Préparation à Solvabilité II. Présentation du calendrier et des projets de textes de niveau 3. 7 août 2014 version 1.0

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Préparation à Solvabilité II. Présentation du calendrier et des projets de textes de niveau 3. 7 août 2014 version 1.0"

Transcription

1 Préparation à Solvabilité II Présentation du calendrier et des projets de textes de niveau 3 7 août 2014 version 1.0

2 Sommaire 1 Le programme de travail pour la finalisation du niveau 3 s échelonne sur 2014 et Calendrier de publication et contenu des normes techniques d exécution (ITS) Calendrier de publication et contenu des orientations (Guidelines) Les aspects «Pilier 1» du premier lot des orientations Les orientations relatives aux provisions techniques Les orientations relatives aux fonds propres Les orientations relatives au calcul du SCR selon la formule standard Les orientations relatives au calcul de la solvabilité des groupes Les autres orientations du premier lot des orientations Les orientations relatives à l utilisation de modèles internes Les orientations relatives au système de gouvernance et à l ORSA Les orientations relatives au processus de supervision prudentielle (SRP en anglais) Les orientations relatives à la méthodologie d évaluation de l équivalence par les autorités de supervision nationales sous Solvabilité II Mise en consultation publique des orientations relatives à l Identifiant d Entité Juridique (Legal Entity Identifier ou LEI) Liens utiles Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 2

3 1 Le programme de travail pour la finalisation du niveau 3 s échelonne sur 2014 et 2015 Le calendrier d EIOPA pour l élaboration des normes techniques d exécution (Implementing Technical Standards ou ITS) et orientations (Guidelines) relatives à la mise en œuvre de Solvabilité II prend en compte différentes contraintes : - Les échéances imposées par la directive Omnibus II, en termes de date de remise des ITS à la Commission et en termes d application de certaines dispositions à compter du 1 er avril 2015 ; - La publication des actes délégués qui pourrait n intervenir qu en septembre : la modification tardive de certains articles pourrait avoir une conséquence sur le contenu des textes de niveau Calendrier de publication et contenu des normes techniques d exécution (ITS) Le premier lot d ITS approuvé par le Board of Supervisors (BoS) fin avril 2014, décrit les procédures d approbation des modèles internes et de mesures particulières (fonds propres auxiliaires, paramètres spécifiques à l entreprise [USP], matching adjustment, ou encore véhicules de titrisation [SPV]). Ces ITS seront applicables au 1 er avril 2015, les approbations devant être accordées avant l entrée en application de Solvabilité II. Ainsi Omnibus II impose que la version définitive de ces ITS soit soumise d ici au 31 octobre 2014 à la Commission européenne, qui bénéficie d un pouvoir d objection sur leur contenu. Le second lot d ITS couvrira l ensemble des autres sujets pour lesquels Omnibus II demande à EIOPA de définir, via des ITS, des éléments non essentiels de la directive: - Des aspects «Pilier 1», liés notamment au calcul du SCR : o Transitoires sur le SCR actions procédures à suivre (cf. article 308 ter de la directive) ; o Construction de l indice du cours des actions pour le calcul de l equity dampener (cf. article 106(2) de la directive) ; o Concentration des risques formulaires standards, états et procédures pour le reporting (cf. article 244 de la directive) ; o Ajustements à effectuer pour les monnaies rattachées à l'euro afin de faciliter le calcul du sous-module risque de change (cf. article 105(5) de la directive) ; o Écarts-types relatifs aux mesures législatives nationales spécifiques d'états membres qui autorisent la répartition des remboursements en matière de risque de santé entre entreprises d'assurance et de réassurance (cf. article 109 bis de la directive) ; o Classement des évaluations de crédit effectuées par les organismes externes d'évaluation du crédit selon une échelle objective de niveaux de qualité de crédit ou Credit quality step en anglais (cf. article 109 bis de la directive) ; o Listes des autorités régionales et locales à considérer, en ce qui concerne les expositions à leur égard, comme le gouvernement central dans la juridiction duquel elles sont établies (cf. article 109 bis de la directive) ; - Des aspects «Pilier 2» : o Gestion des risques : procédures pour évaluer les évaluations externes de crédits (cf. article 44 de la directive) ; o Exigences de capital supplémentaires (Capital add-ons) : procédures pour les décisions d'imposition, de calcul et de suppression d'exigences de capital supplémentaire (cf. article 37 de la directive) ; - Des aspects «Pilier 3» : o Diffusion d informations au public : états et rapports narratifs (cf. article 56 de la directive); Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 3

4 o Reporting régulier à l autorité de contrôle : états de reporting et rapports narratifs (cf. article 35 de la directive) ; o Transparence et obligation de rendre des comptes (cf. article 31 de la directive) ; - Quelques sujets spécifiques aux groupes : o Transactions intragroupes formulaires, états et procédures pour le reporting (cf. article 245 de la directive) ; o Rapport annuel sur la solvabilité et la situation financière (SFCR) au niveau Groupe états, moyens pour la diffusion d informations au public (cf. article 256 de la directive) ; o Collèges échanges d informations (cf. Article 249 de la directive). 1.2 Calendrier de publication et contenu des orientations (Guidelines) Un premier lot d orientations («Set 1 of the Solvency II Guidelines») a été mis en consultation en juin Après la prise en compte des commentaires transmis à EIOPA par les parties prenantes, la version finale de ce premier lot d orientations sera soumise à l approbation du Board of Supervisors (BoS) d ici la fin de l année. Une fois approuvées, les orientations seront traduites dans l ensemble des langues officielles de l Union Européenne, et publiées sur le site internet de l EIOPA (probablement en février 2015). Pourra alors commencer la procédure de «comply or explain» qui se terminera le 1 er avril Un deuxième lot d orientations («Set 2 of the Solvency II Guidelines») sera mis en consultation entre décembre 2014 et mars La procédure de «comply or explain» devrait débuter le 30 juillet et se terminer le 30 septembre Ce deuxième lot comprendra des orientations sur : - la valorisation des actifs et passifs (hors provisions techniques) ; - les méthodes pour déterminer les parts de marché à des fins d exemption de reporting ; - le reporting au titre de la stabilité financière ; - l extension de la période de rétablissement. Les parties 2 et 3 du présent document ont vocation à présenter le contenu actuel du premier lot d orientations mis en consultation. Il est à noter que ce contenu est susceptible d évoluer en fonction des commentaires remontés au cours de la consultation publique. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 4

5 Les prochaines échéances peuvent-être synthétisées dans le tableau ci-dessous. Premier lot des ITS Second lot des ITS Premier lot des orientations Second lot des orientations Juin Août Consultation publique Septembre - Janvier - Décembre Novembre Février Mars - Avril Mai-Juin 31/10 : Transmission à la Commission Européenne 3/10 : Approbation du BoS 1 pour la consultation 27/11 : Approbation du BoS pour la consultation Consultation publique Consultation publique 1/4 : Fin de la procédure de "comply or explain" 30/6 : Transmission à la Commission Européenne Juillet - Septembre 30/9 : Fin de la procédure de "comply or explain" 1 Board of Supervisors Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 5

6 2 Les aspects «Pilier 1» 2 du premier lot des orientations 2.1 Les orientations relatives aux provisions techniques Le niveau 3 relatif au calcul des provisions techniques est divisé en deux thèmes : les orientations relatives à la valorisation des provisions techniques (Guidelines on valuation of technical provisions) d une part, les orientations relatives aux frontières des contrats (Guidelines on contract boundaries) d autre part. Les orientations relatives à la valorisation des provisions techniques, au nombre de 91, visent à encadrer le calcul des provisions techniques en fournissant des précisions sur plusieurs points importants des actes délégués: qualité des données, segmentation des garanties, hypothèses et méthodes de calcul, validation des provisions techniques. Ces orientations proposent également, en application du principe de proportionnalité, une liste non-exhaustive de simplifications, en particulier pour le calcul de la marge de risque et les calculs trimestriels. Les orientations relatives aux frontières des contrats, au nombre de 10, visent à encadrer la détermination des frontières des contrats d assurance en précisant les concepts des actes délégués : droits unilatéraux, segmentation, pouvoir légalement exécutoire, capacité à refléter pleinement les risques, caractère discernable des prestations et garanties, etc. La frontière des contrats détermine la limite entre les flux de trésorerie liés à un contrat existant et ceux liés à des contrats futurs. Ainsi des primes futures (i.e. postérieures à la date de clôture) peuvent appartenir à un contrat existant (i.e. comptabilisé antérieurement à la date de clôture) dès lors qu elles sont incluses dans sa frontière. Lorsque le contrat dégage des excédents, la reconnaissance de ces primes futures entraîne mécaniquement une augmentation des fonds propres de Tier 1 de l organisme. 2.2 Les orientations relatives aux fonds propres Le niveau 3 relatif aux fonds propres est divisé en quatre thèmes : les orientations relatives aux fonds propres auxiliaires (Guidelines on Ancillary own funds), les orientations relatives au classement des fonds propres (Guidelines on the classification of own funds), les orientations relatives aux fonds cantonnés (Guidelines on Ring Fenced Funds) et les orientations relatives aux entités liées, y compris les participations (Guidelines on treatment of related undertakings, including participations). Les orientations relatives aux fonds propres auxiliaires, au nombre de 5, complètent l ITS sur le même sujet en précisant certaines modalités du processus d approbation des fonds propres auxiliaires mais surtout en détaillant leur classement en Tier. Un point d attention particulier est porté sur le double processus d approbation nécessaire pour un élément de fonds propres auxiliaires qui, une fois appelé, ne figurerait pas sur la liste des fonds propres de base. Les orientations relatives à la classification des fonds propres, au nombre de 26, apportent, dans un but d harmonisation des méthodes, des précisions sur l appréciation des critères de classement des fonds propres et sur les processus d approbation. Elles donnent également une définition des notions clés sous Solvabilité II telles que la flexibilité totale des distributions, le mécanisme d absorption des pertes ou encore les incitations à rembourser. Ces orientations apportent également un éclairage sur l approbation des fonds propres not on the list en proposant un processus d autorisation calqué sur celui de l approbation des fonds propres auxiliaires. Les orientations relatives aux fonds cantonnés, au nombre de 15, précisent le champ d application des dispositions des actes délégués relatives aux fonds cantonnés dans Solvabilité II. Elles apportent 2 À noter que les orientations relatives aux modèles internes font partie d un document de consultation distinct. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 6

7 notamment des outils d identification (non-exhaustifs) des éléments pouvant constituer un fonds cantonné. Elles précisent les modalités de calcul de SCR notionnel ainsi que le calcul des fonds propres restreints à déduire de la réserve de réconciliation en formule standard mais également en modèle interne. Elles apportent également des éclairages sur l appréciation de la matérialité des cantons. Les orientations relatives aux entités liées, y compris les participations, au nombre de 10, donnent des éléments de définition des participations dans des entreprises liées et précisent l appréciation de la nature du lien entre les entreprises (notamment en termes d influence dominante). Ces orientations donnent également des éléments de définition du caractère stratégique d une participation. 2.3 Les orientations relatives au calcul du SCR selon la formule standard Les orientations relatives au calcul du SCR sous la formule standard sont de deux types : certaines traitent de sujets plus transversaux relatifs au calcul du SCR dans son ensemble, tandis que d autres précisent les modalités de calcul du SCR de certains modules ou sous-modules. Les orientations relatives à l approche par transparence (Guidelines on look-through approach), au nombre de 9, précisent les modalités et le périmètre d application de l approche par transparence. Elles disposent par exemple que l approche doit être appliquée également aux fonds monétaires et que le nombre d itérations utilisées lors de la transparisation doit permettre de prendre en compte tous les risques significatifs. Elles mentionnent par ailleurs certaines précautions à prendre lorsque l organisme utilise l approche par agrégat 3 (data groupings), laquelle consiste à classer les actifs du fonds en différents groupes en fonction des chocs de marché auxquels ils sont soumis. Elles donnent enfin des éléments de précision quant au traitement de certaines expositions particulières dans la formule standard, comme les investissements dans l immobilier (real-estate), les expositions indirectes au risque catastrophe, les obligations catastrophe, ou encore les expositions indirectes à la longévité. Les orientations relatives à l ajustement pour la capacité d absorption des pertes des provisions techniques et des impôts différés (Guidelines on the adjustment for the loss-absorbing capacity of technical provisions and deferred taxes), au nombre de 23, explicitent les modalités de calcul de cet ajustement qui vise à refléter la compensation potentielle de pertes associées aux chocs prévus pour le calcul des exigences de capital, par une baisse simultanée, soit des provisions techniques, soit des impôts différés, ou une combinaison des deux. Cet ajustement permet, notamment, de tenir compte de l effet d atténuation des pertes, inhérents aux mécanismes d ajustement des prestations discrétionnaires des contrats d assurance. Les orientations relatives à l utilisation des paramètres propres à l entreprise (Guidelines on undertakingspecific parameters ou USP en anglais), au nombre de 18, énoncent dans une première partie certaines exigences en termes de qualité des données pour différents types de données (degré d importance des données, données externes, etc.) ainsi qu en matière de pertinence des ajustements ou des retraitements effectués sur les données. Une seconde partie traite du respect des exigences relatives à l utilisation d USP. Une troisième partie s adresse aux groupes : elle donne des précisions sur l utilisation d USP pour les groupes (GSP) ainsi que des informations à transmettre au collège de superviseurs. Les orientations relatives au risque de base (Guidelines on Basis risk), au nombre de 3, explicitent le concept de «matérialité» pour le risque de base (défini comme l inadéquation entre la couverture donnée par la technique d atténuation du risque et le risque réel supporté par l organisme). Pour rappel, les 3 Pour rappel, cette approche, dérogatoire à la transparisation ligne à ligne, est prévue dans les actes délégués, et ne peut être appliquée que dans la limite de 20% des actifs. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 7

8 techniques d atténuation de risque ne peuvent en effet être prises en compte dans le calcul du SCR que si elles ne conduisent pas à un risque de base («basis risk») matériel sauf à ce que ce risque de base soit lui-même reflété dans le SCR. Les orientations précisent également les éléments à prendre en compte avant d utiliser une technique d atténuation de risque faisant appel à des instruments financiers. Les orientations relatives aux risques de marché et de contrepartie (Guidelines on the treatment of market and counterparty risk exposures in the standard formula), au nombre de 9, précisent les modalités de calcul, notamment celui d une duration moyenne. Elles traitent également du périmètre d application des deux modules, et donnent notamment des précisions sur la prise en compte des avantages du personnel et les éléments à prendre en compte pour le calcul du risque de taux. Certains cas particuliers sont également évoqués : par exemple, les investissements dans des entités ayant pour actionnaires majoritaires des institutions de type banque centrale ou gouvernement ne peuvent bénéficier par «transitivité» d un choc de 0%. Les orientations explicitent également comment prendre en compte les accords créant des obligations de paiement dans le cadre du risque de contrepartie. Enfin, elles expliquent comment appréhender lors du calcul du SCR certaines expositions particulières. Les orientations relatives à l application du module «risque de souscription vie» (Guidelines on the application of the life underwriting risk module), au nombre de 5, proposent des éléments indicatifs sur les taux de transition d un état à un autre à choquer dans le cadre du calcul des SCR des sous-modules «mortalité», «longévité», et «invalidité-incapacité» du module «risque de souscription vie». Un ensemble d orientations apporte certaines précisions relatives au module «risque santé». Ces orientations, qui traitent plus précisément du sous-module «risque catastrophe santé» (Guidelines on Health catastrophe issues), au nombre de 8, exposent notamment une méthodologie précise de calcul pour obtenir les SCR relatifs aux trois éléments constitutifs du sous-module: «risque d accident de masse», «risque de concentration d accidents» et «risque de pandémie». Les orientations relatives aux cessions en réassurance appliquées au sous-module «risque de souscription non-vie» (Guidelines on the Application of Outwards Reinsurance Arrangements to the Non- Life Underwriting Risk Sub-Module), au nombre de 40, portent sur plusieurs thèmes : - Elles décrivent les étapes à suivre afin d évaluer les cessions en réassurance relatives au risque catastrophe, et établissent la façon dont l entreprise doit traiter les accords de cession en réassurance qui peuvent exister avec des entreprises du même groupe. Par ailleurs, elles permettent de déterminer le nombre de risques de responsabilité civile (liability risks) avec les limites les plus importantes dans chacun des groupes de responsabilité civile, tels que décrits dans le sous module «man-made liability catastrophe risk» ; - Elles énoncent la façon dont les polices d assurance doivent être réparties entre les 5 groupes de risques de responsabilité. Une orientation concerne l assurance responsabilité vendue de manière «packagée», incluant les couvertures pouvant entrer dans plusieurs des groupes. 2.4 Les orientations relatives au calcul de la solvabilité des groupes Les orientations sur le calcul de solvabilité des groupes (Guidelines on group solvency calculation), au nombre de 36, ont pour vocation de clarifier les dispositions de calcul de la solvabilité des groupes, tant sur le périmètre de la supervision du groupe notamment en ce qui concerne les entités des pays tiers que sur l application des dispositions solos aux groupes (selon le principe du «mutatis mutandis»). Ces orientations s adressent principalement aux groupes : détermination du périmètre de consolidation et du choix de la méthode, précisions sur l évaluation de la disponibilité des fonds propres au niveau du groupe (non-disponibilité des fonds propres des entités européennes et des pays tiers, ainsi que calcul du montant de fonds propres groupe éligibles), précision sur le concept de réserve de réconciliation au niveau Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 8

9 du groupe, traitement des intérêts minoritaires, des fonds cantonnés, des véhicules de titrisation ou encore des holdings d assurance et des holdings financière mixtes dans le calcul de la solvabilité du groupe. D autres orientations s adressent uniquement aux contrôleurs de groupe : il s agit en particulier d interpréter de façon convergente les critères des actes délégués pour l autorisation de la méthode «Déduction et Agrégation» (D&A) et de préciser les implications au niveau du groupe lorsqu un capital add-on est imposé au niveau solo ou au niveau groupe. 3 Les autres orientations du premier lot Outre les aspects «pilier 1» précédemment présentés, quatre autres ensembles d orientations sont actuellement en consultation publique : - l utilisation des modèles internes ; - le système de gouvernance et à l ORSA ; - le processus de supervision prudentielle ; - la méthodologie d évaluation de l équivalence par les autorités de supervision nationales sous Solvabilité II. 3.1 Les orientations relatives à l utilisation de modèles internes Les orientations relatives à l utilisation des modèles internes (Guidelines on the Use of Internal Models), au nombre de 64, reprennent largement le contenu des orientations préparatoires, et leur rédaction au cours du premier trimestre 2014 a surtout été l occasion de supprimer celles qui étaient redondantes avec les textes de niveaux supérieurs et dont la valeur ajoutée n était pas avérée. Elles couvrent plusieurs sujets liés aux modèles internes : précisions sur la candidature dans le cas des modèles de groupes, les changements de modèle, l utilisation du modèle, le choix des hypothèses et les jugements à dire d expert, la cohérence de la méthodologie entre le bilan prudentiel et le modèle interne, la distribution de probabilité prévisionnelle, la calibration de la mesure de risque, l attribution des profits et des pertes, la validation, la documentation, les données et modèles externes, et le fonctionnement des collèges dans le cadre de l examen des modèles. 3.2 Les orientations relatives au système de gouvernance et à l ORSA Les orientations relatives au système de gouvernance et l ORSA (Guidelines on system of governance and own risk and solvency assessment), au nombre de 98, précisent les exigences correspondant aux articles 40 à 49 (gouvernance et ORSA) et 132 (principe de la personne prudente) de la directive Solvabilité II. Elles reprennent essentiellement, en les complétant, les orientations préparatoires sur la gouvernance et sur l ORSA. Les principales différences avec les orientations préparatoires sont les suivantes : - De nouvelles orientations ont été introduites, correspondant à des sujets qui n étaient pas couverts par le périmètre des orientations préparatoires : o notification pour l honorabilité et la compétence ; o notification de l externalisation de fonctions et activités importantes ou critiques ; o rémunération ; o valorisation des actifs et passifs autres que les provisions techniques ; Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 9

10 - D autres orientations ont été ajoutées afin de détailler davantage des sujets déjà abordés (par exemple, le principe de la personne prudente) ; - Certains éléments reprenant des textes des actes délégués pour des besoins de cohérence globale des orientations préparatoires, ont été retirés. 3.3 Les orientations relatives au processus de supervision prudentielle (SRP en anglais) Les orientations relatives au processus de supervision prudentielle (Guidelines on Supervisory Review Process), au nombre de 42, traitent du processus général de supervision, dans ses grandes étapes, et dans le contexte de l'application de Solvabilité II. Ces orientations s'appuient sur les principes généraux établis dans la directive, concernant le rôle et les missions des superviseurs (article 36 notamment). Une grande partie des orientations est en outre consacrée aux principes généraux devant sous-tendre le processus de supervision : le principe de proportionnalité, l'exercice du jugement par les superviseurs, ou encore la cohérence et la gouvernance interne des autorités de contrôle dans l'exercice de la supervision. Les grandes étapes sont identifiées comme suit: - Une première étape d évaluation a priori des risques de la population assujettie (Risk Assessment Framework) selon une évaluation en termes d impact (impact potentiel d une faillite de l organisme sur ses assurés, les bénéficiaires et le marché) et de risques (risques auxquels l organisme est soumis, en tenant compte de la capacité des organismes à y faire face). Cette première étape a notamment pour objectif de définir le programme de contrôle et son intensité ; - Une deuxième étape de revue détaillée, sur place et sur pièce (Detailed Review), incluant des phases de préparation, investigation, et de conclusion ; - Une troisième étape sur les mesures de supervision et d intervention du superviseur le cas échéant (Supervisory Measures) faisant suite à l'analyse des déficiences observées lors de l'étape de revue. Ces orientations s'appliquent dans le cadre de la supervision des organismes individuels et des groupes soumis à Solvabilité II. 3.4 Les orientations relatives à la méthodologie d évaluation de l équivalence par les autorités de supervision nationales sous Solvabilité II Les orientations relatives à la méthodologie d évaluation de l équivalence par les autorités de supervision nationales sous Solvabilité II (Guidelines on the methodology for Equivalence Assessment of National Supervisory Autorities under Solvency II), au nombre de 9, décrivent la procédure d évaluation de l équivalence du régime prudentiel d un pays tiers, lorsque ce régime, n ayant pas fait l objet de décision de la part de la Commission, doit être évalué par un contrôleur de groupe, conformément aux articles 227 ou 260 de la directive. Les objectifs sont, d une part de s assurer que l évaluation du contrôleur groupe couvre tous champs obligatoires (définis par les actes délégués) et qu elle est menée selon des procédures «standard», et d autre part d éviter que des contrôleurs de groupes différents n évaluent successivement un même pays tiers et aboutissent à des conclusions divergentes. Les contrôleurs groupe pourront aussi demander au BoS de mandater EIOPA pour effectuer ces évaluations de manière collective. Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 10

11 4 Mise en consultation publique des orientations relatives à l Identifiant d Entité Juridique (Legal Entity Identifier ou LEI) Le G20 a validé, lors du sommet de Los Cabos en juin 2012, un dispositif d'identifiant unique des intervenants sur les marchés financiers (Global Legal Entity Identifier System, GLEIS), afin de faciliter la gestion et le contrôle des risques, tant par le secteur privé que par les autorités publiques. Ce dispositif passe par un code d identification, le LEI (Legal Entity Identifier), dont l utilisation a déjà été imposée par le règlement EMIR et par l EBA, pour le reporting des organismes assujettis. L utilisation du LEI devrait permettre d améliorer la qualité de la collecte, du stockage et de la diffusion des données. Dans le but de suivre les évolutions réglementaires qui ont déjà eu lieu, l EIOPA a publié des orientations (en consultation publique jusqu au 29 août 2014) visant à rendre obligatoire, pour tous les organismes d assurance, l adoption du LEI comme code d identification. Le calendrier de mise en œuvre de ces orientations diffère de celui de Solvabilité II. Après approbation définitive au BoS d ici fin septembre, il est prévu que la procédure de «comply or explain» soit réalisée d ici la fin de l année Il est prévu une mise en œuvre en deux étapes de ces orientations LEI : - Au 30 juin 2015, les organismes qui seront soumis, à partir de 2016, à Solvabilité II, devront pouvoir être identifiés par un LEI ; - Au 30 juin 2016, tous les autres organismes (y compris les fonds de pension) devront pouvoir être identifiés par un LEI. 5 Liens utiles Les consultations sur le premier jeu d orientations et celle sur l Identifiant d Entité Juridique sont ouvertes jusqu au 29 août : https://eiopa.europa.eu/consultations/consultation-papers/index.html Après cette date, ces documents pourront être trouvés sur la page des consultations 2014 closes : https://eiopa.europa.eu/consultations/consultation-papers/2014-closed-consultations/index.html La consultation sur le premier jeu de normes techniques d exécution est close. Les documents sont disponibles par le lien suivant : https://eiopa.europa.eu/consultations/consultation-papers/2014-closedconsultations/april-2014/public-consultation-on-the-set-1-of-the-solvency-ii-implementing-technicalstandards-its/index.html Une fois adoptés par l EIOPA, les versions finales de ces documents seront accessibles en français et en anglais dans l espace publication du site de l autorité européenne : https://eiopa.europa.eu/publications/index.html Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 11

12 Secrétariat général de l Autorité de contrôle prudentiel et de résolution 12

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation

Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Reporting & Disclosure - Solvabilité II Mise en perspective en Belgique et en France Le «pilier 3» - Présentation Dominik Smoniewski Jean-Baptiste Parmentier Sommaire 1. Les principes généraux du Pilier

Plus en détail

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II

Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II FIXAGE Adaptation de Solvabilité II avec Omnibus II Deauville - 21 septembre 2012 Emmanuel TASSIN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick - 75008 Paris - France Téléphone : 33 (1) 53 83 83 93 - Télécopie : 33

Plus en détail

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI?

TECH COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INFOTECH # 33 INTRODUCTION RAPPEL : QUEL CONTOUR DU GROUPE D ASSURANCE AUJOURD HUI? COMPRENDRE LA NOTION DE GROUPE PRUDENTIEL INTRODUCTION Marie-Laure DREYFUSS ASSOCIÉE Responsable du Pôle Gouvernance Tel. : + 33 (0)4 72 18 58 58 E-mail : marie-laure.dreyfuss@actuaris.com En matière de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013

Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013. Paris, le 6 juin 2013 Solvabilité 2 et mutuelles: état des lieux et priorités 2013 Paris, le Programme Évolutions quantitatives et impacts associés Enseignements à tirer des derniers travaux demandés par l EIOPA (Pilier 1)

Plus en détail

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2

Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 www.pwc.fr/solv2 Synthèse des instructions de l'eiopa pour la préparation à Solvabilité 2 27 septembre 2013 Contexte Suite aux consultations publiques du 27 mars 2013 sur les mesures de préparation à Solvabilité

Plus en détail

Introduction. Jean-Marie Levaux, vice-président de l ACPR

Introduction. Jean-Marie Levaux, vice-président de l ACPR 13/11/2013 1 Introduction Jean-Marie Levaux, vice-président de l ACPR 2 Sommaire Conférence animée par Romain Paserot, directeur des contrôles spécialisés et transversaux, Chef de projet Solvabilité II

Plus en détail

Solvabilité 2 : décryptage des actes délégués

Solvabilité 2 : décryptage des actes délégués Solvabilité 2 : décryptage des actes délégués Arnaud BECQUET Actuaire qualifié IA Manager Pôle Prévoyance et Santé E-mail : arnaud.becquet@actuaris.com La directive Solvabilité 2 (2009/138/CE), adoptée

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Reporting sous Solvabilité II

Reporting sous Solvabilité II Paris, 23 octobre 2012 Dominik SMONIEWSKI Conseiller Table des matières Reporting harmonisé Reporting national XBRL Préparation du secteur 2 / 18 Reporting harmonisé - Types de reporting Solvency and Financial

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE

CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009. IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE CONGRES DES ACTUAIRES du 29 juin 2009 IMPACT DE SOLVABILITE II SUR l OFFRE PRODUIT EXEMPLE DE L EPARGNE RETRAITE SOMMAIRE 1- Préambule /Contexte 2- Macro analyse d impact sur l épargne 3- Transition vers

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne

SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale. Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne SOLVENCY II - PILLAR 2 Vue générale Jean-Francois DECROOCQ Présentation interne 1 Pilier 2: la maitrise des risques Dans un premier temps, l attention s est portée sur la mesure quantitative du risque

Plus en détail

SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS

SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS SOLVABILITÉ 2 : DÉCRYPTAGE DES ACTES DÉLÉGUÉS Pilier 1 (hors aspects purement quantitatifs) (44) Comme les bénéfices attendus inclus dans les primes futures de contrats d assurance et de réassurance non-vie

Plus en détail

Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II

Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II Communication _2011_08 du 18 février 2011 Communication aux entreprises d assurances concernant la procédure de «pre-application» pour Solvency II a) Mise à jour du questionnaire «Intentions Modèles» b)

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012

Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 www.varm.fr Solvabilité 2 commentaires sur l ORSA Jean-Francois DECROOCQ - 03/01/2012 Sommaire Introduction... 2 Principes pour une gestion intégrée des risques... 3 La mise en place de l ORSA... 5 Introduction

Plus en détail

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011

Quantitative Impact Study 5. Résultats & Conclusions. Luxembourg - 29 avril 2011 Quantitative Impact Study 5 Résultats & Conclusions Luxembourg - 29 avril 2011 1 Participation Principales difficultés / divergences Ratios de solvabilité Provisions techniques Fonds propres SCR : Capital

Plus en détail

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat.

Le reporting annuel pour 2013 ne se distingue que peu de son prédécesseur immédiat. Luxembourg, le 4 mars 2014 Lettre circulaire 14/4 du Commissariat aux assurances portant modification de la lettre circulaire modifiée 03/2 relative au reporting annuel des entreprises luxembourgeoises

Plus en détail

Partie 1 Les principes

Partie 1 Les principes Partie 1 Les principes 32 SOLVENCY 2 EN 125 MOTS-CLÉS CHAMP D APPLICATION DE LA DIRECTIVE SOLVENCY II Directive Articles 2 à 12 Très logiquement, la Directive s applique aux entités d assurance et de réassurance

Plus en détail

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance Séminaire EIFR Gouvernance et contrôle des établissements financiers : pour une surveillance des risques et un contrôle efficace Organisation des fonctions de contrôle et articulation avec la gouvernance

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014

Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014 Comment s adapter aux modèles standards : de la recherche aux nouvelles offres de services et de produits Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014

Plus en détail

RÉGLEMENT EUROPÉEN DES INFRASTRUCTURES DE MARCHÉ. Synthèse EMIR

RÉGLEMENT EUROPÉEN DES INFRASTRUCTURES DE MARCHÉ. Synthèse EMIR RÉGLEMENT EUROPÉEN DES INFRASTRUCTURES DE MARCHÉ Synthèse EMIR Octobre 2012 Résumé Le règlement EMIR (European Market Infrastructure Regulation) établit les nouvelles exigences relatives aux produits dérivés

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF

SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF SF ou ECS: quel statut choisir? Le reporting prudentiel des SF ASFFOR le 13 février 2014 1 Introduction L arrêté du 23 décembre 2013 relatif au régime prudentiel des sociétés de financement a donné à l

Plus en détail

n 41 Février 2015 Analyse de l exercice 2014 de préparation à Solvabilité II

n 41 Février 2015 Analyse de l exercice 2014 de préparation à Solvabilité II n 41 Février 2015 Analyse de l exercice 2014 de préparation à Solvabilité II Sommaire 1. INTRODUCTION 4 2. LE RESPECT DES EXIGENCES DU PILIER I 5 2.1. Le bilan prudentiel 5 2.1.1. La valorisation des actifs

Plus en détail

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances

Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Annexes Solvabilité 2 Compte rendu 2011 Réassureurs et captives de réassurances Luxembourg - 3 juin 2013 Marc Comes / Valérie Scheepers 1 Introduction Bilan sous Solvabilité 2 BSCR Annexes 2012 les nouveautés

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Règlement EMIR. Impact en matière immobilière. ASPIM 12 septembre 2013

Règlement EMIR. Impact en matière immobilière. ASPIM 12 septembre 2013 Règlement EMIR Impact en matière immobilière ASPIM 12 septembre 2013 Sommaire 1. Introduction 2. Les contreparties soumises à EMIR 3. L impact d EMIR pour les dérivés de gré à gré compensés 4. L impact

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS

ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS ÉTUDE D IMPACT QUANTITATIVE N O 6 RISQUE D ASSURANCE - INSTRUCTIONS Table des matières Introduction...2 Page Sommaire...3 Projection des flux de trésorerie du passif...3 Calcul du coussin de solvabilité...7

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles

Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Exigences de communication financière sur la composition des fonds propres Texte des règles Juin 2012 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui

Solvabilité II. De Solvabilité I àsolvabilitéii. Les trois piliers. Le processus «Lamfalussy» Le calendrier. Le rôle de la FFSA aujourd hui De Solvabilité I àsolvabilitéii Les trois piliers Le processus «Lamfalussy» Le calendrier Le rôle de la FFSA aujourd hui Les points de vigilance La France en Europe Réavie 15 octobre 2009 2 De Solvabilité

Plus en détail

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit

Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Annexe Circulaire _2009_19-1 du 8 mai 2009 Référentiel d'évaluation du système de contrôle interne auprès des établissements de crédit Champ d'application: Commissaires agréés. Réglementation de base Table

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2015-513 du 7 mai 2015 pris pour l application de l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU)

Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) Mise en place du Mécanisme de Supervision Unique (MSU) 1. Le MSU est l un des piliers de l Union bancaire européenne 2. La mise en œuvre opérationnelle

Plus en détail

Capital Requirement Regulation

Capital Requirement Regulation Capital Requirement Regulation Sommaire du règlement UE n 575/2013 Exigences prudentielles applicables aux établissements de crédit et entreprises d investissement La directive CRD IV et le règlement

Plus en détail

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise?

L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? Conseil en Organisation et Management secteur assurance L ORSA : quelles conséquences sur le pilotage stratégique de l entreprise? 24 novembre 2010 Sommaire Ce qui se dit sur l ORSA L ORSA et le modèle

Plus en détail

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007

modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et par le règlement n 2007-06 du 14 décembre 2007 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE REGLEMENT N 2002-03 DU CRC DU 12 DECEMBRE 2002 RELATIF AU TRAITEMENT COMPTABLE DU RISQUE DE CREDIT modifié par le règlement n 2005-03 du CRC du 3 novembre 2005 et

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

Conférence Solvabilité 2

Conférence Solvabilité 2 Conférence Solvabilité 2 «Solvency 2, de la gestion du Programme à l impact sur les futures productions : De 2014 à 2016, mettre en œuvre et anticiper les impacts de la réforme» 3 avril 2014 Alban JARRY

Plus en détail

Références du document Date du document 09/03/01

Références du document Date du document 09/03/01 SOUS-SECTION 3 RÉGIME D'IMPOSITION DES TITRES LIBELLÉS EN DEVISES DÉTENUS PAR LES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES ENTREPRISES D'INVESTISSEMENT [DB 4A2373] Références du document 4A2373 Date du document

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

«NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DES RATIOS PRUDENTIELS DANS LE CADRE DE LA CRDIV

«NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DES RATIOS PRUDENTIELS DANS LE CADRE DE LA CRDIV SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RESOLUTION DIRECTION DES AFFAIRES INTERNATIONALES SERVICE DES AFFAIRES INTERNATIONALES BANQUES «NOTICE» MODALITÉS DE CALCUL DES RATIOS PRUDENTIELS

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Ordonnance n o 2014-158 du 20 février 2014 portant diverses dispositions d adaptation de la législation au droit de

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : ratio de levier et exigences de publicité Janvier 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l original

Plus en détail

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION BANQUE DEGROOF SA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION 1 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la politique générale de rémunération de Banque Degroof SA (la Politique de Rémunération). 1.1 Champ d application

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014

Présentation à l EIFR. 25 mars 2014 Présentation à l EIFR 25 mars 2014 1 Contexte BCBS 239 Les établissements font face depuis les cinq dernières années aux nombreux changements réglementaires visant à renforcer la résilience du secteur:

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Le reporting Solvabilité II

Le reporting Solvabilité II Le reporting Solvabilité II Colloque du 28 février 2013 «Reporting Solvabilité II» Les états quantitatifs et les rapports narratifs Sommaire 1. Bilan S2 2. TP Non Vie présentation par IA 3. TP Vie présentation

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances

Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel Introduction Cette note a pour but d établir la position de l AAI sur le rôle que les actuaires devraient jouer dans le contrôle prudentiel des sociétés

Plus en détail

Solvabilité II Modèle interne AXA

Solvabilité II Modèle interne AXA Solvabilité II Modèle interne AXA Université d été Institut des Actuaires Strasbourg 22 juillet 2011 service.solvabilite2@axa.fr Solvabilité II AXA et AXA France Organisation du Projet Solvabilité II Le

Plus en détail

Solvabilité II & IFRS 4

Solvabilité II & IFRS 4 INTRODUCTION Solvabilité II & IFRS 4 Vers la possibilité d une Convergence. FARIA Caroline Année Universitaire : 2012 2013 Mémoire présenté le 19 septembre 2013 Ecole Supérieure de l Assurance ESA MBA

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation

Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Instruments financiers et comptabilité de couverture : de nouveaux principes français en préparation Conférence IMA du 05 avril 2012 Isabelle SAPET, Associée Programme 1. Introduction 2. Classification

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE EIFR 25.06.2014

SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE EIFR 25.06.2014 SOLVENCY II: GOUVERNANCE ET NOUVELLE POLITIQUE DE RISQUE EIFR 25.06.2014 LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La mutualité française en quelques chiffres 2 LES CHIFFRES CLÉS ET L ORGANISATION DE LA MUTUALITÉ Un acteur

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1502022D Intitulé du texte : décret relatif à la transposition de la directive 2009/138/CE (Solvabilité II) et portant diverses dispositions d adaptation

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers

Politique de sélection des intermédiaires financiers Politique de sélection des intermédiaires financiers - Mise à jour Février 2010 OBJET Ce document a pour objet de déterminer le périmètre et les conditions d application de sélection des intermédiaires.

Plus en détail

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM

Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM Processus d agrément des sociétés de gestion AIFM 8 janvier 2014 Agrément SGP : Etat des lieux et perspectives de mise en œuvre La préparation de la mise en œuvre Les efforts de pédagogie Le Guide «Acteurs»

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II

Préparation à Solvabilité II Préparation à Solvabilité II Traduction partielle des spécifications techniques EIOPA du 30 avril 2014 : valorisation du bilan prudentiel 16 mai 2014 version 1.0 Avertissement L Autorité européenne des

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE

SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE SOLUTIONS COMPAGNIES D ASSURANCE L EXPERTISE À LA HAUTEUR DE VOS EXIGENCES CANDRIAM, LE PARTENAIRE DES COMPAGNIES D ASSURANCE NOS ATOUTS UN PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ POUR VOTRE GESTION ASSURANTIELLE CANDRIAM

Plus en détail

Bâle III : les impacts à anticiper

Bâle III : les impacts à anticiper FINANCIAL SERVICES Bâle III : les impacts à anticiper Mars 2011 2 Bâle III Bâle III 3 1. Contexte Bâle III a été entériné en novembre 2010 lors du sommet du G20 de Séoul. De nouvelles règles annoncées

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des avantages du personnel et les informations à fournir à leur

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques doivent respecter les dispositions suivantes concernant la surveillance consolidée

Plus en détail

SESSION SPECIALE. Impacts de SOLVENCY 2 sur vos contrats d assurances

SESSION SPECIALE. Impacts de SOLVENCY 2 sur vos contrats d assurances Association pour le Management des Risques et des Assurances de l Entreprise SESSION SPECIALE Impacts de SOLVENCY 2 sur vos contrats d assurances AMRAE LE JEUDI 22 SEPTEMBRE 2011 -2- PLAN DE L INTERVENTION

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel

XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel XBRL, Solvabilité II et l Autorité de Contrôle Prudentiel Conférence XBRL France - XBRL Europe Mardi 23 octobre 2012 Jean-Luc MENDA, Directeur Adjoint Responsable du Système d information Autorité de contrôle

Plus en détail

Passation des marchés

Passation des marchés Page 1 de 5 Le présent document est la traduction du texte anglais de l OP 11.00, «Procurement», en date de juillet 2001, qui contient la formulation de cette directive qui a été approuvée par la Banque

Plus en détail

Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques

Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques Règlement n o 93-05 du 21 décembre 1993 relatif au contrôle des grands risques modifié par les règlements n o 94-03 du 8 décembre 1994, n o 96-06 du 24 mai 1996, n o 97-04 du 21 février 1997, n o 98-03

Plus en détail