ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA -"

Transcription

1 UNIVERSITE D ANTANANARIVO Faculté de Droit, d Economie, de Gestion et de Sociologie Département de Sociologie ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA - RAVELOJAONA Eric Richard Sous la direction du Professeur RAMANDIMBIARISON Noëline DEA (Diplôme d Etudes Approfondies) Séminaire ESPACE FINANCIER ET DEVELOPPEMENT RURAL COEF Ressources Date de soutenance : 05 Mai 2004

2 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LISTE DES ANNEXES...8 LISTE DES TABLEAUX...9 LISTE DES FIGURES REMERCIEMENTS SIGLES ET ABREVIATIONS...12 INTRODUCTION...13 I.Historique de la création des Institutions de MicroFinances...13 II.Présentation du sujet III.Définition de la problématique de l étude...15 A. Problématique de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit...15 B.Etude de l impact de la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit IV.Méthodologie...17 A.Approche méthodologique générale...17 B.Recherche et analyse documentaire...17 C.Enquêtes orales Catégories de populations cibles Echantillonnage (Taux = 20 %) a)echantillonnage auprès des membres de l OTIV...19 b)echantillonnage auprès des non-membres de l OTIV Méthodologie d enquête a)techniques d enquêtes b)contact et approche lors des enquêtes...40 c)outils méthodologiques D.Limites de l étude...41 PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DU CHAMP D ETUDE : LE RESEAU OTIV ET LA COMMUNE D AMBOHITRIMANJAKA...43 I. Le réseau OTIV

3 A.Statut et structure...43 B. Extension géographique C.Zones d intervention à Antananarivo D. Différents produits proposés Epargne a)epargne à vue...44 b)epargne spécialisée...45 c)epargne à terme Crédit E.Campagnes de sensibilisation des produits OTIV II.La Commune d Ambohitrimanjaka A.Données géographiques...48 B.Données démographiques...48 C.Activités économiques Répartition selon les secteurs d activité (par rapport à la population active) Répartition selon chaque secteur a)agriculture b)elevage c)artisanat d)commerce...66 e)etablissements industriels D.Traits sociologiques Respect des traditions Ouverture vers la modernité...68 E.Problèmes rencontrés dans la région Problèmes économiques Problèmes sociaux Problèmes fonciers et géographiques Problèmes de l agriculture et de l élevage

4 DEUXIEME PARTIE : MOTIVATIONS ET BLOCAGES DE L ADHESION A L OTIV 70 I.Analyse préliminaire du profil des membres actuels de l OTIV A.Catégories Répartition a)tableau...70 b)graphique Commentaires B.Sexe Répartition a)tableau...72 b)graphique Commentaires C.Localisation géographique Répartition a)tableau...75 b)graphique Commentaires D.Activités Répartition a)tableau...78 b)graphique Commentaires II.facteurs d adhésion...80 A.Graphique des résultats B. Explications des résultats Conditions acceptables En vue d épargner Sécurité de l épargne

5 4.Perspective de recours au crédit Existence d épargne Incitation par d autres membres Proximité géographique...85 III.OBSTACLES à l adhésion A.Graphique des résultats B. Explications des résultats Absence d épargne Utilisation d autres formes d épargne Connaissance insuffisante de l OTIV Attente évolution de l OTIV Problèmes fonctionnement OTIV...89 IV.ANALYSE DES facteurs d adhésion et de blocage...90 A.Dimensions psychosociologiques autour de l adhésion Connaissance de l OTIV...90 a)remarques concernant les sensibilisations des produits OTIV b)réticence à l égard de la bureaucratie Confiance à l égard de l OTIV Représentations autour du statut de membre de l OTIV a)etre membre signifie être «riche» ou être «paysan» b)discrétion à l égard du statut de membre...94 c) Problématique du statut de mutuelle Influence de l entourage a) Influence des parents et amis b)influence des autorités locales B. Dimensions socioéconomiques Difficultés financières...98 a)niveau de vie moyen de la population...98 b)difficultés des travailleurs occasionnels

6 2.Motivation à l égard de l épargne Motivation à l égard du crédit Motivation des associations, groupements et collectivités C. Dimensions pratiques TROISIEME PARTIE : EVALUATION DE L IMPACT DE LA PRESENCE DE L OTIV AUPRES DES MEMBRES ET SUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE I.Impact de l adhésion a l OTIV A.Graphique des résultats B.Commentaires et analyses des résultats Existence d épargne individuelle/familiale Possibilité d achat grâce à l épargne Amélioration de la gestion du budget familial Aucun impact Solution face aux dépenses imprévues Sécurité psychologique Perception taux d intérêt II.ETUDE DE LA présence de l OTIV DANS LA COMMUNE A.Impacts directs ou indirects de la présence de l OTIV B.Perspectives de développement sectoriel apportées par l OTIV Motifs de demande de prêts a)prêts octroyés b)types de projets envisagés Secteurs considérés : commerce, élevage, construction et services Secteurs délaissés : artisanat et agriculture a)l agriculture b)l artisanat C.Perspectives d évolution de l OTIV Portées et limites du système de crédit offert par l OTIV

7 a)recours en cas de demande de crédit b)recours auprès des usuriers c)recours auprès d autres organismes d)investissement, échec, argent Dernières tendances : augmentation croissante du nombre d adhérents CONCLUSION GENERALE SOURCES ET BIBLIOGRAPHIES ANNEXES 128 FICHE INDIVIDUELLE

8 LISTE DES ANNEXES ANNEXE 1 : ORGANIGRAMME DE L UNITÉ DE PROMOTION DE L OTIV ANNEXE 2 : PIECES A FOURNIR DANS LE DOSSIER DE DEMANDE DE CREDIT 129 ANNEXE 3 : GUIDES D ENTRETIEN AUPRES DES EMPLOYES DE L OTIV ANNEXE 4 : GUIDES D ENTRETIEN AUPRES DES AUTORITES LOCALES ANNEXE 5 : QUESTIONNAIRE AUPRES DES MEMBRES DE L OTIV ANNEXE 6 : QUESTIONNAIRE AUPRES DES NON-MEMBRES DE L OTIV ANNEXE 7 : LISTE DES AUTORITES LOCALES ET AUTRES PERSONNES- RESSOURCES ENQUETEES ANNEXE 8 : LISTE DES EMPLOYES DE L OTIV ENQUETES ANNEXE 9 : PHOTOGRAPHIES

9 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1 : MEMBRES ACTUELS DE L OTIV...19 TABLEAU 2 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 3 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 25 TABLEAU 4 : ECHANTILLONNAGE PAR LOCALITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 28 TABLEAU 5 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES NON-MEMBRES...31 TABLEAU 6 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES NON- MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 7 : ECHANTILLONNAGE PAR LOCALITÉS AUPRÈS DES NON- MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 8 : TYPES DE CRÉDIT PROPOSÉS PAR L OTIV TABLEAU 9 : RÉPARTITION DE LA POPULATION PAR TRANCHE D ÂGE...48 TABLEAU 10 : RÉPARTITION DE LA POPULATION PAR FOKONTANY...50 TABLEAU 11 : RÉPARTITION PAR SECTEURS D ACTIVITÉ DE LA POPULATION ACTIVE TABLEAU 12 : RÉPARTITION PAR SURFACE ET PRODUCTION ANNUELLE DE PRODUITS CULTIVÉS TABLEAU 13 : RÉPARTITION PAR MODE ET TYPE D EXPLOITATION...57 TABLEAU 14 : TYPES, EXPLOITANTS, EFFECTIFS ET PRODUCTION DE L ÉLEVAGE...60 TABLEAU 15 : RÉPARTITION PAR TYPE D EXPLOITATION DANS L ARTISANAT...63 TABLEAU 16 : RÉPARTITION PAR TYPE DE COMMERCE...66 TABLEAU 17 : RÉPARTITION PAR TYPE DES UNITÉS INDUSTRIELLES...66 TABLEAU 18 : RÉPARTITION PAR CATÉGORIES DES MEMBRES DE L OTIV..70 TABLEAU 19 : RÉPARTITION PAR SEXE DES MEMBRES DE L OTIV...72 TABLEAU 20 : RÉPARTITION PAR LOCALITÉS DES MEMBRES DE L OTIV

10 TABLEAU 21 : RÉPARTITION PAR ACTIVITÉS DES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 22 : AUTRES FORMES D ÉPARGNE PRATIQUÉES PAR LES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 23 : MOTIVATIONS À L ÉGARD DE L ÉPARGNE TABLEAU 24 : RECOURS EN CAS DE DEMANDE DE FINANCEMENT TABLEAU 25 : DIFFÉRENTS TYPES DE PROJET ENVISAGÉS TABLEAU 26 : COMPARAISON ENTRE LE CRÉDIT DE L OTIV ET LE SYSTÈME D USURIER LISTE DES FIGURES FIGURE 1 : RÉPARTITION PAR CATÉGORIE DES MEMBRES DE L OTIV...71 FIGURE 2 : REPARTITION PAR SEXE DES MEMBRES DE L OTIV...75 FIGURE 3 : RÉPARTITION PAR LOCALITES DES MEMBRES DE L OTIV...77 FIGURE 4 : RÉPARTITION PAR ACTIVITÉS DES MEMBRES DE L OTIV...80 FIGURE 5 : FACTEURS D ADHÉSION...83 FIGURE 6 : MOTIFS DE NON-ADHÉSION...86 FIGURE 7 : IMPACT DE L ADHÉSION À L OTIV FIGURE 8 : EVOLUTION DU NOMBRE D ADHERENTS A LA CAISSE D AMBOHITRIMANJAKA EN

11 REMERCIEMENTS Ce mémoire, qui entre dans le cadre du séminaire en DEA de Sociologie intitulé «Espace financier et développement rural», n aurait pu être réalisé sans le concours de diverses personnes qui, durant toutes les phases, ont témoigné un esprit coopératif tout au long de notre travail de recherche. Nous tenons ici à exprimer notre profonde reconnaissance à leur endroit, notamment : - Mme le Professeur Ramandimbiarison Noëline, Responsable du séminaire «Espace financier et développement rural», qui a assuré l encadrement pédagogique du mémoire ; - M. Randrianiaina Rakotoarivao, Directeur du réseau OTIV, qui a autorisé la réalisation des enquêtes au sein des bureaux et caisses de l OTIV ; - M. Randria-Manalina Toavina, Responsable Marketing au sein de l OTIV, qui a été notre principal interlocuteur durant la réalisation de l étude ; - Mme Tsimanohitra Nivo, Gérante OTIV Mahasoa, qui a fournit des indications concernant la caisse-mère d Imerinafovoany et la caisse de service d Ambohitrimanjaka ; - Mlle Andriamady Corinne et M. Randriambelomanga Mamy, employés de la caisse OTIV à Ambohitrimanjaka, pour leur accueil et leur collaboration ; - Les autres employés de l OTIV au Siège à Antanimena, dans la caisse d Imerinafovoany ; - Les membres de l OTIV à Ambohitrimanjaka, qui ont accepté cordialement de répondre aux questions et de discuter avec nous ; - Les autorités locales, la population à Ambohitrimanjaka, dont les non-membres de l OTIV, pour leur accueil et leur collaboration ; - Le Cabinet COEF Ressources, de M. Razafindrazaka Désiré, qui a aidé à l identification du sujet ainsi que ses problématiques et qui par la suite a apporté un appui matériel dans la reproduction du mémoire ; - Les membres de ma famille, en particulier ma femme Hanitra, pour leur soutien ; - La 3 ème promotion des étudiants en DEA Sociologie. 11

12 SIGLES ET ABREVIATIONS APEM CECAM CEM CIDR DID DSRP EAM FAF FERT FRAM IFM IFNM IMF MEC OTIV PSDR TIAVO Association pour la Promotion des Entreprises à Madagascar Caisse d Epargne et de Crédit Agricole au Mutuelle Caisse d Epargne de Madagascar Centre International pour le Développement et la Recherche Développement International Desjardins Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Entreprendre à Madagascar Fanampiana ho An ny Fampianarana Formation et Epanouissement pour le Renouveau de la Terre Fikambanan ny Ray Aman-dmenin ny Mpianatra Institutions Financières Mutualistes Institutions Financières Non Mutualistes Institutions de Micro Finance Mutuelle d Epargne et de Crédit Ombona Tahiry Ifampisamborana Vola Programme de Soutien au Développement Rural Tahiry Ifamonjena Amin ny Vola 12

13 INTRODUCTION Selon les normes internationales de calcul du seuil de la pauvreté monétaire, 69, 6 % de la population malgache se trouvent en 2001 dans la catégorie de celle dite des pauvres. Le seuil de pauvreté à Madagascar est estimé à FMG par an et par individu 1. La mesure de la pauvreté revêt donc avant tout un aspect monétaire, même si d autres indicateurs sociaux négatifs entrent en ligne de compte (éducation, santé, accès à l eau potable, etc.). La lutte contre la pauvreté constitue une des priorités du Gouvernement. Le DSRP qui a été finalisé récemment rassemblent les principaux objectifs et stratégies en faveur de la lutte contre la pauvreté. Une des axes stratégiques principal est de «permettre aux pauvres de prendre en main leur destin et multiplier les chances pour chacun d eux de gagner sa vie 2». Pour atteindre cet objectif, le Gouvernement malgache fournit aux pauvres les moyens d augmenter leur revenu, entre autres en «leur donnant accès aux crédits ( ) pour lancer des petites entreprises» 3. A cet effet, la promotion des Institutions de MicroFinance figure parmi les actions qui sont prévues. I.HISTORIQUE DE LA CRÉATION DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCES La promotion des Institutions de MicroFinances (IMFs) remonte dans les années 90. Les défaillances du système bancaire, surtout en milieu rural, ont incité le Gouvernement malgache à les promouvoir. La fin des années 90 a vu l émergence de ces IMFs, si auparavant, le secteur de la MicroFinance était le privilège de la Banque Nationale BTM (futur BOA). La BTM accordait certes des crédits au paysannat, mais celle-ci n atteignait qu une frange limitée de la population rurale. La création des IMFs a été favorisée par les trois entités qui sont 4 : - Le Gouvernement malgache, par le biais de la mise en place de cadre institutionnel pour le développement et la régulation du secteur de la MicroFinance 5 ; 1 Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté, DSRP, deuxième édition, mai 2003, p Document Intérimaire de stratégie de réduction de la pauvreté, octobre 2000, p Idem, p Site Internet sur la MicroFinance à Madagascar : 5 La loi est un cadre réglementaire pour assurer le développement des initiatives en MicroFinance. La loi du 04/09/96 réglemente les activités des IFMs. Par ailleurs, la coordination de la politique générale du Gouvernement en matière de MicroFinance est dévolue au Ministère des Finances et de l Economie, suivant l arrêté n : 3312/99/MIN/FIN-ECO du 8 avril

14 - Les Bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Programme des Nations Unies/Fonds d Equipement des Nations Unies, Union Européenne, Agence Française de Développement, Coopération allemande, Intercoopération Suisse) ; - Les Agences d Implantation et de Développement (AID) internationaux ou les opérateurs qui assurent l encadrement technique des IMFs, tels que DID (Développement International Desjardins), FERT (Formation et Epanouissement pour le Renouveau de la Terre), IRAM, CIDR (Centre International pour le Développement et la Recherche). La période qui va de 1990 à 1995 a ainsi vu la création de nombreux IFMs, qui peuvent être catégorisées en 2 types : - Les Institutions Financières Mutualistes (IFM) : CECAM, AECA, OTIV, ADEFI, TIAVO ; - Les Institutions Financières Non Mutualistes (IFNM) : SIPEM, VOLAMAHASOA, APEM, EAM, CEM. Depuis 1996, les réseaux de MicroFinances se sont consolidés et étendus dans plusieurs régions de l île. Le réseau OTIV ou «Ombona Tahiry Ifampisamborana Vola», qui figure parmi les Institutions de MicroFinances Mutualistes, fera l objet de la présente étude. II.PRÉSENTATION DU SUJET L OTIV est une Institution Financière Mutualiste (IFM), appuyée par DID et régie par la loi portant réglementation des Institutions Financières Mutualistes. Le premier réseau OTIV a été créé en 1994 à Toamasina et au lac Alaotra. Le réseau a commencé ensuite à s étendre à Antananarivo au cours de l année La Mutuelle d Epargne et de Crédit OTIV ou MEC-OTIV a pour principal objectif de favoriser l accès de la population, sans distinction d âge, de sexe et de statut professionnel aux services financiers d épargne et de crédit, afin de promouvoir l éducation économique, sociale et mutualiste. Le but de l OTIV est d améliorer les revenus et le niveau de vie des populations membres par un accès aux services financiers d épargne et de crédit de proximité. La caisse OTIV d Ambohitrimanjaka a été ouverte au mois de décembre Elle est, avec 4 autres caisses de service, rattachée à la caisse-mère d Imerinafovoany. La Commune Rurale d Ambohitrimanjaka est située à 12 kilomètres de la ville d Antananarivo, au croisement de la Route Nationale (RN) 58 A avec la Route d Intérêt Provincial (RIP) 29. Selon le découpage administratif de la Province Autonome d Antananarivo, la Commune d Ambohitrimanjaka fait partie des 27 communes qui composent la sous-préfecture d Ambohidratrimo (Tananarive 105), cette dernière faisant partie de «l Imerina central» avec 8 autres sous-préfectures. 14

15 Dans le cadre du séminaire de DEA en Sociologie intitulé «Espace Financier et Développement Rural», la présente étude sera axée sur la caisse de service OTIV qui se trouve à Ambohitrimanjaka. Les deux principaux axes problématiques concernent d une part l analyse des facteurs d adhésion et de non-adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit, et d autre part l évaluation de l impact de l adhésion et de la présence de l organisme financier auprès des membres et de la Commune d Ambohitrimanjaka. III.DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE DE L ÉTUDE A. Problématique de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit Dans les principes, les services d épargne et de crédit sont parmi les instruments de réduction de la pauvreté car ceux-ci peuvent aider les ménages, qu ils soient urbains ou ruraux, à gérer et augmenter leurs propres ressources 1. Les Institutions de MicroFinance ont été incitées justement depuis les années 90 pour faciliter l accès en particulier des ménages défavorisés et des paysans aux services d épargne et de crédits. La période qui va de 1996 à 2001 est qualifiée de phase d expansion et d extension des réseaux d Institutions Financières Mutualistes et Non-Mutualistes. Selon les statistiques, toutes les provinces à Madagascar disposent actuellement d au moins un réseau, soit un taux de couverture national de 60 %, avec 71 Fivondronana sur Toutefois, même si le nombre d adhérents à ces institutions est en constante augmentation croissance de plus 27 % par rapport à l année 2000, plus de 15, 7 % par rapport à 2001, leur taux de pénétration demeure encore relativement faible : moins de 3 % de la population ciblée par ces services financiers de proximité 3. Pour expliquer le recours encore moyen des malgaches à ces Institutions de MicroFinance, des hypothèses ont été avancées. En général, on pense que les conditions offertes sont, malgré une différence palpable par rapport à celles des institutions bancaires, encore difficiles à remplir par les ménages défavorisés et la majorité des paysans 4. Mais ces conditions d accès constituent-elles essentiellement les principaux obstacles? N y a-t-il pas d autres facteurs qui méritent également d être considérés de façon plus approfondie? 1 M. Zeller, M. Sharma, Finances rurales et réduction de la pauvreté, Rapport de politique alimentaire, Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires. 2 Rapport économique et financier , Ministère de l Economie, des Finances et du Budget, Direction Générale de l Economie et des Finances, août 2003, p Rapport économique et financier , op. cit., p Résumé de l atelier de concertation nationale pour l amélioration du financement de l Agriculture, organisé par le Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche. 15

16 On pose donc au départ comme hypothèse qu en dehors des considérations techniques, des dimensions psychologiques et socioculturelles déterminent également, d une manière ou d une autre, l adhésion aux Institutions de MicroFinance, en prenant le cas de la caisse OTIV à Ambohitrimanjaka. C est cette hypothèse qui constituera donc le premier axe problématique de cette étude. L analyse des facteurs d adhésion, quel que soit l angle d analyse adopté, se justifie dans la mesure où une des actions préconisées en vue de l efficacité de ces institutions est la révision du système de ciblage de ces MicroFinances, en vue de l amélioration de l impact sur la réduction de la pauvreté 1. En effet, malgré les résultats positifs enregistrés par ces Institutions de MicroFinance, il est recommandé «( ) l intensification des efforts, avec comme obligation l atteinte d une couverture spatiale et d un niveau de réalisation qui soient significatifs pour le développement rural 2». B.Etude de l impact de la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit A long terme, la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit devrait également favoriser le développement économique d une région. L incitation au développement régional peut se faire par le biais d appuis en crédits aux paysans ou aux producteurs pour que ces derniers puissent améliorer leurs rendements ou étendre leurs activités. Le deuxième axe problématique de l étude sera donc une évaluation de l impact de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit auprès de ces membres, ainsi que l impact de la présence de cette Mutuelle sur le développement économique actuel et futur de la région où celle-ci est implantée. Le choix de la Commune d Ambohitrimanjaka comme région d étude peut être justifiée de deux manières. D une part, cette région offre de nombreuses potentialités humaines, géographiques et économiques. Une des priorités de la politique en matière de MicroFinance est l extension des interventions dans les zones à forte potentialité 3. D autre part, la politique du Gouvernement en matière de Micro finance est «l adaptation des prestations en fonction des besoins spécifiques des populations rurales ou urbaines concernées ( ) 4». D après les premières enquêtes réalisées sur les lieux, la région d Ambohitrimanjaka présente des traits caractéristiques spécifiques, aussi bien économiques, historiques, géographiques que psychosociologiques. Ces spécificités rendent plus pertinente l étude de la présence d une institution de Microfinance comme l OTIV dans cette région. 1 DSRP, op. cit., p Plan d Action pour le Développement Rural, Banque Mondiale, Version Word disponible sur le site Internet du Secrétariat Multi Bailleurs (SMB) Thème «Développement», p DSRP, op. cit., p Madagascar, Les défis d un développement durable. Leçons d hier, pour les perspectives de demain, CERIC, août 2002, p

17 IV.MÉTHODOLOGIE A.Approche méthodologique générale En ce qui concerne l état des lieux par rapport au sujet de recherche proposé, il a été constaté que la plupart des études menées dans le domaine des Institutions de MicroFinance mettent souvent l accent sur les aspects techniques (économie, comptabilité, finance, etc.). Par ailleurs, les réflexions sont surtout focalisées dans le domaine du crédit en faisant ressortir les avantages, opportunités et contraintes du système dans le contexte des pays en voie de développement, dont Madagascar. Ces études sont menées à travers des considérations d ordre général (pour les pays en voie de développement, d Afrique, d Asie et pour Madagascar) ou à travers des études de cas plus précis. En premier lieu, l objectif est donc de se démarquer de cette dimension technique pour privilégier une approche sociologique. Pour mettre en avant cette approche sociologique, l étude offre par exemple une opportunité sans s écarter des deux axes problématiques principaux pour étudier l opinion d un échantillon de population donné par rapport à des notions économiques comme l épargne, le crédit et l argent. Les résultats de ces enquêtes complémentaires seront ainsi exploités de diverses manières, même si la prétention n est pas d en faire une analyse exhaustive. En second lieu, compte-tenu du cadre théorique du séminaire dans lequel l étude est réalisée (Espace financier et développement rural), une approche géographique sera également privilégiée. Ainsi, la Commune d Ambohitrimanjaka sera considérée au cours des différentes analyses suivant les différentes approches de l espace proposées par Pierre George : descriptif ou analytique du point de vue de la géographie, quantitatif du point de vue de l économie et qualitatif du point de vue de la sociologie 1. Toutefois, même si ces deux approches principales sont favorisées, une vision pluridisciplinaire (histoire, économie, psychologie, etc.) par le biais d une approche systémique pour donner plus de consistance aux analyses. B.Recherche et analyse documentaire Notre documentation écrite a été obtenue à partir de différentes sources, qui peuvent être classées de la manière suivante : 1 P. George, Sociologie et géographie, Presse Universitaire de France, Paris, 1972, pp

18 - Monographies de la Commune d Ambohitrimanjaka ; - Plan Communal de Développement (PCD) de la Commune d Ambohitrimanjaka ; - Cahiers de recensement des Fokontany ; - Documents internes de l OTIV (Présentation, Plan de Communication) ; - Données statistiques concernant les MicroFinances, l OTIV en général, la caissemère Imerinafovoany et la caisse de service à Ambohitrimanjaka ; - Rapports, études, ouvrages concernant l économie nationale, les Institutions de MicroFinances à Madagascar et ailleurs ; - Mémoires d études axés sur les Institutions de Microfinances ; - Ouvrages généraux et spécifiques concernant différentes disciplines (histoire, géographie, etc.). C.Enquêtes orales 1.Catégories de populations cibles Nous avons eu 4 catégories de populations cibles : Employés de l OTIV (voir liste en annexe) - Au niveau du Siège à Antanimena - Auprès de la caisse mère à Imerinafovoany - Auprès de la caisse de service à Ambohitrimanjaka Personnes-ressources locales à Ambohitrimanjaka (voir liste en annexe) - Autorités locales (Maire, Conseillers, Présidents de Fokontany) - Autres personnes-ressources (Ray aman-dreny, techniciens, notables) Membres de l OTIV à la caisse d Ambohitrimanjaka Non-membres de l OTIV dans la Commune d Ambohitrimanjaka Remarque 18

19 Dans la situation du 09/09/03, les membres démissionnaires sont au nombre de 16. Même si nous avons envisagé au départ de réaliser une enquête auprès des membres démissionnaires, les raisons de leur démission mentionnées dans le cahier de registre des membres ne nous semblent pas être finalement significatives (décès, migration, problèmes financiers). Ainsi, ces membres démissionnaires ont été écartés de notre échantillon. De toute manière, des questions d ordre pratiques évidentes (décès, migrations) auraient rendu difficile la réalisation d enquêtes auprès de ces démissionnaires. 2.Echantillonnage (Taux = 20 %) a)echantillonnage auprès des membres de l OTIV L échantillonnage normal est de 8 à 10 % par rapport à une population totale. Mais compte tenu du nombre relativement restreint de notre population, soit 274 membres de l OTIV selon le cahier de registre des membres dans la situation en date du 9/09/2003, nous avons choisi le taux de 20 % pour avoir un échantillonnage plus consistant. D ailleurs, il est reconnu que quand la population est plus restreinte, l échantillon doit être plus élevé. Membres actuels de l OTIV (Source : Cahier de registre des membres, du 9/09/2003) TABLEAU 1 : MEMBRES ACTUELS DE L OTIV 19

20 ADHERENTS NOMBRE Hommes 112 Individu Femmes 136 Groupement Femmes 1 Groupement Hommes - Groupement Mixte 15 Personnalité Morale, Association 10 20

21 TOTAL

22 Echantillonnage réalisé D après ses objectifs, l OTIV ne s adresse pas à une population cible bien particulière, même si les ménages défavorisés sont priorisés. Par ailleurs, les axes problématiques de cette étude (facteurs d adhésion, impact de l adhésion) ne dégagent pas de profil-type de population-cible qui méritent une attention particulière au cours de l échantillonnage. Malgré tout, nous avons autant que possible veillé à respecter un minimum de représentativité au niveau des variables suivants : - Type (Individu ou Groupement) - Sexe - Localisation - Activités Au total donc, nous avons réalisé des enquêtes auprès d un échantillon de membres de l OTIV, qui se répartit comme suit : Type et sexe TABLEAU 2 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 22

23 ADHERENTS Echant. Hommes 23 Individu Femmes 28 FAF (Groupement des Instituteurs) EPP Andrigintana 1 Caisse Fkt Ampanomahitsy 1 FRAM (Groupement des Parents d élève) Beloha 1 Membre du Comité de surveillance 1 23

24 TOTAL 55 24

25 Activités (les activités des groupements et personnalités morales ne sont pas prises en compte) Remarques : Les autres activités parallèles qui sont sources de revenus ne sont pas mentionnées par les membres (agriculture, élevage, commerce, etc.) dans le cahier de registre de l OTIV. Ce n est qu au cours des enquêtes qu il a été constaté que la pratique de plusieurs activités est courante. Comment alors classer un employé de bureau qui est en même temps agriculteur? Pour faciliter la catégorisation, nous avons pris en compte uniquement les activités que les membres ont mentionnées dans le cahier de registre, même si cela ne correspond pas toujours aux réalités. Les activités des GM (Groupement Mixte), GF (Groupements de Femmes), GH (Groupement des Hommes) et des Associations et PM (Personnalités Morales) n ont pas été prises en compte car ces groupements sont parfois composés de plusieurs membres ayant chacun des activités différentes. Ainsi, au lieu des 274 adhérents précédemment cités, nous avons un total de 248 dans cette catégorisation selon les activités. Plus précisément, nous avons classé les activités mentionnées dans le cahier de registre dans les 8 catégories suivantes : - Agriculteurs ; - Eleveurs ; - Artisans (Couturière, lapidaire, brodeuse, artisan tout court, etc.) ; - Salariés : activités rémunérées mensuellement (Maire, caissière, infirmière, chauffeur, assistant médical, cuisinière, machiniste, coupeur, tricoteuse, pasteur, agent de sécurité, pâtissier, distributrice de médicaments, etc.) ; - Militaires Gendarmes ; - Retraités Ménagère Sans emploi ; - Etudiants Collégiens ; - Profession libérale (Décortiqueur, mécanicien, sociologue, électricien, maçon, docteur, Docteur-véterinaire, coiffeuse, soudeur, menuisier, livreur-pain, charpentier, commerçant, gargotier, etc.). TABLEAU 3 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 25

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION DES OUTILS POUR FAVORISER LE TRANSFERT DE FERME : RAPPORT D ÉTUDE Par Marie-Eve Bourdeau Colloque sur l établissement et le retrait en agriculture Le 18 mars 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Contexte 2.

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002 1.1 Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI Sidiki TRAORE Professeur Directeur Général de l Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux INFTS Bamako,Mali INTRODUCTION Deux

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Une société burundaise où les paysans parviennent à couvrir leurs besoins socioéconomiques par moyens financiers et matériels générés par eux-mêmes.

Une société burundaise où les paysans parviennent à couvrir leurs besoins socioéconomiques par moyens financiers et matériels générés par eux-mêmes. Réf. N :../CAPAD/SE/2014 TERMES DE REFERENCE POUR UN AUDIT FINANCIER EXTERNE 1. Présentation de CAPAD Institution La Confédération des Associations des Producteurs Agricoles pour le Développement, CAPAD

Plus en détail

CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006

CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006 CA marché international des études: 24,6 milliards d euros en 2006 +5% en Europe ( 43% du marché total) +6,6% aux USA (36%) Hausse importante dans les pays émergents( presque +10% dans les pays du BRIC,

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Nous vous remercions de votre collaboration et nous vous demandons de nous renvoyer ce questionnaire le plus rapidement possible.

Nous vous remercions de votre collaboration et nous vous demandons de nous renvoyer ce questionnaire le plus rapidement possible. QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser cette image. ASSOCIATION EUROPÉENNE DES ENSEIGNANTS SECTION FRANçAISE - RÉGIONALE DES PAYS DE LA LOIRE Enquête sur la pratique professionnelle

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

Quelle microfinance pour le développement de l agriculture dans les pays en développement? Nelly-Françoise TSASA KHINI Décembre 2007 microfinance 07 1 Contexte du Congo Brazzaville Défis et opportunités

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

CHAPITRE 7. Économie des ménages

CHAPITRE 7. Économie des ménages CHAPITRE 7 Économie des ménages Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Relations des ménages avec le marché du travail Rapport de dépendance économique des ménages Le rapport de

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés

Post-alphabétisation des jeunes agriculteurs / éleveurs (JA/JE) déscolarisés Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Post-alphabétisation

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL)

Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) 1 Statuts de l Association Régionale pour le Développement Economique Local (ARDEL) Contexte Le problème de réduction de la pauvreté est au centre des préoccupations du gouvernement de la République de

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Formation professionnelle: réflexions de base

Formation professionnelle: réflexions de base Formation professionnelle: réflexions de base Édition 2015 PAGE 2 DOCUMENT DE POSITION La formation professionnelle est une clé essentielle du développement qualitatif de l accueil extrafamilial. En sa

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

CONVENTION FFCGEA -SIAGI

CONVENTION FFCGEA -SIAGI CONVENTION FFCGEA -SIAGI Entre : La Fédération Française des Associations de Gestion et de Comptabilité et des centres de Gestion et de l Economie de l Artisanat, association loi 1901 dont le siège est

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE»

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE» Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone Yaoundé, le 06

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Le recrutement des cadres :

Le recrutement des cadres : pour ACE Association des Conseils en Communication pour l Emploi animé par Le recrutement des cadres : réalités et perspectives des entreprises Le 24 Juin 2003 Sommaire 1. Note méthodologique 2. Structure

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1

AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS PAR LA CREATION D ACTIVITES ASSOCIATIFS. Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 AXE 6 PROMOUVOIR L EMPLOI PAR LA CREATION D ACTIVITES FICHE THEMATIQUE 6-2 : PROJETS COLLECTIFS ASSOCIATIFS Version adoptée au CPR du 12/12/14 1 Priorité d investissement 8.3 : promotion d'emplois pérennes

Plus en détail

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES

CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES CHAPITRE III : RESSOURCES HUMAINES Les activités de codification nécessitent un personnel technique et un personnel auxiliaire, avec en amont de la chaîne, l équipe de coordination et en aval, les équipes

Plus en détail

LICENCE - DROIT, ECONOMIE, GESTION MENTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE

LICENCE - DROIT, ECONOMIE, GESTION MENTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE LICENCE DROIT, ECONOMIE, GESTION MENTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation La Licence

Plus en détail

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR

QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR QUELLE PROTECTION SOCIALE POUR MADAGASCAR? SYSTÈMES DE PROTECTION SOCIALE ET DE SÉCURITÉ SOCIALE A MADAGASCAR Rencontre des experts en protection sociale à Madagascar 18 et 19 Août 2015 Hôtel COLBERT Antaninarenina

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa

Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Colloque Villes et Universités au service du développement local Lausanne, 20 octobre 2010 Association Internationale des Maires Francophones Communication de M. Dakpè SOSSOU, Maire de Lokossa Introduction

Plus en détail

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE

SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 1 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE Sommaire Loi du 4 juillet 2008 sur la jeunesse (telle qu elle a été modifiée)... 3 SERVICE NATIONAL DE LA JEUNESSE 3 Loi du 4 juillet

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien»

e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» Contacts Ipsos : Patrick KLEIN Tél : 01 41 98 97 20 e-mail : patrick.klein@ipsos.com Sonia BENCHIKER Tél : 01 41 98 95 08 e-mail : Etude «les Français et leur pharmacien» sonia.benchiker@ipsos.com Rapport

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 11/04/73 Origine : SDAM MMES et MM les Directeur des Caisses Primaires d Assurance Malaladie

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL

UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL UNICEF Madagascar recrute: UN CONSULTANT INTERNATIONAL ------------------------------------------------------------------------------------------ Titre: CONSULTANT(E) CHARGE(E) DE L APPUI A LA REVUE ET

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

WT21 Impact des évolutions démographiques

WT21 Impact des évolutions démographiques Session 1 La vision chinoise La taille de la population, un problème toujours aussi important : - dans l hypothèse de 2 enfants par femme, la population augmente, - objectif de la politique démographique

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail