la conception d un modèle de gestion du risque sécheresse dans le domaine des céréales vient d'être

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

ICC 115-6. 26 août 2015 Original: anglais. L'impact du prix du pétrole et du taux de change du dollar américain sur les prix du café

ICC 115-6. 26 août 2015 Original: anglais. L'impact du prix du pétrole et du taux de change du dollar américain sur les prix du café ICC 115-6 26 août 2015 Original: anglais F Conseil international du Café 115 e session 28 septembre 2 octobre 2015 Milan (Italie) L'impact du prix du pétrole et du taux de change du dollar américain sur

Plus en détail

Annexe 7 : Les dépenses de logement en décomposition

Annexe 7 : Les dépenses de logement en décomposition 1 Annexe 7 : Les dépenses de en décomposition On présente dans un premier temps toutes les composantes des dépenses de et la manière dont elles ont harmonisé entre les deux pays et les différentes périodes.

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique les services d'orange pour l agriculture en Afrique ce catalogue a pour objectif d éclairer sur les méthodes développées par Orange pour améliorer la productivité dans le monde rural 2 sommaire 1 2 3 l'apport

Plus en détail

L approche filière. Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES. Module 044. L approche filière. Analyse financière

L approche filière. Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES. Module 044. L approche filière. Analyse financière OUTILS ANALYTIQUES Module 044 L approche filière par Fabien Tallec, Consultant, Service de Soutien aux Politiques Agricoles, Division de l Assistance aux Politiques, FAO, Rome, Italie Louis Bockel, Service

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

Que peut faire la communauté internationale pour aider les pays en développement à gérer l instabilité des prix alimentaires?

Que peut faire la communauté internationale pour aider les pays en développement à gérer l instabilité des prix alimentaires? Que peut faire la communauté internationale pour aider les pays en développement à gérer l instabilité des prix alimentaires? Franck Galtier, CIRAD UMR MOISA (galtier@cirad.fr) Mai 2011 L instabilité des

Plus en détail

Par Akoété Ega AGBODJI FASEG/Université de Lomé

Par Akoété Ega AGBODJI FASEG/Université de Lomé CSI- Afrique Renforcement des interventions dans le domaine de la politique économique et sociale Atelier de développement des compétences des chercheurs des syndicaux Session 6 Les méthodes et procédures

Plus en détail

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET

Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Le Réseau de Systèmes d Alerte Précoce contre la Famine Conception et mise en œuvre de l Alerte Précoce par FEWS NET Ouagadougou, Burkina Faso 18-20 Novembre 2013 Plan A. Qu est-ce que FEWS NET? B. Les

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE

ARIMNet. pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne PREMIERE ANNONCE Première annonce Coordination of the Agricultural Research In the Mediterranean Area ARIMNet Appel d offre ARIMNet pour des projets de recherches internationaux concernant l agriculture méditerranéenne

Plus en détail

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision.

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. SOURCES SOURCE Data Sources Population : Labour Force: Production: Social Indicators: United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. International Labour Organisation (ILO). LaborStat

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+

Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ Concours du Prix Orange de l Entrepreneur Social en Afrique Session de 2014 Synthèse Projet : SENEMAR+ A chaque campagne agricole dans les zones rurales Camerounaises en particulier et Africaines en générale,

Plus en détail

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN

METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN 45 METHODOLOGIES DE CALCUL DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF NOMINAL ET REEL DU BENIN Le Taux de Change Effectif Nominal (EN) d une monnaie se mesure généralement par l évolution moyenne pondérée des cours de

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2011 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques.

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Définitions

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

François Affholder Aymeric Ricome, Françoise Gérard, Bertrand Muller, Charlotte Poeydebat, Philippe Quirion, Moussa Sall

François Affholder Aymeric Ricome, Françoise Gérard, Bertrand Muller, Charlotte Poeydebat, Philippe Quirion, Moussa Sall Gérer le risque climatique : les instruments de crédit et d'assurance agricoles sont-ils adaptés aux systèmes de production de l'agriculture sahélienne François Affholder Aymeric Ricome, Françoise Gérard,

Plus en détail

Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action. Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire

Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action. Les concepts et les cadres de la sécurité alimentaire Programme de la CE/FAO Sécurité alimentaire : information pour l'action Formation à distance pour renforcer les compétences et répondre aux exigences de formation des réseaux et des systèmes d information

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail