ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA -"

Transcription

1 UNIVERSITE D ANTANANARIVO Faculté de Droit, d Economie, de Gestion et de Sociologie Département de Sociologie ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA - RAVELOJAONA Eric Richard Sous la direction du Professeur RAMANDIMBIARISON Noëline DEA (Diplôme d Etudes Approfondies) Séminaire ESPACE FINANCIER ET DEVELOPPEMENT RURAL COEF Ressources Date de soutenance : 05 Mai 2004

2 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LISTE DES ANNEXES...8 LISTE DES TABLEAUX...9 LISTE DES FIGURES REMERCIEMENTS SIGLES ET ABREVIATIONS...12 INTRODUCTION...13 I.Historique de la création des Institutions de MicroFinances...13 II.Présentation du sujet III.Définition de la problématique de l étude...15 A. Problématique de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit...15 B.Etude de l impact de la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit IV.Méthodologie...17 A.Approche méthodologique générale...17 B.Recherche et analyse documentaire...17 C.Enquêtes orales Catégories de populations cibles Echantillonnage (Taux = 20 %) a)echantillonnage auprès des membres de l OTIV...19 b)echantillonnage auprès des non-membres de l OTIV Méthodologie d enquête a)techniques d enquêtes b)contact et approche lors des enquêtes...40 c)outils méthodologiques D.Limites de l étude...41 PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DU CHAMP D ETUDE : LE RESEAU OTIV ET LA COMMUNE D AMBOHITRIMANJAKA...43 I. Le réseau OTIV

3 A.Statut et structure...43 B. Extension géographique C.Zones d intervention à Antananarivo D. Différents produits proposés Epargne a)epargne à vue...44 b)epargne spécialisée...45 c)epargne à terme Crédit E.Campagnes de sensibilisation des produits OTIV II.La Commune d Ambohitrimanjaka A.Données géographiques...48 B.Données démographiques...48 C.Activités économiques Répartition selon les secteurs d activité (par rapport à la population active) Répartition selon chaque secteur a)agriculture b)elevage c)artisanat d)commerce...66 e)etablissements industriels D.Traits sociologiques Respect des traditions Ouverture vers la modernité...68 E.Problèmes rencontrés dans la région Problèmes économiques Problèmes sociaux Problèmes fonciers et géographiques Problèmes de l agriculture et de l élevage

4 DEUXIEME PARTIE : MOTIVATIONS ET BLOCAGES DE L ADHESION A L OTIV 70 I.Analyse préliminaire du profil des membres actuels de l OTIV A.Catégories Répartition a)tableau...70 b)graphique Commentaires B.Sexe Répartition a)tableau...72 b)graphique Commentaires C.Localisation géographique Répartition a)tableau...75 b)graphique Commentaires D.Activités Répartition a)tableau...78 b)graphique Commentaires II.facteurs d adhésion...80 A.Graphique des résultats B. Explications des résultats Conditions acceptables En vue d épargner Sécurité de l épargne

5 4.Perspective de recours au crédit Existence d épargne Incitation par d autres membres Proximité géographique...85 III.OBSTACLES à l adhésion A.Graphique des résultats B. Explications des résultats Absence d épargne Utilisation d autres formes d épargne Connaissance insuffisante de l OTIV Attente évolution de l OTIV Problèmes fonctionnement OTIV...89 IV.ANALYSE DES facteurs d adhésion et de blocage...90 A.Dimensions psychosociologiques autour de l adhésion Connaissance de l OTIV...90 a)remarques concernant les sensibilisations des produits OTIV b)réticence à l égard de la bureaucratie Confiance à l égard de l OTIV Représentations autour du statut de membre de l OTIV a)etre membre signifie être «riche» ou être «paysan» b)discrétion à l égard du statut de membre...94 c) Problématique du statut de mutuelle Influence de l entourage a) Influence des parents et amis b)influence des autorités locales B. Dimensions socioéconomiques Difficultés financières...98 a)niveau de vie moyen de la population...98 b)difficultés des travailleurs occasionnels

6 2.Motivation à l égard de l épargne Motivation à l égard du crédit Motivation des associations, groupements et collectivités C. Dimensions pratiques TROISIEME PARTIE : EVALUATION DE L IMPACT DE LA PRESENCE DE L OTIV AUPRES DES MEMBRES ET SUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE I.Impact de l adhésion a l OTIV A.Graphique des résultats B.Commentaires et analyses des résultats Existence d épargne individuelle/familiale Possibilité d achat grâce à l épargne Amélioration de la gestion du budget familial Aucun impact Solution face aux dépenses imprévues Sécurité psychologique Perception taux d intérêt II.ETUDE DE LA présence de l OTIV DANS LA COMMUNE A.Impacts directs ou indirects de la présence de l OTIV B.Perspectives de développement sectoriel apportées par l OTIV Motifs de demande de prêts a)prêts octroyés b)types de projets envisagés Secteurs considérés : commerce, élevage, construction et services Secteurs délaissés : artisanat et agriculture a)l agriculture b)l artisanat C.Perspectives d évolution de l OTIV Portées et limites du système de crédit offert par l OTIV

7 a)recours en cas de demande de crédit b)recours auprès des usuriers c)recours auprès d autres organismes d)investissement, échec, argent Dernières tendances : augmentation croissante du nombre d adhérents CONCLUSION GENERALE SOURCES ET BIBLIOGRAPHIES ANNEXES 128 FICHE INDIVIDUELLE

8 LISTE DES ANNEXES ANNEXE 1 : ORGANIGRAMME DE L UNITÉ DE PROMOTION DE L OTIV ANNEXE 2 : PIECES A FOURNIR DANS LE DOSSIER DE DEMANDE DE CREDIT 129 ANNEXE 3 : GUIDES D ENTRETIEN AUPRES DES EMPLOYES DE L OTIV ANNEXE 4 : GUIDES D ENTRETIEN AUPRES DES AUTORITES LOCALES ANNEXE 5 : QUESTIONNAIRE AUPRES DES MEMBRES DE L OTIV ANNEXE 6 : QUESTIONNAIRE AUPRES DES NON-MEMBRES DE L OTIV ANNEXE 7 : LISTE DES AUTORITES LOCALES ET AUTRES PERSONNES- RESSOURCES ENQUETEES ANNEXE 8 : LISTE DES EMPLOYES DE L OTIV ENQUETES ANNEXE 9 : PHOTOGRAPHIES

9 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1 : MEMBRES ACTUELS DE L OTIV...19 TABLEAU 2 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 3 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 25 TABLEAU 4 : ECHANTILLONNAGE PAR LOCALITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 28 TABLEAU 5 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES NON-MEMBRES...31 TABLEAU 6 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES NON- MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 7 : ECHANTILLONNAGE PAR LOCALITÉS AUPRÈS DES NON- MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 8 : TYPES DE CRÉDIT PROPOSÉS PAR L OTIV TABLEAU 9 : RÉPARTITION DE LA POPULATION PAR TRANCHE D ÂGE...48 TABLEAU 10 : RÉPARTITION DE LA POPULATION PAR FOKONTANY...50 TABLEAU 11 : RÉPARTITION PAR SECTEURS D ACTIVITÉ DE LA POPULATION ACTIVE TABLEAU 12 : RÉPARTITION PAR SURFACE ET PRODUCTION ANNUELLE DE PRODUITS CULTIVÉS TABLEAU 13 : RÉPARTITION PAR MODE ET TYPE D EXPLOITATION...57 TABLEAU 14 : TYPES, EXPLOITANTS, EFFECTIFS ET PRODUCTION DE L ÉLEVAGE...60 TABLEAU 15 : RÉPARTITION PAR TYPE D EXPLOITATION DANS L ARTISANAT...63 TABLEAU 16 : RÉPARTITION PAR TYPE DE COMMERCE...66 TABLEAU 17 : RÉPARTITION PAR TYPE DES UNITÉS INDUSTRIELLES...66 TABLEAU 18 : RÉPARTITION PAR CATÉGORIES DES MEMBRES DE L OTIV..70 TABLEAU 19 : RÉPARTITION PAR SEXE DES MEMBRES DE L OTIV...72 TABLEAU 20 : RÉPARTITION PAR LOCALITÉS DES MEMBRES DE L OTIV

10 TABLEAU 21 : RÉPARTITION PAR ACTIVITÉS DES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 22 : AUTRES FORMES D ÉPARGNE PRATIQUÉES PAR LES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 23 : MOTIVATIONS À L ÉGARD DE L ÉPARGNE TABLEAU 24 : RECOURS EN CAS DE DEMANDE DE FINANCEMENT TABLEAU 25 : DIFFÉRENTS TYPES DE PROJET ENVISAGÉS TABLEAU 26 : COMPARAISON ENTRE LE CRÉDIT DE L OTIV ET LE SYSTÈME D USURIER LISTE DES FIGURES FIGURE 1 : RÉPARTITION PAR CATÉGORIE DES MEMBRES DE L OTIV...71 FIGURE 2 : REPARTITION PAR SEXE DES MEMBRES DE L OTIV...75 FIGURE 3 : RÉPARTITION PAR LOCALITES DES MEMBRES DE L OTIV...77 FIGURE 4 : RÉPARTITION PAR ACTIVITÉS DES MEMBRES DE L OTIV...80 FIGURE 5 : FACTEURS D ADHÉSION...83 FIGURE 6 : MOTIFS DE NON-ADHÉSION...86 FIGURE 7 : IMPACT DE L ADHÉSION À L OTIV FIGURE 8 : EVOLUTION DU NOMBRE D ADHERENTS A LA CAISSE D AMBOHITRIMANJAKA EN

11 REMERCIEMENTS Ce mémoire, qui entre dans le cadre du séminaire en DEA de Sociologie intitulé «Espace financier et développement rural», n aurait pu être réalisé sans le concours de diverses personnes qui, durant toutes les phases, ont témoigné un esprit coopératif tout au long de notre travail de recherche. Nous tenons ici à exprimer notre profonde reconnaissance à leur endroit, notamment : - Mme le Professeur Ramandimbiarison Noëline, Responsable du séminaire «Espace financier et développement rural», qui a assuré l encadrement pédagogique du mémoire ; - M. Randrianiaina Rakotoarivao, Directeur du réseau OTIV, qui a autorisé la réalisation des enquêtes au sein des bureaux et caisses de l OTIV ; - M. Randria-Manalina Toavina, Responsable Marketing au sein de l OTIV, qui a été notre principal interlocuteur durant la réalisation de l étude ; - Mme Tsimanohitra Nivo, Gérante OTIV Mahasoa, qui a fournit des indications concernant la caisse-mère d Imerinafovoany et la caisse de service d Ambohitrimanjaka ; - Mlle Andriamady Corinne et M. Randriambelomanga Mamy, employés de la caisse OTIV à Ambohitrimanjaka, pour leur accueil et leur collaboration ; - Les autres employés de l OTIV au Siège à Antanimena, dans la caisse d Imerinafovoany ; - Les membres de l OTIV à Ambohitrimanjaka, qui ont accepté cordialement de répondre aux questions et de discuter avec nous ; - Les autorités locales, la population à Ambohitrimanjaka, dont les non-membres de l OTIV, pour leur accueil et leur collaboration ; - Le Cabinet COEF Ressources, de M. Razafindrazaka Désiré, qui a aidé à l identification du sujet ainsi que ses problématiques et qui par la suite a apporté un appui matériel dans la reproduction du mémoire ; - Les membres de ma famille, en particulier ma femme Hanitra, pour leur soutien ; - La 3 ème promotion des étudiants en DEA Sociologie. 11

12 SIGLES ET ABREVIATIONS APEM CECAM CEM CIDR DID DSRP EAM FAF FERT FRAM IFM IFNM IMF MEC OTIV PSDR TIAVO Association pour la Promotion des Entreprises à Madagascar Caisse d Epargne et de Crédit Agricole au Mutuelle Caisse d Epargne de Madagascar Centre International pour le Développement et la Recherche Développement International Desjardins Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Entreprendre à Madagascar Fanampiana ho An ny Fampianarana Formation et Epanouissement pour le Renouveau de la Terre Fikambanan ny Ray Aman-dmenin ny Mpianatra Institutions Financières Mutualistes Institutions Financières Non Mutualistes Institutions de Micro Finance Mutuelle d Epargne et de Crédit Ombona Tahiry Ifampisamborana Vola Programme de Soutien au Développement Rural Tahiry Ifamonjena Amin ny Vola 12

13 INTRODUCTION Selon les normes internationales de calcul du seuil de la pauvreté monétaire, 69, 6 % de la population malgache se trouvent en 2001 dans la catégorie de celle dite des pauvres. Le seuil de pauvreté à Madagascar est estimé à FMG par an et par individu 1. La mesure de la pauvreté revêt donc avant tout un aspect monétaire, même si d autres indicateurs sociaux négatifs entrent en ligne de compte (éducation, santé, accès à l eau potable, etc.). La lutte contre la pauvreté constitue une des priorités du Gouvernement. Le DSRP qui a été finalisé récemment rassemblent les principaux objectifs et stratégies en faveur de la lutte contre la pauvreté. Une des axes stratégiques principal est de «permettre aux pauvres de prendre en main leur destin et multiplier les chances pour chacun d eux de gagner sa vie 2». Pour atteindre cet objectif, le Gouvernement malgache fournit aux pauvres les moyens d augmenter leur revenu, entre autres en «leur donnant accès aux crédits ( ) pour lancer des petites entreprises» 3. A cet effet, la promotion des Institutions de MicroFinance figure parmi les actions qui sont prévues. I.HISTORIQUE DE LA CRÉATION DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCES La promotion des Institutions de MicroFinances (IMFs) remonte dans les années 90. Les défaillances du système bancaire, surtout en milieu rural, ont incité le Gouvernement malgache à les promouvoir. La fin des années 90 a vu l émergence de ces IMFs, si auparavant, le secteur de la MicroFinance était le privilège de la Banque Nationale BTM (futur BOA). La BTM accordait certes des crédits au paysannat, mais celle-ci n atteignait qu une frange limitée de la population rurale. La création des IMFs a été favorisée par les trois entités qui sont 4 : - Le Gouvernement malgache, par le biais de la mise en place de cadre institutionnel pour le développement et la régulation du secteur de la MicroFinance 5 ; 1 Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté, DSRP, deuxième édition, mai 2003, p Document Intérimaire de stratégie de réduction de la pauvreté, octobre 2000, p Idem, p Site Internet sur la MicroFinance à Madagascar : 5 La loi est un cadre réglementaire pour assurer le développement des initiatives en MicroFinance. La loi du 04/09/96 réglemente les activités des IFMs. Par ailleurs, la coordination de la politique générale du Gouvernement en matière de MicroFinance est dévolue au Ministère des Finances et de l Economie, suivant l arrêté n : 3312/99/MIN/FIN-ECO du 8 avril

14 - Les Bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Programme des Nations Unies/Fonds d Equipement des Nations Unies, Union Européenne, Agence Française de Développement, Coopération allemande, Intercoopération Suisse) ; - Les Agences d Implantation et de Développement (AID) internationaux ou les opérateurs qui assurent l encadrement technique des IMFs, tels que DID (Développement International Desjardins), FERT (Formation et Epanouissement pour le Renouveau de la Terre), IRAM, CIDR (Centre International pour le Développement et la Recherche). La période qui va de 1990 à 1995 a ainsi vu la création de nombreux IFMs, qui peuvent être catégorisées en 2 types : - Les Institutions Financières Mutualistes (IFM) : CECAM, AECA, OTIV, ADEFI, TIAVO ; - Les Institutions Financières Non Mutualistes (IFNM) : SIPEM, VOLAMAHASOA, APEM, EAM, CEM. Depuis 1996, les réseaux de MicroFinances se sont consolidés et étendus dans plusieurs régions de l île. Le réseau OTIV ou «Ombona Tahiry Ifampisamborana Vola», qui figure parmi les Institutions de MicroFinances Mutualistes, fera l objet de la présente étude. II.PRÉSENTATION DU SUJET L OTIV est une Institution Financière Mutualiste (IFM), appuyée par DID et régie par la loi portant réglementation des Institutions Financières Mutualistes. Le premier réseau OTIV a été créé en 1994 à Toamasina et au lac Alaotra. Le réseau a commencé ensuite à s étendre à Antananarivo au cours de l année La Mutuelle d Epargne et de Crédit OTIV ou MEC-OTIV a pour principal objectif de favoriser l accès de la population, sans distinction d âge, de sexe et de statut professionnel aux services financiers d épargne et de crédit, afin de promouvoir l éducation économique, sociale et mutualiste. Le but de l OTIV est d améliorer les revenus et le niveau de vie des populations membres par un accès aux services financiers d épargne et de crédit de proximité. La caisse OTIV d Ambohitrimanjaka a été ouverte au mois de décembre Elle est, avec 4 autres caisses de service, rattachée à la caisse-mère d Imerinafovoany. La Commune Rurale d Ambohitrimanjaka est située à 12 kilomètres de la ville d Antananarivo, au croisement de la Route Nationale (RN) 58 A avec la Route d Intérêt Provincial (RIP) 29. Selon le découpage administratif de la Province Autonome d Antananarivo, la Commune d Ambohitrimanjaka fait partie des 27 communes qui composent la sous-préfecture d Ambohidratrimo (Tananarive 105), cette dernière faisant partie de «l Imerina central» avec 8 autres sous-préfectures. 14

15 Dans le cadre du séminaire de DEA en Sociologie intitulé «Espace Financier et Développement Rural», la présente étude sera axée sur la caisse de service OTIV qui se trouve à Ambohitrimanjaka. Les deux principaux axes problématiques concernent d une part l analyse des facteurs d adhésion et de non-adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit, et d autre part l évaluation de l impact de l adhésion et de la présence de l organisme financier auprès des membres et de la Commune d Ambohitrimanjaka. III.DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE DE L ÉTUDE A. Problématique de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit Dans les principes, les services d épargne et de crédit sont parmi les instruments de réduction de la pauvreté car ceux-ci peuvent aider les ménages, qu ils soient urbains ou ruraux, à gérer et augmenter leurs propres ressources 1. Les Institutions de MicroFinance ont été incitées justement depuis les années 90 pour faciliter l accès en particulier des ménages défavorisés et des paysans aux services d épargne et de crédits. La période qui va de 1996 à 2001 est qualifiée de phase d expansion et d extension des réseaux d Institutions Financières Mutualistes et Non-Mutualistes. Selon les statistiques, toutes les provinces à Madagascar disposent actuellement d au moins un réseau, soit un taux de couverture national de 60 %, avec 71 Fivondronana sur Toutefois, même si le nombre d adhérents à ces institutions est en constante augmentation croissance de plus 27 % par rapport à l année 2000, plus de 15, 7 % par rapport à 2001, leur taux de pénétration demeure encore relativement faible : moins de 3 % de la population ciblée par ces services financiers de proximité 3. Pour expliquer le recours encore moyen des malgaches à ces Institutions de MicroFinance, des hypothèses ont été avancées. En général, on pense que les conditions offertes sont, malgré une différence palpable par rapport à celles des institutions bancaires, encore difficiles à remplir par les ménages défavorisés et la majorité des paysans 4. Mais ces conditions d accès constituent-elles essentiellement les principaux obstacles? N y a-t-il pas d autres facteurs qui méritent également d être considérés de façon plus approfondie? 1 M. Zeller, M. Sharma, Finances rurales et réduction de la pauvreté, Rapport de politique alimentaire, Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires. 2 Rapport économique et financier , Ministère de l Economie, des Finances et du Budget, Direction Générale de l Economie et des Finances, août 2003, p Rapport économique et financier , op. cit., p Résumé de l atelier de concertation nationale pour l amélioration du financement de l Agriculture, organisé par le Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche. 15

16 On pose donc au départ comme hypothèse qu en dehors des considérations techniques, des dimensions psychologiques et socioculturelles déterminent également, d une manière ou d une autre, l adhésion aux Institutions de MicroFinance, en prenant le cas de la caisse OTIV à Ambohitrimanjaka. C est cette hypothèse qui constituera donc le premier axe problématique de cette étude. L analyse des facteurs d adhésion, quel que soit l angle d analyse adopté, se justifie dans la mesure où une des actions préconisées en vue de l efficacité de ces institutions est la révision du système de ciblage de ces MicroFinances, en vue de l amélioration de l impact sur la réduction de la pauvreté 1. En effet, malgré les résultats positifs enregistrés par ces Institutions de MicroFinance, il est recommandé «( ) l intensification des efforts, avec comme obligation l atteinte d une couverture spatiale et d un niveau de réalisation qui soient significatifs pour le développement rural 2». B.Etude de l impact de la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit A long terme, la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit devrait également favoriser le développement économique d une région. L incitation au développement régional peut se faire par le biais d appuis en crédits aux paysans ou aux producteurs pour que ces derniers puissent améliorer leurs rendements ou étendre leurs activités. Le deuxième axe problématique de l étude sera donc une évaluation de l impact de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit auprès de ces membres, ainsi que l impact de la présence de cette Mutuelle sur le développement économique actuel et futur de la région où celle-ci est implantée. Le choix de la Commune d Ambohitrimanjaka comme région d étude peut être justifiée de deux manières. D une part, cette région offre de nombreuses potentialités humaines, géographiques et économiques. Une des priorités de la politique en matière de MicroFinance est l extension des interventions dans les zones à forte potentialité 3. D autre part, la politique du Gouvernement en matière de Micro finance est «l adaptation des prestations en fonction des besoins spécifiques des populations rurales ou urbaines concernées ( ) 4». D après les premières enquêtes réalisées sur les lieux, la région d Ambohitrimanjaka présente des traits caractéristiques spécifiques, aussi bien économiques, historiques, géographiques que psychosociologiques. Ces spécificités rendent plus pertinente l étude de la présence d une institution de Microfinance comme l OTIV dans cette région. 1 DSRP, op. cit., p Plan d Action pour le Développement Rural, Banque Mondiale, Version Word disponible sur le site Internet du Secrétariat Multi Bailleurs (SMB) Thème «Développement», p DSRP, op. cit., p Madagascar, Les défis d un développement durable. Leçons d hier, pour les perspectives de demain, CERIC, août 2002, p

17 IV.MÉTHODOLOGIE A.Approche méthodologique générale En ce qui concerne l état des lieux par rapport au sujet de recherche proposé, il a été constaté que la plupart des études menées dans le domaine des Institutions de MicroFinance mettent souvent l accent sur les aspects techniques (économie, comptabilité, finance, etc.). Par ailleurs, les réflexions sont surtout focalisées dans le domaine du crédit en faisant ressortir les avantages, opportunités et contraintes du système dans le contexte des pays en voie de développement, dont Madagascar. Ces études sont menées à travers des considérations d ordre général (pour les pays en voie de développement, d Afrique, d Asie et pour Madagascar) ou à travers des études de cas plus précis. En premier lieu, l objectif est donc de se démarquer de cette dimension technique pour privilégier une approche sociologique. Pour mettre en avant cette approche sociologique, l étude offre par exemple une opportunité sans s écarter des deux axes problématiques principaux pour étudier l opinion d un échantillon de population donné par rapport à des notions économiques comme l épargne, le crédit et l argent. Les résultats de ces enquêtes complémentaires seront ainsi exploités de diverses manières, même si la prétention n est pas d en faire une analyse exhaustive. En second lieu, compte-tenu du cadre théorique du séminaire dans lequel l étude est réalisée (Espace financier et développement rural), une approche géographique sera également privilégiée. Ainsi, la Commune d Ambohitrimanjaka sera considérée au cours des différentes analyses suivant les différentes approches de l espace proposées par Pierre George : descriptif ou analytique du point de vue de la géographie, quantitatif du point de vue de l économie et qualitatif du point de vue de la sociologie 1. Toutefois, même si ces deux approches principales sont favorisées, une vision pluridisciplinaire (histoire, économie, psychologie, etc.) par le biais d une approche systémique pour donner plus de consistance aux analyses. B.Recherche et analyse documentaire Notre documentation écrite a été obtenue à partir de différentes sources, qui peuvent être classées de la manière suivante : 1 P. George, Sociologie et géographie, Presse Universitaire de France, Paris, 1972, pp

18 - Monographies de la Commune d Ambohitrimanjaka ; - Plan Communal de Développement (PCD) de la Commune d Ambohitrimanjaka ; - Cahiers de recensement des Fokontany ; - Documents internes de l OTIV (Présentation, Plan de Communication) ; - Données statistiques concernant les MicroFinances, l OTIV en général, la caissemère Imerinafovoany et la caisse de service à Ambohitrimanjaka ; - Rapports, études, ouvrages concernant l économie nationale, les Institutions de MicroFinances à Madagascar et ailleurs ; - Mémoires d études axés sur les Institutions de Microfinances ; - Ouvrages généraux et spécifiques concernant différentes disciplines (histoire, géographie, etc.). C.Enquêtes orales 1.Catégories de populations cibles Nous avons eu 4 catégories de populations cibles : Employés de l OTIV (voir liste en annexe) - Au niveau du Siège à Antanimena - Auprès de la caisse mère à Imerinafovoany - Auprès de la caisse de service à Ambohitrimanjaka Personnes-ressources locales à Ambohitrimanjaka (voir liste en annexe) - Autorités locales (Maire, Conseillers, Présidents de Fokontany) - Autres personnes-ressources (Ray aman-dreny, techniciens, notables) Membres de l OTIV à la caisse d Ambohitrimanjaka Non-membres de l OTIV dans la Commune d Ambohitrimanjaka Remarque 18

19 Dans la situation du 09/09/03, les membres démissionnaires sont au nombre de 16. Même si nous avons envisagé au départ de réaliser une enquête auprès des membres démissionnaires, les raisons de leur démission mentionnées dans le cahier de registre des membres ne nous semblent pas être finalement significatives (décès, migration, problèmes financiers). Ainsi, ces membres démissionnaires ont été écartés de notre échantillon. De toute manière, des questions d ordre pratiques évidentes (décès, migrations) auraient rendu difficile la réalisation d enquêtes auprès de ces démissionnaires. 2.Echantillonnage (Taux = 20 %) a)echantillonnage auprès des membres de l OTIV L échantillonnage normal est de 8 à 10 % par rapport à une population totale. Mais compte tenu du nombre relativement restreint de notre population, soit 274 membres de l OTIV selon le cahier de registre des membres dans la situation en date du 9/09/2003, nous avons choisi le taux de 20 % pour avoir un échantillonnage plus consistant. D ailleurs, il est reconnu que quand la population est plus restreinte, l échantillon doit être plus élevé. Membres actuels de l OTIV (Source : Cahier de registre des membres, du 9/09/2003) TABLEAU 1 : MEMBRES ACTUELS DE L OTIV 19

20 ADHERENTS NOMBRE Hommes 112 Individu Femmes 136 Groupement Femmes 1 Groupement Hommes - Groupement Mixte 15 Personnalité Morale, Association 10 20

21 TOTAL

22 Echantillonnage réalisé D après ses objectifs, l OTIV ne s adresse pas à une population cible bien particulière, même si les ménages défavorisés sont priorisés. Par ailleurs, les axes problématiques de cette étude (facteurs d adhésion, impact de l adhésion) ne dégagent pas de profil-type de population-cible qui méritent une attention particulière au cours de l échantillonnage. Malgré tout, nous avons autant que possible veillé à respecter un minimum de représentativité au niveau des variables suivants : - Type (Individu ou Groupement) - Sexe - Localisation - Activités Au total donc, nous avons réalisé des enquêtes auprès d un échantillon de membres de l OTIV, qui se répartit comme suit : Type et sexe TABLEAU 2 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 22

23 ADHERENTS Echant. Hommes 23 Individu Femmes 28 FAF (Groupement des Instituteurs) EPP Andrigintana 1 Caisse Fkt Ampanomahitsy 1 FRAM (Groupement des Parents d élève) Beloha 1 Membre du Comité de surveillance 1 23

24 TOTAL 55 24

25 Activités (les activités des groupements et personnalités morales ne sont pas prises en compte) Remarques : Les autres activités parallèles qui sont sources de revenus ne sont pas mentionnées par les membres (agriculture, élevage, commerce, etc.) dans le cahier de registre de l OTIV. Ce n est qu au cours des enquêtes qu il a été constaté que la pratique de plusieurs activités est courante. Comment alors classer un employé de bureau qui est en même temps agriculteur? Pour faciliter la catégorisation, nous avons pris en compte uniquement les activités que les membres ont mentionnées dans le cahier de registre, même si cela ne correspond pas toujours aux réalités. Les activités des GM (Groupement Mixte), GF (Groupements de Femmes), GH (Groupement des Hommes) et des Associations et PM (Personnalités Morales) n ont pas été prises en compte car ces groupements sont parfois composés de plusieurs membres ayant chacun des activités différentes. Ainsi, au lieu des 274 adhérents précédemment cités, nous avons un total de 248 dans cette catégorisation selon les activités. Plus précisément, nous avons classé les activités mentionnées dans le cahier de registre dans les 8 catégories suivantes : - Agriculteurs ; - Eleveurs ; - Artisans (Couturière, lapidaire, brodeuse, artisan tout court, etc.) ; - Salariés : activités rémunérées mensuellement (Maire, caissière, infirmière, chauffeur, assistant médical, cuisinière, machiniste, coupeur, tricoteuse, pasteur, agent de sécurité, pâtissier, distributrice de médicaments, etc.) ; - Militaires Gendarmes ; - Retraités Ménagère Sans emploi ; - Etudiants Collégiens ; - Profession libérale (Décortiqueur, mécanicien, sociologue, électricien, maçon, docteur, Docteur-véterinaire, coiffeuse, soudeur, menuisier, livreur-pain, charpentier, commerçant, gargotier, etc.). TABLEAU 3 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 25

Améliorer l insertion socio-économique des familles vulnérables d Antananarivo: Microcrédit et Formation Professionnelle

Améliorer l insertion socio-économique des familles vulnérables d Antananarivo: Microcrédit et Formation Professionnelle Améliorer l insertion socio-économique des familles vulnérables d Antananarivo: Microcrédit et Formation Professionnelle Cr dit. Epargne. FORmation Depuis 2009, Madagascar est fortement marqué par la persistance

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

DOCUMENT DE METHODOLOGIE ENQUETE SUR LES CONDITIONS DE VIE EN HAITI

DOCUMENT DE METHODOLOGIE ENQUETE SUR LES CONDITIONS DE VIE EN HAITI DOCUMENT DE METHODOLOGIE ENQUETE SUR LES CONDITIONS DE VIE EN HAITI Il existe actuellement très peu d indicateurs sociaux pour apprécier objectivement le niveau de vie en Haïti. Les données de base disponibles

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission pg 1/5 1 Fact sheet (français) Contexte de l évaluation Objectifs du mandat Durée du projet Type évaluation Budget planifié Budget estimatif de réalisation

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES

PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES PROMOTION, FINANCEMENT ET ACCOMPAGNEMENT DE L AUTO ENTREPREUNARIAT DES JEUNES A YAOUNDE, PAR LA CREATION D UNE PEPINIERE D ENTREPRISES 1 Financement EUROPAID 21.03.01 282 Durée : 3 ans Début du projet

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

Quelle microfinance pour le développement de l agriculture dans les pays en développement? Nelly-Françoise TSASA KHINI Décembre 2007 microfinance 07 1 Contexte du Congo Brazzaville Défis et opportunités

Plus en détail

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Nassirou Sall, FONGS, en partenariat avec SOS Faim Belgique BIM n - 22 avril 2008 Betty WAMPFLER Nous vous avons présenté dans le BIM

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session MANAGEMENT ET STRATEGIES D ENTREPRISES Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum par Développer une démarche logique de planification de projet. Se perfectionner

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution MINISTERE DE L AGRICULTURE

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

DE L EVALUATION DES PERFORMANCES SOCIALES A LEUR GESTION ETUDE SUR LES SERVICES FINANCIERS DE TITEM. Madagascar, Mai 2013

DE L EVALUATION DES PERFORMANCES SOCIALES A LEUR GESTION ETUDE SUR LES SERVICES FINANCIERS DE TITEM. Madagascar, Mai 2013 DE L EVALUATION DES PERFORMANCES SOCIALES A LEUR GESTION ETUDE SUR LES SERVICES FINANCIERS DE TITEM Madagascar, Mai 2013 Activité agricole d un client de TITEM (culture maraîchère) Activité artisanale

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION Sujet national pour l ensemble des Centres de gestion organisateurs CONCOURS EXTERNE DE RÉDACTEUR TERRITORIAL SESSION 2013 Des réponses à une série de questions portant sur LE DROIT PUBLIC en relation

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre En Guinée, les femmes et les hommes ont des rôles et des responsabilités différents et complémentaires en assurant le bien-être alimentaire

Plus en détail

DECENTRALISATION A MADAGASCAR

DECENTRALISATION A MADAGASCAR DECENTRALISATION A MADAGASCAR REGION ALAOTRA MANGORO La Région Alaotra-Mangoro est la fusion des deux anciennes régions Alaotra et Mangoro (découpage fixé en 1995 selon la loi N 94-001 du 26 avril 1995).

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Plateforme HumaCSF «Donne un poisson à un homme, il aura à manger pour un jour. Apprends-lui à pêcher et il aura à manger pour toujours» proverbe

Plateforme HumaCSF «Donne un poisson à un homme, il aura à manger pour un jour. Apprends-lui à pêcher et il aura à manger pour toujours» proverbe Plateforme HumaCSF «Donne un poisson à un homme, il aura à manger pour un jour. Apprends-lui à pêcher et il aura à manger pour toujours» proverbe chinois 2013 Table des matières I. Identité et objectif

Plus en détail

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014)

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Réalisé par l Union des Chambres de Commerce d Industrie et d Agriculture de l Union des Comores Avec la Conférence Permanente des Chambres

Plus en détail

PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la

PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA FINANCE SOCIALE & SOLIDAIRE LIMA 13 & 14 MAI 2015 BREVE PRESENTATION DE LA GUINEE Contexte Socio-économique de la Guinée: La

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Rapport de stage 2 ème année. I. Présentation de l ONG le SALUT... 4

Rapport de stage 2 ème année. I. Présentation de l ONG le SALUT... 4 Table des matières I. Présentation de l ONG le SALUT... 4 A. Vision et mission de la caisse le SALUT... 4 B. Organisation de la caisse le SALUT... 5 II. Présentation des taches et des missions effectuées...

Plus en détail

Les Français et l accession à la propriété

Les Français et l accession à la propriété Les Français et l accession à la propriété Sondage Ifop pour CAFPI Le 30 juin 2015 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour CAFPI Echantillon Méthodologie Mode de recueil L enquête a été menée auprès

Plus en détail

Assistants techniques internationaux experts routiers RDC témoignant d un intérêt marqué pour la coopération au développement

Assistants techniques internationaux experts routiers RDC témoignant d un intérêt marqué pour la coopération au développement Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST

NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Afrique Nourricière re NOTE DE SYNTHESE SUR LES POLITIQUES ET PROGRAMMES REGIONAUX RELATIFS AUX DROITS ET ACTIVITES DES FEMMES EN AFRIQUE DE L OUEST Secrétariat Exécutif ROPPA Atelier Collège des Femmes

Plus en détail

Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?

Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance? ,- 1 Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance? EXPERIENCE DU REFINANCEMENT DES CVECA DE NIONO Au MALI

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO Juillet 2011 1 SIGLES ET ABBREVIATIONS APIPAC BRS FCFA IAGU-BAU PMA PROFAUP RUAF URCPO

Plus en détail

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE

Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE Présentation sur le Financement agricole au BURUNDI: cas de la BNDE I. Aperçu général Financement de la culture du bananier à MUYINGA Financement de l élevage bovin à GITEGA Au BURUNDI, il existe un nombre

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803

Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 REPUBLIQUE DE LA GUINEE EQUATORIALE MINISTERE DE LA PÊCHE ET DE L ENVIRONNEMENT Direction Générale de l Environnement Evaluation Finale du Projet / Atlas Award ID: 00051803 Titre du projet: Renforcement

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN:

EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN: EXCLUSION FINANCIERE AU CAMEROUN: LE ROLE INCLUSIF DE LA POSTE BERNE, le 09 Novembre 2009 Atelier sur l inclusion l financière par les services de banques postales Vous servir est notre priorité Site web:

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA Tanindrazana - Fahafahana - Fandrosoana LOI n 2005-016 relative à l'activité et au contrôle des institutions de microfinance EXPOSE DES MOTIFS L Etat malgache a décidé de faire

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé]

Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé] Étude de la filière légumes sur les Hautes Terres de Madagascar [Résumé] Régions Analamanga, Itasy, Vakinankaratra et Amoron i Mania Filières pomme de terre, tomate, oignon, carotte, haricot vert et chou

Plus en détail

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE DES EVALUATIONS DU PROJET D APPUI INSTITUTIONNEL AU CGAT DANS LE PROCESSUS DE STRUCTURATION DES MOUVEMENTS MUTUALISTES EN RESEAU DANS LES PROVINCES DE KINSHASA, DE L EQUATEUR ET DU

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION DES OUTILS POUR FAVORISER LE TRANSFERT DE FERME : RAPPORT D ÉTUDE Par Marie-Eve Bourdeau Colloque sur l établissement et le retrait en agriculture Le 18 mars 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte 2.

Plus en détail

Madagascar. Le secteur de la microfinance Diagnostic et analyse des opportunités d investissement. I. Rapport principal

Madagascar. Le secteur de la microfinance Diagnostic et analyse des opportunités d investissement. I. Rapport principal Madagascar Le secteur de la microfinance Diagnostic et analyse des opportunités d investissement I. Rapport principal Makarimi Adéchoubou et Jo Woodfin (USM/FENU), en collaboration avec : Louisette Ranorovololona

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire 129 L USAGE DE L INFORMATIQUE À L ÉCOLE MATERNELLE Premier compte-rendu d étude exploratoire Théo PRINIOTAKIS, Sandrine COURTOIS Contexte C est une recherche en didactique de l informatique en milieu préélémentaire

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude N 1604 : Cours particuliers : formateurs et partici pants. Testez la fiabilité de votre projet

Résultats d Etude. L étude de marché. Résultats d Etude N 1604 : Cours particuliers : formateurs et partici pants. Testez la fiabilité de votre projet Résultats d Etude L étude de marché Testez la fiabilité de votre projet 1 Sommaire : Introduction... 4 1. Donnez-vous ou seriez-vous susceptible de donner des cours particuliers si vous en aviez la possibilité?...

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Les Greniers Communautaires Villageois comme garants de la sécurité alimentaire et du crédit. Etude de cas de TITEM à Madagascar

Les Greniers Communautaires Villageois comme garants de la sécurité alimentaire et du crédit. Etude de cas de TITEM à Madagascar Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction du développement et de la coopération DDC Etude de cas no. 8 Janvier 2010 L étude se base sur l expérience de SAHA, programme de développement

Plus en détail

CONVERGENCE CONSULTING SERVICES

CONVERGENCE CONSULTING SERVICES Ce manuel est élaboré par l Association Jeunesse pour la Solidarité et le Développement des Parcelles Assainies (AJSDPA) dans le cadre du projet de formation en gestion technique et administrative des

Plus en détail

Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC

Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC Termes de Références Appui sur la thématique foncière Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC Août 2013 1 I. CONTEXTE GENERAL DU PROJET ET DE LA MISSION Le Gret,

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006

CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006 CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006 +5% en Europe ( 43% du marché total) +6,6% aux USA (36%) Hausse importante dans les pays émergents( presque +10% dans les pays du BRIC,

Plus en détail