DOB V2 du 23/01/2015 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE POUR LE BUDGET PRIMITIF 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOB 2015- V2 du 23/01/2015 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE POUR LE BUDGET PRIMITIF 2015"

Transcription

1 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE POUR LE BUDGET PRIMITIF

2 1/ OBJECTIFS ET OBLIGATIONS LEGALES Le Conseil municipal est invité à tenir son Débat d Orientation Budgétaire (DOB), afin de discuter des grandes orientations du prochain budget primitif, conformément à l article L du code général des collectivités territoriales. La tenue d un DOB est obligatoire, et ce dans les deux mois précédant l examen du budget primitif, pour les commues de + de 3500 habitants. Le DOB n a aucun caractère décisionnel, mais fait néanmoins l objet d une délibération, afin que le représentant de l Etat s assure du respect de la loi. Le DOB permet : -de présenter à l assemblée délibérante les orientations budgétaires qui préfigurent les priorités du budget primitif, le contexte national et international étant évoqué, -d informer sur la situation financière de la collectivité et les perspectives budgétaires, -de présenter les actions mises en œuvre. Le présent document abordera donc successivement : -le contexte socio-économique et l environnement général, -l analyse de la situation financière et fiscale de la commune : données et ratios généraux, fiscalité, endettement, pour le budget Ville et les budgets annexes -les budgets annexes. 2

3 3/ ANALYSE ECONOMIQUE Contexte international et national : l empreinte de la crise Franche au second semestre 2013, la reprise de l économie mondiale a été freinée et fragilisée en 2014, du fait d éléments géopolitiques (crise ukrainienne, conflits au Moyen Orient ) ou socio-économiques (tensions des marchés dues aux excès de liquidités concédées par les banques centrales, déflation européenne, virus Ebola ). En 2015, seuls les pays émergents demeureront le moteur de la croissance mondiale. Concernant la zone euro, aspirée par une spirale dépressive, le risque de déflation est important, marquée par le décrochage de l Allemagne, jusque-là épargnée. La France peine à tirer son épingle du jeu et ne donne pas de signe d amélioration : faible consommation des ménages, investissement des entreprises en baisse, chômage en hausse, inflation faible En 2013, le PIB n a crû que de 0,3 %. Les collectivités locales : le mauvais cru 2013 et 2014 des finances locales Dégradation significative des finances locales : les recettes de fonctionnement ne progressent que de 1,13 % (faible croissance des recettes fiscales et baisse des dotations), mais les dépenses accusent une augmentation de 3 % et ce depuis trois ans (2,63 % pour les dépenses de personnel, 3,46 % pour les achats et les subventions 2,67 %) ; les frais financiers, du fait de marchés favorables et de la contraction des marges bancaires, n augmentent que de 1,37 %. Concernant les frais de personnel, au-delà des politiques de recrutement et du GVT (glissement vieillesse technicité), leur augmentation, très forte dans les EPCI et moindre dans les autres collectivités, s explique par l augmentation des cotisations à la Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL), la revalorisation des bas salaires de la fonction publique et la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. En moyenne, au plan national, les produits de la fiscalité locale ont augmenté l an passé de 2,34 %, du fait de la revalorisation des bases ; la fiscalité indirecte a baissé de 2,40 % du fait du recul des droits de mutation. Dépenses soutenues et atonie des recettes pèsent sur le taux d épargne qui recule encore de 10 %, après trois années consécutives de baisse, dans tous les niveaux de collectivités. Cycle électoral oblige, les dépenses d investissement ont augmenté en 2013, générant une augmentation de la dette et une fonte des fonds de roulement. Mais elles reculent dès 2014 (-10,2 %). De même, les collectivités agissent sur leurs dépenses de fonctionnement, mais les effets sont plus longs à être perçus et certaines d entre elles ne peuvent être diminuées ou supprimées sans toucher à l action publique locale. Les tendances sont donc inquiétantes, les années futures s annonçant difficiles, et les disparités entre villes étant de plus en plus marquées ; avec la baisse des recettes, les disparités entre villes se creusent, confrontées à des réalités géographiques, socio-démographiques, économiques et politiques très différentes. 3

4 Les recettes et dépenses des communes ont fait l objet de multiples rapports, celui de la Cour des Comptes dernièrement ou le rapport Malvy-Lambert au printemps dernier ; leurs constats et préconisations sont les suivants : Le secteur public n a pas fourni assez d efforts en matière de réductions des dépenses publiques, Dès lors, la Cour des comptes recommande une loi encadrant et plafonnant les dépenses publiques, avec des objectifs indicatifs d évolution, Elle suggère également de revoir les règles de gestion en matière de personnel (règles d avancement, temps de travail ), les dépenses de gestion (subventions ), de recourir à la mutualisation, La Cour demande aux élus une plus grande sélectivité dans les investissements, un étalement dans le temps, voire de s en tenir aux seuls travaux de maintenance du patrimoine. En contrepartie, l Etat s engagerait sur la stabilité et la clarté des mesures impactant les finances locales, la politique salariale des fonctionnaires et l édiction des normes diverses. Perspectives du Projet de loi de finances 2015 Diminution des dotations : en ,5 milliard d euros ont été prélevés sur les dotations au titre de la contribution au redressement des comptes publics ; 11 autres milliards le seront sur la période Déjà, on constatait que depuis 2004, la part des dotations dans les recettes totales des collectivités était passée de 30 à 24 %. Pour 2015, la baisse des dotations est d environ 1,83 % des recettes réelles de fonctionnement. Une baisse similaire est à prévoir pour 2016 et Afin de limiter l impact de ces baisses sur les communes les plus pauvres, le Projet de loi de finances (PLF) pour 2015 comprend une hausse sans précédent de la péréquation verticale (augmentation de la dotation de solidarité urbaine et de la dotation nationale de péréquation ; crédits doublés) ; ces mesures ont pour but de neutraliser la perte en dotation pour les communes éligibles. Concernant le FPIC (fonds de péréquation communale et intercommunal), sa progression est confirmée en 2015 (+ 210 millions), avec une condition d effort fiscal revu à la baisse ; ainsi le nombre de bénéficiaires va baisser mais les collectivités qui le resteront recevront une part plus importante. Afin de soutenir l investissement local et d en atténuer l inéluctable repli, l Etat a revu le taux de FCTVA, qui passe de 15,761 % à 16,404 % et projette la création d une dotation de soutien à l investissement local. De plus, le fonds d amorçage de la réforme des rythmes scolaires est prolongé de 1 an. Enfin, le coefficient de revalorisation des bases fiscales est fixé à 0,90 %, bien plus que l inflation de La loi de programmation des finances publiques crée un objectif national d évolution de la dépense publique locale (ODEDEL). Il complète les normes et objectifs de dépenses portant sur l'état, l'ondam et les régimes obligatoires de base de la sécurité sociale. Pour 2015, l indicateur serait à 0,5%, avec une évolution de la dépense de fonctionnement de 2 %. Cet objectif sera dès 2016 décliné par niveau de collectivité. 4

5 La préparation budgétaire 2015 va être marquée par le retour des «plans de redressement», face à une mandature qui s annonce financièrement difficile. Ils reposeront sur 3 axes : reconstitution de l autofinancement, ce qui suppose un repli des dépenses de la section de fonctionnement et/ou une hausse de la pression fiscale, le désendettement, et une maîtrise des dépenses d investissement. Les collectivités devront arbitrer entre différentes modalités de financement possibles (fiscalité, emprunt, trésorerie, politique tarifaire) et choisir leurs actions. Indicateurs économiques France : Indicateurs (prévision) Croissance du PIB (%) 0,3 0,4 1 Inflation (%) 1,5 0,5 0,9 Taux de chômage (%) 10,9 10,4 au 3 ème trimestre Dépenses publiques (% PIB) 56,9 56,6 56,1 Déficit budgétaire (% PIB) 4,1 4,4 4,1 Endettement (% PIB) 93,4 95,2 97,2 5

6 3/ ANALYSE FINANCIERE Sommaire : 1/analyse des résultats 2/analyse section de fonctionnement 3/ratios d épargne et autofinancement, investissement 4/analyse fiscale 5/la dette 1/ Evolution des résultats : 6

7 Le résultat de fonctionnement de 2014 est en amélioration, tandis que celui d investissement se dégrade. Plus globalement, l équation financière de la commune de Douarnenez est complexe, marquée par les éléments suivants : Une baisse sensible de l autofinancement, Des recettes en berne, Un endettement élevé, lesté par la charge que représentent les emprunts structurés ; il en résulte peu de marge de manœuvre en matière de recours à l emprunt, Le poids de la masse salariale sur la section de fonctionnement, malgré une maîtrise des dépenses courantes, L effet «ciseau» avéré, à savoir un rapprochement entre niveau de recettes et de dépenses, illustrée par le graphique suivant : Face à ces constats, le budget 2015 traduira des mesures fortes visant à corriger les tendances et à faire face à la nouvelle donne en matière de recettes (baisse significative des dotations de l Etat), d économies et de dette (poursuite de la désensibilisation des emprunts structurés par l intermédiaire du fonds de soutien). Cet effort drastique sera à poursuivre sur toute la mandature. 7

8 2/ Section de fonctionnement : La section de fonctionnement est marquée par une stagnation des recettes et une progression des dépenses, comme le montre le tableau ci-dessous : L évolution des recettes et dotations Les perspectives de recettes sont inquiétantes : la baisse des dotations de l Etat va s accentuer et les recettes fiscales ne retrouveront un réel dynamisme qu à la faveur d une amélioration de la conjoncture économique ; elles s essoufflent d ailleurs sensiblement en Le fait majeur à prendre en compte est la baisse inédite des dotations de l Etat : en 2014, euros ont été prélevés sur la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) de la commune au titre de l effort de redressement des comptes publics, soit 0,75 % des recettes réelles de fonctionnement. L Etat cherchant 11 milliards d économies supplémentaires sur les trois prochains exercices, cette baisse de la DGF sera cette année au moins deux fois plus forte qu en 2014 et se poursuivra sur les exercices 2016 et 2017, soit euros par an. Cette diminution importante et sans précédent a un impact budgétaire majeur. Concernant la fiscalité, il sera vu en aval que la dynamique des bases fiscales essuie un net ralentissement, se traduisant par un produit fiscal 2014 en deçà des projections. La Ville perçoit de fiscalité reversée par Douarnenez Communauté, sous forme d attribution de compensation et de dotation de solidarité. Pour la première, son montant a varié en fonction des transferts de compétences ou des travaux de voirie. Elle n a pas été modifiée entre 2013 et En effet, à partir de 2014, afin d enrayer l érosion de l attribution de compensation en fonction des travaux de voirie, la ville souhaite fonctionner par fonds de concours afin de compléter l enveloppe voirie de la communauté, les années d opérations importantes. 8

9 Quant à la seconde, elle est calculée en fonction de la population, du potentiel fiscal, des charges de fonctionnement et de celles relatives aux infrastructures et de l évolution des bases fiscales, une retenue pour le traitement des algues vertes étant faite sur cette dotation. Néanmoins, l Etat remboursant les frais dus aux algues vertes à Douarnenez Communauté, celle-ci rembourse en 2014 les frais prélevés à la commune, à hauteur de De plus, sont attendus sur l exercice 2015 les remboursements d assurance afférents aux dommages causés par les coups de mer de l hiver 2013/14. Enfin, la stratégie de ventes patrimoniales (bâtiments, matériels ), lancée en 2011 a permis à la commune à la fois de se séparer de son patrimoine, dont elle n a plus l utilité (et donc d alléger les frais de maintenance et d assurance) et d enregistrer des recettes à hauteur de euros en L évolution des dépenses Malgré une politique volontariste de maîtrise des dépenses courantes, la collectivité doit faire face à des décisions qui lui sont imposées par l Etat : normes, rythmes scolaires, mesures salariales nationales, augmentation de TVA en 2014 De plus, le poids de la masse salariale est important avec des actions possibles mais avec des effets à moyens et long terme. De plus, il est important de rappeler que la ville de Douarnenez est contributrice au FPIC (Fonds de péréquation intercommunal et communal), pour euros en Cette contribution s élèvera au moins à euros en Dès lors la question de la maîtrise, de la diminution ou de la suppression des dépenses de fonctionnement interpelle celle de l action publique locale (éducation, transport, culture, sport ) et de son périmètre. Voici depuis 2009, l évolution des dépenses de fonctionnement : % 14/13 Evolution charges réelles ,2% Charges de personnel (avec remb pers) ,1% Contingents,participations,subventions ,0% Charges financières ,0% Autres charges réelles ,5% 9

10 Les charges de personnel (chapitre 012) Les charges de personnel représentent 59 % des dépenses réelles de la section de fonctionnement en 2014 (contre 58 % en 2013). Le GVT (glissement vieillesse technicité) est de l ordre de 1,8 %. Concernant les frais de personnel, au-delà de l effet GVT (glissement vieillesse technicité), leur augmentation entre 2013 et 2014 s explique par l augmentation des cotisations CNRACL et par la revalorisation des carrières des agents de catégorie B et C. Ces dispositifs exogènes expliquent 30 % de l augmentation de la masse salariale. En outre, la réforme des rythmes scolaires, appliquée à la rentrée 2014 à Douarnenez, a pesé à hauteur de sur la masse salariale (un quadrimestre). Pour 2015, l objectif est de contenir et optimiser les charges de personnel ; l augmentation de la masse salariale sera de 2 % du fait : du glissement vieillesse technicité et de la refonte de la catégorie C, pour euros, 10

11 de la poursuite de l augmentation des cotisations CNRACL, pour 0,5%, de la décision de la commune de revaloriser le traitement de l ensemble des agents de catégorie C, à hauteur de euros, de l application des rythmes scolaires sur une année pleine, pour euros, de l intégration de plusieurs contractuels, depuis longtemps en poste pour des remplacements de longue durée, suite à des départs en retraite ou en invalidité des personnes remplacées ; dès lors la masse des contractuels diminue. Face à ces charges pour la plupart imposées, l application de plusieurs règles permet de gagner en maîtrise ; par exemple : limiter les recrutements externes, sauf nécessité particulière ; ainsi le recrutement d un directeur général des services techniques est-il prévu en adapter la formation des agents pour plus de compétences, de polyvalence, de mobilité. Les collectivités ont besoin d'un accompagnement RH et la mutualisation doit être au cœur de ces stratégies. chaque départ à la retraite n est pas automatiquement remplacé, l organisation des services est réfléchie et adaptée. Par ailleurs, il faut noter que l assurance du personnel (chapitre 011) augmente de euros (+59 %), du fait d une dégradation de la sinistralité de la commune (augmentation des accidents de travail, maladies professionnelles ). Le budget formation pour 2015 sera de euros. Les charges générales (chapitre 011) CA CA tous budgets ville En 2014, l ensemble des charges générales ont été globalement tenues malgré la hausse de la TVA et l organisation des nouveaux rythmes scolaires. La commune profite également de la baisse du prix des hydrocarbures et a réalisé des économies d énergie, conséquence directe des travaux de mise aux normes énergétiques des bâtiments. Pour 2015, les objectifs sont les suivants : o Rationaliser les achats : passation systématique de marchés et renégociation, o Choix de l acquisition au détriment des locations (photocopieurs et postes informatiques), o Rationalisation des communications téléphoniques : nouveaux marchés, -15 % sur les coûts globaux. o Travail d économie sur les fluides et énergie : groupement de commandes pour l achat de gaz dès 2015 (-18 % sur les tarifs) puis d électricité en

12 Toutefois, certains postes restent incompressibles, voire augmentent comme celui des normes ; ainsi le budget contrôle et maintenance des bâtiments indispensable pour conserver l habilitation des bâtiments communaux représente euros. Par ailleurs d autres postes de dépenses se sont rajoutés, comme ceux relatifs à la réforme des rythmes scolaires. Leur mise en œuvre sur le dernier quadrimestre 2014 a permis d évaluer leur coût et les recettes attendues sur une année pleine : Dépenses Recettes Charges de personnel Fonds d amorçage Etat Fournitures et matériel Prestation de services CAF Prestations de service 5000 A la charge de la commune/coût net Formation 2000 Se pose la question de la pérennité du fonds d amorçage après l année scolaire 2015/16. Autres charges de gestion courantes (dotations, participations et subventions (chapitre 65) Subventions aux Chapitre 65 associations Budget ville Budget ville Concernant les dotations et contingents obligatoires, qui comprennent la participation au Service Départemental d'incendie et de Secours (SDIS 29) et la participation au SIVU du Centre de secours de Douarnenez (contribution apparue en 2012 et qui est montée en puissance depuis), la commune a peu de prise sur ces participations imposées. Elles s élèvent respectivement à euros et euros en Quant aux subventions aux associations, la raréfaction des recettes résultant de la baisse des dotations de l Etat oblige à revoir également cette enveloppe financière. C est le choix de nombre de collectivités pour l exercice 2015 : - 15 % pour la région Bretagne, -7 % pour le département du Finistère La commune n a pas d autre alternative que de s inscrire dans une démarche similaire. En baisse, l enveloppe globale ouverte au budget primitif 2015 sera inférieure à 1,1 million d euros. Depuis plusieurs mois maintenant, un travail est mené afin de rationaliser et de donner une plus grande transparence au soutien financier, comme matériel et humain, qu apporte la collectivité aux associations. Or, de façon incontournable celles-ci devront aussi anticiper les enjeux induits par cette raréfaction de recettes. Enfin, le poste des indemnités aux élus connaît une augmentation en raison de l octroi d indemnités à l ensemble du Conseil municipal. 12

13 3/ Capacité d autofinancement La capacité brute d autofinancement (CAF) représente l excédent de fonctionnement utilisable pour les dépenses d investissement. Elle se stabilise du fait d efforts réalisés sur la section de fonctionnement. Quant à l épargne nette, (épargne brute remboursement en capital de la dette) elle poursuit sa dégradation du fait de l augmentation du remboursement du capital de la dette. La dégradation des épargnes s explique par la baisse drastique des recettes et par l alourdissement de certaines charges, en lien avec les décisions de l Etat. Dès lors cette baisse de la capacité d autofinancement nette oblige à recourir de plus en plus à l emprunt pour toutes dépenses significatives d investissement, alourdissant dès lors le poids de l encours de dette et des frais financiers sur la section de fonctionnement. L objectif est par conséquent de restaurer des marges en matière d autofinancement en agissant tant sur les dépenses que sur les recettes. 13

14 4/ Fiscalité En euros Taux communal de Produit 2012 Produit 2013 Produit à 2014 Taxe habitation 20,79 % Taxe foncière 22,60 % Taxe foncière non bâti 65,39 % Total (moins les frais de gestion) ,7 % % % En 2014, on constate que les recettes fiscales accusent un ralentissement sensible. En effet, une disposition de la loi de finances 2014 a eu pour conséquence de diminuer les bases taxables au profit des foyers fiscaux économiquement faibles. Dès lors, pour un certain nombre de communes, les bases définitives se sont révélées inférieures aux bases prévisionnelles, ce qui est extrêmement rare. Pour Douarnenez, les bases définitives de Taxe d habitation (TH) 2014 sont mêmes inférieures aux bases définitives 2013 (soit euros de bases prévisionnelles 2014 contre euros de bases définitives en 2014, soit une baisse de l ordre de euros). Cette exonération est réservée, sous conditions de ressources (revenu fiscal de référence), aux personnes qui remplissent des critères d'âge (plus de 60 ans) ou de handicap. Or le seuil du Revenu Fiscal de Référence (RFR) pour pouvoir obtenir cette exonération a été relevé de 4 % entre 2013 et 2014 par l'article 2 de la loi de finances pour Ainsi, pour une personne seule, le seuil est passé de euros de RFR par an en 2013 à euros en Il en résulte une augmentation du nombre de contribuables exonérés et donc une diminution des bases définitives. Cette exonération sera compensée faiblement par l'etat en Les allocations compensatrices calculées sur les bases exonérées 2014 des contribuables économiquement faibles devraient alors compenser en partie cette perte en 2015 (à noter que cette allocation est calculée à partir du taux de TH communal de 1991 et non celui voté en 2014). La commune de Douarnenez recevra donc environ euros d'allocations compensatrices TH supplémentaires à comparer aux euros de différence entre les bases prévisionnelles et définitives. Les recettes fiscales représentent les marges de manœuvre les plus importantes en matière de recettes. Les leviers de croissance de ces recettes sont les suivants : Les abattements sur les valeurs taxables : en septembre 2014, une réduction de 5 % de l abattement général à la base sur la taxe d habitation a été votée, le faisant passer de 15 à 10 %. Une classification fiscale juste et équitable des logements ; un travail en ce sens a été lancé afin de prendre en compte les évolutions des logements et de mieux calibrer leurs valeurs locatives. Une vérification des logements vacants est comprise dans cette démarche. Pour 2015, l Etat octroie une augmentation forfaitaire des bases de 0,90 %. Une augmentation des taux, qui peut être différenciée selon les taxes. 14

15 Activer le levier fiscal doit répondre à des objectifs précis : redynamiser les recettes de fonctionnement pour restaurer la capacité d investissement de la commune, afin de satisfaire ses besoins patrimoniaux et d équipements. Face à la baisse importante et sur la durée des dotations de l Etat et afin des restaurer les marges de manœuvre financière de la commune, une augmentation de la fiscalité est inéluctable. Les gains estimés suite à la réduction de l AGB et à la vérification des bases fiscales et des valeurs locatives sont estimés à En parallèle, la fiscalité indirecte a d ores et déjà été modifiée : Fixation du versement transport au taux de 0,5 % (au lieu de 0,4 %), Augmentation du coefficient de la taxe finale sur les consommations électriques, à 8,44 %. 5/ Dette et emprunt Ce tableau récapitule l évolution de la dette de la commune : encours au 01/01/n intérêt capital annuité totale emprunts levés annuité/hts annuité /RRF 11% 13% 13,6 % L augmentation notable des frais d intérêts est due à la décision de la Banque Nationale Suisse qui vient d abolir récemment le cours plancher du frac suisse fixé à 1,20. En réaction à cette annonce, le cours de change EUR/CHF a plongé et se positionne maintenant autour de 0,90. Cette nouvelle impacte négativement l emprunt n 710, indexé sur le l écart entre le dollar américain et le franc suisse, à hauteur de pour le seul budget ville et pour l ensemble des budgets. Cet emprunt est passé à un taux de 9,90 % ; il est encore trop tôt pour dire à quel niveau se stabilisera la parité USD et CHF et quel taux pourra atteindre cet emprunt, souscrit en 2007, qui n est pas capé. Divers ratios permettent de mesurer le poids de la dette et la solvabilité de la commune, c est à dire sa capacité à faire face à ses engagements : Le ratio «dettes/produits de fonctionnement» mesure le nombre d années nécessaire pour rembourser la dette en y consacrant la totalité des ressources de fonctionnement ; aujourd hui, la dette est remboursée avec plus d un an de produits de fonctionnement, soit un ratio supérieur à 1, quand la médiane est à 0.6 et le seuil des 10 % des communes les moins bien classées à 1.5. Le ratio «encours de dettes/capacité d autofinancement» détermine de nombre d années de CAF nécessaire au remboursement de stock de dettes ; ce ratio s élève à 21,60 ans. La commune ne peut rembourser rapidement sa dette, du fait d une CAF brute en forte baisse : 15

16 Commune de Douarnenez 10,12 9,43 12,30 21, Moyenne de la strate 5,19 4,65 4,97 5,36 Le ratio «encours de dettes/habitant» permet d évaluer la dette par habitant Commune de Douarnenez Moyenne de la strate Ratios de dette Répartition de la dette totale (tous budgets) par prêteur : Prêteur CRD % du CRD CAISSE D'EPARGNE ,20% SFIL CAFFIL ,01% CACIB ex BFT CREDIT AGRICOLE ,05% CREDIT AGRICOLE ,88% DEXIA CL ,22% Autres prêteurs ,65% Ensemble des prêteurs ,00% 16

17 Typologie de la dette : 42,21 % de l encours de dette se révèle à présent à risque (54 % en 2011) ; ce taux a baissé suivant grâce à un travail régulier et obstiné de renégociation. Depuis 2008, la dette nouvellement contractée est sans risque. Type Encours % d'exposition Taux moyen Fixe ,33% 4,32% Variable ,25% 1,18% Livret A ,70% 2,93% Barrière avec multiplicateur ,77% 4,57% Courbes ,71% 6,04% Change ,25% 6,13% Ensemble des risques ,00% 4,15% Fonds de soutien : Le Fonds de soutien pour la désensibilisation des emprunts structurés est désormais opérationnel. La publication de l arrêté du 4 novembre 2014 «portant application de l article 92 de la loi du 29 décembre 2013 pour la loi de finances pour 2014» donne le coup d envoi pour la constitution et le dépôt en préfecture des dossiers de demandes d aide au Fonds. L encours de dette de la commune comprend trois contrats éligibles, pour lesquels des dossiers ont été déposés et sont en cours d instruction : Référence Banque Maturité CRD au 30/11/2014 Risque Gissler Structure Ream SFIL 05/ F Change (USD-CHF) Ream CAISSE D'EPARGNE 12/ F Courbes (GBP/JPY) eau-ass et ville CAISSE D'EPARGNE 12/ F Courbes (GBP/JPY) La Banque Nationale Suisse en ayant aboli récemment le cours plancher de 1,20 a renchéri le coût de sortie de l emprunt n 710 et complexifié sa désensi bilisation (ainsi l indemnité de sortie de cet emprunt a augmenté de deux tiers du fait de la dégradation de la parité franc suisse/dollar). L aide du fonds de soutien intervient sous forme d aide financière, prenant en charge 45 % maximum des indemnités de sortie des contrats. Le dossier de la commune sera prochainement déposé. 17

18 4/ PROSPECTIVE ET INVESTISSEMENTS PLURIANNUELS Etant donné la baisse de la capacité d autofinancement, la difficulté à activer le levier fiscal et à recourir à l emprunt (nécessairement limité par le poids déjà important de l endettement), il est inéluctable d adapter notre niveau d investissement. Jusqu à présent, l investissement pouvait être caractérisé par les investissements de renouvellement (entretien, ) et les nouveaux investissements. Au-delà du débat entre maintien ou accroissement du patrimoine, des arbitrages devront s opérer sur la finalité des investissements, le nombre d utilisateurs concernés et le besoin véritable du territoire. Malgré ce repli de l investissement, des lignes directrices sont définies, dans le cadre d une enveloppe d investissement limitée pour 2015 à de travaux en régie (fournitures et main d œuvre) et en section d investissement : AXES DE LA MANDATURE ACTIONS 2015 Entretien et valorisation du patrimoine communal (scolaire, sportif ) Etude pour le hangar du centre nautique, démolition et confortement de la falaise Réfection allée cimetière Tréboul Estacades du Port Musée Achèvement stade Xavier Trellu Clôture court de tennis, buvette stade Lesteven Sanitaires écoles, rénovations classes Travaux électriques, toitures Améliorer les conditions de travail Performance énergétique, accès PMR Embellissement de la ville/cadre de vie Aménagement urbain Valoriser les atouts environnementaux et culturels de Douarnenez Les nouvelles technologies Rénovation vestiaires du personnel (1ère tranche) Aménagement centre Estienne d Orves Achat de matériels (véhicules, machines-outils, tondeuse) Dotations en matériel CNT, sport, informatique Dotations documentaires médiathèque et BCD Changement menuiseries (portes et fenêtres), isolation des combles de plusieurs bâtiments, aménagement accès et stationnement PMR Etude pour chaudière à bois Etude AVAP Reprise murs à la mer Clôture sentier côtier Installation sanitaires publics (place P.Stéphan et plage des Dames) Travaux eaux pluviales au Flimiou Acquisitions foncières ZAC du Ris Etude secteurs Sables Blancs et Ris Travaux St Herlé, Sacré Cœur (toiture) et Chapelle Ste Hélène (mise hors d eau) achat parc photocopieurs, passage en «client léger» (1ère tranche), équipement des écoles, logiciel gestion du temps. 18

19 Les projets envisagés sur la mandature : Plan Prévisionnel d'investissement Principaux Projets En TTC TOTAL Informatique et nouvelles technologies Eclairage public/effacement réseaux Patrimoine religieux Flotte véhicules Estacade - Collections musée Centre nautique Ile Tristan maison de maître Patrimoine municipal (locaux, murs à la mer ) Terrain football synthétique Etude Piste d'athlétisme couverte Etude Voirie (Communauté de Communes) Dont fonds de concours annuel de la Ville

20 5/ LE BUDGET EAU 1/ Evolution des résultats fonctionnement investissement : Excédent cumulé en fonctionnement = Excédent en investissement = : Excédent cumulé en fonctionnement = Déficit cumulé en investissement = On constate une nette amélioration des résultats de ce budget, due à de meilleures recettes et à des dépenses en baisse. 2/ Section de fonctionnement A été régulièrement constatée une baisse chronique des produits courants, en particulier des ventes d eau ; ce phénomène s explique par une baisse des consommations des particuliers et des grands consommateurs (industriels et entreprises) et par une baisse de la population. Toutefois, 2014 voit une augmentation des ventes d eau et donc des recettes. En parallèle, les charges courantes sont maîtrisées, générant une amélioration des ratios d épargne. En 2014, les charges de personnel administratif jusqu alors totalement imputées sur le seul budget eau ont fait l objet d un remboursement par le budget Assainissement pour moitié, pour

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES Jean-Pierre COBLENTZ et l équipe de Stratorial Finances Contacts

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2013 1

BUDGET PRIMITIF 2013 1 BUDGET PRIMITIF 2013 1 Un budget de fonctionnement contraint et prudent. Un budget d investissement volontaire et engagé Une fiscalité inchangée 2 4 orientations fortes: Développer et améliorer les services

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine

ENIM. Etablissement National des Invalides de la Marine CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 octobre 2005 à 14h30 «Projections financières» Document N 3.17 Document de travail, n engage pas le Conseil Septembre 2005 ENIM Etablissement National

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014 Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 Claude BOSIO Maire de Chasse-sur-Rhône Vice-président de ViennAgglo VILLE DE CHASSE-SUR-RHONE

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES

RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES VILLE DE HOENHEIM ANNEXE N 1 RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 Pour mener à bien tous les projets, un temps de réflexion est nécessaire. Aussi, le législateur impose-t-il aux communes de plus

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

OBJET : Attribution des crédits de fonctionnement des lycées et orientations pour la gestion 2015

OBJET : Attribution des crédits de fonctionnement des lycées et orientations pour la gestion 2015 ASSEMBLEE PLENIERE DU CONSEIL REGIONAL DE FRANCHE-COMTE Politique : Formation tout au long de la vie Composante : N du rapport : 3-1 Date : vendredi 17 octobre 2014 Sous-Politique : Fonctionnement OBJET

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail