LETTRE CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDITS QUI GERENT DES DEPdTS D'EPARGNE.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LETTRE CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDITS QUI GERENT DES DEPdTS D'EPARGNE."

Transcription

1 COMMISSION BANCAIRE LETTRE CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDITS QUI GERENT DES DEPdTS D'EPARGNE. Messieurs, Je vous prie de trouver sous ce pli les documents suivants concernant la r&mu&ration des d4p6ts d'&pargne : - l'interpellation du Sknateur GEENS au Ministre des Finances ; - la rhponse du Ministre des Finances publik dans le Compte rendu analytique de la reunion du S&at du 30 juin 1986 ; - la note remise par le Ministre des Finances au Shateur GEENS. distinguk. Veuillez agr&r, Messieurs, l'expression de mes sentiments Le Pr&sident, W. VAN GERVEN.

2 INTERPELLATION DE M. A. GEENS AU MINISTRE DES FINANCES sur l application correcte de I arktc royal du 29 dtcembre 1983 dctenninant la condition B laquelle doivent r6pondre les depots d epargne pour que leurs inttrgts soient exoneres du prkompte mobilier dam les limites d une tranche determinee. M. A. GEENS (en neerlandais). - L arrcte royal du 29 dkembre 1983 modifie I arr&e royal du 4 mars 1965 concemant les revenus de depots d tpargne. Dam les conditions fixces par l article ler de l arrete royal du 29 decembre 1983, leurs intcr&ts peuvent etre exoncres du precompte mobilier dam les limites d une tranche determince. Nous savons que de nombreuses institutions financieres octroient aux dttenteurs de depots d epargne d autres avantages que l interet de base, la prime de fidelit ou la prime de croissance. Ces institutions n appliquent pas le precompte mobilier sur ces depots d kpargne et l administration kale ne le leur a pas encore impost. Chaque avantage promis ou accord6 aux detenteurs constitue cependant un inter& suppltmentaire sur ce depot d epargne. Ces avantages se pkentent sous trois formes. II y a tout d abord les loteries et tombolas. Une certaine institution met en loterie des voitures pour un montant de 10 millions de francs. C est un avantage supplementaire de plus d un pour cent. Les loteries de la C.G.E.R. en revanche ne representem que 0.02 % des versements suppkmentaires participant au tirage. Un deuxieme avantage est constitd par des cadeaux dont la valeur est parfois difficile a estimer. Elle varie de 0.65 B 4 %. La prime de fidelite ne se situant qu entre 0.65 et 1.25 %, de tels avantages ne peuvent pas Etre consider& comme accessoires. Les emprunts a taux reduit constituent un troisieme et tres important avantage. La reduction du taux d interet sur les emprunts contract& par le titulaire d un livret d epargne constitue une technique de vente de plus en plus repandue qui permet d obtenir des avantages fort importants. Les reductions d interet varient de 0.25 a 1.25 % sur les emprunts hypothecaires. Tesr-Achats a cajculc que l on pouvait obtenir 14 % net de son epargne a condition de combiner de facon optimale ses depots et le montant de l emprunt. Toutes les formules d epargne-logement examinees rapportaient au moms 9 % en fevrier II s agit manifestement d une r6muntration des depots d epargne, meme si elle est differee et conditionnelle. L administration fiscale doit juger par la suite si les conditions prtvues par l arrett royal etaient remplies. Jusqu a present. elle a fermi les yeux, mais elle peut intervenir a tout moment. Un certain nombre d institutions meconnaissent cet arrete royal et octroient des indemnites complementaires. Ceci tree une incertitude juridique. Le danger d une intervention arbitraire de l administration fiscale est d autant plus grand que certaines institutions financieres du secteur public sont associees a la distribution de ces avantages. Certaines institutions privies craignent dtts lors d etre les victimes de cette incertitude juridique. I

3 Une telle situation provoque tgalement une distorsion de la concurrence. Seules les institutions les plus importantes peuvent organiser des loteries impressionnantes qui trompent le public. La chance de gagner un lot est en effet tellement faible que la valeur mathtmatique du prix est minime et ne co&e m&me pas 0.02 %?I l entreprise. Ceci dtsavantage sur le plan publicitaire les institutions plus petites qui sont obligees de mpartir le cotit du gros lot sur un nombre de comptes bien plus restreint. Quelles directives l administration a-t-elle re9ues afin de faire retenir le precompte mobilier sur les livrets offrant d autres avantages que les trois prevus par la loi? A quelle instance une institution l&e peut-elle s adresser afin de faire retenir le precompte mobilier? Les interets des livrets d tpargne pour lesquels on offre un cadeau sont-ils exontres du precompte mobilier et, dans l aftirmative, quelle est la valeur maximale de ce cadeau? Les intcr6ts sur les livrets d epargne lorsqu il s agit de sommes gagntes a l occasion de contours et de tombolas sont-ils exoneres du precompte mobilier? La valeur de ces prix et le nombre de gagnants sont-ils limit&? Les indrets sur livrets d tpargne ou des ristoumes sont promises et accordees aux emprunteurs sont-ils exoneres du precompte mobilier? Les ristoumes sont-elles plafonnees? Le mode d octroi importe-t-il? En cas de reponse positive, j aimerais connaitre les avantages qui ne peuvent etre offerts aux Cpargnants. Qui garantit dans ce cas la nonintervention de I administration? Si les reponses sont negatives, le ministre a-t-it charge son administration de veiller a ce que le precompte mobilier soit pcrcu sur les livrets d tpargne? (Applaudissements sur les banes de la Volksunie) M.EYSKENS, ministre des finances (en neerlandais). - Une note circonstanciee de mon administration sera mise a la disposition de l interpellateur. Dam le cadre de la politique en matiere d inttret j ai essay.5 en concertation avec la Commission bancaire et les representants des caisses d tpargne. d orienter le mouvement a la baisse des interets vers les interets de base. Pour l tpargnant la concurrence est une bonne chose. Dans le secteur financier la concurrence doit etre favorisee mais sur base des prix et des taux d int&?ts. Le prix est la seule arme interessante pour le consommateur. On pourrait &tre tent6 de proceder B une non-price-competition Darts ce cas, les taux d interets sont fixes de commun accord et la concurrence prend la forme de service, de tombolas et de concours. C est une deterioration de la concurrence. En agissant de la sorte, on fausse la concurrence. Finalement, c est l epargnant ou l empnmteur qui paie. La loi du 28 decembre1983 et I arr&c royal du 29 decembre 1983 tixent les conditions auxquelles les depots d epargne doivent rtpondre pour btneficier de l exoneration du precompte mobilier. Les banques peuvent accorder des conditions derogatoires mais alors I exoneration tombe. La 2

4 . Commission bancaire est chargee du contr8le et doit faire rapport aupres du ministre des finances. Le contriye englobe tous les aspects des depots d Cpargne. En mat&e de r6munqation. 1 arrs pr6voit qu elle consiste en une rente de base et une prime de tidtlitt ou de croissance. Je suis d accord avec l interpellateur lorsqu il souligne l importance de la s&mite juridique. En 1985, l epargne populaire reprtsentait un montant de milliards entierement exonke du precompte mobilier. Je suis tgalement d accord avec M. Geens lorsqu il dit que la concurrence loyale doit &tre assurte. La loi sur les pratiques commerciales du 14 juillet 1971 reste inmgralement d application. M. le ministre Maystadt a depose un projet portant rtvision de cette loi. Je lui parlerai de cette interpellation. En cas de non-respect des dispositions legales, le tribunal de commerce peut &re saisi. En ce qui conceme l application du systeme fiscal de l arr&e royal du 29 decembre 1983, on peut se demander si les avantages constituent une remuneration. Je ne connais aucun cas ou les avantages representent 2 % d int&zt supplcmentaire. Une importante caisse d epargne parastatale prevoit, dans sa campagne publicitaire, des prix d un montant de 53 millions, c est-a-dire un quatre-centieme des inter&s et primes pay& par cette caisse. La valeur des prix d autres organismes financiers ne serait pas superieure a un sept-centicme des inter&s et primes payes. Je concede que ces 53 millions peuvent perturber le marche et je prefererais que ce montant soit utilise pour reduire les taux d intcret. L arrote royal du 29 dccembre 1983 concerne des paiements en especes et en nature. Pour les caisses d epargne, il s agit toutefois souvent de loteries et de tombolas pour lesquelles il n existe pas de rcglementation sptkifique. Nous esptrons en la mat&e que les institutions publiques de credit se conformeront spontanement aux normes g&r&ales existantes. On verserait en effet dam la casuistique si l on dressait un reglement pour toutes les situations specifiques. En cas de doute. je conseille aux interesses de prendre contact avec I administration des contributions ou avec la Commission bancaire. J estime en tout cas que certaines pratiques sont abusives. 11 serait preferable d utiliser certaines dcpenses pour une reduction des taux d inttxt. A la suite de cette interpellation. j enverrai dts lors une lettre?i la Commission bancaire dans laquelle je demanderai un meilleur controle et j insisterai aupres de mon collegue Maystadt pour qu il effectue. si necessaire, une adaptation de la loi sur les pratiques du commerce, afin d eliminer les abus qui faussent la concurrence. (Applaudissements sur les banes de la majoritc). 3

5 - M.A. GEENS (en neerlandais). - Je remercie le mini&e pour sa reponse. Je me felicite qu il prenne certaines mesures a la suite de mon interpellation. II n a toutefois pas repondu a mes questions concemant les avantages accord& lors d emprunts hypothecaires. JJ existe encore une grande instcurite juridique en la matiere. Je demande au ministre de bien vouloir me repondre a ce sujet dam un avenir rapproche. (Applaudissements sur les banes de la Volksunie). - L incident est ~10s. 4

6 INTERPELLATION DE MORSIEUR A. GEENS AU MINISTRE DES FINANCES. (Traduction) Concerne : L'interprgtation correcte de l'arrcte royal du 29 decembre 1983 qui determine les conditions auxquelles un livret d'epargne doit satisfaire pour qu'une tranche determinee d'interst soit exon6rse du pr6compte mobilier. L'arrSt6 royal du 29 decembre 1983 modifie l'arrst6 royal du 4 mars 1965 en matiere de revenus de dbp8ts d'gpargne. L'arrStS royal du 29 d6cembre 1983 stipule en son article 1, 4',,a : "La remuneration des dbp6ts d'epargne comporte obligatoirement mais exclusivement : - un int6rst de base ; - une prime de fidelit et/au une prime d'accroissement." d6terminde C'est dans d'int6rst ces peut conditions qu'une 6tre exon6r&e du tranche precompte mobilier. Toutefois, il est de notorist.6 publique que nombre d'etablissements financiers allouent aux detenteurs de livrets d'6pargne d'autres avantages qui n'ont pas la forme d'un int6rst de base, d'une prime de fidelit ou d'une prime d'accroissement. Ces Btablissements financiers n'ont pas retenu spontanement le prdcompte mobilier sur les livrets d'epargne concernes, et, que je sache, l'administration fiscale ne leur a pas encore rsclam& le paiement du prkompte dii. Logiquement, tout avantage qui est promis ou accord6 directement au detenteur d'un livret d'epargne parce qu'il est en possession d'un livret d'6pargne ou qu'il y fait des versements est Bvidemment une r6muneration complementaire pour ce livret d'epargne. Certains des avantages compl6mentaires peuvent en fait atre importants tandis que d'autres sont si minimes qu'ils induisent 1'6pargnant en erreur.

7 2. trois Les avantages se presentent gdneralement sous formes. Loteries et tombolas. Une institution met en loterie des voitures pour un montant de dix millions de francs. Par rapport au* versements complementaires qui prendront part au tirage, il s'agit d'un avantage compl6mentaire de plus de 1 %. Face R cela, on trouve les loteries de la C.G.E.R. dont le montant de 52 millions impressionne et accroche le public mais ce montant represente moins de 0,02 % des versements complementaires qui participent au tirage. Nous pourrions donner des dizaines d'exemples et nous disposons d'ailleurs de tout un dossier reprenant les differentes formes de tombolas et de loteries qui sont organisees par les divers Btablissements financiers allant de prix importants comme les voitures de tourisme, en passant ear autres prix parmi lesquels 13 voitures ou encore sacs etc. Les billets sont accordds R des prix modiquest ear exemple lors d'un accroissement de F sur un livret d'epargne ou de 500 F sur un compte d'epargne-intercts, etc., etc. Cadeaux. Une sdrie de cadeaux sont offerts, dont la valeur est parfois difficile R determiner pour le bendficiaire, mais parfois aussi tres facile. Ainsi, une caisse d'epargne donne un billet DUO par versement de F sur un livret. Un billet coilte 44 F. Le deposant ou l'epargnant regoit done directement 0,44 % de la somme vers6e. Generalement, la partie la plus importante d'un livret d'epargne ne se trouve que depuis quelques mois sur ce livret, de telle maniere que le cadeau peut Stre estime en moyenne Zi 0,65 %. Un autre Btablissement financier donne des dictionnaires connus qui se vendent en magasin H un prix superieur R 400 F et ce pour l'ouverture d'un livret par un versement de F. Ceci signifie done une r6muneration compl6mentaire de 4 %. Pour un versement complementaire de F, on regoit aussi un cadeau de 400 F. C'est done 1,6 % du versement s'il 6tait rest6 en compte pendant un an. L'avantage moyen peut done gtre estime Zi au moins 2 % pour un versement complementaire.

