ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA -"

Transcription

1 UNIVERSITE D ANTANANARIVO Faculté de Droit, d Economie, de Gestion et de Sociologie Département de Sociologie ETUDE D UNE MUTUELLE D EPARGNE ET DE CREDIT EN MILIEU RURAL - CAS DE LA CAISSE OTIV A AMBOHITRIMANJAKA - RAVELOJAONA Eric Richard Sous la direction du Professeur RAMANDIMBIARISON Noëline DEA (Diplôme d Etudes Approfondies) Séminaire ESPACE FINANCIER ET DEVELOPPEMENT RURAL COEF Ressources Date de soutenance : 05 Mai 2004

2 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LISTE DES ANNEXES...8 LISTE DES TABLEAUX...9 LISTE DES FIGURES REMERCIEMENTS SIGLES ET ABREVIATIONS...12 INTRODUCTION...13 I.Historique de la création des Institutions de MicroFinances...13 II.Présentation du sujet III.Définition de la problématique de l étude...15 A. Problématique de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit...15 B.Etude de l impact de la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit IV.Méthodologie...17 A.Approche méthodologique générale...17 B.Recherche et analyse documentaire...17 C.Enquêtes orales Catégories de populations cibles Echantillonnage (Taux = 20 %) a)echantillonnage auprès des membres de l OTIV...19 b)echantillonnage auprès des non-membres de l OTIV Méthodologie d enquête a)techniques d enquêtes b)contact et approche lors des enquêtes...40 c)outils méthodologiques D.Limites de l étude...41 PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DU CHAMP D ETUDE : LE RESEAU OTIV ET LA COMMUNE D AMBOHITRIMANJAKA...43 I. Le réseau OTIV

3 A.Statut et structure...43 B. Extension géographique C.Zones d intervention à Antananarivo D. Différents produits proposés Epargne a)epargne à vue...44 b)epargne spécialisée...45 c)epargne à terme Crédit E.Campagnes de sensibilisation des produits OTIV II.La Commune d Ambohitrimanjaka A.Données géographiques...48 B.Données démographiques...48 C.Activités économiques Répartition selon les secteurs d activité (par rapport à la population active) Répartition selon chaque secteur a)agriculture b)elevage c)artisanat d)commerce...66 e)etablissements industriels D.Traits sociologiques Respect des traditions Ouverture vers la modernité...68 E.Problèmes rencontrés dans la région Problèmes économiques Problèmes sociaux Problèmes fonciers et géographiques Problèmes de l agriculture et de l élevage

4 DEUXIEME PARTIE : MOTIVATIONS ET BLOCAGES DE L ADHESION A L OTIV 70 I.Analyse préliminaire du profil des membres actuels de l OTIV A.Catégories Répartition a)tableau...70 b)graphique Commentaires B.Sexe Répartition a)tableau...72 b)graphique Commentaires C.Localisation géographique Répartition a)tableau...75 b)graphique Commentaires D.Activités Répartition a)tableau...78 b)graphique Commentaires II.facteurs d adhésion...80 A.Graphique des résultats B. Explications des résultats Conditions acceptables En vue d épargner Sécurité de l épargne

5 4.Perspective de recours au crédit Existence d épargne Incitation par d autres membres Proximité géographique...85 III.OBSTACLES à l adhésion A.Graphique des résultats B. Explications des résultats Absence d épargne Utilisation d autres formes d épargne Connaissance insuffisante de l OTIV Attente évolution de l OTIV Problèmes fonctionnement OTIV...89 IV.ANALYSE DES facteurs d adhésion et de blocage...90 A.Dimensions psychosociologiques autour de l adhésion Connaissance de l OTIV...90 a)remarques concernant les sensibilisations des produits OTIV b)réticence à l égard de la bureaucratie Confiance à l égard de l OTIV Représentations autour du statut de membre de l OTIV a)etre membre signifie être «riche» ou être «paysan» b)discrétion à l égard du statut de membre...94 c) Problématique du statut de mutuelle Influence de l entourage a) Influence des parents et amis b)influence des autorités locales B. Dimensions socioéconomiques Difficultés financières...98 a)niveau de vie moyen de la population...98 b)difficultés des travailleurs occasionnels

6 2.Motivation à l égard de l épargne Motivation à l égard du crédit Motivation des associations, groupements et collectivités C. Dimensions pratiques TROISIEME PARTIE : EVALUATION DE L IMPACT DE LA PRESENCE DE L OTIV AUPRES DES MEMBRES ET SUR LE DEVELOPPEMENT DE LA COMMUNE I.Impact de l adhésion a l OTIV A.Graphique des résultats B.Commentaires et analyses des résultats Existence d épargne individuelle/familiale Possibilité d achat grâce à l épargne Amélioration de la gestion du budget familial Aucun impact Solution face aux dépenses imprévues Sécurité psychologique Perception taux d intérêt II.ETUDE DE LA présence de l OTIV DANS LA COMMUNE A.Impacts directs ou indirects de la présence de l OTIV B.Perspectives de développement sectoriel apportées par l OTIV Motifs de demande de prêts a)prêts octroyés b)types de projets envisagés Secteurs considérés : commerce, élevage, construction et services Secteurs délaissés : artisanat et agriculture a)l agriculture b)l artisanat C.Perspectives d évolution de l OTIV Portées et limites du système de crédit offert par l OTIV

7 a)recours en cas de demande de crédit b)recours auprès des usuriers c)recours auprès d autres organismes d)investissement, échec, argent Dernières tendances : augmentation croissante du nombre d adhérents CONCLUSION GENERALE SOURCES ET BIBLIOGRAPHIES ANNEXES 128 FICHE INDIVIDUELLE

8 LISTE DES ANNEXES ANNEXE 1 : ORGANIGRAMME DE L UNITÉ DE PROMOTION DE L OTIV ANNEXE 2 : PIECES A FOURNIR DANS LE DOSSIER DE DEMANDE DE CREDIT 129 ANNEXE 3 : GUIDES D ENTRETIEN AUPRES DES EMPLOYES DE L OTIV ANNEXE 4 : GUIDES D ENTRETIEN AUPRES DES AUTORITES LOCALES ANNEXE 5 : QUESTIONNAIRE AUPRES DES MEMBRES DE L OTIV ANNEXE 6 : QUESTIONNAIRE AUPRES DES NON-MEMBRES DE L OTIV ANNEXE 7 : LISTE DES AUTORITES LOCALES ET AUTRES PERSONNES- RESSOURCES ENQUETEES ANNEXE 8 : LISTE DES EMPLOYES DE L OTIV ENQUETES ANNEXE 9 : PHOTOGRAPHIES

9 LISTE DES TABLEAUX TABLEAU 1 : MEMBRES ACTUELS DE L OTIV...19 TABLEAU 2 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 3 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 25 TABLEAU 4 : ECHANTILLONNAGE PAR LOCALITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 28 TABLEAU 5 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES NON-MEMBRES...31 TABLEAU 6 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES NON- MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 7 : ECHANTILLONNAGE PAR LOCALITÉS AUPRÈS DES NON- MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 8 : TYPES DE CRÉDIT PROPOSÉS PAR L OTIV TABLEAU 9 : RÉPARTITION DE LA POPULATION PAR TRANCHE D ÂGE...48 TABLEAU 10 : RÉPARTITION DE LA POPULATION PAR FOKONTANY...50 TABLEAU 11 : RÉPARTITION PAR SECTEURS D ACTIVITÉ DE LA POPULATION ACTIVE TABLEAU 12 : RÉPARTITION PAR SURFACE ET PRODUCTION ANNUELLE DE PRODUITS CULTIVÉS TABLEAU 13 : RÉPARTITION PAR MODE ET TYPE D EXPLOITATION...57 TABLEAU 14 : TYPES, EXPLOITANTS, EFFECTIFS ET PRODUCTION DE L ÉLEVAGE...60 TABLEAU 15 : RÉPARTITION PAR TYPE D EXPLOITATION DANS L ARTISANAT...63 TABLEAU 16 : RÉPARTITION PAR TYPE DE COMMERCE...66 TABLEAU 17 : RÉPARTITION PAR TYPE DES UNITÉS INDUSTRIELLES...66 TABLEAU 18 : RÉPARTITION PAR CATÉGORIES DES MEMBRES DE L OTIV..70 TABLEAU 19 : RÉPARTITION PAR SEXE DES MEMBRES DE L OTIV...72 TABLEAU 20 : RÉPARTITION PAR LOCALITÉS DES MEMBRES DE L OTIV

10 TABLEAU 21 : RÉPARTITION PAR ACTIVITÉS DES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 22 : AUTRES FORMES D ÉPARGNE PRATIQUÉES PAR LES MEMBRES DE L OTIV TABLEAU 23 : MOTIVATIONS À L ÉGARD DE L ÉPARGNE TABLEAU 24 : RECOURS EN CAS DE DEMANDE DE FINANCEMENT TABLEAU 25 : DIFFÉRENTS TYPES DE PROJET ENVISAGÉS TABLEAU 26 : COMPARAISON ENTRE LE CRÉDIT DE L OTIV ET LE SYSTÈME D USURIER LISTE DES FIGURES FIGURE 1 : RÉPARTITION PAR CATÉGORIE DES MEMBRES DE L OTIV...71 FIGURE 2 : REPARTITION PAR SEXE DES MEMBRES DE L OTIV...75 FIGURE 3 : RÉPARTITION PAR LOCALITES DES MEMBRES DE L OTIV...77 FIGURE 4 : RÉPARTITION PAR ACTIVITÉS DES MEMBRES DE L OTIV...80 FIGURE 5 : FACTEURS D ADHÉSION...83 FIGURE 6 : MOTIFS DE NON-ADHÉSION...86 FIGURE 7 : IMPACT DE L ADHÉSION À L OTIV FIGURE 8 : EVOLUTION DU NOMBRE D ADHERENTS A LA CAISSE D AMBOHITRIMANJAKA EN

11 REMERCIEMENTS Ce mémoire, qui entre dans le cadre du séminaire en DEA de Sociologie intitulé «Espace financier et développement rural», n aurait pu être réalisé sans le concours de diverses personnes qui, durant toutes les phases, ont témoigné un esprit coopératif tout au long de notre travail de recherche. Nous tenons ici à exprimer notre profonde reconnaissance à leur endroit, notamment : - Mme le Professeur Ramandimbiarison Noëline, Responsable du séminaire «Espace financier et développement rural», qui a assuré l encadrement pédagogique du mémoire ; - M. Randrianiaina Rakotoarivao, Directeur du réseau OTIV, qui a autorisé la réalisation des enquêtes au sein des bureaux et caisses de l OTIV ; - M. Randria-Manalina Toavina, Responsable Marketing au sein de l OTIV, qui a été notre principal interlocuteur durant la réalisation de l étude ; - Mme Tsimanohitra Nivo, Gérante OTIV Mahasoa, qui a fournit des indications concernant la caisse-mère d Imerinafovoany et la caisse de service d Ambohitrimanjaka ; - Mlle Andriamady Corinne et M. Randriambelomanga Mamy, employés de la caisse OTIV à Ambohitrimanjaka, pour leur accueil et leur collaboration ; - Les autres employés de l OTIV au Siège à Antanimena, dans la caisse d Imerinafovoany ; - Les membres de l OTIV à Ambohitrimanjaka, qui ont accepté cordialement de répondre aux questions et de discuter avec nous ; - Les autorités locales, la population à Ambohitrimanjaka, dont les non-membres de l OTIV, pour leur accueil et leur collaboration ; - Le Cabinet COEF Ressources, de M. Razafindrazaka Désiré, qui a aidé à l identification du sujet ainsi que ses problématiques et qui par la suite a apporté un appui matériel dans la reproduction du mémoire ; - Les membres de ma famille, en particulier ma femme Hanitra, pour leur soutien ; - La 3 ème promotion des étudiants en DEA Sociologie. 11

12 SIGLES ET ABREVIATIONS APEM CECAM CEM CIDR DID DSRP EAM FAF FERT FRAM IFM IFNM IMF MEC OTIV PSDR TIAVO Association pour la Promotion des Entreprises à Madagascar Caisse d Epargne et de Crédit Agricole au Mutuelle Caisse d Epargne de Madagascar Centre International pour le Développement et la Recherche Développement International Desjardins Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Entreprendre à Madagascar Fanampiana ho An ny Fampianarana Formation et Epanouissement pour le Renouveau de la Terre Fikambanan ny Ray Aman-dmenin ny Mpianatra Institutions Financières Mutualistes Institutions Financières Non Mutualistes Institutions de Micro Finance Mutuelle d Epargne et de Crédit Ombona Tahiry Ifampisamborana Vola Programme de Soutien au Développement Rural Tahiry Ifamonjena Amin ny Vola 12

13 INTRODUCTION Selon les normes internationales de calcul du seuil de la pauvreté monétaire, 69, 6 % de la population malgache se trouvent en 2001 dans la catégorie de celle dite des pauvres. Le seuil de pauvreté à Madagascar est estimé à FMG par an et par individu 1. La mesure de la pauvreté revêt donc avant tout un aspect monétaire, même si d autres indicateurs sociaux négatifs entrent en ligne de compte (éducation, santé, accès à l eau potable, etc.). La lutte contre la pauvreté constitue une des priorités du Gouvernement. Le DSRP qui a été finalisé récemment rassemblent les principaux objectifs et stratégies en faveur de la lutte contre la pauvreté. Une des axes stratégiques principal est de «permettre aux pauvres de prendre en main leur destin et multiplier les chances pour chacun d eux de gagner sa vie 2». Pour atteindre cet objectif, le Gouvernement malgache fournit aux pauvres les moyens d augmenter leur revenu, entre autres en «leur donnant accès aux crédits ( ) pour lancer des petites entreprises» 3. A cet effet, la promotion des Institutions de MicroFinance figure parmi les actions qui sont prévues. I.HISTORIQUE DE LA CRÉATION DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCES La promotion des Institutions de MicroFinances (IMFs) remonte dans les années 90. Les défaillances du système bancaire, surtout en milieu rural, ont incité le Gouvernement malgache à les promouvoir. La fin des années 90 a vu l émergence de ces IMFs, si auparavant, le secteur de la MicroFinance était le privilège de la Banque Nationale BTM (futur BOA). La BTM accordait certes des crédits au paysannat, mais celle-ci n atteignait qu une frange limitée de la population rurale. La création des IMFs a été favorisée par les trois entités qui sont 4 : - Le Gouvernement malgache, par le biais de la mise en place de cadre institutionnel pour le développement et la régulation du secteur de la MicroFinance 5 ; 1 Document de stratégie pour la réduction de la pauvreté, DSRP, deuxième édition, mai 2003, p Document Intérimaire de stratégie de réduction de la pauvreté, octobre 2000, p Idem, p Site Internet sur la MicroFinance à Madagascar : 5 La loi est un cadre réglementaire pour assurer le développement des initiatives en MicroFinance. La loi du 04/09/96 réglemente les activités des IFMs. Par ailleurs, la coordination de la politique générale du Gouvernement en matière de MicroFinance est dévolue au Ministère des Finances et de l Economie, suivant l arrêté n : 3312/99/MIN/FIN-ECO du 8 avril

14 - Les Bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Programme des Nations Unies/Fonds d Equipement des Nations Unies, Union Européenne, Agence Française de Développement, Coopération allemande, Intercoopération Suisse) ; - Les Agences d Implantation et de Développement (AID) internationaux ou les opérateurs qui assurent l encadrement technique des IMFs, tels que DID (Développement International Desjardins), FERT (Formation et Epanouissement pour le Renouveau de la Terre), IRAM, CIDR (Centre International pour le Développement et la Recherche). La période qui va de 1990 à 1995 a ainsi vu la création de nombreux IFMs, qui peuvent être catégorisées en 2 types : - Les Institutions Financières Mutualistes (IFM) : CECAM, AECA, OTIV, ADEFI, TIAVO ; - Les Institutions Financières Non Mutualistes (IFNM) : SIPEM, VOLAMAHASOA, APEM, EAM, CEM. Depuis 1996, les réseaux de MicroFinances se sont consolidés et étendus dans plusieurs régions de l île. Le réseau OTIV ou «Ombona Tahiry Ifampisamborana Vola», qui figure parmi les Institutions de MicroFinances Mutualistes, fera l objet de la présente étude. II.PRÉSENTATION DU SUJET L OTIV est une Institution Financière Mutualiste (IFM), appuyée par DID et régie par la loi portant réglementation des Institutions Financières Mutualistes. Le premier réseau OTIV a été créé en 1994 à Toamasina et au lac Alaotra. Le réseau a commencé ensuite à s étendre à Antananarivo au cours de l année La Mutuelle d Epargne et de Crédit OTIV ou MEC-OTIV a pour principal objectif de favoriser l accès de la population, sans distinction d âge, de sexe et de statut professionnel aux services financiers d épargne et de crédit, afin de promouvoir l éducation économique, sociale et mutualiste. Le but de l OTIV est d améliorer les revenus et le niveau de vie des populations membres par un accès aux services financiers d épargne et de crédit de proximité. La caisse OTIV d Ambohitrimanjaka a été ouverte au mois de décembre Elle est, avec 4 autres caisses de service, rattachée à la caisse-mère d Imerinafovoany. La Commune Rurale d Ambohitrimanjaka est située à 12 kilomètres de la ville d Antananarivo, au croisement de la Route Nationale (RN) 58 A avec la Route d Intérêt Provincial (RIP) 29. Selon le découpage administratif de la Province Autonome d Antananarivo, la Commune d Ambohitrimanjaka fait partie des 27 communes qui composent la sous-préfecture d Ambohidratrimo (Tananarive 105), cette dernière faisant partie de «l Imerina central» avec 8 autres sous-préfectures. 14

15 Dans le cadre du séminaire de DEA en Sociologie intitulé «Espace Financier et Développement Rural», la présente étude sera axée sur la caisse de service OTIV qui se trouve à Ambohitrimanjaka. Les deux principaux axes problématiques concernent d une part l analyse des facteurs d adhésion et de non-adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit, et d autre part l évaluation de l impact de l adhésion et de la présence de l organisme financier auprès des membres et de la Commune d Ambohitrimanjaka. III.DÉFINITION DE LA PROBLÉMATIQUE DE L ÉTUDE A. Problématique de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit Dans les principes, les services d épargne et de crédit sont parmi les instruments de réduction de la pauvreté car ceux-ci peuvent aider les ménages, qu ils soient urbains ou ruraux, à gérer et augmenter leurs propres ressources 1. Les Institutions de MicroFinance ont été incitées justement depuis les années 90 pour faciliter l accès en particulier des ménages défavorisés et des paysans aux services d épargne et de crédits. La période qui va de 1996 à 2001 est qualifiée de phase d expansion et d extension des réseaux d Institutions Financières Mutualistes et Non-Mutualistes. Selon les statistiques, toutes les provinces à Madagascar disposent actuellement d au moins un réseau, soit un taux de couverture national de 60 %, avec 71 Fivondronana sur Toutefois, même si le nombre d adhérents à ces institutions est en constante augmentation croissance de plus 27 % par rapport à l année 2000, plus de 15, 7 % par rapport à 2001, leur taux de pénétration demeure encore relativement faible : moins de 3 % de la population ciblée par ces services financiers de proximité 3. Pour expliquer le recours encore moyen des malgaches à ces Institutions de MicroFinance, des hypothèses ont été avancées. En général, on pense que les conditions offertes sont, malgré une différence palpable par rapport à celles des institutions bancaires, encore difficiles à remplir par les ménages défavorisés et la majorité des paysans 4. Mais ces conditions d accès constituent-elles essentiellement les principaux obstacles? N y a-t-il pas d autres facteurs qui méritent également d être considérés de façon plus approfondie? 1 M. Zeller, M. Sharma, Finances rurales et réduction de la pauvreté, Rapport de politique alimentaire, Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires. 2 Rapport économique et financier , Ministère de l Economie, des Finances et du Budget, Direction Générale de l Economie et des Finances, août 2003, p Rapport économique et financier , op. cit., p Résumé de l atelier de concertation nationale pour l amélioration du financement de l Agriculture, organisé par le Ministère de l Agriculture, de l Elevage et de la Pêche. 15

16 On pose donc au départ comme hypothèse qu en dehors des considérations techniques, des dimensions psychologiques et socioculturelles déterminent également, d une manière ou d une autre, l adhésion aux Institutions de MicroFinance, en prenant le cas de la caisse OTIV à Ambohitrimanjaka. C est cette hypothèse qui constituera donc le premier axe problématique de cette étude. L analyse des facteurs d adhésion, quel que soit l angle d analyse adopté, se justifie dans la mesure où une des actions préconisées en vue de l efficacité de ces institutions est la révision du système de ciblage de ces MicroFinances, en vue de l amélioration de l impact sur la réduction de la pauvreté 1. En effet, malgré les résultats positifs enregistrés par ces Institutions de MicroFinance, il est recommandé «( ) l intensification des efforts, avec comme obligation l atteinte d une couverture spatiale et d un niveau de réalisation qui soient significatifs pour le développement rural 2». B.Etude de l impact de la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit A long terme, la présence d une Mutuelle d Epargne et de Crédit devrait également favoriser le développement économique d une région. L incitation au développement régional peut se faire par le biais d appuis en crédits aux paysans ou aux producteurs pour que ces derniers puissent améliorer leurs rendements ou étendre leurs activités. Le deuxième axe problématique de l étude sera donc une évaluation de l impact de l adhésion à une Mutuelle d Epargne et de Crédit auprès de ces membres, ainsi que l impact de la présence de cette Mutuelle sur le développement économique actuel et futur de la région où celle-ci est implantée. Le choix de la Commune d Ambohitrimanjaka comme région d étude peut être justifiée de deux manières. D une part, cette région offre de nombreuses potentialités humaines, géographiques et économiques. Une des priorités de la politique en matière de MicroFinance est l extension des interventions dans les zones à forte potentialité 3. D autre part, la politique du Gouvernement en matière de Micro finance est «l adaptation des prestations en fonction des besoins spécifiques des populations rurales ou urbaines concernées ( ) 4». D après les premières enquêtes réalisées sur les lieux, la région d Ambohitrimanjaka présente des traits caractéristiques spécifiques, aussi bien économiques, historiques, géographiques que psychosociologiques. Ces spécificités rendent plus pertinente l étude de la présence d une institution de Microfinance comme l OTIV dans cette région. 1 DSRP, op. cit., p Plan d Action pour le Développement Rural, Banque Mondiale, Version Word disponible sur le site Internet du Secrétariat Multi Bailleurs (SMB) Thème «Développement», p DSRP, op. cit., p Madagascar, Les défis d un développement durable. Leçons d hier, pour les perspectives de demain, CERIC, août 2002, p

17 IV.MÉTHODOLOGIE A.Approche méthodologique générale En ce qui concerne l état des lieux par rapport au sujet de recherche proposé, il a été constaté que la plupart des études menées dans le domaine des Institutions de MicroFinance mettent souvent l accent sur les aspects techniques (économie, comptabilité, finance, etc.). Par ailleurs, les réflexions sont surtout focalisées dans le domaine du crédit en faisant ressortir les avantages, opportunités et contraintes du système dans le contexte des pays en voie de développement, dont Madagascar. Ces études sont menées à travers des considérations d ordre général (pour les pays en voie de développement, d Afrique, d Asie et pour Madagascar) ou à travers des études de cas plus précis. En premier lieu, l objectif est donc de se démarquer de cette dimension technique pour privilégier une approche sociologique. Pour mettre en avant cette approche sociologique, l étude offre par exemple une opportunité sans s écarter des deux axes problématiques principaux pour étudier l opinion d un échantillon de population donné par rapport à des notions économiques comme l épargne, le crédit et l argent. Les résultats de ces enquêtes complémentaires seront ainsi exploités de diverses manières, même si la prétention n est pas d en faire une analyse exhaustive. En second lieu, compte-tenu du cadre théorique du séminaire dans lequel l étude est réalisée (Espace financier et développement rural), une approche géographique sera également privilégiée. Ainsi, la Commune d Ambohitrimanjaka sera considérée au cours des différentes analyses suivant les différentes approches de l espace proposées par Pierre George : descriptif ou analytique du point de vue de la géographie, quantitatif du point de vue de l économie et qualitatif du point de vue de la sociologie 1. Toutefois, même si ces deux approches principales sont favorisées, une vision pluridisciplinaire (histoire, économie, psychologie, etc.) par le biais d une approche systémique pour donner plus de consistance aux analyses. B.Recherche et analyse documentaire Notre documentation écrite a été obtenue à partir de différentes sources, qui peuvent être classées de la manière suivante : 1 P. George, Sociologie et géographie, Presse Universitaire de France, Paris, 1972, pp

18 - Monographies de la Commune d Ambohitrimanjaka ; - Plan Communal de Développement (PCD) de la Commune d Ambohitrimanjaka ; - Cahiers de recensement des Fokontany ; - Documents internes de l OTIV (Présentation, Plan de Communication) ; - Données statistiques concernant les MicroFinances, l OTIV en général, la caissemère Imerinafovoany et la caisse de service à Ambohitrimanjaka ; - Rapports, études, ouvrages concernant l économie nationale, les Institutions de MicroFinances à Madagascar et ailleurs ; - Mémoires d études axés sur les Institutions de Microfinances ; - Ouvrages généraux et spécifiques concernant différentes disciplines (histoire, géographie, etc.). C.Enquêtes orales 1.Catégories de populations cibles Nous avons eu 4 catégories de populations cibles : Employés de l OTIV (voir liste en annexe) - Au niveau du Siège à Antanimena - Auprès de la caisse mère à Imerinafovoany - Auprès de la caisse de service à Ambohitrimanjaka Personnes-ressources locales à Ambohitrimanjaka (voir liste en annexe) - Autorités locales (Maire, Conseillers, Présidents de Fokontany) - Autres personnes-ressources (Ray aman-dreny, techniciens, notables) Membres de l OTIV à la caisse d Ambohitrimanjaka Non-membres de l OTIV dans la Commune d Ambohitrimanjaka Remarque 18

19 Dans la situation du 09/09/03, les membres démissionnaires sont au nombre de 16. Même si nous avons envisagé au départ de réaliser une enquête auprès des membres démissionnaires, les raisons de leur démission mentionnées dans le cahier de registre des membres ne nous semblent pas être finalement significatives (décès, migration, problèmes financiers). Ainsi, ces membres démissionnaires ont été écartés de notre échantillon. De toute manière, des questions d ordre pratiques évidentes (décès, migrations) auraient rendu difficile la réalisation d enquêtes auprès de ces démissionnaires. 2.Echantillonnage (Taux = 20 %) a)echantillonnage auprès des membres de l OTIV L échantillonnage normal est de 8 à 10 % par rapport à une population totale. Mais compte tenu du nombre relativement restreint de notre population, soit 274 membres de l OTIV selon le cahier de registre des membres dans la situation en date du 9/09/2003, nous avons choisi le taux de 20 % pour avoir un échantillonnage plus consistant. D ailleurs, il est reconnu que quand la population est plus restreinte, l échantillon doit être plus élevé. Membres actuels de l OTIV (Source : Cahier de registre des membres, du 9/09/2003) TABLEAU 1 : MEMBRES ACTUELS DE L OTIV 19

20 ADHERENTS NOMBRE Hommes 112 Individu Femmes 136 Groupement Femmes 1 Groupement Hommes - Groupement Mixte 15 Personnalité Morale, Association 10 20

21 TOTAL

22 Echantillonnage réalisé D après ses objectifs, l OTIV ne s adresse pas à une population cible bien particulière, même si les ménages défavorisés sont priorisés. Par ailleurs, les axes problématiques de cette étude (facteurs d adhésion, impact de l adhésion) ne dégagent pas de profil-type de population-cible qui méritent une attention particulière au cours de l échantillonnage. Malgré tout, nous avons autant que possible veillé à respecter un minimum de représentativité au niveau des variables suivants : - Type (Individu ou Groupement) - Sexe - Localisation - Activités Au total donc, nous avons réalisé des enquêtes auprès d un échantillon de membres de l OTIV, qui se répartit comme suit : Type et sexe TABLEAU 2 : ECHANTILLONNAGE PAR TYPE ET PAR SEXE AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 22

23 ADHERENTS Echant. Hommes 23 Individu Femmes 28 FAF (Groupement des Instituteurs) EPP Andrigintana 1 Caisse Fkt Ampanomahitsy 1 FRAM (Groupement des Parents d élève) Beloha 1 Membre du Comité de surveillance 1 23

24 TOTAL 55 24

25 Activités (les activités des groupements et personnalités morales ne sont pas prises en compte) Remarques : Les autres activités parallèles qui sont sources de revenus ne sont pas mentionnées par les membres (agriculture, élevage, commerce, etc.) dans le cahier de registre de l OTIV. Ce n est qu au cours des enquêtes qu il a été constaté que la pratique de plusieurs activités est courante. Comment alors classer un employé de bureau qui est en même temps agriculteur? Pour faciliter la catégorisation, nous avons pris en compte uniquement les activités que les membres ont mentionnées dans le cahier de registre, même si cela ne correspond pas toujours aux réalités. Les activités des GM (Groupement Mixte), GF (Groupements de Femmes), GH (Groupement des Hommes) et des Associations et PM (Personnalités Morales) n ont pas été prises en compte car ces groupements sont parfois composés de plusieurs membres ayant chacun des activités différentes. Ainsi, au lieu des 274 adhérents précédemment cités, nous avons un total de 248 dans cette catégorisation selon les activités. Plus précisément, nous avons classé les activités mentionnées dans le cahier de registre dans les 8 catégories suivantes : - Agriculteurs ; - Eleveurs ; - Artisans (Couturière, lapidaire, brodeuse, artisan tout court, etc.) ; - Salariés : activités rémunérées mensuellement (Maire, caissière, infirmière, chauffeur, assistant médical, cuisinière, machiniste, coupeur, tricoteuse, pasteur, agent de sécurité, pâtissier, distributrice de médicaments, etc.) ; - Militaires Gendarmes ; - Retraités Ménagère Sans emploi ; - Etudiants Collégiens ; - Profession libérale (Décortiqueur, mécanicien, sociologue, électricien, maçon, docteur, Docteur-véterinaire, coiffeuse, soudeur, menuisier, livreur-pain, charpentier, commerçant, gargotier, etc.). TABLEAU 3 : ECHANTILLONNAGE PAR ACTIVITÉS AUPRÈS DES MEMBRES DE L OTIV 25

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar

Recrutement d un consultant. Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina. PlaNet Finance Madagascar Termes de références Recrutement d un consultant Appui à la mutuelle Harena et à la plateforme Zina Version finale 15 janvier 2015 1 / 8 Sommaire I. Contexte 3 I.1. Au niveau international 3 I.2. Au niveau

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire

La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire La FAFEC «Gnèna-Yèter», la «Banque» des Femmes rurales du Nord de la Côte d Ivoire BIM n 136 - Mercredi 24 Octobre 2001 Bénédicte Laurent, FIDES Un BIM du mercredi qui nous vient de loin : nous avons demandé

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

L analphabétisme: un frein

L analphabétisme: un frein Réseau de connaissances Consortium Néerlandais pour la Réhabilitation Note de recherche # 6 L analphabétisme: un frein à l évolution socio- économique des ménages? Influence du niveau d alphabétisme des

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Évaluation d institutions de microfinance en milieu rural à Madagascar

Évaluation d institutions de microfinance en milieu rural à Madagascar n 13 juillet 2008 Série Évaluation et capitalisation expost ExPost Évaluation d institutions de microfinance en milieu rural à Madagascar Alain RIES, division de l Evaluation, AFD Grégoire CHAUVIERE LE

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores

Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté aux Comores La pauvreté rurale aux Comores Depuis leur indépendance en 1975, les Comoriens ont souffert de l instabilité politique

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE

PLAN R E V A RETOUR VERS L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------ MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE RURALE ET DE LA SECURITE ALIMENTAIRE ------------ NOUVELLE ORIENTATION DE LA POLITIQUE AGRICOLE

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire

Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Centre Mohammed VI de Soutien à la Microfinance Solidaire Observatoire de la Microfinance Novembre 2011 Hay Chabab, Rue Baamrani Ain Sebaa Casablanca-Maroc Tel +212 522 739 089/ +212 522 739 124 Fax +212

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION TERMES DE REFERENCE DES EVALUATIONS DU PROJET D APPUI INSTITUTIONNEL AU CGAT DANS LE PROCESSUS DE STRUCTURATION DES MOUVEMENTS MUTUALISTES EN RESEAU DANS LES PROVINCES DE KINSHASA, DE L EQUATEUR ET DU

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

ANNEXE 1-A UNOPS BUREAU DES SERVICES D APPUI AUX PROJETS DES NATIONS UNIES INDICATEURS DES PERFORMANCES DU PROJET

ANNEXE 1-A UNOPS BUREAU DES SERVICES D APPUI AUX PROJETS DES NATIONS UNIES INDICATEURS DES PERFORMANCES DU PROJET ANNEXE 1-A UNOPS A. ETAT D EXECUTION DES RECOMMANDATIONS DE LA MISSION DE SUPERVISION DU MOIS DE SECTION II : RECOMMA NDATIONS DE LA MISSION N. ET ACTIONS ENTREPRISES PAR LE PROJET RECOMMANDATIONS SITUATION

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise.

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. La zone de chalandise : une zone géographique de captation La zone de chalandise, ou zone d attraction, est le territoire géographique dans

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE DE SATISFACTION

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

Président du conseil d administration et dirigeant responsable

Président du conseil d administration et dirigeant responsable Président du conseil d administration et dirigeant responsable La loi du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (NRE) a modifié le fonctionnement des organes dirigeants des sociétés

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels

Formation agricole : production d effectifs et prise en charge des besoins réels 11 èmes Journées d études «Ingénierie des Dispositifs de Formation à l International» Communication présentée par : Monsieur Hassen BERRANEN Sous Directeur de la Formation MADR/DFRV, Algérie. Formation

Plus en détail

DOSSIER CLIENT PERSONNE PHYSIQUE

DOSSIER CLIENT PERSONNE PHYSIQUE DOSSIER CLIENT PERSONNE PHYSIQUE POURQUOI CE DOCUMENT? Ce document de recueil d informations a pour but de permettre à votre interlocuteur commercial et à votre assureur de se conformer à la réglementation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

Préparer le fond de plan

Préparer le fond de plan Préparer le fond de plan Objectif et résultat attendu L opération d adressage doit être précédée d un travail préparatoire qui consiste à récupérer un maximum d informations urbaines et géographiques sur

Plus en détail

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement

ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI. Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement ACCRÉDITATION DES CENTRES PRIVÉS ET DES PROGRAMMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN HAÏTI Formulaire de demande d une autorisation de fonctionnement Juin 2011 Projet d accompagnement de l INFP dans la révision,

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Rapport d activités 2012

Rapport d activités 2012 République de Guinée-Bissau MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE Projet d Appui à la Sécurité Alimentaire (PASA) Composant II : Aménagements hydroagricoles (CAHA) Rapport d activités 2012 Élaboré

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES)

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Journal d apprentissage Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Faisabilité de la mobilisation de ressources des diasporas pour développer la micro-assurance de santé dans les

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique

Thématique: sécurité humaine et Développement en Afrique Sujet: «Santé et sécurité humaine en milieu rural: stratégie de prise en charge des problèmes d accessibilité aux soins de santé des populations dans la zone du Ferlo au Sénégal» Thématique: sécurité humaine

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 760 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Conception d un produit d assurance maladie Bruno Galland Juin 2009 Thème 2-2 La conception

Plus en détail

Questionnaire pour les mutualistes

Questionnaire pour les mutualistes Questionnaire pour les mutualistes Nom Groupement Les modalités de réponses devront être lues uniquement lorsqu'il est indiqué la mention "lire" Présentation "Nous aimerions connaître votre niveau de satisfaction

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Micro crédit et micro finance : principes, impact et perspectives

Micro crédit et micro finance : principes, impact et perspectives MICRO CREDIT et MICRO FINANCE Micro crédit et micro finance : principes, impact et perspectives La microfinance a aidé beaucoup de pauvres du monde à améliorer leurs revenus en les autonomisant et en leur

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique

Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique Assurance vie / Capitalisation Fiche de renseignements confidentiels Personne physique A COMPLETER ET A SIGNER PAR LE CONSEILLER ET LE CLIENT DES LE 1 ER EURO INFORMATIONS SUR LE PRODUIT Nom de l assureur

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo

Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo Loi n 7-2010 du 22 juin 2010 régissant l artisanat en République du Congo L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Pour le recrutement d'un cabinet chargé de la. Collecte des informations pour alimenter une base de données sur les

TERMES DE REFERENCE Pour le recrutement d'un cabinet chargé de la. Collecte des informations pour alimenter une base de données sur les TERMES DE REFERENCE Pour le recrutement d'un cabinet chargé de la collecte des informations pour alimenter une base de données sur les investissements fonciers à grande échelle (situation année 2013) Composante

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007

COOPERATION DECENTRALISEE. CESR 5 octobre 2007 COOPERATION DECENTRALISEE CESR 5 octobre 2007 La coopération internationale et décentralisée S insère dans le cadre plus large de l action extérieure des collectivités Regroupe les actions de coopération

Plus en détail

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales ENQUÊTE SUR LES DÉPENSES DE CONSOMMATION ET LE NIVEAU DE VIE DES MÉNAGES 2011 Dépenses de consommation des ménages algériens en 2011 - Par

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail