LETTRE CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDITS QUI GERENT DES DEPdTS D'EPARGNE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LETTRE CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDITS QUI GERENT DES DEPdTS D'EPARGNE."

Transcription

1 COMMISSION BANCAIRE LETTRE CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDITS QUI GERENT DES DEPdTS D'EPARGNE. Messieurs, Je vous prie de trouver sous ce pli les documents suivants concernant la r&mu&ration des d4p6ts d'&pargne : - l'interpellation du Sknateur GEENS au Ministre des Finances ; - la rhponse du Ministre des Finances publik dans le Compte rendu analytique de la reunion du S&at du 30 juin 1986 ; - la note remise par le Ministre des Finances au Shateur GEENS. distinguk. Veuillez agr&r, Messieurs, l'expression de mes sentiments Le Pr&sident, W. VAN GERVEN.

2 INTERPELLATION DE M. A. GEENS AU MINISTRE DES FINANCES sur l application correcte de I arktc royal du 29 dtcembre 1983 dctenninant la condition B laquelle doivent r6pondre les depots d epargne pour que leurs inttrgts soient exoneres du prkompte mobilier dam les limites d une tranche determinee. M. A. GEENS (en neerlandais). - L arrcte royal du 29 dkembre 1983 modifie I arr&e royal du 4 mars 1965 concemant les revenus de depots d tpargne. Dam les conditions fixces par l article ler de l arrete royal du 29 decembre 1983, leurs intcr&ts peuvent etre exoncres du precompte mobilier dam les limites d une tranche determince. Nous savons que de nombreuses institutions financieres octroient aux dttenteurs de depots d epargne d autres avantages que l interet de base, la prime de fidelit ou la prime de croissance. Ces institutions n appliquent pas le precompte mobilier sur ces depots d kpargne et l administration kale ne le leur a pas encore impost. Chaque avantage promis ou accord6 aux detenteurs constitue cependant un inter& suppltmentaire sur ce depot d epargne. Ces avantages se pkentent sous trois formes. II y a tout d abord les loteries et tombolas. Une certaine institution met en loterie des voitures pour un montant de 10 millions de francs. C est un avantage supplementaire de plus d un pour cent. Les loteries de la C.G.E.R. en revanche ne representem que 0.02 % des versements suppkmentaires participant au tirage. Un deuxieme avantage est constitd par des cadeaux dont la valeur est parfois difficile a estimer. Elle varie de 0.65 B 4 %. La prime de fidelite ne se situant qu entre 0.65 et 1.25 %, de tels avantages ne peuvent pas Etre consider& comme accessoires. Les emprunts a taux reduit constituent un troisieme et tres important avantage. La reduction du taux d interet sur les emprunts contract& par le titulaire d un livret d epargne constitue une technique de vente de plus en plus repandue qui permet d obtenir des avantages fort importants. Les reductions d interet varient de 0.25 a 1.25 % sur les emprunts hypothecaires. Tesr-Achats a cajculc que l on pouvait obtenir 14 % net de son epargne a condition de combiner de facon optimale ses depots et le montant de l emprunt. Toutes les formules d epargne-logement examinees rapportaient au moms 9 % en fevrier II s agit manifestement d une r6muntration des depots d epargne, meme si elle est differee et conditionnelle. L administration fiscale doit juger par la suite si les conditions prtvues par l arrett royal etaient remplies. Jusqu a present. elle a fermi les yeux, mais elle peut intervenir a tout moment. Un certain nombre d institutions meconnaissent cet arrete royal et octroient des indemnites complementaires. Ceci tree une incertitude juridique. Le danger d une intervention arbitraire de l administration fiscale est d autant plus grand que certaines institutions financieres du secteur public sont associees a la distribution de ces avantages. Certaines institutions privies craignent dtts lors d etre les victimes de cette incertitude juridique. I

3 Une telle situation provoque tgalement une distorsion de la concurrence. Seules les institutions les plus importantes peuvent organiser des loteries impressionnantes qui trompent le public. La chance de gagner un lot est en effet tellement faible que la valeur mathtmatique du prix est minime et ne co&e m&me pas 0.02 %?I l entreprise. Ceci dtsavantage sur le plan publicitaire les institutions plus petites qui sont obligees de mpartir le cotit du gros lot sur un nombre de comptes bien plus restreint. Quelles directives l administration a-t-elle re9ues afin de faire retenir le precompte mobilier sur les livrets offrant d autres avantages que les trois prevus par la loi? A quelle instance une institution l&e peut-elle s adresser afin de faire retenir le precompte mobilier? Les interets des livrets d tpargne pour lesquels on offre un cadeau sont-ils exontres du precompte mobilier et, dans l aftirmative, quelle est la valeur maximale de ce cadeau? Les intcr6ts sur les livrets d epargne lorsqu il s agit de sommes gagntes a l occasion de contours et de tombolas sont-ils exoneres du precompte mobilier? La valeur de ces prix et le nombre de gagnants sont-ils limit&? Les indrets sur livrets d tpargne ou des ristoumes sont promises et accordees aux emprunteurs sont-ils exoneres du precompte mobilier? Les ristoumes sont-elles plafonnees? Le mode d octroi importe-t-il? En cas de reponse positive, j aimerais connaitre les avantages qui ne peuvent etre offerts aux Cpargnants. Qui garantit dans ce cas la nonintervention de I administration? Si les reponses sont negatives, le ministre a-t-it charge son administration de veiller a ce que le precompte mobilier soit pcrcu sur les livrets d tpargne? (Applaudissements sur les banes de la Volksunie) M.EYSKENS, ministre des finances (en neerlandais). - Une note circonstanciee de mon administration sera mise a la disposition de l interpellateur. Dam le cadre de la politique en matiere d inttret j ai essay.5 en concertation avec la Commission bancaire et les representants des caisses d tpargne. d orienter le mouvement a la baisse des interets vers les interets de base. Pour l tpargnant la concurrence est une bonne chose. Dans le secteur financier la concurrence doit etre favorisee mais sur base des prix et des taux d int&?ts. Le prix est la seule arme interessante pour le consommateur. On pourrait &tre tent6 de proceder B une non-price-competition Darts ce cas, les taux d interets sont fixes de commun accord et la concurrence prend la forme de service, de tombolas et de concours. C est une deterioration de la concurrence. En agissant de la sorte, on fausse la concurrence. Finalement, c est l epargnant ou l empnmteur qui paie. La loi du 28 decembre1983 et I arr&c royal du 29 decembre 1983 tixent les conditions auxquelles les depots d epargne doivent rtpondre pour btneficier de l exoneration du precompte mobilier. Les banques peuvent accorder des conditions derogatoires mais alors I exoneration tombe. La 2

4 . Commission bancaire est chargee du contr8le et doit faire rapport aupres du ministre des finances. Le contriye englobe tous les aspects des depots d Cpargne. En mat&e de r6munqation. 1 arrs pr6voit qu elle consiste en une rente de base et une prime de tidtlitt ou de croissance. Je suis d accord avec l interpellateur lorsqu il souligne l importance de la s&mite juridique. En 1985, l epargne populaire reprtsentait un montant de milliards entierement exonke du precompte mobilier. Je suis tgalement d accord avec M. Geens lorsqu il dit que la concurrence loyale doit &tre assurte. La loi sur les pratiques commerciales du 14 juillet 1971 reste inmgralement d application. M. le ministre Maystadt a depose un projet portant rtvision de cette loi. Je lui parlerai de cette interpellation. En cas de non-respect des dispositions legales, le tribunal de commerce peut &re saisi. En ce qui conceme l application du systeme fiscal de l arr&e royal du 29 decembre 1983, on peut se demander si les avantages constituent une remuneration. Je ne connais aucun cas ou les avantages representent 2 % d int&zt supplcmentaire. Une importante caisse d epargne parastatale prevoit, dans sa campagne publicitaire, des prix d un montant de 53 millions, c est-a-dire un quatre-centieme des inter&s et primes pay& par cette caisse. La valeur des prix d autres organismes financiers ne serait pas superieure a un sept-centicme des inter&s et primes payes. Je concede que ces 53 millions peuvent perturber le marche et je prefererais que ce montant soit utilise pour reduire les taux d intcret. L arrote royal du 29 dccembre 1983 concerne des paiements en especes et en nature. Pour les caisses d epargne, il s agit toutefois souvent de loteries et de tombolas pour lesquelles il n existe pas de rcglementation sptkifique. Nous esptrons en la mat&e que les institutions publiques de credit se conformeront spontanement aux normes g&r&ales existantes. On verserait en effet dam la casuistique si l on dressait un reglement pour toutes les situations specifiques. En cas de doute. je conseille aux interesses de prendre contact avec I administration des contributions ou avec la Commission bancaire. J estime en tout cas que certaines pratiques sont abusives. 11 serait preferable d utiliser certaines dcpenses pour une reduction des taux d inttxt. A la suite de cette interpellation. j enverrai dts lors une lettre?i la Commission bancaire dans laquelle je demanderai un meilleur controle et j insisterai aupres de mon collegue Maystadt pour qu il effectue. si necessaire, une adaptation de la loi sur les pratiques du commerce, afin d eliminer les abus qui faussent la concurrence. (Applaudissements sur les banes de la majoritc). 3

5 - M.A. GEENS (en neerlandais). - Je remercie le mini&e pour sa reponse. Je me felicite qu il prenne certaines mesures a la suite de mon interpellation. II n a toutefois pas repondu a mes questions concemant les avantages accord& lors d emprunts hypothecaires. JJ existe encore une grande instcurite juridique en la matiere. Je demande au ministre de bien vouloir me repondre a ce sujet dam un avenir rapproche. (Applaudissements sur les banes de la Volksunie). - L incident est ~10s. 4

6 INTERPELLATION DE MORSIEUR A. GEENS AU MINISTRE DES FINANCES. (Traduction) Concerne : L'interprgtation correcte de l'arrcte royal du 29 decembre 1983 qui determine les conditions auxquelles un livret d'epargne doit satisfaire pour qu'une tranche determinee d'interst soit exon6rse du pr6compte mobilier. L'arrSt6 royal du 29 decembre 1983 modifie l'arrst6 royal du 4 mars 1965 en matiere de revenus de dbp8ts d'gpargne. L'arrStS royal du 29 d6cembre 1983 stipule en son article 1, 4',,a : "La remuneration des dbp6ts d'epargne comporte obligatoirement mais exclusivement : - un int6rst de base ; - une prime de fidelit et/au une prime d'accroissement." d6terminde C'est dans d'int6rst ces peut conditions qu'une 6tre exon6r&e du tranche precompte mobilier. Toutefois, il est de notorist.6 publique que nombre d'etablissements financiers allouent aux detenteurs de livrets d'6pargne d'autres avantages qui n'ont pas la forme d'un int6rst de base, d'une prime de fidelit ou d'une prime d'accroissement. Ces Btablissements financiers n'ont pas retenu spontanement le prdcompte mobilier sur les livrets d'epargne concernes, et, que je sache, l'administration fiscale ne leur a pas encore rsclam& le paiement du prkompte dii. Logiquement, tout avantage qui est promis ou accord6 directement au detenteur d'un livret d'epargne parce qu'il est en possession d'un livret d'6pargne ou qu'il y fait des versements est Bvidemment une r6muneration complementaire pour ce livret d'epargne. Certains des avantages compl6mentaires peuvent en fait atre importants tandis que d'autres sont si minimes qu'ils induisent 1'6pargnant en erreur.

7 2. trois Les avantages se presentent gdneralement sous formes. Loteries et tombolas. Une institution met en loterie des voitures pour un montant de dix millions de francs. Par rapport au* versements complementaires qui prendront part au tirage, il s'agit d'un avantage compl6mentaire de plus de 1 %. Face R cela, on trouve les loteries de la C.G.E.R. dont le montant de 52 millions impressionne et accroche le public mais ce montant represente moins de 0,02 % des versements complementaires qui participent au tirage. Nous pourrions donner des dizaines d'exemples et nous disposons d'ailleurs de tout un dossier reprenant les differentes formes de tombolas et de loteries qui sont organisees par les divers Btablissements financiers allant de prix importants comme les voitures de tourisme, en passant ear autres prix parmi lesquels 13 voitures ou encore sacs etc. Les billets sont accordds R des prix modiquest ear exemple lors d'un accroissement de F sur un livret d'epargne ou de 500 F sur un compte d'epargne-intercts, etc., etc. Cadeaux. Une sdrie de cadeaux sont offerts, dont la valeur est parfois difficile R determiner pour le bendficiaire, mais parfois aussi tres facile. Ainsi, une caisse d'epargne donne un billet DUO par versement de F sur un livret. Un billet coilte 44 F. Le deposant ou l'epargnant regoit done directement 0,44 % de la somme vers6e. Generalement, la partie la plus importante d'un livret d'epargne ne se trouve que depuis quelques mois sur ce livret, de telle maniere que le cadeau peut Stre estime en moyenne Zi 0,65 %. Un autre Btablissement financier donne des dictionnaires connus qui se vendent en magasin H un prix superieur R 400 F et ce pour l'ouverture d'un livret par un versement de F. Ceci signifie done une r6muneration compl6mentaire de 4 %. Pour un versement complementaire de F, on regoit aussi un cadeau de 400 F. C'est done 1,6 % du versement s'il 6tait rest6 en compte pendant un an. L'avantage moyen peut done gtre estime Zi au moins 2 % pour un versement complementaire.

8 De tels avantages compl6mentaires allant de 0,5 % a 2 % peuvent difficilement Ztre consid6rgs comme accessoires lorsque les primes de fid6lit6 varient actuellement de 0,65 % 3 1,25 %. Nous pouvons titer d'autres exemples de cadeaux, nous disposons B ce sujet d'un dossier complet. Voici un apergu de ce que l'on peut lire dans les publicites : - des milliers de cartes d'acces gratuites pour des Bvenements sportifs ; - des essuies de cuisine gratuits lors de chaque augmentation de F sur un livret d'epargne ; - des montres quartz gratuites B quiconque fait des versements compl6mentaires sur un livret d'epargne ; - assurance h8pital gratuite : prix F et pour un solde moyen de F l/3 de ce montant gratuit, pour F, 2/3 et pour F compl8tement gratuit. Cet avantage signifie une r6mun6ration suppl6mentaire de 1,3 %. disposition. Nous tenons volontiers le dossier complet & votre 3. Prets a taux r6duit. Si les avantages precedents peuvent parfois parartre ridicules, la reduction d'int6rgts sur des emprunts contract& par le detenteur d'un livret d'spargne est une technique de vente croissante qui peut donner lieu Z d'enormes avantages. 11 est intdressant de titer ici aussi quelques exemples concrets sans donner le nom des etablissements financiers : - un Btablissement financier promet Z des epargnants fiddles et actifs 0,75 % de ristournes sur des prsts hypothecaires; - un tres important Btablissement bancaire octroie des reductions sur des pr9ts personnels et des financements a quiconque Bpargne depuis six mois sur un livret de dep6t et accorde une reduction allant jusqu'g 1 % pour les pr9ts hypoth6caires : - une caisse d'epargne ou devons-nous dire une banque d'epargne promet un "tarif d'amis" pour des prsts personnels et des financements a des epargnants et octroie en outre des reductions allant jusqu'a 1,25 % pour des prsts hypothscaires.

9 4. Et nous pourrions ainsi continuer longtemps encore 1'6num8ration de toutes les variantes possibles. Le Ministre n'ignorera d'ailleurs pas que Test-Achat a calcul6 que les d6pats d'gpargne peuvent rapporter jusqu'8 14 % net si l'on combine les sommes deposees et le montant de l'emprunt de maniere optimale. Selon Test-Achat, toutes les formules d'gpargnelogement examinees en fevrier 1986 rapportaient au moins 9 % net. Les reductions sont allou6es tant sur les pr&ts hypothecaires que sur les pr8ts personnels. L'avantage est presque toujours exprimd par rapport au solde moyen ou aux intgr&ts regus d'une periode precsdente, de sorte que cet avantage est clairement une remuneration du d6p8t d'spargne m8me si elle est report8e ou conditionnelle. La publicit des Btablissements financiers illustre ceci clairement. Un itablissement Bcrit d'ailleurs dans ses brochures "De cette maniere, votre livret rapporte entre 2 et 3,75 % en plus que le taux d'intgr8t ordinaire.... et ce exondr6 d'imp&s". conclusion de 1'6tude effectuee par Test-Achat (Budget et i:oit, n* 65, f&vrier 1986) est Claire : "Si vous d6cidez d'ouvrir un livret d'6pargne auprss d'un stablissement financier qui est pour l'instant meilleur marche, il est probable que le produit total de votre Gpargne sera de 2 a 8 % plus Bleve que si vous Bpargnez sans avoir l'intention d'acheter un logement. Si vous 8tes pret R epargner de maniere contractuelle, vous gagnerez de %" (traduction). Ins6curit6 juridique. Monsieur le Ministre,.R notre connaissance, c'est l'administration fiscale qui apres coup doit juger si les conditions de 1'A.R. ont 6t6 respectees et si un compte dbterming peut b6n6ficier effectivement de l'exoneration du precompte mobilier. Jusqu'A present, l'administration a ferms les yew, mais elle peut a tout moment intervenir et ce de maniere arbitraire. 11 est done clair, comme dcmontrz ci-dessus, qu'un certain nombre d'etablissements enfreignent les dispositions de 1'A.R. et octroient des rgmun6rations 3 ccte des rdmundrations BnumdrGes de maniere exclusive dans ~'A.R. Nous en concluons qu'une in&curitg juridique existe en la matiere.

10 5. Aucun Bpargnant n'est certain que le livret pour lequel il a b6ngfici6 d'un avantage compl6mentaire ne sera pas soumis rgtroactivement au prgcompte mobilier. Le danger d'une intervention arbitraire de l'administration fiscale est d'autant plus grand que certains Btablissements financiers du secteur public accordent eux aussi des avantages compl&mentaires. Certains Btablissements financiers du secteur prive sont done la victime de cette ins6curit6 juridique. 11 craignent que l'on intervienne plus facilement centre eux en l'absence de directives prscises. Concurrence d6loyale. Lorsque la fixation de taux pour les livrets est imposee par les pouvoirs publics, comme c'est le cas actuellement, mais que ceux-ci ferment simultanement les yeux sur les violations de 1,A.R. en matiere d'avantages suppl&mentaires, il est alors question de concurrence dsloyale. En effet, seuls les plus grands Btablissements financiers peuvent organiser d'importantes loteries qui donnent au public l'impression de recevoir un avantage important. Le public est induit en erreur par une publicits concernant des prix d'un million en espkes, car la probabilit6 de gagner une telle somme est si petite que la valeur mathematique du billet est minime et que le cogt pour l'entreprise ne d6passe pas 0'02 %. Etant donr-6 que des Btablissements plus petits doivent r6partir le cogt du prix principal sur un nombre beaucoup plus r6duit de comptes, ils sont fortement dgsavantag6s sur le plan publicitaire. Afin d'dliminer la rdelle ou prdtendue insecurit6 juridique, nous vous avons soumis, Monsieur le Ministre, un certain nombre de questions : 1. Quelles directives l'administration a-t-elle regues afin de retenir le prgcompte mobilier sur les livrets qui offrent d'autres avantages que les trois r6munisrations prevues par la loi? 2. Si un Btablissement A pense qu'un Btablissement B alloue des avantages complementaires sans retenue de precompte mobilier, auprps de quelle instance peut-il s'adresser afin de faire retenir le precompte mobilier sans faire l'objet d'une concurrence d6loyale?

11 3. Les int6rst.s des livrets d'epargne pour lesquels on offre un cadeau en fonction ou non de la somme BpargrGe, sont-ils exon6r6s du pr6compte mobilier? Et dans l'affirmative, quelle est la valeur maximale de ce cadeau? 4. Les intsrsts sur les livrets d'6pargne lorsqu'il s'agit de sommes gag&es B l'occasion de contours et de tombolas, sont-ils exon6rzs du pr6compte mobilier? La valeur de ces prix et le nombre de gagnants sont-ils limit6s 7 5. Les int&rets sur livrets d'gpargne 09 des ristournes sont promises et accordees aux emprunteurs, sont-ils exon&rgs du precompte mobilier? Les ristournes, sont-elles plafonn6es 1 Le mode d'octroi importe-t-i1? 6. En cas de r6ponse positive, quels sont les avantages qui ne peuvent Stre offerts aux Spargnants? 7. En cas de reponse positive, qui garantit dans ce cas la non-intervention de l'administration chez quelqu'un qui profite de cette action 7 8. Si les reponses sont negatives, le Ministre a-t-i1 chargg son administration de veiller 5 ce que le precompte mobilier soit pergu sur les livrets d'6pargne? Qui garantit ces perceptions? Nous esp6'rons, Monsieur le Ministre, we les r6ponses aux questions pos6es ci-dessus seront suffisamment claires, de maniere 5 Bcarter toute inshcurit6 juridique. 6. Bruxelles, le 30 juin 1986.

12 NOTE REMISE PAR LE MINISTRE DES FINANCES A MONSIEUR LE SENATEUR GEENS EN REPONSE A SON INTERPELLATION SUR LA REMUNERATION DES DEPOTS D'EPARGNE. (Traduction) Avant de rspondre aux questions concretes de l'honorable membre au sujet de l'interprstation de l'arrst6 royal du 29 decembre 1983 qui determine les conditions auxquelles les dbp6ts d'gpargne doivent satisfaire pour que les intersts soient exonsr6s, 3 concurrence de F. par contribuable, d'imp6t et par consequent du prbcompte mobilier, je tiens 3 expliquer le contexte dans lequel cet arrst6 a &tb promulgu6. C'est la loi du 28 dgcembre 1983 qui a port6 le montant exonerd de Z F. A cette occasion, le Gouvernement de 1'Bpoque a voulu mettre fin a une pratique d'gvasion fiscale concernant ces depats d'gpargne. L'expose des motifs justifiait cette modification comme suit : "Au tours des dernieres annses, des Btablissements de credit, en nombre croissant, ont toutefois, Z la faveur du rsgime fiscal d'immunisation, instaure en matisre de d6p6ts en carnets, une politique de tarification Z taux BlevS, exc6- dant le taux du march6 et ax6e Z4 titre principal, voire exclusif, sur le taux de base et ne r&mu&rant dgs lors guere plus l'epargne stable que les encaisses entretenues momentansment en carnet. La notion msme de d6pgts d'epargne ordinaires, sur laquelle reposait l'exon6ration susvisee se trouve ainsi en quelque sorte remise en question, du fait msme que l'svolution dont il s'agit se traduit, sur le plan des impats sur les revenus, par une immunisation excessive allant manifestement au-dela des intentions du lggislateur. telle 11 importe de porter remede sans plus tarder a une situation.

13 . C'est pourquoi une nouvelle version du Code des ImpBts sur les revenus est propos6e. Celle-ci ne differe pas fondamentalement du texte actuel en ce qui concerne l'bnum6ration des dtablissements de credit dont les depats sont exon8rgs. La veritable modification consiste dans le fait qua, pour que le regime d'immunit5 soit d'application, tous les Btablissements de crgdit qui regoivent des dgp6ts sur des livrets d'spargne ou de d6p6t, doivent se conformer aux criteres d6finis par le Roi sur avis de la Commission bancaire. Ces critares doivent empecher que les dspsts d'spargne perdent leur specificits par rapport aux autres instruments du march6 : ils portent e.a. sur la monnaie dans laquelle les d6pdts doivent Stre libelles, sur les conditions et modalit6s qui doivent Btre prises en consid6ration en cas de retraits et d'emprunts, de msme que sur la structure, le niveau et le mode de calcul de la rsmur&ration qui est allouee pour ces depbts." Par application de cette version modifiee de l'article 19, 7' du Code des Imp&s sur lea revenus, 1'A.R. du 29 decembre 1983 a determine les conditions auxquelles les dep6ts d'gpargne doivent satisfaire pour beneficier de l'immunits fiscale. Ces conditions portent sur la monnaie dans laquelle des d6psts doivent Stre libelles, les conditions de retrait, la structure de la rgmun6ration et la publicits relative aux conditions de r6mursration. 11 est Bvidemment loisible aux Stablissements de credit d'appeler 1'6pargne a des conditions qui d&rogent aux dispositions de 1'A.R. I1 en resulte cependant la perte de l'immunit5 fiscale pour la totalite de la rzmundration de ces d&pats et la retenue du prgcompte mobilier sur l'ensemble de la r8mutgration. 2. * l Pour l'application de la legislation financiere, la Commission bancaire a repris les conditions fixees dans l'arr6t6 precit.6 du 29 d6cembre 1983 pour la definition des d6p6ts d'gpargne qui sont comptabilis6s sous une rubrique distincta des t5tats bancaires. Ce parall6lisme dans la definition fiscale et financiere des dbp8ts d'spargne qui Btait deja prevue dans le texte pr6cddent de l'article 19, 7' du Code des Impats sur les revenus, bien qu'en sens inverse via le renvoi dans le

14 Code des Impdts sur le revenus 2 la dgfinition donnde par la Commission bancaire, a conduit?i ce que les dfcisions de principe sur l'interprgtation des conditions soient prises en concertation entre le departement des Finances et la Commission bancaire. Ces interpretations firent l'objet de circulaires de la Commission bancaire, respectivement le 29 f& vrier 1984, le 13 septembre 1984 et le 12 juillet 1985, adressges B tous les dtablissements de crgdit qui collectent des d6pats d'dpargne. 3. l * * Want au respect de ces conditions, la Commission bancaire exerce, du moins en ce qui concerne les entreprises qui sont soumises 3 son contrdle, un contrdle permanent selon les proc6dures d'usage. Ce contrale s'stend.z tous les aspects du regime des dbp8ts d'epargne, y compris les conditions de remungration et les autres "avantages". Concernant la rbmunsration, l'arrst6 pr&cit6 pr& voit que "la rismur&ration des depats d,bpargne comporte obligatoirement mais exclusivement : - un int6rst de base - une prime de fid6lite et/au une prime d'accroissement.". L'honorable membre m'interroge sur l'interpretation de la notion de "r6mur&ration", en tenant compte des pratiques courantes comme les tombolas et les loteries gratuitas, les conditions de prst avantageuses pour Bpargnants fidsles, les cadeaux publicitaires ou non, lorsque ces avantages sont li6s au montant ou & l'accroissement des dbp8ts d'epargne ou au montant des int8rsts payes sur ces dsp&s d'gpargne. Je suis d'accord avec l'honorable membre quand il souligne l'importance de la securit6 juridique en la matisre. Les depats d,gpargne reprssentent en effet un encours de milliards (fin 1985). L'insEcuritB concernant la qualification fiscale d'une telle somme de fonds d'6pargne serait tout a fait injustifide. Je suis Bgalement d'accord avec l'honorable membre lorsqu'il souhaite voir assur6es des conditions de concurrence loyales. A cet Bgard, je tiens a souligner que la loi sur les pratiques de commerce du 14 juillet 1971 est totalement applicable aux pratiques cit6es. Cette loi a instaure une reglementation stricte a l'igard des ventes 3 primes de biens et services, de cadeaux, de loteries, et de jeux et contours publicitaires.

15 La loi interdit en principe de telles pratiques, mais elle permet quelques exceptions Enumdrees de maniere limitative, a savoir l'offre R titre gratuit conjointement a un produit ou R un service principal : - de menus services ou menus produits ; - d'objets revstus d'inscriptions publicitaires inddldbiles et nettement apparentes, qui ne se trouvent pas comme tels dans le commerce, a condition quo leur prix d'acquisition par celui qui les offre ne d6passe pas 5 % du prix de vente du produit principal ou du service avec lequel ils sont attribuds ; - de titres de participation a des tombolas organis&es dans un but de promotion commerciale et dfiment autorisees en application de la loi du 31 decembre 1851 sur les loteries ; - de titres de participation R des contours, jeux et autres comp8titions, pour autant que dans les cas 03 les lots sont susceptibles d'stre gag&s par le plus grand nombre de participants, ils ne soient pas autres qu'un objet publicitaire repondant a la description donn6e ci-dessus. Si ces dispositions devaient ne pas,9tre respectes par un Btablissement de crsdit, tout un chacun - et en particulier chaque concurrent qui subirait un prejudice en raison de ces pratiques commerciales interdites - pourrait, en vertu de la loi du 14 juillet 1971, demander au Tribunal de Commerce d'interdire au contrevenant de poursuivre ces pratiques. 4. * l l Pour l'application des regles fiscales, en particulier l'a.r. du 29 dkembre 1983, se pose la question de savoir si ces "avantages" constituent ou non une remundration. Je souhaiterais au prealable insister sur le fait que je ne connais pas de cas oil ces "avantages", accordes en plus de l'int6ret de base, de la prime de fidelit et de la prime d'accroissement, representeraient une somme relativement importante, et notamment qu'ils Bquivaudraient a 2 % d'int6rsts suppl6mentaires. La Commission bancaire non plus n'a pas connaissance de tels cas. vous avez tous vu la publicit Bmanant ces jours-ci de la C.G.E.R. et qui fait Btat de prix de tombola d'une valeur de 53 millions. Ces prix seront tires au sort entre les Bpargnants qui ont effectue des versements supple-

16 mentaires au tours d'une pidriode dgtermin6e. Ce montant de 53 millions reprssente environ 1/400e de l'intsr9t de base et de la prime de fidelit payes en 1985 par cet etablissement pour ses dbp6ts d'spargne. Dans les autres grands Btablissements d'bpargne, la valeur de ces prix ne d6passe pas - selon les renseignements obtenus - 1/700e de l'int&rst et des primes payds. ' 5. l l * Qu'est-ce qui doit Stre consider6 comme une rgmun6ration pour l'application da 1'A.R. du 29 ddcembre 1983? Toute r8mundration en espsces et toute remun6ration en nature - abstraction faite des avantages ayant une valeur commerciala ndgligeable - dans la mesure 03 elle n'est pas conditionnelle ou algatoire, en raison des sommes detenues ou vers6es auprss d'un dtablissement financier sur un compte d'gpargne qui b&gficie de l'immunitg fiscale. Sur la base de cette disposition et par reference aux pratiques des an&es prs&dentes, doit par exemple Stre consid6rg come une rdmundration l'octroi au ddposant de dons non negligeables en nature, comme des bouteilles de vin ou de champagne, du mobilier de jardin, des timbres ou bons susceptibles d'stre utilises comme moyen de paiement pour l'achat de differents biens et services (par exemple le coilt de la carte de cheque garanti, des int6rgts debiteurs, des frais de port). A fortiori si ces timbres ou bons dtaient transmissibles. L'Administration fiscale et/au la Commission bancaire ont Bmis un avis negatif au sujet de ces pratiques. N'est pas consider6 comme une r6mun6rationr l'octroi de cadeaux publicitaires ou d'objets ayant une valeur negligeable : sty10 - bande dessin6e - essuie-main etc. L'avantage allou R "1'Bpargnant fiddle" s'il contracte plus tard un emprunt aupres du meme Btablissement ou d'un Btablissement du mcme groupe (pr9t hypothecaire - pret personnel) et qui consiste R obtenir une diminution du taux de chargement de l'emprunt par rapport au taux du march6 a ce moment, n'est pas a considerer comme une rdmun6ration du depat d'epargne. Cet avantage est en effet conditionnel, car li6 a un emprunt Sventuel a un moment ultsrieur. Cet avantaw sera pris plus tard en consideration sur la plan fiscal via le montant deductible des charges financisres.

17 Quant aux loteries et tombolas, il faut constater we cette pratique est traditionelle dans le secteur des caisses d'spargne et que rien dans les travaux prsparatoires de la loi du 28 decembre 1983 ne permet de dire que le Parlement ait voulu y mettre fin. L'avantage dont bsn6ficie 1'8pargnant en participant a une tombola ou a une loterie est, par dgfinition, totalement aleatoire et par cons6quent impossible individuellement. Une difficult6 supplementaire dkoule du fait que la tombola n'est pas toujours limitee aux d6pdts et versements sur des livrets d'&pargne mais Porte parfois Bgalement sur d'autres formes d'6pargne. C'est pour cette raison que les actions de promotion qui permettent a des Bpargnants de participer a une tombola au prorata de leur Bpargne pendant une periode d6terminee n'ont pas St6 consid6r6es comme une r6mun6ration pour l'application de ~'A.R. du 29 dbcembre Ceci suppose Bvidemment qu'il s'agit d'une tombola autoris6e conform6ment a la legislation en vigueur et que la valeur totale des prix reste tras minime par rapport au montant total de la remunkation des d6pats d'6pargne au titre d'int0rgt de base et de prime de fidelit et/au d'accroissement. Pour les grands Btablissementa, un rapport de 1/400e r6pond a cette condition. Pour les petits Btablissements, un rapport de 1/50e peut sans doute encore Stre considgr6 comme acceptable. Pour des entreprises qui commencent, d'autres criteres doivent gtre pris en consideration pour apprecier le caractere tras accessoire de ces avantages. Bien que la distribution des billets de la loterie nationale ou de billets presto soit susceptible d,stre Bval&e commercialement, il est apparu souhaitable d'assimiler ces billets a une tombola organisde par l'etablissement de cr8dit lui-mcme. 6. * * * Comme deja dit plus haut, la Commission bancaire contrele, en ce qui concerne les entreprises qui sont soumises a son contrble, le respect des conditions auxquelles doivent satisfaire les dbp8ts d'spargne pour Stre et rester considsr6s comme tels. I1 apparaft souhaitable que cette institution qui est chargee du contrale financier de ces antreprises et du respect de la legislation financigre, continue a contr8ler le respect des conditions pr6vues pour les livrets d'6pargne a la lumiere des directives citees plus haut et fixees en concertation avec l'hdministration fiscale.

18 J'espSre que les institutions publiques de crjdit suivront spontanement ces principes et veilleront 3 ce qu'ils soient pleinement respectes par les caisses agr56es par elles. vu l'imagination des responsables du marketing dans les differents Btablissements de crbdit, il est gvidemment impossible de dresser une liste complste, qu'elle soit positive ou nggative. En cas de doute, il est conseille de prendre contact au prealable avec 1'Administration fiscale ou avec la Commission bancaire qui se concerteront sur l'attitude 2 adopter. 7. l * * Je souhaite, en guise de conclusion, formuler deux remarques g6nisrales : 1' Je ne souhaite pas Blaborer une casuistique sur la question des avantages. L'immunitB fiscale des dbp6ts d'epargne est une chose trop importante pour chacun - principalement pour les Btablissements et les dpargnants - pour &tre mise en peril par des campagnes publicitaires ou des avantages compl&mentaires. Dans cet esprit, je souhaite que les critsres d'interpr6- tation dont question ci-dessus soient d'application davantage pour l'avenir que pour le pas&. 2' Les campagnes publicitaires (cadeaux, tombolas, etc...) coiltent parfois moins et attirent plus les gpargnants qu'un intergt r6el. Je souhaite toutefois we nos Btabliss~ements d'bpargne continuent 3 faire preuve de la dignit n6cessaire et qu'ils mettent plus l'accent sur un comportement justifi6 et rationnel we sur le jeu de hasard et les gadgets.

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu :

1) La loi n 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l'année 2003 a prévu : BODI - Texte DGI n 2003/54 - Note commune n 35/2003 OBJET : Commentaire des dispositions des articles 21, 22 et 23 de la loi n 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003 relatives

Plus en détail

en erreur quant & la rémunération des dépôts (rirculaire du 13 septembre 1984).

en erreur quant & la rémunération des dépôts (rirculaire du 13 septembre 1984). (3 rappdrr dans la reponke s.v.p.) CIRCULAIRE AUX ETABLISSEFENTS RECEVANT DES DEPOTS D'EPARGNE Messieurs, L'attention de la Commission a été attirée par des campagnes 1xblicitaires lancées Far certains

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

FAQ Dépôts d épargne réglementés

FAQ Dépôts d épargne réglementés FAQ Dépôts d épargne réglementés Anvers, le 1 er janvier 2015 Sensibilité: Public ARGENTA BANQUE D ÉPARGNE SA, BELGIËLEI 49-53, 2018 ANVERS 2/8 - DIRECTION GESTION DES PRODUITS 01-01-2015 Table des matières

Plus en détail

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement

Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 07-A-13 du 19 octobre 2007 relatif à un projet de décret relatif au plafonnement des frais bancaires applicables aux incidents de paiement Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers

Objet: Mécanismes particuliers ayant pour but ou pour effet de favoriser la fraude fiscale dans le chef de tiers Contrats d'assurance vie à primes flexibles - taux garanti, Provisions complémentaires d'assurances vie, Bases techniques de la tarification des contrats d'assurance vie Bruxelles, le 30 novembre 2001

Plus en détail

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION

Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION Chapitre III: LE COMPTE STRUCTURES DES COMPTES PARTIE DOUBLE BALANCE DE VERIFICATION 1. Notion du Compte: Nous avons vu que le Bilan donne une vue d'ensemble de la situation de l'entreprise à une date

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Commission des pensions Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Source: Loi sur les prestations de pension,

Plus en détail

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui

départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien régionale des comptes avait retenu diverses observations provisoires qui Réf.: AF 826401 Monsieur le Président, Dans le cadre du contrôle des comptes et de la gestion du service départemental d'incendie de la Haute-Garonne (SDIS) et après l'entretien préalable avec le conseiller-rapporteur,

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s 024 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

Réforme des comptes d épargne réglementés Foire aux questions

Réforme des comptes d épargne réglementés Foire aux questions Réforme des comptes d épargne réglementés Foire aux questions ARGENTA BANK- EN VERZEKERINGSGROEP NV, BELGIËLEI 49-53, 2018 ANTWERPEN 2/12 Colophon Antwerpen, le 31 décembre 2013 Éditeur responsable : Anne

Plus en détail

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé Compte d épargne réglementé Donnez un stimulant supplémentaire à votre argent avec Start2Save CBC Mettez chaque mois un montant de côté et votre fidélité sera récompensée! Un investissement sûr en ces

Plus en détail

SUBVENTIONS D INTéRêT

SUBVENTIONS D INTéRêT DISPOSITIONS COMPLÉMENTAIRES - SUBVENTIONS D INTÉRÊT 1 SUBVENTIONS D INTéRêT Sommaire Loi modifiée du 22 juin 1963 fixant le régime des traitements des fonctionnaires de l Etat (Extrait: Art. 29sexties)

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTALES Avis CNC 2009/11 Le traitement comptable des scissions partielles Avis du 16 septembre 2009 Mots clés Scission partielle Sommaire I. INTRODUCTION II. TRAITEMENT COMPTALE

Plus en détail

Distribution et publicité télévisée

Distribution et publicité télévisée Distribution et publicité télévisée 1 Compte tenu de l ouverture progressive de la publicité télévisée pour le secteur de la distribution, dont l accès sera généralisé à l ensemble des chaînes de télévision

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 PARIS, le 05/09/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-119 OBJET : Dispositif de report partiel des cotisations patronales pour les PME

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2007-01 DU 14 DECEMBRE 2007 relatif à la comptabilisation des comptes et plans d'épargne-logement dans les établissements habilités à recevoir des dépôts

Plus en détail

Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia»

Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia» Advanzia Bank S.A. Brochure d information sur le compte à vue «Livret Advanzia» 1. Description générale du produit... 2 1.1 Frais et commissions... 2 1.2 Qui peut ouvrir un Livret?... 2 1.3 Justific a

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

1.3. Les principes de base en assurance invalidité

1.3. Les principes de base en assurance invalidité Chapitre 1 Mise en contexte de l assurance invalidité 17 1.3. Les principes de base en assurance invalidité Afin d'être en mesure de bien comprendre les notions relatives à l'assurance invalidité, il convient

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Décision de caractère général n 65-05

Décision de caractère général n 65-05 Décision de caractère général n 65-05 Le Conseil National du Crédit Vu la loi du 13 juin 1941 relative à la réglementation et à l'organisation de la profession bancaire, et notamment ses articles 32, 33,

Plus en détail

F PRAT COM - Titres-repas A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/AB/JP 718-2014 AVIS. sur

F PRAT COM - Titres-repas A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/AB/JP 718-2014 AVIS. sur F PRAT COM - Titres-repas A2 Bruxelles, le 27 mars 2014 MH/AB/JP 718-2014 AVIS sur UNE PROPOSITION DE LOI PORTANT MODIFICATION DU CODE DES IMPÔTS SUR LES REVENUS 1992 EN CE QUI CONCERNE LES TITRES- REPAS

Plus en détail

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation

Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Régime cadre exempté de notification N X64/2008 relatif aux aides à la formation Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre du présent régime cadre relatif aux aides à la formation

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

L'employeur peut octroyer aux membres de son personnel, lors de certains événements, un cadeau ou un chèque-cadeau d'un montant déterminé.

L'employeur peut octroyer aux membres de son personnel, lors de certains événements, un cadeau ou un chèque-cadeau d'un montant déterminé. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les cadeaux, chèques-cadeaux et primes L'employeur peut octroyer

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente ARTICLE 1 : ACCEPTATION DE COMMANDE 1.1 : Champ d application : Les présentes conditions générales régissent toutes nos ventes en magasin, sans préjudice d éventuelles conditions

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015 Article 1. Terminologie CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - La Banque : bpost banque S.A. Rue du Marquis 1 bte 2-1000 Bruxelles, TVA BE 0456.038.471, RPM Bruxelles qui agit en

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 21.1 GENERALITES Les immobilisations incorporelles regroupent l'ensemble des

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP. Différents par volonté et par nature.

CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP. Différents par volonté et par nature. CONDITIONS GENERALES D ASSURANCE PLAN EPARGNE AP Pour l application du présent contrat, on entend par : COMPAGNIE : L Ardenne Prévoyante S.A., Entreprise d assurance agréée sous le code 129 ; LE PRENEUR

Plus en détail

SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013)

SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013) SOLUTION LIBRE REVENU CONDITIONS GÉNÉRALES (en vigueur au 01/07/2013) 1. Définition Solution Libre Revenu est une offre présentée sous forme d un contrat unique et structurée autour d un compte d épargne

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A JORF n 0273 du 25 novembre 2011 Texte n 20 ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A Publics concernés : les entreprises d assurance, les institutions

Plus en détail

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 novembre 2007. Objet: Projet de loi modifiant la loi du 23 décembre 2005 portant introduction d une retenue à la source libératoire sur certains intérêts produits par l épargne mobilière

Plus en détail

Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010)

Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010) Commercialisation de services touristiques (Nouveau régime en vigueur le 1 er janvier 2010) I. LES PRINCIPES GENERAUX DE LA COMMERCIALISATION A. L Office de tourisme : un service public Le nouvel article

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

LA REMUNERATION. Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983. I. Composition de la rémunération. A. Les éléments obligatoires

LA REMUNERATION. Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983. I. Composition de la rémunération. A. Les éléments obligatoires LA REMUNERATION Textes : art 20 de la loi n 83-634 du 13 juillet 1983 I. Composition de la rémunération A. Les éléments obligatoires 1) Le traitement indiciaire Pour chaque grade, un texte réglementaire,

Plus en détail

I. INTRODUCTION 1-3 II. L INSCRIPTION HYPOTHECAIRE EN TANT QUE GARANTIE 4-8

I. INTRODUCTION 1-3 II. L INSCRIPTION HYPOTHECAIRE EN TANT QUE GARANTIE 4-8 Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service IPP Impôt des personnes physiques Circulaire AGFisc N 1/2015 (n Ci.RH.331/635.143) dd. 12.01.2015 Impôt des personnes

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché.

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES OBJET : Marché monétaire en devises, placements et emplois des devises non-cessibles et refinancement en devises auprès de la Banque Centrale de Tunisie. L'Avis de

Plus en détail

Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007

Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007 Les conditions suspensives de l'achat d'un bien immobilier? 04-12-2007 Les exigences formelles formulées par le Code de la consommation en matière d'offre de prêt immobilier n'ont que que pour souci la

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Le régime juridique de la communication des associations

Le régime juridique de la communication des associations Direction départementale des Finances publiques de la Savoie Le régime juridique de la communication des associations CDAD de la Savoie - 11 avril 2015 L'association est elle imposable au titre de ses

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

Bien choisir son produit d épargne

Bien choisir son produit d épargne 024 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien choisir son produit d épargne LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Septembre

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis

Commentaire. Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis Commentaire Décision n 2011-158 QPC du 5 août 2011 SIVOM de la communauté du Bruaysis (Exonération de cotisation d assurance vieillesse en matière d aide à domicile) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

Capi 23. Garanties complémentaires En option:

Capi 23. Garanties complémentaires En option: Capi 23 Type d assurance-vie Assurance vie du type branche 21 Garanties - En cas de vie de l assuré à l échéance du contrat, le contrat garantit le paiement de la réserve d épargne totale au bénéficiaire,

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF-Accueillant(e) auto. d'enfant A08 Bruxelles, le 25.06.2009 MH/BL/JP A V I S sur UN ARRETE ROYAL RELATIF A L'EXCLUSION DE L'ACTIVITE PROFESSIONNELLE

Plus en détail

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES?

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? Que dit exactement la Loi Lagarde? Publiée en juillet 2010, et entrée en vigueur le 2 septembre 2010, la loi Lagarde prévoit des obligations

Plus en détail

1. La présente circulaire concerne les primes d'ancienneté qui sont octroyées aux travailleurs durant leur carrière auprès d'un employeur.

1. La présente circulaire concerne les primes d'ancienneté qui sont octroyées aux travailleurs durant leur carrière auprès d'un employeur. Administration générale de la FISCALITE Services centraux Direction I/5B Circulaire n Ci.RH.241/608.543 (AGFisc N 27/2011) dd. 23.05.2011 Impôt des personnes physiques Revenu professionnel Prime d'ancienneté

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours)

Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Les emprunts et la gestion de la trésorerie des collectivités locales (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - L'emprunt des collectivités locales... 4 La réglementation

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES BANCAIRES PARTICULIERS

ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES BANCAIRES PARTICULIERS E4A TBPA SUJET ÉPREUVE ÉCRITE TECHNIQUES BANCAIRES PARTICULIERS Documents autorisés : Néant Matériel autorisé : «Le matériel autorisé comprend toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices

Plus en détail

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché.

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES OBJET : Marché monétaire en devises, placements et emplois des devises non-cessibles et refinancement en devises auprès de la Banque Centrale de Tunisie. L'Avis de

Plus en détail

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement.

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. bjectif général de la séance :..... I. La gestion mensuelle du budget : Activité 1 : bjectif : être capable d adapter son budget à une

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 02.III.2005 C (2005) 434 fin Objet : Aide d État n E 20/2004 - France Proposition de mesures utiles concernant les dispositions fiscales applicables aux mutuelles et

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

Lettre circulaire 2005/01

Lettre circulaire 2005/01 Luxembourg, le 8 avril 2005 Lettre circulaire 2005/01 _ Réf. : Mk/mk/ Objet : Application de la loi du 8 juin 1999 relative aux régimes complémentaires de pension 1) Champ d application de la loi du 8

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * *

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * * Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés Table des matières 1. Introduction a. Absence de cadre conceptuel applicable au traitement comptable

Plus en détail

FIRST Fiscal. Combinez avantage fiscal et rendement élevé

FIRST Fiscal. Combinez avantage fiscal et rendement élevé Combinez avantage fiscal et rendement élevé Épargnez et économisez Vous êtes à la recherche d un produit d épargne fiscalement avantageux? Saviez-vous que vous pouvez épargner jusqu à 1.990 euros par an

Plus en détail

FICHES INFO FINANCIERES

FICHES INFO FINANCIERES FICHES INFO FINANCIERES RENT LIFE - RENT FIX - RENT TEMPO Ethias SA Votre agent d assurances 1517-207 07/15 POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES FORMULES DE RENTE ET OBTENIR UN DEVIS GRATUITEMENT, INFORMEZ-VOUS

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 16 mars 2015 Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux après le 1er janvier 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Belgium Publié dans : Lettre d'info Actualités

Plus en détail

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007

Statistiques. Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Statistiques Centrale des crédits aux particuliers - 2007 Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives

Plus en détail

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale

Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale CHAMBRE NATIONALE DES NOTAIRES Règlement pour l organisation de la comptabilité notariale Adopté par l assemblée générale de la Chambre nationale des notaires le 9 octobre 2001 et modifié par les assemblées

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/07/162 DÉLIBÉRATION N 07/059 DU 6 NOVEMBRE 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL EN MATIÈRE

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

Examen de baccalauréat 2004,

Examen de baccalauréat 2004, Examen de baccalauréat 2004, Sciences économiques et droit (partie comptabilité et gestion) (durée 4h) Matériel autorisé : calculatrice de poche Structure de l examen durée prévisible points attribués

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

FAQ sur les soldes et la période d attente

FAQ sur les soldes et la période d attente FAQ sur les soldes et la période d attente Livre VI «Pratiques du marché et protection du consommateur» du Code de droit économique (Livre VI CDE) 1. Quand commencent les soldes?... 2 2. Quels sont les

Plus en détail

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012

LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 LES NOUVELLES MESURES FISCALES POUR 2012 1) Avantage imposable des voitures de société A partir du 1 janvier 2012, l avantage imposable résultant de la mise à disposition gratuite d une voiture de société

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

A lire avant de compléter le formulaire de déclaration d enfant(s) à charge

A lire avant de compléter le formulaire de déclaration d enfant(s) à charge A lire avant de compléter le formulaire de déclaration d enfant(s) à charge TRES IMPORTANT : si vous avez un ou des enfants à charge répondant aux conditions énoncées ci-dessous, vous avez un intérêt majeur

Plus en détail

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/ A Madame et Messieurs le Gouverneurs Aux bourgmestres Nos réf. : VIII/D/JC/ Objet : Circulaire concernant l'application de la loi du 10 avril 1990 sur les entreprises de gardiennage, sur les entreprises

Plus en détail