8 De tels avantages compl6mentaires allant de 0,5 % a 2 % peuvent difficilement Ztre consid6rgs comme accessoires lorsque les primes de fid6lit6 varient actuellement de 0,65 % 3 1,25 %. Nous pouvons titer d'autres exemples de cadeaux, nous disposons B ce sujet d'un dossier complet. Voici un apergu de ce que l'on peut lire dans les publicites : - des milliers de cartes d'acces gratuites pour des Bvenements sportifs ; - des essuies de cuisine gratuits lors de chaque augmentation de F sur un livret d'epargne ; - des montres quartz gratuites B quiconque fait des versements compl6mentaires sur un livret d'epargne ; - assurance h8pital gratuite : prix F et pour un solde moyen de F l/3 de ce montant gratuit, pour F, 2/3 et pour F compl8tement gratuit. Cet avantage signifie une r6mun6ration suppl6mentaire de 1,3 %. disposition. Nous tenons volontiers le dossier complet & votre 3. Prets a taux r6duit. Si les avantages precedents peuvent parfois parartre ridicules, la reduction d'int6rgts sur des emprunts contract& par le detenteur d'un livret d'spargne est une technique de vente croissante qui peut donner lieu Z d'enormes avantages. 11 est intdressant de titer ici aussi quelques exemples concrets sans donner le nom des etablissements financiers : - un Btablissement financier promet Z des epargnants fiddles et actifs 0,75 % de ristournes sur des prsts hypothecaires; - un tres important Btablissement bancaire octroie des reductions sur des pr9ts personnels et des financements a quiconque Bpargne depuis six mois sur un livret de dep6t et accorde une reduction allant jusqu'g 1 % pour les pr9ts hypoth6caires : - une caisse d'epargne ou devons-nous dire une banque d'epargne promet un "tarif d'amis" pour des prsts personnels et des financements a des epargnants et octroie en outre des reductions allant jusqu'a 1,25 % pour des prsts hypothscaires.

9 4. Et nous pourrions ainsi continuer longtemps encore 1'6num8ration de toutes les variantes possibles. Le Ministre n'ignorera d'ailleurs pas que Test-Achat a calcul6 que les d6pats d'gpargne peuvent rapporter jusqu'8 14 % net si l'on combine les sommes deposees et le montant de l'emprunt de maniere optimale. Selon Test-Achat, toutes les formules d'gpargnelogement examinees en fevrier 1986 rapportaient au moins 9 % net. Les reductions sont allou6es tant sur les pr&ts hypothecaires que sur les pr8ts personnels. L'avantage est presque toujours exprimd par rapport au solde moyen ou aux intgr&ts regus d'une periode precsdente, de sorte que cet avantage est clairement une remuneration du d6p8t d'spargne m8me si elle est report8e ou conditionnelle. La publicit des Btablissements financiers illustre ceci clairement. Un itablissement Bcrit d'ailleurs dans ses brochures "De cette maniere, votre livret rapporte entre 2 et 3,75 % en plus que le taux d'intgr8t ordinaire.... et ce exondr6 d'imp&s". conclusion de 1'6tude effectuee par Test-Achat (Budget et i:oit, n* 65, f&vrier 1986) est Claire : "Si vous d6cidez d'ouvrir un livret d'6pargne auprss d'un stablissement financier qui est pour l'instant meilleur marche, il est probable que le produit total de votre Gpargne sera de 2 a 8 % plus Bleve que si vous Bpargnez sans avoir l'intention d'acheter un logement. Si vous 8tes pret R epargner de maniere contractuelle, vous gagnerez de %" (traduction). Ins6curit6 juridique. Monsieur le Ministre,.R notre connaissance, c'est l'administration fiscale qui apres coup doit juger si les conditions de 1'A.R. ont 6t6 respectees et si un compte dbterming peut b6n6ficier effectivement de l'exoneration du precompte mobilier. Jusqu'A present, l'administration a ferms les yew, mais elle peut a tout moment intervenir et ce de maniere arbitraire. 11 est done clair, comme dcmontrz ci-dessus, qu'un certain nombre d'etablissements enfreignent les dispositions de 1'A.R. et octroient des rgmun6rations 3 ccte des rdmundrations BnumdrGes de maniere exclusive dans ~'A.R. Nous en concluons qu'une in&curitg juridique existe en la matiere.

10 5. Aucun Bpargnant n'est certain que le livret pour lequel il a b6ngfici6 d'un avantage compl6mentaire ne sera pas soumis rgtroactivement au prgcompte mobilier. Le danger d'une intervention arbitraire de l'administration fiscale est d'autant plus grand que certains Btablissements financiers du secteur public accordent eux aussi des avantages compl&mentaires. Certains Btablissements financiers du secteur prive sont done la victime de cette ins6curit6 juridique. 11 craignent que l'on intervienne plus facilement centre eux en l'absence de directives prscises. Concurrence d6loyale. Lorsque la fixation de taux pour les livrets est imposee par les pouvoirs publics, comme c'est le cas actuellement, mais que ceux-ci ferment simultanement les yeux sur les violations de 1,A.R. en matiere d'avantages suppl&mentaires, il est alors question de concurrence dsloyale. En effet, seuls les plus grands Btablissements financiers peuvent organiser d'importantes loteries qui donnent au public l'impression de recevoir un avantage important. Le public est induit en erreur par une publicits concernant des prix d'un million en espkes, car la probabilit6 de gagner une telle somme est si petite que la valeur mathematique du billet est minime et que le cogt pour l'entreprise ne d6passe pas 0'02 %. Etant donr-6 que des Btablissements plus petits doivent r6partir le cogt du prix principal sur un nombre beaucoup plus r6duit de comptes, ils sont fortement dgsavantag6s sur le plan publicitaire. Afin d'dliminer la rdelle ou prdtendue insecurit6 juridique, nous vous avons soumis, Monsieur le Ministre, un certain nombre de questions : 1. Quelles directives l'administration a-t-elle regues afin de retenir le prgcompte mobilier sur les livrets qui offrent d'autres avantages que les trois r6munisrations prevues par la loi? 2. Si un Btablissement A pense qu'un Btablissement B alloue des avantages complementaires sans retenue de precompte mobilier, auprps de quelle instance peut-il s'adresser afin de faire retenir le precompte mobilier sans faire l'objet d'une concurrence d6loyale?

11 3. Les int6rst.s des livrets d'epargne pour lesquels on offre un cadeau en fonction ou non de la somme BpargrGe, sont-ils exon6r6s du pr6compte mobilier? Et dans l'affirmative, quelle est la valeur maximale de ce cadeau? 4. Les intsrsts sur les livrets d'6pargne lorsqu'il s'agit de sommes gag&es B l'occasion de contours et de tombolas, sont-ils exon6rzs du pr6compte mobilier? La valeur de ces prix et le nombre de gagnants sont-ils limit6s 7 5. Les int&rets sur livrets d'gpargne 09 des ristournes sont promises et accordees aux emprunteurs, sont-ils exon&rgs du precompte mobilier? Les ristournes, sont-elles plafonn6es 1 Le mode d'octroi importe-t-i1? 6. En cas de r6ponse positive, quels sont les avantages qui ne peuvent Stre offerts aux Spargnants? 7. En cas de reponse positive, qui garantit dans ce cas la non-intervention de l'administration chez quelqu'un qui profite de cette action 7 8. Si les reponses sont negatives, le Ministre a-t-i1 chargg son administration de veiller 5 ce que le precompte mobilier soit pergu sur les livrets d'6pargne? Qui garantit ces perceptions? Nous esp6'rons, Monsieur le Ministre, we les r6ponses aux questions pos6es ci-dessus seront suffisamment claires, de maniere 5 Bcarter toute inshcurit6 juridique. 6. Bruxelles, le 30 juin 1986.

12 NOTE REMISE PAR LE MINISTRE DES FINANCES A MONSIEUR LE SENATEUR GEENS EN REPONSE A SON INTERPELLATION SUR LA REMUNERATION DES DEPOTS D'EPARGNE. (Traduction) Avant de rspondre aux questions concretes de l'honorable membre au sujet de l'interprstation de l'arrst6 royal du 29 decembre 1983 qui determine les conditions auxquelles les dbp6ts d'gpargne doivent satisfaire pour que les intersts soient exonsr6s, 3 concurrence de F. par contribuable, d'imp6t et par consequent du prbcompte mobilier, je tiens 3 expliquer le contexte dans lequel cet arrst6 a &tb promulgu6. C'est la loi du 28 dgcembre 1983 qui a port6 le montant exonerd de Z F. A cette occasion, le Gouvernement de 1'Bpoque a voulu mettre fin a une pratique d'gvasion fiscale concernant ces depats d'gpargne. L'expose des motifs justifiait cette modification comme suit : "Au tours des dernieres annses, des Btablissements de credit, en nombre croissant, ont toutefois, Z la faveur du rsgime fiscal d'immunisation, instaure en matisre de d6p6ts en carnets, une politique de tarification Z taux BlevS, exc6- dant le taux du march6 et ax6e Z4 titre principal, voire exclusif, sur le taux de base et ne r&mu&rant dgs lors guere plus l'epargne stable que les encaisses entretenues momentansment en carnet. La notion msme de d6pgts d'epargne ordinaires, sur laquelle reposait l'exon6ration susvisee se trouve ainsi en quelque sorte remise en question, du fait msme que l'svolution dont il s'agit se traduit, sur le plan des impats sur les revenus, par une immunisation excessive allant manifestement au-dela des intentions du lggislateur. telle 11 importe de porter remede sans plus tarder a une situation.

13 . C'est pourquoi une nouvelle version du Code des ImpBts sur les revenus est propos6e. Celle-ci ne differe pas fondamentalement du texte actuel en ce qui concerne l'bnum6ration des dtablissements de credit dont les depats sont exon8rgs. La veritable modification consiste dans le fait qua, pour que le regime d'immunit5 soit d'application, tous les Btablissements de crgdit qui regoivent des dgp6ts sur des livrets d'spargne ou de d6p6t, doivent se conformer aux criteres d6finis par le Roi sur avis de la Commission bancaire. Ces critares doivent empecher que les dspsts d'spargne perdent leur specificits par rapport aux autres instruments du march6 : ils portent e.a. sur la monnaie dans laquelle les d6pdts doivent Stre libelles, sur les conditions et modalit6s qui doivent Btre prises en consid6ration en cas de retraits et d'emprunts, de msme que sur la structure, le niveau et le mode de calcul de la rsmur&ration qui est allouee pour ces depbts." Par application de cette version modifiee de l'article 19, 7' du Code des Imp&s sur lea revenus, 1'A.R. du 29 decembre 1983 a determine les conditions auxquelles les dep6ts d'gpargne doivent satisfaire pour beneficier de l'immunits fiscale. Ces conditions portent sur la monnaie dans laquelle des d6psts doivent Stre libelles, les conditions de retrait, la structure de la rgmun6ration et la publicits relative aux conditions de r6mursration. 11 est Bvidemment loisible aux Stablissements de credit d'appeler 1'6pargne a des conditions qui d&rogent aux dispositions de 1'A.R. I1 en resulte cependant la perte de l'immunit5 fiscale pour la totalite de la rzmundration de ces d&pats et la retenue du prgcompte mobilier sur l'ensemble de la r8mutgration. 2. * l Pour l'application de la legislation financiere, la Commission bancaire a repris les conditions fixees dans l'arr6t6 precit.6 du 29 d6cembre 1983 pour la definition des d6p6ts d'gpargne qui sont comptabilis6s sous une rubrique distincta des t5tats bancaires. Ce parall6lisme dans la definition fiscale et financiere des dbp8ts d'spargne qui Btait deja prevue dans le texte pr6cddent de l'article 19, 7' du Code des Impats sur les revenus, bien qu'en sens inverse via le renvoi dans le

14 Code des Impdts sur le revenus 2 la dgfinition donnde par la Commission bancaire, a conduit?i ce que les dfcisions de principe sur l'interprgtation des conditions soient prises en concertation entre le departement des Finances et la Commission bancaire. Ces interpretations firent l'objet de circulaires de la Commission bancaire, respectivement le 29 f& vrier 1984, le 13 septembre 1984 et le 12 juillet 1985, adressges B tous les dtablissements de crgdit qui collectent des d6pats d'dpargne. 3. l * * Want au respect de ces conditions, la Commission bancaire exerce, du moins en ce qui concerne les entreprises qui sont soumises 3 son contrdle, un contrdle permanent selon les proc6dures d'usage. Ce contrale s'stend.z tous les aspects du regime des dbp8ts d'epargne, y compris les conditions de remungration et les autres "avantages". Concernant la rbmunsration, l'arrst6 pr&cit6 pr& voit que "la rismur&ration des depats d,bpargne comporte obligatoirement mais exclusivement : - un int6rst de base - une prime de fid6lite et/au une prime d'accroissement.". L'honorable membre m'interroge sur l'interpretation de la notion de "r6mur&ration", en tenant compte des pratiques courantes comme les tombolas et les loteries gratuitas, les conditions de prst avantageuses pour Bpargnants fidsles, les cadeaux publicitaires ou non, lorsque ces avantages sont li6s au montant ou & l'accroissement des dbp8ts d'epargne ou au montant des int8rsts payes sur ces dsp&s d'gpargne. Je suis d'accord avec l'honorable membre quand il souligne l'importance de la securit6 juridique en la matisre. Les depats d,gpargne reprssentent en effet un encours de milliards (fin 1985). L'insEcuritB concernant la qualification fiscale d'une telle somme de fonds d'6pargne serait tout a fait injustifide. Je suis Bgalement d'accord avec l'honorable membre lorsqu'il souhaite voir assur6es des conditions de concurrence loyales. A cet Bgard, je tiens a souligner que la loi sur les pratiques de commerce du 14 juillet 1971 est totalement applicable aux pratiques cit6es. Cette loi a instaure une reglementation stricte a l'igard des ventes 3 primes de biens et services, de cadeaux, de loteries, et de jeux et contours publicitaires.

15 La loi interdit en principe de telles pratiques, mais elle permet quelques exceptions Enumdrees de maniere limitative, a savoir l'offre R titre gratuit conjointement a un produit ou R un service principal : - de menus services ou menus produits ; - d'objets revstus d'inscriptions publicitaires inddldbiles et nettement apparentes, qui ne se trouvent pas comme tels dans le commerce, a condition quo leur prix d'acquisition par celui qui les offre ne d6passe pas 5 % du prix de vente du produit principal ou du service avec lequel ils sont attribuds ; - de titres de participation a des tombolas organis&es dans un but de promotion commerciale et dfiment autorisees en application de la loi du 31 decembre 1851 sur les loteries ; - de titres de participation R des contours, jeux et autres comp8titions, pour autant que dans les cas 03 les lots sont susceptibles d'stre gag&s par le plus grand nombre de participants, ils ne soient pas autres qu'un objet publicitaire repondant a la description donn6e ci-dessus. Si ces dispositions devaient ne pas,9tre respectes par un Btablissement de crsdit, tout un chacun - et en particulier chaque concurrent qui subirait un prejudice en raison de ces pratiques commerciales interdites - pourrait, en vertu de la loi du 14 juillet 1971, demander au Tribunal de Commerce d'interdire au contrevenant de poursuivre ces pratiques. 4. * l l Pour l'application des regles fiscales, en particulier l'a.r. du 29 dkembre 1983, se pose la question de savoir si ces "avantages" constituent ou non une remundration. Je souhaiterais au prealable insister sur le fait que je ne connais pas de cas oil ces "avantages", accordes en plus de l'int6ret de base, de la prime de fidelit et de la prime d'accroissement, representeraient une somme relativement importante, et notamment qu'ils Bquivaudraient a 2 % d'int6rsts suppl6mentaires. La Commission bancaire non plus n'a pas connaissance de tels cas. vous avez tous vu la publicit Bmanant ces jours-ci de la C.G.E.R. et qui fait Btat de prix de tombola d'une valeur de 53 millions. Ces prix seront tires au sort entre les Bpargnants qui ont effectue des versements supple-

16 mentaires au tours d'une pidriode dgtermin6e. Ce montant de 53 millions reprssente environ 1/400e de l'intsr9t de base et de la prime de fidelit payes en 1985 par cet etablissement pour ses dbp6ts d'spargne. Dans les autres grands Btablissements d'bpargne, la valeur de ces prix ne d6passe pas - selon les renseignements obtenus - 1/700e de l'int&rst et des primes payds. ' 5. l l * Qu'est-ce qui doit Stre consider6 comme une rgmun6ration pour l'application da 1'A.R. du 29 ddcembre 1983? Toute r8mundration en espsces et toute remun6ration en nature - abstraction faite des avantages ayant une valeur commerciala ndgligeable - dans la mesure 03 elle n'est pas conditionnelle ou algatoire, en raison des sommes detenues ou vers6es auprss d'un dtablissement financier sur un compte d'gpargne qui b&gficie de l'immunitg fiscale. Sur la base de cette disposition et par reference aux pratiques des an&es prs&dentes, doit par exemple Stre consid6rg come une rdmundration l'octroi au ddposant de dons non negligeables en nature, comme des bouteilles de vin ou de champagne, du mobilier de jardin, des timbres ou bons susceptibles d'stre utilises comme moyen de paiement pour l'achat de differents biens et services (par exemple le coilt de la carte de cheque garanti, des int6rgts debiteurs, des frais de port). A fortiori si ces timbres ou bons dtaient transmissibles. L'Administration fiscale et/au la Commission bancaire ont Bmis un avis negatif au sujet de ces pratiques. N'est pas consider6 comme une r6mun6rationr l'octroi de cadeaux publicitaires ou d'objets ayant une valeur negligeable : sty10 - bande dessin6e - essuie-main etc. L'avantage allou R "1'Bpargnant fiddle" s'il contracte plus tard un emprunt aupres du meme Btablissement ou d'un Btablissement du mcme groupe (pr9t hypothecaire - pret personnel) et qui consiste R obtenir une diminution du taux de chargement de l'emprunt par rapport au taux du march6 a ce moment, n'est pas a considerer comme une rdmun6ration du depat d'epargne. Cet avantage est en effet conditionnel, car li6 a un emprunt Sventuel a un moment ultsrieur. Cet avantaw sera pris plus tard en consideration sur la plan fiscal via le montant deductible des charges financisres.

17 Quant aux loteries et tombolas, il faut constater we cette pratique est traditionelle dans le secteur des caisses d'spargne et que rien dans les travaux prsparatoires de la loi du 28 decembre 1983 ne permet de dire que le Parlement ait voulu y mettre fin. L'avantage dont bsn6ficie 1'8pargnant en participant a une tombola ou a une loterie est, par dgfinition, totalement aleatoire et par cons6quent impossible individuellement. Une difficult6 supplementaire dkoule du fait que la tombola n'est pas toujours limitee aux d6pdts et versements sur des livrets d'&pargne mais Porte parfois Bgalement sur d'autres formes d'6pargne. C'est pour cette raison que les actions de promotion qui permettent a des Bpargnants de participer a une tombola au prorata de leur Bpargne pendant une periode d6terminee n'ont pas St6 consid6r6es comme une r6mun6ration pour l'application de ~'A.R. du 29 dbcembre Ceci suppose Bvidemment qu'il s'agit d'une tombola autoris6e conform6ment a la legislation en vigueur et que la valeur totale des prix reste tras minime par rapport au montant total de la remunkation des d6pats d'6pargne au titre d'int0rgt de base et de prime de fidelit et/au d'accroissement. Pour les grands Btablissementa, un rapport de 1/400e r6pond a cette condition. Pour les petits Btablissements, un rapport de 1/50e peut sans doute encore Stre considgr6 comme acceptable. Pour des entreprises qui commencent, d'autres criteres doivent gtre pris en consideration pour apprecier le caractere tras accessoire de ces avantages. Bien que la distribution des billets de la loterie nationale ou de billets presto soit susceptible d,stre Bval&e commercialement, il est apparu souhaitable d'assimiler ces billets a une tombola organisde par l'etablissement de cr8dit lui-mcme. 6. * * * Comme deja dit plus haut, la Commission bancaire contrele, en ce qui concerne les entreprises qui sont soumises a son contrble, le respect des conditions auxquelles doivent satisfaire les dbp8ts d'spargne pour Stre et rester considsr6s comme tels. I1 apparaft souhaitable que cette institution qui est chargee du contrale financier de ces antreprises et du respect de la legislation financigre, continue a contr8ler le respect des conditions pr6vues pour les livrets d'6pargne a la lumiere des directives citees plus haut et fixees en concertation avec l'hdministration fiscale.

18 J'espSre que les institutions publiques de crjdit suivront spontanement ces principes et veilleront 3 ce qu'ils soient pleinement respectes par les caisses agr56es par elles. vu l'imagination des responsables du marketing dans les differents Btablissements de crbdit, il est gvidemment impossible de dresser une liste complste, qu'elle soit positive ou nggative. En cas de doute, il est conseille de prendre contact au prealable avec 1'Administration fiscale ou avec la Commission bancaire qui se concerteront sur l'attitude 2 adopter. 7. l * * Je souhaite, en guise de conclusion, formuler deux remarques g6nisrales : 1' Je ne souhaite pas Blaborer une casuistique sur la question des avantages. L'immunitB fiscale des dbp6ts d'epargne est une chose trop importante pour chacun - principalement pour les Btablissements et les dpargnants - pour &tre mise en peril par des campagnes publicitaires ou des avantages compl&mentaires. Dans cet esprit, je souhaite que les critsres d'interpr6- tation dont question ci-dessus soient d'application davantage pour l'avenir que pour le pas&. 2' Les campagnes publicitaires (cadeaux, tombolas, etc...) coiltent parfois moins et attirent plus les gpargnants qu'un intergt r6el. Je souhaite toutefois we nos Btabliss~ements d'bpargne continuent 3 faire preuve de la dignit n6cessaire et qu'ils mettent plus l'accent sur un comportement justifi6 et rationnel we sur le jeu de hasard et les gadgets.

en erreur quant & la rémunération des dépôts (rirculaire du 13 septembre 1984).

en erreur quant & la rémunération des dépôts (rirculaire du 13 septembre 1984). (3 rappdrr dans la reponke s.v.p.) CIRCULAIRE AUX ETABLISSEFENTS RECEVANT DES DEPOTS D'EPARGNE Messieurs, L'attention de la Commission a été attirée par des campagnes 1xblicitaires lancées Far certains

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé Compte d épargne réglementé Donnez un stimulant supplémentaire à votre argent avec Start2Save CBC Mettez chaque mois un montant de côté et votre fidélité sera récompensée! Un investissement sûr en ces

Plus en détail

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles

Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles VS10052 09.03.2012 Code de bonne conduite relatif à la publicité et à l information sur les assurances-vie individuelles Précisions pour l'application du code de bonne conduite L'objet de la présente note

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS C.C. 302 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur un projet d'arrêté royal portant certaines mesures d'exécution de la loi instaurant un service bancaire de base. Bruxelles, 7 avril 2003 Le Conseil de la Consommation,

Plus en détail

FAQ Dépôts d épargne réglementés

FAQ Dépôts d épargne réglementés FAQ Dépôts d épargne réglementés Anvers, le 1 er janvier 2015 Sensibilité: Public ARGENTA BANQUE D ÉPARGNE SA, BELGIËLEI 49-53, 2018 ANVERS 2/8 - DIRECTION GESTION DES PRODUITS 01-01-2015 Table des matières

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113]

SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113] SECTION 3 APPRÉCIATION DU MONTANT DES ÉLÉMENTS DE CALCUL À RETENIR CONTESTATIONS RELATIVES À CES MONTANTS [DB 4N113] Références du document 4N113 Date du document 30/08/97 SECTION 3 Appréciation du montant

Plus en détail

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société

6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société 6.12. Intérêts entre un dirigeant d entreprise et sa société Aspects fiscaux et de droit des sociétés Un dirigeant d'entreprise peut devoir des intérêts il, sa société en raison d'une dette encourue, ou

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

CIRCDLAIRE B 93/S ADE ETABLISSEBENTS DE CREDIT

CIRCDLAIRE B 93/S ADE ETABLISSEBENTS DE CREDIT 1 COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contile prudentiel Bruxelles, le 21 octobre 1993. CIRCDLAIRE B 93/S ADE ETABLISSEBENTS DE CREDIT tiesdames, Messieurs, Dans sa circulaire du 28 juillet 1987, la Commission

Plus en détail

DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N

DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N Annexe 3.0. DESCRIPTION GENERALE DU FONCTIONNEMENT FISCAL DU SYSTEME DE LIQUIDATION X/N Modalités fiscales du fonctionnement du système de liquidation mentionné à l'article 1er, 1 de la loi du 6 août 1993

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Allégements fiscaux pour les Canadiens Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Allégements fiscaux pour les Canadiens février 1998 En ce qui concerne maintenant la fiscalit, je tiens rappeler tout d abord notre objectif. Notre

Plus en détail

1. La présente circulaire concerne les primes d'ancienneté qui sont octroyées aux travailleurs durant leur carrière auprès d'un employeur.

1. La présente circulaire concerne les primes d'ancienneté qui sont octroyées aux travailleurs durant leur carrière auprès d'un employeur. Administration générale de la FISCALITE Services centraux Direction I/5B Circulaire n Ci.RH.241/608.543 (AGFisc N 27/2011) dd. 23.05.2011 Impôt des personnes physiques Revenu professionnel Prime d'ancienneté

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Patrimoines La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Il y a deux ans, David emménage dans une autre ville. Il meuble sa nouvelle maison et règle plusieurs

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Les retenues à la source (Version 2005)

Les retenues à la source (Version 2005) Les retenues à la source (Version 2005) Chapitre 6 - Les retenues à la source sur les revenus des capitaux mobiliers et les jetons de présence Après avoir défini les revenus des capitaux mobiliers (Section

Plus en détail

Livret ING Lion Premium & ING Lion Deposit Règlement

Livret ING Lion Premium & ING Lion Deposit Règlement Livret ING Lion Premium & ING Lion Deposit Règlement I OBJET Article 1 er Le présent règlement relatif au Livret ING Lion Premium ou ING Lion Deposit (ci-après dénommé le «Règlement») régit les relations

Plus en détail

Enfin vous trouverez ci-aprh les principales modifications apporthes au texte du mkmorandum de 1987 :

Enfin vous trouverez ci-aprh les principales modifications apporthes au texte du mkmorandum de 1987 : COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Contrble prudentiel BRLIXELIES, le 9 d#cembre 1996. LrmnE-CIRCULAIRE D1/3199 ADX &ABLISSEHlNR DE CRkDIT Madame, hlsi.su~, La loi du 22 mars 1993 a crcc un statut l&al

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché.

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES OBJET : Marché monétaire en devises, placements et emplois des devises non-cessibles et refinancement en devises auprès de la Banque Centrale de Tunisie. L'Avis de

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Matinale Médias & Marketing

Matinale Médias & Marketing Matinale Médias & Marketing Le nouveau cadre juridique du marketing 7 juin 2012 Gregory Tulquois, avocat associé DLA Piper UK LLP gregory.tulquois@dlapiper.com PLAN 1. Introduction 2. Ventes avec prime

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

CHAPITRE Ier. - Définitions.

CHAPITRE Ier. - Définitions. 28 MARS 1996. - Arrêté royal relatif au droit à rémunération pour copie privée des auteurs, des artistes-interprètes ou exécutants et des producteurs de phonogrammes et d'œuvres audiovisuelles, mise à

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

PREFET DU JURA. Je vous prie de trouver ci-joint une fiche relative à ce dispositif et une annexe.

PREFET DU JURA. Je vous prie de trouver ci-joint une fiche relative à ce dispositif et une annexe. PREFET DU JURA DIRECTION DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE LA DEMOCRATIE LOCALE Bureau des Collectivités Territoriales Affaire suivie par : Jean-Michel DORNIER Tél : 03 84 86 85 37 / 38 Mél : jean-michel.dornier@jura.gouv.fr

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS

LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS Article premier. - Constitue un prêt consenti à un taux d'intérêt excessif, tout prêt conventionnel consenti à un taux d'intérêt effectif

Plus en détail

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ]

B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] B.O.I. N 106 du 6 JUIN 1997 [BOI 5I-7-97 ] Références du document 5I-7-97 Date du document 06/06/97 2. Application de la CSG dans le temps La CSG prélevée en application des dispositions de l'article 1600-0

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales

ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES. Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales 1 Règles d'indexation ROYAUME DE BELGIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL FINANCES Service d'encadrement Expertise et Support Stratégiques Administration des Affaires Fiscales Avis relatif à l'indexation automatique

Plus en détail

N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI

N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992. Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI N 409 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1991-1992 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 juin 1992. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, EN DEUXIÈME LECTURE portant adaptation

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX AVANTAGES SOCIAUX ET INDEMNITES DIVERSES

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX AVANTAGES SOCIAUX ET INDEMNITES DIVERSES CAISSE D'EPARGNE NORD FRANCE EUROPE ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX AVANTAGES SOCIAUX ET INDEMNITES DIVERSES Entre les soussignés, - La Caisse d'épargne Nord France Europe, dont le siège est situé à LILLE,

Plus en détail

LE PETIT PROPRIETAIRE

LE PETIT PROPRIETAIRE Prospectus concernant les prêts hypothécaires sociaux accordés par la s.a. LE PETIT PROPRIETAIRE agréée par la région Bruxelles-Capitale inscrite en vertu d'une décision de la Commission bancaire, financière

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

CONSEil SUPERIEUR DES FINANCES 1er juin. 1990

CONSEil SUPERIEUR DES FINANCES 1er juin. 1990 CONSEil SUPERIEUR DES FINANCES 1er juin. 1990 1000 Bruxelles, le Rue de la Loi i4 CONSEIL SUPERIEUR DES FINANCES SECTION "FISCALITE ET PARA-FISCALITE" Avis sur le régime fiscal des sommes obtenues à l'occasion

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX 17/06/2015 Les primes et cadeaux offerts à un consommateur par un commerçant sont des procédés tendant à augmenter les ventes. Ces pratiques ont des incidences indirectes

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/6 Avis n 05/2008 du 27 février 2008 Objet : avis relatif au monitoring des groupes à potentiel au sein du Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding (Office flamand de l'emploi et de

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore.

Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore. LOI N 58-90 RELATIVE AUX PLACES FINANCIERES OFFSHORE. Dahir n 1-91-131 du 21 chaabane 1412 (26 février 1992) portant promulgation de la loi n 58-90 relative aux places financières offshore. Article premier

Plus en détail

Le Gouvernement de la République française, et l'office international de la vigne et du vin,

Le Gouvernement de la République française, et l'office international de la vigne et du vin, Accord du 20 janvier 1965 entre le Gouvernement de la République française et l'oiv relatif au siège de l'oiv et ses privilèges et immunités sur le territoire français (Décret n 66-680 du 15 septembre

Plus en détail

Note expresse www.iedom.fr

Note expresse www.iedom.fr Incidents de paiement sur chèques, incidents sur crédits aux particuliers et droit au compte NUMERO 1 JUILLET 23 Cette note actualise et complète les informations de la Note expresse n 4 parue en novembre

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

NOTE EXPLICATIVE. des CONDITIONS GENERALES BANCAIRES

NOTE EXPLICATIVE. des CONDITIONS GENERALES BANCAIRES NOTE EXPLICATIVE des CONDITIONS GENERALES BANCAIRES Article 1 Les ABV (Algemene Bankvoorwaarden: Conditions générales bancaires) renferment des règles sur le commerce entre le client et la banque. Ce commerce

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES

CONVENTION DE COMPTE DE DEPOT EN DEVISES La convention de compte de dépôt en devise, ci-après dénommée la «Convention», se compose des présentes Conditions Générales, des Conditions Particulières et des Conditions tarifaires applicables à la

Plus en détail

Rémunération des propriétaires dirigeants Première partie

Rémunération des propriétaires dirigeants Première partie Introduction Problèmes liés à la planification fiscale des propriétaires dirigeants Formes de rémunération des propriétaires dirigeants Salaires, primes et honoraires de gestion Rémunération des propriétaires

Plus en détail

Emprunt bancaire immobilier

Emprunt bancaire immobilier - 1 - Emprunt bancaire immobilier Résumé : Quels sont les éléments nécessaires pour contracter un emprunt immobilier auprès d'un organisme bancaire? Ce Chapitre insiste particulièrement sur les modes de

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

CADRE I. - CALCUL DU PRECOMPTE MOBILIER (Pr.M) A PAYER

CADRE I. - CALCUL DU PRECOMPTE MOBILIER (Pr.M) A PAYER Service Public Fédéral FINANCES Administration générale de la FISCALITE Impôts sur les revenus Réservé à l'administration Date de réception de la déclaration :... DECLARATION AU PRECOMPTE MOBILIER REVENUS

Plus en détail

RÈGLEMENT COMPTES D ÉPARGNE START2BANK. Annexe 12 au Règlement Général des Opérations.

RÈGLEMENT COMPTES D ÉPARGNE START2BANK. Annexe 12 au Règlement Général des Opérations. RÈGLEMENT COMPTES D ÉPARGNE START2BANK. Annexe 12 au Règlement Général des Opérations. Le présent règlement régit les droits et obligations du client et de la Banque relatifs à l ouverture et l'utilisation

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015 Article 1. Terminologie CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - La Banque : bpost banque S.A. Rue du Marquis 1 bte 2-1000 Bruxelles, TVA BE 0456.038.471, RPM Bruxelles qui agit en

Plus en détail

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME

POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME POLITIQUE DE FINANCEMENT À COURT TERME DU COMITÉ DE GESTION DE LA TAXE SCOLAIRE DE L ÎLE DE MONTRÉAL (Adoptée le 16 décembre 2004 par la résolution 24 par le Comité de gestion de la taxe scolaire de l

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

Conditions générales d utilisation de la «Carte de Fidélité» Carrefour, Carrefour Market et Carrefour Express

Conditions générales d utilisation de la «Carte de Fidélité» Carrefour, Carrefour Market et Carrefour Express Conditions générales d utilisation de la «Carte de Fidélité» Carrefour, Carrefour Market et Carrefour Express La société ULYSSE HYPER DISTRIBUTION (UHD) exploitant des magasins Carrefour/Carrefour Market/Carrefour

Plus en détail

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI

N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997. Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI N 100 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 1996-1997 Annexe au procès-verbal de la séance du 22 novembre 1996. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, relative à l'épargne retraite, TRANSMISE PAR M.

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

Décision de caractère général n 65-05

Décision de caractère général n 65-05 Décision de caractère général n 65-05 Le Conseil National du Crédit Vu la loi du 13 juin 1941 relative à la réglementation et à l'organisation de la profession bancaire, et notamment ses articles 32, 33,

Plus en détail

Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013

Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013 Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013 Les clients de mois de 25 ans ont à titre standard le compte Blue qui est entièrement. Sont notamment compris dans ce compte

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 18

Le compte joint LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 18 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 18 Le compte joint Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales

COMPTE EPARGNE LOGEMENT. Une épargne constructive. Conditions Générales COMPTE EPARGNE LOGEMENT Une épargne constructive Conditions Générales CONDITIONS GENERALES 1. Conditions d ouverture et de détention Toute personne physique peut être titulaire d un compte d épargnelogement

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR

AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR AUTORISATION D OUVERTURE DE COMPTE D ÉPARGNE POUR UN MINEUR Joindre une copie de la carte d identité du (des) représentant(s) légal(aux) et une composition de ménage. Pour faciliter l ouverture du compte

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme :

Au sens des dispositions de l article 2, du règlement n 07 01, sont considérées comme : Le règlement N 07 01 du 09/01/2007, relatif aux règles applicables aux transactions courantes avec l étranger et aux comptes devises a modifié et remplacé les règlements n 91 12 relatif à la domiciliation

Plus en détail

MODULE 6 - TRÉSORERIE ET GESTION BANCAIRE

MODULE 6 - TRÉSORERIE ET GESTION BANCAIRE MANUEL DE GESTION FINANCIÈRE POUR LES BÉNÉFICIAIRES DE FONDS EUROPÉENS DESTINÉS AUX ACTIONS EXTÉRIEURES - Histoire vraie Notre ONG, la «Croix verte», était basée au Royaume-Uni et gérait plusieurs projets

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UN COMPTE D EPARGNE FORTUNEO PLUS - FORTUNEO PLUS FIDELITY

DEMANDE D OUVERTURE D UN COMPTE D EPARGNE FORTUNEO PLUS - FORTUNEO PLUS FIDELITY DEMANDE D OUVERTURE D UN COMPTE D EPARGNE FORTUNEO PLUS - FORTUNEO PLUS FIDELITY Pour faciliter l ouverture de votre compte : Assurez-vous que votre demande soit bien complétée, datée et signée. N oubliez

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

COMMUNICATION N D. 134

COMMUNICATION N D. 134 71.074/PERM.FIN/CV. Bruxelles, le 18 avril 1995. COMMUNICATION N D. 134 Objet : Utilisation des "créances sur réassureurs" comme valeurs représentatives. Application de l'article 10 3-8 de l'arrêté royal

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE www.caissedesdepots.fr DIRECTION REGIONALE UNDEFINED Fascicule LSPA 04-01 CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE ARTICLE 5 - DEFINITIONS La

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Programme de prêts REER

Programme de prêts REER Brochure Programme de prêts REER Réservé aux conseillers à titre d information Page 1 de 10 À propos de B2B Banque Un chef de file canadien parmi les fournisseurs de prêts investissement et REER offerts

Plus en détail

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364)

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364) Loi du 2 août 2003 portant - modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier; - modification de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant création d'une commission de surveillance

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Réforme des comptes d épargne réglementés

Réforme des comptes d épargne réglementés Réforme des comptes d épargne réglementés Liste des questions Liste des questions Pourquoi une réforme des comptes d épargne réglementés? 3 En quoi consiste concrètement la réforme? 3 Qui est touché par

Plus en détail

ING Business Account Règlement

ING Business Account Règlement I. Objet et cadre du présent règlement ING Business Account Règlement Version 01/08/2015 Le présent règlement relatif à l'ing Business Account (ci-après dénommé le "Règlement") régit les relations entre

Plus en détail

PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION

PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION PROSPECTUS N 1 CRÉDIT À LA CONSOMMATION PRÊT À TEMPÉRAMENT ÉTABLI PAR ACTE AUTHENTIQUE PRÊT À TEMPÉRAMENT D'APPLICATION À DATER DU 01.06.2006 CREDIMO S.A. Weversstraat 6-8-10 1730 ASSE Tél. +32(0)2 454

Plus en détail

PEL et CEL. Mots clés : Sommaire : PEL et CEL. 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL. 2. Gestion du PEL du CEL.

PEL et CEL. Mots clés : Sommaire : PEL et CEL. 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL. 2. Gestion du PEL du CEL. - 1 - PEL et CEL Mots clés : Plan Epargne Logement Compte Prêt PEL CEL Crédit Construction Acquisition Résidence Versement Prime Sommaire : 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL 1.1 Caractéristiques

Plus en détail

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 TARIF Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012

Propositions BPI - Trésorerie des TPE Juillet 2012 www.sdi-pme.fr SYNDICAT DES INDÉPENDANTS Organisation interprofessionnelle patronale regroupant 25.000 artisans, commerçants, TPE et professionnels libéraux SYNDICAT DES INDÉPENDANTS RÉPONDRE AUX BESOINS

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s

Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s 024 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Bien choisir son produit d épargne L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18

Plus en détail